Navigation – Plan du site
Dossier : États et territoires du politique
Deuxième partie. À la recherche d'un gouvernement local
2.1 La représentation du local par l'élection

« Enlever les casquettes politiques ». Rhétorique gestionnaire et euphémisation du politique chez les élus locaux du Front des forces socialistes algérien

«Remove political caps». Rhetoric Manager and Euphemization of Politics among Local Elected Officials
of the Front des Forces Socialistes Alg
érien
Layla Baamara
p. 189-206

Résumés

À partir d’une enquête de terrain sur le Front des forces socialistes (FFS) réalisée entre 2009 et 2013, cet article propose d’interroger les représentations et les pratiques des élus dans les assemblées locales algériennes. Tandis que les députés du FFS manifestent leur opposition à l’action politique du gouvernement et de la majorité parlementaire, des élus locaux du parti coopèrent avec des membres d’organisations partisanes de cette majorité, principalement le Front de libération nationale (RND) et le Rassemblement national démocratique (RND), qui constituent pourtant les cibles traditionnelles du parti. L’alliance au local de ce parti avec ses adversaires apparaît symptomatique des paradoxes et ambivalences qui caractérisent la participation, dans le régime, d’un parti d’opposition au régime. Pour les comprendre, nous postulons qu’il est nécessaire d’analyser comment l’intégration du FFS dans l’espace politique institutionnel local va de pair avec une euphémisation du registre oppositionnel, et plus largement du registre partisan, au profit de l’adoption d’une rhétorique gestionnaire. L’article contribue, d’une part, à éclairer les conceptions et les pratiques du rôle d’élu local en Algérie. Il éclaire, d’autre part, les ressorts et les modalités d’action des oppositions partisanes en contexte autoritaire et alimente, plus largement, les réflexions sur les processus de dépolitisation de l’action politique locale.

Haut de page

Texte intégral

1On présente communément, en Algérie, le Front des forces socialistes (FFS) comme étant le « plus vieux parti d’opposition » – créé en 1963 – ou le « parti d’Aït Ahmed », du nom de son principal fondateur et dirigeant (décédé en 2015), qui fut par ailleurs l’un des principaux leaders de la guerre de libération nationale. Contraint d’opérer dans la clandestinité sous le régime de parti unique (1962-1989), le FFS a été légalisé après l’adoption du pluralisme partisan en 1989. Depuis lors, il participe – bien que de manière variable – à la compétition politique du pays.

  • 1 . Les élections présidentielles de 2004 et 2009 ont également fait l’objet d’appels au boycott.
  • 2 . Pour rappel, le parti avait remporté, en 2007, 566 sièges dans les APC et 54 sièges dans les APW. (...)
  • 3 . Suivent, le MPA qui remporte 103 sièges, le MSP 76, le PT 72, le Front national algérien (FNA) 64 (...)
  • 4 . Le FFS arrive en fait en quatrième position en nombre de sièges pour les APC, derrière le MPA qui (...)

2Ainsi, alors que les élections législatives de 2002 et 2007 ont fait l’objet d’appels au boycott1 de la part des dirigeants du parti, ces derniers décident de participer au scrutin du 10 mai 2012 et obtiennent 27 sièges de députés sur 462. Quelques mois plus tard (le 29 novembre 2012), le parti participe aux élections locales et remporte 954 sièges dans les Assemblées populaires communales (APC) – soit 3,83 % des sièges – et 91 sièges dans les Assemblées populaires de wilaya (APW)2. Si le score obtenu est meilleur qu’en 2007, il n’en est pas moins nettement inférieur à celui des deux partis dominants la vie politique algérienne, le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), qui arrivent, loin en tête, avec – 685 et 487 sièges3 pour les APW et 7191 et 5988 sièges pour les APC – soit, respectivement, 29 % et 24 % des sièges4.

  • 5 . Au lendemain de l’interruption des élections législatives de décembre 1991, la compétition électo (...)

3Variable mais continue, l’intégration du FFS dans l’espace politique institué apparaît peu évidente à trois niveaux. D’abord, en raison des règles contraignantes et des perspectives limitées d’alternance qui caractérisent le jeu politique algérien, fortement dominé par les deux mêmes partis depuis 1997 – année des premières élections législatives et locales depuis l’expérience démocratique interrompue (1989-1992)5. Ensuite, compte tenu de l’inscription historique et sociale du FFS dans l’espace contestataire : l’histoire de la construction du parti et son ancrage militant et électoral sont étroitement liés à des causes, des réseaux et des mobilisations protestataires, notamment pour la reconnaissance de la langue et de la culture berbères. Enfin, parce que l’opposition à l’ordre politique institué et l’instauration de la démocratie sont au fondement du discours porté par ce parti. En d’autres termes, les règles du jeu politique, l’ancrage protestataire et la rhétorique oppositionnelle traditionnelle du FFS contraignent les discours et les pratiques des dirigeants et des élus. Les contraintes qui pèsent sur leurs possibilités d’agir, ainsi que les adaptations ambivalentes qui en découlent, se manifestent de manière particulièrement visible dans l’espace politique local. Ainsi, tandis que les députés du FFS manifestent leur opposition aux lois et à l’action politique du gouvernement et de la majorité parlementaire, des élus locaux du parti coopèrent avec des membres d’organisations partisanes de cette majorité, principalement le FLN et le RND, qui constituent pourtant les cibles traditionnelles du parti. À l’inverse des députés qui apparaissent comme les porte-parole privilégiés du FFS et relaient son discours d’opposition au parlement, les élus locaux recourent à un registre dépolitisé et gestionnaire qui met principalement en avant la « proximité ».

4L’alliance au local de ce parti avec ses adversaires apparaît symptomatique des paradoxes et ambivalences qui caractérisent la participation, dans le régime, d’un parti d’opposition au régime. Pour les comprendre, nous postulons qu’il est nécessaire d’analyser comment l’intégration du FFS dans l’espace politique institutionnel local va de pair avec une euphémisation du registre oppositionnel, et plus largement du registre partisan. Cette approche contribue, d’une part, à éclairer les conceptions et les pratiques du rôle d’élu local en Algérie. D’autre part, elle éclaire les ressorts et les modalités d’action des oppositions partisanes en contexte autoritaire et alimente, plus largement, les réflexions sur les processus de dépolitisation de l’action politique locale.

  • 6 . Les entretiens (d’environ deux heures) mobilisés dans cet article ont été sélectionnés parmi le c (...)

5Dans cette perspective, nous montrons d’abord comment la domination de conceptions gestionnaires et dépolitisées du rôle d’élu local est liée aux normes et contraintes qui enserrent les possibilités d’action des élus locaux. Nous nous intéressons ensuite aux usages des arguments de la « gestion » et de la « proximité » : nous soulignons comment ils permettent de donner du sens à des alliances « contre-nature » et en quoi il s’agit aussi pour les élus de se conformer à des normes instituées qui impliquent de gommer les étiquettes partisanes. Enfin, nous montrons comment les adaptations qui en résultent ne sont pas uniformes : elles varient notamment en fonction des parcours antérieurs des élus et des configurations politiques locales. Pour ce faire, cet article s’appuie principalement sur des entretiens réalisés avec des membres du FFS élus dans les assemblées locales de 2012 et 2007, ainsi qu’avec des responsables nationaux et locaux du parti. L’analyse s’adosse plus largement à des terrains de recherche menés entre 2009 et 2013 dans le cadre d’un travail de thèse qui s’intéresse au processus d’institutionnalisation de la contestation en situation autoritaire à travers le cas du Front des forces socialistes6.

Un cadre d’action qui contraint le métier d’élu local

6Comprendre comment le registre consensuel supplante le registre oppositionnel traditionnel du parti implique de s’intéresser, en premier lieu, aux normes dominantes dans l’espace politique algérien, en particulier au niveau local. En effet, l’euphémisation de la politique partisane est liée aux conditions et contraintes du jeu politique et fait partie des figures imposées auxquelles les élus doivent se conformer (Lefebvre, 1997).

  • 7 . Pour une analyse des évolutions du régime politique algérien depuis les années 1990 voir, entre a (...)
  • 8 . Après l’interruption des élections législatives en janvier 1992, l’état d’urgence est instauré et (...)
  • 9 . La répression des manifestations et les refus d’autoriser des meetings politiques restreignent, p (...)
  • 10 . La révision constitutionnelle adoptée par le Parlement le 12 novembre 2008 permet ainsi au présid (...)
  • 11 . C’est le cas, par exemple, des révisions constitutionnelles de 2002 et 2012, qui se font à l’init (...)

