Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : L'espace euro-maghrébin : des hommes au péril des politiques

La politique étrangère de l’Espagne envers le Maghreb. De l’adhésion à l’Union européenne à la guerre contre l’Iraq (1986-2004)

Miguel Hernando de Larramendi
p. 27-43

Texte intégral

  • 1 Voir José I. TORREBLANCA, « Ideas, preferences and institutions : Explaining the Europeanization of (...)
  • 2 Voir Albert AIXALÀ I BLANCH, « La política exterior española ante los retos de su politización : de (...)

1Depuis l’adhésion à l’Union européenne en 1986, l’Espagne a utilisé la couverture européenne comme un tremplin pour renforcer sa présence sur la scène internationale et fermer la page de plusieurs décennies d’isolement en ce qui concerne les affaires étrangères. Dès le début, la politique étrangère espagnole misa sur « l’exportation » vers l’agenda communautaire de ses relations avec l’Amérique Latine et avec les pays méditerranéens, ainsi que des connaissances et de l’expérience acquise dans ces deux espaces géographiques auxquels l’Union européenne n’avait pas jusqu’alors prêté une attention prioritaire1. En Europe, les gouvernements successifs dirigés par le socialiste Felipe González se sont alignés sur la France et l’Allemagne, alors dirigées par François Mitterrand et Helmut Kohl. Il régnait à ce moment-là un climat d’europtimisme qui coïncidait avec la fin de la guerre froide, l’ouverture envers les pays de l’Est et méditerranéens et la signature d’un nouveau traité de l’Union européenne2.

  • 3 Voir Ángel PÉREZ, « La política exterior socialista », Colaboración, n° 146, Grupo de Estudios Estr (...)
  • 4 Voir Charles POWELL, « Política Exterior y de Seguridad de España », Anuario Internacional CIDOB 20 (...)

2Avec l’arrivée au gouvernement en 1996 de José María Aznar, leader du Parti populaire (Partido popular), on a pu percevoir un changement dans la définition des priorités espagnoles en matière de politique étrangère. Pour le gouvernement du Parti populaire l’appartenance à l’Union européenne n’était pas en soi une garantie pour les intérêts stratégiques de l’Espagne qui devaient être défendus en « conservant une large autonomie entre les deux hémisphères, ce qui implique d’avoir une position forte au sein de l’Union européenne mais aussi une place de choix parmi les alliés des États-Unis »3. Cette nouvelle orientation a été renforcée quand le Parti populaire a obtenu la majorité absolue aux élections de mai 2000 et elle s’est concrétisée dans le nouveau contexte international marqué par les attentats du 11 septembre 2001, qui ont aussi permis au gouvernement espagnol de placer la question du terrorisme de l’ETA dans les forums internationaux. Dès lors le gouvernement espagnol a concentré tous ses efforts pour que l’Espagne dépasse son statut de puissance régionale de taille moyenne et obtienne une place de choix dans le concert européen et international4.

  • 5 Le Traité de Nice donnait à l’Espagne 27 votes pour une minorité de blocage de 91. Le projet de Con (...)

3Cette nouvelle perspective s’est traduite par un éloignement de l’axe franco-allemand au sein de l’Union européenne au moment où l’élargissement vers l’Est renforçait le caractère périphérique de l’Espagne et par la recherche de nouvelles alliances avec le Royaume-Uni, l’Italie et la Pologne. Ainsi l’Espagne conserverait le poids politique acquis dans le Traité de Nice adopté en 2000, dont le système de prise de décision lui donnait une capacité de blocage5. L’éloignement par rapport à l’axe franco-allemand présentait des risques pour la défense des intérêts nationaux espagnols dans une Europe à 25 membres, plus particulièrement le maintien le plus longtemps possible des fonds de cohésion de l’Union européenne qui ont rendu possible « le miracle » espagnol.

4Le risque que représentait cet éloignement temporaire fut compensé par le renforcement de la dimension atlantique de la politique étrangère espagnole et par les relations avec les États-Unis. Le soutien à l’administration Bush s’est traduit dans les faits par un appui clair à l’intervention militaire en Iraq. Le gouvernement espagnol a soutenu les thèses de Washington au Conseil de Sécurité tout en essayant de convaincre les pays latino-américains de faire de même. En Europe, le président du parti populaire José María Aznar fut le promoteur de la publication de la lettre de solidarité avec l’administration Bush dans le Wall Street Journal, signée par huit dirigeants de l’Europe centrale et orientale, et utilisée ensuite par le Secrétaire américain à la Défense Ronald Rumsfeld pour marquer la différence entre la vieille et la nouvelle Europe. Même si le gouvernement espagnol n’avait pas encore envoyé de troupes en Iraq, José María Aznar fut quand même invité à participer au sommet des Açores qui s’est tenu juste avant le début des opérations militaires. Par la suite, le gouvernement espagnol s’est activement impliqué en Iraq après la chute du régime de Saddam Hussein, en prenant l’initiative de la création d’une brigade multinationale de soutien à la reconstruction, à laquelle se sont joints plusieurs pays d’Amérique centrale, et en organisant à Madrid la conférence des pays donneurs pour la reconstruction de l’Iraq.

  • 6 Erika RUIZ SANDOVAL « ¿Cola de león o cabeza de ratón ? La apuesta atlantista de Aznar » in Especia (...)

5Le virage atlantique de la politique étrangère espagnole a été directement décidé au Palais de la Moncloa, un pari risqué étant donné que cette décision ne s’appuyait ni sur une tradition antérieure ni sur un consensus politique et social6. Cela a contribué à ce que les questions de politique étrangère polarisent la campagne électorale de mars 2004, qui s’est soldée après les attentats du 11 mars par la défaite électorale du Parti populaire.

  • 7 Ces relations seront particulièrement affectées par la décision unilatérale du gouvernement espagno (...)
  • 8 Ana PALACIO, « The incredibly shrinking Spain », The Wall Street Journal, 14/2/2005.

6« Se retirer d’Irak » et le « retour à l’Europe » étaient les deux slogans employés par le Parti socialiste durant la campagne électorale. Deux jours après son investiture comme Premier ministre, Jose Luis Rodriguez Zapatero impulse une réorientation des relations transatlantiques et le retour « au cœur de l’Europe »7. Le nouveau gouvernement se donne pour objectif d’être le premier État européen à ratifier, par référendum, en février 2005, le Traité établissant une Constitution européenne, annulant de la sorte l’opposition exprimée par le gouvernement conservateur antérieur. Cependant, le bénéfice du « oui » est anéanti par les victoires successives, en France et aux Pays-Bas, du « non » à la « Constitution ». Les votes négatifs dans ces deux derniers États portent un coup aux négociations concernant les perspectives financières 2007-2013 et accentuent les critiques émises par le Parti populaire qui accuse le gouvernement de convertir l’Espagne en partenaire de deuxième ordre sur la scène internationale8.

Les relations avec le Maghreb après l’entrée dans l’Union européenne

  • 9 Voir Miguel H. DE LARRAMENDI, « Perception espagnole du Maghreb et politique étrangère de l’Espagne (...)

7L’adhésion à la Communauté européenne en 1986 a obligé l’Espagne à repenser ses objectifs et priorités en matière de politique étrangère, une fois atteint l’objectif que tous les acteurs politiques partageaient depuis le début de la transition démocratique9.

  • 10 Une « envie d’Europe » que les conclusions de la Conférence euro-méditerranéenne de Naples, en déce (...)

