Navigation – Plan du site
Études inédites

Le national à distance. Circulation de normes et réécriture du politique de la Tunisie

The remote national: A traffic in standards and political revisionism in Tunisia
Stéphanie Pouessel
p. 169-186

Résumés

Cet article questionne le corps national et les lieux extraterritoriaux de formation du politique. La scène politique post-2011 a inauguré une refonte des élites parlementaires et gouvernementales. Les « Tunisiens de l’étranger » qui représentent 10 % de la population tunisienne, ont été intégrés au processus démocratique qui a suivi la chute de Z.A Ben Ali en participant à l’élection de 18 députés de l’Assemblée nationale constituante. Qu’ils soient résidents étudiants, de travail, enfants de couple mixte, exilés politiques, issus de l’exil politique et issus de l’immigration, ces acteurs « nationaux mais distants » qui représentent les « Tunisiens de l’étranger » draine une expérience sociale et politique de l’ailleurs potentiellement mobilisable dans la pratique du politique en Tunisie. L’article propose, à travers une étude rapprochée de ces députés dans l’Assemblée nationale constituante (ANC), une analyse de la circulation de normes dans la réécriture politique de la Tunisie. Le transfert de leurs expériences acquises dans un autre Etat-nation et vis-à-vis d’autres problématiques politiques et sociales agit selon un jeu de modulation et de reconfiguration face aux contraintes nationales. À travers l’étude de ces passeurs entre deux rives, leur socialisation politique et la circulation de manière de faire et de penser le politique au sein de l’arène parlementaire, nous analyserons leur hybridation et leur effet sur le processus constitutionnel. Nous verrons que l’expérience de ces députés vécue à l’étranger peut également agir en contrainte vis-à-vis des Tunisiens locaux : renvoyés à leur extranéité, les dissonances linguistiques à l’œuvre à leur « retour » illustre à propos cette tension. Ce nouvel espace circulatoire du politique remet en cause l’exclusivité nationale du politique. La migration apparait comme constitutive du national et non plus comme une excroissance de la société implantée dans l’ailleurs. Ce n’est définitivement plus par le prisme exclusif du national que peuvent être appréhendées les scènes nationales mais par des circulations qui brouillent par là même les aires culturelles traditionnelles.

Haut de page

Texte intégral

« L’immigration était la base arrière de la lutte démocratique. Nous étions des exilés, des immigrés, des étudiants et combattions l’autoritarisme de l’État et luttions pour une place aux citoyens dans l’horizon politique de la Tunisie. (…) l’immigration se manifeste aujourd’hui comme une force active, la révolution lui a permis de s’associer à l’élaboration de la constitution par ses représentants », Ahmed Nejib Chebbi, meeting du parti Républicain, Paris, 14 février 2014.

« Nous sommes toute une génération, les européo tunisiens, nous avons découvert notre identité tunisienne après la révolution ; nous avons deux nationalités donc nous faisons partie prenante du corps politique tunisien et nous sommes pionniers, nous abordons des sujets difficiles, comme le racisme, puis les thèmes sont réappropriés ici [en Tunisie] », Sayida Ounissi, Intervention orale lors aux Rencontres Cinématographiques de Chenini, Gabès, Tunisie, 8 février 2014.

  • 1 . En 2012, le nombre de Tunisiens résidant à l’étranger est évalué à 1 223 213 personnes. 84.5% rés (...)

1Si le peuple tunisien élit démocratiquement sa première Assemblée nationale le 23 octobre 2011, ce processus avait été entamé quelques jours plus tôt depuis l’étranger. Le 20 octobre, les citoyens tunisiens de la diaspora élisaient les députés qui les représenteront au sein de l’Assemblée nationale constituante (ANC). Avec 10 % de la population tunisienne résidente à l’étranger1, l’enjeu est important.

  • 2 . twensa bil kharij, twensa bil mahjar.
  • 3 . À titre de comparaison, au Maroc, si les citoyens résidants à l’étranger ont pu voter au référend (...)

2La prise en compte de la voix des Tunisiens de la diaspora2 en bousculant les frontières de la nation et de la citoyenneté, apparait comme une des expressions possibles de la « citoyenneté transnationale » (Brand, 2013). La légitimité d’exercer son droit de vote sans résider sur le territoire national est une requête auxquels sont confrontés les États qui comptent un nombre significatif de citoyens résidants à l’étranger. L’Italie et le Mexique en sont les exemples mêmes et n’ont accordé ce droit à leurs citoyens de l’étranger qu’en 20063. Ce droit témoigne de la volonté du migrant d’accéder à un statut dans son pays d’origine en même temps que la reconnaissance de n’avoir pas l’intention d’y retourner prochainement (Lafleur, 2013, p. 6). Cette tension questionne le corps national et les lieux extraterritoriaux de formation du politique. L’exercice de cette nouvelle forme citoyenneté par-delà la frontière nationale tunisienne va au-delà d’une simple opposition politique à distance telle qu’elle fut de vigueur durant des décennies (Geisser, 2012 ; Dumont, 2011) mais se situe, à travers son entrée dans l’Assemblée nationale, au cœur même de l’État et de la redéfinition du politique après la révolution.

  • 4 . La dimension extra-territoriale de la nation a longtemps constitué l’angle mort des études du nat (...)

3En Tunisie, l’émergence d’une classe politique liée à la migration apparait comme un nouveau type de mobilité qui défie les lignes habituelles de la migration. Celle-ci est longtemps restée cantonnée, et ceci pour l’ensemble des pays maghrébins, au non-lieu de la « double absence » c’est-à-dire l’effacement des migrants tant sur les scènes maghrébines que dans les pays d’émigration (Sayad, 1999). Aujourd’hui, les parcours et les engagements des acteurs prouvent que la migration est constitutive même du national et plus une excroissance de la société implantée dans l’ailleurs. Ce n’est plus par le prisme exclusif du national que peuvent être appréhendées les scènes nationales maghrébines mais par des circulations qui brouillent par là même les aires culturelles traditionnelles4. Cette inscription de la « migration » au cœur même du national par la représentativité parlementaire inédite de la « diaspora » tunisienne, et pour une tâche aussi symbolique que celle d’écrire la nouvelle constitution, renseigne sur la reconstitution du national dans une société qui a vécu un bouleversement politique.

4Les « Tunisiens de l’étranger » qui représentent 10 % de la population tunisienne, ont été intégrés au processus démocratique qui a suivi la chute de Z.A Ben Ali en participant à l’élection de 18 députés de l’Assemblée nationale constituante. Qu’ils soient résidents étudiants, de travail, enfants de couple mixte, exilés politiques, issus de l’exil politique et issus de l’immigration, ces acteurs « nationaux mais distants » qui représentent les « Tunisiens de l’étranger » draine une expérience sociale et politique de l’ailleurs potentiellement mobilisable dans la pratique du politique en Tunisie. L’article propose, à travers une étude rapprochée de ces députés dans l’Assemblée nationale constituante (ANC), une analyse de la circulation de normes dans la réécriture politique de la Tunisie. L’expérience sociale et politique de l’ailleurs potentiellement mobilisable dans la pratique du politique agit selon un jeu de modulation et de reconfiguration face aux contraintes nationales. À travers l’étude de ces passeurs entre deux rives, leur socialisation politique et la circulation de manière de faire et de penser le politique au sein de l’arène parlementaire, nous analyserons leur hybridation et leur effet sur le processus constitutionnel. Nous verrons que l’expérience de ces députés vécue à l’étranger peut également agir en contrainte vis-à-vis des Tunisiens locaux : renvoyés à leur extranéité, les dissonances linguistiques à l’œuvre à leur « retour » illustre à propos cette tension.

5L’article propose d’analyser la place des députés de l’étranger dans l’évolution du statut politique des émigrés, de « travailleur à l’étranger » à leur éligibilité en tant que Président de la République. L’étude focalise alors sur les profils des députés des circonscriptions de l’étranger de l’ANC en présentant leur histoire migratoire et la manière dont ils sont ancrés socialement, professionnellement et familialement dans leur pays de résidence. Il questionnera ensuite leurs différents engagements pré-2011 et la manière dont ils modulent les problématiques et les contraintes nationales des pays de « résidence » au contexte tunisien.

