Navigation – Plan du site
Dossier : États et territoires du politique
Première partie. Décentralisation et reconfiguration des territoires de l'action publique
1.1 La décentralisation, des enjeux d'aménagement territorial et d'intégration des territoires dans le cadre national

Les territoires sahariens en Algérie. Gouvernance, acteurs et recomposition territoriale

The Saharan territories in Algeria. Governance, actors and territorial reconstruction
Badreddine Yousfi
p. 53-69

Résumés

Livrés politiquement et économiquement à eux-mêmes pendant plusieurs siècles, les territoires sahariens du Sud algérien dépendaient des pouvoirs traditionnels locaux constitués de religieux et de notables jusqu’à l’arrivée de la colonisation française où les prémices d’une nouvelle organisation territoriale ont été posées. Ceci a constitué une étape primordiale dans leur intégration politique et économique. Mais il faut attendre l’indépendance de l’Algérie pour voir émerger une dynamique territoriale multidimensionnelle (politique, économique et sociale). L’État algérien réinvestit ces territoires pour des raisons stratégiques et géopolitiques. Il devient rapidement le principal acteur en matière de développement, d’aménagement en renforçant sa présence politique. La modernisation des organisations politiques via les instances d’un État central a échoué à mettre en place à l’échelle locale un modèle de gouvernance moderne qui s’articule sur des valeurs « démocratiques ». Ainsi, ces territoires connaissent une crise de gouvernance au moment où les instances traditionnelles ont été affaiblies et écartés.

Haut de page

Texte intégral

1À l’heure actuelle, l’action territoriale des politiques publiques en Algérie demeure caractérisée par une forte intervention de l’État et ce, malgré les différentes réformes entreprises en matière de déconcentration et décentralisation appuyées par une refonte du découpage administratif (1963, 1974, 1984, 2015) et accompagnées par la mise en place promulgation d’un nouveau cadre juridique (les codes de la commune de 1967, 1990 et 2011 et la loi relative à l’aménagement et l’urbanisme de 1990) procurant aux collectivités locales des missions territoriales importantes. Mais dans les faits, ce transfert du pouvoir vers le local ne se limite qu’à quelques prorogatifs étant donné que les collectivités locales ne contrôlent pas la fiscalité et dépendent des subventions de l’État pour assurer leur fonctionnement. Ces réformes territoriales ont servi à renforcer la présence de l’État en consolidant son réseau institutionnel comme elles ont servi à orienter les actions publiques à l’échelle locale (équipements, routes, eau…). Elles ont contribué à la recomposition territoriale et ont permis de normaliser le local selon une vision du centre en procurant quelques marges de manœuvres aux autorités locales sous le contrôle de l’administration. La question de la décentralisation – déconcentration dont le processus a commencé dans les pays du Maghreb dans les années 1970, évoque aussi celle de la gouvernance territoriale et du rôle de nouveaux acteurs qui ont émergé suite à la mise en place de cette nouvelle organisation territoriale.

2Dans le Sud algérien, la question de promouvoir des pouvoirs locaux n’a jamais été envisageable par l’État pour des raisons stratégiques et géopolitiques car il s’agit de territoires fragiles avec une géographie et une histoire particulièrement sensible. Bien au contraire, l’État accentue sa présence depuis les années 2000 pour marquer sa souveraineté et réinvestit ces espaces dans une perspective de désenclavement et d’intégration (Kouzmine, Fontaine, Yousfi, Otmane, 2009, p. 681 ; Fontaine, 2005, p. 439). Ce choix se justifie par rapport à un contexte international particulier à la région du Sahara et du Maghreb où l’insécurité et l’instabilité menacent ces territoires fragilisés. D’abord, l’instabilité politique des pays voisins comme le Mali où la révolte des Touareg risque de déclencher un mouvement de solidarité des Touareg algériens. Secundo, le conflit du Sahara Occidental et le problème du tracé frontalier avec le Maroc créent des espaces flous, auxquels s’ajoute la forte présence des zaouïas marocaines notamment celle de Ouazzane (la Taïbia dans le Sud-Ouest). Tertio, la montée des réseaux terroristes et des réseaux mafieux impliqués dans le trafic d’armes et de stupéfiants, qui constituent la nouvelle menace sécuritaire à laquelle se trouvent confrontés tous les pays de la région et les puissances internationales comme la France et les États-Unis d’Amérique. Enfin, l’immigration clandestine, de transit (orientée vers l’Europe) ou définitive, draine des milliers d’Africains chaque année dans cet espace. Il faut rappeler aussi que ces territoires étaient séparés administrativement du Nord de l’Algérie durant la colonisation jusqu’à 1958 (départementalisation du Sahara) et ont constitué un enjeu majeur dans les négociations de l’indépendance de l’Algérie entre le Front de Libération National (FLN) et la France. C’est dans ce contexte particulier qu’est menée l’action publique dans ces territoires.

  • 1 . Émeutes d’Ouargla en mars 2014.
  • 2 . Manifestations et mouvements de protestations contre l’extraction du gaz de schiste à In Salah en (...)

3Pour accompagner ses actions, l’État a intégré dans ces dix dernières années de nouveaux concepts dans son discours officiel comme ceux de la bonne gouvernance et de la participation citoyenne qui renvoient à l’intégration des acteurs locaux dans le processus de la prise de décision. Ce recentrage du discours politique vers le local est imposé par la pression des populations locales revendicatrices d’une redistribution plus équitable de la richesse nationale1 et d’une participation dans la prise de décision2, et parallèlement par des institutions financières internationales.

4Un nouveau découpage administratif (wilayas déléguées) a vu le jour en 2015, pour ne concerner, au départ, que les territoires sahariens, quelques années après la promulgation d’un nouveau code de la commune (2011). Dans ce long processus de construction et de recomposition territoriales des espaces sahariens, de nouveaux acteurs de prise de décision sont apparus : collectivités locales, représentants de l’administration, nouveaux groupes sociaux, société civile ; d’autres ont été mis en quarantaine sans qu’ils soient forcément dissous : les institutions traditionnelles telles que les confréries religieuses et les djemaas.

  • 3 . Il s’agit des sociétés stratifiées en classes sociales mais aussi selon les appartenances tribale (...)

5Ce jeu de redistribution de pouvoir se heurte souvent à l’organisation traditionnelle de la société locale3 au Sud algérien, ce qui suscite une certaine opacité. Quels sont les acteurs territoriaux identifiables ? Quels rôles jouent-ils pour accompagner l’action publique de l’État ? Quel est le devenir et le rôle des anciennes notabilités locales ?

