Navigation – Plan du site
Mauritanie
Chronique politique

Les répliques d’un coup d’État manqué

Ali Bensaâd
p. 305-319

Entrées d'index

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

1En même temps qu’elle propulse l’armée sur le devant de la scène de l’actualité politique et confirme son rôle de colonne vertébrale du système politique mauritanien, malgré son occultation, pendant vingt ans, par un « habillage civil » de la vie politique institutionnelle, l’année 2004 révèle également les fissures qui traversent cette armée et qui s’approfondiront au long de l’année. Ainsi l’année s’ouvre et se ferme, à chaque fois, par un procès de militaires, actifs ou retraités, avec des accusations de tentatives de coups d’État, alors que deux autres tentatives de putsch se déroulent entre temps. Ces différents soubresauts qui agitent l’armée interviennent alors que s’affermit la place de la Mauritanie dans le dispositif sécuritaire occidental, notamment américain. Place qui conforte le pays sur la scène internationale et procure à ses dirigeants un surcroît de légitimité et d’appuis mais qui engendre des tensions dans la société avec des échos dans l’armée.

2L’alignement sur les États-Unis se poursuit et révèle une alliance stratégique entre les deux pays avec au plan régional le renforcement d’une alliance avec le Maroc qui se fait surtout dans le sillage américain et marque la marginalisation de l’influence algérienne. Mais le rapprochement volontariste avec Israël, s’il a été un des éléments qui a permis au régime mauritanien de revenir dans le giron occidental et de s’ouvrir notamment les portes de Washington, reste également l’élément le moins accepté par les populations. En effet, l’éloignement du champ d’affrontement israëlo-palestinien justifie d’autant moins, aux yeux de cette population, que le régime mauritanien soit plus empressé à l’égard d’Israël que ceux perçus comme ses traditionnels alliés arabes tels l’Égypte. La présence d’Israël dans les services de sécurité de l’armée, particulièrement la garde présidentielle, le rôle qu’il a joué dans l’échec des tentatives de coup d’État et les répressions qui s’en sont suivies, a alimenté encore des rancœurs au sein de l’armée et tend à creuser le fossé entre celle-ci et M. Ould Taya.

3Si l’année 2004 semble parachever le glissement géopolitique du pays vers les États-Unis au détriment de la France, cette situation a pour effet paradoxal de conforter la position mauritanienne dans l’espace euro-méditerranéen. Après avoir été admise comme observateur à la conférence des ministres de l’Intérieur de la Méditerranée, elle finit par être membre à part entière du groupe des 5 + 5 : ainsi la Mauritanie se « méditerranise ». L’intégration de la Mauritanie, pays saharien et atlantique, aux structures supranationales méditerranéennes n’est que pour une part infime la conséquence des rivalités franco-américaines. Elle prend acte surtout de l’importance de l’arrière-pays saharien dans le système relationnel méditerranéen, révélée autant dans les dynamiques migratoires qui travaillent la région et pour lesquelles le Sahara est un tremplin que par les problèmes de sécurité et de terrorisme dans lesquels le Sahara joue le rôle d’une potentielle base arrière. D’ailleurs, l’intégration méditerranéenne de la Mauritanie se fait en même temps que son intégration dans le plan sécuritaire américain Pan-Sahel dans lequel elle joue un rôle clé. La Mauritanie y voit, en tout cas, un moyen de valoriser cette vocation de trait d’union entre l’espace euro-maghrébin et l’Afrique subsaharienne. C’est d’ailleurs, après la question du forcing dans les relations avec Israël, l’autre sujet de critique de la gestion des relations internationales par l’opposition, qui reproche au pouvoir son peu d’initiative sur ce terrain et notamment son absence du champ maghrébin.

4Le positionnement géopolitique du pays ainsi que l’équilibre des forces politiques internes ne peuvent manquer de connaître des bouleversements importants du fait de la confirmation, en cette année 2004, de la découverte de gisements pétroliers rentables. Celle-ci, parce qu’elle peut être un instrument de stabilisation au profit des détenteurs de la rente, a exacerbé aussi bien les luttes au sein du pouvoir qu’entre puissances occidentales. Le pétrole explique, pour une part, le remarquable « activisme » américain déployé envers la Mauritanie.

5En attendant, la situation économique semble se dégrader et se traduit par une chute spectaculaire de la monnaie nationale. La dévalorisation monétaire obère sérieusement le pouvoir d’achat. Elle se traduit également par une croissance du prix des matériaux de construction qui débouche sur l’arrêt de nombreux chantiers dans la capitale et sur une aggravation de la crise de l’eau, particulièrement à Nouakchott. Elle est une des conséquences de la fuite des capitaux, suscitée tant par la tentative de coup d’État de juin 2003 que par les « répliques » de l’année 2004.

6Enfin, l’invasion des criquets touchant l’ensemble du pays a causé de terribles ravages à l’agriculture et a, au-delà des dégâts et du manque à gagner, approfondi la déstabilisation du système agro-pastoral et activé encore la ruine et l’exode d’agriculteurs et d’éleveurs, alors que la capitale Nouakchott connaît une congestion et une crise du logement.

7La Mauritanie semble plongée dans une crise profonde rappelant à beaucoup d’observateurs le climat délétère qui avait précédé le coup d’État de 1978 et la longue période d’instabilité qui s’en est suivie.

Le procès de Haidallah, un coup d’État réédité ?