7Malgré des dispositions constitutionnelles garantissant notamment le pluralisme politique, la période ouverte par l’élection du président Abdelaziz Bouteflika en 1999 se caractérise, tout au long des années 2000, par la reproduction d’un champ politique et d’un champ étatique largement monopolisés par les mêmes gouvernants – même si les coalitions changent. La classe gouvernante reste largement issue du FLN et du RND qui dominent le champ politique et qui sont depuis leur création étroitement liés à l’État et à l’administration. La perpétuation d’une dissymétrie des relations de pouvoir, d’un accaparement des ressources et des positions de pouvoir par la même classe dirigeante limitent de fait les possibilités d’alternance7. On observe pendant cette période un processus de consolidation d’un ordre autoritaire, que la « lutte contre le terrorisme » facilite8 : celle-ci justifie l’institutionnalisation du principe d’exception, incarnée notamment par la prolongation de l’état d’urgence, et autorise une marge de manœuvre accrue aux détenteurs du pouvoir. Si la conformation à la globalisation démocratique implique de « faire l’économie de la force armée », (Picard, 2008) les dispositifs policiers et sécuritaires, mais aussi administratifs, permettent toujours de limiter l’expression des contestations9. L’indépendance institutionnelle de l’armée dont les pouvoirs débordent sur les activités civiles, la domination du pouvoir exécutif, mais aussi des dispositions règlementaires ou constitutionnelles, telles que la suppression de la limitation des mandats présidentiels (2008)10 ou encore la redistribution de la rente, favorisent la reproduction d’un pouvoir autoritaire. Par ailleurs, quand des mesures de libéralisation politique sont prises, elles sont étroitement contrôlées dans leur mise à l’agenda, leur conception comme leur mise en œuvre, par les gouvernants11. Et les scrutins électoraux – bien qu’organisés à échéance régulière – apparaissent en réalité peu concurrentiels. Autrement dit, le jeu partisan algérien se caractérise par un « pluralisme fermé aux acteurs dysfonctionnels non cooptés » (Hermet, 2004, p. 159).

  • 12 . Ces expressions sont revenues dans plusieurs de mes entretiens.
  • 13 . Entretien D. B., 2009.

8Dans ce contexte d’action limitant les possibilités d’agir et l’alternance au niveau national, l’espace politique local semble plus ouvert. Depuis 1997, le FFS qui participe aux élections locales, a pu accéder, en Kabylie, à des positions de pouvoir exécutif. Pour les dirigeants et candidats du parti, les élections locales valent le coup d’être jouées, parce qu’elles sont considérées comme « plus proches de la réalité quotidienne des citoyens », « liées à la vie concrète » et « aux problèmes directs »12. « Quand on a un président d’APC ou d’APW, on peut aider la population. Il ne s’agit pas juste de lever des mains comme à l’APN [Assemblée populaire nationale] », explique un membre du secrétariat national13. La « proximité » et la « gestion » justifient, pour les dirigeants et militants du parti, la participation à la compétition électorale locale : celle-ci est présentée comme évidente. Contrairement aux élections législatives et présidentielles, les scrutins locaux ne font pas l’objet d’appels au boycott. Bien plus, les institutions politiques locales apparaissent aux yeux des dirigeants du FFS comme un espace privilégié permettant de perpétuer l’ancrage local du parti, de fidéliser des électeurs, d’obtenir des positions de pouvoir et ce faisant, de préserver son capital politique.

9Pourtant, les contraintes qui limitent l’action politique au niveau national ne se cantonnent pas à cet espace. La faiblesse des pouvoirs effectifs des assemblées électives, la domination du FLN et du RND et le rôle prédominant de l’administration sont des caractéristiques communes aux espaces politiques national et local. D’ailleurs, si les réformes du code communal en 2011 et du code de wilaya en 2012 sont présentées comme devant améliorer le fonctionnement des collectivités, leur mise en application ne bouleverse pas fondamentalement les possibilités d’action des élus. Ainsi, le jeu politique local apparaît également « désamorcé » (Tozy, 1991) et met à l’épreuve les partis d’opposition.

  • 14 . Source : Liberté, 29/09/2010. Les aspects financiers et économiques, tels que la « régulation de (...)
  • 15 . Sur ce point, voir Participations, 2016 et Gouvernement et Action publique, 2016.

10Pour le comprendre il importe de se pencher plus précisément sur ces deux nouvelles codifications. Le projet de leur amendement, ancien, puisque datant du début des années 2000, et repoussé à plusieurs reprises, commence à se concrétiser en septembre 2010 avec l’approbation d’un avant-projet de code communal en conseil des ministres. À l’issue de cette réunion, la future réforme est présentée comme un moyen de « conforter les attributions de l’Assemblée populaire communale et le statut de son président » et de « clarifier davantage les compétences de l’Assemblée populaire communale dans sa relation avec l’administration locale, placée sous l’autorité du wali représentant du gouvernement, sur la base des objectifs de consolidation de la démocratie locale »14. Dans le projet de réforme du code de wilaya, adopté en conseil des ministres durant l’été 2011, les gouvernants affirment également œuvrer pour donner plus de pouvoirs, de moyens et de responsabilités aux collectivités territoriales et apporter des solutions aux problèmes d’accès aux services publics localement rencontrés. Il s’agit de moderniser le fonctionnement des institutions de représentation locale, de soutenir les assemblées élues en leur conférant davantage de prérogatives et de promouvoir l’approche participative. Cette valorisation des réformes territoriales, qui met l’accent sur l’élargissement des pouvoirs – notamment financiers – conférés aux municipalités n’est pas nouvelle : elle s’inscrit dans des entreprises de légitimation routinières de l’action gouvernementale et dans un contexte international marqué par la promotion des pratiques de « bonne gouvernance » locale et des dispositifs participatifs15.

Encadré : Dispositions générales relatives aux attributions et à l’organisation des institutions locales

Dans les textes, la wilaya et la commune constituent deux échelons décentralisés de l’État algérien depuis 19901. La wilaya est à la fois une collectivité territoriale décentralisée et une circonscription administrative déconcentrée de l’État. Le wali, qui est nommé par le président de la République, représente l’État et la wilaya ; il est en charge de l’exécution des politiques publiques. L’Assemblée populaire de wilaya (APW) est composée de conseillers élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, qui élisent leur président (P/APW). C’est l’organe délibérant de la wilaya2. Pour certains domaines, les délibérations doivent néanmoins être approuvées par le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales3, ce qui est critiqué par de nombreux élus.

Au niveau de la commune, l’Assemblée populaire communale (APC) est élue, lors du même scrutin et selon les mêmes modalités que l’APW4. Ses délibérations sont exécutoires de plein droit vingt-et-un jours après leur dépôt à la wilaya. L’Assemblée élit un président, le P/APC, qui avec des vice-présidents5 et un secrétariat général, constitue l’organe exécutif de la commune. Représentant de la commune et de l’État, le P/APC est l’ordonnateur du budget. Si les APC délibèrent sur toutes les affaires relevant de leur domaine de compétences, certaines délibérations sont cependant soumises à des conditions particulières. Celles portant, par exemple, sur les budgets et les comptes nécessitent l’approbation du wali pour être exécutées6.

1. La daïra constitue un échelon de l’administration déconcentrée. C’est le prolongement administratif de la wilaya, qui constitue l’intermédiaire entre la commune et le wali.

2. Les élus de l’APW travaillent dans des commissions permanentes en matière d’éducation, d’enseignement supérieur et de formation professionnelle ; d’économie et des finances ; de santé, d’hygiène et de protection de l’environnement ; de communication et de technologie de l’information ; d’aménagement du territoire et de transport ; d’urbanisme et d’habitat ; d’hydraulique, d’agriculture, les forêts, la pêche et le tourisme ; des affaires sociales, culturelles, cultuelles, wakfs, sportives et de jeunesse ; de développement local, d’équipement, d’investissement et d’emploi. En principe, le mandat électif n’implique pas de rémunération. Néanmoins, les élus peuvent bénéficier d’indemnités selon les modalités définies par le décret exécutif n° 13-91 du 25 février 2013 fixant les conditions de détachement des élus locaux et les indemnités qui leur sont allouées. Source : interieur.gov.dz. Les présidents et vice-présidents des assemblées, les présidents des commissions permanentes ont droit à une indemnité mensuelle dont le montant varie selon nombre d’habitants par commune.

