Navigation – Plan du site
Tunisie
Gros plans

« L’ancien régime » à l’épreuve de l’élection concurrentielle : Abbes Mohsen, ancien maire de Tunis et candidat aux législatives du 26 octobre 2014

Jérôme Heurtaux
p. 283-294

Entrées d'index

Mots-clés :

Tunisie, gros plan, 2014
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 . Pour une synthèse sur l’Europe centrale et orientale, nous nous permettons de renvoyer à Heurtaux (...)
  • 2 . Comme dans le cas de la révolution française. Cf. Martin Jean-Clément, Contre-Révolution, Révolut (...)
  • 3 . Voir par exemple le débat sur l’intégration des hauts fonctionnaires italiens dans le régime fasc (...)
  • 4 . Comme en Europe centrale et orientale après 1989 : Mink Georges, Szurek Jean-Charles, La grande c (...)
  • 5 . C’est l’approche défendue par les auteurs se réclamant de la « science des transitions ». Pour un (...)
  • 6 . Serna Pierre, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la Fra (...)

1L’une des propriétés d’un changement de régime est qu’il s’accompagne d’une redéfinition du périmètre des acteurs politiques légitimes : toute ou partie de l’élite du régime déchu est disqualifiée, tandis qu’émergent de nouveaux acteurs, parmi lesquels on compte, dans des proportions variables d’un pays et d’une époque à l’autre, des transfuges de l’ancien régime. Si la création des organisations partisanes et l’institutionnalisation d’un nouveau personnel politique sont assez bien documentées dans la littérature sur les « transitions démocratiques »1, on ne peut en dire de même des trajectoires des « anciens » dans la « nouvelle » configuration politique. Ceux-ci suscitent de la curiosité lorsqu’une partie d’entre eux alimente une « contre-révolution »2 ou bien encore parvient à se réinsérer dans l’administration3 ou la vie politique du nouveau régime4. Les rares études (académiques ou non) naviguent entre deux pôles opposés : soit elles analysent leur réengagement politique comme un processus unifié et stratégique de « conversion » à la démocratie5, soit elles dénoncent la duplicité d’acteurs s’adonnant à une entreprise masquée de restauration autoritaire. Le plus souvent, ces derniers sont présentés comme des acteurs rationnels poursuivant intentionnellement une stratégie commune. Girouettes pragmatiques ou conservateurs embusqués, les ex-serviteurs d’un régime déchu sont, en outre, fréquemment l’objet de jugements moraux qui servent difficilement la cause de l’objectivité scientifique6.

  • 7 . Élections à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le 26 octobre ; élections présidentiel (...)
  • 8 . Comme le montre le cas algérien : Aït-Aoudia Myriam, L’expérience démocratique en Algérie, 1988-1 (...)

2La présence dans les compétitions électorales tunisiennes de 20147 d’anciennes figures du personnel politique du régime de Ben Ali, offre une occasion d’examiner à nouveaux frais les mécanismes de ralliement des anciennes élites au processus démocratique. La thèse qui sera ici défendue est qu’aucune des explications disponibles n’est entièrement satisfaisante. Intervenant dans un contexte d’incertitude quant aux fins du processus de transition politique que connaît la Tunisie depuis 2011, le « retour » de personnalités de l’ancien régime sur la scène politique n’est ni l’indice sûr d’une normalisation démocratique, ni celui d’un « retour » programmé de l’ancien régime. Il faut plutôt y voir des pratiques, sommes toutes classiques, d’ajustement à une configuration politique inédite, de la part d’acteurs non dénués de ressources, mais qui font, en même temps que les autres, l’apprentissage des nouvelles règles. Ce parcours tout en tâtonnement n’est pas sans difficultés et les rapports entre les discours privés et les actes publics ne sont pas toujours sans ambivalences8.

  • 9 . D’abord appelé L’Initiative (Al Moubadara), L’Initiative nationale destourienne est un parti fond (...)
  • 10 . Cet article est tiré d’une enquête sur les destouriens en politique. Il s’appuie sur plusieurs ty (...)

3Plutôt que traiter ce phénomène, comme souvent dans la littérature spécialisée, sous un angle macro-sociologique, une focale restreinte, centrée sur un seul individu, a été ici privilégiée. L’étude d’une seule candidature, celle de l’ancien maire de Tunis, membre du parti L’Initiative nationale destourienne9, permet de dépasser une grille de lecture polémique et d’examiner précisément comment des personnalités d’abord disqualifiées par l’histoire, deviennent les candidats d’un scrutin démocratique, au prix de subtils arrangements avec leur passé et de multiples ajustements avec le présent. Ce cas, choisi parmi d’autres dans une population hétérogène, n’a pas vocation à la représentativité, mais les propriétés d’Abbes Mohsen, ni « figure » centrale de l’ancien régime, ni cadre inconnu du public, ont la vertu d’être exemplaires. L’examen d’une trajectoire individuelle a aussi l’intérêt de mieux restituer un parcours jalonné d’épreuves, auxquelles beaucoup ont été confrontés. Celle de la réinsertion, d’abord, par le biais d’une adhésion à un parti ou d’une déclaration de candidature, dans un espace politique instable et un contexte où la définition de l’éligibilité est un sujet de débat. Celle, ensuite, de l’apprentissage des règles d’une campagne électorale pluraliste : s’ils ne manquent pas d’atouts, les candidats de l’ancien régime ne sont pas mieux préparés à affronter une compétition ouverte et des électeurs libres désormais de faire des choix autonomes. Enfin, l’étude d’un cadre de l’ancien régime en campagne permet de restituer la part de bricolage dans l’usage public que les « anciens » font de leur expérience politique, révélatrice d’un rapport ambivalent au passé autoritaire10.

