Navigation – Plan du site
Dossier : Profession journaliste
2. Des espaces professionnels diversifiés

Journaliste dans la guerre civile algérienne : Une profession intellectuelle entre littérature et politique

Journalist in the Algerian Civil War: An intellectual Profession between Literature and Politics
Tristan Leperlier
p. 79-96

Résumés

Cet article analyse l’évolution du statut social du journaliste algérien au sein du champ intellectuel algérien pendant la « décennie noire » des années 1990, à travers le prisme du champ littéraire. L’approche statistique couplée à l’analyse de trajectoires individuelles permet de montrer que le journalisme est une profession intellectuelle intermédiaire en voie de déclassement (en particulier par rapport aux métiers de l’enseignement primaire et supérieur). La libéralisation de la presse après Octobre 1988 permet toutefois à la profession de gagner un grand prestige, et de concurrencer la figure de l’écrivain, jusque-là parangon de l’intellectuel engagé, sur le terrain politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’écrivain algérien en activité a fait l’objet d’une définition empirique, croisant des indices de (...)
  • 2 Le « développement professionnel » de l’écrivain reste inabouti, son métier reste très peu codifié, (...)
  • 3 Pour éviter les confusions, nous parlerons d’« universitaires » pour les chercheurs et enseignants (...)
  • 4 Les autres professions qui seraient susceptibles d’être intégrées à cette étude, comme les professi (...)
  • 5 Brahim Brahimi évoque le chiffre de 1406 journalistes auquel une carte professionnelle a été donnée (...)

1Cette étude se propose d’analyser l’évolution du statut social de journaliste au sein du champ (Bourdieu 1991) intellectuel algérien pendant la « décennie noire » des années 1990. La période est en effet cruciale pour la profession : libéralisation de la presse pendant l’« expérience démocratique » (Aït-Aoudia 2015) qui a suivi les émeutes d’Octobre 1988, « guerre civile » (Martinez 1998) pendant laquelle les journalistes se trouvaient « entre les baillons et les balles » (Labter 1995), subissant à la fois un renouveau de la censure politique, et des assassinats (une centaine de journalistes ont trouvé la mort dans la période). Nous aborderons cette question au travers du champ littéraire. D’une part parce que les journalistes sont très représentés en son sein. Sur les 174 écrivains en activité dans les années 1990 (1988-2003)1 qui constituent notre base de données prosopographiques, près de la moitié a exercé en tant que journaliste (47 %), et 30 % en faisaient leur profession principale dans les années 1990, soit 49 journalistes. Il s’agit de la profession la plus représentée. Sur environ 80 entretiens semi-directifs que nous avons réalisés avec des écrivains et intellectuels de langue française ou arabe, une trentaine l’ont été avec des écrivains journalistes. D’autre part, le champ littéraire constitue une forme de raccourci du champ intellectuel, puisqu’il attire et met en relation des professions intellectuelles très diverses. En effet le « métier d’écrivain2 » contraint généralement à un « second métier » (Lahire 2006), souvent dans le domaine intellectuel. En dehors des journalistes, on compte des universitaires (24 %), des enseignants3 (13 %), et enfin ceux qui vivent de leur plume ou d’une profession artistique (11 %)4. Il ne s’agit pas, à partir de ces données, de négliger les spécificités du champ littéraire par rapport au champ intellectuel dans lequel il est encastré ; ni d’en inférer abusivement des caractéristiques globales des journalistes des années 1990 dans leur ensemble. Les journalistes écrivains sont une minorité au sein du journalisme algérien, comptant plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de professionnels5. Cependant, interprétée avec prudence, cette cinquantaine d’écrivains journalistes constitue un observatoire qui permet de mieux comprendre les relations entre professions intellectuelles. Par ailleurs, à travers la figure du journaliste-écrivain, qui s’est considérablement développée dans les années 1990, c’est également la concurrence entre journalistes et écrivains pour le monopole de l’interprétation de la crise politique que l’on peut observer.

2Dans le contexte de crise économique que connait l’Algérie depuis le milieu des années 1980, il s’avère que le journalisme est une profession en voie de déclassement. Mais malgré ce mouvement de fond, la crise des années 1990 valorise temporairement la profession, en particulier les journalistes politiques, fortement engagés dans les débats sur l’islamisme. Ils se trouvent alors en forte concurrence avec les écrivains, qui représentaient jusque-là la figure de l’intellectuel par excellence.

Une profession intellectuelle intermédiaire en voie de déclassement

  • 6 Dans cette variable, les écrivains bilingues sont classés dans leur langue de publication majoritai (...)

3Les écrivains journalistes ont des caractéristiques particulières au sein de la population des écrivains. 59 % d’entre eux travaillent majoritairement en français6, en cela légèrement surreprésentés par rapport à la population globale des écrivains. Corrélé à cela, la population des écrivains journalistes est légèrement plus féminisée (dans l’ensemble, les femmes francophones représentent 16 % de la population des écrivains, deux fois plus nombreuses que les femmes arabophones), travaille plus dans le privé (69 %, contre 41 % en moyenne), et est très algéroise (de naissance, d’études, et de résidence), la capitale concentrant d’ailleurs la majeure partie des infrastructures nationales d’éditions littéraires. Comme la plupart des autres écrivains de langue française, ils sont issus d’un milieu éduqué, mais généralement d’origine plus populaire que l’ensemble des écrivains (c’est le cas de 41 % d’entre eux, une proportion proche de celle des universitaires, contre 32 % en moyenne).

  • 7 À partir de notre population, nous avons défini trois générations au sens de Karl Mannheim, proche (...)
  • 8 « En 1961, les jeunes Français sont scolarisés à 100 %, les enfants algériens à moins de 15 %. Le n (...)
  • 9 Rétrospective statistique 1970-2002, Alger, Office National des Statistiques, 2005, p. 94. Le nombr (...)

4Parmi les écrivains algériens, les journalistes apparaissent comme une profession intermédiaire entre les enseignants et les universitaires : ces trois professions s’y trouvent nettement hiérarchisées. Alors que pour la « génération de la guerre7 » et même pour la « génération de l’indépendance » il n’apparaissait pas déshonorant d’être enseignant pour un enfant des classes supérieures (surtout pour une fille), cette situation disparait pour la « génération d’Octobre », symptôme de la dévalorisation sociale de ce métier au fur et à mesure de la démocratisation scolaire8 et de l’inflation des diplômes9. Par ailleurs, le métier de journaliste semble mieux correspondre que celui d’enseignant au désir de publication des écrivains.

5Cette hiérarchie entre les trois métiers s’objective dans des salaires et des niveaux de diplôme différenciés. Vers 2010, à l’époque des vastes revalorisations salariales de la fonction publique, alors que le salaire minimum (SNMG) s’établissait autour de 18 000 DA, le salaire d’un enseignant était en moyenne de 45 000 DA. Il commençait à 35 000 DA pour les journalistes rédacteurs stagiaires (avant d’être revalorisés à 55 000 DA en 2012, et jusqu’à 140 000 DA comme salaire maximal), tandis que les universitaires touchaient entre 70 000 et 250 000 DA10. Cette échelle correspond au niveau de diplôme généralement détenu. Tandis que, parmi les écrivains, les universitaires sont très majoritairement titulaires au moins d’un diplôme de deuxième cycle universitaire (72 %), ce n’est le cas que d’une minorité de journalistes (13 %), et d’aucun enseignant. Les rapports sont strictement inverses si l’on considère la détention d’un diplôme de premier cycle : 26 % des universitaires, 78 % des journalistes, et 95 % des enseignants. Nombreux sont les enseignants (et dans une moindre mesure, les journalistes) à poursuivre leurs études très tardivement afin de pouvoir intégrer le corps universitaire. Cette hiérarchie apparaît ainsi nettement dans les trajectoires intra-générationnelles. Si l’on compare, au sein des écrivains, ces trois professions sous le rapport de la stabilité de carrière, on constate que 43 % de ceux qui ont été enseignants l’étaient toujours dans les années 1990, quand c’était le cas de 63 % des journalistes, et 75 % des universitaires.