3. Cela concerne les délibérations portant sur les budgets et les comptes, l’aliénation, l’acquisition ou l’échange d’immeubles, les conventions de jumelage et les dons et legs étrangers. Voir la loi n°12-07 du 21 février 2012 relative à la wilaya. La nouvelle loi dote la wilaya d’une compétence d’initiative pour attirer les investisseurs et encourager la création d’entreprises. Voir aussi le décret exécutif du 18 juin 2013 portant règlement intérieur-type de l’Assemblée populaire de wilaya.

4. Voir la loi n° 11-10 du 22 juin 2011 relative à la commune et le décret exécutif n° 13-105 du 17 mars 2013 portant règlement intérieur-type de l’Assemblée populaire communale. Les élus se répartissent dans des commissions permanentes travaillant dans les domaines suivants : l’économie, les finances et l’investissement ; la santé, l’hygiène et la protection de l’environnement ; l’aménagement du territoire, l’urbanisme, le tourisme et l’artisanat ; l’hydraulique, l’agriculture et la pêche ; les affaires sociales, culturelles, sportives et de jeunesse. Ils se réunissent en session ordinaire tous les deux mois.

5. Le nombre de vice-présidents varie de 2 à 6 en fonction du nombre de sièges que comprend l’Assemblée. Le choix appartient au président de l’APC mais doit être approuvé à la majorité absolue de l’Assemblée.

6. Cela concerne aussi les délibérations des APC portant sur l’acceptation de dons et legs étrangers, les conventions de jumelage et les aliénations du patrimoine communal. Par ailleurs, la loi définit la notion d’intercommunalité et permet à des communes de s’associer pour développer leurs territoires et gérer de façon collégiale des services publics de proximité. Les communes ont désormais accès au crédit bancaire.

  • 16 . Les réformes annoncées par le président Bouteflika dans son discours du 15 avril 2011 prennent pr (...)
  • 17 . Le contexte du premier semestre de l’année 2011 (le vote a lieu le 24 avril), marqué par une inte (...)

11Or, en pratique, comme Myriam Catusse et Lamia Zaki le soulignent à propos du cas marocain, les réformes sur la décentralisation en Algérie ont des effets limités sur les marges de manœuvre et de décision des élus dans le gouvernement local, tant les autorités déconcentrées demeurent dotées de l’essentiel des ressources et compétences (Catusse, Zaki, 2009, p. 75). L’espace politique local algérien demeure marqué par une prédominance du FLN et du RND dans les instances délibérantes et exécutives et par celle des autorités administratives déconcentrées dans la conduite des politiques publiques territoriales. En fait, à l’instar des autres réformes institutionnelles engagées à partir de 2011 suite à l’annonce du président Bouteflika, les réformes territoriales adoptées en 2011 et 2012 ne bouleversent pas les règles du jeu politique16. Au contraire, au moment des débats parlementaires ayant porté sur l’avant-projet de code communal, des présidents d’APC et des députés issus de différentes formations politiques considèrent même qu’elles réduisent les prérogatives des assemblées et des exécutifs locaux au profit du wali et de l’administration déconcentrée. À titre d’exemple, le jour du vote, le groupe parlementaire du parti islamiste membre de la coalition gouvernementale, le Mouvement pour la société et la paix (MSP), quitte l’hémicycle en signe de protestation17.

  • 18 . Entretien N. K., 2009.
  • 19 . Entretien L., 2013.
  • 20 . Entretien M. L., 2013.
  • 21 . Entretien H. H., 2013.

12Au sein du FFS, les réactions des dirigeants et élus sur ces réformes territoriales se caractérisent par une opposition nette tout au long du processus. Ils critiquent ainsi le cadre et les règles du jeu politique local qu’ils perçoivent comme restreignant leurs possibilités d’action quelle que soit la position – dominante ou non – de leur parti au sein de l’institution représentative. Un président d’APC (67 ans), élu en 2007 dans une commune de la région d’Alger, explique, par exemple, que « le budget est débattu à l’assemblée, mais au niveau de la tutelle, tout est retouché ». « On enlève des résolutions ou des actions qu’on veut engager sont modifiées, amendées ou certaines modalités sont supprimées – précise-t-il ». Il conclut amèrement et sans détour : « Tout est fait pour contraindre l’APC. On évolue dans un environnement très contraignant »18. Les élus qui intègrent les assemblées et exécutifs locaux en 2012 dénoncent aussi les limitations de leur périmètre d’action. Élu dans une assemblée communale à majorité FLN, L. (33 ans), confie avoir constaté sans surprise que « l’élu ne peut rien faire », parce qu’« il n’y a pas d’argent » et qu’« il y a des tutelles de partout ». Il estime que « le système a enchaîné les assemblées »19. Un président d’APC dans la wilaya de Tizi-Ouzou (Kabylie) affirme également ne pas avoir de prérogatives : « On est sous la tutelle de l’administration centrale. […] On fait l’aumône chez le préfet et les ministères »20. H. H. (57 ans), président de l’APW de Tizi-Ouzou, met quant à lui l’accent sur les « négociations tacites » et les « échanges de faveurs » qui caractérisent les interactions avec le wali21.

13Cependant, si la faiblesse des pouvoirs et la dépendance à l’égard de l’administration sont largement dénoncées par les enquêtés rencontrés, certains propos témoignent de l’existence de modalités d’adaptation à ces contraintes. Une élue de l’APW d’Alger, M. C. (42 ans), prend ainsi acte des conditions qui limitent l’exercice de sa fonction, sans pour autant s’attarder sur le sujet :

  • 22 . Entretien M. C., 2013.

C’est bien d’avoir des idées, d’être ambitieux, mais on a des contraintes, un cadre. Même si parfois, on est contre la loi ou contre certains de ces articles, on est obligé de la respecter. On essaye de voir comment on peut aider et apporter notre contribution. Il faut se bouger. Moi, je suis en contact avec la Direction de la culture, du tourisme, de l’artisanat. […] Les membres de la commission et moi-même, on essaie de participer à des conférences sur ces thématiques pour mieux comprendre la situation, pour pouvoir proposer des choses. On essaie d’impliquer la société civile.22

14Les contraintes que l’enquêtée évoque le plus sont principalement d’ordre matériel :

  • 23 . Ibid.

Il n’y a pas beaucoup de salles, ce n’est pas évident. On doit s’organiser pour les rencontres. Ici, il n’y a que trois salles, on est douze commissions, 55 membres au total. Donc, logistiquement, c’est compliqué. Le bâtiment est trop petit. On ne veut pas faire comme les anciens élus qui venaient juste relever leur courrier. On voudrait changer un peu. On a demandé à avoir un bureau pour chaque commission. C’est important d’avoir un espace, une connexion, sinon on ne peut pas travailler.23

15Demander des moyens matériels tels qu’un nouvel espace de travail ou une connexion internet pour améliorer les conditions dans lesquelles les élus agissent est aussi révélateur des manières dont les élus pratiquent leur rôle au quotidien – et ce, en dépit des contraintes auxquelles ils sont confrontés. « Aider », « se bouger », « proposer », « travailler », apparaissent ainsi comme des types d’action possibles. Et, au-delà du cas cité, la rhétorique de la médiation et de la proximité est souvent mise en avant pour décrire, voire surtout, pour légitimer le rôle d’élu local (Catusse, Zaki, 2009 ; Le Bart, Lefebvre, 2005). Les propos du premier secrétaire du FFS, Ali Laskri, prononcés au début de la campagne pour les élections locales de 2012, sont à cet égard particulièrement éclairants :

  • 24 . Déclaration en conférence de presse à Alger, 2 novembre 2012.