6Le concept de la gouvernance, aujourd’hui largement mobilisé par les acteurs de politiques publiques territoriales du Sud algérien, fait l’objet de multiples usages. Il faut rappeler, qu’il a été vulgarisé par les institutions internationales à travers l’ONU et ses organismes (Gaudin, 2002, p. 65). Ce concept n’est pas nouveau mais il est réinventé et est réutilisé selon cet auteur dans un contexte de crise de l’État -providence et de la formation des collectivités subnationales. Bien plus, il devient un label de modernité (Gaudin, 2002, p. 95). Il apparaît dans les pays du Nord comme l’Angleterre autour d’une nouvelle gauche (Alliance Tony Blair et Anthony Giddens) où des programmes d’action se sont construits (Gaudin, 2002, p. 80). En France, la notion de gouvernance urbaine est examinée par Le Galès (1995) pour approcher l’action publique dans les villes. Selon le même auteur, « la problématique de la gouvernance renvoie donc aux interactions entre l’État et la société et aux modes de coordination pour rendre possible l’action publique » (Le Galès, 1995, p. 59). Il défend l’idée de sociologiser le concept de la gouvernance qui peut se définir « d’une part, en termes de capacité à intégrer, à donner forme aux intérêts locaux, aux organisations, groupes sociaux, et, d’autre part, en termes de capacité à les représenter à l’extérieur, à développer des stratégies plus ou moins unifiées en relation avec le marché, l’État, les autres villes et les autres niveaux de gouvernement » (Le Galès, 1995, p. 90). Le concept de gouvernance sera utilisé en Europe pour accompagner la construction européenne et le domaine de la prise de décision à partir de 2001 (Bonerandi, Santamaria, 2011, p. 6).

7Cette notion va trouver place dans la définition des politiques publiques des pays d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie, qui souffrent de sérieux problèmes d’endettement, en examinant les voies et les moyens de décentraliser les charges et services, ce qui tranche avec l’État hypercentralisé qui fut la norme par le passé (Mccarney, 2000, p. 25). Ce concept de la gouvernance a été introduit au Maghreb d’abord par la Tunisie, se présentant ainsi comme un bon élève vis-à-vis les bailleurs de fonds internationaux (Laroussi, 2009, p. 1), puis par le Maroc avec le programme du Plan des Nations Unies de Développement (PNUD) pour lutter contre la pauvreté (El Menasfi, 2012, p. 78). Il est aussitôt instrumentalisé par les gouvernements des pays maghrébins pour accompagner des réformes recommandées par les institutions internationales et pour apaiser les contestations des populations locales et les organisations non gouvernementales. Comme le note Laroussi (2009, p. 33), « la réappropriation de la bonne gouvernance par les instances tunisiennes conserve tout son sens de contrôle de la société ».

8Par ailleurs, le concept de la gouvernance dépasse cette normativité qui lui a été attribuée par les instances de la finance internationale. Son intérêt méthodologique réside dans le fait qu’il permet de comprendre comment les acteurs multi-niveaux se cordonnent, négocient et construisent des relations de pouvoir (Moisseron, 2009, p. 23). De Miras (2009, p. 32) avance le concept de la gouvernementalité en étudiant le cas du Maroc. Il focalise la démarche autour de la complexité et s’intéresse aux acteurs, aux réseaux et aux échelles qui interviennent dans la décision publique prise.

  • 4 . Cette région saharienne peu riche en hydrocarbure est devenue un lieu des nouveaux enjeux nationa (...)
  • 5 . Nous nous sommes également appuyés sur un ensemble de témoins privilégiés constitués des anciens (...)

9Pour répondre à nos interrogations formulées ci-dessus, nous nous sommes appuyés sur des recherches ayant traité la thématique de la construction des territoires sahariens et de l’action publique depuis la colonisation jusqu’à nos jours. Une lecture du cadre juridique portant sur l’organisation territoriale en Algérie a été effectuée. Ceci a été complété par un travail de terrain qui a concerné la région du Sud-Ouest4. Plusieurs entretiens ont été menés auprès d’élus locaux, de responsables administratifs, de notables locaux, de bureaux d’étude et d’habitants5.

Territorialisation de l’action de l’État  : le local normalisé

  • 6 . Séparant le Sud du Nord de l’Algérie, la loi de 1902 portant sur l’organisation territoriale des (...)

10L’organisation territoriale actuelle du Sahara algérien remonte à la colonisation française dont les jalons n’ont été posés qu’à la veille de l’indépendance de l’Algérie. La découverte du pétrole en 1956 a suscité l’intérêt de la métropole pour cet espace qui était soumis à une organisation spéciale6 depuis 1902 par le biais de la loi des territoires du Sud. La nouvelle organisation territoriale s’est articulée sur la départementalisation du Sahara (1958), intensifiant le contrôle de l’autorité centrale sur ces territoires. Cette reconfiguration de l’espace saharien s’inscrit dans un processus d’intégration du Sahara à l’État -nation et de recomposition territoriale, qui se poursuivra après l’indépendance de l’Algérie.

  • 7 . Les départements et circonscriptions ont été maintenus (15 départements et 91 circonscriptions), (...)

11L’État algérien procède ainsi à la mise en place d’un réseau administratif hiérarchisé en s’appuyant sur un maillage de plus en plus serré dans le souci de marquer sa souveraineté sur ses territoires. Les découpages mis en place traduisent la détermination d’un État décidé à remodeler son économie, son territoire et sa société, en vue de faire émerger de nouvelles formations sociales et de nouveaux acteurs (Bendjelid, Brulé, 2004, p. 52). Si le premier découpage administratif mis en place en 19637 n’a pas bouleversé le fonctionnement du régime administratif hérité de la colonisation, les découpages suivants auront plus d’impact sur le plan local.

Déploiement territorial des pouvoirs centraux

  • 8 . La présente grille normalise et hiérarchise l’affectation des équipements en fonction des trois r (...)
  • 9 . La wilaya représente l’échelon territorial supérieur au niveau local. Elle est administrée par un (...)

12Un nouveau découpage administratif a été conçu au début des années 1970 et finalisé en 1975 pour consolider non seulement le réseau institutionnel mais aussi pour appuyer les projets d’industrialisation, de rééquilibrage de l’armature urbaine et de la réforme agraire. Ce découpage renforce la présence de l’État et ouvre une perspective de développement d’une série d’infrastructures par le bais de la grille d’équipements8 destinées aux petites et moyennes villes. Cet enjeu est visible dans ce découpage et s’articule de plus en plus sur les instances d’échelon supérieur et moyen à savoir les wilayas et les daïras9. Ceci dit, les rapports des actions en matière d’aménagement entre le central et le local sont prédéfinis. Les orientations générales sont décidées à l’échelle centrale normalisant et standardisant les actions à l’échelle locale.

  • 10 . Ordonnance n°67-24 du 18 janvier 1967 et ordonnance n°69-38 du 23 mai 1969, respectivement.
  • 11 . Ordonnance 74-26 du 20 février 1974 portant constitution des Réserves foncières au profit des com (...)

13Dans ce processus, la commune est minorisée et doit faciliter l’action territoriale de l’État (Chartes nationales de 1964et 1976, équivalent de la constitution ; le code de la commune de 1967 et de la wilaya de 196910). La création des régies des services publiques (eau, transport…) que leur permet le code la commune, n’a guère intéressé les petites communes qui comptent sur le financement de l’État pour couvrir leur budget. Par ailleurs, la création des lotissements communaux d’habitat individuel via les réserves foncières communales11 (1974) a été un enjeu principal au niveau local durant cette période. Au début des années 1980, le plan communal de développement (PCD) constitue un premier tournant donnant aux présidents des APC (les maires des communes) de nouvelles marges de manœuvres pour inscrire des actions de développement et demander des financements auprès de l’État .