6Alors que plus de la moitié des écrivains enseignants et universitaires sont diplômés de langue et littérature (en général arabe), et enseignent ces disciplines, les écrivains journalistes ont un parcours beaucoup plus diversifié, puisqu’ils ne sont que 40 % à avoir étudié ces disciplines, et sont les plus nombreux à avoir étudié une autre discipline des sciences humaines et sociales (44 %, contre 29 % en moyenne). Cette diversité de cursus est la marque de l’effervescence intellectuelle de l’Université algérienne des années 1970, qui permettait, sous la bannière du socialisme, une forte circulation des étudiants au sein du milieu intellectuel. Mais ce peut être également la marque d’une vocation littéraire tardive : est-ce le désir d’écrire qui a conduit au journalisme, ou l’inverse ? Quoi qu’il en soit (Bourdieu 1986), la plupart des écrivains journalistes mettent en avant la première possibilité.

7Par ailleurs cette ouverture du métier de journalisme peut être également la manifestation d’un choix par défaut : la rareté de ceux qui sont diplômés d’un cursus de journalisme ou de communication en constitue un indice. C’est que les journalistes ont subi un fort déclassement au cours des années 1980, comme le reste des professions intellectuelles. Alors majoritairement liées au secteur public, ces dernières sont frappées de plein fouet par la crise économique, et sont concurrencées au niveau social par la montée de la bourgeoisie commerçante. Au tournant des années 1990, de nombreux conflits sociaux apparaissent, revendiquant notamment des augmentations de salaire : c’est le cas des universitaires  (El Kenz 2007) comme des journalistes. Mais le déclassement est plus marqué encore pour ces derniers. Belkacem Mostefaoui montre que, dès les années 1980, « le marché du travail, tous secteurs confondus, largement ouvert jusque-là pour les porteurs de diplômes, se rétrécit. Les diplômés en sciences humaines focalisent alors leur attention sur le journalisme »  (Mostefaoui 1989, p. 53). Il faut ajouter que la fermeture de l’université aux carrières en français après l’arabisation des sciences sociales restreignait encore les opportunités des diplômés en langue française. Cela explique la surreprésentation des jeunes chez les journalistes (31 % nés après 1960, contre 22 % en moyenne). Belkacem Mostefaoui rappelle que, dans le contexte d’une presse entièrement publique, la grille de salaire des journalistes (établie le 5 avril 1973) organise un cursus entièrement bureaucratique, fondé sur le nombre d’années d’activité, et non sur le diplôme ou la compétence, tandis que « les responsabilités éditoriales dans l’entreprise [étaient] affectées davantage par le critère d’aptitude à gérer le conformisme ». Le déclassement subi par ces nouveaux diplômés, dominés économiquement et éditorialement par des journalistes qui n’avaient pas leur qualification et qui se soumettaient à des injonctions politiques contraires à la déontologie, peut expliquer leur engagement, et surtout celui des journalistes francophones (ibid, p.41), au cours des années 1980. Le Mouvement des Journalistes Algériens (MJA) est initialement un mouvement de revendications salariales, avant de s’ouvrir à d’autres enjeux professionnels. Ahmed Ancer rappelle l’expression méprisante de « mouvement de la “14” » dont avait alors été affublé le MJA, en référence à la dernière catégorie de la grille de salaires de la profession (Ancer 2001, p. 22).

  • 11 Les étoiles* correspondent à des citations extraites d’entretiens personnels inédits.

8La libéralisation du secteur de la presse écrite à partir de 1989, et la multiplication consécutive des titres et des occasions d’emploi, ont encore renforcé l’attraction du journalisme sur les jeunes diplômés, comme leur précarisation. Un grand quotidien francophone d’Alger distingue ainsi quatre classes de salariés : les actionnaires, les rédacteurs permanents, les conventionnés (qui signent un contrat pour un nombre défini d’articles), et les pigistes. L’un des journalistes actionnaires de ce journal nous expliquait : « À propos des salaires, notamment des journalistes devenus patrons, vous pensez bien que la discrétion est totale. Je sais seulement qu'ils sont très élevés. Pour [nom du quotidien], les niveaux se situaient déjà en 2003 entre trois cents mille dinars et quatre cents mille, bien sûr non comptés les dividendes et autres avantages. La moyenne pour les journalistes non actionnaires ne dépassait pas les 30 000 dinars*11 ».

Trajectoires croisées de journalistes écrivains

9Cependant ces données objectives d’une profession intermédiaire en voie de déclassement ne font sens qu’une fois replacée dans la trajectoire des acteurs. Dans une position sociale intermédiaire, le journalisme fait l’objet d’une attitude contrastée qui correspond tout à la fois à des différences d’origine sociale et de stratégie littéraire. On peut le voir à travers la comparaison des trajectoires de deux journalistes écrivains, A. et B, tous deux faisant partie de la « génération de l’Indépendance », et formés presque exclusivement en français.

  • 12 Entretien personnel avec A., Paris, 5 juin 2013.

10Tout en étant reconnu et investi comme journaliste, A.12 a un rapport ambivalent à sa profession, lié à sa vocation professionnelle initiale et à son rapport à la littérature. Il nous expliquait en entretien, comme dans d’autres interventions publiques : « Et j'ai commencé à écrire des critiques comme ça sur le théâtre, et c'est comme ça que j'ai commencé à écrire […], pour ce journal, et entre temps je rentre à la fac, et je me suis dit : bon, ça me fait un salaire, à la fin de mes études je vais arrêter et faire autre chose, parce que je n'aimais pas du tout ce métier. Enfin, je ne l'aimais pas, disons, il ne m'attirait pas, je voulais être prof de fac, prof de politologie. Et j'ai fait des études de sciences politiques. C'est ce que je voulais faire, au début* ». A, né au début des années 1950 dans une famille kabyle et élevé à Alger, est petit-fils d’instituteur et fils de greffier de justice de langue française. Sa famille, toujours relativement modeste, profite ainsi d’une ascension sociale par l’accès à l’école française. Cette trajectoire intergénérationnelle ascendante par le biais de l’accumulation d’un capital culturel est un élément d’explication de son désir de devenir universitaire.

11Le choix du journalisme n’est pas présenté selon la logique de la vocation, mais du hasard : « Donc voilà, je faisais des reportages, et puis à un moment ils m'ont demandé d'être un journaliste permanent, et j'ai accepté, j'étais en rubrique culturelle […] Et puis j'adorais, j'étais jeune, j'avais 20 ans, j'adorais les reportages, parce que j'avais une voiture, de l'argent, et puis j'allais me balader et je revenais avec les textes. […] Et donc, c'est comme ça que ce que je considérais comme un job d'étudiant est devenu ma profession* ». Le métier avait ainsi de quoi séduire, au regard de sa vocation professionnelle initiale. Il lui permet de conserver une cohérence dans son parcours de militant socialiste, qu’il espérait convertir en devenant enseignant de sciences politiques : « [Le journalisme] m'a mis le nez sur le combat social, idéal, politique, etc., que je n'aurais pas connu forcément si je n'avais pas été à cet avant-poste qu'était le journalisme, parce que là on était vraiment au premier rang* ». Par ailleurs les avantages matériels liés à cette époque au métier de journaliste et la carrière extrêmement rapide qu’il peut y avoir dans un contexte de pleine expansion de l’emploi dans la fonction publique ont un temps raison de ses réticences. Cette dernière caractéristique donne au métier de journaliste ce « flou » et cette relative « élasticité » dont parle Pierre Bourdieu à propos des nouvelles professions permettant d’éviter le risque du déclassement à ceux qui n’ont pas obtenu les diplômes qui leur auraient permis de suivre leur trajectoire de classe (Bourdieu 1979, p.166 sqq).

