Navigation – Plan du site
Algérie

Algérie : morosité politique et frémissement économique

Chérif Bennadji
p. 195-211

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1Sans doute, l’année 2006 en Algérie aurait-elle mérité amplement d’être consacrée comme « l’année du pacte économique et social » qui était en gestation, sous diverses formes, depuis 1995.

2Mais de l’avis de tous les observateurs un tant soit peu sérieux, la signature le 1er octobre 2006 de ce document lors d’une tripartite (gouvernement-UGTA-cinq syndicats du patronat privé) fut, en réalité, un non-événement.

  • 1  Abdelmadjid Bouzidi, « Le pacte social. Ne pas gâcher cette occasion ? », Le Soir d’Algérie, 26/7/ (...)
  • 2  Au mois d’avril 2006, à l’occasion de la bipartite gouvernement-patronat, le ton avait été donné p (...)
  • 3  L’on se souvient que sitôt révélée la grave maladie du président de la République, le syndicat UGT (...)
  • 4  Voir le point de vue de l’économiste Mohamed Bahloul rapporté par le quotidien El-Watan du 23/10/2 (...)

3Alors qu’il aurait pu constituer une belle occasion1 pour engager un débat2 sérieux sur les meilleurs choix possibles au plan économique ainsi que sur la politique sociale du pays dans le cadre d’un projet global, le pacte est, plus modestement, un instrument conçu en vue d’une hypothétique « paix sociale »3. Autant dire que le pacte du 1er octobre 2006 n’en fut pas un et qu’il fut perçu comme l’expression d’un ratage4 contribuant de la sorte à alimenter la morosité de la vie politique en Algérie.

  • 5  L’honnêteté commande de préciser que l’on a enregistré cette année plusieurs mesures visant à amél (...)

4À l’origine de cette morosité, on trouve le verrouillage des scènes politique et médiatique5. Puisant sa source dans le régime de l’état d’urgence en vigueur en Algérie depuis 15 ans, ce verrouillage est aggravé par le pouvoir en place depuis 1999 au motif que la priorité est au rétablissement de la stabilité et à la restauration d’un État fort. Pour cette année, la morosité est également imputable à une autre cause : la maladie du chef de l’État dont les incidences sur la vie nationale ont été nombreuses. Mais dans ce tableau peu reluisant, on relèvera tout de même quelques couleurs : elles ont trait à certains indicateurs de la situation financière et économique qui connaissent un certain frémissement.

De la maladie du chef de l’État

5Rentré en Algérie le 31 décembre 2005 après une hospitalisation suivie d’une convalescence en France, le président Bouteflika a été pratiquement contraint au repos durant tout le premier trimestre 2006. Du 19 au 21 avril, il séjourne à nouveau dans l’hôpital parisien qui l’a accueilli du 26 novembre au 17 décembre 2005. Officiellement, cette nouvelle hospitalisation (certains observateurs ont avancé que c’était la troisième depuis son retour le 31 décembre) était prévue de longue date et avait pour objet un simple contrôle. Mais pour bon nombre d’analystes, la réadmission de M. Bouteflika au sein de l’hôpital français était rendue nécessaire par la dégradation subite de son état de santé. Pour preuve, cette réhospitalisation s’était faite dans le plus grand secret avant que l’information ne soit éventée par Jean-Marie Le Pen, le leader français du Front national. Une vive polémique entoura dès lors ce séjour. Il faut dire que cinq jours avant son départ pour la capitale française M. Bouteflika avait tenu des propos extrêmement vifs à l’égard de la France coloniale, l’accusant d’avoir commis en Algérie un véritable « génocide identitaire ». Homme politique avisé et diplomate de carrière, M. Bouteflika n’aurait sans doute jamais tenu des propos aussi peu amènes à l’égard de la France, quelques jours seulement avant un rendez-vous médical, si celui-ci avait été réellement prévu de longue date. Aussi, pour bon nombre d’observateurs, ces déclarations constituaient la preuve que cette hospitalisation était en vérité inattendue et dictée par une dégradation de l’état de santé de M. Bouteflika. Analysant cet événement, M. Omar Belhouchet, directeur du quotidien El-Watan conclut : « ce voyage est une grave faute politique ».

6Quoi qu’il en soit, après une autre période de convalescence, le chef de l’État reprendra ses activités jusqu’au 15 juillet. Après quoi, il disparaît littéralement durant 50 jours. Il faut attendre le 4 septembre pour le voir renouer avec ses activités publiques. Mais même à cette occasion, les observateurs remarquent l’état de fatigue du chef de l’État.

7Toutefois, après cette rentrée, M. Bouteflika marquera de sa présence la vie officielle en reprenant en mains les affaires gérées par le gouvernement. Cette reprise en main dure près de deux mois avant que de nouvelles rumeurs ne viennent une fois encore perturber le climat politique et social. Ces rumeurs sur la dégradation de son état de santé sont telles que M. Bouteflika est contraint de sortir du mutisme dans lequel il s’est installé depuis le 17 décembre 2005. Il saisit l’occasion de la visite en Algérie de M. Nicolas Sarkozy pour déclarer le 15 novembre : « J’ai été malade ; j’ai été très malade, je m’en suis sorti de manière absolument fabuleuse ». Et d’ajouter « Il est tout à fait clair que lorsque j’aurai des problèmes de santé, je rentrerai chez moi définitivement ». Si le président algérien a daigné sortir de son mutisme, à ce moment précis, c’est probablement pour mettre un terme à une nouvelle vague de rumeurs, suite aux déclarations faites au début du mois de novembre par deux de ses plus proches collaborateurs, M. Belkhadem, son chef du gouvernement et M. Zerhouni, son fidèle ministre de l’Intérieur. En effet, ces deux personnalités ont été amenées à affirmer que l’organisation du référendum sur la révision de la Constitution ne pourrait avoir lieu comme prévu à la fin de l’année 2006. Dès lors toutes les spéculations étaient permises. Aussi d’aucuns se sont-ils demandé si la raison essentielle de ce report, voire de cette annulation, n’était pas l’état de santé de M. Bouteflika. Pour rappel, la révision de la Constitution était sous-tendue par une arrière-pensée : modifier l’article 74 de la charte fondamentale qui limite à deux le nombre de mandats pour permettre au président en exercice d’en briguer un troisième. L’on comprend dans ces conditions que la renonciation à un projet aussi important ait ouvert la voie à une nouvelle vague de rumeurs. Qui plus est, ces dernières apparaissent, cette fois-ci, comme non dénuées de fondement. Ainsi toute l’année 2006 a été scandée en Algérie par l’évolution de l’état de santé, réel ou supposé, du chef de l’État. Dans un système où la communication est déficiente, ce sont les rumeurs qui tiennent lieu de source d’information contribuant de la sorte à dégrader le climat politique et social.

8Cependant, il est indéniable que la fragilité de l’état de santé du président a eu de sérieuses incidences sur l’agenda politique tel qu’il avait été initialement arrêté. C’est dans cette perspective qu’il faut replacer la décision de reporter (?) au-delà de l’année 2006, la révision de la Constitution. C’était là pourtant, un des chantiers auxquels semblait tenir le président. Ayant d’abord fait sous-traiter cette question à M. Belkhadem, M. Bouteflika la reprend en main à la faveur du discours qu’il prononce au ministère de la Défense nationale lors des festivités du 5 juillet, coïncidant avec la fête de l’indépendance.

  • 6  El-Moudjahid, 5/7/2006, p. 9.