La réinsertion des anciens dans le jeu politique

  • 11 . Confirmée en appel le 28 mars 2011.
  • 12 . Décret-loi n° 2011-35 du 10 Mai 2011, relatif à l’élection d’une assemblée nationale constituante (...)

4La participation d’anciens partisans du régime Ben Ali à des élections pluralistes n’allait pas de soi. Leur acceptation des procédures électorales démocratiques n’était pas acquise immédiatement après le renversement de l’ancien président. Beaucoup escomptaient, dans un premier temps, une survie du régime, au prix d’un toilettage institutionnel, d’une pluralisation maîtrisée de la scène politique et d’une recomposition partielle du personnel dirigeant : de nouvelles élections présidentielles dans un délai prévu par la Constitution en vigueur, éventuellement suivies d’élections législatives, auraient sans doute permis leur maintien au pouvoir. L’échec de ce scénario et l’annonce de l’élection d’une Assemblée nationale constituante (ANC), qui sera organisée le 23 octobre 2011, ne favorisaient pas l’adhésion de tous les anciens au processus en cours. D’ailleurs, les autorités provisoires d’alors ont, sous la pression d’une partie du public et de mobilisations protestataires, organisé leur exclusion du processus électoral : la dissolution par voie judiciaire du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de Ben Ali le 9 mars 201111 a été suivie de l’insertion d’un article dans le décret-loi électoral, interdisant aux ministres membres du RCD et aux cadres du parti entre 1987 et 2011 de présenter leur candidature aux élections à l’Assemblée nationale constituante12.

  • 13 . Khémira Chokri, « La recomposition du mouvement destourien », in Redissi H., Nouira A., Zghal A. (...)
  • 14 . Loi organique n° 2014-16 du 26 Mai 2014 relative aux élections et aux référendums.
  • 15 . Trois anciens ministres de Ben Ali seront par exemple candidats à l’élection présidentielle.

5Après le départ de Ben Ali, peu nombreuses sont les personnalités du régime à risquer de relancer leur carrière politique. Malgré les obstacles, certaines d’entre elles chercheront quand même à reconstituer dès 2011, sur les ruines du RCD dissous, une offre politique baptisée destourienne, par référence à l’histoire longue du parti de Bourguiba, dont le RCD ne fut pour eux qu’une séquence historique13. Plusieurs partis de taille modeste voire microscopique émergeront entre 2011 et 2013 autour de personnalités à la notoriété inégale. En dépit de leurs différences (identité des cadres, rapport au passé), ces partis chercheront à imposer la légitimité d’une offre politique destourienne, entre une offre moderniste de gauche et une offre islamiste. C’est au sein de cet espace politique périphérique, aux frontières indéterminées, dont le projet est brouillé par l’émergence dès 2012 d’un parti concurrent et fédérateur qui se réclame du bourguibisme mais rejette la période Ben Ali – il s’agit de Nidaa Tounes, mouvement fondé par l’ancien bourguibiste Béji Caïd Essebsi, Premier ministre entre février et décembre 2011 –, que des personnalités de l’ancien régime peuvent espérer ressusciter une carrière politique. Bien leur en prend, puisque l’interdiction de concourir aux élections est levée, au terme d’un débat long et controversé, le 1er mai 2014 lors du vote de la loi électorale, dans la perspective des élections présidentielles et législatives de la même année14. Cette décision redessine l’espace des possibles pour des acteurs hésitants quant à la conduite à adopter. Plusieurs personnalités de l’ancien régime présenteront leur candidature aux deux scrutins, soit comme indépendants, soit sur les listes des partis destouriens soit encore sur celles de Nidaa Tounes15. Leur engagement électoral apparaît donc comme un accommodement nécessaire à un état du jeu qu’elles n’avaient ni anticipé ni souhaité.

  • 16 . Larif-Béatrix Asma, Edification étatique et environnement culturel : le personnel politico-admini (...)
  • 17 . Du nom des membres de la grande bourgeoisie citadine, en particulier de la Médina de Tunis. Cf. B (...)
  • 18 . Le Mouvement destourien (Al haraka al doustouria) est un parti fondé en septembre 2013 par Hamed (...)

6Abbes Mohsen, qui nous sert ici de fil conducteur, rejoint ainsi le parti L’Initiative nationale destourienne, de Kamel Morjane, au printemps 2012. Haut fonctionnaire à la retraite, ancien gouverneur, ancien ambassadeur, maire de Tunis entre 2000 et 2010, ce diplômé de l’Ecole nationale d’administration de Tunis appartient à cette élite politico-administrative composée de « commis de l’État » et de « fonctionnaires politiques », épine dorsale du régime précédent16. Sa loyauté au président Ben Ali et à son parti, le RCD, dont il est pour une courte période (1995-1997) secrétaire permanent, est une constante. Ce « beldi »17, descendant d’une lignée de notables tunisois (grand-père grand imam de la mosquée Zitouna, père caïd-gouverneur sous le protectorat), appartient à une élite sociale dont l’ethos consiste, depuis plusieurs générations, à se mettre au service du pouvoir. Cadre du parti L’Initiative nationale destourienne, il conduit une liste de coalition avec le Mouvement destourien18, dans la circonscription de Tunis 1. De toutes les têtes de liste de son parti aux élections législatives, Abbes M. est l’un des mieux dotés en ressources sociales et politiques.

  • 19 . Né en 1926, Béji Caïd Essebsi est diplômé en droit. Militant destourien, il mène l’essentiel de s (...)

