Navigation – Plan du site
Dossier : Musiques et sociétés

Alger, creuset musical franco-algérien : Sociabilités inter-communautaires et hybridations dans l’entre-deux-guerres

Algiers, Relationships between Societies of Indigenous Music and the French Musical Milieu in the Inter-war Period
Malcolm Theoleyre
p. 23-41

Résumés

Cet article explorera le monde musical algérois de l’entre-deux-guerres en portant le regard sur les relations entre les sociétés de musique indigène et les milieux musicaux français. Mettant en lumière l’idéal Jeune-Algérien et les aspirations à l’intégration sociale et politique des animateurs de ces sociétés, il s’agira de voir comment ce contexte a été particulièrement favorable à l’émergence de pratiques et de formes musicales syncrétiques, dont le vocable « musique andalouse » ne parvient pas à rendre pleinement compte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Nous employons ici le terme indigène « au vrai sens du terme », selon les mots d’Omar Carlier, pu (...)
  • 2 . Cette conception est sujette à débat tant sur le plan musicologique, qu’historique (Glasser, 2008 (...)

1À partir des années 1920 un vaste mouvement associatif musical indigène, juif et musulman1, émerge en Algérie. Ce mouvement, sur le modèle de la première société, El Moutribia (1912), va se consacrer à la diffusion d’un genre que l’on appelle communément « la musique andalouse ». Depuis le tournant du xxe siècle, la musique dite andalouse est réputée avoir émergé en Orient, être passée par l’Espagne andalouse avant de s’ancrer au Maghreb à la suite de la Reconquista et l’expulsion des populations musulmanes et juives2.

2Le profil indigène des acteurs de ces sociétés, ainsi que les origines précoloniales de la musique qui y était jouée, ont suscité des lectures politiques de ce mouvement : on a voulu insister sur la « mobilisation unanime de cette catégorie d’acteurs culturels dans le cadre de la résistance à l’hégémonie colonialiste » (Yelles, 2005, p. 344) et voir dans l’activité musicale de ce mouvement l’affermissement de la « personnalité algérienne » (Bouzar-Kasbadji, 1988, p. 84). Cette lecture tend à associer cette musique à la « prise de conscience nationaliste » et à insister sur l’importance de la « perpétuation du fonds musical andalou » dans la constitution d’une « musique classique ‘algérienne’ » (Bouzar-Kasbadji, 1988, p.86). Or, précisément, le processus de formation de ce genre est indissociable des dynamiques relatives à la « situation coloniale » (Miliani, 2007, p. 26) : dans l’entre-deux-guerres particulièrement, il s’agit d’une musique mouvante, dont les appellations données par les sociétés de musique indigène renvoient à des représentations diverses, voire contradictoires - musique « arabe », musique « orientale », musique « andalouse », « dite andalouse », ou « musique classique ». Des soupçons ont pesé sur la part « d’invention » qui a caractérisé ce moment de rénovation musicale (Glasser, 2012, p.672-672) et, aujourd’hui encore, les contours de cette musique sont discutés (Marouf, 2002, p. 12-15).

3Notre propos ici est de démontrer en quoi le mouvement associatif de l’entre-deux-guerres, plutôt que de constituer un moment d’affermissement par la conservation du genre andalou, en a entretenu la plasticité. À ce titre nous emploierons la notion de « musique indigène » parce qu’elle permet d’illustrer la singularité du contexte et de mettre en lumière un enjeu central de cette période musicale : la relation que cette musique entretient avec le monde « français », à Alger en particulier.

4Le rôle de truchement joué par les musiciens juifs entre le monde européen et le monde musulman a été justement et précisément souligné (Miliani, 2011, p. 177). Il ne faut pas en déduire que les relations entre musiciens et mélomanes européens et musulmans ont été moins développées. Au contraire, dans le milieu des sociétés de musique indigène, qui mêlent musulmans et israélites, le côtoiement des Européens est une aspiration partagée. Dans ces conditions, une analyse de « l’exploration des mélanges » qui touchent le milieu musical indigène semble devoir primer sur l’idée de « sa persistance et ses résistances à la colonisation » (Gruzinski, 2012, p.50-51). Car, du côtoiement intercommunautaire vont naître des formes de sociabilité et des pratiques musicales syncrétiques, accroissant la nébulosité du genre dit andalou.

La musique indigène dans l’Alger franco-musulmane

  • 3 . Notre propos et le croquis sont basés sur la liste de l’ensemble des musiciens dont les noms et l (...)

5Les évolutions de la musique indigène d’Alger vers des formes métissées puisent dans le contexte social et politique de l’entre-deux-guerres. Les sociétés de musique indigène connaissent un intense élan de vitalité à partir des années 1920 : entre autres fondations, on peut citer l’Ifrikia Club (1924), El-Andalousia (1929), El-Djazaïria (1930), El-Mossilia (1928/1932) et El-Ghernata (1933)3. Ces sociétés, moteurs de la vie musicale, sont affectées par les mutations qui touchent la société algéroise, qu’il s’agisse de la transformation de l’espace urbain ou de l’affirmation d’une élite politique indigène qui professe l’idéal « franco-musulman ».

La musique indigène dans la ville européenne

6Faute de pouvoir suivre les trajectoires de l’ensemble des membres des sociétés musicales, les archives produites par les structures associatives permettent au moins de dessiner plus finement le profil de leurs animateurs (Carlier, 2009, p. 69-70). Les listes des membres des conseils d’administration ne font pas seulement état de l’emplacement du siège social, mais également de l’adresse et de la profession de chaque administrateur, ainsi que celle du siège social. Elles témoignent d’un mouvement de sortie de la Casbah de ces sociétés : si la vieille ville demeure un lieu où se tiennent nombre de soirées musicales (Carlier, 2009, p. 70), les animateurs ont plutôt tendance à occuper des espaces d’interface, voire franchement européanisés.

7Certes, au cours des années 1930, la haute Casbah abrite quelques membres des conseils d’administration des sociétés à majorité musulmane – Djazaïri et Ghernata en particulier –, mais elle est loin d’être centrale. Comme on le voit sur le croquis, à cette date, le 3e arrondissement abrite la plus grande partie des animateurs des sociétés de musique indigène. Un second phénomène notable est la résidence périurbaine d’un nombre important des membres des bureaux – à Saint-Eugène, Kouba, El-Biar en particulier. Enfin, il est important de noter un mouvement significatif vers Bab-El-Oued, qui concerne exclusivement les animateurs israélites.

8Il faut lire ce déplacement à la lumière des dynamiques socio-urbaines de l’entre-deux-guerres. Alger connaît un mouvement de migration interne assez intense qui suit une logique centrifuge : les familles indigènes les plus anciennement établies et suffisamment dotées quittent la vieille ville, cédant leur place aux migrants ruraux, kabyles en particulier (Lespès, 1930, p. 549). Ce mouvement centrifuge a pour épicentre le 2e arrondissement, là où se trouve la haute Casbah, quartier le plus dense et le plus pauvre d’Alger (Lespès, 1930, p.523-524). Il s’agit aussi du seul quartier qui ait gardé sa morphologie précoloniale et dont la majorité de la population soit musulmane – 80% en 1926 (Lespès, 1930, p. 273, 438 et 523). En quittant la haute Casbah, les migrants intra-urbains se dirigent vers des quartiers plus européens. Ainsi le 3e arrondissement, qui concentre le plus grand nombre d’administrateurs de sociétés de musique indigène, se caractérise par le degré les plus élevé de mixité intercommunautaire et une morphologie urbaine européenne (Lespès, 1930, p. 526).

