Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : L'espace euro-maghrébin : des hommes au péril des politiques

Les relations bilatérales et multilatérales du Portugal avec le Maghreb

Veronica Martins
p. 45-56

Texte intégral

  • 1  « Le Portugal est méditerranéen par nature, atlantique par sa position », Pequito Rebelo, « A Terr (...)

« Portugal é Mediterrâneo por natureza, atlântico por posição1 »

1Évoquer l’Afrique dans le cadre des relations extérieures du Portugal, c’est renvoyer inévitablement aux pays de langue officielle portugaise. Mais, bien que ces derniers n’aient cessé d’être une priorité dans la politique étrangère du Portugal, ils ne sont pas non plus son seul espace de projection.

2Les relations luso-méditerranéennes sont très anciennes puisque la présence maure au Portugal remonte au VIIIe siècle avec l’invasion de Tarik (711) et ne prend fin qu’en 1249-50 avec la reconquête du royaume de l’Algarve, laissant un patrimoine culturel très important dans le Sud du Portugal. De même, en 1415, les Portugais, pionniers de la première globalisation, sont partis à la conquête de l’Afrique du Nord, parvenant à occuper Alcácer Ceguer (Ksar-es-Segir) (1459), Tanger (1471) et Arzila (1471). Cette région était considérée comme une zone stratégique pour le contrôle de l’espace maritime (triangle mer du Nord, Méditerranée et Atlantique Sud) et comme une source de profit. Cependant, les Portugais, qui ont occupé tout le littoral africain, n’ont pas été plus avant en Méditerranée.

3Si, pendant plusieurs siècles, son empire colonial en Afrique subsaharienne, en Amérique du Sud et en Asie semble avoir détourné le Portugal de la région méditerranéenne et du Maghreb, les relations luso-maghrébines ont pris, avec l’adhésion du Portugal à la Communauté européenne, un nouvel élan qui place le Maghreb dans les zones d’importance stratégique pour le pays.

4Comment caractériser ces relations entre le Portugal et le Maghreb ? La politique étrangère du Portugal fait-elle preuve de cohérence ou est-elle marquée par les contradictions ? En direction du Maghreb, elle se traduit avant tout par une intensification et une consolidation des relations bilatérales et par un engagement actif au niveau multilatéral. Après avoir tracé le cadre général de la politique méditerranéenne du Portugal, nous analyserons les relations multilatérales avec le Maghreb, puis les relations bilatérales avec le Maroc, la Tunisie et finalement l’Algérie. Bien que les résultats ne semblent pas être toujours à la hauteur des engagements, les relations luso-maghrébines vont vers un approfondissement progressif et durable.

L’émergence de la dimension méditerranéenne dans la politique étrangère portugaise

5Avant la « Révolution des Œillets » en 1974, la politique étrangère du Portugal était orientée prioritairement vers la défense des territoires coloniaux, d’où sa dimension maritimo-atlantiste, soumise à des considérations géostratégiques, malgré l’intérêt manifesté également par le gouvernement de Marcelo Caetano à l’Europe, pour des considérations économiques.

6L’émergence de l’État démocratique, associée à la fin de l’État colonial, a provoqué des changements dans les priorités de la politique étrangère portugaise, qui est dorénavant dominée par une volonté d’intégration politique et économique au niveau européen.

7Dans une première phase, la politique étrangère du Portugal démocratique a privilégié la dimension européenne sans renoncer à une dimension atlantique (participation au Traité de l’Atlantique Nord au niveau multilatéral et relations avec les États-Unis et les pays lusophones au niveau bilatéral).

8L’adhésion à la Communauté européenne en 1986 a marqué le début d’une deuxième phase, clairement conditionnée par la participation du pays à l’espace européen. Dans celui-ci, le jeune État démocratique trouve un appui politique, mais aussi économique et diplomatique qui lui apporte les moyens nécessaires à une plus grande affirmation internationale. Si donc l’intégration dans le bloc européen est devenue une dominante de la politique étrangère du Portugal démocratique, un aspect distingue cependant les deux phases. Après la consolidation de la présence de leur pays dans l’Europe communautaire, les dirigeants portugais entendent aussi diversifier les relations extérieures du pays afin de promouvoir sa projection internationale dans le monde.

  • 2  Voir à ce propos le discours de l’ancien Premier ministre, Aníbal Cavaco e Silva : « Bien que l’on (...)

9Le développement des relations avec les pays maghrébins s’insère dans cette stratégie de diversification diplomatique. Toutefois, à l’instar de ses partenaires du sud de l’Europe, d’autres facteurs contribuent à cet intérêt croissant du Portugal pour le Maghreb, notamment la proximité géographique avec une région relativement instable aux niveaux politique, économique et social, mais d’une grande importance en ce qui concerne l’approvisionnement énergétique. Il faut y ajouter le besoin d’équilibrer avec le sud de la Méditerranée l’intérêt communautaire croissant en direction de l’Europe de l’Est2.