7Ces ressources ne sont toutefois pas automatiquement convertibles dans la compétition politique après le 14 janvier 2011. Toutes les ressources des anciens ne se valent pas, tous les attributs de la réussite d’une carrière politique au cours de l’ancien régime ne sont pas considérés positivement, même auprès de cette partie du public qui se revendique de l’histoire du « Destour ». Ceux qui parviennent à valoriser des états de service sous Bourguiba et/ou à convaincre d’avoir maintenu une distance vis-à-vis du pouvoir sous Ben Ali, à l’instar du leader de Nidaa Tounes, Béji Caïd Essebsi19, éviteront plus facilement la méfiance que ceux qui ont servi (sous) Ben Ali. Mais même entre ces derniers, une hiérarchisation subtile entre les attributs sociaux et politiques, alimentée par des jugements sociaux sur la réputation des uns et des autres, conduit à distinguer le bon grain de l’ivraie. Lors du meeting de lancement d’Abbes M. dans un quartier populaire de Tunis, le 12 octobre 2014, un membre du public, centralien et ancien haut-fonctionnaire, insiste sur le fait que le candidat est

  • 20 . Entretien, 12 octobre 2014.

« membre d’une grande famille de notables de la Zitouna, c’est un homme érudit, des mains propres, c’est un homme compétent et discret ». Tandis que tel ancien ministre de Ben Ali « est une crapule (…) il a mal viré, c’est un animal politique, ce n’est pas un militant destourien, c’est un monsieur qui est un salarié de la politique »20.

  • 21 . L’expression revient maintes fois dans les entretiens que nous avons réalisés avec des membres de (...)

8Parmi le personnel politico-administratif du régime précédent, il y a donc ceux qui sont considérés comme de « vrais militants destouriens »21 et ceux qui sont associés soit au versant répressif du régime, soit – plus grave encore, selon les représentations en vigueur – aux dérives affairistes de la belle-famille de Ben Ali. Les conditions de la poursuite d’une carrière politique tiennent donc beaucoup à l’image que les cadres de l’ancien régime arrivent à donner d’eux-mêmes et de leur parcours, même s’il s’agit bien plus de représentations que de faits objectifs. 

  • 22 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

9La notoriété individuelle n’est cependant pas suffisante pour émerger dans l’espace politique destourien post-révolutionnaire. Elle doit encore s’accompagner de la confiance d’un leader, dont dépend l’accès à une position de cadre du parti ou une investiture. Ami de longue date du président de l’Initiative, par ailleurs un « condisciple de faculté »22, l’ancien ministre Kamel Morjane, Abbes M. entre directement au Bureau national et devient l’un de ses principaux conseillers. C’est aussi comme cadre du parti qu’il est désigné sans surprise tête de liste aux élections législatives de 2014 dans une des plus importantes circonscriptions du pays.

L’apprentissage du pluralisme par bricolage

  • 23 . Camau Michel, Geisser Vincent, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben A (...)
  • 24 . Hermet Guy, Linz Juan J., Rouquié Alain, Des élections pas comme les autres, Paris, Presses de la (...)
  • 25 . Meeting d’Abbes M., 12 octobre 2014. Observations.
  • 26 . Heurtaux Jérôme, « L’amont et l’aval d’une loi électorale. Les «élections de changement de régime (...)
  • 27 . Aït-Aoudia Myriam, L’expérience démocratique en Algérie…, op. cit.

10Certains commentateurs de la scène politique tunisienne ont laissé penser que la présence dans les élections de 2014 de personnalités de l’ancien régime signifiait le retour du monolithisme par des professionnels de la politique habitués à confisquer la voix du peuple. L’observation au concret de certaines de ces candidatures montre plutôt des personnalités parfois dépourvues devant une série de tâches pour lesquelles elles n’étaient pas préparées. Sans préjuger de leur adhésion idéologique à la démocratie, ces personnalités politiques ont surtout fait, volens nolens, l’apprentissage d’une compétition pluraliste qui leur est apparue comme une épreuve inédite. Malgré une carrière bien remplie, peu d’entre eux avaient auparavant connu l’incertitude électorale. Le mode de dévolution des responsabilités sous l’ancien régime, y compris les responsabilités électives, reposait sur le bon vouloir du chef de l’État qui faisait, défaisait et refaisait les carrières23. La concurrence n’était pas absente, mais elle prenait la forme d’une compétition feutrée, invisible du public24. Etre candidat n’est désormais plus une sinécure. Il faut non seulement gagner le droit de concourir, il faut aussi convaincre un nombre suffisant d’électeurs pour espérer être élu et pour cela, composer une équipe de campagne, recruter des colistiers, mettre en place une stratégie, remplir un agenda, organiser des réunions publiques, des visites de quartier, des porte-à-porte, etc. Tel est le lot nouveau d’un candidat auparavant rompu à la politique des coulisses et aux négociations de salon. Lors de sa visite d’un quartier populaire de Tunis, suite à son meeting de lancement de campagne, le 12 octobre 2014, Abbes M. déambule avec ses colistiers dans une rue animée, groupés et sans rechercher le contact interpersonnel avec les électeurs, comme s’il s’agissait d’être vus, mais pas nécessairement d’être rencontrés : il est plus facile de parler à un auditoire conquis qu’à des concitoyens croisés par hasard25. Les savoir-faire acquis dans l’ancien régime ne sont pas tous pertinents dans le contexte d’une mobilisation électorale démocratique. A la manière des communistes polonais lors des élections semi-libres du 4 juin 1989, qui sont passés à côté de leur campagne en continuant de faire ce qu’ils avaient toujours fait26 ou des candidats du Front de libération nationale algérien en 1991, dont les pratiques et les représentations étaient inadaptées à une confrontation démocratique27, les destouriens tunisiens peinent à construire une relation au peuple et découvrent ce que faire campagne veut dire à force d’improvisation et de tâtonnement.

  • 28 . Si la loi électorale interdisait alors aux hauts cadres du RCD de se présenter aux élections, ell (...)