14Alors que le nombre des wilayas et daïras créées est important (15 nouvelles wilayas, 69 nouvelles daïras) le nombre des communes créées est relativement modeste (31 nouvelles communes). Ceci s’explique par une volonté du pouvoir central de consolider le réseau exécutif tout en limitant le pouvoir des collectivités locales dont le maillage n’a pas trop évolué. Dans le Sahara algérien on passe de deux départements (la Saoura et les Oasis) à six wilayas (Bechar et Adrar à l’ouest, Ouargla, Biskra et Laghouat à l’est et Tamanrasset au grand sud). Si la création d’une nouvelle wilaya, daïra ou même commune suscite tant d’intérêt politique, c’est qu’elle présente un enjeu économique et social important pour les populations locales. En effet, l’application de la grille d’équipements donne aux nouveaux centres promus un rôle de commandement et leur procure des pouvoirs attractifs par le biais de nouveaux services administratifs, de formation et de santé. Ces services publics ont été pilotés par des fonctionnaires venus du Nord algérien.

Affinage du découpage administratif articulé sur le bas échelon (commune) : faux désengagement de l’État

15En 1985, un nouveau découpage reposant sur une philosophie différente est réalisé. Sa logique libérale prépare l’Algérie à une insertion dans le système capitaliste. Ainsi, les nouvelles entités territoriales sont tantôt le produit d’un regroupement des espaces à forte potentialité et tantôt le produit des anciennes solidarités sociétales.

  • 12 . Dans le Touat par exemple, il s’agit de Garmali-Mansour dans la commune de Bouda, de Titaf dans l (...)

16Constituant un maillage administratif plus serré, ce nouveau découpage ouvre la possibilité à l’émergence des pouvoirs locaux qui se reconstituent en fonction des solidarités locales. Le nombre des entités administratives a considérablement augmenté à tous les échelons, passant ainsi de 31 wilayas à 48, de 160 daïras à 276 et de 707 communes à 1514. Dans le Sahara, quatre nouvelles wilayas ont vu le jour : Tindouf et Illizi occupant des zones stratégiques sur les frontières (ouest et est), et Ghardaïa et El Oued qui représentent des territoires historiques replacés dans le réseau institutionnel ; 40 daïras ont été créées ; le nombre de communes a été doublé et plusieurs ne dépassent pas les 2 000 habitants. La promotion d’une localité en chef-lieu de commune dépend des critères préétablis par le centre, tels que son poids démographique, économique et historique, mais ce sont surtout les enjeux de pouvoirs locaux qui priment. La promotion obéit à une logique arbitrant entre les rapports de pouvoirs traditionnels à l’échelle locale : le pouvoir des djemaas (les assemblées traditionnelles) dans les ksour les plus influents est effacé par la promotion du ksar en chef-lieu de commune où les nouvelles institutions prennent place. À l’inverse, la promotion des petits ksour vise à neutraliser la rivalité et les sensibilités entre les grands ksour. C’est ainsi qu’on peut remarquer que certaines agglomérations secondaires (ksour) ont un poids démographique plus important que les chefs-lieux de commune12.

  • 13 . Dans un contexte économique allant davantage vers le libéralisme, la loi n°90-08 du 7 avril 1990 (...)
  • 14 . Loi n°90-29 du 1er décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme, modifiée et complétée p (...)

17À partir de 1990, les élus locaux sont appelés à se substituer à l’État dans de multiples domaines. Un nouveau code de la commune et de la wilaya est promulgué13, définissant de nouveaux rapports entre le centre et la périphérie. Par ailleurs, l’introduction du Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU)14 en 1990 vient donner aux acteurs locaux (élus, associations, bureaux d’étude, citoyens) plus de visibilité territoriale. En le rendant applicable à des chefs-lieux et des agglomérations de plus de 5 000 habitants, le plan d’urbanisme crée directement la condition pour la mise en œuvre de toute une série de règles du jeu et d’interventions qui modifient fondamentalement les anciens rapports (Sidi Boumedienne, 2004, p. 269). Pourtant le pouvoir central continue d’intervenir de façon massive dans le champ local au moyen des règlements et des circulaires (Zouaïmia, 2002, p. 35). Dans ce jeu, les walis (préfets) prennent le dessus et laissent peu de marge aux élus locaux pour ne pas dire qu’ils les écartent. Ces élus sont privés de leur pouvoir d’agir car ils sont peu informés (juridiquement et techniquement) des actions à entreprendre face aux responsables administratifs mieux outillés, d’autant plus que leurs communes sont tributaires du financement de l’État.

Fig. 1 Découpages administratifs selon les wilayas dans le Sud algérien

Fig. 1 Découpages administratifs selon les wilayas dans le Sud algérien

Source : Kouzmine, Fontaine, Yousfi, Otmane, 2009.

Les wilayas déléguées et la crise de la gouvernance territoriale

  • 15 . Ce fond est réservé au développement des zones sahariennes dont les ressources sont constituées p (...)
  • 16 . La loi n° 15-140 du 27mai2015, portant création de circonscriptions administratives dans certaine (...)
  • 17 . Loi 11-10 du 22 mai 2011 portant sur la commune.

18À partir des années 2000, l’action publique dans les espaces oasiens est le résultat d’abord d’un redéploiement territorial de l’État , dicté par les enjeux stratégiques et sécuritaires internationaux : conflits armés dans les pays voisins au Mali et en Libye, montée des réseaux mafieux et terroristes, trafics d’armement, de drogue, de prostitution, d’argent, de faux documents (Grégoire, 2010, p. 33), migration subsaharienne et transafricain ; et par une conjoncture locale effervescente marquée par les manifestations violentes de Ghardaïa, le mouvement des chômeurs à Ouargla et le mouvement citoyen contrer le gaz de schiste à In Salah. Pour s’y repositionner, l’État crée le Fond de développement des régions Sud en 199815 et met en place des wilayas déléguées16 en 2015 renforçant ainsi le nouveau code de la commune qui a été promulgué en 201117. Ce code, au lieu de doter les Présidents d’APC (les maires) de nouveaux pouvoirs, ne fait qu’accentuer le contrôle des walis sur le fonctionnement des assemblées communales.

19Mais ce nouveau dispositif renvoie également à l’intégration des acteurs locaux dans le processus de la prise de décision afin d’apaiser les tensions locales, revendiquant un partage équitable des ressources financières de la rente pétrolière, une transparence dans la distribution des logements ainsi qu’à l’accès à l’emploi, etc. « Mais le modèle choisi excluait par définition tout recours aux capacités locales d’organisation et d’aménagement. Dans ces conditions, c’est à l’échelle locale que la négociation entre État et société civile s’est développée, au fur et à mesure que la crise durcissait les jeux d’acteurs » (Troin, 2006, p. 160). Par une telle manœuvre, le pouvoir central peine à proposer un nouveau modèle de gouvernance locale et hésite à transférer le pouvoir vers le local en choisissant de s’impliquer davantage dans la gestion directe des espaces sahariens par ce nouvel échelon, à savoir la wilaya déléguée.

20Ainsi, dix wilayas déléguées sont créées au Sud algérien, placées sous contrôle des wilayas mères. Ce nouveau découpage administratif s’inscrit dans la logique et la continuité des découpages précédents ; il ne représente qu’une forme de promotion administrative couteuse à l’État en matière de fonctionnement car les territoires concernés sont peu peuplés et correctement équipés.

