Navigation – Plan du site
Varia

Sécurité aux frontières : Portée et limites de la stratégie algérienne

Algerian State’s Border Security Strategy
Abdennour Benantar
p. 147-163

Résumés

Le présent article analyse la stratégie algérienne de sécurité aux frontières dont l’instabilité accrue fait de l’Etat algérien l’un des plus engagés dans la sécurité régionale. Le pays fournit des efforts de guerre sans être en guerre. Dans le contexte des crises libyenne et malienne, la sécurité aux frontières est devenue une préoccupation majeure des autorités algériennes. Cette question fait aussi l’objet d’un processus de construction et de sécuritisation, à des fins internes et externes. L’article analyse, d’une perspective constructiviste, les aspects construit et instrumental des différentes notions (sécurité, menace, frontière, terrorisme). La stratégie algérienne se déploie sur trois niveaux : la mise en place d’un dispositif de sécurité aux frontières et la restructuration des forces armées et de sécurité ; l’amorce de processus bilatéraux de coopération avec les pays voisins ; le développement d’un processus multilatéral à travers l’initiative des pays de Champ. Cette stratégie est guidée par trois principes fondamentaux : non ingérence dans les affaires intérieures des Etats ; non intervention de l’armée algérienne hors du territoire ; prise en charge endogène de la sécurité régionale (refus de toute intervention extérieure). Malgré son apport à la sécurisation de la bande frontalière, cette stratégie reste limitée et ce pour diverses raisons : une orientation statocentrée dans le traitement de certains questions ; caractère inopérant de certains principes cardinaux dans un environnement évolutif caractérisé par l’affirmation des acteurs non-étatique ; mutations du phénomène terroriste ; un contexte régional hautement instable ; absence de convergence stratégique dans la région.

Haut de page

Texte intégral

1La problématique de la sécurité aux frontières en Algérie est antérieure aux crises libyenne et malienne. Elle avait commencé au début des années 1990 suite à la rébellion touareg au Mali et au Niger. Mais c’est dans la décennie suivante qu’elle s’est affirmée avec l’établissement, par le discours politique, notamment celui du ministère de l’Intérieur, d’une connexion discursive entre terrorisme, crime organisé et immigration clandestine (Benantar, 2013, p. 68-70). Avec ces deux crises et l’insécurité se développant en Tunisie, la question de la sécurité aux frontières est devenue une préoccupation majeure des autorités algériennes. Jamais les frontières de l’Algérie n’ont été aussi instables devenant, en peu de temps, des zones de diverses insécurités ou des zones non sécurisées, tout particulièrement sur les flancs Est et Sud. Et cela au moment où le pays connaît des troubles, notamment au Sud : mouvements de contestation ; affrontements intercommunautaires et manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste. À cela s’ajoute une activité terroriste locale – dite « résiduelle » selon le discours officiel – stimulée par l’intensité de l’activité terroriste transnationale. La connexion entre ces troubles sociaux, les réseaux de trafic en tout genre, est susceptible de créer un contexte qui favoriserait la (re)constitution de groupes terroristes.

  • 1 . http://www.un.org/fr/terrorism/ctitf/wg_bordermgmt.shtml (consulté le 19/07/2015).

2Exercice délicat en temps « normal », la sécurité aux frontières s’avère davantage compliquée dans une configuration marquée par des activités assimilées au terrorisme et les insécurités produites par celles (crime organisé, trafics…) des acteurs non-étatiques en général. Cette préoccupation a d’ailleurs poussé l’Organisation des nations unies (ONU) à créer un Groupe de travail sur la gestion des frontières dans le contexte de la lutte antiterroriste1.

  • 2 . L’OTAN a intégré la notion de menaces hybrides dès 2010. Le paragraphe 13 de la Déclaration de so (...)

3Habituées à appréhender les risques et menaces en termes stato-centrés, les forces armées et de sécurité sont conduites à revoir leurs stratégies pour répondre à des menaces d’origine non-étatique (terrorisme, crime organisé, prolifération et circulation d’armes…). Les forces algériennes, qui arrêtent régulièrement des trafiquants et des éléments terroristes et saisissent des marchandises de contrebande et des armes aux frontières, font face sur le terrain à une situation protéiforme. À l’asymétrie (Courmont et Ribnikar, 2002) vient s’ajouter le caractère hybride des menaces (Hoffman, 2010) ;2 mi-politique, mi-criminelle (Raufer, 2007). Cela pose des problèmes à des armées maghrébines conçues et habituées, jusque-là, à faire face à des conflits selon des schémas interétatiques. De plus, les instabilités dans la région élargie, Maghreb et Sahel, découlent de celles de certains États voisins rendant problématique la stratégie de l’Algérie. C’est une dimension nouvelle pour sa doctrine de sécurité forgée selon un schéma de menaces d’origine étatique. Certes, l’Algérie a connu un terrorisme de masse, mais l’ampleur des instabilités et leur étendue dans le voisinage sahélo-maghrébin créent une configuration nouvelle. Les menaces ne sont pas toutes de nature exogène. La menace terroriste est en partie endogène. Elle a connu une mutation avec le processus de transnationalisation du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) rebaptisé al-Qaïda au Maghreb, sans pour autant perdre de sa dominante algérienne. Eu égard à l’importance, y compris au niveau hiérarchique, du contingent algérien dans les groupes agissant au Sahel, l’Algérie est vue par certains de ses voisins du Sud comme une matrice du terrorisme.

  • 3 . Des médias ont fait état, en 2014, d’une intervention de forces algériennes en territoire libyen, (...)

4En dépit de cette configuration nouvelle en termes de menaces, les modalités de contrôle liées aux frontières demeurent peu ou prou appréhendées dans une optique traditionnelle. Plusieurs raisons peuvent être avancées : l’ampleur des risques et menaces et leur immédiateté physique ; la longueur des frontières de l’Algérie ; la nature de la doctrine politique et de sécurité algérienne fondée sur la non-ingérence dans les affaires intérieures des États et sur la non-intervention de ses forces hors de son territoire3 ; l’instabilité de certains États voisins. Découlant notamment des troubles dans le voisinage, l’instabilité aux frontières questionne la logique stato-centrée de la stratégie de l’Algérie et son rôle dans la région. Elle peut se prévaloir d’une longue expérience de discussion et de médiation entre groupes non-étatiques et gouvernement central au Niger et au Mali. Elle demeure d’ailleurs un médiateur de référence pour les différents protagonistes maliens, même après l’intervention française. Mais en l’absence d’un interlocuteur étatique, en Libye tout particulièrement, il est difficile de faire aboutir un quelconque processus de coopération. Et lorsque l’interlocuteur existe, comme c’est le cas au Mali, il n’a pas forcément le contrôle suffisant de son territoire. C’est là tout le dilemme du gouvernement algérien qui prône le principe de non-intervention dans les affaires intérieures des États et s’interdit toute incursion dans les territoires de ses voisins. Et ce même lorsqu’ils connaissent d’importants troubles et deviennent sources de menaces pour sa sécurité nationale. Ce positionnement s’inscrit dans une démarche politique marquée par l’imaginaire colonial, la nature du processus de décolonisation et par une approche « souverainiste », mais néanmoins pragmatique (Korany, 1991, p. 114-137), et légaliste des relations interétatiques, en se conformant aux principes de l’ONU. D’où une conduite qui privilégie les initiatives régionales en concertation avec ses voisins en vue de s’affranchir des interventions étrangères.

  • 4 . La proportion de la frontière ouest avec le Maroc dans cet effort de guerre est difficile à appré (...)

