Navigation – Plan du site
Relations internationales

Le Maghreb, le Sahara occidental et les nouveaux défis de sécurité

Aomar Baghzouz
p. 523-546

Entrées d'index

Géographie :

Maghreb, Sahara occidental
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de construction maghrébine n’a pas avancé d’un iota en cette année 2006, alors que les pays de cette région poursuivent, tous azimuts, leur quête solitaire de partenariats bilatéraux « stratégiques », et d’appuis extérieurs à leurs politiques internes et étrangères. La question du Sahara occidental, qui structure dans une large mesure les politiques maghrébines du Maroc et de l’Algérie, connaît un statu quo en dépit du plan d’autonomie marocain et son pendant sahraoui présentés en avril 2007 au Conseil de sécurité de l’ONU. La situation sécuritaire, malgré une sensible amélioration en Algérie, semble à nouveau se dégrader en 2007 et préoccuper de plus en plus l’ensemble des États du Maghreb, menacés par un terrorisme qui porte désormais le label d’Al-Qaida. Mais alors que cette menace aurait pu constituer un élément fédérateur de la coopération intra-maghrébine, à l’instar de ce que pourraient être les autres défis communs (immigration subsaharienne, trafic de drogue, développement économique intégré, etc.), on assiste au contraire à l’instauration d’un climat de suspicion et de phobie du voisin, se traduisant par des politiques maghrébines souvent antagoniques et une course aux armements aussi coûteuse que dangereuse.

Le Maghreb des Chefs d’État toujours « sur cales »

  • 1  À la suite de l’attentat perpétré en 1994 contre l’hôtel Atlas Asni de Marrakech, lequel a été imp (...)
  • 2  Ainsi, après les premiers sommets tenus au cours de la période faste de l’UMA (de Marrakech 1989 à (...)

2De tout temps monopolisé par les élites politiques dirigeantes, le projet d’édification de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) peine à sortir de sa longue léthargie et à dépasser les contradictions de ses membres. Le statu quo caractérise les rapports intra-maghrébins depuis que cette organisation régionale fondée le 17 février 1989, a vu geler ses activités fin 19941. Aujourd’hui, treize années plus tard, les dirigeants maghrébins n’arrivent pas à se réunir autour d’une même table pour discuter de l’avenir de leur région dans le contexte d’une mondialisation qui ne laisse pourtant pas beaucoup de place aux États-nations. Malgré le dégel qu’ont connu les relations algéro-marocaines depuis la rencontre du président algérien Bouteflika et du souverain marocain Mohamed VI en marge du XVIIe sommet de la Ligue arabe à Alger en mars 2005, le VIIe sommet des chefs d’États maghrébins prend une allure d’Arlésienne. Il a plusieurs fois été reporté sine die depuis la tenue de la sixième session du Conseil présidentiel à Tunis en avril 1994. Les défections de dernière minute des dirigeants maghrébins, notamment ceux de la Libye et du Maroc2, conjuguées au différend algéro-marocain sur le Sahara occidental, en sont les causes visibles. L’Algérie, a dû, au moment du sommet manqué de 2003, renoncer à la présidence de l’UMA qu’elle exerçait depuis 10 ans pour se libérer de la responsabilité des échecs répétés de l’organisation maghrébine. Elle a ainsi transféré, le 1er janvier 2004, cette présidence à la Libye, par le biais d’une décision du conseil des ministres des Affaires étrangères. Mais, occupé par son repositionnement sur les scènes internationale et africaine qui demeurent sa priorité depuis la fin de l’embargo, l’État dirigé par le colonel Kadhafi n’a rien apporté de nouveau qui puisse relancer une UMA moribonde.

3Au demeurant, les véritables raisons de cet immobilisme, face à la nécessité de réactiver l’UMA, sont à rechercher dans la nature même des régimes maghrébins qui, imbus d’un nationalisme étriqué et d’une vision jalouse de leur souveraineté, se sont dotés d’une organisation institutionnelle trop rigide. Au sommet de l’édifice, le conseil présidentiel, qui est la clé de voûte du système, se retrouve l’otage de la volonté de ses membres, c’est-à-dire sans pouvoir réel, puisque chaque État dispose d’un veto dont il peut user et abuser, bloquant ainsi tout le système. Ce blocage du principal organe de décision de l’UMA a fait dire à l’ancien ministre tunisien des Affaires étrangères, Beji Caid Essebsi (1980-1986) que

  • 3  Cf. B.C Essebsi, « Le Maghreb, sa réalité et son avenir », communication au Ve Forum international (...)

« l’UMA n’est ni le Grand Maghreb des États ni celui des peuples mais plutôt celui des chefs d’États. Il suffit à l’un d’eux de s’abstenir d’assister ou de se faire représenter à une réunion du Conseil présidentiel pour que tout soit bloqué et que l’UMA soit condamnée à la paralysie3. ».

4Il est certain que les défections, les sous-représentations ainsi que le mode de prise de décision au sein de cet organe paralysent le processus d’intégration régionale et empêchent la réalisation d’une union à géométrie variable, comme le souligne le secrétaire général de l’UMA, le tunisien Habib Boulares. On ne peut que déplorer dans ces conditions le faible nombre de conventions multilatérales entrées en vigueur à ce jour (trois sur trente-sept), en raison du principe de l’unanimité au double niveau de la ratification et de l’application. Le blocage institutionnel explique aussi que rien n’est fait pour accroître les échanges commerciaux intra-maghrébins qui restent à un niveau dérisoire d’à peine 3 % du commerce extérieur des pays concernés, révélateurs à la fois de l’absence de complémentarités économiques entre les Cinq et du tropisme européen.

  • 4  Cf. Thomas Lacroix, « Contrôle et instrumentalisation de la société civile maghrébine dans la coop (...)

5Cette approche « top-down » de l’intégration maghrébine n’a par pailleurs pas permis l’éclosion d’une société civile maghrébine qui s’approprierait le projet unitaire, en dépit de l’existence de quelques associations nationales œuvrant dans ce sens. Le contrôle et l’instrumentation étatiques du mouvement associatif dans les pays maghrébins4 ne sont pas pour favoriser l’émergence d’une société civile à l’échelle régionale malgré une certaine prise de conscience de ce que pourrait être son rôle dans cette construction.

  • 5  Cette décision prise, selon les Libyens, pour lutter contre l’infiltration d’éléments terroristes (...)