6La deuxième partie interroge la capitalisation de ces expériences dans le cadre de la réécriture de la constitution tunisienne. Elle permettra de mettre en lumière la manière dont des normes circulent et se modulent vis-à-vis d’un autre cadre national et politique. Pour cela, l’étude cerne les circulations de normes dans les domaines de la pluralité religieuse, de l’islamophobie, du racisme et du genre, ainsi que de la liberté de conscience. Afin de relativiser la plus-value de ces échanges informels, l’article pointe également les dissonances qui peuvent se faire entendre dans les échanges entre des populations locales et des populations migrantes. Pour cela, nous évoquerons le cas des langues des acteurs de la diaspora et les malentendus, voire les frictions que cette dimension linguistique peut générer.

  • 5 . Je remercie tous les députés rencontrés qui ont pris de leur temps précieux pour se plier à l’exe (...)
  • 6 . De plus, l’article a bénéficié des informations mises en ligne par l’ONG Bawsala sur son site con (...)

7Cette recherche est le fruit d’une enquête de terrain menée auprès des députés de l’étranger de l’ANC5. Selon la disponibilité de chacun, j’ai pu mener des entretiens avec 14 des 18 députés entre 2013 et 2014. Ils se sont déroulés au siège de l’Assemblée nationale constituante au Bardo à Tunis en français, arabe et anglais. La réflexion proposée fut aussi permise par un suivi régulier de l’écriture de la Constitution à Tunis entre 2011 et 2014 et de l’observation des séances plénières de vote des articles en janvier 20146.

La diaspora tunisienne sur les bancs de l’Assemblée

Profils migratoires et ancrages nationaux des députés de l’étranger

  • 7 . Les Tunisiens de l’étranger étaient considérés à l’Indépendance comme un moyen de résoudre les pr (...)

8Dès les lendemains de la révolution, la société civile des Tunisiens de l’étranger structurée en associations sollicite le Président de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution pour plaider une extension de leurs droits aux élections législatives7. En réponse à cet « emigrant lobbying » (Lafleur, 2013, 6), la toute nouvelle Instance créée en mai 2011 pour superviser les élections (ISIE), dirigée par Kamel Jendoubi lui-même tunisien exilé en France jusqu’à la révolution, annonce la création de 8 sièges parlementaires (sur 217) dédiées à 6 circonscriptions à l’étranger. Pour procéder au vote des Tunisiens à l’étranger, 4546 centres de vote sont créés parmi lesquels des lieux hors du système consulaire : écoles, sièges d’associations, centres, municipalités, etc. Le résultat du vote décontenancera les observateurs puisqu’il correspond, malgré la distance géographique, nationale et sociale, en tous points à celle de la Tunisie territoriale avec la victoire du parti islamiste Ennahdha. Les résultats sont répartis comme suit : 10 sièges parlementaires pour la France (4 Ennahdha, 2 Congrès pour la République, 2 Ettakatol, 1 Pôle démocratique moderniste et 1 Parti démocrate progressiste), 3 sièges pour l’Italie (2 Ennahdha et 1 « Liste de la pétition populaire »), 1 siège pour l’Allemagne (Ennahdha), 2 sièges pour « Amérique et reste du monde » (Ennahdha et CPR), 2 sièges pour « Monde arabe » (Ennahdha et CPR). Dans cet article, les députés sont présentés à partir de l’affiliation politique pour laquelle ils ont été élus.

  • 8 . Les 7 députés binationaux sont répartis comme suit : Italie (1), Suisse(1), France (5). Sur les 7 (...)
  • 9 . 6 directement (France, Canada et Qatar) et 2 descendants de militants politiques exilés (Italie).

9Les députés des circonscriptions de l’étranger élus incarnent différentes figures de la « diaspora » tunisienne : ils sont porteurs d’une double nationalité8 – du au fait d’être né dans un autre pays que la Tunisie, du fait d’être né en Tunisie d’un couple mixte ou enfin par la naturalisation à l’étranger – ; ils sont citoyens résidents à l’étranger (au moins à un moment de leur parcours : étude, travail ou en attente de statut de réfugié) ; enfin, ils sont des militants politiques de la mouvance islamiste acculés à l’exil par la répression de l’ancien régime – première et deuxième générations9. Ces trois catégories peuvent se recouper : certains peuvent tout autant être, par exemple, citoyen binational et exilé, ou exilé et résident étudiant.

10Hormis les anciens exilés islamistes pour qui la migration fut conditionnée par la répression politique, la résidence des députés de l’étranger dans la circonscription qu’ils représentent est celle d’un séjour d’étude ou de travail. Cependant, des liens familiaux avec la circonscription peuvent s’adjoindre à ce motif. Deux députés ont grandis en Tunisie de mère française et une députée a rejoint son père travailleur en France.

11La députée France Sud pour le CPR a rejoint Lyon pour ses études de Master. De la famille en France, son père et des cousins de sa génération, lui permettent de côtoyer les expériences des « binationaux » dans l’Hexagone, essentiellement, selon elle, liées aux problèmes de l’ « intégration ». À travers ces liens familiaux, elle comprend la difficulté de leur « double identité » : rejetés en France et dont les lacunes linguistique et de connaissance des traditions les relèguent à un statut d’étranger en Tunisie. Ses années passées dans la société française ne l’ont jamais éloignées de la Tunisie : de par le choix de son sujet de thèse sur les entreprises en Tunisie et des retours réguliers en Tunisie (entretien 13/02/14). Le député de la circonscription France Nord pour Ettakatol, binational né en Tunisie de mère française, a passé vingt ans à Paris pour les études puis le travail, mais il ne considère pas être « parti à l’étranger » puisqu’il est de nationalité française par sa mère. Le lien à la France est donc maternelle et actualisé à chaque vacances estivales, un parcours opposé aux binationaux nés en Europe qui se rendent en Tunisie l’été (entretien 11/02/14).

12À l’inverse, pour les exilés politiques de la mouvance islamiste, la circonscription représentée correspond au lieu de vie exclusif, puisque tout retour, ne serait-ce que périodique, était inenvisageable durant des décennies de par la répression subie en Tunisie. Par conséquent, l’ancrage dans le pays de résidence a recouvert l’ensemble de leur vie sociale, familiale et politique.

13La députée France Nord du parti Ennahdha s’est investie dans la vie de quartier, la médiation entre citoyens et a présidé l’association des parents d’élèves des écoles de ses enfants (FCPE – Fédération des conseils de parents d’élèves). Portant un voile et de formation normalienne, elle rompait avec l’image stéréotypée de l’immigrée. Elle a rencontré des réticences puis a accédé à la fonction de présidente de cette association (entretien 27/02/14). De la même manière, la députée France Sud Ennahdha est devenue une des figures de la scène musulmane grenobloise. Chaque vendredi, elle offrait à la mosquée un « rappel religieux » (ders) à un public de jeunes et de femmes (entretien 25/02/14).

14Ces exilés politiques poursuivent la construction de leur famille délocalisée depuis les pays de résidence. Les enfants les plus jeunes naissent dans le pays d’exil. Ces nouvelles générations binationales créent entre les militants et le pays de résidence un lien intrinsèque. Les enfants sont socialisés en pays d’exil des parents, ils y poursuivent leurs études, et depuis peu donnent aux-même naissance à une nouvelle génération (les petits-enfants de la première génération des exilés pour le député Ennahdha Amérique). L’ancrage s’effectue, enfin, par la voie professionnelle dans le pays de résidence. Le métier exercé peut correspondre à des décennies d’investissement en faveur d’un projet militant. Les exilés islamistes tunisiens détiennent une place de premier choix dans le paysage de l’islam de France en étant, dès le début des années 1990, à l’initiative de la plupart des établissements d’éducation musulmane (écoles, collèges, lycées). Forts d’un niveau intellectuel et universitaire acquis en Tunisie et d’une expérience de l’engagement, ils expriment par là l’intégration à la société française et le souci et la préservation de l’identité musulmane des enfants de l’immigration (Geisser, 2012, p. 168). Le député France Sud a vécu plus de 25 ans en France où il est devenu directeur d’un établissement scolaire privé situé en banlieue lyonnaise. Il abandonnera ses fonctions en 2011 pour honorer sa nouvelle fonction au sein de l’Assemblée nationale constituante tunisienne (entretien 06/02/14). Ces dimensions sociale, familiale et professionnelle ancrent les députés islamistes primo-arrivants dans le pays d’exil, comme l’exprime le député de la circonscription Amérique, exilé vingt ans au Québec : « Je fais partie du Québec, il fait partie de moi » (entretien 02/03/14, ANC).

