Navigation – Plan du site
Éditorial : Le droit, première écriture de l'histoire ?

Éditorial : Le droit, première écriture de l’histoire ?

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain
p. 3-5

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Cette livraison de L’Année du Maghreb du second semestre 2015 fait se rencontrer dans un même numéro d’une part, le dossier coordonné par Baudouin Dupret et Yazid Ben Hounet portant une réflexion sur le droit de la propriété, ses pratiques et ses usages au Maghreb, et d’autre part, les chroniques annuelles qui sont la marque de fabrique de notre revue, une première réflexion sur l’histoire immédiate, celle de l’année civile précédant celle qui vient de s’écouler.

2Pour fortuit qu’il soit, lié à la succession semestrielle devenue presque mécanique, de nos appels à contributions, ce rapprochement du droit et de l’histoire n’est pas sans signification. Tout l’enjeu des articles que les deux porteurs du dossier ont su réunir est de montrer la variété et la contingence des registres juridiques mobilisés au service de la défense de la propriété et de sa transmission. Le droit positif autour duquel s’articulent les pratiques de consolidation de la propriété, d’échange et d’héritage ne renvoie que de façon marginale à un « droit musulman », qui est aux pratiques juridiques en terre d’islam ce que l’assignation orientaliste a pu être à la diversité des pratiques politiques ou culturelles. À rebours de toute essentialisation et d’un enfermement dans le paradigme religieux, ils montrent que ce droit renvoie tout autant à la construction et à la légitimation de l’ État, au bricolage entre les registres du droit coutumier, du droit oral et du droit écrit, de l’ancien et du nouveau. S’il se présente volontiers comme normatif, le texte ou l’argumentaire juridique n’est qu’une première formalisation d’un rapport de force, qui ne dit que ce qui devrait être ou ce que certains aimeraient qui soit, pas forcément ce qui est. Le droit s’inscrit dans une histoire dont il est la première mise en forme, et celle-ci contribue à façonner le présent. Et c’est tout le mérite de ce dossier de venir nous le rappeler.

3Dans la seconde partie du numéro, c’est l’histoire qui « reprend ses droits ». Les rédacteurs des chroniques politiques portant sur chacun des États du Maghreb, Chérif Dris, Saïd Haddad, Éric Gobe, Larbi Chouikha et Thierry Desrues reviennent, en 2015 sur l’actualité qui fut celle de 2014. Avec toutefois une absence de taille, celle de la Mauritanie, où une réflexion focalisée sur le système éducatif l’a emporté sur une chronique politique difficile à mettre en œuvre : elle n’aurait fait que manifester l’opacité de la vie politique mauritanienne à l’observateur étranger et le fait que ce terrain est en passe de devenir un point aveugle de la recherche en sciences humaines. Comme nous l’ont expliqué Alain Antil et Céline Lesourd, qui tentent de faire vivre cette rubrique, le vivier de chercheurs travaillant sur la Mauritanie est bien moins dense que celui des autres pays du Maghreb où se sont constitués de véritables réseaux grâce notamment aux IFRE, et une offre riche de rencontres de la communauté scientifique dans de nombreux séminaires et colloques. La Mauritanie ne bénéficie pas de telles arènes scientifiques qui créent du contact et bâtissent des carrefours riches de productions et d’échanges. Le récent observatoire sur la Mauritanie, mis en place au Centre Jacques Berque qui met à disposition un bureau à Nouakchott, pourra peut-être pallier ce manque. Par ailleurs, l’accès au terrain mauritanien pour les étrangers reste complexe, soumis à autorisations et, au plus fort de la crise, le pays a été brièvement frappé d’interdiction par le Quai d’Orsay. Si la capitale est désormais accessible, les conditions de sécurité de ces dix dernières années ont cependant conduit différents chercheurs étrangers à ouvrir peu à peu de nouveaux terrains en Afrique. Comme pour la Libye, il a été et il demeure délicat pour les directeurs de thèse d’encourager leurs étudiants à mener leur travaux sur ce terrain incertain. Enfin, les collègues mauritaniens sont d’autant plus sollicités par des travaux d’expertise, auxquels ils répondent en priorité, qu’ils ne bénéficient pas toujours de postes académiques.