5Eu égard aux principes fondateurs de sa politique, l’Algérie adopte une stratégie consistant essentiellement à compter sur ses moyens propres. Cela fait d’elle un des pays les plus engagés dans la sécurité régionale, dans un environnement à forte activité terroriste. Bien qu’elle ne soit pas impliquée dans les deux conflits libyen et malien, l’effort de guerre qu’elle fournit pour protéger ses frontières, et par ricochet celles de ses voisins fragilisés, fait d’elle l’un des pays les plus engagés en termes de moyens mobilisés4. Cet effort de guerre explique en partie son armement soutenu ces dernières années. Il a occasionné une augmentation de son budget de la défense, déjà élevé : 6,045 milliards de dollars en 2010 ; 9,902 milliards en 2013 (Benantar, 2014, p. 35-39).

  • 5 . http://www.aps.dz/algerie/6466-l-éradication-de-la-menace-terroriste-représente-la-grande-priorit (...)

6La gravité de la situation est telle que l’Armée nationale populaire (ANP) communique de plus en plus en tirant la sonnette d’alarme. La « dégradation », dans les pays voisins, a mis les frontières de l’Algérie dans une situation « très préoccupante [exigeant] une grande vigilance [de la part de l’ANP pour] garantir la sécurité du pays et protéger l’intégrité du territoire national (…) Le contexte actuel est très compliqué suite aux conditions difficiles que traverse la région. [Cela] impose une vigilance permanente et un déploiement rigoureux [et] exige de nos éléments d’être omniprésents physiquement sur tous les fronts à l’intérieur du pays pour faire face aux groupuscules terroristes résiduels ainsi que sur la bande frontalière », a déclaré, en mai 2014, le général Boualem Madi, directeur de la communication de l’état-major au ministère de la Défense. Selon lui, les « facteurs clés de la lutte antiterroriste [résident notamment dans] les moyens mis à disposition des éléments de l’ANP [dont] la grande priorité » est la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, et dans la coopération et la coordination avec les services de sécurité des États voisins5. Quatre éléments sont à retenir de cette déclaration : la situation sécuritaire sur les frontières est très grave ; l’Algérie compte sur ses propres capacités pour y faire face mais la coopération avec les pays voisins est importante ; la menace terroriste est locale et régionale ; l’état-major réaffirme son refus d’un déploiement de l’ANP hors du territoire.

  • 6 . On se limitera aux frontières avec la Tunisie et la Libye, même si les mesures sont pratiquement (...)

7C’est au gré des instabilités dans le voisinage immédiat que la stratégie algérienne de sécurisation des frontières6 a pris forme. On essayera dans ces réflexions, visant à analyser cette stratégie dans le contexte post-crises libyenne et malienne, de voir comment elle s’articule et elle se déploie. Il s’agit d’une stratégie à double palier : sécuritaire-militaire et politique (efforts de médiation entre différents protagonistes dans les pays voisins en crise). On se limitera dans le présent article au premier palier qui se décline en deux volets : mesures de sécurité unilatérales ; coopération régionale bilatérale et multilatérale. Pour répondre à ces questions, on examinera d’abord les mesures, d’ordre organisationnel et opérationnel, prises à l’échelon national pour faire face aux crises libyenne et malienne. On analysera ensuite l’approche bilatérale de coopération avec la Tunisie et la Libye. Pour finir, on examinera l’approche multilatérale en se focalisant sur l’initiative des pays du Champ. Mais avant d’aller plus, arrêtons-nous sur certaines notions utilisées dans le présent article et qui en constituent le cadre théorique.

Sécurité et frontière : processus de construction

8La sécurité est appréhendée, par les constructivistes, comme phénomène performatif – la sécurité comme un « acte de langage » (speech act) – intersubjectif et socialement construit (Waever, 1995 ; Buzan et al, 1998, Huysmans, 1998 ; McSweeney, 2004). Les études critiques partagent avec l’école de Copenhague le postulat de l’intersubjectivité : la sécurité n’est pas une réalité objective, mais plutôt une construction sociale. « La ‘sécurité’ c’est ce que l’on en fait. C’est un épiphénomène créé intersubjectivement », soutient Ken Booth (1997, p. 106). Evoquer la sécurité, c’est évoquer des notions connexes comme celles de risque et de menace. Mais le processus de construction fausse l’appréciation du risque comme de la menace, ceux-ci étant socialement construits. Dire la sécurité, la menace ou le risque n’est pas un acte neutre. « Dire et écrire la sécurité n’est jamais un acte innocent », affirme Huysmans (1998, p. 183). Cela s’opère à travers un double processus au moyen de pratiques discursives d’agents sociaux : d’une part, la sécuritisation qui consiste à faire d’une question ne relevant pas de la sphère sécuritaire un problème de sécurité, exigeant des moyens exceptionnels ; de l’autre, la dé-sécuritisation, c’est-à-dire le processus inverse qui consiste à la retirer de cette sphère (Wæver, 1995, p.46-86 ; Buzan et al, 1998 ; Buzan et Wæver, 2009, p. 253-276). Lorsqu’un gouvernement qualifie ou désigne une question comme un problème de sécurité, il légitime l’emploi de moyens exceptionnels. En ce sens, le recours excessif aux justifications sécuritaires écarte le processus gouvernemental des pratiques constitutionnelles et le rapproche des méthodes autoritaires (Buzan, 1991, p. 115-116). Ce fut le cas aux États-Unis suite aux attentats du 11 septembre (Ceyhan, 2004). Les risques et les menaces font l’objet d’un double processus de perception et de construction. Ce qui peut être considéré comme une menace pour l’un, ne l’est pas forcément, loin s’en faut, pour l’autre et vice-versa. La menace n’est ni objective, ni subjective mais intersubjective. Dans cette perspective constructiviste, Alexander Wendt argue que les menaces n’existent pas en tant que telles mais qu’elles sont socialement construites (Wendt, 1992, p. 396-397). « Exceptés les chars traversant les frontières, il y a très peu de menaces objectives », soutiennent Barry Buzan, Ole Wæver et Jaap de Wilde (1998, p. 57) Même si on part d’une certaine réalité, elle-même biaisée par les perceptions, on procède à une construction de la menace. Dès lors qu’il est question de sécurité, un processus de construction se met en place. Dans le cas algérien, le processus de construction de la menace avait été amorcé notamment en ce qui concerne la connexion discursive établie entre migration, criminalité et terrorisme. Les conséquences des crises libyenne et malienne vont stimuler un narratif commode pour le pouvoir en place, donnant une nouvelle dimension à une certaine « légitimité sécuritaire ». En effet, le discours officiel sur la sécurité aux frontières relève aussi d’un processus de construction et de sécuritisation à des fins politiques internes et externes. Au plan national, cela permet de mobiliser autour d’un régime à la légitimité contestée. Au plan international, cela sert à se donner l’image d’un pays stable et à la pointe de la lutte anti-terroriste, d’autant plus que celle-ci constitue un enjeu de puissance à l’échelle internationale.

9Dans le présent article, la notion de sécuritisation (securitization) renvoie, comme on vient de le voir, au processus discursif et performatif par lequel une question ne relevant pas de la sphère de la sécurité devient un problème de sécurité. Alors que la notion de sécurisation renvoie aux aspects pratiques, mesures prises pour sécuriser un lieu, un espace, une frontière en l’occurrence. Ces aspects apparaissent une fois que le processus de sécuritisation a abouti. Sécurisation, dans son acception française, peut donc renvoyer à deux choses différentes mais néanmoins liées. Pour éviter toute confusion, on utilisera, en fonction du contexte, les deux notions sécuritisation et sécurisation.

