Navigation – Plan du site
Tunisie

Sport, légitimation politique et construction identitaire dans la Tunisie des années 2000

Driss Abbassi
p. 409-426

Entrées d'index

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Borhane Erraïs, Archéologie d’un discours politique, sport et construction nationale : l’exemple t (...)
  • 2  Franck Moroy, « Football et politique à Tunis », Correspondances, Bulletin scientifique de l’Insti (...)

1En Tunisie, comme ailleurs, le phénomène sportif est instrumentalisé à des fins de propagande politique1. Le sport ne se résume pas uniquement en un affrontement codifié de deux ou plusieurs acteurs, il est aussi un inépuisable réservoir de capitaux symboliques et de registres d’identification dans lequel puisent volontiers les acteurs sportifs et/ou politiques2.

  • 3  Les Jeux méditerranéens, au caractère nettement olympique, sont organisés pour la première fois à (...)
  • 4  La Coupe d’Afrique des nations a été jouée pour la première fois au Soudan en 1957 avec seulement (...)
  • 5  Pierre Milza (dir.), Le pouvoir des anneaux. Les jeux olympiques à la lumière de la politique, 189 (...)

2Cette étude s’intéresse plus particulièrement à deux récents événements sportifs de dimension internationale dont la Tunisie a été le théâtre : les Jeux méditerranéens3 du 2 au 15 septembre 2001 et la Coupe d’Afrique des nations4 de football du 26 janvier au 14 février 2004. Une approche comparative de ces deux événements permet de saisir l’interpénétration de deux processus : légitimation du régime politique mais aussi désir d’une réaffirmation identitaire et d’une visibilité internationale5.

  • 6  Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Par (...)
  • 7  Le concept de nationalisme est entendu dans le sens de « nationalisme politique » qui clôture l’id (...)
  • 8  Dans le débat d’historiens sur l’usage des notions d’imaginaire et de représentation, nous avons c (...)

3Il s’agit plus précisément de montrer comment le sport est convoqué pour participer à « l’effort » de mémoire officielle lorsque l’équipe politique du moment entreprend de diffuser de nouveaux messages identitaires. En effet, comme le précise Bénédict Anderson6, dans certains domaines s’instille, plus particulièrement, l’idéologie nationaliste, à savoir les médias, le système éducatif, les règlements administratifs. À cette liste, on pourrait ajouter le sport. Celui-ci se présente à nos yeux comme un autre espace majeur d’expression du nationalisme7 et de l’imaginaire national8.

  • 9  Quotidien généraliste francophone proche de la ligne gouvernementale. Créé en 1906, nationalisé en (...)

4Ce travail repose essentiellement sur l’analyse de la presse nationale tunisienne, en particulier le quotidien francophone, La Presse de Tunisie9. S’agissant d’un sujet relevant de l’histoire immédiate dont les sources écrites sont éminemment réduites, la presse offre évidemment le double avantage de la commodité et de l’accessibilité. Appréhendée en tant que témoin direct mais aussi comme partie prenante de la mise en scène de l’événement, celle-ci peut se révéler riche d’enseignements en matière d’investissement politique dans le champ sportif.

  • 10  Cf. Jean-Philippe Bras et Larbi Chouikha (dir.), Médias et technologies de communication au Maghre (...)
  • 11  Borhane Erraïs, Archéologie d’un discours politique, op. cit., p. 54-55.

5D’autre part, le choix de porter l’attention sur une source unique s’explique par le rôle que ce genre de document joue en Tunisie. En effet, la diffusion de l’information étant soumise au contrôle de l’Etat10, le discours journalistique, que ce soit en langue arabe ou en langue française, est largement reproduction du discours politique officiel. C’est dans ces conditions que, comme le souligne Borhane Erraïs, « l’initiative du journaliste de modifier ou d’interpréter le discours reste faible et l’autocensure fonctionne de façon très efficace. Le “discours rapporté” se présente alors comme une fidèle reproduction du discours-source […]. La succession comprise entre la réalité-événement et le discours du journal est réduite à sa plus simple expression, l’unique relais étant l’agence Tunisie Afrique Presse. La nécessité pour la presse nationale de restituer le discours sans y adjoindre une quelconque réflexion critique devient un impératif à cause de l’excessive personnalisation des rapports politiques. Tous les commentaires, lorsqu’il y en a se fondent dès lors dans un unanimisme – et un plébiscite louangeurs »11. Dans un tel contexte, La Presse de Tunisie se présente comme une source d’information assez représentative du moule idéologique dominant. Elle constitue un matériau suffisamment pertinent pour se forger une opinion sur les intentions politiques explicites et implicites au sujet des deux manifestations sportives. Elle permet dans le même temps, d’appréhender le processus de construction médiatique des deux événements sportifs : ce qui est mis en lumière mais aussi ce qui est passé sous silence.

  • 12  Depuis son indépendance en 1956, la Tunisie a organisé la Coupe d’Afrique des nations en 1965, 199 (...)

6Deux raisons essentielles ont déterminé le choix de comparer les Jeux méditerranéens de 2001 et la Coupe d’Afrique des nations de 2004. La première réside dans le fait que les deux événements sportifs ont globalement bénéficié, sur un plan quantitatif mais aussi qualitatif, du même espace d’information et de commentaire dans les sources étudiées. D’autant plus que ces deux manifestations sportives internationales ont été nettement plus importantes en termes de couverture médiatique et d’investissement symbolique que les précédents rassemblements sportifs organisés par la Tunisie12.

  • 13  Lucette Valensi, Fables de la mémoire, la glorieuse bataille des trois rois, Paris, Éditions du Se (...)

7L’autre raison de ce choix comparatif est relative aux similitudes des mises en scènes des deux compétitions sportives qui n’ont pourtant pas la même histoire ni la même nature. La première est une compétition régionale qui implique, sur le modèle des Jeux olympiques, plusieurs sports individuels et collectifs : les Jeux méditerranéens. La seconde manifestation sportive, suivant le modèle de la Coupe du monde du football, concerne uniquement ce sport et met en compétition les nations du continent africain. En termes de disciplines sportives, à l’homogénéité de l’affrontement autour du football dans la Coupe africaine des nations, s’oppose l’hétérogénéité des pratiques sportives (au nombre de 23) dans les Jeux méditerranéens qui incluent aussi bien le football, la voile, la lutte que la pétanque ou le golf. Contrairement à la Coupe d’Afrique réservée aux hommes, les Jeux méditerranéens font une large place aux sportives. Enfin, outre la différence au niveau du nombre de pays participants (successivement 16 et 23 nations), s’ajoute le fait que les deux manifestations sportives mettent en compétition des pays appartenant à deux espaces géographiques différents : le continent africain (jeu continental) et l’espace méditerranéen (jeu régional). Seuls les pays du Maghreb (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc, Tunisie) peuvent se retrouver dans les deux compétitions sportives. À cet égard, force est de constater que, malgré la présence des pays voisins, la dimension maghrébine ne fait pas l’objet d’un traitement politique ou médiatique particulier lors des deux rassemblements sportifs. Ce qui importe aux yeux des organisateurs sportifs et politiques des deux événements sportifs c’est d’abord de mettre en image les origines et la généalogie de la nation, de la montrer à l’intérieur et à l’extérieur des frontières nationales. En effet, « toute manifestation collective, qu’elle soit sportive, politique, religieuse ou folklorique, est transformée en manifestation officielle. L’État intervient, a fortiori, sur tout ce qui relève de la construction d’une histoire commune13. »

8L’articulation de ces manifestations sportives au contexte politique immédiat donne un intérêt supplémentaire à leur étude. Elles interviennent en effet au moment où le parti présidentiel s’est engagé dès 2001 dans une stratégie visant à consacrer la réélection du président Ben Ali lors des élections présidentielles de 2004. Dans l’esprit des dirigeants tunisiens, par le jeu de la mobilisation médiatique et la récupération politique, les performances des athlètes tunisiens en 2001 et une éventuelle victoire finale de l’équipe nationale tunisienne de football en 2004 doivent conférer au régime de Ben Ali une gloire et un prestige que l’État bourguibien n’a jamais pu obtenir. Les deux manifestations sportives sont censées favoriser les bases nouvelles d’un consensus autour de la figure du chef de l’État tunisien et d’un espace de diffusion du nouveau discours identitaire qu’il incarne. Nous allons le voir en étudiant les similarités et les particularités des deux manifestations. Mais auparavant, nous rappellerons les ruptures et les continuités dans l’histoire de la jeune nation tunisienne, entre l’époque d’Habib Bourguiba (1956-1987) et l’arrivée au pouvoir de son successeur, Zine el Abidine Ben Ali.