11Bien que menée par un des plus anciens partis destouriens post-2011, dont cinq représentants ont d’ailleurs été élus aux élections de 201128, la campagne donne lieu à un véritable bricolage. Quelques jours avant son lancement, le calendrier des visites de quartier et des réunions publiques n’était pas élaboré. L’absence de spin doctor conduit le candidat à accepter une profession de foi qu’il juge lui-même illisible :

  • 29 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

« On a fait un tract, qui est stupide d’ailleurs. J’ai cédé, c’est un tract en 17 points et tout le monde s’en contrefiche. Je n’imagine pas quelqu’un de normalement constitué se taper (la lecture de ce tract), le mien fait 17, les autres font 12, 18… Nous sommes 48 listes à Tunis. J’aurais préféré que ce soit un slogan ‘ensemble pour sauver l’Alsace et la Lorraine’ ou ce que vous voulez, enfin une phrase quoi »29.

  • 30 . Miquet-Marty François, « Les agents électoraux. La naissance d’un rôle politique dans la deuxième (...)
  • 31 . Parti socialiste destourien, nom donné au parti de Bourguiba de 1964 à 1988.
  • 32 . Entretien avec Abbes M., quelques minutes avant son meeting de lancement, 12 octobre 2014.

12Au chapitre du soutien militant, Abbes M. peut compter sur un petit nombre de « jeunes militants dévoués », mais ils ne représentent pas une force suffisante pour couvrir l’ensemble de la circonscription. C’est donc sur la mobilisation des « intermédiaires politiques », soit « l’ensemble des hommes dévoués à un candidat, lors d’une campagne électorale, de façon bénévole ou non, officielle ou non, agissant ou non sur l’injonction de ce dernier »30, relais indispensables dans les quartiers, que l’on compte pour « faire voter ». Ces anciens cadres locaux du RCD ou du PSD31, identifiés et connus des habitants, sont, sur les « zones » électorales ciblées, des « patrons, un peu à la manière, j’allais dire, tribale, ce sont des gens qui sont cafetiers, des gens qui sont épiciers, qui ont un taxi, qui ont une grosse surface de contacts »32 et à qui les candidats imputent une capacité presque magique à démultiplier les voix. Abbes M. se dit soutenu par certains d’entre eux,

  • 33 . Id.

« des gens comme vous et moi, qui n’ont pas voulu s’engager depuis trois ans dans l’action politique, qui ont été des personnages très influents, très actifs sur le terrain, (…) et qui, je veux pas me rendre plus intéressant que je ne suis, qui se sont engagés sur ma bonne mine, si je puis dire (…), pas forcément des membres du parti (L’Initiative). Ils m’ont téléphoné et m’ont dit (qu’ils me soutiendraient) »33.

13Les destouriens sont, en outre, divisés : nos entretiens montrent que la dispersion de l’offre destourienne ne relevait pas d’une stratégie commune consistant à éviter de donner l’impression d’une reconstitution par les urnes d’un néo-RCD. Le mode de scrutin – de liste, à la proportionnelle au plus fort reste - empêchait ce type de calcul, puisqu’il accordait un avantage certain aux plus gros compétiteurs. Si A. Mohsen fait liste commune avec un autre parti destourien, dirigé par l’ancien premier ministre Hamed Karoui, il doit subir la concurrence du parti Nidaa Tounes de l’ancien « bourguibiste » et premier ministre en 2011, Béji Caïd Essebsi. Favori des sondages, ce parti est parvenu à capter l’attention des médias et à mobiliser des fonds importants, dont ne profitent pas les petites formations destouriennes. C’est donc une compétition entre listes aux ressources inégales à laquelle se livrent les représentants de l’ancien régime. L’hydre du RCD a vécu. La concurrence au sein du champ de représentation destourien se traduit par une asymétrie dans les ressources mobilisables. L’inégalité des moyens financiers et du nombre de militants d’un parti à l’autre est une caractéristique visible de la campagne électorale, confirmée par les dirigeants des petits partis destouriens, qui se plaignent de la captation par Nidaa Tounes de la majeure partie des ressources disponibles. Pour Mohsen, les dons se font rares :

  • 34 . L’ISIE est l’Instance supérieure indépendante des élections. La loi électorale du 26 mai 2014 pré (...)
  • 35 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

« L’ISIE nous donne un maigre pécule34, pas beaucoup, nous y allons de notre poche, il y a des gens qui ont eu la gentillesse de payer ces invitations (au meeting de lancement de la campagne), pas beaucoup hein, ce sont des membres de la liste ou des gens qui nous ont promis de nous prêter leur voiture quand on aura des trucs à distribuer »35.

  • 36 . Id.

14Faute de préparation suffisante et pour éviter des tracasseries administratives, c’est, en outre, comme liste indépendante que cette liste de coalition partisane a été enregistrée auprès de l’ISIE. La seule liste soutenue par deux partis se voit ainsi privée, conformément à la loi électorale, de tout financement partisan ! De fait, la réussite est loin d’être assurée : « nous parlerons de miracle après les élections » affirme avec fatalisme l’ancien maire de Tunis36.

  • 37 . Pour paraphraser Theda Skocpol à propos des révolutions. Cf. Skocpol Theda, États et révolutions (...)

15Les difficultés rencontrées par Abbes M. ne sont pas propres aux candidats destouriens. Elles montrent au contraire la relative banalité d’une expérience politique qui ne distingue pas de celle des autres acteurs. Obédiences et trajectoires confondues, tous (destouriens, modernistes, islamistes, etc.) font en même temps l’expérience d’un apprentissage de la compétition pluraliste. Celle-ci prend des formes différentes, en fonction des ressources dont chacun dispose, de leur histoire personnelle, de leur sensibilité politique et du résultat du scrutin. Mais il est incontestable que tous se soumettent en participant, à un jeu dont ils ne contrôlent ni les règles ni l’issue. Ce sont moins les démocrates qui font la démocratie que la démocratie qui fait les démocrates37.

Des usages ambivalents du passé

  • 38 . Au moment des élections, les mécanismes adoptés dans le cadre d’une « justice transitionnelle » n (...)

