Navigation – Plan du site
Maroc
Gros plan

Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle

Montserrat Badimon Emperador
p. 297-311

Entrées d'index

Géographie :

Maroc
Haut de page

Notes de l'auteur

L’auteur remercie Thierry Desrues pour ses commentaires de la version provisoire du texte.

Texte intégral

  • 1  DESA : Diplôme d’études supérieures approfondies, DESS : Diplôme d’études supérieures spécialisées

1Depuis plus d’une quinzaine d’années, les « diplômés chômeurs » représentent une catégorie omniprésente du paysage protestataire marocain. C’est en 1991 qu’est créée l’Association nationale des diplômés chômeurs du Maroc (ANDCM), première organisation rassemblant des titulaires de diplômes allant du baccalauréat jusqu’au doctorat en situation de chômage et poursuivant l’objectif d’intégrer ses adhérents à la fonction publique. Depuis lors, l’espace protestataire des diplômés s’est amplifié en nombre d’acteurs et en dossiers revendicatifs. Les manifestations des diplômés constituent aussi bien des réponses au chômage qu’à des sujets disparates tels que le renchérissement des transports et des services de première nécessité, le respect des droits de l’Homme ou le détournement de l’argent public. À partir de 1997, des groupes de diplômés de troisième cycle (DESA, DESS1, doctorants et docteurs), d’ingénieurs et de diplômés atteints d’un handicap se mobilisent en dehors de l’ANDCM. La multiplication de groupes agissant dans un même espace de protestation entraîne l’apparition de logiques de concurrence pour attirer les personnes potentiellement mobilisables et l’attention des médias.

2Par ailleurs, la pérennisation de l’action collective des diplômés chômeurs, leur revendication insistante d’intégration à la fonction publique, ainsi que leur occupation de la voie publique ont fini par produire une double logique de banalisation et de diabolisation. C’est pourquoi, la question de la légitimation de leur protestation et de leur identité acquiert une nouvelle actualité. En effet, si la mobilisation doit assurer, du côté des structures, la fourniture de recrues et de ressources, et, du côté individuel, la reconnaissance sociale, elle doit aussi faire face à la double aporie suivante : d’une part, déconstruire la perception des diplômés chômeurs en tant que catégorie socioprofessionnelle qui « se réjouirait » dans la contestation et se serait installée dans une attitude binomiale de refus/attentisme, et, d’autre part, une réalité militante demandant un investissement en ressources économiques, expertise et temps relativement important. Enfin, la durée de la mobilisation soulève d’autres questions : quels sont les ressorts de la pérennisation du mouvement ? Cette pérennisation, est-elle la résultante d’une dynamique propre aux structures ou aux individus ? Ou encore, faut-il considérer le dépassement du dossier professionnel comme une obligation de survie ou plutôt comme une volonté de jouer un rôle politique lié à la reproduction des cadres du mouvement ?

Éléments de l’histoire d’un mouvement pluriel

  • 2  À titre d’exemple, si en 1983 l’État avait recruté de l’ordre de 50 000 fonctionnaires, les nouvel (...)

3Depuis l’instauration des mesures d’ajustement macro-économique à partir des années 1980, la politique de recrutement dans la fonction publique marocaine est devenue beaucoup plus restrictive2. Pour certaines catégories de diplômés, ce changement de politique a signifié la perte de perspectives d’insertion professionnelle.

4Tableau 1. Structure de l’emploi selon secteur d’emploi et diplôme, 2006

Sans diplôme

Niveau moyen

Niveau supérieur

Urbain

Rural

Urbain

Rural

Urbain

Rural

Administration publique et collectivités locales

3,7

0,8

15,5

2,7

46,8

42

Entreprise publique

0,7

0,1

2,1

0,4

4,4

2,6

Secteur privé + informel

95,6

99,1

82,3

96,9

48,8

55,4

Source : Direction de la Statistique, Activité, emploi et chômage, plusieurs années

5Dans un premier temps, le chômage semblait cibler les titulaires du baccalauréat ou des formations techniques, les difficultés d’insertion professionnelle ne commençant à toucher les universitaires qu’à partir des années 1990.

6Fruit d’une convention qui remonte au lendemain de l’indépendance, quand l’État mit en œuvre une politique volontariste de généralisation de l’enseignement dont le but était d’assurer des cadres pour les nouvelles structures administratives, l’université s’est instituée progressivement dans l’imaginaire des jeunes et de leurs familles comme fournisseuse de diplômes assurant l’accès automatique à la fonction publique (Mellakh, 1999). C’est pourquoi le chômage des diplômés remet en cause une représentation qui lie possession du diplôme et promotion sociale, à travers l’accès direct à l’emploi. Dès lors, au moment de la constitution de l’ANDCM en 1991, les « diplômés chômeurs » se percevaient comme des ayants droit de la fonction publique. L’élaboration de la cause revendicative a donc bénéficié de l’existence d’un a priori d’injustice largement accepté par la société.

7Tableau 2. Taux de chômage ( %) en milieu urbain selon le diplôme

1985

1991

1993

1996

1997

2002

2004

2006

Sans diplôme

12

11

10,7

10,5

9,6

5,6

5,4

4,5

Niveau moyen

19,1

27,1

24,8

26,2

26,7

22,4

22,2

24,8

Niveau supérieur

4,8

10,9

 ?

25,8

23,8

26,5

26,6

30,1

Source : Direction de la Statistique, Activité, emploi et chômage, plusieurs années

  • 3  D’ailleurs, cette dimension d’enjeu va assurer dans un premier moment l’intérêt de plusieurs group (...)

