Navigation – Plan du site
Mauritanie
Chronique politique

Nouvelle production de sens en Mauritanie : le coup d’État du 3 août 2005 et sa signification

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou
p. 315-332

Entrées d'index

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

« Certes, on peut renaître »
Fiodor Dostoïevski,
Remarques écrites en hiver sur des impressions d’été, 1863

  • 1  Formé le 10/7/1978 à la suite du coup de force qui mit fin aux dix-huit années de pouvoir du premi (...)

1La période qui s’est écoulée entre l’été 2005 et l’hiver 2007 représente l’une des phases les plus importantes dans l’histoire contemporaine de la république islamique de Mauritanie. Fait assez rare en politique, et nouveauté absolue dans ce pays d’Afrique du nord, en l’espace d’un peu moins de vingt mois, le régime qui avait dirigé le pays depuis un peu plus de vingt ans – sous deux configurations institutionnelles consécutives1 mais toujours avec le même dirigeant, le colonel puis président Maaouiya Ould Sid’ Ahmed Taya – et dont l’autoritarisme allait grandissant, est brusquement remplacé par un nouvel organe exécutif. Ce dernier s’est chargé d’une mission de relance constitutionnelle, de libéralisation socioéconomique et de refonte de la donne politique mauritanienne tout en limitant la temporalité de son mandat et en interdisant, par ordonnance officielle, à ses membres et à ceux du gouvernement civil qu’il a nommés de se présenter à une série d’échéances électorales distribuées sur un calendrier de neuf mois. Contre toutes attentes, et beaucoup de scepticisme national et international, la mission est menée à bien et les engagements tenus.

2Un retour en arrière analytique sur cet événement-clef de l’histoire politique contemporaine de la Mauritanie révèle, en premier lieu, son caractère éminemment fondateur d’une nouvelle réalité mauritanienne, ainsi que sa portée de précédent au sein du monde arabe et musulman. Ensuite, l’on comprend qu’une telle renaissance, si spectaculaire soit-elle, a, d’une part été grandement facilitée, voire provoquée, par l’état d’illégitimité virtuelle et de vulnérabilité extrême dans lequel le régime précédent s’était placé depuis au moins l’été 2003. Enfin, toute à sa vertu mobilisatrice, cette expérience a d’une certaine façon mis à nu les limites actuelles d’un secteur du jeu politique mauritanien, certes désormais largement émancipé mais encore adolescent à certains égards. Il est marqué par un manque relatif de maturité, résultante paradoxale de l’action, parfois concertée et souvent fortuite, de forces profondes trop longtemps travaillées par « l’ère Maaouiya ». Alors même que le nouvel exécutif agit de façon à libérer la classe politique, une partie de celle-ci, à la différence d’une société mauritanienne en rapide transformation et qui a fait immédiatement siens « les acquis du 3 août », est prise au dépourvue par l’étendue et la rapidité des changements créés par le coup d’État et, paradoxalement, suscite presque une demande despotique. Pour autant, la transformation est réelle, profonde en Mauritanie et pleine de leçons pour les quatre autres pays du Maghreb et, au-delà, le monde arabe.

  • 2  Approche qui privilégie l’action des acteurs – en particulier les dynamiques de négociation – au d (...)
  • 3  Cette formule s’applique à la Mauritanie des années 1980 et 1990, période pendant laquelle la répr (...)
  • 4  J’ai décrit ailleurs la genèse de ce premier moment de démocratisation imparfaite ; voir Mohammad- (...)

3Si le coup d’État a mis fin à une situation d’autoritarisme avérée, il a surtout enfanté, dès les premières heures, des mécanismes nouveaux d’interaction entre pouvoir, opposition et société en Mauritanie. Prenant la mesure d’une telle acuité de transformation référentielle, on peut dire que le changement s’est également inscrit en porte-à-faux par rapport aux théories de ruptura pactada2 et d’évolution assistée de l’extérieur. Longtemps considérée comme l’option la plus pragmatique ou la plus désirable pour s’extirper de « situations autoritaires non-violentes »3, la démocratisation négociée n’a pas vu le jour en Mauritanie. Au bout de treize années de démocratie officielle et de douze échéances électorales4, il a fallu, non pas une « rupture pactée », mais un coup d’État chirurgical pour entamer une libéralisation politique réellement en phase avec les demandes et attentes des citoyens de ce pays.

4Nous nous attelons, ici, à délimiter les contours de cet événement, sa signification et ses implications immédiates tels qu’ils peuvent être saisis de prime abord. Toutefois, il convient de garder à l’esprit que les conséquences à long terme du coup de force et de la transformation de la société mauritanienne qu’il a initié demeurent à étudier en profondeur et à la lumière de la pratique que les Mauritaniens feront, au fil des ans, de ce qui pourrait être le dernier des coups d’États dans ce pays du Maghreb.

Nouveau départ

  • 5  Avant le coup de force du 3/8/2005, quatre opérations militaires avaient eu lieu les 10/7/1978, 16 (...)
  • 6  Ce fut le cas, en particulier, le 15/8/2004 (un attentat contre l’avion du chef de l’État mauritan (...)
  • 7  Durant la majeure partie de son règne, le président Ould Taya avait décliné un grand nombre d’invi (...)

5Le 3 août 2005, les Mauritaniens s’éveillent en apprenant qu’un coup d’État est en cours depuis la nuit précédente. Dès les premières heures, appréhension et incertitudes dominent le pays. Cloués face à la télévision et à la radio nationale autant que devant la chaîne d’information satellitaire panarabe Al Jazira (qui possède un réseau de correspondants à Nouakchott), les Mauritaniens sont plus à l’affût d’indices sur l’issue de ces nouveaux remous politiques autour de l’exécutif mauritanien que sur la nature et l’objet de la tentative de changement. Ould Taya – en voyage en Arabie Saoudite où il assiste aux obsèques du roi Fahd – s’en tirera-t-il cette fois-ci ? Telle est l’interrogation qui domine les esprits et les calculs. Si ce n’est pas le cas, pense et espère la majorité des mauritaniens, de quoi sera fait l’avenir ? Un tel attentisme tactique confus se double également d’un sourd sentiment de fatigue et de déjà vu. Une perception qui fonctionne de plus à deux niveaux puisque ce nouvel épisode constitue en même temps le cinquième coup d’État dans l’histoire du pays5 et la seconde tentative en trois ans – à laquelle s’ajoutent des allégations de complots annoncés à maintes reprises par les gouvernements du président Ould Taya6. Dans un tel contexte de redite, de mise en abîme et d’ironie de l’histoire – le 12 décembre 1984, chef d’État-major, Ould Taya avait pris le pouvoir à l’occasion d’un coup de force mis en œuvre lors d’un voyage du président Mohammed Khouna Ould Haidallah à Bujumbura au Burundi où celui-ci prenait part au onzième sommet France-Afrique7 –, les Mauritaniens ne sont dans le suspense que pour connaître l’identité du vainqueur.

  • 8  Dans un enregistrement vidéo diffusé par la chaîne le 3/9/2003, les deux hommes cagoulés déclarent (...)
  • 9  Les faits ne sont pas confirmés, mais une rumeur publique persistante veut que ce soit les deux mê (...)

6Au fil des heures, les informations filtrent et l’on apprend, ici et là, que l’affaire est, semble-t-il, menée par le commandant du bataillon de la sécurité présidentielle, le colonel Mohamed Ould Abdelaziz, et le directeur de la sûreté nationale, Ely Ould Mohamed Vall. L’information surprend à maints égards puisque, là où tous attendaient l’apparition d’éléments externes à l’appareil du pouvoir, voire au pays, voilà que du sein même de l’institution émergent des hommes-clés du dispositif d’Ould Taya qui mettent pacifiquement fin à un régime que l’on croyait solidement ancré. Deux ans auparavant, en effet, le 8 juin 2003, deux autres hommes, le commandant Saleh Ould Hannena et le commandant Mohamed Ould Cheikhna, avaient, à la tête d’un petit groupe de militaires – connu plus tard sous le nom de Cavaliers du changement – tenté en vain de prendre le pouvoir par la force. Au bout de deux nuits de combats autour de la présidence, qui firent seize morts, et sans arriver à mettre la main sur Ould Taya, les malheureux putschistes avaient pris la fuite, les uns vers le sud du pays les autres au nord-est. L’arrestation de leur leader, Ould Hannena, après une cavale médiatisée de seize mois (des enregistrements vidéos avaient été acheminés à Al Jazira qui les diffusera à deux reprises8) finira par asseoir auprès de nombreux mauritaniens, et non des moindres au sein de la classe politique, l’idée qu’Ould Taya était inamovible9.

  • 10  En 1978, contexte de guerre au Sahara oblige, le « redressement » et le « salut » font l’objet de (...)
  • 11  La qualité audio de l’enregistrement est pauvre, la scène peu éclairée et Ould Taya semble étrange (...)