Les nouveaux codes communaux et de wilaya sont venus pour dépouiller davantage les élus de leurs prérogatives et restreindre le champ de leurs compétences. Le résultat de cette politique, c’est qu’aucune force partisane, aucune équipe communale ou de wilaya n’est en état de se battre efficacement pour l’intérêt de la collectivité, pour la gestion des affaires locales et pour le développement économique, social et culturel des populations. […] Malgré tout, le FFS a participé à la quasi-totalité des élections locales parce que pour nous, c’est le moyen de rester dans la société et avec elle pour partager ses épreuves et pour perpétuer l’espoir. Chaque fois que l’un de nos élus aide une femme, un homme ou un enfant dans la détresse, chaque fois qu’un de nos élus aide à réparer une injustice, chaque fois qu’un de nos élus prend une initiative, aussi petite soit-elle, qui vise à améliorer le vécu quotidien de la population, c’est l’espoir qui renaît.24

16Nous retrouvons dans cet extrait l’articulation entre dénonciation de la limitation des possibilités d’action et justification de la participation à un espace politique local contraint. Faire avec les contraintes existantes donne en effet lieu à des ajustements divers au nom des impératifs de « proximité », de « médiation », de « gestion », de « travail » ou d’« efficacité ». Bien plus, il apparait que ces arguments sont particulièrement mobilisés pour justifier les coalitions contractées et vont de pair avec une mise en veille du registre partisan.

Des coalitions au nom de la « gestion » : des justifications et des adaptations ambivalentes

  • 25 . Un communiqué du parti dénonce ainsi la « mise en circulation de bulletins de vote plusieurs jour (...)
  • 26 . Déclaration du premier secrétaire, janvier 2013. En dehors de ces régions, le FFS a remporté des (...)
  • 27 . Article 80 de la loi organique n°12-01 du 12 janvier 2012 relative au régime électoral.

17Au lendemain des résultats des élections locales de 2012, les dirigeants du FFS dénoncent l’existence d’irrégularités dans le déroulement et les résultats du vote25. Ils se félicitent néanmoins d’avoir « obtenu une grande victoire […], atteint [leurs] objectifs qui sont la réhabilitation du politique, la mobilisation du parti et de la population » et d’avoir « des élus dans toutes les régions du pays »26. La majorité des élus se concentrent pourtant dans les régions du centre où se situent les fiefs électoraux du parti (Tizi-Ouzou, Béjaïa, Bouira). Dans les communes dans lesquelles le parti n’a pas obtenu la majorité absolue des sièges, la nouvelle réglementation du code électoral en vigueur oblige les élus à contracter des coalitions pour gouverner les assemblées locales. Alors que jusque janvier 2012, le président d’APC devait être le candidat tête de la liste arrivée majoritaire au scrutin, les nouvelles dispositions prévoient que l’APC doit élire son président parmi ses membres dans les quinze jours qui suivent la proclamation des résultats. Si aucune liste n’a obtenu la majorité absolue des sièges, les listes ayant obtenu au moins 35 % des sièges peuvent présenter un candidat. Dans les autres cas – quand aucune liste n’atteint 35 % –, toutes les listes peuvent présenter un candidat. Le candidat doit ensuite obtenir la majorité absolue des voix de l’Assemblée27. Les dispositions sont similaires pour l’élection des présidents d’APW.

  • 28 . Si, après les élections du 29 novembre 2012, les responsables du FFS et les nouveaux élus sont co (...)

18Compte tenu des règles établies et des résultats que le FFS a obtenus aux élections, des protocoles d’accord plus ou moins formalisés sont passés avec d’autres organisations partisanes, le plus souvent avec le FLN et/ou le RND28. Ainsi, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, un communiqué de presse qui rend public un accord entre les responsables fédéraux du FFS, du FLN et du RND, mentionne :

  • 29 . Liberté, 8 décembre 2012. Précisons que les commissions permanentes sont constituées par délibéra (...)

Suite aux travaux de la réunion ayant en pris en compte des dénominateurs communs entre les trois partis, il a été convenu que chaque parti postulera à la présidence de l’APC dont il a pris le plus grand nombre de sièges, ou à défaut, le plus grand nombre de voix. Les autres partis s’engagent à soutenir le postulant. Le FFS présidera l’APW, prendra une vice-présidence et octroiera une vice-présidence et deux commissions à chaque parti. Le FLN présidera l’APC de Tizi-Ouzou et octroiera deux vice-présidences au FFS, deux au RND et une au MEN. Les commissions de l’APC seront réparties comme suit : une pour le FLN, deux au FFS, deux au RND et une au MEN [Mouvement de l’entente nationale].29

  • 30 . Le RCD est un parti de tendance social-démocrate fondé en 1989 par d’anciens militants du FFS. Le (...)
  • 31 . Le P/APW est en effet élu avec 31 voix sur 47, ce qui correspond aux 17 élus FFS, 7 élus FLN et 7 (...)
  • 32 . El Watan, 9 décembre 2012. Le RCD est confronté à des situations similaires dans d’autres commune (...)

19Le protocole n’aboutit pas au résultat escompté à l’APC de Tizi-Ouzou, puisque c’est finalement un membre du RCD30 qui est élu président de l’assemblée. Toutefois, grâce au soutien du FLN et du RND, le FFS obtient la présidence de l’APW31. Pour marquer leur indignation face à cet accord, les élus du RCD boycottent la cérémonie d’installation du président FFS de l’assemblée en question et qualifient les trois partis à l’origine de la coalition de « formations assujetties au régime, dont le seul objectif est d’écarter le RCD, la seule force politique qui résiste encore, afin de normaliser notre région restée rebelle »32.

20Cette accusation et cette protestation s’inscrivent dans des échanges de coups classiques entre les acteurs politiques locaux dont les alliances se remodèlent à chaque élection (en 2007, le RCD s’était, par exemple, allié au FLN et au RND pour obtenir la majorité absolue à l’APW) et varient selon les configurations locales (dans d’autres communes, en 2012, ce sont des élus FFS qui dénoncent les accords contractés par le RCD). Le fait que le RCD et le FFS se disputent le monopole de l’opposition et les mêmes fiefs électoraux accentue particulièrement la compétition entre les deux organisations partisanes. Les modalités du jeu politique local contribuent, ce faisant, au morcellement de l’opposition partisane.

  • 33 . Interview dans El Watan, 5 décembre 2012.

21Si les coalitions sont, pour le FFS, un moyen d’accès à des ressources et des positions de pouvoir, elles génèrent ainsi des accusations de compromission de la part des autres organisations partisanes. Les dirigeants du parti et les élus « se trouvent en effet contraints de (se) justifier (de) leur alliance avec des formations auxquelles ils s’opposent parfois sur d’autres scènes » (Bué, Desage, 2009, p. 30-31). Face aux critiques portant sur les accords contractés, les dirigeants du FFS expliquent qu’il s’agit de transactions en réalité imposées par la loi électorale. Malgré « l’absence de convergences politiques et programmatiques, voire [l’existence] de divergences », ces coalitions sont présentées par le premier secrétaire comme inévitables pour assurer « autant que possible un fonctionnement ‘normal’ des collectivités locales »33. Ces arguments ressortent notamment d’un entretien avec le responsable fédéral de Tizi-Ouzou, F. B. (51 ans) :

  • 34 . Entretien F. B., 2013.

Le FFS n’a pas fait d’alliance avec le pouvoir. C’est une alliance arithmétique. On doit prendre l’APW : on a 17 sièges, il nous manque 8 sièges. Comment les ramener ? En faisant une alliance avec d’autres formations politiques. Le FLN a 7 sièges. En les ajoutant, il en manque un. Il fallait donc ramener une autre formation politique : on a ramené le RND. Ces mêmes formations ont tout fait pour que le FFS ne prenne pas l’APW de Béjaïa. Donc, il n’y a pas eu d’alliance au niveau des états-majors des partis. C’est une alliance à l’échelle locale, juste pour gérer. Sinon, on ne gère pas. C’est comme ça qu’on essaie d’expliquer cette alliance aux militants. Certains comprennent et d’autres ne veulent rien comprendre, parce que dans leur tête, on ne peut pas faire d’alliance. Or, c’est la nature des élections, on doit faire avec. Ceux qui ont critiqué reviennent aujourd’hui tous à la raison. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, ils ont des problèmes, ils ont besoin d’un service, soit dans leur commune, soit à titre personnel et ils nous sollicitent. Je leur dis, en les taquinant bien sûr : « alors on a bien fait de faire une alliance, hein ?! ». Maintenant, les choses sont rentrées dans l’ordre, les militants ont accepté cette cogestion.34

  • 35 . Ces éléments rappellent que, comme Jacques Lagroye le souligne, « les ‘notions’ de local et de na (...)