  • 10 . Les familles des opposants en fuite ont été, en Tunisie, victimes de harcèlement sous toutes ses (...)

15Les enfants issus de cet exil familial sont représentés au sein de l’ANC par deux députés de la circonscription de l’Italie. Enfants d’exilés islamistes, ils ont été victimes d’une répression familiale10 et ont émigré en Italie par « rapatriement familial » à l’âge de 11 et 14 ans. Ils représentent une nouvelle génération de militants politiques qui détient un rapport encore différent au pays de résidence, peut-être plus intrinsèque puisqu’ il s’agit du pays où ils ont grandit, où ils sont devenus adulte et dans lequel ils ont débuté leur carrière de militant. La double appartenance semble encore plus effective que pour celle de la génération qui précède, ce qui fait dire à la députée de l’Italie : « je rentre en Italie et je rentre en Tunisie, les deux sont ma maison » et reconnait que « ce n’est pas facile de revenir après 15 ans » (entretien 13/02/14).

16Enfin, seuls cinq députés de l’ANC sont issus de populations délocalisées depuis au moins une génération (trois d’une migration de travail et deux d’une migration d’exil politique). Au final, une seule députée est réellement née à « l’étranger », c’est-à-dire dans le pays de résidence de ses parents (France Sud, Ettakatol) et il s’agit sans surprise de la France. Aucun député n’est né dans une autre circonscription de l’étranger, à titre d’exemple, la génération des Tunisiens nés au Canada n’est pas présente dans l’ANC.

17Cette présence en sourdine des nouvelles générations issues d’une migration de travail ou des contraintes politiques de l’exil marginalise leur prise en compte politique. Car leurs profils et les problématiques qui les entourent sont inassimilables à ceux des députés « résidents », qui ont rejoint leur circonscription pour les études, et sont davantage enclins à défendre les droits d’une diaspora temporaire (problème des cartes de séjours, des conditions des étudiants, etc.) voire précaire (sans-papiers). Bien que des problématiques communes les réunissent (refus des conceptions restrictives de la citoyenneté, des visions puristes de l’identité nationale ou des tendances larvées à réhabiliter le droit du sang dans la législation des États (Geisser, 2012, p.  178) et que des ponts familiaux et nationaux les relient, un décalage de classe sociale, de socialisation et de condition identitaire fracture « blédards et banlieusards » (Schiff, 2008). Pour certains députés de l’étranger (France Sud, CPR), le lien avec la diaspora née en France est advenu après la révolution, dans le sillon des rencontres politiques organisées par les nouvelles associations de la diaspora. L’ancrage de ces derniers députés en Tunisie leur permet de prétendre à une carrière politique à l’échelle de la Tunisie et non cantonnée à leur circonscription.

18La très faible représentativité de la génération post-immigration dépasse le cadre de l’ANC et est perceptible dans les sphères dirigeantes des partis en Tunisie. Si son ancrage social, professionnel et familial hors de la Tunisie témoigne d’une nouvelle mobilisation à distance, elle émerge de manière feutrée sur la scène politique tunisienne. Aux marges des hauts postes des partis politiques ou dans des lieux alternatifs du politique comme des organisations de la « société civile », leur entrée en sourdine dans le politique augure pourtant un nouveau rôle dans la vie publique tunisienne. La « double absence » (Sayad, 1999) qui a caractérisé la première génération de migrants maghrébins – une absence physique au Maghreb et un effacement social en Europe- semble lentement se substituer à une « double présence » (Dufoix, 2010, p. 184) des nouvelles générations – présence sociale et militante en Europe et nouvelle place au Maghreb-.

Héritage politique ou nouveaux venus dans la politique ?

19Le parcours du militantisme politique ou social des députés renseigne sur les expériences politiques acquises à l’étranger et les réseaux militants côtoyés qui sont autant de ressources mobilisables et capitalisables dans la réécriture du politique en Tunisie aujourd’hui. Les divers engagements des députés avant la révolution évoluent dans une dialectique entre des luttes spécifiques à la situation d’immigré (racisme, droits, etc.) et des luttes relatives à l’ensemble de la société et l’international (environnement, Droit de l’Homme, etc.).

Un engagement politique a-partisan

20Pour une génération jeune qui s’est engagée uniquement après la révolution (partis CPR et Ettakatol), c’est l’évènement révolutionnaire qui a éveillé sa fibre politique. Mais la plupart des députés de l’étranger étaient déjà marqués politiquement, de par leur propre parcours de militant ou de par un engagement politique familial antérieur qu’ils ont alors modulé vis-à-vis de l’échiquier politique post-2011. Le député France Nord du parti CPR grandit dans le giron du militantisme de son père, syndicaliste tunisien à l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT). Mais l’engagement auprès de ce syndicat dans le contexte des années 1960 constitue davantage une lutte pour la démocratie et les questions sociales qu’une posture partisane. Pour ce député résident en France dans le cadre de ses études puis de son travail, l’actualisation de ce militantisme contre l’autoritarisme et pour la démocratie l’a mené, grâce à des venues en Tunisie trois fois l’an, à tenter de lutter depuis la Tunisie. Il a milité dans deux associations d’opposition jusqu’en novembre 2010 où il a été arrêté lors d’un évènement politique (intitulé « On va fêter le 7 novembre à notre manière »). Depuis la France où il a étudié et enseigné la langue et la civilisation chinoise durant neuf ans, il participe à la création de l’association BYRSA, qui entend rassembler l’opposition tunisienne à l’étranger, et à l’association « Sciences po monde arabe ». Dans cet engagement d’opposition au régime mais sans attache partisane particulière, ce député rencontre Moncef Marzouki en 2010 sur un plateau TV de France 24 à Paris, une rencontre qui lui donnera ses velléités politiques pour le parti CPR. La France apparait ainsi une plate-forme de rencontre militante (entretien 03/02/14).

21On retrouve cette revendication démocratique initiale au-delà d’affiliation partisane dans une des dimensions du militantisme des islamistes en exil. La situation d’exil mène en effet, pour des militants de parti historique comme Ennahdha, à dissoudre l’engagement partisan au profit de la « question tunisienne ». Le député France Sud devient président de l’association Tunisie-liberté en 1995 laquelle, bien que d’obédience islamiste gérant les effets collatéraux de la répression islamiste, organise des évènements sur la « question tunisienne » au-delà des labellisations politiques. Le député d’Ennadha représentant la circonscription d’Amérique s’implique, depuis Montréal, dans des associations de lutte pour les Droits de l’Homme au Maghreb aux côtés de militants de tous les courants de l’opposition tunisienne (islamiste, PDP, POCT). Les associations d’Ennahdha en exil adoptent de fait le langage des Droits de l’Homme. En effet, la mobilisation des médias et le soutien d’organisme comme Amnesty International sur les questions de torture et de condition d’exilé connectent l’engagement d’Ennahdha à la question internationale des Droits de l’Homme. Depuis son exil à Lyon, le député France Sud Ennahdha créé en 2002 l’Observatoire des Lyonnais pour la défense des libertés fondamentales en collaboration avec Amnesty International, AGIR et la Ligue des Droits de l’Homme (entretien 06/02/14).

Intégration des contraintes locales

22Résidents ou exilés, les futurs députés de l’ANC sont assimilés, en France, aux immigrés et aux Français d’origine maghrébine. Cette assimilation les conduit potentiellement dans le champ de la lutte pour l’intégration et contre les discriminations. Le militantisme relatif à la question immigrée dissout la spécificité nationale tunisienne dans la cause « maghrébine » d’Europe. De la question du logement étudiant, des droits des immigrés, du droit de vote des résidents, de la diversité religieuse, culturelle, du féminisme ou encore du racisme, les premiers pas de ce militantisme sont souvent effectués, pour les résidents, au sein de l’université auprès de syndicat pour la défense des droits des étudiants étrangers (Italie, France) ou auprès des associations françaises d’obédience de gauche.