De Bourguiba à Ben Ali : une identité nationale en mouvement

  • 14  Youcef Fatès, Sport et Tiers-Monde, Paris, PUF, 1994.
  • 15  Habib Bourguiba, « le rôle du sport dans la bataille contre le sous-développement », discours pron (...)

9Comme dans beaucoup d’autres États-Nations indépendants du monde arabe ou de l’Afrique, où la politique, s’insère, s’inscrit et façonne les orientations sportives14, les dirigeants politiques tunisiens ont compris très tôt la valeur du sport comme support de l’identité nationale. Déjà, au lendemain de l’indépendance, en 1956, l’ancien président de la République, Habib Bourguiba, affirmait : « Nous avons bien besoin de nous rendre là où se tiennent des compétitions sportives qu’elles soient arabes, méditerranéennes ou mondiales […]. Le prestige que valent les exploits sportifs est indéniable. Il rejaillit sur la nation tout entière15. »

10Certes, aujourd’hui comme hier, le mot d’ordre politique reste le même. Néanmoins, en Tunisie, la continuité dans l’approche politique du sport contraste avec les ruptures opérées en matière de références nationales. En effet, la période post-bourguibienne avait amené des changements majeurs sur le plan des référents identitaires de la nation.

  • 16  Driss Abbassi, Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance,(...)
  • 17  Ibid.

11Rappelons que l’élément principal qui préside à la construction de la nation tunisienne à l’époque d’Habib Bourguiba est l’adhésion collective à la personne du premier président de la République tunisienne. Ce dernier est à la fois l’inspirateur de la nation et le héros positif national16. Dans un tel contexte, la nation tunisienne est à la fois inventée dans la perspective de la synthèse culturelle – la succession de plusieurs civilisations contribuant à la lente édification, de manière sédimentaire, de ladite nation – et de la personnification de la nation. Simultanément le culte de la personnalité de Bourguiba atteint alors son apogée17.

  • 18  Carthage et la Méditerranée sont des références récurrentes dans le vocabulaire politique tunisien (...)
  • 19  Signalons, par exemple, l’ouvrage de Sadok Chaâbane, Le retour d’Hannibal ou le renouvellement d’u (...)
  • 20  Comme l’émission de nouveaux billets de banque au cours des années 1990 dont la partie en français (...)

12Mais cette phase prend fin le 7 novembre 1987. Bourguiba est déchu de son rôle historique. Si le premier président tunisien a bâti son pouvoir au nom de sa légitimité historique de « père de l’indépendance » tunisienne, il s’agit pour son successeur, le président Zine El Abidine Ben Ali, de s’inventer une autre légitimité historique. Celle-ci se traduit par une démystification de la figure de Bourguiba et une reformulation de l’histoire nationale qui redécouvre l’Antiquité, Carthage, et un point d’ancrage méditerranéen18. Ce virage idéologique est perceptible à travers la promotion du patrimoine, notamment par le biais de l’Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle, les biographies officielles19 ou d’autres appropriations politiques et symboliques20 de la mémoire.

  • 21  Voir notre ouvrage cité supra.
  • 22  Selon le ministre tunisien des Affaires sociales, la colonie tunisienne à l’étranger est évaluée e (...)

13Dans cette perspective, la Méditerranée apparaît comme le lieu symbolique idéal de l’identité tunisienne. Elle est le vecteur d’une communauté transhistorique21 et le trait d’union de la « diaspora »22 tunisienne avec la patrie d’origine. C’est ainsi que la Méditerranée comme horizon politiquement neutre – elle n’est ni l’Occident, ni l’Orient ou les deux à la fois – constitue depuis le début des années 1990 une référence. Cette deuxième phase du processus politique et identitaire va être mise en scène sur les stades à l’occasion des grands rassemblements sportifs.

Les origines de la Nation en images dans les deux manifestations sportives

  • 23  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France », op. cit., p. 42.
  • 24  Khaled ben M’barek, « Chronique politique Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXIX, 2000-20 (...)

14Le thème des origines constitue l’observatoire le plus pertinent pour l’étude de la construction de l’imaginaire national23. L’enjeu est de taille. Il s’agit de mettre en scène la « généalogie » de la nation et le régime politique qui la promeut. La prise en compte du contexte immédiat des deux manifestations sportives montre qu’elles s’inscrivent dans une même logique politique. Elles sont mises au service d’une stratégie électorale à brève échéance. L’enjeu pour le régime : préparer le terrain à Ben Ali pour se représenter aux élections présidentielles d’octobre 2004. En effet, dès l’année 2001, une campagne de propagande est lancée par le parti présidentiel, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) et largement relayée par la presse nationale, pour appeler le chef de l’État tunisien à se représenter à l’élection présidentielle de 200424. Il faut modifier le texte de la Constitution afin que le président Ben Ali puisse briguer un nouveau mandat. Aussi le régime organise-t-il en 2002 un plébiscite visant à faire approuver par le « peuple tunisien » un projet de révision constitutionnelle supprimant, entre autres, la limitation du nombre de mandats présidentiels à trois. Dans une telle conjoncture, et dans une optique promotionnelle du régime, les manifestations sportives vont revêtir une symbolique politique toute particulière.

  • 25  Rappelons que l’emblème des Jeux méditerranéens de Tunis de 1967 représente les trois anneaux sépa (...)
  • 26  Cette formule devient le surnom de l’équipe nationale de football. Elle fait son apparition suite (...)

15Les deux affiches emblématiques des deux manifestations sportives concentrent les éléments fondamentaux de la construction identitaire tunisienne. Sur celle des Jeux méditerranéens de 2001, le drapeau tunisien est relié aux trois anneaux de couleur bleue (emblème de ces jeux régionaux). Le message délivré se rapporte au lien direct et quasi exclusif entre la nouvelle identité tunisienne et la mer Méditerranée25. Sur l’affiche de la Coupe d’Afrique des nations de 2004, la personnification d’un aigle aux couleurs du drapeau tunisien (rouge et blanc), en train de frapper dans un ballon, est associée à une carte de l’Afrique. La relation allégorique que dégage le couple « aigle de Carthage »26 et l’Afrique renvoie à l’autre versant du nouveau discours identitaire : les origines anciennes (carthaginoises et africaines) de la nation.

16En réalité, hormis cette différence au niveau de la symbolique des jeux, l’image et le texte entourant les deux manifestations sportives mettent en scène simultanément les deux dimensions du nouveau discours identitaire : Carthage/Afrique et Méditerranée. Ainsi, la référence à Carthage est omniprésente dans les Jeux méditerranéens. De même, la compétition sportive africaine est l’occasion de mettre en scène non pas uniquement l’Afrique (et Carthage), mais aussi la Méditerranée.

17Ce sont tout d’abord les cérémonies d’ouverture des deux compétitions qui vont servir de démonstration à l’interpénétration de l’ancrage méditerranéen et l’appartenance africaine de la Tunisie, que les discours officiels martelaient déjà. Ces deux dimensions essentielles de l’identité tunisienne sont au centre de la mobilisation générale tant sportive que politique. De manière identique, les qualificatifs de « grand show », d’« événement dans l’événement », attribués aux deux cérémonies d’ouverture attestent de l’importance accordée aux deux spectacles. Chacune des deux manifestations débute avec une mise en scène des références fondatrices de la nation. Il s’agit, explicitement, d’appuyer l’hypothèse historique selon laquelle Carthage/l’Afrique et la Méditerranée sont les fondateurs ethniques et culturels de la nation. Ils ont créé la Tunisie actuelle.