Tableau n°1. Les nouvelles wilayas déléguées dans le Sud de l’Algérie.

Wilaya déléguée

Nombre
de daïras

Nombre de communes

Superficie
km2

Population 2008

Densité
(hab./km²)
2008

Wilaya

Timimoun

4

10

65 203

122 019

1,87

Adrar

Bordj Badji
Mokhtar

1

2

120 026

16 437

0,13

Adrar

Ouled Djellal

2

6

11 410

174 219

15,26

Biskra

Béni Abbès

6

10

101 350

50 163

0,49

Béchar

In Salah

2

3

131 220

50 392

0,38

Tamanrasset

In Guezzam

2

2

88 126

11 202

0,12

Tamanrasset

Touggourt

4

11

17 428

247 221

14,18

Ouargla

Djanet

1

2

86 185

17 618

0,2

Illizi

El Meghaier

2

8

8 835

162 267

18,36

El Oued

El Meniaa

2

4

62 215

57 276

0,92

Ghardaïa

Total

26

58

691 998

908 814

1,31

Source : Ministère de l’intérieur et des collectivités locales.

Une faible capacité de mobilisation des institutions traditionnelles locales

21La modernisation des organisations politiques via les instances d’un État central a contribué à l’échelle locale à la naissance d’un modèle de gouvernance qui s’articule sur de nouvelles valeurs ’’démocratiques’’. Mise en place tardivement durant la colonisation française, la nouvelle organisation territoriale a accéléré le déclin des pouvoirs traditionnels locaux, ceux des chorfa et des merabtine, qui puisaient leur légitimé dans le religieux. Ces pouvoirs traditionnels sont tantôt critiqués, tantôt sollicités par les politiques qui se sont succédés.

Urbanisation et sédentarisation des nomades : recentrage des solidarités tribales 

22L’arrivée de la colonisation dans le Sud au début du XXe a déstructuré le mode d’organisation de ces espaces, où les nomades constituaient un acteur incontournable. Une politique de transformation du nomadisme était entamée dans un objectif de démanteler les influences des nomades dans les espaces sahariens. L’instauration des frontières dans le Sahara par la convention de Niamey signée le 20 juin 1909 a anticipé non seulement le recul du commerce transsaharien mais aussi la sédentarisation des nomades. Cornet Pierre (1957) note que le tracé des frontières ne tenait pas compte des inévitables mouvements de transhumance des pasteurs et de leur installation possible de l’autre côté de la borne. L’autorité coloniale instaure des réglementations rétrécissant la circulation des tribus nomades (loi de 1927), poussant de plus en plus les tribus nomades à parcourir les pâturages sahariens qui se sont à leur tour rétrécis en fonction des intérêts coloniaux dans la partie méridionale. Les impératifs sécuritaires durant la guerre d’indépendance ont contraint une grande partie des tribus nomades à se sédentariser par les regroupements de force dans des camps pour éliminer toute forme de soutien au FLN.

23Presque achevé, le processus de sédentarisation s’accélère, après l’indépendance de l’Algérie, avec les choix politiques de développement. L’urbanisation et l’édification des villages socialistes agricoles ont permis aux derniers nomades de s’y établir (l’exemple des villages d’Erg-Ferradj et de Mechraâ-Houari-Boumedienne dans la plaine de l’Oued Guir…). Sur le plan socioéconomique, ces nomades vont se reconvertir dans d’autres secteurs comme l’agriculture mais surtout dans le commerce. Ils investissent leur capital relationnel et leur parfaite connaissance des circuits sahariens pour redevenir les maîtres du Sahara en développant des réseaux commerciaux. À titre d’exemple, la sédentarisation des Chaânba  leur a permis de mettre en place des réseaux commerciaux dans l’ouest du Sahara algérien sur l’axe Metlili, M’nia, Beni Abbes, Timimoun, Adrar. Une nouvelle bourgeoisie commerciale issue de ces anciens nomades prend forme dans les agglomérations du Touat, du Gourara et dans la Basse-Saoura.

24Politiquement, ces solidarités claniques peuvent être réactivées lors des élections locales dans certaines localités. Nous citons l’exemple du vote des harratines dans le Touat et le Gourara (wilaya d’Adrar) et leur mobilisation importante lors des élections locales, ou le vote des Doui Menia et Ouled Djerir sédentarisés à Béchar, qui sont majoritaires au sein de l’APC. Mais de manière plus générale, la sédentarisation des nomades au Sahara algérien a contribué à affaiblir les pouvoirs tribaux et leurs formes de solidarité se sont rétrécies.

La djemaa entre passivité et réactivité

25La djemaa, une organisation traditionnelle en forme d’assemblée locale, fut réintégrée dans les commissions municipales par la loi de 1902 du fait de sa légitimité auprès de la population locale. C’est un conseil des sages dont le rôle est de gérer le quotidien des oasis (ksar et jardins), les relations extérieures, les fêtes, les conflits... Ses décisions sont appliquées et incontestables. La djemaa était considérée comme une structure para-administrative ou plutôt comme un pouvoir réel influant pour faire assoir les décisions des responsables locaux coloniaux. Désignée, puis élue, la djemaa était l’émanation des groupes les plus influents à l’échelle locale, soutenus par les autorités locales. La sphère notable oasienne avait gardé ses privilèges jusqu’à la départementalisation du Sahara en 1957. Dans ce nouveau dispositif, les structures intermédiaires et les djemaas sont appelées à disparaitre.

26Après l’indépendance, cette organisation traditionnelle perd son rôle dans la société saharienne et devient une organisation obsolète avec l’affinage du découpage administratif, notamment celui de 1984 qui procure aux petites entités spatiales promues administrativement un nouveau pouvoir institutionnel. La djemaa éprouve de plus en plus du mal à mobiliser les habitants et à régler les conflits. Son rôle se limite à l’entretien de quelques équipements collectifs en particulier les mosquées comme l’avait signalé Bisson (1986, p. 332). Sa marge de manœuvre est devenue complètement caduque suite à la mise en place des assemblées communales régies par le code de la commune et au développement de la société civile. Sa légitimé est tantôt contestée, tantôt reconnue par l’administration. Ceci dit, la djamaa n’est pas complètement hors-jeu. Elle est sollicitée par les autorités locales voire centrales comme par la population pour faire des médiations lors de conflits : habitat illicite, équipements, routes, eau, etc. Lors des derniers épisodes violents qui ont marqué le Mzab et In Salah, ce sont les djemaas locales qui ont été sollicitées par les pouvoirs publics pour apaiser les tensions. Incontestablement, elle continue d’incarner des valeurs morales de la société saharienne et jouit d’une notoriété locale.

Les zaouïas : héritages historiques et adaptations

27Les territoires restent marqués par une forte implantation confrérique qui a su garder une partie de sa vocation auprès des populations dans ce nouveau contexte socioculturel. Le rôle éducatif des zaouïas reste ancré. La mobilité des talabat (les adeptes des zaouïas) témoigne de l’importance culturelle de cette mouvance dans les espaces les moins urbanisés. Cependant, les actions menées par l’État dans la mise en place des réseaux institutionnels (justice, enseignement…) ont remis en cause le rôle traditionnel de ces confréries. C’est ainsi que les anciennes instances confrériques qui puisaient leur légitimité dans leur pouvoir religieux se trouvent relayées par de nouvelles instances qui représentent l’État moderne. De nouvelles références idéologiques et culturelles sont intégrées par le biais de l’administration, de la justice et de l’école, entraînant des ruptures dans le fonctionnement des zaouïas et créant peu à peu des clivages dans leurs rapports classiques avec la population locale.