8La politique de rigueur budgétaire instaurée en 1984 va attiser la protestation sociale dans la plupart des villes du pays et générer dans certains cas de violentes émeutes. Les étudiants lycéens et diplômés chômeurs ne sont pas étrangers à celles-ci. Qualifiées d’émeutes de la « vie chère », elles avaient commencé par un mouvement de protestation lycéenne contre l’augmentation des droits d’inscription au baccalauréat. Quant à la participation des diplômés sous-employés, elle est déjà repérée par les observateurs de l’époque (Santucci, 1984, 1985). La prise de conscience par le régime du potentiel perturbateur du phénomène des diplômés chômeurs est précoce. Dès la fin des années 1980, la question du chômage des diplômés apparaît dans les allocutions royales. Ce faisant, les autorités signalent ce qui « est » un problème public et définissent les contours du groupe dont les revendications sont légitimées. On peut y voir aussi une manière de retirer l’affaire de la confrontation publique, et de neutraliser un potentiel conflictuel non désirable3.

  • 4  Le Conseil produit des études sur les conditions du marché de l’emploi et propose des orientations (...)
  • 5  Dans la mesure où le Conseil a un caractère très universitaire, de par sa composition et sa vocati (...)
  • 6  Royaume du Maroc – CNJA, Chômage des jeunes, 1re session, 1991. L’étude parle d’une population de (...)

9L’hypothèse de la dépolitisation et de la monopolisation de la gestion du dossier par les pouvoirs publics prend corps avec la création du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir (CNJA) en 1991. L’objectif du Conseil est la promotion de mesures qui stimulent l’autonomie de la jeunesse à l’égard du secteur public au moment de chercher un emploi4. Les conclusions du Conseil n’ont qu’un caractère de recommandation, si bien que son influence effective reste limitée à la création d’un consensus dépolitisé5 sur l’orientation que doivent suivre les politiques publiques en matière d’emploi. D’ailleurs, la première étude du Conseil a été consacrée à l’évaluation et l’identification de l’échantillon de la population concernée par le problème6, s’arrogeant par-là la définition de la catégorie mobilisable au détriment des groupes revendicatifs. La concurrence entre ces derniers et le CNJA va rapidement se traduire par la dénonciation par celui-ci d’un supposé culte à la fonction publique des mobilisés, alors que ceux-ci vont critiquer les travaux du Conseil.

Le « diplômé chômeur » revendicatif et divers

  • 7  L’article 13 de la Constitution de 1996 stipule : « Tous les citoyens ont également droit à l’éduc (...)

10Comme nous l’avons signalé, en octobre 1991, un groupe de diplômés au chômage créé à Casablanca, l’Association nationale des diplômés chômeurs du Maroc (ANDCM). Les promoteurs de l’initiative nient toute relation avec la constitution du CNJA. Ils avancent que l’ANDCM est le résultat d’une part, de la coordination des initiatives locales de dénonciation des difficultés d’insertion professionnelle des diplômés qui ont surgi depuis le milieu des années 1980 et, d’autre part, de la revendication que les autorités publiques assument leurs responsabilités. C’est l’article 13 de la Constitution marocaine7 qui fonde la revendication de l’ANDCM : la reconnaissance par l’État de ses obligations en matière d’emploi, et partant, du recrutement des adhérents.

  • 8  La littérature consacrée aux mobilisations de chômeurs insiste sur leur caractère hétéronome et su (...)

11L’examen de la trajectoire des promoteurs de la mobilisation montre des individus expérimentés dans le domaine de l’action revendicative. Que ce soit au sein du syndicalisme estudiantin, de l’activisme politique à l’extrême gauche ou de la défense des droits de l’Homme, les initiateurs de l’ANDCM avaient acquis un savoir-faire militant dont le projet collectif naissant allait bénéficier8. Les instigateurs qui s’étaient rencontrés à l’université ou en prison, appartenaient donc à des réseaux pré-existants. À la fin de leurs études, sans emploi, confrontés à un rapport problématique avec les autorités, notamment dans le cas des ex-prisonniers, le dossier du chômage devient un domaine où investir des savoirs militants.

  • 9  Il est difficile de repérer dans le détail les évolutions de l’ANDCM en ce qui concerne le nombre (...)
  • 10  La présence d’adhérents de différentes sensibilités politiques dans les sections locales contraste (...)

12Dans un premier temps, les sections de l’ANDCM connaissent un succès remarquable quant à la satisfaction de leurs demandes. Étant donnée l’envergure du problème, il s’agit pour l’État de placer les militants pour freiner la mobilisation et tout débordement. Or, ces résultats stimulent la création de nouvelles sections9. La mobilisation va atteindre son apogée avec l’avènement du gouvernement Youssoufi en 1998. Cette année-là une grande marche est tenue à Rabat avec pour objectif de montrer la force mobilisatrice de l’ANDCM et faire pression sur le Premier ministre pour qu’il tienne les engagements pris pendant la campagne électorale. Pourtant, les négociations n’aboutissent qu’à l’embauche des proches de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) le parti du Premier ministre (Madani, Belghazi, 2001). La frustration des exclus conduit à une perte des effectifs militants et une simplification idéologique de ceux qui restent10. Désormais, et surtout après 2001, quand l’ANDCM perd son siège national dans les locaux de l’Union marocaine du travail (UMT), le nombre d’actions d’envergure nationale sera limité, notamment à cause de la difficulté de mobiliser et de faire converger à Rabat ceux qui habitent loin. En fait, le travail continu de l’association a lieu dans les provinces : c’est là où l’on repère les engagements les plus durables et les plus grandes densités de militantisme. Or, la centralité géographique des mobilisations, ou en d’autres termes, le choix de la capitale, Rabat, comme lieu d’occupation de l’espace public, a acquis une dimension qui dépasse le cadre symbolique, comme le montrera la mobilisation d’un collectif moins nombreux et stable, celui des diplômés du 3e cycle.

Les docteurs au chômage

  • 11  Les pionniers sont les docteurs et doctorants des Facultés des lettres et des études islamiques, m (...)