6Ainsi va le Maghreb des chefs d’État dont les divergences sur les modalités et la rapidité à laquelle doit se faire l’intégration n’ont jamais été aplanies, en admettant qu’ils veulent réellement instaurer une entité supranationale impliquant une redistribution de leur pouvoir à l’échelle de l’Union. Le comportement de certains d’entre eux va même parfois à contre-courant de cet objectif stratégique réaffirmé à tous les forums, comme par exemple cette surprenante décision de Tripoli en janvier 2007 d’établir un visa d’entrée pour les ressortissants des pays maghrébins5, qui rappelle celle ayant entraîné la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Algérie en 1994.

7 Enfin, l’absence d’un moteur de l’intégration maghrébine, à l’image du couple franco-allemand qui a été un facteur essentiel dans la construction européenne, se fait lourdement sentir au moment où les deux États maghrébins les plus à même d’assumer ce rôle, l’Algérie et le Maroc, se trouvent dans une situation de rivalité sans cesse attisée par le conflit du Sahara occidental.

Algérie-Maroc : d’une « guerre » à l’autre

  • 6  La notion d’« État-pivot » a été developpée par Paul Kennedy, Robert Chase et Emily Hill dans leur (...)
  • 7  Dès son indépendance en 1956, le Maroc revendique des territoires appartenant à l’Algérie, alors s (...)

8L’importance géostratégique de l’Algérie et du Maroc en tant qu’États-pivots6 de la région est telle que lorsque leurs relations s’enrhument, c’est tout le Maghreb qui est atteint de pneumonie, pour reprendre une métaphore assez galvaudée. Dans le cas opposé, à chaque fois qu’il y a un rapprochement entre Alger et Rabat, l’action commune retrouve un certain dynamisme auquel les autres capitales maghrébines s’associent par effet d’entraînement. Mais l’histoire de ces relations, depuis le début des années 1960, est faite de malentendus, de brouilles plus ou moins longues, de ruptures, et de réconciliations souvent conjoncturelles. La tension qui a constamment caractérisé les rapports entre les « frères-ennemis » a même débouché sur des confrontations armées (guerre des sables en 1963, bataille d’Amgala en 1976). À l’origine de ces relations tumultueuses, il y a bien sûr les contentieux frontaliers, le Royaume estimant qu’il a été spolié au moment de la décolonisation7. Il y a aussi le profond désaccord autour du conflit du Sahara occidental qui a éclaté en 1975. Depuis lors, une « guerre froide » multiforme oppose les deux pays voisins malgré quelques velléités, de temps à autre, de reprendre le dialogue et la voie de la sagesse. Entre la lutte pour le leadership régional et la guerre d’usure autour de la question du Sahara occidental, tout semble être permis entre les protagonistes : refoulements de délégations, campagnes médiatiques virulentes contre le voisin, guerre des communiqués et des déclarations officielles, instrumentalisation de la question des migrations clandestines subsahariennes, le tout couronné par une bataille diplomatique croisée dépassant parfois toute bienséance.

  • 8  Selon l’expression de Benjamin Stora, Algérie-Maroc : histoires parallèles, destins croisés, Paris (...)
  • 9  Le Quotidien d’Oran (Algérie), 14/06/2005.

9Ces deux « faux frères »8 qui nourrissent des ambitions de plus en plus grandes de leadership du Maghreb, en se disputant le soutien des grandes puissances, ne peuvent avoir que des relations antagoniques. Cela se vérifie chaque jour en lisant la presse maghrébine. Bien qu’on ne trouve pas de journaux marocains à Alger, ni de journaux algériens à Rabat, tout ce qui se dit ou s’écrit sur l’un ou l’autre pays est repris, décortiqué et commenté par les médias du voisin qui organisent leur « riposte ». Grâce aux nouvelles technologies de l’information (Internet, parabole…), les citoyens maghrébins sont au fait de l’actualité maghrébine et mondiale en temps réel et ne sont guère insensibles à tout ce qui intéresse leur voisinage immédiat. En juin 2005, la presse algérienne fait état d’une campagne d’intimidation à l’étranger, orchestrée, selon elle, par le Maroc à travers des sit-in organisés devant des ambassades d’Algérie. En effet des manifestations d’ONG marocaines ont visé ces dernières à Rabat, Paris, Madrid, et d’autres villes européennes pour protester contre la position algérienne à propos du Sahara occidental. Pour le Quotidien d’Oran9 :

« cette agitation marocaine […] frise l’acte d’hostilité diplomatique. Depuis la « marche verte », le Palais royal a toujours su orchestrer ce type de campagnes qui tendent à discréditer les voisins algériens et paraître au regard de l’opinion internationale comme un pays ‘‘victime’’ de l’ostracisme d’Alger ».

  • 10  Le Front Populaire pour la Libération de Saguiet El Hamra et Rio de Oro (Polisario) s’est constitu (...)

10Ces manifestations anti-algériennes qui intervenaient dans un contexte où les deux gouvernements avaient programmé des échanges de visites de hauts responsables, ont entravé ce processus de rapprochement qui devait débuter par le voyage à Rabat du chef du gouvernement algérien de l’époque, M. Ahmed Ouyahia. D’autres incidents ont achevé de le torpiller, comme le refoulement par les autorités algériennes, le 26 juin 2005, de quatre journalistes marocains qui voulaient se rendre dans les camps du Front Polisario10 à Tindouf, mais qui se sont avérés être des militants actifs de l’Association pour le Sahara marocain (ASM), après interrogatoire effectué par la police des frontières à l’aéroport d’Alger. Les autorités algériennes ont justifié leur refus de laisser entrer la délégation marocaine en raison du caractère provocateur de la visite, alors qu’aucune association algérienne ne l’avait invitée. La partie marocaine a dénoncé l’expulsion de ses quatre « journalistes » qui auraient été, selon sa version, « séquestrés ». Toujours est-il que cette association a tenté de récidiver en septembre 2005 à partir de l’aéroport de Madrid, mais la compagnie aérienne Air Algérie a, sur ordre d’Alger, empêché le groupe, dont le président de l’ASM lui-même, de prendre l’avion.

  • 11  Rien que pour le mois de juin (les 5, 8, 18 et 26), on a comptabilisé pas moins de quatre refoulem (...)
  • 12  Miguel Hernando de Larramendi, « La politique étrangère de l’Espagne envers le Maghreb. De l’adhés (...)

