Navigation – Plan du site
Libye
Point de vue

Libye-Europe ou les occasions manquées

Christian Graeff
p. 237-240

Entrées d'index

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

1Des deux événements les plus saillants de l’année 2004, l’un était àl’évidence attendu et programmé, à savoir la célébration le 1er septembre du 35e anniversaire de la Révolution de 1969. Sa commémoration devait donner lieu sur place, comme il était aisé de le prévoir, à l’une de ces grand-messes du régime auxquelles son leader nous a accoutumés. Au demeurant, on le notera au passage, un événement de cette nature aurait pu susciter ici ou là en Occident des analyses, avec des considérations plus ou moins laudatives sur la Jamahiriya, son histoire récente, ses options originales, ses orientations nouvelles dans les domaines politique, économique, social, ou encore et à tout le moins un intérêt de curiosité pour la continuité de sa gouvernance. Qu’il n’en ait rien été, dans le silence des médias en France et ailleurs, aide à prendre conscience de cette réalité cent fois vérifiée, un rien passéiste mais toujours d’actualité, que pour nos démocraties la Libye existe surtout en tant que repoussoir – méritant au mieux l’indifférence, mais suscitant parfois encore des réactions inquiètes, voire hostiles. Et ce, alors même que Qadhafi dédouané des sanctions de l’ONU, au su et au vu du monde entier, est redevenu pour la première puissance occidentale un partenaire fréquentable sinon incontournable.

2Car un autre événement marquant – celui-ci, assez largement imprévisible et imprévu (du moins pour des observateurs moins informés), aux répercussions toutefois bien lisibles parce qu’en rupture radicale avec le passé récent – avait précédé ce fameux 35e anniversaire. Au soir du 19 décembre 2003, il convient de s’en souvenir, le président des États-Unis, suivi à quelques minutes par le Premier ministre du Royaume-Uni, avait annoncé avec solennité, dans un scénario médiatique bien dosé, que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi venait de confirmer publiquement « son engagement de démanteler sous contrôle international tous les programmes d’armes de destruction massive (ADM) de son pays ». Des millions de téléspectateurs avaient pu ainsi penser dans l’instant que le « coup au but » de l’hyperpuissance américaine sur un renard des sables certes quelque peu dolent et vieillissant signifierait à coup sûr un changement de cap important dans les relations internationales, notamment dans les rapports entre le Nord et le Sud – quelque chose comme l’irruption d’un facteur d’équilibre nouveau en faveur de la paix et de la sécurité dans le monde. Il allait falloir vite déchanter. Après l’annonce à sensation, bien peu d’informations concrètes nous sont venues sur cette « diplomatie discrète » de l’Amérique, sur les investigations secrètes sur le terrain qu’on pouvait lui prêter, sur la réalité de l’arsenal libyen et la menace qu’il était censé représenter. Il n’empêche : début 2004 des chroniqueurs en verve, à la vérité peu soucieux de crédibilité, pronostiquaient sans rire une possible rencontre Bush-Blair-Kadhafi (imaginée sans doute dans une complicité inavouable avec le président du Conseil italien Berlusconi ou le Premier ministre espagnol Aznar ?).

3Seule au bout du compte demeure comme question sérieuse l’évaluation qu’il restait à faire du sens et de la portée de cette gesticulation, qui pouvait passer à bien des égards pour un non-événement. La mise en scène bushienne tendant à accréditer comme déterminante l’action souterraine de la diplomatie américaine à destination de la Libye pouvait-elle estomper l’impression première d’un bluff médiatique, fabriqué intentionnellement six jours après l’arrestation de Saddam Hussein pour en élargir l’impact ? Rien n’est moins sûr. Car avec le recul plus d’un indice suggère dans cette mise en scène ambiguë une provocation calculée, de celles qui ne veulent pas dire leur nom. À l’insu de ses « alliés traditionnels », au mépris apparent de l’environnement régional, en tout cas à l’écart des institutions multilatérales et internationales, le coup américain n’avait-il pas germé dans le contexte de la guerre illicite d’Irak ? Il est loisible, dès lors, de lui accorder une autre signification – d’ordre géopolitique –, et de dimension supérieure : la volonté de supplanter toute tentative de l’Europe visant à endiguer à travers EUROMED une hégémonie américaine instaurée en Méditerranée depuis Yalta ; et qui sait ? voire plus : par une sorte de « coup double », étendre largement l’influence de Washington par-delà la rive sud de la Méditerranée, à travers un continent africain déjà passablement travaillé par le qadhafisme.

