Navigation – Plan du site
État des travaux

Libérez l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne des allégeances nationales

René Gallissot
p. 501-517

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1Guerre d’Algérie veut dire guerre coloniale conduite au nom de la France,par les dirigeants et les chefs d’armée de l’État français, du moins autant qu’on puisse conduire une guerre. Le sens historique par inscription dans les temps de luttes nationales des pays colonisés, n’en est pas moins guerre de libération nationale. Parler de décolonisation ne suffit pas puisque l’effacement de la tutelle politique impériale ne passe pas forcément par une guerre ; il a fallu près de huit ans pour qu’une insurrection arrache la reconnaissance de la nationalité algérienne au nationalisme d’État français. Il a fallu ensuite attendre en France, cette année 2005, pour qu’un livre d’historienne, Sylvie Thénault, prenne le titre de Histoire de la guerre d’indépendance algérienne (Thénault, 2005). Pour les bateleurs en France, il n’est qu’une guerre d’indépendance, celle des États-Unis d’Amérique, en s’imaginant être du bon côté derrière Lafayette ; c’est avouer que dans les autres cas, l’armée française s’est trouvée du mauvais côté. Surtout, cette querelle de sens fait découvrir que la plupart des ouvrages ne traitent pas du sujet, ni de la réaction ultime et forcenée de défense de la propriété de l’Algérie française, ni de l’avènement d’une nation dans un surgissement de violences au creux de la société et des existences. Ce n’est pas seulement le nombre des morts qui compte, mais l’œuvre de mort. Ainsi la plupart des ouvrages, en totalité ou pour partie, se situe hors du champ historique, en se détournant des interrogations sur la durée de cet acte colonial autant dire anachronique, sur l’idéologie nationale coloniale française, sur le travail de gésine nationale de l’intérieur de la société algérienne, à l’âge des mouvements d’émancipation des pays dominés, signalé par la conférence de Bandoeng (1955).

2Certes, l’enfermement dans un champ clos franco-algérien répond de l’intensité du conflit nationaliste et de la difficulté de la récession coloniale. S’ils ont été redoutés et fantasmés sur place, les modes de l’issue finale n’ont pas été pensés au départ. Les effets surprennent ; ils forcent les historiens à trouver des clefs d’explication. À la différence des témoignages et des récits, ce travail relève de l’effort intellectuel qui refuse de se laisser immerger dans l’identification à son lieu d’appartenance nationale. Certes, il n’est pas possible d’échapper pleinement aux limites de son éducation, en particulier de son éducation nationale qui constitue l’ethnocentrisme majeur. Un exercice critique s’activait comme dans une après-guerre, si on pense à l’après guerre des carnages de 1914-1918 et de l’arrêt dans la tourmente révolutionnaire, puis s’est instaurée la prescription des Anciens combattants, élevant les monuments aux morts et imposant le devoir de mémoire. La restauration se fera sous le nom de Lieux de mémoire. Cette reprise identitaire intervient cependant après que s’est affirmé un travail critique des historiens qui refusaient d’être asservis à une religion nationale.

3C’est ce qui reste en attente dans l’approche de la guerre de libération algérienne, car le vague à l’âme des apôtres de la mémoire ennoie encore l’exercice d’histoire. Benjamin Stora (2005) fait le point sur les ouvrages publiés dans son dernier livre, cycle d’articles, tout en refaisant écho aux éclats pathétiques de « bouffées de mémoire » et de « mémoire qui saigne ». Les déclarations des dirigeants des deux États veulent dicter l’enseignement de l’histoire. On a des difficultés de sortir des limites du contentieux colonial, et plus encore des célébrations des Anciens d’Algérie et des Anciens moudjahidines, héritiers présomptueux qui s’emploient à cultiver cette rente, et plus largement du pathos communautaire pour parler comme Max Weber ou Ferdinand Tönnies.

Instruction civique et préférence nationale : une démarche de faux-semblants historiques

4Sous cette déferlante mémorielle qui, par saturation, touche peut-être à sa fin, retenons deux exemples qui poussent au plus loin l’aveuglement, en étant appareillés des œillères nationales. L’historien Mahfoud Kaddache est attaché à l’idée de libération nationale ; il écrit d’Alger, un manuel d’histoire pour offrir un récit mémorable de la lutte algérienne sous le titre Et l’Algérie se libéra (Kaddache, 2003) ; il résume certes honnêtement les étapes du mouvement national en citant les quatre courants : négociateur derrière Ferhat Abbas, mobilisateur de masses des partisans de Messali qui se partagent, plaidoyer musulman de l’association des Oulémas, progressisme communiste d’une Algérie algérienne. S’il insiste sur l’arabisme et l’identité musulmane, en bon guide des Scouts musulmans, il laisse à l’écart le débat à partir de la double référence arabo-berbère. Les conflits de pouvoir sont évoqués allusivement et sélectivement ; ainsi Ramdane Abbane disparaît une seconde fois. En fait Mafhoud Kaddache écrit pour les grands enfants devenant adultes, en français donc, un livre d’instruction civique en traçant la geste héroïque des combats et des combattants, offrant quelques figures en illustration d’une guerre dont le seul héros est le peuple. Ce n’est pas aux instituteurs français de s’étonner eux qui ont enseigné le culte des grands hommes et en prime de l’héroïne Jeanne d’Arc qui, selon Ernest Lavisse et confrères, auraient fait l’histoire de France. Les résumés à savoir par cœur demandaient aux enfants de la Grande France de ne pas oublier que « leurs pères avaient été des vaillants ». À travers la Révolution française, la religion nationale avait ses enfants martyrs, Bara et Viala. La sacralisation est fondée sur la mort pour la patrie qui veut dire tuer pour la patrie. L’exaltation sacrificielle et le rappel des victimes sont nationalistes d’abord et, qui plus est, idéologie mystique d’État, quels que soient les gestes et les mots empruntés à l’éducation et aux pratiques religieuses. Rappelons que le frère d’Ernest Lavisse, colonel puis général de son état, écrivait parallèlement les manuels d’instruction civique. L’enseignement patenté de l’histoire ou l’exposition du martyrologe national ne sont pas de l’histoire, mais une pièce du puzzle patriotique de l’éducation, précisément dite éducation nationale.

5En France, des enseignants d’histoire, et tout particulièrement à travers les associations des professeurs d’histoire et géographie, font semblant de ne pas voir qu’ils sont les serviteurs d’une vision historique dont la centralité est celle de leur État national. Il est des thèses d’histoire qui s’inscrivent dans ce conformisme ou prétendent encore au magistère au nom de la France, cette personne imaginée, ou plus ouvertement en jugeant, et en histoire économique, en pesant les profits et pertes, au titre de l’État français. La thèse de Daniel Lefeuvre (1994) sous la direction de Jacques Marseille, consacre sa troisième partie à « l’industrialisation et la guerre d’Algérie ». Publiée par la Société française d’histoire d’Outre-mer, anciennement d’histoire de l’empire et de la colonisation française, sous le titre Chère Algérie pour dire crûment que l’Algérie a coûté cher à la France, elle est rééditée sous ce même titre en 2005. L’histoire nationale française n’en finit pas d’être coloniale.

