Navigation – Plan du site
Dossier : Profession journaliste
1. Les économies de la production de l'information

Note sur la régulation des médias en Algérie

Belkacem Mostefaoui
p. 25-28

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1L’examen de la régulation des métiers du journalisme et des entreprises médiatiques en Algérie présente des caractéristiques marquées par une tendance lourde : les « ouvertures contrôlées » (Mostefaoui, 2013) opérées par le régime politique, notamment depuis le début de la décennie 2000, les textes législatifs et réglementaires étant sans cesse bousculés par les réalités. Le droit à une information de qualité est aussi sans cesse malmené.

2Si aucune statistique fiable n’existe, les observateurs estiment, en 2016, que le nombre des journalistes algériens se situe entre 4000 et 6000. L’opacité quasi-totale à ce sujet est le fait essentiellement du trop grand nombre d’entreprises éditrices employant de jeunes journalistes pigistes sans aucune déclaration, ni au fisc ni aux organismes de protection sociale. Cela s’explique notamment par les logiques de montage des entreprises éditrices, tout particulièrement celles lancées depuis le début de la décennie 2000. Au nombre d’une cinquantaine, les télés commerciales offshore (ciblant l’Algérie et diffusées via les satellites) ont renforcé la tendance. De statut juridique a-légal, elles sont tolérées par les pouvoirs publics dans l’exercice de leurs activités, tant qu’elles ne contreviennent pas en particulier à la pérennisation du régime. Aucune régulation n’est exercée sur elles, à la fois au niveau des ressources financières et humaines, tant et si bien qu’elles renforcent les logiques en cours dans la presse écrite de droit privé. En août 2016, a été ainsi publié un décret disposant du Cahier des charges des « chaînes de télévision thématique », auquel les télés commerciales en exercice devraient souscrire pour disposer d’un agrément. Il sera intéressant d’étudier les jeux que développeront les propriétaires de ces médias, les pouvoirs publics et la nouvelle instance de régulation (Autorité de régulation de l’audiovisuel, ARAV), après cinq années de situation d’anomie qui aboutissent à l’émergence de flibustiers du domaine ayant partie liée avec de puissantes fractions du champ du pouvoir.

3Depuis l’année 2013, l’installation de la Commission nationale de la carte de journaliste est sans cesse annoncée par le ministère de la Communication. À l’automne 2016, elle n’est toujours pas mise en place. Le flou total caractérisant l’identification au niveau formel du nombre et de la diversité des statuts des personnels en activité dans la corporation vient brouiller davantage les identités professionnelles proprement dites. La profession est éclatée au moins à trois niveaux. Le premier tient aux différences très marquées entre les niveaux d’études ou/et de formation professionnelle des travailleurs du secteur. Avec les départs (assassinat et exil des années 90, retraite) des « anciens », les jeunes journalistes affichent des diplômes plus élevés, mais ils ont souvent un déficit de formation pratique au journalisme. Le second axe a un rapport avec les revenus des journalistes. Un large volant de main-d’œuvre de jeunes voyant en la profession un job ou l’accès à une « vocation » est fourni régulièrement par le système de l’Enseignement supérieur. Le troisième paramètre tient de l’idéal même investi dans le travail : entre gagne-pain et sinécure, les journalistes algériens n’ont pas encore construit les fondements d’une identité professionnelle en mesure de faire école et de fédérer les valeurs du journalisme.

