Navigation – Plan du site
Économies du Maghreb

Le commerce intra-régional : l’Afrique du Nord est-elle une exception1 ?

Lahcen Achy
p. 501-520

Entrées d'index

Géographie :

Afrique du Nord
Haut de page

Notes de l'auteur

Je voudrais remercier Mme Karima Bounemra Ben Soltane, directrice de la Commission économique pour l’Afrique, Bureau de l’Afrique du Nord (CEA-AN), Mme Aissatou Gueye, économiste (coordinatrice), M. Abdelilah Ouaqouaq, économiste principal à la CEA-AN et Mme Semia de Tapia, économiste à la CEA-AN, pour la qualité de leurs commentaires sur la première version de ce papier. Mes remerciements vont également aux participants à la table ronde sur l’évolution des structures économiques en Afrique du Nord, Rabat 7-9 Mars 2006. Je remercie également Mme Rania Maniesy qui a bien voulu me permettre d’accéder à sa base de données utilisée pour l’estimation du modèle de gravité.

Texte intégral

  • 1  Selon le découpage des Nations-Unies, la région de l’Afrique du Nord comprend sept pays : le Maroc (...)

1Les pays de l’Afrique du Nord sont faiblement ouverts au commerce international. Leur commerce se caractérise par sa forte concentration géographique et sa faible diversification de produits. Cette région constitue un des cas les plus extrêmes de faiblesse du commerce intra-zone et de déficit d’intégration. Une situation qui ne s’est pas améliorée au cours des quinze dernières années. Le commerce intra-zone se situe actuellement aux environ de 2,7 %, un niveau d’intégration commerciale très en-deçà des performances réalisées par les autres communautés régionales y compris sur le continent africain.

  • 2  COMESA : marché commun de l’Afrique de l’Est et du Sud.

2Les projets d’intégration entre les pays de la région ne sont pas récents. Ils ont pris une forme plus concrète à la fin des années 1990 avec la création de l’Union du Maghreb arabe (UMA) qui compte cinq pays de l’Afrique du Nord parmi ses membres (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc et Tunisie). Le processus d’intégration dans le cadre de l’UMA a été toutefois très instable et fortement influencé par les conditions géopolitiques que connaît la région. Certains pays ont également adhéré à d’autres communautés économiques régionales. Il s’agit, à l’échelle arabe, de la Grande zone arabe de libre échange (GZALE) créée en 1997. Elle comprend tous les pays de l’Afrique du Nord à l’exception de l’Algérie et de la Mauritanie. À l’échelle africaine, trois pays (Libye, Égypte et Soudan) sont membres du COMESA2 créée en 1994 et cinq pays (Égypte, Libye, Maroc, Soudan et Tunisie) font partie de la communauté des pays Sahélo Sahariens (CEN-SAD) créée en 1998. Plus récemment (2004), l’accord d’Agadir a été signé par trois pays de la région (Égypte, Maroc et Tunisie) et par la Jordanie dans le but d’optimiser les retombées du processus de partenariat euro-méditerranéen et de renforcer l’intégration sud-sud. Les pays de l’Afrique du Nord ont également signé une série d’accords bilatéraux sous forme d’arrangements commerciaux de zone de libre échange avec d’autres pays à l’intérieur et en dehors de la région.

  • 3  Ce modèle sert à analyser les flux d’échanges bilatéraux entre les pays et à en comprendre les dét (...)

3L’objet de ce papier est de contribuer au débat sur le potentiel commercial de l’intégration des pays de la région d’Afrique du Nord. Pour ce faire, un modèle de gravité3 a été estimé afin d’évaluer l’effet des variables économiques, géographiques, historiques et culturelles sur le commerce bilatéral. Les estimations de ce modèle ont été utilisées comme base de référence pour déduire le potentiel de commerce bilatéral du groupe des pays de l’Afrique du Nord. Le principal résultat est que les exportations potentielles seraient dix fois plus élevées par rapport à leur niveau actuel. Ce potentiel qui peut a priori paraître exagéré semble cohérent par référence aux indices de complémentarité du commerce extérieur des pays de la région.

  • 4  Depuis 1995, en moyenne 11 accords d’intégration régionale ont été notifiés chaque année à l’OMC. (...)

4Aujourd’hui la question de l’intégration commerciale et économique des pays de l’Afrique du Nord s’impose pour de multiples raisons. Il ne s’agit pas uniquement de s’inscrire dans la vague internationale de l’intégration régionale4, mais de concevoir un projet d’intégration qui, tout en étant doté d’une vision politique, obéit à une rationalité économique par une prise en compte des mécanismes d’incitation des agents privés. C’est cette vision politique qui permet d’intégrer les objectifs stratégiques de long terme et justifie la mise en place, à court terme, par les États de la région, d’une approche volontariste et des conditions susceptibles de stimuler la propension à commercer entre les opérateurs économiques des pays de la région.

5Dans une première section, nous examinerons le profil du commerce extérieur des pays de la région et dans une deuxième section, nous étudierons les principaux déterminants des flux commerciaux entre les pays à l’aide d’un modèle économétrique de gravité. Les estimations de ce modèle sont ensuite utilisées comme base de référence afin de prédire le potentiel de commerce au sein de la région. Enfin, les principales conclusions du papier font l’objet de la dernière section.

Commerce international des pays de la région

6La faiblesse de l’ouverture des pays d’Afrique du Nord est liée en grande partie aux tarifs appliqués aux produits importés, qui restent parmi les plus élevés du monde. Par exemple, la moyenne simple des droits de douane NPF (nation la plus favorisée) appliqués dans l’industrie est de 21 % pour les pays de la région contre 10,8 % pour l’Asie et 9,5 % pour les pays d’Amérique Latine. Certes, ces taux de protection ont significativement baissé au cours des dix dernières années, mais leur diminution a été variable en fonction des pays. Selon le dernier rapport FEMISE en 2005, le Maroc aurait réduit son tarif moyen de 57 % et son tarif maximum de 65 % au cours de la période 1993-2003. En revanche, L’Algérie, la Tunisie et l’Égypte n’auraient baissé leurs tarifs moyens que de 20 et 30 %.