6En dépit d’une argumentation qui fait joujou avec la notion d’échange inégal, au détriment de la France métropolitaine pour défier les tiers-mondistes, tous les chiffres sont en francs français et les échanges commerciaux relèvent de la comptabilité nationale française ; quand les bénéfices vont aux entreprises situées financièrement en France, les dettes grandissent au compte du budget public de la métropole. S’il y a échange inégal c’est entre les groupes capitalistes situés en France et l’engagement public ; dans l’espace colonial franco-algérien français, espace commercial et financier protégé ou plutôt domaine réservé, il n’y a pas, au sens international, d’échange. À parler d’échange inégal, la thèse repose sur un abus de langage, tout en montrant remarquablement le fonctionnement d’un capitalisme d’État national en symbiose contrariée avec les groupes patronaux qui après avoir usé et abusé d’un exercice profitable dans le domaine colonial, s’emploient à sortir des frontières protégées mais maintenant soumises au risque des indépendances, pour s’inscrire dans l’espace de sous-capitalisme financier de la Communauté européenne et dans l’échange inégal de la division internationale de la production et du travail. Il est curieux, mais c’est un effet de provincialisme français cette fois, de voir un apôtre de l’histoire économique, ne pas faire de différence entre capitalisme financier et groupes bancaires. Il est vrai que faute d’avoir lu Rudolf Hilferding, traduit cependant mais très tardive-ment, l’inspiration première vient de la version hexagonale du capitalisme monopoliste d’État, sous-produit étriqué élaboré par le Parti communiste français par idéologie de défense nationale de l’État français, aux prises avec ses cent familles du capitalisme sévissant en France et dans les colonies. Les chiffres sont justes, mais la vision bornée ; il n’est rien de plus têtu qu’une approche bornée.

7France et Algérie, les deux termes employés pour mesurer les coûts et les pertes, n’ont à l’époque aucune parité de signification ; leur compréhension et leur situation en font des termes proprement inégaux qui ne permettent pas la mise en rapport. En fait leur différenciation interne apparaît difficile, si ce n’est que France recouvre des intérêts qui s’expriment sur la base d’une identification qui se situe en métropole, et Algérie des intérêts qui sont identifiés dans la colonie et portent les vœux coloniaux qui sont donc français eux aussi et non algériens. Il est vrai que les Français d’Algérie se disent aussi bien « Européens » qu’Algériens. Au recensement de 1931, la circulaire du Gouvernement général prescrivait d’inscrire Français, de citoyenneté, tous ceux qui se déclaraient Algériens puisque les « indigènes » doivent être inscrits dans la catégorie « Musulmans », qui est le statut de discrimination coloniale de ceux qui sont juridiquement des sujets français. Les coloniaux ont conscience du rapport d’inégalité. Selon la remarque de Jacques Berque, ils conservent au creux du ventre, le souvenir perpétué que la colonisation est fondée sur la force de la conquête et du maintien de l’ordre ; de là, la peur de la révolte arabe et de la revanche des indigènes. Mais que recouvrent France et Algérie pour un chercheur métropolitain en mal des profits et pertes ?

8Le nom de personne France est le plus souvent remplacé par l’État, l’État français puisqu’il n’y a pas d’État algérien ; ce qui est acceptable quand il s’agit de relations internationales. France peut être employée comme tout un chacun le fait, pour indiquer ce sujet-acteur ou agent au titre de la souveraineté nationale. Sous le vocable d’État français, qui est le plus souvent cité car la thèse est un recueil de citations, deux sortes de personnages principale-ment se trouvent intervenir, en dehors des ministres : les grands commis de l’État qui ont à suivre les questions budgétaires et économiques de l’Algérie française, et les porte-parole d’entreprises ou de groupements économiques qui ont à faire avec les investissements programmés en Algérie. Il s’agit bien des agents du capitalisme d’État français, tant des corps publics que des groupes privés, et leur argumentation sait se couvrir de l’intérêt national. Expert qui ne peut offrir ses conseils aux gouvernements passés, Daniel Lefeuvre apparaît comme un conseiller réformiste d’État pour le meilleur profit, discutant rétroactivement des impasses et contradictions de la promesse velléitaire mais néanmoins répétée depuis la crise des années trente, de soutenir une certaine industrialisation en Algérie. Le projet fut en effet recommencé, pour raison de défense nationale, par tendance autarcique impériale, par réponse à la croissance démographique qui alarme sur le péril social, par substitution, de Pétain à De Gaulle, d’un mirage économique à une solution politique, et en dernier pour devancer la rupture et anticiper les possibles nationalisations par l’État algérien cette fois. Parler d’échec n’est qu’un effet de voix, puisque le but politique n’était pas de réussir, mais simplement d’user de palliatifs, et que les entrepreneurs ont su se faire verser les avances, les ristournes, le paiement des commandes, les garanties de prix, le tout additionné sur leurs comptes de capitalisation en francs français, qui encaissaient les bénéfices, fussent-ils limités mais d’appoints plus ou moins substantiels. Pas en perte donc, mais sur soutien du crédit public. À remarquer que tout ce raisonnement sur les coûts et profits se tient hors Sahara, sauf quelques pointes allusives au temps de Paul Delouvrier, et sur le cours des négociations qui aboutissent à la part consistante des Accords d’Évian.

9Si la raison sociale « Algérie » ne peut être employée, qui sont les Algériens quand les voix, les souhaits et les pressions « des Algériens » sont cités au débat ? À nouveau des conseillers des services gouvernementaux en l’occurrence du Gouvernement général, des Délégués financiers colons, des responsables de groupements patronaux, notamment des Chambres de commerce, et particulièrement de la Confédération générale du patronat algérien ; on voit ce que signifie algérien. Certes à travers les demandes patronales, la preuve est faite du recours au budget public, jusqu’à réclamer par exemple une prime de 40 % du compte des investissements (Lefeuvre, 1994, p. 480). Pour s’assurer contre les risques, les exigences sont effectivement de trois ordres : 1) « des facilités d’implantations matérielles » ; ce qui veut dire que les infrastructures sont à la charge de l’État : voies de transport, raccordements en eau et énergie, sites et constructions, logement, sans parler des tarifs du prix d’usage, ce que fera largement le plan de Constantine ; 2) « aides financières », à nouveau primes, dégrèvements et plus encore prêts ; 3) « avantages commerciaux », le plus souvent commandes publiques fermes et avantageuses. Or ce relevé n’est pas inscrit ou fort peu, dans une analyse du capitalisme colonial dans sa reconversion du domaine réservé au plan de la Communauté européenne qui prend la relève, ni dans les recompositions internationales qui assurent la décolonisation puisqu’il n’est plus possible de faire autrement.