16Les candidats issus de l’ancien régime se distinguent cependant de leurs concurrents en raison de la relative illégitimité attachée à leur passé. Si les ressources individuelles sont convertibles en ressources partisanes, toutes deux nécessaires pour être investi et devenir candidat, celles-ci ne sont pas suffisantes pour se faire accepter auprès d’un large public, en raison de la suspicion qui entoure les « anciens ». Les membres de l’ancien régime sont, certes, en 2014 du moins, juridiquement éligibles mais ils ne le sont pas politiquement aux yeux d’une part importante du public. La « révolution », il faut s’en souvenir, s’est accompagnée d’une démonétisation générale et brutale du personnel de l’ancien régime. Gouverneurs, ambassadeurs, députés, membres de la chambre des conseillers, ministres, conseillers présidentiels, cadres du RCD et autres titulaires de positions dans l’appareil d’État ont, en l’espace de quelques semaines, quitté des fonctions qui leur assuraient jusque-là une présence au sommet ou tout au moins dans les premiers cercles du pouvoir. Abbes M., arrivé comme ambassadeur aux Pays-Bas début novembre 2010, est rappelé à Tunis en juillet 2011. Même si l’état du jeu politique leur est, quatre ans, beaucoup plus favorable, l’absence de mécanismes stabilisés de jugement des responsables des dépassements et exactions du régime déchu et l’existence d’une longue controverse sur les fins et les moyens d’une « justice transitionnelle »38 a empêché de faire émerger une interprétation commune du passé. Ce consensus introuvable est autant un atout qu’un obstacle pour les serviteurs de l’ancien régime. Un atout, en ce qu’elle ouvre potentiellement la compétition politique à toutes les personnalités du passé ; un obstacle, en ce qu’il jette la suspicion sur l’ensemble du personnel politique de cette période, quelles qu’aient été les responsabilités ou les « fautes » des uns et des autres.

17Difficile dans ces conditions de mettre en avant des qualités personnelles (avoir été ministre ou gouverneur, par exemple) sans risquer l’accusation d’avoir été privilégié, d’avoir bénéficié de la confiance de Ben Ali, voire d’avoir profité de cette position pour s’enrichir personnellement. La participation à l’espace public fait apparaître une situation de double-bind : leur passé habilite les anciens à jouer un rôle politique et les disqualifie. Maintenus pendant des années dans une sorte d’invisibilité politique – la communication politique étant alors au service du seul leader, elle ne tolérait pas la personnalisation d’une fonction politique autre que celle du Président – ils sont aujourd’hui empêchés d’exploiter totalement leurs états de service, alors même que le nouvel état du jeu politique le leur permet théoriquement.

18Les prises de parole publiques au cours de la campagne portent la trace de ces injonctions paradoxales. Abbes M. rivalise d’ambiguïté lorsqu’il affirme, quelques minutes avant son meeting de lancement dans un quartier populaire qu’ayant

  • 39 . Entretien avec Abbes M., quelques minutes avant son meeting de lancement, 12 octobre 2014.

« le tout petit avantage d’avoir travaillé beaucoup sur le terrain là-bas quand j’étais maire de Tunis, on était tout le temps le nez dans le guidon (…) C’est un quartier beaucoup labouré, je pense qu’on s’est plutôt bien débrouillé au niveau de l’éclairage public, de la propreté, du réseau des routes et des rues, c’est un quartier populaire où nous étions, tout le conseil municipal et moi avons beaucoup investi donc on va leur dire ça »39.

19Lors de l’entretien qu’il nous a accordé quelques jours plutôt, il affirmait pourtant ne pas vouloir évoquer son expérience comme maire, au motif que

  • 40 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014. Au cours de la marche effectuée le 12 octobre (...)

« ce n’est pas nécessairement de très bon goût. Je me méfie un peu, je suis destourien, mais je suis, j’allais dire je me soigne (rires), c’est-à-dire que je ne suis pas un revanchard, je ne suis ni un revanchard ni le genre de personnage qui constamment dit ‘nous avons fait ceci pour vous, nous avons construit des hôpitaux. Nous avons éduqué le peuple, nous avons fait des écoles primaires, obligé les gosses à aller à l’école’. Bon, c’est supposé su, de manière incidente mais on va pas en faire toute une tartine en disant ‘je vous oblige à être reconnaissant’ »40.

  • 41 . Mink Georges, Szurek Jean-Charles, La grande conversion., op. cit.
  • 42 . Ce discours était cependant moins fréquent en 2011, après le 14 janvier. Les discours sur le pass (...)
  • 43 . Mohsen Abbès, Servir. Mémoires désabusés d’un commis de l’État, Tunisie 1971-2011, Paris, Tchou, (...)

20Ces usages ambivalents voire contradictoires de sa biographie dans le contexte de campagne sont également révélateurs d’un rapport nuancé au passé. Les candidats destouriens ne se reconnaissent pas (ou peu) de taches identitaires liées à un passé controversé : il n’est donc pas question, à la manière des ex-communistes est-européens, de rompre brutalement avec le passé ou d’apparaître plus démocrates que les démocrates autoproclamés41. Le passé fait même parfois l’objet d’une réhabilitation partielle42. Dans un ouvrage de mémoires paru en 2012, Abbes Mohsen esquisse un portrait nuancé de Ben Ali43 :

  • 44 . Par référence au « coup d’État médical » perpétré dans la nuit du 6 au 7 novembre 1987 par le Pre (...)
  • 45 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

« J’ai voulu rendre un peu justice à Ben Ali parce que je trouvais que trop, c’est trop, too much. J’ai rappelé que c’était lui qui avait sauvé l’État en novembre 8744même si il a eu la maladresse de vouloir liquider l’héritage de Bourguiba (…) Et j’ai voulu rendre justice un peu à Ben Ali et canarder un peu tous ceux qui ont retourné leur veste, de manière un peu trop rapide à mon avis »45.

