Navigation – Plan du site
Dossier : Profession journaliste
3. Un groupe professionnel en pleine transformation

Postface : Une « transition » difficile

Note sur l’état de la recherche en sciences de l’information et de la communication en Tunisie
Larbi Chouikha
p. 175-179

Entrées d'index

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte tunisien, depuis les années de l’indépendance en 1956 jusqu’au début 2011, le développement de la recherche et de la réflexion en Sciences de l’information et de la communication (SIC) était conditionné par les soubresauts des évolutions politiques (Chouikha, 1992 et 1994). Le passage d’une configuration étatiste qui a perduré durant plus de 50 ans à une situation marquée par des paradoxes et des singularités totalement inédits dans l’histoire du pays, invite à revoir les grilles d’analyse et les modèles interprétatifs dominants dans ce champ de la recherche.

  • 1 . La question de la délimitation de la notion d’espace public dans le monde arabe demeure très prob (...)
  • 2 . Par « société civile », nous entendons, principalement, les ONG de défense de la liberté d’expres (...)

2En effet, depuis l’indépendance du pays, la généalogie et la structuration de l’État tunisien ont toujours façonné le champ médiatique dans son ensemble. Dans ce sillage, l’habitus des journalistes, leur production, la structuration des entreprises de presse, etc. dépendaient largement du monde politique incarné par l’institution étatique (Chouikha, 1992, p. 37). Or, depuis l’avènement du « printemps tunisien », nous sommes passés promptement à une situation marquée d’un côté, par un fléchissement de l’autorité étatique et de l’autre, par l’irruption dans « l’espace public »1 d’un nouvel acteur incontournable, « la société civile »2, et son corollaire, « l’opinion publique ».

3Cette nouvelle donne engendre un paradoxe : la demande sociale exprimée par les publics et les journalistes devient prégnante tandis que le rôle et la place de l’État face à l’éclosion d’un paysage médiatique et communicationnel – pluriel et diversifié – se posent avec acuité (Chouikha, 2015).

  • 3 . Cf. le texte de l’appel adressé au président de la République à l’occasion du 43e anniversaire de (...)
  • 4 . Nous empruntons l’idée du « code » à la sociolinguistique, mais sans réduire celui-ci au seul usa (...)

4Ce que nous qualifions d’étatisation de l’information avant « le printemps tunisien », c’est le fait que la configuration étatiste, tutélaire (institution présidentielle/gouvernement/parti au pouvoir) conditionne et détermine la structuration et l’organisation du champ journalistique et médiatique dans son ensemble (Chouikha, 1995). Dès lors, faire paraître un titre, accéder aux sources de l’information, mettre en circulation le journal via les sociétés de diffusion, tirer profit de la manne publicitaire – émanant des institutions publiques ou celles du secteur privé –, des abonnements administratifs, bénéficier des subsides de l’État, etc. – relève de l’appréciation de l’administration d’État. De plus, l’entrée dans ce champ oblige tout propriétaire d’un média à se soumettre à la fois à une législation sur la presse qualifiée de « liberticide » par les défenseurs des droits de l’Homme3, et à « un code de bonne conduite »4 constitué de critères – visibles et non visibles – dictés par des contingences politico personnelles du moment. En effet, en Tunisie, ce ne sont pas seulement les textes juridiques comme le Code de la presse en vigueur depuis 1975 qui régissent les rapports gouvernants/gouvernés (jusqu’en 2011), mais l’interprétation qui sera donnée par l’autorité politique qui, elle-même, fluctue selon les cas et les contextes (Chouikha, 2015, p. 15). La décision de libéraliser les ondes en 2003 ne déroge pas aux dites logiques que celles qui régentent la presse écrite (Chouikha, 2005/ 2006). Cette configuration des relations entre les médias et le pouvoir politique contribue à alimenter une culture de l’allégeance de la première à l’égard du second (Chouikha, 1992).

5Dans cette perspective, il convient de se demander en fonction de quels schèmes cognitifs, de grilles de lectures et de matrices interprétatives, et surtout, dans quel environnement politico social, le chercheur qui se déploie dans ce champ, extériorise ce qu’il a bien pu intérioriser.

  • 5 . Entre 1970 et 1990 la plupart des thèses était soutenue à l’Institut Français de Presse (IFP, Uni (...)
  • 6 . Citons quelques exemples de thématiques : « La communication sociale » dont les actes ont été pub (...)
  • 7 . L’IPSI (Institut de Presse et des Sciences de l’Information) est la seule institution publique qu (...)