10S’agissant des risques, Claude Gilbert (2003, p. 57) parle de « fabrication » de risques et de « mise en risque ». Un parallèle peut être fait avec la notion de « catastrophisation » développée par Adi Ophir (2010), sur laquelle on reviendra. Décréter les risques et les menaces est aussi le résultat de transactions et de marchandages entre différents groupes d’intérêts et de pression (Gilbert, 2003, p.61-71). Élever un risque au rang d’une menace n’est donc pas un processus neutre mais l’expression d’intérêts de différents acteurs en présence.

11Quant à la frontière, elle peut être définie comme « une limite politique signifiante d’un territoire. C’est un objet dont l’émergence s’inscrit dans un processus de territorialisation. Aussi, tout territoire qui se construit porte en lui les germes de frontières. Mais la frontière est également un objet mis en place par un pouvoir dont le projet politique est de s’affirmer et de se distinguer des autres entités territoriales (…) La frontière [est une] séparation structurante qui exprime ou révèle l’exercice d’un pouvoir » (Groupe frontière, 2004, p. 3-4). Toutefois, les frontières peuvent échapper au contrôle du pouvoir politique. Si celui-ci ne parvient pas à y assoir son autorité, d’autres acteurs peuvent s’y installer induisant de nouvelles dynamiques. En effet, lorsque l’État n’assure « pas pleinement son rôle d’arbitre », comme c’est le cas sur certaines frontières magrébines et sahéliennes, des acteurs (seigneurs de la guerre, mafias, groupes terroristes...) « sont susceptibles d’assurer des encadrements de substitution qui peuvent ‘ faire territoire ‘ ». De par sa nature, « la frontière définit un espace à risques [et] une zone vulnérable qui (…) peut déboucher sur un conflit » (Groupe frontière, p. 4, 9). De ce fait, la frontière peut être considérée comme un objet référent de la sécurité. Toutefois, la configuration n’est pas tout à fait la même qu’auparavant : il était question de la protéger contre des menaces, réelles ou supposées, venues d’unités étatiques. Or, aujourd’hui c’est contre des menaces d’origine non-étatique qu’il faut la prémunir.

12Les liens entre frontière et sécurité, processus de construction sociale de l’espace et certains discours politiques transforment les frontières en ligne de démarcation et non en un lieu d’interaction... (Bigo, 2011a ; 2011b, p.7-12). En raison du caractère construit et instrumental de la sécurité, du terrorisme et de la frontière, leur problématisation a donné lieu à des perspectives critiques : études critiques de la sécurité (Krause et Williams, 1997) ; du terrorisme (Jackson, Smyth et Gunning, 2009 ; Bigo, 2001) et de la frontière (Parker and Vaughan Williams, 2012).

13Il y a donc un certain intérêt politique au discours alarmiste, comme c’est le cas en Algérie au sujet des frontières, ou cette « politique de catastrophisation », pour reprendre l’expression d’Adi Ophir. « La catastrophisation est un processus dans lequel le désastre est imminent. Cependant, ce qui est imminent n’est pas encore survenu. Le moment suspendu de la catastrophe (…) cet intervalle rend possible tant l’urgence morale que la manipulation politique (…) La catstrophisation gouvernementale peut se déployer simultanément sur les deux plans, réel et discursif » (Ophir 2010, p. 42-43). En s’intéressant à la construction sociale et aux pratiques discursives, Ophir parle de catastrophistaion et de dé-catasprohisation, à l’instar du double processus de sécuritisation et de dé-sécuritisation analysé par Wæver. Son analyse rejoint aussi celle de Didier Bigo (1998, p. 23) : « chaque professionnel de la sécurité a alors intérêt à faire craindre l’avenir, à jouer sur le malaise (et la souffrance sociale) pour faire fructifier son capital de savoir-faire en matière d’assurance et de réassurance, en matière de protection et d’anticipation ». En Algérie, le discours alarmiste caractérise la politique du gouvernement qui en use invoquant l’unité nationale, afin de faire face aux défis aux frontières. Soucieuse de se garantir une place de choix au nom de la menace, l’ANP l’adopte également pour justifier le besoin de plus de moyens pour répondre aux menaces. La « politique de catastrophisation » sert in fine le régime qui cherche à se maintenir et à mobiliser autour de lui invoquant les menaces qui guettent le pays et auxquels il répondrait avec succès. C’est dans cette optique que s’inscrit la sécuritisation par le régime des Printemps arabes pour justifier l’absence de tout changement politique. En outre, comme souligné ci-dessus, l’enjeu de contrôle et de gestion des frontières ne peut se réduire aux menaces venues d’ailleurs. Il s’agit aussi d’éviter le repli des éléments terroristes locaux, de couper leurs lignes d’approvisionnement et d’empêcher toute synergie avec le terrorisme importé. Une stratégie qui a montré ses limites comme en témoigne l’attaque de Tiguentourine. Cette politique de catastrophisation, à laquelle se livrent les autorités, a atteint son paroxysme lors des élections controversées pour les troisième et quatrième mandats du président Abdelaziz Bouteflika. Celles-ci furent marquées par une forte mobilisation de la thématique sécuritaire à des fins internes et externes. Avant d’examiner le dispositif algérien de sécurité aux frontières, il convient de s’arrêter brièvement sur un phénomène « nouveau » au Maghreb ; à savoir les murs frontaliers qui, dans un contexte de non-intégration régionale, constituent une entrave supplémentaire à la coopération intermaghrébine.

Murs frontaliers au Maghreb

  • 7 . Sur la question de la sécurité par la coopération, voir Abdennour Benantar, « Quelle architecture (...)

14Paradoxalement, la frontière algéro-marocaine est probablement la moins instable de toutes les frontières maghrébines. Et ce malgré le trafic de drogue, en provenance du Maroc, et la contrebande de produits alimentaires et de carburant, en provenance d’Algérie. Mais l’incompréhension est persistante dans les relations bilatérales, en raison notamment du dossier sahraoui et récemment de la gestion sécuritaire des frontières. Compte tenu de ce paradoxe, l’une des failles des stratégies algérienne et marocaine de sécurisation des frontières ne réside-t-elle pas précisément dans cette incompréhension ? L’Algérie et le Maroc sont les deux pays de la région qui disposent suffisamment de capacités pour pallier les difficultés et les insuffisances de leurs voisins, s’ils travaillaient de concert. Un rapprochement bilatéral permettrait de redéployer les moyens conséquents mobilisés, depuis de longue date, de part et d’autre de la frontière. Ce qui constitue en soi une mesure de confiance majeure. Il permettrait également une mutualisation de certains pans de leur outil de défense et de sécurité pour la lutte contre les menaces d’origine non-étatique. Au lieu d’une telle orientation, c’est la rivalité, l’exclusion mutuelle et les accusations réciproques qui caractérisent leurs relations. De ce point de vue, les rapports algéro-marocains, et par conséquent le conflit du Sahara occidental, constituent un problème majeur pour la sécurité régionale dans l’espace maghrébo-sahélien. D’où l’intérêt d’une approche de la sécurité par la coopération7 au Maghreb. Le contexte prévalant dans la région favorise les mesures unilatérales comme l’édification de murs transfrontaliers.

  • 8 . Evelyne Ritaine (p. 17) distingue plusieurs types de murs : sécuritaire-militaire (Maroc-Sahara o (...)
  • 9 . http://www.france24.com/fr/20140730-maroc-algerie-cloture-frontiere-fermeture-diplomatie-mur-barr (...)