28Pour se repositionner, les zaouïas ont pu renégocier ces dernières années des passerelles qui permettent à leurs étudiants d’intégrer l’enseignement supérieur et de s’insérer par la suite dans la fonction publique en tant qu’imams de mosquées. L’intégration des jeunes imams issus des confréries arrangeait bien l’État qui voulait écarter les salafistes dominant les lieux de cultes (Belguidoum, 2005, p. 227). Cette alliance stratégique avec les zaouïas a instauré l’institutionnalisation de la fonction des imams et leur formation. Ceci procure aux zaouïas un nouvel espace pour exercer des pouvoirs indirects dans les institutions publiques. « Le capital symbolique se transforme en capital social et ces réseaux, en traversant la structure sociale, participent aux restructurations en cours » (Belguidoum, 2005, p. 228).

29L’exemple de l’implication de la Grande Zaouïa d’Adrar dans la création de l’Université Africaine d’Adrar illustre bien ce fait. Cette université doit en vérité son existence à l’institut des sciences islamiques que la Zaouïa de Cheikh-Mohammed-Ben-Lekbir a initié. Son cheikh monta ainsi un grand projet pour la création d’un institut des hautes études islamiques à Adrar, inspiré du modèle d’Al-Azhar en Egypte. Maintes tentatives ont été entreprises auprès des pouvoirs centraux pour concrétiser ce projet dans les années 1980, mais sans y aboutir. Il faut attendre, la montée d’un islam politique radical sur la scène sociétale pendant les années 1990, pour que ce projet voie le jour sous la forme d’un petit institut pour la formation des imams, sans pour autant donner les prérogatives de la gestion à la zaouïa ou à son cheikh. L’administration désigne son représentant direct pour cette mission, tandis que le cheikh n’est que membre du conseil scientifique.

30Néanmoins, il est difficile d’évaluer les interférences entre le pouvoir confrérique et le pouvoir institutionnel, car les stratégies de positionnement des pouvoirs publics face aux zaouïas sont souvent brouillées, à la différence des pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest comme le Sénégal où ces mouvances sont très présentes dans la sphère publique.

« La question la plus lucide à formuler est de s’interroger sur les éventuelles relations existantes entre les membres de confréries religieuses et les militants des divers partis politiques voulant se présenter sur la liste partisane aux élections communales car en, définitive, les deux aspirent à gérer au mieux les affaires de la population ; cette redoutable question est caractérisée par une prudence extrême exprimée par des personnalités locales qui attestent que ces relations sont feutrés et frappées de ce fait, par le sceau de secret » (Bendjelid, 2011, p. 57).

31En effet, tandis que quelques zaouïas se contentent des activités d’éducation religieuse que l’État leur a cédées, d’autres s’impliquent sur la scène publique locale. Ces zaouïas comptent parmi leurs adeptes les descendants des fondateurs, les chorfa et les merrabtine, et de nouveaux adeptes, souvent des cadres et des commerçants installés dans la région. Dans ces stratégies d’affiliation à des réseaux confrériques, les convictions religieuses se croisent souvent avec les intérêts et les projets politiques et économiques des fidèles.

La société locale et repositionnement des groupes sociaux : vers la formation d’une nouvelle élite 

32Aujourd’hui, de nouvelles valeurs «libérales» reposant sur la démocratie, la compétence, le savoir et l’argent, remplacent peu à peu les anciennes valeurs religieuses de la société locale. C’est ainsi que de nouveaux rapports sociaux prennent place, suite à l’avènement de nouvelles institutions publiques remplaçant les institutions traditionnelles. Une nouvelle élite est en cours de formation, constituée aussi bien par des cadres non originaires de la région que par des cadres appartenant aux différentes « ethnies » de la société locale, notamment les harratines. Ce processus contribue à rompre définitivement avec les anciennes pratiques et remet en cause la notion de notabilité dans ces territoires.

Les nordistes installés au Sahara. Quel apport ?

33L’intérêt politique et économique que l’État porte pour les espaces sahariens est marqué par une intervention massive dans le développement des infrastructures de base et des équipements engendrant des mutations qui ont affecté non seulement l’organisation spatiale de la région mais ont bouleversé profondément son fonctionnement social traditionnel. Cette nouvelle organisation spatiale a entrainé une mobilité des cadres, venus de l’Algérie du Nord pour piloter ces actions, et une installation d’agriculteurs et de commerçants nordistes.

34Dans les espaces urbains, de jeunes diplômés (médecins et personnel médical, avocats, enseignants universitaires et de l’éducation nationale, cadres administratifs, etc.) originaires des grandes villes du Nord, motivés par des promotions professionnelles, des salaires plus importants et des logements s’y installent depuis les années 1980 (Yousfi, 2015, p. 61 ; Belguidoum, 2005, p. 216). Dans l’espace rural, l’introduction de la loi pour l’accession à la propriété foncière agricole en 1983 a révolutionné non seulement les anciennes pratiques agricoles mais a suscité aussi l’intérêt d’une population venue du Nord dans un esprit d’entreprenariat notamment dans la grande mise en valeur (Otmane et Kouzmine, 2013, p. 61). Ces entrepreneurs sont issus généralement des secteurs non agricoles : fonctionnaires, commerçants, cadres libéraux, jeunes diplômés, etc. Cette mobilité des cadres a permis la formation d’une nouvelle élite et de relayer l’ancienne notabilité religieuse dans l’enseignement, la justice, l’action sociale, etc. Ce processus a contribué à rompre peu à peu avec les anciens codes sociaux et à remettre en cause les anciennes notabilités.

35Cependant, ces nouveaux groupes sociaux continuent d’afficher un attachement à leur région d’origine et ne s’engagent pas pleinement dans les jeux de pouvoir local (processus électoral). Ces nouvelles élites ne se sont pas encore transformées en acteur sociopolitique puissant. La majorité de ces cadres ayant des origines extérieures, prévoit un retour vers les villes du Nord, ce qui entrave le processus de formation d’une nouvelle élite capable de se substituer aux anciennes notabilités (Yousfi, 2015, p. 61).

Société locale et repositionnement des groupes sociaux

  • 18 . Le statut social des familles ne se déterminait pas par la propriété foncière mais par leurs capa (...)

