Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb
Cultures urbaines

Les territoires de l’alcool à Tunis et à Casablanca sous la période des Protectorats (1912-1956) : Des destins parallèles ?

Did the territories of alcohol in Tunis and Casablanca during the Protectorates (1912-1956) share similar destinies?
Nessim Znaien
p. 197-210

Résumés

Par le biais de sources administratives, judiciaires, policières, nous cherchons à étudier les territoires de la commercialisation et de la consommation d’alcool à Tunis et à Casablanca sous la période du Protectorat français en Tunisie (1881-1956) et au Maroc (1912-1956). L’objet de notre propos est de montrer que les deux villes connaissent sous le Protectorat une mutation des pratiques de consommation d’alcool, qui se traduit par une plus forte augmentation de la consommation d’alcool et l’apparition d’un nouveau débat public, illustré notamment par des lois prohibitionnistes. Tunis et Casablanca concentrent dans leurs pays respectifs le plus grand nombre de débits de boisson, avec une spectaculaire augmentation de l’offre en alcool dans l’entre-deux-guerres. Les codes sociaux qui entourent la boisson (le lieu, le moment et la sociabilité de la consommation) gardent des logiques propres par rapport à la métropole, sans doute en partie dû au facteur religieux. A une échelle plus locale, les sources administratives permettent d’indiquer que les réseaux de ventes d’alcool (cafés, bars, caves viticoles) semblent obéir dans les deux villes à une stricte discontinuité théorique entre ville coloniale et médina, à largement nuancer dans la pratique.

Enfin, le rythme des mesures concernant la réglementation de l’alcool est sensiblement le même entre la Tunisie et le Maroc. Les années 1913-1914 et les années 1936-1937 semblent être ici des moments clés. Cette chronologie, propre aux colonies d’Afrique du Nord, reflète ici des politiques plus globales en matière de gestion de l’Empire, mises en place par les Français à ces moments-là.

Haut de page

Texte intégral

1La consommation d’alcool connaît une certaine actualité dans le débat public en Afrique du Nord, en Tunisie comme au Maroc (Bonte, 2011, p. 153). Les journaux et les articles scientifiques affirment régulièrement que cette consommation est en hausse, et s’en étonnent souvent, rappelant que dans le même temps, les élections de novembre 2011 ont vu dans les deux pays la victoire de partis de référentiels islamistes, réfractaires à la consommation d’alcool (Albarracin, Cusi, 2012). Dans ce débat, Tunis et Casablanca, villes métropoles, font l’objet de tous les fantasmes et de laboratoires urbains. Cet article envisage aussi à mettre en perspective ces débats contemporains avec ceux de la période coloniale.

2La période du Protectorat, et notamment l’entre-deux-guerres est celle d’une rupture dans la consommation d’alcool des sociétés tunisiennes et marocaines, en lien avec une mutation qui avait touché la France une trentaine d’années auparavant. En effet, à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, l’offre d’alcool augmente considérablement en Europe, tout comme les débats autour de sa consommation. C’est à cette époque que naît et se développe la notion d’alcoolisme. Nous cherchons ici à démontrer que les villes de Tunis et de Casablanca connaissent sous le Protectorat une mutation des pratiques de consommation d’alcool, qui se traduit par une plus forte augmentation de la consommation et l’apparition d’un nouveau débat public, illustré notamment par des lois prohibitionnistes.

3Tunis connaît l’administration du Protectorat entre 1881 et 1956, tandis que Casablanca passe sous ce statut en 1912, pour le quitter également en 1956. Les deux villes connaissent un destin relativement différent sous le Protectorat. Tunis compte 120 000 habitants en 1900, pour finir à 410 000 habitants en 1956 (Sebag, 1998, p. 501). Casablanca, véritable ville champignon, avait commencé le vingtième siècle avec six fois moins d’habitants que la ville tunisienne (Escallier, 1980, p. 3), mais compte au moment de l’indépendance 682 300 habitants (Adam, 1968). À l’intérieur de leur propre pays, le destin des deux villes est également différent. Si Tunis a une place particulièrement primatiale dans la Tunisie contemporaine, ce n’est pas le cas de Casablanca. Le réseau urbain marocain est plus équilibré – en raison aussi du poids important des diverses villes historiques.

Des villes où l’on peut boire : nombre et localisation des débits de boisson

Un nombre plus élevé qu’ailleurs de débits de boisson ?

  • 1 . De 7,11 licences à 4,11 licences pour 10 000 habitants à Casablanca entre 1936 et 1956. De 9,86 d (...)

4D’après les chiffres officiels, qui ne tiennent pas compte des débits clandestins, on assiste à une augmentation réelle de l’offre en alcool à Tunis et à Casablanca sous le Protectorat. À Tunis, on comptait une cinquantaine de débits de boissons au début du vingtième siècle, 217 au milieu des années 1930 et 237 en 1956. Le nombre de débits de boissons explose également à Casablanca dans l’entre-deux-guerres, il était de 184 en 1936, et 289 vingt ans plus tard. Cette augmentation du nombre de débits de boissons suit cependant l’explosion urbaine, et même si les débits se concentrent dans les quartiers européens, rapporté au nombre total d’habitants, le nombre de débits par habitants n’augmente pas à Tunis et à Casablanca entre 1936 et 19561

  • 2 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Situation après recenseme (...)
  • 3 . Bottin de l’Union française, Paris, 1956, p. 1163-1340.
  • 4 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Situation après recenseme (...)
  • 5 . Annuaire de la Tunisie, Paris, 1956.
  • 6 . À l’époque la loi interdit à une ville marocaine d’avoir plus de 25 débits pour 10 000 habitants. (...)
  • 7 . 45 % des habitants de Casablanca, et 52 % en 1920. (Charton, 1924, p. 303).
  • 8 . 40 % d’Européens en 1911, 44% en 1936, 63 % en 1956. (Sebag, 1998, p. 335, 416 et 539).