23Ce détour militant par la condition discriminée des Maghrébins et l’engagement dans le champ de l’éducation islamique que mettent en place des militants islamistes en créant des centres éducatifs musulmans mènent à pluraliser l’engagement et s’investir sur la question de l’islam sur le territoire national. L’insertion dans le champ politico-associatif musulman français permet aux militants islamistes « d’accumuler un capital militant multiforme » (Béchir Ayari, 2008). Car l’arrivée de la première génération d’exilés dans les années 1980 correspond au début de la visibilité de l’islam en France, puis à la montée du Front national, et jusqu’au 11 septembre 2001 qui marqua pour eux l’apothéose de la stigmatisation de la religion islamique. Ce contexte européen et international incite la députée d’Italie d’Ennahdha à militer au sein des Jeunes Musulmans en Italie qui luttent pour faire valoir la double appartenance italienne et musulmane. Le député d’Italie d’Ennahdha, quant à lui, sera fondateur de « la jeunesse musulmane en Italie » et militant au sein du Conseil de jeunesse pour le pluralisme religieux et culturel. Cet investissement pour les questions islamiques et de discrimination raciale est motivé par le fait qu’ « [il] appartient à une minorité discriminée » (entretien 18/02/14).

24Le militantisme se débranche des contraintes nationales pour atteindre des luttes universelles liées à la discrimination raciale, comme le montre l’engagement de la députée France Nord du parti du Pôle démocratique dans le comité anti-apartheid, le soutien aux Aborigènes et la discrimination envers les femmes. Le féminisme mobilise en effet cette dernière dans le « Collectif national pour les droits des Femmes » et le collectif « 20 ans Barakat » (cause des femmes algériennes). Cette future députée part en Afghanistan en 2002 avec l’association « Négar, Soutien aux femmes d’Afghanistan » (entretien 27/02/14). De son côté, la députée France Nord du parti Ennahdha milite pour un féminisme dans l’inter-religieux dans le Global Women of Faith Network et le Conseil européen des leaders religieuses.

25Mais un engagement lié à un parti politique français peut être la motivation du passage au militantisme : « J’ai toujours pensé que j’allais être un élu en France, jamais en Tunisie » (entretien 11/02/14). Ce député France Nord du parti Ettakatol avait saisi depuis la France l’opportunité de pouvoir s’engager en politique sur des questions françaises depuis le Parti socialiste. Il prolonge une filiation politique maternelle (mère française au Parti socialiste de Tunis dans les années 1980). Contrairement aux exilés qui poursuivaient en Europe un militantisme tunisien, ou lié à l’islam, aux « dialogues des cultures » et des religions, l’espace français est pour ce député de père tunisien et de mère française ayant grandi en Tunisie, celui de la réalisation possible d’une carrière politique française au PS. Conseiller national du PS en 2003 et candidat aux législatives de 2007, des références à De Gaulle et à Mitterrand parsèment son discours lors de l’entretien. Il choisit de représenter le parti Ettakatol qu’il considère comme l’équivalent du Parti socialiste en Tunisie.

26L’engagement des militants peut être partisan (parti Ennahdha), national pour la démocratie en Tunisie (« la question tunisienne »), local à partir de problématiques rencontrées dans les pays de résidence (racisme, immigration, etc.), et enfin global de par l’universalité des Droits de l’Homme. Il n’y a pourtant pas d’exclusivité des niveaux d’engagements. La confrontation personnelle à la répression politique de son propre pays mène à s’investir contre toute forme de répression au niveau national et international. De son côté, le vécu de la condition d’immigré pousse à épouser la cause des tous les immigrés (racisme, droits, etc.) et de lutte contre la discrimination religieuse, ethnique ou de genre. Ces engagements sont moins « transnationaux » (Van Bochove, 2012), au sens de « au-delà » (beyond) des État-nations, que nationalement ancrés. Ils sont davantage conditionnés par l’histoire personnelle des acteurs et le contexte historique et politique de la société côtoyée, que par les flux d’une globalisation transnationale désincarnée (Bauböck, 2010).

(Re)venir. Transferts d’expériences sociales et politiques et ajustements

27Ces différents profils migratoires impliquent tous des « circulations » d’idées et de références entre différents cadres nationaux qui sont autant de transferts de normes et de pratiques politiques. Les études des « transferts internationaux » visent davantage les politiques publiques, l’institutionnel et l’action publique (Delpeuch, 2008). À l’autre bout de la chaine macro de la diffusion, Peggy Levitt propose, à un niveau local, l’étude des idées, des comportements et des identités qui voyagent du pays de résidence au pays d’origine (Levitt, 1998). Ces “social remittances” transfèrent des normes, des actions et un capital social. Cette étude des transferts extra-économiques est élargie par Juan Flores qui envisagent les « cultural remittances » que les Portoricains newyorkais véhiculent aux Iles caribéennes. Il entend par là les « habitudes et pratiques culturelles, les orientations idéologiques, les formes d’expression artistique et les idées sur l’identité de groupe acquises en diaspora » (Flores, 2009). Recoupant ces deux types de transferts, la focale proposée ici propose de rendre compte des représentations du politique, entre un niveau informel –celui des idées et de l’expérience acquise-, et un niveau plus formel – celui de l’élaboration de lois dans une institution de l’État-. Ces political remittances impliquent nécessairement des modulations et des ajustements au contexte local.

Transferts de normes et de pratiques politiques

28L’expérience migratoire est l’occasion d’une confrontation à d’autres modèles sociétal et politique. Jusqu’à 2011, l’expérience du pluralisme politique et de la démocratie depuis l’étranger rompait avec les critères d’une Tunisie politiquement sclérosée. Le fait de vivre « à l’étranger » a offert des cadres politique et social alternatifs et mobilisables dans la pratique politique actuelle. Les députés vivent ce parcours comme une ouverture au monde : « On a vécu dans le monde, on a parlé avec le monde, on veut aujourd’hui capitaliser cette expérience » (député Amérique, Ennahdha, entretien 02/03/14). La « démocratie » est passée « de la théorie à la pratique », « des slogans à la réalité » (ibid.). Pour la députée France Nord Ennahdha, « être en dehors de la Tunisie, c’est vivre dans la démocratie, vivre la liberté, la citoyenneté, l’État de droit, le fait de pouvoir s’exprimer sur la Tunisie sans crainte, faire parvenir la voix des opprimés » (entretien 26/02/14). Pour cette dernière, son insertion dans le 19e arrondissement de Paris, dans une structure aussi banale que la Fédération des parents d’élèves a été une voie d’apprentissage de la citoyenneté : « J’ai appris ce que c’est de voter, de partager ses idées, de travailler avec les autres » (ibid.). Lors de l’écriture de la Constitution, la députée France Sud CPR avait « constamment la France dans [sa] tête », comme source de critique, comparaison, de référence ou de contre-référence (entretien 13/02/14). Du même parti, deux députées (Amérique et monde arabe) sont les instigatrices du principe d’OpenGov de transparence des travaux parlementaires qui donne le droit aux citoyens d’accéder aux documents et aux procédures de leur gouvernement, par le biais notamment des nouvelles technologies.

Pluralité religieuse, islamophobie et racisme

29La rencontre avec d’autres contextes nationaux confronte les Tunisiens à la condition minoritaire d’être « immigré » et d’être potentiellement stigmatisé en tant que « musulman ». L’appartenance à un groupe minorisé et marginalisé à l’étranger, dont l’islam est le marqueur, peut en effet devenir vecteur d’une sensibilisation aux discriminations et au racisme en Tunisie. Les expériences à ce sujet diffèrent selon les modèles d’État-nation et selon le statut migratoire. Au Québec, pour le député d’Ennhdha de la circonscription Amérique, la stigmatisation du voile a été aggravée par la présence d’une élite maghrébine laïque qui contribuait à diaboliser ce signe religieux. L’effraction du 11 septembre 2001 apparait pour beaucoup comme une véritable rupture accélératrice des discriminations ethnico-religieuse : « on a découvert que l’Europe aussi a des problèmes avec les droits de l’homme ! » (entretien députée Italie Ennahdha, 13/02/14). L’expérience du racisme vécue en France par le député France Nord CPR le pousse à lutter contre ce phénomène en Tunisie : « J’ai vécu le racisme, je ne me permets plus de fermer les yeux » évaluant qu’ « on a des acquis en Europe et aux États-Unis, pas ici, ma prochaine guerre sera le racisme » (entretien 03/02/14).