12En outre, cette attitude ambivalente à l’égard du journalisme nourrit (et est nourri par) un rapport « artiste » à la littérature. En entretien, A. considère que le journalisme a été un « parasitage* » dans son parcours littéraire : tandis qu’il est aujourd’hui « plus connu comme journaliste que comme écrivain, ou poète* », il se considérait au départ « comme un poète perdu dans le journalisme* ». La contradiction entre journalisme et littérature est temporelle : les deux recueils de poèmes qu’il publie dans les années 1970 ne seront suivis d’aucun ouvrage jusqu’à la fin des années 1980, et surtout après son arrivée en France en 1993. Menacé par les islamistes pour ses positions politiques, il s’exile en France, ce qui l’amène à restreindre son activité journalistique, et à reprendre ses activités d’écriture. Journalisme et écriture s’opposent aussi sur le type d’écriture et le public visé. Dans le contexte de développement sans précédent de la littérature algérienne publiée en France dominée par le roman, il publie chez de petits éditeurs français un roman réputé difficile, et de la poésie (puis du théâtre), genre destiné plutôt à un public de pair, et en tout cas plus restreint que le roman ; et a fortiori que le journalisme. De manière classique, il distingue entre « l'écriture journalistique, et l'autre écriture* », valorisée ici par l’euphémisme. Ce n’est que par la suite qu’il trouve un chemin de conciliation entre « poésie » et « journalisme » : « j'étais un journaliste marqué par la poésie, maintenant je suis un poète marqué par le journalisme* ». De fait les genres qu’il pratique se sont diversifiés, le théâtre (et même le roman) prenant le pas sur la poésie dans les années 2000.

  • 13 Entretien personnel avec B., Paris, 8 juin 2014.

13Le rapport d’un autre écrivain-journaliste, B.13, à l’écriture journalistique semble indiquer que celui-ci est lié au capital culturel possédé initialement. Né à la fin des années 1940 dans un milieu populaire urbain, il en parle comme d’une formidable promotion sociale : « Je deviens enseignant dans une classe du primaire pendant deux ans, et ce journal [dans lequel il a commencé à faire des piges] me dit un jour : “Est-ce que tu veux venir, rejoindre la rédaction ?” J'ai dit “Bien sûr”, je quitte l'enseignement, j'ai quel âge, 20 ans. Je me dis : “Attention : tu vas rentrer dans un journal, mais n'oublie pas que tu voulais écrire un livre, un roman. Donc rentre dans le journalisme, mais n'oublie pas d'écrire”. Donc je rentre dans ce journal, je suis tellement pris, je suis jeune, la concurrence est forte, je découvre l'argent, je découvre un statut de journaliste... C'est pas rien quand même ! Mon père a été journalier, […] et ben moi je suis devenu journaliste.* »

  • 14 Algérie Littérature/Action n°3, p.272.

14S’il ne manque pas de préciser, comme A, que sa vocation d’écrivain était antérieure à son entrée dans le journalisme, il en parle toutefois de manière essentiellement positive : parti pour devenir instituteur, et sans l’ambition de devenir universitaire comme A., il voit le journalisme comme une promotion sociale. Au contraire de A., qui glisse progressivement des chroniques littéraires aux chroniques politiques, B. n’a pas de carrière dans le journalisme culturel. Leur rapport au cinéma montre également une différence d’« habitus » : alors que A. en parle comme d’un genre sérieux, à l’égal du théâtre, qu’il traite dans ses chroniques culturelles et pour lesquelles il va à Paris régulièrement, B., jouant très consciemment de cette « indignité culturelle », revendique un rapport populaire au cinéma, citant Louis de Funès dès les premières minutes de l’entretien. À l’inverse du rapport artiste de A. à la littérature, qui lui fait dans un premier temps rejeter le journalisme, celui-ci est vu chez B. sous un jour non pas concurrentiel mais uniquement positif, une « école de l’essentiel* » qui lui apprit, comme le cinéma populaire, à ne « pas ennuyer le lecteur* ». Au milieu des années 1990, il expliquait déjà : « J’aime un mot : le dégraissage ; […] ça ne m’intéresse pas de décrire une banquette sur cinq ou six pages. Un personnage écrasé par des idées noires, ça ne m’intéresse pas non plus14 ». Il est difficile de ne pas lire ici, en contexte algérien, un rejet de l’écriture « Nouveau Roman », microscopique et joycienne, de Rachid Boudjedra ou d’autres écrivains de la « génération terrible » maghrébine. B. est d’autant plus à l’aise aujourd'hui avec son passé de journaliste qu’il se consacre entièrement à la littérature, publiant sous contrat depuis le début des années 2000 chez un grand éditeur parisien des romans régulièrement repris en poche.

15La perspective des acteurs sur ce métier doit donc être rapportée à leur disposition sociale, classe moyenne en ascension sociale par l’école ici, classe populaire là ; mais également à leur rapport à la littérature : concurrentielle avec une écriture à public restreint ici, compatible avec une écriture touchant un plus large public là.

Les émeutes d’Octobre 1988 : la déprise politique de la culture

16Les années de la guerre civile ont été un moment de forte concurrence politico-littéraire entre journalistes et écrivains. Au sein du champ intellectuel, la profession apparaît au début des années 1990 comme la pointe avancée de la libéralisation mais également de la politisation, rôle jusqu’alors dévolu aux écrivains.

17En effet, sur le modèle français conservé depuis l’époque coloniale et la guerre, l’écrivain était jusqu’alors considéré comme le parangon de l’intellectuel au sens de Christophe Charle (Charle 1990), intellectuel généraliste intervenant dans la sphère politique au nom des valeurs du champ littéraire, et de sa renommée sociale. Avec l’arrivée de Chadli Bendjedid à la présidence en 1979, et le renversement d’alliances au sein du pouvoir avantageant le pôle fondamentaliste par rapport au pôle socialiste (Deheuvels 1991), nombre d’écrivains formés dans le nationalisme et le socialisme triomphants du président Boumediene, basculent d’un engagement de soutien à un engagement critique. Or, comme après le coup d’État de 1965, les écrivains ont une capacité d’audience bien plus grande que les autres catégories intellectuelles, dans la mesure où ils peuvent publier à l’étranger, en particulier en France, où la parole politique des écrivains est écoutée. Rachid Boudjedra, Tahar Ouettar, Kateb Yacine, Mouloud Mammeri et, dans les années 1980, plus encore Rachid Mimouni, incarnent chacun à leur manière la fonction de l’intellectuel prophétique, critique du pouvoir en place.

18De manière générale le secteur culturel constitue dans les années 1980 une Ersatzöffentlichkeit (Jurt 2005, p.35), le succédané d’un espace public qui s’était fermé encore un peu plus à la gauche. Le « Printemps berbère » de 1980, avec des revendications linguistiques et culturelles prenant une dimension politique, y a contribué. Mais surtout ce secteur est, au sein du monde intellectuel, celui qui profite le premier des mesures de libéralisation du gouvernement, dans sa stratégie pour affaiblir le FLN. Le monopole de fait des éditions d’État (l’ENAL) est brisé progressivement, avec l’arrivée en particulier des éditions Bouchène et Laphomic au milieu des années 1980, tandis que les associations, culturelles (berbères), féminines ou religieuses, se multiplient (Liverani 2008, p.16-22).

  • 15 Selon laquelle la tolérance des pouvoirs publics se réduit en fonction inverse de l’étendue du publ (...)