10Le renvoi est fait « aux contribuables français » qui sont les tributaires du « fardeau colonial », formule de l’école de Jacques Marseille (Marseille, 1984). Les colonisés étaient-ils exemptés de ce fardeau ? Pourquoi veulent-ils se redresser, les ingrats ? Il est vrai que les Algériens ne sont présents que par l’émigration qui va chercher des revenus en France pour tenter d’échapper à la misère vitale, ce que je ne saurais contester, et par la croissance démographique qui rend le fardeau insupportable pour ces économes de l’argent français, sauf à le faire fructifier pour des Français métropolitains s’entend. Certes la crise sociale est telle en Algérie, que l’industrialisation relancée à échéance intenable par le Plan de Constantine, ne saurait réussir. Il était temps que « la France » reprenne ses billes.

11Au cours de la guerre coloniale en Algérie, pour les élections du 2 janvier 1956, Pierre Poujade et Jean-Marie Le Pen faisaient campagne pour sauver les vrais Français des vérifications fiscales des brigades polyvalentes, c’est peut-être ce qui explique ce titre proprement poujadiste de Chère Algérie, qui touche à l’argent des contribuables tricolores français de naissance. L’idée de préférence nationale est si ancrée qu’échappe à un historien économiste comptable qui ne connaît que la France mère-patrie, le simple fait que les étrangers et les immigrants (fussent-ils français comme la main-d’œuvre des colonies départementalisées), payent aussi des impôts et contribuent aux assurances sociales, « à perte » souvent car ils meurent plus jeunes. Plus grave-ment, les colonisés n’auraient-ils rien payé, et dans tous les sens du terme, y compris de leur devenir social et de leur personne, à l’œuvre coloniale ?

12L’interrogation ne porte pas sur l’évolution des sociétés en ce rapport inégal et discriminant. Il faut peut-être, mais pas nécessairement, être un historien étranger, pour ne pas risquer de rapporter l’histoire aux seuls « Français de souche ». C’est ce qu’a fait le grand travail d’Hartmut Elsenhans (1974 et 1999 pour la traduction et l’édition française). Ce qu’apporte en versions chiffrées plus confirmatives que nouvelles, la contribution chiche de Daniel Lefeuvre, s’y trouvait déjà, et aussi bien d’autres choses soumises à une problématique historique de fin des colonies qui ne se réduit pas à un exercice de calculette devant sa feuille d’impôt.

Pourquoi on ne lit pas la grande œuvre d’Hartmut Elsenhans ?

13Ce n’est pas une excuse de dire que la thèse a été publiée en allemand : le prêt universitaire, cela fonctionne, et la correspondance est possible avec un collègue francophone, professeur à l’université de Leipzig ; l’auteur a toujours été disposé à mettre à disposition ses recueils de matériaux statistiques (Materialien zum Algerienkonflikt 1954-1960), le plus souvent en français et en francs, voire à autoriser sauf consultation réservée par les intéressés, la lecture des précieux entretiens rassemblés et qui sont eux aussi en français. Certes l’ouvrage proprement dit compte près de 1 000 pages et se révèle touffu à force de mêler les fils ; la comparaison intéressante faite avec l’indépendance arrangée de la Côte-d’Ivoire grâce à Houphouet Boigny, est moins parlante en étant prolongée plusieurs fois. Mais les lignes explicatives de la reconversion stratégique et économique, sont claires. S’il parle abondamment des changements sociaux en France, Hartmut Elsenhans a l’immense honnêteté de dire qu’il ne peut descendre en connaissance au creux de la société algérienne ; il suit néanmoins les vicissitudes de la guerre algérienne et le jeu des actions internationales.

14La mise de côté est volontaire ; en outre, comme souvent le font les historiens qui jouent aux archivistes, la défausse se porte sur l’histoire trop immédiate qui ne disposerait que de la source suspecte des journaux. Le reproche ici se retourne. En effet ce qu’utilise H. Elsenhans, ce sont les publications imprimées ou rapports dactylographiés des services ou organismes économiques que re-cite D. Lefeuvre, et pour cause ils sont de l’époque même. Le premier les trouve dans les journaux économiques et la presse hebdomadaire, et les références vont alors à ces titres, quand le second a pu y avoir accès en salles de documentation des bons établissements de commerce. Certes, il y a des compléments, sur la vente des lainages et des cotonnades, par exemple, et quand des entreprises privilégiées ont offert les compte-rendus toilettés de leurs conseils d’administration. Ainsi pour les Verreries d’Afrique du Nord et l’opération industrielle à suspens près d’Oran. Mais l’historique de la Société bônoise de sidérurgie, ne dit rien de nouveau ; or ce choix d’industrialisation, fort ancien au débouché du fer du massif de l’Ouenza, est repris en manifeste ostentatoire, dans le Plan de Constantine ; il servira de base au plan d’industrialisation par la sidérurgie sous Boumédienne, qui a fait l’objet de nombreux travaux dont une thèse notamment, celle d’Ali El Kenz (El Kenz, 1984).

15Or Hartmut Elsenhans traite de cette histoire non pour le trou dans la poche des contribuables, mais pour rendre compte de l’instrumentalisation de l’État français sur un programme dont la raison n’est pas proprement économique, que tirent à profit de grands groupes capitalistes qui ne sont pas asservis à la société coloniale mais intéressés bien plutôt à la répartition mondiale de leurs affaires. Le volet proprement industriel, ne pouvait avoir d’avenir que par une nationalisation dans l’État algérien ; la planification fut ensuite défaillante. C’est ainsi que le suivi des ouvertures depuis septembre 1959 avec la reconnaissance de l’autodétermination et des négociations qui deviennent donc franco-algériennes jusqu’aux Accords d’Évian, est repris pour sa signification de préservation de la place internationale de la moyenne puissance militaire et économique française. Dans une passe difficile, à la recherche de « la solution la plus française », au sens de la gloire nationale et d’un capitalisme d’État à placement international, De Gaulle se rallie à l’indépendance. Il cherche à éviter le coût de la sortie de crise de sous-développement lié à la colonisation, à assurer la réorientation de l’armée française, fut-ce à un rang médiocre qu’il faut habiller de tricolore, dans le camp des détenteurs de l’arme nucléaire, et soutenir les chances d’exploitation pétrolière et gazière des sociétés attachées à l’État français, du public au privé.

16Plutôt que d’agiter des questions à l’esbroufe sur le million payé au FLN pour qu’il n’y ait pas d’attaques des pipelines, l’ALN en ses réduits après 1959, était loin d’avoir ces capacités, l’analyse se porte sur le laborieux rapprochement des positions sur l’avenir du Sahara. Depuis septembre 1959 et la reconnaissance de l’auto-détermination, les intérêts « objectifs » convergent entre le gouvernement De Gaulle qui veut éviter le pire en pure perte, et le GPRA qui entend bien récupérer les efforts de rattrapage en matière d’infrastructures que contient le Plan de Cons-tantine et avoir bénéfice d’usage et de propriété, des ressources en pétrole et en gaz. La question du partage territorial devient centrale et pèse sur les négociations, avant de parvenir à un arrangement d’États, ce qui implique bien la souveraineté reconnue d’un État algérien. Rappelons que l’accord n’est pas que pétrolier, il relève d’une complicité à venir des deux États. Le maintien des bases militaires françaises au Sahara comprenait l’utilisation pour l’expérimentation des armes nucléaires et chimiques jusqu’en 1978 ; ce que valideront non sans arrière pensée d’ambition atomique, les gouvernements algériens et de Ben Bella et de Boumédienne, quels qu’aient été les critiques de calcul politique de l’état-major des colonels algériens sur Évian, et les discours de parade de Ben Bella après l’explosion de Reggane. Les longs développements d’Hartmut Elsenhans sur la marche à reculons gaullienne à propos des questions sahariennes sont justifiés, même s’il a fallu attendre les confirmations fin de siècle de Pierre Messmer, alors ministre français de la Guerre, pardon de la Défense, puisqu’il y avait « le secret défense ».