  • 46 . Mohsen Abbès, Servir…, op. cit.

21Mais c’est surtout l’élite politico-administrative du régime, colonne vertébrale de l’État national, qu’il s’agit de défendre face aux accusations contre l’ancien régime. La promotion des « compétences tunisiennes », des cadres supérieurs de l’administration, des « commis de l’État », pour reprendre le titre des mémoires d’Abbes M.46, est un topos du discours des anciennes élites sur le passé :

  • 47 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

« Un État ne peut pas être corrompu à moins que ce ne soit vraiment une république bananière (…) C’est une insulte gratuite faite à tous les ingénieurs, à tous les chercheurs, à tous les fonctionnaires, à tous les receveurs des finances, à tous les receveurs des PTT, c’est quand même pas nécessairement des ripoux tous ces gens-là (…) Quand on parle de l’État corrompu moi ça me gêne parce que ça jette le discrédit sur 250 000 fonctionnaires. Bon je sais que nous avons nos pourris dans l’ancien gouvernement mais on les compte sur les doigts d’une main. On sait quels sont les ministres concussionnaires, on sait qu’il y a trois ou quatre gouverneurs qui n’ont pas pu résister à l’appel déchirant du dinar, mais bon ! »47.

22Le mouvement protestataire qui a abouti en janvier 2011 à l’effondrement du régime n’est considéré comme « révolution » que sur le bout des lèvres, en forme de concession à l’opinion publique :

  • 48 . Id. Mohsen appartient à un parti, L’Initiative, qui a fait de cette réhabilitation sans revanche (...)

« Il y a eu une révolution, bien que beaucoup d’intellectuels vous diront que derrière toute révolution il y a quand même quelque part un petit coup d’État, y compris en 1789 (…) mais enfin quand même, soyons sérieux, malgré ce qui peut apparaître comme des manipulations intérieures, extérieures, le classique complot international si cher aux soviétiques d’autrefois, il y avait quand même un malaise en Tunisie (…) Vous savez, le seul des anciens de l’ancien régime à pouvoir prononcer le mot sans que la gueule lui en brule, c’est Kamel Morjane, de parler de révolution. Pour tous les autres (il montre sa gorge) ça bloque ici, ça sort pas »48.

  • 49 . Ce qui ne signifie pas dans notre esprit que les acteurs procèdent à un calcul rationnel détermin (...)
  • 50 . Linz Juan J., Stepan Alfred, Problems of Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe (...)
  • 51 . Sur l’émergence de la démocratie dans le monde arabe sous l’angle de l’accommodement des acteurs (...)

23Aussi le processus démocratique n’est-il soutenu qu’à demi-mot et pour des raisons pragmatiques. Il est probable qu’à l’automne 2014, la majeure partie des acteurs issus de l’ancien régime en acceptent les règles, moins par adhésion philosophique que par sentiment (en partie confus) que c’est dans leur intérêt49. Il leur est devenu plus coûteux politiquement d’en dénoncer les principes que d’en soutenir le projet : la démocratie est pour l’heure « the only game in town »50. Le rétablissement d’un régime autoritaire n’est pas d’actualité, mais ces démocrates par nécessité51 ne se privent pas d’en rappeler les avantages. Quelques minutes avant sa première « confrontation » avec un public dans le cadre d’une élection pluraliste, Abbes M. confiait avec détachement que ses électeurs :

  • 52 . Entretien avec Abbes M., quelques minutes avant son meeting de lancement, 12 octobre 2014.

« auraient besoin, si j’osais, d’un dictateur vertueux. Mais comme cahier des charges c’est difficile, vous comprenez, vous risquez de ne pas avoir beaucoup de soumissionnaires à un tel appel d’offres (rires) (…) C’est vrai qu’on a eu une dictature vertueuse sous Bourguiba, Bourguiba violentait la société tunisienne mais il lui faisait sentir, en tout cas les quinze premières années, que c’était pour son bien (…) pour qu’ils aillent à l’école, pour qu’il n’aient plus de trachome »52.

Conclusion : une conversion à la démocratie ?

  • 53 . La presse nationale et internationale a fortement contribué à ce cadrage de la campagne. Voir not (...)
  • 54 . Heurtaux Jérôme, « Combats pour la présidentielle. Comment comprendre et dépasser les peurs récip (...)

24La campagne pour les élections législatives et présidentielles tunisienne à l’automne 2014 a été le théâtre d’une controverse sur ce que certains ont appelé le « retour de l’ancien régime »53. La victoire annoncée de Nidaa Tounes, un parti se réclamant du bourguibisme, la présence sur les listes de plusieurs partis destouriens de membres de l’élite politico-administrative du régime précédent, la candidature à la présidentielle de plusieurs ministres de Ben Ali, le financement de certaines organisations politiques par des hommes d’affaires qui se sont enrichis au cours de la période autoritaire ou encore la réactivation des « réseaux RCDistes » ont nourri au sein d’une partie du public la crainte d’une renaissance de « l’ancien régime ». L’expression, rarement définie par ceux qui en ont fait usage, semblait désigner toutefois soit l’accaparement des positions de pouvoir par les hommes du régime déchu, soit la revitalisation des pratiques autoritaires du passé, soit les deux. Il n’était pas question ici de trancher un débat fondé autant sur des peurs réciproques au sein des deux principaux camps politiques - l’autre « camp » est dominé, aux législatives, par le parti islamiste Ennhadha et aux présidentielles, par le président sortant Moncef Marzouki - que sur des éléments objectifs54. Il s’agissait plutôt d’examiner comment les membres de l’ancien régime ont fait face à ce qui leur est apparu comme une épreuve électorale inédite et la signification de leur participation à une compétition réellement pluraliste.