22Les accords au local sont ainsi exposés comme une pratique stratégique contingente, induite par le régime électoral en vigueur, qui ne revêt pas de sens politique. La visée est pragmatique : il s’agit pour les acteurs du seul moyen de rendre possible la gestion des affaires locales. L’alliance et le consensus sont promus au nom de l’efficacité gestionnaire. Le local est ainsi construit comme « ne relevant pas de la politique nationale et de ses grilles de lecture partisanes » (Lefebvre, 1997, p. 78)35. C’est en fait une condition pour acquérir des postes offrant une marge d’action et des rétributions plus importantes et donc, pour garder une place dans les institutions et le jeu politique. La justification répétée et publicisée des accords principalement établis avec le FLN et le RND, partis « de l’administration » qui ont toujours participé aux coalitions gouvernementales et qui contribuent à la perpétuation du régime, vise à répondre aux adversaires du FFS.

  • 36 . Voir aussi Desage, 2009.

23Les mêmes arguments sont utilisés pour faire accepter ces décisions aux militants sceptiques qui expriment leurs désaccords. L’hétérogénéité des perceptions à ce sujet ne se limite pas aux militants. Y compris parmi les élus, les réceptions ne sont pas toujours d’emblée positives. Le FLN et le RND sont habituellement fortement décriés au sein du parti. Les alliances avec ces organisations apparaissent « en contradiction avec les prises de positions collectives, voire avec l’identité du parti, notamment aux yeux des militants » (Bué, Desage, 2009, p. 31). Il est d’autant moins évident de faire accepter le principe d’une cogestion que celui-ci repose sur des accords convenus en cercle fermé et restreint aux dirigeants du parti, qui échappent donc à la plupart des élus et des militants. À l’extérieur comme à l’intérieur du parti, les discours des dirigeants nationaux et députés qui mettent en avant un registre oppositionnel ont pour fonction d’« attester du maintien de l’intégrité partisane » et de rendre plus tenables, voire de « réduire les ‘dissonances’ potentielles nées de la participation à [des] coalition[s] » (ibid.)36.

24Concrètement, le « dilemme inhérent à la participation à une coalition : coopérer sans renoncer à son identité partisane » (Bué, 2009, p. 121) génère des adaptations et des ajustements qui ne vont pas de soi pour les élus rencontrés. Les propos de M. C. (42 ans), élue à l’APW d’Alger, sont à cet égard particulièrement éclairants :

  • 37 . Entretien M. C., 2013.

Le FLN a toujours été au pouvoir, le RND depuis qu’il a été créé aussi. La première plénière… c’est dur… de dire qu’on va tous suivre le même chemin, ce n’est pas facile… On doit le faire pour le bien du citoyen. Mais on ne va pas vraiment tout suivre car on ne veut pas sortir des objectifs du parti, pour qu’on dise après qu’on est tous pareil. On est différent. Ce n’est pas une alliance… Il s’agit davantage de travailler ensemble pour un objectif bien précis même si on n’est pas d’accord sur plein de choses. Eux, ils ont toujours été dans le gouvernement, dans l’administration, partout. Nous, on est nulle part. On ne gère rien. Et… ça c’est mon avis personnel, j’estime que nous, les élus du FFS, nous sommes là pour régler des problèmes qui ont été créés par ceux qui sont en train de nous gouverner, pas par nous. On veut tous régler les problèmes, mais on ne parle pas du même point de vue. Mais ça n’empêche qu’on s’entend bien, qu’on travaille ensemble. On apprend aussi d’eux, ils ont plus d’expérience. […] On a décidé dès le début qu’on enlevait nos casquettes politiques. On est là pour le citoyen algérien. On s’est promis que notre mandat serait consacré à ça. On fait de la politique en aidant des citoyens, directement, qu’ils soient du FFS ou non. Si je peux aider un voisin, un citoyen algérien, pourquoi pas ? Mon mandat, c’est d’apporter un plus.37

25L’extrait montre que « faire coalition » et « être en coalition » (Bué, Desage, 2009, p. 24) avec le FLN et le RND ne reposent pas sur le partage de convictions politiques avec ces organisations, mais que la critique de leur domination politique peut s’accommoder en pratique d’une entente avec leurs représentants et d’une action concertée au sein de l’institution. L’argument de la médiation qui consiste à pouvoir aider les citoyens au quotidien en accédant à leurs demandes ou en redistribuant les ressources locales (Catusse, Zaki, 2009, p. 82-83) sert à justifier la coopération et l’abandon du registre partisan. Cette ambition partagée implique, pour être réalisée, d’éviter les affrontements partisans et, ce faisant, les disqualifie. Les institutions représentatives locales sont ainsi acceptées comme des lieux d’évitement et de dépolitisation des conflits où le consensus doit régner (Desage, 2009, p. 148). La distinction entre le travail politique à l’échelle locale et la politique partisane revient souvent dans les discours recueillis : elle révèle les représentations que les élus ont de leur propre rôle. Le registre de la « proximité » et de la « médiation » est particulièrement mobilisé pour expliciter la collaboration avec les élus du FLN et du RND. R. H. (23 ans), élue à l’APW de Bejaïa, où le FFS s’est allié à ces deux formations partisanes pour obtenir la présidence de l’assemblée, raconte ainsi :

  • 38 . Entretien R. H., 2013.

Au début, on ne savait pas comment se tenir par rapport aux autres partis. Est-ce qu’on peut discuter avec eux ? Qu’est-ce qu’on peut dire ? Qu’est-ce qu’on ne peut pas dire ? C’était des personnes qu’on ne connaissait pas. La présidente de ma commission est une élue FLN. On s’entend bien. Y en a qui regardent les tendances politiques. Mais je la connais et on est là pour travailler. On a été élu par le peuple, on est là pour servir la population. Je veux faire un peu de politique. C’est à dire agir, accompagner les gens, les aider. Travailler avec des associations. Travailler pour le bien commun.38

26Les tâtonnements et les incertitudes quant au comportement à adopter vis-à-vis d’acteurs considérés comme des adversaires politiques permettent de souligner le caractère, en premier lieu, incongru des coalitions pour les élus. Les appréhensions initiales tendent ensuite à se dissiper et laissent même place à une position qui semble assumée. Le registre du dévouement et du service, qui traduit une vision idéalisée de l’activité politique, se combine à celui du travail. La construction de liens d’interconnaissance et de sociabilités professionnelles favorise la traduction de la coalition en pratiques et au quotidien. Ces éléments font écho à ce que Rémi Lefebvre remarque dans son étude de cas sur le rôle de maire à Roubaix. L’auteur note que « la cordialité, la sympathie voire la chaleur et les relations interpersonnelles, priment et prennent le pas sur le conflit politique et la polémique » – favorisant ainsi le travail de dépolitisation du rôle d’élu (Lefebvre, 1997, p. 79).

  • 39 . Voir notamment dans le cas du PJD marocain : Catusse, Zaki, 2009, en particulier p. 75-80.
  • 40 . Voir entre autres : Politix, 2007 ; Mabileau, 1997 ; Lefebvre, 1997 ; Desage, 2009 ; Guéranger, D (...)

27La description de ce que faire de la politique veut dire et des différents sens associés à ce terme aide à comprendre comment, si nous reprenons les termes des enquêtées citées, il apparaît possible de faire de la politique en enlevant sa casquette politique et en ignorant les tendances politiques. Les propos recueillis témoignent en fait du partage d’une requalification gestionnaire et d’une représentation dépolitisée de l’activité politique locale39. La mise en avant d’un impératif de gestion ou de travail et l’euphémisation des appartenances politiques apparaissent révélatrices de la prépondérance d’une conception bureaucratique de la fonction d’élu local, qui est par ailleurs véhiculée dans les textes officiels et par les tenants du pouvoir, et que les élus du FFS contribuent par leurs discours et leurs pratiques à perpétuer. Ces dynamiques à l’œuvre dans l’espace politique local algérien renvoient à des conceptions consensualistes et managériales de l’action publique observables dans d’autres contextes nationaux qui correspondent aux injonctions à la « bonne gouvernance » néolibérale et qui ont accompagné les processus de décentralisation et de restructuration de l’espace public local40.