36Déclassées dans la société locale saharienne et exclues dans le processus de prise de décision locale durant la colonisation, les familles des anciens harratines vont, au lendemain de l’indépendance, occuper progressivement la scène locale. Cette intégration avait commencé durant la guerre de libération de l’Algérie. Il faut rappeler qu’un nombre important de harratines avait rejoint la révolution notamment dans le pays des Touaregs. Un discours d’émancipation avait réussi à mobiliser cette catégorie sociale, jalon d’une future recomposition sociopolitique dans le Sud algérien. « Le racisme d’État n’existe donc pas, ce qui constitue d’ailleurs une tradition du nationalisme algérien, puisque l’Emir Abdelkader avait choisi un esclave noir affranchi pour diriger les finances de son État  » (Blin, 1990, p. 208). La politique sociale, de l’enseignement, la révolution agraire et la Loi de l’accès à la propriété foncière agricole vont sans doute renforcer cette doctrine qui a visé à mettre au même niveau toutes les composantes de la société algérienne. Bien plus, la gestion de l’eau qui a constitué autrefois l’instrument de contrôle des routes sahariennes, est aujourd’hui récupérée par l’État pour véhiculer de nouvelles formes de gouvernance et de contrôle territorial (Bensaâd, 2011b, p. 8). En perdant le contrôle de l’eau, l’aristocratie locale se trouve dépourvue de son rôle traditionnel18. L’implication de l’État dans l’action publique dans ces territoires a verrouillé les portes aux anciennes notabilités et les a ouvertes à de nouvelles, issues des groupes sociaux inférieurs. L’influence de certaines classes au sein de la société oasienne devient obsolète.

  • 19 . Huit assemblées populaires communales dans la wilaya d’Adrar sont à majorité harratine.

37Si les responsables locaux étaient généralement issus des grandes familles et possédaient un niveau d’instruction leur permettant de légitimer leur fonction entre 1962 et 1967 comme l’ont remarqué Belguidoum et Rousseaux (2005, p. 277), ils seront désignés dans les années 1970 et 1980 via le parti unique selon une logique clientéliste qui tire sa légitimité de la guerre de libération de l’Algérie (les anciens combattants) et des équilibres sociaux locaux (ethnique et tribal) : « Les différentes échelles d’appartenances (économique, statut social, lignage, pratique religieuse) se combinent et s’imbriquent en de multiples combinaison d’où émerge un champ de pouvoir dont la structuration dépend des rapports de forces particulières à chacune des villes » (Belguidoum, Rousseaux, p. 277). Cette donne va changer à partir de 1990, après l’ouverture du champ politique. Ayant acquis des nouveaux savoirs par le bais de l’école, les anciens harratines sont représentés désormais dans les collectivités locales par le biais des nouveaux partis politiques cherchant à se positionner dans le milieu populaire. Constituant une masse électorale assez importante, ils s’impliquent dans le jeu politique. Leur capacité de mobilisation est importante, et ce n’est pas par hasard que les taux de participation aux différents scrutins dans les wilayas du Sud soient les plus élevés du pays (plus de 80% généralement)19. Le jeu de pouvoir local prend une tonalité qui met l’accent sur les appartenances ethniques et confrériques. Cette évolution a provoqué une crispation des rapports sociaux entre les différentes composantes de la société oasienne.

38Économiquement, l’introduction du salariat dans les espaces oasiens a imposé une nouvelle ère d’émancipation des harratines. Ceci leur a permis de diversifier leurs ressources financières rompant avec l’organisation économique et sociale séculaire de la société locale. Bien plus, les anciens harratines ont su faire fructifier leur savoir-faire agricole, en accédant à la propriété dans les périmètres de nouvelles mises en valeurs agricole aménagés par l’État . Dans le Hoggar, les classes dominées (anciens esclaves et forgerons) par les nobles (Imuhagh), ont trouvé de nouveaux moyens de subsistances dans la ville de Tamanrasset, leur permettant d’intégrer avec un peu plus de facilité un nouveau mode de vie (Seddik-Arkam, p. 223).

39La réussite sociale par l’école permet aux anciens harratines d’accéder aux postes les plus influents modifiant ainsi la hiérarchie sociale. Ils sont nombreux aujourd’hui à être cadres dans les administrations locales. Malgré l’absence de statistiques dans ce domaine, nos nombreuses sorties sur terrain nous ont permis de le constater. Une volonté de revanche sociale contre un passé discriminatoire alimente la dynamique de ces populations. Bisson (1986) écrit à ce propos « affirmer aux yeux de tous sa réussite sociale est sans aucun doute le moteur le plus puissant, et c’est bien pourquoi les premiers à avoir franchi le pas ont été les harratines, ces traditionnels jardiniers des oasis » (Bisson, 1986, p. 332).

  • 20 . La foggara est un système ancestral d’irrigation complexe de captage, de drainage et de partage d (...)
  • 21 . Cette opération cible les ksour de Taghit, Mogheul et Beni-Abbès dans la wilaya de Bechar ; les k (...)

40Cependant, les anciennes notabilités vont puiser dans le patrimoine de la région pour redéfinir leurs positions au niveau local et renégocier leur rôle vis-à-vis du centre. La patrimonialisation de l’oasis (ksour et foggaras) constitue l’entrée principale qui peut constituer une piste légitimant leur réintégration dans l’action publique. Plusieurs associations y sont nées. La mobilisation des anciens notables (propriétaires de l’eau et des terres) est nettement visible dans les actions de revitalisation des foggaras20 menées par les pouvoirs publics comme à Ouled Said à Adrar (Bendjelid, 2011, p. 55). Cette mobilisation autour de l’eau des chorfa est aussi visible dans les pays voisins comme au Maroc (Bisson, 2003, p. 223).Une autre pierre a été posée dans le cadre du projet « Routes des ksour »21 qui a inscrit dans son dispositif des actions de sauvegarde des foggaras et des ksour, impliquant le Ministère de la Culture, les autorités locales, les associations et les habitants, et financée en grande partie par le Programme des Nations Unies pour le Développement PNUD.

Conclusion

41L’action publique au Sahara s’inscrit dans une logique géostratégique visant à son intégration territoriale et à son contrôle. Elle repose sur de nouveaux découpages administratifs. Cette nouvelle forme d’organisation politico-
administrative affectant l’organisation classique de la société locale contribue à sa recomposition par l’introduction de nouvelles échelles de valeur permettant de dépasser la logique de la stratification sociale traditionnelle et par l’émergence d’une nouvelle composante de citadins constituée de migrants nationaux. Une nouvelle élite est en cours de formation constituée aussi bien par des cadres non originaires de la région que par ceux qui appartiennent aux différentes « ethnies » de la société saharienne, dont les harratines.

42Mais la forte intervention de l’État ne permet pas aux acteurs locaux de jouer un rôle significatif dans la prise de décision. La modernisation des organisations politiques via les instances d’un État central échoue à mettre en place à l’échelle locale un modèle de gouvernance moderne qui s’articule sur des valeurs « démocratiques » alors que simultanément les instances traditionnelles sont affaiblies et écartées, laissant ces territoires en crise de gouvernance.

Haut de page

Bibliographie

belguidoum Said et Rousseaux Vanessa., 2005, « Le pouvoir local et la gouvernance urbaine », in Cote Marc (dir.), La ville et le désert, le Bas-Sahara algérien, Paris-Aix-en-Provence, Karthala-IREMAM, p. 277-287.

belguidoum Said, 2005, « Les groupes sociaux dans la ville : avoir, pouvoir et savoir», in Cote Marc (dir.), La ville et le désert, le Bas-Sahara algérien, Paris-Aix-en-Provence, Karthala-IREMAM, p. 213-233.

Bendjelid Abed, 2011, « Ouled Saïd, palmeraie du Gourara, Développement local et reproduction s’une société traditionnelle », Insaniyat, n° 51-52 | 2011, p. 43-64.

Bendjelid Abed, Brule Jean Claude, Fontaine Jacques (dir.), 2004, Aménageur et aménagés en Algérie, Paris, L’Harmattan.