9Après avoir rappelé que la Constitution de 1996 était « née dans une conjoncture de crise asphyxiante » et qu’aujourd’hui, l’Algérie avait « dépassé la situation de crise et de déséquilibre », il était dès lors « indispensable de soulever la question de l’amendement de la Constitution ». Soulignant que cette modification « répond à un souhait populaire large et à une revendication d’une grande partie des forces politiques et du mouvement de la société civile », M. Bouteflika ajoute que la Constitution voulue sera un texte « définissant les règles d’un régime politique aux contours clairs, précisant davantage les prérogatives et les responsabilités, veillant au respect du principe de la séparation des pouvoirs, mettant fin aux interférences entre les prérogatives des institutions ainsi qu’à l’amalgame entre le régime parlementaire et le régime présidentiel ». Cette refonte de la loi fondamentale est, par ailleurs, une exigence du contexte international imposant ses défis à l’Algérie qui a, en conséquence, « besoin d’un régime fort et homogène ». Après cet exposé des motifs, M. Bouteflika invite les Algériens « à exprimer leur avis sur les amendements » qu’il leur soumettra « prochainement », en souhaitant que « le référendum soit organisé, avec la volonté de Dieu, avant la fin de l’année »6.

  • 7  Du reste, le même jour où il prononça ce discours, le président Bouteflika, également ministre de (...)

10À la lecture de ce discours, il ne fait aucun doute que M. Bouteflika tient à la révision de la Constitution. Soulignons avec force que ce discours a été prononcé dans l’enceinte du ministère de la Défense nationale devant la haute hiérarchie militaire comme pour signifier à ses détracteurs, à ses adversaires et à tous les observateurs et analystes qu’il est, désormais, sur ce point précis, tout à fait en phase avec l’armée7. Dans le cadre de ce processus et profitant de l’amélioration de sa situation financière, l’Algérie a passé cette année plusieurs contrats d’acquisition de matériels militaires divers auprès notamment de la Russie, de la France et de l’Espagne. Ces transactions ont été révélées par la presse nationale, ce qui est assez remarquable. Pour rappel, bon nombre d’analystes considéraient que la haute hiérarchie militaire était hostile à l’idée d’un troisième mandat pour M. Bouteflika, et ferait, en conséquence, tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la révision de la Constitution. M. Bouteflika ayant été adoubé par l’armée en 1999 pour la réalisation d’une mission précise, limitée dans le temps, il se devait de respecter les termes du contrat conclu avec l’armée avant son accession à la magistrature suprême.

11En cet été 2006, cette analyse n’est pas dénuée de pertinence. Elle a en effet, et curieusement, reçu une sorte de confirmation à la faveur de propos tenus par M. Saïdani, président de l’Assemblée nationale, l’un des fidèles et des obligés de M. Bouteflika. À la surprise générale, interrogé par le quotidien arabophone El-Khabar à propos de la révision de la Constitution, le troisième personnage de l’État déclara que ce projet, qui doit clarifier le régime politique en Algérie, pourrait permettre surtout de faire « disparaître à jamais le pouvoir occulte du champ politique ». Ainsi donc, le pouvoir occulte tant décrié durant la décennie 1990 serait encore en place. Dès lors, lorsque l’on évoque le renforcement du principe de la séparation des pouvoirs, on ne désigne pas le principe classique, universellement reconnu comme tel, de séparation entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, ces trois pouvoirs étant de nature civile. Le principe aurait ici une autre signification. Construit sur une summa divisio pouvoir civil/pouvoir militaire, il devrait permettre, dans le cadre de la Constitution envisagée, de bien séparer et donc délimiter une bonne fois pour toutes le pouvoir présidentiel qui est l’alpha et l’omega du pouvoir civil (et donc des trois pouvoirs classiques) et le pouvoir occulte, en l’occurrence celui de la hiérarchie militaire.

  • 8  Liberté, 7/6/2006, p. 4. Voir cependant notre chronique politique, « Algérie : l’année du pardon… (...)

12Sans que l’on sache exactement comment il sera juridiquement procédé, à en croire M. Saïdani, la révision de la Constitution tendrait à réduire et à supprimer ce pouvoir innommé, car occulte. Commentant ces propos, le quotidien Liberté s’interroge : peut-on lever la mainmise de ce pouvoir occulte par un amendement constitutionnel ? On se contente pour l’heure de formuler la question8.

  • 9  Le Jeune Indépendant, 30/9/2006, p. 3.

13Quoi qu’il en soit, ces amendements annoncés par le président Bouteflika ne sont pas rendus publics, ne permettant pas à la population sinon d’en débattre, du moins de s’en imprégner. À la fin du mois de septembre, le quotidien Le Jeune Indépendant, est le premier à annoncer que le président Bouteflika a renoncé au projet d’amendement du texte constitutionnel « après son long retrait de l’été, en rapport avec des événements qui le concernent »9. Deux jours auparavant, le quotidien El-Watan du 28/9/2006 faisait remarquer que le discours qui devait être lu par M. Bouteflika lors de l’ouverture de l’année judiciaire le 27 septembre a été, à la dernière minute amputé d’un feuillet. Or à en croire le journaliste d’El-Watan, ce feuillet était consacré à la question du référendum constitutionnel qui aurait dû être annoncé à cette occasion. L’information donnée par Le Jeune Indépendant est confirmée au début du mois de novembre par MM. Belkhadem et Zerhouni qui ont tenté par ailleurs d’accréditer l’idée qu’il s’agissait là d’un simple report. En tout état de cause, l’année 2006 s’achève sans l’organisation du référendum annoncée le 4 juillet et surtout sans que M. Bouteflika ne daigne expliquer à ses concitoyens pourquoi le report sine die de ce rendez-vous électoral. Le chef de l’État algérien aurait pu en effet saisir l’occasion de sa rencontre avec les walis le 9 décembre, ou encore la conférence des cadres de la nation, le 26 décembre pour exposer ses raisons. Il n’en a rien fait. Pourtant, lors de ces deux événements M. Bouteflika, avait présenté un véritable bilan de son action. Dans le discours prononcé le 9 décembre devant les préfets, se détachant un instant du texte qu’il lisait, il déclara : « Aujourd’hui, tous les clignotants [économiques] sont au vert. Je pourrais dire que j’ai accompli ma mission et organiser des élections [présidentielles] anticipées »

14À partir de là, une autre rumeur enflera, contraignant le chef du gouvernement M. Belkhadem à apporter un démenti dans des termes qui méritent d’être cités :

« Dans son dernier discours, le président a dit qu’une élection présidentielle anticipée était possible, ce qui est différent d’un appel à une élection présidentielle anticipée ». Et d’ajouter que « cette élection anticipée n’est absolument pas à l’ordre du jour » (L’Expression des 22 et 23/11/2006 ; Liberté du 23/11/2006).

  • 10  Réagissant à cette annonce Mme Leïla Aslaoui, écrivain, ancien ministre et haut magistrat qui tien (...)

15En vérité, l’observateur attentif de la vie politique algérienne aura remarqué à maintes occasions que le président Bouteflika a toujours fait usage de pédagogie dans l’approche des questions épineuses ou délicates, à l’instar du dossier de la « concorde civile » qui a été converti progressivement en « réconciliation nationale ». Il est donc fort probable qu’il ait voulu, en ce 9 décembre 2006, commencer à préparer l’opinion publique10, sinon à une décision arrêtée, du moins à une éventualité extrêmement sérieuse : celle de se retirer des affaires avant l’achèvement de son second mandat.

16M. Bouteflika étant parvenu depuis sa désignation en 1999 à rétablir la présidence de la République au cœur du système politique algérien, c’est donc tout naturellement que celui-ci subit en 2006 les contrecoups du très net ralentissement de l’activité du premier magistrat du pays. La scène politique s’est animée de manière sporadique à l’occasion des « réapparitions » publiques du chef de l’État et exceptionnellement lors de deux événements : au moment du départ forcé, maquillé en démission, du chef du gouvernement le 24 mai ; puis avec l’expiration, à la fin du mois d’août, du délai qualifié improprement de délai de validité de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale.