17Pour montrer l’effet fin de guerre coloniale, ce qui manque aussi bien dans le livre de H. Elsenhans que dans la thèse de Daniel Lefeuvre, c’est le rapatrie-ment si on ose dire, des capitaux et des sociétés. Le plan de Constantine a bien laissé en Algérie, des chantiers en cours, des constructions d’infrastructures sociales et pour partie industrielles, et un ensemble d’extensions urbaines par les blocs d’habitation de la Sonacotra. Comme le reconnaît Daniel Lefeuvre, en ce sens, le plan n’a pas globalement échoué ; il restait à suivre le retour des capitaux en métropole qui en fait fut la destinée majeure de l’ouverture des crédits. Le départ des « Européens », ces immigrants devenus ou confirmés français, se précipite en exode de rupture à l’indépendance ; non seulement il y eut transferts de terres ou abandon de sociétés, mais un retrait des capitaux que l’indemnisation, quelles que soient les modalités à faire valoir, transforme en transferts en France. La décolonisation économique fut un recul massif des investissements en Algérie ; il est possible de parler de débâcle. Il est curieux de remarquer comment les économistes négligent de faire les comptes de cette décolonisation factuelle. Bien que les directeurs de l’ouvrage, m’aient demandé de traiter de la décolonisation au Maghreb sans faire une place propre à l’Algérie, je l’évoque dans le gros volume dirigé par Mohammed Harbi et Benjamin Stora (2004). Pour ne pas entendre les éclats de voix : « on a tout perdu », dans ce cas, les affaires d’argent sont délaissées par l’histoire économique. Disons toutefois que dans le même ouvrage, Daniel Lefeuvre rend compte honnêtement du repli des populations. La société algérienne reste par contre, la grande absente de cette histoire.

18Car il y a eu guerre. Il faut créditer Daniel Lefeuvre encore, dans sa thèse cette fois (1994, p. 528), d’un grand apport que j’avais souhaité il y a bien longtemps, à la compréhension de la guerre par l’armée française. Enfin, on dispose du graphique de l’augmentation de la production de bière en Algérie qui avant de plafonner comme le nombre et la consommation des soldats, dépasse 121 millions de litres en 1958 contre 51 millions en 1955. On ne parle pas du tonnage importé. Le défaut, c’est que le titre donné est celui de production algérienne de bière ; algérienne quand il s’agit principalement de la bière 33, bière coloniale qui avec le repli de la capitalisation, va ressourcer ses profits de Marseille à l’Europe. Ce qui a le plus fortement progressé, dans les travaux français sur la guerre dite d’Algérie, c’est en effet la connaissance des comportements et des pratiques de l’armée française, en surmontant le chantage d’atteinte à l’honneur de la France, sur la torture notamment avec les recherches de Raphaëlle Branche (Branche, 2001) et plus largement les publications des témoignages de rappelés. Sylvie Thénault, après avoir analysé l’institution et l’action de la justice française soumise aux ordres ou résistante (Thénault, 2004) vient de faire la synthèse des travaux dans Histoire de la guerre d’indépendance algérienne (2005) ; elle prend si au sérieux le terme de guerre qu’elle oppose comme par système, les adversaires des deux camps, en disant « le camp français » ou le « camp algérien ». Ce balancement laisse en retrait les significations en profondeur des mutations politiques et des transformations sociales.

19Ce tout dernier livre comme les actes des colloques successifs et des bilans qui ont traité de la guerre française en Algérie (L. Gervereau, J.-P. Rioux et B. Stora [1992], D. Lefeuvre et A.-M. Pathé [dir.] [2000], G. Manceron et H. Remaoun [1993], G. Pervillé [2002]) s’arrêtent pour suivre l’évolution de l’opinion française aux articles de Charles-Robert Ageron commentant les sondages rendus publics de l’Institut français de l’opinion publique (présentation synthétique : « l’opinion française à travers les sondages », dans J.-P. Rioux [dir.] [1990]). Or Hartmut Elsenhans explique qu’au milieu des enquêtes commerciales, il a pu trouver, 25 ans auparavant, dans les archives de l’IFOP, tout un éventail de questionnaires et de réponses dont l’élaboration ensuite fut inégale et quelquefois seulement, réalisée. Il s’appuie sur cette documentation, peut-être évanouie, qui a l’avantage de n’être pas lissée pour satisfaire les exploiteurs médiatiques.

20Pourquoi personne ne se reporte à l’ouvrage de H. Elsenhans ? Par paresse ou satisfaction franco-française et académique ? C’est le cas de parler de politiquement correct à vouloir croire l’opinion pencher vers la paix bien avant les gouvernants ; ceux-ci cependant sont informés puisqu’ils reçoivent les résultats bien peignés, sur leurs bureaux. Il est encore scandaleux de rappeler que la guerre française en Algérie a duré plus longtemps et a été plus ravageuse sous la Ve République que sous la IVe. Mais il faut être hors de toute religion et de toute propriété nationale française, pour ne pas écrire : « nos troupes, nos adversaires, l’opinion française ou le peuple français », ou : « De Gaulle a fait la paix en Algérie ». Comme le note plus adéquatement dans le dernier chapitre ajouté, H. Elsenhans, « Probablement aucun autre homme politique français n’aurait pu faire traîner les négociations pour de tels problèmes (négocier seulement à partir d’une position de force), ni prolonger la guerre aussi longtemps à la recherche de la troisième force. » En dehors des exercices de sortie à reculons de De Gaulle, des questions de coût (« La décolonisation, écrit H. Elsenhans, libéra donc les métropoles de la contrainte de résoudre elles-mêmes la crise des sociétés coloniales »), il reste à expliquer la durée de la guerre française et les difficultés à y mettre un terme par l’indépendance, terme évident historiquement et dans l’état du monde, évident mais dont l’évidence était refusée.

21L’attachement relève du nationalisme français qui donne bonne conscience à la mission coloniale. Il n’y a qu’en France, que le discours politique majoritaire, et plus encore à gauche, renvoie le nationalisme à droite, par incapacité ou tromperie de bonne conscience, sans analyser les différents entraînements d’idéologie nationale. Il est encore une façon de se donner bonne conscience en renvoyant « la perte », heureuse pour Jacques Marseille, de l’Algérie, à la faute des colons et coloniaux avant même de dire pieds-noirs. Or leurs positions et leurs agissements constituent une part ou un mode du nationalisme français ; la preuve, l’identification de rapatriés par l’Algérie française, et le rapatriement en métropole de la catégorie du racisme colonial distinguant les Français de souche par opposition aux Français de souche nord-africaine, dont il demeure la catégorie impossible en droit constitutionnel de la citoyenneté, de Français musulmans.