9Ce phénomène, en plus d’attester d’une logique de contact, nous informe sur le statut social des animateurs de ces sociétés, qui appartiennent aux « nouvelles classes moyennes citadines » (Ageron, 2005a, p. 375), voire au milieu de la haute notabilité indigène, engagée en politique et favorable à l’intégration des musulmans aux cadres sociaux et politique européens.

Répartition géographique des administrateurs des sociétés de musique indigène à Alger (1920-1930)

Répartition géographique des administrateurs des sociétés de musique indigène à Alger (1920-1930)

Les Jeunes-algériens dans le mouvement des associations de musique indigène : le rapprochement « franco-musulman » comme horizon

  • 4 . Propos du muphti Bendali Amor Kahoul lors des noces de Bedra Lekhal et Mahmoud Bakir Khodja Bensm (...)

10À la tête des sociétés de musique indigène, on remarque une forte présence de notables musulmans passés par l’école française, « intellectuels » ou « commerçants et industriels [...] qui ont plus ou moins adopté les procédés économiques ou techniques du monde capitaliste et ont réussi à s’enrichir » (Ageron, 2005b, p. 115). Le profil est celui du « jeune-algérien » politiquement engagé, d’esprit « franco-musulman », issu d’un réseau serré de « grandes et très anciennes familles »4 et dont les pratiques sociales sont empreintes de syncrétisme.

  • 5 . « Échos », L’Écho d’Alger, A23, n°8868, 15/11/1935, p. 2
  • 6 . Je remercie El-Hadi Khaïr de m’avoir mis sur la piste de cette information.

11Mis à part le Mizhar-El-Djazaïri (1938), l’ensemble des sociétés de musique indigène des années 1930 est lié au milieu de parenté gravitant autour des familles Chekiken et Ben Lekhal, par au moins un membre de leur bureau. Pour ces familles alliées, les sociétés musicales deviennent un lieu supplémentaire de sociabilité. Or ces sociabilités sont caractérisées par un degré d’acculturation remarqué. Ainsi, les journalistes de l’Écho d’Alger présents aux noces de Leïla Ben Lekhal et Hacen Ben El Kadi, saluent « une soirée en tous points semblable aux (leurs) » et soulignent le « chic digne d’une parisienne » des femmes de ce milieu indigène « lettré et élégant »5. Les amitiés européennes sont courantes, voire les amours, si l’on en croit les mariages de Hamoudou et Abderrahmane Chekiken à des Européennes6.

  • 7 . « Élections municipales d’Alger du 3 mai », L’Écho d’Alger, A14, n°5683, 30/4/1925, p. 2
  • 8 . « Les élections municipales d’Alger », L’Écho d’Alger, A18, n°7158, 14/5/1929, n.p. 
  • 9 . « Les élections municipales », L’Écho d’Alger, A18, n°7152, 8/5/1929, n.p.

12Nombre d’élus indigènes de l’agglomération d’Alger sont recrutés au sein de ce réseau de familles. Associés à la Liste républicaine d’union franco-musulmane dirigée par Hamoudou Chekiken, conseiller général, ces Jeunes-Algériens sont proches du mouvement initié par l’Ikdam et de la Liste d’union des républicains de gauche7. Aux élections municipales du 5 mai 1929, parmi les candidats, à Alger8 comme en banlieue9, on retrouve plusieurs noms des bureaux de sociétés de musique indigène de cette période. Plus qu’un milieu « para-politique » (Bouzar-Kasbadji, 1988, p. 58) qui masquerait son activité politique derrière l’appellation « culturelle », il s’agit bien d’élus dont l’engagement et le discours politique sont explicitement articulés.

Tableau 1 : Les élus indigènes d’Alger dans le mouvement associatif musical

Nom

Rôle dans les élections municipales de 1929

Bureau de société musicale
fréquenté entre 1924 et 1939

Ben El Kadi,
Yahia

candidat à Saint-Eugène

Moutribia (1929), Andalousia (1932)

Ben Lekhal, Aziz

élu à El-Biar*

Moutribia (1929-1933**) ; Djazaïria (1930) ; Andalouisa (1929)

Ben Redouane, Hamdane

élu à Saint-Eugène

Enchirah (1938)

Bensemane, Elias

élu à Alger

Mounchidia (1937) ;Djazaïria(1933)

Bensiame,
Mahmoud

élu à Hussein Dey

Ifrikia Club (1924) ;Djazaïria (1933)

Bensmaïa,
Abdelhadi

élu à Alger

Mossilia (1936)***

Chekiken,
Hamoudou

élu à Alger

Ifrikia Club (1924) ;Mossilia (1927) ; Djazaïria (1930-1933)

Guellati Ali

candidat malheureux à Alger

Mossilia (1927) ; Djazaïria (1930) ; Moutribia (1929-1936)

Tahar, Ali Cherif

candidat malheureux à Alger

Mossilia (1927) ; Moutribia (1929-1936)****

Zmirli, Larbi

candidat à Saint-Eugène

Enchirah (1938)

* « Fête indigène », L’Écho d’Alger, A20, n°7971, 6/8/1931, p. 5.
** Pour l’année 1933, on pourra trouver une liste du bureau de la Moutribia dans « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A22, n°8543, 25/12/1933, p. 9.
*** « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A25, n°9504, 12/8/1936, p. 7.**** Pour l’année 1936, on pourra trouver une liste du bureau de la Moutribia dans « Département d’Alger : dans nos sociétés», L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A4, n°2, 3/1936, n. p.

  • 10 . « Fédération des élus musulmans du département d’Alger », L’Écho d’Alger, A19, n°7693, 1/11/1930, (...)
  • 11 . « Fédération des élus musulmans du département d’Alger », L’Écho d’Alger, A19, n° 7702, 10/11/193 (...)

13En octobre 1930, à la suite des fêtes du Centenaire10, grand’messe du colonat, ces élus mélomanes fondent la Fédération des élus musulmans du département d’Alger. Avec Chekiken en figure de proue, appuyé par son beau-frère Aziz Lekhal, ainsi qu’Ali Guellati et Elias Bensemane, on constate que près de la moitié des membres du bureau de la nouvelle fédération sont également des animateurs des sociétés de musique indigène11. Le propos politique formulé à l’occasion de cette fondation permet d’illustrer les principes dans lesquels ces élus situent leur action publique, qu’elle soit strictement politique ou musicale. Chekiken et ses proches réitèrent leur foi dans un rapprochement « franco-musulman », en dépit des déceptions causées par la tonalité colonialiste du Centenaire, et persistent dans « [l]es sentiments d’union, d’attachement aux institutions républicaines et de dévouement à la cause commune », pour reprendre les termes de Mahfoud Kaddache (Kaddache, 2003, p. 198). L’investissement de ces élus mélomanes dans une activité associative franco-musulmane se poursuit, et interroge la portée du « basculement idéologique » qui aurait marqué cette année 1930 (Henry, 2012, p.374).