17Le 24 mai 2006, Ahmed Ouyahia, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), qui était chef du gouvernement depuis le 6 mai 2003, est contraint de présenter sa démission à M. Bouteflika. Même s’il est maintenant établi que son départ était prévu de longue date, son maintien à la tête du gouvernement semble avoir été dicté par la maladie du chef de l’État. Celle-ci ayant sérieusement perturbé le fonctionnement des institutions depuis octobre 2005, il a été jugé nécessaire de ne pas ajouter un autre facteur d’instabilité, même si, de manière récurrente, le parti du FLN, parti majoritaire, estime à juste titre que la fonction de chef du gouvernement doit lui revenir.

18Le départ de M. Ahmed Ouyahia se fait dans de mauvaises conditions après une crise politique qu’il qualifie lui-même de véritable « cirque ». Cette dernière semble prendre son origine dans les déclarations tenues par M. Bouteflika, le 8 avril, à l’occasion du deuxième anniversaire de sa réélection à la présidence de la République. En effet lors d’une tournée à Alger, dans le cadre d’une « visite d’inspection et de travail », M. Bouteflika manifeste son mécontentement et sa colère à l’endroit du gouvernement et de certains ministres, allant même jusqu’à les traiter publiquement de menteurs, dès lors que les rapports qui lui sont remis ne sont pas conformes à la réalité qu’il découvre lors de ses visites sur le terrain. Curieusement, les récriminations présidentielles ont été surtout adressées aux ministres issus du parti du RND. Aussi, les jours du gouvernement Ouyahia étaient-ils comptés. Pour justifier ce départ, c’est un scénario des plus farfelus qui a été mis au point : il est construit autour d’une double crise, celle opposant l’Assemblée populaire nationale au chef du gouvernement, d’une part ; et celle opposant M. Ouyahia aux deux autres leaders constituant pourtant avec lui « l’alliance présidentielle ».

19Le 8 mai, le chef du Gouvernement, s’appuyant sur l’article 84 de la Constitution, saisit le président de l’Assemblée nationale pour lui demander de programmer, entre le 24 et 31 mai, les séances de présentation de la déclaration de politique générale. En guise de réponse, le président de l’Assemblée nationale, M. Saïdani, celui-là même qui toute honte bue avait publiquement remercié M. Bouteflika de l’avoir désigné à la tête du parlement, envoie un de ses sbires, le président du groupe parlementaire du FLN, qui multipliant les déclarations affirme que la présentation du bilan du gouvernement Ouyahia est inutile, car le Gouvernement a purement et simplement échoué. Plus grave encore, le gouvernement Ouyahia serait même à l’origine du blocage des réformes initiées par le président de la République. Oubliant sciemment que le gouvernement Ouyahia comportait en son sein 16 ministres FLN, le chef du groupe parlementaire FLN accuse gravement M. Ouyahia et son gouvernement d’immobilisme. Une telle accusation ressemble étrangement aux griefs adressés à M. Benflis, le précédent Premier ministre qui a été accusé de saboter le programme du président de la République pour l’empêcher de briguer un second mandat. Quoi qu’il en soit, le chef du groupe parlementaire du FLN va même jusqu’à brandir l’éventualité d’une motion de censure au cas où M. Ouyahia se présenterait devant l’Assemblée.

20Dans ce climat de crise donnant l’illusion d’une vie politique animée par un parlement croupion, deux autres leaders de l’Alliance présidentielle, entrent en action. Le 18 mai, Aboudjera Soltani du Harakat moujtamaa as-silm (HMS, Mouvement de la société pour la paix, Frères musulmans) exprime son vœu de voir M. Ouyahia quitter sa place de Premier ministre, faisant valoir qu’en prévision des élections de 2007, il convient que le gouvernement soit dirigé par un technocrate neutre, d’autant que le parti du RND a pratiquement été reconnu coupable de fraude électorale lors d’un précédent scrutin. Le 21 mai, c’est au tour de M. Belkhadem, secrétaire général du FLN de déclarer que son parti ne souhaitait pas voir le gouvernement présenter son bilan devant le parlement. Dès lors la messe était dite car M. Belkhadem est le représentant personnel du chef de l’État. M. Ouyahia est ainsi contraint de présenter sa démission le 24 mai. Il est remplacé le jour même par M. Belkhadem. Celui-ci déclare aussitôt qu’il engage des consultations en vue de constituer un nouveau gouvernement, donnant l’illusion d’une vie politique normale. Mais le 25 mai tous les ministres du gouvernement Ouyahia sont reconduits, y compris ceux jetés en pâture à la vindicte populaire par M. Bouteflika.

21Tout ce « cirque », pour reprendre la formule de M. Ouyahia, a donc été organisé pour faire partir le Premier ministre dont le poids politique serait devenu plus important que prévu. Son remplaçant, M. Belkhadem, s’empresse d’affirmer qu’il n’est qu’un simple coordinateur de l’équipe gouvernementale. Avec le départ de M. Ouyahia, le chef de l’État, après avoir récusé la notion (pourtant consacrée constitutionnellement) de chef de gouvernement, devient le véritable Premier ministre, cumulant cette fonction avec le poste de ministre de la Défense nationale. Il apparaît clairement que la reconduction de l’ensemble des membres du gouvernement de M. Ouyahia signifiait que le chef de l’État voulait le départ du seul chef du Gouvernement.

  • 11  Pour d’autres observateurs, il fallait empêcher M. Ouyahia de présenter sa déclaration de politiqu (...)

22À en croire le quotidien français Le Monde, le départ forcé de M. Ouyahia aurait été dicté par le fait que le Premier ministre aurait tenu des propos téléphoniques peu amènes à l’égard de M. Bouteflika. Il se serait rendu ainsi coupable d’un crime de lèse-majesté11.

23En vérité, force est de constater que M. Ouyahia a maintes fois exprimé son opposition au projet de révision de la Constitution défendu officiellement par M. Belkhadem et le parti du FLN. Or il ne fait aucun doute que le véritable commanditaire ou le maître d’ouvrage de cette entreprise n’était autre que M. Bouteflika, M. Belkhadem n’en étant que le sous-traitant. Quelques jours après son départ, M. Ouyahia, en digne fils du système, réitère son allégeance à M. Bouteflika avec lequel il n’aurait jamais eu aucun problème. En revanche, il affirme : « Ce sont les islamistes qui ont réclamé mon départ du gouvernement. Et quand je dis islamistes, je ne parle pas du MSP » (i.e. le parti de Aboudjera Soltani). Par ces propos qualifiés par la presse de sibyllins, M. Ouyahia suggère une piste et révèle que l’un des points de discorde entre lui et le chef de l’État serait l’application et la portée de la Charte de la réconciliation nationale et de la paix. Le délai d’application de ce texte exceptionnel devait expirer mi-août, autre moment de fébrilité de la scène politique.

Polémique autour du délai imparti par la Charte pour la paix et la réconciliation nationale

24À cause de la maladie du chef de l’État, la Charte pour la paix et la réconciliation nationale adoptée par voie référendaire le 29 septembre 2005 a été mise en œuvre avec beaucoup de retard. Il faut attendre la fin du mois de février 2006 (soit cinq mois après l’adoption de la Charte) pour voir publier les textes d’application et de mise en œuvre de ce projet considéré pourtant comme stratégique. Dans le cadre de ce dispositif, il y a lieu de citer en premier lieu l’ordonnance n° 06-01 du 27 février 2006 portant mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale. Elle sera publiée au Journal officiel du lendemain soit le 28 février, suivie de trois décrets présidentiels. Un mois plus tard, un autre décret présidentiel (n° 06-124 du 27 mars 2006) viendra compléter ce dispositif.