7En début d’après-midi, ce 3 août, mettant fin à un état d’esprit où se mêlent inquiétude, incertitude, lassitude et vague espoir de libération, une présentatrice de la télévision nationale mauritanienne, Fatimetou Mint Salek, fait lecture d’un communiqué par lequel un Comité militaire pour la justice et la démocratie (CMJD)10 composé de dix-sept officiers de l’armée et dirigé par Ely Ould Mohamed Vall annonce avoir pris le pouvoir pour mettre fin aux « pratiques totalitaires » de l’ancien régime. Il déclare également ses intentions démocratiques et affirme ne vouloir s’arroger qu’un seul mandat n’excédant pas une période de transition de deux ans durant laquelle il s’attellera à mettre en place des élections libres afin d’installer des autorités civiles démocratiquement élues. Même si elle demeure sceptique – l’ère de Ould Taya est-t-elle réellement close ? Les militaires tiendront-ils promesse ? – et si la récente participation de ces mêmes officiers au régime précédent désoriente plus d’un observateur, la majorité des Mauritaniens exprime sa joie et des manifestations spontanées ont lieu à travers le pays. Ould Taya, dont l’avion de retour d’Arabie Saoudite n’a pas été autorisé à atterrir à Nouakchott, se rend à Banjul en Gambie d’où il enregistre un message vidéo confus11 diffusé le 4 août sur la chaîne de télévision satellitaire Al Arabiya, puis obtient, quelques jours plus tard, l’asile politique au Qatar.

8Au fil des jours, puis des mois qui suivent, les déclarations d’intention du CMJD se confirment. Constatant que les tombeurs d’Ould Taya ont réussi à éviter toute effusion de sang et surprise de voir leur profession de foi s’avérer être un programme de véritable changement, la majorité des Mauritaniens se surprend à reprendre espoir et à formuler des projets. Certes, les proches d’Ould Taya, sa famille et certains membres de sa tribu, les Smassides (tribu berbère maraboutique présente majoritairement dans la région de l’Adrar), ne se font pas à l’idée que leur « fils » a été déchu, plus particulièrement par deux de ses hommes de confiance. Par ailleurs, le fait que Ould Mohamed Vall et Ould Abdelaziz appartiennent à la même tribu, les Awlad Bou Sba (tribu arabe guerrière d’ascendance marocaine) donne à penser qu’il s’est agi d’un coup d’État tribal par lequel un ensemble aurait supplanté un autre. Cette idée, qui trouve également relais au sein des pôles de contestations traditionnelles d’Ould Taya, est rejetée avec véhémence par les membres du CMJD : ils se défendent de reproduire les particularismes caractéristiques du système précédent.

  • 12  Mohamed Ould Abdelaziz présente ainsi, quatre jours après l’événement, les objectifs du coup de fo (...)
  • 13  Ayant eux-mêmes servi sous l’ancien régime, ils se doivent de composer avec leurs précédents corel (...)

9Le 7 août, un gouvernement civil dirigé par Sidi Mohamed Ould Boubacar, ambassadeur en France et ancien Premier ministre sous le régime d’Ould Taya (de 1992 à 1996) est nommé. Si le choix de ce « technocrate » semble répondre à un désir d’asseoir un projet de changement qui, au vu de la période limitée et de l’ampleur du pari, ne peut se permettre les erreurs d’apprentissage, la nomination d’Ould Boubacar refroidit les ardeurs de la majorité des observateurs qui croient y déceler la continuité d’un ancien régime renaissant sous de nouveaux habits. De fait, alors même qu’ils mettent au défi ceux qui doutent de leur sincérité de suivre de près leurs actions et engagement12, Ould Mohamed Vall et ses collègues tentent un exercice difficile de composition prenant en compte le nécessaire équilibre régional, ethnique et tribal sans pour autant rejeter ceux qui ont servi sous Ould Taya13.

  • 14  Pour une étude utilisant ce prisme analytique, voir Anthony G. Pazzanita, « Mauritania’s Foreign P (...)
  • 15  En marge du sommet euro-méditerranéen tenu à Barcelone en novembre 1995, le régime d’Ould Taya ava (...)

10Fort du fait que ce coup d’État est le premier dans l’histoire du pays qui n’a pas eu de relais externes (la France, le Maroc et la Libye avaient été impliqués dans les affaires précédentes), le CMJD aborde les questions avec une rapidité, une transparence et un nouveau style de communication déconcertant. Désinhibé, l’exécutif mauritanien ne semble plus dans la « quête du protecteur » externe qui avait caractérisée l’ère Ould Taya14. Cette politique de parrainage (marocain, français, américain), voire d’inféodation, avait parfois presque abouti à l’exercice d’une souveraineté par procuration. Cette émancipation teintée de realpolitik, Ould Mohamed Vall la pratique sans ambages dès le départ à l’égard des partenaires régionaux d’abord – un émissaire du roi Mohamed VI est reçu dès le troisième jour – puis internationaux, avec une entrevue avec les ambassadeurs américains et français afin de leur expliquer que l’objectif du CMJD est d’instaurer une paix civile exempte de tout règlement de compte. Pour autant, la question des relations avec Israël15 est soigneusement évitée. Face à cette fâcheuse réalité, rejetée par la majorité des Mauritaniens, mais justifiée en fonction du principe que les États respectent les engagements des gouvernements précédents, personne n’est dupe. Mais pour l’heure, à l’exception des islamistes, toute la classe politique s’y fait.

11À l’instar de la population, cette dernière se fait surtout à l’idée que le pire prévisible ne s’est pas produit et qu’au fil des semaines le changement semble de plus en plus réel. La persuasion paraît l’emporter sur l’action coercitive (alors que le mode du consentement était longtemps demeuré la soumission et non la conviction). De fait, une forme réelle d’autonomie politique voit le jour puisqu’au cours des dix-neuf mois de la transition, presque tous les aspects de l’interaction entre État et société sont réformés dans le sens d’une libéralisation. Menées au pas de course – le CMJD annonce le 10 novembre 2005 sa décision d’écourter la période de transition de six mois en vu de clore le projet en mars 2007 –, les transformations bousculent les codes sociaux et brisent plus d’un tabou. Ainsi, le 4 août 2005, Ould Mohamed Vall ouvre les portes du Palais présidentiel à une opposition qui n’y avait jamais mis les pieds en douze ans de « transition démocratique ». Les dirigeants de tous les partis politiques sont reçus par Ould Mohamed Vall qui leur fait part du projet du CMJD, non dans le cadre d’une audience confidentielle mais dans l’esprit d’une coopération stratégique. Le 19 août suivant, il rencontre à nouveau les leaders de l’opposition pour une concertation plus approfondie, et, cinq jours plus tard, les questions du « passif humanitaire », des réfugiés mauritaniens au Sénégal et des séquelles de l’esclavage sont au centre d’un échange de vues avec certains militants mauritaniens des droits de l’Homme. En se prêtant à la consultation démocratique et en abordant ces premiers pas en posture non de donneur de leçons à une chambre d’écho embrigadée mais en partenaire, le CMJD opère un processus de bascule inédit en Mauritanie.

  • 16  Les États-Unis seront présents à travers le National Endowment for Democracy (NED) qui enverra plu (...)
  • 17  Elles se déroulent sur la base de trois rapports présentés par des comités interministériels, mis (...)

12Le processus électoral est encadré dès le départ par l’Union africaine, qui dépêche une mission d’évaluation à la mi-août. Le même mois le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) est invité par le CMJD à observer les opérations. Vient ensuite l’Union européenne. Mais le processus électoral ne prend réellement pied qu’avec la création, en octobre suivant, d’une Commission électorale nationale indépendante (CENI) soutenue financièrement par l’Allemagne, la France, l’Espagne et les Pays-Bas (à l’occasion, en particulier, d’une table ronde des donateurs tenue le 25 avril 2006 à Nouakchott)16. La mise en place de cet organe, revendiquée depuis longtemps par l’opposition mais toujours rejetée par Ould Taya, crée un lien organique important entre rhétorique de changement et outils administratifs indépendants. La CENI est également le résultat des « Journées de concertation nationale » tenues du 25 du 29 octobre à Nouakchott en présence de quelque cinq cents personnalités de la société civile et durant lesquelles sont débattues un ensemble de questions nationales dont la révision de la Constitution, le fonctionnement de la commission électorale et, de manière plus large, la refonte du système politique national17.

  • 18  De cette disposition, il résultera l’élection, en décembre 2006, de 18 % de femmes au sein du nouv (...)

13Aussi, cette dynamique de concertation et le cahier de charges qui s’en suit donnent, le 16 février 2006, naissance à un second organe, le Recensement administratif à caractère électoral (RAVEL), créé afin de revoir et parfaire les listes électorales. Au cours des mois suivants, cette entité recensera plus d’un million d’électeurs sur l’ensemble du territoire, confirmant, au passage, la domination quantitative de l’est du pays et de la grande région de Nouakchott. En parallèle, des mesures électorales nouvelles sont adoptées, telle l’instauration d’un quota minimal de 20 % de candidatures féminines à toutes les élections18 de sorte qu’une société mauritanienne déjà informellement matriarcale formalise ainsi une égalité de genre unique dans le monde arabe.