10Le Portugal partage l’idée selon laquelle la sécurité européenne dépend de la sécurité de la Méditerranée et que celle-ci dépend à son tour du développement socio-économique de la région. Le Maghreb est perçu comme une source de menaces de nature non-militaire, où le sous-développement économique est à l’origine de mécontentements sociaux qui favorisent, en particulier chez les jeunes chômeurs, la diffusion de l’islamisme politique et l’émigration vers les pays européens.

11Le développement des relations avec les pays du Maghreb est également lié à des facteurs plus spécifiques, comme la disparition de la rivalité avec les intérêts de l’Espagne au Maghreb. En outre, le Portugal a l’avantage d’être un pays sans traumas coloniaux ni revendications territoriales dans la région et il ne souffre pas vraiment de pressions migratoires en provenance des pays maghrébins. Le Portugal est loin de se considérer menacé sur ce point : en 1999, il n’y avait au total que 91 citoyens algériens, 336 Marocains3et 27 citoyens tunisiens4qui résidaient au Portugal. En 2004, nous pouvons constater une légère augmentation, mais rien d’important avec 138 Algériens, 889 citoyens Marocains et 61 Tunisiens5. Bien que les données se réfèrent aux immigrants légaux, la population maghrébine vivant dans la clandestinité n’est en aucun cas sujet de polémique nationale en ce qui concerne le chômage ou la sécurité intérieure.

12La nouvelle dimension de la politique étrangère portugaise en direction du Maghreb se manifeste non seulement dans les discours politiques, mais aussi dans des actions concrètes, aussi bien au niveau multilatéral que bilatéral.

Le cadre multilatéral des relations luso-maghrébines

  • 6  VASCONCELOS, A., « A Europeização da Política Externa », 1994 (traduction de l’article « Portugal  (...)

13Les initiatives de dialogue et de coopération avec les pays tiers méditerranéens se sont multipliées, sous l’influence des pays européens du sud de l’Europe, en particulier l’Espagne, l’Italie et la France. Depuis la fin des années 1980, le Portugal a également participé à ces initiatives. Il faut toutefois faire une distinction entre la politique euro-méditerranéenne et les initiatives promues dans d’autres cadres. D’une part, l’inclusion du Maghreb sur l’agenda de la politique étrangère portugaise est directement liée à l’adhésion du Portugal à la Communauté européenne6, qui lui permet de potentialiser les relations avec les pays de cette région. D’autre part, le développement des relations luso-maghrébines en dehors de l’Union européenne répond à une stratégie de diversification des relations diplomatiques et de renforcement des liens bilatéraux.

  • 7  Partido Socialista. Cimeira Marrocos/Portugal. Acordos e Investimentos : Cooperação solidária. htt (...)

14Le Portugal a soutenu la mise en place d’une politique euro-méditerranéenne ambitieuse. En adhérant à la Communauté européenne en 1986, il a été inclus dans la « Politique Méditerranéenne Globale », puis dans la « Politique Méditerranéenne Rénovée » en 1990. Le Portugal a appuyé la réalisation de la Conférence de Barcelone qui a eu comme précédent, entre autres, la Déclaration sur les relations euro-maghrébines approuvée en 1992 par le Conseil européen de Lisbonne. Les premières années d’adhésion ont exigé un gros effort d’adaptation et d’accompagnement de l’agenda européen, mais une fois consolidée sa position au sein de l’Union européenne, le Portugal a coparrainé l’initiative de relance du processus de Barcelone lors de sa deuxième présidence de l’UE en 2000, au cours de laquelle le Conseil européen a adopté la Stratégie Commune pour la Région de Méditerranée. Il a veillé aussi à être associé à toutes les rencontres multilatérales en Méditerranée. De même, lors du Ve Sommet luso-marocain, en septembre 1999, le Portugal avait manifesté sa volonté d’ « être solidaire avec le Maroc » dans les efforts pour faire du bassin méditerranéen un « espace de paix et développement »7.

15Le Portugal adhère à l’analyse selon laquelle le Processus de Barcelone serait « paralysé » par le blocage du processus de paix au Moyen-Orient. Cette situation explique la continuation ou même la « résurrection » d’autres fora de dialogue qui, sans cela, auraient déjà été absorbés par le processus de Barcelone.

  • 8  Joaquim TRIGO DE NEGREIROS, « Mediterrâneo e Médio Oriente no quadro da Política externa portugues (...)

16Par contre, les responsables politiques portugais ne soutiennent guère l’opinion assez répandue selon laquelle deux approches euro-méditerranéennes distinctes s’opposeraient au sein de l’Union européenne, celle des Européens du Sud et celle de l’Europe centrale et septentrionale. S’il est vrai que les premiers – Portugal, Espagne, France, Italie et Grèce – accordent beaucoup d’importance aux relations avec l’autre rive de la Méditerranée, dont ils sont géographiquement très proches, il faut constater que certains pays du Nord, comme l’Allemagne, sont également très sensibles à la problématique méditerranéenne, en raison notamment de la présence d’importantes communautés maghrébines ou turques8.