7La performance des échanges commerciaux des pays de la région est contrainte par leur distribution géographique fortement concentrée, doublée d’une structure des exportations faiblement diversifiée et dominée par des produits primaires d’origine minérale ou végétale. Par ailleurs, en dépit des initiatives multiples d’intégration régionale, les flux de commerce intra-régional demeurent extrêmement faibles.

Forte concentration géographique des échanges

8L’examen de la structure des échanges extérieurs des pays de la région révèle leur forte concentration géographique. Ce constat apparaît de façon claire à la lecture du tableau 1, qui présente en 1990 et en 2004 la répartition des exportations et celle des importations de chacun des pays de la région.

  • 5  Les marchés émergents asiatiques sont assimilés à la somme des parts associées à l’Asie occidental (...)

9À l’exception du Soudan, entre 40 % et 80 % des exportations des six autres pays sont destinés à l’Europe et plus spécifiquement au marché de l’Union européenne (UE). La domination de l’UE en tant que débouché pour les exportations des pays d’Afrique du Nord atteint des niveaux très élevés pour la Libye (83 %) et la Tunisie (80 %), et dans une moindre mesure pour le Maroc (69 %), l’Algérie (55 %) et la Mauritanie (53 %). La part de l’UE dans les exportations égyptiennes se situe au niveau de 42 %. Quant aux exportations soudanaises, elles sont en majorité (76 %) destinées aux marchés émergents asiatiques5 et plus particulièrement à la Chine.

10Les marchés américains et canadiens ne constituent pas de véritables débouchés pour les pays de la région à l’exception peut-être de l’Algérie (30 %) et de l’Égypte (13 %). Les exportations de ces deux pays vers le marché nord-américain ont connu une augmentation importante en 2004 puisque celles-ci n’étaient respectivement que de 20 % et de 9 % en 1990. La part des exportations du Maroc, signataire d’un accord de libre-échange avec les États-Unis entré en vigueur en 2006, vers le marché américain ne dépasse pas les 5 % en 2004 (2 % seulement en 1990). Quant aux exportations vers l’Amérique du Nord de la Libye, de la Mauritanie, du Soudan et de la Tunisie, elles restent négligeables.

11Mis à part la Mauritanie et le Soudan qui commercialisent respectivement 13 % et 14 % de leurs exportations sur le marché nippon, les autres pays de la région sont quasiment absents. Il semble même qu’à l’exception du Soudan, le poids du marché japonais dans les exportations de la région soit en déclin sur la période 1990-2004. En effet, la part des exportations de la Mauritanie sur ce marché est passée de 20 à 13 %, celle de l’Égypte de 3 à 0 %, et celle du Maroc de 4 à 1 %.

12La part des exportations destinée au marché africain est faible et ne dépasse pas le seuil des 10 %, à l’exception de la Mauritanie qui atteint les 17 %. Elle a même connu une régression entre 1990 et 2004 dans le cas de la Tunisie passant de 10 à 8 %, du Maroc (de 7 à 4 %) et du Soudan (de 7 à 3 %).

13La dépendance des pays de la région vis-à-vis de l’UE concerne également les importations. En effet, mis à part le Soudan, le poids des importations provenant des pays européens se situe entre 38 % pour l’Égypte et 75 % pour la Tunisie. Quant au Maroc, la Libye et l’Algérie, ils s’approvisionnent respectivement à concurrence de 65, 64 et 63 % sur le marché européen. Les données du tableau 1 montrent que la dépendance du Maroc et de la Tunisie vis-à-vis des importations d’origine européenne s’est accentuée au cours de la période 1990-2004.

14À l’exception de l’Égypte, dont 13 % des importations proviennent du marché nord-américain, les autres pays de la région s’approvisionnent très peu sur ce marché. L’Algérie s’approvisionnait à hauteur de 15 % sur le marché nord-américain en 1990. Désormais, les biens en provenance des États-Unis et du Canada ne représentent plus que 6 % du total des importations en 2004. Les parts respectives du Maroc et de la Tunisie pour les mêmes années de référence sont de 8 et 4 % et de 6 et 2 %.

15Le renforcement du poids des approvisionnements en provenance des pays émergents d’Asie constitue le changement le plus remarquable de la structure des importations des pays de la région. En effet, les proportions importées sont passées de 30 % en 1990 à 55 % en 2004 pour le Soudan, de 12 à 23 % pour l’Égypte de 12 à 19 % pour la Libye, de 14 à 18 % pour le Maroc, de 9 à 17 % pour la Mauritanie, de 3 à 16 % pour l’Algérie et enfin de 8 à 9 % pour la Tunisie.

Tableau 1 : Structure Géographique du Commerce extérieur des pays de la sous-région, (1990 et 2004) en %

Tableau 1 : Structure Géographique du Commerce extérieur des pays de la sous-région, (1990 et 2004) en %
Source 

Faible diversification des exportations

16Les tableaux 2 et 3 présentent, respectivement, la structure par groupe de produits des exportations et des importations des pays de la région. Certains pays tels que l’Algérie et la Libye ont des économies très peu diversifiées et des exportations très fortement dominées par le pétrole et le gaz, qui interviennent pour plus de 90 % des ventes sur les marchés extérieurs.

17Le Soudan est également caractérisé par une faible diversification de son économie, ses exportations sont concentrées sur les matières premières d’origine agricole (46 %) et les produits alimentaires (43 %). Il en est de même pour la Mauritanie qui dépend très largement de ses exportations de produits alimentaires (56 %) et des minéraux et métaux (40 %).

  • 6  Comparativement à d’autres pays émergents, les pays de la région y compris le Maroc et la Tunisie (...)

18L’Égypte mais surtout le Maroc et la Tunisie ont des exportations relativement plus diversifiées. Les parts respectives des exportations manufacturières dans les trois pays sont de l’ordre de 37 % ; 67 % et 78 %. Toutefois, les produits exportés des trois pays sont assurés par un nombre très restreint de branches (habillement, textile, cuir et chimie) et dépendent souvent d’intrants importés6.