8Le procès de l’ancien chef d’État et ancien chef des armées, M. K. Ould Haidallah, entamé à la fin de l’année 2003, connaît son épilogue avec le verdict prononcé en ce début d’année. Un verdict paradoxal qui illustre l’extrême tension qui règne sur la scène politique et la fragilité d’un pouvoir obligé de lâcher du lest. En effet, alors que sont maintenues les lourdes charges initiales contre les accusés et notamment le chef d’inculpation de tentative de renversement de l’ordre constitutionnel par la violence, la Justice ne prononce que des peines avec sursis dont les plus lourdes, à l’encontre de Ould Haidallah et de quatre autres accusés, sont de cinq ans de prison avec sursis et une privation des droits civils et civiques pour la même période. C’est ce dernier volet de la peine qui est, en fait, le plus significatif car il a pour effet de mettre « hors jeu » politiquement celui qui est apparu comme le rival le plus sérieux du président Ould Taya. Si la crédibilité des accusations avait été déjà mise à mal lors des débats où les seuls éléments à charge contre les accusés étaient constitués de rapports des services de sécurité et d’un document intitulé « Grab1 » – censé être la « feuille de route » des actions de déstabilisation mais dont la paternité était difficilement identifiable –, l’écart entre la faiblesse des peines prononcées et la gravité des accusations a achevé d’enlever toute crédibilité à ces dernières. L’accusation portée contre Haidallah, en pleine campagne électorale, visait à écarter un candidat qui, plus que les précédents, menaçait réellement le président sortant. Sa condamnation à une peine avec sursis reflète également la position de force de l’accusé. Sa popularité et l’estime dont il jouit, particulièrement au sein de l’armée, interdisaient d’aller plus loin dans sa mise « hors jeu », mais on se devait quand même de garantir sa mise à l’écart. Plus que tout autre facteur, c’est l’impact supposé de la candidature de Haidallah sur l’armée qui a conditionné les réactions du pouvoir à son égard : l’utilisation de procédures exceptionnelles pour bloquer le candidat mais en même temps une certaine mesure dans la répression contre la personne. Certes, la « sanction » et la mise à l’écart juridique des concurrents politiques du président Taya ne sont pas une nouveauté dans le paysage politique mauritanien. Mais cette fois, le pouvoir a agi dans la panique puisqu’en faisant arrêter, pendant la campagne et à la veille même du scrutin, le principal candidat de l’opposition, il compromettait l’opération de légitimation que devaient consacrer les élections. Les conditions de l’arrestation de Ould Haidallah rééditaient ainsi, presque vingt ans après, le coup d’État militaire qui avait porté, en 1984, Ould Taya au pouvoir, contre ce même candidat, alors chef d’État et surtout président du Comité militaire qui était l’instance dirigeante du pays. Ce « coup d’État à rebours » était aussi l’illustration d’une sorte de « retour à la case départ » pour l’armée. En effet, l’émergence même de la candidature de Ould Haidallah s’est faite, pour une large part, comme une réponse au séisme qui a secoué l’armée en juin 2003 avec la tentative de putsch la plus sanglante qu’ait connu le pays et la plus déstabilisante subie par le pouvoir en vingt ans. L’attitude du pouvoir à l’égard de Haidallah, depuis sa candidature jusqu’à sa disqualification juridique, s’explique par la crainte de son émergence comme une alternative au sein d’une armée où cette tentative de putsch a révélé et approfondi les grandes fissures qui la traversent. L’importance de la secousse est telle qu’elle connaîtra d’autres répliques au cours de l’année 2004 : les plus importantes seront deux autres tentatives de putsch, l’une en août et l’autre en septembre, révélant, plus que jamais, une armée déchirée et défiante à l’égard d’un pouvoir dont elle est pourtant le principal instrument.

9Autant l’émergence de la candidature de Haidallah (resté pendant presque vingt ans en retrait de la vie politique) que son traitement par le pouvoir, sont tributaires de la situation de crise que traverse l’armée.

10Parce qu’elle a été à deux doigts de réussir, qu’elle a été sanglante et a mis sérieusement le pouvoir en péril pendant plusieurs jours, la tentative de putsch, en plus de mettre à jour une profonde crise du pouvoir, l’a démystifié en faisant ressortir sa vulnérabilité et son absence de maîtrise de ses propres rouages, alors qu’il tire une partie de sa légitimité et suscite des allégeances de par sa supposée capacité de maîtriser les instruments de coercition et de pouvoir. Le pouvoir s’est révélé fragile et prenable parce que contesté par l’institution maîtresse sur laquelle il est bâti et dont la tentative de putsch a révélé qu’il n’arrivait plus à la maîtriser, i.e. l’armée. C’est ce contexte de fragilisation du pouvoir qui a encouragé plusieurs cercles, non seulement opposants mais également proches du pouvoir, à promouvoir une candidature dont un des éléments essentiels de crédibilité, en plus de son retrait du jeu politique, tenait au statut de militaire du candidat, même ancien, et au crédit dont il continuait à bénéficier au sein de l’armée. Cette candidature était aussi celle d’une partie de la hiérarchie militaire qui tout à la fois craignait de nouvelles irruptions violentes dans l’armée comme réponse à la fermeture du pouvoir et y voyait une issue rassurante. En tant qu’ex-chef d’État et homme de pouvoir, il rassurait sur sa capacité de gestion et de direction et surtout sa capacité à nourrir un réseau de protections légitimant et justifiant une allégeance, donnée essentielle dans le système de pouvoir mauritanien. Mais c’est surtout comme militaire ayant un prestige dans les rangs de l’armée en raison de ses faits d’armes pendant la guerre du Sahara (décoré 2 fois) et, plus encore, comme élément issu d’une tribu guerrière qui, en plus de son poids dans une institution qui est le principal instrument de pouvoir, bénéficie, aux yeux de l’opinion, d’une légitimité héréditaire à gouverner. Mais il est surtout rassurant pour une nomenklatura militaire mise en cause dans les événements de 1989 (la répression contre les populations négro-africaines et la liquidation de membres et de cadres issus de cette communauté dont des officiers de l’armée) parce qu’il bénéficie tout à la fois d’un capital de sympathie parmi cette communauté pour n’avoir pas trempé dans sa répression et y avoir puisé ses plus proches collaborateurs (son ministre de l’Intérieur et son Directeur général de la Sûreté nationale, devenu directeur de sa campagne électorale, sont issus de cette communauté où il a obtenu, d’ailleurs, ses meilleurs scores électoraux), et surtout parce qu’issu de l’institution militaire, il est censé éviter de sévir contre elle et de mener une chasse aux sorcières. À ce double titre, il était considéré par les militaires comme le plus à même de pouvoir fermer les plaies encore béantes de la répression de la communauté négro-africaine, répression qui avait alors valu, par ailleurs, à la Mauritanie et à ses dirigeants, notamment militaires, une réprobation et un isolement dans la communauté internationale.