8La Méditerranée, et notamment le Maghreb, qui auparavant relevaient de la rhétorique dans la politique étrangère espagnole sont devenues des priorités actives de l’Espagne, des vecteurs de son aspiration à trouver un espace d’influence sur la scène internationale. Après la chute du mur de Berlin en 1989, la crainte de voir le centre de gravité de l’Union européenne se déplacer vers l’Est et l’Espagne être à nouveau confinée dans une position périphérique a eu un effet d’impulsion de la politique méditerranéenne de l’Espagne qui lança avec l’Italie l’initiative de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Méditerranée (CSCM) en 1990. La guerre du Golfe a donné au Maghreb une dimension stratégique prioritaire comme « zone de risque pour la sécurité globale de l’Espagne », selon une perspective sociopolitique de la sécurité et non plus seulement selon une interprétation militaire traditionnelle du mot10.

  • 11 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, La política exterior de Marruecos, Madrid Editorial MAPFRE, 1997.

9À partir des années 1990 l’Espagne a réactivé son influence dans une zone vitale pour sa sécurité en agissant comme garante à plusieurs reprises des pays maghrébins auprès de Bruxelles. Ce fut le cas en 1992 quand la diplomatie espagnole appuya activement auprès de Bruxelles la recherche d’un « nouveau cadre de relations avec le Maroc » après que le Parlement européen a refusé l’entrée en vigueur du protocole financier entre le Maroc et la Communauté européenne en raison de la « violation des droits de l’Homme au Maroc et des obstacles que Rabat opposait à la tenue du référendum d’auto-détermination au Sahara occidental »11.

10Le lancement de l’idée et l’organisation de la Conférence euro-méditerranéenne de Barcelone en novembre 1995 ainsi que le rôle actif que l’Espagne a joué au Conseil européen de Cannes en juin, la même année, pour obtenir un équilibre progressif entre les aides concédées par Bruxelles aux pays de l’Est et aux pays méditerranéens, ont renforcé l’image de l’Espagne comme avocat en Europe des intérêts maghrébins et méditerranéens.

11La condition de membre de l’Union européenne a permis au gouvernement espagnol de communautariser certains dossiers – comme la pêche – en espérant par-là renforcer ses positions dans les négociations menées avec son voisin marocain dans un cadre bilatéral. L’entrée dans l’Union européenne s’est traduite par le poids grandissant des questions techniques liées aux échanges agricoles parmi les nombreuses et nouvelles questions à l’ordre du jour comme l’augmentation de l’émigration marocaine en Espagne.

12La diversification de l’agenda hispano-maghrébin est allée de pair avec la consolidation d’une nouvelle perspective passant par une analyse de la région en termes de stabilité et de sécurité et essayant de laisser de côté les inerties de la vieille politique africaniste qui décodait les intérêts de l’Espagne en fonction de critères territoriaux. La stabilité de l’ensemble de la région est devenue dès lors l’objectif prioritaire de la politique maghrébine espagnole. Favoriser cette stabilité en contribuant au développement économique, social et politique de la région, ainsi qu’à son intégration horizontale abonde dans le sens des objectifs définis par l’Union européenne. Au niveau bilatéral, la diplomatie espagnole a choisi une politique qui cherche à normaliser les relations hispano-maghrébines par l’intensification de la coopération multisectorielle et le développement des relations économiques et financières. Il s’agissait dans le jargon du ministère des Affaires étrangères de créer un « matelas d’intérêts partagés ». Dans les champs politiques, la diplomatie espagnole a misé sur l’institutionnalisation d’un dialogue politique avec les différents pays maghrébins qui permette de maintenir ouvertes les voies régulières de contact pour prévenir ou limiter l’ampleur des crises traversées de façon cyclique par les relations bilatérales.

  • 12 Les deux derniers renouvellements des protocoles de coopération financière avec le Maroc datent de (...)
  • 13 Voir Iván MARTÍN, « La nueva política de Vecindad de la Unión Europea : ¿hacia un espacio económico (...)

13Le caractère prioritaire accordé au Maroc au sein de l’ensemble des pays maghrébins, a fait que ce pays fut le premier avec lequel fut instaurée l’institutionnalisation d’un dialogue politique qui a été élargi ensuite aux autres pays de la région. Ainsi le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération signé à Rabat en juillet 1991 a servi de modèle à celui qui a été signé à Tunis en octobre 1995. L’instabilité qu’a connue l’Algérie au cours de la décennie 1990 n’a permis la conclusion d’un accord similaire qu’en octobre 2002, à un moment marqué par de fortes tensions dans les relations hispano-marocaines. L’institutionnalisation du dialogue politique est allée de pair avec une intensification des échanges économiques hispano-magrébins grâce aux accords cadres de coopération financière, souscrits avec le Maroc, l’Algérie et la Tunisie et grâce aux protocoles financiers successifs qui les ont accompagnés12. Les trois pays du Maghreb central importent de l’Espagne plus que les treize pays sud américains réunis et les exportations espagnoles ont connu entre 1995 et 2002 un taux de croissance cumulé de plus de 15 % (multiplié par deux dans le cas du Maroc et de la Tunisie et stagnant dans le cas de l’Algérie), ce qui confirme l’importance du Maghreb comme marché naturel de l’Espagne par sa proximité géographique13.

Les relations avec le Maroc au cours de la décennie 1990

  • 14 Bernabé LÓPEZ GARCIÁ et Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, « Spain and North Africa : Towards a “Dynami (...)

14Bien que présentée sous le jour d’une politique globale envers tous les pays du Maghreb, la politique espagnole dans cette région au cours de la décennie 1990 cherchait avant tout à limiter le caractère conflictuel des relations avec le Maroc en renforçant l’interdépendance économique entre les deux pays grâce à la création d’un tissu « d’intérêts croisés » destiné à promouvoir une « stabilité dynamique »14.

15Cette nouvelle perspective entendait faire face à la fragilité des relations hispano-marocaines, très sensibles aux fluctuations de la conjoncture politique entre les deux pays et aux dynamiques internes. Le fait que les intérêts partagés entre les deux pays soient limités a été identifié comme une des principales causes d’instabilité. Historiquement la faiblesse des intérêts économiques et du peuplement espagnol pendant la période coloniale avait permis que le retrait de l’Espagne du territoire marocain soit moins traumatisant, mais en même temps l’absence de ces intérêts a fait défaut comme élément stabilisateur dans les moments de tension entre l’Espagne et le Maroc après l’indépendance. Le diagnostic était clair, l’absence d’un tissu solide d’intérêts partagés contribuait à ce que les relations soient très sensibles aux crises sectorielles qui finissaient par envenimer l’ensemble des relations. Ainsi le traitement consistait à créer un « tissu d’intérêts multisectoriels » qui agirait comme un amortisseur des inévitables différends susceptibles de surgir entre pays voisins. La création de ce « matelas d’intérêts » devait jouer un rôle préventif en « capsulant » la crise et en empêchant qu’elle s’étende à l’ensemble des relations. Le développement de l’interdépendance économique devait être accompagné de l’institutionnalisation d’un dialogue politique régulier permettant de maintenir des contacts politiques réguliers grâce auxquels il serait possible de désactiver les crises potentielles. De plus, la transformation de l’Espagne en pays d’immigration et la présence en Espagne d’une communauté importante de ressortissants marocains avait mis en contact directement des sociétés qui vivaient jusque-là dos à dos. Le développement de contacts entre les sociétés civiles et la lutte contre les préjugés et les stéréotypes basés sur la méconnaissance ont été identifiés comme le troisième pilier sur lequel devait reposer le renouvellement du « voisinage hispano-marocain ».

  • 15 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, « España-Marruecos : una vecindad compleja », Afkar/Ideas, n° 1, 200 (...)