5Casablanca et Tunis concentrent dans leur pays respectif l’offre d’alcool la plus grande sous le Protectorat. En 1936, tout comme en 1956, on trouve plus de débits de boissons à Casablanca qu’à Rabat, Oujda, Meknès, Fès et Marrakech réunis en 1936, tout comme en 19562. Le constat est similaire, et même plus fort pour la Tunisie, où en 1936 comme en 1956, on trouve plus de bars à Tunis que dans les huit plus grandes villes de Tunisie réunies3. Rapporté au nombre d’habitants, Tunis et Casablanca font partie des grandes villes d’Afrique du Nord possédant le plus grand nombre de débits par habitants, même si ces deux villes sont devancées par certaines villes portuaire dans leur pays respectifs (Port-Lyautey au Maroc4, Bizerte, Ferryville et Sousse en Tunisie5). Cette importante offre en alcool doit cependant être relativisée de deux points de vue : d’une part, le nombre de débits de boissons par habitants est bien moins important que dans les grandes villes françaises. D’autre part, les quotas de bars par habitants, qui ne sont, à Casablanca comme à Tunis jamais atteint sous le Protectorat6. Le nombre de débits, plus important dans ces deux villes que dans d’autres grandes villes d’Afrique du Nord, s’explique en tout cas sans doute par la proportion bien plus forte d’Européens résidants dans ces deux villes à l’époque (environ la moitié des habitants de Casablanca jusque dans les années 19307, 40 à 45 % à Tunis8).

6À titre de comparaison, dans les années 2000, on trouverait « quelques dizaines » de débits de boissons à Tunis (Buisson-Fenet, 1997, p. 303), et 700 débits environ à Casablanca9. Rapporté au nombre d’habitant on obtiendrait environ un débit pour 10 000 habitants à Tunis et 2,5 pour 10 000 habitants à Casablanca.

Une concentration des débits dans les quartiers européens

  • 10 . Sur les quartiers de la prostitution voir aussi Taraud, 2009.

7À Tunis et à Casablanca, on observe une certaine concentration des débits de boissons dans certains quartiers habités par les Européens. C’est le cas du quartier autour de la place de France, du quartier Bourgogne et du quartier Mers Sultan à Casablanca. À Tunis, c’est dans le quartier Lafayette que l’on observe le plus grand nombre de débits de boissons. Certains boulevards concentrent ces débits (boulevard de Marseille, boulevard des Zouaves, boulevard de Paris et boulevard de la Gare à Casablanca, avenue de Paris, avenue Jules Ferry à Tunis), mais, dans les deux villes, on observe une corrélation entre la géographie de la prostitution et la géographie des débits de boisson (à Bousbir pour Casablanca, autour de la rue Sidi Abdallah Guèche pour Tunis). Des médecins européens affirment à l’époque, que dans le quartier de Bousbir des années 1949-1950, 88 % des prostituées boivent de l’alcool (Mathieu, Maury, 2013, p. 93)10.

  • 11 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 11(...)
  • 12 . Arrêté du 14 décembre 2006 http://www.commerce.gov.tn/Fr/image.php?id=26, Consulté le 4 août 2014
  • 13 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 10(...)
  • 14 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du directeur de la (...)
  • 15 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Procès verbal chambre de (...)

8Cette géographie de la consommation trouve d’abord son explication par la politique de l’administration française à Tunis et à Casablanca dans l’entre-deux guerres. Cette politique, souvent appelée « politique des égards », repose sur le principe d’une séparation des clientèles coloniales et de l’affichage d’un respect pour les supposés coutumes musulmanes. À Tunis, l’implantation des débits de boisson obéit de ce fait à un régime très strict. Comme dans les autres grandes villes tunisiennes, il est interdit d’ouvrir un débit à moins de 100 mètres d’une mosquée, d’un cimetière, d’une école ou d’une caserne11 (300 mètres selon la législation actuelle12). Il est également interdit d’ouvrir un débit dans les quartiers où le nombre de musulmans est important13, formule suffisamment imprécise pour permettre une libre interprétation de la loi. À Casablanca, la législation est plus tardive et provient davantage du conseil municipal. En 1933, le conseil municipal de Casablanca établit un arrêté interdisant la vente en bouteille des vins et spiritueux dans les secteurs habités exclusivement par des indigènes musulmans14. La législation se durcit en 1937, comme en Tunisie, lorsqu’un arrêté interdit aux marocains musulmans d’exploiter des débits de boissons ou de consommer de l’alcool15.

  • 16 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Note au sujet des moyens (...)
  • 17 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Arrêté portant interdicti (...)
  • 18 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821, Rapport du chef de pol (...)

9La réelle application de ces lois est sujette à caution, notamment pour Casablanca16. La consommation d’alcool semble relativement répandue dans la médina de Casablanca, puisque l’interdiction de vente d’alcool y est régulièrement répétée, comme en 193817, signe d’une difficulté à appliquer la loi. À Tunis, sous le Protectorat, on trouve de nombreux cas de vente de vin à des musulmans dans les débits du centre de Tunis18. Certains discours, comme ceux du nationaliste Abdelaziz Thaalbi font le constat, sans qu’il soit possible de démêler le vrai du fantasme, que « sous le couvert de la liberté du commerce, des milliers de débits de boissons s’installèrent dans les quartiers indigènes jusqu’aux portes des mosquées. Il y eut une véritable ruée de la population vers ces assommoirs » (Thaalbi, 1920, p. 151).

10Enfin, si l’on trouve des sources sur les lieux d’alcoolisation à Tunis sur la période précédant le Protectorat, il est plus difficile de faire de même pour Casablanca. À la différence de Casablanca, Tunis est en effet à la fin xixe siècle une ville influente, déjà peuplée d’une centaine de milliers d’habitants, dont quinze mille Européens (Sebag, 1998, p. 326). À cette époque, les rapports de police nous indiquent que les quartiers des faubourgs nord et sud de la Médina (Bab Souika et Bab El Jazira), réputés populaires, concentraient les lieux d’alcoolisation (Larguèche, 1999, p. 81). Les quartiers fréquentés par les prostituées sont également perçus comme étant plus alcoolisés (Kerrou, M’Halla, 1993, p. 206).