11Ces faits rappellent les nombreux refoulements pratiqués en juin 2005 par les autorités marocaines contre des délégations espagnoles (ONG, parlementaires…)11 désirant se rendre à Laâyoune et dans d’autres villes du Sahara pour s’enquérir de la situation des droits de l’Homme, après les émeutes de mai 2005. Le motif toujours invoqué des refoulements est l’absence de neutralité de ces délégations. Mais à la différence de la réaction violente de l’ASM face au refus algérien, le gouvernement espagnol de José Luis Rodriguez Zapatero a préféré jouer l’apaisement face à l’attitude marocaine afin de préserver ses intérêts avec le Royaume, à la veille de la signature en juillet 2005 d’un nouvel accord de pêche de quatre ans12.

12La « guerre froide » entre le Maroc et l’Algérie prend parfois la forme de guerre de déclarations, où les accusations réciproques et le désir de discréditer le voisin au regard de la communauté internationale sont récurrents. Chaque partie s’efforce de faire endosser par l’autre le blocage du processus de règlement pacifique au Sahara occidental ou la paralysie de la construction maghrébine. C’est ainsi que le représentant du souverain chérifien à l’ONU, Mohamed Bennouna a adressé, le 9 janvier 2002, une lettre virulente au Conseil de sécurité, dans laquelle il accuse Alger de complicité avec le Polisario dans la « séquestration » sur son sol de « ressortissants marocains ». Lui répliquant sur un ton pour le moins inamical, son homologue algérien aux Nations unies, M. Abdallah Baali, affirmait de son coté :

« Le royaume du Maroc, pris en flagrant délit de répression des populations civiles sahraouies et accusé de crimes graves et d’actes de torture contre des prisonniers politiques sahraouis par les ONG et les médias internationaux, a réagi de la même manière que réagissent les puissances occupantes ou coloniales en verrouillant le territoire qu’il occupe illégalement depuis 1975 et en interdisant aux ONG, médias, observateurs et parlementaires étrangers l’entrée dans ce territoire quand il ne les a pas expulsés manu militari ».

  • 13  Le 6 novembre 1975, le roi Hassan II organise une « marche pacifique » de 350 000 personnes vers l (...)

13Ces rudes batailles diplomatiques sont quelque peu tempérées par les discours des chefs d’États des deux pays, eux, moins virulents, mais non moins polémiques. C’est ainsi que dans un discours télévisé prononcé le 6 novembre 2006, à l’occasion du 31e anniversaire de la « marche verte »13, le roi Mohamed VI a tenté de faire accréditer l’idée que l’hypothèse d’un Sahara indépendant au sud du Royaume serait préjudiciable à la sécurité de la région, en faisant allusion au terrorisme qui sévit au Maghreb et au Sahel :

« Nous réaffirmons […] notre attachement à l’unité du Maghreb arabe et notre volonté d’épargner à cet espace, ainsi qu’à la région du Sahel et aux rives méridionale et septentrionale de la Méditerranée, les risques calamiteux de balkanisation et d’instabilité qu’engendrerait l’implantation d’une unité factice », a notamment déclaré le monarque.

  • 14  Khadija Mohsen-Finan, Sahara occidental, les enjeux d’un conflit régional, Paris, CNRS Éditions, 1 (...)
  • 15  Interprétation reprise par Aymeric Chauprade et François Tual, Dictionnaire de géopolitique, Éditi (...)

14Décodé, ce message signifie que l’organisation d’un référendum au Sahara plongerait la région dans une insécurité et une instabilité chroniques si son issue était l’indépendance. Exit donc le plan Baker qui prévoit l’option référendaire, et place au nouveau plan d’autonomie concocté par le Palais. Mais ce n’est l’avis, ni du Polisario ni de l’Algérie. En effet, la position du gouvernement de la RASD auquel s’identifiait le Polisario14 est que « l’indépendance […], à travers l’organisation d’un référendum libre, équitable et transparent, est l’unique voie pour la réalisation de la paix et de la stabilité dans la région ». Abondant dans le même sens, le président algérien Abdelaziz Bouteflika répliqua depuis Pékin où il était en visite officielle, les 3 et 4 novembre 2006, qu’il s’agissait d’un « problème de décolonisation » dont la résolution « incombe à la communauté internationale dans le cadre de la Charte des Nations Unies et des décisions du Conseil de sécurité ». Malgré sa référence constante à la légalité internationale, la position algérienne, immuable depuis 32 ans, est mal perçue par le Palais royal qui l’assimile à une volonté du pouvoir algérien de lui contester la légitimité sur ses « provinces du Sud » et à un désir d’expansionnisme inavoué dans la mesure où la création d’un État indépendant sahraoui permettrait à l’Algérie de disposer d’un débouché sur l’Atlantique15.

15On le voit bien, d’une « guerre » à l’autre, en toile de fond, se pose la centralité pour le Maghreb de la question du Sahara occidental dont la solution est réellement problématique en raison de positions inconciliables sur le terrain.

Sahara occidental : des options inconciliables

16Le Maroc, après avoir accepté puis rejeté les plans de règlement successifs de l’ONU (1991, 1997, 2001, 2002 et 2003), semble s’investir complètement dans un projet d’autonomie qui laisserait le Sahara occidental dans le giron du Royaume. Le Polisario et l’Algérie qui le soutient ne voient pas d’autre solution que l’organisation d’un référendum libre et transparent sous l’égide des Nations unies. Quant à l’instance onusienne, elle semble encore tergiverser entre les options parfois contradictoires qu’elle a présentées tout au long de ce vieux conflit.

Stratégie de séduction marocaine autour du plan d’autonomie

17Le Maroc a mené une bataille diplomatique tous azimuts autour de son projet d’autonomie pour le Sahara. En soumettant celui-ci au Conseil de sécurité de l’ONU le 11 avril 2007, Rabat jouait en tous cas une carte stratégique : présenter un projet crédible et convaincre la communauté internationale du bien-fondé de ses thèses. Ce n’est point chose facile compte tenu des péripéties qu’a connues le dossier et des implications notamment sécuritaires que pourrait avoir un abandon de l’option référendaire défendue par le Polisario et une partie de la communauté internationale.

  • 16  Selon une ancienne terminologie utilisée en 1988 par le défunt roi Hassan II.
  • 17  Khadidja Mohsen-Finan souligne que cette pratique renvoie à l’idée selon laquelle le Maroc est com (...)
  • 18  La Stampa, 26/03/2006.
  • 19  Un reportage récent du quotidien algérien Horizons, publié le 29 mars 2007 et intitulé « Peines et (...)