16La décennie 1990 a permis d’avancer dans cette direction15. Deux grands projets ont été réalisés : la construction du gazoduc Maghreb-Europe qui transporte le gaz algérien vers l’Espagne et la mise en marche de l’interconnexion électrique par le détroit de Gibraltar. La création d’instruments financiers a facilité le développement des échanges commerciaux et l’arrivée d’environ 800 entreprises espagnoles, pour la plupart des petites et moyennes entreprises mais peu de grandes entreprises comme Telefónica. L’Espagne a renforcé sa position comme second partenaire commercial du Maroc. Malgré cela, en termes absolus, le commerce bilatéral avec le Maroc continue à avoir un poids limité pour l’Espagne (0,9 % en 2001). La balance commerciale est chroniquement déficitaire pour le Maroc ce qui signifie, dans la pratique, que Rabat ne reçoit pas d’excédents financiers pour financer son développement. Le volume d’investissements, presque inexistant avant 1988, a augmenté de façon significative au cours de la décennie 1990 même s’il ne représente qu’un pourcentage réduit de l’ensemble des investissements directs réalisés par l’Espagne à l’extérieur. Entre 1995 et 2000 les investissements espagnols ont représenté 415 millions d’euros plaçant l’Espagne au 7e rang des investisseurs au Maroc. Même si le Maroc est un des pays prioritaires de la coopération espagnole au développement et malgré une augmentation en volume de l’aide non remboursable, le volume des fonds cédés est en général réduit. En 2001, la coopération espagnole a accordé au Maroc 44 millions d’euros dont 19,8 ont été affectés à l’entretien des écoles et des instituts espagnols au Maroc.

17Dans le domaine politique, l’institutionnalisation du dialogue bilatéral a été entravée par les fluctuations des relations. Le Traité d’amitié, de bon voisinage et coopération n’est entré en vigueur qu’en 1995, après un processus laborieux de ratification. Les Réunions de haut niveau qui devaient réunir annuellement les chefs de gouvernement des deux pays n’ont pas eu lieu selon le calendrier prévu initialement. Le Comité Averroès, formé par des représentants de la société civile des deux pays désignés par les ministres respectifs des Affaires étrangères, n’a pas joui de l’autonomie nécessaire, se montrant incapable de rendre dynamiques les contacts entre les sociétés civiles et ses activités furent paralysées quand a éclaté la crise de 2001-2003.

  • 16 Iñigo MORÉ, « El escalón económico entre vecinos. El caso España-Marruecos », Docu-ment du Real Ins (...)

18L’intensification des relations bilatérales au cours de la décennie 1990 a favorisé le maintien d’un discours tendant à minimiser les différends qui continuaient à entacher ces relations bilatérales tout en mettant l’accent sur l’importance du développement des échanges commerciaux et financiers. Cependant ces progrès ne se sont pas traduits par une réduction de l’écart de prospérité entre les deux pays qui est toujours à l’origine de « l’effet d’appel » des flux migratoires, une question qui continuera à occuper une place centrale parmi les questions à l’ordre du jour entre les deux pays au cours des prochaines années. L’écart de prospérité entre l’Espagne et le Maroc, mesuré en termes de PIB per capita, s’est creusé de 4 à 12 points entre 1970 et 200116.

Le bon voisinage hispano-marocain à l’épreuve de la crise

19C’est dans ce contexte qu’a éclaté la crise de 2001-2003, qui marque une rupture avec la période antérieure et qui confirme la grande sensibilité des relations bilatérales à la conjoncture politique, sur laquelle le « matelas d’intérêts » construit durant les années antérieures n’a pas eu l’effet d’un amortisseur efficace. La construction du voisinage n’était plus désormais au centre de l’agenda bilatéral qui à nouveau se retrouvait dominé par les contentieux.

  • 17 Voir « Powell asegura que medió en el litigio sobre la “estúpida isla Perejil” porque se lo pidió P (...)
  • 18 Sur la crise hispano marocaine, voir Laura FELIÚ, Manuel LORENZO et Mónica SALOMÓN, « La actuación (...)

20Avec la crise provoquée par le rappel en consultation de son ambassadeur en octobre 2001, le Maroc a repris en main l’initiative dans les relations bilatérales en essayant de soulever des questions sur lesquelles le gouvernement espagnol refusait de dialoguer. L’échec de la négociation sur la pêche entre le Maroc et l’Union européenne en avril 2001 – une question d’importance économique relative d’un point de vue global mais d’un grand impact social sur les Communautés autonomes d’Andalousie et de Galice – a activé une spirale d’interdépendances négatives qui ont envenimé l’ensemble des relations. Les différends sur le contrôle de l’immigration clandestine, l’absence de définition des espaces maritimes respectifs susceptibles de recéler des hydrocarbures et la position espagnole sur la question du Sahara occidental, quand Rabat semblait entrevoir une solution politique qui préserverait sa souveraineté sur le territoire après l’approbation en juin 2001 du Plan Baker I, ont alimenté une crise qui a atteint son point culminant pendant l’occupation de l’îlot Persil en juillet 2002 et le départ de l’ambassadeur espagnol de Rabat. En réintroduisant les questions territoriales au moment où Madrid et Londres était en train de négocier une formule de souveraineté pour Gibraltar, le Maroc montrait le poids que pouvait avoir à l’avenir, comme élément de pression, les revendications territoriales sur Ceuta, Melilla et les îlots adjacents. Grâce à la médiation du secrétaire d’État américain Colin Powell17, les deux pays acceptèrent le retour au statu quo ante et s’assirent pour la première fois à une table de négociation presque dix mois après que Rabat ait rappelé en consultation son ambassadeur à Madrid. Ni l’Espagne ni le Maroc n’ont invoqué les clauses contenues dans le Traité d’amitié et de bon voisinage ni activé non plus les mécanismes du processus de Barcelone18.

21La normalisation hispano-marocaine s’est faite graduellement. Elle a été facilitée par des gestes comme l’offre par Mohammed VI en décembre 2002 à 64 bateaux de pêche touchés par la catastrophe écologique du Prestige de la possibilité d’utiliser les zones de pêche marocaines. Le retour à la normalité diplomatique n’a pu se faire cependant qu’en février 2003 avec le retour des ambassadeurs dans leurs capitales respectives, la création de groupes de travail sectoriels (économique, société civile, migrations, politique et eaux territoriales), qui d’une façon cloisonnée, ont permis la reconstruction de l’agenda. Les attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca qui ont visé entre autres objectifs la Casa de España et qui ont causé la mort de quatre ressortissants espagnols ont donné l’occasion au gouvernement espagnol de réaffirmer sa solidarité dans la lutte contre le terrorisme et ont accéléré le processus de réactivation de la coopération bilatérale. Le processus de normalisation a connu des difficultés en raison du refus marocain d’appliquer l’accord de réadmission des migrants clandestins originaires d’autres pays souscrit en 1992. La réconciliation n’a pas été célébrée officiellement jusqu’à la réunion de Haut niveau qui s’est tenue à Marrakech en décembre 2003, au cours de laquelle la fin de la crise fut officiellement annoncée avec la conclusion d’un accord sur le rapatriement des mineurs marocains entrés clandestinement en Espagne et la concession d’une importante aide financière de 390 millions d’euros demandée par la Confédération espagnole d’organisations d’entreprises (CEOE) dont le rôle a été décisif pour sortir de la crise bilatérale la plus aigue depuis la Marche verte de novembre 1975.

  • 19 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI et Bernabé LÓPEZ, « Nuevo impulso diplomático en el Sáhara », Afkar/I (...)