19La libéralisation de la presse, toujours inscrite dans le domaine public, est beaucoup plus mesurée. Les effets de la censure et de la hiérarchie bureaucratique y restaient en effet beaucoup plus prégnants que dans le domaine de l’édition littéraire, non seulement parce que cette dernière avait la possibilité de se déterritorialiser, mais aussi parce que son impact populaire semblait moindre, selon la « loi des libertés croissantes » (Jacquemond 200315). La seule « marge de tonalité critique » (Mostefaoui 1986), fruit d’une négociation entre État et parti, journalistes et directions, avait été informellement concédée aux journalistes à partir du milieu des années 1980, précisément dans le domaine de la culture. L’hebdomadaire Algérie-Actualité a joui alors d’une certaine marge de manœuvre, du fait de la confiance qui lui aurait été accordée en 1978 par le ministre de l’Information Redha Malek, et surtout du fait de la déconcentration de sa rédaction, les rédacteurs en chef adjoints étant en position d’avaliser ou non les articles proposés (à l’inverse d’El Moudjahid par exemple). Pour cette raison, si l’éditorial du directeur Kamel Belkacem et les sections politique et sociale restent assez orthodoxes, la section culturelle de l’hebdomadaire témoigne d’une rare liberté de ton. Le contrôle hiérarchique des articles n’y est certes pas absent, mais fait l’objet d’une négociation permanente. Aussi la rubrique culturelle d’Algérie-Actualité, dirigée par Abdelkrim Djaâd, évoque-t-elle régulièrement, par le biais d’entretiens avec des intellectuels critiques (Yacine en 1985) ou au sein d’un article, les graves insuffisances des politiques culturelles publiques, mais également la question de la censure, et celle des langues, les Kabyles étant nombreux parmi les journalistes de cet hebdomadaire francophone.

20Pour Belkacem Mostefaoui, en dehors du secteur culturel, « concentration des moyens d'information sous tutelle de l'État, concentration du pouvoir de gestion dans les entreprises aux mains des directeurs (les comités de rédaction n'existent pas ici), la presse algérienne se présente comme un champ contrôlé par le pouvoir politique »  (Mostefaoui 1986, p. 283) depuis le code de l’information promulgué en 1982 : le journaliste professionnel est soumis à une « liberté d’expression constructive » (Ibid.). Cependant, dans le contexte des débats économiques sur la Charte nationale de 1985, des journaux (comme Horizon 2000, El-Massa’, Parcours maghrébin) sont créés sous l’égide du FLN ou de l’État, autant en langue française qu’en langue arabe.

21Mais les évènements d’Octobre 1988 font perdre aux écrivains, et au secteur culturel en général, leur position d’avant-garde de la critique politique du pouvoir au profit du journalisme, en particulier le journalisme politique. On peut faire l’hypothèse que c’est précisément parce que la liberté d’expression et l’exercice professionnel étaient plus larges dans le secteur culturel que ses membres n’ont pas eu la même nécessité d’entrer en rupture avec le pouvoir politique au moment d’Octobre 1988.

22En 1984 déjà, 300 signatures avaient été recueillies pour protester contre le licenciement d'une journaliste d'Algérie-Actualité : la mobilisation fut couronnée de succès puisque Malika Abdelaziz a été réintégrée en 1988. En mai 1988, un mouvement inter-organe de revendications salariales appelé le MJA (Ancer 2001, p.22), qui avait essuyé une fin de non-recevoir du ministère de tutelle, s’était alors structuré autour de revendications plus larges, et d’une déclaration intitulée « Questions démocratiques et/ou d’expression », dénonçant la censure interne aux organes de presse. Cette structuration explique la rapidité de la formation d’un mouvement en octobre 1988, révolté par les violences comme par l’impossibilité de ses membres d’exercer leur métier. L’accès aux télex étant interdit aux journalistes pendant les journées d’émeute (Zerrouky 1999, p.71), 70 journalistes d'El Moudjahid, d'Algérie-Actualité, de la Radio et de l’APS organisent un débat le 10 octobre (cinq jours après l'instauration de l'état de siège), et adoptent une déclaration rendue publique par l’AFP, annonçant à « l’opinion publique nationale et internationale qu’ils ont été et sont toujours interdits d’informer objectivement des faits et événements qu’a connus le pays, notamment depuis l’explosion populaire du 5 octobre ». Ils critiquent la mainmise du pouvoir sur les moyens d'information à travers « l'interdiction d'informer objectivement », et appellent à « l'établissement des libertés démocratiques dans leur ensemble »  (Douidi 2009, p.114). Selon Ahmed Benzelikha, les journalistes « sont alors les premiers représentants de ce qu'on a appelé depuis “la société civile”, à prendre une position publique dans la nouvelle conjoncture qui s'annonçait »  (Benzelikha 2005, p.26) : défense d’une éthique professionnelle et d’une morale politique vont en effet ici de pair. Ainsi, dans les mois qui suivent les émeutes et les déclarations du président Chadli, plusieurs collectifs au sein des rédactions réclament une gestion plus démocratique et professionnelle, comme à Algérie-Actualité : « Notre pays, par le biais de réformes, assume, aujourd’hui plus que jamais, la voie de la démocratie et, pour nous journalistes, le choix s’exprime en termes de nouvelles exigences morales et professionnelles » (cité par Mostefaoui 1989, p. 56.).

  • 16 D’après les informations données par l’un d’eux.

23Si, rapidement, les assemblées générales comptent un nombre très conséquent de participants, tous les journalistes ne sont pas également engagés. Sur la petite vingtaine de personnalités qui auraient été parmi les plus actives du MJA16, presque tous sont des hommes, la très grande majorité est francophone, un tiers travaillant à El Moudjahid, et parmi ceux dont nous sommes parvenus à retrouver la spécialité, il n’y en a guère qu’un qui soit spécialisé dans le domaine culturel. Plusieurs enquêtés rappellent certes que Tahar Djaout, écrivain et journaliste dans la rubrique culturelle d’Algérie-Actualité, était engagé dans les réunions et les manifestations du MJA. Mais force est de constater que le secteur qui avait le plus de liberté jusqu’alors, le secteur culturel, a été à la traîne de la contestation politique.

24De manière générale, les journalistes se sont trouvés à l’avant-poste de la contestation politique en Octobre 1988, quand les écrivains restaient en retrait. On parle alors beaucoup du « silence des intellectuels » (Chenntouf 2008). Il ne faut certes pas oublier que la presse algérienne, déjà incapable de rendre compte des émeutes d’Octobre du fait du poids de la censure, ne pouvait offrir des tribunes critiques à des intellectuels ; mais Rachid Boudjedra, qui possédait sa propre tribune hebdomadaire à Révolution Africaine, n’en fit pas plus. Ce n’est que le 26 octobre que Kateb Yacine, directement interpellé, publie dans Le Monde une tribune, courte et assez confuse, intitulée « Le FLN a été trahi ». Il est vrai que la vivacité avec laquelle la droite française s’est saisie de la disqualification du FLN incitait ces écrivains écoutés, et formés dans la lutte anticoloniale, à une certaine prudence. À l’inverse, des écrivains moins connus se sont engagés plus nettement, comme l’universitaire Anouar Benmalek, membre fondateur du Comité national contre la torture. Enfant de l’indépendance et non de la lutte anticoloniale (il est né en 1956), il est moins lié affectivement au FLN qu’un Kateb, un Boudjedra ou un Ouettar. Qui plus est, sa moindre reconnaissance sociale ne fait pas de lui un intellectuel « prophétique » (sur le modèle d’un Zola) : son audience ne peut dépasser le territoire algérien, et ne risque donc pas d’être récupérée par des médias étrangers. À l’instar des jeunes écrivains de l’Affaire Dreyfus (Charle 1990), ses prises de position politiques accroissent à l’inverse sa visibilité littéraire.

  • 17 Les 14 et 15 juin 1989 ont lieu concurremment les assemblées générales du MJA et des journalistes d (...)

