Navigation – Plan du site
Algérie
Chronique politique

Algérie : la fin de la crise politique ?

Chérif Bennadji
p. 175-206

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1« La crise politique est terminée ! ». Telle est la sentence prononcée le 22 mai 2004 devant l’Assemblée nationale par Ahmed Ouyahia, le chef du gouvernement reconduit dans ses fonctions le 19 avril après que le président Abdelaziz Bouteflika a été réélu confortablement le 8 avril. Comme pour mieux convaincre de cette assertion surprenante à plus d’un titre, le chef du gouvernement n’hésitera pas à récidiver devant le Sénat en déclarant de manière encore plus péremptoire : « Il n’y a plus de crise politique en Algérie. »

2Quatre mois après et plus précisément le 19 septembre, ce sera au tour d’Abdelaziz Belkhadem, ministre d’État en charge du portefeuille des Affaires étrangères, un des proches du président Bouteflika et le principal coordinateur du parti du FLN d’affirmer :

« L’Algérie est définitivement sortie de la crise et tous les indicateurs sont au vert. Cette situation est inédite depuis l’indépendance du pays en 1962 et tous les facteurs, qu’ils soient d’ordre sécuritaire, politique, financier ou économique n’ont jamais été aussi favorables que maintenant. »

3Ainsi donc, en quelques mois, le discours politique officiel aura subi une importante évolution puisque de la fin proclamée de la crise politique l’on passe allègrement, du reste, à la fin annoncée de la crise tout court, dès lors que la crise sécuritaire est résorbée et que l’issue de la crise économico-financière se présente sous les meilleurs auspices. Crise politique, crise sécuritaire, crise économico-financière, telles sont donc les sombres couleurs qui avaient noirci le visage de l’Algérie durant plus d’une décennie et qui, en cette année 2004 tendaient à s’estomper. S’agissant tout d’abord de la crise politique, la tonalité excessivement optimiste du discours officiel est due probablement à la survenance au cours de cette année de deux événements importants. Le premier est constitué par l’élection présidentielle du 8 avril, le second renvoie à la fin du déchirement ayant affecté le parti du pouvoir le FLN.

L’élection présidentielle et le duel Bouteflika/Benflis

  • 1  GRINE Hamid, Chronique d’une élection pas comme les autres, Alger, Alpha édition, mai 2004 ; KHELL (...)
  • 2  C’est le cas du parti du FFS de M. Aït Ahmed et du parti du MDS (communiste) dirigé par M. Hachemi (...)

4L’élection présidentielle1a été organisée dans les délais légaux. Ce fait, considéré comme anodin dans les régimes démocratiques bien établis, est présenté en Algérie comme un élément important du processus de sortie de crise. Le respect de ces délais a d’abord été rendu possible par le fait que le président en exercice ait pu achever normalement son mandat de cinq ans même si ses adversaires politiques ont tout fait pour le pousser à quitter ses fonctions prématurément. Mieux encore, à l’approche de l’échéance électorale, des voix se sont élevées au sein de l’opposition pour demander le report de l’élection présidentielle et l’instauration d’une période dite de transition2.

5Le président Bouteflika, qui a su résister à toutes les attaques, s’est par ailleurs évertué à strictement respecter les échéances, rejetant d’un revers de main tout l’argumentaire avancé par ses adversaires. Pour lui tout report d’élection conjugué à une éventuelle transition ne pourrait que perpétuer la crise politique dont la sortie était imminente. Qui plus est, le respect des échéances, gage de sérieux et de conformité aux « canons » de la bonne gouvernance, devait renforcer l’image et la crédibilité du pays au plan international. L’échéance ayant été maintenue, il annonça sa candidature le 22 février rejoignant ainsi un groupe d’une quarantaine de candidats à la candidature. Mais au final, seuls neuf dossiers sérieux furent déposés auprès du Conseil constitutionnel qui retint six candidats (Bouteflika, Benflis, Djaballah, Saadi, Rebaine et Louisa Hannoune) et rejeta les candidatures de Taleb Ibrahimi, Sid Ahmed Ghozali et Moussa Touati. La pluralité de candida-ures rentrait ainsi dans les mœurs politiques en Algérie. Mais la plupart des observateurs réduisirent l’élection à un duel entre le président sortant, M. Bouteflika, et celui qui fut durant quelques années son chef de cabinet puis son chef de gouvernement, M. Ali Benflis.

6La place éminente occupée par ce dernier auprès de M. Bouteflika explique le fait que certains observateurs ou citoyens aient pu douter de l’existence d’un véritable duel entre ces hommes. Dans une approche quelque peu cynique de la politique, ces observateurs y voyaient plutôt un duo mettant en relation deux hommes dont l’objectif ultime était la perpétuation du système. Certes, une telle approche peut s’avérer excessive avec le recul pris sur les événements, mais elle emporta l’adhésion de beaucoup de citoyens lorsque M. Benflis commença à manifester son intention de se présenter à la magistrature suprême. À ce moment-là, en effet, « la classe politique » dépitée par ce qui s’était passé en avril 1999 ne faisait aucunement confiance aux « décideurs » qui avaient littéralement « roulé » les candidats en lice face au candidat dit du consensus qu’était alors M. Bouteflika. Par conséquent et à l’approche de l’échéance électorale, le risque majeur auquel allaient immanquablement se heurter « les décideurs », c’était l’absence de candidats un tant soit peu crédibles face au président sortant. Aussi était-il de la plus haute importance de crédibiliser l’élection présidentielle d’avril 2005 tout en permettant au système de se perpétuer. Le système pouvait s’accommoder d’une alternance en son sein mais il se devait de se prémunir contre toute forme d’alternative. Tel devait être l’enjeu historique de cette élection. C’est dans ce cadre et dans cette perspective qu’aurait été suscitée la candidature de M. Benflis, premier responsable du FLN, fils de chahid (martyr) et donc membre de la désormais sacro-sainte « famille révolutionnaire », véritable gardienne du temple.

  • 3  Voir la réflexion de Abed CHAREF, « Duel dans une impasse », Le Quotidien d’Oran, le 25/3/2004, p. (...)

7Entré en opposition contre M. Bouteflika, M. Benflis, qui mit la main sur le parti du FLN, était censé fédérer et cristalliser toutes les oppositions et déceptions suscitées par le chef de l’État. Objectivement, une telle démarche devait déboucher sur une bipolarisation de la vie politique excluant toute opposition véritable. Dit autrement, dans ce cynique scénario, les protagonistes étaient exclusivement membres de la même famille. Les forces d’opposition porteuses de projet de changement3étaient ainsi exclues du jeu ou tout au moins des premiers rôles. Ainsi donc dans ce premier scénario, les deux protagonistes donnent l’illusion de s’affronter en duel. En vérité un subtil partage des rôles les constitue en duo exécutant une seule et même partition. Ce scénario qui ne manque pas de pertinence pouvait être valable au début du processus. Il laissa place à un autre à mesure que s’exacerbaient les contradictions et la lutte entre le chef de l’État sortant et son ancien Premier ministre.

8Dans un second scénario, la candidature tout à fait sérieuse de M. Benflis est le prolongement de la détérioration des relations entre le président Bouteflika et la haute hiérarchie militaire. Cette candidature suscitée, encouragée et managée par l’armée tend au renvoi de M. Bouteflika qui ne bénéficierait plus de l’adoubement des « décideurs ». Si M. Benflis s’est permis d’affronter le chef de l’État dans un véritable duel cette fois-ci, c’est parce qu’il avait les garanties de la haute hiérarchie militaire. Certes, celle-ci a énoncé haut et fort qu’elle adoptait désormais une attitude de neutralité dans la joute électorale et qu’elle n’avait plus de candidat. Mais ces propos ont été interprétés comme signifiant le retrait de la confiance donnée en 1999 au président Bouteflika. Neutralité de l’armée était donc synonyme d’affaiblissement d’un président sans légitimité populaire suite au fiasco électoral du 15 avril 1999 que M. Bouteflika a tenté de faire oublier en organisant un référendum plébiscite en septembre 1999, sous prétexte de faire avaliser sa politique de concorde civile. Certes, M. Bouteflika a beaucoup fait pour se doter d’une légitimité de substitution, mais dans le système politique algérien, l’adoubement de l’armée est considéré (pas seulement par l’opposition) comme essentiel et déterminant à la fois pour l’accès à la magistrature suprême, et également pour s’y maintenir.

9L’idée que la candidature de M. Benflis était suscitée et soutenue par la haute hiérarchie militaire était tellement répandue et admise que dans un fort élan d’opportunisme, l’ancien chef du gouvernement semblait rallier à lui des pans entiers de la « classe politique ». Mieux encore, beaucoup d’observateurs pronostiquèrent le retrait de M. Bouteflika de la course électorale. Ayant perdu le soutien de l’armée, trahi par son ancien collaborateur qui a, par ailleurs, refusé de mettre à sa disposition cette formidable machine électorale qu’est le parti du FLN revigoré par les dernières élections législatives et locales,

10M. Bouteflika donnait l’impression d’un homme affaibli et sans avenir politique. En cas de maintien de sa candidature, l’on ne pourrait faire l’économie d’un second tour. Dans ce schéma, estimèrent bon nombre d’observateurs, c’est M. Benflis qui l’emporterait haut la main. À la surprise générale, le président sortant écrasera littéralement son ancien Premier ministre et les quatre autres candidats et ce, dès le premier tour. C’est ainsi qu’il obtiendra la majorité absolue (soit 8 651 723 voix) des suffrages exprimés (10 508 777) ce qui excluait d’emblée l’organisation d’un second tour. M. Benflis n’aura réussi à obtenir que 653 951 voix, suivi par le candidat islamiste Djaballah qui a recueilli 511 526 suffrages.

11Littéralement humiliés souvent dans leurs propres fiefs ou localités d’origine, les adversaires de M. Bouteflika crieront à la fraude. Le thème de la fraude était malheureusement présent depuis de nombreux mois, soit depuis le lancement non officiel de l’interminable précampagne électorale. L’on se souvient en effet que, sitôt la rupture entre M. Bouteflika et M. Benflis consommée, chacun de ces deux principaux protagonistes s’était lancé dans la bataille électorale. Aussi dès le début de ce long processus électoral,

12M. Bouteflika sera accusé de fraude, celle-ci étant constituée, dès lors que le président-candidat allait utiliser les moyens de l’État pour asseoir sa candidature pour un second mandat. C’est dans ce cadre précis que la « classe politique » algérienne a inventé les notions de « fraude pré-électorale » et de « fraude en amont ». Aussi dès le 12 janvier 2004, un front contre la fraude sera-t-il constitué. Composé d’une dizaine de personnalités, ce front rendra publique une déclaration que la presse s’empressera de qualifier de charte contre la fraude. Soulignant que « la crise politique est désormais doublée d’une impasse institutionnelle » ces personnalités demandent :1) le remplacement du gouvernement par un cabinet intérimaire chargé de préparer les élections. La composition de ce cabinet sera arrêtée en concertation avec les forces politiques et sociales ;2) l’installation d’une instance indépendante dotée de larges pouvoirs pour contrôler l’administration ;
3) la protection des acteurs politiques et des cadres qui apportent leur soutien aux différents candidats.

13Ces exigences voulaient contribuer à faire de ce soutien qualifié de capital pour le devenir algérien, une élection sincère, régulière et transparente, car « l’Algérie doit désormais se doter d’un pouvoir légitime ». La satisfaction de ces exigences devait être un préalable posé par ces personnalités pour leur participation au scrutin. Commentant ce document et analysant sa portée, M. Habous du Quotidien d’Oran du 14 janvier 2004, dans un article intitulé « Charte anti-fraude ou front contre Bouteflika ? » devait souligner que l’ambition de ses signataires est d’acculer le président de la République ou à démissionner avant le scrutin ou à renoncer à se porter candidat à sa succession. Dit autrement, ce n’est pas la fraude électorale qui mobilise ces personnalités mais la détermination d’en finir avec Bouteflika. Il convient, à ce stade, de signaler que dès le 1er janvier 2004, fut constitué un forum démocratique des forces patriotiques qui lancera une pétition tendant à recueillir un million de signataires en vue de la démission de M. Bouteflika. Quoi qu’il en soit après plusieurs réunions, le front contre la fraude rendra public le 15 février un « mémorandum sur les violations de la Constitution par le président de la République ». Sans dénier le droit à M. Bouteflika de se présenter pour un second mandat, les auteurs du document faisant le bilan du premier mandat, relevaient quatre types de violations de l’ordre constitutionnel par le président lui-même, ce qui devrait le rendre indigne de gouverner. En premier lieu, M. Bouteflika aurait dépouillé les représentants du peuple de leurs attributions. En second lieu, il se serait accaparé les attributions du chef du gouvernement. En troisième lieu, tout son mandat aura été marqué par le mépris affiché à l’égard des institutions constitutionnelles. Enfin sont inventoriés tous les manquements aux règles de la démocratie ainsi que les atteintes aux libertés et droits fondamentaux de l’Homme et du Citoyen.

14Trop disparate, ce groupe de personnalités ne parviendra pas à s’entendre sur une démarche et une stratégie claire. Pour certains membres, le retrait de la course électorale est la position la plus pertinente. Participer c’est contribuer à crédibiliser un scrutin déloyal dont les résultats sont connus d’avance. Pour d’autres, dès lors que l’armée a manifesté sa neutralité, il faut y prendre part. Malgré ces divergences, certains affirmeront vouloir mettre en place une sorte de coalition qui irait au-delà de l’échéance électorale.

Les autres opposants à Bouteflika

  • 4  Chacun des protagonistes insistera sur ce point présenté comme capital. Il reste que cette allianc (...)

15À l’approche des élections, une alliance contre la fraude sera constituée par MM. Benflis, Djaballah et Saïd Saadi. Sans projet politique4, cette alliance se proposait de fédérer les efforts des militants acquis à ces trois personnalités pour contrôler, le jour du scrutin, notamment l’ensemble des 39 869 bureaux de vote répartis à travers le territoire national. Par cette alliance, les trois candidats exprimaient leur scepticisme et manifestaient leur totale méfiance à l’égard de l’appareil administratif dont la neutralité, maintes fois proclamée pourtant, était considérée comme un leurre. L’appareil administratif était maîtrisé par deux personnalités totalement acquises au chef de l’État puisque la chefferie du gouvernement était occupée par

  • 5  L’élection présidentielle du 8 avril a été couverte par 125 observateurs se répartissant comme sui (...)
  • 6  Voir la déclaration de M. Benflis publiée notamment dans Le Soir d’Algérie des 9 et 10 avril, p. 3 (...)
  • 7  Le parti du RCD rendra public le 23 mai un document de 37 pages intitulé « Élection présidentielle (...)
  • 8  Mustapha BENFODIL, « La classe politique groggy après le choc du 8 avril. Autopsie d’une oppositio (...)
  • 9  Liess BOUKRA, « Réflexions sur un score électoral contesté », Le Quotidien d’Oran, 21/4/2004, p. 9 (...)
  • 10  Farid ALILAT, « Après cinq ans et dix-neuf jours de campagne. Chronique d’un putsch annoncé », Lib (...)
  • 11  Dans une interview accordée à Radio France internationale et reproduite en partie par Liberté du 3 (...)