22Pour vérifier cette bonne conscience, il suffit de se reporter dans l’ouvrage de H. Elsenhans (1999, p. 955), aux réponses suivant les préférences politiques, à un questionnaire passé par l’IFOP en métropole dans l’été 1957, sur l’appréciation de l’œuvre coloniale de la France, l’important étant de dire de la France, pour juger du « très bon travail, de l’assez bon travail, du mauvais travail ou du très mauvais travail » accompli dans ses colonies, protectorats et territoires sous-mandat. Seuls ceux qui se réfèrent au parti communiste, ont une appréciation négative de la colonisation (à 59 %) ; rappelons que jusqu’en 1960, l’idée d’indépendance de l’Algérie, malgré les fluctuations dans les déclarations du PCF, n’est majoritaire que sous influence communiste ou de gauche extrême. Au mitan de 1957, le jugement de valeur de la France coloniale engrange de 70 à 80 % de réponses positives, allant du corps central des sans préférence politique à 70 %, à 74 % pour les adeptes du MRP (avec un zeste de scrupule chrétien), plus de 76 % pour les choix socialistes (SFIO), 77,6 % pour les gaullistes (URAS), 78,9 % pour les radicaux (qui ont participé à toutes les entreprises coloniales), et 79,6 % pour ceux qui se disent encore indépendants et paysans (CNI) ; ce doit être cela la terre de France. Comment s’étonner de la défense des contribuables français pour les reconvertis, après coup, de la préférence nationale métropolitaine ? Ce sont les mêmes historiens comptables positivistes qui sonnent le rappel pour remettre à l’honneur de la France, l’histoire de la colonisation. Son immense somme multiplie les citations de déclamations patronales et politiques sur l’intérêt prétendu national de la France ; Hartmut Elsenhans ne peut être qu’un auteur suspect.

L’âge des libérations nationales

23Les mouvements de libération nationale des pays colonisés renouvellent le romantisme nationalitaire et nationaliste (voir Maxime Rodinson pour distinguer les deux sens) des jeunes nations d’Amérique et d’Europe. Raison de plus pour s’efforcer à une réflexion de sociologie historique. Avant les engouements de mode intellectuelle et l’appellation de tiers-mondisme, il se produit, face aux réalités de misère au creux des empires et du sous-continent d’Amérique du sud, ce domaine réservé des États-Unis, la découverte du sous-développement. La crise algérienne est un moment important de cet examen ou réexamen. La façon banale mais forte et simpliste fut de rapporter le déséquilibre économique au péril de la croissance démographique ; en livres français, cela va des ouvrages de Louis Chevallier et René Gendarme, aux rapports et justifications du plan de Constantine ; ce qui demeure pour une bonne part dans les travaux plus récents ; non sans retour en refaisant les calculs, de passion nationale inversée comme dans l’ouvrage de Kamel Kateb, Européens, « Indiènes » et Juifs en Algérie (1830-1962) (2001).

24Le conflit entre l’URSS en sa défense du camp socialiste et la Chine communiste de la révolution des campagnes encerclant les villes, fit inscrire ou réinscrire les rapports mondiaux dans une version marxiste-léniniste du centre capitaliste exploiteur des sociétés les plus nombreuses de la périphérie porteuse de l’avenir révolutionnaire. En fait, il s’agit d’un nationalisme marxisant qui se fixe sur la croyance dans la voie dite nationale de développement ; l’État démiurge pratique les nationalisations pour dire étatisations et planification pour assurer l’accumulation primitive et la construction du socialisme dans le seul État national ; Staline contre Marx pour qui l’accumulation était mondiale. On est loin de la tentation d’un Maghreb des peuples qui s’arrête dès 1958 et du rêve tricontinental de 1965, mais contemporain de la Révolution cubaine, et des entrechocs de luttes sur les trois continents en « foyers » mal coordonnés contre les dominations.

25Dans ce moment de crise du communisme (1956, XXe congrès du Parti communiste soviétique), sur les engagements contre la guerre coloniale d’Algérie et le soutien aux luttes de libération, s’ouvre la coupure entre le communisme, les intellectuels et les jeunes en mouvement. Le point de départ de ce basculement peut être situé en France, au moment de l’approbation par la PCF dans le vote des pouvoirs spéciaux pour le maintien de l’ordre en Algérie, en mars 1956. C’est nous qui trouvons des repères par et après les mouvements de 1968, mais l’année 1956 annonce le déclin du mouvement social organisé sur le modèle du mouvement ouvrier, pour entrer dans le temps incertain des nouveaux mouvements sociaux qui échappent aux déterminations nationalistes. La rupture s’exprime en termes de générations intellectuelles et politiques. Le porteur de valise Georges Mattéi fut le premier à parler de génération algérienne comme le rappellent les nombreux textes et témoignages retenus par Jean-Luc Einaudi (2004) dans son petit livre. Celui-ci ne cesse d’évoquer les exceptionnels partisans communistes d’une Algérie algérienne (Fernand Yveton, Maurice Laban, Lisette Vincent) tout en restituant par ailleurs le choc dans un silence national français, des massacres des manifestants algériens le 17 octobre 1961. Les manifestations reprennent place dans les accélérations des dénouements historiques, comme, peu avant, celles des foules algériennes en décembre 1960, pour annoncer l’indépendance inéluctable. Nous sommes bien au temps des luttes de libération et de cette résistance à la guerre et au nationalisme colonial qui est aussi racisme de couleur. Ce moment d’émergence de l’idée qu’un autre monde est possible, au-delà de la perdition du communisme, est remarquablement situé dans l’âge de la guerre algérienne par l’introduction que donne Jacques Charby (2004) à son recueil de témoignages sur leur itinéraire.

26Ces luttes nationales de libération renvoient à la dépendance et aux rapports mondiaux d’inégalité. Avec l’indépendance algérienne, le national-développementalisme devient la doctrine de l’intelligentsia d’État ou candi-date à l’État. L’indépendance peut se définir en termes sociologiques et de classes quand bien même les classes économiques sont lacunaires et fragmentaires. L’indépendance est une réponse au déclassement économique par le reclassement dans l’État. Ce fait de classes s’entend dans un sens de classes sociales et de classement qui est place dans l’étagement des statuts ou des rangs, commandé par la structure dominante étatique. Sous domination coloniale, fortement en Algérie par intensité de la dépossession, le déclassement est massif, celui précisément des masses, immensément rurales, en voie de prolétarisation ; le déclassement social et de rang, rend les classes de bourgeoisie de degrés divers, subalternes sous prépondérance des coloniaux français, dans les professions libérales, les fonctions administratives, les institutions. Le mouvement national est celui des candidats à l’État pour les nationaux. L’indépendance fait accéder à un reclassement par l’État national et dans l’État ; c’est pourquoi les classes sociales en redistribution sont dans la dépendance et la totale instrumentalisation de l’État. Après la nationalisation étatique, viendra la privatisation à l’intérieur même du régime public et des sociétés nationales.