Tableau 2 : Structure par groupe de produits des exportations des pays de la région, (1990 et 2004)

Tableau 2 : Structure par groupe de produits des exportations des pays de la région, (1990 et 2004)
Source 

Tableau 3 : Structure par groupe de produits des importations des pays de la région, (1990 et 2004)

Tableau 3 : Structure par groupe de produits des importations des pays de la région, (1990 et 2004)
Source 

Une faible intégration régionale

19L’intégration nord-africaine est très faible et cette situation ne semble pas s’être améliorée au cours des quinze dernières années. Globalement, la part des exportations intra-zone a connu une stagnation sur la période 2000-2004, elle se situe actuellement aux environs de 2,7 %. Un niveau d’intégration commerciale très en-deçà des performances réalisées par les autres aires régionales y compris sur le continent africain.

  • 7  Ce protocole a été mis en œuvre en septembre 2000.
  • 8  CEA-AN (2003).

20En effet, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), sous l’impulsion de l’Afrique du Sud, réalise le plus fort taux d’intégration commerciale au niveau de l’Afrique : 31 % des exportations de la SADC sont intra-zone. Une performance exceptionnelle compte-tenu de la date relativement récente de la mise en œuvre du protocole relatif aux échanges commerciaux entre les pays de cette communauté7 et de leur niveau initial des échanges qui n’excédait pas les 8 % en 20018.

  • 9  CEA-AN (2003).

21La communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se place en seconde position avec 20 % des exportations intra-zones en 2004 contre 10,7 % en 2001. Le niveau actuel d’intégration de cette communauté est comparable à celui de l’ASEAN (Association des Nations d’Asie du Sud-Est) ou encore du MERCOSUR (Marché commun d’Amérique du Sud)9.

  • 10  L’Union du Maghreb Arabe (UMA) comprend le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie

22Au sein du marché commun de l’Afrique de l’Est et du Sud (COMESA), la part des exportations intra-zones dans les exportations totales s’établit en moyenne à 9,5 %. Même si ce chiffre est faible comparativement aux autres communautés économiques régionales, il est néanmoins trois fois plus élevé que celui réalisé au sein de l’Afrique du Nord ou encore cinq fois plus important par rapport à celui des pays de l’UMA10.

23La matrice des échanges entre les pays de la région (tableau 4) illustre de manière plus claire le rôle marginal dans lequel le commerce intra-régional se trouve confiné. Les parts exportées par chacun des pays à destination de l’Afrique du Nord varient d’un maximum de 5,9 % pour la Tunisie à un minimum de 1,5 % pour l’Algérie. Les parts associées aux autres pays sont de 4 % pour l’Égypte, 3,2 % pour le Soudan, 2,5 % pour la Libye et environ 1,8 % pour le Maroc et la Mauritanie. Toutefois, certains pays semblent relativement plus dynamiques sur la voie de l’intégration régionale. C’est le cas, par exemple, de l’Égypte dont les exportations à destination des pays de la région sont passées de 174 à 483 millions de dollars entre 2000 et 2004 et dont les importations en provenance des pays de la région ont presque triplé passant de 170 à 478 millions de dollars sur la même période.

24Le commerce bilatéral le plus important, en valeur absolue, au sein de la région est celui qui s’opère entre la Libye et la Tunisie, d’un montant de l’ordre de 732 millions de dollars en 2004 constitué essentiellement de biens alimentaires et de produits manufacturés tunisiens (347 millions de dollars) et de pétrole libyen (385 millions de dollars). Les flux d’échanges entre l’Algérie et l’Égypte arrivent en seconde position avec 326 millions de dollars dont 250 millions sont issus des exportations égyptiennes.

Tableau 4 : Matrice des échanges Intra Afrique du Nord

Tableau 4 : Matrice des échanges Intra Afrique du Nord

Source : Tableau construit à partir la base de données de la CNUCED.

Note 

Modélisation des flux commerciaux bilatéraux

25Il s’agit ici d’identifier empiriquement les déterminants des flux commerciaux entre les différents pays sur la base d’un modèle économétrique de gravité. Ce modèle, initialement déduit intuitivement pour analyser des flux d’échanges bilatéraux entre les pays, s’appuie sur le principe de gravité introduit par les spécialistes de l’économie spatiale. Conformément à ce principe, l’intensité des échanges entre deux pays est proportionnelle au produit de leurs PIB et inversement proportionnelle à la distance qui les sépare. Les fondements théoriques du modèle gravitationnel se sont progressivement développés dans le cadre des travaux d’Anderson (1979), de Bergstrand (1985 et 1989), de Deardorff (1995), et d’Evenett et Keller (1998).

26Le modèle de gravité proposé dans le cadre de ce travail s’inspire de la littérature empirique sur le sujet. Il s’appuie en particulier sur les travaux de Miniesy et Nugent (2005), de Batra (2004) et de Fontagné et al. (2001).

Présentation générale du modèle de gravité

27Le modèle de gravité estimé dans le cadre de ce travail prend la forme générale suivante :

28Xijt indique les exportations totales du pays i à destination du pays j au cours de l’année t, Yijt est le vecteur des variables explicatives au temps t pour les deux partenaires commerciaux i et j. Les variables PIB et PIB par tête (PIBPT) font partie de ce vecteur.

29Zijt est le vecteur des variables explicatives qui évoluent en fonction des pays partenaires mais qui sont constantes dans le temps. Il s’agit de variables telles que la distance en kilomètres entre les capitales des deux pays partenaires et la superficie exprimée en km² des pays partenaires.

30Vijt indique les variables explicatives qualitatives ou binaires qui varient dans le temps et en fonction des pays partenaires i et j. C’est le cas de la variable « AIR » qui prend la valeur 1 si les pays i et j font partie d’un même accord d’intégration régionale à l’année t et 0 autrement. C’est aussi le cas de la variable « MU » qui prend la valeur 1 si les pays i et j ont une monnaie unique à l’année t et 0 autrement.

31Wijt désigne les variables explicatives qualitatives ou binaires spécifiques aux pays partenaires i et j, constantes dans le temps. C’est le cas de la variable Sans FM qui prend la valeur 0 si les pays i et j ont tous les deux une façade maritime, 1 si un des pays est enclavé et 2 si les deux pays sont enclavés. C’est également le cas de la variable Colonisateur qui prend la valeur 1 lorsque les pays i et j ont eu un même colonisateur et 0 sinon. Quant à la variable Colonial, celle-ci prend la valeur 1 si le pays i avait colonisé le pays j ou vice-versa et 0 sinon. Deux autres variables sont introduites pour tenir compte des effets de la proximité géographique ou linguistique sur le commerce bilatéral. La première est frontière qui prend la valeur 1 lorsque les deux pays ont une frontière commune et 0 sinon. La seconde langue prend la valeur 1 lorsque les deux pays ont une langue officielle commune et 0 sinon.