15Le monde connaît une multiplication des murs frontaliers (Vallet et David, 2012 ; p.5-25 ; Ritaine, 2009, p. 15-33)8. Le Maghreb n’est pas en reste puisque le Maroc et la Tunisie sont engagés dans ce processus. Le Maroc fait ériger une clôture dotée d’équipements électroniques sur une partie de sa frontière avec l’Algérie. L’existence de ce mur a été reconnue officiellement en juillet 2014 : « Le Maroc construit une clôture dotée de capteurs électroniques pour se protéger des menaces terroristes », a confirmé le ministre marocain de l’Intérieur9. Ce mur a suscité des réactions au Maroc et en Algérie en raison de son impact sur les relations bilatérales, notamment la question de la réouverture des frontières. C’est le second mur que le Maroc construit après celui – doté également de systèmes électroniques – érigé au Sahara occidental pour entourer la partie de ce territoire sous son contrôle.

16À l’est, la Tunisie érige, elle aussi, un mur sur une partie de sa frontière avec la Libye. Appelé « barrières de sécurité », par le ministère tunisien de la Défense, ce mur en cours de construction est d’une longueur de 220 km sur près de 500 km de frontière commune. Il a pour objectif de sécuriser « la totalité des frontières tunisiennes » : lutter contre le terrorisme et la contrebande de marchandises et d’armes. Selon le ministre tunisien de la Défense Ferhat Horchani, « les barrières de sécurité sont des ouvrages qui resteront en ces lieux ». Ce mur est constitué d’un ensemble de tranchées, de la mise en place de sacs de sable, de postes de contrôle, en « s’approchant le plus possible des frontières »10. Ce projet suscite des réactions. En Tunisie, certains partis politiques le jugent inefficace et dénotant une vision erronée du terrorisme qui consiste à l’appréhender comme étant importé. Quant aux différents protagonistes libyens, ils dénoncent un « mur de séparation » considéré comme un acte unilatéral et une tentative de déplacer le tracé des frontières et de s’approcher de certains gisements pétroliers sur la frontière. Ce projet semble cependant bénéficier de l’appui des puissances occidentales puisque le gouvernement tunisien coordonne avec le G7 pour accélérer l’édification de l’ouvrage11. Considérant sa construction comme un acte de souveraineté, le président tunisien a affirmé que l’Allemagne et l’UE avaient décidé d’aider la Tunisie en matière de surveillance électronique de ses frontières pour lutter contre le trafic d’armes et le passage d’éléments terroristes en provenance de la Libye12. Le Maroc, de son côté, aurait proposé son aide à la Tunisie pour la construction de ce mur, fort de son expérience en la matière notamment au Sahara occidental13. Quant à l’Algérie, elle n’opte pas, du moins pour le moment, pour la construction de murs se contentant de creuser des tranchées sur des secteurs de ses frontières avec la Tunisie et le Maroc pour empêcher le passage de trafiquants de drogues, de carburants et de biens de consommation. Elle privilégie en fait d’autres mesures bilatérales souhaitées de part et d’autres des frontières.

17L’élévation de différents murs entrave la mobilité des biens et des personnes dans une région peu intégrée et constitue un obstacle supplémentaire à un éventuel processus d’intégration. Pour être complet, il faut souligner qu’un certain discours de catastrophisation caractérise aussi la démarche marocaine. Et comme dans le cas de l’Algérie, il s’agit d’une conception de la menace qui fait abstraction des éléments endogènes situant forcément les sources de menaces en dehors des frontières. L’autre, le voisin immédiat, est ainsi jugé par les deux pays comme source de danger. Avant d’évoquer les mesures prises par l’Algérie au niveau de ses frontières, voyons d’abord en quoi consiste le dispositif qu’elle a mis en place en matière de restructuration sécuritaire et militaire.

Dispositif algérien de sécurité et restructuration militaire

  • 14 . Selon le ministre algérien de l’Énergie, le trafic du carburant en direction des cinq pays voisin (...)

18Pour faire face aux menaces aux frontières, l’Algérie a pris une série de mesures impliquant l’armée, la gendarmerie, les gardes-frontières, les services de renseignement, la police et la douane. Elles consistent en l’envoi de renforts et de matériel militaires dans les zones frontalières, la création de nouveaux postes avancés, le renforcement de la surveillance et du contrôle aux frontières, l’édification de nouvelles infrastructures, l’installation d’équipements de surveillance électronique. Certaines mesures, comme la construction de nouveaux postes de contrôle ou encore le creusement de tranchées sur des secteurs de la frontière avec le Maroc et la Tunisie, ont un double objectif sécuritaire et économique. Elles visent à lutter contre le terrorisme, le trafic et la circulation d’armes ainsi que contre la contrebande de produits algériens subventionnés. En s’attaquant au trafic du carburant algérien14, les forces de sécurité limitent les pertes économiques, privent les groupes terroristes de sources de financement et entravent leurs déplacements.

19Suite à la guerre en Libye, les autorités algériennes ont notamment décidé le renforcement de la présence des différents corps de sécurité et de l’ANP près des frontières, le durcissement du contrôle sur certains types de marchandises et la lutte contre la contrebande du carburant ainsi que le trafic d’armes. Depuis, les forces de sécurité procèdent à un redéploiement de troupes et à leur renforcement continu en hommes et en matériel ainsi qu’en infrastructures. Des mesures similaires sont prises pour faire face à la crise malienne : mise en place de nouveaux aérodromes militaires pour le transport et le soutien logistique afin d’augmenter les capacités de réaction et le rayon d’action des forces armées ; patrouilles aériennes... Une dizaine de milliers d’hommes sont mobilisés pour surveiller et protéger la frontière, longue de 1 376 km, avec le Mali. Ainsi, le commandement militaire algérien procède à trois grands déploiements de ses forces sur les frontières, avec la Libye puis le Mali et récemment la Tunisie. Ce triple renforcement de son dispositif, qui a concerné également les frontières avec le Niger et la Mauritanie, s’apparente à un effort de guerre pour un pays qui n’est pas en guerre. Cette configuration s’explique par le fait que des pays voisins (Libye, Mali, Mauritanie, Niger et Tunisie), n’ont pas les moyens et connaissent des crises, aiguë dans le cas de la Libye. L’État algérien est contraint de doubler d’effort pour combler ce vide. Toutefois, malgré le renforcement des corps de sécurité et de l’armée en hommes et en matériel, l’ANP n’est pas en mesure de contrôler la totalité des frontières. C’est là l’une des limites de la stratégie algérienne à l’œuvre.

  • 15 . Relevant du ministère de la Défense, le CGF a pour mission : la lutte contre le terrorisme, la co (...)

20Les instabilités et les menaces se développant aux frontières ont soulevé la question de la restructuration des régions militaires, dont la dernière – très légère – réorganisation remonte à 1987. Avec la guerre en Libye et face à la menace accrue d’un trafic d’armes en provenance de ce pays, le commandement militaire algérien a commencé à réfléchir à la possibilité de créer un commandement avancé à Illizi (1733 km au sud-est d’Alger) en lui conférant les prérogatives d’une région militaire. L’énorme distance séparant les commandements régionaux des points frontaliers les plus instables rend difficile la mission de sécurisation des zones frontalières. L’attaque contre le complexe gazier de Tiguentourine – situé à environ 240 km d’Illizi – en janvier 2013 en pleine intervention française au Mali, en est l’illustration. Face à ce contexte régional instable, la configuration militaire s’est avérée inadaptée. Le siège du commandement de la 4ème région militaire, chargé de la protection de la frontière avec la Libye, est basé à Ouargla, soit à 1060 km d’Illizi (située à une centaine de km de la frontière libyenne). Après avoir créé de nouveaux secteurs militaires, le commandement militaire s’est donc penché sur la restructuration des six régions militaires, en vue d’en créer une septième qui couvrait le territoire contiguë aux frontières libyennes et nigériennes. C’est une stratégie de sécurité de proximité qui est recherchée pour remédier à cette énorme distance géographique qui affecte la capacité d’action et de réaction de la 4ème région militaire. Cette stratégie consistant à rapprocher les commandements des unités opérationnelles pour pouvoir agir à temps et avec plus d’efficacité est à l’origine du transfert, en juin 204, du commandement régional du Groupement des Gardes-frontières (CGF)15 de Constantine à Tébessa (à environ 40 de la frontière tunisienne). Cette restructuration militaire reflète une mutation dans la doctrine militaire algérienne, autrefois exclusivement axée sur des menaces d’origine étatique. Ce faisant, le commandement militaire intègre la nouvelle configuration régionale. Ce qui influera sur les choix de l’ANP en matière de types d’armements et d’équipements à acquérir.