6La lecture des études publiées à partir des années 1970, – essentiellement les thèses de doctorat5 que les colloques qu’organisait l’IPSI6 – et élaborées dans ce qui se limitait à l’époque, aux sciences de l’information7, nous permet d’établir ce premier constat. La plupart d’entre elles, s’articulaient autour du développement et du changement social – problématique récurrente dans les recherches en sciences sociales pendant ces années – qui tend à sacraliser la place et le rôle de l’État. Que ce soit dans la logique de la construction de l’État-nation, de l’information au service du développement national ou de la « maîtrise » des informations en provenance de l’étranger, ces études ne faisaient que reproduire en fait, les schèmes, les pratiques et les modèles étatistes à tendance hégémonique.

7Ces études étaient mues par des approches macro sociologiques développées en termes de détermination sociale, du poids de l’histoire et des institutions, des conditions économiques, politiques et juridiques. Elles privilégiaient les monographies et les enquêtes quantitatives dans la consommation des médias, sur le vécu social et les expériences individuelles des acteurs. Elles consacraient la toute-puissance de l’émetteur, du message et de ses supports, tout en occultant les formes interactives qui interviennent dans le processus de la réception. Elles manifestaient une prédilection pour les analyses relatives aux effets et à l’impact des médias étrangers sur les populations locales. Dans le même temps, l’engouement généralisé autour du credo à la mode vers la fin des années 1970 du nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC), avait quelque peu affadi toute réflexion sur les questions d’ordre éthique, professionnel, ainsi que celle portant sur la réception et l’usager comme « individu qui se développe continûment » (Elias, 1991, p. 51).

Revisiter les paradigmes de la recherche en communication/information en Tunisie

  • 8 . Nous employons ce vocable de transition sans pour autant conjecturer sur l’issue d’un processus p (...)
  • 9 . On pense à la propension autrefois à privilégier les travaux consacrant la toute-puissance de l’é (...)

8Mais, dans la phase actuelle de « transition démocratique »8, ces perspectives d’analyse et cette vigilance méthodologique devraient inciter à appréhender autrement la structuration du champ de la recherche en Tunisie. Cependant, les écueils demeurent tenaces et on peut en circonscrire quelques-uns. Tout d’abord, l’absence d’un laboratoire ou d’un centre de recherche à même de remplir les rôles d’aiguilleur, de défricheur, de coordinateur et de diffuseur des études portant sur les médias et les technologies de communication ne fait qu’entretenir cette prédilection observée pour les études parcellaires et les thématiques de recherche qui baignent dans « l’air du temps »9. De plus, les travaux scientifiques entre des chercheurs qui explorent de concert des terrains d’investigation à partir de problématiques et d’approches méthodologiques pensées collectivement ne sont pas légion, et a fortiori quand il s’agit de susciter la réflexion sur des thématiques peu ou prou explorées : une sociographie de la profession, le vécu quotidien des journalistes, leur rapport aux sources de l’information, les relations entre le pouvoir politique, le pouvoir de l’argent et le monde des journalistes, ...

  • 10 . Plus significative, la disparition du Centre d’études et de recherche économique et social au déb (...)

9Par conséquent, l’absence d’une tradition de débat académique bien ancrée et d’une autorité scientifique dûment reconnue par la communauté des chercheurs en SIC laissent souvent place à une production de travaux universitaires très hypothétique au plan de la rigueur scientifique. C’est d’autant plus que les sources d’information et les données dans ce domaine sont réduites et parfois peu fiables. Les seules enquêtes sur les usages et les études d’audience dont nous disposons sont souvent le fait de bureaux d’études privés où les méthodes et les analyses auxquelles ils recourent sont parfois peu fiables, et les informations et les statistiques portant sur la sociographie de la profession, sur les usages et les équipements, etc. demeurent soit difficiles d’accès ou en nombre réduit. Il convient d’ajouter à ces facteurs, les espaces documentaires et bibliothécaires spécialisés qui font défaut et s’ils existent, le renouvellement, la diversification et l’accès à leur fonds posent de sérieux problèmes liés aux ressources humaines, aux moyens mis à la disposition des chercheurs et aux espaces aménagés à cet effet10.