17Conscient de la dilution de son poids spécifique dans un espace aussi large que le Processus de Barcelone, le Portugal a parié sur la revitalisation d’instruments de dialogue politique multilatéral dont la dimension plus restreinte accorde une plus grande visibilité à la contribution portugaise.

  • 9  Le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie, la Grèce, Malte, la Turquie, l’Algérie, la Tunisie, l (...)

18Ainsi, l’attention de Lisbonne s’est portée en direction du Forum méditerranéen et du Dialogue 5 + 5. Le Portugal a été impliqué, dès 1988, dans le dialogue 5 + 5 et il a participé, en 1991, à Alexandrie, au lancement du nouveau Forum pour le Dialogue et la Coopération dans la Méditerranée, qui se veut un espace informel de réflexion et de dialogue entre 11 pays9convaincus de leur appartenance méditerranéenne. Lisbonne a été choisi pour tenir la deuxième réunion de ce Forum. Cette initiative n’inclut ni Israël ni l’Autorité palestinienne, ce qui rend le dialogue politique plus facile. Le Portugal a suggéré l’adoption d’un modèle considérablement rénové pour les réunions annuelles. L’objectif est de transformer cet espace de dialogue politique en un « club de réflexion », selon un modèle déjà testé dans les rencontres globales qui ont lieu à Davos. En présentant cette proposition, Lisbonne a pris le soin de préciser qu’il ne s’agissait pas de transformer le Forum en un rival du Processus de Barcelone. Le Forum pour la Méditerranée servirait plutôt de « source d’inspiration » du Processus de Barcelone, en favorisant une réflexion politique qui est difficilement réalisable au sein de ce dernier.

  • 10  J. A., GAMA, Pol’tica externa portuguesa : 1999-2002, Lisbonne, Instituto Diplomá-tico, Ministério (...)

19En 2000, le Portugal a assuré la présidence du Forum pour la Méditerranée. À l’occasion de la 7e réunion ministérielle annuelle qui a eu lieu sur l’île de Madère en mars 2000, le ministre des Affaires étrangères, Jaime Gama, a proposé l’établissement et l’institutionnalisation d’un Forum de la Méditerranée global ainsi que l’attribution de prix euro-méditerranéens décernés aux personnalités qui, dans le domaine politique, économique, social et culturel, se distingueraient au service du développement et de l’affirmation de la région à l’échelle internationale10.

20De son côté, le Dialogue 5 + 5 avait été bloqué à la suite de l’attentat de Lockerbie qui avait mis en cause la participation de la Libye. Les progrès réalisés sur ce dossier et le retour de la Libye dans le jeu international ont créé les conditions pour la relance du Processus de Coopération en Méditerranée occidentale. Motivé par la perspective de pouvoir « ressusciter » un espace de dialogue où sa voix se fait entendre plus distinctement qu’au sein du Processus de Barcelone, le Portugal a assumé clairement cette cause, en accueillant en janvier 2001 une réunion de relance du dialogue 5 + 5 et en avançant une proposition pour changer l’intitulé de cette instance : au lieu du Dialogue 5 + 5, pourquoi ne pas parler plutôt de Dialogue « à 10 » ?

  • 11  NEGREIROS, op. cit.

21Cette suggestion est portée par la référence à une identité propre à la Méditerranée occidentale, qui la distinguerait des régions limitrophes et qui rassemblerait les pays qui en font partie, indépendamment de la rive sur laquelle ils se situent. La présence de traits et liens culturels spécifiques, ainsi que l’identification d’une problématique propre à la Méditerranée occidentale sont d’ailleurs des raisons avancées pour justifier la relance du processus 5 + 511. Mais, pour le moment, la suggestion n’a pas été retenue ce qui signifie d’une certaine façon que la Méditerranée continue à être perçue comme une frontière entre deux mondes.

22Dans le cadre de l’OTAN, le Portugal a proposé un partenariat pour la Paix entre les pays de la Méditerranée et a participé à la mission MINURSO, dont il a assuré le commandement.

Le cadre bilatéral des relations luso-maghrébines

23La déclaration de l’ancien ministre des Affaires étrangères, António Martins da Cruz, lors de la clôture des travaux de la 2e Journée Arabe en octobre 2003 illustre bien les motifs qui poussent le Portugal à attribuer une grande importance à la Méditerranée :

  • 12  CRUZ, António Martins da, Encerramento dos trabalhos da II jornada árabe, Lisbonne, 2003.

