Navigation – Plan du site
Editorial

Une communauté de chercheurs sur le Maghreb : à quel prix ?

Frédéric Abécassis
p. 3-5

Entrées d'index

Haut de page

Notes de l'auteur

Le titre renvoie à celui de la table ronde organisée par la Société d’histoire Moderne & Contemporaine à Paris le 12 juin 2015 : « L’édition des revues en “accès gratuit” : à quel prix ? La généralisation de l’accès libre menace-t-elle l’équilibre économique des revues d’histoire ? ».

Texte intégral

  • 1 . Chartier Roger, « L’écrit sur l’écran. Ordre du discours, ordre des livres et manières de lire », (...)

1Le projet de loi « pour une République numérique » déposé à l’Assemblé
nationale le 9 décembre 2015 par le Gouvernement a fait rebondir de vifs débats parmi les revues de sciences humaines et sociales françaises. Roger Chartier voyait déjà, il y a dix ans, dans cette révolution qui, « pour la première fois dans l’histoire, associe dans le même temps une révolution de la modalité technique de la reproduction des textes (comme l’invention de l’imprimerie), une révolution du support de l’écrit (comme la révolution du codex) et une révolution de l’usage et de la perception des discours (comme les différentes révolutions de la lecture) », l’affrontement de deux logiques entre les chercheurs et les éditeurs : « la logique d’une communication gratuite, qui renvoie à l’idéal des Lumières du partage de la connaissance, et la logique économique de la publication, justifiée par les coûts du contrôle des énoncés et fondée sur les notions de droit d’auteur et de profit commercial »1.

2À l’image de ce clivage, le débat s’est largement polarisé entre les deux bouquets francophones de diffusion des revues en sciences sociales. D’un côté, le portail Cairn.info, créé à l’initiative d’éditeurs privés et d’investisseurs institutionnels ; de l’autre le portail Revues.org, initialement conçu comme une association de revues et devenu partie prenante d’une unité mixte de service du CNRS, le Centre pour l’édition électronique ouverte (CLÉO).

3Le portail Revues.org a fait depuis 20112 de l’offre Freemium ‒ à laquelle L’Année du Maghreb a souscrit dès 2012 – un modèle de diffusion ouverte : les articles sont immédiatement disponibles, sans barrière mobile ni embargo, dans une version html ; par l’intermédiaire d’une institution abonnée au bouquet, on peut y accéder dans des formats plus faciles à télécharger et à archiver (pdf et e-pub). Les éditeurs et responsables des revues présentes sur le portail Cairn.info demeurent quant à eux attachés à une barrière mobile permettant la vente en ligne des articles pendant la durée de l’embargo. Le produit de ces ventes vient s’ajouter à celui des abonnements des bibliothèques ou institutions qui y donnent accès. Et les responsables de ces revues, craignant de voir celles-ci privées des ressources redistribuées par les éditeurs, soucieuses de « l’indépendance de leurs supports éditoriaux [...] et de la qualité des publications » ont pointé un risque d’« étatisation des revues de savoir françaises » et appelé à « une transition raisonnée vers un plus large accès ouvert aux écrits scientifiques financés sur fonds publics »3.

Une « communauté d’intérêts »4

  • 4 . L’expression est empruntée à Robert Ilbert, qui désignait par là le ressort intime de la municipa (...)

4Comme beaucoup d’autres revues, L’Année du Maghreb n’a pas pris part à ce débat. Parce que le temps de l’édition scientifique et celui de l’actualité sont difficiles à concilier ; parce que, disons-le, ce débat nous est un peu apparu comme un débat d’éditeurs et de diffuseurs, dans lequel les revues se trouvaient somme toute captives. Les choses sont aussi beaucoup plus complexes que la présentation schématique qui en a été faite plus haut. Toutes les revues présentes sur les deux portails ne sont pas des revues de publications scientifiques, mais parfois des revues grand public de débat et de vulgarisation ; il existe, sur Revues.org, des revues fonctionnant avec une barrière mobile et inversement, certaines peuvent avoir réduit la leur sur le portail Cairn. Et lorsqu’on consulte des articles depuis une bibliothèque universitaire affiliée aux deux bouquets, on ne perçoit aucune différence entre celles qui ont une barrière mobile et les autres. Certaines rédactions, divisées, se sont bien gardées de prendre position, les plus délicates à gérer étant sans doute celles de revues figurant sur les deux portails ‒ et tirant, disons-le aussi, avantage des deux. Nous ne nous sommes pas impliqués dans ce débat parce qu’enfin et surtout, l’engagement de la Rédaction de L’Année du Maghreb pour une édition ouverte, bénéficiant de l’accompagnement du CLÉO s’est imposé depuis 2012 comme une évidence, tant il correspondait à notre souhait de voir dialoguer des chercheurs partageant les mêmes centres d’intérêt de part et d’autre de la Méditerranée, et même outre-Atlantique.