  • 55 . Voir le dossier « Inconstances politiques », Politix, vol. 14, n°56, 2001.

25Le choix de suivre le parcours d’un seul candidat a permis de mettre en lumière la complexité et l’ambivalence des processus individuels de ralliement à une configuration politique inédite, dans le contexte singulier de la Tunisie de 2014. A l’image d’Abbes Mohsen, la participation d’un cadre de l’ancien régime est-elle une conversion à la démocratie d’une « girouette » qui prend acte de la nature désormais concurrentielle de l’accès au pouvoir ? Relève-t-elle plutôt d’une stratégie embusquée de la part d’une personnalité attachée à l’ancien régime qui se propose de « revenir » par la voie des urnes ? Notre enquête montre que ce n’est pas si simple : il s’agit plus certainement d’une classique attitude d’ajustement à un état de la configuration politique, de quelqu’un qui affirme publiquement soutenir le processus démocratique mais ne renie que partiellement l’ancien régime. Trajectoire possiblement réversible, mais dénuée de toute stratégie calculée de restauration autoritaire. La liste d’Abbes Mohsen, désavouée par les électeurs, n’obtiendra d’ailleurs aucun élu, renvoyant l’ancien édile – comme de nombreux autres destouriens – à sa position ex ante. Bien sûr, les singularités de la candidature ici examinée ne permettent pas de généraliser nos observations à l’ensemble des candidatures de l’ancien régime. Nous pensons toutefois qu’elle était de nature à servir l’étude des « inconstances politiques »55 tout en apportant un éclairage sur les mécanismes de constitution d’un champ politique concurrentiel dans la Tunisie post-autoritaire.

Haut de page

Notes

1 . Pour une synthèse sur l’Europe centrale et orientale, nous nous permettons de renvoyer à Heurtaux Jérôme, Zalewski Frédéric, Introduction à l’Europe postcommuniste, Bruxelles, De Boeck, « ouvertures politiques », 2012.

2 . Comme dans le cas de la révolution française. Cf. Martin Jean-Clément, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France 1789-1799, Paris, Seuil, 1998.

3 . Voir par exemple le débat sur l’intégration des hauts fonctionnaires italiens dans le régime fasciste après la prise de pouvoir : De Felice Renzo, Le Fascisme. Un totalitarisme à l’italienne ?, Paris, Presses de Sciences Po, 1988 & Dormagen Jean-Yves, Logiques du fascisme. L’État totalitaire en Italie, Paris, Fayard, 2007.

4 . Comme en Europe centrale et orientale après 1989 : Mink Georges, Szurek Jean-Charles, La grande conversion : le destin des communistes en Europe de l’Est, Paris, Seuil, 1999. Voir aussi le destin passionnant de la noblesse allemande suite à l’abdication de 1918, successivement confrontée à trois régimes successifs : Gain Philippe, « Princes et nobles d’Allemagne des années 1920 à l’effondrement du IIIe reich. », Guerres mondiales et conflits contemporains, 4/2001 (n° 204), p. 15-39.

5 . C’est l’approche défendue par les auteurs se réclamant de la « science des transitions ». Pour une illustration, voir Mink Georges, Szurek Jean-Charles, La grande conversion, op. cit.

6 . Serna Pierre, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

7 . Élections à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le 26 octobre ; élections présidentielles, les 23 novembre et 21 décembre.

8 . Comme le montre le cas algérien : Aït-Aoudia Myriam, L’expérience démocratique en Algérie, 1988-1992. Apprentissage politique et changement de régime, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

9 . D’abord appelé L’Initiative (Al Moubadara), L’Initiative nationale destourienne est un parti fondé en avril 2011 par le dernier ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane.

10 . Cet article est tiré d’une enquête sur les destouriens en politique. Il s’appuie sur plusieurs types de sources : entretiens, sources écrites, observations de la campagne.

11 . Confirmée en appel le 28 mars 2011.

12 . Décret-loi n° 2011-35 du 10 Mai 2011, relatif à l’élection d’une assemblée nationale constituante (article 15). La formulation exacte du texte est la suivante : « toute personne ayant assumé une responsabilité au sein du gouvernement à l’ère du président déchu excepté les membres qui n’ont pas appartenu au rassemblement constitutionnel démocratique et toute personne ayant assumé une responsabilité au sein des structures du rassemblement constitutionnel démocratique à l’ère du président déchu ». Les personnes ayant, avant la révolution, publiquement appelé Ben Ali à se représenter en 2014, sont également exclus du scrutin.

13 . Khémira Chokri, « La recomposition du mouvement destourien », in Redissi H., Nouira A., Zghal A. (dir.), La Transition démocratique en Tunisie. État des lieux. Les acteurs, Tunis, Diwen Éditions, 2012, p. 35-69.

14 . Loi organique n° 2014-16 du 26 Mai 2014 relative aux élections et aux référendums.

15 . Trois anciens ministres de Ben Ali seront par exemple candidats à l’élection présidentielle.

16 . Larif-Béatrix Asma, Edification étatique et environnement culturel : le personnel politico-administratif de la Tunisie contemporaine, Paris, Publisud, 1988.

17 . Du nom des membres de la grande bourgeoisie citadine, en particulier de la Médina de Tunis. Cf. Ben Achour Mohamed Elaziz, Catégories de la société tunisoise de la deuxième moitité du XIXe siècle, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art, 1989.

18 . Le Mouvement destourien (Al haraka al doustouria) est un parti fondé en septembre 2013 par Hamed Karoui, Premier ministre de Ben Ali de 1989 à 1999.