« Le voisinage géographique avec les pays du Maghreb ; l’importance de la culture arabe et le poids démographique des pays arabes ; les relations économiques croissantes que nous avons avec ces pays, leur importance dans la recherche de la paix et de l’équilibre mondiaux. Nous devons aussi ajouter la connaissance de l’influence arabe au Portugal, surtout dans notre culture, notre langue avec tous ces mots que nous continuons à utiliser dans la littérature, dans l’art (les azulejos), dans l’architecture, la musique, la gastronomie, ainsi que les bénéfices civilisateurs qui résultent de la coopération culturelle et scientifique entre l’Europe et les peuples arabes au Moyen Âge12. »

  • 13  « Le Gouvernement développera des relations avec le monde arabe sur les plans diplomatique, cultur (...)
  • 14  La première visite officielle de Jaime Gama, ancien ministre des Affaires étrangères portugais, fu (...)

24La volonté de développer des relations bilatérales avec la région du Maghreb est expresse dans les programmes gouvernementaux depuis le IXe Gouvernement constitutionnel (1983-1985)13. Sur le plan bilatéral, les relations avec les pays maghrébins sont illustrées par la signature de Traités d’amitié, de bon voisinage et de coopération. Toutefois, alors qu’un Traité d’amitié a été signé avec le Maroc14en 1994, il a fallu attendre juin 2003 pour faire de même avec la Tunisie et janvier 2005 pour conclure un tel traité avec l’Algérie, lors de la visite officielle à Alger de l’ancien Premier ministre Pedro Santana Lopes. En signant ces traités d’amitié, les trois pays maghrébins ont rejoint le Brésil, l’Espagne et la France, pays avec lesquels le Portugal tient des sommets annuels bilatéraux. Dans le cas de la Tunisie, la résolution du Conseil des ministres approuvant le Traité n’a été adoptée qu’en juin 2005 et donc aucun sommet bilatéral n’a encore eu lieu.

Les relations luso-marocaines

25Les circonstances géographiques et historiques ont fait du Maroc l’interlocuteur privilégié du Portugal au Maghreb. En 2004, les deux pays ont fêté leurs 230 ans de relations diplomatiques.

  • 15  Ier Sommet luso-marocain, 1995, Rabat ; IIe Sommet luso-marocain, 1996, Lisbonne ; IIIe Sommet lus (...)
  • 16  Groupe de travail Portugal-Maroc pour accompagner les questions relatives aux relations UE-Maroc a (...)
  • 17  À caractère non régulier dans les domaines de la défense, l’économie, la culture et les transports

26Après la visite du roi Hassan II au Portugal et ses entretiens avec Mário Soares, le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération a été signé en 1994. Il prévoit l’organisation régulière de sommets luso-marocains15. Les réunions annuelles entre les chefs de gouvernement, celles entre les directeurs généraux des ministères des Affaires étrangères, la mise en place des groupes de travail spécifiques16et des commissions mixtes17qui accompagnent les différents accords signés entre les deux États instituent des espaces de rencontre et de dialogue qui ont permis le passage des paroles aux actes.

27En matière de défense, un accord de coopération a été signé en septembre 1993. Il organise une coopération dans les domaines militaire (échanges au niveau de la formation et de l’entraînement, de l’expérience opérationnelle et de l’organisation), ainsi que dans les domaines technologiques et industriels liés à la défense. Malgré la diversité des projets dans ce secteur, le rythme de mise en œuvre d’actions concrètes de coopération est très lent, en raison notamment du manque de ressources financières.

  • 18  Gabinete de Estratégia e Estudos do Ministério da Economia e da Inovação. Comér-cio internacional (...)

28Les relations économiques sont nettement plus développées. En effet le Maroc est le premier marché d’exportation portugais vers le Maghreb. Depuis le milieu des années 1990, on constate une diversification des secteurs de coopération : agriculture et pêche, industrie, commerce, travaux publics, énergie, géologie et mines, transports, équipements, technologies de l’information, environnement, artisanat, tourisme. Le Maroc est un partenaire économique significatif pour le Portugal, au niveau commercial comme en matière d’investissement portugais à l’étranger. La balance commerciale avec le Maroc est traditionnellement favorable au Portugal, avec un solde d’environ 87 millions d’euros en 2004. Les importations portugaises provenant du Maroc ont représenté 0,6 % du total des pays tiers et les exportations vers le Maroc 2,5 %18.

  • 19  Le contrat a été signé en mai 1998 à Rabat. Le consortium intègre EDP (30 %), la Pleïade (30 %), l (...)

29Contrairement à ce que l’on pourrait attendre, l’investissement portugais au Maroc est en baisse depuis 1999 avec seulement 52 millions d’euros d’investissement frais en 2003. La plus grande banque portugaise « Caixa Geral de Depósitos », a ouvert une ligne de crédit de 10 millions d’euros avec l’objectif de financer les exportations du Portugal vers le Maroc ainsi que les investissements portugais dans ce pays, y compris la création de « Joint-ventures » luso-marocaines. La Compagnie Portugal-Telecom est associée au deuxième opérateur de réseau mobile du consortium MEDI TELECOM avec 40 % des parts de marché. De même, en juillet 2005, l’opérateur mobile MEDITEL, contrôlé par Portugal Telecom et la société espagnole Telefónica a obtenu une licence pour la création d’un réseau fixe de communication. Signalons également un des plus gros investissements portugais à l’étranger avec la participation de la Pleïade et d’EDP dans un consortium luso-hispano-marocain pour fournir et distribuer l’électricité, l’eau et gérer l’assainissement dans les zones métropolitaines de Rabat, Salé Skhirat-Temara19.