  • 16 . Le DRS a été dissous fin janvier 2016 par un décret présidentiel non publiable et ses anciennes s (...)
  • 17 . El Watan, 22/01/2016 – http://www.elwatan.com/actualite/les-changements-au-drs-ont-ralenti-l-enqu (...)

21Ce processus de restructuration, qui n’a toujours pas abouti, est probablement affecté par les rivalités au sein des différentes institutions de l’État et entre elles (commandements militaires, état-major, services de renseignements, présidence…), qui se disputent aussi des prérogatives concernant certains enjeux économiques ou encore politiques et sécuritaires, comme la lutte contre le terrorisme. Les changements opérés par la présidence concernant le Département du renseignement et de la sécurité (DRS)16 – restructuration de ses services dont certains sont rattachés à l’état-major et le limogeage de ses hauts responsables – sont aussi l’expression de ces rivalités. Ces changements ont eu des effets sur le fonctionnement des institutions, y compris en matière de sécurité. Selon le quotidien el Watan, l’enquête sur l’attaque de Tigentourine, démarrée le 20 janvier 2013, « a pris un retard de trois ans à cause de la décision du président Bouteflika de supprimer la qualité d’officier de police judicaire pour les officiers du DRS. Ce qui a causé une rupture de communication entre ces officiers et la justice »17.

Coopération algéro-tunisienne

22Les processus bilatéraux constituent un axe majeur de la stratégie algérienne reposant notamment sur le développement et le renforcement de la coopération. Celle-ci est axée sur la formation et l’entraînement des forces de sécurité tunisiennes et libyennes, mais aussi maliennes et nigériennes. Des accords de sécurité bilatéraux favorisent également les patrouilles communes sur les frontières et l’échange de renseignements. Les deux processus bilatéraux, avec la Tunisie et la Libye, ont permis l’amorce d’un éphémère axe coopératif tripartie Algérie-Libye-Tunisie : tenue d’une rencontre historique entre les chefs de gouvernements et les ministres de la Défense et de l’Intérieur, en janvier 2013. On se contentera ici de mettre en lumière certains éléments clés de la coopération avec ces deux pays qui reproduit des mesures déjà mises en œuvre avec le Mali et le Niger.

23En juin 2013, les armées algérienne et tunisienne ont mis en place une commission militaire de coordination chargée de prévenir le passage d’éléments terroristes et les trafics en tout genre. Dans cette perspective, le commandement militaire algérien a adopté un plan de sécurité concernant les zones frontalières avec la Tunisie, similaire à ceux mis en œuvre sur les frontières avec la Libye et le Mali. Ce plan porte, entre autres, sur la création de nouvelles zones militaires et sur la désignation de nouveaux points frontaliers susceptibles d’être des passages privilégiés des trafiquants et des terroristes18. De plus, un certain nombre de mesures, d’ordre opérationnel, a été arrêté : la surveillance des communications (les informations récoltées par l’armée algérienne sont partagées avec l’armée tunisienne) ; l’échange rapide d’information ; la surveillance aérienne de la bande frontalière ; la conduite d’opérations militaires limitées de part et d’autre de la frontière ; la conduite d’enquêtes sur les réseaux de recrutement ; la lutte contre la contrebande transfrontalière pour priver les groupes terroristes de sources de financement19. Un accord de sécurité cadre désormais cette coopération bilatérale soutenue. Conclu le 27 mai 2014, il porte plus précisément sur quatre axes : rencontres bilatérales entres structures en charge de la protection de la frontière commune ; coordination des actions sur le terrain et la mise en place d’une coopération opérationnelle pour lutter contre le terrorisme, la contrebande et la criminalité transfrontalière ; instauration d’un partenariat en matière d’échange de renseignements ; échange des expériences dans les domaines de la sécurité des frontières, de la lutte contre la criminalité et la formation spécialisée au profit des cadres militaires afin d’accroître leurs compétences20. C’est probablement dans le cadre de cet accord que l’Algérie a décidé, fin juillet 2014, d’apporter une aide militaire à la Tunisie pour lutter contre le terrorisme et assurer la formation de ses unités chargées de la lutte antiterroriste21.

  • 22 . Suite à l’attentant de Sousse, la Tunisie a transformé, le 6 juillet 2015, de larges zones fronta (...)
  • 23 . El Watan, 29/06/2015.
  • 24 . El Khabar, 27/06/2015.

24Ce dispositif de sécurité à la frontière évolue au rythme de l’activité terroriste. Suite à l’attentat de Sousse22, en juin 2015, la surveillance des frontières par les forces de sécurité algériennes a été renforcée pour éviter tout passage d’éléments terroristes depuis ou vers la Tunisie. Les préfets des départements algériens frontaliers président désormais des conseils de sécurité quotidiens pour faire le point sur la situation à la frontière avec la Tunisie en temps réel, dont les procès-verbaux sont transmis aux ministères de la Défense et de l’Intérieur23. Dans le cadre de la stratégie sécuritaire, en œuvre depuis trois ans, 7000 à 12000 hommes des forces conjointes (armée, gendarmerie, gardes-frontières, douanes, police) sont déployés tout au long de la frontière, jusqu’au triangle frontalier algéro-libyo-tunisien24.

Coopération algéro-libyenne

25Avec la Libye, la coopération est amorcée mais elle est moins avancée en raison de la détérioration sécuritaire dans le pays. Bien que la sécurité soit considérée comme une priorité majeure, les « autorités transitionnelles » ne parviennent toujours pas à s’imposer face aux milices et à établir leur contrôle sur le territoire (Haddad, 2013 ; p. 323-342). Cette confusion sécuritaire, déstabilisatrice et pour ce pays et pour ses voisins, rend problématique la coopération opérationnelle. Après un rapprochement remarqué, contrastant avec la tension dans les relations bilatérales en 2011, l’Algérie et la Libye ont convenu, en mars 2012, de l’organisation de patrouilles de contrôle sur les frontières ainsi que du renforcement de la coopération en matière d’échange du renseignement. Les deux pays ont par ailleurs convenu de réactiver les recommandations de la 2ème réunion du comité de sécurité, en février 2012, concernant la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et les trafics en tout genre ainsi que la lutte contre l’émigration clandestine. Des pistes ont été explorées en matière de « formation spécialisée » (police judiciaire, police des frontières…) dans le but d’aider la Libye à reconstruire ses appareils de sécurité et à construire des institutions étatiques25. En avril 2012, une « feuille de route » est signée pour relancer les relations bilatérales et créer une « commission bilatérale de concertation sur les questions de sécurité, de voisinage et de coordination »26. Un mois auparavant, l’Algérie avait plaidé pour la création d’un comité frontalier bilatéral chargé de la surveillance et de la sécurité des frontières communes, à l’instar de ceux qu’elle a déjà mis en place avec le Mali et le Niger27. Mais la situation en Libye est devenue depuis beaucoup plus complexe avec l’émergence de deux autorités aux légitimités concurrentes, deux gouvernements et deux parlements, se disputant le pouvoir dans un pays où s’affirment les filiales d’al-Qaïda et de Daech. Ce qui a donné un coup d’arrêt au processus de coopération bilatérale. Le gouvernement algérien continue, cependant, à jouer le médiateur. Il se concentre, au plan politique et diplomatique, sur le refus d’une nouvelle intervention militaire en Libye et sur la médiation entre les différentes parties. Sur le plan sécuritaire, son implication se limite à une démarche unilatérale visant à surveiller la frontière avec la Libye et à contrôler les mouvements en provenance et en direction de ce pays. La stratégie algérienne se déploie aussi au niveau de l’échelon régional, au Sahel, mais ni la Tunisie, ni la Libye ne font partie de l’initiative des pays du Champ pilotée par l’Algérie. Ce qui prive sa stratégie d’une dynamique transversale susceptible de favoriser une multilatéralisation des processus bilatéraux