4Pour son compte le Guide de la Révolution avait-il un autre choix, en bute qu’il était depuis trente ans aux pressions de toute sorte (quand ce ne fut pas au harcèlement belliqueux) de la première puissance du monde, que d’éviter la fatale erreur de Saddam Hussein et de tenter d’enrayer les effets de plus en plus nuisibles de sanctions à tout va ? Ainsi, que ce fut par crainte ou par calcul, il s’est apparemment résigné à céder finalement à la force – optant pour sa sécurité au détriment de sa liberté, par une de ces intuitions géniales dont il a le secret, et bien secondé qu’il est par ailleurs dans sa vision stratégique par des conseillers avisés parfaitement informés.

5Quant à elle l’opinion française, entre le silence (ou presque) des grands médias et un rare cafouillage dans la communication gouvernementale – « la France a été la France n’a pas été tenue informée » –, a montré de la difficulté à entrevoir la réalité libyenne sous-jacente. Elle peine encore visiblement à le faire, et à évaluer les nouvelles perspectives. Or chez nous de même que chez nos voisins, ne convenait-il pas de faire succéder au soulagement ressenti à l’annonce de ce qui pouvait s’apparenter à une première victoire contre la prolifération des ADM , un effort d’analyse et de réflexion portant aussi bien sur les grandes actions diplomatiques américaines à l’œuvre, avec en vue l’adoubement d’un « Grand Moyen-Orient » aseptisé, que sur le devenir du régime jamahiriyen ?

6Au premier chef, il apparaissait primordial de ne pas se laisser abuser par l’effet de grossissement de la menace qadhafienne auquel le président américain n’avait pas hésité à recourir. Comment pouvoir en effet, sans une grande naïveté, accorder foi à des proclamations administrées sans preuve ni explication cohérente, ne reposant pas non plus sur la présentation de faits internationalement contrôlés ?

7S’agissant du leader libyen, on ne pouvait davantage prendre à la lettre une déclaration d’intention visiblement forcée, provoquée, qui engageait son pays sur la voie du non recours aux armements litigieux avec intention de le laver de tout soupçon sur la nocivité militaire du régime. Un si singulier retournement d’alliance, opéré entre baroque et mascarade, était au reste loin de messeoir au personnage du Guide toujours maître de son destin. Le voile s’est peu à peu levé sur les tractations on ne peut plus intéressées de part et d’autre qui ont préludé à cette mise en scène. De Genève à Londres durant de très longs mois, à des émissaires libyens avant tout soucieux de faire abolir rapidement les effets économico-financiers des sanctions frappant leur pays qui sapaient sa croissance, ont fait face nombre d’experts américains et britanniques de formation variée mais invariablement dominateurs et sûrs de soi : stratèges militaires, agents de renseignement en mal de manipulation de l’après-qadhafisme, mais surtout, lawyers, lobbyistes des compagnies pétrolières texanes en quête de récupération de leurs périmètres confisqués et aussi bien d’accès à de nouveaux gisements prometteurs. Une forte odeur d’hydrocarbures se dégage, en effet, du scénario américano-libyen. Le retour en force des pétroliers américains sur le territoire libyen (il sera consacré au premier semestre 2005, juste avant l’échéance théorique des concessions premières attribuées aux « sisters » texanes, et jamais annulées juridiquement par le régime qadhafien) aura sans doute marqué la fin d’une époque bénie pour le français Total et pour la plupart de ses collègues européens.

8Ainsi donc l’observateur impartial est-il conduit à soulever un questionnement aujourd’hui sans réponse. Par-delà une indemnisation bien visible (si généreusement calculée !) des ayants droit des victimes de Lockerbie, et à travers le simulacre de la reddition de ses armes par la Libye à l’Amérique, n’y a-t-il pas à découvrir l’échec d’une Politique Européenne de Sécurité Défense frappée d’impuissance sinon de cécité ?