30La pêche est un secteur moins favorable pour le Portugal puisque la flotte portugaise (orientée vers la mono-capture) est plutôt fragile et ne partage pas les intérêts d’une grande partie des pays de l’UE. Ne pouvant pas pêcher dans les eaux marocaines (puisque l’accord de pêche UE-Maroc qui a expiré en 1999 n’a été reconduit qu’en juillet 2005, mais ne sera concrétisé qu’en mars 2006), les pêcheurs portugais, qui sont victimes d’un excès de capture dans leurs eaux territoriales et dont la flotte est trop faible pour s’aventurer illégalement dans les eaux territoriales marocaines, doivent rechercher d’autres destinations de pêche.

31Au niveau culturel, les relations entre le Portugal et le Maroc sont gérées essentiellement par l’Institut Camões, organisme lié au ministère des Affaires étrangères, qui compte parmi ses objectifs la divulgation de la langue et de la culture portugaises. Plusieurs accords ont été signés avec le Maroc, dont le premier a été l’accord culturel et scientifique de 1978. Des accords ont également été conclus pour créer un centre culturel portugais à Rabat en 2002 et un pôle culturel à Casablanca en janvier 2004. De même, l’Institut Camões attribue des bourses d’étude à des étudiants marocains, tandis que les universités d’Évora et de l’Algarve proposent des cursus d’études arabes.

32Au total, le Maroc a donc été considéré par le Portugal comme sa principale porte d’entrée dans la région maghrébine.

Les relations luso-tunisiennes

33Les relations bilatérales entre le Portugal et la Tunisie sont excellentes, bien que perçues très différemment de celles établies avec le Maroc. Les relations diplomatiques sont plus récentes et la Tunisie est plutôt considérée comme un marché émergent et une destination intéressante pour les entrepreneurs et investisseurs portugais dans le cadre d’une diversification des marchés.

34De son côté, le Portugal est perçu comme un pont qui rapproche la Tunisie de l’Union européenne. Les relations politiques avec le Portugal sont un moyen pour le gouvernement tunisien de compenser la relation privilégiée que les gouvernements portugais et marocains maintiennent depuis des décennies. Les relations luso-tunisiennes se sont intensifiées à partir de 1998 avec la visite du président Zine El Abidine Ben Ali en mai 2000, suivie de la visite officielle de Jorge Sampaio à Tunis en février 2002.

35Comme le Maroc (1994), la Tunisie a également signé un Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec le Portugal, à Tunis le 17 juin 2003, mais qui a tardé à entrer en vigueur. Ce traité a comme principal objectif l’approfondissement et l’élargissement de la coopération entre les deux pays par l’institutionnalisation de contacts politiques réguliers. Il prévoit des sommets annuels entre les chefs de gouvernement, des réunions semestrielles entre les ministres des Affaires étrangères et des consultations régulières entre secrétaires d’État et hauts fonctionnaires des deux parties, notamment dans les domaines de la sécurité et du désarmement, des affaires culturelles, des relations économiques et de la coopération.

36Dans le domaine de la Défense, le Portugal a conclu un accord de coopération avec la Tunisie en 1995 et les deux gouvernements ont signé en 2001 un protocole de coopération dans le domaine de l’Histoire militaire ainsi qu’un mémorandum d’accord entre les industries de défense. Plus récemment, en 2004, un protocole entre le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine de Tunisie et l’Institut Hydrographique de la Marine du Portugal a été signé sur la coopération scientifique et technique dans le domaine de l’hydrographie et l’océanographie. Les autorités tunisiennes manifestent un grand intérêt pour ce domaine.

37Les échanges commerciaux luso-tunisiens ne sont pas très importants et présentent de grandes fluctuations. À partir de 2000, les échanges reflètent le dynamisme des exportations portugaises (avec cependant une baisse en 2002), mais une contraction des importations qui passent de 415 millions d’euros en 1999 à 228 millions d’euros en 200320. La balance commerciale est favorable au Portugal depuis 2001, avec un solde de 30 millions d’euros en 2004, année pendant laquelle les importations et les exportations représentaient respectivement 0,2 % et 0,9 % du total des échanges du Portugal avec les pays tiers.

  • 21  Idem.