11L’élimination de Haidallah de la course à la présidentielle et sa mise « hors jeu » juridique du champ politique ont été donc menées avec une précipitation extrême par le pouvoir. Identifié tout à la fois à une sensibilité islamiste et socialisante (il est le promoteur d’une réforme agraire mise en place dans la foulée de l’abolition de l’esclavage et a eu des velléités d’application de la Charia islamique), son éviction n’a pas déplu aux chancelleries occidentales méfiantes à l’égard du retour d’un ancien président qui avait eu des rapports conflictuels avec la France, les États-Unis et leur principal allié régional, le Maroc (il est le promoteur du cessez-le-feu et de la reconnaissance du Front Polisario et de la République sahraouie). Toutefois, son élimination de la scène politique n’a pas chassé toutes les inquiétudes des chancelleries qui doutent de la capacité du pouvoir à stabiliser la situation.

  • 1  Ils faisaient partie des détenus de la prison de Nouakchott qui se sont retrouvés libres en raison (...)

12Un voyage privé de Haidallah à Nouadhibou a montré sa grande popularité : parti pour y présenter des condoléances à la famille d’un armateur décédé, il a été accueilli par une foule et un cortège l’a accompagné de l’aéroport au domicile du défunt. Le même phénomène s’est reproduit avec Jamil Mansour, leader islamiste et maire d’Arafat (un district de Nouakchott). Arrêté après son retour au pays1, il a reçu un accueil triomphal, dans sa commune peu après sa libération. Les consultations se développent autour de Ould Haidallah : multipliant déclarations et conférences de presse, il sait aussi bien tirer profit des images de son procès diffusées auprès de la population et des militaires que de la diffusion des informations sur l’implication des services secrets israéliens dans l’échec du coup d’État du 8 juin 2003.

Le coup d’État et ses répliques

13Le blocage de l’alternative Haidallah – qui correspondait pour une partie de l’armée à un scénario de sortie de crise – et l’absence de changements sur la scène politique annonçaient d’autres tensions et soubresauts au sein de l’armée. Ils se cristalliseront, malgré le climat de répression préventive, en deux autres tentatives de coup d’État.

14Ainsi le lendemain du 8 août, les autorités annoncent une tentative avortée de coup d’État qui aurait prévu « l’attaque simultanée de Nouakchott et des autres villes du pays où se trouvent des unités de l’armée, des forces de sécurité, tirant les enseignements de l’échec du putsch de juin qui s’était limité à la capitale ». La nouvelle tentative aurait été planifiée selon le ministre de la Défense, par « ceux-là même qui avaient dirigé la tentative avortée de juin 2003 ».

15C’est en milieu de journée du 8 août que la nouvelle s’était répandue. Pourtant, aucun signe extérieur ne laissait supposer une ambiance de putsch. Aucun coup de feu, pas de déploiement des unités de l’armée autour des axes névralgiques de la capitale, pas de couvre-feu, seulement des échos d’interpellations au sein du cercle des officiers. Le lendemain 9 août : même ambiance. De nouvelles rumeurs d’interpellations mais aussi les premières précisions sur la nature du putsch en question commencent à circuler.

16Les chefs des états-majors de l’Armée nationale et de la Garde qui assistaient en présence de plusieurs officiers supérieurs à la sortie, jeudi 5 août, d’une promotion d’élèves officiers à Atar sont restés faire du tourisme en cette période de Guetna et ne sont revenus que le samedi soir (7 août) de l’Adrar, rappelés in extremis. Ce fait semble accréditer aux yeux des observateurs que l’échec de la tentative de coup d’État serait dû à l’intervention de services de renseignements extérieurs. Les premières personnes arrêtées seraient du groupe qui était en formation en Espagne à Madrid.