25Même si la Charte a été assimilée à un projet de société dès lors qu’elle dessinait les contours d’une véritable concorde entre les membres de la nation, il n’en demeure pas moins que ses mesures d’application ne devaient pas être valables ad vitam æternam. Aussi l’ordonnance n° 06-01 du 27 février a-t-elle arrêté un délai de 6 mois, à compter de son entrée en vigueur, pour la reddition de tous les terroristes islamistes encore présents dans les maquis ou en fuite à l’étranger. Ce délai expirait donc à la fin du mois d’août 2006. À l’approche de cette date butoir et compte tenu du bilan plutôt mitigé de l’application de la Charte, la scène politique algérienne connaît une effervescence certaine autour de la question de savoir s’il ne fallait pas proroger le délai légal pour permettre à un maximum de terroristes de rejoindre leur foyer. Même si à ce jour aucun bilan officiel relatif à la mise en œuvre de la Charte de la paix et de la réconciliation nationale n’a été rendu public (ce qui aux yeux de certains observateurs et de certains partis politiques serait la preuve manifeste de l’échec de ce projet), à l’approche de la date butoir les autorités ont donné quelques bribes d’information. Avec les difficultés que l’on peut aisément imaginer pour reconstituer une ébauche de bilan, quelques chiffres ont été avancés.

  • 12  Il est difficile de ne pas succomber à la tentation de citer le cas particulier de ce repenti évoq (...)

26Depuis l’entrée en vigueur de la Charte, il y aurait entre 250 et 300 repentis12, ce qui comparativement aux résultats de l’ordonnance de 1999 sur la Concorde civile qui avait permis le retour de 6 000 islamistes du maquis, est dérisoire. Par ailleurs, pour apprécier à sa juste valeur ce chiffre de 300 repentis, il faut également le mettre en rapport avec le nombre de terroristes qui ont rejeté le principe même de la Charte : il serait évalué entre 800 et 1 000, tous relevant, semble-t-il, du GSPC qui a décidé cette année de se mettre sous la coupe de l’organisation El Qaïda. Durant ces six mois d’application de la Charte, il y aurait eu également 500 terroristes neutralisés (morts ou arrêtés). S’agissant des terroristes tués par les forces de l’ordre, on a appris cette année que, depuis 1992, il y a eu 16 930 islamistes éliminés physiquement (les maquis ont compté jusqu’à 27 000 combattants). Au titre de l’exécution de la Charte et de ses textes subséquents, l’on a enregistré la libération de plus de 2 200 islamistes qui étaient détenus dans les prisons. Restait en suspens le cas de 500 autres détenus dont la situation au regard de la Charte posait quelques problèmes.

27Parmi les questions auxquelles la Charte a tenté d’apporter une solution, on trouve celle de la réintégration des islamistes congédiés de leur travail pour activité subversive. Il y a eu, semble-t-il, 400 travailleurs réintégrés. L’on a également appris du ministre des Affaires religieuses que près de 500 imams qui avaient été écartés des mosquées où ils étaient employés ont été à nouveau autorisés à officier. Même en additionnant ces deux chiffres, le résultat est assurément dérisoire car, à l’origine, il y a eu 13 320 cas de licenciement pour activité subversive. Les employeurs sont donc réticents à l’application de la mesure de réintégration, préférant recourir au procédé de l’indemnisation (1 000 cas environ). Il reste que ce chapitre des travailleurs licenciés est manifestement le moins bien géré puisque sur les 13 320 cas, seules 1 500 situations paraissent avoir reçu une solution.

  • 13  Même si ce chiffre peut paraître important au regard des contraintes et obstacles bureaucratiques (...)
  • 14  L’an dernier, le nombre de disparus avait été arrêté par M. Ksentini, le président de la Commissio (...)

28Pour cacher tous les points faibles de ce bilan, les autorités ont répété à l’envi au cours du dernier trimestre de l’année 2006 que près de 80 00013 personnes ont bénéficié des diverses mesures contenues dans la Charte. Dans ce chiffre fourre-tout sont intégrés notamment tous les cas de demande d’aide sociale émanant de membres des familles de terroristes abattus (16 930) ou disparus (le dernier chiffre a été arrêté à 6 60114). Mais quels que soient les chiffres avancés par les autorités, l’observateur a le sentiment que l’année 2006 a été marquée par une très nette recrudescence des actions du terrorisme islamiste. Même si, à en croire une source française, il n’y a eu, en tout et pour tout, que 400 morts en 2006 contre 480 en 2005 et plus de 500 en 2004, il est indéniable que le climat général au plan sécuritaire est perçu par tous les Algériens comme très dégradé. Il faut dire que le GSPC, qui a rejeté l’offre de paix véhiculé par la Charte, a redoublé de férocité avec sans doute la volonté d’apporter un démenti aux discours officiels annonçant la défaite militaire du terrorisme islamiste. Du reste, tout au long de l’année, l’armée nationale n’a eu de cesse de multiplier les opérations de ratissage, de bombardements des maquis et de démantèlement de Qasmates (refuges souterrains). Pour rappel, le ministre de l’Intérieur affirma qu’en six mois, les services de sécurité avaient neutralisé (morts ou arrestations) plus de 500 terroristes.

29C’est dans un climat dégradé et avec un bilan d’application de la Charte très mitigé que l’on assiste à la fin de l’été 2006 à une polémique autour de la question du délai fixé par ladite Charte aux terroristes, dans les maquis ou à l’étranger, pour se rendre aux autorités et bénéficier des mesures de clémence. Au sein de la « classe politique », deux tendances se dessinent. Face aux partis prônant l’application rigoureuse de l’ordonnance n° 06-01 se dressent ceux qui, à l’inverse, souhaitent que le délai reste ouvert. Quant aux autorités, elles ont été dans l’incapacité d’émettre un discours dénué d’ambiguïtés. La polémique s’est enlisée donnant quelques couleurs à une vie politique algérienne bien morose.

  • 15  El-Moudjahid du 28/9/2006, p. 5.

30Devant le marasme aggravé par le mutisme du maître d’ouvrage de la réconciliation nationale, tous les acteurs se sont tournés vers le président de la République. Mais celui-ci n’est intervenu dans le débat que le 27 septembre (soit un mois après l’expiration du délai) à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire 2006-2007, comme s’il voulait jauger l’exact rapport de forces, au sein du pays sur une question aussi épineuse. Ainsi, dans son discours à l’adresse de l’appareil judiciaire, il évoque le dossier dit de la Charte qui à ses yeux a donné d’indéniables résultats positifs. Ainsi s’engage-t-il à cette occasion à éradiquer « les résidus du terrorisme abject » qui « se sont inscrits hors de la légalité et de la loi » et qui « persistent dans l’égarement et refusent de retourner au sein de la Nation »15. Commentant ces propos, le quotidien El-Watan conclut sans ambages : « Pas de prolongation des délais de la Charte ». Il reste que les termes du problème ou de la question islamistes sont autrement plus complexes et ne sauraient se réduire aux délais prévus par la Charte et les textes subséquents. Car, comme l’a fait observer à maintes occasions M. Yazid Zerhouni, ministre de l’Intérieur : « On ne peut empêcher un terroriste de se rendre ». Même si elle se pose en termes « sécuritaires », la question est donc toujours et fondamentalement politique. Aussi, tout en renforçant les moyens militaires pour éradiquer les maquis du GSPC au sein desquels il y aurait encore entre 800 et 1 000 combattants avec une énorme capacité de nuisance, le pouvoir a donné l’impression en cette année 2006, notamment après le départ de M. Ouyahia et son remplacement par M. Belkhadem, de faire une sorte d’ouverture en direction de la mouvance politique islamiste radicale. C’est en tout cas le sentiment que partageaient beaucoup d’observateurs suite aux péripéties ayant marqué le retour en Algérie, à partir du 17 septembre, de M. Rabah Kebir, un des dirigeants du parti du FIS, installé en Allemagne depuis 15 ans. Durant son séjour, M. Rabah Kebir, qui a bénéficié d’une grande liberté de mouvement, a développé quelques idées fortes suscitant débats et réactions. Saluant une nouvelle fois le projet présidentiel de réconciliation nationale, M. Kebir a lancé même un appel solennel aux groupes armés encore en activité, les invitant (trois semaines après l’expiration du délai légal) à déposer les armes. Qui plus est, il a critiqué sévèrement la posture adoptée par le GSPC qui venait de faire allégeance à l’organisation El Qaïda. Il a aussi profité de cette occasion pour rappeler que le courant auquel il appartenait était d’obédience nationaliste, s’inscrivant dans le cadre de la déclaration dite du premier novembre 1954 qui prônait la restauration de l’État national dans le cadre des principes de l’islam. Dans cette perspective, M. Rabah Kebir a surpris par la nouveauté des idées défendues : l’État islamique n’est plus à ses yeux une priorité. Ce qui compte c’est la démocratie, l’indépendance de la justice, les libertés, l’alternance au pouvoir… autant de valeurs et de principes dont il s’est, reconnaît-il, imprégné en Allemagne et qui nécessitent, en Algérie, une profonde réforme politique. Faisant son autocritique et surtout n’hésitant pas à admettre les erreurs et les fautes de l’organisation politique qu’il a servie, M. Rabah Kebir s’est dit porteur d’un projet politique devant déboucher sur la création d’un nouveau parti politique qu’il souhaiterait constituer, avec la nouvelle génération. Pour lui, en effet, il est hors de question de ressusciter le FIS. Celui-ci fait désormais partie du passé. Il reconnaît toutefois, après de nombreux contacts avec diverses personnalités, qu’un tel projet n’est pas réalisable… pour le moment. Ce dernier point afférant à la création d’un parti politique, suscite d’abord des réactions véhémentes au sein de la mouvance islamiste radicale. Elle apparaît à cette occasion aux yeux de l’opinion comme définitivement éclatée. Quant aux autorités, elles ne réagissent que le 30 septembre par la voix de M. Ould Kablia, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, qui déclare exclure totalement l’idée d’un parti politique créé par les anciens dirigeants du FIS.