Bensaâd Ali, 2011 a, « Dans les marges du monde, des tribus sahariennes mondialisées. Réseaux commerciaux, réseaux tribaux et connexions politiques mondialisés depuis l’Ouest saharien », L’Année du Maghreb, VII | 2011, p. 231-249.

Bensaâd Ali, 2011b, « le Sahara. Une civilisation hydraulique en creux », in Bensaâd Ali (dir.), L’eau et ses enjeux au Sahara, Paris, Karthala, p. 8-30.

Bisson Jean, 2003, Le Sahara : mythes et réalités d’un désert convoité, Paris, L’Harmattan.

Bisson Jean., 1986, « Ksour du Gourara et du Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison », Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXV, p. 329-345.

Bisson Vincent, 2006, « Le nomade est mort : vive la tribu ! Réorganisation de l’espace, nouvelles territorialités et néo-tribalisme au pays des Maures », Maghreb-Machrek, n° 189, p. 101-109. 

Blin Luis, 1990, L’Algérie du Sahara au Sahel, Paris, L’Harmattan.

Bonerandi Emmanuelle et Santamaria Frédéric, 2011, « De la gouvernance à la gouvernance territoriale : enjeu de l’européanisation de l’aménagement du territoire. Réflexions à partir d’une recherche dans le cadre de l’Observatoire en réseau de l’aménagement du territoire européen (ORATE) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 522, mis en ligne le 18 mars 2011. URL : http://cybergeo.revues.org/23530 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23530.

Brulé Jean Claude, 2004, « Conception et mise en œuvre du modèle de développement algérien», in Bendjelid Abed, Brulé Jean Claude, Fontaine Jacques (dir.), Aménageurs et aménagés en Algérie, Paris, L’Harmattan, p. 16-30.

Brûle Jean-Claude, 2004, « De la conception du territoire aux territoires en question », in Bendjelid Abed, Brule Jean Claude, Fontaine Jacques (dir.), 2004, Aménageur et aménagés en Algérie, Paris, L’Harmattan, p. 15-30.

Callens Stéphanes, Uzunidis Dimitri (dir .), 2009, Gouvernance. Exercice de pouvoir, Paris, L’Harmattan.

Capot-Rey Robert, 1953, La Sahara français, Presses Universitaires (collection Pays outre Mer).

Cornet Pierre, 1957, Sahara, terre de demain, Paris, Nouvelles Editions Latines.

Cote Marc (dir.), 2005, la ville et le désert, le Bas Sahara algérien, Paris – Aix-en-Provence, Karthala – IREMAM.

De Miras Claude, 2009, « De la gouvernance à la gouvernementalité ? Action publique territoriale au Maroc », in Maghreb-Machrek, n° 202, p. 10-48.

Despois Jean, 1958, «  Le Souf et le Gourara (Sahara) », Annales de Géographie, n° 361, vol. 67, p. 263-264.

El Mnasfi Mustapha, 2012, « La gouvernance urbaine et la lutte contre la pauvreté au Maroc ». Revue Perspectives et Sociétés, n°1, Vol 3, mars 2012, p. 71-90.

Fontaine Jacques, 2005, « Infrastructures et oasis-relais migratoires au Sahara algérien », Annales de Géographie, N°.644, p. 437-448.

Gast Marceau, 1981, « Le désert saharien comme concept dynamique, cadre culturel et politique », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n°32, p. 77-92.

Gast Marceau., 1988, « Un espace sans frontières : le Sahara », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n°48-49, p. 165-172.

Gaudin Jean-Pierre, 2002, Pourquoi la gouvernance ?, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « La Bibliothèque du citoyen ».

Granier Jean Claude, 1980, « Rente foncière et régulation économique dans le Gourara algérien », Tiers-Monde, n°83, t. 21, p. 649-663.

Grégoire Emanuel, 2011, Réseaux, urbanisation et conflits au Sahara, Insaniyat, n° 51-52 | 2011, p. 29-42.

Kharoufi Mustafa, 2000, Espaces urbains, pouvoirs et mouvements sociaux au Maghreb, in Kharoufi Mustafa (dir.), Gouvernances et sociétés civiles. Les mutations urbaines au Maghreb, Casablanca, Afrique Orient, p. 35-58.

Kharoufi Mustafa (dir.), 2000, Gouvernances et sociétés civiles. Les mutations urbaines au Maghreb, Casablanca, Afrique Orient.

Kouzmine Yaël, 2012, Le Sahara algérien, Intégration nationale et développement régional, Paris, L’Harmattan.

Kouzmine Yaël, Fontaine Jacques, Yousfi Badreddine, Otmane Tayeb, 2009, « Étapes de la structuration d’un désert : l’espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire », Annales de géographie, n°670, p. 91-117.

Laroussi Houda, 2009, « Politiques publiques et “bonne gouvernance” en Tunisie », Mondes en développement, n° 145, 1/2009, p. 93-108.

Le Gales Patrick, 1995, Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine, Revue française de science politique, 45e année, n°1, p. 57-95.

Maarouf Nadir, 1980, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad/Actes Sud.

Maccario Paolo, 2003, Les migrations clandestines subsahariennes à travers l’Algérie, Alger, CCSA.

Mccarney Patricia L., 2000, «  considérations à propos de la notion de gouvernance : nouvelles perspectives pour les villes dans les pays en développement », in Kharoufi Mustafa (dir.), Gouvernances et sociétés civiles. Les mutations urbaines au Maghreb, Casablanca, Afrique Orient, p. 19-34.

Moisseron Jean-Yves, 2009, « Gouvernance en méditerranée : intérêt et limites d’un concept », in Maghreb-Machrek, n° 202, p. 9-32.

Otmane Tayeb et Kouzmine Yaël, 2013, « Bilan spatialisé de la mise en valeur agricole au Sahara algérien », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 632, mis en ligne le 19 février 2013, URL : http://cybergeo.revues.org/25732 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25732.

Seddik Arkam Faiza, 2011, « Espace sacré et pouvoir symbolique au Sahara : l’influence des chorfa marabouts originaires de l’Essuk dans la gestion de la cité en Ahaggar », Insaniyat, 51-52 | 2011, p. 221-235.

Sidi Boumediene Rachid, 2004 : « Restructurations territoriales, restructuration des pouvoirs en Algérie », in Bendjelid A., Brule J.-C., Fontaine J. (dir.), 2004, Aménageurs et aménagés en Algérie, Paris, L’Harmattan, p. 268-273.

Souami Toufik, 2004, Aménageurs de villes et territoires d’habitants, un siècle dans le sud algérien, Paris, L’Harmattan.

Troin Jean-Fraçois et al., 2006: Le grand Maghreb, Paris, Armand Colin.

Yousfi Badreddine, 2015, Mobilité des cadres et des commerçants dans le Sud-ouest algérien: stratégies, enjeux et difficultés d’émergence d’un territoire, revue Méditerranée, n°124-2015, p. 55-66.

Yousfi Badreddine, 2012, Dynamiques urbaines, mobilités et transports dans le Sud-ouest algérien (Wilayas d’Adrar et de Bechar), Thèse de doctorat en Géographie et en Aménagement du Territoire, Université d’Oran et Université de Franche-Comté.