13Au sein des diplômés chômeurs, le collectif des docteurs va organiser une protestation en dehors du cadre de l’ANDCM, mais inspirée par son modèle. Celle-ci surgit contre la promulgation d’une réforme qui établit une correspondance entre la détention du DESA et l’échelle 11 de l’administration publique, et des décrets qui garantissent le recrutement sans concours dans certains ministères de docteurs et d’ingénieurs. Le degré de maturité organisationnelle des groupes de troisième cycle est inférieur à celui des bacheliers et des licenciés : il s’agit de groupes informels de dimensions réduites organisés selon des critères universitaires11 ou chronologiques, dont l’histoire exhaustive est difficile à reconstruire. Jusqu’en 2003, date de création de l’Union des cadres supérieurs au chômage (UCSC) des groupes apparaissent et disparaissent. L’UCSC est le fruit de la fusion de trois groupes : le Groupe national indépendant des diplômés de troisième cycle, le Groupe 2003 des Docteurs et titulaires de DESA et DESS et le Groupe national unifié des diplômés de troisième cycle. L’Union compte 552 membres, dont 217 sont des docteurs en études islamiques ou en littérature arabe (152 d’autres disciplines de lettres, et 183 scientifiques). Comme l’ANDCM, l’UCSC est accueillie au siège de l’Union marocaine du travail (UMT), avec trois autres groupes de diplômés de troisième cycle : Khams, Amal et Annasr.

14Khams est le résultat de la fusion de cinq groupes, dont un deviendra indépendant et constituera l’association Amal. L’UCSC, Khams et Amal rassemblaient en mai 2005, 1 032 militants inscrits sur une liste fermée qui a été soumise, lors des négociations, pour insertion dans différents ministères. Il faut ajouter à partir de février 2006, Annasr, dont les membres seront eux aussi inclus dans la liste. Ces quatre groupes sont les protagonistes des actions presque quotidiennes dans le centre ville de Rabat en 2005 et 2006. L’activité revendicative des diplômés de troisième cycle est centralisée à Rabat, ce qui les surdimensionne par rapport à l’ANDCM dont l’action est pourtant continue dans les régions. Le choix de la capitale comme centre privilégié des revendications s’avère ainsi d’une grande importance comme tribune politique qui côtoie les sièges des ministères qui pourraient embaucher les diplômés.

  • 12  En décembre 2005, quelques diplômés du Groupe de la formation qualifiante avaient tenté de s’immol (...)

15Les discussions du médiateur nommé par le Premier ministre avec les diplômés de troisième cycle au chômage sont bloquées en mai 2005, et en juin, devant la violence croissante des actions des chômeurs12, un Comité de suivi des diplômés de troisième cycle est créé (intégré par des syndicalistes, des membres des différentes organisations de droits de l’Homme, les responsables des sections de jeunesse de l’USFP, l’Istiqlal et le Parti du progrès et du socialisme, des universitaires). Il s’agissait pour les fondateurs du Comité de tenter de donner une image positive de la mobilisation et d’attirer à nouveau l’attention des autorités. L’approche du Comité conduit à reprocher, même de façon implicite, à l’ANDCM, son activisme « multicartes ». En jouant un rôle contestataire sur plusieurs sujets, cette dernière s’éloignerait de ce qui fait son identité de groupe de chômeurs. le Comité soutiendrait le recrutement des diplômés de troisième cycle uniquement par « souci d’humanité » et pour empêcher des radicalisations non désirables.

  • 13  « Diplômés chômeurs : un cadeau du gouvernement ? » L’Économiste, 8/9/2006 ; « Le gouvernement eng (...)
  • 14  Ils font l’objet d’opérations répressives très dures et leur usage de la symbolique de l’auto-viol (...)

16Le processus qui a abouti à l’accord entre le Premier ministre et un millier de diplômés et qui a fait la une des journaux en septembre 200613 reste entouré de mystère. Il en va de même quant à l’attribution de la responsabilité du succès (grâce royale, pression effective des diplômés). L’on remarque que ces accords impliquent la démobilisation de l’UCSC, Khams, Amal et Annasr. En effet, la conséquence immédiate est un relâchement de l’activité revendicatrice, même si les groupes de non-voyants continuent à manifester périodiquement14. Enfin, si l’heureux dénouement pourrait avoir comme effet pervers la création d’autres groupes revendicatifs, comme on peut déjà l’observer, un autre changement de tendance est en cours comme le laisse penser le fait que quelques-uns des nouveaux groupes ne logent plus dans les locaux de l’UMT de Rabat.

Dynamiques de pérennisation de la mobilisation

  • 15  Les résultats d’un questionnaire réalisé auprès de 60 militants montrent que la durée de l’engagem (...)
  • 16  Ce propos est fortement lié aux conclusions tirées de l’observation personnelle réalisée à Rabat. (...)

17La durée de la mobilisation des diplômés chômeurs surprend l’observateur : autant du côté de l’ANDCM que chez certains militants15. Comment est-il possible que la revendication d’une embauche dans l’administration publique constitue toujours un argument mobilisateur quinze ans après la naissance du mouvement ? Et ce, d’autant plus que les « récompenses » sont rares et soumises à des logiques difficiles à cerner16 ? La réponse des militants devant une question de ce type est presque unanime : c’est la seule manière de trouver un emploi. Si le but officiel de tout groupe de diplômés chômeurs est de disparaître avec l’insertion professionnelle de leurs adhérents, l’intérêt montré pour d’autres causes laisse croire que la pérennisation du mouvement est devenue une des raisons d’être de la mobilisation.

18Être diplômé chômeur militant n’est pas dénué de certains risques comme celui de subir la répression des forces de l’ordre. Et ce, d’autant plus qu’aucune association de diplômés chômeurs n’a de statut légal. Pendant son engagement, le militant est soumis à des règles de participation qui l’obligent à investir une partie importante de son temps, sans que les perspectives de récompense soient évidentes. Cela implique aussi un effort de justification des choix personnels dans un contexte marqué par une hostilité croissante envers la mobilisation. D’ailleurs, la « pérennisation » de l’action collective peut se lire selon trois niveaux de sens : en premier lieu, la continuité de l’engagement individuel ; ensuite, la perpétuation institutionnelle ; et enfin, le maintien du potentiel mobilisateur de la cause ou, en d’autres termes, les raisons qui continuent de pousser à créer des structures de militants sur la base du « droit » des diplômés à un travail fixe.