4Sur le plan de l’organisation professionnelle, des structures se sont constituées dans la précipitation, et sans comparaison avec l’élan d’émancipation du Mouvement des journalistes algériens (MJA), activement impliqué dans les mouvements sociaux d’octobre 1988. Le potentiel de combativité de cette organisation n’a pas connu de sérieux rebondissements dans les décennies 1990 et 2000. Le Syndicat national des journalistes (SNJ), qui détient le monopole des capacités et combat de la corporation, a été réduit, en particulier depuis 2004, à de strictes annonces de « renouvellement d’adhésion » à l’orée de chaque 3 mai, journée internationale de la liberté de la presse, sans avoir réalisé ne serait-ce un congrès de bilan d’activités en une décennie. À l’orée du scrutin présidentiel d’avril 2004, les cercles promotionnels FLN du candidat Bouteflika (en exercice) ont créé une nouvelle structure organisationnelle à caractère syndical, la Fédération nationale des journalistes algériens (FNJA). Des journalistes y ont été cooptés pour piloter son « congrès constitutif ». De fait, le FNJA a été créé pour « torpiller » le Syndicat national des journalistes (SNJ), considéré plutôt acquis au candidat Ali Benflis, présenté comme un challenger sérieux de M. Bouteflika. Dès la réélection du président en exercice, la structure fut mise en veilleuse. Signe des temps, début juin 2011, le ministre de la Communication a invité, pour associer les professionnels au « changement », les représentants de ces coquilles vides à participer aux discussions sur un nouveau texte de loi, en excluant manu militari les représentants de l’Initiative nationale pour la dignité des journalistes (INDI), fédérateurs depuis le début du printemps des revendications de leurs confrères. En avril 2011, ils avaient formalisé une plateforme d’une douzaine de revendications et dégagé de la centaine de professionnels ayant suivi les débats un comité de dix délégués chargés de les représenter. Outre des exigences liées à l’activité professionnelle, dont l’abrogation de la criminalisation du délit de presse inscrite dans le Code pénal, ils avaient revendiqué des droits sociaux, inscrits clairement dans « l’adoption d’une grille des salaires nationale spécifique aux journalistes, l’élaboration de conventions de branches ». C’est dans ce même contexte que s’inscrit la multiplication des mouvements de revendication au sein des médias publics : l’Agence gouvernementale Algérie presse service, l’Entreprise de radio ENRS et l’Entreprise de télévision publique ENTV. Des embryons de syndicats y ont été initiés, alors que, depuis l’indépendance du pays, les syndicats maison, strictement encadrés, ont régné sur l’expression des travailleurs de l’audiovisuel.

5Sur le plan du respect des principes d’éthique et de déontologie, la Charte de l’éthique, établie sous l’égide du Syndicat national des journalistes, le
13 avril 2000, et le Conseil supérieur de l’éthique et de la déontologie mis en place alors, n’ont plus d’existence réelle. Mis à part le dispositif classique de contrôle économique des entreprises (fiscalité, etc.) – utilisé sporadiquement comme moyen d’intimidation à telle ou telle publication frondeuse - aucune régulation n’existe en matière de presse de droit privé. L’absence de cahier des charges mutuellement assumés avec des représentants de la puissance publique, ainsi que par rapport aux journalistes a fait entrer dans la spirale d’un fonds de commerce marécageux la majorité des publications privées. Aucune définition sérieuse et efficace d’une charte d’entreprise impliquant les journalistes dans leurs droits et devoirs avec le (s) propriétaire (s) du journal n’est effective en 2010, même si El Khabar a annoncé la sienne en juin 2008. Tout se passe comme si les journalistes, atomisés dans chacune de leurs activités, sont mis dans l’incapacité structurelle de concevoir un projet de collectif rédactionnel moralement responsable d’une production de valeur symbolique. Quand elle a lieu, la conférence de rédaction, rituel classique à travers le monde, est souvent réduite à sa plus simple expression de gestion rapide du menu du lendemain. Exit toute question de fond, ni commentaire. De rapport avec les lecteurs, mis à part la sporadique page hebdomadaire, dans de rares cas, aucune publication n’estime utile d’avoir son ombudsman ou médiateur, tissant de possibles liens de synergie et de mise en phase avec ses auditoires.

6Le décret exécutif du Premier ministre d’avril 2008, portant statut des journalistes, a initié sur le principe un régime spécifique qui régit les relations de travail des journalistes algériens. En particulier, ce cadre juridique comprend le droit à l’obtention d’une carte d’identité professionnelle, le respect de la propriété intellectuelle, et le droit à la formation et l’évolution dans la carrière. Son credo est de protéger le journaliste contre des pressions dans son travail. Prometteur en termes de droits reconnus aux journalistes (couverture de déclaration à la sécurité sociale notamment), ce texte est resté lettre morte. De même, aucun mécanisme efficace n’a été prévu pour contraindre les propriétaires des journaux à respecter les droits matériels et moraux des journalistes. D’où de graves abus constatés.