Ce qu’on y boit : à chacun son alcool

  • 19 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement, contrôle civil, carton 2821, Règlement débits de b (...)
  • 20 . Il peut tout aussi bien être associé à la consommation des ivrognes dans les sources judiciaires, (...)

11À partir de données éparses fournies par les sources administratives, ou littéraires (notre corpus s’appuie sur une centaine de romans de l’époque du Protectorat), on peut effectuer une typologie de la hiérarchie sociale liée à l’alcool. Les alcools les plus chers, sembleraient réservés à la classe sociale la plus élevée ou la plus occidentalisée. C’est le cas du whisky. Dans les romans du Protectorat ou de l’immédiat après indépendance, cette boisson est le plus souvent réservée aux Européens (Cade, 1954, p. 111 ou encore Galand, 1978, p. 95) aux élites occidentalisées (Bésus, 1963, p. 227 ou encore Cressanges, 1973, p. 88) ou plus généralement à ceux qui côtoient les Européens (Mathieu, Maury, 2013, p. 95). Au Maroc, comme en Tunisie, la bière est une boisson particulièrement répandue notamment à partir du milieu des années 1920, car le plus souvent produite localement (dans la fabrique de Bab Saadoun à Tunis, ou dans la Société des brasseries du Maroc à Casablanca) et se trouve de ce fait l’apanage d’une classe sociale moins argentée, ou plus jeune, comme le confirme la description du quartier de Bousbir à Casablanca (Mathieu, Maury, 2013, p. 94). Sous le Protectorat, elle est régulièrement consommée car, classée aux côtés des boissons dites soft, elle n’est pas le produit le plus illicite socialement19. Les écrits scientifiques, comme les sources littéraires associent la consommation d’alcool très fort, à un alcoolisme lourd et solitaire. Dans le Tunis du Protectorat, il s’agit de l’eau de Cologne (Boussinot, 1930, p. 290) ou encore de l’absinthe (Richardot, 1905, p. 91). Le vin est un liquide relativement générique englobant, sous le Protectorat comme à l’époque contemporaine des réalités différentes20. Sous le Protectorat, il est relativement facile à trouver à Tunis comme à Casablanca, car même si la majorité du vin est destinée à l’exportation, de nombreux vignobles entourent les deux villes : pratiquement 14 000 hectolitres de vin sont produits dans la région de Tunis en 1946 (Peyronnet, 1950, p. 103), plus de 38 000 hectolitres dans la région de Casablanca en 1947 (Peyronnet, 1950, p. 103). Les deux pays connaissent en fait une « démocratisation » de l’accès au vin dans l’entre-deux-guerre, sur un modèle similaire de la France une trentaine d’années auparavant (Nourrisson, 1990, p. 22-36). Enfin, certaines boissons sont régulièrement associées dans les sources littéraires à une communauté en particulier quelles que soient les époques, comme la Boukha pour la communauté juive (Harry, 1902, p. 227 pour la période du Protectorat, ou El Okby, 2002, p. 51 plus récemment). Quoi qu’il en soit, la prédominance de la consommation d’alcools locaux semble davantage obéir à des contraintes économiques ou logistiques qu’à des logiques symboliques ou religieuses.

Malgré la présence de débits, une prise d’alcool dévalorisée

Des lois répressives concernant la consommation d’alcool

12La localisation des débits de boisson obéit certes à des normes législatives assez précises, mais ne peut se comprendre qu’en analysant des arrêtés plus généraux, sur la consommation d’alcool des individus, et qu’en prenant en compte le fait que l’alcool est un produit particulièrement prohibé dans les sociétés marocaines et tunisiennes, sous le Protectorat comme actuellement. Aujourd’hui, l’article 317 du code pénal tunisien interdit à quiconque de servir des boissons alcooliques à des musulmans ou à des personnes en état d’ivresse, et l’ivresse publique est sanctionnée21. Au Maroc, l’arrêté de 196722 établit des interdits similaires.

  • 23 . CADN, Protectorat Tunisie, Alcoolisme. Supplément au Premier versement, carton 20.
  • 24 . Comme l’arrêté viziriel du 10 septembre 1940, voir CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaire (...)
  • 25 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, carton 331B, Lettre du directeur de l’ (...)
  • 26 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Procès verbal chambre de (...)
  • 27 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Projet d’arrêté viziriel (...)
  • 28 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Arrêté du 10 septembre 19 (...)
  • 29 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, carton 20, alcoolisme.

13On retrouve l’origine de ces lois dans l’Histoire de la colonisation d’une manière évidente pour la Tunisie, puisque le décret actuel du code pénal date de la création dudit code, en 1913. Ces dispositions du code pénal se doublent d’une série d’arrêtés interdisant, à partir de 1914, aux Tunisiens musulmans de consommer de l’alcool23. Le lien entre les actuelles lois et celles du Protectorat semblent plus complexes au Maroc. En effet, sauf exception24, les lois concernant l’ivresse publique et l’alcool ont été abrogées à l’indépendance du pays. Pourtant, la série d’arrêtés de 1967 n’est pas très différente des lois prises à l’époque du Protectorat. Contrairement à la réglementation tunisienne de 1914, le Dahir de 1913 n’interdit pas aux indigènes marocains de vendre des boissons alcoolisées à des Européens25. Mais par la suite, l’arrêté viziriel de 1924 interdit, comme en Tunisie en 1914, aux musulmans de consommer de l’alcool26. La législation marocaine s’inspire délibérément de la législation tunisienne en 193727, et renouvelle certains interdits, signe de leur non-application. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les différentes législations se font plus répressives encore. À Casablanca, durant l’été 1940, la vente d’alcools forts est interdite ou restreinte à certaines heures de la journée et certaines publicités sont interdites28. Des arrêtés prennent en Tunisie des décisions similaires à quelques jours d’intervalles29.

  • 30 . À ce propos, voir Pan, 1975, p. 33-49.