27Le renversement colonial triomphe dans l’État national au bénéfice de ceux qui ont les titres ou les clefs d’accès, non pas les « prolos » et les « paysans dépaysannisés » qui sont masse en Algérie colonisée, mais ceux qui sont « niveau certificat d’études » forment le premier degré d’intelligentsia ; ceux plus nombreux de l’intelligentsia primaire supérieure (brevet), employés et agents subalternes, militaires issus de l’armée française, syndicalistes et intelligentsia partisane, permanents politiques, et il y a des normaliens instituteurs et des médersiens ; enfin hommes nouveaux car les femmes ne sont pas là, promus de la guerre de libération ou les jours d’après guerre. Les parvenus peuvent contester les compétences supérieures qui demeurent rares. On voit l’importance de l’école, de l’armée et des langues ; les justifications idéologiques dans les luttes de placement sont d’autant plus vives et manichéennes qu’elles ne s’appuient guère, à la différence d’une présence plus solide en Tunisie et au Maroc, sur un bilinguisme arabe-français. Le plus long exercice de la colonisation et l’ampleur de la société coloniale ont fait de plus grands ravages, tout en aiguisant la dureté ou la radicalité du mouvement d’indépendance et les affres de la guerre. Ce rappel de fond en appelle aux chantiers de recherche d’histoire sociale de la guerre algérienne, et d’analyse de la violence en armes, brute guerrière et militaire d’exécution. Le travail est en cours.

28Dans cette approche en profondeur de la formation nationale algérienne, la connaissance et les interprétations explicatives se sont portées sur le plus immédiatement effectif, la mise en place des appareils d’État, l’institution de l’encadrement bureaucratique, l’organisation du système de contrôle militaro-policier de la société. Cette construction politique accompagne ensuite la perpétuation d’appropriation de la rente sur les exportations, par l’État redistributeur, sélectivement par les prébendes, à travers le salariat formel et jusqu’à la société informelle, dépendante et assistée. C’est Mohammed Harbi qui a fait avancer cette investigation des modes constitutifs de l’État, dans les déperditions des maquis de l’intérieur, dans la promotion par élimination des chefs de l’extérieur, du groupe d’Oujda aux milieux armés des Algériens en Tunisie, dans la confusion ou les passages de l’ALN au FLN, au GPRA, ou aux côtés de l’état-major. Au centre : l’élévation par coups de force du parti-État FLN. Cette histoire est sociologique par la connaissance des personnes, de leur capital familial, de leur éducation, de leurs itinéraires, de leurs relations et de leurs clientèles acquises. Aux recherches de Mohammed Harbi, Gilbert Meynier ajoute les informations innombrables, à contrôler bien sûr, des archives militaires et de renseignements (2002 et 2004). L’éclairage fait la lumière sur les conflits de pouvoirs ; il ne reste plus guère de zones d’ombre dans les combats de chefs, en mal de pouvoir, des petits chefs même.

29En épuisant les informations des services de renseignements, apparaît cependant le risque de s’enfermer dans ces affrontements jouant des caractères personnels, de la bêtise par vision courte ou de la bigoterie fut-elle avérée ; la prolifération des détails peut ramener à la paresse de l’esprit policier qui s’en tient aux règlements de compte. Le renouvellement est de passer à l’analyse différenciée de l’intelligentsia ou plutôt des intelligentsias dans leurs articulations et combinaisons d’intéressement au pouvoir d’État. À commencer par « l’intelligentsia prolétaroïde », formule Weber-Bourdieu, qui passe à l’encadrement des syndicats et des associations parapubliques, des organismes sociaux, ce que j’étudie comme syndicalisme d’encadrement ; de double encadrement, sociologique et politique, sociologique à partir des professions à statut et de la fonction publique, politique dans le turn over des places à partir du parti-État, et aussi en recyclant des fils de familles patrimoniales dont les liens sont redoublés par les alliances matrimoniales, parvenus ou héritiers, qui peuplent la bureaucratie officielle pour retisser les liaisons d’affaires. Les mémoires des acteurs politiques, comme ceux très honnêtes de Benyoussef Benkhedda, viennent aider cette reconstitution sociale et intellectuelle. Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier : Algérie, collection Maitron (Gallissot, à paraître), permettra de croiser les appartenances, les cheminements partisans, les reclassements ou les mises à l’écart. Il suffit d’évoquer le frère de Benyoussef Benkhedda, Braham Benkhedda, responsable du PCA à Blida, mais laissé en marge. Car le mouvement national et l’investissement de l’État national sont le fait de cette intelligentsia croisée en ses bases familiales, locales et régionales, ses amitiés d’école et de collèges, la camaraderie des luttes et de prison, ses recompositions d’appareils et de réseaux d’intérêts. On sait combien les hommes ou les moustaches et les costumes sombres, élevés dans l’État algérien, lui donnent les apparences de l’État moderne, le formalisme officiel, la parade de tribune et de décorations sous sono de musique militaire comme au temps de la coloniale ; sortis de la guerre, les anciens combattants sont encore là, tandis que montent les nouveaux apparatchiks plus fringants.

30Bien sûr, la violence de la guerre de libération comme le fait Omar Carlier dans l’ouvrage dirigé par M. Harbi et B. Stora (2004) pour dresser le bilan d’histoire de la guerre d’Algérie, est revisitée en ayant encore devant les yeux, la violence de plus de dix années d’attaques et de massacres récents. Cette sorte de suite de guerre qui pour être civile à l’intérieur de la société, et plus directement lutte par les armes pour le pouvoir et conquérir l’État ou défendre son appropriation, se dit religieuse ou éradicatrice de la terreur intégriste. Omar Carlier prend bien garde de ne pas céder à une anthropologie culturaliste, qui transforme les temps d’étatisme national d’aujourd’hui en résurgence de mouvement perpétuel des essences culturelles ou « indigènes », sinon raciales, que l’on fait remonter à l’origine des peuples, aux spécificités intrinsèques et immuables de religion ou de blocs de civilisation. L’histoire récente cependant, ce que l’on pourrait appeler en Algérie le rattrapage arabo-musulman, tend à recouvrir ce qui fut dans le mouvement national, le vœu d’une nation algérienne neuve, par la réponse à la question identitaire qui se décline uniformément en disant d’abord musulman. Ce présent est renvoyé à ce qui se jouerait dans la guerre de libération, et en définitive à la remontée confondue des valeurs religieuses et des comportements d’un monde rural refoulé par le peuplement colonial et le fragile écran de l’intelligentsia urbaine acculturée en français. Gilbert Meynier insiste avec moins de prudence que Mohammed Harbi.