Initiative des pays du Champ

26Lancée en 2010, bien avant les crises libyenne et malienne, l’initiative des pays du Champ (Algérie, Mali, Mauritanie et Niger) vise à coordonner les efforts en matière de sécurité, tout particulièrement la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. C’est le premier dispositif de sécurité régionale à dimension opérationnelle. Il est doté d’un Comité des états-majors opérationnel conjoint (CEMOC) dont le siège est à Tamanrasset (sud algérien) et d’un mécanisme de partage du renseignement : l’Unité de fusion et de liaison (UFL) dont le siège est à Alger. L’UFL regroupe désormais huit pays : Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Mauritanie Niger, Nigeria et Tchad.

  • 28 . El Moudjahid, 25/01/2012. Des principes auxquels s’ajoute la criminalisation du paiement de ranço (...)
  • 29 . Cette exclusivité, se fondant sur une approche géographique, est aussi utilisée contre le Maroc q (...)

27Mais comment le gouvernement algérien conçoit-il la doctrine des pays du Champ ? Selon le ministère délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, les initiatives des pays extrarégionaux doivent venir en « complément et non en substitution, et il n’existe pas d’alternative viable et efficace à notre action [pays du Champ]. La multiplication des initiatives et des idées (…) ne fait que créer des duplications inutiles et contre-productives ». La stratégie des pays du Champ, repose sur trois piliers à savoir la lutte anti-terroriste, la lutte contre le crime organisé et le développement économique. Et elle est guidée, selon lui, par certains principes clés : appropriation de la sécurité et de la stabilité de la région ; indivisibilité des questions de sécurité et de développement ; reconnaissance du rôle complémentaire du partenariat avec d’autres pays (États-Unis, pays européens…)28. En somme, la doctrine des pays du Champ, telle qu’elle est présentée par les autorités algériennes, repose sur le développement de capacités propres des États concernés afin de parvenir à la prise en charge des problèmes de sécurité dans la région sans le recours à des acteurs extérieurs29. Le rôle des États-Unis et de l’UE doit donc être limité à une aide précise (formation, soutien logistique et renseignement). Toutefois, cette doctrine achoppe sur l’absence de convergence entre les pays du Champ sur le rôle et sur la question de l’intervention des acteurs extrarégionaux. L’Algérie a d’ailleurs reconnu cet état de fait, en acceptant que ses partenaires demandent l’aide extérieure, même si elle continue à plaider pour une gestion sahélienne endogène des affaires régionales.

  • 30 . Les États-Unis auraient joué un rôle dans cet infléchissement.

28Deux faits indiquent un certain infléchissement de sa position : autorisation de survol du territoire algérien accordée aux avions militaires français lors de l’intervention au Mali en décembre 2012 ; ravitaillement en carburant de l’armée française dans le sud algérien durant cette intervention. Le principe d’une intervention limitée n’était donc pas totalement exclu, d’où ce « soutien » logistique à l’opération française. Cela reflète un écart entre un discours nationaliste et souverainiste d’une part, et un accommodement en fonction des intérêts du moment de l’autre. Cet écart de la politique étrangère et de sécurité de l’Algérie avait été confirmé lors des réunions régionales préparant l’intervention au Mali, tenues sous l’égide de le France, et auxquelles elle a participé30.

  • 31 . La région connaît une prolifération de processus : initiative des pays du Champ (2010) ; processu (...)

29L’initiative des pays du Champ, concurrencée par d’autres processus régionaux31, n’a pas réussi à endiguer le terrorisme. Son échec était prévisible et ce pour diverses raisons. 1) Tous ses États membres, à l’exception de l’Algérie, sont « faibles » : incapables de contrôler leurs propres territoires et/ou leurs frontières, ils ne peuvent réussir la lutte anti-terroriste à l’échelle régionale. À vrai dire, même l’Algérie est incapable de contrôler la totalité de ses frontières, même si sa situation est moins critique que celle de ses voisins. 2) Hormis l’Algérie, ces pays sont dépourvus de moyens humains et matériels. Certaines mesures communes ne peuvent donc être mises en œuvre faute de moyens, voire de volonté politique. Le CEMOC a convenu, à l’été 2012, de l’autorisation de poursuites de groupes terroristes de part et d’autre des frontières. Mais à part l’Algérie, aucun État partenaire n’a les moyens de le faire. D’ailleurs, cela suppose qu’il en dispose pour le faire sur son propre territoire. Quant à l’Algérie, qui a les capacités d’y prétendre, elle ne semble pas réellement disposée à poursuivre des terroristes au-delà de ses frontières. 3) Certains pays ont des liens et des alliances stratégiques avec des puissances extérieures qui priment sur leurs relations régionales. Or, la mise en place d’une coopération entre ces pays implique une convergence stratégique au plan régional. 4) Le manque de confiance entre les pays impliqués dans cette initiative rend difficile la coopération sécuritaire, notamment l’échange du renseignement. 5) Cette initiative a été voulue aussi, notamment par le gouvernement algérien, pour éviter toute immixtion étrangère : il revient aux pays sahéliens de prendre en charge la sécurité régionale. Mais ces derniers ne partagent pas tous cette appréciation. Faute de convergence politique et de confiance, aucune opération militaire conjointe n’a été menée par les pays du Champ malgré la détérioration continue de la situation sécuritaire dans la région.

Conclusion

  • 32 . À ces attaques s’ajoute l’enlèvement par le MUJAO de sept diplomates algériens à Gao (Mali) en av (...)

30Certes des menaces pèsent sur la sécurité de l’Algérie, mais leur degré et leur appréciation font l’objet d’une construction, d’où la mobilisation de la thématique sécuritaire à des fins internes et externes. La stratégie mise en œuvre a montré ses limites comme en témoignent les attentats contre les sièges de la gendarmerie à Ouargla et à Tamanrasset en 2012, revendiqués par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), ainsi que l’attaque de Tiguentourine, perpétré par le groupe de Mokhtar Belmoukhtar32. Cette attaque, qui dénote une synergie entre terrorisme endogène et terrorisme importé, même si la mobilité et la transnationalisation de ces groupes tend à effacer cette distinction, a révélé des insuffisances dans le dispositif de sécurité. En dépit d’importants moyens engagés, la mission de sécurisation des frontières de l’Algérie s’avère difficile pour diverses raisons : des frontières terrestres très longues (environ 6500 km) difficile voire impossible à couvrir de manière appropriée ; la nature mobile, volatile et transnationale de la menace terroriste ; la faiblesse de certains États voisins ; les interventions étrangères et leurs effets déstabilisateurs contribuant à stimuler l’activité terroriste ; des processus politiques (négociations inter-libyennes et inter-maliennes) parrainés par l’Algérie qui peinent à aboutir pour venir en appui de l’action sécuritaire ; l’existence d’enjeux et de rivalités politiques au sein de différentes institutions de l’État algérien et entre elles.