14Si l’on observe de fortes similitudes entre les mesures prises en Tunisie et au Maroc, l’Afrique du Nord semble faire figure d’exception par rapport à l’ensemble du monde colonial africain à la fin du xixe siècle et au xxe siècle (Thioub, 1997). Les lois concernant la limitation des alcools en Afrique, décidées à l’échelle internationale, à la conférence de Berlin (1885), lors des conférences de Bruxelles (1890, 1899, 1906) et à la conférence de Saint Germain en Laye (1919) exceptent à chaque fois l’Afrique du Nord sous la pression de la France, qui cherche avant tout à préserver les intérêts des viticulteurs européens30. Il faut cependant souligner que la plupart des mesures répressives concernant la consommation d’alcool ne sont que la simple retranscription dans le droit des Protectorats, pendant la Première Guerre mondiale, comme pendant la Deuxie Guerre mondiale, de mesures prises à la même époque en métropole. C’est par exemple le cas des interdictions concernant les alcools forts durant le mois d’août 1914, ou des lois du gouvernement de Vichy pendant la Deuxième Guerre mondiale, interdisant la consommation de certains spiritueux, restreignant la consommation d’alcool à certains jours de la semaine et interdisant la publicité liée à l’alcool (Fillaut, 1991, p. 228-233).

Un discours dévalorisant le buveur

  • 31 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au Premier versement, Éditorial presse arabe : Arikia el pa (...)

15Sous le Protectorat, en Afrique du Nord comme ailleurs dans l’Empire, de nombreux discours condamnent la consommation d’alcool notamment par les indigènes. Ces discours, dont on peut sans doute relativiser l’impact social, apparaissent nettement en Tunisie dans les années 1920, puis font des émules dans les années 193031. Dans la Tunisie martyr, Abdelaziz Thaalbi écrit :

« Avant l’occupation, l’alcoolisme était à peu près inconnu en Tunisie. Il se limitait au milieu strictement européen et à un petit cercle israélite […] importé chez nous par les troupes d’occupation avec la civilisation française, il aida puissamment à l’établissement et à la consolidation du nouveau régime, en minant la santé et la fortune publiques » (Thaalbi, 1920, p. 151).

  • 32 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du secrétariat gén (...)
  • 33 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Séance de la commission m (...)

16La construction de la nationalité tunisienne passe donc par le rejet des aspects matériels associés au colonisateur, en particulier l’alcool. À la même époque, des discours européens associent l’alcoolisation des indigènes et l’occidentalisation des mœurs, de manière tout aussi négative, en employant d’autres types d’arguments, par exemple médicaux (Boisnard, 1916, p. 209). L’argument religieux et le respect des traditions musulmanes, sont souvent employés, mais ils ne sont pas les seuls, et peuvent servir de façade à d’autres arguments, politiques ou encore économiques. Ainsi, à Casablanca dans les années 1930, le syndicat des cafetiers et hôteliers réclame régulièrement une répression sévère des ventes de boissons alcoolisées par des musulmans32 dans l’objectif de constituer des monopoles en faveur de certains colons, sous couvert de l’application des normes musulmanes33. Dans d’autres cas, l’insistance sur le respect des normes musulmanes, reflète un des aspects de ce respect affiché des sociétés colonisées, qui tente de cacher une domination de fait.

Des villes dévalorisées par la présence d’alcool

  • 34 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Séance de la commission m (...)
  • 35 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du directeur des a (...)
  • 36 . CADN, Protectorat Maroc, Correspondance politique et commerciale, carton 663, Lettre du ministre (...)

17Sous le Protectorat, les discours des élites tunisiennes et maghrébines incitent, à Tunis comme à Casablanca, à dévaloriser le buveur d’alcool. Il paraît assez logique que les lieux où les buveurs consomment de l’alcool soient aussi dévalorisés. Deux types de discours lient la ville et l’alcool dans les sources littéraires et administratives : d’une part celui qui fait, de manière assez classique, notamment dans le monde colonial (Thioub, 1997, p. 1119), de l’alcoolisme un phénomène ontologiquement urbain, et d’autre part celui qui affirme que c’est en ville que l’alcoolisme fait des progrès spectaculaires. Eugène Blairat loue le comportement du fellah de la campagne pendant le ramadan, qu’on voit « tomber haletant, épuisé sur le sol et refuser une gorgée d’eau », tandis que l’arabe des villes rajoute de l’eau de vie dans son café (Blairat, 1891, p. 111). Cette sulfureuse réputation est également due à la législation dans le cas de Casablanca. De fait, alors que la législation à Tunis est la même que dans les autres villes du pays, Casablanca est une exception libérale parmi les autres grandes villes du pays pendant une partie de l’entre-deux guerres34. Dans certaines villes, les musulmans se voient très tôt interdits de consommer ou de vendre de l’alcool (comme à Salé à partir de 1927 ou à Rabat à partir de 1932)35. Dans d’autres villes, ce sont en plus de cela des secteurs entiers où une prohibition totale est prononcée (à Ouezzan en 1926, Port Lyautey en 1928, et Fès en 1934)36.

  • 37 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du chef des servic (...)
  • 38 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Note de la résidence géné (...)
  • 39 . Voir par exemple, Union coloniale française La quinzaine coloniale, 25 décembre 1902, p. 748.