22La question du Sahara a continué de brouiller le processus de retour à la normalité diplomatique hispano-marocaine. La position espagnole sur la question du Sahara occidental ainsi que le rapprochement avec l’Algérie ont constitué pour l’Espagne des moyens de pression sur le Maroc pendant la crise. L’incorporation de l’Espagne au Conseil de Sécurité en janvier 2003 a obligé la diplomatie espagnole, qui avait toujours évité de jouer un rôle actif sur la question, à se prononcer sur un sujet particulièrement sensible pour Mohammed VI qui comptait alors sur un soutien ferme de la France. Rabat a évalué l’attitude de l’Espagne vis-à-vis des relations bilatérales en fonction de l’action de la diplomatie espagnole dans les débats sur le Sahara occidental qui ont eu lieu au sein de l’ONU. En juillet 2003, quand le Conseil de Sécurité présidé par l’Espagne étudia le Plan Baker II, le Maroc eut peur que, les pressions des États-Unis s’associant au consentement de l’Espagne, le plan soit imposé aux parties en présence. L’Espagne, contrairement à ce que pensait le Maroc, fit des pieds et des mains pour ne pas blesser la susceptibilité du Maroc, qui néanmoins ne se montra pas satisfait de la résolution 1495. Celle-ci, sur laquelle reposait le plan de paix, fut finalement adoptée à l’unanimité comme une solution politique optimale basée sur un accord entre les parties19.

  • 20 Voir Bernabé LÓPEZ GARCÍA, « Les relations hispano-marocaines », in Le Maghreb après le 11 septembr (...)

23La crise hispano-marocaine a réduit au minimum les contacts officiels et a entravé le développement normal de la coopération bilatérale20. L’échange de visites officielles fut interrompu à partir du mois d’avril 2001. L’application de l’accord sur la main-d’œuvre, signé en juillet 2001, qui aurait permis l’embauche de 20 000 travailleurs marocains a été bloquée tout comme l’accord de coopération interuniversitaire. Les investissements espagnols ont été ralentis comme les contacts et les rencontres entre les sociétés civiles des deux pays. Seuls les échanges commerciaux n’ont pas été touchés par la crise et ont augmenté de près de 20 %, et ce sont les entrepreneurs espagnols qui ont le plus activement recherché à surmonter la crise, agissant comme un véritable lobby défendant le retour à une situation normale.

Les relations avec l’Algérie

  • 21 Juan MARÍA PORTILLO, El papel del gas natural en las relaciones hispano-argelinas (1970-1985), Madr (...)

24Comme nous l’avons indiqué, la crise politique algérienne des années 1990 a empêché le transfert du modèle de relations établies avec Rabat et Tunis à Alger. Cependant, la guerre civile n’a pas empêché la mise en marche en 1996 du gazoduc Magreb-Europe qui relie les gisements de Hassi Rmel – par le Maroc – au réseau espagnol de gazoduc à Séville et qui contribue à consolider la position de l’Algérie comme principal fournisseur d’énergie de l’Espagne21.

  • 22 Ana PALACIO, « Le président Bouteflika a redonné à l’Algérie sa place dans le concert des nations » (...)
  • 23 Bernabé LÓPEZ GARCÍA et Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, « Spain and North Africa : Towards a “Dynami (...)
  • 24 Voir Iñigo MORÉ, « El imprescindible eje Madrid-Argel », An‡lisis del Real Instituto, www.realinsti (...)

25Même si l’Espagne a maintenu ouvertes ses représentations diplomatiques et consulaires, ainsi que les sièges de l’institut Cervantès à Alger et à Oran22, son attitude s’est caractérisée par la prudence face à l’évolution des événements en Algérie. L’Espagne n’a pas pris d’initiative à l’égard de la crise et s’est contentée d’accorder sa politique sur celle de l’Union européenne, qui lui servit de paravent afin que ses intérêts bilatéraux, principalement dans le secteur de l’énergie ne soient pas touchés. L’aggravation de la crise en 1997 et 1998, avec la multiplication des massacres suscita une préoccupation grandissante au sein du gouvernement du Parti populaire qui commença à partager les thèses de ceux qui argumentaient que dans ce climat de violence généralisée il était nécessaire d’aller vers une solution politique qui inclurait tous les acteurs politiques, y compris les islamistes23. Cette inquiétude au sujet de la situation interne de l’Algérie s’est traduite par une méfiance croissante face à un pays qui s’avérait être à la fois le principal fournisseur d’énergie de l’Espagne et le principal débiteur de la CESCE. La Loi sur les Hydrocarbures approuvée en octobre 1998 reflétait les doutes que suscitaient le régime de Liamine Zeroual et sa capacité de sortir l’Algérie de la crise. L’article 99 de cette loi interdisait qu’un seul pays puisse fournir plus de 60 % du gaz naturel consommé en Espagne comme mesure préventive face à un hypothétique effondrement de l’Algérie dont le pourcentage d’exportations de gaz vers l’Espagne atteignait à peu près ce chiffre24.

26La méfiance envers la situation politique algérienne ne commença à disparaître qu’avec l’élection à la présidence d’Abdelaziz Bouteflika en 1999. Au lieu de rendre visite d’abord à la France, le nouveau président choisit l’Espagne comme première destination à deux reprises, en juillet et en octobre où il fut l’invité d’honneur du Forum Formentor, une initiative de la compagnie espagnole d’hydrocarbures REPSOL en vue de la création d’un Davos méditerranéen. Bouteflika a établi des relations personnelles avec le président du gouvernement espagnol José María Aznar qui lui a rendu visite à son tour l’année suivante, en devenant ainsi le premier chef de gouvernement européen venant en Algérie après la fin de « l’embargo moral » qui avait pesé sur ce pays tout au long de la décennie précédente. À partir de ce moment-là, l’exécutif espagnol essaya d’équilibrer les dimensions économique et politique des relations, en mettant fin à l’anomalie d’avoir comme principal fournisseur d’énergie un pays qui n’avait pas signé l’accord le plus important de l’arsenal diplomatique espagnol, le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération.

  • 25 « Buteflika exige ante Aznar que se restituya la soberanía iraquí y la retirada de las tropas », La (...)

27Les attentats terroristes du 11 septembre ont permis aux deux pays de renforcer les sentiments communs vis-à-vis de la « grande menace du terrorisme ». Au cours de la réunion de haut niveau qui a eu lieu à Alger en novembre 2003, le président Aznar rappela que l’Algérie comme le Maroc ont fait appel depuis longtemps à la solidarité des autres pays dans la lutte contre le terrorisme »25. Bien que les deux pays aient deux conceptions différentes du terrorisme – pour Aznar tous les terrorismes étaient égaux tandis que pour Boutéflika les actions des groupes palestiniens étaient des actes de libération et non de terrorisme – cette question a permis de diluer les différences apparues entre les deux pays pendant la guerre contre l’Iraq et qui montraient les limites pour l’Espagne d’un partenariat de rechange avec l’Algérie au Maghreb.

  • 26 Voir Laura FELIÚ, « España y el Magreb durante el segundo mandato del Partido Popular : un período (...)

28La détérioration des relations hispano-marocaines a accéléré le rapprochement avec l’Algérie décrite alors comme le « partenaire stratégique de l’Espagne ». C’était une façon pour le gouvernement espagnol de faire passer le message à Rabat qu’il n’y avait pas de partenaire irremplaçable. L’Espagne recourrait ainsi à la vieille politique d’équilibres alternatifs consistant à chercher l’appui du principal antagoniste de Rabat dans la région dans les moments de tensions avec le Maroc26.

  • 27 Voir Iñigo MORÉ, « España profundiza su dependencia energética de Argelia » (7/10/ 2002), in Anális (...)
  • 28 http://www.medgaz.com/medgaz/index.html.
  • 29 « Repsol YPF redobla su presencia en el Magreb », El País, 12/12/2004.