17L’opposition conteste la réalité d’une telle tentative et reproche au pouvoir sa « fuite en avant répressive » et l’absence de preuves contre les militaires incriminés. Pratiquement toutes les tendances mettent en avant la grave crise politique, économique, sociale et culturelle que traverse le pays et qui « constitue un terreau favorable à toutes les formes de dérives et de troubles ». Quant aux islamistes, ils s’empressent de condamner l’utilisation de la force pour la conquête du pouvoir afin de se prémunir de toute accusation de collusion avec les putschistes. Ce qui n’empêchera pas l’inculpation, plus tard, de trois de leurs leaders.

18Moins de deux mois plus tard, la « mise en échec » d’une nouvelle tentative de putsch est annoncée par les autorités.

Un coup d’État manqué qui n’en finit pas

19L’arrestation, le 25 septembre, du capitaine Abderahmane Ould Mini, considéré comme l’un des principaux meneurs du putsch de juin 2003, et supposé être au Burkina-Faso ou en Libye, donne lieu simultanément à l’annonce de la saisie d’une importante quantité d’armes devant servir à l’exécution de la nouvelle tentative de coup d’État. Ce militaire avait joué un rôle de premier plan dans la conception et l’exécution du putsch de juin 2003. C’était à son domicile qu’avait eu lieu la réunion ultime avant le déclenchement du putsch, et c’est son apport qui aura été décisif dans l’utilisation du bataillon blindé. Il serait revenu à Nouakchott depuis 23 jours alors que l’introduction d’armes et l’infiltration de chefs et d’éléments putschistes dans la capitale auraient été réalisées depuis le mois de juillet et depuis le Burkina-Faso si l’on en croit les accusations officielles. L’arrestation du capitaine Ould Mini, éventée, aurait mis en échec le plan. L’opération aurait consisté à « attaquer les centres névralgiques de la capitale tels que la présidence de la République, les états-majors, l’aéroport, la radio, la télévision, les centres de transmissions et les centrales électriques en vue de prendre le pouvoir ».

20La capture du capitaine Ould Mini donne lieu le lendemain à des arrestations à Nouakchott et Nouadhibou au sein de l’armée, notamment dans la première région militaire (celle de Nouadhibou) et au sein du Bataillon de la sécurité présidentielle, alors que, dans le même temps, des officiers sont déclarés en fuite.

21Le ministre de l’Intérieur accuse Moustapha Ould Limam Chaafi, le conseiller spécial mauritanien du président burkinabé, d’avoir « préparé et financé ces actes criminels » avec le soutien du régime burkinabé et avec un financement libyen. Les relations se détériorent avec les deux pays au point de susciter des médiations multiples, notamment celle du Maroc dont le souverain s’implique personnellement, celle du président tunisien, du secrétaire de la Ligue arabe et de l’Algérie à travers son ministre des Affaires étrangères. Ces médiations ont pour effet de dissiper les accusations d’implication des deux pays dans les affaires intérieures mauritaniennes.

22Le 10 octobre est annoncée l’arrestation du commandant Saleh Ould Hannena considéré comme le cerveau de la tentative de putsch du 8 juin 2003 et qui se serait également trouvé à Nouakchott, fin septembre, lors de l’arrestation du capitaine Ould Mini et de la tentative de coup d’État qu’ils y auraient alors dirigée. La découverte simultanée de nouvelles caches d’armes est annoncée, alors que la police procède à l’arrestation des trois principales figures de l’islamisme mauritanien (le Cheikh Mohamed Elhacen Ould Dedaw, l’ancien maire Jemil Ould Mansour et Mohamed Ould Mohamed Moussa) pour, une nouvelle fois, tenter de démontrer une éventuelle connexion entre les militaires insurgés, présentés comme des nassériens, et les islamistes. Cette connexion, niée par les personnalités arrêtées, apparaît peu crédible pour les observateurs. Mais elle est de plus en plus mise en avant par le pouvoir qui veut attirer l’attention des chancelleries occidentales sur « le danger islamiste » en Mauritanie. En fait, la répression finit par s’étendre aux autres courants politiques avec l’arrestation de trois leaders dont l’ancien président de la République Ould Haidallah et leur inculpation pour « participation par financement » à un complot contre l’État dans le cadre de l’enquête sur les trois putschs présumés.

23La quasi-domination, pendant vingt ans, de la vie politique par Ould Taya et sa maîtrise autant des structures de l’armée que des rouages de la société ont occulté, sur le devant de la scène, le rôle de l’armée. Les derniers soubresauts sont venus rappeler à quel point celle-ci était centrale dans la structuration du pouvoir politique en Mauritanie et comment les velléités de changement qui n’ont pu se concrétiser dans la vie politique légale, telle que balisée par le pouvoir, pourraient, à terme, s’exprimer dans et par l’armée. Les tiraillements qui n’ont cessé de travailler les militaires, les multiples tentatives de putsch réelles ou supposées et les purges auxquelles elles donnent lieu, traduisent bien, d’une façon ou d’une autre, que le blocage de la situation politique est tel qu’il a fini par faire de l’armée le canal obligé de l’expression du malaise. Ce dernier est si prégnant que les différentes tentatives coups d’État se répètent, alors que le contexte international est à la condamnation des putschs, ce que leurs différents auteurs sont censés ne pas ignorer. En cette fin d’année 2004, la Mauritanie semble bien avoir renoué avec la tentation du coup d’État.