18Après trois décennies de marocanisation du Sahara, le royaume estime que le moment est propice pour présenter son projet. La guerre d’usure aurait porté ses fruits dans les territoires sahraouis et l’opinion internationale ne serait pas contre ce projet. On parle du ralliement d’un grand nombre d’éléments « séparatistes » ou de « frères égarés »16 ayant répondu à l’appel du roi à « rejoindre la partie clémente et miséricordieuse »17. Et comme pour témoigner de sa « clémence » inscrite dans une vieille tradition du royaume, le souverain Mohamed VI a, à l’occasion de sa visite à Laayoune, le 25 mars 2006, gracié 216 détenus indépendantistes parmi lesquels une trentaine de militants au sein d’associations des droits de l’Homme. Parallèlement, le programme de mise en valeur des « provinces du sud » se poursuit avec l’investissement de 776 millions d’euros dans 226 projets de développement18. Afin de rallier le maximum de Sahraouis, Rabat joue aussi sur le contraste des conditions de vie, plus attrayantes, dans les territoires occupés par le Maroc que celles régnant dans les camps de Tindouf19. Aux cadres du Polisario et de la RASD, on fait miroiter des postes de responsabilité dans le futur gouvernement autonome du Sahara sous souveraineté marocaine, voire même dans les institutions du pouvoir central.

  • 20  La presse marocaine n’a fait état que des grandes lignes du projet, posant plus de questions sur s (...)
  • 21  Khadija Mohsen-Finan, op .cit., p. 104.
  • 22  Il est admis que la population de Laayoune, capitale du Sahara occidental, ne compte plus qu’entre (...)

19Cependant, avant même que le contenu du plan d’autonomie soit rendu public, il est déjà l’objet d’une vive controverse entre les parties au conflit. Ce qui est reproché au Maroc, n’est pas tant ce que pourrait contenir le plan d’autonomie, que cette solution qui équivaut à faire table rase de toutes les résolutions précédentes des Nations unies et qui nie le droit des Sahraouis à l’autodétermination. Peu sensible aux voix discordantes, Rabat tente de mettre la pression sur la partie adverse en ralliant à sa cause les capitales occidentales les plus influentes, avec comme ultime objectif, l’adoption de son plan par le Conseil de sécurité. À cet effet, le roi Mohamed VI a dépêché des délégations de haut niveau auprès des pays membres du Conseil de sécurité et de plusieurs autre pays amis dans tous les continents. Lancée au début de l’année 2006, cette opération de séduction constitue un plan de marketing politique destiné à « vendre » le projet d’autonomie décentralisée et régionalisée des « provinces du sud » au sein du Maroc. Tout en mettant en avant l’argument sécuritaire selon lequel l’émergence d’un micro-État au Sahara occidental est porteuse de gros risques (terrorisme, immigration clandestine, instabilité), exploitant ainsi la sensibilité des occidentaux après les événements du 11 septembre 2001, les émissaires du Roi ont mis l’accent sur la solidité et la crédibilité du plan ainsi que sur le caractère démocratique qui a présidé à son élaboration. Mais la question qui se pose est de savoir comment un plan dont le contenu a été gardé secret jusqu’à sa présentation à l’ONU en avril 200720 aurait pu être discuté, sachant par ailleurs que le Polisario, qui demeure le principal représentant des populations sahraouies21, récuse cette option ? Certes, le jeune Conseil royal consultatif pour les affaires du Sahara (Corcas), créé le 25 mars 2006, est associé d’une certaine manière au débat sur le projet d’autonomie, mais encore faudrait-il qu’il soit représentatif de la majorité des Sahraouis et ne soit pas inféodé au régime. Quels Sahraouis veut-on donc consulter lorsque dans une ville comme Laayoune qui compte près de 350 000 habitants, seul le tiers est constitué d’authentiques sahraouis22 ?

  • 23  Pourtant secrètement, observe Khadidja Mohsen-Finan, des officiels marocains et des représentants (...)

20Quoi qu’il en soit, les autorités marocaines ont toujours récusé le Polisario comme interlocuteur unique et incontournable de ces populations23. Ils ont même laissé entendre que l’autonomie du Sahara est une solution « maximale » et qu’ils ont fait beaucoup de concessions par rapport à ce qu’ils visaient initialement : l’intégration pure et simple du territoire dans leur espace de souveraineté. Mais entre concéder une autonomie, la plus large fût-elle, aux Sahraouis, et récupérer définitivement les « contrées du sud » dans le cadre d’une nouvelle organisation territoriale chapeautée par la monarchie, il n’y a qu’un pas que les marocains risquent de vouloir franchir. La conjoncture internationale leur semble en effet plus que jamais favorable si on s’en tient aux échos qui parviennent de Paris, Madrid, Washington, Londres, Moscou, Pékin, capitales de pays membres du Conseil de sécurité ou influentes sur la scène mondiale. Ce n’est pas seulement un effet de l’offensive diplomatique actuelle, mais aussi une conséquence des relations multidimensionnelles et du partenariat exceptionnel que le Royaume chérifien développe avec certaines d’entre elles. Le Maroc entretient des rapports privilégiés avec la France et demeure un allié majeur « Major non-Nato Ally » des États-Unis. Jusqu’où peut aller le soutien de ces puissances aux thèses marocaines lorsqu’à côté, il y a non seulement le Polisario qui se bat pour un référendum d’autodétermination supervisé par l’ONU, mais aussi, un autre État-pivot, l’Algérie, qui défend cette option en faisant jouer également son importance géostratégique pour les Américains comme pour les Européens.

Le Polisario, l’Algérie et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

21Le Polisario, partie au conflit et l’Algérie partie intéressée au processus conduit par les Nations unies, développent la même thèse, à savoir que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes légitime l’accession à l’indépendance de l’ancien territoire espagnol. Cette position incompatible avec les revendications territoriales de Rabat et son projet de Grand Maroc, rend inextricable le conflit et incertaine son issue. Depuis le déclenchement des hostilités, le Front Polisario et l’Algérie soutiennent l’idée d’un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’instance onusienne. Les deux protagonistes demandent l’application du plan de règlement de 1991 qui a été accepté par le Maroc avant d’être renié par lui. Se fondant sur le principe d’une décolonisation inachevée du territoire en litige après le départ des espagnols, les dirigeants sahraouis du Polisario et de la RASD (gouvernement en exil à Tindouf) estiment qu’ils constituent la dernière colonie au Maghreb et même en Afrique. Ils ne comprennent pas pourquoi, après plus de 30 ans de lutte, la communauté internationale a été incapable de faire appliquer le même droit qui a prévalu dans d’autres régions du monde, comme le Timor oriental, Belize, la Namibie ou le Surinam.