Règles de participation : système de closed-shop contre le passager clandestin

  • 17  Dans ce système, l’embauche (ou le droit à bénéficier des fruits de l’action collective) est condi (...)
  • 18  Chaque action reçoit un nombre de points différents : la participation à l’assemblée générale (heb (...)
  • 19  Ou du « passager clandestin » qui consiste à voyager sans en payer le coût ou dans le cadre de l’a (...)

19Une première réponse à l’interrogation sur la continuité de l’engagement personnel peut être dégagée des règles de participation des individus dans les groupes de diplômés chômeurs, qu’on pourrait qualifier de système de closed-shop17 (Neveu, 2002). Les adhérents sont classés sur une liste selon les points obtenus pour participer à l’action contestataire, chaque action étant récompensée différemment selon le danger ou le temps qu’elle requiert18. C’est cette liste close qui fait l’objet des négociations avec les autorités. Si un adhérent quitte le groupement, il est supprimé de la liste et il perd ainsi le droit à bénéficier des accords. À travers ce système, le risque d’adoption de stratégies de passager clandestin (free-riding)19 est minimisé.

20Logiquement, on devrait s’attendre à ce que le système de pointage fasse que les militants les plus engagés soient les plus susceptibles d’abandonner le groupe, avec le risque, dans un deuxième temps, que leur sortie rende la mobilisation vulnérable. Or, paradoxalement ceci ne se produit pas nécessairement. En règle générale, les militants qui assument les postes de responsabilité, d’organisation et d’encadrement sont ceux qui restent. Ce faisant, le maintien de l’engagement de ces militants, en voie de professionnalisation, conduit au refus d’opportunités d’embauche.

Cercle de reconnaissance : le militantisme pour le militantisme

  • 20  À l’occasion du 8e congrès de l’ANDCM, tenu à Rabat du 28 octobre au 1er novembre 2006, nous avons (...)

21L’insertion dans des réseaux sociaux ou les engagements collectifs antérieurs sont des éléments qui stimulent la participation dans l’ANDCM (Diani, McAdam, 2003). D’après les résultats d’une enquête réalisée auprès de 60 militants de l’ANDCM20, les trois quarts des répondants (75 %) connaissaient leurs collègues de section avant de rejoindre l’association, et les deux tiers (68 %) avaient participé à d’autres actions collectives (84 % dans le cas des militants ayant une responsabilité au sein du groupe). La totalité des répondants déclarait avoir rencontré des amis au sein du groupe, même si la possibilité de tisser des relations et d’assumer des responsabilités n’étaient pas affichées comme les « motifs principaux » de l’engagement.

  • 21  Le diplômé chômeur déclare ressentir une angoisse permanente produite par quatre motifs de malaise (...)

22L’action protestataire est liée à la construction d’une identité (Pizzorno, 1994), dans le sens où elle se produit à travers un acte public de prise de position qui « classifie » les acteurs concernés. Dans le cas d’une mobilisation de chômeurs, le rapport avec l’identité est central et les caractéristiques de celui-ci expliqueraient d’ailleurs l’improbabilité d’une action collective (Fillieule, 1993) vu qu’il serait difficile de construire une identité partagée, transcendant la propre individualité et ayant une portée collective à partir d’une expérience stigmatisée et traumatisante. Mais, dans le cas des diplômés marocains, on pourrait lire les données dans le sens inverse, et analyser les « épreuves du chômage »21 (Schnapper, 1981), combinées avec la légitimité fournie par le diplôme, comme des éléments fédérateurs de l’identité du groupe mobilisable. En d’autres termes, le mépris qu’entraîne la mobilisation peut être retourné et se convertir en élément fédérateur, puisque cette contrainte extérieure amène les mobilisés à construire une identité interne, mais revendicable à l’extérieur du groupe comme espace de revalorisation. En fait, on pourrait dire qu’il se produit un décalage entre la perception que les militants ont d’eux-mêmes et de leurs collègues et celle qui est partagée au-delà du groupe. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que le groupe constitue aussi un refuge de sociabilité où le chômeur se protège de l’isolement et revendique une existence politique.

Le militantisme comme projet pédagogique et professionnel

23Par professionnalisation de l’action militante on se réfère à l’acquisition d’expertises et à leur application dans une pratique militante quotidienne, à l’accumulation de postes de responsabilité et à la priorité de l’activité militante à l’égard d’autres activités (exprimée en temps consacré). Cette dynamique est surtout repérable au sein de l’ANDCM. La tendance n’implique qu’une petite proportion des militants de l’association, mais elle est importante en tant que cause et conséquence de la pérennisation du mouvement. Le marqueur le plus visible est l’accumulation de responsabilités au sein du groupe auquel il faudrait ajouter la durée de l’engagement et la pluri-appartenance associative. Si la durée moyenne de l’engagement dans l’ANDCM pour les participants au congrès d’octobre de 2006, était de 5,6 ans, elle monte à 6,14 ans pour les militants assumant des responsabilités.

24Les trois-quarts des interviewés (75 %) participent de manière simultanée à d’autres mouvements sociaux, politique, syndical, culturel, de développement. D’ailleurs, la proximité des cadres de l’ANDCM avec certains partis a motivé des dénonciations de récupération par l’extrême gauche de l’ANDCM ce qui en assurerait le maintien (en fournissant différents types de ressources, par la formation de cadres, etc.).

Élargissement de cadres et alliances

  • 22  En fait, tous les promoteurs étaient des militants de l’UNEM. 30 % des répondants à notre enquête (...)