Israël dans le cœur du malaise de l’armée

24L’actualité politique mauritanienne illustre régulièrement les tensions nées, dans la société mauritanienne et son armée, du rapprochement avec Israël et les États-Unis. La Mauritanie est une « République islamique » qui se pose en poste avancé de la lutte contre le terrorisme et en vitrine de la normalisation israélienne dans le monde arabe. Non seulement elle est l’un des rares pays de la Ligue arabe (avec l’Égypte et la Jordanie) à entretenir des relations diplomatiques avec l’État hébreu, mais surtout elle est l’État qui va le plus loin dans ce rapprochement (ce fut par exemple le seul pays arabe qui, en violation des résolutions de la Ligue arabe, a accepté de recevoir le ministre israélien des Affaires étrangères au lendemain des carnages de civils palestiniens à Khan Younes dans la bande de Gaza). De plus, l’implication évidente d’Israël dans la répression, y compris « préventive », des différentes révoltes dans l’armée rajoute aux ressentiments nourris, dans la société et dans l’armée vis-à-vis des dirigeants mauritaniens.

25L’assassinat du cheikh Yassine en Palestine donnera, encore une fois, la mesure de ce ressentiment. Plus qu’une réaction d’indignation à un assassinat, les manifestations qui ont suivi exprimaient, à la fois, l’hostilité de la population à l’égard de l’ingérence d’Israël dans les affaires intérieures de la Mauritanie et la dénonciation des liens privilégiés établis avec Israël. De multiples regroupements s’organisent dans la ville et autour de l’ambassade de Palestine. Une marche regroupe plus de 10 000 personnes scandant des slogans hostiles à Israël et à Ould Taya et les mosquées sont le lieu de prêches enflammés dont certains glissent vers l’antisémitisme. En dépit des manifestations, le ministère des Affaires étrangères reste en décalage et se contente, dans son communiqué, de dénoncer l’assassinat du guide spirituel du Hamas sans faire allusion directement à Israël.

26Les relations établies, au forceps, avec Israël, ont déjà engendré plus d’une émeute en Mauritanie et permis de rassembler de larges foules autour des islamistes dont l’audience est pourtant faible dans ce pays où une culture religieuse ancestrale, populaire et savante, largement diffusée et intériorisée, constitue un solide barrage à leur activisme politique. Si le pouvoir persiste à vouloir payer un prix politique et social aussi lourd, c’est parce que ce rapprochement lui ouvre les portes de Washington et lui permet de bénéficier de l’aide et du soutien américain, caution de sa survie.

27Ayant trouvé un allié de choix dans la région du Maghreb/Sahel, les Israéliens n’ont pas fait les choses à moitié pour protéger le président mauritanien. Les Israéliens ont délégué leurs propres hommes, une trentaine, pour encadrer, dès 2002, la garde présidentielle, second cercle d’élite, après la protection rapprochée de Ould Taya. Le Mossad israélien avait demandé à Nouakchott de pouvoir disposer de locaux en Mauritanie avec d’importants moyens technologiques pour protéger Ould Taya. Le journal libanais El Nahar avait rapporté en 2001 que les services secrets israéliens fournissaient au président mauritanien l’essentiel des transcriptions téléphoniques des officiers de l’armée mauritanienne, notamment les éléments soupçonnés de complot. Ces informations permettaient au chef de l’État d’effectuer à intervalle régulier des purges au sein des forces armées.

28Le journal israélien Haaretz avait rapporté, pour sa part, que l’antenne du Mossad en Mauritanie comportait pas moins de 100 agents chargés d’encadrer le président mauritanien. Ces éléments ont été renforcés par les impressions produites lors du coup d’État de juin 2003. En effet, les putschistes de l’armée n’étaient pas parvenu à déloger Ould Taya qui avait su garder intacte sa capacité à communiquer avec l’extérieur. Force est de constater que l’apport des forces spéciales marocaines, notamment des unités de blindés mobiles et des parachutistes, et l’encadrement israélien, relayés par les moyens d’écoutes, de télécommunication et de localisation américains ont fait échouer le coup d’État de juin 2003.

29L’échec de la dernière tentative de putsch en septembre, les arrestations au sein de l’armée qui l’ont précédée ou suivie, sont attribués, pour beaucoup, aux services de renseignement israéliens, nourrissant un ressentiment particulièrement fort au sein de l’armée où il accroît la défiance à l’égard du président Ould Taya.