10De plus, durant plus de cinquante ans, la question de l’autonomie du chercheur dans ce champ se posait à son niveau le plus élémentaire. Quand celui-ci déclinait des problématiques qui s’articulaient autour de l’État néo patrimonial et ses conséquences sur la société et sur l’individu, dans un environnement politique « étatisé », il serait présomptueux d’affirmer que cet environnement ne produisait pas « d’effets » sur sa manière de réfléchir, de travailler et de produire. Le défi auquel il était confronté gisait dans ce paradoxe : comment pouvait-il travailler et produire dans la sérénité – en bravant parfois les injonctions et les interdits dressés par le pouvoir politique –, sans être inquiété (Chouikha, 2015, p. 111).

  • 11 . Cf. « Pour la vérité sur le système Abdelwahab Abdallah », Déclaration à l’occasion du 59e annive (...)

11Autrement dit, ce qui fait la singularité de cette « transition » tunisienne, et dans le même temps, constitue aussi sa fragilité, c’est que celle-ci ne peut évoluer en rupture totale et irréversible avec les pratiques et les schèmes qui ont toujours régi les médias et conditionné l’état de la recherche par le passé. À titre d’illustration : La cohabitation au sein d’une même institution comme l’IPSI de fractions constituées de profits d’enseignants où les représentations sociales qui les imprègnent, les schèmes, la conception, leurs rapports à la recherche académique sont très différents, voire antagoniques, rend les transformations difficiles à réaliser. D’autant plus vrai que les leçons portant sur les implications des personnes – y compris des enseignants-chercheurs - dans le système qui a régenté les médias et l’information sous Ben Ali n’ont jamais été tirées au grand jour ou même, circonscrites11.

12À partir de ces observations, il serait hasardeux aujourd’hui de faire des prédictions tant la situation de la recherche et l’évolution du pays dans son ensemble sont encore imprévisibles. La bonne et saine « gouvernance » exige un minimum de confiance réciproque entre, d’un côté, les différents acteurs du processus de transition et, de l’autre, entre les gouvernants et les gouvernés. Dans le cas contraire, les risques sont grands pour que cette situation favorise un climat de suspicion et de méfiance réciproque et, dans le cas extrême, nous plonge dans une violence polymorphe (Chouikha, 2015, p. 105) Par conséquent, à l’instar des nombreux défis qui pèsent sur le cours de la transition politique, personne ne peut présager que cette page de l’histoire de l’Université est en voie d’être tournée et que le processus de démocratisation de la recherche et des institutions universitaires soit réellement enclenché.

Haut de page

Bibliographie

Ben Hadj Yahia, Riadh, 1994, État, démocratie et communication en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Thèse de doctorat en Sciences de l’information, Université Grenoble III.

Ben Salem Lilia, 1998, « Le statut de «l’acteur social» dans la sociologie tunisienne », Correspondances, n°49, IRMC, Tunis.

Chouikha Larbi, Labidi Kamel, Jouini Hassan, 1992, « État de la liberté de la presse en Tunisie de janvier 1990 à mai 1991 », in Freund Wolfgang S. (dir.), L’information au Maghreb, Tunis, Cérès Production, p. 94-119.

Chouikha Larbi, 1992, « Fondements et situation de la liberté de l’information en Tunisie, essai d’analyse », in Freund Wolfgang S. (dir.), L’Information au Maghreb, Tunis, Cérès Productions, Tunis, p. 71-119

Chouikha Larbi, 1992, « Étatisation et pratique journalistique », Revue Tunisienne de Communication, n°22, juillet-décembre, p. 37-46.

Chouikha Larbi, 1994, « Ébauche d’une réflexion sur l’évolution des études et de la recherche relatives à l’état de l’information au Maghreb », Revue Tunisienne de Communication, n°25, janvier-juin, p. 25-31.

Chouikha Larbi, 1995, « Propriétés et particularités du champ politico-journalistique en Tunisie », NAQD Revue d’études et de critique sociale, n°8/9, p. 113-124.

Chouikha Larbi, 2005-2006, « L’audiovisuel en Tunisie : une libéralisation fondue dans le moule étatique », L’Année du Maghreb, p. 549-558.

Chouikha Larbi, 2015, La difficile transformation des médias : des séquelles de l’étatisation aux aléas de la transition, Tunis, Éd Finzi Tunis.

Elias Norbert, 1991, Qu’est-ce que la sociologie ?, La Tour-d’Aigues, Éd. de l’Aude.

