Navigation – Plan du site

Dossier de recherche 18 | 2018-I : Économies morales et controverses publiques

Imed MELLITI et Loïc LE PAPE

Pour aborder les dynamiques de conflit qui traversent l’ensemble du Maghreb aujourd’hui, le concept « d’économies morales » peut générer une plus-value heuristique considérable pour analyser la place des jugements moraux dans l’espace public. Les pays du Maghreb sont traversés par des processus différents de recomposition des pactes nationaux et des principes qui commandent le vivre-ensemble. Au sein de ces processus, la montée de l’hétérogène n’est pas seulement politique et idéologique, elle est aussi une exacerbation des tensions morales. L’espace public contemporain au Maghreb se caractérise par une économie morale surplombante, imposée par une langue de bois officielle, par les appareils de l'État, et par une société civile qui leur est largement assujettie. Mais on trouve aussi d'autres économies morales, plus éclatées, davantage spécialisées, réservées ou réduites au silence, où se télescopent les registres et les répertoires d’évaluation. La prolifération des « affaires » témoigne de l’éclatement et de l’affrontement entre ces registres.

Mais qu’entendons-nous par « économies morales » et quel serait l’apport de ce concept dans l’intelligence des enjeux qui configurent actuellement l’espace public maghrébin ? L’idée autour de laquelle se noue une première acception des économies morales consiste en la reconnaissance de « l’impureté de la morale » (Fassin, Eideliman, 2012) et de son intrication ontologique avec d’autres dimensions de la réalité sociale. Notre approche privilégie les dimensions sociales, économiques et politiques à travers l’analyse des modes d’inscription et d'expression des jugements moraux dans l’espace public. Nous étudions notamment les inscriptions au sein de trames de normativité et de logiques d’évaluation situées historiquement, qui sont vouées à se moduler en fonction des échelles, des référents et des contextes, traduisant d’une part l’indétermination du fait moral et, d’autre part, l’existence de « morales locales ».

Un détour par l’historique du concept est éclairant. Dès sa naissance chez Edward P. Thompson (1963), son intérêt a consisté à introduire une dimension « morale » dans une lecture marxiste de l’histoire sociale des milieux populaires, en offrant la possibilité de sortir d’une formulation des enjeux des luttes sociales en termes de redistribution, d’intérêt économique ou de besoins, vers quelque chose de plus fondamental et de plus structurant, car situé au niveau symbolique. L’approche initiée par E. P. Thompson prend pour hypothèse l'idée qu'il ne faut pas se contenter de prendre la mesure de l’accès à toutes sortes de ressources ou de biens comme paramètre déterminant de l’explication sociologique des troubles politiques (ce que Thompson appelle une « vision spasmodique des révoltes »), mais de mettre l’accent sur sa traduction ou sa projection dans l'espace public et dans les processus de définition de ce qui est considéré comme mérité ou non, comme juste ou injuste, comme moral ou immoral. Dans des usages plus récents, notamment chez James Scott (1990) ou Laurraine Daston (1995), le concept d’économie morale est recentré sur la dimension évaluative et non strictement normative et, plus exactement, sur l’intrication des éléments évaluatifs et affectifs. Les « économies morales » seraient ainsi un « réseau de valeurs saturées d’affects » (Daston, 1995) qui explique l’« indignation » ou la « rage » et justifie la mobilisation ou l’investissement de l’espace public. Malgré les avertissements de Johanna Siméant (2010), nous pensons que la notion d'économie morale peut être mobilisée dans l'étude des transformations du Maghreb (voir Bono, Hibou, Meddeb et Tozy, 2015). En reprenant à notre compte le projet d’une sociologie et d’une anthropologie des économies morales proposé par Didier Fassin (2009 ; 2012), il nous semble important de centrer l’analyse respectivement sur les acteurs qui mobilisent et procèdent à l’invention et à la gestion de ces économies au Maghreb et sur la transformation des valeurs, des normes et des émotions qui les accompagnent.