28L’accès au pouvoir local des élus du FFS va ainsi de pair avec un abandon de la rhétorique oppositionnelle traditionnelle du parti au profit d’une rhétorique gestionnaire. Si cela est globalement accepté par les élus rencontrés, les adaptations qui en découlent ne sont pas toujours évidentes et donnent lieu à des tâtonnements. Elles varient selon le parcours antérieur des élus et les configurations politiques locales.

Des représentations et des pratiques qui varient selon les acteurs

29La dépolitisation de l’action publique locale apparaît comme un moyen d’adaptation à des règles du jeu politique contraignantes et comme un outil de justification des pratiques de collaboration avec les partis politiques piliers du régime au détriment de l’opposition. On peut néanmoins observer quelques variations.

30Le degré de professionnalisation politique peut influer sur les représentations et les pratiques des élus. Ainsi H. H., président de l’APW de Tizi-Ouzou qui a déjà assumé plusieurs mandats locaux, ne témoigne d’aucune difficulté à faire alliance au quotidien avec le FLN et le RND. Il en est autrement des élus qui entament leur premier mandat de représentant politique.

31Le degré de socialisation militante peut aussi éclairer les investissements différenciés du rôle d’élu local. Par exemple, R. H. (23 ans), élue à l’APW de Béjaïa (Kabylie) citée plus haut, a adhéré au FFS quelques mois seulement avant les élections de 2012. Elle n’a jamais eu d’expérience d’élue locale auparavant. Elle accepte plutôt rapidement les implications de l’alliance au nom d’un impératif gestionnaire et assimile l’apprentissage de son nouveau métier à de la formation professionnelle continue. On peut supposer que son parcours, vierge d’engagement et de relations militantes, favorise son adhésion à une vision gestionnaire et pragmatique de l’action publique et politique. À l’inverse, l’euphémisation, voire l’abandon, de la politique au sens partisan du terme, semble plus difficile pour S. O. (32 ans), élue à l’APW de Tizi-Ouzou, militante pendant ses études supérieures dans un syndicat autonome étudiant et membre du FFS depuis plusieurs années. Elle confie ainsi :

  • 41 . Entretien S. O., 2013.

L’alliance, au début… c’est comme pour la participation tactique… j’étais un peu sceptique… mais ces alliances, bon tout le monde le fait. Le RCD le faisait avant, même s’il dénonce le FFS maintenant. Bon, ça a été un peu critiqué par la population. Je ne savais pas que ça allait se faire. C’est une alliance de gestion, pas une alliance politique. Voilà, pour moi, c’est ça.41

  • 42 . Ces éléments renvoient à ce que Stéphanie Dechezelles observe chez les jeunes militants des parti (...)

32S. O. fait partie d’un réseau de sociabilités militantes dans lequel la protestation et l’opposition radicale sont fortement valorisées. Elle est proche de militants du FFS ou d’autres organisations (Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, syndicats autonomes entre autres) qui affichent ostensiblement leur hostilité à la coalition avec le FLN et le RND. La mobilisation de l’argument gestionnaire résulte ici d’efforts de justification, d’attribution de sens à une situation qui semble vécue comme inconfortable et s’inscrit dans des processus de définition des situations (Goffman, 1959 ; Blumer, 1969). Ce cas invite à ne pas sous-estimer les efforts de rationalisation déployés par certains élus pour adopter et défendre une position qui n’est pas évidente et combler la disruption cognitive que celle-ci peut créer par rapport à leurs convictions, leur parcours et leurs ancrages militants42. Les parcours antérieurs influent plus généralement sur les représentations du rôle d’élu local et peuvent donner lieu à des pratiques qui sont révélatrices de rapports différents à la coalition, mais aussi aux normes dominantes dans l’espace de l’institution locale. S. O. raconte ainsi sa première expérience d’assemblée plénière :

  • 43 . Entretien S. O., 2013.

Ça ressemble beaucoup à la coordination locale des étudiants. Ce qui change, ce sont les gens et l’échelle. Donc moi, je pensais qu’on intervenait comme à l’université. J’ai parlé spontanément ; je n’avais pas vraiment préparé mon intervention. Et j’ai fait quelques erreurs. Je racontais des anecdotes politiques. On s’est un peu moqué de moi. Il y avait le wali, le président de l’APW et moi, je raconte des anecdotes ! On m’a dit qu’il ne fallait pas parler de politique comme ça.43

33L’élue perçoit et pratique son rôle dans le prolongement de son engagement militant syndical et politique, ce qui lui vaut un rappel à l’ordre. Les normes en vigueur dans l’espace politique local valorisent en effet la modération et un registre politiquement neutre : elles stigmatisent non seulement les clivages partisans, mais aussi les postures tribunitiennes. S. O. intériorise en situation les règles du métier politique considérées comme légitimes et attendues auxquelles elle doit se conformer (Briquet, 1994, p. 18). Cet exemple illustre que « l’apprentissage du métier politique est donc aussi celui d’un rôle (et de manières de jouer ce rôle) socialement légitimes » (ibid. p. 21).

34L’expression d’une rhétorique gestionnaire et d’une vision dépolitisée du rôle d’élu est par ailleurs liée aux configurations politiques locales dans lesquelles les acteurs évoluent. Dans les situations où les élus sont très minoritaires, ces derniers ne sont pas concernés par les accords de coalition et occupent donc une position dominée dans l’institution, ce qui façonne leur perception de l’éventualité de tels accords. C’est ce qui ressort des propos recueillis auprès de L. (33 ans), élu local dans une commune de la wilaya d’Alger :

  • 44 . Entretien L., 2013.

On a eu 3 sièges sur 23. Le FLN est arrivé premier, c’était son 3e mandat. Avec trois sièges, on ne peut rien faire. Le président de l’APC et ses alliés font ce qu’ils veulent. Les alliés ont fait des coalitions pour des postes. […] Il y a plein d’élus qui sont corrompus, qui sont là pour faire des affaires. Nous, on a un projet de société. Donc on ne peut pas s’entendre ! On est vraiment une petite minorité. Vu qu’on n’est pas dans l’exécutif, on n’a pas de place à l’intérieur. On se retrouve dans les couloirs ! On ne peut presque rien faire, à part dénoncer. On essaie d’allonger les débats pour dire qu’on est là et qu’on va les déranger. Parfois, ceux qui s’allient se retrouvent en désaccord, donc on essaie d’exploiter ces conflits. C’est comme ça que j’ai réussi à devenir président de la commission culture et sport. Il faut que je garde cette présidence même si elle n’a pas beaucoup de poids, elle me donne l’opportunité d’être toujours à l’APC, de rester à l’intérieur, d’avoir les informations, de recevoir et d’aider les citoyens.44

  • 45 . Décret exécutif n°13-91 25 février 2013 fixant les conditions de détachement des élus locaux et l (...)
  • 46 . Entretien N. H., 2012. N. H. est élu local à Alger entre 2007 et 2012.

35Cet extrait montre que l’état des rapports de force internes à l’institution implique une répartition des positions et des ressources qui peut influer sur les perceptions des acteurs en favorisant ici une vision négative de l’alliance avec les partis majoritaires. Il est intéressant de souligner cependant que la mise en avant d’une incompatibilité de vues politiques et de l’impossibilité d’une coalition n’empêche pas l’élu de négocier individuellement la présidence d’une commission, qui lui permet de bénéficier d’une d’indemnité45. Si certains élus affirment leur opposition, cherchent à l’exprimer dans les assemblées locales, et déplorent le fait qu’« il n’y [ait] pas de place pour la politique »46, les possibilités d’agir et d’acquérir du pouvoir politique et des ressources demeurent ainsi étroitement dépendantes des capacités à s’allier ou à négocier avec les autres forces politiques – le plus fréquemment, le FLN et le RND –, impliquant de renoncer temporairement à s’opposer. La rétribution financière, l’occupation professionnelle et le statut social que permet, par exemple, l’obtention d’une présidence de commission, peuvent dès lors faciliter l’adoption stratégique de discours et de pratiques politiques plus consensuels, au niveau individuel comme organisationnel, a fortiori dans un contexte marqué par la rareté des ressources et des postes accessibles. Les ressources politiques, symboliques et matérielles auxquelles la position d’élu local, mais surtout de président d’assemblée (communale ou de wilaya), donne accès, autorisent les négociations et la collaboration – contractuelles ou non – avec les partis membres de la coalition gouvernementale habituellement décriés par les dirigeants et les militants. Si la dépolitisation des manières de dire et d’agir en tant qu’élu local prescrite dans l’espace politique local nécessite des adaptations, les enquêtés rencontrés s’y conforment.