31La stratégie de l’Algérie consiste à amorcer et/ou à renforcer la coopération et la coordination sécuritaire avec ses voisins comme alternative à l’intervention étrangère. Les mesures prises au plan national, les processus bilatéraux et multilatéraux sont le fer de lance de sa stratégie coopérative en lieu et place d’une politique interventionniste. Mais cette stratégie est difficile à mettre en œuvre dans un contexte de « défaillance » de l’État (cas malien et surtout libyen), de méfiance réciproque et de divergence d’intérêts (initiative des pays du Champ). Toutefois, si le processus bilatéral algéro-tunisien reste pour le moment une exception, il pourrait servir de modèle dans la région.

Haut de page

Bibliographie

Baghzouz Aomar, 2013, « Le Maghreb et l’Europe face à la crise du Sahel : coopération ou rivalité ? », L’Année du Maghreb, IX, p. 173-192.

Benantar Abdennour, 2015, « Quelle architecture de sécurité pour la Méditerranée ? », Critique internationale, n°69, octobre-décembre, p. 133-152.

Benantar Abdennour, 2014, « Problématique de l’armement au Maghreb », Revue algérienne de sciences politiques et de relations internationales, n°3, décembre, p. 31-62 (en arabe).

, 2013, « Complexe de sécurité ouest-méditerranéen : externalisation et sécurisation de la migration », L’Année du Maghreb, IX, p. 57-75.

Bigo Didier, 2011a, « Frontières, territoire, sécurité, souveraineté », Ceriscope Frontières, http://ceriscope.sciences-po.fr/content/part1/frontieres-territoire-securite-souverainete (consulté le 20/07/2015).

, 2011b, « Le ‘nexus’ sécurité, frontière, immigration : programme et diagramme », Cultures & conflits, n°84, hiver, p. 7-12.

, 2001, « La voie militaire de la ‘guerre au terrorisme ’ et ses enjeux », Cultures & Conflits, n°44, hiver, p. 5-18.

, 1998, « Sécurité et immigration vers une gouvernementalité par l’inquiétude ? », Cultures & Conflits, n°31-32, automne-hiver, p. 13-38.

Booth Ken, 1997, « Security and Self Reflections of a Fallen Realist », in Krause Keith and Williams Michael C. (eds), Critical Security Studies: Concepts and Cases, Londres, UCL Press.

Buzan Barry and Waever Ole, 2009, « Macrosecuritisation and Security Constellations: Reconsidering Scale in Securitisation Theory », Review of International Studies, vol.35, n°2, April, p. 253-276.

Buzan Barry et al., 1998, Security: a New Framework for Analysis, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

Buzan, Barry, 1991, People, States and Fear: an Agenda for International Security Studies in the Post-Cold War Era, 2nd ed, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

Dris-Aït Hamadouche Louisa, 2015, « Impact des Printemps arabes sur les relations intermaghrébines : résilience du non-Maghreb », in Benantar Abdennour et Chena Salim (dir.), La sécurité en Méditerranée occidentale face aux bouleversements au Maghreb et au Sahara, Paris, L’Harmattan, Coll. Bibliothèque de l’Iremmo.

Courmont Barthélémy et Ribnikar Darko, 2002, Les guerres asymétriques : conflits d’hier et d’aujourd’hui, terrorisme et nouvelle menace, Paris, IRIS/PUF.

Ceyhan Ayse, 2004, « Sécurité, frontières et surveillance aux États-Unis après le 11 septembre 2001 », Cultures & Conflits, n°53, printemps, p. 113-145.

Gilbert Claude, 2003, « La fabrique des risques », Cahiers internationaux de sociologie, n°144, vol.cxiv, 1, p. 55-72

Groupe Frontière, « La frontière, un objet spatial en mutation », 29/10/2004 - http://www.espacestemps.net/articles/la-frontiere-un-objet-spatial-en-mutation/?output=pdf (consulté le 29/01/2016).

Haddad Saïd, 2013, « La sécurité, ‘priorité des priorités’ de la transition libyenne », L’Année du Maghreb, IX, p. 323-342.

Hoffman F.G, 2010, « ’Hybrid Threats’ : Neither Omnipotent Nor Unbeatable », Orbis, vol.54, n°3, summer, p. 441-455.

Huysmans Jef, 1998, « Dire et écrire la sécurité : le dilemme normatif des études de sécurité », Cultures & Conflits, n°31-32, printemps-été, p. 177-202.

Jackson Richard, Smyth M. Breen, Gunning Jeroen, 2009 (eds.), Critical Terrorism Studies: a New Research Agenda, London, Routledge.

Korany Bahgat, 1991, « From Revolution to Domestication: the Foreign Policy of Algeria », in Korany Bahgat and Dessouki Hillal Ali. E (eds.), The Foreign Policies of Arab States: the Challenge of Change, 2nd ed, Boulder, Westview Press.

Krause Keith and Williams Michael C. (eds), Critical Security Studies: Concepts and Cases, Londres, UCL Press.

McSweeney Bill, 1999, Security, Identity and Interests: a Sociology of International Relations, Cambridge, Cambridge University Press.

Ophir Adi, 2010, « The Politics of Catastrophization: Emergency and Exception », in FASSION Didier and PANDOLFI Mariella (eds.), Contemporary States of Emergency: the Political of Military and Humanitarian Interventions, New York, Zone Book.

Parker Noel and Nick Vaughan Willimas, 2012, « Critical Border Studies: Broadening and Deepening the ‘Lines in the Sand’ Agenda », Geopolitics, vol.17, n°4, p. 227-233.

Raufer Xavier, 2007, « Menaces terroristes, criminelles, hybrides : la perspective large », http://classiques.uqac.ca/contemporains/raufer_xavier/menaces_terroristes/menaces_terroristes.pdf (consulté le 20/07/2015).

Ritaine Evelyne, 2009, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures & conflits, n°73, printemps, p. 15-33.

Rouppert Bérangère et Tisseron Antonin, 2015, « De la Méditerranée au Sahel : la sécurité d’abord », in Abdennour Benantar et Salim Chena (dir.), La sécurité en Méditerranée occidentale face aux bouleversements au Maghreb et au Sahara, Paris, L’Harmattan, Coll. Bibliothèque de l’Iremmo.

Vallet Elisabeth et David Charles-Philippe, 2012, « Introduction. Du retour des murs frontaliers en relations internationales », Études internationales, vol.43, n°1, p. 5-25.

Waever Ole, 1995, « Securitization and Desecuritization », in LIPSCHUTZ R.D (ed.), On Security, Columbia University Press, New York.

Wendt Alexander, 1992, « Anarchy is What States Make of It: the Social Construction of Power Politics », International Organization, vol. 46, n°2, Spring, p. 396-397.

Haut de page

Notes

1 . http://www.un.org/fr/terrorism/ctitf/wg_bordermgmt.shtml (consulté le 19/07/2015).

2 . L’OTAN a intégré la notion de menaces hybrides dès 2010. Le paragraphe 13 de la Déclaration de son dernier sommet (septembre 2014) leur est consacré. http://www.nato.int/cps/fr/natohq/official_texts_112964.htm (consulté le 19/07/2015).

3 . Des médias ont fait état, en 2014, d’une intervention de forces algériennes en territoire libyen, aux côtés de forces américaines et françaises. Information difficile à vérifier. Ce que l’on peut dire en revanche, c’est que le refus de déploiement de troupes en dehors des frontières n’exclut pas des opérations secrètes des unités commandos des services secrets et/ou de forces spéciales.

4 . La proportion de la frontière ouest avec le Maroc dans cet effort de guerre est difficile à apprécier. On peut cependant supposer qu’elle reste faible en termes de renforcement des moyens déjà mobilisés car cette frontière a toujours été surveillée par les deux États. Le renforcement se limite donc aux unités chargées de lutter contre les trafics en tout genre.