32Le paramètre α0 et la constante du modèle. Γ1, Γ2, et Γ3 sont les vecteurs de coefficients associés aux différentes variables explicatives. Enfin, εijt est la partie aléatoire du modèle de gravité.

  • 11  Les périodes considérées sont les suivantes : 1970-74 ; 1975-79 ; 1980-84 ; 1985-89 ; 1990-94 ; 19 (...)

33La forme log-linéaire est adoptée pour les variables qui sont continues afin de permettre d’interpréter les coefficients directement comme des élasticités. L’estimation du modèle de gravité a été effectuée sur un échantillon composé de 146 pays pour des sous-périodes quinquennales entre 1970 et 200011.

Les signes anticipés des paramètres

  • 12  Review of Maritime Transport (2004).
  • 13  L’union monétaire formelle correspond à la situation où des États souverains décident de renoncer (...)

34Conformément aux anticipations théoriques, les signes attendus des principales variables du modèle gravitationnel sont les suivants. Le produit des PIB des pays partenaires est un indicateur qui révèle la taille potentielle du marché. Le coefficient associé à cette variable devrait être positivement corrélé au volume des échanges bilatéraux. Le PIB par tête prend en considération l’effet du pouvoir d’achat des consommateurs des deux pays partenaires. Une hausse du PIB par tête devrait avoir un effet positif sur la demande et par conséquent accroître le volume des échanges bilatéraux. Les variables, distance et superficie, sont des indicateurs qui permettent d’approcher les coûts de transport que génère le commerce entre les deux pays partenaires. Dans un modèle de gravité, ces deux variables agissent comme des facteurs de résistance et affectent négativement le volume du commerce bilatéral. La variable sans FM permet de rendre compte de l’effet de l’enclavement sur le volume des échanges commerciaux. Les statistiques du transport international montrent que plus de 80 % des volumes échangés sont acheminés par bateau, en vrac ou dans des containers12. Par conséquent, l’enclavement devrait être négativement associé au volume des échanges. L’impact sur le commerce bilatéral de l’existence d’un accord d’intégration régional est pris à travers la variable AIR. Théoriquement, les tarifs préférentiels offerts dans le cadre d’un accord commercial favorisent les échanges commerciaux entre les pays membres. Il en est de même pour les pays qui sont membres d’une union monétaire formelle ou de fait. Cet aspect est pris en considération à travers la variable binaire MU13.

35À côté des facteurs géographiques et économiques, plusieurs travaux récents insistent sur l’importance des facteurs historiques dans la détermination des échanges commerciaux. Cette dimension est incorporée dans le modèle par les variables Colonisateur et Colonial qui permettent de caractériser le « passé colonial des pays partenaires ». Théoriquement, l’existence d’un passé colonial commun aux deux pays devrait agir positivement sur le volume de leur commerce bilatéral.

Estimation et analyse des résultats

36Les résultats de l’estimation du modèle de gravité par la méthode des moindres carrés ordinaires sur les données regroupées (pooled data), au cours de la période 1970-2000, sont présentés dans la première spécification du tableau 5. Tous les coefficients estimés sont statistiquement significatifs et leurs signes sont conformes à ceux anticipés. En particulier, les variables PIB, PIB par tête, frontière commune, langue officielle commune, monnaie unique ou passé colonial commun agissent positivement sur le volume des échanges bilatéraux. En revanche, l’éloignement géographique mesuré par les variables distance et superficie ou de cloisonnement pays sans façade maritime agit négativement sur le volume des échanges bilatéraux. La qualité d’ajustement du modèle telle que mesurée par le coefficient de détermination (R² ajusté) est assez élevée, elle est de l’ordre de 71 %. Il en résulte que les variables introduites dans le modèle de gravité permettent d’expliquer 71 % de la variabilité observée dans les flux commerciaux bilatéraux.

37L’élasticité associée au PIB est positive. Statistiquement significative, elle est légèrement proche de l’unité. Elle indique que, ceteris paribus, une augmentation du PIB de 1 % se traduit par une hausse des exportations de 0,92 %. Le même type d’effet sur les exportations se vérifie avec une hausse du pouvoir d’achat des consommateurs, mesuré par le PIB par tête (PIBPT).

  • 14  Le coefficient de la variable binaire « frontière » est de 0,72. Comme les exportations sont prise (...)

38Les coefficients positifs et statistiquement significatifs associés aux variables frontière et langue indiquent que ceteris paribus, des pays adjacents ou qui ont une langue commune, tendent à échanger environ deux fois14 plus par rapport à des pays qui n’ont aucune frontière ou langue commune.

39Les résultats des estimations montrent également que l’existence d’un accord commercial préférentiel entre les pays partenaires, constitue un facteur qui stimule le commerce bilatéral. Les pays signataires d’un accord préférentiel de commerce tendent à échanger environ 2,4 fois plus par rapport à des pays qui n’ont signé aucun accord. Ce résultat montre clairement que le traitement préférentiel entre les pays membres d’un accord conduit à une création significative du commerce.

40Les estimations révèlent aussi que le poids de l’histoire joue un rôle significatif dans la détermination de la direction des flux commerciaux. En effet, toute chose étant égale par ailleurs, un pays tend à échanger 3,4 fois plus avec son colonisateur qu’avec les autres pays. Dans le même ordre d’idée, les pays qui ont eu un même colonisateur échangent en moyenne 1,84 fois plus par rapport aux autres.

  • 15  Une proxy est une variable approximative.

41La distance est un facteur statique qui est ici utilisée comme proxy15 pour tenir compte de l’effet des coûts de transport et autres coûts de transaction sur le commerce bilatéral. Le coefficient associé à cette variable est négatif et statistiquement significatif. Il indique que le commerce bilatéral décroît de façon plus que proportionnelle par rapport à la distance. En moyenne, toute augmentation de 1 % de la distance se traduit par une baisse de l’ordre de 1,11 % du volume des échanges.