18La cérémonie d’ouverture des Jeux méditerranéens est présentée sous forme d’un spectacle qui combine trois univers : l’espace esthétique, le rythme du terroir et l’art du cirque. Ce spectacle est conçu comme un voyage imaginaire dans le temps et l’espace sur le thème : « La mer, les corps ». Le spectacle dure quarante cinq minutes, et met en scène sept mouvements représentant successivement : « l’univers, l’homme et la femme » ; « la mère, l’enfant » ; « la Méditerranée » ; « l’Africa » ; « Elyssa » ; « Carthage éternelle » ; « danse des corps et des sports ». Rassemblés, à la manière d’un puzzle, on peut penser que ces éléments invitent à y lire une métaphore de la patrie, de ses ancêtres et des générations successives de ses enfants.

  • 27  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France », op. cit., p56.
  • 28  La Presse de Tunisie, 7/1/2004, p. 20.
  • 29  À titre d’exemple, la chaîne francophone TV5 a retransmis en direct cette cérémonie.
  • 30  Force est de constater que les organisateurs ainsi que la presse écrite ne manquent pas de rappele (...)

19Un peu moins de trois ans plus tard, dans le même « stade du 7 novembre », la Coupe d’Afrique des Nations de football offre une nouvelle occasion pour exhiber l’ancêtre emblématique permettant de renforcer l’idée de l’enracinement historique de la nation27. Comme pour les Jeux méditerranéens, annoncée longtemps à l’avance par la presse écrite avec des gros titres comme « Carthage-Africa »28, et montrée en direct sur les écrans de télévision nationale et internationale29, la cérémonie d’ouverture du 24 janvier 2004 se veut un récit orchestré de l’identité tunisienne, tout en affirmant qu’il s’agit d’une œuvre purement tunisienne en dépit de l’aide organisationnelle apportée par la Corée du Sud30. D’une durée de quarante minutes, « le show » se compose également de sept tableaux : il raconte l’histoire de Carthage et de l’Afrique, illustrée par le périple du navigateur Hannon qui, sur sa flotte, quitta, il y a 25 siècles, le port de Carthage pour aller à la rencontre de la côte africaine. La première partie de la cérémonie, intitulé « Continent de la nature » tourne autour de la création et des premiers « sons » du monde, de la genèse de la nature, avec comme support significatif l’olivier, symbole de la vie et de la Méditerranée. « Carthage-Africa » est le thème de la deuxième partie qui évoque le périple d’Hannon vers l’Afrique, mais qui raconte aussi l’épopée de Carthage, avec pour principale référence la gloire d’Hannibal, le héros carthaginois. La troisième partie enchaîne avec « la renaissance de la Tunisie », et la consécration des valeurs de tolérance et d’harmonie : la Tunisie, carrefour entre l’Afrique et le monde. C’est ainsi que l’avenir se met en marche. La quatrième et dernière partie est illustrée par « la nouvelle traversée » : celle d’un vaisseau de l’espoir, avec pour slogan « Let’s go Africa » et il n’y a pas mieux que les « enfants de l’Afrique » pour reprendre le flambeau.

20Le premier point commun aux cérémonies est la symbolique du chiffre sept, porté par le nom même de l’espace dévolu aux deux joutes sportives (stade du 7 novembre), mais aussi dans les sept mouvements et les sept tableaux évoqués. Il s’agit d’une célébration implicite du régime politique issue du « changement » du 7 novembre 1987.

  • 31  La Presse de Tunisie, 25/1/2004, p. 12.

21Au sujet de la compétition africaine de 2004, avec un gros titre : « cérémonie d’ouverture : Eternelle Ifriqiya »31, il est indiqué que :

  • 32  Ibid.

« La Tunisie du changement, relevait, à 18 h précises, dans un stade 7 novembre majestueux et imposant, un nouveau défi de sa riche histoire sportive […]. Le président de la République, Zine el Abidine Ben Ali, déclara à l’heure précise ouverte la Coupe d’Afrique des nations 2004, dans une ambiance exceptionnelle […]. Le stade 7 novembre remonta le cours de l’histoire de cette contrée qui a vu la naissance de l’homme. L’Afrique, dans toute sa splendeur […]. Et voilà Carthage avec Hannon qui vient rafraîchir les mémoires pour conter les premiers pas dans ces contrées lointaines qui finirent par adopter le nom d’Ifriqiya l’éternelle, pour tout un continent. Les chevauchées fantastiques des pionniers arabes vers l’Occident, l’ouverture vers l’autre rive de l’immortelle Méditerranée. L’histoire s’accélère. Et la Tunisie moderne, carrefour des civilisations, qui s’empare de ce prodigieux héritage. Un legs précieux et sacré fait de bravoure, d’humanisme, de tolérance et de fraternité. Le public subjugué retient son souffle. Il se reconnaît dans ces tableaux. Il se remémore sans peine ce cheminement historique qui a conduit à cette fierté d’appartenir à une nation témoin des moments inoubliables de l’histoire32. »

22Ce discours illustre l’imbrication de deux paramètres identitaires (Carthage/Afrique et la Méditerranée) à l’occasion du démarrage de la compétition africaine. Il rappelle le même cérémonial qui marqua les Jeux Méditerranéens trois ans plutôt. La presse tunisienne semble accorder une importance particulière à la cérémonie d’ouverture de la manifestation sportive de 2004. Elle continue d’insister auprès de l’opinion publique sur les différentes dimensions de l’identité tunisienne, et tout particulièrement sur Carthage et la Méditerranée :

  • 33  La Presse de Tunisie 26/1/2004, p. 17.

« La perle de la Méditerranée » [surnom de la ville de Radès] a décidé de recevoir ses invités tôt le matin […]. L’Afrique tout entière s’invitait dans cette petite cité de Radès […]. Ifriqiya, après avoir donné son nom au continent, le recevait également. Tout y passa, des Carthaginois, aux Phéniciens, à l’Afrique des forestiers dans un ballet de lumières, de sons et de feux d’artifice. Hannibal, sur son cheval blanc, régna sur le terrain comme jadis sur une partie du monde […]. Un vaisseau presque phénicien arriva jusqu’au stade par mer et puis par terre, mais choisi de rentrer par les airs. La Tunisie venait de porter en l’espace de 40 mn les cérémonies d’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations 2004 au nirvana, rompant nettement avec les spectacles fait de clichés, parfois galvaudés. Désormais, en matière de cérémonie d’ouverture, il y aura en Afrique l’avant et l’après Tunis 200433. »

  • 34  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France », op. cit., p. 56.
  • 35  Selon la définition de Benedict Anderson, L’imaginaire national, op. cit.

23Au-delà des envolées lyriques dans le descriptif de la mise en scène que dégage ce texte, il ressort que dans les cérémonies d’ouverture des deux manifestations sportives, la combinaison entre l’origine territoriale de la nation (Carthage/Afrique) et son ancrage géographique (la Méditerranée) est saisissante. Primauté de la propagande politique et médiatique sur la logique sportive ? Il s’agit, dans les deux cas, d’affirmer explicitement l’identité nouvelle du pays organisateur. Carthage et la Méditerranée sont les deux pôles de référence autour desquels se réaffirme l’ancienneté de l’existence de la nation, car l’ancienneté est elle-même un signe de légitimité34 : l’objectif est de rendre visible la communauté imaginée35, de la montrer en tant qu’œuvre du régime politique en place. Et finalement, Carthage et la Méditerranée apparaissent comme les pourvoyeurs des valeurs nationales incarnées par le président Ben Ali, autrement dit l’« artisan du changement » du 7 novembre 1987 pour reprendre la terminologie officielle.

Un « nationalisme méditerranéen » dans les Jeux méditerranéens ?

  • 36  Ces chiffres sont cités par Borhane Erraïs, « Discours sportif à vocation méditerranéenne : l’exem (...)
  • 37  Voir l’ouvrage très utile de Jean-Paul Mazot et Serge Laget, Les Jeux méditerranéens (1951-1993), (...)
  • 38  Youcef Fatès, Sport et politique en Algérie de la période coloniale à nos jours, thèse pour le doc (...)