29La question du Sahara occidental a été utilisée par le gouvernement espagnol pour marquer son rapprochement avec Alger et son appui au plan Baker II après que Rabat l’ait repoussé catégoriquement. En mars 2002, un accord de reconversion de la dette en investissements est conclu pour une valeur de 44 millions de dollars ; en avril, Abdelaziz Bouteflika signe, en marge de la Conférence euro-méditerranéenne de Valence, l’accord d’association avec l’Union européenne en présence du président du gouvernement espagnol qui s’est déplacé spécialement pour assister à l’acte ; en juillet c’est au tour d’un protocole sur la circulation des personnes prévoyant la réadmission des immigrants algériens clandestins, et en octobre, durant la visite officielle d’Abdelaziz Bouteflika en Espagne, le Traité d’Amitié, Bon voisinage et coopération est finalement signé. Quelques jours avant le gouvernement espagnol avait lancé un message conciliateur à travers l’approbation du plan énergie 2002-2011, qui établit un moratoire sur le nucléaire et envisage de faire du gaz naturel et des énergies renouvelables la seconde et la troisième source d’énergie, au détriment du charbon et de l’énergie nucléaire. Ce plan aboutirait à ce que la part d’énergie fournie par l’Algérie dans le total importé par l’Espagne passe de 15 à près de 30 %27 Pour en arriver là sans enfreindre l’article 99 de la Loi des Hydrocarbures, l’Algérie est en train de construire des centrales électriques de cycle combiné dont la production sera vendue à l’Espagne par une connexion électrique renforcée. La Sonatrach a commencé à réaliser des investissements dans des usines pétrochimiques et de gazéification en Espagne et dirige avec la compagnie espagnole CEPSA le projet de construction d’un nouveau gazoduc MEDGAZ entre Oran et Almeria, dont le coût s’élèvera à environ 1 300 millions d’euros28. La construction de ce gazoduc, qui, à la différence de celui promu par les autorités espagnoles dans les années 1990, ne traversera pas le territoire marocain, répond au besoin stratégique de compter sur une voie de distribution alternative en cas de crise avec le Maroc, mais elle comporte aussi le risque de perpétuer l’isolement énergétique du Maroc et d’invalider les efforts espagnols destinés à renforcer la coopération horizontale entre les États maghrébins. Le climat de confiance dans les relations bilatérales a aussi permis aux compagnies espagnoles d’hydrocarbures CEPSA (en collaboration avec TOTAL FINA) et REPSOL d’obtenir l’exploitation de gisements de gaz dans le bassin de Timimoun, à Bechar et dans la région du Gassi Tuil29.

Les relations avec la Libye, la Tunisie et la Mauritanie

30Même si dans le discours officiel on parle toujours de politique maghrébine, ce sont les deux pays dont nous venons de traiter qui prédominent dans la politique espagnole. La Tunisie, la Libye et la Mauritanie ont toujours été situées au second plan de la scène diplomatique. Mais les crises cycliques qui surgissent avec le Maroc contribuent à ce que soit remis en valeur le rôle de certains de ces pays dans des domaines comme la pêche.

31Les relations avec la Libye ont été conditionnées pendant la décennie 1990 par l’isolement international de Tripoli, accusée d’être impliquée dans des actes de terrorisme international. Cette situation ainsi que les contentieux liés au paiement de la dette de Tripoli envers l’Espagne ont porté tort aux relations bilatérales, de nature commerciale et énergétique principalement. Bien que la diplomatie espagnole ait défendu – sans succès – la participation de ce pays dans le processus de Barcelone, l’Espagne ne s’est pas démarquée de la politique communautaire envers le régime de Muamar Kadhafi. À partir de 1998, quand des négociations ont été entamées à propos de l’affaire Lockerbie, la diplomatie espagnole a dirigé le processus de normalisation avec Tripoli, en accélérant le rythme de visites des représentants politiques et diplomatiques espagnols.

32Après les attentats du 11 septembre, la diplomatie espagnole a misé sur le pragmatisme en jouant un rôle actif dans la normalisation des relations entre Londres, Washington et Tripoli après que le régime de Mouammar Kadhafi se soit engagé à abandonner ses programmes d’armes de destruction massive et à lutter contre le terrorisme international. L’absence de contentieux importants – contrairement à l’Italie, au Royaume-Uni, à la France et aux États-Unis – a permis au gouvernement espagnol d’agir comme intermédiaire entre les États-Unis et la Libye, en faisant circuler de nombreux messages et en accueillant sur son territoire des négociations secrètes entre les services secrets libyens et l’administration américaine.

  • 30 « Las multinacionales negocian con Gaddafi. Repsol, Cepsa, Iberdrola, Gas Natural, Abengoa y Soluci (...)

33Les réticences de l’exécutif espagnol à fréquenter les régimes impliqués dans des actes de terrorisme ont été sacrifiées au nom des opportunités économiques qu’offrait l’ouverture du marché libyen aux entreprises espagnoles. Accompagné d’une délégation d’entrepreneurs, le président Aznar a été le premier dirigeant européen à réaliser une visite officielle en Libye en septembre 2003 après la levée des sanctions internationales imposées par l’ONU. Le gouvernement espagnol plaçait cette visite dans le cadre de la nécessité de soutenir la pleine intégration de la Libye dans la communauté internationale et de collaborer ainsi à son ouverture vers l’économie de marché. Le rôle discret tout autant qu’actif joué par l’Espagne dans le retour de la Libye au sein de la société internationale a permis aux entreprises espagnoles d’obtenir une place de choix et a permis aussi à la compagnie REPSOL d’améliorer sa position en devenant le premier opérateur étranger avec une production journalière de 200 000 barils dans le champ géant d’El Sharara. Elle est aussi présente dans d’autres champs pétroliers du bassin de Murzuq, à la tête d’un consortium auquel participent la compagnie française Total, l’autrichienne OMV et la norvégienne SAGA Petroleum30.

  • 31 Bernabé LÓPEZ et Miguel H. DE LARRAMENDI, « Spain and North Africa : Towards a “Dynamic Stability”  (...)

34Avec la Tunisie les relations ont été de faible intensité malgré la signature en octobre 1995 d’un Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération. Le dialogue politique s’est maintenu de façon régulière, tout en évitant d’aborder au cours de rencontres bilatérales la question de la détérioration de la situation des droits de l’Homme en Tunisie. La diplomatie espagnole a joué un rôle de médiation dans le Conseil d’Association face aux positions de l’Allemagne et d’autres pays du nord de l’Europe favorables à l’application des clauses conditionnelles pour le déblocage des fonds MEDA liés au respect des droits de l’Homme et des libertés publiques31. La coopération hispanotunisienne s’est bien développée dans le domaine économique et commercial avec l’augmentation soutenue des exportations espagnoles et une balance commerciale positive pour l’Espagne.

  • 32 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI et Fernando BRAVO, « L’immigration subsaharienne en Espagne, sa gesti (...)

35Les relations avec la Mauritanie, seul pays maghrébin que la diplomatie espagnole perçoit comme comportant un risque grave de déstabilisation, se sont axées sur l’appui à apporter au régime mauritanien face aux menaces de déstabilisation interne. L’aide humanitaire d’urgence, dans les moments de sécheresse ou de catastrophe naturelle, et la coopération dans le domaine de la pêche – dans le cadre d’un accord signé entre la Mauritanie et l’Union européenne – ont été les axes sur lesquels se sont articulés les relations durant la décennie 1990. La proximité géographique des Îles Canaries a favorisé le développement des échanges commerciaux avec l’archipel mais a contribué aussi à replacer la coopération en matière d’immigration au centre de l’agenda bilatéral. Le durcissement des dispositifs de lutte contre l’immigration clandestine dans le détroit de Gibraltar a provoqué depuis l’an 2000 le déplacement vers le Sahara occidental et le Golfe de Guinée des routes empruntées par les immigrants subsahariens qui veulent entrer en Espagne. Le gouvernement de José María Aznar a signé en 2003 un accord en matière d’immigration qui a permis la réadmission des ressortissants mauritaniens et de ceux des pays tiers détenus de façon illégale quand ils essayaient d’entrer en territoire espagnol32. La découverte de pétrole en Mauritanie a changé quelque peu les données, en attirant les compagnies pétrolières comme REPSOL et CEPSA tout en plaçant la Mauritanie dans la situation de pays récepteur d’immigration subsaharienne dans les années à venir.