Tableau 5 : Résultats des estimations des différentes spécifications du modèle de gravité

Tableau 5 : Résultats des estimations des différentes spécifications du modèle de gravité

42Dans le but de tester la spécificité des pays de la région par rapport aux autres pays du monde sur le plan des échanges extérieurs, deux variables indicatrices ont été ajoutées par rapport à la spécification précédente. La première variable intra AN se rapporte aux échanges intra-Afrique du Nord, elle prend la valeur 1 lorsque les deux pays partenaires appartiennent à la région et 0 sinon. La seconde extra AN tente de saisir la spécificité des échanges des pays de la région avec le reste du monde. Elle prend la valeur 1 lorsqu’un des pays appartient à la région et 0 sinon. Les résultats sont présentés au niveau de la seconde spécification du tableau 5. Ils viennent corroborer les deux hypothèses sous-jacentes à cette spécification. La première est celle d’une faible intégration commerciale des pays de la région par rapport à la moyenne internationale. La seconde hypothèse est celle d’une ouverture commerciale des pays de la région, vis-à-vis du reste du monde, inférieure à la moyenne mondiale. En effet, les coefficients associées aux deux variables intra AN et extra AN révèlent que le commerce bilatéral d’un pays de la région tend à être 36 % plus faible, en moyenne, vis-à-vis d’un pays partenaire à l’extérieur de la région et 62 % plus faible, en moyenne, vis-à-vis d’un pays de la région. En d’autres termes, les pays d’Afrique du Nord sont non seulement faiblement ouverts au commerce international, mais ils sont aussi davantage cloisonnés les uns vis-à-vis des autres.

  • 16  L’estimation dans le cas de cette méthode se base sur les moindres carrés ordinaires (MCO) après a (...)
  • 17  L’introduction des variables de politique économique dans le modèle de régression ne fait que renf (...)

43Les estimations relatives à la troisième spécification montrent que l’effet négatif sur le commerce bilatéral d’appartenance à la région d’Afrique du Nord est encore plus élevé lorsque la méthode d’estimation de panel à effets fixes16 est utilisée. Ce résultat reste d’ailleurs statistiquement inchangé17 à l’introduction de variables de contrôle de l’effet des politiques économiques et de la gouvernance sur le commerce bilatéral.

44En effet, quatre variables ont été introduites dans le modèle afin de tenir compte de l’effet des politiques économiques sur les échanges commerciaux. La première notée par V. Change mesure la volatilité du taux du change bilatéral du pays i avec le pays j à l’année t. Elle est calculée, pour chaque année t, comme l’écart type des différences premières du taux de change nominal bilatéral entre i et j sur les douze mois précédents. La seconde variable notée par Crédit/PIB est le produit des ratios du montant total des crédits distribués par les banques par rapport au produit intérieur brut des pays i et j. Cette variable qui mesure le poids de l’intermédiation financière est utilisée comme une mesure de la qualité du secteur financier des pays partenaires. Les variables Compte courant et Compte capital sont des variables qualitatives qui prennent la valeur 0,1 ou 2, respectivement, selon que les deux pays i et j imposent des restrictions, un des deux impose des restrictions ou aucun des pays n’impose de restrictions aux opérations courantes et de capital.

  • 18  Une littérature abondante a été produite autour de l’impact de la volatilité du taux de change sur (...)

45Les résultats correspondants apparaissent dans la quatrième spécification. Conformément aux anticipations, ceux-ci révèlent que le niveau de développement financier, la volatilité des taux de change et les restrictions sur le compte courant interviennent significativement dans l’explication des flux des échanges. Toutefois, les estimations montrent que la volatilité des taux de change bilatéraux ne constitue pas un frein au développement du commerce. Au contraire, toute chose étant égale par ailleurs, une volatilité plus élevée des taux de change bilatéraux serait même un facteur qui stimulerait les exportations. Ce résultat qui semble a priori paradoxal est conforme avec ceux de travaux antérieurs, notamment ceux de De Grauwe (1988). Selon cet auteur, une hausse du risque de change incite les exportateurs à augmenter leurs volumes pour compenser la baisse probable de leurs recettes18. La seconde explication, très présente dans la littérature économique, est que la volatilité des taux de change, en particulier lorsqu’elle est anticipée, n’affecte pas le volume des échanges.

46La spécification IV tente également de saisir l’effet de la gouvernance sur les échanges commerciaux à travers la variable Gouvernance. Celle-ci correspond à la somme des indices de gouvernance des pays i et j sur la base des données de International Country Risk Guide. La mesure de la gouvernance construite par (ICRG) prend en compte trois dimensions : (i) le processus par lequel les gouvernements sont « choisis », contrôlés et remplacés, (ii) la capacité effective du gouvernement à concevoir et à mettre en place des politiques économiques appropriées, et (iii) le respect que le gouvernement et les citoyens ont pour les institutions qui régissent l’économie et la société. La qualité de la gouvernance affecte le commerce à travers les rendements anticipés des opérations de commerce international. Des institutions défaillantes, avec une règlementation lourde et bureaucratique voire arbitraire et approximative, agissent comme une taxe sur le commerce. Rodrik (2002) souligne que le principal obstacle au commerce international peut être celui de l’incertitude relative à l’exécution des contrats.

47Les résultats des estimations montrent que l’indicateur de la gouvernance est statistiquement significatif et possède le signe anticipé. Une amélioration de la qualité de la gouvernance est susceptible de favoriser le commerce entre les pays. Anderson et Marcouiller (2002) sont parvenus à un résultat similaire dans le cas des pays d’Amérique Latine. Ils ont montré que le commerce bilatéral est aussi bien freiné par le niveau élevé des barrières commerciales formelles que par le caractère défaillant des institutions.

Estimation du potentiel de commerce des pays d’Afrique du Nord

48Les estimations du modèle de gravité sont fréquemment utilisées comme base de référence pour déduire le potentiel de commerce bilatéral pour un groupe spécifique de pays. La démarche consiste dans un premier temps à estimer une équation de commerce bilatéral basée sur le modèle gravitationnel et à utiliser cette équation en simulation dans un second temps, pour des pays de l’échantillon ou pour des pays hors échantillon échangeant avec les pays de l’échantillon (Fontagné et al., 2001).