25Sur le plan théorique, une association revendiquant le droit au travail a comme objectif sa disparition qui est la résultante de l’embauche de tous ses membres. Pourtant, l’ANDCM vient de tenir son huitième congrès, et les sujets autour desquels s’articulaient les débats montraient le souci de survie : les manières d’assurer le flux militant, la possibilité d’organiser des causes communes avec d’autres groupes (notamment étrangers) et le type d’actions à promouvoir afin d’infléchir l’ennui ou la routine qui s’installe chez les militants. L’idée était celle du renouvellement ou la mort, d’autant plus que l’UNEM22 ne constitue plus une source de recrutement et que l’attention des médias et des autorités publiques semble se concentrer sur les groupes de troisième cycle.

  • 23  Au contraire, selon les propos des membres du bureau, ceci montrerait l’utilité de la mobilisation (...)

26 Les responsables de l’association l’appréhendent de plus un plus comme une école de militants, dont la possible résolution du chômage n’impliquerait pas l’arrêt de l’activité de dénonciation23. Cette vocation ouvre la porte à l’élargissement des causes de protestation. De toute façon, le chômage ouvre un énorme champ de possibilités revendicatives ayant trait à de nombreux sujets qui peuvent y être rapportés de manière tangentielle : les choix des politiques économiques, le respect des droits de l’Homme, le déficit démocratique ou la corruption et l’abus de pouvoir.

27Dans un mouvement d’extension du cadre revendicatif, le discours s’élargit « en intégrant des éléments qui, a priori, n’en font pas partie mais qui sont pertinents pour sa cible de recrutement potentiel » (Mathieu, 2002). Par exemple, la hausse des prix des produits de consommation et des services basiques a été dénoncée par une mobilisation populaire nationale les derniers mois de 2006 qui a compté avec l’implication de l’ANDCM. Ces alliances complémentaires sur des dossiers concrets contribuent à accorder à la revendication spécifique (et certainement sectorielle) de l’association une dimension socialement globale qui la protégerait des soupçons d’égoïsme corporatiste. L’implication dans d’autres causes revendicatives possède aussi une dimension internationale. De la participation aux marches européennes contre le chômage à la participation au Forum social méditerranéen de Barcelone en juin 2005, l’ANDCM a noué des liens avec des syndicats (notamment la section andalouse de la Confédération générale du travail) et d’autres groupes de diplômés chômeurs maghrébins et européens. Sans être une garantie de la survie du groupe et de la mobilisation, la création de ce réseau offre de plus amples espaces de projection, des ressources et de nouveaux « prétextes » de mobilisation.

Les arguments de la décrédibilisation d’un groupe protestataire

28La pérennisation de l’action collective, ainsi que certaines dynamiques qui en sont à l’origine, a stimulé un processus de décrédibilisation de la cause des diplômés. Médias, pouvoirs publics et établissements éducatifs, entre autres, qualifient l’action revendicative de sectaire, de dernier vaisseau à brûler d’une « génération d’incapables », quand il ne s’agit pas d’une voie de développement du radicalisme politique ou d’un « montage » entretenu par l’appareil sécuritaire de l’État. La décrédibilisation n’est pas seulement la stratégie consciente de ceux qui ont intérêt à saper les bases de légitimité de la revendication. Elle existe chez des observateurs étonnés par la durée d’une mobilisation dans un contexte politique où la possibilité du phénomène associatif est liée à l’absence d’enjeu de pouvoir (Tozy, 1994). Dans ce contexte diabolisateur, la renégociation (ou, plus exactement, la revalorisation) de la catégorie de chômeur devient un objectif fondamental des diplômés, au même titre que la revendication professionnelle. Pour cette raison, la pérennisation de l’action collective n’implique pas la fixation de l’identité. Au contraire, le sens de l’action de dénonciation publique est contraint de s’adapter aux contextes changeants le remettant en question.

Sectarisme et détachement de la « réalité »

  • 24  Comme on peut lire dans un dossier paru dans l’hebdomadaire Tel Quel : « le caractère sectaire des (...)

29L’argument du sectarisme, diffusé à travers des portraits misérabilistes fournis par les médias, se construit en reprenant le discours victimaire des acteurs : notamment la justification de l’activité protestataire du type « nous n’avons rien à perdre » et le slogan « la fonction publique ou la mort »24. L’image des mobilisés comme des individus détachés de la vie économique et sociale et privés de ressources servirait à justifier de manière automatique la violence croissante de leurs actions. Pourtant, 57,5 % des mobilisés enquêtés et 64,7 % des responsables reconnaissent avoir des activités économiques à temps partiel, notamment dans les secteurs de l’enseignement privé, la vente ambulante et l’agriculture. Justifier ce comportement apparemment contradictoire à l’égard de l’image du diplômé chômeur légitimé à revendiquer un emploi fixe est un des enjeux du processus de définition du groupe. Quant aux attachements sociaux, l’image du chômeur isolé contraste avec l’évidence d’un activisme assez développé parmi certains militants ou avec l’existence de réseaux personnels qui rendent possible la transition de l’espace estudiantin à l’espace militant : 78 % des membres avaient participé à des actions revendicatives à l’université ou dans leur centre d’études et pour 68 % des participants, l’ANDCM ne constitue pas leur première expérience associative.

30Dans la logique du sectarisme, l’(hyper)activité protestataire est appréhendée comme un phénomène pathologique : un « cercle vicieux qui érode les anciennes sociabilités et qui fait sombrer les manifestants dans un monde « à part ». Cette perception ignore le travail collectif qui est à la base de tout projet revendicatif, notamment les luttes livrées entre individus et groupes cherchant à imposer leur propre sens de l’action. On ignore de cette manière la richesse de la pluri-appartenance associative d’une proportion importante de militants, la gestion rationnelle des rétributions et, avant tout, la possibilité de la coexistence chez un même individu de projets a priori incohérents, tels que le travail dans le secteur privé, la préparation d’un dossier d’émigration, etc.