Chronologie des événements politiques de l’année 2004

Janvier

30– Verdict controversé dans le procès intenté contre Ould Haidallah, ancien président de la République. Celui-ci, candidat aux élections présidentielles face au président sortant, avait été accusé au cours de la campagne électorale de tentative de renversement violent du régime avant d’être incarcéré. Les peines prononcées (cinq ans avec sursis pour les plus sévères) sont en décalage flagrant avec la gravité des accusations qui ont été maintenues et s’en sont trouvées ainsi décrédibilisées.– La Banque africaine de développement octroie à la Mauritanie 35,4 millions de dollars pour financer la fourniture d’eau potable à Nouakchott et la construction de près de 200 km de route.– Le Conseil constitutionnel rejette le recours en annulation des résultats de l’élection présidentielle « pour fraude massive » présenté par Ould Haidallah.– Consultations autour de Ould Haidallah qui multiplie déclarations et conférences de presse, accueil triomphal à Nouadhibou où il était venu pour un enterrement.
– Mohamed Jamil Ould Mansour, ancien maire d’Arafat est rentré au pays après un exil de quelques mois au Sénégal et en Belgique. Il a été arrêté dès sa sortie d’avion et incarcéré. Inculpé pour délit de « fuite », ses avocats et amis politiques, empêchés de le contacter évoquent un « règlement de compte politique ». Libéré, il est accueilli triomphalement par les habitants de sa commune.– Année internationale de la lutte contre l’esclavage alors que les textes promulgués par la Mauritanie sur la « répression de la traite des personnes » donnent lieu à controverse car ne visant pas « l’esclavage endogène » et occultant les aspects sociaux qui lui sont liés (mariage, héritage, propriété foncière).– Mouvement dans la magistrature avec, comme fait saillant, la désignation d’un nouveau juge pour l’instruction de la tentative de putsch du 8 juin 2003. Ce dernier était le porte-parole du procès précédent, celui de l’ancien chef d’État, Ould Haidallah.– Mme Brigewater, sous-secrétaire d’État américain, chargée de l’Afrique de l’Ouest, a été reçue en audience par le président Ould Taya et d’autres hauts responsables mauritaniens. Appui technique à la surveillance des frontières avec présence d’instructeurs militaires américains, coopération dans le domaine pétrolier et avantage de l’AGOA (African Growth Opportunities Act), la visite de Mme Brigewater a voulu rassurer les autorités mauritaniennes sur l’importance que revêt la Mauritanie pour les États-Unis.– Séminaire mauritano-américain sur « Relations civils-militaires dans une démocratie ».– Rencontre entre l’ambassadeur des États-Unis et des représentants de la chambre de commerce de Nouakchott.– Directeur général de Woodside, société australienne, M. Keith Spence a été reçu par le président Ould Taya : « L’offshore mauritanien renferme d’énormes opportunités de pétrole et j’ai fait part au président des résultats dans le gisement de Chinguitti qui est commercialement très rentable. »– Le débat sur le port du voile en France a beaucoup d’échos en Mauritanie. La presse, toutes tendances confondues, répercute le débat et unanimement condamne la position française interprétée comme une « atteinte aux libertés individuelles ».– Grève des taxis le 20 janvier contre « la loi des hommes en kaki » qui, ainsi que l’affirme un tract des chauffeurs de taxis, les rackettent de façon excessive.– Visite du ministre malien de l’Intérieur avec une forte délégation. Les questions abordées ont porté sur l’immigration clandestine et la sécurité aux frontières.
– Décret accordant à la société Asthon West Africa un permis de recherche pour l’exploitation des diamants dans la zone Ain Ben Tili.

Février

31– Malgré le traitement des zones infestées, la menace acridienne s’amplifie et concerne dorénavant les régions de l’Adrar, l’Inchiri, le Tiris et de Nouadhibou. La récolte céréalière est ravagée par les insectes.
– Publication de la liste des militaires accusés d’être en relation avec la tentative de putsch du 8 juin 2003.
– Forte délégation d’Interpol ayant pour mission de détecter et de reprendre les voitures volées en Europe.
– Annonce de financement par l’ambassade des États-Unis d’actions en faveur des filles employées de maison et d’un centre pour l’éducation.
– Le président de la République reçoit un émissaire sahraoui et marque l’excellence des relations entre les deux pays.
– L’ambassadeur des États-Unis inaugure, en compagnie du secrétaire général du ministère de l’Intérieur, la première caserne de pompiers à Nouadhibou.
– Séminaire organisé par l’AGOA sur les conséquences de l’adhésion de la Mauritanie à l’initiative américaine de la loi sur la croissance et les possibilités en Afrique.
– Lancement et financement par l’ambassade des États-Unis d’un programme annuel de sensibilisation contre les dangers du SIDA.
– Une coopération militaire est décidée lors de l’entretien entre le président Taya et le chef des forces armées sénégalaises.
– Jugement et condamnation d’un trio de passeurs maliens d’immigration clandestine, confirmant la place qu’occupe dorénavant la Mauritanie comme espace de transit.

Mars

32– Le porte-parole de la campagne de M. K. Haidallah, principal candidat opposé au président Taya, exclu de l’université où il enseignait, choisit l’exil en Belgique.
– Le chef d’état-major particulier de la présidence est nommé chef d’état-major national.
– Compte-rendu « personnel » de Yasmine Boudjenah, déléguée européenne de gauche venue à Nouakchott avec la délégation parlementaire européenne en janvier. Vive irritation officielle devant les « allégations » de manquements aux droits de l’Homme.
– Visite éclair au Maroc du président Taya, à l’invitation du souverain marocain. Cette visite intervenant au lendemain des attentats de Madrid se présente comme une concertation dans la lutte contre le terrorisme : « Nous avons eu un échange… en particulier sur la situation au Moyen-Orient et le terrorisme… source d’inquiétude et de préoccupation pour la communauté internationale. »
– Remise aux autorités américaines d’un tunisien arrêté à Nouakchott.
– Une session de formation à Attar de 70 militaires mauritaniens dirigée par des militaires américains, rentrant dans le cadre du pan-Sahel.
– Communiqué de l’ambassade des États-Unis sur la signature d’un protocole d’accord pour la création d’un centre de ressources AGOA.
– L’assassinat du cheikh Ahmed Yassine donne lieu à des regroupements autour de l’ambassade de Palestine. Une marche regroupe plus de 10 000 personnes et les mosquées sont le lieu de prêches enflammés. Le ministère des Affaires étrangères dénonce l’assassinat sans faire allusion directement à Israël dont Nouakchott apparaît comme le rare allié dans le monde arabe.