  • 5 . Minard Philippe, « Les revues à l’âge numérique : au péril de l’idéologie », Revue d’histoire mod (...)

5Il faut saluer l’initiative de la Revue d’Histoire moderne et contemporaine d’avoir largement clarifié les termes du débat et d’en avoir rendu les chercheurs partie prenante. Toutefois, L’Année du Maghreb ne peut se reconnaître dans les propos alarmistes de son éditorial : « Si la promotion de l’accès ouvert devait se traduire par la mort annoncée des revues de SHS de langue française, nous y aurions tous perdu ».5

  • 6 . Calafat Guillaume, Monnet Éric, « À la recherche de l’accès ouvert. Revues et nouveaux formats nu (...)

6Au niveau d’une revue attachée à remplir sa double mission « d’instance collégiale de validation des résultats de la recherche scientifique et leur diffusion au plus grand nombre grâce aux possibilités offertes par l’édition électronique »6, la question ne se pose pas en ces termes.

7Qu’on en juge : en l’espace de quatre ans, l’accès ouvert a fait passer la part des lecteurs du Maghreb à un peu plus de 40 % du public de la revue (exerçant pour plus de la moitié d’entre eux au Maroc), tandis que la part du lectorat exerçant dans des institutions françaises a diminué, passant de 50 % des réponses la première année à 37 % aujourd’hui, toutes réponses cumulées. Les 22 % des lecteurs déclarés restants se répartissent entre des pays d’Europe et des Amériques. Le constat d’un élargissement de l’audience de nos travaux est partagé par les revues partenaires, présentes pour beaucoup d’entre elles sur la plateforme Revues.org : l’Encyclopédie berbère, la REMMM, Égypte-Monde arabe, Arabian Humanities, Les Cahiers de l’EMAM, Les Cahiers de la Méditerranée, Insaniyât

8Il correspond aussi à l’implication d’une communauté très internationale : nos dossiers de ces dernières années ont été ou sont pilotés depuis Aix-en-Provence, Tunis, Rabat, Alger, Paris, Nantes, Princeton, Cagliari, Louvain, Lausanne, sans oublier Lyon. Certains ouvrages dont la vente en France s’étiolait, ont connu par ailleurs un surcroît d’intérêt à l’étranger, dès leur mise en ligne sur le portail d’Open Édition. On ne saurait trop saluer l’effort fourni par le CLÉO ces dernières années pour renforcer la synchronie des recherches menées de part et d’autre de la Méditerranée, et d’avoir permis de nouer des dialogues extrêmement fructueux.

9Une revue n’est pas seulement une institution attachée à sa pérennité et à sa propre survie, dont un modèle économique pourrait être la garantie. Elle est, en ce qui nous concerne, l’expression d’une communauté transnationale de chercheurs, ayant une « communauté d’intérêts » à son fonctionnement et aux régulations qu’elle met en œuvre. C’est cette communauté, propre à chaque revue, qui lui assure sa viabilité et son financement, et non l’inverse. L’édition ouverte permet de l’étendre et de la rendre visible ; reste à trouver le mécanisme vertueux susceptible d’en assurer le fonctionnement, et de faire de la revue l’expression pérenne de la communauté qu’elle contribue à structurer.

  • 7 . Cohen Évelyne, Goetschel Pascale, « L’Open Access vu par deux historiennes », Sociétés & Représen (...)

10Évelyne Cohen et Pascale Gœtschel ont repéré cinq modèles économiques envisageables de financement des publications scientifiques7, correspondant peu ou prou aux intérêts des différentes parties engagées dans une revue. Les deux premiers, la communication différenciée d’une version gratuite “légère” et d’une version “enrichie” payante d’un côté et l’affiliation des institutions de l’autre, sont au fondement même des modèles de Cairn.info et de Revues.org, les rapprochant bien plus qu’ils ne les opposent. Le modèle « auteur-payeur », qui transfère les coûts de publication aux auteurs, à leurs laboratoires ou aux projets de recherche disposant d’un financement spécifique exprime l’intérêt des auteurs, attachés à voir leurs travaux produire une avancée scientifique reconnue, être discutés et mis en débat par leurs pairs. Les publications dans des revues scientifiques sont à la base des progressions de carrière des chercheurs. Il en va de même de la participation au processus éditorial : les évaluations et relectures, si elles ne sont pas rétribuées, ne sont nullement gratuites et font partie intégrante du débat scientifique et de l’activité des chercheurs et enseignants chercheurs. La communauté d’intérêt s’étend ainsi aux laboratoires qui trouvent dans les revues un débouché pour leurs publications, aux université et instances d’évaluation qui sous-traitent, en quelque sorte, aux rédactions et comités de lecture, la partie la plus qualitative du processus d’évaluation des chercheurs.

