Navigation – Plan du site
Études inédites

« Du passé faisons table rase » ? Recompositions élitaires, nouvelles hiérarchies socipolitiques et luttes autour des valeurs dans la Tunisie post-dictature

Trois études inédites
Vincent Geisser
p. 167-168

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Dans le sillage de la Révolution du 14 janvier 2011, la Tunisie est redevenue un « terrain privilégié » pour les sciences sociales, dont le développement avait été jusque-là fortement limité par le contexte sécuritaire et la politique de censure frappant les milieux de l’enseignement et de la recherche, préservant tout de même certains espaces académiques comme les études anthropologiques, historiques ou littéraires qui paraissent avoir moins pâties des contraintes imposées par le régime autoritaire. Les changements sociopolitiques consécutifs à la « chute » de la dictature ont produit un « effet libérateur » sur les recherches en sciences humaines et sociales, se traduisant par une profusion d’études et de travaux conduits à la fois par des chercheurs locaux mais aussi par de nombreux chercheurs étrangers, pour qui la Tunisie est (re)devenue un terrain d’inspiration inépuisable, sur lequel il est possible désormais d’expérimenter toutes sortes d’approches, d’hypothèses et de problématiques. Jusqu’à présent, le renouveau des recherches en sciences sociales a surtout concerné les objets politiques et institutionnels, liés à l’agenda de la « transition » (science politique, sociologie des organisations et des mouvements sociaux, droit, etc.), exprimant le désir conscient ou inconscient des chercheurs d’accompagner la démocratie tunisienne naissante et d’en souligner à la fois les points forts et les faiblesses, comme pour mieux exorciser les fantômes du passé autoritaire.

2Au fil de ses livraisons, L’Année du Maghreb, a d’ailleurs largement rendu compte de ces transformations sociopolitiques dans la Tunisie du temps présent, à la fois à travers les chroniques, les gros-plans et les études analytiques. Depuis 2011, plus d’une dizaine d’articles sur la Tunisie ont été publiés par des auteurs coutumiers de l’AM mais aussi par de nouvelles plumes qui ont ainsi participé au regain d’intérêt scientifique pour le pays que d’aucuns considèrent comme le « pionnier » des mouvements protestataires et démocratiques au Maghreb et au Machrek. Bien la séquence institutionnelle de la transition soit loin d’être close et que planent encore de nombreuses incertitudes et interrogations sur l’avenir de « l’expérience tunisienne », le temps est venu d’une réflexion plus distanciée, pensant les changements politiques en étroite interaction avec les enjeux sociétaux, comme les bouleversements des hiérarchies liées aux valeurs, aux pratiques culturelles et linguistiques, mais aussi aux « marges » de l’espace tunisien (rapport centre/périphéries, études localisées...).

3C’est dans cette perspective que nous avons choisi de rassembler dans ce numéro de L’Année du Maghreb trois études inédites qui abordent la question du « politique  autrement » par le biais de la fabrication des normes (Stéphanie Pouessel), de l’émergence insoupçonnée du « local » dans la production des nouvelles formes de légitimité élective (Déborah Perez) et des stratégies de scolarisation des anciennes et des nouvelles élites sociopolitiques (Emilie Pontanier). Sur tous ces sujets, les auteures contribuent à bousculer nombre d’évidences et d’idées reçues, mettant l’accent sur les phénomènes d’hybridation des normes, de brouillage des frontières élitaires, voire sur les paradoxes culturels apparents d’une transition sociétale, qui semble avoir précédée de plusieurs dizaines d’années la transition politique et institutionnelle en cours, la Révolution n’ayant été finalement que la révélation de transformations sociales en profondeur s’inscrivant sur le temps long.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Geisser, « « Du passé faisons table rase » ? Recompositions élitaires, nouvelles hiérarchies socipolitiques et luttes autour des valeurs dans la Tunisie post-dictature », L’Année du Maghreb, 14 | 2016, 167-168.

Référence électronique

Vincent Geisser, « « Du passé faisons table rase » ? Recompositions élitaires, nouvelles hiérarchies socipolitiques et luttes autour des valeurs dans la Tunisie post-dictature », L’Année du Maghreb [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2749 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2749

Haut de page

Auteur

Vincent Geisser

Chargé de recherche, Cnrs, Iremam, Aix-Marseille Univ, CNRS-IREMAM, F 13000, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page