31M. Belkhadem, qui a longuement reçu M. Kebir lors de son séjour, confirme publiquement cette position officielle le 20 novembre devant des hommes d’affaires arabes en prenant soin d’ajouter que « cela ne veut pas dire exclusion de la pensée islamiste de la vie politique ». Les conditions politiques n’étant pas, à ses yeux, encore réunies, M. Rabah Kebir retourne dans le pays qui l’a accueilli pour son exil. Mais ses amis qui, pour l’essentiel sont constitués des anciens de l’AIS (Armée islamique du salut), le bras armé du FIS, avec lesquels M. Rabah Kebir a organisé un conclave le 28 octobre dans la région d’Aïn Defla (au centre du pays), saisissent cette occasion pour affirmer haut et fort qu’ils ne renonceront jamais à l’action politique. Certains, comme Madani Mezrag, envisagent de se présenter aux prochaines élections, celles devant se dérouler en mai 2007. À défaut de disposer d’un parti politique, ils évoquent l’hypothèse de figurer sur les listes du FLN ou, à la limite, de constituer des listes indépendantes. L’important étant l’exercice de leurs droits politiques dont ils affirment ne pas avoir été déchus, ils récusent les termes de l’article 26 de l’ordonnance n° 06-01 du 27 février 2006 prise en exécution de la Charte qui disposent : « L’exercice de l’activité politique est interdit sous quelque forme que ce soit, pour toute personne responsable de l’instrumentalisation de la religion ayant conduit à la tragédie nationale ».

32Ainsi, pendant que ses amis de l’ancienne AIS continuent à faire pression sur le pouvoir et, se faisant de plus en plus visibles, réinvestissent la scène politique, M. Rabah Kebir qui représente plus que jamais la tendance la plus modérée au sein de l’ex-FIS, celle ayant adhéré au projet présidentiel de la réconciliation nationale, préfère attendre. Il est clair qu’à ses yeux, les fameux « équilibres internes » évoqués de manière sibylline par M. Bouteflika en personne pour justifier le fait qu’il n’ait pu concéder à la mouvance islamiste radicale plus que ce qui était prévu par la Charte, n’ont pas fondamentalement bougé en ce mois d’octobre 2006. À cet égard un indice mérite d’être souligné : le président Bouteflika, qui a reçu de la Charte et de l’article 47 de l’ordonnance 06-01 un vaste mandat pour prendre à tout moment toutes autres mesures pour la mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, n’a pas fait usage de cette prérogative durant l’année 2006.

33C’est, faut-il le rappeler, cette disposition qui pouvait, selon certains, autoriser M. Bouteflika à proroger le délai fixé pour la reddition des islamistes encore au maquis ou en fuite à l’étranger. Or, il n’en fit rien, respectant scrupuleusement les termes de la loi. Gageons que si les lignes avaient bougé, le président n’aurait pas hésité à aller un peu plus loin dans les concessions à la mouvance islamiste radicale et plus précisément à sa frange la plus modérée en vue de la dissocier définitivement de ses ailes les plus dures, contribuant ainsi à donner le coup de grâce à l’ex-FIS dont le fantôme a plané sur la vie politique algérienne en cette année 2006. Il reste que, s’il est vrai qu’aucune nouvelle concession n’a été faite au plan politique, à cette mouvance islamiste radicale, sur le plan juridique l’observateur ne peut passer sous silence une mesure d’une extrême importance : il s’agit de l’abrogation, en catimini, du décret exécutif n° 93-54 du 16 février 1993 déterminant certaines obligations particulières applicables aux fonctionnaires et agents publics ainsi qu’aux travailleurs des entreprises publiques. Cette abrogation résulte de l’article 23 du quatrième décret pris en application de la charte, le décret présidentiel n° 06-124 du 27 mars 2006 fixant les modalités de réintégration ou d’indemnisation des personnes ayant fait l’objet de mesures administratives de licenciement pour des faits liés à la tragédie nationale (Journal officiel n° 19 du 29/3/2006). Aux termes de cet article 23 « les dispositions du décret exécutif n° 93-54 du 16/2/199 et les textes subséquents sont abrogés ». Derrière la froideur d’une disposition juridique aux allures de mesure strictement technique se cache en vérité une importante mesure politique qui semble avoir échappé à la plupart des observateurs.

  • 16  El-Moudjahid 17/5/1993, p. 2-3.

34Pour saisir la portée de cette abrogation, il faut rappeler que le décret exécutif n° 93-54 du 16 février 1993 (Journal officiel n° 11 du 17/2/1993) a été pris en exécution du décret législatif n° 93-02 du 6 février 1993 portant prorogation de l’état d’urgence. Dans ce cadre et pour neutraliser les militants islamistes qui avaient investi les appareils d’État, le décret 93-54 avait institué, à la charge de tous les fonctionnaires et employés des entreprises publiques, un devoir de loyauté, une obligation de réserve et une obligation d’impartialité. Ce décret fut suivi d’une importante instruction interministérielle rendue publique le 16 mai 199316 qui précise par le menu détail le contenu de chacune de ces obligations ainsi que les rigoureuses sanctions qui accompagnent leurs violations. Ainsi et à titre d’exemple, c’est dans cette instruction que l’on relève « l’interdiction de porter toute tenue, effet, attribut ou accoutrement de nature à exprimer de façon ostensible une appartenance à un courant idéologique, politique ou religieux ». Aussi, l’abrogation de ce dispositif exceptionnel il est vrai, pris dans le cadre de l’état d’urgence (celui-ci demeurant, à ce jour, en vigueur à cause, nous dit-on, du danger représenté par le terrorisme islamiste qualifié pourtant officiellement de « résiduel », voire de « défait »), a pour effet de redonner aux militants islamistes le droit de travailler dans les appareils de l’État tout en exprimant de façon ostensible leur appartenance aux courants politico-religieux de leur choix. L’abrogation du décret n° 93-54 est donc ni plus ni moins qu’une mesure tendant au rétablissement, au sein des appareils de l’État, du statu quo ante. Et effectivement, cette année, à la faveur de la charte et de ses textes d’application, le fait islamiste est à nouveau visible accompagné souvent de manifestations d’arrogance.