36Ainsi, les assemblées représentatives locales ne constituent pas un espace d’expression de l’opposition politique revendiquée par le FFS. Cette organisation semble connaître à l’échelle locale une « transformation finalement classique des partis qui normalisent leurs relations avec des régimes autoritaires : l’abandon de facto des registres de l’‘oppression’ et de ‘victimes emblématiques’ de l’autoritarisme et la professionnalisation politique de ses leaders et cadres » (Catusse, 2013, p. 38). L’intégration dans l’espace politique local nécessite une mise à distance du registre partisan au profit de l’adoption d’une rhétorique de la « proximité » et de la « gestion » et d’alliances avec des adversaires politiques. Des considérations pragmatiques sont mises en avant pour justifier la conformation aux normes instituées et le décalage avec l’identité politique oppositionnelle revendiquée par le parti. Cependant, cette intégration donne lieu à des adaptations qui ne sont pas toujours évidentes en pratique et qui peuvent varier selon les acteurs et les situations. Parce qu’elle alimente des accusations de normalisation, elle peut se révéler coûteuse pour le parti et affecter sa légitimité à porter un discours d’opposition. En ce sens, l’espace politique local apparaît comme un observatoire privilégié de l’institutionnalisation et de la professionnalisation d’un parti d’opposition en contexte autoritaire.

37Cet article alimente en même temps la réflexion sur le travail politique local en Algérie en invitant à la comparaison, tant les processus de dépolitisation et d’imposition d’une rhétorique gestionnaire apparaissent caractéristiques des espaces politiques locaux dans d’autres contextes contemporains.

Haut de page

Bibliographie

Baamara Layla, 2016, « L’écart difficile aux routines contestataires dans les mobilisations algériennes de 2011 », Actes de la recherche en sciences sociales, n°211-212, p. 109-125.

Blumer Herbert, 1969, Symbolic Interactionism: Perspective and Method, University of California Press, Berkeley.

Briquet Jean-Louis, 1994, « Communiquer en actes. Prescriptions de rôle et exercice quotidien du métier politique », Politix, vol. 7, n°28, p. 16-26.

Bué Nicolas, 2009, « Les accords de coalition dans une municipalité d’union de la gauche. Contribution à l’étude de la régulation des rapports coalitionnels », Politix, vol. 22, n°88, p. 105-131.

Bué Nicolas, Desage Fabien, 2009, « Le ‘monde réel’ des coalition. L’étude des alliances partisanes de gouvernement à la croisée des méthodes », Politix, vol. 22, n°88, p. 9-37.

Catusse Myriam, 2013, « Au-delà de ‘l’opposition à sa Majesté’ : mobilisations, contestations et conflits politiques au Maroc », Pouvoirs, 2, n°145, p. 31-46.

Catusse Myriam, Zaki Lamia, 2009, « Gestion communale et clientélisme moral au Maroc : les politiques du Parti de la justice et du développement », Critique internationale, 1, n°42, p. 73-91

Dechezelles Stéphanie, 2009, « Les ‘malgré nous’ de la Casa delle Libertà. Conditions de perception et d’usages de la coalition par des jeunes militants en Italie », Politix, vol. 22, n°88, p. 163-185.

Desage Fabien, 2009, « Un régime de grande coalition permanente ? Éléments lillois pour une sociologie des ‘consensus’ intercommunaux », Politix, vol. 22, n°88, p. 133-161.

Desage Fabien, Guéranger David, 2011, La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales, Paris, Éditions du Croquant.

Dris-Aït Hamadouche Louisa, 2012, « L’Algérie face au ‘printemps arabe’ : l’équilibre par la neutralisation des contestations », Confluences Méditerranée, 2, n°81, p. 55-67.

Dris-Aït Hamadouche Louisa, Dris Chérif, 2012, « De la résilience des régimes autoritaires : la complexité algérienne », L’Année du Maghreb, VIII, p. 279-301.

Goffman Erving, 1959, The Presentation of Self in Everyday Life, Anchor Books, New York.

Gouvernement et Action publique, 2016, « L’État participatif », 2, n°2.

Hachemaoui Mohammed, 2015, « Changement institutionnel vs durabilité autoritaire. La trajectoire algérienne en perspective comparée », Cahiers d’études africaines, 4, n°220, p. 649-686.

Hachemaoui Mohammed, 2009, « Permanences du jeu politique en Algérie », Politique étrangère, 2, p. 309-321.

Hermet Guy, 2004, « Un régime à pluralisme limité ? À propos de la gouvernance démocratique », Revue française de science politique, vol. 54, n°1, p. 159-178.

Koebel Michel et al. (coord.), 2010, dossier « Régions, territoires locaux et proximité », Savoir/Agir, 1, n° 11, p. 9-10.

Le Bart Christian, Lefebvre Rémi (dir.), 2005, La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, PUR.

Lefebvre Rémi, 1997, « Être maire à Roubaix. La prise de rôle d’un héritier », Politix, vol. 10, n°38, p. 63-87.

Mabileau Albert, 1997, « Les génies invisibles du local. Faux-semblants et dynamiques de la décentralisation », Revue française de science politique, vol. 47, n°3-4, p. 340-376.

Participations, 2016, dossier « Un tournant participatif mondial ? », 1, n°14.

Picard Élisabeth, 2008, « Armée et sécurité au cœur de l’autoritarisme », in Dabène Olivier et al. (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle. Convergences Nord-Sud, Paris, La Découverte, p. 303-329.

Politix, 2007, « Managment », vol. 20, n°79.

Serres Thomas, 2014, « En attendant Bouteflika. Le président et la crise de sens en Algérie », L’Année du Maghreb, 10, 59-75.

Tozy Mohamed, 1991, « Représentation/intercession. Les enjeux de pouvoir dans les ‘champs politiques désamorcés au Maroc’ », in Camau Michel (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, p. 153-168.

Haut de page

Notes

1 . Les élections présidentielles de 2004 et 2009 ont également fait l’objet d’appels au boycott.

2 . Pour rappel, le parti avait remporté, en 2007, 566 sièges dans les APC et 54 sièges dans les APW. Précisons qu’en 2012, 319 listes APC sur un total de 1541 et 22 listes APW sur 48 ont été déposées. À titre de comparaison, on compte pour les APC 1520 listes FLN, 1477 listes RND, 632 listes Mouvement populaire algérien (MPA), 521 listes Parti des travailleurs (PT), 321 listes Mouvement pour la société et la paix (MSP) et 63 listes Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). On compte 52 partis en lice pour les APW et 50 pour les APC.

3 . Suivent, le MPA qui remporte 103 sièges, le MSP 76, le PT 72, le Front national algérien (FNA) 64 et l’Alliance de l’Algérie verte (AAV) 54. 76 sièges reviennent à des listes indépendantes. Les taux de participation sont d’environ 44 % pour les APW et de 43 % pour les APC.

4 . Le FFS arrive en fait en quatrième position en nombre de sièges pour les APC, derrière le MPA qui en remporte 1493. Le RCD, principal concurrent du FFS, notamment en Kabylie, en obtient 526.

5 . Au lendemain de l’interruption des élections législatives de décembre 1991, la compétition électorale est suspendue et le pays connaît une guerre civile qui cause plus de 100 000 morts. Les élections législatives et locales organisées en 1997 surviennent après l’adoption d’une nouvelle Constitution en 1996.

6 . Les entretiens (d’environ deux heures) mobilisés dans cet article ont été sélectionnés parmi le corpus en raison de leur exemplarité et de leur pertinence sociologiques. Les données du corpus de thèse se composent notamment d’observations et d’une soixantaine d’entretiens avec des membres ou anciens membres du FFS.

7 . Pour une analyse des évolutions du régime politique algérien depuis les années 1990 voir, entre autres, Hachemaoui, 2015 ; 2009 et Serres, 2014.