16M. Ouyahia, secrétaire général du parti du RND qui, suite à la défection du FLN, s’était empressé de se mettre sous la bannière de M. Bouteflika, et que le ministère de l’Intérieur était entre les mains de M. Zerhoumi, proche et fidèle du chef de l’État qui n’hésita pas à déclarer publiquement que, le soir du scrutin du 8 avril, il ne se voyait pas en train de proclamer un autre nom que celui de M. Bouteflika comme vainqueur de la joute électorale. Aussi et à maintes reprises, l’opposition fut-elle amenée à exiger la démission de ces deux personnalités, l’organisation des élections devant être confiée à un gouvernement neutre. Cette exigence ne sera jamais satisfaite par M. Bouteflika qui se contentera de mettre sur pied (comme l’ont fait ses prédécesseurs) une commission nationale dite indépendante chargée de superviser politiquement le scrutin et donc de garantir la neutralité des institutions publiques en général et de l’administration en particulier. Le chef de l’État surprendra cependant tous ses adversaires en faisant appel à des observateurs étrangers5. Par cette initiative, M. Bouteflika aura marqué des points importants contre le camp adverse. Décontenancé, ce dernier, avec beaucoup de mauvaise foi, fera reproche au chef de l’État d’ouvrir la porte à l’ingérence étrangère ! Tous les superviseurs étrangers présents en Algérie pour le scrutin du 8 avril seront unanimes pour exclure toute forme de fraude et pour témoigner de la bonne organisation du scrutin : une élection pluraliste, émaillée de quelques incidents de violence qui ont pu être contenus, et marquée par une véritable liberté d’expression. Bref, une réelle ébauche de vie démocratique même si les partisans du boycott en furent exclus. Après la proclamation des résultats, les candidats défaits, abasourdis par l’ampleur des écarts entre les résultats obtenus par eux et ceux attribués officiellement à M. Bouteflika, essayeront pendant quelques jours d’accréditer la thèse de la fraude6. Mais la preuve de celle-ci ne pourra jamais être administrée7. Officiellement, le Conseil constitutionnel recevra 192 recours fondés du reste sur divers moyens. Il les déclarera comme n’ayant « aucune incidence sur les résultats ». Mieux encore, à la surprise générale, le Conseil constitutionnel corrigera à la hausse les résultats obtenus par le président sortant. Alors que le ministère de l’Intérieur, suite au premier décompte, avait octroyé à M. Bouteflika 83,49 % des suffrages exprimés, le Conseil constitutionnel rectifiera ce taux qui, selon le quotidien El Moudjahid du 13 avril, sera arrêté à 84,99 %. Ce saut vers les 85 % achèvera de laminer l’opposition8désormais défaite à plate couture. Elle ne s’en relèvera pas durant les huit mois restants de l’année 2004 qui verra la vie politique en Algérie réduite à sa plus simple expression. Sans exagération aucune, il est possible d’affirmer que tout le monde, acteurs et observateurs de la vie politique algérienne, fut surpris par l’importance9de ce taux. Même les rares observateurs qui avaient pronostiqué la victoire de M. Bouteflika estimaient que ce taux ne dépasserait pas les 60 %10, taux raisonnable qui apporterait du crédit à la joute électorale en accréditant l’idée que l’Algérie n’était pas une République bananière11.

  • 12  Nourredine AZZOUZ, « Bouteflika à Metlili, Reliziane et Mostaganem », « L’Algérie a besoin d’un pr (...)
  • 13  Article intitulé : « Dernière journée de la campagne. Ce pourquoi Bouteflika veut passer au premie (...)

17Mais ce taux élevé semble répondre parfaitement aux souhaits du président-candidat qui, à maintes reprises, dans la vaste campagne électorale qu’il a menée, martèlera l’idée que l’Algérie a besoin d’un président bien élu12dès le premier tour. Analysant les déclarations faites par M. Bouteflika durant cette campagne, Nourredine Azzouz du journal Le Quotidien d’Oran13, souligne que le président candidat a, en premier lieu, « une revanche à prendre sur 1999 ». En second lieu :

« [Bouteflika] a ouvert avec l’armée, un débat sur son désengagement du champ politique. Pour avoir pris une telle initiative, il lui faut des arguments très lourds. C’est-à-dire une victoire par un score lourd et par un pourcentage conséquent et conforme à son ambition de décentrer le pouvoir réel en sa faveur. La manière dont il pose le problème de l’armée et de son rôle politique dans le pays indique bel et bien qu’il est dans une dure logique d’arithmétique. »

18Le 5 avril 2004, clôturant sa campagne par un meeting à Alger,

  • 14  Samia LOKMANE, Il a clôturé sa campagne à la salle Harcha-Bouteflika : « Je n’ai négocié avec pers (...)

19M. Bouteflika déclarera que « le président qui n’est pas élu à la majorité écrasante n’a qu’à rentrer chez lui », soulignant l’inutilité d’un second tour. C’est également au cours de ce discours qu’il affirmera : « Il faut lever la tutelle sur le peuple. Il est apte à choisir avec ce qui dicte sa conscience14. »

20Cette dernière déclaration faite trois jours avant les élections pouvait paraître quelque peu sibylline tout en étant particulièrement grave puisque le premier magistrat du pays affirme sans ambages que le peuple est sous tutelle ! La formule sera réutilisée six mois après dans une importante allocution prononcée par M. Bouteflika à l’occasion de la commémoration du cinquantième anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale le 1er novembre 1954.

La fin de la légitimité révolutionnaire

21Intervenant devant le 10e congrès de l’Organisation nationale des Moudjahidine (ONM), le président Bouteflika jettera un véritable pavé dans la mare en affirmant que la légitimité révolutionnaire ou historique est désormais révolue ! Commentant ces propos qui firent la une de tous les journaux, le quotidien El Watan notait : « C’est la première fois qu’une personnalité algérienne, de surcroît à un tel niveau de responsabilité, s’aventure, sur un tel terrain qui relève presque du domaine du sacré. »

22Le président Bouteflika venait ainsi d’accrocher un autre tabou à son tableau de chasse. L’on se souvient en effet que, sitôt porté à la magistrature suprême en avril 1999, il s’était évertué à attaquer de front plusieurs tabous qui, estimait-il, avaient contribué à la sclérose du pays et au blocage de la société algérienne. En cette année 2004, il se sera décidemment attaqué au plus coriace de ces tabous. Le choix de l’enceinte et de l’auditoire pour faire cette annonce donne aux propos de M. Bouteflika une résonance extraordinaire : l’organisation nationale des Moudjahidine dont la mission est précisément de défendre et de perpétuer la mémoire indispensable à l’exercice du pouvoir fondé sur la légitimité dite historique ou révolutionnaire. À l’écoute du discours, le premier sentiment de l’observateur fut de croire à la volonté du chef de l’État de signifier une fin de mission aux hommes de la génération de novembre 1954, c’est-à-dire ceux qui ont participé à la guerre de libération nationale de 1954 à 1962. Cette génération serait ainsi invitée une bonne fois pour toute et avant qu’il ne soit trop tard, à transmettre le flambeau du nationalisme à la génération qui n’a pas pris part à la révolution et qui de ce fait ne peut exciper que d’un autre type de légitimité, celle fondée sur l’élection démocratique, le mérite personnel et la compétence. Mieux encore, en ce cinquantième anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale, beaucoup d’observateurs, en écoutant ces propos du chef de l’État, ont pensé que M. Bouteflika devait, comme à son habitude, préparer l’opinion publique avant d’annoncer la fin du parti du FLN, patrimoine commun de l’ensemble des Algériens, qui devait rejoindre le musée de l’histoire nationale, le préservant ainsi des basses luttes politiciennes. À dire vrai, s’il n’est pas tout à fait inexact, ce premier sentiment de l’observateur n’aura été fondé que sur l’écume des choses.Car dans cet important discours, après avoir annoncé solennellement la fin de la légitimité historique, M. Bouteflika ajoutera, dans le cadre d’une association d’idées qui pouvait paraître quelque peu curieuse, qu’il était urgent de lever la tutelle sur le peuple, idée qui, on s’en souvient, avait été développée par le président-candidat lors de la campagne électorale. En ce 1er décembre 2004, M. Bouteflika reviendra sur ce thème de la tutelle au moment même où il rendait un hommage à l’Armée nationale et populaire (ANP).

  • 15  Sur le rôle de l’armée voir A. MAHIOU, « Les contraintes et incertitudes du système politique », i (...)

23L’association d’idées est dès lors sans équivoque aux yeux de tous ceux qui ont écouté attentivement le discours. Pour ceux qui ont eu à lire le texte de l’allocution publié le lendemain, la déception fut grande de ne pas découvrir ce passage reproduit in extenso. L’absence de ce passage dans le discours diffusé par le canal de l’agence officielle APS donne à penser que cette idée extrêmement importante ne devait pas être consignée dans le document officiel préparé à l’intention du chef de l’État. Comme à son habitude, se détachant de son texte, M. Bouteflika a estimé utile et opportun d’enrichir son discours par une assertion d’une importance capitale. Quoiqu’il en soit, le discours prononcé devant le congrès de l’ONM éclaire un peu mieux toute la démarche du président-candidat. En effet, le score élevé qu’il attendait de l’élection du 8 avril 2004 avait une finalité bien précise : le doter d’une légitimité légale ou rationnelle devant lui permettre de s’émanciper définitivement de ses commanditaires de 1999, ceux que l’on appelle communément « les décideurs » constitués de quelques éléments de la haute hiérarchie militaire15. La proclamation de la fin de la légitimité historique ou révolutionnaire associée à l’exigence de la levée de la tutelle sur le peuple algérien signifiait par voie de conséquence et donc nécessairement la fin de la mainmise de l’ANP en tant qu’héritière de la glorieuse ALN (Armée de libération nationale), cette dernière formule étant devenue un véritable poncif du discours politique et idéologique en Algérie. Ainsi donc, le taux avoisinant les 85 % des suffrages exprimés le 8 avril 2004 aura permis à M. Bouteflika d’exciper, face à l’armée, une légitimité populaire indiscutable. Dans le bras de fer qui l’oppose à la haute hiérarchie militaire, ce taux consacrerait la victoire du chef de l’État qui on s’en souvient, avait déclaré dès 1999, qu’il refusait son statut de « trois quarts président ». Désormais et pour reprendre des formules de journalistes, il était devenu un « quatre quarts président » voire même un président et demi », cette dernière formule étant la traduction littérale d’une expression de l’arabe parlé : « Raïs ou Noss ».

Le président Bouteflika et l’armée

24Toute cette lecture des événements sera corroborée par un autre fait important survenu deux mois après les élections : l’élimination du général major Mohamed Laamari, qui sera suivie de changements au sein de l’institution militaire. Ces changements très attendus interviendront durant l’été, qui une fois n’est pas coutume, sera animé par les traditionnelles rumeurs. C’est le 3 août que sera officiellement annoncé le remplacement de M. Laamari à la tête de l’état-major de l’armée. Le décret présidentiel publié au journal officiel du 8 août dispose simplement qu’il est mis fin aux fonctions de chef d’état-major de l’ANP sans autres précisions afférentes aux causes de ce départ. Mais il ne faisait aucun doute que M. Laamari était démissionnaire depuis quelques mois comme le fut le président de l’Assemblée nationale M. Karim Younes qui prit fait et cause pour M. Benflis. Cependant, il était manifeste qu’on leur avait demandé de différer quelque peu la mise en œuvre de leur décision. Apportant un démenti à la thèse quasi officielle de démission pour raison de santé, le général Laamari, dans un message adressé aux militaires par le biais de la revue El-Djeich, déclarait avoir pleinement achevé la mission qui lui avait été confiée depuis juillet 1993 soit depuis un peu plus d’une décennie. Il serait donc parti de son plein gré. Mais sitôt son départ annoncé, on apprendra que le chef de l’État éliminera de la tête de la première région militaire un des proches du général Laamari, le général Fodhil Cherif. Outre la première région militaire, il y eut trois autres régions concernées par des changements soit au total quatre régions sur les six que compte le pays. Dans la foulée sera créé un secrétariat général du ministère de la Défense nationale avec des pouvoirs étendus confiés au général Senhadji. La création de cette structure avait-elle été rendue impossible durant la présence de M. Laamari à la tête de l’état-major ? La conjonction de tous ces faits incline à donner une réponse positive. Ces changements et restructurations qui consacrent donc un renforcement du secrétariat général du ministère avec un amoindrissement de la place de l’état-major confié à un personnage ayant largement dépassé l’âge de la retraite, n’ont cependant pas affecté les autres dirigeants forts de l’armée et notamment le plus puissant d’entre eux, le général major Mohamed Médiene, plus connu sous le nom de Tewfik, qui dirige le Département de renseignement et de sécurité « DRS » qui a remplacé la fameuse SM ou sécurité militaire depuis quelques années déjà. Le maintien de cette dernière personnalité au moment où le général Laamari est éliminé a fait l’objet de lectures politiques diverses. Bon nombre d’observateurs affirment que cette situation est le résultat du talent politique de M. Bouteflika qui, dans le bras de fer qui l’opposait à l’armée, a su comme nul autre avant lui, affaiblir la haute hiérarchie militaire en y provoquant une césure. Longtemps présentée comme un bloc monolithique gage de sa force mais également de la stabilité du pays, la haute hiérarchie militaire connaissait ainsi sa première fêlure, ce qui a fait dire à certains apparatchiks que M. Bouteflika était devenu un danger pour la sécurité nationale.