Yousfi Badreddine, 2014, Dynamiques urbaines des villes sahariennes, petites et moyennes, du Sud-ouest algérien, Cahiers de démographie locale, dossier 2012, p. 251-281.

Zouaïmia Rachid, 2002, « L’introuvable pouvoir local », Insaniyat, 16 | 2002, p. 31-53.

Haut de page

Notes

1 . Émeutes d’Ouargla en mars 2014.

2 . Manifestations et mouvements de protestations contre l’extraction du gaz de schiste à In Salah en 2015.

3 . Il s’agit des sociétés stratifiées en classes sociales mais aussi selon les appartenances tribales. Dans le Sud-Ouest (Saoura, Touat, Gourara, Tidikelt), plusieurs strates se distinguent : les chorfa sont des nobles, descendants de la famille du prophète ; les merabtine sont descendants d’un saint ; les ahrar (personnes libres) représentent des fractions de tribus arabes et Zénètes ; enfin, les harratines sont des descendants d’anciens esclaves. Chez les Touaregs, on note aussi une stratification qui distingue les nobles et les autres composantes de la société locale. Dans le M’zab les Ibadites et les Arabes cohabitent certes depuis sept siècles mais sans pour autant arriver à un brassage sociale.

4 . Cette région saharienne peu riche en hydrocarbure est devenue un lieu des nouveaux enjeux nationaux et internationaux suite à la mise en place des premiers forages expérimentaux d’extraction de gaz de schiste en Algérie. Bien plus, on assiste dans la même région à une forte dynamique socio-spatiale dont la question de territorialité devient plus complexe par la genèse d’une nouvelle composante sociale venue du nord s’installer dans ces territoires marqués par une fort héritage historique sur le plan social.

5 . Nous nous sommes également appuyés sur un ensemble de témoins privilégiés constitués des anciens étudiants en géographie de l’Université d’Oran, appartenant aux différents milieux sociaux (élus, cadres, libéraux, commerçants, etc.).

6 . Séparant le Sud du Nord de l’Algérie, la loi de 1902 portant sur l’organisation territoriale des espaces sahariens en Algérie avait attribué à l’autorité militaire des missions judiciaires et administratives, accentuant le pouvoir des officiers du Bureau des Affaires Indigènes quant aux orientations et aux contenus des actions à promouvoir sur terrain. Dans cette approche, les politiques ne s’exprimaient pas beaucoup sur la nature des actions à mener, donnant ainsi la « liberté d’agir » aux officiers locaux. Ces territoires étaient gérés d’une manière quasi indépendante du pouvoir central par les officiers de l’armée qui détenaient les pouvoirs de décision au niveau local.

7 . Les départements et circonscriptions ont été maintenus (15 départements et 91 circonscriptions), certaines communes ont fusionné, pour passer de 1577 à 741 communes. L’objectif d’une telle démarche est de limiter les dépenses publiques, en sachant bien que ses ressources financières et humaines sont très limitées d’un côté ; d’un autre côté, il était primordial pour l’État d’assurer sa souveraineté territoriale et d’affirmer son autorité.

8 . La présente grille normalise et hiérarchise l’affectation des équipements en fonction des trois rangs : les agglomérations chefs-lieux de wilaya, de daïras et de communes.

9 . La wilaya représente l’échelon territorial supérieur au niveau local. Elle est administrée par un wali désigné qui constitue le pouvoir exécutif avec toutes les directions et les agences représentantes des ministères. L’échelle intermédiaire transpose le mode de fonctionnement de la wilaya sur des territoires plus fins ; elle s’articule sur les daïras auxquelles sont rattachées des subdivisions. La daïra est administrée par un chef de daïra qui supervise les communes. Enfin, dans le bas de la hiérarchie se trouve la commune administrée démocratiquement par un conseil d’élus avec un maire représentant la population locale.

10 . Ordonnance n°67-24 du 18 janvier 1967 et ordonnance n°69-38 du 23 mai 1969, respectivement.

11 . Ordonnance 74-26 du 20 février 1974 portant constitution des Réserves foncières au profit des communes.

12 . Dans le Touat par exemple, il s’agit de Garmali-Mansour dans la commune de Bouda, de Titaf dans la commune de Tamest, de Brinkane dans la commune de Tasbit, d’Azzi dans la commune de Fenoughil, de Tilouline dans la commune d’In-Zghmir et d’El-Bab dans la commune de Sali…

13 . Dans un contexte économique allant davantage vers le libéralisme, la loi n°90-08 du 7 avril 1990 relative à la commune, et loi n°90-09 du 7 avril 1990 relative à la wilaya, recentrent le rôle des communes et des wilayas, pour ne concerner que la gestion et la construction des équipements et infrastructures de base.

14 . Loi n°90-29 du 1er décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme, modifiée et complétée par la loi n°04-05 du 14 août 2004.

15 . Ce fond est réservé au développement des zones sahariennes dont les ressources sont constituées par un prélèvement de 2% sur le montant annuel de la fiscalité pétrolière.

16 . La loi n° 15-140 du 27mai2015, portant création de circonscriptions administratives dans certaines wilayas et fixant les règles particulières qui leur sont liées.

17 . Loi 11-10 du 22 mai 2011 portant sur la commune.

18 . Le statut social des familles ne se déterminait pas par la propriété foncière mais par leurs capacités de mobilisation de l’eau, définissant une aristocratie hydro-féodale (Granier, 1980). L’accès à l’eau s’articulait sur l’esclavage, autrement dit sur la force de travail des harratines. Ainsi, la richesse se retrouvait entre les mains des familles qui avaient beaucoup de serviteurs, exploitant une main d’œuvre gratuite, car sa mobilisation nécessitait beaucoup d’investissements en force de travail et en temps.

19 . Huit assemblées populaires communales dans la wilaya d’Adrar sont à majorité harratine.

20 . La foggara est un système ancestral d’irrigation complexe de captage, de drainage et de partage des eaux souterraines.

21 . Cette opération cible les ksour de Taghit, Mogheul et Beni-Abbès dans la wilaya de Bechar ; les ksour de Timimoun, d’Akhled, de Charouine, Guentour, et Tinerkouk dans la wilaya d’Adrar ; les ksour de Ghardaïa, El Atteuf, la maison d’El-Atteuf dans la wilaya de Ghardaïa et le ksar du Témacine à Ouargla. Les ministères de la Construction, de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, de l’Intérieur, de l’Agriculture et du Développement rural sont invités à coopérer dans ce projet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Découpages administratifs selon les wilayas dans le Sud algérien
Crédits Source : Kouzmine, Fontaine, Yousfi, Otmane, 2009.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Badreddine Yousfi, « Les territoires sahariens en Algérie. Gouvernance, acteurs et recomposition territoriale  », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 53-69.

Référence électronique

Badreddine Yousfi, « Les territoires sahariens en Algérie. Gouvernance, acteurs et recomposition territoriale  », L’Année du Maghreb [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 05 juillet 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2951 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2951

Haut de page

Auteur

Badreddine Yousfi

Maître de Conférences, HDR en géographie et aménagement du territoire : Laboratoire EGEAT, Université d’Oran 2, Mohamed Ben Ahmed (Algérie) ; Chercheur associé CRASC d’Oran (Algérie), yousfine@yahoo.fr

Haut de page