25Les journalistes sont ainsi les premiers à s’autonomiser de la tutelle politique du FLN : cela apparaît nettement à propos de l’Union des journalistes, écrivains et interprètes (UJEI). Cette union professionnelle sous tutelle du FLN avait été créée en 1985 de la fusion des unions antérieures, malgré le rejet de ce projet par nombre de membres de ces dernières. Sa création allait dans le sens de la volonté du FLN d’affirmer son pouvoir sur les organisations professionnelles et de masse, auxquelles il était censé insuffler un souffle révolutionnaire. Associé à l’article 120 des statuts du FLN imposant l’adhésion au Front pour exercer des postes de direction dans ces organisations, l’UJEI est présidée par un membre du Comité Central (Larbi Zoubeiri), tandis que les 13 membres du secrétariat exécutif sont membres du FLN. Seuls 10 % des journalistes ont adhéré à cette organisation censée les représenter. Et ce sont des journalistes qui prennent l’initiative de quitter l’UJEI : entre cent et deux cents journalistes ont ainsi décidé le 20 octobre 1988 de créer une Union professionnelle libérée du FLN. La rupture réelle ne se fera cependant que quelques mois plus tard, avec l’accord des deux autres composantes de l’UJEI. Alors que les écrivains et les interprètes réaniment dans un premier temps leurs anciennes unions professionnelles, maintenant la tutelle du FLN, les journalistes s’autonomisent pleinement à travers le MJA, même si ce dernier apparaît très fortement divisé sur la stratégie à adopter17, et que se multiplient rapidement les syndicats de journalistes indépendants. Ce n’est que plus tard, en mars 1990, après certes plusieurs mois de lutte, que l’Union des Ecrivains Algériens parvient à se défaire de la tutelle du FLN.

  • 18 APS, mercredi 17 octobre 1990.

26On assiste dans ce contexte à une modification des rapports entre les écrivains et la presse. Alors que la culture était jusque-là l’un des rares lieux d’expression de la critique politique, la libéralisation lui fait perdre son avantage comparatif, et en fait même un secteur à la traîne de la politique. S’autorisant d’une critique formulée par un jeune concurrent de l’écrivain de langue arabe Tahar Ouettar, dont certains des romans des années 1970 et 1980 avaient été considérés comme tout à fait subversifs, un journaliste de l’APS indique ainsi qu’« avec la liberté d’expression et celle de la presse, Ouettar perd le monopole du “tabou”18 ». C’est désormais la presse qui constitue l’espace privilégié du débat politique de l’Algérie en « transition démocratique », et contribue au renforcement de la politisation des écrivains, invités à s’exprimer dans les pages culturelles et politiques des journaux. Le métier de journaliste, partiellement déconsidéré au cours des années 1980, attire brusquement un grand nombre de nouvelles recrues : en plus des nouveaux diplômés, certains veulent tenter l’« aventure intellectuelle » et politique du journalisme, comme Aïssa Khelladi, qui vient de démissionner de son poste d’officier militaire.

27Algérie-Actualité, qui était un des hauts lieux de l’expression médiatique critique par ses pages culturelles, est l’exemple le plus probant de la perte de prestige du secteur culturel dans ce nouveau contexte surpolitisé. Arezki Metref, journaliste dans les pages culturelles d’Algérie-Actualité, se rappelait en entretien qu’« aucun écrivain à l'époque n'était insensible au tumulte politique, je me souviens des débats, on parlait plus de politique que de littérature ». Tahar Djaout, qui avait toujours travaillé dans le journalisme culturel, et été un temps chef de la rubrique culturelle de l’hebdomadaire, devient éditorialiste politique, tandis que les pages culturelles disparaissent progressivement et presque entièrement. Anouar Benmalek, qui a gagné une grande visibilité médiatique, s’y voit également attribuer une chronique politique régulière. Alors que, dans les années 1980, les écrivains tentaient de trouver de nouvelles voies pour concilier exigences littéraires et engagement politique, ce n’est donc plus selon les moyens propres de la littérature que les écrivains renforcent leur politisation, mais par celui de la presse.

28La visibilité des écrivains dans les débats publics de la guerre civile est ainsi très importante : à côté de ces écrivains-journalistes, des écrivains prennent position dans des essais, des tribunes, ou dans le cadre d’entretiens (Rachid Mimouni, Rachid Boudjedra, Tahar Ouettar…), en Algérie ou à l’étranger (en France particulièrement). Mais alors qu’ils portaient le débat critique jusqu’à la fin des années 1980, ils sont désormais fortement concurrencés par les journalistes politiques et les chercheurs en sciences sociales, qu’ils soient algériens ou français.

Ecrivains et journalistes politiques en concurrence

29Depuis le milieu du XIXe siècle, l’opposition entre le Poète et le Journaliste est en France un lieu commun, contemporain d’une différenciation progressive entre les deux catégories intellectuelles due au développement d’un journalisme d’information salarié et grand public, au détriment de la presse d’opinion, littéraire et élitaire. C’est, en accéléré, une situation comparable à laquelle on assiste dans le champ littéraire algérien des années 1990. La fin de l’hebdomadaire Ruptures, qui correspondait parfaitement à ce dernier modèle, quelques semaines après l’assassinat en 1993 de l’un de ses principaux animateurs, Tahar Djaout, en est le signe spectaculaire et dramatique. Ce phénomène survient paradoxalement à un moment de proximité inédite entre écrivains et journalistes. D’une part, la multiplication des journalistes écrivains a suscité un discours stigmatisant une « littérature d’urgence », notion élaborée dans le contexte d’un fort mouvement migratoire des écrivains algériens vers la France. D’autre part, l’engagement des écrivains a provoqué une crise dans le champ intellectuel, portant sur la légitimité de leurs interventions dans la sphère politique.

Le champ littéraire face au journalisme

  • 19 Entretien personnel, Alger, 28 avril 2014.
  • 20 Entretien avec Marie Virolle, Encres vagabondes n°10, 1er avril 1997.

30Un grand nombre de journalistes commencent à écrire dans les années 1990 : les journalistes représentent un tiers des nouveaux auteurs à partir de 1989, et la moitié entre 1998 et 2003. On peut en donner deux raisons principales. La première en est la difficulté à pratiquer ce métier dans le contexte de guerre civile. Subissant une forte censure, la profession se vit et est souvent présentée comme l’une des premières visées par le terrorisme islamiste (une centaine de journalistes ont été de fait assassinés pendant la période (Labter 1995)). Cet aspect peut paradoxalement être l’objet d’une concurrence : un écrivain universitaire de la génération de l’Indépendance, dans une lettre adressée au Parlement international des écrivains pour obtenir de « souffler » à l’étranger, engageait ainsi l’institution à se « pencher sur les écrivains algériens : on ne s'occupe que des journalistes*19 ». Mais la littérature apparait davantage comme un refuge de liberté. Comme le dit Marie Virolle, responsable de la rédaction de la revue Algérie Littérature/Action, opposant la littérature au journalisme, « l'écriture est le dernier bastion de la liberté d'exister et de s'exprimer20 ».

31Outre les séjours courts à l’étranger pour « souffler », l’exil est partagé par un nombre important de journalistes radicalement engagés contre l’islamisme. Or l’exil semble un moment particulièrement propice à une reconversion professionnelle (Hachimi Alaoui 2007, p.135 sqq). Leïla Marouane (née en 1960), journaliste à L’Horizon puis El Watan, s’exile en France en 1991 après qu’elle a été passée à tabac et laissée pour morte dans la Casbah d’Alger, où elle faisait un reportage sur le mouvement islamiste. Elle continue à travailler dans le journalisme (Politis, Jeune Afrique) mais, après avoir suivi les cours d’écriture de Paul Fornel à l’université Paris 8, elle s’engage dans une carrière d’écrivaine en publiant son premier roman chez Julliard en 1996. Possibilité de reconversion professionnelle, l’exil est également l’occasion de réaliser une vocation jusque-là contrecarrée, comme on l’a vu dans le cas de A..

  • 21 Algérie Littérature/Action n° 22-23, juin-septembre 1998, p. 291.

32Du fait de ces nouveaux écrivains, et surtout du rôle central du journalisme dans l’interprétation en France de la crise algérienne, les écrivains non-journalistes qui y publient sont amenés à en emprunter certains traits stylistiques. Au reste, ils sont directement mis en concurrence avec le discours journalistique. Dans une lettre adressée à la rédaction d’Algérie Littérature/Action, un lecteur écrit, à propos de Rose d’abîme de Aïssa Khelladi, être « bien plus alerté par une bouleversante fiction que par le rôle des médias français et leur vision décalée de l’Algérie21 ». De ce fait la prose et le roman en particulier s’imposent définitivement à cette période face à la poésie. Le « retour au référent », ou le « retour au réel », que Charles Bonn notait dès les années 1980 dans le roman algérien de langue française, en rupture avec la « génération terrible » des années 1970, s’accentue alors. La trajectoire littéraire de Rachid Mimouni, d’un style katébien avec Et le printemps n’en sera que plus beau (SNED, 1978) à un récit linéaire et une « écriture blanche » avec La Malédiction (Stock, 1993), à la suite de son essai-pamphlet De la barbarie en général et de l'intégrisme en particulier (Pré au clercs, 1992), marque bien son souci progressif de prise avec l’actualité au travers d’une énonciation plus transparente, parallèlement à la multiplication de ses interventions dans la presse.