Axe 1 – Les controverses morales et leurs « raisons » : intrication des répertoires, variation des échelles

Il s’agira dans cet axe de savoir comment un ensemble de valeurs, de sentiments et d’émotions s’impose comme dominant et légitime dans un cadre historique et politique particulier, et de se demander comment cet ensemble est approprié par les acteurs sociaux en fonction des situations dans lesquelles ils sont pris. La pertinence du concept d’économie morale est d’autant plus grande que la caducité des approches culturalistes rend nécessaire la prise en compte de la diversité des référents d’évaluation et emboîtement des échelles analytiques. Sont ici attendues des propositions d'articles sur les interpénétrations des espaces publics national et international et les mobilisations de valeurs qui les traversent (Droits de l’homme, raisons humanitaires, conceptions éthiques et morales de la politique), sur la description de logiques institutionnelles, communautaires ou corporatistes dans un pays ou une région, sur l'expérience quotidienne. Parmi les thématiques possibles, nous proposons de réfléchir sur certaines des tensions constitutives des espaces publics démocratiques : les questions de l'argent et de la régulation des pratiques financières et politiques ; la liberté de mœurs, les problèmes bioéthiques et leurs contestations ; les politiques publiques dans leur rapport aux modèles de justice sociale ; la question de l'art et de la liberté d'expression et de créativité ; le blasphème et la critique sociale, etc.

Axe 2 - La morale dans l’espace public et politique : enjeux, institutions et acteurs

Au-delà des acteurs ordinaires, quels sont aujourd’hui au Maghreb les « entrepreneurs de la morale » les plus performants : hommes de religion, politiques, idéologues, administrateurs, etc. ? Quel rôle jouent-ils dans la configuration des espaces publics maghrébins ? Selon quelles lignes de clivage et en fonction de quelles raisons (juridique, religieuse, humanitaire, médicale, etc.) se définissent le juste et l’injuste ; le tolérable et l’intolérable ; ce que l’on peut accepter et ce qui dépasse la mesure ? La réflexion sur l’expression publique des jugements moraux au Maghreb peut se faire à la fois par le biais de l’analyse des controverses publiques et par celle de la gestion politique des dilemmes moraux. Des objets très divers sont à même de l’alimenter : la définition de la « juste peine » et le fonctionnement moral de l’ordre pénitencier ; les politiques migratoires ciblant les subsahariens en transit vers l’Europe ; la gestion politique et les controverses relatives à la conversion religieuse ; la multiplication des procès et les acteurs de la judiciarisation de la vie politique ; l'émergence de nouvelles « institutions morales » (Maisons de Fatwa, organisations de surveillance démocratiques, pratiques du vigilantisme dans des quartiers, etc.).

Nous attendons des contributions de 40 000 signes max, qui présentent à la fois un terrain ou un corpus précis et circonscris et une première réflexion sur l'utilisation du concept d'économie morale. La procédure d'évaluation des contributions est consultable sur le site de la revue.

Bibliographie indicative

Luc Boltanski, Elisabeth Claveie, Nicolas Offenstadt, Stéphane Van Damme, (dir.), 2007, Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock.

Irène Bono, Béatrice Hibou, Hamza Meddeb, Mohamed Tozy, 2015, L’État d'injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie, Paris, Karthala, coll. « recherches internationales ».

Lorraine Daston, 1995, « “The Moral Economy” of Science », Osiris, n° 10, pp. 2-24.

Didier Fassin, 2009, « Les économies morales revisitées », Annales HSS, novembre-décembre, n°6, pp. 1237-1266.

Didier Fassin, Jean-Sébastien Eideliman (dir.), 2012, Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Edward P. Thompson, 1963, The Making of the English Working Class, Londres, Penguin Books.

Edward P. Thompson, 1971, « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », Past and Present, 50 , pp. 76-136.

James Scott, 1990, Domination and the Arts of Resistance. Hidden Transcripts, Yale, Yale University Press.

Johanna Siméant, 2010, « "Économie morale" et protestation - détours africains », Genèses, 2010/4, n° 81, p. 142-160.

Calendrier prévisionnel du dossier

Publication appel à contribution : 8 décembre 2016
Retour des propositions (résumés) : 31 janvier 2017
Mi-février : réponse sur l’acceptation ou non des propositions
Début juillet : Comité de rédaction pour déterminer les rapporteurs
Date limite d’arrivée des textes : 15 juillet 2017
Date limite de retour des évaluations : 15 octobre 2017
Date limite de retour des textes après évaluation : 15 janvier 2018
Remise des textes définitifs : 15 février 2018
Sortie du numéro : 15 juin 2018

Procédure de soumission

Les propositions de contribution sont à envoyer à la Rédaction de L’Année du Maghreb en cliquant sur le lien d’accès au formulaire de soumission de proposition en ligne,
avant le 31 janvier 2017.