24La promotion du pouvoir et de la nouvelle symbolique nationale à travers le cérémonial d’ouverture des jeux va se doubler d’un usage politique des ressources propres à chaque compétition sportive. Ce processus conduit néanmoins à mieux affirmer les spécificités inhérentes à chacune des deux manifestations. Autrement dit, c’est l’ancrage méditerranéen, comme nouvel horizon de l’identité tunisienne, qui va mettre à l’honneur la Méditerranée et conférer aux Jeux méditerranéens leur propre identité sportive. D’autant qu’en Tunisie, avant le tournant des années 1990, la référence méditerranéenne en matière de sport a été quantité négligeable dans le corpus considérable des discours politiques à thématique sportive entre 1956 et 1985 (7 discours seulement sur un total de 260)36. Mais cette situation n’est pas propre au cas tunisien. En effet durant cette même période, dans les autres pays du Maghreb (Algérie et Maroc), la Méditerranée n’occupe qu’une place marginale37. Dans l’Algérie de Houari Boumédiène et le Maroc de Hassan II, les Jeux méditerranéens respectivement d’Alger en 1975 et de Casablanca en 1983, semblent être marqués par les rancœurs à l’égard du colonisateur français. Ces deux rendez-vous sportifs méditerranéens ont été le lieu d’expression de la référence arabe des nationalismes algérien et marocain (en particulier en raison des relations tendues à l’époque entre les États arabes et Israël). Pour les Jeux d’Alger, la cérémonie fastueuse d’ouverture de la compétition méditerranéenne est destinée d’abord à montrer la « grandeur » de la jeune nation algérienne. La compétition était aussi l’occasion d’un déchaînement de passion nationaliste : la rencontre finale de football entre l’Algérie et la France, remportée par l’équipe algérienne, est vécue par la population comme une « revanche » sur l’ancien colonisateur, perpétuant ainsi la tradition du football outil de mobilisation et de lutte nationaliste en Algérie38.

  • 39  Jean-Paul Mazot et Serge Laget, Les Jeux méditerranéens (1951-1993), op. cit., p. 185.

25À Casablanca en 1983, la cérémonie d’ouverture des Jeux méditerranéens était l’occasion de réaffirmer la référence arabe et religieuse du Maroc et son ancrage dans le monde arabo-musulman (solidarité avec le Liban, hommage implicite à l’Arabie Saoudite qui avait aidé le Maroc à réaliser pour l’occasion de gigantesques installations sportives). Quant aux compétitions sportives, elles se sont déroulées dans un climat d’hostilité à l’égard des athlètes français, au point que certains ont refusé de participer à la cérémonie de clôture. L’attitude francophobe d’une partie du public marocain a été dénoncée par l’ambassadeur de France au gouvernement marocain39.

26C’est donc par une sorte de « nationalisme méditerranéen » que la compétition de 2001 va se différencier des précédents Jeux méditerranéens. Ainsi, dans le feu des préparatifs des Jeux de 2001, le président de la République tunisienne souligne-t-il :

  • 40  Discours du président Ben Ali, Carthage le 30/6/2001, La Presse de Tunisie, 2/9/2001, supplément s (...)

« La Tunisie s’apprête à accueillir la quatorzième session des Jeux méditerranéens. La Tunisie, qui est fidèle à son appartenance méditerranéenne, n’a jamais été absente à ces jeux, depuis son accession à l’indépendance, tant elle s’attache à consacrer le lien de civilisation et de culture qui unit les peuples appartenant à cet espace et auquel notre pays a apporté des contributions enrichissantes, depuis l’époque de Carthage et jusqu’aux temps présents. À travers la construction de la Cité sportive du 7 novembre et du village méditerranéen de Radès, nous nous sommes préoccupés d’assurer toutes les conditions de réussite à cette édition, de manière à approfondir l’esprit de connaissance réciproque et de fraternité entre les hôtes de la Tunisie, représentant les différents peuples méditerranéens40. »

27Les Jeux méditerranéens de 2001 paraissent revêtir pour le pouvoir tunisien une signification symbolique de première importance. Ils vont bénéficier d’une attention politique toute particulière illustrée par la réalisation d’un complexe sportif ultramoderne situé dans la ville « méditerranéenne » de Radès (banlieue sud de Tunis). Ce complexe sportif, inauguré en grande pompe au mois d’août 2001, juste avant le démarrage des Jeux méditerranéens, est dédié à la gloire des Jeux mais aussi à la gloire du régime tunisien : la référence à la date du « changement » politique du 7 novembre dans le nom de cette installation sportive en dit long sur la signification politique conféré à ce nouveau haut lieu du sport tunisien. Dans ces conditions, le sport contribue à renforcer les stratégies politiques et identitaires qui elles-mêmes contribuent à renforcer l’identité de la manifestation sportive.

  • 41  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 5.
  • 42  La Presse de Tunisie, 1er/9/2001, p. 21.

28La lecture des titres et des commentaires journalistiques permet de constater qu’il s’agit moins d’une compétition sportive que d’une fête dédiée à la Méditerranée. On peut lire par exemple : « Cette 14e édition est placée sous le signe : À Tunis, la Méditerranée en fête »41. Un grand encart déclame : « J-1 : à Tunis la Méditerranée en fête »42. De même lit-on :

  • 43  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 2.

« Tout a été mis en œuvre pour que le Sahel participe à ce grand événement, à cette fête grandiose de la Méditerranée. Ils étaient donc plus de 600 jeunes, samedi, à manifester leur joie avec les jeunes de tout le bassin méditerranéen, à sceller de nouveau leur amitié ancestrale, à se retrouver dans une ambiance de liesse, de nature à renforcer les liens qui unissent tous les peuples de notre région43. »

  • 44  C’est nous qui soulignons.

29Ainsi, ce qui est désigné, ce ne sont pas les Jeux mais l’espace maritime dans sa totalité et sa neutralité. En ce sens, et parallèlement à la compétition, toute une série de manifestations extra-sportives se sont déroulées dans plusieurs villes méditerranéennes44 de la Tunisie. Elles visent, semble-t-il, à vulgariser, au sein de la population, l’appartenance de la Tunisie à la Méditerranée. La presse relate l’organisation de manifestations culturelles, d’animations et de spectacles populaires qui associent des troupes folkloriques, musicales, artistiques de pays comme l’Égypte, l’Espagne ou la Yougoslavie. Sont aussi évoquées, entre autres manifestations, une exposition de peinture ou la tenue d’un séminaire sur l’art moderne dans le bassin méditerranéen. De ce fait, la diversité des activités dépassent le strict cadre des Jeux sportifs et traduisent une volonté de donner un contenu concret à l’espace méditerranéen.

30L’approche de la Méditerranée peut même revêtir des accents nationalistes, comme le soulignent ces lignes :

  • 45  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 2.

« Avec les manifestations culturelles, artistiques, musicales, les responsables ont voulu intégrer la mer Méditerranée à cette grande fête que sont les jeux. Les objectifs visés sont multiples :
- Souligner l’importance de la mer pour tous les pays riverains : la Méditerranée a fortement influencé le développement des civilisations sur ses rivages. Ce développement par sa longue durée et sa croissante intensité, a profondément marqué et transformé un rayonnement fragile de la mer, ce bien naturel commun et permanent de l’ensemble des pays du pourtour de la Méditerranée.
- Donner aux Jeux de Tunis un cachet propre, authentique et original afin de se démarquer des jeux précédents. Ils doivent être à l’image de l’ère nouvelle, revalorisés en créant en parallèle une fête maritime.
- Se mobiliser pour protéger la mer Méditerranée, cette importante mer qui nous lie, pour qu’elle devienne un pont d’amitié et de fraternité : un pont de paix, et de contribuer à supprimer les préjugés hérités du passé.
- Créer un carrefour de civilisation et de culture.
- Rehausser notre patrimoine maritime et renouer avec nos origines (les grands navigateurs carthaginois).
- Rendre Tunis un pôle d’attraction économique, touristique, culturel et écologique45. »

  • 46  Ibid., p. 5.