  • 24  Le roi Mohamed VI avait déjà estimé, lors d’un discours télévisé prononcé depuis Laayoune le 25 ma (...)
  • 25  C’est l’expression de l’ambassadeur sahraoui en Algérie, Mohamed Yeslem Beysset. Voir El Watan, 16 (...)

22Après le rejet marocain du plan Baker II de 2003 qui prévoyait la consultation référendaire après une période transitoire d’autonomie de cinq ans24, le Front Polisario a annoncé qu’il n’accepterait de nouvelles négociations directes avec le Maroc que si elles portaient sur les modalités d’application du référendum d’autodétermination, conformément aux accords conclus entre les parties. Pour Mohamed Sidati, représentant du Polisario à Bruxelles, le Maroc « cherche à faire dévier le processus de règlement du conflit du Sahara occidental de son cadre naturel, qui est la décolonisation. Le Front Polisario ne fera pas partie de négociations visant à consacrer le fait accompli colonial », a-t-il averti lors d’une conférence de presse à Alger, le 3 octobre 2006. Mais six mois après, le 12 avril 2007 exactement, le Polisario soumet au Conseil de sécurité un plan, assez flexible, de sortie de la crise, comportant trois options : l’indépendance, l’autonomie et le rattachement au Maroc. Ce plan est venu contrebalancer celui du Maroc, ce qui rend tout règlement du conflit hypothétique. Ce faisant, le Front Polisario veut se présenter comme l’autre partie incontournable au conflit. Tout en rappelant qu’il y a dans le plan une partie « non-négociable », en l’occurrence la reconnaissance de la question sahraouie comme un problème de décolonisation, le Polisario invite à des négociations directes avec les « frères marocains »25.

  • 26  En juillet 2005, la RASD a, par exemple, établi des relations diplomatiques avec la Zambie au nive (...)
  • 27  Alors que le Maroc ne se prive pas de conclure des accords de pêche ou de prospection pétrolière i (...)

23Cette fermeté de ton laisse penser que le mouvement indépendantiste conserve toute sa force et sa cohésion malgré la stratégie d’usure pratiquée par la partie adverse. Au moment où le président de la RASD, Mohamed Abdelaziz, était courtisé par le Maroc pour prendre la présidence de la future région autonome du Sahara, il a interpellé, dans une lettre du 29 juin 2006, l’ancien secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, pour la mise en place d’un mécanisme de protection des civils sahraouis et de préservation de leurs libertés fondamentales. Le message paraît assez clair : il ne sera pas facile de décapiter par une offre alléchante le mouvement de libération sahraoui. S’il est difficile d’avoir une idée précise des dissensions internes du mouvement indépendantiste et des chiffres réels des ralliements de Sahraouis au Maroc, tant ces données sont sujettes à caution et à instrumentation, il est clair qu’on est encore loin de la déliquescence annoncée du Polisario et de la RASD. Bien au contraire, ces institutions semblent jouir d’un crédit intact et bénéficier de forts soutiens à l’intérieur comme à l’extérieur. Ce soutien ne provient pas seulement d’ONG des droits de l’Homme, mais également d’États, de parlements, de partis et de personnalités politiques à travers le monde et au sein même du royaume chérifien. L’un des indicateurs de ce mouvement de solidarité est la Conférence internationale de soutien au peuple sahraoui (Eucoco), dont la 32e édition s’est tenue en novembre 2006 à Vitoria (Pays basque) et a réuni 500 personnes venus de 27 pays. Le soutien des États n’est pas en reste comme l’ont manifesté l’Afrique du Sud, l’Ouganda, le Botswana, le Zimbabwe, la Tanzanie et la Namibie à l’occasion du sommet de l’Union africaine qui s’est tenu à Banjul (Gambie) le 29 juin 2006. Pour le reste, la RASD exerce dans les territoires libérés les activités normales d’un État, en dépit des conditions de sa lutte pour l’indépendance et de sa souveraineté limitée. Elle établit aussi des relations diplomatiques avec les États26, et conclut des accords avec des firmes étrangères27. En somme les attributs classiques d’un État (peuple, territoire, souveraineté) sont réunis et il ne manque que la reconnaissance de la communauté internationale. En revanche, ainsi que le rappelle le président de la RASD, et nonobstant l’accord de pêche euro-marocain, aucun pays au monde ne reconnaît au Maroc sa souveraineté sur le Sahara occidental, y compris les États-Unis d’Amérique, qui ont déclaré par la voix de leur secrétaire du commerce, M. Robert Zoelick, le 20 juillet 2004, que « les accords de libre-échange signés avec le Maroc n’englobent point le Sahara occidental, parce que les Américains ne reconnaissent pas au Maroc sa souveraineté sur ce territoire ».

  • 28  C’est en tous cas l’avis d’un grand nombre de spécialistes du Sahara occidental à l’image de Jacob (...)

24Bien que se sachant menacé dans son existence au cas où l’issue de l’hypothétique référendum ne serait pas en sa faveur, le Polisario fait de la question d’autodétermination une question de principe. Le Front estime également avoir fait beaucoup de concessions au camp adverse, dont la dernière était l’acceptation du plan Baker II. Du coté du Maroc, on peut se demander si ce pays n’a pas, en renonçant à ce plan, raté une chance historique de régler définitivement en sa faveur la question de ses « provinces du sud », dans la mesure où il aurait été en position de force après les cinq années d’autonomie et aurait amené le Polisario à disparaître28.

  • 29  Réagissant aux propos tenus par le ministre français des Affaires étrangères, M. Douste-Blazy, lor (...)

25L’Algérie, par sa proximité géographique de cette zone de tension et par les risques que cela pourrait engendrer pour sa propre sécurité, ne peut être insensible à ce qui s’y passe. Elle paraît quelquefois comme une partie très intéressée au conflit, tout en s’en défendant. Alors que certaines capitales occidentales, en particulier Paris et Washington, appellent de plus en plus à un dialogue direct entre le Maroc et l’Algérie sur le Sahara occidental29, en faisant fi des principaux intéressés, Alger n’a cessé de critiquer cet amalgame et de rappeler sa position constante sur cette question :

« L’Algérie réaffirme que ce n’est qu’avec les autorités dirigeantes du Polisario que la paix se fera, et que la recherche d’un interlocuteur de substitution, en l’occurrence l’Algérie, ne conduit qu’à l’impasse », peut-on lire dans une déclaration du ministère des Affaires étrangères algérien du 18 avril 2007. La Déclaration ajoute que « l’Algérie réaffirme son attachement indéfectible à la légalité internationale concernant la question du Sahara occidental. Il s’agit d’une question de décolonisation à parachever sur la base du droit imprescriptible des peuples à disposer d’eux-mêmes à travers la mise en œuvre scrupuleuse et diligente du plan Baker de paix pour l’autodétermination du peuple du Sahara occidental qui a été adopté à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies. »

  • 30  El Moudjahid, 12/02/2007.
  • 31  El Watan, 26/03/2007.