14Le 25 juin 2006, un référendum sur la Constitution a lieu. Les amendements proposés, concernant notamment la limitation du nombre de mandats présidentiels (d’une durée de cinq ans renouvelable une seule fois), sont adoptés par 96 % des voix avec un taux de participation de 76 %. Quelques jours avant le scrutin, les services de la police mauritanienne affirment avoir déjoué un complot visant à saboter l’organisation du référendum constitutionnel, et procèdent à l’arrestation de quatre individus : Sidi Mohamed Ould Vayda, ancien colonel de l’armée de terre ; le colonel Abderrahmane Ould Lekwar, conseiller à l’état-major de l’armée et ancien directeur de la Marine nationale ; Mohamed Ould Mohamed Ali, ancien ambassadeur auprès de l’UNESCO ; et Mini Ould Abderrahmane, fils du colonel Ould Lekwar. Ces personnalités, proches de l’ex-président Ould Taya, sont inculpées, le 19 juillet, par le procureur de la République au tribunal de Nouakchott pour « complot visant le renversement de l’ordre constitutionnel » (chef d’accusation passible de la réclusion à perpétuité) et déférés devant la Cour criminelle de Nouakchott le 1er novembre suivant. Cet épisode, dont il n’est pas possible de connaître avec certitude l’origine, donne à penser que la nouvelle équipe est retombée dans les travers du système Ould Taya qui avait souvent cherché à légitimer ses opérations politiques, notamment électorales, par le truchement de l’artifice du complot.

  • 19  L’organisation avait mené une mission en Mauritanie en octobre 2006 au cours de laquelle elle avai (...)

15En dépit de cette affaire, le référendum sur la Constitution marque une année de transition réussie et la communauté nationale exprime sa satisfaction à l’égard de l’évolution des étapes du projet, d’autant plus que les nouvelles autorités procèdent à la libéralisation des médias. De fait, suite à un rapport présenté par une Commission consultative pour la réforme de la presse et de l’audiovisuel, le 2 octobre 2006, une nouvelle loi sur la presse entre en vigueur : elle prévoit notamment la libéralisation des ondes et la suppression de la censure des journaux. Elle annule l’article 11 de la loi sur la presse adoptée en 1991 qui instaurait une forme de censure permanente en permettant au ministère de l’Intérieur de saisir toute publication tombant sous le coup de l’accusation d’atteinte à l’État ou à l’ordre public. Le 25 octobre suivant, une Haute autorité de la presse et de l’audiovisuel (HAPA) est créée afin de chapeauter ces nouvelles réglementations. Cette importante évolution est reconnue par l’organisation internationale Reporters sans frontières (RSF) qui, notant des « avancées spectaculaires » dans son rapport pour l’année 2007, fait passer la Mauritanie de la 138e à la 77e place dans le classement mondial de la liberté de la presse19.

16Le second rendez-vous électoral de la transition a lieu les 19 novembre et 3 décembre suivants avec la tenue d’élections législatives et municipales pluralistes à deux tours auxquelles prennent part 73 % du corps électoral, 25 partis politiques et quelques 600 candidats indépendants. Le scrutin se déroule sans irrégularités et, à l’arrivée, l’Assemblée nationale est composée de :
- 41 députés indépendants,
- 15 du Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah,
- 8 de l’Union des forces de progrès (UFP) de Mohamed Ould Maouloud,
- 7 de l’ancien parti de Ould Taya, le Parti républicain démocrate et social (PRDS), devenu le Parti républicain pour la démocratie et le renouveau (PRDR),
- 5 de l’Alliance populaire progressiste (APP) de Messaoud Ould Boulkheir,
- 4 du courant islamiste des Réformateurs centristes,
- 3 du Rassemblement pour la démocratie et l’unité (RDU),
- 3 de l’Union pour la démocratie et le progrès (UDP) du défunt Hamdi Ould Mouknass (relayé par sa fille, Naha Mint Mouknass),
- 2 de la formation du putschiste Saleh Ould Hannena, le Parti de l’union et du changement (HATEM),
- 2 de la Rénovation démocratique (RD),
- 1 du Front populaire (FP),
- 1 de l’Union du centre démocratique (UCD),
- 1 de l’Alternative.

  • 20  Le Conseil constitutionnel annulera, le 19/2/2007, l’élection d’un sénateur pour « violation répét (...)

17Le 19 janvier suivant se tiennent les élections sénatoriales pour les cinquante-trois postes à pourvoir (plus trois pour les Mauritaniens résidant à l’étranger)20.

  • 21  Voir, en particulier, l’évaluation de la Mission d’observation électorale Mauritanie 2007 de l’Uni (...)
  • 22  Sidi Ould Isselmou Ould Mohamed Ahid, Ba Mamadou Alassane, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi, Mes (...)
  • 23  Le taux de participation au second tour s’élève à 67,48 %.
  • 24  Les précédents chefs d’État mauritaniens ont été, successivement, Mokhtar Ould Daddah (novembre 19 (...)

18Au bout du compte, les 11 et 25 mars 2007 les élections présidentielles se déroulent dans des conditions normales et à la satisfaction de l’ensemble des observateurs internationaux21. Vingt candidats22 et un million cent mille électeurs prennent part aux élections. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi (24,79 %) et Ahmed Ould Daddah (20,68 %) arrivent en tête du premier tour. Ould Cheikh Abdallahi remporte le scrutin avec 52,85 % contre 47,15 % à son concurrent Ould Daddah23. Ces élections présidentielles constituent une double première en Mauritanie puisqu’elles débouchent sur un second tour et sur la tenue, le 22 mars, d’un débat à la télévision nationale entre les deux candidats. Aussi, le septième chef d’État mauritanien24, Ould Cheikh Abdallahi est-il le premier président à être élu démocratiquement. Le Conseil constitutionnel valide les résultats le 29 mars, le gouvernement de transition présente sa démission le 31 mars et les nouvelles autorités sont investies le 19 avril. La phase de transition instituée par le CMJD est ainsi clôturée.

  • 25  En 2006, le taux de croissance hors pétrole n’est que de 4,4 %. Il s’élevait en 2005 à 5,4 %. Ce f (...)
  • 26  Voir Perspectives économiques en Afrique 2005-2006, rapport de l’Organisation pour la coopération (...)

19La période de transition a correspondu également à une phase économiquement ascendante. Par conséquent, la Mauritanie a d’autant plus bénéficié de l’assainissement de la situation politique qu’il a coïncidé avec l’entrée du pays, le 26 février 2006, dans le marché pétrolier. Aussi, en 2006 la Mauritanie a-t-elle enregistré un taux de croissance économique de 26,9 %25, le plus élevé de son histoire26. Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, le FMI et la Banque mondiale annulent les 21 et 27 juin, la dette mauritanienne à leur égard (respectivement 49 et 520 millions de dollars). Quant à la Banque africaine de développement elle efface, le 28 juillet, 253 millions de dollars. Portant sur un total de 822 millions de dollars, cette annulation globale – qui correspondait au service de la dette due aux trois créanciers pour les vingt prochaines années – permet à la Mauritanie une économie annuelle d’environ 25 millions de dollars. Or, là encore, une nouvelle philosophie de gestion publique se dessine avec les signes d’une volonté de partager la rente pétrolière avec l’ensemble des Mauritaniens. Les nouvelles autorités procèdent, ainsi, par deux reprises, le 31 décembre 2005 et le 27 novembre 2006, à une augmentation de 50 % du salaire des agents de l’État et de 20 % des pensions de retraite. Il en est de même avec la création, en avril 2006, d’un Fonds national pour la gestion des revenus des hydrocarbures (FNRH) chargé du suivi et de la vérification de la mobilisation des recettes de l’État provenant directement ou indirectement du secteur des hydrocarbures. Le pays avait adhéré, en septembre 2005, à l’Initiative (mondiale) pour la transparence des industries extractives.

  • 27  Ould Mohamed Vall résume ainsi le contentieux : « À notre arrivée au pouvoir, nous avons pris conn (...)

20Dans le même temps, et faisant le lien entre desseins politique, économique et social, un différend juridique entre l’État mauritanien et la compagnie pétrolière australienne Woodside, en charge principale de l’exploitation du pétrole mauritanien, résume le nouveau climat et le désir des autorités d’asseoir une forme de légitimité renforçant sa souveraineté. Entre janvier et mars 2006 un bras de fer complexe a lieu entre le gouvernement et la firme pétrolière suite à l’arrestation de l’ancien ministre du pétrole sous Ould Taya, Zeidane Ould Hmeida, pour « crimes économiques ». Ould Hmeida est accusé d’avoir illégalement signé des avenants aux contrats concernant le partage de production pétrolière entre l’État mauritanien et la compagnie australienne par lesquels cette dernière bénéficie de facilités économiques substantielles. Une fois n’est pas coutume au sein de la présidence, et alors que les rumeurs vont bon train, Ould Mohamed Vall explique en détail, dans une allocution télévisuelle, le litige et la position des autorités. Il promet également d’obtenir gain de cause pour le pays. Quelques semaines plus tard, suite à la visite à Nouakchott du président directeur-général de Woodside, Don Voelte, un protocole d’accord est signé en toute discrétion et annoncé le 30 mars. Selon ses termes, Woodside verse à l’État mauritanien une somme de 100 millions de dollars pour compenser les pertes consécutives à l’application dudit contrat27. Mais la véritable nouveauté dans cette affaire tient surtout aux nouveaux types de relations entretenues entre le président et les citoyens mauritaniens qui ont été tenus au courant des tenants et aboutissants de cette question économique majeure.