11On peut considérer la fraction de salaire des enseignants-chercheurs et les postes mis à disposition du processus éditorial comme autant de subventions institutionnelles aux publications électroniques. Les subventions, qu’elles soient versées sous forme de salaire, de services ou d’espèces, représentent le quatrième mode de financement de ces publications, le cinquième étant constitué par le financement collaboratif, qui serait celui du lectorat. Les lecteurs font évidemment partie de cette communauté d’intérêt. Si l’on en croit le sondage en cours depuis quelques années, les milieux académiques représentent pour L’Année du Maghreb 88 % du lectorat. Cela laisse ouvertes quelques occasions espérées de voir la recherche être prise en considération par les décideurs ou infuser plus largement les débats de société. Mais il faut considérer que l’essentiel du lectorat étant rattaché à une bibliothèque universitaire qui paye un abonnement au bouquet numérique, les 12 % restants, si l’on envisageait de revenir à un accès payant, ne contribueraient que de façon marginale au financement de la revue.

12La position des éditeurs est sans doute dans ce contexte, la plus fragile. Si CNRS Éditions partage avec L’Année du Maghreb le produit des abonnements en ligne, celui de la vente au numéro et des abonnements de l’édition imprimée parvient à peine à couvrir les frais d’impression et de gestion devant la baisse tendancielle de la vente au numéro. La survie des éditeurs, dans ce contexte, dépendra des services qu’ils pourront assurer aux revues, de leurs offres d’abonnement et de leur politique commerciale à l’égard des bibliothèques. On peut en effet supposer que celles-ci deviendront, conformément à leur mission de conservation, les principaux acquéreurs des exemplaires papier des revues scientifiques.

Une Rédaction constituée en association

  • 8 . Article 2 des statuts de la Rédaction de L’Année du Maghreb.

13Disons-le fortement : le gain d’audience et les bénéfices en termes de retours et d’implication de la communauté scientifique ont été tels qu’il nous paraîtrait aujourd’hui impossible de remettre en cause l’accès ouvert. Sa progression nous semble au contraire inexorable dans le domaine des revues françaises attachées au dialogue euro-méditerranéen. Et disons-le tout aussi fortement : L’Année du Maghreb ne saurait s’interdire aucun de ces modes de financement, qui ne sont en aucun cas exclusifs les uns des autres. C’est pour marquer cette évolution, et pour pouvoir se doter des moyens de son autonomie que le Conseil scientifique du 7 octobre 2015 a décidé, en accord avec la Direction scientifique de l’INSHS, de constituer la Rédaction de l’Année du Maghreb (RAM) en association. Cette association est hébergée par l’IREMAM, qui continue de la faire bénéficier de ses locaux et, condition sine qua non d’existence de la revue, d’en assurer le secrétariat d’édition. Sa directrice en est membre de droit ; mais L’Année du Maghreb n’est plus la revue de l’IREMAM. C’est la RAM qui assure désormais la direction de la publication. Elle a compétence « sur tout ce qui concerne la politique éditoriale de la revue, son financement, les relations avec son éditeur et sa politique de diffusion. C’est elle qui assume la responsabilité scientifique du titre et sa représentation dans tous les actes de la vie civile »8.

14Le fait de doter la rédaction de la revue d’une personnalité juridique nous a semblé un levier nécessaire à assurer son autonomie par la pluralité et la souplesse de son financement, dans un esprit de mutualisation des moyens. À vrai dire, de tels mécanismes se sont spontanément mis en place dans le fonctionnement de la revue, et ils ne demandent qu’à être systématisés : telle ANR ayant publié une partie de ses résultats a pu contribuer à l’organisation d’une réunion ; d’autres laboratoires ont pu financer une journée d’étude en vue du lancement d’un dossier ; et d’autres réunions se tenir à l’occasion du Maghreb des Livres ou bien du congrès du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans. Il appartiendra à Aurélia Dusserre, qui a bien voulu assumer la charge de trésorière de l’association, de rappeler régulièrement la nécessité de ce financement participatif ; et à l’ensemble de la Rédaction de prospecter les instances susceptibles de financer son fonctionnement.