18Par ailleurs, un discours s’alarmant des progrès de l’alcoolisme, apparaît de manière récurrente quasiment dès les premiers temps du Protectorat, en Tunisie et au Maroc, comme d’ailleurs dans l’ensemble du monde colonial (Thioub, 1997, p. 1109). Le docteur Arène en 1912, indique ainsi que « l’alcoolisme fait des progrès tous les jours en Afrique du nord et particulièrement dans la Tunisie urbaine » (Arène, 1912, p. 95). À Casablanca, ce type de propos émerge avec l’urbanisation exponentielle. En 1925, un observateur pouvait affirmer que « Restant de longs mois dans les ports du Maroc, où la population est plus mélangée, il s’émerveillerait de ne pas trouver sur son chemin un seul ivrogne » (Imprimerie Henri Diéval, 1925, p. 38). À contrario, en 193737 et en 193838 à Casablanca, les services municipaux de Casablanca s’alarment d’une progression de l’ivresse parmi les populations musulmanes. On retrouve ce type de discours dans d’autres colonies comme en Côte d’Ivoire ou à Madagascar39. Sous la plume de certains administrateurs, il peut permettre éventuellement de faire pression pour faire appliquer les lois sur l’ivresse publique, ou obtenir des moyens supplémentaires, dans une vision associant les classes laborieuses aux classes dangereuses. Dans les discours médicaux, il peut permettre également de justifier certaines recherches. Enfin, les villes de Tunis et surtout Casablanca (Résidence générale de la République française, 1922, p. 32) subissent peut-être une pression particulière car elles représentent des vitrines de l’administration coloniale, statut en théorie incompatible avec la présence trop importante d’alcool.

Les territoires de l’alcool dans l’espace public obéissent à certains codes

Savoir choisir sa manière de boire

  • 40 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 21(...)
  • 41 . CADN, Protectorat Tunisie, Premier versement, carton 1928, Lettre de la direction général de l’in (...)
  • 42 . La Petite Tunisie, 20 Septembre 1930, 21 mai 1932, 5 octobre 1932.
  • 43 . Compte générale de la justice criminelle, Paris, années 1905-1955.
  • 44 . Voir notamment CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821.
  • 45 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821, Rapport du chef de pos (...)
  • 46 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821, Rapport du chef de pol (...)

19À Tunis, comme à Casablanca sous le Protectorat, la loi exige que tout débitant de boissons alcoolisées ait au dessus de l’entrée de l’établissement les mots suivants : « débit de boissons », « bar », ou « café »40. Certains indigènes peuvent tenter d’y consommer, certaines techniques sont alors mises au point pour dissimuler ces ventes d’alcool, notamment par l’utilisation des tasses à café en lieu et place des verres41. Mais en raison de la visibilité de ces débits, beaucoup de buveurs musulmans se retrouvent cependant plus régulièrement dans les bars des petites villes de banlieues42, ou dans des lieux de commercialisation d’alcool cachés, comme les débits clandestins. Une vingtaine d’affaires de débits clandestins était jugée tous les ans en moyenne par le tribunal de Tunis avant la Première Guerre mondiale. Le chiffre monte à une trentaine par an pendant les années 1920, puis pratiquement 140 après la Seconde Guerre mondiale43. Une partie non négligeable, mais difficile à chiffrer de la consommation d’alcool s’effectue troisièmement par l’achat d’alcool dans les magasins spécialisés, puis la consommation de celui-ci dans d’autres endroits, à l’abri des regards. On trouve 156 marchands de vin à Tunis en 1956, dont certains sont implantés dans la Médina, 111 à Casablanca à cette même date. Enfin, une quatrième catégorie de vente d’alcool concerne les revendeurs informels, dont l’activité se construit essentiellement par le bouche à oreille. Ces ventes, rapportées par des rapports de police issus de flagrants délits, indiquent le plus souvent que les acheteurs sont des Tunisiens d’une vingtaine d’années, relativement pauvres, qui prendraient en cachette des bouteilles de vin, au domicile de colons retraités44. Ces ventes sont concentrées dans les quartiers périphériques et dans certaines banlieues de Tunis, comme Hammam Lif45 ou le Bardo46.

Savoir choisir avec qui l’on boit

20À Tunis, comme à Casablanca, sous le Protectorat, quel que soit le mode de consommation, le fait de boire de l’alcool dans les débits de boisson obéit à différents codes. Les deux principaux étant sans doute qu’il s’agit d’un acte genré et qui se fait en société, ce qui est relativement classique pour les débits de boisson en contexte méditerranéen (Carlier, 1990, p. 975-103). Sous le Protectorat, les discours des colonisateurs véhiculent régulièrement cette idée (Imprimerie Henri Diéval, 1925, p.38) et dans la presse de l’époque, comme dans la Dépêche tunisienne, les rares fois où apparaît le nom d’une femme ayant été inculpée pour ivresse publique, il est précisé qu’il s’agit d’une « fille soumise ». La question de la sociabilité de l’alcool est quant à elle relativement difficile à cerner, puisque nombreuses sont les situations d’alcoolisation. L’ivresse retranscrite dans les journaux de Tunisie de l’époque est la majorité du temps plutôt solitaire, tout comme celle évoquée dans la littérature de l’époque (par exemple Roy, 1956, p. 72). Dans les archives de la police, les flagrants délits de consommation d’alcool chez les musulmans retranscrivent cependant des consommations en général de groupe, de deux ou trois individus, voire plus. Il s’agit là aussi de classiques, qui se vérifient à d’autres périodes. Les études actuelles insistent par ailleurs pour dire qu’à Casablanca (Anglade, 2008, p. 4), comme à Tunis (Buisson-Fenet, 1997, p. 311), boire est un acte récréatif et le plus souvent collectif, et que la clientèle des bars est souvent exclusivement masculine aux heures où les ventes de boissons sont autorisées (Buisson-Fenet, 1997, p. 308), la figure de la prostituée faisant parfois office d’exception (Bonte, 2011, p. 6).

Savoir choisir le moment pour boire

21Parmi les codes tacites autorisant la consommation d’alcool, le rythme à respecter concernant la consommation d’alcool, aussi bien à Tunis qu’à Casablanca semble assez crucial. À l’échelle de la vie, dans la Tunisie actuelle, boire en public est un acte qui concernerait une période précise de la vie, de la fin de l’adolescence à la maturité. Pour la période du Protectorat, l’âge des buveurs nous est surtout renseigné par la Dépêche tunisienne qui chaque jour, recense les individus appréhendés en état d’ivresse publique. Même si l’échantillon donné filtre sans doute les contraventions de la police et ne correspond qu’à une partie de l’alcoolisation, les données recueillies indiquent que l’âge des individus appréhendés va de 18 à 56 ans, avec une moyenne d’âge autour de 31 ans. Si le profil des buveurs reste relativement le même dans la presse tout au long du Protectorat, le rythme de publication des faits divers sur l’ivresse publique connaît une nette augmentation durant la Première Guerre mondiale et dans l’immédiat après-guerre, moment où l’alcool devient un problème publique dans la Tunisie du Protectorat, comme d’ailleurs en métropole (Fillaut, 1991, p. 157-191). À la même époque on peut aller dès l’âge de 14 ans au café en Algérie (Carlier, 2012, p. 415).