25Le maintien du général major Tewfik concomitamment au départ du général major Laamari permet d’affirmer que le consensus qui prévalait au sein de la haute hiérarchie militaire à propos des présidentielles avait été rompu. Manifestement M. Laamari, hostile au président Bouteflika, a souhaité son remplacement par M. Benflis alors que le général Tewfik aurait joué la carte de la continuité en se mettant politiquement au service du président candidat. Citant des sources françaises, le quotidien Liberté du 13 avril 2004 sous la plume de Lounes Guemache faisait état de l’existence d’un deal entreM. Bouteflika et le général Tewfik considéré comme le personnage le plus influent de l’institution militaire. Dans le même ordre d’idées, M. Mohamed Chafik Mesbah, politologue et officier supérieur de l’ANP à la retraite qui a fait partie du groupe d’experts ayant rejoint le candidat Benflis, devait reconnaître dans une longue interview confiée au Soir d’Algérie (du 3 au 9/12/2004) que les divergences entre les services de renseignements et l’état-major de l’ANP avaient échappé à son attention. Explicitant cette idée il devait ajouter que :

« [La première erreur d’appréciation qu’il avait commise en tant que politologue] se rapporte à une évaluation incorrecte de la position de la haute hiérarchie militaire. Habitué à la cohésion traditionnelle qui caractérisait la démarche de toute institution, je n’ai pas perçu les variations qui, de manière imperceptible, avaient affecté les positions respectives des services de renseignements et l’état-major de l’ANP. »

26De là à dire que cette subtile et imperceptible variation a échappé au candidat Benflis, il y a un pas que M. Mesbah franchit en affirmant un peu plus loin :

« M. Benflis semble, de bonne foi, avoir surestimé la position de neutralité affichée par l’institution militaire. À l’image de tous les autres candidats, la vigilance de M. Benflis a été trompée par une confiance excessive accordée aux propos du chef d’état-major de l’ANP. Non pas que le chef d’état-major ait promis d’interférer sur le processus électoral mais ses propos n’avaient pas été insérés dans leur environnement institutionnel et international. »

27Empreints de beaucoup de diplomatie, ces propos émanant d’un officier supérieur de l’armée fin connaisseur du sérail politique, ne doivent pas nous faire perdre de vue l’essentiel : c’est encore l’armée qui aurait fait les élections présidentielles d’avril 2004 alors même qu’elle prétendait, depuis 2002, qu’elle se soumettrait désormais à une stricte posture de neutralité ! L’observateur de la vie politique algérienne de ces deux dernières années est du reste stupéfait par une situation paradoxale, jamais l’armée n’a autant été présente dans le champ politique que depuis qu’elle a déclaré vouloir s’en retirer. Tous les regards étaient continuellement tournés vers « les Tagarins » ce quartier des hauteurs d’Alger où trône le ministère de la Défense nationale et qui symbolise le pouvoir militaire. Même les hommes politiques se disant démocrates n’ont pas échappé à ce sport national : écouter et décrypter le moindre signe émanant « des oracles des Tagarins » ! Sauf que pour cette fois-ci, les oracles ne semblent pas avoir été infaillibles ; ou tout simplement que leurs signes aient été mal décryptés y compris de la part d’un personnel pourtant avisé, car depuis longtemps initié.

  • 16  Après les élections il confirmera son analyse en déclarant (Le Matin, 22/4/2004,p. 4 et 5) : « Une (...)

28Devant une telle situation, il est permis de se demander si la grande difficulté rencontrée dans la lecture de ces signes n’avait pas pour cause la dualité qui se serait installée à la tête de l’institution militaire, dualité qui à l’expérience pouvait étrangement ressembler à de la duplicité. Pendant qu’un général major occupant les médias répétait à l’envie que l’armée sera neutre, un autre général major, loin des feux de la rampe orchestrait de manière magistrale la reconduction du statu quo ante. Dans le cadre de cette hypothèse, là où M. Chafik Mesbah voyait des divergences entre les services de renseignements et l’état-major, on y verrait au contraire une vraie connivence et un partage des rôles pour exécuter une seule et même stratégie, celle de la préservation de ses intérêts par le maintien du statu quo qui passe par la reconduction du mandat du président Bouteflika. Selon M. Mouloud Hamrouche, un des adversaires du chef de l’État connu notamment pour la pertinence de ses analyses et qui ne cache ni ses contacts permanents ni ses liens avec le commandement militaire, l’élection présidentielle du 8 avril est dite fermée16, car les jeux étaient faits depuis octobre 2003, et que le dispositif mis en place pour assurer un plébiscite programmé est un dispositif de tromperie. Ces propos ont été énoncés dans le cadre d’une interview accordée au Quotidien d’Oran du 9 mars 2004, soit un mois avant la date officielle du scrutin.

29M. Hamrouche, qui donna le sentiment de vouloir être candidat, déclare le 11 février qu’il ne participera pas à la course électorale car :

  • 17  Commentant la décision de retrait de M. Hamrouche, l’écrivain et journaliste Abed CHAREF notait le (...)

« En dépit des assurances avancées par le chef d’état-major, Mohamed Laamari, quant à la neutralité de l’institution, force est de constater qu’elle a malheureusement fini par céder sous la pression de groupes d’intérêts, au profit de Bouteflika17. »

30Sur ce dernier point l’analyse de M. Hamrouche est confirmée quelques mois après par M. Chafik Mesbah ; la position de l’armée a donc évolué en faveur de M. Bouteflika rendant obsolète tout le discours tenu précédemment sur la neutralité de l’armée. Le maintien de ce discours participerait dès lors du vaste dispositif de tromperie mis en place pour assurer au président candidat un véritable plébiscite. Sans abuser de la dialectique, l’on peut avancer que si initialement elle avait pour effet d’affaiblir le président-candidat, la notion de neutralité de l’armée remplira une fonction diamétralement opposée dès lors qu’elle aura contribué à tromper la vigilance des adversaires de M. Bouteflika. Mais ceci ne fut possible que parce que, à en croire M. Hamrouche, la position de l’armée probablement sous l’influence de son DRS, a radicalement changé.

31Le drame pour les adversaires de M. Bouteflika c’est que, pour reprendre la formule de M. Chafik Mesbah, ces changements furent imperceptibles. Certes, l’observateur aura relevé à un moment donné dans le discours du général major Laamari un glissement sémantique au lieu et place de neutralité, il se mit à utiliser le terme d’impartialité. Mais très peu d’acteurs accordèrent de l’importance à ce fait. M. Hamrouche fait partie des rares hommes politiques à l’avoir relevé et révélé au public deux jours avant le scrutin. Dans une interview donnée au quotidien Liberté du 6 avril 2004, il déclara que :

« [Si] le chef d’état-major a affirmé que l’armée n’a pas de candidat et qu’elle sera neutre dans cette élection, cette affirmation a été suivie par une clarification importante, à savoir que ce n’est pas la neutralité de l’armée souhaitée qui a été annoncée mais c’est plutôt l’impartialité. »

  • 18  Deux mois auparavant soit le 14 janvier le général Laamari devait préciser : « L’armée n’a jamais (...)
  • 19  M. Benflis en fit un des thèmes de sa campagne électorale en promettant l’élaboration d’une loi su (...)

32La substitution de cette dernière notion a été faite à la faveur de l’entretien accordé par le général Laamari à la revue El-Djeich et reproduite intégralement par tous les quotidiens du 10 mars 2004. Invité à réagir sur les commentaires sceptiques, voire tendancieux à propos de la neutralité de l’armée, M. Laamari déclara : « J’aimerais préciser qu’on ne peut être indifférent, passif devant un scrutin d’une telle importance. Aussi nous préférons parler d’impartialité de l’ANP dans cette compétition18. » La précision malheureusement s’arrêtera là. On soulignera que, sur le plan historique et constitutionnel, à l’issue du débat ayant accompagné l’élaboration de la Constitution de 1996, l’on opta définitivement pour la notion d’impartialité au lieu et place de celle de neutralité qui est trop connoté. La notion de neutralité étant trop proche de celle de laïcité ne pouvait être retenue dans un pays où l’islam est religion de l’État. Aussi l’article 23 de la Constitution énonce-t-il que « l’impartialité de l’administration est garantie par la loi ». Sauf à préciser qu’à ce jour, cette loi n’a pas encore été élaborée19.

33Cette tentative de clarification sera cependant annihilée par le président-candidat lors d’un meeting tenu dans la ville de Relizane à l’ouest du pays. Rendant compte de ses propos, le quotidien Le Matin du 22 mars énonçait que le président sortant voulait faire admettre à ses partisans qu’il était bien le candidat de l’institution militaire dès lors qu’il avait déclaré :

« Je le dis, je suis venu chez vous au nom de l’Armée nationale populaire. Je le répète encore une deuxième fois. Oui je suis venu chez vous au nom de l’ANP, du Rassemblement national démocratique et de Hamas. »

34Commentant ces propos, l’éditorialiste Youcef Rezzoug posa la légitime question : « Qui dit vrai, Laamari ou Bouteflika ? » et invita une nouvelle fois l’armée à intervenir dans le débat pour clarifier sa position.

35Dès lors on mesure la confusion dans laquelle s’est installé le débat dans un pays où l’opacité est l’une des caractéristiques majeures de ses institutions. Cette confusion aura cependant et, paradoxalement, contribué à rendre plus intéressante encore la campagne électorale, dès lors qu’elle tendait à faire accroire que l’issue du scrutin était des plus incertaines. L’incertitude résultait, cependant, moins de la qualité des protagonistes nominaux et de leur programme que de l’ombre qui planait sur ce scrutin : l’institution militaire. Incarnée par son chef d’état-major, elle aura été présente tout au long du processus électoral.

  • 20  Madjid BENCHIKH, Algérie : un système politique militarisé, Paris, L’Harmattan, 2003.

36L’élimination de ce chef d’état-major le 3 août 2004 doit-elle être comprise comme l’expression de la défaite de l’armée tout entière suite au succès triomphal de M. Bouteflika crédité d’un taux de 84,99 ? Seule une naïveté doublée d’une méconnaissance de la nature du pouvoir en Algérie20inciterait à une réponse positive. Quoi qu’il en soit, les résultats électoraux attribués au président Bouteflika font de lui désormais un président légitime contrairement au dramatique statut qui était le sien durant le premier mandat. Cette légitimité enfin acquise incitera sans doute à une gouvernance plus apaisée, les rapports entre le président et l’institution militaire ne devant plus être conflictuels. Vue sous cet angle, l’élection présidentielle du 8 avril pourrait effectivement constituer un important jalon sur le chemin de sortie de la crise politique qui dure depuis 1992, i.e. depuis que l’armée a mis fin prématurément au mandat du président Chadli Bendjedid. Dans la perspective de sortie de la crise, un autre jalon sera posé en cette année 2004 après l’élection présidentielle : il s’agit de la fin du déchirement au sein du principal parti du pouvoir, le FLN, et de son retour dans le giron de la présidence de la République. Enjeu de la lutte entre

  • 21  De nombreux commentaires et analyses ont été avancés à propos de cette crise. Mais indéniablement (...)

37M. Bouteflika et M. Benflis, le parti du FLN aura connu à partir de mars 2003, une des crises les plus importantes de son histoire21.

Le président Bouteflika, le FLN et les autres partis politiques

38N’ayant pu le mettre à son service exclusif, M. Bouteflika fera en sorte de neutraliser le FLN au moyen de divers procédés dont l’instrumentalisation de la justice. C’est ainsi qu’en date du 30 décembre 2003, la Chambre administrative de la Cour d’Alger prononcera la nullité du VIIe congrès de mars 2003, et donc l’inanité de toutes les structures qui en étaient issues. Elle décidera également du gel de tous ses moyens financiers. En conséquence le FLN est renvoyé, en quelque sorte, aux statuts adoptés lors du VIIe congrès. M. Benflis fera appel de cette décision le 13 janvier 2004 et ce, auprès du Conseil d’État. Confirmant l’arrêt du 30 décembre, le Conseil d’État rendra son verdict le 3 mars 2004, soit un mois avant l’élection. Suite à cette décision, le FLN est définitivement hors jeu. M. Benflis, tout comme M. Bouteflika d’ailleurs, sera contraint de se présenter comme candidat indépendant. Il ne pourra juridiquement se prévaloir de l’onction qui lui avait été donnée par le congrès extraordinaire du FLN.

39Dès le 19 avril soit une dizaine de jours après l’élection, M. Benflis, qui était encore secrétaire général du FLN dans le cadre des statuts prorogés du VIIe congrès, présentera sa démission au Comité central. Celui-ci désignera une instance provisoire pour la gestion des affaires courantes ayant à sa tête un proche de M. Benflis ainsi qu’une Commission nationale chargée de préparer le Congrès dit « huitième bis ». Composée de 165 membres, cette commission est présidée par M. Belkhadem qui était à la tête du groupe dits « des redresseurs » depuis la réunion de Djelfa (à 300 km d’Alger) tenue le 4 septembre 2003.

40L’installation de cette Commission n’aura lieu que le 5 juin. Elle sera marquée par une forte contestation, œuvre de redresseurs radicaux ou maximalistes qui reprocheront à M. Belkhadem d’être trop conciliant avec ceux qui avaient pris fait et cause pour le candidat Benflis. Ce mouvement de contestation exigeait un assainissement des rangs du FLN, les pro-Benflis devant être purement et simplement exclus. M. Belkhadem, qui avait pour mission de réussir la réconciliation entre les deux principales factions, s’était contenté d’exiger l’élimination des organes de direction, des militants qui eurent des attitudes jugées excessives et/ou des propos injurieux voire haineux à l’endroit de M. Bouteflika. Il faut dire que les hommes de M. Benflis, bien implantés dans les rouages du parti, ne pouvaient être éliminés facilement. Aussi un compromis sera-t-il trouvé, l’essentiel pour les deux factions étant de sauver le parti pour les remettre dans le jeu mais au service du président de la République qui en aurait grand besoin pour réaliser les chantiers inscrits dans son programme et notamment son projet de réconciliation nationale.

41Dans le cadre de la préparation du Congrès dont la tenue était annoncée pour le mois de juillet, puis pour le mois de décembre, la Commission nationale mettra au point une restructuration organique consacrant un amoindrissement de la place du secrétaire général qui sera désormais désigné et révoqué par le Comité central et non par le Congrès comme l’avait admis M. Benflis en mars 2003. En plus de cette importante mesure, proposition est faite de créer pratiquement pour la première fois dans l’histoire du parti, le poste de président. Il sera offert à M. Bouteflika.

  • 22  Le 5 décembre 2003, M. Bouhara avec un groupe de militants diffusera une déclaration dite de Skikd (...)
  • 23  Cette question de la fin du FLN comme parti politique est indéniablement arrivée à maturité. Mais (...)

42Cette proposition a été faite par la sous-commission chargée de l’organique présidée par M. Bouhara, sénateur nommé dans le cadre du tiers présidentiel et qui, au plus fort de la crise du parti, donna l’illusion de susciter une troisième voie22. Quoi qu’il en soit, l’intermède de l’indépendance du parti du FLN inauguré en mars 2003 aura été des plus brefs. Le principal parti politique algérien n’aime pas goûter aux affres de l’opposition. Il en avait fait une amère expérience de 1992 à 1996. Aussi, avec armes et bagages, accompagné du son provoqué par les changements de vestes, le parti du FLN se mettait-il à la disposition du nouvel homme fort, le chef de l’État. Il reste que cette offre de services fut d’emblée analysée par certains observateurs avertis comme un véritable piège tendu à M. Bouteflika. Candidat « indépendant » élu avec un taux extrêmement élevé grâce notamment à une coalition de partis au sein de laquelle les redresseurs du FLN n’étaient pas majoritaires, M. Bouteflika ne devait rien au parti du FLN. Accepter la proposition qui lui était faite de présider le FLN reviendrait, paradoxalement, à affaiblir sa position sur le nouvel échiquier politique, d’autant qu’on prête à M. Bouteflika l’idée de procéder à une recomposition du champ politique, au sein duquel il n’y aurait plus nécessairement le FLN dès lors qu’il appartient à l’ensemble du peuple algérien23.