La mobilité inter-associative des animateurs

  • 12 . « Banlieue d’Alger », L’Écho d’Alger, A16, n°6647, 22/12/1927, n. p.
  • 13 . « Groupements et sociétés», L’Écho d’Alger¸ A19, n°7619, 19/8/1930, p. 4

14Plusieurs administrateurs des sociétés de musique indigène sont mobiles et partagent leur temps entre plusieurs sociétés. À l’heure où est fondée la Dajzaïria, on peut, à titre d’exemple, se pencher sur le cas de son vice-président, Aziz Lekhal. Comme nous l’avons vu Aziz Lekhal est élu à El Biar, une petite commune de banlieue très majoritairement européenne (Lespès, 1930, p.602-604). Riche propriétaire d’une villa à Hydra, il porte à la fois la chéchia et le costume européen et il est emblématique de ces acteurs dont la part « assimilationniste » du discours se traduit dans leurs pratiques. L’activité musicale de Lekhal confirme ce trait franco-musulman. En effet, L’Écho d’Alger nous apprend qu’en plus d’être assesseur à la Moutribia, l’Andalousia et la Djazaïria au tournant des années 1930, Lekhal est assesseur à la Concorde, société chorale dont le bureau est constitué d’Européens12. En 1930, on trouve Lekhal au bureau des Trompettes d’El Biar, une autre société de musique européenne13. On pourrait s’interroger s’il ne s’agit pas là que de gestes tactiques destinés à faire bonne figure auprès des autorités françaises ; mais le comportement général d’Aziz Lekhal atteste de la cohérence de ses positions : son discours porté par la fédération des élus indigènes, ses pratiques sociales et vestimentaires ainsi que son engagement dans le milieu musical arabe autant qu’européen laissent peu de place à des soupçons de dissimulation.

15La mobilité intercommunautaire de Lekhal n’est d’ailleurs pas une exception. Parmi ses parents, collègues et homologues associatifs, on compte d’autres noms qui partagent leurs responsabilités associatives entre les mondes musicaux indigène et européen, ce qui nous permet de compléter le tableau précédent :

Tableau 2 : exemples d’animateurs associatifs musulmans, ayant eu des fonctions aux bureaux de sociétés de musiques européenne et indigène.

Animateurs

Sociétés de musique indigène
administrées

Sociétés de musique
européenne administrées

Bensemane, Elias

Djazaïria (1933) ; Mounchidia (1937)

Avenir artistique du Ruisseau*

Ben Lekhal Aziz

Moutribia (1929-1936) ; Djazaïria (1930) ; Andalouisa (1929)

La Concorde**,
Trompettes d’El-Biar***

Guelatti, Ali

Mossilia (1927) ; Djazaïria (1930) ;
Moutribia (1929-1936)

Orphéon de Bab-el-Oued****

Guellati, Ahmed

Mossilia (1927) ; Djazaïria (1930) ;
Moutribia (1929-1936)

Alger-Tourist*****

Ikhlif, Bouzid

Andalousia (1935-1939)

Nouvelles trompettes algéroises******

* « Banlieue d’Alger », L’Écho d’Alger, A 25/5/1932, p. 5
** « Banlieue d’Alger », L’Écho d’Alger, A16, n°6647, 22/12/1927, n.p.
*** « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A19, n°7619, 19/8/1930, p. 4
**** « Assemblées générales », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A2, n°7, 3/1934, p. 16
***** « À Alger-Tourist», L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A2, n°6, 2/1934, p. 12.
****** « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A28, n° 10479, 15/4/1939, p. 6

  • 14 . Liste des membres du conseil d’administration de la Concorde musicale algéroise, 17/5/1930. AWA [ (...)
  • 15 . Liste des membres du conseil d’administration de la Nouvelle fédération musicale de l’Afrique du (...)

16Par ces quelques exemples attestés, on constate que la grande majorité des sociétés de musique indigène d’Alger partagent certains de leurs administrateurs avec des sociétés de musique européenne. Par ailleurs, à ces intermédiaires issus du milieu des élus indigènes et des grandes familles dites « évoluées » d’Alger, il faut ajouter des noms européens et israélites qui agissent également comme truchements entre les sociétés de musique indigène et européenne. C’est le cas d’Émile Duport membre de l’Andalousia et de la Concorde musicale algéroise14, ou d’Henry Meyer, également membre du conseil d’administration de l’Andalousia, ainsi que de celui de la Nouvelle fédération musicale de l’Afrique du Nord (NFMAN)15.

17Aussi, les truchements entre le monde musical indigène et européen sont nombreux et répondent, dans une large mesure, à des aspirations communes de proximité et d’intégration. Ces aspirations tiennent de logiques politiques et sociales, autant que strictement musicales.

Les sociabilités intercommunautaires du monde musical
associatif d’Alger

18En plus d’être connectées par certains de leurs membres, la plupart des sociétés de musique indigène et européenne sont liées institutionnellement par des structures fédérales communes. Il s’agit essentiellement de la NFMAN et de ses dérivés. Dans le cadre de ce mouvement fédéral, les sociétés de musique indigène sont mises au contact des sociétés de musique européenne.

Les sociétés de musique indigène dans les fédérations musicales d’Alger

  • 16 . « Après le concours international de musique d’Alger », L’Écho d’Alger, A19, n°7624, 24/8/1930, p (...)
  • 17 . Statuts de la Nouvelle fédération musicale de l’Afrique du Nord,7/8/1931. AWA [1Z8/501]
  • 18 . Statuts de l’Interfédération musicale de l’Afrique du Nord, 29/5/1933. AWA [1Z118/2092]
  • 19 . Statuts de la Nouvelle fédération musicale d’Afrique du Nord, 7/8/1931. AWA [1Z8/501].
  • 20 . « Le grand défilé des société », l’Écho musical de l’Afrique du Nord, A1, n°1, 8-9/1933, p. 11
  • 21 . « L’Interfédération musicale de l’Afrique du Nord », l’Écho musical de l’Afrique du Nord , A1, n° (...)
  • 22 . La Dajazaïria et la Gharnata ont fusionné en 1935. Lettre adressée au préfet d’Alger, 7/5/1935. A (...)
  • 23 . « Département d’Alger : dans nos sociétés », L’Écho musicale de l’Afrique du Nord, A4, nouvelle s (...)
  • 24 . « À l’Interfédération musicale de l’Afrique du nord », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A2, n (...)

19La NFMAN émerge à l’occasion du centenaire de la colonisation16 – ses statuts sont déposés en 193117 ; elle est remplacée, deux ans plus tard, par l’Interfédération musicale de l’Afrique du Nord (IMAN)18. Ayant pour but de « répandre et de favoriser l’Art Musical », la NFMAN se présente comme une institution de regroupement de toutes les sociétés musicales, de défense de leurs intérêts, d’organisation et de réglementation des concours musicaux19. À mesure qu’elles sont créées dans les années 1930, la plupart des sociétés de musique indigène adhèrent à la fédération. On peut suivre ce phénomène grâce à l’Écho musical d’Afrique du Nord, organe de l’IMAN dès 1933, dans laquelle sont rapportées les adhésions et les activités. D’abord la Moutribia est citée comme participant au défilé de l’Interfédération dès septembre 193320, ce qui laisse supposer que la société de musique indigène était déjà adhérente de la NMFAN avant qu’elle ne devienne l’IMAN, en 1933. C’est également le cas de l’Andalousia, puisque la nomination d’un de ses membres, Joseph Zelphati, au premier conseil d’administration21 laisse supposer que l’Andalousia était une adhérente précoce de la NFMAN, avant 1933. Le cas est similaire pour la Djazaïria, dont il faut rappeler qu’elle a été fondée en janvier 1930. Si son adhésion n’est jamais rapportée pendant la durée d’existence de l’Écho musical, la rubrique « Département d’Alger : dans nos sociétés », fait mention du renouvellement du bureau de la Djazaïria-Ghernatia22en 1936 et en transcrit la nouvelle composition23, ce qui laisse supposer que la Djazaïria adhére à la Fédération entre 1930 et 1933. Enfin, la Mossilia, « société de musique orientale », adhère en avril 193424.