Méthode d’estimation du potentiel de commerce

ijt

Examen des résultats

49Les résultats des estimations des exportations potentielles des pays de la région sont présentés dans le tableau 6. Ce tableau reprend également les données relatives aux exportations observées dans le but de faciliter la comparaison.

50Le premier constat est que les exportations simulées sur la base du modèle de gravité seraient, en moyenne, dix fois plus élevées par rapport à celles observées. Ceci se vérifie au niveau de la dernière ligne du tableau dont les valeurs sont obtenues en rapportant, pour chaque pays, la part de l’Afrique du Nord dans les exportations simulées à cette même part dans les exportations observées.

Tableau 6 : Exportations observées, exportations simulées et multiplicateur du commerce intra-régional en Afrique du Nord

Tableau 6 : Exportations observées, exportations simulées et multiplicateur du commerce intra-régional en Afrique du Nord
Source

51Le second constat important est que la hausse du commerce intra-régional résulte d’une réallocation des exportations mais aussi d’un niveau plus élevé des exportations totales simulées par rapport aux exportations totales observées. En effet, sur la base des calculs effectués à l’aide du modèle de gravité, si les pays de la région se comportaient comme le benchmark, leurs exportations totales seraient 33 % plus élevées par rapport à leur niveau observé.

Comparaison et interprétation des résultats

52Comment peut-on juger du caractère fiable ou raisonnable des estimations du potentiel de commerce entre les pays de la région présentées dans le tableau 6 ?

53D’une part, les simulations réalisées en 2003 par la CEA-AN retenaient comme hypothèse raisonnable une multiplication par cinq des échanges intra-régionaux suite à un démantèlement tarifaire entre les pays. Le potentiel de commerce déduit du modèle de gravité, dans le cadre de la présente étude, prend en considération le poids économique, le niveau du PIB par tête, les données géographiques, historiques, mais aussi des indicateurs de politiques économiques et de l’état de la gouvernance dans les pays de la région. Il est très vraisemblable que la prise en compte de ces différentes dimensions permet d’augmenter le potentiel commercial intra-régional.

  • 19  L’indice de complémentarité en deux pays i et j est calculé sur la base de la formule suivante : (...)

54D’autre part, nos résultats semblent raisonnables par référence aux indices de complémentarité calculés par Koffi (2005)19. L’indice de complémentarité reflète le degré de différenciation des structures d’importation et d’exportation des pays d’une zone régionale donnée. Plus cet indice est élevé, plus les structures commerciales des pays correspondants sont complémentaires et plus important est le potentiel de commerce entre eux. Même si la mesure de la complémentarité entre les économies n’est pas un exercice aisé et que celle-ci dépend étroitement du degré de désagrégation des données utilisées, il y a globalement une relation étroite entre l’indice de complémentarité et le taux de commerce intra-régional (voir la figure 2). Au sein de l’UE et de l’ALENA, la proportion du commerce intra-régional est légèrement supérieure par rapport à ce qui est suggéré par les indices de complémentarité. Ceci est également le cas de l’Afrique du Sub-Saharienne (ASS) avec un indice de complémentarité de 9 % et un commerce intra-régional de 12 %. Pour le Mercosur, le commerce intra-régional est légèrement plus faible comparé à l’indice de complémentarité, mais le rapport entre les deux se situe à 0,8 ce qui reste proche de l’unité. En revanche, l’Afrique du Nord émerge comme un cas assez paradoxal. Son indice de complémentarité est estimé à 21,3 % alors que son commerce intra-régional ne dépasse pas les 2,7 %. Ce constat vient corroborer les résultats du modèle de gravité selon lesquels le potentiel commercial intra-régional de l’Afrique du Nord reste très largement inexploité.

Modèle gravitationnel et pilotage de l’intégration régionale

55Les résultats du modèle gravitationnel montrent, par rapport à la tendance internationale, que le commerce intra-régional en Afrique du Nord est dix fois plus faible par rapport à son potentiel. L’objet de cette partie est d’identifier les facteurs susceptibles d’expliquer un tel écart et par-là même servir d’outil de pilotage à l’intégration commerciale au niveau de la région. En effet, en termes d’élaboration de politique économique, il convient de repérer les variables sur lesquelles il faut agir dans le but de promouvoir le commerce intra-régional. Dans le cadre de cet article, seul l’aspect relatif aux coûts de transaction est abordé en détail.

56Le modèle de gravité stipule que le commerce entre deux pays est positivement associé à leurs PIB et le PIB par tête et négativement associé à leur éloignement géographique. Cette dernière dimension est saisie à travers la distance physique entre les deux pays. Elle est censée refléter les coûts de transaction générés par le commerce bilatéral. Toutefois, la distance n’est qu’une mesure imparfaite des coûts de transactions commerciales pour au moins trois raisons :

571. la première est que les coûts de transport, même pour une distance donnée, varient substantiellement, en fonction de la qualité des infrastructures, de la nature des produits échangés, du mode de transport utilisé (vrac maritime, container, transport routier, fret aérien), des économies d’échelle, du niveau d’équilibre des échanges (coût des retours non remplis), et enfin du degré d’efficacité des services de transport. Selon l’étude de la CEA (2004) relative à l’état de l’intégration régionale en Afrique, les coûts de transport sont 63 % plus élevés dans les pays d’Afrique comparés à la moyenne dans les pays développés. Ils s’élèvent à 14 % de la valeur exportée dans le premier groupe de pays contre 8,6 % seulement dans le second. Selon une autre étude de la CNUCED publiée en 2002, le coût du fret, en pourcentage de la valeur importée, est estimé à 11 % pour les pays d’Afrique du Nord, soit 111 % de plus que dans les pays industrialisés et 25 % de plus par rapport à la moyenne des pays en développement.

582. en second lieu, la variable distance, telle que mesurée dans le modèle, suppose des dessertes directes entre les pays partenaires. Or, dans le cas des pays d’Afrique du Nord, il est fréquent que le commerce bilatéral transite par des ports européens avant d’arriver à sa destination finale. Il en résulte que la distance effective entre les pays est supérieure à la distance physique mesurée dans le cadre du modèle de gravité. Les coûts de transport plus élevés entre les pays de la région constituent, sans aucun doute, un handicap majeur au développement de leur commerce. Selon l’étude de Limoa et Venables (2000) sur un échantillon de pays africains, une réduction du coût de transport conduit à une hausse deux fois plus importante du volume des échanges.