43Quoi qu’il en soit, les six derniers mois de l’année 2004 seront marqués par les nombreuses péripéties de la préparation du Congrès du FLN. Bien qu’elle fût acquise dans son principe, la réconciliation entre les clans n’était pas facile à mettre en œuvre, perturbant la vie de l’Assemblée nationale et toutes les organisations satellites du FLN, elles-mêmes secouées par la crise. La résistance des pro-Benflis fut assez forte. Le mouvement dit des redresseurs a failli quant à lui se faire déborder par un groupe d’extrémistes que M. Belkhadem parviendra à réduire. L’année 2004 s’achèvera sans que le parti du FLN n’ait pu tenir son congrès. L’organisation de ce dernier, qui devrait sceller la réconciliation et donc la fin de la crise, est annoncée pour le mois de janvier 2005. Pendant que le FLN tentait, avec les difficultés que l’on sait de se reconstruire et de dépasser sa crise, d’autres formations politiques subissaient des soubresauts. La crise du FLN n’était pas un cas isolé. Dans une analyse fort remarquée, publiée le 15 février 2004, M. Mehri, ancien secrétaire général du FLN éliminé en 1996, s’interrogeant sur les causes de ce qu’on appelle « la crise du FLN », écrivait :

  • 24  El-Watan, 15/2/2004, p. 10.

« Cette situation ne relève pas de la nature du FLN, elle n’est pas un aspect congénital de ses dirigeants. Elle est un trait essentiel du régime politique et découle de sa nature. Les autres partis et organisations sociales ne sont pas à l’abri de ces “traitements” même si le FLN en a la part majeure et les effets… y sont visibles. Il est difficile de croire que le régime concède aux autres partis et organisations la liberté qu’il ne permet pas au FLN, sans les intégrer, d’une manière ou d’une autre, dans ses plans24. »

  • 25  Ce fut du moins l’appréciation portée par la presse nationale. En vérité, le parti du FFS connut u (...)

44Dans le même ordre d’idées, interrogé sur la crise sans précédent25qui avait affecté le parti du FFS, au cours de l’été 2004, son chef charismatique

45M. Aït Ahmed fit observer que le FFS était le seul parti, notamment parmi ceux qui avaient signé le contrat de Rome, à avoir échappé aux manipulations et complots destinés à le réduire à un simple appareil contrôlable et récupérable à merci.

46À cette raison fondamentale tirée de la stratégie, arrêtée par le régime à l’égard des partis politiques, il faudrait ajouter pour cette année, une autre cause à la crise des partis. C’est l’élection présidentielle elle-même qui, en amont, provoqua des tiraillements au sein de certaines formations à propos de la ligne politique à adopter et des positionnements à arrêter. Indéniablement, le duel Bouteflika-Benflis eut de graves effets au sein des petits partis qui sont de loin les plus nombreux et que Abassi Madani, le leader du FIS dissous, traitait par une formule méprisante de sanafir qui signifie lilliputiens. Le premier exemple illustrant cette situation nous est donné par le parti du PRA (Parti du Renouveau Algérien). Si son principal fondateur M. Boukhrouh est membre du gouvernement, le parti fut amené à s’en éloigner. Après une crise, la direction fut écartée et le parti s’aligna derrière M. Bouteflika. Le second exemple concerne le parti du FNA (Front national algérien) représenté au parlement par huit députés et disposant de près de cinq cents (500) élus locaux. Son leader Moussa Touati, ayant vu sa candidature rejetée par le Conseil constitutionnel, appela son parti à voter pour M. Benflis. Aussitôt, une dissidence se manifesta dans sa formation. La contestation la plus forte vint de la région de Tiaret, à l’ouest du pays, ce qui souligne, si besoin est, l’importance de considérations régionalistes au fondement de bon nombre de positions politiques. La crise de ces partis qui couvait durant la précampagne éclata surtout au grand jour après l’élection présidentielle.

47En effet, en aval de l’élection présidentielle, il y eut également la crise fort médiatisée du parti Islah que dirige M. Djaballah. Candidat à l’élection présidentielle, ce dernier prétendait regrouper l’ensemble de la mouvance islamiste encore présente dans le pays depuis l’élimination du FIS, l’affaiblissement du parti Hamas (tendance Frères musulmans de feu Mahfoudh Nahnah) et le « non agrément » du parti Wafa de M. Taleb Ibrahimi. M. Djaballah se voyait même au second tour de l’élection présidentielle face à M. Bouteflika. Il prétendait être en mesure de supplanter tous les autres adversaires du président candidat, y compris bien sûr M. Benflis considéré pourtant par tous les observateurs comme le seul outsider. Il est vrai que M. Djaballah avait en quelque sorte le vent en poupe depuis que le général-major Mohammed Laamari l’avait nommément cité en affirmant que l’armée, qui est désormais neutre, accepterait les résultats du scrutin même si ces derniers étaient favorables à M. Djaballah. Dans un pays en crise ayant perdu bon nombre de repères, où les moindres déclarations, insinuations, voire le silence émanant ou attribués à un général en activité ou à la retraite, ont valeur de « paroles oraculaires de sphinx » pour reprendre l’expression de l’écrivain Nourredine Saadi (Le Matin 23 et 24/1/2004), la citation du nom de M. Djaballah avait valeur d’onction et de garantie de réussite.

48Aussi, après la proclamation des résultats, la désillusion ne sera-t-elle que plus forte puisque M. Djaballah arrivera en troisième position avec à peine 511 526 voix. Avec un tel score, son parti était en net recul par rapport aux résultats obtenus à l’élection législative du 30 mai 2002 : 705 319 voix donnant droit à 43 sièges, faisant du parti Islah la troisième formation politique du pays et le premier parti islamiste agréé. Dès lors une contestation et une dissidence s’installeront au sein du parti Islah, avec un scénario qui ressemble étrangement à celui ayant prévalu au sein du FLN ; les deux factions rivales se neutralisant durent recourir à la justice qui empêchera l’organisation du congrès. Signalons que c’est la deuxième fois que M. Djaballah se retrouve contesté au sein d’une formation politique. La première fois, c’était dans le cadre du parti Nahda qu’il dut abandonner pour créer le parti Islah qui, à nouveau, connaîtra des turbulences. Même s’il est admis que tous les partis sont soumis à des manipulations et font l’objet d’infiltrations, il convient de ne pas négliger une caractéristique fondamentale de toutes les formations politiques algériennes : organisées autour d’un homme, un zaïm, elles fonctionnent de façon non démocratique. Le drame c’est que cette caractéristique peut aisément être vérifiée y compris au sein des partis se définissant comme relevant de la mouvance démocratique. Celle-ci donne en cette année 2004 l’image d’une armée en déroute. Même s’il est admis que le courant démocratique est majoritaire au sein de la société, les partis politiques s’en réclamant ne parviennent pas à en traduire et à en refléter le poids exact. Aussi les différents types de scrutin sont déconsidérés, alimentant le camp des abstentionnistes évalués à l’occasion de l’élection du 8 avril à plus de huit millions soit à un taux de 42 % du corps électoral.

  • 26  À signaler la création officielle cette année (Journal officiel, n° 43 du 4/7/2004, p. 21) du part (...)

49Dans cette situation de marasme généralisé, un seul parti26déclare être en excellente santé pour avoir su largement profiter de tout le processus de l’élection présidentielle. Il s’agit du Parti des travailleurs (PT) que dirige Mme Louisa Hannoune. Candidate à l’élection présidentielle elle obtint officiellement 101 630 voix, chiffre qu’elle contesta dès lors que son parti représenté au parlement avec 21 députés avait obtenu lors des élections législatives du 30 mai 2002, 246 770 voix. Or disait-elle, il est impossible que son parti ait régressé de cette manière en moins de deux ans. D’autant qu’à la faveur de l’interminable campagne électorale, Mme Louisa Hannoune dont le charisme est indéniable, aurait suscité de très nombreuses adhésions. C’est pourquoi à l’issue de l’élection, Mme Hannoune n’hésita pas à affirmer que « le PT est le vainqueur politique de la présidentielle ». Aussi pour apporter la preuve que le nombre de voix dont elle a été créditée est faux, Mme Hannoune lancera une campagne de signatures d’une lettre destinée au président de la République pour lui rappeler les engagements qu’il avait pris à l’occasion de cette élection. À la date du 1er juillet et donc en quelques semaines, le PT affirmait avoir récolté 329 000 signatures, l’objectif final étant 500 000.

50Cette démarche, tendant à souligner le poids réel du PT au sein du paysage politique, fut comprise par certains observateurs comme une offre de services pour participer à la gestion des affaires de la cité. Même s’il appartient à la mouvance trotskyste, le PT eut dans le cadre du processus électoral une attitude pour le moins curieuse. Après avoir refusé de rejoindre le « groupe des dix » constitué des adversaires du chef de l’État, Mme Hannoune fit campagne en développant un discours nationaliste et alarmiste. Comme elle n’a jamais attaqué personnellement le président-candidat, celui-ci la félicita dans une lettre rendue publique après les élections. La cordialité des relations entre ces deux personnalités était une nouvelle fois soulignée dans un contexte politique dégradé. Mais le parti des travailleurs restera dans l’opposition car, estimait-il, le programme du gouvernement ultra libéral et extrêmement dangereux pour l’unité de la nation n’était pas la traduction fidèle des engagements électoraux de M. Bouteflika. C’est assez dire qu’en cette année 2004, le PT « vainqueur politique de la présidentielle », occupe une place particulière dans ce qui fait office d’échiquier politique. Tout en s’inscrivant dans l’opposition, le PT se démarque de bon nombre de partis hostiles à la démarche de M. Bouteflika. Désarçonnée par les résultats de l’élection présidentielle, l’opposition semble décidée à ne plus jouer le rôle de faire-valoir, contribuant à donner l’illusion d’une vie politique démocratique. À l’image du RCD et du FFS, l’opposition décide de se recentrer sur des actions dites de proximité, loin des feux de la rampe et du tapage médiatique.

  • 27  Voir également K. SELIM, « Anomie », Le Quotidien d’Oran, 14/12/2004, p. 24. « On a beau avoir de (...)

51Durant tout le second semestre, la vie politique nationale fut marquée par le lourd silence des partis, inaptes à remplir les fonctions de représentation et d’intermédiation. À la date du 7 octobre 2004, M. Saadoune du Quotidien d’Oran soulignait à juste titre : « Il y a actuellement un contraste frappant entre un front social dont la vitalité revendicatrice ne se dément pas depuis deux ou trois ans et un front politique asthénique pour ne pas dire complètement éteint27. » Le constat est juste. L’ébullition du front social fut constante tout au long de l’année 2004. Dans le monde du travail, les émeutes plus nombreuses et plus violentes se répandirent à travers tout le territoire national.

Le front social et les émeutes

  • 28  Farid CHERBAL, « Contribution à l’analyse du mouvement syndical autonome en Algérie », El Watan, 3 (...)
  • 29  Cette année il y eut une première « bipartite » gouvernement/UGTA les 14 et 15/10 puis une seconde (...)
  • 30  Pour ne pas se laisser déborder, dans certains secteurs les grèves furent organisées par les fédér (...)
  • 31  Le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique ; le Consei (...)
  • 32  Toute honte bue, M. Djamel ould Abbes, ministre de l’Emploi et de la Solidarité a voulu créer le 2 (...)

52Même si officiellement il n’y eut en 2004 qu’une quarantaine de grèves au demeurant de portée limitée, confirmant la tendance à la baisse enregistrée depuis 1999 (173 grèves cette année-là), le monde du travail a été perturbé dans certains de ses segments. Cette activité fut l’œuvre des syndicats dits autonomes et notamment de 9 (neuf) d’entre eux qui créèrent le 11 février une coordination nationale. Face à la puissante centrale syndicale UGTA (qui après quelques tergiversations, apporta sa caution au président-candidat), les syndicats autonomes s’orientèrent cette année vers la construction d’une deuxième centrale28. Il s’agit là d’un fait important. Cette tendance tarde cependant à se concrétiser à cause des nombreuses entraves bureaucratiques que subissent les syndicats autonomes. Qui plus est, dans ce qui tient lieu de dialogue social organisé par le gouvernement (« bipartite »)29, celui-ci s’entête à ne vouloir se réunir et se concerter qu’avec l’UGTA ignorant la cinquantaine de syndicats existant et actifs sur le terrain. Particulièrement dynamiques, ces jeunes syndicats, animèrent des grèves sectorielles assez suivies comme celles ayant eu lieu dans le secteur de l’éducation ou de la santé30. Le gouvernement, recourant systématiquement à la justice contre les grévistes, modifiera la réglementation en la matière dans le sens d’une réduction de l’exercice de ce droit constitutionnel. C’est du moins la lecture qui a été faite du communiqué du Conseil de gouvernement du 20 octobre 2004 assimilant toute grève dite illimitée à un abandon de poste. Ce communiqué a été considéré par les syndicats autonomes comme une véritable déclaration de guerre à leur égard. Il marque une nette dégradation des relations entre le gouvernement et ces organisations syndicales autonomes. Parmi ces dernières, mention spéciale doit être faite cette année encore de deux syndicats d’enseignants (le CNAPEST et le CLA)31du secondaire qui, avec beaucoup de détermination, ont su mener un mouvement revendicatif de haute tenue. Outre les revendications salariales et statutaires, ces syndicats posent d’autres problèmes de fond tel que celui de la remise en cause de l’hégémonie du pouvoir administratif au sein de l’institution de l’Éducation nationale. S’inscrivant dans le cadre des réformes du système éducatif, ces syndicats d’enseignants veulent inverser la tendance prévalant dans le système depuis quelques décennies. Pour eux, désormais le pouvoir pédagogique exercé par les enseignants doit s’autonomiser par rapport au pouvoir administratif. Il s’agit là d’un fait majeur qui méritait d’être souligné. Vue sous cet angle, l’action des syndicats autonomes est éminemment politique. L’idée d’autonomie à la base de leur création est ainsi entendue largement. Se démarquant du syndicat du régime, l’UGTA, appendice du pouvoir du moment, ces jeunes syndicats participent de l’émergence d’une authentique société civile que le système veut contrôler et maîtriser32, mais en vain.