  • 25 . Annonce dans L’Écho d’Alger, A4, nouvelle série, n°2, 2-3/1936, n.p. 

20L’adhésion aux institutions fédérales est d’autant plus significative qu’elle n’est pas systématique : il n’y a pas de mécanisme administratif ou d’usage qui entraine l’adhésion automatique d’une société à une fédération. D’ailleurs, à en croire la publicité que fait l’Écho musical au nom de l’Interfédération, les sociétés algériennes sont loin d’être toutes affiliées25. De ce point de vue, toute adhésion à la fédération départementale et à l’Interfédération semble traduire une intention manifeste de participer aux événements inter-associatifs et de bénéficier de la dynamique impulsée par ces organismes.

Le banquet de la Sainte-Cécile à la Brasserie de l’Étoile (1933)

Le banquet de la Sainte-Cécile à la Brasserie de l’Étoile (1933)

Les événements intercommunautaires

  • 26 . « L’Apéritif-concert des sociétés El-Andalousia et Les Nouvelles Trompettes Algéroises », L’Écho (...)
  • 27 . Comme nous le mentionnions en introduction, nous n’utilisons le terme indigène au sens juridique (...)
  • 28 . « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A22, n°8543, 25/12/1933, p. 9

21Les années 1930 marquent une généralisation des événements intercommunautaires. Il peut s’agir de rendez-vous inter-associatifs ponctuels, à l’image de l’« apéritif-concert » donné en commun par les Nouvelles trompettes algéroises et l’Andalousia, à l’Alhambra, située rue d’Isly, en 193426. L’événement devient un moment de sociabilité qui réunit plusieurs des membres indigènes – israélites pour la plupart27 – et européens du monde associatif algérois, et en particulier les dirigeants des instances fédérales. Il ne s’agit pas d’un exemple unique : on peut citer la fête organisée par la Moutribia, en 1933, qui réunit les acteurs des milieux musicaux indigène et européen dans le cadre de cette sociabilité fédérale28.

  • 29 . « Fédération Musicale du Département d’Alger », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A1, n°4, 12/ (...)
  • 30 . « Banquet de la Sainte-Cécile ». Archives de la famille Kespi/Kalfon.

22Cette proximité inter-associative et intercommunautaire, prend aussi la forme de festivals et de défilés coordonnés par l’IMAN. Le festival de la Sainte-Cécile (Sainte patronne des musiciens) est le moment fort de l’année musicale. Il consiste en un concert, un défilé de toutes les sociétés, « avec drapeaux et bannières », et un banquet29. Cette scène de banquet à la Brasserie de l’Étoile, en 1933, atteste de ce moment de convivialité inter-associative30: au premier plan on identifiera au moins quatre membres de la Moutribia : Maklouf Ayache, Léon Keichtel, Mahieddine Bachtarzi et Joseph Kespi.

  • 31 . Voir supra, p. 7
  • 32 . « Une grandiose manifestation », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A6, n°57, 12/1938, p. 3. Po (...)
  • 33 . Demande d’autorisation de défiler adressée au préfet par la Fédération musicale du département d’ (...)

23La participation de la Moutribia au défilé est attestée dès l’été 193331. Par ailleurs, l’Écho musical fait état de la participation de l’Andalousia à celui de novembre 193832. En 1937 le parcours emprunte la rue Berthezène, l’avenue Pasteur, la rue d’Isly jusqu’au square Aristide-Briand, en face de l’opéra33 : il traverse ainsi le 4e arrondissement – quartier européen – et le 3e. Les défilés organisés par le mouvement fédéral permettent d’allonger l’enjambée intercommunautaire en inscrivant la musique indigène au cœur d’événements français importants – la Sainte-Cécile ou le 11 novembre –, jusqu’à mener ses représentants sous les fenêtres des Européens.

Nouvelles représentations de la musique

  • 34 . Statuts de l’association El-Moutribia, 4 juillet 1912. Archives de la Wilaya d’Alger [1Z6/420]
  • 35 . Cachet appliqué sur une lettre du Plectre algérois adressée à la Préfecture, 1910 et en-tête impr (...)
  • 36 . En-tête d’une lettre adressée au préfet d’Alger. 30/11/1939. Archives de la Wilaya d’Alger [114/1 (...)

24L’intégration des sociétés de musique indigène au mouvement associatif européen se manifeste par l’adoption de signes extérieurs d’un genre nouveau. Il peut s’agir d’uniformes, comme à la Moutribia, où « [t]ous les membres actifs sont obligatoirement tenus d’être coiffés d’une chéchia d’un modèle adopté par l’Association et de porter les insignes de la Société à la boutonnière à chaque concert, excursion ou sortie »34. Il s’agit aussi de l’adoption de thèmes iconographiques destinés à structurer l’identité visuelle des sociétés. Le phénomène est particulièrement visible à l’observation de leurs logotypes, qui s’appuient sur la symbolique européenne. Dès sa création, la Moutribia avait adopté un logotype très similaire à celui du Plectre algérois35. Les logotypes des deux sociétés figuraient une mandoline et une guitare, croisées et encerclées de lauriers. La Djazaïria adopte également ce thème36.

Logotype de la Djazaïria

Logotype de la Djazaïria

Logotype de la Moutribia

Logotype de la Moutribia

Logotype du Plectre algérois

Logotype du Plectre algérois

25Sur le logotype de la Djazaïria, on remarque que les frettes de la mandoline et de la guitare sont reproduites. Or, ces petites arrêtes métalliques serties dans le manche des instruments à cordes agissent comme des touches et servent à maintenir l’égalité du tempérament. Ces « ligatures fixes », propre aux instruments tels que la guitare ou la mandoline à cette époque, sont caractéristiques de la tradition musicale européenne. D’autre part, le logotype de la Djazaïria fait figurer une partition ouverte entre les deux instruments, dont on distingue bien les portées. Là encore, le système de notation musicale auquel cette représentation fait référence est en usage dans la pratique européenne de la musique, et n’est pas l’apanage « traditionnel » de la musique indigène. Cette représentation de la musique fondée sur des marqueurs issus de l’univers de la musique européenne traduit d’ailleurs une évolution des formes elles-mêmes puisque, comme nous le verrons maintenant, les instruments représentés sur ces logotypes sont effectivement entrés dans les orchestres associatifs indigènes algérois.