  • 47 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Note au sujet des moyens (...)

22À l’échelle de l’année, au moment du Protectorat comme à l’époque contemporaine (Chouikha, 2000, p. 190), c’est le mois du ramadan qui semble être le plus sobre. Il y a un siècle à Tunis, les chiffres officiels de l’indicateur tunisien concernant les condamnations pour ivresse publique indiquent que les mois où le nombre de condamnation sont les plus bas, correspondent aux mois du ramadan (Lecore-Carpentier, 1912, p. 51). À Casablanca, l’administration observe dans les années 1930 qu’il « est de constatation courante que la consommation courante du vin baisse dans des proportions notables pendant les périodes de Ramadan »47. Cette réalité peut entraîner de la part des observateurs européens un regard ironique sur le respect alternatif de la religion musulmane, et donc sur une certaine hypocrisie qui serait inhérente à ces populations (Pinaud, 1912, p. 21).

  • 48 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 9.
  • 49 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Décret du 6 juillet 1928.
  • 50 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre de la chambre synd (...)

23À l’échelle de la journée enfin, les horaires d’ouverture des bars à Tunis sont beaucoup plus souples à l’époque du Protectorat qu’actuellement, la clientèle étant sans doute plus nombreuse : de 5h (ou 6h selon les saisons) à 23h (ou minuit)48. À la même époque, les débits ouvrent entre 5h et 21h à Casablanca49. Les heures d’alcoolisation ne sont cependant pas nécessairement celles des heures d’ouverture des débits de boisson. Sous le Protectorat marocain, la chambre syndicale de l’alimentation de Casablanca, alerte régulièrement l’administration sur les épiciers indigènes qui vendent de l’alcool entre 20h et minuit, décrivant des bas-fonds sordides et fantasmés50. À Tunis, la transgression sociale est d’abord nocturne (Kerrou, M’Halla, 1993, p. 206). Dans tous les cas, comme dans d’autres colonies (Gewald, 2002, p. 117-138) ou mandats de l’entre-deux-guerres (Bourmaud, 2013, p. 97-148), c’est une politique jugée plus pragmatique et plus crédible qu’une prohibition pure, qui prévaut à Tunis et à Casablanca à l’époque.

*

24En conclusion, les territoires de l’alcool à Tunis et à Casablanca obéissent à de nombreuses similitudes sous la période du Protectorat, et font échos à des mutations comparables en métropole ou ailleurs dans l’Empire. Ce sont les villes de Tunis et de Casablanca, villes centrales et peuplées de nombreux Européens, qui concentrent le plus grand nombre de débits de boisson, en Tunisie comme au Maroc. Dans les deux villes, ces débits se concentrent dans les quartiers européens et laissent entrevoir une dualité urbaine certaine avec la médina. La présence d’un port, et le nombre important d’Européens qui vivent dans les deux villes expliquent certainement ces réalités. D’autre part, le rythme des mesures concernant la réglementation de l’alcool est sensiblement le même entre la Tunisie et le Maroc. Les années 1913-1914 et les années 1936-1937 semblent être ici particulièrement importantes dans les politiques en la matière. Cette chronologie est relativement différente de celle imposée en Afrique subsaharienne, qui garde l’exclusivité de nombreuses lois prohibitionnistes, à l’application certes incertaines, entre la fin du xixe siècle et l’entre-deux-guerres. En matière de démocratisation de l’alcool, comme de mouvements prohibitionnistes, on assiste donc à des mouvements qui ne se comprennent pas seulement à l’échelle métropolitaine mais également à l’échelle impériale. L’alcoolisation des sociétés coloniales tunisiennes et marocaines n’en conserve pas moins certaines spécificités : les codes sociaux qui entourent la boisson (le lieu, le moment et la sociabilité de la consommation) gardent des logiques propres, sans doute en partie dû au facteur religieux.

25Enfin, les territoires de l’alcool peuvent obéir à certaines similitudes entre la période du Protectorat et la période actuelle. La localisation des débits de boisson est sensiblement la même entre les deux moments, les interdits législatifs liés à cet acte sont également les mêmes. Certaines différences sont cependant notables entre la période du Protectorat et la période actuelle. La plus importante concerne le nombre de débits, jusqu’à dix fois plus important sous la période du Protectorat. Cependant, si les contextes politiques ont évolué, les discours sur la consommation d’alcool des Tunisois et des Casablancais peuvent se rejoindre, et font dans l’immense majorité des cas, du buveur un être soit désocialisé, soit occidentalisé.

Haut de page

Bibliographie

Sources d’archives

Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN)

CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B

CADN, Protectorat Maroc, Correspondance politique et commerciale, carton 663

CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement, contrôle civil, carton 2603

CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement

CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821

CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, carton 20

CADN, Protectorat Tunisie, Premier versement, carton 1928

Presse tunisienne (Archives Nationales de Tunisie - Gallica)

Journal Annuaire de la Tunisie

Journal Bottin de l’Union française,

Journal La Dépêche tunisienne

Journal La Petite Tunisie

Ouvrages ayant valeur de sources

Bésus Roger, 1963, Ceux qui aiment, Paris, Albin Michel.

Blairat Eugène, 1895, Tunis en 1891, Paris, Delagrave.

Boisnard Magali, 1916, L’alerte au désert, Paris, Perrin.

Cade Michel, 1954, Terreur à Tunis, Paris, Nouvelles presses mondiales.

Cressanges Jeanne, 1973, Mourir à Djerba, Paris, Denoel.