Une mobilisation égoïste : corporatisme et/ou passivité de l’adolescent éternel

31La perception de l’égocentrisme de la mobilisation des diplômés chômeurs se compose de deux volets : le premier dénonce un supposé biais corporatiste inhérent au type de revendication ; le deuxième reproche l’attitude passive qui est à la base de l’action protestataire.

32La demande d’embauche dans la fonction publique en vertu de la formation académique des diplômés et de la tradition de l’État employeur est perçue comme sous le signe du corporatisme. Malgré les efforts d’amplification de cause, la nature de la mobilisation serait « excluante » et élitiste. Les mobilisés essaieraient de cacher la nature sectorielle et privée de la revendication en faisant le lien avec une problématique générale du chômage. Au-delà de leurs discours sur les droits collectifs, leur seul intérêt serait donc l’obtention d’un salaire fixe.

  • 25  Cette perception serait renforcée par la durée de la période d’inactivité déclarée chez les mobili (...)

33La deuxième interprétation appréhende la mobilisation comme la réaction « la plus facile » de ceux qui ne savent pas comment régler leur problème. Cet argument perçoit le diplômé chômeur comme l’aboutissement d’un parcours parsemé de mauvais choix (dans le domaine des études, notamment), motivés par l’ignorance ou l’insouciance25. Le diplômé mobilisé serait donc un « adolescent éternel » qui n’aurait pas assumé l’échec où le choix des études l’a amené. Il ferait appel à un État paternaliste pour qu’il le sorte de l’impasse avant d’investir dans des alternatives privées de réussite : l’auto-emploi, la formation continue dans des domaines « porteurs de développement ». Cette vision ignore les déficits du système d’enseignement : les « options » des étudiants sont parfois plus fictives que réelles, le décalage entre l’enseignement offert et les besoins productifs est une réalité. Il s’agit d’un argument construit sur un nouvel imaginaire qui identifie le « héros » du Maroc globalisé, en complète opposition avec le diplômé des disciplines classiques : le self-made man, l’entrepreneur audacieux porteur de modernisation, succès et dynamisme (Cohen, 2004).

34Au-delà de ces deux interprétations, d’autres observateurs identifient une conséquence perverse de la mobilisation, dont les diplômés ne seraient pas conscients ou en tout cas ils feraient semblant de ne pas l’être. Les discours de rupture des mobilisés, en l’occurrence de l’ANDCM, perdraient toute leur valeur puisque l’action ne contribuerait qu’à légitimer l’exercice du pouvoir dans sa version patrimoniale. Ainsi, les dénonciations du déficit d’accountability de l’État ou de l’irrationalité de la dépense publique se voient vidées de contenu dès que les diplômés acceptent des postes dans l’administration.

Résistance aux changements : culte au diplôme et radicalité politique

35D’autres observateurs, encore, voient derrière la mobilisation, la résistance au changement. Celle-ci serait autant motivée par l’attachement à la représentation traditionnelle du diplôme qu’à une supposée radicalité politique. Selon la première interprétation, les manifestants considèrent que leur diplôme leur fournit un statut de professionnels dont les connaissances et les attitudes seraient inquestionnables. Ceci expliquerait la vague de protestation qui a suivi l’établissement d’un concours d’accès à l’échelle 11 de l’administration pour les docteurs. Cette perception auto-valorisante serait due moins à la formation acquise qu’à un ensemble d’attitudes personnelles qui, d’après eux, permet leur engagement. Là où certaines instances ne voient que passivité, soumission inconsciente ou corporatisme, les mobilisés avancent l’esprit d’initiative et de critique, le courage et la solidarité.

  • 26  L’argument n’est pas seulement pris des acteurs économiques ou officiels. L’orientation politique (...)

36Quant à la seconde interprétation, les diplômés mobilisés seraient des radicaux opposés aux inexorables changements, en l’occurrence le désengagement de l’État en matière économique. Leurs revendications traduiraient la défense implicite d’un État paternaliste et fournisseur de services, qui n’a plus sa place au sein du Maroc « ajusté » (Catusse, 2002). Qui plus est, ils se voient affublés du qualificatif de « radical » qui est automatiquement appliqué en vertu des soutiens explicites à l’ANDCM et, de manière plus discrète, à l’UCSC, de partis tels que Annahj Addemocrati, Fidélité à la Démocratie ou la jama’at al Adl ua al Ihsan, qui les amèneraient à des positions de permanentes de confrontation26.

37Le maintien de l’engagement durant des périodes très longues (5, 8 voire 12 ans) pose question. En premier lieu, de quoi vivent ces militants chômeurs ? Au-delà de la possibilité du soutien familial et du développement d’activités économiques, des hypothèses sur le financement des leaders de la part de partis ou même de l’État circulent. L’argument de la récupération part d’un double constat : en premier lieu, le chômage est un sujet trop mobilisateur pour laisser indifférents les partis et les syndicats, qui chercheraient à l’instrumentaliser comme un « appât » pour amplifier leur base populaire ; en deuxième lieu, le fait qu’une mobilisation potentiellement contestataire ne doit pas échapper au contrôle sécuritaire de l’État.

38Après une année d’activité protestataire frénétique et un été calme, la surprise éclatait en septembre 2006 avec la nouvelle de l’accord signé entre le représentant du Premier ministre et les responsables de quatre groupes de diplômés du troisième cycle, par lequel l’État s’engageait à embaucher 966 militants en échange de l’arrêt de l’activité revendicative. La conséquence immédiate a été la démobilisation des groupes les plus actifs l’année précédente. La solution aux revendications de ce groupe spécifique a mis le reste du mouvement et, en particulier, l’ANDCM dans l’impasse.