Le tournant atlantique et les relations avec le Maghreb pendant le second mandat de José María Aznar

36Les tentatives des gouvernements « populaires » de jouer un rôle international par le biais du renforcement des liens avec les États-Unis ont touché les axes traditionnels de la politique étrangère espagnole qui ont été subordonnés à cette nouvelle orientation prioritaire. La priorité concédée à la Méditerranée, qui a atteint un point culminant au moment de l’organisation de la Conférence euro-méditerranéenne de Barcelone en 1995, n’a pas disparu de l’agenda diplomatique espagnol mais s’est retrouvée diluée en raison de la concurrence d’autres aires géographiques – comme l’Asie –, en raison de l’échec des efforts diplomatiques au Proche-Orient, et surtout en raison de la crise bilatérale de 2001-2003 avec le Maroc, principal interlocuteur de l’Espagne dans la région. Cette crise a été, comme on l’a vu, à l’origine d’une recomposition des alliances au Maghreb en vue de renforcer les relations avec l’Algérie et de saisir les opportunités que l’ouverture de la Libye et la découverte du pétrole en Mauritanie offraient aux acteurs économiques espagnols. La crise avec le Maroc a aussi limité la capacité de Madrid de se servir du processus euro méditerranéen comme moteur des relations entre l’Espagne et le Maghreb.

  • 33 Eduard SOLER I LECHA, « Luces y sombras de la política mediterránea de Aznar », in Espa–a en Europa (...)
  • 34 Richard GILLESPIE, « The Valencia Conference : Reinvigorating the Barcelona Process ? », Mediterran (...)

37La priorité méditerranéenne a surtout été maintenue dans l’espace multilatéral. Durant le semestre de la présidence espagnole de l’Union européenne, entre janvier et juin 2002, le gouvernement de José María Aznar a essayé de ranimer par la Conférence euro-méditerranéenne de Valence un processus vivotant. Même si cette conférence a été l’occasion de la signature de l’accord d’association avec l’Algérie, le Maghreb n’y a pas reçu une attention particulière de la part de la diplomatie espagnole qui a axé ses efforts sur les tentatives de stimuler des dynamiques autosuffisantes dans le processus euro-méditerranéen et faire que les progrès de celui-ci ne soient pas seulement dépendants des efforts menés par les présidences successives33. La diplomatie espagnole a concentré ses efforts sur l’approbation d’un plan d’action qui comprenait des mesures politiques (création d’une Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne), économiques (création d’une Banque euro-méditerranéenne qui finit par être réduite à une nouvelle ligne de crédit pour les pays de la région dans le cadre de la BEI) et sociales (création d’une Fondation Euro méditerranéenne pour le dialogue des cultures)34.

  • 35 Iván MARTÍN, « La nueva política de Vecindad de la Unión Europea : ¿hacia un espacio económico hisp (...)

38Pendant le second mandat du Parti populaire, l’Espagne ne s’est pas engagée sérieusement pour exercer une influence sur les institutions européennes en vue de mobiliser les ressources communautaires et favoriser l’émergence d’un espace économique euro-maghrébin dans lequel l’Espagne, de par sa position géographique et son imbrication croissante dans les économies maghrébines, jouerait un rôle majeur35. Durant la gestation de la politique européenne de voisinage, l’Espagne n’a pas été l’avocate d’une plus grande intégration européenne avec le Maroc ou le Maghreb, et n’a pas saisi les opportunités que cette nouvelle initiative pouvait présenter pour retrouver son image de grand défenseur des intérêts maghrébins à Bruxelles.

  • 36 Voir Esther BARBÉ, « La política europea de España 2003-2004 », Working Paper n° 59, juin 2004 Obse (...)

39Un des arguments inspirant la nouvelle orientation promue par le président Aznar était que le renforcement de la position internationale de l’Espagne exigeait que celle-ci ne se subordonne plus à la France, ce qui était perçu comme un obstacle limitant la marge de manœuvre de l’Espagne au sein de l’Europe et sur la scène internationale36. Même si depuis son entrée dans l’Union européenne l’Espagne a assumé l’analyse française de la région en termes de stabilité, en s’éloignant de la vision dominante jusqu’alors qui décodait les intérêts espagnols au Maroc et au Maghreb en termes territoriaux, le Maghreb a été un espace de rivalité entre Paris et Madrid qui ont cherché l’un et l’autre à se présenter comme les interlocuteurs privilégiés de ces pays devant Bruxelles. Cette rivalité n’avait pas empêché le rapprochement des positions et la coordination devant les instances communautaires, quand s’est propagée la crainte de voir l’Union européenne réorienter ses intérêts vers l’Est de l’Europe au détriment du sud de la Méditerranée.

40L’éloignement par rapport aux positions françaises au sein de l’Union européenne s’est traduit par une moindre coordination avec Paris, qui devint particulièrement visible pendant la présidence espagnole de l’UE. La prétention espagnole, au Conseil européen de Séville, en juin 2002, avec l’appui du Royaume-Uni et de l’Italie, de pénaliser par une réduction de l’aide extérieure les pays qui ne collaboreraient pas de façon active à la lutte contre l’immigration clandestine – interprétée par le Maroc comme une mesure de rétorsion contre Rabat dans le contexte de la crise bilatérale – a été rejetée en raison du refus d’autres membres menés par la France.

  • 37 Véase Ana I. PLANET et Miguel H. DE LARRAMENDI, « Maroc-Espagne : la crise de l’îlot Persil », in R (...)
  • 38 Voir Cárlos YÁRNOZ, « Francia bloquea una nota de la UE en favour de España para no dañar las relac (...)

41Les ressentiments du gouvernement Aznar envers Paris se sont accentués quand Rabat décida de rappeler en consultation son ambassadeur à Madrid en octobre 2002, rendant officielle une crise qui avait commencé quelques mois auparavant après le refus de Rabat de renouveler l’accord de pêche avec l’Union européenne, dont les principaux bénéficiaires étaient les pêcheurs espagnols. Le fantôme d’une manipulation de la France, présent depuis le début de la crise, est devenu omniprésent quand le Maroc a occupé l’îlot du Persil/Leila en juillet de 200237. L’attitude française, qui considérait que la dispute était une question bilatérale hispano-marocaine, fut décisive pour que Paris bloque un communiqué de soutien de l’Union européenne à l’Espagne après l’action militaire engagée par les troupes d’élite espagnoles pour récupérer le contrôle de l’îlot38.

42La position de la France a contribué à renforcer au sein du gouvernement espagnol l’idée selon laquelle le cadre européen n’était pas adéquat pour défendre les intérêts territoriaux dans le nord de l’Afrique et qu’il fallait dès lors donner un nouvel élan aux relations transatlantiques et renforcer les liens avec les États-Unis. Le retour au statu quo dans l’îlot du Persil a été possible grâce au secrétaire d’État nord-américain Colin Powell qui a joué le rôle de médiateur et de garant d’un pacte conclu entre deux alliés importants de Washington dans la « guerre contre le terrorisme », pacte aux termes duquel Madrid et Rabat s’engagèrent à revenir à la situation antérieure à l’occupation de l’îlot.

43La médiation des États-Unis a mis en évidence les limites de la politique extérieure et de défense de l’Union européenne en confirmant le retour en force de Washington au Maghreb où, défiant l’influence française et européenne, il prétend créer une zone de libre échange dans le cadre du projet interventionniste du Grand Moyen-Orient formulé par le président Bush dans son discours de novembre 2003. La crise a contribué à renforcer dans le gouvernement de José María Aznar l’idée que dans le monde unipolaire postérieur au 11 septembre il était nécessaire de faire de la dimension transatlantique une priorité pour la politique étrangère de l’Espagne comme moyen de renforcer son poids international et d’obtenir les appuis nécessaires face à d’éventuelles crises avec le Maroc.