31Ce texte est tout à fait signifiant, car il s’apparente à un programme politique aux couleurs de la Méditerranée. De nombreux renvois identitaires et un mode d’appropriation de l’espace maritime sont d’un usage fréquent à propos de la Méditerranée. Ces procédés apparaissent, par exemple, dans ce jeu de métaphores : « Vive la Méditerranée notre mer patrie ! [sic] Vive le sport et l’amitié qui savent si bien privilégier la petite tolérance de tous les jours »46. On peut se demander s’il n’est pas question ici de l’émergence d’un phénomène nationaliste de type nouveau : un nationalisme méditerranéen ?

  • 47  La Presse de Tunisie, 7/9/2001, p. 1.
  • 48  La Presse de Tunisie, 16/9/2001, p. 1.
  • 49  Ibid.

32La Méditerranée n’est pas mise en scène uniquement avant et pendant la cérémonie d’ouverture des Jeux. Elle est illustrée également lors des compétitions sportives. Ainsi par exemple, les noms des villes tunisiennes organisatrices des Jeux sont puisés dans des métaphores méditerranéennes : Bizerte est ainsi surnommé « la Venise de l’Orient », Radès « perle de la Méditerranée » et Tunis « phare de son golfe et de la Méditerranée ». Dans la même veine, les commentaires entourant les trois médailles d’or obtenues par trois lutteuses tunisiennes renvoient au champ lexical consacré à la Méditerranée : « Elles sont désormais les reines de la Méditerranée »47 est le titre choisi pour célébrer la victoire des Tunisiennes. Enfin, au lendemain de la clôture des Jeux, le texte et l’image du bilan de la compétition retiennent « la convivialité, l’amitié, et la liesse entre les 23 nations présentes à ce rendez-vous du cinquantenaire »48. Usant d’une formule éloquente, « notre mer civilisatrice »49, la presse considère qu’il s’agit « d’une édition en or » pour résumer les Jeux méditerranéens de 2001.

Messages au-delà des frontières

  • 50  Youcef Fatès, Sport et Tiers-Monde, op. cit., p. 16.

33Cependant, les deux manifestations sportives ne peuvent se réduire à une représentation de la nation, sur la base d’une mise à jour imagée de sa mémoire historique ou des excès d’un nationalisme de type nouveau. Elles véhiculent aussi des messages destinés à l’extérieur et une volonté de promouvoir l’image d’un État-nation ouvert à la recherche d’une visibilité internationale. En effet, comme le souligne Youcef Fatès, le sport de haute compétition est le seul terrain où les pays du Tiers-Monde peuvent se mesurer, se battre et éventuellement arracher une illusoire victoire sur les pays développés50. Pour la Tunisie, l’audience internationale procurée par les deux manifestations sportives est essentiellement utilisée pour renvoyer une image d’un pays qui épouse tous les aspects de la modernité.

  • 51  La Presse de Tunisie, 7/9/2001, p. 1.
  • 52  La Presse de Tunisie, 10/9/2001, p. 1.
  • 53  La Presse de Tunisie 7/9/2001, p. 1.

34La question de la modernité transparaît à travers la mise en avant des victoires réalisées par les sportives féminines tunisiennes durant la compétition méditerranéenne de 2001. Les exploits féminins sont ostensiblement montrés par les médias nationaux. Ceci n’est pas toujours le cas des athlètes masculins ayant obtenus des résultats équivalents : il en va ainsi de la photo de trois lutteuses tunisiennes en posture souriante51 et du portrait de la médaillée d’or de karaté brandissant le drapeau national52. Lorsque la presse évoque le passé du sport féminin, c’est pour mieux souligner les progrès réalisés en la matière : « Encore une très bonne moisson pour la Tunisie au terme de la quatrième journée des jeux Méditerranéens. Hier les dames étaient à l’honneur avec trois médailles d’or […]. La Tunisie dépasse par la même occasion sa meilleure récolte obtenue lors des Jeux de Tunis de 1967 »53.

35La référence au sport féminin participe de la construction politique d’un féminisme d’État tunisien. Il suffit, à ce sujet, de se référer aux propos exprimés par Neziha Zarrouk, ministre des Affaires de la Femme et de la Famille, pendant la manifestation sportive méditerranéenne de 2001. Intervenant sur le thème « la femme méditerranéenne et l’excellence sportive : possibilités et ambitions », elle a déclaré :

  • 54  La Presse de Tunisie, 14/9/2001, p. 3.

« Les résultats [des sportives Tunisiennes] dans plusieurs disciplines témoignent du niveau d’évolution que la femme tunisienne a atteint et de la position qu’elle occupe dans le cadre des orientations stratégiques tracées par le président Zine el Abidine ben Ali54. »

  • 55  Rappelons que lors des Jeux méditerranéens de Tunis en 1967, l’« événement » le plus important con (...)

36L’émancipation de la femme par le sport a toujours été considérée comme un élément essentiel dans le processus de la modernité tunisienne55. La nouveauté réside dans la récupération politique de la thématique du sport féminin par un régime politique autoritaire. La mise en scène de l’exploit sportif féminin permet à ce dernier de s’afficher comme le défenseur de l’égalité des sexes et de droits de l’Homme tout en renvoyant l’image d’un pays moderne progressant dans tous les domaines.

37L’exception tunisienne en matière d’organisation des jeux est un sujet qui traverse les deux manifestations sportives. Prolongeant les discours politiques, la rhétorique journalistique ne tarde pas à mettre l’accent sur ce dernier thème, en reproduisant des témoignages venant de l’étranger :

  • 56  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 4.

« Les différents journaux et revues d’expression arabe, française et anglaise ont été unanimes à souligner que l’édition de Tunis constituera un tournant dans l’histoire des Jeux méditerranéens. Compte tenu des records enregistrés au niveau de la participation des athlètes (3 500), des pays (23) ainsi que la construction d’un village méditerranéen, le premier du genre depuis la création des Jeux méditerranéens56. »

  • 57  La Presse de Tunisie, 15/2/2004, p. 9.

38D’autres affirmations sont pour la presse nationale des preuves qui attestent de la réussite des manifestations sportives. C’est le cas du témoignage rapporté de l’homme politique français (Philippe Séguin) « confiés à une chaîne satellitaire »57 sur la nouvelle Tunisie :

  • 58  Ibid.

« La Tunisie, jeune dragon, ne pouvait se suffire de ses seuls succès économiques et sociaux, elle tenait, et c’est légitime, à recueillir les dividendes de ses grands investissements en faveur du sport et de la jeunesse en étant champion d’Afrique de football58. »

  • 59  Par ailleurs membre du Comité international olympique et ancien médaillé d’or des Jeux méditerrané (...)

39Les personnalités étrangères du monde politique et sportif, présentes sur les lieux des deux compétitions sportives de 2001 et de 2004, sont invitées par la presse nationale à livrer leurs points de vue au sujet des deux événements sportifs. A propos des Jeux méditerranéens, l’ancien ministre français des sports, Guy Drut59, déclare :

  • 60  Interview de Guy Drut par la Presse de Tunisie, 12 /9/2001, p. 5.

« Le sport est aujourd’hui un vecteur important dans l’évolution des nations. Il doit être appréhendé dans ses dimensions politique, économique, sociale, culturelle. Les Jeux méditerranéens sont dans ce contexte un grand moment dans le rapprochement des cultures méditerranéennes […]. Les Jeux méditerranéens sont un moment de fête de l’homme dans l’espace méditerranéen60 ».

40Le président de la Fédération internationale de football, Joseph Blatter, présent en Tunisie à l’occasion de la Coupe africaine de football en 2004, exprime sa

  • 61  Déclaration citée par La Presse de Tunisie, 23/1/2004, p. 9.

« profonde gratitude au président Ben Ali pour les “grands efforts” qu’il n’a cessé de déployer afin d’assurer le succès de la CAN 2004 […]. Le 15 mai 2004 fera date dans l’histoire du football africain : ce jour-là à Zurich, les membres du Comité exécutif de la FIFA désignent l’hôte de la Coupe du monde de la FIFA. On ne sait qui de l’Afrique du Sud, de l’Égypte, du Maroc ou de la Tunisie l’emportera, mais on connaît déjà le nom d’un vainqueur magistral : l’Afrique61. »

  • 62  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 5.
  • 63  La Presse de Tunisie, 24/1/2004, p. 1.