21Cette dynamique économique a également été visible lors de la négociation de l’accord de pêche avec l’Union Européenne en juillet 2006. Aux termes dudit accord, 200 bateaux européens pourront pêcher dans les eaux mauritaniennes en échange d’une enveloppe financière annuelle de 108 millions d’euros. Avec des nouvelles dispositions sur le respect de l’écosystème, l’accord améliore légèrement la situation de la Mauritanie. Pour une fois, les bénéficiaires ne sont pas uniquement les intérêts privés qui contrôlent traditionnellement ce secteur.

Entêtement autoritaire

  • 28  Marie-Anne Isler Beguin citée in Reuters, « Mauritania Shows World that not All Coups End Badly », (...)
  • 29  Richard Hamilton, « Mauritania Day of Hope Arrives », BBC News, 11/3/2007.
  • 30  Rukmini Callimachi, « In Mauritania, Democracy takes Root », The Washington Post, 9/3/2007.
  • 31  Ahmed Al Rabei’, « Darsoun min Mouritaniya », Al Sharq Al Awsat, 14/3/2007. La formule est égaleme (...)
  • 32  Entretien avec Al Jazira, 9/3/2007.
  • 33  Un analyste algérien notera : « Les railleries de M. Kadhafi à l’égard du processus démocratique e (...)

22Que le coup d’État du 3 août 2005 ait constitué un véritable tournant politique en Mauritanie est indéniable. Une transition « remarquablement réussie »28 culminant en un « jour d’espoir »29, par lequel « la démocratie prend racines »30, et donnant une « leçon »31 au monde arabe. La majorité des Mauritaniens est satisfaite, les nouvelles règles sont respectées et la communauté internationale s’en félicite. La réaction du monde arabe, pour sa part, révèle, à maints égards, le fossé entre sociétés civiles et gouvernements dans cette région. Alors que de nombreuses figures du mouvement arabe des droits de l’Homme et de la démocratisation, tel le tunisien Moncef Marzouki, se rendent à Nouakchott pour souligner l’importance de cet événement qu’ils qualifient d’« important précédent pour l’oumma »32, les dirigeants politiques demeurent silencieux, comme gênés par le « printemps mauritanien » qui, a contrario, met en évidence leur gestion autocratique. Aussi, le 6 mars 2007, à l’occasion d’une cérémonie marquant le trentième anniversaire de la fondation de la Jamahiriya libyenne, Mouammar Kadhafi (à la tête de l’État libyen depuis 39 ans) déclare que les Mauritaniens « sont un peuple de bédouins nomades et [qu’ils] n’ont pas de tradition démocratique ».33

23Dans de telles conditions, il est frappant de noter la rapidité avec laquelle des changements d’une telle profondeur ont eu lieu. Aussi, sans nier l’ampleur des réalisations du CMJD, force est de constater que l’impasse stratégique et les erreurs tactiques d’Ould Taya avaient simplement empêché l’essor d’un système politique ne demandant qu’à se responsabiliser et d’une nation désespérant de son émancipation.

  • 34  Moussa Diaw, « Élections et Pouvoir Tribal en Mauritanie », Politique Africaine, 71, octobre 1998, (...)

24La lucidité manque toujours aux dirigeants en fin de règne et Ould Taya n’a pas fait exception. Confirmé dans sa suprématie consacrée par l’élection présidentielle de décembre 1997 où il avait obtenu 90,14 % des voix, Ould Taya était de moins en moins enclin à mettre en œuvre la politique de libéralisation entamée en 1992. Le processus lancé quelques années plus tôt semblait vidé de son sens. La campagne électorale de 1997 « privée de débats » avait contribué « à reproduire et pérenniser les phénomènes identitaires et clientélaires »34. On a alors assisté, à partir de 1999-2000, à une surenchère dans l’arbitraire qui a poussé davantage d’acteurs à se radicaliser.

25Au final, la logique décisionnelle, elle-même étroitement liée à l’asthénie du débat politique, a été décisive dans le processus de faillite du régime d’Ould Taya. Nonobstant son adhésion formelle à l’objectif de libéralisation du système, jamais réalisé, Ould Taya a assisté à la montée en puissance de la contestation sociale, d’antagonismes politiques et sociaux endogènes, ainsi qu’à partir de 2003 d’agents d’externalisation (et de militarisation) des divers pôles de contestation. Frappés d’impuissance ou satellisés stratégiquement, les « politiques » du système ne prennent conscience que tardivement de l’exacerbation et de l’institutionnalisation du dissensus, si bien que, facteur aggravant, l’apathie ambiante contribuera à renforcer le blocage du système.

  • 35  À cet égard, et tout à sa valeur de précédent psychologiquement conséquent en ce qu’il a de force (...)

26Cette situation a débouché sur une double défaite d’Ould Taya. D’abord en suscitant un ressentiment généralisé à son égard qui culmine avec la tentative de coup d’État avorté du 8 juin 2003, menée par des officiers subalternes, puis le passage à l’acte de ses proches collaborateurs haut placés35. L’enfermement d’Ould Taya constitue à lui seul le catalyseur du changement.

  • 36  Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, « Variation sur l’usage du coup d’État en Mauritanie », Le Monde (...)

« Sans amorcer un rapprochement quelconque avec les représentants de l’opposition – qui multipliaient les gestes de bonne volonté et les appels du pied, le pouvoir radicalisait à outrance son discours. Il ne fonctionnait plus que par la contrainte et, à défaut, la sanction. […] À la différence du climat autoritariste de la fin des années 1980, ce nouveau moment de tension était plus grave en ce sens que la possibilité, voire l’attrait, d’une détente politique avait disparu36. »

27De fait, c’est précisément la réaction d’Ould Taya à la tentative du coup d’État de 2003 qui, en lui aliénant trop de partis et d’acteurs différents, a causé sa perte.

  • 37  L’auteur a assisté aux assises en décembre 2003.

28La conception politique autoritaire d’Ould Taya, privée d’influence modératrice, atteint son point d’orgue à quelques heures du scrutin présidentiel du 7 novembre 2003 avec l’arrestation du candidat (et ancien chef d’État) Mohammed Khouna Ould Haidallah (dont Ould Taya tentait d’endiguer l’ambition). Ce faisant, cette intensification de la répression, suivie du procès kafkaïen du même Ould Haidallah et d’une vingtaine d’individus,37 en décembre suivant, aboutit à une situation d’effervescence qui, a minima, contribue au développement de l’idée selon laquelle il convient de prendre de front la collectivité militaro-policière dont Ould Taya est désormais perçu comme un maillon-clef.

29Autre facteur aggravant pour la fin de règne d’Ould Taya, la détérioration de la situation économique marquée par des déficits budgétaires record de 36,4 % du PIB en 2003 et 23 % en 2004, et doublée d’endettements internationaux, d’arriérés de paiements chroniques et d’inflation galopante. Par ailleurs, les relations avec le FMI étaient au plus bas. Aussi, était-il de notoriété publique, au début de l’année 2005, que les caisses de l’État étaient vides. Une loi rectificative visant à régler une partie des arriérés du budget à l’égard des entreprises publiques avait été à l’époque, introduite pour remédier à ce marasme.

  • 38  Pour utiliser le mot de Walid Charara et Frédéric Domont, Le Hezbollah – Un Mouvement Islamo-Natio (...)
  • 39  Ali Bensaâd, « Mauritanie, terriroire de marges et de liens », Maghreb-Machrek, 189, automne 2006, (...)
  • 40  Voir Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, « La Mauritanie est-elle une cible islamiste ? », Le Monde, (...)

30Refus de l’alternance, injustice sociale perçue avec acuité dans les espaces de « rurbanité »38 se multipliant autour des deux grandes villes du pays (Nouakchott et Nouadhibou), corruption économique généralisée, gabegie et incompétence administrative, réactivation des identités tribales comme mode de refondation autoritaire39, non-communication et, au bout du compte, aliénation des partenaires nationaux et étrangers, telle était la situation à la veille du coup d’État de 2005. La gestion hautement personnalisée d’Ould Taya a contribué de manière quasi-suicidaire à encourager une opposition de plus en plus violente à son égard et à celui de son entourage. Jugée à cette aune, la décision de Ould Mohamed Vall et de Ould Abdelaziz – qui n’avaient également pas l’assurance de ne pas être inquiété par une potentielle deuxième tentative des Cavaliers du changement, surtout suite à l’attaque, en juin 2004, du poste militaire de Lemgheity au nord-est du pays par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat algérien40 – relève autant du calcul rationnel que d’une décision mûrie par l’évolution continûment négative des événements.

Pérennité de sens et sens de la pérennité

  • 41  En octobre 2006, suite à une rencontre entre Ely Ould Mohamed Vall et quelques notables de tribus, (...)