El Okby Chedly, 2002, Le Bâtonnier, Tunis, Céres.

Galand Bernard, 1978, Mélissa, Paris, Les lettres nouvelles.

Harry Myriam, 1910, Tunis la blanche, Paris, Calmann-Levy.

Imprimerie Henri Diéval, 1925, Tunisie et Maroc : propos d’un tunisien et d’un marocain, 1915-1925, Paris, Imprimerie Henri Diéval.

Lecore-Carpentier, 1912, Chiffre officiel de l’indicateur tunisien, Tunis, Imprimerie rapide.

Peyronnet Louis, 1950, Le vignoble nord africain, Thèse de Doctorat, Université d’Alger.

Pervinquière Léon, 1912, La Tripolitaine interdite, Paris, Hachette.

Pinaud Pierre Alfred, 1933, L’alcoolisme chez les Arabes en Algérie, Paris, Delmas.

Résidence générale de la république française du Maroc, 1922, La renaissance du Maroc : dix ans de Protectorat : 1912-1922, Paris.

Richardot Henri, 1905, Sept semaines en Algérie et Tunisie, Paris, Combet éditeurs.

Roy Claude, 1956, Le soleil sur la terre, Paris, Julliard.

Sextius Arène, 1912, De la criminalité des arabes au point de vue de la pratique médico judiciaire en Tunisie, Paris, imprimerie Ducrot et Lombard.

Thaalbi Abdelaziz, 1920, La Tunisie martyre, Paris, Jouve.

Varloud Jacques-Joseph, 1932, La Tunisie d’il y a cinquante ans, Paris, Berger-Levrault.

Références bibliographiques

Adam André, 1968, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, Paris, CNRS, 2 tomes.

Albarracin Javier, Cusi Paula, 2012, « Les islamistes : analyse d’un agenda économique en construction », Confluences Méditerranée, 83, p. 119-134.

Anglade Marie-Pierre, 2008, « Altérites problématiques, frontières sociales et aménagement d’espaces publics de Casablanca (Maroc) », Espaces de vie, espaces-enjeux : entre investissements ordinaires et mobilisations politiques, Université de Rennes 2, I.E.P. de Rennes.

Bonte Marie, 2011, « Ethiques et pratiques éthyliques en milieu urbain marocain », Confluences Méditerranée, 78, p. 145-156.

Bourmaud Philippe, 2013, « Économies politiques mandataires et économies morales missionnaires de l’alcool dans les mandats de la Société des Nations (1919-1939) », Chrétiens et sociétés, 20, p. 97-148.

Buisson-Fenet Emmannuel, 1997, « Ivresse et rapport à l’occidentalisation au Maghreb », Égypte/Monde arabe, p. 303-320.

Carlier Omar, 1990, « Le Café maure. Sociabilité masculine et effervescence citoyenne (Algérie, XVIIe-XXe siècles) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, quarante-cinquième année, n° 4, p. 975-1003.

—, 2012, « Le café maure. Lieu de sociabilité et instance politique », in Bouchère Abderrahmane, Peyroulou Jean-Pierre, Tengour Ouanassa Siari et Thénault Sylvie (dir.), Histoire de l’Algérie coloniale, Paris, La découverte, p. 412-415.

Charton André, 1924, « Casablanca », Annales de Géographie, t. 33, n° 183.

Chouikha Larbi, 2000, « Rythmes de vie et « styles de l’usage » des citadins de Tunis en période de Ramadan », in Deboulet Agnès, Berry-Chikhaoui Isabelle, Les compétences des citadins dans le Monde arabe, Paris, Khartala, p. 183-205.

Escallier Robert, 1980, « Espace urbain et flux migratoire : le cas de la métropole économique marocaine : Casablanca », Méditerranée, troisième série, tome 38.

Fillaut Thierry, 1991, Les Bretons et l’alcool, XIXe-XXe siècle, Rennes, ENSP. 

Gewald Jan-Bart, 2002, « Diluting Drinks and Deepening Discontent : Colonial Liquor Controls and Public Resistance in Windhoek, Namibia », in Fahy Bryceson Deborah, Alcohol in Africa, Heinemann, p. 117-138.

Kerrou Mohammed, M’halla Moncef, 1993, « La prostitution dans la médina de Tunis au XIXe et au XXe siècle », in Colonna Fanny, Daoud Zakya (dir.), Être marginal au Maghreb, Paris, CNRS Éditions.

Larguèche Abdelhamid, 1999, Les ombres de la ville. Pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (XVIIIe et XIXe siècles), Tunis, Centre de Publication Universitaire, Faculté des Lettres de Manouba.

Mathieu Jean et Maury P-H, 2013, Bousbir, la prostitution dans le Maroc précolonial, ethnographie d’un quartier réservé, Paris, La croisée des chemins.

Nourrisson Didier, 1990, Le buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel.

Pan Lynn, 1975, Alcohol in colonial Africa, Helsinki, The Finnish fondation for alcohol studies.

Rivet Daniel, 2012, Histoire du Maroc, Paris, Fayard.

Sebag Paul, 1998, Tunis, Histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan.

Thioub Ibrahima, 1997, « L’administration coloniale et la lutte contre l’alcoolisme en AOF », in Becker, Mbaye, Thioub (dir.), AOF : réalités et héritages. Sociétés ouest-africaines et ordre coloniale, 1895-1960, Dakar, Direction des archives du Sénégal, p. 1109-1127.

Haut de page

Notes

1 . De 7,11 licences à 4,11 licences pour 10 000 habitants à Casablanca entre 1936 et 1956. De 9,86 débits pour 10 000 habitants à 5,78 entre 1936 et 1956. Bottin de l’Union française, Paris, 1956, p. 1163-1340.

2 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Situation après recensement provisoire.

3 . Bottin de l’Union française, Paris, 1956, p. 1163-1340.

4 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Situation après recensement provisoire.

5 . Annuaire de la Tunisie, Paris, 1956.