Avril

33– La question de l’approvisionnement en eau de Nouakchott devient préoccupante.
– Le site pétrolier de Chinguitti est l’objet d’un contrat de partage de production entre le gouvernement mauritanien et la société « Woodside » pour une durée d’exploitation de huit à quinze années et pour une quantité de pétrole évaluée à 120 millions de barils.

Mai

34– L’ambassade américaine a invité la presse mauritanienne à fêter la journée internationale de la presse. Un débat a été organisé, par téléphone avec le premier responsable américain de la lutte antiterroriste.
– Le numéro deux de l’OTAN, reçu par le président de la République. La contribution de la Mauritanie à la lutte antiterroriste est évoquée.
– Arrestations de plus en plus importantes de migrants subsahariens en Mauritanie ou au Sud marocain après avoir transité par la Mauritanie. Pour le deuxième mois consécutif, des policiers du Commissariat spécial de police judiciaire de Las palmas organisent, à Nouakchott, des traques systématiques contre les ressortissants ghanéens qui y vivent.
– La presse locale présente la Mauritanie comme une nouvelle plaque tournante des migrations clandestines grâce à la route sud atlantique marocaine.
– Rencontre entre les deux leaders de l’opposition Ould Haidallah-Ould Daddah pour prospecter les possibilités de rapprochement.
– Alors qu’il animait une conférence dans une mosquée de Boutlimit, l’imam Ould Deddew est pris à partie par des policiers qui ont également dispersé la foule qui protestait.
– Importante dévaluation de la monnaie nationale sur les marchés de change « parallèles ». En six mois, elle a perdu près de 60 % de sa valeur. Les effets de l’inflation se font ressentir notamment sur les matériaux de construction qui connaissent une flambée et contraignent plusieurs chantiers à l’arrêt.

Juin

35– La Mauritanie admise comme observateur à la 10e conférence des ministres de l’Intérieur de la Méditerranée. Elle y était représentée au plus haut niveau par son ministre de l’Intérieur.
– Le ministre des Affaires étrangères en mission à Washington a été reçu par Colin Powel, au Congrès et au Sénat américains et a eu des entretiens avec de hauts responsables américains.
– L’ambassade américaine organise une réunion préparatoire pour la création d’un Conseil d’affaires mauritano-américain et lance un appel d’offres pour le financement d’ONG mauritaniennes de lutte contre le SIDA.
– Alors que le Conseil des ministres adopte un projet de loi portant création d’un régime fiscal simplifié au profit de l’industrie pétrolière et que la question du pétrole suscite de plus en plus de débats au sein de l’opposition où l’on souligne que toute la vérité n’a pas été rendue publique, un journal publie un document inédit démontrant que l’exploitation du pétrole de Chinguitti pourrait être un facteur important de pollution.
– Perquisition chez l’ex-maire de Nouadhibou, à la recherche d’armes à feu en liaison avec la tentative de coup d’État.
– Multiplication de la répression des marchés de change informels en raison de la poursuite de la chute de la monnaie nationale qui semble s’être accélérée depuis la tentative de putsch du 8 juin 2003.

Juillet

36– Remaniement gouvernemental partiel mais touchant les neuf ministères les plus importants du secteur économique et éducatif ainsi que la Banque centrale et la Cour suprême.

Août

37– Annonce par les autorités d’une tentative avortée de coup d’État le 8 août. Ses auteurs auraient un lien avec ceux de la tentative du 8 juin 2003. Alors qu’aucun signe extérieur ne laisse supposer une ambiance de putsch (aucun coup de feu, pas de déploiement des unités de l’armée autour des axes névralgiques de la capitale, pas de couvre-feu), des interpellations, une trentaine, sont opérées au sein principalement du cercle des officiers supérieurs. L’opposition conteste la réalité d’une telle tentative et reproche au pouvoir l’absence de preuves contre les militaires incriminés et sa « fuite en avant répressive ».

Septembre

38– Nouvelle annonce de tentative de coup d’État « mise en échec » et de saisie d’une importante quantité d’armes devant servir à l’exécution du putsch. Parmi les personnes arrêtées figurent le capitaine Ould Mini, cerveau présumé de la tentative de putsch du 8 juin 2003, et plusieurs autres officiers. Le Burkina-Faso et la Libye sont officiellement mis en cause dans le soutien et le financement de la tentative.
– Situation acridienne préoccupante. Les criquets envahissent la route de l’espoir, perturbant la circulation et ravageant les cultures et pâturages. Généralisation de l’infestation acridienne au sud et au centre-nord du pays. La FAO envoie deux aéronefs équipés en moyen de lutte anti-acridienne et le Sénégal coordonne avec la Mauritanie la lutte contre les criquets.
– La Mauritanie admise comme membre à part entière du groupe des 5 + 5.
– Seconde réunion régionale d’Interpol à Nouakchott consacrée à la lutte contre le terrorisme.
– Tentative de médiation marocaine entre la Mauritanie et la Libye accusée par la première d’être impliquée, au moins financièrement, dans les dernières tentatives de coup d’État. Le souverain marocain, s’impliquant personnellement dans la médiation, a ainsi reçu successivement le ministre libyen et mauritanien des Affaires étrangères pour engager un processus de réconciliation.
– Conseil des ministres le 22 septembre entraînant un vaste mouvement dont beaucoup de permutations, au sein de la haute administration.
– La crise de l’eau s’accentue à Nouakchott où les fûts d’eau, de plus en plus rares, se négocient à prix d’or.