38Ces chiffres montrent bien la faiblesse du commerce entre les deux pays. En matière d’investissements, alors qu’on pourrait penser que l’investissement direct portugais est plus significatif au Maroc, un pic de l’investissement portugais en Tunisie a été constaté en 2000 avec 255 millions d’euros. Mais, à partir de 2002, les investisseurs portugais ont décidé de retirer une bonne partie de leurs investissements (moins 153 millions d’euros en 2002), tandis que la Tunisie n’investit plus au Portugal depuis 200021. Pour promouvoir et renforcer les investissements entre les deux pays, le Portugal et la Tunisie ont signé en 1994 un accord de promotion et protection réciproque des investissements, et une Convention pour éviter la double imposition et prévenir l’évasion fiscale en 2000. Vingt-six entreprises portugaises ont investi en Tunisie, dont cinq qui se sont installées en 2004 dans les secteurs du textile, de l’électronique, des emballages et moules. Des sociétés comme Cimpor, Secil, Grupo Amorim ou encore Engil sont de gros investisseurs en Tunisie.

39Du point de vue culturel, l’Institut Camões poursuit sa mission de diffusion de la langue et de la culture portugaises. Un accord culturel, scientifique et technique a été signé en 1992. Des réunions ont eu lieu pour accorder des bourses d’étude et étendre la formation de professeurs universitaires en vue d’élargir le cursus d’Études portugaises à Tunis. Un centre culturel portugais a été ouvert à Tunis en 2003, et, en septembre 2004, la présidente de l’InstitutCamões a signé un protocole avec l’université de Manouba afin de créer un centre de langue portugaise, unique au Maghreb et dans lequel sera proposé une maîtrise de langue et culture portugaises.

40Les deux pays ont une dimension semblable, ils sont proches géographiquement et ont subi l’influence des mêmes civilisations, ce qui représente de fortes motivations pour un rapprochement. La Tunisie possède un modèle économique équilibré et une stabilité socio-politique qui incite le Portugal à passer d’une approche commerciale à une approche privilégiant la coopération et le partenariat.

Les relations luso-algériennes

41L’Algérie est un des pays qui a accueilli des réfugiés politiques portugais pendant la période salazariste. Toutefois, les problèmes internes qui ont isolé l’Algérie pendant les années 90 n’ont pas favorisé le rapprochement des deux pays. Les rapports bilatéraux étaient inscrits dans un concept de « coopération globale » avec le Maghreb. Bien qu’un accord d’amitié et de coopération ait été signé entre Lisbonne et Alger en 1998, les relations entre les deux pays n’ont connu un nouvel essor qu’à partir de décembre 2003 avec la visite officielle effectuée par le président Jorge Sampaio à Alger, dans le but de développer un niveau de coopération semblable à celui que les Portugais avaient avec le Maroc et la Tunisie. En mai 2005, le président Abdelaziz Bouteflika s’est à son tour rendu à Lisbonne, ce qui constitue la première visite officielle d’un chef d’État algérien au Portugal.

42En janvier 2005, le Premier ministre Pedro Santana Lopes a également effectué une visite officielle à Alger, au cours de laquelle les deux États ont signé un Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération, qui permettra à l’Algérie de rejoindre le groupe de pays avec lesquels le Portugal organise des sommets bilatéraux entre chefs d’État et des rencontres de haut niveau entre les ministres des Affaires étrangères. Le Premier ministre portugais et le président algérien ont en outre défini une coopération dans les domaines économique, militaire, culturel et scientifique.

43Au niveau militaire, un accord de coopération dans le domaine de la Défense, signé le 31 mai 2005, prévoit des échanges d’informations, de formations et des exercices militaires. La dépendance très importante du Portugal à l’égard du gaz naturel en provenance d’Afrique du Nord renforce les préoccupations européennes sur la sécurité du transport énergétique via le gazoduc euro-maghrébin. Cette situation jouera certainement un rôle important dans le développement des rapports luso-algériens en matière de sécurité et de défense.

  • 22  Gabinete de estratégia e estudos do ministério da Economia e da Inovação. 2005. ComŽrcio internaci (...)

44Au niveau économique, à l’inverse de ce qui se passe avec le Maroc et la Tunisie, la balance commerciale du Portugal avec l’Algérie est déficitaire, avec un solde négatif qui n’a cessé de croître ces dernières années, pour atteindre 448 millions d’euros en 200422. Cette situation est due principalement à l’augmentation des importations qui ont plus que doublé par rapport à 2003. Elles représentent pour le Portugal 4,8 % du total des importations des pays tiers alors que les exportations vers l’Algérie ne représentent que 0,7 %. En 2004, les produits énergétiques (pétrole brut mais aussi raffiné, ainsi que gaz) ont représenté 98,6 % des importations d’Algérie. En 2002, 85 % de l’approvisionnement passait par le gazoduc euro-maghrébin, au détriment du transport maritime. Et, tandis que d’autres pays européens ont choisi de diversifier leurs sources d’approvisionnement en gaz naturel, le Portugal est resté exclusivement dépendant de l’Algérie, ce qui a provoqué dans le passé des ruptures d’approvisionnement.