  • 17  Liberté, 2/11/22006, p. 24. Voir également Maamar Farah, « Le ministère de la tristesse », Le Soir (...)
  • 18  Arezki Metref parle de « réislamisation galopante » surtout que « depuis quelque temps, le religie (...)

35Ce phénomène, conjugué à la recrudescence des actes terroristes du GSPC, a fait dire à M. Hammouche, le talentueux analyste du quotidien Liberté que « 2006, c’est 1992 »17. La mouvance islamiste radicale, bien qu’interdite d’activité politique, donne l’image d’un courant plus conquérant18 que jamais. Ce constat fait par M. Hammouche est partagé par plusieurs observateurs qui soulignent la montée en puissance d’une sorte « d’islamisme social » qui s’apparente à une position d’attente avant le retour inéluctable d’un islamisme politique rénové. Dans son éditorial du 19 septembre 2006 (soit 2 jours après le retour de Rabah Kebir), N. Sebti du quotidien Liberté faisait observer :

« Nous sommes en train d’assister à une islamisation sournoise de notre société, dont le retour en force du hidjab, la barbe, le déploiement des repentis dans les créneaux du commerce et du caritatif sont autant de signifiants. La peur est de voir dans quelques années s’opérer une jonction entre cet islamisme social et l’islamisme politique dormant représenté par les Benhadj, Kebir, Heddane, Kherbane, lesquels semblent accepter, au nom de la réconciliation nationale, de reculer provisoirement pour mieux sauter quand les conditions sociales et politiques le permettront ». Et de conclure : « Question : le retour n’est-il donc pas qu’une question de temps ? »

  • 19  M. Hammouche, « Islamisation », Liberté 8/2/2006, p. 24. Pour ce fin analyste « nous avons réussi (...)

36Cette appréhension est partagée cette année 2006 par plusieurs intellectuels qui, outre le développement de cet « islamisme social », relèvent un autre phénomène : l’islamisation par le haut19, comprendre par là l’islamisation qui est le fait des plus hautes autorités de l’État. Comme mesure emblématique de ce processus, la décision prise par M. Bouteflika en personne d’instituer l’adhan (appel à la prière) à la télévision, ainsi que sur les ondes de toutes les radios algériennes. Désormais l’adhan est diffusé toutes affaires cessantes et donc quelque soit le type ou la nature des émissions en cours. En prenant cette décision, M. Bouteflika déclare vouloir corriger une anomalie puisque l’Algérie était le seul pays musulman à ne pas avoir consacré cette règle.

  • 20  El-Moudjahid, 1/3/2006, p. 2.

37Édictée au mois de février, cette mesure a été saluée par le président de l’association des Oulémas algériens qui y a vu « une décision de réaffirmation de la dimension musulmane de la personnalité algérienne et un rappel de la nécessité de respecter la Constitution du pays qui stipule notamment que l’islam est la religion de l’État »20.

  • 21  Journal officiel, n° 12 du 1/3/2006, p. 23-24.

38À peu près au même moment, la télévision d’État a été sommée sous la pression des partis islamistes de ne pas diffuser le programme pourtant très suivi de la Star Academy libanaise au motif qu’il heurtait les mœurs et la religion des Algériens. À ces mesures emblématiques est venue s’ajouter l’ordonnance présidentielle n° 06-03 du 28 février 2006 fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulmans21.

  • 22  Selon le ministre des Affaires religieuses, la grande prière du vendredi attire régulièrement 14 m (...)

39Après quelques pétitions de principe sur la liberté du culte et sur la tolérance, l’ordonnance énonce un rigoureux dispositif pénal dont la finalité est de réprimer tous ceux qui tendent « à convertir un musulman à une autre religion » ou, à tout le moins, tous ceux qui, par divers moyens, « visent à ébranler la foi d’un musulman ». Cette ordonnance apparaît ainsi comme un instrument de protection de la communauté musulmane22 en Algérie dont une frange serait en danger du fait de prosélytisme extrêmement actif déployé dans certaines régions du pays (notamment la Kabylie) par des évangélistes. Ce texte vient aussi répondre aux craintes exprimées par la presse nationale, notamment durant l’année 2005, à propos du danger constitué par la « christianisation » de la jeunesse qui serait soi-disant attirée par des promesses de visas ou par des aides matérielles diverses.

  • 23  Depuis l’année 2003 ce ministre s’est lancé dans un programme d’étatisation de la zakat. Véritable (...)

40Quoi qu’il en soit, ces deux mesures emblématiques émanant du chef de l’État en personne, combinées à d’autres actes pris par le département en charge des Affaires religieuses23, contribuent à donner le sentiment que l’État se serait lancé cette année particulièrement dans une sorte de surenchère islamique. Tout se passe en effet comme si, après avoir défait militairement l’islamisme radical, l’État sinon le pouvoir incarné par M. Bouteflika voulait en cette année d’application de la charte, couper l’herbe sous les pieds de cette mouvance politique. En renforçant encore davantage le caractère islamique de l’État algérien, M. Bouteflika semble vouloir enlever à la mouvance islamiste radicale toute sa raison d’être. Interdite d’activité politique par la Charte et ses textes subséquents, cette mouvance serait aussi confinée désormais dans l’« islamisme social » ou « sociétal ». À en croire la presse nationale, profitant du climat général créé par la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, cet islamisme serait de retour. Dans son éditorial, le quotidien Liberté du 25 septembre 2006 sous la plume de Djillali B. notait que l’on était en présence d’une « réédition ». Alarmiste, l’auteur ajoutait : « Chassés de la politique par la porte, ils (les islamistes) y reviennent par la fenêtre sociale ». Cet éditorial faisait partie d’un dossier publié par le quotidien Liberté et intitulé « L’Algérie face au nouvel islamisme ».

41Un jeu extrêmement serré se déroulerait sous nos yeux : face à la démarche de Bouteflika qui voudrait séparer de manière irrémédiable les deux formes d’islamisme, se déploie une autre dynamique inspirée sans doute de celle des frères musulmans égyptiens qui consiste à réoccuper le moindre interstice de la société sans effaroucher ni brusquer, en attendant d’achever la conquête de l’espace sociétal. Si l’issue n’est pas clairement perceptible, bon nombre de facteurs joueraient en faveur de l’islamisme comme a tenté de le montrer l’ancien ministre Mohamed Nabi dans une réflexion confiée au Quotidien d’Oran du 12 octobre 2006 sous le titre : « Le pays piégé entre l’impasse du statu quo et la perspective d’un ordre théocratique sans issue ».

42Au total la question des délais fixés par la charte et la polémique qu’elle a suscitée au sein de la « classe politique » s’est avérée être « l’arbre qui cache la forêt ». Le problème de l’islamisme ne pouvant être réduit à une simple question d’application d’un texte juridique est donc plus que jamais au centre des préoccupations et de la société politique et de « la société civile » en Algérie. Tout au long de l’année 2006, ce problème a été tellement prégnant que les progrès enregistrés sur le plan économique ont été relégués au second plan.

Frémissement économique24

  • 24  On consultera avec profit Algéroscope – L’Algérie en chiffres. Annuaire économique et social, Alge (...)
  • 25  Après avoir édicté la loi 05-07 du 28/4/2005 relative aux hydrocarbures, le président Bouteflika s (...)
  • 26  C’est dans ce contexte qu’il faut enregistrer la proposition du Forum des chefs d’entreprises tend (...)
  • 27  Bouzidi A., « Économie 2006. Des résultats décevants », Le Quotidien d’Oran, 21/12/2006, p. 9-10.
  • 28  Ce débat fut lancé par le quotidien El-Watan et surtout par l’ancien chef du gouvernement, M. Ahme (...)