31Sans croire aux filiations, il est une fabrication des appareillages d’État en rassemblant des pièces et des articulations antérieures, nouvelles char-pentes avec d’anciens boisements. La charpente peut paraître identique, mais elle est en fait un réaménagement pour un nouvel usage du bâtiment. Ainsi du beylik (ou du makhzen). Mohammed Harbi insiste sur le modèle beylical qui vient de l’empire ottoman (« L’Algérie en perspectives », dans Harbi et Stora, 2004) ; par sa caste militaire et sa gestion domaniale, l’État beylical restait extérieur à la société ; un système militaire d’encadrement de la société, n’en produit pas moins une accoutumance. Il est alors important d’ajouter que l’administration coloniale militaire par les Bureaux arabes notamment et plus largement l’intrication en territoire civil même et dans les mairies urbaines, de services et de pratiques qui régissaient à part les indigènes, reprennent les conduites de supériorité étatique voire le rappel aux ordres des chefs. C’est le mot chef qui est central, comme dans la rue, « salut chef ». Mohammed Harbi traduit non pas cette généalogie, mais cette conformation reconduite, en faisant correspondre le mode étatique algérien d’aujourd’hui, au modèle de la Commune mixte. Le chef, le hakem, officier français, commandait ses groupements de population en allégeance jusqu’à rendre la justice ou pratiquer impunément l’arbitraire, sans parler des tours de passe-passe, des faveurs, du piston comme le relèvera Pierre Bourdieu en découvrant l’instrumentalisation des agents d’État lors de ses enquêtes d’appelés en Algérie, en pleine guerre donc et sous protection militaire. Ce qui est spécifique est alors l’intensité dans ce fonctionnement d’administration coloniale non pas des choses, mais des personnes comme des choses dans leur catégorie de statut.

32Il faut descendre encore plus loin dans l’immobilisation et l’induration des conduites et des normes sociales sous la colonisation, car cela rejaillit dans la guerre de libération sans rompre les codes et les pratiques. On sait que des familles et quelquefois des assemblées villageoises sont allées jusqu’au partage des fils entre la montée au maquis, l’émigration qui n’est pas encore ou généralement une rupture, l’engagement dans l’armée française ou la collaboration coloniale. Parfois un même homme change de tenue et de place. Plus souvent, c’est une relève par les plus jeunes qui était pratiquée. Le modèle est ici familial dans son mode patriarcal à échelle réduite jusqu’au nucléaire. Le chef est le chef de famille ; la relève se fait par l’aîné ; le pouvoir est masculin et d’exercice personnel direct. Germaine Tillon ne cesse de répéter que pour comprendre les partages de la guerre et les massacres mêmes, il faut connaître les familles. L’œuvre coloniale consiste pour une bonne part, à rendre les sociétés ethnologiques, archaïsant les nœuds du code de la famille. Le grand tour de force de la colonisation est d’avoir institué comme norme sociale, règle d’autorité et de commandement, principe d’identité, le code de la famille. Que seraient les religions, sans le contrôle des liens familiaux, de la sexualité et de la mort ?

33Or les interprétations passent trop souvent aux profits et pertes, les espoirs et les motivations militantes d’une Algérie algérienne, civile, sociale et progressiste, qui n’aurait été que l’illusion de l’intelligentsia moderniste coupée du peuple et emportée par le retour du religieux. Elle est d’abord au départ de la guerre de libération, et le mouvement national n’aurait pas existé sans elle. Certes la bataille des villes et la reconquête urbaine à l’exemple horrible de la Bataille d’Alger, la décimation des premiers soulevés qui étaient des partisans formés au militantisme syndicaliste, nationaliste ou de contact communiste, le renvoi de la guerre algérienne sur les maquis montagnards, font monter une relève de plus en plus jeune, et de formation scolaire inter-rompue, essentiellement d’école coranique. Nous sommes cette fois en histoire sociale, mais qui ne doit pas sous-estimer la pénétration et l’idéalisation d’une espérance dans une République algérienne liant l’émancipation politique et l’émancipation sociale, répercutant l’exemple, les formes organisationnelles, les phrases de la Résistance dans la guerre antifasciste au sens de libération. Certes le populisme recouvre bien des glissements ; cependant le peuple algérien qui est chanté sous des modes d’expression religieux, répond d’abord au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Bref l’histoire de l’Algérie algérienne est à reprendre, non pas parce qu’elle a échoué ou disparu, mais parce qu’elle cohabite dans la complexion des déterminations personnelles, et plus encore de l’intelligentsia nationale qui dit Algérie, comme le nom de Femme surhumaine conduisant le peuple. Elle n’a pas disparu, car les convictions sont souvent doubles plutôt que de dire schizophrènes, les affichages alternatifs, les conversions réversibles. En un sens, elle s’est aussi réalisée dans le mixte franco-algérien de la diaspora maghrébine. Les biographies militantes ne cessent de la faire ressortir en chacun et chacune.

34L’interrogation sur la violence à l’intérieur des maquis algériens (Wilaya III et IV principalement) suscite plus encore des fuites en arrière vers des allusions aux haines ataviques et aux gestes inspirés par le combat religieux ; les combattants de la foi continuent la guerre au nom de l’Islam. Ce ne sont les formules ni de M. Harbi ni celles de G. Meynier ; mais on peut lire aussi des renvois au monde rural et religieux précolonial, des retours de piété castratrice, de morale purificatrice. Il est d’époque aussi de répéter que le facteur religieux est négligé ou sous-estimé. Certes les analyses opèrent sur la durée qui charrie et reconduit les croyances et les pratiques et aussi le geste de tuer. Le déplacement de sens que Mohammed Harbi explicite pour la caractérisation par le régionalisme, me paraît devoir être prolongé. Dans sa communication publiée dans les actes du colloque sous la direction de Charles-Robert Ageron (1997), à propos du « complot Lamouri », il traite des accusations de régionalisme entre combattants des Aurès et de Kabylie. Il ne s’agit pas d’un combat d’essence ou d’identité de minorité culturelle, tout en sachant que les situations minoritaires existent, mais de leur mise à contribution dans des affrontements pour le pouvoir et d’abord le pouvoir des armes et par les armes ; c’est retrouver les conflits de chefs à l’intérieur de la guerre.

35À des formes récidivistes, il importe de saisir le véritable objet, le caractère propre des actes qui répondent aux enjeux et aux rapports de forces qui s’exercent comme tels. Dans les purges individuelles et collectives qui ont sévi de 1957 à 1959 dans les wilayas montagnardes, et qui se sont produites à moindre échelle au long de la guerre, il n’y a pas que le cas d’explication caractérielle qui s’attache à Amirouche. L’explication par le manichéisme religieux ou le fanatisme primaire ne tient guère quand on sait que les colonels de la Wilaya IV, étaient des politiques dont le premier militantisme fut acquis auprès de la CGT, sans parler de leur niveau d’instruction. Les modes de tribunal et d’exécution peuvent paraître religieux, mais ils s’exercent à « liquider » des traîtres non sans faire écho, car personne ne parle encore d’éradication, à la hantise de suspicion policière qui traverse le mouvement ouvrier et partisan, communiste et nationaliste. Mais l’exécution par les armes de traîtres indique bien l’extrême passion nationale. Nous sommes dans le réduit d’une lutte de libération nationale rejetée sur elle-même et énervée dans l’isolement sinon le désespoir. Les terrorismes ne sont pas identiques, et il faut savoir ce que l’on dit quand on parle de terrorisme.