  • 22 « Je fais partie de l’école autobiographique. C’est un roman récit, un reportage. », El Watan, 8 oc (...)

33Même chez un auteur réputé difficile comme Rachid Boudjedra, le journalisme apparaît par la marge. À propos de La Vie à l’endroit, il n’hésite pas à parler, curieusement, d’un « reportage22 » ; dans Timimoun (Denoël 1994), il utilisait en intertextualité la sécheresse de la notation journalistique rapportant des assassinats pour venir rompre, stylistiquement et graphiquement, le cours du monologue intérieur du personnage, et influer sur son évolution intime. La figure du journaliste se retrouve dans de très nombreuses fictions, en langue française (Peurs et Mensonges de Aïssa Khelladi, La Gardienne des Ombres de Waciny Laredj) ou arabe (Al-Inzilāq [Le Glissement] de Hamid Abdelkader, Arḫbīl al-ḏubāb, [L’Archipel des mouches] de Bachir Mefti).

  • 23 Abdelkader Djemaï écrit : « Il faut que la littérature soit décente, pudique, qu’elle ne tombe pas (...)
  • 24 Ghania Khelifi, « Les Indignés de la plume », sur babelmed.net (http://www.babelmed.net/Pais/Alg%C3 (...)

34De manière plus attendue, le journalisme apparait surtout comme un contre-modèle, en ce qu’il rapproche la littérature de la production éditoriale à destination du grand public. Si certains journalistes écrivains, comme A., se distinguent d’une écriture qui les rattacherait trop à leur identité de journaliste, d’autres importent dans la littérature une écriture formée dans le cadre de leur ancienne profession. Dans Vivre traquée, la journaliste Malika Boussouf, radicalement engagée contre les islamistes, inclut même des passages entiers de ses émissions politiques radiophoniques « Show débat » ; mais également des éléments autobiographiques, ce qui conduit ce texte à être considéré comme un témoignage. Il est publié chez Calmann-Lévy en 1995, éditeur intégré au groupe Hachette en 1993, situé au « pôle de grande production » (Bourdieu 1999) de l’édition littéraire française, qui trouve des relais dans les grands médias. Le succès commercial français d’un certain nombre de textes d’auteurs algériens est à la base d’une critique adressée aux écrivains exilés, même si la plupart prennent garde de ne pas lui prêter le flanc : ils auraient fait preuve d’opportunisme23. C’est le point de vue que développe la journaliste Ghania Khelifi en citant l’avis d’un universitaire, dans un article récent : « Le professeur Saadouni, chercheur algérien en littérature arabe, indiquait récemment à l’agence de presse publique que “pas moins de 300 romans algériens écrits dans « l'urgence » ont été dénombrés durant cette période, pour répondre à la loi de l'offre et de la demande.[…] Ces œuvres sont loin de répondre aux conditions techniques d'écriture ; en témoignent le nombre de romans ressemblant à des écrits journalistiques, du fait que des journalistes ont fait incursion dans ce domaine.” Ces témoignages sur les massacres et la violence, s’ils avaient le mérite du témoignage, avaient, il est vrai, passé à la trappe les règles de l’art d’écrire24. »

  • 25 D’après la base de données bibliographiques que nous avons constituée, portant sur 1600 titres d’éc (...)

35La stigmatisation, qui repose sur une généralisation tout à fait abusive, mêle journalisme et pôle de grande production au travers de l’étiquette de « littérature de l’urgence ». Dans la mesure où au plus fort de la crise (entre 1994 et 1998), 87 % des romans algériens sont de langue française, et que ces derniers sont publiés en France selon les mêmes proportions25, la critique de ce chercheur en littérature arabe vise en filigrane la domination sur le champ littéraire algérien des écrivains francophones publiant en France. Mais l’étiquette stigmatisante a également servi, dans le sous-champ de langue arabe, à disqualifier des écrivains-journalistes qui ont pris une position anti-islamiste radicale. Ainsi l’écrivain Tahar Ouettar, qui a pris une position pro-islamiste, en a usé pour désigner les œuvres de Hamid Abdelkader, journaliste au quotidien El-Khabar ou de Zahra Dik, journaliste à l’APS. Le journalisme se trouve ainsi, pour le champ littéraire, à la croisée des enjeux politique et de consécration.

Contestation du rôle politique des écrivains

  • 26 À partir de notre population d’écrivains, nous avons codé trois prises de position politique centra (...)

36Réciproquement, le rôle joué par les écrivains dans le débat public est contesté par les journalistes. Cette affirmation peut paraître étonnante à première vue. En effet, d’un point de vue politique, comme la majeure partie des élites intellectuelles, écrivains et journalistes ont pris des positions similaires à propos du mouvement islamiste, de l’arrêt du processus électoral, et de la politique sécuritaire par rapport au terrorisme et au djihadisme. 85 % des écrivains en activité ont eu une position anti-islamiste pendant la décennie noire, et parmi eux, les trois quarts ont eu une position anti-islamiste radicale26 (désignée péjorativement comme « éradicatrice »). Les entretiens, notamment avec des intellectuels pro-islamistes, confirment que la majorité des journalistes partageait cette opinion fortement anti-islamiste, et ce d’autant plus que la profession a payé un très lourd tribut au terrorisme réputé islamiste pendant la période.

37Cependant la presse pro-islamiste était importante au début des années 1990, et un certain nombre de titres a continué à ouvrir ses pages à l’islamisme modéré même après les vagues de répression subie par la presse la plus engagée en faveur du mouvement islamiste ; il en va de même pour la presse anti-islamiste dialoguiste. Au total, il semble que la diversité politique des journalistes soit plus grande que celle des écrivains. Les écrivains-journalistes anti-islamistes dialoguistes sont ainsi surreprésentés (15 %, contre 9 % en moyenne sur l’ensemble des écrivains), même si les écrivains-journalistes anti-islamistes radicaux restent plus nombreux en chiffres absolus, comme chez l’ensemble des écrivains.

  • 27 Celle d’enseignant, en particulier du secondaire, apparait typique de la position pro-islamiste (26 (...)

38Au sein du groupe des écrivains, l’analyse des correspondances multiples que nous avons faite à partir de notre base de données prosopographiques indique que le journalisme est la profession typique de la position anti-islamiste dialoguiste, tandis que les écrivains professionnels et les artistes sont typiques de la position anti-islamiste radicale (63 %, contre 35 % en moyenne)27. Médiatiquement, au sein des écrivains anti-islamistes, l’opposition entre radicaux et dialoguistes est effectivement incarnée par des figures exerçant ces professions. À travers cette opposition politique, c’est une opposition entre deux types d’intellectuels qui est en jeu, intellectuels généralistes et intellectuels spécifiques (Sapiro 2009).

  • 28 Entretien personnel avec Rachid Boudjedra, Alger, 9 mars 2013.
  • 29 L’Humanité dimanche, 30 septembre 1993.
  • 30 Le Républicain lorrain, 25 avril 1992.