5 . http://www.aps.dz/algerie/6466-l-éradication-de-la-menace-terroriste-représente-la-grande-priorité-de-l-armée-nationale-populaire-ministère (consulté le 19/07/2015).

6 . On se limitera aux frontières avec la Tunisie et la Libye, même si les mesures sont pratiquement les mêmes sur les différentes frontières. On n’évoquera pas les processus politiques de médiation parfois complémentaires mais souvent concurrentiels (deux processus de médiation entre parties libyennes menés par l’Algérie et le Maroc) et l’axe multilatéral élargi que représentent les conférences régionales sur la sécurisation des frontières (Tripoli 2012, Rabat 2013). Celles-ci sont marquées par une rivalité algéro-marocaine. Le centre régional de formation et d’entraînement destiné aux officiers en charge de la sécurité des frontières prévu par la conférence de Rabat est jugé par l’Algérie comme concurrent et dupliquant celui de l’Union africaine (Centre africain d’études et de recherches sur le terrorisme, basé à Alger). Bien que bilatérale à l’origine, la coordination – malmenée par l’intervention égyptienne dans le conflit libyen – entre l’Algérie et l’Égypte concernant la Libye s’inscrit dans une perspective multilatérale à travers les conférences des pays frontaliers de la Libye, animées par ces deux pays. La région est donc marquée par des rivalités entre les acteurs des pays en conflit (Libye et Mali) ainsi qu’entre des puissances régionales. Sur certains aspects de ces processus, les rivalités et les enjeux qui en sont à l’origine et/ou qui en découlent voir Bérangère Rouppert et Antonin Tisseron, « De la Méditerranée au Sahel : la sécurité d’abord », in Abdennour Benantar et Salim Chena, (dir.), La sécurité en Méditerranée occidentale face aux bouleversements au Maghreb et au Sahara, Paris, L’Harmattan, Coll. Bibliothèque de l’Iremmo, 2015, p. 11-29 ; Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Impact des Printemps arabes sur les relations intermaghrébines : résilience du non-Maghreb », in ibid., p. 51-70 ; Aomar Baghzouz, « Le Maghreb et l’Europe face à la crise du Sahel : coopération ou rivalité ? », L’Année du Maghreb, IX, 2013, p. 173-192.

7 . Sur la question de la sécurité par la coopération, voir Abdennour Benantar, « Quelle architecture de sécurité pour la Méditerranée ? », Critique internationale, n°69, octobre-décembre 2015, p. 133-152.

8 . Evelyne Ritaine (p. 17) distingue plusieurs types de murs : sécuritaire-militaire (Maroc-Sahara occidental, Inde-Pakistan…) ; sécuritaire-civil (États-Unis/Mexique, Espagne-Maroc…) ; murs en contexte de guerre civile (exemple Belfast) ; sécuritaire-social (murs de séparation socio-urbains).

9 . http://www.france24.com/fr/20140730-maroc-algerie-cloture-frontiere-fermeture-diplomatie-mur-barriere-oujda (consulté le 18/07/2015).

10 . http://www.defense.tn/index.php/fr/actualites/item/235-Les%20barrières%20de%20sécurité%20à%20la%20frontière%20tuniso-libyenne%20s’étendront%20au%20delà%20de%20Dhiba (22/07/2015)

11 . Alaraby al-Jadeed (Londres), 13/07/2015 (en arabe).

12 . El-Khabar (Alger), 16/07/2015 (en arabe).

13 . Alaraby al-Jadeed 15/07/2015.

14 . Selon le ministre algérien de l’Énergie, le trafic du carburant en direction des cinq pays voisins de l’Algérie lui occasionne 1,3 milliard de dollars de pertes par an. Echorouk (Alger), 09/09/2013 (en arabe).

15 . Relevant du ministère de la Défense, le CGF a pour mission : la lutte contre le terrorisme, la contrebande, la criminalité transfrontalière et l’immigration clandestine... http://www.mdn.dz/site_cgn/index.php?L=fr#undefined – site du ministère algérien de la Défense – (consulté le 30/08/2014).

16 . Le DRS a été dissous fin janvier 2016 par un décret présidentiel non publiable et ses anciennes structures sont élevées au rang de directions générales : Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure (DGDSE) et Direction générale du renseignement technique (DGRT). Bien qu’elles soient considérées comme structures de l’ANP, ces directions sont rattachées à la présidence de la république et dépourvues de directeur général. http://www.tsa-algerie.com/20160130/comme-ceux-de-la-hine-le-services-de-renseignements-algeriens-nont-plus-de-nom (consulté le 30/01/2016). Le transfert des services du DRS vers l’état-major était donc une tactique, dans un jeu politique complexe, en vue de les mettre par la suite sous le contrôle direct de la présidence.

17 . El Watan, 22/01/2016 – http://www.elwatan.com/actualite/les-changements-au-drs-ont-ralenti-l-enquete-sur-l-attaque-de-tiguentourine-22-01-2016-312600_109.php (consulté le 22/01/2016).

18 . El Khabar, 09/06/2013.

19 . El Khabar, 20/07/2014 et 15/05/2013.

20 . http://www.defense.tn/htmfr/details_nouveaute.php?id=482 – site du ministère tunisien de la Défense – (consulté le 30/08/2014).

21 . Cette convergence aurait connu un moment de froid suite à l’octroi, en mai 2015, à la Tunisie du statut d’Allié majeur des États-Unis en dehors de l’OTAN et la possibilité de l’établissement d’une base américaine (drones) en Tunisie. Information démentie par les autorités tunisiennes.

22 . Suite à l’attentant de Sousse, la Tunisie a transformé, le 6 juillet 2015, de larges zones frontalières avec l’Algérie en zones militaires fermées, et a déclaré l’état d’urgence. Voir les deux ordonnances présidentielles dans le Journal officiel de la république tunisienne, n°54, 07/07/2015, p. 1907-1908.

23 . El Watan, 29/06/2015.

24 . El Khabar, 27/06/2015.

25 . http://www.mae.gov.dz/news_article/1035.aspx – site du ministère algérien des Affaires étrangères – (consulté le 09/04/2014).

26 . http://www.mae.gov.dz/news_article/1030.aspx (consulté le 31/08/2014).

27 . El Moudjahid, 14/03/2014.

28 . El Moudjahid, 25/01/2012. Des principes auxquels s’ajoute la criminalisation du paiement de rançon, torpillée par des pays occidentaux qui ont payé des rançons pour libérer leurs otages détenus au Sahel.

29 . Cette exclusivité, se fondant sur une approche géographique, est aussi utilisée contre le Maroc que l’Algérie a exclu de l’initiative des pays du Champ prétextant qu’il n’est pas un pays sahélien.

30 . Les États-Unis auraient joué un rôle dans cet infléchissement.

31 . La région connaît une prolifération de processus : initiative des pays du Champ (2010) ; processus de Nouakchott (2013) ; G5-Sahel (2014) ; conférences régionales sur la sécurité des frontières…

32 . À ces attaques s’ajoute l’enlèvement par le MUJAO de sept diplomates algériens à Gao (Mali) en avril 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdennour Benantar, « Sécurité aux frontières : Portée et limites de la stratégie algérienne  », L’Année du Maghreb, 14 | 2016, 147-163.

Référence électronique

Abdennour Benantar, « Sécurité aux frontières : Portée et limites de la stratégie algérienne  », L’Année du Maghreb [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2712 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2712

Haut de page

Auteur

Abdennour Benantar

Maître de conférences, Université Paris 8.

Articles du même auteur

Haut de page