26Dans le même ordre d’idées, l’Algérie nie toute prétention expansionniste ou hégémonique derrière sa position de principe. Le président Bouteflika l’a rappelé, en mars 2007, du haut de la tribune du Nepad devant les chefs d’État africains : « Si le peuple sahraoui décide que son territoire fasse partie du Maroc, le premier message de félicitations viendra de l’Algérie » a-t-il précisé30. Ces arguments ne satisfont naturellement pas les Marocains qui continuent d’accuser les Algériens d’entraver le recouvrement de l’intégrité territoriale du royaume. Il est vrai que l’Algérie ne se contente pas de réaffirmer son soutien au peuple sahraoui en ces temps d’aisance financière, mais s’applique à faire échec à toute option qui contredit le droit à l’autodétermination des Sahraouis. Il en est ainsi de la position algérienne vis-à-vis du plan d’autonomie, exprimée par le ministre des Affaires étrangères. Mohamed Bedjaoui récuse « ce projet qui signifie tout simplement une autonomie captive s’insérant ad vitam aeternam et définitivement dans le cadre de la souveraineté marocaine »31. Ce faisant, il met en garde les membres du Conseil de sécurité sur la responsabilité historique qui pourrait être la leur s’ils venaient à sortir de la légalité internationale en avalisant ce projet d’autonomie.

La Communauté internationale au pied du mur

  • 32  À l’exception de la France, de l’Espagne et du Portugal qui se sont abstenus, les autres États de (...)

27Le statu quo de « ni guerre, ni paix » au Sahara occidental est imputable dans une large mesure à l’ONU qui se retrouve, plus de trois décennies après le départ des Espagnols, avec un dossier embarrassant et épineux. Reflétant les intérêts souvent contradictoires de ses membres, le Conseil de sécurité a voté toute une série de résolutions qui voulaient donner raison à tout le monde mais qui se sont avérées, in fine, des compromis fragiles en l’absence de fermeté dans l’application. La dernière en date fut celle adoptée, à une forte majorité32, en octobre 2006, par la quatrième Commission chargée de la décolonisation au niveau de l’assemblée générale de l’ONU. Cette résolution réaffirme, une fois de plus, que la question du Sahara occidental est une question de décolonisation à parachever à travers l’exercice du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination. Mais, dans la foulée, le Conseil de sécurité adopte, le 31 octobre 2006, la résolution 1 720 à travers laquelle il réaffirme son engagement à aider les parties à parvenir à « une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui préserve l’autodétermination du peuple sahraoui dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés par la charte des Nations unies ». End’autrestermes, malgré la référence à l’autodétermination, rien ne sera imposé au Maroc, dès lors que le Conseil exhorte les parties à rechercher une solution politique. S’appuyant sur ses alliés-clés au sein du Conseil de sécurité, en l’occurrence la France et les États-Unis, le Royaume alaouite a réussi à obtenir une formulation qui l’arrange, c’est-à-dire un accord « mutuellement acceptable » qui signifie en réalité une solution politique négociée avec l’Algérie, puisque Rabat ne reconnaît toujours pas le Polisario comme interlocuteur et représentant légitime du peuple sahraoui. Mais le feuilleton des résolutions semble s’éterniser avec l’examen, par le Conseil de sécurité, le 20 avril 2007, du projet d’autonomie marocain pour le Sahara ainsi que du plan de paix du Polisario.

  • 33  La résolution 1 514 (XV), qui a été votée alors que le Sahara occidental se trouvait encore sous c (...)
  • 34  À la demande de l’Assemblée générale de l’ONU, la Cour internationale de justice a rendu un avis p (...)
  • 35  L’ancien chargé de mission du ministère français de la Défense au Sahara occidental, Frank Neisse, (...)

28Les Nations Unies se retrouvent empêtrées dans leurs propres contradictions concernant le traitement réservé à cette affaire depuis 1975. D’une part, elles souhaitent l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental, conformément à la résolution 1 514 de l’Assemblée générale du 14 décembre 196033 et l’avis consultatif de la CIJ du 16 octobre 197634, et ont pris des initiatives en ce sens, dont la plus notable fût d’abord le plan de règlement de 1991. Mais d’autre part, elles ont par la suite contourné leurs propres résolutions, en proposant des solutions qui, au-delà de leur pertinence, posent un problème de crédibilité politique des instances onusiennes. Dès 1991, après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, a été mise en place la MINURSO (mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental) qui devait, comme son appellation l’indique, préparer et organiser la consultation référendaire prévue pour 1992, et surveiller le cessez-le-feu. Mais très vite, des problèmes d’application apparurent, en particulier dans l’élaboration du recensement des votants35, ce qui a entraîné, à chaque fois, le report du référendum et la prorogation du mandat de la MINURSO. Cependant si cette dernière est constamment reconduite, sa mission sur le terrain est de plus en plus imprécise, en raison du recul de l’ONU par rapport à son engagement initial en faveur du référendum d’autodétermination. Au lieu de s’investir complètement dans l’application du plan de règlement de 1991 qui avait été accepté par les parties au conflit, les Nations unies ont ouvert une brèche en 2001, dans laquelle le Maroc s’est vite engouffré. Il s’agit de la résolution 1 359 du 29 juin 2001 par laquelle le Conseil de sécurité :

  • 36  L’accord-cadre contenu dans l’annexe I du rapport du secrétaire général du 20 juin 2001, origine d (...)

« encourage les parties à examiner le projet d’accord-cadre36 et à négocier toutes modifications qu’elles souhaiteraient expressément voir figurer dans cette proposition, ainsi qu’à examiner toute autre proposition de règlement politique qui pourrait être avancée par les parties, et affirme que, pendant que ces pourparlers se poursuivent, les propositions officielles soumises par le Front Polisario dans le but de surmonter les obstacles à l’application du plan de règlement seront examinées ».