8 . Après l’interruption des élections législatives en janvier 1992, l’état d’urgence est instauré et le Front islamique du salut (FIS) interdit. La branche armée du FIS s’organise et d’autres groupes islamistes armés (GIA) se constituent et commettent, pendant plusieurs années, attentats, assassinats, enlèvements ciblant des forces de l’ordre (police, gendarmerie, armée), des personnalités et des institutions politiques, et des civils. Dans ce contexte, les dispositifs coercitifs sont renforcés autour du Département renseignement et sécurité (DRS) et des forces spéciales de l’armée chargés de la lutte anti-terroriste. L’état d’urgence décrété en 1992 est reconduit un an plus tard pour une durée indéterminée. Sa levée le 23 février 2011 s’accompagne d’un renforcement des pouvoirs de l’armée en matière de « lutte contre le terrorisme et la subversion » (Ordonnances 11-01 et 11-03 du 23 février 2011, Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, n°12).

9 . La répression des manifestations et les refus d’autoriser des meetings politiques restreignent, par exemple, les possibilités de s’opposer pour les organisations partisanes.

10 . La révision constitutionnelle adoptée par le Parlement le 12 novembre 2008 permet ainsi au président A. Bouteflika de se représenter pour un troisième mandat en avril 2009. Un autre amendement précise que le poste de Premier ministre remplace celui de chef du gouvernement et que le Président procède à sa nomination ainsi qu’à celles de deux vice-Premiers ministres et des autres membres du gouvernement. Les révisions sont adoptées par 500 voix contre 21 et 8 abstentions. Le 9 avril 2009, A. Bouteflika est réélu avec près de 95 % des voix et un taux de participation de près de 75 %. Le FFS et le RCD ont dénoncé, à cette occasion, une fraude massive.

11 . C’est le cas, par exemple, des révisions constitutionnelles de 2002 et 2012, qui se font à l’initiative de l’exécutif.

12 . Ces expressions sont revenues dans plusieurs de mes entretiens.

13 . Entretien D. B., 2009.

14 . Source : Liberté, 29/09/2010. Les aspects financiers et économiques, tels que la « régulation de la gestion financière des communes » et le renforcement du « rôle économique des collectivités locales », sont également mis en avant.

15 . Sur ce point, voir Participations, 2016 et Gouvernement et Action publique, 2016.

16 . Les réformes annoncées par le président Bouteflika dans son discours du 15 avril 2011 prennent progressivement forme à partir de la fin de l’année 2011. Les réformes portent notamment sur le régime électoral, les associations, les partis politiques et l’information. Voir notamment Dris-Aït Hamadouche, 2012 et Dris-Aït Hamadouche, Dris, 2012.

17 . Le contexte du premier semestre de l’année 2011 (le vote a lieu le 24 avril), marqué par une intensification des mobilisations contestataires dans le pays et dans la région, a certainement influé sur les stratégies de ce parti. Pour plus de détails sur les changements observés dans les espaces partisan et protestataire, voir notamment Baamara, 2016.

18 . Entretien N. K., 2009.

19 . Entretien L., 2013.

20 . Entretien M. L., 2013.

21 . Entretien H. H., 2013.

22 . Entretien M. C., 2013.

23 . Ibid.

24 . Déclaration en conférence de presse à Alger, 2 novembre 2012.

25 . Un communiqué du parti dénonce ainsi la « mise en circulation de bulletins de vote plusieurs jours avant le scrutin, des pressions et des intimidations à l’encontre des citoyens, des observateurs ou des militants, des urnes non scellées, l’absence des bulletins du FFS dans de nombreuses localités, des procès-verbaux vierges et signés remis à certains candidats, l’absence des représentants des Commissions de supervision au niveau de certains centres » (29 novembre 2012).

26 . Déclaration du premier secrétaire, janvier 2013. En dehors de ces régions, le FFS a remporté des sièges à Alger, Boumerdès, Bordj Bou Arreridj, El Khroub, Teleghma, Boufatis.

27 . Article 80 de la loi organique n°12-01 du 12 janvier 2012 relative au régime électoral.

28 . Si, après les élections du 29 novembre 2012, les responsables du FFS et les nouveaux élus sont confrontés à des jeux des alliances pour l’élection des présidents d’assemblée et la constitution de majorités, il importe de préciser que la cogestion inter-partisane de l’action publique locale n’est pas nouvelle.

29 . Liberté, 8 décembre 2012. Précisons que les commissions permanentes sont constituées par délibération adoptée à la majorité des membres de l’assemblée, sur proposition du président. On peut supposer par ailleurs que, comme le souligne Nicolas Bué dans son étude des coalitions à Calais, « le recours à l’artifice juridique facilite ainsi l’acceptation de la relation par le balancement entre la fixation d’engagements et le flou des obligations consenties : en délimitant par écrit le domaine de leurs échanges, gage de la préservation d’une certaine liberté hors de ces frontières, les acteurs ne renoncent pas à défendre leur intérêt propre ni à poursuivre leur compétition » (Bué, 2009 : 21).

30 . Le RCD est un parti de tendance social-démocrate fondé en 1989 par d’anciens militants du FFS. Les revendications pour la reconnaissance de la culture et la langue berbère sont à l’origine de la formation de ce parti et toujours centrales dans ses discours. Le parti a remporté 19 sièges sur un total de 389 lors des élections législatives de 2007 et a appelé au boycott de ce scrutin en 2012.

31 . Le P/APW est en effet élu avec 31 voix sur 47, ce qui correspond aux 17 élus FFS, 7 élus FLN et 7 élus RND.

32 . El Watan, 9 décembre 2012. Le RCD est confronté à des situations similaires dans d’autres communes de la région, y compris dans celles où il disposait d’une majorité relative. Cela entraîne dans plusieurs cas des protestations qui prennent la forme de blocages du siège de l’APC, ce qui conduit au report de l’installation des assemblées. (cf. El Watan, 13 décembre 2012).

33 . Interview dans El Watan, 5 décembre 2012.

34 . Entretien F. B., 2013.

35 . Ces éléments rappellent que, comme Jacques Lagroye le souligne, « les ‘notions’ de local et de national sont des catégories forgées par les acteurs à d’autres fins que scientifiques, et que le chercheur ne peut donc s’approprier qu’avec une infinie prudence » (cité par Koebel et al., 2010, p. 9).

36 . Voir aussi Desage, 2009.

37 . Entretien M. C., 2013.

38 . Entretien R. H., 2013.

39 . Voir notamment dans le cas du PJD marocain : Catusse, Zaki, 2009, en particulier p. 75-80.

40 . Voir entre autres : Politix, 2007 ; Mabileau, 1997 ; Lefebvre, 1997 ; Desage, 2009 ; Guéranger, Desage, 2011.

41 . Entretien S. O., 2013.

42 . Ces éléments renvoient à ce que Stéphanie Dechezelles observe chez les jeunes militants des partis de la coalition Casa delle Libertà (principalement composée de la Lega Nord, Alleanza Nazionale et Forza Italia) au pouvoir en Italie entre 2001 et 2006 : « les conflits de rôle (être un « bon militant » et être un professionnel de la politique) se traduisent de manière particulièrement saillante chez les jeunes élus soumis à une double prescription : respecter les choix du parti et se montrer solidaire de l’exécutif dans lequel ils ont été élus, en dépit de contradictions parfois flagrantes avec le milieu partisan dans lequel ils ont été socialisés » (2009, p. 168).

43 . Entretien S. O., 2013.

44 . Entretien L., 2013.

45 . Décret exécutif n°13-91 25 février 2013 fixant les conditions de détachement des élus locaux et les indemnités qui leur sont allouées. Pour les présidences de commission, le montant global de l’indemnité varie entre 40 000 et 90 000 dinars algériens (soit entre 350 et 800 euros) en fonction du nombre d’habitants dans la commune.

46 . Entretien N. H., 2012. N. H. est élu local à Alger entre 2007 et 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Layla Baamara, « « Enlever les casquettes politiques ». Rhétorique gestionnaire et euphémisation du politique chez les élus locaux du Front des forces socialistes algérien », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 189-206.

Référence électronique

Layla Baamara, « « Enlever les casquettes politiques ». Rhétorique gestionnaire et euphémisation du politique chez les élus locaux du Front des forces socialistes algérien », L’Année du Maghreb [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/3039 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3039

Haut de page

Auteur

Layla Baamara

CHERPA – IEP d’Aix-en-Provence.

Articles du même auteur

Haut de page