6 . À l’époque la loi interdit à une ville marocaine d’avoir plus de 25 débits pour 10 000 habitants. En Tunisie le seuil est fixé à 50 débits pour 10 000 habitants en 1907, et ramené à 33 en 1945. CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement, contrôle civil, carton 2603, débits de boisson, Nouvelle réglementation des débits de boissons, 19 novembre 1945.

7 . 45 % des habitants de Casablanca, et 52 % en 1920. (Charton, 1924, p. 303).

8 . 40 % d’Européens en 1911, 44% en 1936, 63 % en 1956. (Sebag, 1998, p. 335, 416 et 539).

9 . http://www.lavieeco.com/news/economie/licences-d-alcool-la-wilaya-de-casa-fait-le-menage-2954.html Consulté le 21 juillet 2014.

10 . Sur les quartiers de la prostitution voir aussi Taraud, 2009.

11 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 11.

12 . Arrêté du 14 décembre 2006 http://www.commerce.gov.tn/Fr/image.php?id=26, Consulté le 4 août 2014.

13 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 10.

14 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du directeur de la sécurité publique à Monsieur le ministre plénipotentiaire délégué à la résidence générale, 2 avril 1938.

15 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Procès verbal chambre de commerce et d’industrie de Casablanca, séance du 16 mars 1938.

16 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Note au sujet des moyens légaux à mettre en œuvre pour combattre l’alcoolisme en milieu musulman, 1937.

17 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Arrêté portant interdiction spéciale en matière de vente de détention en vue de la vente des boissons alcoolique et délimitant les secteurs de la ville de Casablanca où cette interdiction sera appliquée.

18 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821, Rapport du chef de police à M.Le directeur de la sûreté publique, 11 juillet 1937.

19 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement, contrôle civil, carton 2821, Règlement débits de boisson, Rapport vente de vins à tunisiens musulmans, La Goulette, 22 juillet 1941.

20 . Il peut tout aussi bien être associé à la consommation des ivrognes dans les sources judiciaires, que recherché par une classe sociale plus élevée (Varloud, 1932, p. 171 ou encore Pervinquière, 1912, p. 136).

21 . http://www.jurisitetunisie.com/tunisie/codes/cp/cp1300.htm Consulté le 4 août 2014.

22 . BO n°2856 du 26 juillet 1967, article 28, p. 829. Consultable en ligne : http://adala.justice.gov.ma/production/html/Fr/liens/..%5C95852.htm .

23 . CADN, Protectorat Tunisie, Alcoolisme. Supplément au Premier versement, carton 20.

24 . Comme l’arrêté viziriel du 10 septembre 1940, voir CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, La taxe de licence.

25 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, carton 331B, Lettre du directeur de l’agriculture, du commerce et des forêts à Monsieur le Secrétaire général du Protectorat, Rabat, le 27 décembre 1947.

26 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Procès verbal chambre de commerce et d’industrie de Casablanca, séance du 16 mars 1938.

27 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Projet d’arrêté viziriel sur les débits de boisson, en instance de viza, 1937.

28 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Arrêté du 10 septembre 1940.

29 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, carton 20, alcoolisme.

30 . À ce propos, voir Pan, 1975, p. 33-49.

31 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au Premier versement, Éditorial presse arabe : Arikia el patat, du 22 mars 1943, n°57.

32 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du secrétariat général du Protectorat au Président de la chambre de commerce de Casablanca, 5 janvier 1939.

33 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Séance de la commission municipale, 15 novembre 1938.

34 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Séance de la commission municipale, 15 novembre 1938.

35 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du directeur des affaires politiques, à Monsieur le ministre plénipotentiaire, délégué à la résidence générale, vente de boissons alcoolisées par les épiciers indigènes, 7 mai 1938.

36 . CADN, Protectorat Maroc, Correspondance politique et commerciale, carton 663, Lettre du ministre des affaires étrangères à Monsieur Barthe, député de l’Hérault, au Palais Bourbon, 3 août 1926.

37 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre du chef des services municipaux de Casablanca à Monsieur le ministre plénipotentiaire, délégué à la résidence générale, Casablanca, 12 octobre 1937.

38 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Note de la résidence générale, boissons alcoolique dans les quartiers indigène, 1938.

39 . Voir par exemple, Union coloniale française La quinzaine coloniale, 25 décembre 1902, p. 748.

40 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 21.

41 . CADN, Protectorat Tunisie, Premier versement, carton 1928, Lettre de la direction général de l’intérieur sûreté publique à aux contrôleurs civils, années 1920.

42 . La Petite Tunisie, 20 Septembre 1930, 21 mai 1932, 5 octobre 1932.

43 . Compte générale de la justice criminelle, Paris, années 1905-1955.

44 . Voir notamment CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821.

45 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821, Rapport du chef de poste de police à M.le contrôleur civil de Tunis, vente de vin à des musulmans, 2 août 1943.

46 . CADN, Protectorat Tunisie, Deuxième versement contrôle civil, carton 2821, Rapport du chef de police du Bardo à M.le contrôleur civil à Tunis, le Bardo, vente de vin à des musulmans, 24 juin 1943.

47 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Note au sujet des moyens légaux à mettre en œuvre pour combattre l’alcoolisme en milieu musulman, 1937.

48 . CADN, Protectorat Tunisie, Supplément au premier versement, Décret du 11 février 1937, article 9.

49 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Décret du 6 juillet 1928.

50 . CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, Carton 331B, Lettre de la chambre syndicale de l’alimentation de Casablanca et de sa région à Monsieur le ministre plénipotentiaire, délégué de la résidence générale du Maroc, mars 1938.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nessim Znaien, « Les territoires de l’alcool à Tunis et à Casablanca sous la période des Protectorats (1912-1956) : Des destins parallèles ? », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 197-210.

Référence électronique

Nessim Znaien, « Les territoires de l’alcool à Tunis et à Casablanca sous la période des Protectorats (1912-1956) : Des destins parallèles ? », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2457 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2457

Haut de page

Auteur

Nessim Znaien

IRMC, Paris 1

Haut de page