45Les flux d’investissement entre les deux pays sont quasiment inexistants, à l’exception de petits investissements portugais en 1998, 1999 et plus récemment en 2003. Néanmoins, la visite du Premier ministre portugais à Alger en janvier 2005 a considérablement changé la situation. La liaison du Portugal aux gazoducs provenant d’Algérie est susceptible de donner une grande impulsion aux relations économiques et à la coopération entre les deux pays, au moment où le gouvernement algérien annonce le lancement d’un programme d’investissements publics s’élevant à 55 milliards d’euros jusqu’en 2009. Les secteurs concernés sont l’énergie, les travaux publics, les voies ferrées, les ports et aéroports, les télécommunications et le secteur bancaire. Lors de sa visite en juillet 2005, le ministre portugais de l’Économie a affirmé que l’Algérie était un pays prioritaire pour le gouvernement portugais et a annoncé l’achat supplémentaire d’un milliard de mètres cubes de gaz naturel algérien via le gazoduc euro-maghrébin, en plus des quatre milliards que le Portugal achetait déjà. La présence d’entreprises comme Galp, REN (Réseau Electrique National), CP (Chemins de fer Portugais) dans les secteurs de l’Énergie et des transports, ou encore Teixeira Duarte dans les travaux publics et l’Hôtellerie est désormais quasiment assurée en Algérie.

46Si les relations politiques, militaires et économiques ne se sont développées que très récemment, les relations culturelles sont plus anciennes. En effet, un accord culturel a été signé dès 1982. Il vient d’être remplacé par un accord de coopération culturelle conclu le 31 mai 2005, qui englobe l’éducation, l’enseignement universitaire, la recherche scientifique, la culture, la jeunesse, le sport et la communication sociale, ainsi que la langue, notamment l’enseignement du portugais en Algérie. Depuis 1996, l’Institut Camões apporte son soutien à l’université d’Alger pour l’enseignement de la langue portugaise et attribue des bourses aux étudiants de nationalité algérienne.


***

47Après une première phase d’institutionnalisation des relations bilatérales, le Portugal essaie aujourd’hui de consolider ses relations avec le Maghreb par des actions concrètes, mais il est peut-être trop tôt pour parler d’une politique maghrébine du Portugal. La priorité à l’Afrique lusophone demeure. Le degré d’institutionnalisation des relations (création de la Communauté des Pays de Langue Portugaise – CPLP) est bien plus avancé qu’avec le Maghreb. Toutefois, celui-ci est clairement devenu une zone prioritaire pour l’internationalisation de l’économie portugaise : même si le volume des échanges commerciaux n’est pas très important, tout indique que le gouvernement portugais cherche à les accroître. Dans le rapport au Maghreb, force est de constater, cependant, que la proximité géographique, un parcours historique commun et des relations politiques étroites font du Maroc un partenaire privilégié. Et, comme nous avons pu le constater, le Portugal n’a pas à se confronter à un passé colonial récent en Afrique du Nord, ni aux pressions de l’immigration clandestine qui pèsent sur d’autres pays méditerranéens (France, Espagne, Italie…).

48Contradictions ou cohérence ? Quelques avancées dans les relations euro-méditerranéennes ont été engagées à l’initiative du Portugal, qui ne semble pourtant avoir ni le poids diplomatique ni des intérêts suffisamment importants pour assumer cette mission. Ce n’est pas une contradiction. Il s’agit plutôt d’une stratégie où le Portugal cherche à clore le « capability-expectation gap » symptomatique de ses relations avec le Maghreb par une action dans le milieu européen. L’appartenance du Portugal à l’UE lui confère un poids diplomatique grandissant qu’il met au service du développement des relations bilatérales avec le Maghreb, pour renforcer la cohérence de sa stratégie de rapprochement avec cette région.

49Cependant, l’arrivée de M. Barroso à la tête de la Commission européenne n’a pas eu jusqu’à présent un grand effet sur la politique méditerranéenne et maghrébine du Portugal. Les principales préoccupations du président portugais de la Commission ont été l’Agenda de Lisbonne (dont l’efficacité est sérieusement contestée), la ratification du Traité constitutionnel et la négociation des questions budgétaires. Malgré la célébration du Xe anniversaire du processus de Barcelone, la politique euro-méditerranéenne ne semble pas avoir été considérée comme une priorité depuis le début de son mandat, et par conséquent n’a pas provoqué non plus un virage sensible, dans un sens ou dans l’autre, de la politique méditerranéenne et maghrébine du Portugal.

Haut de page

Notes

1  « Le Portugal est méditerranéen par nature, atlantique par sa position », Pequito Rebelo, « A Terra Portuguesa ».

2  Voir à ce propos le discours de l’ancien Premier ministre, Aníbal Cavaco e Silva : « Bien que l’on reconnaisse l’importance fondamentale des développements en cours à l’Est pour la sécurité européenne, le Portugal défend le besoin pour l’Europe de ne pas oublier son flanc sud, en particulier le Maghreb » (SILVA, 1994, p. 21). On pourra également consulter le discours de l’ancien Secrétaire d’État pour les Affaires européennes : « Le Gouvernement défend, et moi-même j’ai déjà eu l’opportunité de le souligner plusieurs fois lors des conseils d’affaires générales et des relations extérieures, que la frontière du Sud mérite autant ou même plus de priorité que celle de l’Est (Martins DA CRUZ, 2003).