36Comme toutes les colonisations, et en Algérie particulièrement, pour interdire l’accès à un statut civil et aux droits politiques, la colonisation française a enfermé les populations colonisées dans un statut confessionnel proclamé de droit musulman, en fait réduit à un code familial et amendé de différenciations de droit local. Ainsi l’évolution des sociétés colonisées était contrainte à ne pas se transformer en société civile et à ne pouvoir dissocier la nationalité de la religion. Le mouvement national répond en intériorisation et en retournant contre la colonisation, l’assignation à l’identité de musulmans. En un sens comme sous d’autres espèces religieuses, la colonisation a gagné, puisque au Maghreb, il n’existe plus après les indépendances que des nationaux musulmans. Dès 1963, la définition du code de la nationalité/ citoyenneté algérienne reprend le critère du statut musulman ; la citoyenneté des droits humains et démocratiques reste en suspens. En ce sens la décolonisation n’est pas faite. Car le chaos d’aujourd’hui dans les pays anciennement colonisés, les affrontements dits religieux et ethniques sont les héritages des découpages et des discriminations coloniales. Les frontières d’État national et les nationalismes d’État font les réfugiés, les expulsions, les exclusions et les massacres.

37C’est ce télescopage du colonial et du national qui est à étudier sous la violence en acte dans les guerres de libération et qui a des suites. Écrivant à Tunis Les Damnés de la terre (Fanon, 1961, réédition 2005 avec des réflexions de M. Harbi), dans les moments ultimes de la guerre algérienne, Frantz Fanon ne se trompait pas sur le foyer ou le centre de gravité de la violence ; la localisation et l’intensité sont liées au cumul de l’exploitation qui voue à la dépossession, à l’usure physique même, à la violence sociale, de la subordination à l’arbitraire et à l’inconscience des dominants, de la discrimination du racisme de couleur, de l’enfermement sous un statut d’indigène musulman écarté de l’égalité en droit partout affichée. F. Fanon ne se trompe pas sur le lieu de chaos et de violence ; son erreur est de croire que la violence est par elle-même révolutionnaire. Revenons à la sociologie historique et politique.

38Nous en sommes encore bien loin quand on voit la difficulté des historiens à sortir de l’enfermement dans un contentieux franco-algérien et réciproquement. Comme si l’histoire était instruite d’un point de vue national ; c’est prendre pour histoire, le mémorial de monuments aux morts, avec cette passion maladive de compter les morts à porter au compte de l’autre. On n’est guère plus avancé, car toujours en position de service d’État, à entendre le récitatif de vouloir confronter dans une commission mixte, les points de vue des historiens algériens et des historiens français. Charles-Robert Ageron (1997) disait espérer à fin d’un colloque « une reprise du dialogue entre historiens algériens et français sur leurs lectures respectives ». Il ajoutait ce « nous » superbe : « Parce que nous historiens français avons l’expérience des longs efforts qui furent nécessaires avant d’aboutir à un traitement impartial des guerres franco-allemandes, nous savons que l’heure n’est pas encore venue où l’on pourrait écrire une histoire de la guerre d’Algérie qui serait acceptée par tous les Algériens et par tous les Français ». Ces bonnes intentions devraient présider à un accord diplomatique et à un consensus académique et réconciliateur. Pourquoi, le travail d’histoire doit-il rester sous commande nationale, surtout s’il veut essayer de rendre sens des guerres nationales proches ?

Haut de page

Bibliographie

AGERON Charles-Robert, 1997, La Guerre d’Algérie et les Algériens 1954-1962, Paris, Armand Colin.

BRANCHE Raphaëlle, 2001, La Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Paris, Gallimard.

CHARBY Jacques, 2004, Les Porteurs d’espoir. Les réseaux de soutien pendant la guerre d’Algérie : les acteurs parlent, Paris, La Découverte.

EINAUDI Jean-Luc, 2004, Franc-tireur Georges Mattéi, de la guerre d’Algérie à la guérilla, Éditions du sextant/danger public, Internet France.

EL KENZ Ali, 1984, Monographie d’une expérience industrielle en Algérie : le complexe sidérurgique d’El Hadjar, thèse de sociologie, université Paris 8.

ELSENHANS Hartmut, 1974, FrankreichsAlgerienkrieg 1954-1962, Entkolonisierungsversuch einer kapitalistischen Metropole, Zum Zusammenbruch der Kolonialreiche, Munich.

1999, La Guerre d’Algérie 1954-1962. La transition d’une France à une autre. Le passage de la IVe ˆ la Ve République (préface de Gilbert Meynier), Paris, Publisud.

GALLISSOT René, à paraître, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier : Maghreb. Volume Algérie, Paris, Éditions de l’Atelier, coll. « Maitron ».

GERVEREAU Laurent, RIOUX Jean-Pierre et STORA Benjamin, 1992, La France en guerre d’Algérie, Nanterre, BDIC.

HARBI Mohammed et MEYNIER Gilbert, 2004, Le FLN, documents et histoire, 1954-1962, Paris, Fayard.

HARBI Mohammed et STORA Benjamin (dir.), 2004, La Guerre d’Algérie 1954-2004. La fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont. KADDACHE Mahfoud, 2003, Et l’Algérie se libéra, Paris, Paris-Méditerranée. KATEB Kamel, 2001, Européens, « Indigènes » et Juifs en Algérie (1830-1962), Paris, INED et PUF.

LEFEUVRE Daniel, 1994, L’Industrialisation de l’Algérie (1930-1962), échec d’une poli-tique, thèse d’histoire, université Paris 1.

– 2005, Chère Algérie. La France et sa colonie 1930-1962, 1re édition, Paris, Société française d’histoire d’Outre-mer (2000, 2e édition, Paris, Flammarion).

LEFEUVRE Daniel et PATHÉ Anne-Marie (dir.), 2000, La Guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises, actes du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, Paris, SFHOM.

MANCERON Gilles et REMAOUN Hassan, 1993, D’une rive à l’autre. La guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire, Paris, Syros. MARSEILLE Jacques, 1984, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel.

MEYNIER Gilbert, 2002, Histoire intérieure du FLN. 1954-1962, Paris, Fayard.

PERVILLÉ Guy, 2002, Pour une histoire de la guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Picard.

RIOUX Jean-Pierre (dir.), 1990, La Guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard.

STORA Benjamin, 2005, Le Livre, mémoire de l’Histoire. Réflexions sur le livre et la guerre d’Algérie, Paris, Le préau des collines.

THÉNAULT Sylvie, 2004, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte.

– 2005, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Flammarion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Gallissot, « Libérez l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne des allégeances nationales », L’Année du Maghreb, I | 2006, 501-517.

Référence électronique

René Gallissot, « Libérez l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne des allégeances nationales », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/333 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.333

Haut de page

Auteur

René Gallissot

Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris 8

Haut de page