53En cette année 2004, la société algérienne est encore en ébullition au travers des innombrables émeutes qui éclatèrent dans tous les coins du pays. Depuis les graves événements de Kabylie qui débutèrent en avril 2001, on enregistre en Algérie ce que certains observateurs ont appelé la résurgence d’une « culture émeutière ». Sur ce point précis, la Kabylie aura joué le rôle d’un détachement avancé de la société algérienne vers plus de liberté. Tout se passe comme si la Kabylie, donnant l’exemple, libérait du même coup la société de la peur et de la terreur dans lesquelles elle était retombée après l’épisode d’octobre 1988. L’ampleur du mouvement d’émeutes est telle que le 16 mai 2004, soit un mois à peine après l’élection présidentielle, Amine Lotfi du quotidien El Watan pouvait écrire : « Il ne se passe pas de jour sans que les émeutes éclatent en divers points du pays. » Son confrère du quotidien Liberté (18/5/2004, p. 24), M. Hammouche titrait sa chronique « Émeutes contre plébiscite » et y soulignait la distance entre l’État et la société qu’exprime « cette étonnante divergence entre la voix complaisante de l’isoloir et l’expression de la voie publique ». Et de conclure : « Tragique dialogue de sourds que notre fausse démocratie. »

54Dans ces conditions on comprendra qu’il soit extrêmement difficile de rendre compte de manière exhaustive de ce vaste mouvement dans le cadre étroit de cette chronique. Ce mouvement mériterait à lui seul tout un volume. Nous nous contenterons donc de souligner quelques faits saillants ayant trait aux causes des émeutes ainsi que la portée politique de certaines de ces manifestations.

  • 33  Selon le ministre de l’Intérieur, plus de 300 municipalités sur les 1 541 communes que compte le p (...)

55À l’origine de ces émeutes dans la plupart des cas, il y eut les opérations de distribution de logements à caractère social. Le déficit en la matière est tel que toute opération de distribution engendre plus de mécontents que de satisfaits. Ce déficit est officiellement évalué à 600 000 logements auxquels il faut ajouter 500 000 logements précaires à démolir. Plus d’un million de logements manque ainsi aujourd’hui en Algérie. Résorber cette terrible crise est une mission impossible dans des délais courts eu égard à la productivité médiocre du travail en Algérie et à la faiblesse des moyens nationaux de réalisation. Toute distribution engendrant des contestations souvent violentes, les communes, chargées de cette prérogative, eurent tendance à purement et simplement différer les opérations d’affectation. Dans bon nombre de communes, ces opérations furent gelées. Le résultat fut une situation nationale kafkaïenne, absurde. Plus de 55 000 logements construits, terminés… non distribués ! Les communes, ce maillon extrêmement faible du système politico-administratif algérien vers lequel sont souvent transférés les problèmes et les difficultés, étaient cette fois-ci bloquées33avec le risque d’explosion du système dans son ensemble. Aussi le gouvernement inter-viendra-t-il en octobre pour retirer aux communes cette attribution et la confier aux dairas (sous-préfectures), l’objectif étant que la distribution se fasse assez rapidement sur la base de critères rationnels devant limiter le nombre de recours qui avait fini par bloquer tout le dispositif.

  • 34  Une bavure ou une méprise fut à l’origine de très graves émeutes dans la région des Aurès, à Tkout (...)

56S’il constitue la première cause des émeutes, le logement social n’est cependant pas le seul motif de mécontentements et de violences. Sans exagération aucune, l’on peut dire que tout était devenu prétexte à émeutes : distribution jugée inégalitaire de terres, pénuries diverses de produits alimentaires, de gaz, d’eau, d’électricité, comportements bureaucratiques méprisants qualifiés désormais en Algérie de « Hogra », inertie administrative, dégradation de conditions de vie en général et bien évidemment bavures34. La liste des motifs est extrêmement longue.

  • 35  L’on pourrait citer un autre cas particulier d’émeutes provoquées tout simplement par l’applicatio (...)
  • 36  Le spectre de l’explosion sociale est continuellement présent. Voir l’universitaire Rachid TLEMCAN (...)
  • 37  Les jeunes chômeurs étaient contraints de passer par des agences privées de recrutement qui avaien (...)
  • 38  L’on redécouvrira à cette occasion que les Ouarglis étaient tenus de solliciter un laissez-passer (...)

57Dans le cadre de cette nomenclature, l’on soulignera cette année le cas particulier35des émeutes du travail, celles provoquées par les chômeurs (terme générique qui désigne tous ceux qui n’ont pas d’emplois permanents). Contestant les conditions d’octroi des rares emplois disponibles même si, à en croire le gouvernement, la croissance économique étant repartie, le taux de chômage a été ramené à 17 % en septembre 2004 contre 29 % en 1999. Quoi qu’il en soit, ce phénomène des émeutes du travail est relativement nouveau. Il éclata au grand jour à Ouargla dans le sud du pays en pleine campagne pré-électorale au moment même où le président de la République était dans les murs de ladite ville. Aussi cria-t-on à la manipulation politicienne des adversaires de M. Bouteflika. Suivies par d’autres localités du sud, les émeutes d’Ouargla ont fait craindre le pire : situées dans une région d’Algérie où les populations sont considérées comme des modèles de pacifisme, ces émeutes pouvaient être dès lors le point de départ d’un embrasement général du pays36. Dans ces conditions, le principe même de l’élection présidentielle du 8 avril risquait d’être remis en cause. Les émeutes de Ouargla (située à 80 km de Hassi Messaoud, la capitale du pétrole algérien) du fait de leur survenance dans une des plus importantes zones économiques du pays, mirent en exergue les conditions assez spéciales de recrutement37et de déplacement38des populations, conditions qui furent dénoncées par les chômeurs.

  • 39  Khaled DAOUD, « Le droit par l’absurde », Le Quotidien d’Oran, 30/8/2004, p. 3 : « Le pays est arr (...)
  • 40  Maachou BLIDI, « Le syndrome du Bled », Le Quotidien d’Oran, 30/8/2004, p. 24.
  • 41  Voir Mohamed MESSAÏ, « Émeutes, régionalisme et non gouvernance », El Watan 17 et 21/3/2004. Dans (...)

58Cette dénonciation faite avec violence s’est accompagnée par voie de conséquence d’une revendication essentielle : priorité absolue doit être donnée aux chômeurs locaux (aux « Ouled lbled ») dans l’accès aux emplois. Dans un pays profondément en crise avec un système de valeurs perverti39, cette revendication pouvait malheureusement être formulée. Poussée au bout de sa logique, elle signifiait que le critère de compétence devait tout simplement s’effacer devant le critère géographique qui en l’occurrence n’est pas très éloigné du critère ethnique. Pourtant, le gouvernement s’empressera d’accéder aux revendications des émeutiers après avoir dépêché deux ministres pour les rencontrer. Exprimée à l’origine par les jeunes chômeurs de Ouargla, cette revendication fera progressivement tâche d’huile. Elle sera reprise dans la région d’Annaba à l’est du pays, à Bordj bou-Arréridj et à M’sila dans les hauts plateaux, à Béchar dans le sud-ouest… Mieux encore, exprimée par les chômeurs à propos de l’accès aux emplois, cette revendication de l’attribution prioritaire « aux enfants du Bled »40sera utilisée également par les émeutiers contestant les conditions d’attribution des logements sociaux. Portés par ce mouvement, des entrepreneurs de travaux publics exigeront également l’accès prioritaire aux commandes publiques de leur région au détriment d’entreprises venues d’autres régions d’Algérie, fussent-elles mieux qualifiées. Ces revendications accompagnées parfois de propos xénophobes voire franchement racistes (dans le cas de Ouargla on s’attaqua aux gens du Nord et plus particulièrement aux Chaouias et aux Kabyles)41soulignent, si besoin est, l’ampleur de la crise morale et politique exprimée au travers de ces émeutes : quarante ans après l’indépendance, l’État national est encore fragile et l’idée de république dans sa modernité n’est pas forcément assimilée de la même manière à travers tout le territoire national. La recrudescence du fléau du régionalisme est ainsi indéniable.

  • 42  - Prenant exemple sur le mouvement citoyen de Kabylie, un Mouvement du Sud pour la justice fut cré (...)

59Porté par de jeunes émeutiers sans encadrement politique malgré les quelques tentatives de création d’un mouvement citoyen du Sud42, le régionalisme en tant que forme d’expression d’une idéologie archaïque, souligne la nécessité d’appliquer une authentique politique de régionalisation dont le principe a été arrêté par le Comité de réforme des institutions de l’État mais qui, à ce jour, n’a reçu aucun début d’application. Il est vrai que les réformes politiques tardent à être adoptées. La révision de la Constitution, maintes fois évoquée par la presse nationale, n’est pas à l’ordre du jour. L’heure est à la réconciliation nationale. Celle-ci est présentée comme un préalable à tout autre chantier.

60Quoi qu’il en soit, les émeutes de Ouargla marquent l’irruption du Sud sur la scène politique. Au cours de l’année 2004, de nombreuses émeutes ont éclaté dans les départements du Sud où les conditions de vie sont autrement plus difficiles que dans les régions du Nord. Mais au-delà de ces causes, il est manifeste que les populations du Sud posent désormais des problèmes de nature politique comme l’affirme sans ambages Mme Saïda Benhabyles. Ancienne ministre et membre assez actif du mouvement associatif (l’association qu’elle anime a son siège à Ouargla), Mme Benhabyles considère que la cause principale des émeutes du Sud vient :

« [du] mépris total des populations du Sud, entretenu par la direction politique du pays. Les citoyens du Sud refusent désormais le statut de carte électorale dans lequel les a confinés le pouvoir. Plus incisive et plus précise, elle ajoute que leur ras-le-bol est motivé également par une grave exclusion politique. Leur représentativité nationale dans les institutions de l’État est presque inexistante. Pourtant cette partie du pays engrange des compétences nationales avérées ».

  • 43  Interview donnée au quotidien Le Matin du 4/3/2004, p. 6.

61Pour Mme Benhabyles43, l’exclusion politique de l’élite du Sud du pays est le fait du gouvernement actuel puisque témoigne-t-elle :

« […] du temps de Zeroual, le palais d’El-Mouradia ne désemplissait pas des notables de cette partie du pays, sollicités, non conjoncturellement, mais continuellement pour donner leur avis sur la gestion des affaires des administrés. Il y a eu, à ce moment-là, une réelle émergence de l’élite du Sud qui a bénéficié à juste titre de postes de consul, de chef de daïra et j’en passe ».

  • 44  À ce propos, il faut souligner que le président Bouteflika s’appuie fondamentalement sur le réseau (...)

62L’attaque portée contre M. Bouteflika et ses méthodes de gouvernement des populations du Sud44 est ainsi sans ambiguïtés.

63La réponse du chef de l’État ne se fera pas attendre puisque après sa réélection le 8 avril, le poste prestigieux de président de l’Assemblée nationale sera offert à un homme du Sud, M. Saïdani, après la démission de Karim Younes au motif qu’il avait pris fait et cause pour M. Benflis.

  • 45  Samar SMATI, « Quelle succession pour Karim Younes ? Les spéculations “régionalistes” vont bon tra (...)
  • 46  Cette déclaration a fait couler beaucoup d’encre. Elle révèle et met à nu au-delà de la subordinat (...)
  • 47  Cette déclaration d’allégeance du nouveau président marque l’éloignement définitif du spectre de l (...)

64Les considérations régionalistes45ne font aucun doute en la matière. En effet au moment de l’accession de M. Saïdani au perchoir, il se disait qu’il était tout à fait normal que le Sud du pays soit représenté à ce niveau de la décision puisque l’ouest de l’Algérie y est représenté par le président de la République et le président du Sénat, le centre d’une manière globale par le chef du gouvernement, l’est étant le centre névralgique du pouvoir. Seul le sud était effectivement exclu. Il était urgent de pallier cette « regrettable » situation. M. Saïdani ne s’y est pas trompé puisque, dans son discours d’investiture prononcé le 23 juin, il affirmera : « Je remercie le président de la République pour la confiance qu’il a placée en moi46. » L’aveu est lourd de sens ! Son poste de président de l’Assemblée nationale, M. Saïdani le doit à M. Bouteflika auquel il réitère l’expression de ce qu’il faut bien nommer une allégeance ou moubayaa47. Quoi qu’il en soit, les émeutes du sud, qui furent le fait de chômeurs revendiquant leur part dans la répartition de la rente, tendent à recevoir leur traduction politique dès lors que l’élite de cette partie de l’Algérie demande à être associée plus sérieusement à l’exercice du pouvoir.

65Cette tentative de récupération politique des émeutes dans cette région d’Algérie pose de manière plus globale la délicate question des relations éventuelles entre partis politiques et émeutes. Le gouvernement qui aurait mis en place une cellule pour suivre et étudier ce vaste mouvement d’émeutes a laissé entendre que certaines manifestations violentes ont été suscitées par des forces politiques. Certes dans certains conflits, l’on rencontre les sigles de certains partis : FFS dans le M’zab, MDS à Tkout dans les Aurès, mouvement de citoyen du sud à Ouargla, Djelfa, El Bayadh et Bechar, El Islah dans telle autre localité. En vérité, ces forces politiques ont davantage essayé de récupérer des mouvements de masse que de les susciter. Tous les observateurs s’accordent pour dire que, si les émeutes sont aussi nombreuses aujourd’hui, c’est parce que la situation financière et la situation sécuritaire du pays se sont très nettement améliorées, libérant les populations de la peur et exigeant que leurs conditions de vie soient à la hauteur des appréciables moyens financiers de la nation.

Problèmes de sécurité et de la réconciliation nationale

  • 48  Il y aurait actuellement moins de 800 terroristes en activité contre 28 000 dans le milieu des ann (...)
  • 49  Au cours de l’année 2004, les services de sécurité auraient arrêté dans le cadre de lutte antiterr (...)
  • 50  Le plus spectaculaire est celui perpétré le 21 juin 2004 contre la centrale électrique du Hamma si (...)

66S’agissant de la situation sécuritaire, il convient de souligner d’emblée que l’Algérie vit toujours sous l’état d’urgence instauré en 1992 et que le gouvernement se refuse à en prononcer la levée malgré les demandes du mouvement associatif et de certains partis politiques. Ce refus s’explique par le fait que le terrorisme islamiste, bien que nettement affaibli48, a encore une capacité de nuisance49. Tout au long de l’année 2004, l’on a enregistré plusieurs attentats50 et embuscades ainsi que quelques faux barrages.

  • 51  À l’inverse, le quotidien El Watan du 6/10/2004, p. 5, sous la plume de Salima Tlemcani, faisait é (...)

67Mais depuis le 5 novembre, les autorités politiques estiment que le GIA (Groupe islamique armée) est pratiquement démantelé. Ne subsisterait à cette date qu’une trentaine d’éléments localisés dans le centre du pays et répartis en deux groupes, l’un aux alentours de Blida, l’autre autour des villes de Chlef et de Tissemsilt. Cette situation s’expliquerait par la conjonction de deux éléments constitutifs de la politique mise en œuvre : d’une part le renforcement des opérations de l’armée nationale encouragée par un discours politique officiel sans concession ; d’autre part, un travail d’approche auprès des familles des terroristes et des divers relais des maquis islamistes. Ce travail d’approche s’inscrivant dans la démarche globale de la réconciliation nationale semble avoir donné ses fruits cette année puisque selon le chef du gouvernement il y a eu près de 150 redditions à partir des maquis. D’ailleurs, immédiatement après l’élection présidentielle du 8 avril, la presse nationale fut amenée à évoquer à maintes reprises des cas de reddition51. Mais force est de reconnaître que le phénomène ne fut pas aussi massif qu’on l’avait cru. En tout état de cause ces redditions ne semblent avoir concerné que le GIA, qui est un mouvement de moindre importance que le GSPC. Celui-ci, mieux doté que son homologue, est à l’origine de plusieurs actions spectaculaires contre les services de sécurité. Répondant à une de ces actions, l’armée est parvenue au mois de juin 2004 à décapiter cette organisation lors d’une vaste opération menée en basse Kabylie. Qui plus est, un de ses chefs, Abderrezak El Para, ancien militaire radié des cadres de l’armée avant de basculer dans le terrorisme islamiste, qui fut contraint de fuir l’Algérie vers les pays du Sahel, a été arrêté et extradé à partir de la Libye. Dès lors, bon nombre d’observateurs, dont des étrangers, s’accordent à avancer que les jours de cette organisation terroriste sont comptés.