La scène musicale algéroise de l’entre-deux-guerres :
Un espace de métissage

26Le mouvement de rapprochement des communautés musicales européenne et indigène, dont nous avons tâché de présenter la substance politique et les mécanismes de sociabilité, a contribué à déterminer les modalités particulières d’évolution de la musique indigène. À Alger en particulier, de nombreuses mutations de la pratique et du répertoire interprété par les sociétés de musique indigène procèdent du phénomène de côtoiement que nous avons décrit. La musique indigène se place au croisement de « plusieurs mondes » (Gruzinski, 2012, p. 316) et se caractérise par le caractère mouvant propre à sa position. En ce sens, les formes musicales produites par les sociétés de musique indigène de l’entre-deux-guerres tiennent de la « création métisse » (Gruzinski, 2012, p. 310-312).

L’orchestre de la Moutribia (v. 1930)

L’orchestre de la Moutribia (v. 1930)

La Mossilia (1933)

La Mossilia (1933)

Les mutations de l’orchestre

27L’occidentalisation des orchestres arabes, du Maroc à l’Égypte, est un phénomène global qui, dans sa forme générale, dépasse les caractéristiques politiques de chaque pays. Mais le cas algérien témoigne des spécificités de la centralité du phénomène associatif. Les musicologues ont souligné l’impact déterminant de l’apparition d’instruments à ligatures fixes dans l’orchestre maghrébin (Lambert et Poché, 2002, p. 137), alors que l’usage de la mandoline et de ses dérivés dans l’orchestre, par dizaines d’instrumentistes, est une pratique propre aux estudiantinas européennes. Les sociétés de musique indigène, s’inspirant de cette configuration, vont ainsi faire une place prépondérante à la mandoline. Celle-ci, nous l’avons vu par l’observation des logotypes, devient même un marqueur visuel.

  • 37 . L’orchestre de la Moutribia. Archives Kespi/Kalfo
  • 38 . Coupure de journal issue des archives privées de Nasreddine Baghdadi.

28Comme le montre ce cliché de la Moutribia37, l’orchestre a conservé les instruments décrits par les musicographes du XIXe siècle – rebâb, violon, kouitra, derbouka, tar… –, mais la prédominance de la mandoline est manifeste. Un cliché de la Mossilia datant de 1933 révèle la même tendance38, puisque l’on peut y distinguer un violon, un tar, un rebâb et pas moins de huit mandolines

  • 39 . « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A22, n°8575, 1/4/1933, p. 10

29L’introduction de la mandoline a pu être favorisée par le diatonisme des modes de la musique citadine indigène, souligné par les musicologues (Guettat, p. 2001, 365-366), mais la présence de frettes et l’usage d’une échelle strictement tempérée limite les possibilités ornementales et joue en faveur d’une harmonisation des couleurs des répertoires indigènes sur le modèle européen. Cette évolution engagée par l’introduction d’instruments à touches est renforcée par l’usage du piano, instrument tempéré par définition. Le piano est déjà largement employé par les sociétés de musique indigènes dans les années 1930. La Moutribia l’a intégré à son orchestre – on le devine sur la photographie de l’orchestre (à droite) – ainsi que la Djazaïria comme en atteste « un concert donné par les élèves exécutants où brilla au piano notre jeune espoir, M. Abderrahman El Alamy »39. Ainsi, la place considérable prise par la mandoline, renforcée par d’autres instruments tempérés, constitue un élément significatif de convergence des orchestres de musique indigène et européenne, au point que le musicologue M. Guettat les considère « dommageable[s], non seulement au répertoire classique, mais aussi à la sensibilité même de l’oreille maghrébine » (Guettat, 2000, p. 356).

  • 40 . La Lyre algérienne qui crée une « École gratuite de musique » applique un principe strict de grat (...)
  • 41 . Pour la Djazaïria, voire les photographies mises en ligne par le Groupe Yafil, association de pro (...)

30Cette évolution de l’équilibre des instruments s’accompagne d’un accroissement de la taille des orchestres. Celui-ci, qui dépassait rarement un effectif de cinq musiciens au xixe siècle (Guessal, 2000, p. 29), comprendra, dans l’entre-deux-guerres, des effectifs de l’ordre de plusieurs dizaines. Aujourd’hui encore, l’Algérie semble se distinguer par la taille de ses orchestres de musique dite andalouse (Guettat, 2000, p. 355). Ce phénomène est directement lié à l’ambition démocratique derrière l’initiative associative encadrée par la loi de 1901. Il caractérise les sociétés musicales européennes ayant servi de modèle à la Moutribia, telle la Lyre algérienne40. Mohamed Ben Abderrazak a souligné ce phénomène dans le cas de la Moutribia (Ben Abderrazak, 1999), mais il faut bien insister sur le fait que cette tendance, également observée à la Mossilia et la Djazaïria41, est un trait général des orchestres indigènes des années 1930. Or, l’accroissement des effectifs de l’orchestre peut contribuer à d’autres évolutions : à une époque où la musique indigène commence à occuper cet « espace original » qu’est la scène (Bouzar-Kazbadji, 1988, p. 83), que l’accroissement du volume sonore est un facteur facilitant l’accès des sociétés à certains lieux, en particulier les espaces en plein air : l’acoustique et la taille du public accueilli dans un square imposent des conditions différentes de celle propres à une fête privée. Le square Aristide Briand, cerclé de voies de circulation, est représentatif de cette contrainte.

Les nouvelles formes de représentation scénique

  • 42 . « Fêtes et concerts. Au square de la République », L’Écho d’Alger, A1, n°190, 21/9/1912, n.p. ; « (...)
  • 43 . « Les fêtes à Alger. Concert artistique au square de la République », Echo d’Alger, A2, n°502, 30 (...)
  • 44 . Voir supra, p. 8
  • 45 . Il s’agit d’un comité d’aide aux anciens soldats nord-africains et à leurs familles. ANOM [915/74
  • 46 . « La grande soirée de gala du Dar El Askri », L’Écho d’Alger, A25, n°9587, 3/11/1936

31Dans le contexte algérois, il n’est pas rare que des concerts soient organisés en commun avec des sociétés européennes. Par exemple, la Moutribia collabore depuis longtemps et régulièrement avec des estudiantinas et des fanfares européennes, telles les Estudiantinas réunies d’Alger, de Bab-El-Oued et de Mustapha42 ou l’Africaine de Mustapha43.Cette tendance s’accentue dans les années 1930, puisque les associations indigènes nouvellement crées consentent à partager la scène avec des sociétés européennes. Il en va ainsi de l’apéritif-concert de l’Andalousia et des Nouvelles trompettes algéroises44, ou, entre autres exemples, la participation de la Djazaïria-Ghernatia à une « soirée gala » donnée à la Dar el Askri (maison du combattant) par le Comité des amitiés africaines45. À ce gala l’Accord parfait et la musique des Zouaves se produisaient aux côtés de la société de musique indigène46.