44La médiation des États-Unis a souligné la priorité que Washington accordait à la sécurité régionale au delà des conflits bilatéraux entre ses partenaires en même temps qu’elle posait un précédent pour les futurs différends territoriaux entre l’Espagne et le Maroc sur Ceuta et Melilla, revendiqués à nouveau par Mohammed VI dans son discours prononcé le 30 juillet 2002 à l’occasion de la Fête du Trône.

Les relations avec le Maghreb après les attentats du 11 mars 2004

  • 39 Esther BARBÉ et Laia MESTRES, « National Report Spain », in CFSP Watch Annual Report 2005, Fornet, (...)

45Après le 11 mars, l’arrivée au gouvernement du Parti socialiste s’est accompagnée d’une redéfinition des priorités de la politique extérieure espagnole. Le gouvernement socialiste pense que la consolidation du rôle de l’Union européenne, le développement des relations multilatérales, ainsi que le respect de la légalité internationale sont des questions de la plus haute importance39. Dans le même esprit, en collaboration avec la Turquie et afin de contribuer au débat relatif à la lutte contre le terrorisme, le président du gouvernement espagnol, J. L. R. Zapatero, propose, lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2004, la création d’une « Alliance entre civilisations ». L’idée a été bien accueillie par Kofi Anan qui a créé, dans la foulée, un Conseil des sages pour l’étude de faisabilité du projet. La Ligue arabe voit, elle aussi, d’un très bon œil, un projet qui a contribué à améliorer l’image écornée de l’Espagne dans le monde arabe. D’ailleurs, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a invité J. L. R. Zapatero à présenter son projet au sommet de la Ligue arabe d’Alger, en mars 2005.

46Pour le gouvernement de J. L. R. Zapatero, la défense des intérêts espagnols au Maghreb passe essentiellement par le renforcement des relations avec la France et la mise en œuvre d’actions concrètes avec ses partenaires de l’Union européenne.

47Alors que le processus de construction européenne est en crise, le retour à l’axe franco-allemand s’est accompagné d’un renforcement des relations de l’Espagne avec la Méditerranée et avec Paris. La crainte que les nouvelles initiatives de la Commission – la politique européenne de voisinage – puissent distraire l’attention de l’Union européenne à l’égard du Processus de Barcelone, a poussé la diplomatie espagnole à essayer de le revitaliser en organisant une nouvelle Conférence euro-méditerranéenne (Barcelone + 10) à l’occasion du dixième anniversaire de son lancement. L’Espagne et la France défendent les aspirations du Maroc pour obtenir « un statut d’association avancé ». Paris approuve aussi la proposition espagnole d’organiser une Conférence euro-méditerranéenne sur l’immigration qui, à la suite du renforcement des dispositifs frontaliers européens, prendrait en considération les problèmes de pays comme le Maroc devenu un territoire de transit de l’immigration subsaharienne.

48Dans le cadre bilatéral, le rétablissement de la confiance avec le Maroc est devenu l’objectif principal de la politique maghrébine de l’Espagne. Cette nouvelle politique vise à préserver et à densifier les relations avec le reste des États de la région tout en prenant ses distances avec le principe des « équilibres alternatifs » (voir supra).

49La nouvelle position de l’Espagne par rapport à la question du Sahara occidental préside à l’établissement d’un nouveau climat dans les relations bilatérales hispano- marocaines. L’exécutif socialiste pense que la prolongation du conflit saharien représente l’obstacle plus important pour la stabilité de la région. En effet, il constitue un obstacle au processus d’intégration régionale qui lui-même freine le développement économique ainsi que la modernisation politique et sociale de la région, perçues comme nécessaires pour s’attaquer aux racines de l’immigration illégale et de la menace terroriste. Dans ce contexte, après les attentats terroristes du 16 mai à Casablanca et du 11 mars à Madrid, le gouvernement du Parti socialiste considère qu’on ne peut plus continuer de se cacher derrière un statu quo qui porte préjudice aux intérêts nationaux. L’exécutif socialiste a développé depuis son arrivée au gouvernement, en mai 2004, une activité diplomatique intense qui reflète la volonté active de débloquer la question du Sahara. La position du gouvernement espagnol a été bien reçue par le Maroc mais a dans le même temps, nourri les méfiances du Front Polisario et de l’Algérie. Lors de la première visite officielle au Maroc de J. L. R. Zapatero comme chef du gouvernement, aucune référence explicite au Plan Baker II n’a été évoquée ce qui a suscité des inquiétudes. J. L. R. Zapatero, lors de son voyage en Algérie en juillet 2004, ainsi que les ministres Moratinos et Bernardino Leon à l’occasion de leurs visites respectives à Alger et à Tindouf (pour la première fois un haut fonctionnaire de l’État espagnol se rendait dans les camps) ont tenté de dissiper le malaise. Coïncidant avec le 32e anniversaire de la fondation du Front Polisario, les troubles survenus dans l’Ayún et d’autres villes du Sahara occidental, en mai 2005, ont été perçus par la diplomatie espagnole comme un exemple des risques encourus par l’existence du statu quo.

50Le nouveau climat d’entente qui préside aux relations hispano-marocaines atténue les différences et pousse les responsables politiques respectifs à mettre en valeur leurs points de convergence. Le refus, de la part des autorités marocaines, d’autoriser l’entrée au Sahara occidental de plusieurs délégations espagnoles désireuses de connaître le mouvement de résistance civile sahraoui n’a pas soulevé de protestations formelles de la part du gouvernement espagnol. C’est ce même climat d’entente qui a permis la signature en juillet 2005 d’un nouvel accord de pêche euro-marocain d’une durée de quatre ans et dont profiteront essentiellement les bateaux espagnols.

Haut de page

Notes

1 Voir José I. TORREBLANCA, « Ideas, preferences and institutions : Explaining the Europeanization of Spanish Foreign Policy », in Arena Working Papers WP 01/26. Consulté sur www.arena.uio.no/publications/wp01_26.htm.

2 Voir Albert AIXALÀ I BLANCH, « La política exterior española ante los retos de su politización : del consenso a la legitimidad », Revista CIDOB d’Afers Internacionals, n° 69, p. 94-97.

3 Voir Ángel PÉREZ, « La política exterior socialista », Colaboración, n° 146, Grupo de Estudios Estratégicos (24/9/2004), www.gees.org/articulo/789.

4 Voir Charles POWELL, « Política Exterior y de Seguridad de España », Anuario Internacional CIDOB 2002 consulté sur http://www.cidob.org/castellano/publicaciones/Anuarios/02powell.cfm.

5 Le Traité de Nice donnait à l’Espagne 27 votes pour une minorité de blocage de 91. Le projet de Constitution élaboré pour la Convention européenne qui limite ces avancées a été perçu comme une initiative franco-allemande à laquelle l’Espagne s’est opposée au cours du dernier Conseil européen auquel Aznar a assisté en décembre 2003.

6 Erika RUIZ SANDOVAL « ¿Cola de león o cabeza de ratón ? La apuesta atlantista de Aznar » in Especial España en la Unión Europea 1996-2004, EE 02/2004. Consulté sur http://selene.uab.es/_cs_iuee/catala/obs/m_presentacion.html.

7 Ces relations seront particulièrement affectées par la décision unilatérale du gouvernement espagnol de retirer ses troupes d’Irak, deux jours après l’investiture du Premier ministre socialiste. Voir Miguel Angel MORATINOS, « Cien días de política exterior », ABC, 27/6/2004.