68C’est dans ce climat d’indéniable amélioration sécuritaire que de très nombreuses familles qui avaient fui leurs maisons et leurs terres situées dans des zones non sécurisées ont pu regagner, cette année, leurs localités d’origine. C’est également dans ce cadre que de nombreux citoyens qui furent contraints, au début de ces douloureux événements, de remettre leurs fusils de chasse aux autorités, les réclament instamment allant même, comme dans la région de Bouira, jusqu’à faire des manifestations hebdomadaires. Enfin, c’est consécutivement à ce nouveau climat qu’est évoquée la question du désarmement des « patriotes » et des GLD (Groupes de légitime défense, supplétifs de l’armée et de la gendarmerie qui jouèrent un rôle important dans la lutte antiterroriste, même s’ils furent accusés de nombreuses exactions dans certaines régions du pays). Après une polémique agitée par la presse dite indépendante, le ministre de l’Intérieur a déclaré vouloir maintenir ces forces qui doivent cependant être reconverties dans un cadre juridique plus clair avec des missions en conformité avec la notion d’État de droit.

69Quoiqu’il en soit, la nette amélioration du climat sécuritaire est officiellement présentée comme le résultat de la politique dite de concorde civile initiée par le président Bouteflika dès 1999. Aussi était-il urgent de consolider ces résultats et d’approfondir cette politique en optant pour une démarche dite de concorde nationale. L’on se souvient que dès le mois d’avril 2001, M. Bouteflika avait tenté, dans un contexte qui lui était, il est vrai, hostile, d’exposer le contenu de ce concept qualifié par bon nombre d’observateurs et d’acteurs politiques de flou. En l’an 2004, M. Bouteflika en fera à nouveau la promotion. C’est ainsi que, lors du discours prononcé le 22 février à l’occasion de l’annonce officielle de sa candidature pour un second mandat, il déclarera s’engager « d’abord à poursuivre l’œuvre de réconciliation nationale ». Celle-ci, précise-t-il :

  • 52  El-Moudajhid, 23/2/2004. Au cours de cette allocution, M. Bouteflika déclarera vouloir « réhabilit (...)

« […] n’exclut pas la poursuite inlassable et implacable de la lutte contre le terrorisme qui, malheureusement continue son œuvre de destruction et de ruine. Cette réconciliation nationale a pour but le rassemblement de tout le peuple algérien, sans exclusive ni exclusion, dans la libre différence des opinions politiques mais au sein de la patrie unie qui est au-dessus de tout, un rassemblement autour de notre identité nationale indivisible qui n’est pas et ne saurait être un fonds de commerce politique52. »

  • 53  L’année 2004 aura été celle de l’élaboration des amendements à apporter au code de la famille de 1 (...)

70La réconciliation nationale sera inscrite dans le programme politique du président candidat comme premier axe. Sous le titre « parachever la réconciliation nationale », M. Bouteflika énumère un certain nombre de chantiers allant de la lutte contre le terrorisme jusqu’à la lutte contre la corruption et tous les autres maux sociaux, en passant par la promotion de la démocratie pluraliste, de la liberté d’expression, de l’islam, ainsi que de la culture et de la langue amazigh. Au titre de la réconciliation nationale, le candidat à un second mandat, souligne l’exigence du renforcement de la stabilité nationale qui passe par une révision du code de la famille53, dès lors que la cellule familiale est définie comme pierre angulaire de la société. À la lecture de cet énoncé, il apparaît nettement que derrière ce concept de réconciliation nationale transparaît une formidable ambition. Mais dans le même moment, le concept apparaît comme un fourre-tout. Tout le long de l’année 2004, la presse nationale et les hommes politiques s’échineront à saisir le contenu de la portée exacte de ce concept. Quoi qu’il en soit, poursuivant sa démarche, M. Bouteflika, lors du premier Conseil des ministres après sa réélection tenu le 27 avril, donnera instruction au gouvernement de faire de la réconciliation nationale une priorité absolue. À cette occasion, après avoir souligné la nécessité de poursuivre la lutte contre le terrorisme, M. Bouteflika ajoutera que cette démarche « doit pouvoir s’accompagner de mesures de clémence envers ceux qui sauront se ressaisir pour participer à la construction et au développement de la nation ». Bien évidemment cette directive sera strictement appliquée puisque le gouvernement de M. Ouyahia inscrira la réconciliation nationale comme le premier axe de son programme. Détaillant le contenu des différents chantiers qui seront réalisés au titre de cette politique, le gouvernement énoncera que « la lutte contre le terrorisme n’est pas exclusive de mesures appropriées en direction de ceux qui sauront répondre aux attentes de notre peuple et qui abandonneront la voie du crime ». Même si officiellement (et notamment depuis la démission de M. Benbitour du poste de chef du gouvernement) il n’y a plus de distinction entre programme présidentiel et programme du gouvernement, force est de constater que sur ce point précis, il y a une nuance entre les deux documents : là où M. Bouteflika n’hésite pas à parler de mesures de clémence, M. Ouyahia préfère utiliser la formule plus vague de « mesures appropriées ». Il faut dire que « la clémence » qui est attendue de la part de la mouvance islamiste devrait prendre la forme d’une amnistie pure et simple. Or les autorités politiques considèrent que cette idée n’est pas encore parvenue à maturité et qu’elle exige pour être concrétisée un consensus national qui sera consacré par voie référendaire. C’est en tout cas ce que laissa entendre le chef de l’État lors d’un important discours prononcé en guise de message à la nation le 1er novembre 2004.

  • 54  Officiellement M. Bouteflika s’y est rendu pour présider une cérémonie en hommage à feu Rabah Bita (...)

71M. Bouteflika qui avait évoqué le principe du recours au référendum trois jours auparavant dans une intervention au sein de l’Assemblée nationale (c’est la première fois54qu’il y pénètre en tant que chef de l’État) a tenu à réitérer le principe du recours au peuple pour lui demander son aval en ces termes : « Si vous voulez l’amnistie, je suis pour ; si vous voulez une réconciliation générale, je la veux aussi, mais je ne ferai rien sans demander l’aval du peuple. »

  • 55  En observant avec quelle rapidité s’opère le délitement de la notion de réconciliation nationale, (...)

72À partir de ce discours le ton sera donné, le mot ayant été lâché par le premier magistrat du pays. Reste que l’admission officielle de l’idée d’amnistie comme élément important de la politique de réconciliation va ouvrir la porte à toutes les interprétations et supputations. Celles-ci résultent en premier lieu de la qualification accolée à la notion de réconciliation : châmila en arabe, qui est traduit par « générale » ou « globale ». En second lieu, et sitôt cette idée d’amnistie admise, sera créée une Commission nationale pour l’amnistie générale au statut et à l’action quelque peu curieux. Censée relayer le discours du chef de l’État, cette Commission qui se définit comme non officielle et apolitique (sic), même si elle est animée par M. Abderrezak Smail, secrétaire général du Parti du renouveau algérien (PRA) et qu’elle aurait comme président d’honneur l’ancien président de la République M. Ahmed Benbella, un des chantres de la réconciliation nationale, va introduire beaucoup de confusion dans les esprits. Se proposant de recueillir (au moyen de commissions instituées dans tous les départements) les doléances et propositions émanant de tous ceux qui étaient susceptibles de bénéficier de l’amnistie et donc y compris des islamistes encore au maquis, cette commission donnera dès le départ aux notions d’amnistie et de réconciliation nationale des contenus extrêmement vastes. C’est dire que, sitôt lancé, le débat autour de ces notions tendra à dépasser le cadre devenu curieusement étroit de la crise sécuritaire stricto sensu. Certes, on parlera de l’amnistie des terroristes islamistes ; mais dans la foulée on suggèrera également une amnistie fiscale pour tous ceux, nombreux, qui avaient commis des anomalies en matière financière et qui avaient fait fuir leurs capitaux à l’étranger. Sur un autre plan, on évoquera même la question des harkis et des pieds-noirs. L’heure étant à la réconciliation globale, on citera les différentes victimes des diverses péripéties de l’histoire qu’il convient de réhabiliter. À cette occasion, on débordera même sur la guerre de libération nationale pour l’expurger de ses excès et réhabiliter les victimes de la « terreur révolutionnaire »55.

  • 56  Tout le problème est de savoir si on peut construire un consensus en marginalisant les partis poli (...)

73Bref dans ce qui tenait lieu de débat public, c’était la confusion générale. Aussi, les acteurs un tant soit peu sérieux s’interdiront de participer à ce pseudo-débat, préférant attendre que le chef de l’État clarifie les éléments de son projet. Or, celui-ci s’est imposé sur cette question un mutisme étonnant, ce qui a fait dire à certains adversaires qu’il n’avait pas de projet clair. Dans ces conditions, la fonction de cette Commission nationale « non officielle et apolitique » serait éminemment importante : tout en vulgarisant ces deux concepts, la Commission tendrait à les installer dans les esprits ; tout en préparant l’opinion, elle voudrait saisir les limites qu’il ne faudra pas enfreindre, le moment venu. C’est assez dire que derrière un débat fortement marqué par une confusion générale, se cache en réalité une démarche politique rationalisée : dessiner les contours d’un projet et faire progresser le consensus national indispensable à sa réussite56.

74Si M. Bouteflika a décidé d’ouvrir ce dossier de l’amnistie qui est un élément essentiel de son projet de réconciliation nationale, c’est bien évidemment parce qu’il est doté depuis le 8 avril d’une incontestable légitimité. Libéré des entraves dans lesquelles il avait été maintenu au cours du premier mandat, le chef de l’État annonce vouloir exécuter bon nombre de projets et chantiers qu’il a dû geler ou différer. Effectivement, après sa réélection,

  • 57  Sauf que pour cette année, les pressions internationales, notamment américaines, pour la mise en œ (...)
  • 58  Le bilan officiel du premier mandat de M. Bouteflika a fait l’objet d’un ouvrage publié en février (...)

75M. Bouteflika invitera à une accélération des réformes qui avaient été bridées durant le premier quinquennat. Mais la priorité sera donnée à la réalisation des réformes économiques. Quant aux réformes politiques, on laisse entendre dans l’entourage du chef de l’État qu’elles seront exécutées à un autre moment57. Intervenant sur les ondes de la radio nationale (chaîne III en langue française) le professeur Benachenhou, ministre des Finances, proche du chef de l’État, fit observer que les difficultés présentes vécues par l’Algérie sont dues aux anomalies caractérisant la démarche stratégique mise en œuvre depuis le début de la décennie 1990. En effet, contrairement à l’exemple tunisien et au modèle chinois qui ont privilégié l’ouverture économique au détriment de l’ouverture politique, l’Algérie a opté pour les deux types d’ouvertures en une seule et même démarche. Le résultat est qu’elle n’a pu en maîtriser aucune ! Aussi, semble suggérer le ministre, il est impératif de se consacrer aux réformes économiques en priorité avant d’envisager une véritable ouverture politique. Cette doctrine, exprimée par un ministre au franc parler, est manifestement celle même du chef de l’État qui a laissé entendre quelquefois que les réformes politiques ne pourront être initiées avant la fin du processus de réconciliation nationale. L’heure est donc à l’accélération des réformes économiques et à la consolidation du processus de relance et de croissance économiques58. Ces décisions sont favorisées par le plus extraordinaire pactole jamais engrangé par le trésor public depuis 1962, suite à la conjoncture économique et financière extrêmement favorable.

76Certes d’habitude, lorsque les caisses sont pleines, les réformes sont vite oubliées. Mais pour cette fois-ci, il semble qu’il en sera autrement. Au titre de la consolidation de la croissance économique, le président Bouteflika a décidé, lors du Conseil des ministres du 11 août 2004, de consacrer plus de 4 000 milliards de dinars (soit 50 milliards de dollars) pour le programme de développement quinquennal 2005-2009. Il renforcera les effets induits par le programme précédent lancé en avril 2001 avec un montant de 535 milliards de dinars. Dans le cadre de l’accélération du processus des réformes économiques, le gouvernement a décidé de privatiser 1 200 entreprises du secteur public. Seules cinq entreprises considérées comme stratégiques échapperont à ce processus. Parmi ces entreprises stratégiques, figure la Sonatrach alors même que le gouvernement a décidé cette année également, de relancer le projet de réformes du secteur des hydrocarbures, projet qui avait été retiré en l’absence de consensus politique et à cause de la très forte hostilité du syndicat UGTA.

  • 59  Lahouari ADDI, « Réformes économiques et obstacles politiques », Le Quotidien d’Oran, 24, 26 et 27 (...)

77Dans cette nouvelle démarche la question fondamentale soulevée par des observateurs attentifs a trait à la faisabilité et à la réussite de ces réformes économiques59et du programme de consolidation de la croissance dans un contexte politique des plus médiocres, car s’il est indéniable que le climat sécuritaire s’est très nettement amélioré, si le président de la République dispose d’une légitimité incontestable, la vie politique connaît une anomie perpétuant la crise, soulignant du même coup l’outrecuidance de M. Ouyahia lorsqu’il déclarait que la crise politique était terminée.

Haut de page

Notes

1  GRINE Hamid, Chronique d’une élection pas comme les autres, Alger, Alpha édition, mai 2004 ; KHELLADI Aïssa, Démocratie à l’Algérienne, Paris, éditions Marsa.

2  C’est le cas du parti du FFS de M. Aït Ahmed et du parti du MDS (communiste) dirigé par M. Hachemi Chérif. M. Abassi Madani, le leader du parti du FIS dissous qui a été autorisé à quitter le pays, a demandé, à partir de Doha (Qatar) le 15 janvier 2004, un report de l’élection présidentielle et l’élection d’une assemblée constituante, rejoignant sur ce point la proposition du FFS.

3  Voir la réflexion de Abed CHAREF, « Duel dans une impasse », Le Quotidien d’Oran, le 25/3/2004, p. 7. C’est finalement le choix offert aux Algériens : entre un homme qui ne veut pas changer et un autre qui veut, peut-être, mais ne le pourra pas. C’est ce qu’on appelle une impasse politique.