19 . Né en 1926, Béji Caïd Essebsi est diplômé en droit. Militant destourien, il mène l’essentiel de sa carrière sous Bourguiba, occupant des postes prestigieux (ambassadeur de Tunisie en France (1970-71), ministre de l’Intérieur (1965-69), de la Défense (1969-70) et des Affaires étrangères (1981-86). Après le 7 novembre 1987 et la prise du pouvoir par Ben Ali, il devient membre du RCD, est élu député aux élections de 1989 et préside la chambre des députés entre 1990 et 1991. Il reste député jusqu’en 1994 avant de se retirer de la vie politique.

20 . Entretien, 12 octobre 2014.

21 . L’expression revient maintes fois dans les entretiens que nous avons réalisés avec des membres de l’ancienne élite.

22 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

23 . Camau Michel, Geisser Vincent, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003.

24 . Hermet Guy, Linz Juan J., Rouquié Alain, Des élections pas comme les autres, Paris, Presses de la FNSP, 1978.

25 . Meeting d’Abbes M., 12 octobre 2014. Observations.

26 . Heurtaux Jérôme, « L’amont et l’aval d’une loi électorale. Les «élections de changement de régime» en Pologne sous l’angle d’une sociologie politique du droit », Revue française de science politique, vol. 63, 2013, n°3-4, p. 519-544.

27 . Aït-Aoudia Myriam, L’expérience démocratique en Algérie…, op. cit.

28 . Si la loi électorale interdisait alors aux hauts cadres du RCD de se présenter aux élections, elle ne les interdisait pas de fonder un parti politique et de composer des listes en présentant des candidats éligibles. Ce fut la stratégie de Kamel Morjane, dont le parti obtint cinq députés, mais tous élus dans le Sahel, zone de force du RCD et vivier des élites tunisiennes.

29 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

30 . Miquet-Marty François, « Les agents électoraux. La naissance d’un rôle politique dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Politix, vol. 10, n°38, 1997, p. 47-48.

31 . Parti socialiste destourien, nom donné au parti de Bourguiba de 1964 à 1988.

32 . Entretien avec Abbes M., quelques minutes avant son meeting de lancement, 12 octobre 2014.

33 . Id.

34 . L’ISIE est l’Instance supérieure indépendante des élections. La loi électorale du 26 mai 2014 prévoit un financement public des listes candidates.

35 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

36 . Id.

37 . Pour paraphraser Theda Skocpol à propos des révolutions. Cf. Skocpol Theda, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard, 1985, p. 38.

38 . Au moment des élections, les mécanismes adoptés dans le cadre d’une « justice transitionnelle » n’étaient pas encore opératoires.

39 . Entretien avec Abbes M., quelques minutes avant son meeting de lancement, 12 octobre 2014.

40 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014. Au cours de la marche effectuée le 12 octobre 2014 dans un quartier populaire de Tunis, des passants ont crié des slogans hostiles aux « rcdistes » quand d’autres ont manifesté leur soutien à Ben Ali. La gêne alors manifestée par le candidat vis-à-vis des deux positions illustre de façon éloquente l’ambivalence de son positionnement.

41 . Mink Georges, Szurek Jean-Charles, La grande conversion., op. cit.

42 . Ce discours était cependant moins fréquent en 2011, après le 14 janvier. Les discours sur le passé doivent en effet être systématiquement rapportés au contexte dans lequel ils sont produits.

43 . Mohsen Abbès, Servir. Mémoires désabusés d’un commis de l’État, Tunisie 1971-2011, Paris, Tchou, 2012.

44 . Par référence au « coup d’État médical » perpétré dans la nuit du 6 au 7 novembre 1987 par le Premier ministre de l’époque, Ben Ali, qui destitue alors le « leader suprême » Habib Bourguiba.

45 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

46 . Mohsen Abbès, Servir…, op. cit.

47 . Entretien au domicile du candidat, 8 octobre 2014.

48 . Id. Mohsen appartient à un parti, L’Initiative, qui a fait de cette réhabilitation sans revanche l’un des crédos de son discours politique.

49 . Ce qui ne signifie pas dans notre esprit que les acteurs procèdent à un calcul rationnel déterminant leur préférence pour tel ou tel régime, comme le pensent beaucoup de spécialistes des transitions démocratiques. Cf. Alexander Gerard, The Sources of Democratic Consolidation, Ithaca & London, Cornell University Press, 2002.

50 . Linz Juan J., Stepan Alfred, Problems of Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, Baltimore & London, John Hopkins University Press, 1996.

51 . Sur l’émergence de la démocratie dans le monde arabe sous l’angle de l’accommodement des acteurs à un nouvel état du jeu, cf. Salamé Ghassan (dir.), Démocraties sans démocrates. Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayard, 1994.

52 . Entretien avec Abbes M., quelques minutes avant son meeting de lancement, 12 octobre 2014.

53 . La presse nationale et internationale a fortement contribué à ce cadrage de la campagne. Voir notamment la une de l’hebdomadaire Réalités, « Les RCDistes et les élections. Un retour controversé », N°1501, 2-8 octobre 2014.

54 . Heurtaux Jérôme, « Combats pour la présidentielle. Comment comprendre et dépasser les peurs réciproques ? », Réalités, n°1510, 4-10 décembre 2014.

55 . Voir le dossier « Inconstances politiques », Politix, vol. 14, n°56, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Heurtaux, « « L’ancien régime » à l’épreuve de l’élection concurrentielle : Abbes Mohsen, ancien maire de Tunis et candidat aux législatives du 26 octobre 2014 », L’Année du Maghreb, 13 | 2015, 283-294.

Référence électronique

Jérôme Heurtaux, « « L’ancien régime » à l’épreuve de l’élection concurrentielle : Abbes Mohsen, ancien maire de Tunis et candidat aux législatives du 26 octobre 2014 », L’Année du Maghreb [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2605 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2605

Haut de page

Auteur

Jérôme Heurtaux

Maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Dauphine. Membre de l’IRISSO (UMR 7170). Chercheur à l’Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis.

Articles du même auteur

Haut de page