8 Ana PALACIO, « The incredibly shrinking Spain », The Wall Street Journal, 14/2/2005.

9 Voir Miguel H. DE LARRAMENDI, « Perception espagnole du Maghreb et politique étrangère de l’Espagne démocratique », in Kacem BASFAO et Jean-Robert HENRY (dir.) Le Maghreb, l’Europe et la France, Paris, Éd. du CNRS, 1992, p. 153-169.

10 Une « envie d’Europe » que les conclusions de la Conférence euro-méditerranéenne de Naples, en décembre 2003, traduisaient par une « plus grande demande d’Europe ».

11 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, La política exterior de Marruecos, Madrid Editorial MAPFRE, 1997.

12 Les deux derniers renouvellements des protocoles de coopération financière avec le Maroc datent de 1996 (900 millions d’euros en crédits FAD dont seulement la moitié fut utilisée) et 2003 (300 millions d’euros) ; avec la Tunisie l’accord signé en 1997 et reconduit en septembre 2001 comprenait une ligne de crédit de 300 millions d’euros ; avec l’Algérie il fut renouvelé la dernière fois en 2002 pour un montant de 100 millions d’euros.

13 Voir Iván MARTÍN, « La nueva política de Vecindad de la Unión Europea : ¿hacia un espacio económico hispano-magrebí ? », Anuario Jur’dico y Económico Escurialense 37, 2004. Consulté sur http://www.rcumariacristina.com/ficheros/economia_06.pdf.

14 Bernabé LÓPEZ GARCIÁ et Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, « Spain and North Africa : Towards a “Dynamic Stability” », in Richard GILLESPIE et Richard YOUNGS (dir.) The European Union and Democracy Promotion : The Case of North Africa, Londres, Frank Cass, 2002, p. 170-191.

15 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, « España-Marruecos : una vecindad compleja », Afkar/Ideas, n° 1, 2003, p. 46-51.

16 Iñigo MORÉ, « El escalón económico entre vecinos. El caso España-Marruecos », Docu-ment du Real Instituto Elcano (14/2/2003), www.realinstitutoelcano.org.

17 Voir « Powell asegura que medió en el litigio sobre la “estúpida isla Perejil” porque se lo pidió Palacio », El País, 75/2004. Le quotidien madrilène avait révélé le contenu des déclarations de Colin Powell à la revue GQ Magazine dans son numéro de juin de cette année-là. Dans ses mémoires José María Aznar reconnaît avoir obtenu l’appui des États-Unis bien qu’il nuance les déclarations de Colin Powell : « Nous n’allions pas appeler les États-Unis pour leur demander leur aide ou leur permission loin de là. Ce sont les États-Unis qui surveillaient et qui savaient ce qui se jouait », in José MARÍA AZNAR, Ocho años de gobierno, Barcelone, Editorial Planeta, 2004, p. 168.

18 Sur la crise hispano marocaine, voir Laura FELIÚ, Manuel LORENZO et Mónica SALOMÓN, « La actuación española en la crisis entre España y Marruecos (2001-2003) », çgora-Revista de Ciencias Sociales, n° 8, 2003, p. 39-62 ; Richard GILLESPIE, « Spain and Morocco : A Case of Crisis in Euro-Mediterranean Relations », paper presented at ECPR Standing Group on the European Union, Second Pan-European Conference on EU Politics, Implications on a Wider Europe : Poli-tics, Institutions and Diversity, Bologne, juin 2004.

19 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI et Bernabé LÓPEZ, « Nuevo impulso diplomático en el Sáhara », Afkar/Ideas, n° 4, 2004, p. 22-25.

20 Voir Bernabé LÓPEZ GARCÍA, « Les relations hispano-marocaines », in Le Maghreb après le 11 septembre, Les Notes de l’IFRI, n° 44, 2002, p. 107-115.

21 Juan MARÍA PORTILLO, El papel del gas natural en las relaciones hispano-argelinas (1970-1985), Madrid, UNISCI, 2000.

22 Ana PALACIO, « Le président Bouteflika a redonné à l’Algérie sa place dans le concert des nations », Diálogo Mediterráneo, n° 26, 2002, p. 14.

23 Bernabé LÓPEZ GARCÍA et Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI, « Spain and North Africa : Towards a “Dynamic Stability” », op. cit., p. 178-181.

24 Voir Iñigo MORÉ, « El imprescindible eje Madrid-Argel », An‡lisis del Real Instituto, www.realinstitutoelcano.org.

25 « Buteflika exige ante Aznar que se restituya la soberanía iraquí y la retirada de las tropas », La Razón, 27/11/2003.

26 Voir Laura FELIÚ, « España y el Magreb durante el segundo mandato del Partido Popular : un período excepecional », Document de travail n° 9, Madrid, FRIDE, 2005, p. 3-5.

27 Voir Iñigo MORÉ, « España profundiza su dependencia energética de Argelia » (7/10/ 2002), in Análisis del Real Instituto. Consulté sur www.realinstitutoelcano.org.

28 http://www.medgaz.com/medgaz/index.html.

29 « Repsol YPF redobla su presencia en el Magreb », El País, 12/12/2004.

30 « Las multinacionales negocian con Gaddafi. Repsol, Cepsa, Iberdrola, Gas Natural, Abengoa y Soluciona, entre otras, exploran inversiones en energía y agua », El País, 7/11/2004.

31 Bernabé LÓPEZ et Miguel H. DE LARRAMENDI, « Spain and North Africa : Towards a “Dynamic Stability” », op. cit., p. 181-182.

32 Miguel HERNANDO DE LARRAMENDI et Fernando BRAVO, « L’immigration subsaharienne en Espagne, sa gestion et son impact sur les relations hispano-marocaines », voir ci-dessous.

33 Eduard SOLER I LECHA, « Luces y sombras de la política mediterránea de Aznar », in Espa–a en Europa 1986-2004. Consulté sur http://selene.uab.es/_cs_iuee/catala/obs/m_presentacion.html.

34 Richard GILLESPIE, « The Valencia Conference : Reinvigorating the Barcelona Process ? », Mediterranean Politics, vol. 7, n° 2, p. 105-114.

35 Iván MARTÍN, « La nueva política de Vecindad de la Unión Europea : ¿hacia un espacio económico hispano-magrebí ? », op. cit., p. 507.

36 Voir Esther BARBÉ, « La política europea de España 2003-2004 », Working Paper n° 59, juin 2004 Observatori de Política Exterior Europea, http://selene.uab.es/_cs_iuee/catala/obs/m_working.html.

37 Véase Ana I. PLANET et Miguel H. DE LARRAMENDI, « Maroc-Espagne : la crise de l’îlot Persil », in Rémy LEVEAU (dir.), Afrique du Nord- Moyen Orient. Espace et Conflits, 2003, Paris, La Documentation française, p. 133-140.

38 Voir Cárlos YÁRNOZ, « Francia bloquea una nota de la UE en favour de España para no dañar las relaciones con Rabat », El Pa’s, 18/7/2002, et O.J. MONAR, « The CFSP and the Leila/ Perejil Island Incident : The Nemesis of Solidarity and Leadership », European Foreign Affairs Review, n° 7 (3), 2002.

39 Esther BARBÉ et Laia MESTRES, « National Report Spain », in CFSP Watch Annual Report 2005, Fornet, consulté sur http://www.fornet.info.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miguel Hernando de Larramendi, « La politique étrangère de l’Espagne envers le Maghreb. De l’adhésion à l’Union européenne à la guerre contre l’Iraq (1986-2004)  », L’Année du Maghreb, I | 2006, 27-43.

Référence électronique

Miguel Hernando de Larramendi, « La politique étrangère de l’Espagne envers le Maghreb. De l’adhésion à l’Union européenne à la guerre contre l’Iraq (1986-2004)  », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 28 août 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/274 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.274

Haut de page

Auteur

Miguel Hernando de Larramendi

Université de Castilla-La Mancha

Articles du même auteur

Haut de page