31Les transformations majeures de l’après-3 août 2005 révèlent une rupture optimale qui s’est opérée à trois niveaux et qui procède d’une primauté, toute nouvelle, des facteurs internes. Premièrement, le coup d’État a été le fruit d’une opération menée de l’intérieur même du système. Cet élément et la volonté de rupture d’Ould Mohamed Vall et ses collègues constituent la clef de voûte de leur projet. La familiarité avec les rouages du pouvoir, la connaissance des fonctionnements internes du système, les contacts existant avec les acteurs nationaux et internationaux et l’observation des erreurs tactiques commises par Ould Taya permettent à Ould Mohamed Vall et Ould Abdelaziz de mettre en place leur scénario et de se concentrer sur son exécution. Aux moments les plus forts de l’opposition au CMJD, i.e. aux premières heures du déclanchement du coup d’État, puis en octobre 2006 avec le tollé des partis suscité par les déclarations de Ould Mohamed Vall sur les candidatures indépendantes41, Ould Abdelaziz et Ould Mohamed Vall tiennent toujours la même ligne, répétant inlassablement que leurs objectifs n’ont pas changé depuis le 3 août 2005.

  • 42  Ould Taya donnait souvent l’impression que seuls comptaient les désirs des partenaires étrangers ( (...)
  • 43  International Crisis Group, La Transition politique en Mauritanie : bilan et perspectives, Rapport (...)
  • 44  www.conscienceresistance.org/. Ce groupe se définit comme une « organisation clandestine, social d (...)

32Par ailleurs, les relations avec la communauté internationale et le rôle des voisins s’avèrent être des facteurs moins contraignants à l’égard du projet national que la pratique de l’exécutif mauritanien avait, jusqu’alors laissé croire. Là où durant la décennie précédente la relation entre les considérations internes et externes était l’élément principal de nombreuses questions, voilà que la priorité est donnée au national42. Cette nouvelle primauté de l’interne échappe à beaucoup d’acteurs extérieurs qui demeurent cantonnés dans une posture axiomatique d’imposition de normes. Ainsi, par exemple, alors même que le groupe de militaires à l’origine du coup d’État a donné plusieurs gages de neutralité et que presqu’une année écoulée a permis de juger la réalité de ses intentions, l’International Crisis Group (ICG) de Bruxelles publie, en avril 2006, un rapport dont la grille de lecture demeure ancrée dans une réalité politique mauritanienne traditionnelle (dirigeant autoritaire, opposition angélique, société civile plus sophistiquée que l’exécutif) qui est en passe de s’estomper43. L’essentiel est absent ; une révolution se passe en Mauritanie et elle est le fruit d’efforts exclusivement intérieurs. Dès lors, les jugements dubitatifs d’organes externes apparaissent obsolètes face au changement institutionnel et politique et, de fait, l’Union africaine et l’Union européenne n’ont, en réalité, d’autre choix que d’accompagner un mouvement que peu auraient prédit quelques mois plus tôt. Assurément, l’ICG n’est pas le seul à faire la fine bouche. D’autres, tel Conscience et Résistance (Cellule de liaison et de prospective pour une transition radicale en République islamique de Mauritanie), un mouvement mauritanien d’opposition en exil contre le régime de Ould Taya publie une série de notes sur leur site Internet dans lesquelles, même si le « caractère salutaire » du coup est initialement reconnu, le CMJD est accusé de « manipulations obliques » et la transition qualifiée « d’imposture » et de « mirage »44. N’en concluons pas pour autant, au vu de l’enthousiasme national majoritaire exprimé à propos de la façon dont la transition a été menée, que l’idéologie de tels groupes n’a pas de relais internes.

33Troisième clef de lecture du changement du 3 août : si le pouvoir se transforme et transforme la société, tel n’est pas le cas de l’opposition. Cette révélation inattendue tant le premier semblait figé et la seconde flexible durant la décennie précédente met aussitôt un bémol aux théories et pratiques qui misent, en Mauritanie et ailleurs, presque exclusivement sur l’action d’alternance positive que l’opposition pourrait jouer face au pouvoir établi. Bloquée dans un langage de l’ancien système, la classe politique mauritanienne mettra du temps avant de trouver une réponse au projet du CMJD. Le 25 mai 2006, 9 partis de l’ancienne opposition – l’APP, l’UFP, le RFD, le RD, le FP, HATEM, TEMAM, les Réformateurs centristes (islamistes) et le Rassemblement national pour la démocratie, la liberté et l’équité (RNDLE) – forment une coalition des forces du changement démocratique (CFCD). Le 28 août suivant, les Forces de libération africaine de Mauritanie/ Rénovation – FLAM/rénovation –, issues d’une scission du mouvement radical négro-mauritanien, le FLAM, intègre le CFCD.

  • 45  Formé durant les années 1980, le Front de résistance pour l’unité, l’indépendance et la démocratie (...)
  • 46  Mohamed Vall Ould Oumère, « Éditorial », La Tribune, Nouakchott, 21/3/2006. Ould Oumère note : « L (...)
  • 47  Alors que la transition s’achève, Ould Oumère conclut sur ce même point : « Même si nous devons re (...)

34Cette bipolarité trahit ce qui semble être un besoin existentiel pour l’opposition de se déterminer par rapport à un parti dominant et un leader vers lequel on se presse ou que l’on fustige. Si ces aspects peuvent s’expliquer par la culture du consensus dominante en Mauritanie et par la figure tribale de la chefferie (à l’omniprésence rassurante), il n’en demeure pas moins que la scène politique mauritanienne a connu une réelle expansion depuis plus de quinze ans et que la libéralisation entamée après août 2005 aurait en principe dû permettre à l’imagination politique de s’affirmer. Or, il n’en est rien et les « projets de société » tant annoncés que l’on croyait muselés uniquement par l’autoritarisme d’Ould Taya, se font attendre. Ce qui fut le FRUIDEM, ensuite l’UFD, puis l’UFD-EN et enfin le RFD est incapable de formuler un programme alternatif45. Face à cette « classe politique qui refuse d’exister »46, le phénomène des candidatures indépendantes devient une des questions centrales de la transition. Aussi, la réaction de panique peu tactique de l’opposition face aux déclarations d’Ould Mohamed Vall accusé de favoriser les candidatures indépendantes se transforme en prophétie auto-réalisatrice. Elle permet ainsi le retour sur la scène politique d’anciens barons du système Ould Taya dont un nombre substantiel a réussi, moyennant la réactivation de réseaux clientélistes, à se faire élire au sein du nouveau Parlement47.

35Et c’est bien là que réside toute la question de la force motrice que produiront les changements de l’après-3 août 2005 face aux invariants de la politique mauritanienne. Voilà un pays éminemment politique où le débat public d’idées est quasiment inexistant. Certes, les relais sont problématiques puisque la presse bénéficie encore d’une audience confidentielle, que les lectorats arabophones et francophones se croisent minimalement et que l’aspect ludique de l’échange politique domine. Néanmoins, c’est surtout le manque de continuité dans l’expression de programme politique au-delà de la conquête du pouvoir qui a desservie une opposition, telle celle d’Ahmed Ould Daddah, qui a su tenir tête à Ould Taya, mais a semblé parfois se prendre les pieds dans le tapis face à la désarmante linéarité du projet du CMJD. Que valent les idées de l’opposition quand elles ne se préoccupent que d’autopromotion ou de polémiques et qu’elles s’alignent sur les considérations exprimées dans les capitales occidentales ? En l’absence ostensible de répression, que signifient des expressions comme « Conscience » ou « Résistance » ? L’opposition mauritanienne n’aura pas su tirer profit de cette ouverture inattendue pour composer sa propre partition.

  • 48  Entretien avec la Voix de l’Amérique, 7/8/2005.

36Démarche concertée, accoutumance ou tétanie, cette inaptitude à agir souverainement et de manière non-réactive concourt au développement d’un discours faiblement argumenté sur la réalisation d’une ambition politique. Toute l’impulsion de ces ajustements idéologiques pratiques provient de ce que propose un État qui, pour la première fois, reconnaît ses limites. « Nous les avons aidés, à eux de nous aider », déclare ainsi, presque naïvement, Mohamed Ould Abdelaziz au lendemain du coup d’État48. Sans doute cette singulière intentionnalité est-elle aussi le fruit d’un dérèglement social intériorisé enfanté par le niveau de radicalité d’un Ould Taya qui s’est montré intraitable sur la question du partage de pouvoir. En réalité, l’identité politique mauritanienne est en changement accéléré et ceux qui prennent l’entière mesure de cette mutation ne sont pas forcément ceux qui s’y étaient préparés depuis longtemps. On a pu dire que le CMJD avait trop offert et trop vite aux Mauritaniens ; avancera-t-on le même argument à l’égard des partis ? Celui-ci est d’autant plus bancal que les libertés ne sont pas conditionnées par un état d’avancement socioéconomique.

  • 49  Au départ, le président Ould Taya avait donné une visibilité nouvelle à un groupe important et lon (...)

37Le coup d’État du 3 août 2005 se distingue par le processus public qu’il a enclenché et le résultat concret auquel il a abouti. La modification des codes, par-delà l’aspect simplement constitutionnel ou administratif des nouvelles réglementations électorales et civiques, a introduit dans la vie politique mauritanienne un sens nouveau. Alors que l’on avait vu une régression du discours sociétal chez Ould Taya49, Ould Mohamed Vall et ses collègues jouent la carte d’un « système de mérite contextualisé ». Dès lors, la notion de compétence prend de l’importance et celle de représentativité identitaire a tendance à régresser.