3  Le Maroc et le Portugal ont signé un accord de coopération en matière de contrôle des frontières et des flux migratoires en 1999, à Tanger, même si les statistiques ne sont pas préoccupantes

4  Serviço de Estrangeiros e Fronteiras. Residentes por Distrito 1999. http://www.sef.pt/estatisticas/por_distritos_99.pdf.

5  Serviço de Estrangeiros e Fronteiras. Residentes por Distrito em 2004. http://www.sef.pt/estatiscas/por_distritos_04_new.pdf.

6  VASCONCELOS, A., « A Europeização da Política Externa », 1994 (traduction de l’article « Portugal : A Case for an Open Europe », in Christopher HILL (dir.), The Actors in Europe’s Foreign Policy).

7  Partido Socialista. Cimeira Marrocos/Portugal. Acordos e Investimentos : Cooperação solidária. http://www.partido-socialista.pt/accao/99/1032_09_1999/CIMEIRA.htm.

8  Joaquim TRIGO DE NEGREIROS, « Mediterrâneo e Médio Oriente no quadro da Política externa portuguesa », Anuário de Relações Exteriores, Eds Público e Universidade Autónoma de Lisbonne, juin 2002, p. 170-171.

9  Le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie, la Grèce, Malte, la Turquie, l’Algérie, la Tunisie, l’Égypte et le Maroc.

10  J. A., GAMA, Pol’tica externa portuguesa : 1999-2002, Lisbonne, Instituto Diplomá-tico, Ministério dos Negócios estrangeiros, 2002, p. 311-313.

11  NEGREIROS, op. cit.

12  CRUZ, António Martins da, Encerramento dos trabalhos da II jornada árabe, Lisbonne, 2003.

13  « Le Gouvernement développera des relations avec le monde arabe sur les plans diplomatique, culturel et commercial et donnera une particulière attention aux pays et aux peuples du Maghreb, région géographique dont la proximité et le voisinage justifient un plus grand contact et échange avec le Portugal ainsi que des initiatives plus décidées de la part de la diplomatie portugaise », Portugal Conselho de Ministros, Programa do IX governo constitucional, Lisbonne.

14  La première visite officielle de Jaime Gama, ancien ministre des Affaires étrangères portugais, fut au Maroc.

15  Ier Sommet luso-marocain, 1995, Rabat ; IIe Sommet luso-marocain, 1996, Lisbonne ; IIIe Sommet luso-marocain, 1997, Rabat ; IVe Sommet luso-marocain, 1998, Évora ; Ve Sommet luso-marocain, 1999, Tanger ; VIe Sommet Luso-marocain, 2001, Lisbonne ; VIIe Sommet luso-marocain, 2003, Rabat, VIIIe sommet luso-marocain, 2004, Sintra.

16  Groupe de travail Portugal-Maroc pour accompagner les questions relatives aux relations UE-Maroc au niveau des secrétaires d’États ; Groupe de Travail (hauts fonctionnaires) pour les questions de Politique internationale, défense et sécurité.

17  À caractère non régulier dans les domaines de la défense, l’économie, la culture et les transports.

18  Gabinete de Estratégia e Estudos do Ministério da Economia e da Inovação. Comér-cio internacional de Portugal com Marrocos. http://www.gee.min-economia.pt/resources/docsestatisticas/fp %202005/Marrocos-Jun-05.pdf.

19  Le contrat a été signé en mai 1998 à Rabat. Le consortium intègre EDP (30 %), la Pleïade (30 %), la Dragados espagnole (30 %) et l’Alborada marocaine (10 %). La concession pour la fourniture de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement représente un chiffre d’affaires de 1 654 milliards d’escudos (équivalent à 8,25 milliards d’euros). L’investissement prévu est de 1,26 milliard d’euros, le raccordement de 130 000 habitations au réseau d’assainissement, la dépollution de la zone en concession, la fourniture d’eau et électricité à 100 % de la population habitant la région concernée. Voir Francisco FERREIRA DA SILVA, « Negócio das Arábias », Expresso, 28 décembre 1998.

20  ICEP, 200, Ficha de Mercado Tunísia, Lisbonne, http://www.icep.pt.

21  Idem.

22  Gabinete de estratégia e estudos do ministério da Economia e da Inovação. 2005. ComŽrcio internacional de Portugal com ArgŽlia. http://www.gee.min-economia.pt/ resources/docsestatisticas/fp %202005/Arg %C3 %A9lia-Jun-05.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veronica Martins, « Les relations bilatérales et multilatérales du Portugal avec le Maghreb », L’Année du Maghreb, I | 2006, 45-56.

Référence électronique

Veronica Martins, « Les relations bilatérales et multilatérales du Portugal avec le Maghreb », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/276 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.276

Haut de page

Auteur

Veronica Martins

Doctorante en science politique et relations internationales à l’Université du Minho

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page