39L’intellectuel généraliste prophétique correspond à l’intellectuel tel que le définit Christophe Charle dans son étude sur l’Affaire Dreyfus : Rachid Boudjedra, Rachid Mimouni ou Malika Mokeddem, relayés en France par les philosophes Bernard-Henri Lévy ou André Glucksmann (mais aussi le politologue Gilles Kepel) en sont tout à fait représentatifs. Rachid Boudjedra, écrivain professionnel (issu de la haute bourgeoisie, il vit essentiellement de ses droits d’auteurs français et algériens), utilise ainsi sa réputation littéraire considérable pour s’engager dans le débat public. Né en 1941, il fait partie des écrivains les plus centraux du champ littéraire algérien : publiant en français et en arabe, il est reconnu à l’échelle internationale (en France, au Liban) et en Algérie (il devient secrétaire général de l’UEA en 1990). Anti-islamiste radical, il affirme son appui à l’arrêt du processus électoral de janvier 1992, et publie chez son éditeur français Denoël, et directement en français, FIS de la haine, un pamphlet pointant les diverses responsabilités dans la montée du « fascisme vert » islamiste. Il distingue pourtant très nettement la littérature et la politique, refusant de faire de la première le lieu d’expression directe de la seconde sur le modèle de la littérature engagée : « Je suis rentré au FLN à quinze ans, je suis rentré au parti communiste à vingt ans. Et j’y suis toujours. J’ai toujours dit, l’engagement sur le terrain en tant que militant communiste : c’est une chose. L’art n’a rien à voir, n’a rien à voir*28 ». Lors de la publication de FIS de la haine, il répète que c’est en tant qu’écrivain qu’il prend position politique, sur un mode prophétique : « N'attendez pas de moi que je vous délivre une analyse. Je suis un romancier, pas un homme politique, ni un penseur. Je suis un artiste. C'est-à-dire quelqu'un qui appréhende le monde par sa sensibilité. Et c'est comme ça que je voudrais qu'on interprète mes réactions29 » ; « Je ne suis ni sociologue, ni politologue. Je fonctionne à la sensibilité et à l’émotion30 ».

40Face à cette figure d’intellectuel généraliste prophétique se développe celle de l’intellectuel spécifique, au sens de Michel Foucault : un intellectuel critique qui se fonde sur un savoir spécialisé (Foucault 1994). De fait les intellectuels anti-islamistes dialoguistes les plus engagés dans les débats publics sont journalistes et chercheurs en sciences sociales, algériens ou français, notamment autour des éditions La Découverte : Salima Ghezali ou José Garçon, Lahouari Addi ou Benjamin Stora.

  • 31 Entretien personnel avec Salima Ghezali, Alger, 27 avril 2014.
  • 32 Prix Sakharov et prix Olof Palme en 1997, prix Theodor-Haecker en 1999.
  • 33 On peut citer Abed Charef (Algérie : le grand dérapage, l’enfant d’Algérie ; Algérie : autopsie d’u (...)
  • 34 Les Amants de Shahrazade, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1999.

41Née en 1959, Salima Ghezali31 fait partie des figures les plus en vue de la position dialoguiste, en tant que membre fondatrice de l’hebdomadaire La Nation proche du FFS de Aït Ahmed. Elle a reçu pour son engagement de nombreux prix européen32. C’est au nom d’un savoir spécialisé sur la société que cette journaliste intervient dans le débat public. Comme d’autres journalistes politiques des deux langues, également dialoguistes, qui publient autant des essais politiques que de la littérature33, elle ne considère pas cette dernière comme le lieu d’expression d’une vérité supérieure. Elle parle de la littérature sur un registre non vocationnel : « Pas forcément écrire pour publier etc., j'ai jamais fait le rêve de devenir écrivain quand j'étais petite, je rêvais d'être avocate ou journaliste. Je suis devenue journaliste* ». Elle n’a d’ailleurs publié qu’une œuvre de fiction34. Son roman apparaît dans son discours avant tout comme une réponse à la sollicitation d’un éditeur et comme la poursuite logique de son action militante : « J'ai écrit donc essentiellement à sa demande ce petit texte. Et mue essentiellement par l'idée […] d'écrire quelque chose qui soit proche des principales idées, émotions, problématiques qui me... selon moi peuvent rendre compte de cette période-là de… de notre histoire* ». Marginale dans le champ littéraire, elle n’en a pas intériorisé toutes les règles. Il ne s’agit pas de voir dans cette opposition structurale au sein du champ littéraire (et plus largement au sein du champ intellectuel), entre l’intellectuel généraliste qui en est la figure dominante, et l’intellectuel spécifique qui se trouve à sa marge, une explication des prises de position politique des écrivains pendant la guerre : elle témoigne plutôt d’une intégration sociale et politique différenciée. Elle montre qu’à travers le débat politique, c’est également une lutte entre deux types d’intellectuels qui est en jeu.

42Le champ littéraire constitue un observatoire des rapports de force au sein du champ intellectuel, et de la position du journalisme en son sein. On y observe des hiérarchies de statut entre journalistes, enseignants et universitaires, mais aussi une concurrence entre écrivains et journalistes, qu’ils soient parfaitement intégrés au champ littéraire, se trouvent à sa marge, ou se situent à l’extérieur. La guerre civile pose en effet la question de la place de la culture comme mode d’expression politique. De fait, la fin de la crise correspond à une dépolitisation inédite du champ littéraire, à l’exception de jeunes écrivains journalistes (surtout francophones : Mustapha Benfodil, Kamel Daoud, Aziz Chouaki). Alors que le champ littéraire, et le secteur culturel de manière générale, portait dans les années 1980 l’essentiel de la critique politique, c’est le secteur journalistique qui le prend en charge très majoritairement à partir des années 2000.

Haut de page

Bibliographie

Aït-Aoudia Myriam, 2015, L’Expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime, Paris, Presses de Sciences Po.

Ancer Ahmed, 2001, Encre rouge, Alger, El Watan.

Benzelikha Ahmed, 2005, Presse algérienne : éditoriaux et démocratie, Oran, El Gharb.

Bourdieu Pierre, 1999, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, mars 1999, no 126‑127, p. 3‑28.

Bourdieu Pierre, 1991, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, no 89, p. 3‑46.

Bourdieu Pierre, 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, no 62, p. 69‑72.

Bourdieu Pierre, 1979, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Charef Abed, 1994, Algérie: le grand dérapage, La Tour-d’Aigues, L’Aube.

Charle Christophe, 1990, Naissance des « intellectuels »: 1880-1900, Paris, Minuit.

Chenntouf Tayeb, 2008, « Les intellectuels et/dans la crise 1988–2004 » dans L’Algérie face à la mondialisation, Dakar, CODESRIA, p. 301‑316.

Deheuvels Luc-Willy, 1991, Islam et pensée contemporaine en Algérie : la revue « Al-aṣâla », 1971-1981, Paris, CNRS Editions.

Douidi Lynda, 2009, Débats de société en Algérie de 1989 à 1995 à partir du courrier des lecteurs de la presse écrite arabophone, Thèse de doctorat, INALCO, Paris.

El Kenz Ali, 2007, « Les chercheurs africains, une “élite” ? » dans Omar Lardjane (ed.), Élites et société, Alger, Casbah.

Foucault Michel, 1994, « L’intellectuel et ses pouvoirs (1984) » dans Dits et écrits IV, Paris, Gallimard, p. 676‑677.

Hachimi Alaoui Myriam, 2007, Les Chemins de l’exil: les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 90, Paris, L’Harmattan.

Jacquemond Richard, 2003, Entre scribes et écrivains : le champ littéraire dans l’Egypte contemporaine, Paris/Arles, Actes Sud.

Jurt Joseph, 2005, « La littérature est-allemande, avant et après 1989 » dans Mihai Dinu Gheorghiu, Lucia Dragomir et Joseph Jurt (eds.), Littératures et pouvoir symbolique, Pitesti (Roumanie), Paralela 45.

Labter Lazhari, 1995, Journalistes algériens entre le bâillon et les balles, Paris, L’Harmattan.

Lahire Bernard, 2006, La Condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte.

Leperlier Tristan, 2015, Une guerre des langues? Le champ littéraire algérien pendant la décennie noire (1988-2003). Crise politique et consécrations transnationales, Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Liverani Andrea, 2008, Civil Society in Algeria: The Political Functions of Associational Life, London, Routledge.