4  Chacun des protagonistes insistera sur ce point présenté comme capital. Il reste que cette alliance conjoncturelle aura eu le mérite de rapprocher, pour défendre le processus électoral, Saïd Saadi le laïc et Djaballah l’islamiste ! Il s’agit là indéniablement d’un événement important. Dans le camp adverse, il en fut tout autrement. Le 16 février 2004 fut signé un pacte d’alliance entre le RND de M. Ouyahia, le FLN représenté par M. Belkhadem et le MSP d’Abou Djera Soltani (ce dernier parti ayant d’abord rejoint le groupe dit des dix, avant de lui faire faux bond). Cette alliance politique avait certes un premier objectif, permettre à M. Bouteflika de gagner l’élection du 8 avril. Mais d’ores et déjà ses animateurs proclament leur ambition d’en faire un pôle politique de gouvernement. M. Ouyahia invitera même ses adversaires à en faire de même. Aussi cette alliance dite stratégique pourrait être le signe précurseur d’une recomposition du paysage politique en Algérie au demeurant trop émietté.

5  L’élection présidentielle du 8 avril a été couverte par 125 observateurs se répartissant comme suit : Ligue arabe (64), Union africaine (50), Parlement européen (5), Organisation de la coopération et de la sécurité en Europe (4), ONU : (1), États-Unis (1 parlementaire).

6  Voir la déclaration de M. Benflis publiée notamment dans Le Soir d’Algérie des 9 et 10 avril, p. 3. Après avoir affirmé l’existence « d’une fraude massive à grande échelle » faisant du scrutin « une parodie des élections », le candidat malheureux considérera « les résultats de la présente élection comme frappés de nullité » leur déniant toute légitimité.

7  Le parti du RCD rendra public le 23 mai un document de 37 pages intitulé « Élection présidentielle du 8 avril 2004 : la fraude et sa typologie ». Pour ce parti politique, la fraude a entaché l’ensemble du processus électoral. Aux actes de fraude commis le jour du scrutin, il faudrait ajouter « la fraude en amont » et les anomalies relevées durant la campagne électorale. Il reste que lors de la campagne de presse organisée pour la présentation de ce document, M. Saïd Saadi, le leader du RCD devait déclarer : « Il n’est pas question dans ce document de nier que des populations se sont exprimées le 8 avril pour le président candidat. Outre les clientèles traditionnelles organisées autour du clan Bouteflika, ce dernier a réussi à s’acheter un matelas électoral incontestable… » Et d’ajouter : « Ce qui nous interpelle ce n’est pas tant la fraude, elle existe depuis 1962, mais le taux de 85 %. Ce taux a été arrêté afin d’humilier la classe politique. Pour lui signifier qu’il est inutile de penser à un changement », Amar HAMICHE, « Saadi revient sur la fraude », El Watan, 24/5/2004, p. 3.

8  Mustapha BENFODIL, « La classe politique groggy après le choc du 8 avril. Autopsie d’une opposition laminée », Liberté, 12/4/2004, p. 2.

9  Liess BOUKRA, « Réflexions sur un score électoral contesté », Le Quotidien d’Oran, 21/4/2004, p. 9. Dans cette brève mais néanmoins intéressante étude, l’auteur qui dirige un institut de sondage note en conclusion qu’un ensemble de faits vérifiés et vérifiables disqualifient l’hypothèse d’un « bourrage des urnes » et indiquent que le score réalisé par le candidat-président est tout à fait plausible. On consultera avec beaucoup de profit l’interview accordée par M. Liess Boukra au quotidien Liberté des 2, 3, 4, et 5 avril, soit quelques jours avant l’élection.

10  Farid ALILAT, « Après cinq ans et dix-neuf jours de campagne. Chronique d’un putsch annoncé », Liberté, 7/4/2004, p. 3. Publié la veille du scrutin, cet article fait état d’informations donnant M. Bouteflika vainqueur au premier tour avec un score approchant les 55 %.

11  Dans une interview accordée à Radio France internationale et reproduite en partie par Liberté du 30/9/2004, p. 4, le tonitruant général Khaled Nezzar affirme que M. Bouteflika « a obtenu la majorité des suffrages (entre 50 % et 60 %), mais 85 % c’est la république bananière ».

12  Nourredine AZZOUZ, « Bouteflika à Metlili, Reliziane et Mostaganem », « L’Algérie a besoin d’un président bien élu », Le Quotidien d’Oran, 6/4/2004, p. 5.

13  Article intitulé : « Dernière journée de la campagne. Ce pourquoi Bouteflika veut passer au premier tour », Le Quotidien d’Oran, 6/4/2004.

14  Samia LOKMANE, Il a clôturé sa campagne à la salle Harcha-Bouteflika : « Je n’ai négocié avec personne », Liberté, 6/4/2004, p. 6.

15  Sur le rôle de l’armée voir A. MAHIOU, « Les contraintes et incertitudes du système politique », in A. MAHIOU et J.-R. HENRY (dir.), Où va l’Algérie ?, Paris, Karthala-IREMAM, 2001, p. 16 et s.

16  Après les élections il confirmera son analyse en déclarant (Le Matin, 22/4/2004,p. 4 et 5) : « Une élection fermée signifie qu’elle ne comporte pas de compétition entre des programmes. Une élection fermée suppose qu’elle est vidée de tout enjeu. Cela veut dire qu’elle est préparée ou encadrée en amont par un dispositif de tromperie politique. Les conditions de préparation matérielle laissent beaucoup de place à la manipulation et éventuellement à la fraude. Enfin, les résultats sont prédéterminés par les organisateurs du scrutin. ».

17  Commentant la décision de retrait de M. Hamrouche, l’écrivain et journaliste Abed CHAREF notait le 16 février dans Le Quotidien d’Oran : « On sait d’ores et déjà que l’avenir de l’Algérie se joue encore dans l’ombre. Pas dans l’urne. ».

18  Deux mois auparavant soit le 14 janvier le général Laamari devait préciser : « L’armée n’a jamais été et ne sera pas neutre dans les affaires qui engagent le devenir de l’Algérie. On n’a jamais dit que l’institution militaire est neutre face à une quelconque menace qui pourrait éventuellement mettre en péril la stabilité du pays. » Le Soir d’Algérie, 16 et 17/1/2004, p. 3. Liberté du même jour ; Le Matin du 15/1/2004, p. 3. Dans son éditorial intitulé « Le message de l’armée », Ghania KHELIFI écrivait : « L’institution militaire a enfin livré sa définition de la neutralité. » M. Benflis réagissant au propos du général devait déclarer « qu’à travers cette clarification, l’ANP donne une portée constructive au concept de neutralité », El Watan du 18/1/2004, p. 3.

19  M. Benflis en fit un des thèmes de sa campagne électorale en promettant l’élaboration d’une loi sur l’impartialité de l’administration qui assurerait une protection des agents de l’État.

20  Madjid BENCHIKH, Algérie : un système politique militarisé, Paris, L’Harmattan, 2003.

21  De nombreux commentaires et analyses ont été avancés à propos de cette crise. Mais indéniablement la plus intéressante est celle de M. Abdelhamid Mehri, ancien secrétaire général du FLN, victime d’un « coup d’État scientifique » en 1996, proche du président Chadli Bendjedid et partisan du fameux contrat de San Egidio proposant une sortie de crise fondée sur la réintégration du FIS dans le jeu politique. En 2003, M. Mehri s’était fait remarquer en qualifiant le duel Bouteflika-Benflis, de « combat programmé de coqs » ! Le 15/2/2004, il publia une tribune intitulée : « La crise du FLN » : le fond du problème », qui se terminait par un appel à l’organisation d’une conférence nationale du FLN (voir El Watan, 15/2/2004, p. 10). Armé d’une longue expérience, cet homme politique établit une analogie entre la grave crise vécue par le parti populaire algérien (PPA) au début des années cinquante à la veille du déclenchement de la guerre de libération nationale, et la crise actuelle traversée par le FLN : « En dépit de la différence des situations politique et historique, certains phénomènes et modes de comportement découlant des différends d’hier et d’aujourd’hui se ressemblent. » Même si la comparaison est difficile, M. Mehri croit déceler « entre les deux situations une similitude dans l’incapacité, du FLN aujourd’hui et du PPA hier, de faire face à l’impasse politique que rencontre l’ensemble du pays et dans le sentiment diffus et refoulé de cette impuissance chez les militants ». Pour M. Mehri « ce qu’on appelle “la crise du FLN” est en réalité la crise de l’ensemble du régime [nidham] qui refuse d’accepter un authentique multipartisme fondé sur l’autonomie des partis [de tous les partis] et des organisations sociales ».

22  Le 5 décembre 2003, M. Bouhara avec un groupe de militants diffusera une déclaration dite de Skikda ou « déclaration pour un parti FLN démocratique et rassembleur ». Après les élections présidentielles, il confiera au Quotidien d’Oran des 13 et 15/5/2004 une « contribution pour une sortie de crise et de renouveau du parti du FLN ». Enfin, du 16 au 21 octobre 2004, il publiera (voir Le Quotidien d’Oran) une longue « contribution aux travaux préparatoires du Congrès du parti du FLN. Des objectifs consensuels, une organisation performante et un fonctionnement démocratique ».

23  Cette question de la fin du FLN comme parti politique est indéniablement arrivée à maturité. Mais d’aucuns considèrent que le pouvoir a encore besoin de cette institution. C’est le cas de M. Abdelhamid Mehri, ancien secrétaire général de ce parti, qui affirme qu’eu égard à la composition du champ politique on ne pourrait pas se passer du FLN. Surtout d’un FLN tel qu’il a été géré jusqu’à présent, c’est-à-dire essentiellement un appareil électoral et surtout un appareil de soutien et une courroie de transmission. Par ailleurs, estime-t-il, les objectifs du 1er novembre 1954 à l’origine de la création du FLN sont toujours valables.

24  El-Watan, 15/2/2004, p. 10.

25  Ce fut du moins l’appréciation portée par la presse nationale. En vérité, le parti du FFS connut une première grave crise au moment de sa sortie de la clandestinité. À cette occasion, en effet, deux factions concurrentes sollicitèrent chacune la direction du parti. Pour cette année 2004, la crise a été créée par la démission de M. Bouhadef le 3 août du poste de premier secrétaire où il venait d’être nommé le 24 juin. Il estimait en effet ne pas avoir suffisamment de liberté dans le choix de la direction nationale. Younes HAMIDOUCHE, « Les prémices aux allures d’une guerre de succession s’y accumulent. FFS : crise ou orage d’été ? », La Tribune, 31/8/2004, p. 1-5.

26  À signaler la création officielle cette année (Journal officiel, n° 43 du 4/7/2004, p. 21) du parti UDR (Union pour la démocratie et la République) dirigé par M. Amara Benyounes un transfuge du RCD. Soutenant M. Bouteflika, l’UDR prône l’organisation d’élections législatives et locales anticipées, car la caste politique ne reflèterait pas le nouveau rapport de forces créée par l’élection présidentielle du 8 avril. Selon M. Benyounes, le président de la République « majoritaire auprès des électeurs » est cependant « minoritaire à l’Assemblée nationale », car les députés FLN avaient opté pour la plupart d’entre eux pour M. Benflis.

27  Voir également K. SELIM, « Anomie », Le Quotidien d’Oran, 14/12/2004, p. 24. « On a beau avoir de nombreux partis politiques et des institutions, cela ne donne pas une vie politique. »

28  Farid CHERBAL, « Contribution à l’analyse du mouvement syndical autonome en Algérie », El Watan, 30/11 et 1er/12/2004.

29  Cette année il y eut une première « bipartite » gouvernement/UGTA les 14 et 15/10 puis une seconde réunissant le patronat et le gouvernement les 15 et 16/12. Ces deux instances ont conclu notamment à l’exigence de mettre en place un pacte national économique et social. Par cette conclusion commune, les deux « bipartites » font écho à l’appel lancé par M. Bouteflika lui-même pour l’élaboration d’un tel pacte, lors du discours prononcé à l’occasion de l’annonce officielle de sa candidature pour un second mandat (voir El-Moudjahid, 23/2/2004, notamment p. 7). Cette idée sera reprise dans le programme du président candidat (p. 15).

30  Pour ne pas se laisser déborder, dans certains secteurs les grèves furent organisées par les fédérations de l’UGTA. Ainsi, le 24/10, 15 000 dockers firent une demi-journée de grève bloquant dix ports à travers le pays.

31  Le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique ; le Conseil des lycées d’Alger.

32  Toute honte bue, M. Djamel ould Abbes, ministre de l’Emploi et de la Solidarité a voulu créer le 25 août 2004 une « Alliance nationale de la société civile et du mouvement associatif » qui, souligne-t-il, est une organisation non politique : « Nous sommes une organisation de la société civile sans ancrage politique » (sic). Cette initiative sera combattue par « la coordination nationale des comités et associations de soutien à Bouteflika » qui prétend également appartenir à la société civile. Cette lutte entre deux clans voulant rentabiliser au mieux leur soutien au président de la République est ainsi ancrée dans le champ de « la société civile », concept perverti et dénaturé. Même la très officielle « académie de la société civile algérienne » créée le 30/7/2002 n’a en vérité aucune audience ni crédibilité. Voir également l’article savoureux de Kamel DAOUD, « Mais où est donc passée la société civile ? », Le Quotidien d’Oran, 20/12/2004, p. 3.

33  Selon le ministre de l’Intérieur, plus de 300 municipalités sur les 1 541 communes que compte le pays sont bloquées pour des causes diverses. Par ailleurs, un très grand nombre d’élus locaux est poursuivi en justice pour corruption. La mauvaise gouvernance locale est donc un facteur important dans le déclenchement des émeutes.

34  Une bavure ou une méprise fut à l’origine de très graves émeutes dans la région des Aurès, à Tkout située à 90 km du Sud de la ville de Batna. Pris pour un terroriste, un jeune de la localité fut abattu le 13 mai par des membres de la garde communale. Une émeute éclata, engendrant la destruction d’édifices publics. La répression fut particulièrement lourde. À cette occasion, la presse dite indépendante et les avocats évoquèrent des cas de torture. L’information fut contestée par le chef du gouvernement, la gendarmerie nationale et les notables locaux. Les émeutes de Tkout qui reçurent une importante couverture médiatique auraient été suscitées par un mouvement citoyen qui y avait été créé en 2001 suite aux événements de Kabylie. Il reçut donc les manifestations de solidarités des Arouch de Kabylie avec lesquels il était en phase. La tension qui avait débuté le 13 mai durera jusqu’au 26 octobre, date de libération de 16 détenus suite à une grâce présidentielle.

35  L’on pourrait citer un autre cas particulier d’émeutes provoquées tout simplement par l’application de la loi. L’État ayant été accaparé par la lutte antiterroriste fut contraint pendant des années à abandonner l’exercice de certaines prérogatives. Avec l’amélioration du climat sécuritaire, l’administration a été amenée à recouvrer toutes ses compétences, ce qui suscita dans bon nombre de cas des émeutes. L’exemple des émeutes des commerçants de Ghardaïa exposé plus loin est édifiant. Il en est de même des cas d’exécution de décisions de justice devenues définitives en matière d’expulsion ou de destruction illicites.