39Le processus qui a mené à l’accord avec les diplômés de troisième cycle échappe encore aux observateurs. Apparemment, le rôle d’amplificateur joué par le comité de suivi a servi pour « débloquer » la situation, mais, si on croit les membres du comité, le roi aurait joué un rôle important en exigeant que les responsables du dossier débloquent définitivement la situation des chômeurs qui « chauffaient les rues » dernièrement. Au-delà de ces déclarations, dans quelle mesure faut-il lire la résolution du dossier à partir des clés sécuritaires : s’agit-il d’éviter l’escalade de la violence ainsi que l’emprise du mouvement islamiste al-Adl wa al-Ihsan ?. Faut-il voir un point d’inflexion en matière d’inspiration idéologique et de fourniture de ressources dans le fait que parmi les nouveaux groupes de diplômés de troisième cycle, certains (Wahed) ne sont plus accueillis à l’Union marocaine du travail (comme le sont Mubadara, Jiwar et Sharq) ? Quant à l’ANDCM, il faudra voir comment elle réussit à stimuler ses adhérents et à gérer l’intérêt porté par les autorités sur les groupes de troisième cycle.

Haut de page

Bibliographie

Bennani-Chraïbi M., 1994, Soumis et rebelles : les jeunes au Maroc, Casablanca, Éd. Le Fennec.

Bourgroum M., Ibourk A., 2002, « Le chômage des diplômés au Maroc : quelques réflexions sur les dispositifs d’aide à l’insertion », Revue Formation Emploi, n° 79, juillet-septembre.

Catusse M., 2002, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un groupe dans le Maroc ‘‘ajusté’’ », Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 9, n° 2.

Cefaï D., 1996, « La construction des problèmes publics. Définition des situations dans des arènes publiques », Réseaux, nº 75.

Cohen S., 2004, Searchinf for a Different Future. The Rise of a Global Middle Class in Morocco, London/Durham : Duke University Press.

Diani M. Mc Adam D., 2003, Social Movements and Networks : Relational Approaches to Collective Action, Oxford, Oxford University Press.

El Aoufi N., 1999, « La réforme économique : stratégies, institutions, acteurs », Monde arabe Maghreb-Machrek, nº 164, avril-juin.

Emperador Badimon M., 2006, « El movimiento de los diplomados en paro de Marruecos : desafíos a la “improbabilidad” de una acción colectiva de desempleados », non publié (évaluation pour la Revista Internacional de Sociología).

Gaxie D., 1977, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue Française de Science Politique.

Ibaaquil L., 1999, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : une mobilité sociale en panne ? », in Geisser V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, Paris, CNRS Éditions.

Madani M., Belghazi T., 2001, L’action collective au Maroc. De la mobilisation des ressources à la prise de parole, Rabat, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

Mathieu L., 2002, « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue Française de Science Politique, vol. 52, nº 1, février.

Mellakh K., 1999, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc : aspects et enjeux », in Geisser V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, Paris, Éd. du CNRS.

Neveu É., 2002, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, nº 207.

Ojeda R., 1999, « La concertación social en el proceso de modernización de Marruecos : análisis político-institucional del Consejo nacional de la juventud y del futuro ».

Santucci J.-C., 1984, « Chronique Maroc », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS.

— 1985, « Chronique Maroc », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS.

Schnapper D., 1981, L’épreuve du chômage, Paris, Éd. Gallimard.

Pizzorno A., 1994, « Identidad e interés », Zona abierta, n° 69.

Tozy M., 1991, « Représentation/Intercession. Les enjeux de pouvoir dans les « champs politiques désamorcés » au Maroc », in Camau M. (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, Éd. du CNRS.

Haut de page

Notes

1  DESA : Diplôme d’études supérieures approfondies, DESS : Diplôme d’études supérieures spécialisées.

2  À titre d’exemple, si en 1983 l’État avait recruté de l’ordre de 50 000 fonctionnaires, les nouvelles embauches se réduisent à 10 000, avec une stabilisation du nombre pour les années qui suivent (Akesbi, 1993).

3  D’ailleurs, cette dimension d’enjeu va assurer dans un premier moment l’intérêt de plusieurs groupes sociaux (partis, syndicats, d’autres associations) pour récupérer à leur faveur la mobilisation.

4  Le Conseil produit des études sur les conditions du marché de l’emploi et propose des orientations à suivre. Les axes de travail sont fondamentalement : le développement du système productif urbain et rural, l’intégration entre celui-ci et le système d’enseignement-formation et la stimulation de la création d’emploi au sein du secteur privé.

5  Dans la mesure où le Conseil a un caractère très universitaire, de par sa composition et sa vocation à établir des diagnostics, et que les acteurs sociaux, notamment les représentants des groupes de diplômés n’ont pas été invités à y participer. Mais d’après R. Ojeda (1999) l’attribution de la présidence à un universitaire cadre de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Habib el Malki, montre l’ouverture du régime ainsi que la volonté de doter l’institution d’un fort caractère technique. Pourtant, une telle nomination pourrait être aussi interprétée comme la cooptation d’un universitaire de gauche, qui, de manière indirecte, confronte l’USFP à l’épineuse question du chômage des universitaires. Le parti se voit donc obligé de passer d’un discours d’opposition dans le contexte de la grève de 1990 et des troubles sur les campus à la gestion des problèmes socioéconomiques.

6  Royaume du Maroc – CNJA, Chômage des jeunes, 1re session, 1991. L’étude parle d’une population de 100 000 diplômés à partir du Baccalauréat en situation de chômage.

7  L’article 13 de la Constitution de 1996 stipule : « Tous les citoyens ont également droit à l’éducation et au travail ».

8  La littérature consacrée aux mobilisations de chômeurs insiste sur leur caractère hétéronome et sur le fait qu’elles sont tributaires de ressources fournies par des entrepreneurs de causes extérieurs. En bref, les chômeurs constitueraient une population dont la mobilisation est improbable. Une révision, bien que non exhaustive de la question de l’improbabilité de l’action collective des chômeurs, peut être consultée dans M. Emperador (2007), Revista internacional de sociología (en cours d’évaluation).