  • 20 17 Cette étude a couvert 15 pays dont cinq d’Afrique du Nord. Il s’agit de l’Égypte, la Libye, le M (...)

593. la troisième raison est que la distance ou son corollaire le coût de transport, n’est que l’aspect le plus observable des coûts de transaction. Les barrières administratives techniques et informationnelles peuvent également contraindre sévèrement les flux commerciaux entre pays. Une étude réalisée par la Ligue Arabe en 2004 révèle l’effet très contraignant des barrières non tarifaires sur le commerce entre les pays arabes20. Il s’agit à la fois de barrières administratives, de restrictions quantitatives, du coût exorbitant de certaines procédures, des restrictions de change et enfin de barrières techniques. Selon la même étude, la plupart de ces barrières n’ont pas de fondement légal et sont imposées de façon arbitraire en fonction des circonstances. L’information fait également défaut sur le potentiel des échanges entre les pays de la région. Il est beaucoup plus facile d’accéder à des informations sur le marché européen ou américain, via internet ou par le biais des chambres de commerce, que sur le marché des pays d’Afrique du Nord.

  • 21  Se référer à l’étude conduite par H. Keir-El-Din (2006).

60Cette même analyse peut être étendue à d’autres variables telles que la présence d’une frontière commune ou l’appartenance à un même accord d’intégration régionale. En effet, une frontière commune ne peut favoriser les échanges que dans la mesure où celle-ci est ouverte et que l’infrastructure existante facilite la circulation des marchandises des deux côtés de la frontière. Dans le même sens, un accord commercial préférentiel permet d’intensifier les échanges entre les pays signataires à condition que les dispositions d’un tel accord soient réellement appliquées21.

  • 22  Une série d’accords signés par les pays de la région ont été listés en introduction.

61Pour qu’ils soient efficaces, les différents projets d’intégration régionale des pays d’Afrique du Nord ont besoin aujourd’hui d’être recentrés et crédibilisés22. Un recentrage qui permettrait de concentrer les efforts d’information, de promotion et d’administration sur un nombre « réduit » et cohérent d’initiatives d’intégration entre les pays de la région. Une crédibilisation de ce processus d’intégration nécessite la mise en place de mécanismes transparents de suivi, d’évaluation et de résolution des différends commerciaux entre les opérateurs de la région.

62L’adhésion, effective ou en cours, des pays de la région à l’OMC est un atout fondamental dans leur processus d’intégration régionale. Le respect des règles de l’OMC offre un cadre de référence commun à l’ensemble des pays. Il est censé assurer une visibilité pour les partenaires et garantir que les obstacles au commerce ne seraient pas appliqués de façon discrétionnaire et arbitraire. Les engagements consolidés par les pays de la région dans le cadre multilatéral pourraient représenter une base minimale crédible pour une coopération régionale approfondie.

Haut de page

Bibliographie

Anderson J. E., 1979, « A Theoretical Foundation for the Gravity Equation », American Economic Review, 69 : 106-116.

Anderson J. and Marcouiller D., 2002, « Insecurity and the Pattern of Trade : An Empirical Investigation », The Review of Economics and Statistics, MIT Press, vol. 84 (2) : 342-352.

Batra A., 2004, « India’s global trade potential : the gravity model approach », Indian Council for Research on International Economic Relations, working paper n° . 151. Statistics, 23 : 143-153.

Bergstrand J.H., 1985, « The Gravity Equation in International Trade : Some Microeconomic Foundations and Empirical Evidence », Review of Economics and Statistics, 67 : 474-481.

1989, « The Generalized Gravity Equation, Monopolistic Competition, and the Factor-Proportions Theory of International Trade », Review of Economics and Statistics, 23 :143-153.

CEA (Commission économique pour l’Afrique), 2004, État de l’intégration régionale en Afrique (ARIA), Addis-Abeba.

CEA-AN (Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord), 2003, Rapport sur la situation de la coopération et de l’intégration régionale dans la sous-région de l’Afrique du nord : Aspect commercial, Maroc.

Crawford J.A. et Fiorentino R.V, 2005, « The changing landscape of Regional Trade Agreements », WTO discussion paper n° 8.

Deardorff A.V., 1995, « Determinants of Bilateral Trade : Does Gravity Work in a Neoclassical World ? », University of Michigan Discussion Paper, 382.

De Grauwe P., 1988, « Exchange rate variability and the slowdown in the growth of international trade », IMF Staff papers, n° 35.

Evenett S. and Keller W., 1998, « On Theories Explaining the Success of the Gravity Equation », NBER Working Paper, 6529.

FEMISE, 2005, Le partenariat Euro-méditerranéen : dix ans après Barcelone : acquis et perspectives, Institut de la Méditerranée.

Fontagné L. et al., 2001, Potentiels de commerce entre économies hétérogènes : un petit mode d’emploi des modèles de gravité, CNUCED, Centre de commerce international, Genève.

Frankel J. A. et Rose A. K, 2000, « Estimating the Effect of Currency Union on Trade and Output », NBER Working Paper 7857.

Hummels D. et Levinsohn J., 1995, « Monopolistic Competition and International Trade : Reconsidering the Evidence », Quarterly Journal of Economics : 799-836.

Keir-El-Din H., 2006, The assessment of implementation of regional trade agreements in the Arab countries and the economic and regulatory policy implications of their overlapping, mimeo.

Koffi Ehoussou J.V., 2005, Intégration économique régionale et commerce intra-zone : le cas de l’Afrique du Nord, Mémoire professionnel Université de Cocody, Abidjan & CEA-AN.

Ligue Arabe, 2004, Rapport global sur les barrières non tarifaires dans les pays arabes : étude et analyse, Direction du commerce et développement, Égypte, Le Caire. (Document en arabe).

Limao N. et Venables A., 2000, Infrastructure, Geographical Disadvantage and Transport Costs, Mimeo, World Bank, Washington, & Columbia University, New York.