  • 47 . C’est cas, par exemple, du premier concert de la Moutribia donné en commun avec les Estudiantinas (...)
  • 48 . Rapports journaliers du Théâtre municipal (7/4/32 - 22/12/34), ACA.
  • 49 . « Galas de musique orientale », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A2, n°7, 3/1934, p. 9
  • 50 . « Spectacles », L’Écho d’Alger, A19, n°7444, 24/2/1930, p. 7
  • 51 . « Fêtes et concerts », L’Écho d’Alger, A23, n°8607, 27/2/1934, p. 10

32Ces coproductions ont souvent lieu dans des espaces extérieurs, en particulier le square Aristide Briand du 3e arrondissement47, mais le tournant des années 1930 marque également l’accession des sociétés de musique indigène à la scène de l’opéra. Il en va ainsi des « galas orientaux » qui ont lieu plusieurs fois par an48. Il semble que ces soirées puissent mêler théâtre et musique, l’Écho musical évoquant « une formule de spectacle spécifiquement algérienne »49. Ce format n’est pas propre à la Moutribia, dont les penchants pour le « music-hall » ont suscité des critiques (Bouzar-Kasbadji, 1988, p. 80), mais est commun aux autres sociétés de musique indigène qui se produisent à l’occasion de ces soirées. Ainsi, une annonce pour le gala organisé par la Djazaïria, le 24 février 1930, fait mention du « gracieux concours de la troupe [de théâtre] Rachid Ksentini et Marie Soussan »50, tout comme une réclame pour le gala organisé par la Mossilia, le 2 mars 193451.

Acculturation et mixité des publics

  • 52 . « Fêtes et concerts », L’Écho d’Alger, A23, n°8896, 13/12/1934, p. 6

33En montant sur scène, les orchestres sont suivis par un public indigène relativement étranger aux institutions culturelles françaises et aux normes qui y prévalent. À l’occasion de la représentation de Phaqo, pièce musicale et théâtrale donnée par la Moutribia lors des fêtes du ramadan, en 193452, l’employé du théâtre en charge de faire le rapport de la soirée déplore le comportement de l’auditoire :

  • 53 . Rapports Journaliers du Théâtre municipal (7/4/32 - 22/12/34). Archives du conservatoire d’Alger.

Malgré tous les efforts faits par les agents de service, dans la salle, de nombreux spectateurs fumaient pendant la représentation.
Dans l’intérêt de la sécurité publique, il y aurait lieu d’exiger, pour ces spectacles, un service d’ordre plus important.53

34La formule « ces spectacles » ne laisse nul doute sur le fait que l’auteur se réfère spécifiquement aux galas orientaux. Il semble que ce commentaire agacé du régisseur et la stigmatisation des galas orientaux, dont le public méconnaîtrait les règles qui prévalent dans un théâtre européen, dénote l’étrangeté réciproque du public et de l’institution : on comprend que la rencontre entre les sociétés de musique indigène et l’opéra, fruit d’un processus d’intégration et de mutation des pratiques, est récente et pose des questions d’adaptation et d’appropriation.

  • 54 . La taille du public de la Moutribiase mesure à l’aune du succès de sa soirée d’inauguration offic (...)
  • 55 . « Galas de musique orientale », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, deuxième année, n°7, mars 19 (...)

35L’arrivée de ce public nouveau dans les espaces européens pose, par ailleurs, la question de la mixité des publics. Celle-ci semble attestée dans le cas de coproductions unissant sociétés de musique indigène et sociétés de musique européenne, comme l’instance de la collaboration entre l’Africaine de Mustapha et la Moutribia, qui réunissent de larges publics, respectivement européen et indigène54. Mais la présence de l’élément européen dans des spectacles de musique indigène – les galas orientaux de l’opéra – est également attestée. L’Écho musical de l’Afrique du Nord rapporte que «[s]i la population européenne n’était pas en majorité à l’Opéra mercredi soir pour la fête donnée à l’occasion de l’Aïd-Kebir, du moins y figurait-elle en proportion intéressante »55.

Une tradition andalouse orthodoxe ?

  • 56 . Chaabi est la traduction littérale de « populaire »

36Il n’est pas possible d’aborder ici en détail la question complexe, et largement débattue, du répertoire de la musique dite andalouse, dont ces sociétés de l’entre-deux-guerres seraient les dépositaires. Nous voudrions du moins évoquer ses rapports avec le genre « populaire » d’Alger, nommé ch‘abi56, qui trouverait ses origines à cette période et qui établirait, par effet de contraste, l’idée que les sociétés de musique indigène se conformeraient à une « tradition andalouse orthodoxe » (Carlier, 2009, p. 70). Or précisément, la notion d’orthodoxie semble relativement contradictoire avec le milieu des sociétés de musique indigène en cette période, ouvertes aux influences extérieures et au renouvellement des pratiques.

  • 57 . Les noubat sont des suites orchestrales et vocales, qui constituent le cœur du répertoire « andal (...)

37Faisant écho aux démarches syncrétiques que nous avons décrites, le milieu des sociétés de musique indigène est le théâtre d’un riche travail de composition et d’écriture, oscillant entre réarrangements du répertoire et créations dérivées. Par exemple, l’istikhbar, prélude improvisé intégré à la nouba57 algérienne (Guettat, 2000, p. 505), a constitué la voie vers une pratique active de composition musicale chez des musiciens associés au répertoire « andalou », tels Abdelkrim Dali (Hachlaf, 1993, p. 292). Par ailleurs, à la périphérie du répertoire des noubat, il existe un foisonnement de genres – Nadir Marouf parle de « nébuleuse ‘Andalûs’ » (Marouf, 2002, p. 15) –, qui suivent des règles modales, rythmiques, voire littéraires similaires, mais qui sont encore ouverts à la création durant l’entre-deux-guerres. Les musiciens réputés de « tradition andalouse » investissent ces champs pour proposer des œuvres nouvelles.

  • 58 . La sortie du film El Gusto, en 2011 en est un indice.
  • 59 . Voir à ce sujet la journée d’études « Transferts musicaux entre la France et l’Algérie », au Cent (...)

38Aussi, le répertoire des associations de musique indigène étant loin d’être clos dans l’entre-deux-guerres, les musiciens de ces sociétés composent des pièces, qui seront, à partir des années 1950, rangées dans le « genre » cha‘bi. Les similarités identifiables entre le cha‘bi et la « nébuleuse ‘Andalûs’ » – modales, rythmiques, littéraires (Brahim-Djelloul, 1996, p. 18-26) –, résonnent avec la présence de nombreux musiciens issus des sociétés de musique indigène dans ces divers champs que nous distinguons aujourd’hui, mais dont les caractéristiques n’étaient pas établies dans les années 1930. Aussi, depuis quelques années58, la « binarité » entre « andalou » et ch‘abi est questionnée59, et il nous semble qu’une historicisation des deux vocables s’impose.

Conclusion

39L’étude du cas algérois a permis de voir comment des sociétés de musique indigène réputées garantes du répertoire « classique », ont, en définitive, entretenu la plasticité de leurs pratiques et des formes de leur répertoire. Guidées par un esprit de rapprochement intercommunautaire, ces sociétés n’ont pas strictement « conservé » le patrimoine « classique », mais en ont nourri la vitalité en puisant au creuset musical algérois.

40Ainsi, les lectures en termes « d’émergence du nationalisme » appliquées au champ de la musique « andalouse » peuvent prêter à confusion. Dans la société algéroise marquée par le colonialisme, le champ musical fait figure d’espace partagé, de lieu de rencontre où les musiciens indigènes glanent des inspirations nouvelles. En dépit des puissants mythes originels qu’on lui applique aujourd’hui (Marouf, 2002, p. 12 ) et des appels à la fixité du répertoire (Poché, 1995, p. 73), peut-être faut-il s’accorder sur le fait que le « fonds andalou » n’a pas été simplement ballotté ou meurtri durant la période française, mais s’y est véritablement façonné, si bien que, pour reprendre les termes de Kateb Yacine, les orchestres « andalous » d’aujourd’hui paraissent porteurs d’un « butin de guerre » musical.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités

Ageron Charles-Robert, 2005a, « Le mouvement jeune-algérien de 1900 à 1923 », in Ageron Charles-Robet, Genèse de l’Algérie algérienne, Paris, Bouchene, p. 108-129.