29Autant dire que cette « troisième voie » qui cherche à dépasser les difficultés de l’option référendaire, offre sur un plateau le Sahara occidental au Maroc, par le biais d’une autonomie de ce territoire, couronnée par un référendum confirmatif qui ne mentionne plus le mot « indépendance ». D’où son acceptation immédiate par le Maroc et son rejet par le Polisario et l’Algérie. De plus en plus embarrassée, l’ONU propose, en février 2002 quatre options : le référendum, une autonomie non négociable imposée aux Marocains et Sahraouis, la partition du Sahara occidental et enfin le retrait de la MINURSO de ce territoire. Mais le Conseil de sécurité tente de se ressaisir, en juillet de la même année, à travers la résolution 1 429, en appelant à un référendum d’autodétermination dans lequel l’option de l’indépendance est clairement réaffirmée. C’est sous ce mandat que James Baker, nommé en 1997 envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental, présente, en janvier 2003, son fameux plan de règlement qui prévoit une autonomie de cinq ans dans le cadre de la souveraineté marocaine, suivie d’un référendum libre pouvant se traduire soit par l’intégration au Maroc, soit par l’indépendance du territoire. Mais, coup de théâtre, le Polisario accepte et le Maroc rejette ce plan refusant désormais de ne plus soumettre son « intégrité territoriale » au vote. Il appréhendait l’issue d’un référendum qui semblait pourtant lui être favorable, craignant notamment que la période d’autonomie soit exploitée par le Polisario pour convaincre les Marocains établis au Sahara de voter pour l’indépendance.

30Devant le caractère inextricable de la situation, James Baker démissionne en juin 2004 et le Maroc profite de la situation pour élaborer son plan de large autonomie du Sahara occidental sans aucune perspective d’indépendance. Le royaume chérifien tente ensuite de faire passer en avril 2007 son plan au Conseil de sécurité en comptant sur l’appui de ses alliés américain et français.

31En résumé, le Maroc refuse de négocier « ne serait-ce qu’un pouce » du Sahara occidental, dont il revendique la « marocanité » au nom de son « intégrité territoriale » et des « droits historiques », alors que le Front Polisario s’agrippe au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes pour revendiquer l’indépendance. Entre ces deux acteurs, la communauté internationale, représentée par l’ONU et surtout par les grandes puissances, tergiverse et ne veut pas se donner les moyens de faire appliquer la légalité internationale qu’elle est supposée incarner. Il est clair que cette impasse fait courir à la région des risques accrus d’insécurité et d’instabilité et empêche le Maghreb de se construire et ses peuples de vivre en paix et en harmonie.

Gestion des risques sécuritaires et nouvelles menaces au Maghreb

32C’est donc sur fond de tension continue sur le flanc occidental du Maghreb, que toute la région doit faire face à de nombreux défis sécuritaires. Mais les pays maghrébins, fortement désunis, au lieu de joindre leurs efforts pour une gestion efficace des phénomènes sécuritaires transnationaux (terrorisme, criminalité organisée…), en sont encore à privilégier une approche nationale de ces menaces. Pire, du fait de leurs politiques de fuite en avant, et du climat de suspicion qui règne entre eux, ils favorisent la prolifération des risques, dont la course aux armements n’est pas le moindre.

Vers une relance de la course aux armements ?

  • 37  El Watan, 16/04/2007.

33Dans une interview au journal espagnol El Pais, publiée le 13 mars 2007, le président Bouteflika a tenté de rassurer l’opinion en affirmant que « l’affaire du Sahara occidental ne peut en aucun cas constituer un casus belli entre l’Algérie et le Maroc ». Mais le 15 avril 2007, le président de la RASD, Mohamed Benabdelaziz, n’a pas exclu une reprise des hostilités si le Maroc faisait avorter le processus de décolonisation37. Or, il est de notoriété publique que le soutien algérien au Polisario est, entre autres, d’ordre militaire et logistique. Certes, cette aide a sensiblement diminué depuis l’instauration en 1991 du cessez-le-feu entre le Maroc et le Polisario, et depuis l’embargo sur les armes auquel l’Algérie a été soumise durant la décennie noire (1990-2000). Mais que signifient les gros contrats d’armement conclus par ce pays à la faveur de l’embellie financière consécutive au renchérissement du prix du pétrole ? La modernisation de l’armée ? Les impératifs de légitime défense ? Ou la préparation d’une guerre ? Par-delà un affrontement direct algéro-marocain très peu probable, le Royaume marocain craint que le surarmement de son voisin ne serve en définitive à consolider l’arsenal militaire du Polisario dans la perspective d’une reprise de la guerre avec le Maroc, si l’ONU enterre définitivement l’option du référendum d’autodétermination.

  • 38  Le Monde, 22/03/2006.

34Toujours est-il que la « fièvre acheteuse d’armement » s’est bel et bien emparée des principaux États maghrébins (Algérie-Maroc-Libye). Ils se surarment en moyens de guerre sophistiqués avec la complicité de pays occidentaux fournisseurs (France, Espagne, États-Unis,) et de la Russie, et sans rapport aucun avec le prétexte de « s’équiper pour se défendre ». C’est ainsi que depuis quelques années, l’Algérie s’est lancée dans un processus de modernisation de son armée, dont l’achat d’armes et d’équipements militaires ne constitue qu’un aspect. Depuis son adhésion officielle au « Dialogue méditerranéen » de l’OTAN en mars 2002, elle a renoué avec ses ambitions de leadership régional que lui disputent le Maroc et la Libye. En mars 2006, un important accord d’équipement militaire a été conclu entre l’Algérie et la Russie qui est son fournisseur traditionnel. Moscou devait fournir 34 avions de combat Mig-29 et 28 chasseurs Soukhoï-30, ainsi que 16 avions d’entrainement Yak-130, une quarantaine de blindés, huit systèmes de missiles sol-air S-300-PMU et d’autres matériels relevant de « la technologie navale et terrestre »38. Les experts en armement soulignent le degré de sophistication de ces équipements, en particulier le système anti-missile S-300 considéré comme le nec plus ultra en matière de défense aérienne. D’un montant de huit milliards de dollars dont 4,7 milliards en reconversion de la dette algérienne, ce contrat faramineux pourrait être suivi d’autres contrats profitables pour l’industrie militaire russe. En avril 2007, des négociations ont été menées entre Alger et Moscou pour l’acquisition, pour 7 milliards de dollars, d’autres matériels militaires, notamment une frégate porte-hélicoptères, des navires et des avions de chasse. Il s’agirait, selon Dimitri Vassiliev, expert du Centre moscovite d’analyses des stratégies et des technologies, du « plus grand contrat militaire conclu par la Russie postsoviétique ».