Lisigne R.T, 2005, Facilitation du commerce intra africain : Démanteler les barrières pour le commerce Intra africain, Centre africain pour les politiques commerciales (CAPC), CEA.

Matyas L., 1998, « The Gravity Model : Some Econometric Considerations », World Economy, 21 (3) : 397-401.

McKenzie M. D., 1999, « The impact of exchange rate volatility on international trade flows », Journal of Economic Surveys, vol. 13, n° 1.

Minesy R. et Nugent J., 2005, Are there shortfalls in MENA trade, if so what are there sources and what should be done about them ?, Economic Research Forum, Egypt.

Sekkat K., 2005, Competition, efficiency and competition policy in the MENA region, mimeo.

Rodrik D., 2002, « Trade Policy Reform as Institutional Reform », in B.M. Hoekman, P. English and A. Mattoo (eds.), Development, Trade, and the WTO : A Handbook (World bank, Washington, DC.

UNCTAD, 2004, Review of Maritime Transport, Geneva.

Haut de page

Notes

1  Selon le découpage des Nations-Unies, la région de l’Afrique du Nord comprend sept pays : le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, la Mauritanie, l’Égypte et le Soudan.

2  COMESA : marché commun de l’Afrique de l’Est et du Sud.

3  Ce modèle sert à analyser les flux d’échanges bilatéraux entre les pays et à en comprendre les déterminants. Il s’appuie sur le principe de gravité introduit par les spécialistes de l’économie spatiale. Conformément à ce principe, l’intensité des échanges entre deux pays est proportionnelle au volume de leurs PIB, c’est-à-dire que les flux d’échanges seront d’autant plus importants que la richesse des pays partenaires augmente et inversement proportionnelle à la distance qui les sépare, autrement dit plus les pays sont éloignés et moins leurs flux d’échanges seront forts.

4  Depuis 1995, en moyenne 11 accords d’intégration régionale ont été notifiés chaque année à l’OMC. Ce nombre est largement supérieur par rapport à la moyenne de trois accords notifiés par an, au cours des quatre décennies du GATT (Crawford et Fiorentino, 2005).

5  Les marchés émergents asiatiques sont assimilés à la somme des parts associées à l’Asie occidentale et autres pays d’Asie. L’Asie occidentale regroupe grosso modo les pays du Moyen-Orient (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Iran, Iraq, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Oman, Qatar, Syrie, Turquie et Yémen). Tous les autres pays d’Asie, à l’exception du Japon, (les pays de l’Asie de l’Est, les pays de l’Asie du Sud et les pays du Sud-Est asiatique) sont dans la rubrique « autres pays d’Asie ».

6  Comparativement à d’autres pays émergents, les pays de la région y compris le Maroc et la Tunisie demeurent fortement spécialisés (Sekkat, 2005).

7  Ce protocole a été mis en œuvre en septembre 2000.

8  CEA-AN (2003).

9  CEA-AN (2003).

10  L’Union du Maghreb Arabe (UMA) comprend le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie.

11  Les périodes considérées sont les suivantes : 1970-74 ; 1975-79 ; 1980-84 ; 1985-89 ; 1990-94 ; 1995-99 et enfin 2000-04.

12  Review of Maritime Transport (2004).

13  L’union monétaire formelle correspond à la situation où des États souverains décident de renoncer à leurs monnaies nationales et adoptent une monnaie unique. C’est le cas des pays de la zone Euro. Une union monétaire de fait correspond à la situation d’un pays qui décide de façon unilatérale de renoncer à sa monnaie et d’opter pour la monnaie d’un pays tiers. Pour plus de détails sur ce sujet voir Frankel, J. A. and A. K Rose (2000) « Estimating the Effect of Currency Union on Trade and Output », NBER Working Paper 7857.

14  Le coefficient de la variable binaire « frontière » est de 0,72. Comme les exportations sont prises en logarithme, l’interprétation du coefficient nécessite de prendre son exponentielle. Dans ce cas exp. (0,72) =2,05.

15  Une proxy est une variable approximative.

16  L’estimation dans le cas de cette méthode se base sur les moindres carrés ordinaires (MCO) après ajout aux variables explicatives du modèle de variables indicatrices (dummy variables), associées aux individus du modèle (ici les différents pays).

17  L’introduction des variables de politique économique dans le modèle de régression ne fait que renforcer la « singularité » de la région d’Afrique du Nord. C’est un résultat statistiquement robuste.

18  Une littérature abondante a été produite autour de l’impact de la volatilité du taux de change sur les échanges. Les résultats empiriques restent globalement ambigus et circonstanciels. Voir à ce propos M. D. McKenzie (1999).

19  L’indice de complémentarité en deux pays i et j est calculé sur la base de la formule suivante : Image12avec mjk la part des importations du pays i en bien k et xjk la part des exportations du pays j en bien k.

20 17 Cette étude a couvert 15 pays dont cinq d’Afrique du Nord. Il s’agit de l’Égypte, la Libye, le Maroc, le Soudan et la Tunisie.

21  Se référer à l’étude conduite par H. Keir-El-Din (2006).

22  Une série d’accords signés par les pays de la région ont été listés en introduction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Structure Géographique du Commerce extérieur des pays de la sous-région, (1990 et 2004) en %
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Tableau 2 : Structure par groupe de produits des exportations des pays de la région, (1990 et 2004)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 3 : Structure par groupe de produits des importations des pays de la région, (1990 et 2004)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 4 : Matrice des échanges Intra Afrique du Nord
Légende Source : Tableau construit à partir la base de données de la CNUCED.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 5 : Résultats des estimations des différentes spécifications du modèle de gravité
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Tableau 6 : Exportations observées, exportations simulées et multiplicateur du commerce intra-régional en Afrique du Nord
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/395/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lahcen Achy, « Le commerce intra-régional : l’Afrique du Nord est-elle une exception ?  », L’Année du Maghreb, III | 2007, 501-520.

Référence électronique

Lahcen Achy, « Le commerce intra-régional : l’Afrique du Nord est-elle une exception ?  », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/395 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.395

Haut de page

Auteur

Lahcen Achy

Institut National de Statistique et d’Économie Appliquée, Rabat

Haut de page