  • 11 . Pour un historique de cette mobilisation anti-raciste en Tunisie voir Pouessel Stéphanie (2012), (...)

30Un rapport différent à la société caractérise les députés issus de la mobilité d’élites professionnelles ou étudiantes. Côtoyant le milieu étudiant international ou de travailleurs qualifiés, ils n’ont pas (ou très peu) été soumis à la discrimination religieuse ou culturelle. Mais c’est par une sensibilité politique « de gauche » qu’ils embrassent la cause antiraciste. La lutte contre les discriminations à l’égard des Arabes et des musulmans se dissout dans une lutte antiraciste générale pour le député France Nord Ettakatol, membre du Parti socialiste en France (entretien 11/02/14). Pour lui, le combat est exactement le même en France et de l’autre côté de la Méditerranée : « Ce par quoi on serait scandalisé en France est accepté ici ! ». Il récuse la discrimination envers les minorités en Tunisie : « c’est plus facile d’être Arabe en France que Juif en Tunisie », « on accepte davantage un Européen converti à l’islam qu’un Noir ! » (ibid.). Son engagement en faveur de la lutte contre le racisme en France le mène à soutenir formellement la cause antiraciste en Tunisie. Il a relayé la pétition de l’association tunisienne ADAM qui réclamait la constitutionnalisation de lutte contre le racisme11.

31Au vécu des discriminations qu’implique tout parcours migratoire s’ajoute l’expérience du pluralisme religieux des sociétés d’ « accueil ». Une expérience de la pluralité au sein même de la religion musulmane. Le député Ennahdha de l’Italie prend conscience de l’universalité de l’Islam durant les prêches du vendredi qui sont tenues en langue italienne de par la multiplicité des nationalités des pratiquants (maghrébins, pakistanais, sud-africains, italiens convertis etc.) : « Ca m’a fait comprendre que l’islam n’était pas tunisien mais présent dans le monde ». La pratique de l’islam en Europe rend possible un affranchissement du religieux vis-à-vis du culturel, une « inculturation » du religieux (Roy, 2005).

  • 12 . Meherzia Laabidi et Laurent Klein, éd. de l’Atelier, Paris, 2004.

32Le militantisme religieux des députés d’Ennahdha se confronte la pluralité des religions du contexte national. La députée France Nord s’engage sur l’interreligieux car « à Paris, [elle] a croisé plus d’évêques que d’imams » (entretien 26/02/2014). Elle écrit plusieurs ouvrages sur la thématique du dialogue des religions dont Abraham, réveille-toi, ils sont devenus fous12. Affiliée notamment au réseau des Femmes protestantes, une théologie féministe mène cette dernière à militer au sein du Réseau mondial des femmes de foi pour la paix. Elle milite pour l’adoption du dernier paragraphe de l’article 46 de la Constitution. Ce paragraphe de l’article sur la parité entre les hommes et les femmes contraint l’État à prendre « les mesures nécessaires afin d’éradiquer la violence contre la femme ». La pensée islamiste tunisienne évolue dans ce cadre interreligieux et démocratique qui lui confère une « force » selon le député France 2, contrairement au recul culturel en Tunisie qu’ont impliqué des années dictatoriales (entretien 06/02/14). La « liberté de conscience » constitutionnalisée dans l’article 6 de la nouvelle constitution qui relègue la religion à un espace personnel (chakhsi) et de libre choix est « pour nous banal » affirme le député France Sud (ibid.). La citoyenneté prime sur la religion : la députée Italie se dit « être Tunisienne avant tout » (entretien 13/02/14).

  • 13 . Voir l’article de Houda Mzioudet qui retrace son itinéraire : http://www.tunisia-live.net/whoswho (...)
  • 14 . Le titre complet de cet ouvrage en langue arabe : La liberté de conscience. Entre les libertés in (...)
  • 15 . Interview à l’hebdomadaire algérien Horizons (Burgat, 1995, p. 198). L’itinéraire intellectuel et (...)

33Mais le réformisme contemporain de l’islam politique tunisien qui a mené à la signature d’une des constitutions les plus séculaires du monde arabo-musulman avait été entamé depuis les années 1980 par d’autres biais que celui de l’expérience pluraliste des sociétés du Nord. Un des défenseurs de la constitutionnalisation de la « liberté de conscience » est un militant islamiste exilé au Soudan13. Béchir Chammam député de l’ANC pour la circonscription de Kebili dans le Sud tunisien a enseigné le droit islamique depuis son exil à Khartoum et publié des dizaines d’ouvrages. Il démontre les fondements islamiques de la liberté de conscience, c’est-à-dire la liberté de choisir sa religion et de changer de religion, dans un essai publié en 2013 intitulé La liberté de conscience14. Si cette révolution toute en sourdine pour une société arabo-musulmane tire bien son origine d’un itinéraire migratoire (l’exil au Soudan), elle ne provient pas des confins de l’Europe. De plus, l’auteur attribue sa réflexion, non pas à son ancrage dans la société soudanaise, bien qu’il y ait étudié puis enseigné le droit islamique durant vingt ans, mais à l’émulation de la pensée islamiste tunisienne des années 1980 nourrie des penseurs chiites, égyptiens notamment mais aussi « locaux » comme le patrimoine intellectuel légué par la mosquée-université tunisienne de la Zitouna (Tahar Haddad, Abdelaziz Thaâlbi etc.) (entretien 7/03/2014). Le Cheikh du parti Ennahdha Rached Ghannouchi a lui aussi produit une grande part de ses réflexions sur l’islam et la société avant son exil à la fin des années 1980 dont ses idées sur le pluralisme politique et la démocratie sont plus que d’actualité d’aujourd’hui. Il déclarait en 1991 : « nous sommes prêts à respecter n’importe quelle majorité sortie légalement des urnes, quand bien même serait-elle communiste »15.

34La lumière ne vient pas forcément du Nord et les normes que transfèrent des parcours migratoires ne sont pas des copié-collé de pratiques dites démocratiques qui s’appliqueraient de manière identique et idéale à des contextes nationaux différents. C’est dans l’interaction que s’ajuste l’expérience vécue et c’est dans l’adaptation aux contraintes locales que se modulent les pratiques politiques. Ce « prisme circulatoire » perdrait en effet à présumer d’un « préjugé d’optimisme » (Vauchez 2013 : 14) qui idéaliserait des échanges sans contraintes et augurerait une société meilleure. Des allégeances nationales fortes et des enjeux socio-historiques conditionnent ces circulations qui peuvent être dissonantes voire conflictuelles et nécessitent des « adaptations » réciproques.

35Si certains députés ont côtoyé la société tunisienne par des retours réguliers, sans toujours s’y impliquer politiquement, les députés exilés et la génération qui leur succèdent ont vécu ce paradoxe d’une rupture radicale avec la société « concrète » mais d’un lien avec le pays sous la bannière du militantisme. L’absence physique a engendré de facto une coupure avec les réalités locales et l’évolution des pratiques sociales, linguistiques : « J’ai vécu plus en France qu’en Tunisie, c’est logique que je connaisse plus la réalité des Tunisiens en France qu’ici [en Tunisie]» (député France Sud Ennahdha, entretien 06/02/14). Dans une autre forme de décalage avec la société tunisienne locale, les citoyens de deuxièmes générations binationaux nés en Europe qui ont passé peu ou pas de temps dans la société tunisienne peuvent entrer en conflit avec les lignes « traditionnelles » de la société.