  • 50  Voir, à ce sujet, le travail de Phillipe Marchesin, Tribus, Ethnies et Pouvoir en Mauritanie, Pari (...)

38Inutile d’insister ici sur la place et le rôle du tribalisme en Mauritanie qui constitue la principale matrice explicative50. On dira simplement qu’aux lectures anthropologiques et culturalistes préalablement dominantes, c’est surtout la dimension éminemment politique de ce vecteur qui conditionne sa prégnance dans un contexte d’une transition productrice d’une nouvelle rhétorique. Hors des chemins sociaux traditionnels, ce facteur de différenciation demeure présent dans l’univers lexical de polarisation des rôles. Mais la notion ne paraît plus suffisamment pertinente pour rendre compte de la généralisation d’un propos déconnecté du contexte identitaire premier, d’autant plus que celle de citoyenneté s’affirme comme vecteur de la dynamique politique.

  • 51  Claire Soares, « Mauritanians Warm to Their Coup d’État », The Christian Science Monitor, 6/6/2006

39Au final, le CMJD a produit un nouveau discours (sur la démocratie, l’esclavage, les droits de l’Homme et le rôle de l’État), une nouvelle manière de communiquer (entretiens, conférences de presse, point avec la nation) et un effort visant à atténuer l’instrumentalisation stratégique du tribalisme. La population a très bien compris la nouvelle donne et a, derechef, fait sienne le changement offert51. Un an après le coup de force qu’il a dirigé, Ould Mohamed Vall estimait :

  • 52  Ely Ould Mohamed Vall, « Tout a changé sauf moi », Jeune Afrique, 23/7/2006. Ould Mohamed Vall par (...)

« Tout a profondément changé, à commencer, et c’est le plus important, par l’état d’esprit des Mauritaniens. La vision qu’ils ont d’eux-mêmes et de l’avenir de leur pays n’a rien à voir avec celle qui prédominait à la veille du 3 août 2005. Le ciel était bouché, il s’est éclairci. La morosité, le pessimisme et l’inquiétude imprégnaient toutes les conversations. Aujourd’hui, quand vous parlez avec n’importe quel citoyen, vous ne pouvez qu’être frappé par cet espoir, par cette sérénité et cette dignité retrouvée. Il faut dire que sans le travail quotidien accompli par les autorités, l’état de grâce se serait dissipé depuis longtemps. Or, depuis un an, c’est une vraie révolution à laquelle nous assistons dans les domaines des libertés et de la bonne gouvernance. Avant le 3 août, la Mauritanie marchait sur la tête. Désormais, elle se tient solidement sur ses jambes […]. La Mauritanie nouvelle devait naître de trois chantiers essentiels : justice, bonne gouvernance et alternance politique. Tout ce que nous avons fait depuis s’est articulé autour de ces trois pôles et, à chaque pas en avant, nous nous sommes assurés qu’un consensus national nous accompagnait52. »

40L’ontologie politique mauritanienne étant ce qu’elle est – c’est-à-dire un système sui generis à géométrie politico-identitaire éminemment complexe –, par-delà la construction de sens nouveau, le coup d’État du 3 août 2005 a mis fin à l’enfance et à l’adolescence d’un pays qui, à 45 ans, entre de plain-pied avec quelques atouts en main dans l’âge adulte. C’est ainsi qu’est née une nouvelle réalité mauritanienne. Sa principale force : sa nature toute nationale ; son talon d’Achille : dans une société bâtie sur la certitude, le questionnement ouvert est une nouvelle donne imprévisible avec laquelle il faut désormais compter.

Haut de page

Notes

1  Formé le 10/7/1978 à la suite du coup de force qui mit fin aux dix-huit années de pouvoir du premier chef d’État mauritanien, Mokhtar Ould Daddah, le Comité militaire de salut national (CMSN) demeura l’organe exécutif constitutionnel du 12/12/1984 – date de la révolution de palais par laquelle Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya déposa le président Mohammed Khouna Ould Haidallah – au 18/4/1992, date de l’investiture du premier gouvernement civil de la IIe république dirigé par le Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar. La dissolution du CMSN – connu sous le nom du Comité militaire de redressement national (CMRN) jusqu’au 6/4/1979 – était tenue pour acquise depuis l’adoption par référendum, le 12/12/1991, d’une nouvelle Constitution remplaçant les chartes constitutionnelles et décrets pris par le CMSN.

2  Approche qui privilégie l’action des acteurs – en particulier les dynamiques de négociation – au détriment des forces économiques de développement (comme le fait Adam Przeworski dans Democracy and Development : Political Regimes and Material Well-Being in the World, Cambridge University Press, 2000) ou des consolidations de mobilisations sociales (voir le travail de Samuel Huntington in The Third Wave : Democratization in the Late Twentieth Century, University of Oklahoma Press, 1993), cette perspective sur les transitions politiques a été articulée, en particulier, par Juan J. Linz et Alfred Stepan dans leur ouvrage Problems of Democratic Transition and Consolidation : Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, Baltimore, John Hopkins University Press, 1996.

3  Cette formule s’applique à la Mauritanie des années 1980 et 1990, période pendant laquelle la répression a pris une ampleur de plus en plus militaro-policière mais où, durant la majeure partie de l’époque du Comité militaire de salut national (CMSN) et à l’exception notoire de l’exécution de soldats négro-mauritaniens en 1991, la dictature mauritanienne n’a jamais été à l’image des geôles du Maroc de Hassan II des années 1970 et 1980, des massacres de l’Algérie des années 1990 ou de la Tunisie hyper-policière de Ben Ali depuis 1987.

4  J’ai décrit ailleurs la genèse de ce premier moment de démocratisation imparfaite ; voir Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, Societal Transition to Democracy in Mauritania, Le Caire, Ibn Khaldoun Center/Dar al-Ameen Publishing, 1995.

5  Avant le coup de force du 3/8/2005, quatre opérations militaires avaient eu lieu les 10/7/1978, 16/3/1982, 12/12/1984 et 8/6/2003, dont seules celles de 1978 et 1984 avaient abouti.

6  Ce fut le cas, en particulier, le 15/8/2004 (un attentat contre l’avion du chef de l’État mauritanien en partance pour la France aurait été déjoué) et le 25/4/2005 (une tentative de renversement avortée aurait été commanditée par la Libye et son exécution tentée par des éléments infiltrés à travers le Burkina Faso et le Mali).

7  Durant la majeure partie de son règne, le président Ould Taya avait décliné un grand nombre d’invitations aux sommets arabes, africains et autres conférences internationales révélant une certaine crainte d’actions visant à le destituer en son absence. Ce sentiment, palpable, était en tout état de cause connu en particulier d’Ely Ould Mohamed Vall et de Mohamed Ould Abdelaziz, respectivement chargés de la surveillance du pays et de la sécurité présidentielle.

8  Dans un enregistrement vidéo diffusé par la chaîne le 3/9/2003, les deux hommes cagoulés déclarent : « Nous avons fait ce que nous avons fait, non pas pour arriver au pouvoir ni pour mettre la main sur les richesses et les profits du pays. Nous avons réagi pour assurer une transition vers la stabilité et vers une vraie démocratie. Si le changement électoral s’effectue dans la transparence le 7 novembre [élections présidentielles], nous redeviendrons des soldats de l’État et des serviteurs du peuple. Sinon, seul le pouvoir portera les conséquences incalculables de son maintien par la fraude ». Quelques mois plus tard, le ton durcit et, le 7/3/2004, l’organisation publie un communiqué par lequel elle confirme son « engagement à provoquer le changement escompté en s’en prenant à la clique corrompue et corruptrice » en Mauritanie. Enfin, un an et demi plus tard, dans un communiqué publié le lendemain du coup d’État du 3/8/2005, les Cavaliers du changement, salueront une action « nécessaire à la sauvegarde même du pays » tout en remarquant que cet « événement […] n’eût été possible sans les tentatives des deux années révolues ».

9  Les faits ne sont pas confirmés, mais une rumeur publique persistante veut que ce soit les deux mêmes hommes qui, en 2005, déposeront Ould Taya alors qu’ils l’avaient sauvé en 2003. Ainsi, Ould Abdelaziz aurait exfiltré le chef de l’État de l’enceinte de la présidence vers une destination inconnue, et Ould Mohamed Vall aurait coordonné une manœuvre, mobilisant les chefs des régions militaires au-delà de Nouakchott, qui a permis la reprise en main des affaires en faveur d’Ould Taya.

10  En 1978, contexte de guerre au Sahara oblige, le « redressement » et le « salut » font l’objet de la mission du comité militaire. En 2005, la « justice » et la « démocratie » dictent l’intitulé de ce nouveau comité.