43Profitant du renchérissement du prix du pétrole25, l’Algérie a engrangé cette année encore des rentrées en devises assez considérables. Grâce à l’amélioration des réserves de changes, le gouvernement a arrêté et su mener à son terme l’option stratégique de réduction de la dette par son remboursement anticipé et par sa conversion en investissements étrangers. Le colossal programme d’investissements publics, donc de dépenses publiques, lancé cette année en complément du programme de soutien à la croissance mis en œuvre depuis avril 2001 serait à l’origine du taux de croissance économique arrêté à 4,8 %26. Mais il s’agit une fois encore d’une croissance dite extensive car résultant de l’injection de fonds publics dans le cadre d’une forme de keynesianisme. Cette croissance ne résulte pas d’une saine amélioration de la productivité. Elle n’est donc pas nécessairement une croissance saine. C’est dans un tel contexte général que le gouvernement a soutenu que le taux de chômage, qui avoisinait les 30 % en 1999, avait été ramené à 12,3 % correspondant à 1 240 000 chômeurs. Il reste que27, si le revenu par habitant atteint 3 443 dollars, les conditions concrètes de vie demeurent médiocres, malgré l’augmentation des salaires consentie, enfin, cette année. L’Algérie est, cette année encore, à la 102e place au tableau de l’IDH (Indice du développement humain) avec 3 millions de personnes vivant dans les bidonvilles répartis sur les 48 départements du pays. C’est dans ce contexte général qu’il y a eu cette année une ébauche de débat autour de grandes questions économiques pour savoir ce qu’il fallait faire de tout l’argent des hydrocarbures puis pour songer sérieusement à construire un véritable système économique dans le cadre de l’après pétrole28.

  • 29  Décret présidentiel n° 06-346 du 2/10/2006 portant création, mission et organisation du Commissari (...)
  • 30  L’année 2007 serait celle de la mise en œuvre d’une ambitieuse politique industrielle devant perme (...)

44Ce débat, comme indiqué précédemment, n’a pas eu lieu à l’occasion de l’adoption du Pacte économique et social en octobre 2006 mais en dehors de ce pacte. Dans le cadre de ce débat, l’on note un retour en force de l’État avec l’affirmation de la nécessité de rétablir un système de planification29, ainsi qu’une véritable politique industrielle30. Il reste que comme le notait l’économiste Abdelmadjid Bouzidi :

« Sans régulation politique démocratique, le fonctionnement de l’économie de marché en Algérie, comme dans les autres pays du sud, accentuera les inégalités sociales, la contestation politique et donc les risques d’échec… L’économie de marché, même avec une forte intervention de l’État, comme cela est aujourd’hui le cas dans notre pays, sans démocratie, a peu de chances de conduire au développement économique. »

  • 31  Le Quotidien d’Oran 19/11/2006. Le harrog, terme de l’arabe dialectal en usage en Algérie, désigne (...)
  • 32  Cette année encore et malgré la répression policière et judiciaire qui s’abat sur eux, les émeutie (...)

45L’on comprend dans ces conditions pourquoi l’écrivain et journaliste Kamel Daoud a consacré « Le Harrog : homme de l’année 2006 »31. L’année dernière avec son humour habituel il avait élu « l’émeutier »32.

Haut de page

Notes

1  Abdelmadjid Bouzidi, « Le pacte social. Ne pas gâcher cette occasion ? », Le Soir d’Algérie, 26/7/2006, p. 24.

2  Au mois d’avril 2006, à l’occasion de la bipartite gouvernement-patronat, le ton avait été donné par le gouvernement Ouyahia pour qui : « le pacte […] n’est certes pas ouvert à un large débat, car la vision nationale du développement a déjà fait l’objet d’un plébiscite populaire direct à travers la réélection du président de la République le 8 avril 2004 sur la base du programme présidentiel », Liberté, 17/4/2002, p. 2.

3  L’on se souvient que sitôt révélée la grave maladie du président de la République, le syndicat UGTA avait appelé l’ensemble des travailleurs et des structures syndicales à une trêve sociale. Voir El-Moudjahid, 8/12/2005, p. 3.

4  Voir le point de vue de l’économiste Mohamed Bahloul rapporté par le quotidien El-Watan du 23/10/2006, p. 3. Il préconise l’ouverture d’un débat pour un nouveau pacte moins d’un mois après l’adoption du premier. Pour le coordinateur du Comité national pour les libertés syndicales, c’est un pacte mort-né. El-Watan-Économie, 9-15/10/2006, p. 4. Selon le président de la Confédération des cadres de la finance et de la comptabilité, le pacte est caduc et n’a pas de chance d’aller loin. Voir Liberté, 29/11/2006, p. 7.

5  L’honnêteté commande de préciser que l’on a enregistré cette année plusieurs mesures visant à améliorer le climat exécrable entourant les relations entre M. Bouteflika et la presse écrite. Le chef de l’État a pris en effet deux décrets de grâce au profit de très nombreux journalistes. De même qu’il a nommé un ministre de la Communication avec pour mission de renouer le dialogue avec les médias. Mais nonobstant ce nouveau contexte, le pouvoir se refuse à ouvrir le champ de l’audiovisuel aux investisseurs privés et à la concurrence. Le monopole est donc toujours de mise en la matière.

6  El-Moudjahid, 5/7/2006, p. 9.

7  Du reste, le même jour où il prononça ce discours, le président Bouteflika, également ministre de la Défense nationale assisté d’un ministre délégué, a présidé une cérémonie de promotion d’officiers supérieurs. C’est ainsi qu’ont été promus au grade de général de corps d’armée le général major Ahmed Gaïd Salah qui avait remplacé Mohamed Lamari, le général major Benabbes Gheziel, ancien patron de la gendarmerie nationale, conseiller au ministère de la Défense et enfin et surtout le général major Mohamed Mediène dit Toufik, le patron de la redoutable DRS qui remplace l’ancienne Sécurité militaire. Voir notamment Hassan Moali, « Le duel Présidence-DRS a vécu. Bouteflika met Toufik en vedette », El-Watan, 6/7/2006, p. 2. Selon l’auteur de cet article, la publicité destinée à la promotion de cette dernière personnalité qui est ainsi sortie de l’ombre « a pris l’allure d’un événement hautement politique ». Signalons que ces promotions s’inscrivent dans le cadre de l’ordonnance n° 06-02 du 28/2/2006 portant statut général des personnels militaires (Journal officiel, n° 12, 1er/3/2006). Ce nouveau statut devrait accompagner le processus dit de professionnalisation de l’ANP, euphémisme pour désigner son éloignement du champ politique ainsi que sa modernisation.

8  Liberté, 7/6/2006, p. 4. Voir cependant notre chronique politique, « Algérie : l’année du pardon… officiel », L’Année du Maghreb édition 2005-2006, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 171-199. Nous appuyant sur les analyses d’Abderrahmane Mahmoudi, nous nous sommes interrogé sur les raisons de la suppression du poste de chef de gouvernement : ne serait-il pas de nature à réduire le pouvoir de la haute hiérarchie militaire ?

9  Le Jeune Indépendant, 30/9/2006, p. 3.

10  Réagissant à cette annonce Mme Leïla Aslaoui, écrivain, ancien ministre et haut magistrat qui tient une remarquable chronique hebdomadaire dans le Soir d’Algérie, s’interroge le 16/12/ 2006 : « Coquetterie politicienne ? Lassitude ? Maladie ? Échec consommé ? À suivre… ».

11  Pour d’autres observateurs, il fallait empêcher M. Ouyahia de présenter sa déclaration de politique générale au parlement, ce qui lui aurait permis d’occuper les médias durant plusieurs jours. M. Ouyahia a montré lors de précédentes occasions qu’il était un redoutable tribun et un débatteur, autant de qualités qui, associées à son courage politique, pourraient asseoir un peu plus sa légitimité pour succéder au président malade. Il est hautement significatif que, sitôt déchargé de ses responsabilités gouvernementales, M. Ouyahia a repris en main sérieusement le parti du RND et surtout a sillonné le pays, allant à la rencontre de l’Algérie profonde. Manifestement, l’homme se prépare à toute éventualité.