Dissonances linguistiques. « Tu ne parles pas la langue d’ici comment veux-tu trouver des solutions ? »16

  • 16 . Propos d’un citoyen sur les binationaux entrés en politique, rapporté par le député France Nord C (...)
  • 17 . « Echa’b el ‘arabi, ‘arabi fi loughthou, mouslim fi dinhou wa narfoudhou el francofoni » , interv (...)
  • 18 . Un extrait de son intervention entre deux langues : « Ahna noumathilou twansa elkoul, noumathlou (...)
  • 19 . http://www.uni-t.fr/

36Les pratiques linguistiques sont un « lieu » révélateur des décalages entre les populations en Tunisie et la diaspora. L’entrée en politique des générations nées en Europe qui entretiennent un rapport différent à la langue arabe que les autres députés tunisiens (hésitation, acquisition au fur et à mesure du temps du niveau requis pour les travaux en Assemblée, apprentissage de l’écrit arabe, aide offerte par des collègues) pose la question de l’usage des langues de l’émigration au sein de l’ANC. Le débat du rapport différent à la langue a été ouvert par la députée France Sud Ettakatol, binationale née à Vénissieux en banlieue lyonnaise. Durant sa campagne électorale, elle avoue ne jamais avoir pensé que la question linguistique pouvait être un problème (entretien 02/05/13). Face au consensus qu’a rencontré l’article 1 (« notre langue est l’arabe »), elle a lutté pour l’adoption de l’article 77 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale constituante qui donne droit à la traduction vers les langues des circonscriptions représentées. À travers des prises de parole virulente au sein de l’ANC, elle décrit la « fracture linguistique » qui caractérise les Tunisiens binationaux, et non de la « francophonie » insiste-t-elle pour se départir de toute accusation de main mise étrangère d’autant plus ex-coloniale (ibid.). Les résistances de la part d’autres députés se font sentir : le député CPR de la circonscription de Kebili s’oppose à ses prestations orales en français en récusant en arabe : « le peuple arabe est de langue arabe et de religion musulmane, je refuse la francophonie »17. De part ses efforts d’adaptation oral et écrit pour participer aux travaux de l’assemblée, elle soulève la question du rapport à l’arabe des deuxièmes et troisièmes générations qui « ne savent pas parler l’arabe dialectal, l’arabe littéraire et qui ne savent pas écrire »18. Elle reste par ce biais l’instigatrice des contraintes que peuvent rencontrer l’entrée des binationaux dans la vie politique tunisienne et, au-delà, des potentielles dissonances caractéristiques de leur rapport avec la société tunisienne. Il n’y a cependant pas un rapport unanime des Tunisiens de l’étranger aux langues : même si les militants d’une nouvelle association de jeunes binationaux en France « UNI-T »19 demandent régulièrement des traductions quand un document est publié en arabe sur la page Facebook de leur groupe, la revendication de la « fracture linguistique » laisse place à une centralité non discutée de la langue arabe.

37Cependant, le rapport particulier à la langue arabe qu’entretiennent les Tunisiens de « deuxième génération » ne leur est pas exclusif, il peut concerner les députés nés en Tunisie de couple mixte (mère française). Pour le député France Nord Ettakatol, le fait de parler la langue française dans la sphère privée et d’avoir appris la langue arabe, qui plus est littéraire, à l’école, l’a mené à se sentir « un étranger dans [son] propre pays » (entretien 11/02/14).

Langues de la diaspora et usages politiques

38Le rapport avec l’électorat pose aussi la question des langues investies dans la communication politique. Un décalage apparait dès lors entre la langue de la circonscription représentée et la langue utilisée majoritairement pour la communication. En effet, sur leur page Facebook professionnelle, les députés restent cantonnés davantage à leur langue « de naissance » (essentiellement langue arabe) qu’à la langue nationale de leur circonscription. Les plus jeunes s’expriment dans une alternance entre leurs deux langues (français-arabe, italien-arabe, anglais-arabe).

39La communication des députés s’effectue par différents biais : Twitter, Facebook, blog, participation à des groupes de discussion sur Facebook (la députée France Nord Ennahdha participe régulièrement aux échanges sur le groupe d’une jeune association de la diaspora en France UNI-T), articles dans des journaux en ligne (par exemple le député France Sud PDP sur Hunffington Post Maghreb). Par ailleurs, les meetings dans les circonscriptions d’appartenance impliquent un retour régulier à l’étranger. Enfin, la présence des députés de la diaspora dans les médias télévisions, radios, journaux dépassent la Tunisie et s’inscrivent à l’international. La députée France Sud Ettakatol est devenue la représentante de l’ANC dans les médias français. Cette rare députée à avoir été socialisée presque exclusivement en langue française (dans l’Hexagone) est devenue le relais tunisien pour l’audimat francophone en tweetant et facebookant en français en continu et en temps réel les avancées des travaux de l’ANC, et en mettant en ligne les documents traduits en français.

40La question de la langue confronte l’État à la politique qu’il met en place envers sa diaspora pour maintenir les liens avec la seconde et la troisième génération des Tunisiens de l’étranger (mis en place de cours de langue arabe par exemple). Au-delà, les langues de la diaspora confrontent l’État à l’expression du politique et de la citoyenneté à travers d’autres langues que celle de la Constitution, l’arabe, esquissant les prémices d’une appartenance nationale hors-langue.

Double nationalité et allégeance aux nations autres

41L’inclusion des « Tunisiens de l’étranger » dans les instances législatives de l’État soulève la question du lien que la nation entretient avec la part dérobée d’elle-même qu’est sa diaspora et rend saillant, pour un pays ex-colonial qu’est la Tunisie, la question des liens d’allégeances à d’autres nations.

  • 20 . Interviewé dans le documentaire « Tunisiens des deux rives » (Fethi Saïdi, 2012).
  • 21 . Propos recueillis sur le blog de Nadia Chaabane, 20 janvier 2014,  http://nadiachaabane.wordpress (...)

42Si l’accès des Tunisiens de l’étranger au vote de l’ANC en 2011 revêt une teneur particulière, comme l’exprime ce Tunisien résidant en France âgé d’une cinquante d’années : « Moi à mon âge je n’ai jamais voté ni en France ni ici, j’ai la carte de séjour donc je n’ai jamais voté. J’attends ce moment avec émotion, c’est une réalité »20, d’autres dimensions juridiques se font jour. En effet, au-delà du droit à la représentativité aux législatives, le fait de briguer des hautes fonctions jusqu’à la magistrature suprême de la Présidence de la République (quand bien même il est conditionné par l’abandon de son autre nationalité) sera au cœur des débats de la nouvelle constitution. L’article 74 de la constitution relatif à la condition de nationalité du Président de la République y consacrait jusque-là le droit du sang puisque le Président devait être porteur d’une seule nationalité déterminée par une double ascendance paternelle et maternelle. Cette conception très restrictive de la nationalité engageait des processus d’inclusion et d’exclusion de ses citoyens : la nouvelle députée France Nord pour le Pôle démocratique, de père tunisien et de mère française, exprime son sentiment d’exclusion du corps national : « Ben Ali avait ajouté des restrictions pour candidater à la Présidence de la République et ce jour-là je me suis sentie exclue. Je faisais partie de la population tunisienne et tout d’un coup deux mots m’ont exclue de la communauté nationale. J’étais devenue une citoyenne de seconde zone et un cortège de mots plus vils les uns que les autres ont émergé dans les discussions «traîtres, atteinte à la souveraineté, etc.». J’étais toujours la même sauf que me collait désormais un préjugé défavorable «potentiellement, j’étais coupable d’avance de ne pas servir mon pays de la même manière» car d’un grand père non tunisien. (…) Aujourd’hui le vote de cet article 74 est un début de réconciliation… Je ne suis plus du dedans/dehors mais faisant de nouveau partie intégralement du peuple. Il faut le vivre pour le comprendre »21.

  • 22 . Il s’agit des articles sur la protection du sacré, les pouvoirs législatif et exécutif du chapitr (...)
  • 23 . La question de l’âge des élites politiques dépasse l’enjeu présidentiel et recouvre la difficulté (...)