  • 1 . Voir à ce sujet, l’article de Fatima Zohra Taiebi Moussaoui dans ce numéro.

7L’opacité dans la gestion interne et le respect de la profession de journaliste tranche gravement par rapport au credo de transparence communément projeté sur ces « maisons » qui devraient assurer « le droit à l’information des citoyens ». L’absence de cahier des charges, ainsi que des rapports plus justes avec les journalistes, (c’est quand même avec eux que la « raison sociale » des entreprises prend sens…) a fait entrer dans la spirale d’un fonds de commerce sans règle du jeu la majorité des publications privées1.

8Aucune définition sérieuse et efficace d’une charte d’entreprise impliquant les journalistes dans leurs droits et devoirs avec le (s) propriétaire (s) du journal n’est effective. Les effets de cette logique mise en œuvre dans la production de la presse sont d’autant plus graves que des entreprises éditrices sont en situation financière d’extrême précarisation. Deux principaux facteurs l’expliquent. D’une part, les succursales des multinationales ont subi la crise financière mondiale de 2008, et ont restreint leurs volumes de publicité : elles ont réduit leurs volumes d’annonces vers les journaux algériens aussi. De plus, dans un marché de quotidiens de 130 titres à l’automne, exceptés une quinzaine d’entre eux, la grande majorité ont des ventes insignifiantes. D’où leur dépendance toujours plus grande à la manne publicitaire de l’Etat via sa centrale ANEP, servie aux journaux les plus accommodants.

9En conséquence, sur le plan qualitatif de la production, les genres journalistiques nobles, l’enquête et le reportage, y sont peu présents. Le « journalisme de promotion », s’est institué en genre spécifique mêlant le style rédactionnel de commentaire, ou de brèves commentées, à des sujets choisis en fonction d’une offre de service à des personnes ou des marques dûment citées. Tous les domaines sont ratissés dans une démarche attrape-tout : du football à l’hôtellerie, en passant par le commerce, les entreprises de production, etc. Le rédacteur, signant de son nom ou autrement ou pas du tout, se met ou est mis en situation de faire l’article au nom de la marque. Il fait l’article, plutôt que d’écrire un article. Pour autant, nulle signalisation ne vient mentionner qu’il s’agit d’un publireportage ou d’un encart publicitaire.

10La loi organique sur l’information (n°12-05) du 12 janvier 2012 n’apporte pas d’innovations significatives par rapport à celle d’avril 1990, mise sous le boisseau très rapidement par le décret d’état d’urgence de février 1992. Elle en restaure des principes de fond, dont celui de la liberté ouverte aux personnes d’investir dans l’ensemble du domaine économique des médias. Du caractère « loi organique », on en retire une série de dispositions qui tentent en même temps d’ouvrir et de refermer le domaine d’activités, le principal verrouillage demeurant en lame de fond. En effet, les piliers de l’Etat de droit et l’autonomie des pouvoirs fondamentaux (législatif, exécutif et judiciaire) ne sont pas garantis. Dans la même veine, la loi sur les activités de l’audiovisuel de mars 2014 reconduit son esprit timoré. De même, viennent d’être édictés les décrets exécutifs du 11 août 2016, censés réglementer les activités des « services audiovisuels thématiques », en lieu et place d’une cinquantaine de télés commerciales offshore produisant et diffusant impunément depuis cinq années dans une anomie totale.

Haut de page

Notes

1 . Voir à ce sujet, l’article de Fatima Zohra Taiebi Moussaoui dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Belkacem Mostefaoui, « Note sur la régulation des médias en Algérie », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 25-28.

Référence électronique

Belkacem Mostefaoui, « Note sur la régulation des médias en Algérie », L’Année du Maghreb [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 21 décembre 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2772 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2772

Haut de page

Auteur

Belkacem Mostefaoui

Professeur, École nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information /directeur du laboratoire de recherche Médias, usages sociaux et communication / Musc.

Articles du même auteur

Haut de page