11  La qualité audio de l’enregistrement est pauvre, la scène peu éclairée et Ould Taya semble étrangement déconcentré.

12  Mohamed Ould Abdelaziz présente ainsi, quatre jours après l’événement, les objectifs du coup de force : « Nous voulons instaurer la justice […] Ce que nous voulons faire c’est, avec nos partenaires politiques, essayer de voir tout ce qui était mauvais et le laisser de côté, et asseoir des institutions propres, saines qui doivent aboutir à une démocratie issue du peuple et pour le peuple […] et non une démocratie qui sera au service d’un groupes d’individus ou un homme. Nous nous attellerons à mettre des garde-fous […] et pour ce, le président du Conseil et l’ensemble des membres s’interdisent de se présenter aux élections, de présenter quelqu’un aux élections [et] de prendre parti pour n’importe lequel des candidats […] On a beau dire, il y a toujours des sceptiques, mais je vous dis que ces sceptiques seront surpris ». Entretien exclusif avec la Voix de l’Amérique, 7 août 2005, disponible sur le site www.voanews.com/french/archive/2005-08/2005-08-10-voa1.cfm ?CFID =50744666&CFTOKEN =37648654.

13  Ayant eux-mêmes servi sous l’ancien régime, ils se doivent de composer avec leurs précédents coreligionnaires. Ils tournent cette situation à leur avantage en faisant valoir que la « connaissance des hommes des dossiers » leur permet de travailler avec une équipe composite.

14  Pour une étude utilisant ce prisme analytique, voir Anthony G. Pazzanita, « Mauritania’s Foreign Policy : The Search for Protection », Journal of Modern African Studies 30, 2, juin 1992, p. 281-304. Ailleurs, le même auteur lie cette interprétation des motivations traditionnelles de la politique étrangère mauritanienne à l’évolution interne de la transition politique ; cf. « Political Transition in Mauritania : Problems and Prospects », The Middle East Journal 53, 1, hiver 1999, p. 44-58.

15  En marge du sommet euro-méditerranéen tenu à Barcelone en novembre 1995, le régime d’Ould Taya avait établi des relations diplomatiques avec Israël. D’abord consulaires (à travers les représentations espagnoles à Nouakchott et Tel Aviv), celles-ci seront élevées au rang d’ambassades en octobre 1999, à l’occasion d’une cérémonie organisée à Washington sous le parrainage du département d’État américain.

16  Les États-Unis seront présents à travers le National Endowment for Democracy (NED) qui enverra plusieurs missions d’observation durant la période de transition.

17  Elles se déroulent sur la base de trois rapports présentés par des comités interministériels, mis en place le 17 août, portant respectivement sur le processus de transition démocratique, la justice et sur la bonne gouvernance.

18  De cette disposition, il résultera l’élection, en décembre 2006, de 18 % de femmes au sein du nouveau parlement.

19  L’organisation avait mené une mission en Mauritanie en octobre 2006 au cours de laquelle elle avait formulé des recommandations aux nouvelles autorités en vue d’assurer que la réforme du cadre législatif relatif aux médias soit conforme aux standards démocratiques internationaux. Ces recommandations ont été adoptées par le gouvernement mauritanien qui a invité RSF à contribuer à la rédaction de la nouvelle loi sur la presse. Reporters sans frontières sera également invitée par les autorités à mener, du 24/2/2007 jusqu’à la clôture du scrutin présidentiel le 25/3/2007, une mission de monitoring de la couverture de l’actualité électorale par les médias publics ; la Télévision de Mauritanie, la Radio de Mauritanie, les quotidiens Horizons et Chaab, ainsi que l’Agence mauritanienne d’information (AMI).

20  Le Conseil constitutionnel annulera, le 19/2/2007, l’élection d’un sénateur pour « violation répétée et avérée du secret de vote » ordonnant l’organisation d’une nouvelle élection dans la circonscription en question (Tintane dans le centre du pays).

21  Voir, en particulier, l’évaluation de la Mission d’observation électorale Mauritanie 2007 de l’Union européenne, www. eueommauritania.org/mauritania/default.asp.

22  Sidi Ould Isselmou Ould Mohamed Ahid, Ba Mamadou Alassane, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi, Messaoud Ould Boulkheir, Mohamed Ould Cheikhna, Ahmed Ould Daddah, Mohamed Khouna Ould Haidallah, Saleh Ould Hannena, Moulaye El Hassen Ould Jeyid, Ethmane Ould Cheikh Ahmed Ebi El Maali, Dahane Ould Ahmed Mahmoud, Mohamed Ould Maouloud, Chbih Ould Cheikh Melainine, Isselmou Ould El Moustapha, Rachid Moustapha, Mohamed Ould Baba Ahmed Ould Salihi, Ibrahima Moctar Sarr, Mohamed Ould Mohamed El Mokhtar Ould Tomi, Mohamed Ould Ghoulam Ould Sidati et Zein Ould Zeidane.

23  Le taux de participation au second tour s’élève à 67,48 %.

24  Les précédents chefs d’État mauritaniens ont été, successivement, Mokhtar Ould Daddah (novembre 1960-juillet 1978), Moustapha Ould Salek (juillet 1978-avril 1979), Ahmed Ould Bousseif (avril-mai 1979), Mohammed Khouna Ould Haidallah (mai 1979-décembre 1984), Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya (décembre 1984-août 2005) et Ely Ould Mohamed Vall (août 2005-mars 2007).

25  En 2006, le taux de croissance hors pétrole n’est que de 4,4 %. Il s’élevait en 2005 à 5,4 %. Ce faisant, la Mauritanie a réalisé cette année, selon la Commission économique des Nations-Unis pour l’Afrique, la meilleure performance économique du continent africain.

26  Voir Perspectives économiques en Afrique 2005-2006, rapport de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), Paris, 16/5/2006, qui enregistre la progression spectaculaire de la croissance économique en Mauritanie suite au début des exportations pétrolières.

27  Ould Mohamed Vall résume ainsi le contentieux : « À notre arrivée au pouvoir, nous avons pris connaissance du contrat signé entre Woodside et l’État mauritanien. Quand nous en avons exigé l’application, Woodside nous a signalé l’existence de quatre avenants secrets, dont certains comportaient une cinquantaine d’articles. Tous étaient au détriment de la Mauritanie et vidaient en quelque sorte le contrat initial de sa substance. Ces avenants étaient tout simplement illégaux, puisqu’ils n’avaient été soumis pour approbation ni au gouvernement de l’époque, ni au Parlement. Il s’agissait ni plus ni moins d’un hold-up. Nous avons donc dit à Woodside que nous exigions le retour au contrat de base, sans ces avenants, lesquels n’étaient pas opposables à l’État mauritanien. Woodside nous a rétorqué que ces avenants avaient été signés par le ministre du Pétrole de l’époque, Zeidane Ould Hmeida. Je leur ai fait savoir que nous ne renoncerions jamais à nos droits et que si dans les trois mois une solution à l’amiable n’était pas trouvée, nous irions devant la justice internationale. J’ai ajouté que même si cela devait durer un siècle, nous ne céderions pas. Woodside a compris que nous ne bluffions pas. Fin mars, un accord a donc été trouvé et tous les avenants ont été annulés. Quant à l’ex-ministre, une enquête a été ouverte par la justice le concernant. Il a été libéré depuis ». Entretien avec Jeune Afrique, 26/7/2006.

28  Marie-Anne Isler Beguin citée in Reuters, « Mauritania Shows World that not All Coups End Badly », 16/3/2007 ; Thierry Portes, « La Mauritanie réussit sa transition », Le Figaro, 27/3/2007.

29  Richard Hamilton, « Mauritania Day of Hope Arrives », BBC News, 11/3/2007.

30  Rukmini Callimachi, « In Mauritania, Democracy takes Root », The Washington Post, 9/3/2007.

31  Ahmed Al Rabei’, « Darsoun min Mouritaniya », Al Sharq Al Awsat, 14/3/2007. La formule est également utilisée par le Marocain El Arbi El Mansouri, observateur des élections présidentielles (entretien avec Al Jazira, 25/3/2007) ; et le Palestinien Abdel Bari Atwan, rédacteur en chef du quotidien londonien Al Qods (entretien avec Al Jazira, 29/3/2007).

32  Entretien avec Al Jazira, 9/3/2007.

33  Un analyste algérien notera : « Les railleries de M. Kadhafi à l’égard du processus démocratique en Mauritanie, dont le peuple est qualifié de “bédouins et tribus” ne connaissant rien aux “partis et aux élections”, sont symptomatiques… Si les Mauritaniens ne connaissent pas les partis et les élections, ils sont en train d’apprendre. Ils sont même, dans une région marquée par la stagnation, voire la régression politique, en train de constituer un modèle rare où un coup d’État militaire a servi à débloquer un statu quo et à entamer une transition politique qui restitue le pouvoir aux civils. Même si l’on essaie de dépasser les propos polémiques pour aller vers de pures considérations intellectuelles, les arguments “sociologiques” avancés par le guide libyen pour énoncer une sorte d’inaptitude à la démocratie des Mauritaniens – et des Arabes en général – ne tiennent pas la route. Les Mauritaniens sont peut-être des bédouins et des tribus, mais ils avancent. En créant les conditions d’une vie politique pluraliste, ils favorisent, contrairement aux systèmes autoritaires, l’émergence d’une vie citoyenne. C’est sûr que ce chemin n’est pas facile. Mais ne pas l’emprunter condamne justement les sociétés, les nôtres, à se morfondre dans les archaïsmes, à entretenir les logiques de sujétion au détriment de la citoyenneté ». K. Sélim, « La Leçon Mauritanienne », Le Quotidien d’Oran, 8/3/2007.