41L’ensemble des témoignages étrangers visent à « valider » un discours national qui insiste sur « le caractère exceptionnel » des deux événements sportifs. Les Jeux méditerranéens sont considérés comme étant « la plus grande manifestation sportive du troisième millénaire dont la Tunisie, carrefour de civilisations, voudrait qu’elle reste gravée dans les mémoires »62. De même, à propos de la Coupe d’Afrique des nations de 2004, la presse proclame : « La Tunisie du Changement se veut l’écrin parfait de ces joutes qui feront date »63. Sur fond de renvoi au passé, accompagné du portrait du président tunisien, le commentaire journalistique mêle propos flatteurs pour le régime et sentiments de fierté nationale :

  • 64  La Presse de Tunisie, 25 janvier 2004, (éditorial) p. 1.

« Le président l’a lui-même affirmé dans un discours du 1er juillet 2003 : “le choix de la Tunisie pour abriter les plus grandes manifestations sportives est un hommage rendu à la Tunisie, dans son action en faveur de la consécration des nobles idéaux olympiques de la diffusion de l’esprit de solidarité et de la propagation de la culture de la paix et de l’affection mutuelle entre les sportifs partout dans le monde” […] »64.

  • 65  La Presse de Tunisie, 15/2/2004, (éditorial) p. 1

42Indépendamment de leurs propres caractéristiques, les manifestations sportives deviennent un espace d’association de valeurs sportives et de mœurs politiques nationales. Sur fond de rappel des idéaux sportifs, les compétitions sportives sont un des canaux privilégiés pour faire passer des messages politiques et identitaires. Elles permettent aussi, pour une nation jeune comme la Tunisie, de se rendre visible au monde. Lors de la victoire finale de l’équipe tunisienne de football en 2004, l’image du président tunisien, brandissant la Coupe d’Afrique des nations avec la légende « le président Ben Ali remettant la Coupe au capitaine de l’équipe nationale » en dit long sur le message politique conféré à l’événement. Le mérite de cette victoire n’apparaît pas comme une œuvre sportive. Il est attribué à la nouvelle politique gouvernementale : « Ce titre dont ont rêvé bien des générations est en fait l’aboutissement de toute une politique que la Tunisie du changement a mise en place depuis des années […]. Les Jeux méditerranéens hier, la Coupe d’Afrique des nations aujourd’hui, la Coupe du monde de handball demain […]65. »

43Avec le succès sportif, nous passons du registre de l’intention politique au phénomène de l’adhésion collective, détournée au profit du chef de l’État tunisien :

  • 66  Ibid.

« Cette foule qui a spontanément gagné la rue pour exprimer sa joie et son bonheur est reconnaissante à l’homme du 7 novembre qui a su lui inculquer cette passion et cette ambition dont se prévalent toutes les nations modernes66. »

  • 67  La Presse de Tunisie, 15/2/2004, p. 8.
  • 68  Op. cit., p. 1.
  • 69  La Presse de Tunisie, 16/9/2001, p. 1. Cette victoire de l’équipe tunisienne de football est obten (...)

44Il s’agit de la victoire finale de la Tunisie en Coupe d’Afrique des nations, le 14 février 2004. La mise en scène de la nation et du régime politique qui l’incarne se traduit par des formules comme « une renaissance nationale », « une seconde indépendance », « la Tunisie au Paradis »67. Les titres de la presse qualifient l’événement d’« historique »68. Ces expressions font écho à celles évoquées lors des Jeux méditerranéens de 2001 lorsque l’équipe tunisienne de football a obtenu la médaille d’or de la compétition. Cette victoire a été vécue comme un « jour de gloire », et décrite comme « historique : l’équipe de Tunisie remporte son premier titre méditerranéen »69.

  • 70  Voir Driss Abbassi, L’imaginaire sportif. Médias et histoire dans le sport contemporain, Paris, Le (...)
  • 71  Président du Comité international des jeux méditerranéens.

45Ainsi, la manifestation sportive est d’abord l’occasion de mettre en exergue l’action du pouvoir en place. Elle est ensuite un moment privilégié pour évoquer les aspects sportifs. Ceux-ci apparaissent à travers les annonces faites au sujet de futurs événements sportifs ou la mise en place de nouvelles réalisations sportives. Il n’est pas inintéressant de souligner, à cet égard, que la mythologie sportive70 retrouve des ressources de renouvellement du côté des jeunes nations : en s’adressant aux sportifs venus du monde méditerranéen, un haut responsable sportif, Claude Collard71, prononce, à l’occasion des Jeux méditerranéens de 2001, les propos suivants :

  • 72  Allocution de Claude Collard, lors de l’ouverture des Jeux Méditerranéens de Tunis 2001, La Presse (...)

« Souvenez-vous que votre présence ici a une autre dimension, symbolique, car elle représente cette fantastique force du sport qui réside dans sa constante recherche de la fraternité et de la paix. Depuis cinquante ans, les pays de la Méditerranée ont, avec ténacité, maintenu ces Jeux, car ils savent qu’aucun relâchement n’est permis sous peine de voir disparaître cette fraternelle et unique institution stable en Méditerranée, malgré les conflits permanents qui l’endeuillent. Ce miracle c’est bien celui de l’esprit olympique72. »

  • 73  Georges Vigarello, Du jeu ancien au show sportif, la naissance d’un mythe, Paris, Seuil, 2002.
  • 74  Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, une histoire politique de la religion, Paris, Gallima (...)
  • 75  François Furet, Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Robert (...)

46La déclaration du responsable sportif nous plonge dans le registre des valeurs positives du sport. Ainsi, par un effet négatif, lié aux aspects conflictuels de l’histoire de la Méditerranée, le rôle pacificateur attribué aux Jeux méditerranéens vient conforter la légitimité sportive. De ce fait, le sport, et en particulier les principes olympiques, trouve des ressources nouvelles qui confortent les idéaux sportifs contenus dans la rhétorique sportive courante. Celle-ci consiste à définir le sport comme une contre-société exemplaire73, par opposition à un monde désenchanté74 et une société globale dont « à la menace de l’incertitude se joint […] le scandale d’un avenir fermé »75.

47L’étude comparative montre l’importance particulière des deux événements sportifs de 2001 et 2004 en raison d’un contexte national caractérisé par un enjeu électoral à la tête de l’État tunisien et sur fond de modification des règles du jeu politique. L’analyse révèle une double fonction du sport : un instrument de propagande pour le régime politique mais aussi un lieu d’expression de la nouvelle symbolique identitaire. En s’impliquant dans les deux rassemblements sportifs, les discours officiels (politique et journalistique) veulent s’accaparer les valeurs consensuelles du sport et saisir l’impact médiatique du sport-spectacle afin de promouvoir le régime et sa propre vision du paradigme identitaire, à l’échelle nationale et internationale.

48Il s’avère que la combinaison des stratégies politique et identitaire de la Tunisie actuelle a largement abouti à une instrumentalisation du sport à des fins de légitimation du système politique et de son idéologie. Au bout du compte, la mise en scène sportive peut se révéler un outil propagandiste non négligeable en faveur des régimes en place mais aussi un vecteur de mémoire officielle et d’imaginaire identitaire.

Haut de page

Bibliographie

Abbassi Driss et Erraïs Borhane, 1er semestre 2004, « Les journées Borotra en Afrique du Nord (avril- mai 1941) : Sport et propagande politique pour la Grande France », Outre-Mers. Revue d’histoire, Vichy et les colonies no 342-343, Paris, Société Française d’Histoire d’Outre-mer, p. 51-64.

Abbassi Driss, 2005, Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance, Aix-en-Provence, Paris, IREMAM-Karthala

2007 (à paraître), L’imaginaire sportif. Médias et histoire dans le sport contemporain, Paris, Les éditions Mare & Martin.

Adami Sylvain, 2002, « Les femmes aux Jeux méditerranéens », in Borhane Erraïs & Marie-Christine Lanfranchi (dir), Femmes et sport dans les pays méditerranéens, Actes du Colloque Euroméditerranéen, Édition, Association : Femmes, Sport, Culture, Méditerranée, p. 82-90.