12  Il est difficile de ne pas succomber à la tentation de citer le cas particulier de ce repenti évoqué par le quotidien Liberté dans sa livraison du 24/5/2006, p. 9. Au maquis depuis 1994, un islamiste âgé de 36 ans a été autorisé par son émir du GIA à se constituer comme repenti parce qu’il s’agissait d’un aveugle. L’on savait que dans certains maquis, il y avait des femmes et des enfants, mais qu’un non-voyant ait été pendant plus de dix ans membre du GIA et de surcroît incorporé dans un maquis laisse pantois.

13  Même si ce chiffre peut paraître important au regard des contraintes et obstacles bureaucratiques maintes fois dénoncés, il s’est avéré comme ne reflétant pas totalement les drames engendrés par la décennie noire. Il est assez vite apparu que la charte n’avait pas prévu le cas des 15 000 islamistes qui avaient été détenus de manière administrative dans les camps d’internement du sud du pays de février 1992 à décembre 1995. Ces détenus administratifs se sont donc manifestés en vue d’obtenir réparation. Dans la foulée, près de 300 policiers qui avaient été radiés pour divers motifs durant la décennie noire se sont manifestés pour exiger leur réintégration au titre de la réconciliation nationale.

14  L’an dernier, le nombre de disparus avait été arrêté par M. Ksentini, le président de la Commission nationale en charge des droits de l’Homme, à 6 146.

15  El-Moudjahid du 28/9/2006, p. 5.

16  El-Moudjahid 17/5/1993, p. 2-3.

17  Liberté, 2/11/22006, p. 24. Voir également Maamar Farah, « Le ministère de la tristesse », Le Soir d’Algérie, 9/11/2006, p. 24. « Nous nous trouvons dans une situation bien pire que celle du début des années 1990. La société pourtant musulmane depuis des siècles n’a pas su résister à l’islamisme ». Ou encore « L’islamisme, nous y sommes ».

18  Arezki Metref parle de « réislamisation galopante » surtout que « depuis quelque temps, le religieux s’insère mine de rien dans le moindre interstice du tissu social ». Voir Le Soir d’Algérie du 26/03/2006, p. 24.

19  M. Hammouche, « Islamisation », Liberté 8/2/2006, p. 24. Pour ce fin analyste « nous avons réussi notre processus d’islamisation par le haut ». Ou encore « quinze ans après la rupture du processus électoral, la prise du pouvoir islamiste en Algérie est effective. La mouvance intégriste a échoué dans sa tentative de remplacer le système, mais le système a réussi sa mutation islamiste ». Voir également Mohammed Hachemaoui, « Changement ou échappatoire », El-Watan, 27/5/2006, p. 2. Pour ce politologue « le régime s’oriente de plus en plus vers une islamisation par le haut ». Elle s’expliquerait aussi par la crise mystique et existentielle qu’aurait vécue le chef de l’État à la suite de sa grave maladie. Voir à ce propos Hanafi Taguemount, « Bouteflika et l’après Val-de-Grâce », El-Watan, 12/11/2006, p. 3.

20  El-Moudjahid, 1/3/2006, p. 2.

21  Journal officiel, n° 12 du 1/3/2006, p. 23-24.

22  Selon le ministre des Affaires religieuses, la grande prière du vendredi attire régulièrement 14 millions d’Algériens au sein des 15 000 mosquées du pays.

23  Depuis l’année 2003 ce ministre s’est lancé dans un programme d’étatisation de la zakat. Véritable pactole, la zakat est désormais captée par divers canaux étatiques qui la redistribuent aux familles nécessiteuses ou qui l’investissent dans des micro-entreprises. Politiquement cette étatisation de la gestion de la zakat, qui relève traditionnellement en Algérie de la sphère privée, aurait également pour effet l’assèchement d’une importante source de financement de l’islamisme.

24  On consultera avec profit Algéroscope – L’Algérie en chiffres. Annuaire économique et social, Alger, ACOM, 2006, 94 p. Voir également le bilan établi par le chef de l’État devant les cadres de la Nation le 26/12/2006 à l’occasion de la signature de la loi de finances de 2007. El-Moudjahid, 27/12/2006, p. 6-10.

25  Après avoir édicté la loi 05-07 du 28/4/2005 relative aux hydrocarbures, le président Bouteflika s’est empressé de la modifier cette année par l’ordonnance n° 06-10 du 26/7/2006 (Journal officiel, n° 48 du 30/7/2006). Voir Madjid Benchikh, « La nouvelle loi pétrolière algérienne : direction publique et économie de marché », L’Année du Maghreb édition 2005-2006, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 201-221.

26  C’est dans ce contexte qu’il faut enregistrer la proposition du Forum des chefs d’entreprises tendant au rétablissement du week-end universel qui pourrait générer de 1 % à 2 % du PIB. Mais eu égard au renforcement de l’islamisation relevé plus haut, une telle proposition également défendue par le parti du RCD ainsi que par l’UGTA n’a aucune chance d’emporter l’adhésion d’un homme comme Bouteflika.

27  Bouzidi A., « Économie 2006. Des résultats décevants », Le Quotidien d’Oran, 21/12/2006, p. 9-10.

28  Ce débat fut lancé par le quotidien El-Watan et surtout par l’ancien chef du gouvernement, M. Ahmed Benbitour, qui, outre des articles de presse très remarqués, a publié cette année une Radioscopie de la gouvernance algérienne, Alger, EDIF 2000, 2006, 261 p. M. Abdelatif Benachenhou, ancien ministre et conseiller de M. Bouteflika a répliqué à M. Benbitour dans le Quotidien d’Oran du 21 septembre, p. 7 et 8. D’autres économistes ont tenté de se joindre au débat mais il a tourné court. Voir Nenzidi A., « Que le débat s’engage », Le Soir d’Algérie, 27/9/2006, p. 7 et p. 24.

29  Décret présidentiel n° 06-346 du 2/10/2006 portant création, mission et organisation du Commissariat général à la planification et à la prospective, Journal officiel n° 62 du 4/10/2006.

30  L’année 2007 serait celle de la mise en œuvre d’une ambitieuse politique industrielle devant permettre le passage d’une économie rentière vers une économie productive.

31  Le Quotidien d’Oran 19/11/2006. Le harrog, terme de l’arabe dialectal en usage en Algérie, désigne celui qui, au péril de sa vie, tente de rejoindre dans des embarcations de fortune la rive nord de la Méditerranée. Voir également H. Barti et K. Assia, « Le phénomène prend une ampleur sans précédent. Les “Harragas” algériens par centaines », Le Quotidien d’Oran, 4/11/2006 ; dans le même journal K. Selim, « Saison de la fuite vers le Nord » ; H. Hammouche, « Les “Harragas”, un problème de société », Liberté, 22/1/2007, p. 24 ; Chérif Ouazani, « Algérie, partir à tout prix », Jeune Afrique, 24/12/2006-6/1/2007, p. 54-56.

32  Cette année encore et malgré la répression policière et judiciaire qui s’abat sur eux, les émeutiers se sont manifestés un peu partout à travers le territoire national. Selon des sources policières, il y eut cette année 1 540 arrestations du fait des émeutes qui ont eu lieu à Tindouf, Maghnia, Annaba, Sidi Bel Abbes, Alger, Ain Defla, Skikda, Eltarf, Bordj, Bou Arreridi, Ain Mlila, Ghardaia, Béchar, Khenchela, Guelna, Oran, Ksar Chellala. Sur la culture de l’émeute et l’état de dérèglement ou d’anomie, voir Nourredine Toualbi-Thaalibi, L’ordre et le désordre. L’Algérie à l’épreuve de ses mythes fondateurs, préface de Mouloud Achour, Alger, Casbah-Éditions, 2006, 175 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Bennadji, « Algérie : morosité politique et frémissement économique », L’Année du Maghreb, III | 2007, 195-211.

Référence électronique

Chérif Bennadji, « Algérie : morosité politique et frémissement économique », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/367 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.367

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page