—, 2005b, « Les classes moyennes dans l’Algérie coloniale », in Ageron Charles-Robet, Genèse de l’Algérie algérienne, Paris, Bouchene, p. 369-387.

Ben Abderrazak Mohamed, 1999, Les Orchestres arabes modernes : influence de l’organologie occidentale et problèmes d’acculturation, Thèse de doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, Paris.

Bouzar-Kasbadji Nadya, 1988, L’Émergence artistique algérienne au XXe siècle, Alger, Office des publications universitaires.

Brahim-Djelloul Rachid, 1996, « Introduction à la musique Cha‘bi », in Aous Rachid, Les grands maîtres algériens du Cha‘bi et du Hawzi, Paris, El Ouns.

Carlier Omar, 2009, « Medina and Modernity: the Emergence of Muslim Civil Society in Algiers between the Two World Wars », in Çelik Zeynep et al. (éd.), Walls of Algiers: Narratives of the City through Text and Image, Seattle, University of Washington Press, p. 62-84.

Carlier Omar et Marouf Nadir, 1995, Espaces maghrébins : la force du local ?, Paris, L’Harmattan.

Glasser Jonathan, 2012, « Edmond Yafil and Andalusi Musical Revival in Early 20th-Century Algeria », International Journal of Middle East Studies, n°44, p. 671-692

, 2008, Genealogies of Al-Andalus : Music and Patrimony in the modern Maghreb, Thèse de doctorat, The University of Michigan, Ann Arbor.

Gruzinski Serge, 2012, La pensée métisse, Paris, Fayard/Pluriel.

Guessal Mohamed, 2000, Les associations pour la musique classique nord-africaine : histoire et répertoire, Thèse de doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, Paris.

Guettat Mahmoud, 2000, La musique arabo-andalouse : l’empreinte du Maghreb, Paris, El Ouns ; Montréal, Fleurs sociales.

Hachlaf Ahmed et Hachlaf Mohamed Elhabib, 1993, Anthologie de la musique arabe (1906-1960), Paris, Publisud.

Henry Jean-Robert, 2012, « Le centenaire de l’Algérie, triomphe éphémère de la pensée algérianiste », in Bouchène Adberrahmane et al. (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte ; Alger, Barzakh, p. 369-375.

Kaddache Mahfoud, 2003, Histoire du nationalisme algérien (1919-1951), Paris, Éd. Paris-méditerranée ; Alger, EDIF 2000.

Lambert Jean et Poché Christian, 2000, Musiques du monde arabe et musulman, Paris, P. Geuthner.

Lespes René, 1930, Alger : étude de géographie et d’histoire urbaine, Paris, Félix Alcan.

Marouf Nadir, 2002, « Le système musical de la çan’a ou le paradigme de la norme et de la marge », in Horizon maghrébins, n°47, p. 8-23.

Miliani Hadj, 2007, « Cadre socio-culturel des résistances des expressions culturelles au Maghreb », Art et transculturalité au Maghreb: incidences et résistances, Paris, Agence universitaire de la francophonie, p. 23-29

, 2011, « Crosscurents :Trajectories of Algerian Jewish Artists and Men of Culture since the End of the Nineteenth Century »,in Benichou-Gottreich Emily et Schroeter Daniel J. (dir.), Jewish Culture and Society in North Africa, Bloomington, Indiana University Press, p. 177-187

Poché Christian, 1995, La musique arabo-andalouse, Paris, Cité de la musique/Actes Sud.

Yelles Mourad, 2005, Cultures et métissages en Algérie : la racine et la trace, Paris, l’Harmattan.

Sources primaires

Périodiques

L’Écho d’Alger

L’Écho musical de l’Afrique du Nord

Fonds d’archive

Archives du Conservatoire d’Alger

Archives de la compagnie EMI France

Archives de la Wilaya d’Alger

Note : voici les cotes pour les associations de musique indigène citées dans l’article et qui servent de base au croquis :

El Andalousia: [113/1510]

El Djazaïria : [114/5376]

El Enchirah : [139/2799]

El Ghernata : [118/2091]

El Mizhar el Djazaïri : [132/2540]

El Mossilia : dossier manquant aux archives. Nous avons eu accès grâce à El-Hadi Khaïrau statuts non déposés de 1928. Ces statuts sont cités par Nadya Bouzar-Kasbadji (Bouzar-Kasbadji, 1988, p. 84)

El Mounchidia : [134/2598]

El Moutribia : [1Z6/420]

Archives nationales de l’Outre-mer

Archives privées de Gilberte Kalfon

Archives privées Nasreddine El-Baghdadi

Haut de page

Notes

1 . Nous employons ici le terme indigène « au vrai sens du terme », selon les mots d’Omar Carlier, puisque les membres de ces associations étaient issus de la vieille société algéroise (Carlier, 2009, p. 66).

2 . Cette conception est sujette à débat tant sur le plan musicologique, qu’historique (Glasser, 2008, p. 93).

3 . Notre propos et le croquis sont basés sur la liste de l’ensemble des musiciens dont les noms et les adresses sont fournis par les déclarations de constitution de conseil d’administration de l’ensemble des sociétés de musique indigène d’Alger, disponibles aux Archives de la wilaya d’Alger (AWA), pour les années 1920 à 1930. Il faut noter que cette liste inclue les sociétés El-Mounchidia (1937), El-Enchirah (1938) et El-Mizhar El-Djazaïri (1937), ainsi que le Bureau de la Mossilia constitué en 1928, mais non déclaré. Se référer à la bibliographie pour les côtes relatives à chaque société.

4 . Propos du muphti Bendali Amor Kahoul lors des noces de Bedra Lekhal et Mahmoud Bakir Khodja Bensmaïa. « Échos », L’Écho d’Alger, A24, n°9064, 30/5/1935, p. 2

5 . « Échos », L’Écho d’Alger, A23, n°8868, 15/11/1935, p. 2

6 . Je remercie El-Hadi Khaïr de m’avoir mis sur la piste de cette information.

7 . « Élections municipales d’Alger du 3 mai », L’Écho d’Alger, A14, n°5683, 30/4/1925, p. 2

8 . « Les élections municipales d’Alger », L’Écho d’Alger, A18, n°7158, 14/5/1929, n.p. 

9 . « Les élections municipales », L’Écho d’Alger, A18, n°7152, 8/5/1929, n.p.

10 . « Fédération des élus musulmans du département d’Alger », L’Écho d’Alger, A19, n°7693, 1/11/1930, p. 2

11 . « Fédération des élus musulmans du département d’Alger », L’Écho d’Alger, A19, n° 7702, 10/11/1930, p. 2

12 . « Banlieue d’Alger », L’Écho d’Alger, A16, n°6647, 22/12/1927, n. p.