4L’année 2013 avait été marquée par la prégnance de la question constitutionnelle1, dont les chroniques montraient qu’elle travaillait, chacune à sa manière, les États du Maghreb. Le trait marquant de 2014 serait peut-être celui d’une polarisation accrue des jeux politiques nationaux. Il est frappant de constater, au-delà de l’agenda sécuritaire qui s’impose à toute la région, à quel point les cadres nationaux impriment leur marque à chacune de ces expériences. L’irruption du patronat dans le jeu politique en Algérie, analysée par Chérif Dris, dans un contexte de crise de la rente pétrolière et d’accélération des privatisations, marque peut-être une forme d’élargissement de la société politique, et plus sûrement l’émergence de nouveaux centres de pouvoir. Un vocabulaire politique jusqu’alors inconnu témoigne des tensions extrêmes et des compétitions qui se jouent au sommet des États. Saïd Haddad souligne le caractère performatif, lourd de menaces d’interventions extérieures, de l’expression d’ « État failli », employée à propos de la Libye. La bipolarisation des milices dans un contexte de guerre civile, marque une limite, laissant envisager une partition du territoire et la disparition même de l’État libyen.

  • 2 . Jocelyne Dakhlia, Tunisie, le pays sans bruit, Actes Sud, Octobre 2011.

5L’expression d’ « État profond », dont Thierry Desrues s’est appliqué à retracer la généalogie, a fait son apparition dans le vocabulaire politique marocain et tunisien. Agitée comme un épouvantail aux relents conspirationnistes, elle n’en souligne pas moins l’existence de contre-pouvoirs s’exerçant depuis le sommet de l’État jusqu’aux différentes composantes de la société civile. La stratégie électorale consistant à dénoncer l’emprise de l’« État profond » fut payante pour le PJD marocain, sorti renforcé des élections communales et régionales de septembre 2015 ; cela malgré l’état préoccupant des finances publiques du royaume, souligné par Abdelkader Berrada. L’hypothèse posée par Larbi Chouikha et Éric Gobe de « la fin de la transition politique » tunisienne, assortie d’une esquisse de géographie électorale inscrite dans la longue durée ; les avatars de la jeune Haute Autorité indépendante de la Communication audio-visuelle (HAICA) analysés par Enrique Klaus ou le parcours de conversion d’un « notable d’ancien régime » à un jeu électoral ouvert présenté par Jérôme Heurtaux sont des indices concordants attestant que le temps des plébiscites semble bel et bien révolu dans ce « pays sans bruit »2 cher à Jocelyne Dakhlia.

6Les chroniqueurs ont sur l’année écoulée un recul de quelques mois ; les éditorialistes un sursis de quelques semaines supplémentaires. En l’occurrence, celles-ci ont été suffisantes pour assister, entre la rédaction des chroniques et leur publication, à l’attribution du prix Nobel de la Paix au « quartet » qui fut l’artisan du « dialogue national tunisien » : l’Union générale tunisienne du travail, la Ligue tunisienne des droits de l’homme, l’Ordre national des avocats tunisiens et l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Ce que l’on désigne par « recul historique » n’est qu’une manière commode, selon la formule de Jacques Berque, de « prophétiser l’advenu » ; et il est facile aujourd’hui de faire du dialogue national tunisien le prélude à l’avènement d’un « extrême centre »3 caractérisé, selon Pierre Serna, par un exécutif fort, dont la nature autoritaire est encadrée par la loi. Mais il suffit de relire la chronique tunisienne de l’été 20134 pour mesurer à quel point chaque Tunisien peut s’estimer dépositaire de ce prix ; la volonté de maintenir à tout prix le débat et le chemin parcouru dans un pays qui pouvait alors se sentir au bord de la guerre civile. La polarisation qui caractérise l’année 2014 demeure porteuse de dangers et de menaces d’éclatement, au plus profond des États. On comprend mieux, à la lecture de chroniques écrites presque à chaud, ce que ce prix Nobel a récompensé : une capacité d’invention, d’imagination et d’initiative politique qui forcent l’événement avant que la construction rétrospective d’un sens et d’un cadre juridique ne le transforment en destin.

Haut de page

Notes

1 . Cf notre « Éditorial : Espaces et temps du Maghreb », L’Année du Maghreb, 11|2014, p. 3-4.

2 . Jocelyne Dakhlia, Tunisie, le pays sans bruit, Actes Sud, Octobre 2011.

3 . Cf. Serna Pierre, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

4 . Éric Gobe et Larbi Chouikha, « La Tunisie politique en 2013 : de la bipolarisation idéologique au « consensus constitutionnel » ? », L’Année du Maghreb, 11|2014, p. 301-322.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Le droit, première écriture de l’histoire ? », L’Année du Maghreb, 13 | 2015, 3-5.

Référence électronique

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Le droit, première écriture de l’histoire ? », L’Année du Maghreb [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2516 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2516

Haut de page

Auteurs

Frédéric Abécassis

Rédacteur en chef et responsable scientifique de L’Année du Maghreb, ENS de Lyon, LARHRA.

Articles du même auteur

Katia Boissevain

Rédactrice adjointe, chargée de recherche CNRS, IDEMEC, UMR7307, Aix-Marseille Université/CNRS, 13094, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page