Martinez Luis, 1998, La Guerre civile en Algérie : 1990-1998, Paris, Karthala.

Mauger Gérard, 2006, Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Mostefaoui Belkacem, 1989, « Naissance des journalistes algériens », Médiaspouvoirs, décembre 1989, no 16, p. 51‑57.

Mostefaoui Belkacem, 1986, « Unanimisme et crédibilité : quelques problèmes actuels de l’information en Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord 1984, 1986, p. 281‑297.

Office National des Statistiques, 2005, Rétrospective statistique 1970-2002, Alger, Office National des Statistiques.

Sapiro Gisèle, 2009, « Modèles d’intervention politique des intellectuels », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009, no 176‑177, p. 8‑31.

Sapiro Gisèle et Gobille Boris, 2006, « Propriétaires ou travailleurs intellectuels ? », Le Mouvement Social, 2006, no 214, p. 113‑139.

Stora Benjamin, 2004, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance (1962-1988), Paris, La Découverte.

Werenfels Isabelle, 2007, Managing instability in Algeria: elites and political change since 1995, London/New York, Routledge.

Zerrouky Hassane, 1999, « Le difficile combat de la presse algérienne », Recherches internationales, 1999, no 56‑57.

Haut de page

Notes

1 L’écrivain algérien en activité a fait l’objet d’une définition empirique, croisant des indices de reconnaissance sociale de leur « algérianité » et de leur visibilité dans le champ (publications, ou, à défaut, présence dans les institutions, les débats, etc.). Pour plus de précisions, voir ma thèse de doctorat (Leperlier 2015)

2 Le « développement professionnel » de l’écrivain reste inabouti, son métier reste très peu codifié, avec un « droit d’entrée » très bas, à l’inverse des autres professions intellectuelles pour lesquelles le diplôme est devenu de plus en plus une condition nécessaire. Voir Sapiro et Gobille 2006 et Mauger 2006.

3 Pour éviter les confusions, nous parlerons d’« universitaires » pour les chercheurs et enseignants du supérieur, et d’« enseignants » pour les enseignants du primaire et du secondaire.

4 Les autres professions qui seraient susceptibles d’être intégrées à cette étude, comme les professions libérales, trop peu représentées dans le champ littéraire, ne sont pas prises en compte ici.

5 Brahim Brahimi évoque le chiffre de 1406 journalistes auquel une carte professionnelle a été donnée en décembre 1991 (« Pour un statut des journalistes », El Watan le 2 mai 2005). Dans le même article, il indique une fourchette extrêmement large pour le nombre de journalistes à cette date, entre 3 000 et 27 000.

6 Dans cette variable, les écrivains bilingues sont classés dans leur langue de publication majoritaire.

7 À partir de notre population, nous avons défini trois générations au sens de Karl Mannheim, proche en cela de la tripartition proposée par Isabelle Werenfels (Werenfels 2007) : la « génération de la guerre », née avant 1944, et qui ont donc pu participer à la guerre de libération ; la « génération de l’Indépendance », née autour de 1950 ; et la « génération d’Octobre », née après 1960.

8 « En 1961, les jeunes Français sont scolarisés à 100 %, les enfants algériens à moins de 15 %. Le nombre de musulmans inscrits dans les classes primaires atteint à peine 700 000. Dès 1970, ils sont déjà près de deux millions et, en 1980, plus de quatre millions et demi », Stora 2004, p. 59.

9 Rétrospective statistique 1970-2002, Alger, Office National des Statistiques, 2005, p. 94. Le nombre d’étudiants entre 1970 et 2000 a été multiplié par 25, et le nombre de diplômés par 15.

10 http://niarunblog.unblog.fr/les-salaires/ [18/11/2015] (El Watan, 26 janvier 2012).

http://www.djazairess.com/fr/lemidi/804100101 [18/11/2015] (Le Midi Libre, 10 avril 2008).

https://portail.cder.dz/spip.php?article789 [18/11/2015] (Le Quotidien d’Oran, 1er décembre 2010).

11 Les étoiles* correspondent à des citations extraites d’entretiens personnels inédits.

12 Entretien personnel avec A., Paris, 5 juin 2013.

13 Entretien personnel avec B., Paris, 8 juin 2014.

14 Algérie Littérature/Action n°3, p.272.

15 Selon laquelle la tolérance des pouvoirs publics se réduit en fonction inverse de l’étendue du public potentiel : livre, presse écrite, presse audio-visuelle.

16 D’après les informations données par l’un d’eux.

17 Les 14 et 15 juin 1989 ont lieu concurremment les assemblées générales du MJA et des journalistes de l’UJEI. Le MJA est alors divisé sur cette stratégie : certains journalistes du MJA la dénoncent dans le quotidien de langue arabe Ech-Chaab, 13 juin 1989.

18 APS, mercredi 17 octobre 1990.

19 Entretien personnel, Alger, 28 avril 2014.

20 Entretien avec Marie Virolle, Encres vagabondes n°10, 1er avril 1997.

21 Algérie Littérature/Action n° 22-23, juin-septembre 1998, p. 291.

22 « Je fais partie de l’école autobiographique. C’est un roman récit, un reportage. », El Watan, 8 octobre 1997.

23 Abdelkader Djemaï écrit : « Il faut que la littérature soit décente, pudique, qu’elle ne tombe pas dans le voyeurisme »

24 Ghania Khelifi, « Les Indignés de la plume », sur babelmed.net (http://www.babelmed.net/Pais/Alg%C3%A9rie/les_indign%EF%BF%BDs.php?c=7226&m=36&l=fr ) consulté le 17 août 2015.

25 D’après la base de données bibliographiques que nous avons constituée, portant sur 1600 titres d’écrivains algériens publiés entre 1988 et 2003.

26 À partir de notre population d’écrivains, nous avons codé trois prises de position politique centrales pour la période : anti-islamisme radical (soutien à l’arrêt du processus électoral, rejet de la réintégration politique du FIS), anti-islamisme dialoguiste (rejet du coup d’Etat, soutien à la réintégration politique du FIS, et ce malgré une opposition politique aux islamistes), pro-islamisme (soutien au mouvement islamiste). Il va de soi que ces catégories synthétiques sont affinées dans l’analyse des trajectoires concrètes.

27 Celle d’enseignant, en particulier du secondaire, apparait typique de la position pro-islamiste (26 % des universitaires, 31 % des enseignants, contre 15 % en moyenne). L’analyse porte sur les axes 1 et 2 de l’ACM , sur lesquels les modalités de prises de position politique ont été projetées.

28 Entretien personnel avec Rachid Boudjedra, Alger, 9 mars 2013.

29 L’Humanité dimanche, 30 septembre 1993.

30 Le Républicain lorrain, 25 avril 1992.

31 Entretien personnel avec Salima Ghezali, Alger, 27 avril 2014.

32 Prix Sakharov et prix Olof Palme en 1997, prix Theodor-Haecker en 1999.

33 On peut citer Abed Charef (Algérie : le grand dérapage, l’enfant d’Algérie ; Algérie : autopsie d’un massacre, successivement publiés aux éditions de L’Aube en 1994, 1995 et 1998 ou H’mida Ayachi, ḏākirat al-ğunūn wa-l-intiḥār [Le Souvenir des esprits et Le Suicide], Alger, Laphomic, 1986, traduction française publiée sous le titre Zana à Alger par Barzakh en 2003, et al-islāmiyūn bayna-l-sulṯa wa-l-raṣāṣ [Les Islamistes entre le pouvoir et les balles], Alger, Dar el Hikma, 1992.

34 Les Amants de Shahrazade, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Leperlier, « Journaliste dans la guerre civile algérienne : Une profession intellectuelle entre littérature et politique », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 79-96.

Référence électronique

Tristan Leperlier, « Journaliste dans la guerre civile algérienne : Une profession intellectuelle entre littérature et politique », L’Année du Maghreb [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 21 décembre 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2810 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2810

Haut de page

Auteur

Tristan Leperlier

Docteur EHESS, CESSP

Haut de page