36  Le spectre de l’explosion sociale est continuellement présent. Voir l’universitaire Rachid TLEMCANI, « L’Algérie risque une rébellion généralisée », Liberté, 6/5/2004, p. 2. ; KHAR-ROUBI Habib, « Agitation sociale : danger d’explosion », Le Quotidien d’Oran, 3/6/2004, p. 2. Ce spectre est pris très au sérieux par le gouvernement, échaudé par les événements d’octobre 1988. Ceci expliquerait le renforcement continu des forces de police dont l’effectif est passé de 23 000 hommes en 1983 à 122 000 en 2003. Ce nombre est appelé à subir une augmentation car, estime le directeur général de la Sûreté nationale, il y a actuellement en Algérie un policier pour 300 habitants alors que le Maroc qui dispose de 270 000 policiers a un ratio de 1 pour 102.

37  Les jeunes chômeurs étaient contraints de passer par des agences privées de recrutement qui avaient été créées dans des conditions obscures par des syndicalistes de la Sonatrach. Réagissant à cette situation, le gouvernement fera adopter la loi n° 04-19 du 25 décembre 2004 relative au placement des travailleurs et au contrôle de l’emploi (Journal officiel, n° 83 du 26/12/ 2004). Sans aller jusqu’au rétablissement du monopole étatique, la loi créera un service public de placement confié à une Agence nationale, tout en prévoyant les cas de participation d’organismes privés agréés à l’exercice de ce service public.

38  L’on redécouvrira à cette occasion que les Ouarglis étaient tenus de solliciter un laissez-passer pour pénétrer dans la zone pétrolière. Cette réglementation toujours en vigueur a été édictée dans le cadre de l’état d’urgence.

39  Khaled DAOUD, « Le droit par l’absurde », Le Quotidien d’Oran, 30/8/2004, p. 3 : « Le pays est arrivé à ce stade du surréalisme où l’argument d’un chômeur est la proximité de sa résidence d’un foyer de recrutements potentiels. La dérive est grave, le malentendu est total et la bêtise est presque rationalisée. »

40  Maachou BLIDI, « Le syndrome du Bled », Le Quotidien d’Oran, 30/8/2004, p. 24.

41  Voir Mohamed MESSAÏ, « Émeutes, régionalisme et non gouvernance », El Watan 17 et 21/3/2004. Dans cette réflexion, l’auteur résidant à Ouargla note que les émeutiers se sont attaqués à tous « ceux qu’ils qualifiaient de “barranis” (étrangers) c’est-à-dire tous les citoyens originaires des autres régions d’Algérie et installés à Ouargla… Certains manifestants n’ont pas hésité à préciser un peu plus leur pensée et indiquer directement les cibles de leur ressentiment “racial” en scandant par exemple “Chaouïa, Kbail, barra !” (Chaouis et Kabyles, dehors !) ». Ce fait particularise les émeutes de Ouargla par rapport aux autres émeutes au cours desquelles seuls les édifices publics ont été saccagés !

42  - Prenant exemple sur le mouvement citoyen de Kabylie, un Mouvement du Sud pour la justice fut créé à Labiod Sidi Chikh (El Bayadh), les 11 et 12/3/2004. Représentant neuf départements du Sud, ce mouvement mit au point une plate-forme de revendications inspirée de la désormais fameuse plate-forme d’El Kseur. Au titre des revendications politiques, l’on relève l’exigence d’une décentralisation effective sous forme d’une régionalisation. Dans son volet économique et social, le document reprend l’exigence relative à la priorité qui doit être accordée aux enfants de la région dans l’accès aux emplois dans l’industrie des hydrocarbures. Le porte-parole de ce mouvement, El Hafnaoui Ghoul, journaliste indépendant et militant des droits de l’Homme, sera poursuivi pour diffamation à l’encontre du préfet de Djelfa. Arrêté, condamné à une peine de prison ferme, il sera libéré sur ordre du chef de l’État lors d’un séjour fait par M. Bouteflika dans la région de Djelfa. Sa libération anticipée contrastait ainsi avec le maintien en prison de M. Benchicou, directeur du journal Le Matin, incarcéré depuis le 14 juin pour une peine de deux années fermes pour des motifs fallacieux. Outre M. Hafnaoui Ghoul, huit autres membres du Mouvement citoyen du Sud seront arrêtés en juin, jugés et condamnés au cours du mois d’octobre.
- Le 27/4/2004 naissance d’un mouvement citoyen à Ghardaïa dans la région du M’zab. À l’origine de ce « Mouvement de contestation des enfants de Ghardaïa », l’on trouve des militants pour les droits de l’Homme généralement affiliés au parti du FFS de M. Aït Ahmed. Ce mouvement mit au point une plateforme de 33 revendications remises au préfet. Soulignons que durant l’année 2004, la région du M’zab a vécu sur une véritable poudrière. Plusieurs graves incidents ont émaillé la vie de cette région. Mention spéciale doit être faite pour les heurts interethniques survenus aux mois de mai et octobre entre les Mozabites et les Chaambis. Le conflit fut cette fois-ci de moindre intensité comparativement à celui de 1985. De même qu’il faut citer les émeutes provoquées les 13 et 14 octobre suite à un contrôle administratif exercé sur les commerçants. Refusant les inspections considérées comme iniques, dès lors que toute l’activité économique informelle y était épargnée, les commerçants mozabites feront grève relayés, curieusement, par les chômeurs de la région qui provoqueront de graves émeutes au cours desquelles furent détruits des édifices publics. La répression qui fut tout aussi brutale se solda par l’arrestation de 35 émeutiers et des leaders présumés de ce mouvement. Ces derniers furent identifiés comme étant des militants locaux du parti du FFS et de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme.

43  Interview donnée au quotidien Le Matin du 4/3/2004, p. 6.

44  À ce propos, il faut souligner que le président Bouteflika s’appuie fondamentalement sur le réseau des zaouias bien implantées dans le sud du pays. Du reste, suite à l’arrestation de militants du mouvement citoyen du Sud, la population de Ouargla a sollicité la zaouia Kadiria afin qu’elle intercède auprès de M. Bouteflika. Voir Saïda AZZOUZ, « Affaire des détenus du mouvement citoyen du Sud. La zaouia Kadiria s’en mêle », Le Matin, 15/6/2004, p. 7.

45  Samar SMATI, « Quelle succession pour Karim Younes ? Les spéculations “régionalistes” vont bon train », Le Quotidien d’Oran, 6/6/2004, p. 2.

46  Cette déclaration a fait couler beaucoup d’encre. Elle révèle et met à nu au-delà de la subordination d’un homme, la nature exacte des relations entre l’exécutif, considéré comme « le centre sommital » du pouvoir (formule de Nourredine Saadi, Le Matin, 3/7/2004) et le législatif réduit à une chambre d’enregistrement voire même à une sorte de prolongement ou d’appendice dudit centre. Mieux encore, à l’occasion de la démission de M. Karim Younes l’on a découvert que celui-ci n’a jamais été libre de ses mouvements, la présidence de la République exerçant à son égard une autorité qui ressemble étrangement au pouvoir hiérarchique ! Voir Ghania OUKAZI, « Démission du président de l’APN, les confessions de Karim Younes », Le Quotidien d’Oran, 5/6/2004, p. 2.

47  Cette déclaration d’allégeance du nouveau président marque l’éloignement définitif du spectre de la dissolution de l’Assemblée nationale. Avec une majorité FLN acquise à M. Benflis, l’Assemblée a eu à manifester son hostilité à M. Bouteflika. Aussi, sa dissolution était-elle attendue. Mais la reprise en main du parti du FLN par les « redresseurs » acquis au chef de l’État a pour effet de donner du répit pour cette législature.

48  Il y aurait actuellement moins de 800 terroristes en activité contre 28 000 dans le milieu des années 1990.

49  Au cours de l’année 2004, les services de sécurité auraient arrêté dans le cadre de lutte antiterroriste 400 personnes dont de nombreux membres de réseaux de soutien.

50  Le plus spectaculaire est celui perpétré le 21 juin 2004 contre la centrale électrique du Hamma située au cœur d’Alger. Malgré la revendication du GSPC, le gouvernement mettra plusieurs jours avant de reconnaître la thèse de l’attentat islamiste.

51  À l’inverse, le quotidien El Watan du 6/10/2004, p. 5, sous la plume de Salima Tlemcani, faisait état du nombre de 200 terroristes qui ont rejoint les maquis. Ce nombre couvre la période 1999-2004 et concerne les terroristes qui ont bénéficié des diverses mesures de clémence et de grâce. À ce propos, selon M. Ziari conseiller du chef de l’État (il sera nommé ministre après l’élection du 8 avril), la politique de concorde civile a permis à 4 866 terroristes de se rendre (de se repentir !) entre 1999 et 2003. Voir Liberté du 8/2/2004, p. 24.

52  El-Moudajhid, 23/2/2004. Au cours de cette allocution, M. Bouteflika déclarera vouloir « réhabiliter et promouvoir notre amazighité, car nous sommes tous des imazighen depuis l’aube de l’histoire ». Dans le même ordre d’idées, il affirmera « œuvrer pour panser la grave blessure nationale que représentent les événements douloureux de la région de Kabylie depuis trois années ». Cette démarche qui s’inscrit dans le cadre de la réconciliation nationale est, s’empresse-t-il de préciser, « loin d’être un enjeu électoraliste ». Il faut dire qu’au moment oùM. Bouteflika prononce son discours, le dialogue qui avait été renoué entre le chef du gouvernement et une partie des Arouch pendant le mois de janvier est interrompu. Le point d’achoppement porte sur l’officialisation du Tamazight, le gouvernement estimant qu’il est impératif de consulter le peuple alors que les Arouch, intransigeants, estimaient qu’il était inconcevable de soumettre à référendum une question liée à l’identité de la nation. Depuis la rupture du dialogue le 6 février, après la signature d’un protocole d’accord suivi d’un protocole dit additionnel signé le 20 janvier, le gouvernement saisit toutes les occasions pour appeler à la reprise des négociations mais en vain. Suite à cette rupture, les Arouch appelleront au boycott de l’élection présidentielle.

53  L’année 2004 aura été celle de l’élaboration des amendements à apporter au code de la famille de 1984, le gouvernement ayant rejeté l’option de l’abrogation pure et simple. Ces amendements seront examinés et endossés par le Conseil de gouvernement le 18 août. Mais l’année se terminera sans adoption du nouveau projet qui est annoncé pour l’année prochaine. Signalons également que l’Algérie a ratifié cette année (décret présidentiel n° 04-126 du 19 avril 2004, Journal officiel, n° 26 du 25 avril) la convention sur les droits politiques de la femme adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 20/12/1952.

54  Officiellement M. Bouteflika s’y est rendu pour présider une cérémonie en hommage à feu Rabah Bitat qui fut président de l’Assemblée nationale durant de nombreuses années. Politiquement, cette démarche tend à sceller la réconciliation entre la présidence de la République et la Chambre basse du Parlement au sein de laquelle, le FLN tendance Benflis était nettement majoritaire. L’on se souvient en effet que ces députés étaient même sortis manifester dans la rue aux abords du Parlement pour dénoncer les méthodes de M. Bouteflika. À cette occasion, ils furent violemment réprimés par la police dont le ministre de tutelle M. Zerhouni, un proche deM. Bouteflika, tint à rappeler que l’immunité parlementaire ne concerne que les faits, gestes et paroles commis dans l’enceinte du Parlement exclusivement.

55  En observant avec quelle rapidité s’opère le délitement de la notion de réconciliation nationale, on a le sentiment que la société algérienne voudrait saisir cette occasion pour « une remise à zéro des compteurs » afin de mieux se projeter dans l’avenir. Cette formule est empruntée à Jacques ATTALI (Histoire du temps, Paris, Fayard, 1982, p. 21) qui le fait suivre des termes « de pardon et de repentir » que l’on retrouve dans tous les mythes et récits fondateurs.

56  Tout le problème est de savoir si on peut construire un consensus en marginalisant les partis politiques et en muselant la presse dite indépendante. Celle-ci aura connu cette année de grandes difficultés après l’incarcération le 14 juin de M. Benchicou, condamné à deux années de prison pour des motifs fallacieux, la disparition du quotidien Le Matin dont il était le gérant et les nombreuses plaintes déposées par les pouvoirs publics contre les journalistes. Depuis l’élection présidentielle du 8 avril, l’on assiste en effet à ce que d’aucuns ont appelé la normalisation de la presse privée. Celle-ci pour de nombreuses raisons fut amenée ces dernières années à jouer un rôle et à exercer des missions qui la dépassaient. Aussi est-elle invitée désormais à revenir à sa fonction primordiale qui sera nettement déterminée par un code pour l’information et un code de déontologie et d’éthique en voie d’élaboration. Voir notamment K. SÉLIM, « La presse orpheline d’un pouvoir qu’elle n’a jamais eu ? L’avenir d’une illusion », Le Quotidien d’Oran, 16/12/2004, p. 7.

57  Sauf que pour cette année, les pressions internationales, notamment américaines, pour la mise en œuvre des réformes politiques dans le monde arabo-musulman ont été particulièrement fortes. En réponse aux pressions exercées dans le cadre du projet américain dit du Grand Moyen-Orient, l’Algérie officielle prétend n’être pas concernée dès lors qu’elle a d’elle-même, lancé un programme de réformes depuis quinze ans déjà. Invité au sommet du G8 qui s’est tenu du 8 au 10/6/2004 à Sea Island aux États-Unis, le président Bouteflika y a présenté l’état des lieux ainsi que les perspectives des réformes adoptées en Algérie (Mémorandum sur les réformes en Algérie).

58  Le bilan officiel du premier mandat de M. Bouteflika a fait l’objet d’un ouvrage publié en février 2004. Abdelatif BENACHENHOU (ministre des Finances), Algérie. La Modernisation maîtrisée (préface de M. Bouteflika).

59  Lahouari ADDI, « Réformes économiques et obstacles politiques », Le Quotidien d’Oran, 24, 26 et 27/6/2004 ; Abdelkrim HASSANI, « À propos de réformes et obstacles politiques », Le Quotidien d’Oran, 14/7/2004, p. 6 ; « Des institutions bloquent les réformes », interview de Abdelhah Lamiri, économiste à Liberté, 30/12/2004, p. 7 ; Nordine GRIM, L’Économie algérienne otage de la politique, Alger, Casbah édition, septembre 2004 ; BOUZIDI Abdelmajid, « Économie 2004 : les contraintes systémiques sont toujours là », Le Quotidien d’Oran, 23/12/2004, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Bennadji, « Algérie : la fin de la crise politique ? », L’Année du Maghreb, I | 2006, 175-206.

Référence électronique

Chérif Bennadji, « Algérie : la fin de la crise politique ? », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/303 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.303

Haut de page