9  Il est difficile de repérer dans le détail les évolutions de l’ANDCM en ce qui concerne le nombre de sections et de militants. D’après les données dont on dispose, l’association était formée en 1999 de 150 sections et 45 000 membres, en 2003, de 130 sections et en 2005, de 103 sections et environ 3 000 militants (même si d’autres membres du Bureau parlent de 1 000 militants).

10  La présence d’adhérents de différentes sensibilités politiques dans les sections locales contraste avec l’uniformité relative des membres du Bureau exécutif, qui appartiennent aux organisations de la gauche non-gouvernementale (La Voie démocratique, le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste, Fidélité à la démocratie, le Parti socialiste unifié, et Potentialités de gauche).

11  Les pionniers sont les docteurs et doctorants des Facultés des lettres et des études islamiques, mais les scientifiques et ingénieurs rejoindront bientôt leurs rangs.

12  En décembre 2005, quelques diplômés du Groupe de la formation qualifiante avaient tenté de s’immoler par le feu dans le mellah de Rabat.

13  « Diplômés chômeurs : un cadeau du gouvernement ? » L’Économiste, 8/9/2006 ; « Le gouvernement engage 865 diplômés chômeurs dans la fonction publique », Le Matin, 7/9/2006.

14  Ils font l’objet d’opérations répressives très dures et leur usage de la symbolique de l’auto-violence mériterait d’être observée avec attention.

15  Les résultats d’un questionnaire réalisé auprès de 60 militants montrent que la durée de l’engagement moyen est de 5,6 ans chez les hommes et de 5,7 ans chez les femmes.

16  Ce propos est fortement lié aux conclusions tirées de l’observation personnelle réalisée à Rabat. Une des dimensions intéressantes de l’objet sont les logiques qui traversent les négociations avec les autorités à Rabat et ailleurs. Si le résultat à Rabat dépend en grande partie de la conjoncture et de variables que les diplômés ne maîtrisent pas à eux seuls, en province la logique est différente, et la proximité entre élus et militants peut amener à un arrangement « personnalisé » de leur situation.

17  Dans ce système, l’embauche (ou le droit à bénéficier des fruits de l’action collective) est conditionné à l’adhésion, à l’organisation et à la participation à la mobilisation.

18  Chaque action reçoit un nombre de points différents : la participation à l’assemblée générale (hebdomadaire), aux réunions extraordinaires, aux commissions de travail, aux actions revendicatives publiques (marches, sit-in, grèves de la faim, occupations), ou aux congrès nationaux (dans le cas de l’ANDCM).

19  Ou du « passager clandestin » qui consiste à voyager sans en payer le coût ou dans le cadre de l’action revendicative à regarder les autres se mobiliser tout en jouissant des bénéfices. C’est le cas classique du non-gréviste qui bénéficie des acquis de la grève sans avoir à en subir les contraintes contrairement aux personnes qui se sont mobilisées.

20  À l’occasion du 8e congrès de l’ANDCM, tenu à Rabat du 28 octobre au 1er novembre 2006, nous avons questionné les participants sur plusieurs sujets concernant leur engagement et leur situation sociale.

21  Le diplômé chômeur déclare ressentir une angoisse permanente produite par quatre motifs de malaise, à savoir : l’incapacité de fonder un foyer, la misère matérielle, l’incapacité de payer une supposée dette au pays, et la frustration intellectuelle.

22  En fait, tous les promoteurs étaient des militants de l’UNEM. 30 % des répondants à notre enquête avait manifesté avec l’UNEM avant de joindre l’ANDCM. Quant aux responsables, la proportion monte à 37 % qui se déclare membre de l’UNEM, et 84 % qui déclare avoir participé à quelques unes de ses actions sur les campus.

23  Au contraire, selon les propos des membres du bureau, ceci montrerait l’utilité de la mobilisation et inaugurerait une forme de lutte pouvant être mobilisée dans d’autres causes. La pérennisation devient ainsi un objectif assumé par une partie des diplômés chômeurs mobilisés.

24  Comme on peut lire dans un dossier paru dans l’hebdomadaire Tel Quel : « le caractère sectaire des associations de diplômés chômeurs, dont les membres s’interdisent de plus en plus de penser hors du schéma idéologique préétabli (“le travail dans la fonction publique ou la mort”) ». Cf. Tel Quel, nº 216, 11-17/3/2006.

25  Cette perception serait renforcée par la durée de la période d’inactivité déclarée chez les mobilisés. À cause de leur caractère de diplômés, parfois scientifiques, l’augmentation du temps de chômage réduit la valeur du diplôme. Le temps moyen au chômage des enquêtés est de 8 ans, ce qui signifie un chômage de longue durée poussé à l’extrême. La longue durée se considère à partir de 12 mois, mais dans le cas des diplômés censés mettre en valeur sur le marché de travail leurs connaissances académiques, le temps passé érode même la valeur ajoutée de cette formation, accélère l’effet pervers du passage du temps sur l’employabilité du chômeur.

26  L’argument n’est pas seulement pris des acteurs économiques ou officiels. L’orientation politique de l’ANDCM n’aurait pas été sans conséquences sur les caractéristiques de sa participation au Forum social marocain ou sur la décision du Comité de soutien des diplômés de ne pas l’inclure parmi les « bénéficiaires » de son action de dénonciation. Selon ce dernier, l’ANDCM aurait commis l’« erreur tactique » de restreindre sa palette revendicative, marqueur évident de l’instrumentalisation dont elle ferait objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Montserrat Badimon Emperador, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle », L’Année du Maghreb, III | 2007, 297-311.

Référence électronique

Montserrat Badimon Emperador, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/376 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.376

Haut de page

Auteur

Montserrat Badimon Emperador

Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, Centre Jacques Berque, Rabat, m_emperador@yahoo.es

Haut de page