Ferjani Riadh, 1995, L’État et l’internationalisation de la télévision en Tunisie (1988-1993), Thèse de doctorat en Sciences de l’information, Université Paris II.

Hizaoui Abdelkrim 1982, Le pluralisme de la presse en Tunisie : essai de réflexion historique et sociologique à partir des évènements de 1977, Thèse de doctorat en sciences de l’information, Université Paris II.

Haut de page

Notes

1 . La question de la délimitation de la notion d’espace public dans le monde arabe demeure très problématique et sous analysée encore. Dans notre acception, l’« espace public » demeure donc à la fois très général et polysémique. Il peut également renvoyer à une « sphère publique » dont les acteurs communiquent entre eux par le biais des réseaux sociaux et des chaînes satellitaires.

2 . Par « société civile », nous entendons, principalement, les ONG de défense de la liberté d’expression, les organisations professionnelles des médias et des journalistes et les formes de mobilisations qu’elles induisent, selon les cas.

3 . Cf. le texte de l’appel adressé au président de la République à l’occasion du 43e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui a recueil­li quelques 300 signatures (10 décembre 1991). Le texte est publié in Chouikha Larbi, Labidi Kamel, Jouini Hassan, (1992, p. 118-119).

4 . Nous empruntons l’idée du « code » à la sociolinguistique, mais sans réduire celui-ci au seul usage de la langue. Le code renvoie ainsi dans notre cas à un type de relations au monde extérieur et à l’autorité publique régi par un savoir-faire, par des tactiques et des manières de faire que déploient des individus dans cet espace public. Les usages du code sont régis par les situations de communication.

5 . Entre 1970 et 1990 la plupart des thèses était soutenue à l’Institut Français de Presse (IFP, Université Paris 2). Parmi les thèses en SIC sur la Tunisie que j’ai lues, trois ont retenu particulièrement mon attention pour leur choix de la thématique et la pertinence des analyses qu’elles recèlent : celle de A. Hizaoui (1982), R. Ben Hadj Yahia (1994), R. Ferjani (1995).

6 . Citons quelques exemples de thématiques : « La communication sociale » dont les actes ont été publiés dans la Revue tunisienne de communication (RTC) ; n°15/16 : janv-décembre 1989 ; « La communication en matière de population », publiés n°17/18 de la RTC janv-décembre 1990 ; « L’image et la pratique médiatique des jeunes » n°28/29 de la RTC : juil-déc 1995,…

7 . L’IPSI (Institut de Presse et des Sciences de l’Information) est la seule institution publique qui forme des journalistes. Il a un caractère académique et est rattaché au ministère de l’enseignement supérieur. Jusqu’au début des années 1990, le champ de compétence de cette institution universitaire portait uniquement sur la formation des journalistes et sur l’étude des médias. À partir de cette date et sous l’effet de l’immersion des technologies de communication et leur généralisation dans le pays, un département de la communication sera créé à côté de celui du journalisme.

8 . Nous employons ce vocable de transition sans pour autant conjecturer sur l’issue d’un processus politique censé aboutir à l’institutionnalisation d’un régime démocratique.

9 . On pense à la propension autrefois à privilégier les travaux consacrant la toute-puissance de l’émetteur, des structures, des institutions, et à la prospection encore timorée aujourd’hui pour les études sur les usages des Tics, la réception, proprement dite, la recherche ethnographique par exemple.

10 . Plus significative, la disparition du Centre d’études et de recherche économique et social au début des années 1990 (Cérés) qui fut, jadis, dans les années 1960, le cadre propice de rencontres et de débats entre chercheurs et le fleuron de la recherche en Tunisie, est un exemple édifiant de l’hostilité des élites dirigeantes à l’encontre d’un centre de recherche autonome.

11 . Cf. « Pour la vérité sur le système Abdelwahab Abdallah », Déclaration à l’occasion du 59e anniversaire de la République tunisienne juillet 2016. A. Abdallah, ex enseignant à l’IPSI, fut l’architecte du système médiatique sous Ben Ali. Voir http://www.petitions24.net/pour_la_verite_sur_le_systeme_abdelwahab_abdallah

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha, « Postface : Une « transition » difficile  », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 175-179.

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Postface : Une « transition » difficile  », L’Année du Maghreb [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 21 décembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2890 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2890

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Professeur à l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI), Université La Manouba, Tunisie.

Articles du même auteur

Haut de page