43L’élaboration de la nouvelle Constitution à partir de 2011 va en effet révolutionner la condition de nationalité de la présidence. L’article relatif aux conditions d’éligibilité du Président de la République va déclencher un climat d’« hystérie » (entretien député France Nord Ettakatol, 11/02/14), jusqu’à faire partie des cinq articles qui ont bloqué le processus de vote de la Constitution22. Cependant, cette résistance qui consacre une vision puriste de l’identité nationale a été biaisée par des enjeux politiques du moment. En effet, la première version de l’article 74, qui restreignait l’accès à la fonction suprême aux Tunisiens porteurs d’une seule nationalité, rendait inéligible une figure de l’opposition susceptible de concurrencer le parti Ennahdha, Hamdi Hechmi, binational britannique et leader du parti de La Pétition populaire, troisième force inattendue aux élections de l’Assemblée nationale constituante. De plus, une deuxième disposition du même article qui limitait l’âge23 du candidat à 75 ans évacuait de la course présidentielle Béji Caïd Essebsi le chef du parti d’opposition Nida Tounès âgé de 87 ans.

44Quand bien même cette question procéderait d’un jeu partisan, elle a ouvert un débat inattendu sur la nationalité. À la défense crispée d’un national basé sur le droit du sang de la part de députés qui se sont opposés de manière ostentatoire à la possibilité de binationalité du président à travers les arguments de « vol de souveraineté » et de « vendus à l’étranger » (l’extrême-gauche nationaliste, le parti Al Joumhouri, l’Alliance démocratique parmi d’autres), les députés de l’étranger, notamment, ont pris la question en main. La nouvelle mouture de l’article qui a été adoptée constitutionnalise l’accès aux élections présidentielles de citoyens binationaux sous condition d’un engagement à renoncer à leur deuxième nationalité en cas d’élections24. La députée binationale France Sud Ettakatol, figure médiatique de la « cause » de la diaspora tunisienne, a explosé en cris de joie au vote de l’article 74, en brandissant le drapeau national tunisien et criant en arabe «je suis tunisienne, vive la Tunisie, vive mon pays » (ana tounsiya, tahya tounis, tahya bledi) face à des députés scandalisés dont deux députés Ettakatol qui ont quitté la salle en faisant voler leurs papiers de projet de constitution et en hurlant « c’est une honte, vous avez vendu le pays »25.

Conclusion 

45Le lieu de l’ANC choisi pour cette étude cristallise aussi les points de friction entre une partie de « diaspora » tunisienne et son pays « d’origine » : rapport différent à la langue arabe et requête de droits politiques pour les binationaux ont été confrontés aux conceptions puristes de l’identité tunisienne et au refus d’allégeances à d’autres nations.

46La scène politique post-2011 a inauguré une refonte des élites parlementaires et gouvernementales. Beaucoup d’acteurs clés de cette transition ont un lien intrinsèque avec un pays étranger : le chef d’État (2011-2014) a exercé son métier de médecin durant vingt ans entre Strasbourg et Paris, le chef du parti islamiste a été exilé vingt ans à Londres, la vice-présidente de l’ANC a vécu vingt-cinq ans à Paris. La « migration » est entrée dans les institutions centrales de l’État tunisien. Le retour du politique en Tunisie -ouverture démocratique et retour d’acteurs politiques- permet d’accéder à un nouvel espace circulatoire en Méditerranée. Par le prisme de la circulation du politique, la scène migratoire post-sayadienne, qui serait non plus celle de la « double absence » mais celle de la « double présence », présente un nouveau rapport au national et met hors course les visions en terme de « migration », « retour », « origine » et « diaspora ». Ces termes présupposent des points de départ et d’arrivée fixes (« migration », « retour ») et des identités fixes et exclusives (l’ « origine »). Le prisme diasporique, qui a le mérite de penser la migration à partir des pays d’origine, présuppose la linéarité du groupe et l’exclusivité de ses différents rapports au national. Les nouveaux députés élus symbolisent plusieurs facettes de l’histoire migratoire, et donc intrinsèquement nationale, de la Tunisie. Le « national à distance » qui défie les visions en terme d’exclusivité du national et en terme de conflictualité des identités de l’ « entre-deux », n’est pas un national altéré ou biaisé mais un décentrement qui participent, quand bien même de manière dissonante, à la définition même de la nation.

47La migration apparait comme constitutive du national et non plus comme une excroissance de la société implantée dans l’ailleurs. Ce n’est définitivement plus par le prisme exclusif du national que peuvent être appréhendées les scènes nationales mais par des circulations qui brouillent par là même les aires culturelles traditionnelles.

Haut de page

Bibliographie

Abelès Marc, 2014, Penser au-delà de l’État, Paris, Belin.

Amara Nourdine et Sfeir Raymond (dir.), 2015, Écritures historiennes du Maghreb et du Machrek : approches critiques, Naqd-Hors-série, Alger.

Amselle Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Bauböck Rainer, 2010, « Cold constellations and hot identities : political theory questions about transnationalism and diaspora », in Bauböck Rainer et Faist Thomas, Diaspora and transnationalism. Concepts, theory and methods, Amsterdam University Press, p. 295-321.

Béchir Ayari Mickaël, 2008, « Rester le même tout en devenant un autre : les « islamistes » tunisiens exilés en France », Maghreb-Machrek, n°194, p. 55-73.

Brand Laurie A., 2014, « Arab Uprisings and the Changing Frontiers of Transnational Citizenship : Voting from Abroad in Political Transitions », Political Geography, n°41, p. 54-63. 

—, 2006, Citizens abroad : Emigration and the State in he Middle East and North Africa, New York, Cambridge University Press.

Burgat François, 1995, L’islamisme en face, Paris, La Découverte.

Delpeuch Thierry, 2008, « L’analyse des transferts internationaux de politiques publiques : un état de l’art », Question de recherche, n°27, p. 1-69.

Dufoix Stéphane, Guerassimoff Carine et De Tinguy Anne (dir.), 2010, Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatriés, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Dumont Antoine, 2011, « De Redeyef à Nantes : mobilisation sociale et migration internationale », Revue Tiers Monde, n°5, p. 47-66.

—, 2013, « Les migrants au parlement ! La revendication du droit de vote et d’éligibilité aux élections législatives marocaines », Hommes et Migrations, n°1302, p. 113-117.

Flores Juan, 2009, The Diaspora Strickes Back. Caribeno Tales of Learning and Turning, Londres, Routledge.

Geisser Vincent, 2012, « Le rôle des Franco-tunisiens dans la chute de la dictature et dans la transition politique », Migrations Société, n°24-143, p. 155-178.

Lafleur Jean-Michel, 2013, Transnational Politics and the State. The External Voting Rights of Diasporas, New York, Routledge.

Levitt Peggy, 1998, « Social remittances : migration driven local-level forms of cultural diffusion », The International Migration Review, n°32, p. 926-948.

Peraldi Michel (dir.), 2001, Cabas et containers, activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose.

Petric Boris (dir.), 2012, La fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations internationales en action, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Portes Alejandro, 1997, Globalization from below: the rise of transnational communities, Princeton University.

Roy Olivier, 2005, La Sainte ignorance. Le temps de la religion sans culture, Paris, Stock.

Sayad Abdelmalek, 1999, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris, Le Seuil.

Schiff Claire, 2008, « Beurs et Blédards : une dichotomie « indigène » à usages multiples. Rapports de genres, de classes et de culture dans les forums de discussions en ligne dédiés à la communauté maghrébine », communication au colloque « Catégorisation(s) et migrations », CERI-Science Po, http://migractions.free.fr/Textes%20colloque/ Schiff%20Claire.rtf

Van Bochove Marianne, 2012, « Truly transnational : the political practices of middle-class migrants », Journal of Ethnic and Migration Studies, n°38-10, p. 1551-1568.

Vauchez Antoine, 2013, « Le prisme circulatoire. Retour sur un leitmotiv académique », Critique Internationale, « circulation des savoirs et champs internationaux », n°59 -2, p. 9-16.

Wimmer Andreas et Glick Schiller Nina, 2002, « Methodological nationalism and beyond: nation–state building, migration and the social sciences », Global Networks, n° 4-2, p. 301–334.

Haut de page

Notes

1 . En 2012, le nombre de Tunisiens résidant à l’étranger est évalué à 1 223 213 personnes. 84.5% résident en Europe dont 54.7% en France, 15.5% en Italie, 7.1% en Allemagne, tandis que les pays arabe accueillent 12.3% de la population. Enfin, 3% des Tunisiens à l’étranger sont aux USA et au Canada, 0.2% en Afrique, 0.1% en Asie et en Australie. Source : Organisation des Tunisiens de l’Étranger, 2012.