Anderson Benedict, 1996, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Benedict Stephen, 2000-2001, « Tunisie : le mirage de l’État fort », Esprit, mars-avril 1997, p. 27-42.

Ben M’barek Khaled, 2003, « Chronique politique Tunisie 2000-2001 » in Annuaire de l’Afrique du Nord, t. XXXIX, Paris, CNRS-Éditions, p. 401-434.

Bras Jean-Philippe et Chouikha Larbi (dir.), 2000, Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée, Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb Contemporain.

Burguière André, janvier-février 2003, « L’historiographie des origines de la France : Genèse d’un imaginaire national », Annales HSS, p. 41-62.

Déloye Yves, 1992, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, « collection Repères », 2003.

Erraïs Borhane, 1992, Archéologie d’un discours politique, sport et construction nationale : l’exemple tunisien (1956-1985), doctorat d’État, Université Paris 7.

Fatès Youcef, 1994, Sport et Tiers-Monde, Paris, Presses universitaires de France.

― 2002, Sport et politique en Algérie de la période coloniale à nos jours, thèse pour le doctorat d’État en science politique, Université Paris-Sorbonne.

Fauché Serge, Callède Jean-Pierre, Gay-Lescot Jean-Louis et Laplagne Jean-Paul, 2000 (textes réunis par), Sport et identités, Paris, L’Harmattan.

Furet François, 1995, Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, Calmann-Levy.

Gauchet Marcel, 1985, Le désenchantement du monde, une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard.

Geisser Vincent et Gobe Éric, 2003, « Le président Ben Ali entre les jeux de coteries et l’échéance présidentielle de 2004 », Annuaire de l’Afrique du Nord 2003, t. XLI, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 291-320.

Gellner Ernest, 1999, Nations et nationalisme, Paris, Payot &, Rivages.

Henry Jean-Robert et Groc Gérard (sous dir.), 2000, Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil, Paris, Aix-en-Provence, éd. Karthala-IREMAM.

Hobsbawn Éric, 2001, Nations et nationalisme depuis 1780, programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, collection Folio/Histoire.

Mazot Jean-Paul et Laget Serge, 1992, Les Jeux méditerranéens (1951-1993), Presses de Languedoc.

Milza Pierre (dir.), 2004, Le pouvoir des anneaux. Les jeux olympiques à la lumière de la politique, 1896-2004, Paris, Vuibert.

Moroy Franck, 2001, Football et politique à Tunis, Bulletin scientifique de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, Correspondances, Tunis, (article disponible à l’adresse électronique : http://www.irmcmaghreb.org/corres/textes/moroy.htm).

Nora Pierre, 1986, « Les lieux de mémoire », vol. II, La Nation, Paris, Gallimard.

Pociello Christian et Denis Daniel (dir.), 2000, À l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde (1890- 1940), Presses Universitaires du Sport.

Sraïeb Noureddine, 1997, « Tunisie : la politique sociale et culturelle de 1987 à 1997 », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXVI, Paris, CNRS Éditions, p. 47-78.

Valensi Lucette, 1992, Fables de la mémoire, la glorieuse bataille des trois rois, Paris, Éditions du Seuil.

Vigarello Georges, 2002, Du jeu ancien au show sportif, la naissance d’un mythe, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1  Borhane Erraïs, Archéologie d’un discours politique, sport et construction nationale : l’exemple tunisien (1956-1985), doctorat d’État, Université Paris 7, 1992.

2  Franck Moroy, « Football et politique à Tunis », Correspondances, Bulletin scientifique de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunis, 2001 (article consultable à l’adresse électronique : http://www.irmcmaghreb.org/corres/textes/moroy.htm).

3  Les Jeux méditerranéens, au caractère nettement olympique, sont organisés pour la première fois à Alexandrie (Égypte) en 1951 avec 12 pays participants et 13 sports au programme (l’athlétisme, la gymnastique et la natation, les trois sports olympiques de base, ont toujours figuré au même titre que la boxe, la lutte, le basket-ball, le football et le water-polo…). La compétition s’est progressivement élargie à d’autres pays et à d’autres disciplines sportives pour atteindre 23 pays participants et 23 sports au programme dans les Jeux de Tunis en 2001.

4  La Coupe d’Afrique des nations a été jouée pour la première fois au Soudan en 1957 avec seulement trois pays : l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie. Suite à l’accès aux indépendances de la plupart des États africains au début des années 1960, la compétition rassemble dans sa phase finale, tous les 2 ans, 8 équipes nationales à partir de 1968. Ce chiffre est doublé dès 1996.

5  Pierre Milza (dir.), Le pouvoir des anneaux. Les jeux olympiques à la lumière de la politique, 1896-2004, Paris, Vuibert, 2004, p. 13. Les propos de Pierre Milza concernent le contexte de la nation grecque lors des Jeux olympiques d’Athènes de 1896.

6  Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996, p. 119.

7  Le concept de nationalisme est entendu dans le sens de « nationalisme politique » qui clôture l’identité nationale développé par Yves Déloye, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte « collection Repères », 2003. Cette définition est proche de celle donnée au même concept par Ernest Gellner : « le nationalisme est essentiellement un principe politique qui affirme que l’unité politique et l’unité nationale doivent être congruentes » (Nations et nationalisme, Paris, Payot & Rivages, 1999, p. 11). Voir également, Éric Hobsbawn, Nations et nationalisme depuis 1780, programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, collection Folio/Histoire, 2001.

8  Dans le débat d’historiens sur l’usage des notions d’imaginaire et de représentation, nous avons choisi la première notion qui nous semble coller davantage à la question soulevée dans cet article. Nous suivons ainsi le point de vue d’André Burguière lorsqu’il écrit : « À l’accent trop intellectualiste de la notion de représentation qui enferme l’acteur dans sa perception du monde et le condamne à n’être que le spectateur de sa propre histoire, [la notion d’imaginaire] substitue la dynamique de la construction sociale et la capacité créatrice induite par tout processus d’institutionnalisation ». Voir André Burguière, « L’historiographie des origines de la France : Genèse d’un imaginaire national », Annales HSS, janvier-février 2003, p. 43. Voir également, Jean-Claude Ruano-Borbalan (coordonné par), L’histoire aujourd’hui, Éditions sciences humaines, 1999.

9  Quotidien généraliste francophone proche de la ligne gouvernementale. Créé en 1906, nationalisé en 1968, il fait partie des journaux les plus diffusés et les plus lus en Tunisie.

10  Cf. Jean-Philippe Bras et Larbi Chouikha (dir.), Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée, Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002.

11  Borhane Erraïs, Archéologie d’un discours politique, op. cit., p. 54-55.

12  Depuis son indépendance en 1956, la Tunisie a organisé la Coupe d’Afrique des nations en 1965, 1994 et 2004 et les Jeux méditerranéens en 1967 et en 2001.

13  Lucette Valensi, Fables de la mémoire, la glorieuse bataille des trois rois, Paris, Éditions du Seuil, 1992, p. 243.

14  Youcef Fatès, Sport et Tiers-Monde, Paris, PUF, 1994.

15  Habib Bourguiba, « le rôle du sport dans la bataille contre le sous-développement », discours prononcé par le président Bourguiba le 30/9/1960 à Tunis, Discours, t. VIII, 1960-61, publications du secrétariat d’État à l’Information, Tunis, 1976, p. 102-103.

16  Driss Abbassi, Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance, Aix-en-Provence, Paris,IREMAM-Karthala, 2005.

17  Ibid.

18  Carthage et la Méditerranée sont des références récurrentes dans le vocabulaire politique tunisien. Par exemple, le 12/4/1995 le chef d’État tunisien présida l’ouverture d’un symposium sur « La pédagogie de la tolérance dans le bassin méditerranéen » organisé à Tunis avec la collaboration de l’Unesco. À l’issue de cette rencontre une charte de la tolérance fut adoptée et dénommée par le Président tunisien Pacte de Carthage pour la tolérance et qui « rassemblera les signatures des chefs d’État, des personnalités politiques et culturelles d’envergure mondiale, ainsi que des organisations gouvernementales et non gouvernementales, à titre d’engagement en faveur de la propagation et de la consolidation des valeurs de tolérance » (extrait du discours du Président Ben Ali in La Presse, 22/4/1995, p. 4, cité par Noureddine Sraïeb, « Tunisie : la politique sociale et culturelle de 1987 à 1997 », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXVI, CNRS-Éditions, 1997, p. 58.

