Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : L'espace euro-maghrébin : des hommes au péril des politiques

Introduction

Jean-Robert Henry
p. 5-6

Texte intégral

1Dans le contexte de crise qui affecte le projet européen, face au bilan réservé du partenariat euro-méditerranéen et aux incertitudes qui pèsent sur la nouvelle politique de « voisinage », un nombre croissant d’observateurs et d’acteurs se retournent vers l’espace multiforme d’échanges économiques, humains et de coopération politique que constitue la Méditerranée occidentale.

2Depuis environ quatre ans, la question du renforcement des liens entre les pays riverains de la région été reprise sous différentes formes : développement des liens euromaghrébins dans le cadre d’une coopération sous-régionale « renforcée » à l’intérieur du processus de Barcelone ; relance du « dialogue informel 5+5 » ; plaidoyers divers, notamment d’économistes, en faveur d’une structuration de la Méditerranée occidentale ; perspectives d’élargissement de l’UE au Maghreb dans la foulée du processus d’adhésion engagé avec la Turquie ; resserrement des liens bilatéraux par la multiplication des « Traités d’amitié et de coopération ». Il est vrai que la situation politique internationale fait désormais de la Méditerranée occidentale une des rares régions où l’Europe est encore susceptible de prendre des initiatives, en valorisant le capital des liens et flux de toutes sortes qui l’unissent au Maghreb.

3Mais la réalité qui s’impose obstinément en Méditerranée occidentale reste le fait humain. Une donnée incontournable de cette région est l’existence d’un vaste espace migratoire euromaghrébin, à la fois statique par capitalisation des flux migratoires anciens, et dynamique dans la mesure où, malgré Schengen, cet espace migratoire s’élargit aujourd’hui largement vers le sud, sous l’effet d’une « envie d’Europe » qui mobilise des populations de plus en plus éloignées des rives de la Méditerranée.

4C’est sur cette dimension humaine de l’espace euromaghrébin et sur ses tentatives de régulation que nous insisterons dans ce dossier en lui consacrant cinq contributions : celles de Ali Bensaad sur le Sahara des migrants ; de Delphine Perrin sur le nouveau dispositif européen de contrôle des migrations ; de Miguel Hernando de Larramendi et Fernando Bravo sur la gestion de la frontière hispano-marocaine face aux migrations clandestines ; de Thomas Lacroix sur l’instrumentalisation de la société civile par des Etats maghrébins dans l’ « entre-deux » euro-méditerranéen ; enfin de Claire Escoffier sur les femmes transmigrantes.

5Il apparaît clairement dans ces analyses que la réponse politique des Européens aux défis que pose la gestion de l’espace humain euromaghrébin est d’abord régulatrice et surtout sécuritaire.

  • 1  Le Maghreb, L’Europe et la France, K. Basfao et J.R. Henry (dir.), Paris, Éd. du CNRS, 1992

6Mais la confrontation entre les hommes et les politiques, qui met souvent les premiers au péril des secondes, pousse aussi à interroger les stratégies globales des acteurs politiques et économiques pour faire de cette région un espace privilégié de coopération. Les dynamiques économiques ne doivent évidemment pas être sous-estimées, y compris dans leurs contradictions : les deux contributions de Lionel Urdy et de Mourad Boukella, Mohamed Yacine Ferfera et Madjid Djenane viennent le rappeler. Peu connues du public français, la politique maghrébine de l’Espagne et celle du Portugal font par ailleurs l’objet de deux bilans, respectivement dus à Miguel Hernando de Larramendi et Veronica Martins. On y constate que la signature de traités d’amitié et de coopération n’est pas l’apanage de la France, mais fait partie de l’arsenal diplomatique de ces deux pays pour marquer l’importance de leurs relations avec le Maghreb. Enfin, notre propre texte porte sur les tentatives et scénarios d’organisation de l’espace euromaghrébin, susceptibles de donner corps à la rhétorique d’un « destin commun » des pays riverains de la Méditerranée occidentale. Depuis la dernière livraison de l’Annuaire de l’Afrique du Nord consacrée aux rapports euromaghrébins, en 19921, il est évident que beaucoup de données ont changé, mais certaines questions sont récurrentes, à commencer par la résistance du fait euromaghrébin à la construction des frontières méditerranéennes de l’Europe.

Haut de page

Notes

1  Le Maghreb, L’Europe et la France, K. Basfao et J.R. Henry (dir.), Paris, Éd. du CNRS, 1992

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Robert Henry, « Introduction », L’Année du Maghreb, I | 2006, 5-6.

Référence électronique

Jean-Robert Henry, « Introduction », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 24 avril 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/272 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.272

Haut de page

Auteur

Jean-Robert Henry

Directeur de recherche, IREMAM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page