34  Moussa Diaw, « Élections et Pouvoir Tribal en Mauritanie », Politique Africaine, 71, octobre 1998, p. 156-164.

35  À cet égard, et tout à sa valeur de précédent psychologiquement conséquent en ce qu’il a de force émancipatrice, l’échec du 8 juin est d’abord celui d’une opération militaire pauvrement menée (confusion due à un déclenchement précipité, incertitude lors de l’exécution, combats non maîtrisés faisant seize morts et absence de contingence face à la dérobade de Ould Taya). On assiste, néanmoins, après août 2005 à la prolifération d’une rhétorique tendant à créer ex post un mythe du changement fondateur du 8/6/2003 qui, à maints égards, est le miroir narratif du 12/12/1984 (le « 12-12 ») d’Ould Taya.

36  Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, « Variation sur l’usage du coup d’État en Mauritanie », Le Monde diplomatique, novembre 2005, p. 8-9, version développée disponible sur le site www.monde-diplomatique.fr/2005/11/OULD_MOHAMEDOU/12980.

37  L’auteur a assisté aux assises en décembre 2003.

38  Pour utiliser le mot de Walid Charara et Frédéric Domont, Le Hezbollah – Un Mouvement Islamo-Nationaliste, Paris, Fayard, 2004, p. 86. Voir également Vincent Bisson, « Ville et pouvoir en Mauritanie : un instrument politique pour intégrer l’État tribal », L’Année du Maghreb, Édition 2005-2006, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 337-348.

39  Ali Bensaâd, « Mauritanie, terriroire de marges et de liens », Maghreb-Machrek, 189, automne 2006, p. 7-28.

40  Voir Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, « La Mauritanie est-elle une cible islamiste ? », Le Monde, 9/7/2005, p. 19.

41  En octobre 2006, suite à une rencontre entre Ely Ould Mohamed Vall et quelques notables de tribus, que le président mauritanien aurait invité à voter, lors des présidentielles de mars 2007, « comme bon leur semble » et ne pas se soucier excessivement des partis politiques, des doutes sont émis sur la neutralité du CMJD qui s’est vu accuser de favoritisme envers les candidatures indépendantes, en particulier celle de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, ancien ministre de Mokhtar Ould Daddah (1971-1978) et de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya (1986-1987). Ould Mohamed Vall s’est défendu régulièrement d’un tel parti pris, mais la perception est demeurée tout au long du reste de la période de transition.

42  Ould Taya donnait souvent l’impression que seuls comptaient les désirs des partenaires étrangers (l’établissement de relations diplomatiques avec Israël, par exemple) quand bien même ils n’étaient pas à l’avantage du pays. Sur cette problématique, voir Zekeria Ould Ahmed Salem, « La démocratisation au concret (1991-2002) », in Zekeria Ould Ahmed Salem (dir.), Les trajectoires d’un État-frontière. Espaces, évolution politique et transformations sociales en Mauritanie, Codestria, Dakar, 2004, p. 305-331.

43  International Crisis Group, La Transition politique en Mauritanie : bilan et perspectives, Rapport Afrique/Moyen-Orient, n° 53, 24/4/2006. Alors que la rupture est importante, le rapport veut que « les personnalités impliquées dans le coup ainsi que la méthode utilisée s’inscrivent dans la continuité ». Les nouvelles autorités opèrent en partenariat avec la société civile depuis le début, mais le rapport entend que « le gouvernement doit éviter les décisions unilatérales et mettre en place un cadre de concertation régulière entre le pouvoir et les principaux partis d’opposition », etc. De manière générale, ce document est un exemple intéressant de la distance croissante entre les études des think-tanks internationaux présentées comme informées et objectives, mais en réalité souvent sous-traitées cavalièrement et qui, aboutissent, dans ce cas, à un texte déclamatoire, et parfois contradictoire, qui reflète principalement une posture externe qui, au bout du compte, informe peu le lecteur averti.

44  www.conscienceresistance.org/. Ce groupe se définit comme une « organisation clandestine, social démocrate, écologiste, séculière et réformiste ».

45  Formé durant les années 1980, le Front de résistance pour l’unité, l’indépendance et la démocratie (FRUIDEM) a constitué, avec d’autres mouvances, les germes politiques de l’Union des forces démocratiques (UFD), parti politique créé le 2/10/1991, et reformé quelques mois plus tard sous le nom de l’Union des forces démocratiques-Ère nouvelle (UFD-EN), sous la direction d’Ahmed Ould Daddah, Messaoud Ould Boulkheir, Mohameden Ould Babah, Sid’Ahmed Ould Deya et Hadrami Ould Khattry. Le 28/10/2000, à l’occasion d’une session extraordinaire du Conseil des ministres, le gouvernement ordonne la dissolution de l’UFD-EN, qui, entre-temps et en raison de sporadiques querelles de chefs, avait connu plusieurs scissions (à partir de 1994 avec, notamment, le départ des militants d’El Hor et ceux du Mouvement des démocrates indépendants). Le 11/7/2002, l’UFD-EN est reconstituée, toujours sous la direction d’Ahmed Ould Daddah, en tant que Rassemblement des forces démocratiques (RFD).

46  Mohamed Vall Ould Oumère, « Éditorial », La Tribune, Nouakchott, 21/3/2006. Ould Oumère note : « Les militaires n’ont offert que ce qu’ils avaient : déblayage de la voie politique qui a permis effectivement une meilleure visibilité, libération de l’espace publique et responsabilisation des acteurs. Il y avait autre chose de plus important à entretenir : un contre-pouvoir, fut-il transitoire. Un regard critique, une expertise accompagnant le processus et un engagement sur le terrain pour faire passer le cap de la transition ».

47  Alors que la transition s’achève, Ould Oumère conclut sur ce même point : « Même si nous devons reconnaître que de grands acquis sont là : CENI, liste électorale, statut de l’opposition, ouverture des médias publics, libération de la conscience. Quelque chose a gâché d’avance la fête qu’on se devait d’organiser à l’occasion de ce triomphe collectif. Ce quelque chose, c’est bien la reconstitution du PRDS et la probabilité de son retour aux commandes. Dans notre situation, il se passe quelque chose qui relève de l’administration de l’invisible – termes pour désigner toute l’irrationalité de notre société. Nous voilà, dix-neuf mois après avoir dit adieu à celui qui nous a dirigés pendant plus de vingt ans et que nous avons fini par accuser de tous les maux, nous voilà en train de le réhabiliter à travers la restauration de son système. Sans nous poser la question de savoir si la réhabilitation de son système n’équivaut pas à légitimer son pouvoir. Donc à délégitimer la transition ». Mohamed Vall Ould Oumère, « Éditorial », La Tribune, Nouakchott, 20/3/2007.

48  Entretien avec la Voix de l’Amérique, 7/8/2005.

49  Au départ, le président Ould Taya avait donné une visibilité nouvelle à un groupe important et longtemps tenu pour politiquement invisible, les Haratines, et, à la fin de son règne, estimait « inacceptable que ceux qui jusqu’à très récemment nous versaient de l’eau pour nous laver les mains et nous servaient de domestiques, se laissent aujourd’hui pousser des barbes et se mettent à prêcher ». Cf. le discours qu’il a tenu dans la ville d’Akjoujt le 28/4/2005. Le lendemain, l’Observatoire mauritanien des droits de l’Homme (OMDH) publie un communiqué dans lequel il « s’indigne des propos esclavagistes et insultants de M. Ould Taya qui démasquent une fois de plus son irrespect des valeurs d’égalité, de fraternité et de justice. Ce discours “historique” suffit à lui seul pour démentir les prétendus efforts de promotion du savoir et dévoile le mépris que le chef de l’État a pour les couches sociales les plus défavorisées » ; http://almarsad.org/AlmarsadF.html.

50  Voir, à ce sujet, le travail de Phillipe Marchesin, Tribus, Ethnies et Pouvoir en Mauritanie, Paris, Karthala, 1992 ; et, plus récemment, celui de Vincent Bisson, « Le nomade est mort : vive la tribu ! Réorganisation de l’espace, nouvelles territorialités et néo-tribalisme au pays des Maures », Maghreb-Machrek, 189, automne 2006, p. 101-110.

51  Claire Soares, « Mauritanians Warm to Their Coup d’État », The Christian Science Monitor, 6/6/2006.

52  Ely Ould Mohamed Vall, « Tout a changé sauf moi », Jeune Afrique, 23/7/2006. Ould Mohamed Vall parle du coup d’État du 3/8/2005 comme de « la mère de tous les changements qui ont suivi ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, « Nouvelle production de sens en Mauritanie : le coup d’État du 3 août 2005 et sa signification », L’Année du Maghreb, III | 2007, 315-332.

Référence électronique

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, « Nouvelle production de sens en Mauritanie : le coup d’État du 3 août 2005 et sa signification », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/379 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.379

Haut de page

Auteur

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou

Directeur-adjoint du programme de politique humanitaire et de recherches sur les conflits, université de Harvard

Haut de page