19  Signalons, par exemple, l’ouvrage de Sadok Chaâbane, Le retour d’Hannibal ou le renouvellement d’une époque, Tunis, éditions Cérès, 1997, en arabe (l’auteur a été ministre de l’Enseignement supérieur au début des années 2000) et le livre de Habib Boularès, La biographie d’Hannibal, Paris, Perrin éditions, 2001 (l’auteur fut également plusieurs fois ministre et président de la chambre des députés en Tunisie de 1991 à 1997).

20  Comme l’émission de nouveaux billets de banque au cours des années 1990 dont la partie en français affiche la date du changement politique du 7 novembre 1987 qui reproduit la même logique observée dans les nouveaux manuels scolaires d’histoire de la même période (voir Driss Abbassi, Entre Bourguiba et Hannibal, op. cit.).

21  Voir notre ouvrage cité supra.

22  Selon le ministre tunisien des Affaires sociales, la colonie tunisienne à l’étranger est évaluée en 1996 officiellement à 610 000 personnes (la Tunisie compte un peu plus de 9 millions de personnes) vivant en Europe, plus particulièrement en France (voir Noureddine Sraïeb, « Tunisie : la politique sociale et culturelle », op. cit., p. 75).

23  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France », op. cit., p. 42.

24  Khaled ben M’barek, « Chronique politique Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXIX, 2000-2001, Paris, CNRS-Éditions, 2003, p. 401-434 ; Vincent Geisser et Éric Gobe, « Le président Ben Ali entre les jeux de coteries et l’échéance présidentielle de 2004 », XLI, Annuaire de l’Afrique du Nord 2003, Paris, CNRS Éditions, 2005, p 291-320.

25  Rappelons que l’emblème des Jeux méditerranéens de Tunis de 1967 représente les trois anneaux séparés d’une carte géographique montrant uniquement la Tunisie et la mer Méditerranée dans son ensemble.

26  Cette formule devient le surnom de l’équipe nationale de football. Elle fait son apparition suite aux Jeux Méditerranéens de 2001 et à l’obtention par l’équipe tunisienne de football de la médaille d’or de ces jeux. C’est lors de la dernière Coupe d’Afrique des nations de football de 2006 en Égypte que l’aigle a été officiellement représenté par un dessin sur le maillot rouge et blanc de l’équipe tunisienne, ainsi que sur le logo de la Fédération tunisienne de football.

27  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France », op. cit., p56.

28  La Presse de Tunisie, 7/1/2004, p. 20.

29  À titre d’exemple, la chaîne francophone TV5 a retransmis en direct cette cérémonie.

30  Force est de constater que les organisateurs ainsi que la presse écrite ne manquent pas de rappeler que l’apport des Coréens n’est que d’ordre technique, pour mieux souligner le savoir-faire tunisien. Ainsi Slim Chiboub précise : « On pourrait s’interroger sur la collaboration des Coréens pour la mise en œuvre de cette cérémonie. Je dirai que celle-ci sera tunisienne et africaine avec la collaboration technique des Coréens », La Presse de Tunisie, 4/1/2004, p. 18. Le quotidien rappelle la liste des artistes tunisiens, hommes et femmes, qui ont œuvré pour cette cérémonie (La Presse de Tunisie, 7/1/2004, p. 20). Frédéric Mitterrand fait de même sur TV 5.

31  La Presse de Tunisie, 25/1/2004, p. 12.

32  Ibid.

33  La Presse de Tunisie 26/1/2004, p. 17.

34  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France », op. cit., p. 56.

35  Selon la définition de Benedict Anderson, L’imaginaire national, op. cit.

36  Ces chiffres sont cités par Borhane Erraïs, « Discours sportif à vocation méditerranéenne : l’exemple tunisien, 1956-1985 », Confluences Méditerranée : sport et politique, n° 50, été 2004, Paris, l’Harmattan, p. 60-61.

37  Voir l’ouvrage très utile de Jean-Paul Mazot et Serge Laget, Les Jeux méditerranéens (1951-1993), Presses de Languedoc, 1992, 326 p.

38  Youcef Fatès, Sport et politique en Algérie de la période coloniale à nos jours, thèse pour le doctorat d’État en science politique, Université Paris-Sorbonne, 2002.

39  Jean-Paul Mazot et Serge Laget, Les Jeux méditerranéens (1951-1993), op. cit., p. 185.

40  Discours du président Ben Ali, Carthage le 30/6/2001, La Presse de Tunisie, 2/9/2001, supplément spécial Jeux Méditerranéens, p. 3.

41  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 5.

42  La Presse de Tunisie, 1er/9/2001, p. 21.

43  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 2.

44  C’est nous qui soulignons.

45  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 2.

46  Ibid., p. 5.

47  La Presse de Tunisie, 7/9/2001, p. 1.

48  La Presse de Tunisie, 16/9/2001, p. 1.

49  Ibid.

50  Youcef Fatès, Sport et Tiers-Monde, op. cit., p. 16.

51  La Presse de Tunisie, 7/9/2001, p. 1.

52  La Presse de Tunisie, 10/9/2001, p. 1.

53  La Presse de Tunisie 7/9/2001, p. 1.

54  La Presse de Tunisie, 14/9/2001, p. 3.

55  Rappelons que lors des Jeux méditerranéens de Tunis en 1967, l’« événement » le plus important concerne la participation des athlètes féminines maghrébines pour la première fois dans des compétitions sportives internationales. Cet événement, résultat d’une volonté politique tunisienne, s’inscrit dans le contexte du projet politique et social bourguibien au lendemain de l’indépendance en matière d’égalité de droit entre l’homme et la femme : l’État tunisien promulgue en 1956 un code de la famille et un code civil qui instituent l’égalité des sexes.

56  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 4.

57  La Presse de Tunisie, 15/2/2004, p. 9.

58  Ibid.

59  Par ailleurs membre du Comité international olympique et ancien médaillé d’or des Jeux méditerranéens d’Izmir en 1971 en 110 m haies.

60  Interview de Guy Drut par la Presse de Tunisie, 12 /9/2001, p. 5.

61  Déclaration citée par La Presse de Tunisie, 23/1/2004, p. 9.

62  La Presse de Tunisie, 2/9/2001, p. 5.

63  La Presse de Tunisie, 24/1/2004, p. 1.

64  La Presse de Tunisie, 25 janvier 2004, (éditorial) p. 1.

65  La Presse de Tunisie, 15/2/2004, (éditorial) p. 1

66  Ibid.

67  La Presse de Tunisie, 15/2/2004, p. 8.

68  Op. cit., p. 1.

69  La Presse de Tunisie, 16/9/2001, p. 1. Cette victoire de l’équipe tunisienne de football est obtenue contre l’équipe d’Italie (1-0). Par ailleurs le bilan final permet à la Tunisie d’occuper la sixième place avec un total de 57 médailles. La France a fini la première à ces Jeux avec un total de 123 médailles.

70  Voir Driss Abbassi, L’imaginaire sportif. Médias et histoire dans le sport contemporain, Paris, Les éditions Mare & Martin, 2007 (à paraître).

71  Président du Comité international des jeux méditerranéens.

72  Allocution de Claude Collard, lors de l’ouverture des Jeux Méditerranéens de Tunis 2001, La Presse de Tunisie, 4/9/2001, p. 3.

73  Georges Vigarello, Du jeu ancien au show sportif, la naissance d’un mythe, Paris, Seuil, 2002.

74  Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard, 1985.

75  François Furet, Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, Calmann-Levy, 1995, p. 808.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Driss Abbassi, « Sport, légitimation politique et construction identitaire dans la Tunisie des années 2000 », L’Année du Maghreb, III | 2007, 409-426.

Référence électronique

Driss Abbassi, « Sport, légitimation politique et construction identitaire dans la Tunisie des années 2000 », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/388 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.388

Haut de page

Auteur

Driss Abbassi

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé à l’IREMAM

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page