15Au demeurant, les dépenses ne seront pas somptuaires : le recours de plus en plus fréquent à la visioconférence et aux documents partagés en ligne permet d’assurer au moindre coût la collégialité du travail. Tant que le secrétariat d’édition sera assumé par l’IREMAM, L’Année du Maghreb n’a guère d’inquiétude à avoir sur son fonctionnement. Toutefois, dans les années qui viennent, la traduction en arabe et en anglais du plus grand nombre possible d’articles sera la clé d’une ouverture réussie ou pas vers l’étranger et notamment vers le public étudiant des départements de sciences sociales des universités du Maghreb. Un premier soutien à la traduction a été obtenu de la MMSH en 2015, un plus récent de la part de l’INSHS, et une réflexion sur l’ensemble des revues du champ est en cours dans le cadre du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans.

16Une revue ne saurait se réduire à un modèle économique. Elle est surtout le résultat de l’engagement de chacun de ses membres, des complicités et des affinités qui se nouent, petit à petit, au sein d’une rédaction, du dévouement de celles et ceux qui travaillent, au quotidien, à la cohésion de l’équipe. Il nous faut pour illustrer ce point saluer le travail remarquable réalisé par Sabine Partouche au secrétariat d’édition tout comme au secrétariat de la RAM. Véritable cheville ouvrière et âme de la revue, tour à tour correctrice, maquettiste, opératrice en PAO, elle est aussi à l’occasion iconographe, ou graphiste tout en assurant un dialogue permanent avec les auteurs. Mais un numéro de revue est un ouvrage collectif et une fois de plus, pour cette nouvelle livraison, l’implication des uns et des autres a été à la hauteur des exigences. Il faut d’abord saluer le travail des auteurs et de ceux qui les ont convaincus de soumettre leurs textes aux fourches caudines de l’évaluation. Yvan Gastaut a su coordonner ce dossier en nous montrant, avec les auteurs qu’il est parvenu à mobiliser, qu’au-delà de l’air du temps, la musique accompagne les moments les plus cruciaux de l’histoire des sociétés. Les évaluateurs et chargés de suivi de chacun des articles ont réussi à finaliser les textes en temps et en heure grâce à la coordination qu’ont assurée Katia Boissevain et Vincent Geisser, rédacteurs en chef respectifs des varia et des études inédites. Cette livraison est l’occasion pour L’Année du Maghreb de renouveler quelque peu son orchestration : chaque numéro aura dorénavant deux rédacteurs en chef issus de la Rédaction : l’un pour le dossier, l’autre pour les varia ou pour les chroniques. À chacun de mettre en musique une partition qui demeure une œuvre collective.

Haut de page

Notes

1 . Chartier Roger, « L’écrit sur l’écran. Ordre du discours, ordre des livres et manières de lire », Entreprises et histoire 2/2006 (n° 43), p.  15-25.

URL : www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2006-2-page-15.htm.

DOI : 10.3917/eh.043.0015.

2 . Cela avant même la recommandation de la Commission européenne du 17 juillet 2012 : http://ec.europa.eu/research/science-society/document_library/pdf_06/era-communication-towards-better-access-to-scientific-information_fr.pdf.

3 . http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/12/non-a-l-etatisation-des-revues-de-savoir-francaises_4846027_3232.html#yO1FYzZ6zjSYekBj.99.

4 . L’expression est empruntée à Robert Ilbert, qui désignait par là le ressort intime de la municipalité d’Alexandrie, fondée en 1891 par un groupe de notables de la cité.

5 . Minard Philippe, « Les revues à l’âge numérique : au péril de l’idéologie », Revue d’histoire moderne et contemporaine 5/2015 (n° 62-4 bis) , p.  8-21.

URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2015-5-page-8.htm.

6 . Calafat Guillaume, Monnet Éric, « À la recherche de l’accès ouvert. Revues et nouveaux formats numériques », Revue d’histoire moderne et contemporaine 5/2015 (n° 62-4 bis) , p.  33-42

URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2015-5-page-33.htm.

7 . Cohen Évelyne, Goetschel Pascale, « L’Open Access vu par deux historiennes », Sociétés & Représentations 1/2014 (N° 37), p.  143-154.

URL : www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2014-1-page-143.htm.

DOI : 10.3917/sr.037.0143.

8 . Article 2 des statuts de la Rédaction de L’Année du Maghreb.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Abécassis, « Une communauté de chercheurs sur le Maghreb : à quel prix ? », L’Année du Maghreb, 14 | 2016, 3-5.

Référence électronique

Frédéric Abécassis, « Une communauté de chercheurs sur le Maghreb : à quel prix ? », L’Année du Maghreb [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2616 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2616

Haut de page

Auteur

Frédéric Abécassis

Président de la Rédaction de L’Année du Maghreb, ENS de Lyon, LARHRA.

Articles du même auteur

Haut de page