9Huit ans après qu’aux termes de la Déclaration de Barcelone ses quinze États membres de l’époque se soient engagés avec douze États du Sud à construire un ensemble euro-méditerranéen destiné à « garantir la paix, la stabilité et la prospérité » dans l’espace commun, l’Union européenne est apparue en tout cas bien contrite face au triomphalisme de George W. Bush, tout au long de l’année 2004. La Libye, non associée à ce processus au départ en raison des sanctions internationales qui la marginalisaient, renâcle aujourd’hui à se joindre à l’entreprise ambitieuse lancée voici dix ans à Barcelone, alors même que sa mise au ban de la communauté des nations a pris fin et qu’une adhésion conditionnelle de sa part au Partenariat a été enregistrée formellement en janvier 2000. Rien n’y fait. Après que Moammar Kadhafi ait été accueilli en grande pompe à Bruxelles au siège des Communautés européennes par le président Romano Prodi, l’année 2004 a vu défiler à Tripoli sous la tente du Bédouin, telle la caravane messianique, tous les mages les plus prestigieux de l’Europe et notamment Tony Blair, Silvio Berlusconi, Gerhart Schraeder, et pour finir Jacques Chirac. Mais le partenaire putatif libyen se tient toujours à l’écart du fonctionnement d’Euromed. C’est, semble-t-il, que des réticences lui viennent, pour une part, de considérations politiques (son hostilité déclarée à la présence israélienne dans l’institution), et pour une autre part, de la structure particulière de sa propre économie (les « conditionnalités » du processus de Barcelone étant perçues par la Libye comme une contrepartie négative en termes de commerce extérieur). Ses représentants n’en assistent pas moins, et depuis plusieurs années, aux principales réunions euro-méditerranéennes à titre d’ « observateurs » : ce qui atteste, dit-on, que la porte reste ouverte.

10Mais il est clair que ni l’esprit ni la réalité de la Déclaration de Barcelone ne trouveraient leur compte à court et moyen terme si, un contexte de rapprochement volontariste libyo-américain se confirmant, l’imprévisible colonel continuait de se tenir à distance du Partenariat euro-méditerranéen, de ses règles et de ses objectifs. Le pays aux 1 800 kilomètres de rivages au Sud constitue une incontournable charnière entre Maghreb et Machrek : devrait-il faire encore figure de chaînon manquant dans un ensemble méditerranéen appelé à devenir en 2010 zone de libre-échange et aire de prospérité ? Certaines considérations pragmatiques conduisent cependant à tempérer l’inclination au pessimisme. Depuis quinze à vingt ans, l’interdépendance économique entre la Libye et l’Europe n’a cessé de se renforcer et de se structurer. Ainsi, alors que les États-Unis comptaient pour plus de 35 % dans les ventes de pétrole libyen en 1980, l’Union européenne en absorbe aujourd’hui plus de 80 %, l’Italie et l’Allemagne étant pour leur part dépendantes à 30 et 12 % des exportations d’hydrocarbures libyens. On ne voit guère comment, la mondialisation aidant, la Libye pourrait en venir à réduire la voilure vis-à-vis d’une Europe dont l’attractivité demeure par ailleurs très forte en matière d’investissements comme d’échanges commerciaux. En d’autres termes, les jeux ne sont pas faits et Kadhafi le sait. Ayant sauvé la mise, il continuera donc de jouer avec le temps, se contentant pour l’heure d’une participation active à l’exercice Cinq plus Cinq, ce forum de réflexion politique déconnecté de la machinerie Euromed.

11Sans surprise, à l’occasion de son intervention publique lors de la célébration du 35e anniversaire de la Révolution, il a pu faire montre une fois de plus de la maîtrise de sa rhétorique coutumière, dont chacun connaît quand même les limites. À cet égard, l’idéologie de « l’État des masses » lui sert aujourd’hui encore de moyen tant pour se positionner au plan interne dans le rôle de Guide de la Révolution, que pour s’affirmer vis-à-vis de l’étranger. N’a-t-il pas invité cette fois, dans son discours urbi et orbi, les États-Unis à devenir une Jamahiriya ?

12Il advient, parfois, que la liberté de penser conduise à l’impudence. La rhétorique des masses aura ainsi permis à son génial inventeur de paraître donner des leçons à l’hyperpuissance américaine, sans doute pour faire oublier la manière dont il s’est plié à ses exigences. Rien apparemment, côté libyen, ne complexe donc la praxis du leader ni ne perturbe son itinéraire intellectuel. Reste à savoir, en fin de compte, où l’Amérique de Bush veut en venir et quel prix elle est disposée à payer – la réouverture du robinet du pétrole lui étant désormais acquise – pour la transformation du régime libyen qui semble demeurer un objectif premier de sa diplomatie, dans un contexte de rivalité persistante avec l’Europe sur la scène méditerranéenne et orientale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Graeff, « Libye-Europe ou les occasions manquées  », L’Année du Maghreb, I | 2006, 237-240.

Référence électronique

Christian Graeff, « Libye-Europe ou les occasions manquées  », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/309 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.309

Haut de page

Auteur

Christian Graeff

Chercheur associé, IREMAM

Haut de page