2 . twensa bil kharij, twensa bil mahjar.

3 . À titre de comparaison, au Maroc, si les citoyens résidants à l’étranger ont pu voter au référendum sur la constitution de 2011, il n’y a eu aucune représentation des Marocains de l’étranger aux élections législatives anticipées qui l’ont suivi. Le Conseil de la communauté marocaine, créé en 2007, affirme son opposition au droit de vote et d’éligibilité des Marocains de l’étranger (Dumont, 2013). La France, quant à elle, n’a créé qu’en 2012 les 11 sièges pour les députés représentant les Français établis hors de France.

4 . La dimension extra-territoriale de la nation a longtemps constitué l’angle mort des études du national en sociologie et en histoire (Dufoix, 2010 ; Amara et Sfeir, 2015). Par-là, l’anthropologie contemporaine, qui fonde sa réflexion sur les processus exogènes constitutifs du local (Amselle, 2001), n’a-t-elle pas constitué la première brèche au cadre national qui a permis récemment de penser « au-delà de l’État » (Abelès, 2014). Plus récemment, deux grands phénomènes contemporains, au moins, ont contribué à relativiser ce « nationalisme méthodologique » (Wimmer, Glick Schiller, 2002) qui butait aux frontières de l’État-nation : la migration, cette « globalization from below » (Portes, 1997), et l’explosion des organisations internationales (ONG, Think Tank), cette « transnationalisation du politique » (Petric, 2012).

5 . Je remercie tous les députés rencontrés qui ont pris de leur temps précieux pour se plier à l’exercice sociologique. Le temps et la tribune nécessaire ne leur permettent pas toujours de rendre compte au grand public de l’investissement que nécessite le travail parlementaire et des nuances qui caractérisent toute vie politique.

6 . De plus, l’article a bénéficié des informations mises en ligne par l’ONG Bawsala sur son site consacré aux travaux de l’Assemblée: http://www.albawsala.com/marsad

7 . Les Tunisiens de l’étranger étaient considérés à l’Indépendance comme un moyen de résoudre les problèmes du marché du travail (alors nommés par l’État « travailleurs tunisiens à l’étranger », TTE). La double nationalité, hors pays frontaliers, est acceptée en 1975, « sans doute un moyen de reconnaitre que les Tunisiens d’Europe ne reviendraient pas » (Brand, 2006, p. 13) ; l’État tunisien se focalise alors sur la protection de leurs droits à l’étranger (création de l’OTE en 1987) et le droit de vote aux élections présidentielles leur est octroyé en 1988.

8 . Les 7 députés binationaux sont répartis comme suit : Italie (1), Suisse(1), France (5). Sur les 7 députés binationaux, deux binationaux sont nés en Tunisie de mère française, trois ont acquis une nationalité étrangère (française, italienne ou suisse), une est partie enfant, et une est née en France.

9 . 6 directement (France, Canada et Qatar) et 2 descendants de militants politiques exilés (Italie).

10 . Les familles des opposants en fuite ont été, en Tunisie, victimes de harcèlement sous toutes ses formes : interrogatoires à répétition, descentes de police nocturne, etc.

11 . Pour un historique de cette mobilisation anti-raciste en Tunisie voir Pouessel Stéphanie (2012), « Les Tunisiens noirs. Entre stéréotypes, racisme et histoire : regards sur l’actualisation d’une identité « marginalement intégrée », in Pouessel dir., Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires, Paris, Karthala-IRMC.

12 . Meherzia Laabidi et Laurent Klein, éd. de l’Atelier, Paris, 2004.

13 . Voir l’article de Houda Mzioudet qui retrace son itinéraire : http://www.tunisia-live.net/whoswho/bachir-chammam/, journal en ligne Tunisialive, mars 2012.

14 . Le titre complet de cet ouvrage en langue arabe : La liberté de conscience. Entre les libertés individuelles et l’intérêt collectif, entre la conscience personnelle et la conscience de groupe (« Houriyat Addhamer »), Tunis, Edition Tunis.

15 . Interview à l’hebdomadaire algérien Horizons (Burgat, 1995, p. 198). L’itinéraire intellectuel et politique du leader d’Ennahdha est retracé dans l’entretien avec François Burgat (1992), « Rachid Ghannuchi : Islam, nationalisme et islamisme », Égypte/Monde arabe, 10. Concernant ses réflexions sur l’État et la religion, voir aussi l’ouvrage de Rached Ghannouchi (1993), Les libertés publiques dans l’État islamique (« Al houriyyat al ‘amma fi ad Daula al Islamiyya »), Beyrouth, éd. Centre d’études de l’unité arabe. Voir enfin : Azzam S. Tamimi, 2001, Rachid Ghannouchi : a Democrat within Islamism, New-York : Oxford University Press.

16 . Propos d’un citoyen sur les binationaux entrés en politique, rapporté par le député France Nord CPR (entretien 3/02/2014).

17 . « Echa’b el ‘arabi, ‘arabi fi loughthou, mouslim fi dinhou wa narfoudhou el francofoni » , intervention du 7.01.2013, séance plénière de l’ANC, Bardo.

18 . Un extrait de son intervention entre deux langues : « Ahna noumathilou twansa elkoul, noumathlou zeyda twansa fil khalij elli deuxième ou troisième génération maya’rfoush yahkiou biddarja, bil’arabiya el fousha, maya’rfoush yaktbou ou nqoulek zeyda elli nos parents, nos anciens – samahni malqitch le terme bil’arbi – mayaqraoush, mayemshiou bilmakteb pour la plupart, ou mayafhamoush bil’arabiya el fousha » [ traduction : « Nous sommes représentants de tous les Tunisiens, des Tunisiens de l’étranger aussi dont les deuxièmes ou troisième générations ne parlent pas l’arabe dialectal et littéraire, ne savent pas écrire l’arabe, et je voudrais dire aussi que nos parents, nos anciens –désolée je n’ai pas trouvé le terme en arabe- ne savent pas, n’ont pas été à l’école pour la plupart et ne connaissent pas l’arabe littéraire »], séance plénière du 8 décembre 2011, ANC, Bardo. http://www.youtube.com/watch?v=zuo-HVj-7kA

19 . http://www.uni-t.fr/

20 . Interviewé dans le documentaire « Tunisiens des deux rives » (Fethi Saïdi, 2012).

21 . Propos recueillis sur le blog de Nadia Chaabane, 20 janvier 2014,  http://nadiachaabane.wordpress.com/2014/02/08/le-vote-de-larticle-73/

22 . Il s’agit des articles sur la protection du sacré, les pouvoirs législatif et exécutif du chapitre du pouvoir judiciaire, de la restriction des libertés portant atteinte à la sûreté de l’État et de la révision constitutionnelle.

23 . La question de l’âge des élites politiques dépasse l’enjeu présidentiel et recouvre la difficulté que rencontre la Tunisie à renouveler son élite politique vieillissante, malgré la volonté d’implication des nouvelles générations. Pour l’exemple, l’homme politique présupposé au poste de Premier ministre en janvier 2014, Ahmed Mestiri, est âgé de 89 ans.

24 . L’article 74 de la constitution voté en février 2014 stipule : « La candidature au poste de Président de la République est un droit pour tout électrice ou électeur tunisien depuis la naissance et dont la religion est l’Islam. Le candidat doit être âgé, au jour du dépôt de sa candidature, de 35 ans au minimum. S’il est titulaire d’une autre nationalité que la nationalité tunisienne, il présente, dans son dossier de candidature, un engagement d’abandon de son autre nationalité au moment de sa proclamation Président de la République (…) ».

25 . Pour visionner cette séquence de l’assemblée : http://www.youtube.com/watch?v=Qc2MYS9hPhU

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Pouessel, « Le national à distance. Circulation de normes et réécriture du politique de la Tunisie », L’Année du Maghreb, 14 | 2016, 169-186.

Référence électronique

Stéphanie Pouessel, « Le national à distance. Circulation de normes et réécriture du politique de la Tunisie », L’Année du Maghreb [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2719 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2719

Haut de page

Auteur

Stéphanie Pouessel

Chercheure associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

Articles du même auteur

Haut de page