13 . « Groupements et sociétés», L’Écho d’Alger¸ A19, n°7619, 19/8/1930, p. 4

14 . Liste des membres du conseil d’administration de la Concorde musicale algéroise, 17/5/1930. AWA [1Z43/1653]

15 . Liste des membres du conseil d’administration de la Nouvelle fédération musicale de l’Afrique du Nord, 7/8/1931. AWA [1Z8/501]

16 . « Après le concours international de musique d’Alger », L’Écho d’Alger, A19, n°7624, 24/8/1930, p. 2

17 . Statuts de la Nouvelle fédération musicale de l’Afrique du Nord,7/8/1931. AWA [1Z8/501]

18 . Statuts de l’Interfédération musicale de l’Afrique du Nord, 29/5/1933. AWA [1Z118/2092]

19 . Statuts de la Nouvelle fédération musicale d’Afrique du Nord, 7/8/1931. AWA [1Z8/501].

20 . « Le grand défilé des société », l’Écho musical de l’Afrique du Nord, A1, n°1, 8-9/1933, p. 11

21 . « L’Interfédération musicale de l’Afrique du Nord », l’Écho musical de l’Afrique du Nord , A1, n°2, 10/1933, p. 5

22 . La Dajazaïria et la Gharnata ont fusionné en 1935. Lettre adressée au préfet d’Alger, 7/5/1935. AWA [114/1625]

23 . « Département d’Alger : dans nos sociétés », L’Écho musicale de l’Afrique du Nord, A4, nouvelle série, n°1, Janvier-Février 1936, n.p.

24 . « À l’Interfédération musicale de l’Afrique du nord », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A2, n°8, avril 1934, p. 9

25 . Annonce dans L’Écho d’Alger, A4, nouvelle série, n°2, 2-3/1936, n.p. 

26 . « L’Apéritif-concert des sociétés El-Andalousia et Les Nouvelles Trompettes Algéroises », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A2, n°6, 2/1934, p.14

27 . Comme nous le mentionnions en introduction, nous n’utilisons le terme indigène au sens juridique du terme, mais au sens « autochtone ».

28 . « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A22, n°8543, 25/12/1933, p. 9

29 . « Fédération Musicale du Département d’Alger », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A1, n°4, 12/ 1933, p. 12

30 . « Banquet de la Sainte-Cécile ». Archives de la famille Kespi/Kalfon.

31 . Voir supra, p. 7

32 . « Une grandiose manifestation », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A6, n°57, 12/1938, p. 3. Pour l’heure, aucun document ne nous a permis d’établir les participations de la Djazaïria, la Gharnata et la Mossilia.

33 . Demande d’autorisation de défiler adressée au préfet par la Fédération musicale du département d’Alger, 14/10/1937. ANOM [1K/2]

34 . Statuts de l’association El-Moutribia, 4 juillet 1912. Archives de la Wilaya d’Alger [1Z6/420]

35 . Cachet appliqué sur une lettre du Plectre algérois adressée à la Préfecture, 1910 et en-tête imprimé d’une lettre d’El-Moutribia adressée à la Préfecture, 1913. AWA [1Z94/112] et [1Z6/420]

36 . En-tête d’une lettre adressée au préfet d’Alger. 30/11/1939. Archives de la Wilaya d’Alger [114/1625]

37 . L’orchestre de la Moutribia. Archives Kespi/Kalfo

38 . Coupure de journal issue des archives privées de Nasreddine Baghdadi.

39 . « Groupements et sociétés », L’Écho d’Alger, A22, n°8575, 1/4/1933, p. 10

40 . La Lyre algérienne qui crée une « École gratuite de musique » applique un principe strict de gratuité dans un objectif d’éducation populaire. Elle accueille autour de 200 musiciens. Lettre du commissaire central, 25 mars 1907. AWA [1Z4/347]

41 . Pour la Djazaïria, voire les photographies mises en ligne par le Groupe Yafil, association de promotion de la musique andalouse. http://yafil.free.fr/djazairia_photo_tlemcen.htm

42 . « Fêtes et concerts. Au square de la République », L’Écho d’Alger, A1, n°190, 21/9/1912, n.p. ; « Le concert d’hier. Les Estudiantinas réunies », L’Écho d’Alger, première année, n°194, 25/9/1912, n.p.

43 . « Les fêtes à Alger. Concert artistique au square de la République », Echo d’Alger, A2, n°502, 30/7/1913, n.p.

44 . Voir supra, p. 8

45 . Il s’agit d’un comité d’aide aux anciens soldats nord-africains et à leurs familles. ANOM [915/74]

46 . « La grande soirée de gala du Dar El Askri », L’Écho d’Alger, A25, n°9587, 3/11/1936

47 . C’est cas, par exemple, du premier concert de la Moutribia donné en commun avec les Estudiantinas réunies.

48 . Rapports journaliers du Théâtre municipal (7/4/32 - 22/12/34), ACA.

49 . « Galas de musique orientale », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, A2, n°7, 3/1934, p. 9

50 . « Spectacles », L’Écho d’Alger, A19, n°7444, 24/2/1930, p. 7

51 . « Fêtes et concerts », L’Écho d’Alger, A23, n°8607, 27/2/1934, p. 10

52 . « Fêtes et concerts », L’Écho d’Alger, A23, n°8896, 13/12/1934, p. 6

53 . Rapports Journaliers du Théâtre municipal (7/4/32 - 22/12/34). Archives du conservatoire d’Alger.

54 . La taille du public de la Moutribiase mesure à l’aune du succès de sa soirée d’inauguration officielle, en octobre 1912. La Moutribia avait fait salle « archi-comble» avec plus de 660 invités selon l’Echo d’Alger. « Les fêtes d’hier. El Moutribia », Echo d’Alger, première année, n°219, 20 octobre 1912, n.p.

55 . « Galas de musique orientale », L’Écho musical de l’Afrique du Nord, deuxième année, n°7, mars 1934, p. 9

56 . Chaabi est la traduction littérale de « populaire »

57 . Les noubat sont des suites orchestrales et vocales, qui constituent le cœur du répertoire « andalou ». Elles sont classées par modes, et leur nombre et contenu sont fixes – bien qu’ils varient d’une région du Maghreb à une autre –, si bien qu’elles forment un noyau stable qui sert de référence dans le milieu de la musique dite andalouse.

58 . La sortie du film El Gusto, en 2011 en est un indice.

59 . Voir à ce sujet la journée d’études « Transferts musicaux entre la France et l’Algérie », au Centre d’études maghrébines en Algérie (CEMA), le 12 février 2013. Conférence vidéo-diffusée en ligne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Répartition géographique des administrateurs des sociétés de musique indigène à Alger (1920-1930)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Le banquet de la Sainte-Cécile à la Brasserie de l’Étoile (1933)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Logotype de la Djazaïria
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2619/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Logotype de la Moutribia
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2619/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Logotype du Plectre algérois
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2619/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre L’orchestre de la Moutribia (v. 1930)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2619/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre La Mossilia (1933)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2619/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malcolm Theoleyre, « Alger, creuset musical franco-algérien : Sociabilités inter-communautaires et hybridations dans l’entre-deux-guerres  », L’Année du Maghreb, 14 | 2016, 23-41.

Référence électronique

Malcolm Theoleyre, « Alger, creuset musical franco-algérien : Sociabilités inter-communautaires et hybridations dans l’entre-deux-guerres  », L’Année du Maghreb [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2619 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2619

Haut de page

Auteur

Malcolm Theoleyre

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et agrégé d’histoire, Malcolm Théoleyre prépare actuellement une thèse de doctorat au Centre d’histoire de Sciences Po.

Haut de page