Octobre

39– Réunion de sept partis de l’opposition au siège de l’UFP. Cette réunion marque une tentative de reprise de l’initiative par une opposition déstabilisée depuis les élections présidentielles.
– Les États-Unis s’impliquent dans la lutte anti-acridienne et dépêchent 6 avions, des pesticides et un équipement logistique pour protéger les cultures et combattre l’invasion acridienne, alors que celle-ci déferle sur Nouakchott même.
– L’ambassade des États-Unis accorde un financement de 80 000 dollars à 11 ONG.
– Attentat contre le domicile du directeur de la Sûreté nationale. Des coups de feu ont été tirés contre son domicile et sa voiture par des inconnus.
– Arrestation de Ould Hannena, l’un des principaux auteurs de la tentative de putsch du 8 juin 2003 et présumé impliqué dans les deux tentatives de l’année 2004. Des dirigeants islamistes sont arrêtés dans la foulée alors que la menace plane sur d’autres dirigeants de l’opposition.
– Accusations portées par le président Ould Taya et relayées à différents niveaux du pouvoir, contre la Libye et le Burkina pour leur supposée implication dans les différentes tentatives de putsch.
– Le communiqué du Quai d’Orsay indiquant l’attachement de la France à la stabilité de la Mauritanie et à l’alternance au pouvoir par les urnes, a eu pour effet de renforcer le climat de suspicion existant entre les deux pays. Si aucune position officielle n’est intervenue pour incriminer la France dans les tentatives de coup d’État, des voix officieuses accusent celle-ci d’être la « troisième puissance » qui se trouve derrière la Libye et le Burkina.
– L’ouverture à Nouakchott de la 10e session du Dialogue Méditerranéen du groupe spécial Méditerranée de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, consacre l’intégration définitive de la Mauritanie dans les structures et l’espace euro-méditerranéen. La rencontre portait sur la « sécurité de développement »
– L’opposition multiplie les conférences de presse pour répondre aux accusations du pouvoir sur sa collusion sinon sa « tolérance » à l’égard des putschistes. Les présidents de partis interviennent successivement, entourés de tous les autres responsables de l’opposition.
– Le président tunisien en s’entretenant avec le président burkinabé à Carthage et le secrétaire général de la Ligue arabe en le rencontrant à Ouaga-dougou, tentent, à leur tour, une médiation entre la Mauritanie et le Burkina-Faso.
– La pénurie d’eau et d’eau potable s’étend à toute la capitale. Le prix de l’eau a quintuplé en deux mois.

Novembre

40– L’Algérie, à travers son ministre des Affaires étrangères, tente à son tour une médiation entre la Mauritanie et la Libye.
– Poursuite du mouvement d’invasion acridienne qui se généralise à toute la Mauritanie. La France fait un don pour la lutte anti-acridienne.
– Trois leaders politiques dont l’ancien président de la République Ould Haidallah ont été inculpés pour « participation par financement » à un complot contre l’État dans le cadre de l’enquête sur les trois putschs présumés durant ces quinze derniers mois.
– Ouverture du procès des auteurs présumés du putsch manqué du 8 juin 2003 à Oued Naga. Ce dossier concerne 192 personnes militaires et civiles. Les premières audiences ont été marquées par une forte tension et un grand désordre. Les avocats, en signe de protestation contre l’incarcération de l’un de leurs confrères par le président du tribunal, décident de boycotter les audiences de la cour.
– La société pétrolière australienne « Woodside » annonce la découverte d’un nouveau gisement sur l’un des permis offshore dans les eaux territoriales mauritaniennes.
– Avec l’achèvement du dernier tronçon de la route Aïn-Nioro, le Mali est dorénavant relié à la Mauritanie.

Décembre

41– Poursuite du procès des présumés auteurs du putsch du 8 juin 2003 dans un climat tendu entre la cour et la défense qui dénonce le mauvais traitement et la torture des prisonniers ainsi que leur présentation menottés. Les trois leaders de l’opposition nient tout financement des présumés putschistes. Alors que le responsable de la communication de l’ambassade de France assiste au procès depuis son ouverture, l’ambassadeur d’Allemagne fait le déplacement à Oued Naga pour y suivre pendant une journée le procès. Sa présence est significative car l’UE vient de faire une sorte de mise en demeure diplomatique en diminuant l’aide d’urgence qu’elle accorde au pays.
– La Mauritanie boycotte le sommet de la francophonie à Ouagadougou en raison de « l’attitude du Burkina-Faso à notre égard » comme l’a indiqué le ministre de la Communication.
– L’ambassadeur de France reçoit les députés de l’opposition en tant que coordonnateur des ambassadeurs européens. Aucune information ne filtre de leur rencontre.

Haut de page

Notes

1  Ils faisaient partie des détenus de la prison de Nouakchott qui se sont retrouvés libres en raison des combats et des troubles suscités par le coup d’État de juin 2003. À la différence des autres prisonniers politiques qui sont revenus volontairement sur leur lieu de détention, Jamil Mansour avait préféré se rendre au Sénégal, puis en Belgique où il avait obtenu le statut de réfugié politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Bensaâd, « Les répliques d’un coup d’État manqué », L’Année du Maghreb, I | 2006, 305-319.

Référence électronique

Ali Bensaâd, « Les répliques d’un coup d’État manqué », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/320 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.320

Haut de page

Auteur

Ali Bensaâd

Maître de conférences à l’Université de Provence, chercheur à l’IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page