  • 39  Ce qui suscite la préoccupation de l’Europe du sud, outre cette éventuelle course aux armements au (...)
  • 40  Avec cette facture, l’Algérie a acquis 6 avions de transport de type C295, le plus récent appareil (...)
  • 41  Liberté (Algérie), 06/06/2006.

35Il faut observer que la coopération militaire algéro-russe s’inscrit dans le contexte beaucoup plus large du partenariat stratégique que les deux pays ont décidé d’établir à l’issue de la visite de Bouteflika à Moscou en avril 2001 et que la visite de Vladimir Poutine à Alger, en mars 2006, visait à renforcer39. Pour autant, l’Algérie tente de diversifier ses importations d’armes en sollicitant des pays comme la France, les États-Unis, et l’Espagne, qui sont aussi fournisseurs des autres pays maghrébins. Un fait marquant à cet égard est que l’Algérie s’est hissée au premier rang des clients arabes de l’industrie d’armement espagnole, selon le rapport 2005 du ministère du Commerce du royaume ibérique. Les achats algériens se sont multipliés par quatre en une année, passant de 26 millions d’euros à 110 millions d’euros40, reléguant le Maroc à la seconde position41. La crise maroco-espagnole autour de l’îlot de Perjil en 2002 n’est pas étrangère à cette évolution de la coopération militaire algéro-espagnole. Alger a aussi ciblé le marché français où le montant de ses acquisitions, en aéronefs et équipements électroniques et de contre mesure, a été cependant modeste, avec seulement 7,3 millions d’euros en 2005. En dépit de cela, l’essentiel pour l’Algérie est de poursuivre la coopération avec un pays qui est à la pointe de la technologie militaire, notamment aéronautique. Le même argument vaut pour l’accès au marché américain. Les perspectives de coopération sont ouvertes entre les deux pays, comme l’a affirmé Peter W. Rodman, le secrétaire américain adjoint à la Défense pour la sécurité internationale : « Je pense que beaucoup de choses peuvent être faites (avec l’Algérie) et pas seulement la vente d’armes », a-t-il déclaré, à l’occasion de la tenue à Alger du deuxième dialogue militaire algéro-américain (JMD), du 5 au 7 novembre 2006.

36Pour autant, Washington, Paris et Madrid, qui soutiennent plus ou moins ouvertement les thèses marocaines, demeurent prudentes dans leurs rapports avec leurs partenaires maghrébins au nom du principe de l’équilibre stratégique dans la région. Tout en courtisant ces États susceptibles de leur acheter des armes, ils craignent que le suréquipement d’un pays, si riche soit-il, au détriment des autres, contribue à rompre cet équilibre indispensable à la sauvegarde de leurs intérêts.

37Face au dopage du marché de l’armement dans cette zone, et à l’inquiétude d’y voir relancer une course aux armements, l’Algérie affirme son droit souverain à moderniser ses capacités défensives, dans la mesure où l’ancien matériel acquis dans les années 1970 et 1980 est devenu obsolète. Durant toute la décennie 1990, ce pays a consacré moins de 500 millions aux achats d’armements, lesquels n’ont pas dépassé, pour la période 2000 à 2005 100 millions de dollars par an. Mais s’agit-il seulement de combler un retard ou d’afficher une suprématie militaire incontestable sur les voisins ? Toujours est-il que les autres pays du Maghreb poursuivent eux aussi, à leur rythme, des programmes de rééquipement et de modernisation de leurs armées nationales, sans que l’on assiste à la même levée de boucliers que pour l’Algérie.

  • 42  Le conflit du Sahara occidental absorbe 15 % du budget marocain.
  • 43  Pour avoir été passée sous silence par le gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero, cette tran (...)
  • 44  Sur ce point, les Rafale qui sont à la fois défensifs et offensifs, volent dans toutes les conditi (...)

38Si la Libye de l’après-embargo, forte de sa manne pétrolière et gazière, a les moyens de rivaliser avec l’Algérie en matière d’acquisition des armes les plus modernes, le Maroc, la Tunisie et la Mauritanie disposent, par contre, de moyens assez limités. Il n’empêche : ces États n’hésitent pas à renforcer leurs arsenaux de guerre, souvent au détriment des budgets sociaux et de développement42. Ils sollicitent parfois l’aide de généreux sponsors étrangers pour financer leur mise à niveau militaire. Le Maroc qui se sent le plus visé par le « surarmement algérien », s’efforce de ne pas laisser s’approfondir le déséquilibre militaire avec son voisin. Grâce à l’appui financier de l’Arabie saoudite, il ambitionne d’acquérir 18 avions Rafale de la dernière génération auprès du fabricant français Dassault, un contrat de 2,5 milliards d’euros. En 2005, le Maroc a fait des acquisitions pour 15,7 millions d’euros sur le marché français. En février 2007, le président de la RASD a dénoncé la décision de l’Espagne d’équiper l’armée marocaine de 2 000 véhicules blindés, ce qui serait un contrat énorme43. Dans l’impossibilité de rivaliser en quantité d’armes achetées avec l’Algérie, le royaume tente de se rattraper sur la qualité en misant sur le nec plus ultra44 en matière d’aviation de guerre. Quand on sait que les fournisseurs traditionnels du Maroc sont, outre la France, les États-Unis et l’Espagne, il y a lieu de craindre la performance des armes livrées par ces puissances.

39Dans ce jeu à somme nulle entre le Maroc et l’Algérie, la Libye n’entend pas rester à la traîne. Après avoir amorcé son retour sur la scène internationale, dans la foulée de sa renonciation à tout programme d’armes de destruction massive (ADM), la Jamahiriya veut aussi faire figure de puissance dominante du Maghreb. Elle cherche à renforcer son potentiel militaire sensiblement amoindri par les années d’embargo (1986-2004) en acquérant des avions Rafale et des hélicoptères Tigre. Malgré le démenti du constructeur Dassault, il semble bien que la commande libyenne d’une vingtaine d’avions de combat Rafale ait été avalisée par la ministre française de la Défense Michèle Alliot-Marie. Ce contrat est évalué à 2,5 milliards d’euros. Par ailleurs, Tripoli compte renouer avec Moscou pour l’acquisition de 20 Mig 29. Cette perspective a été rendue possible entre les deux pays avec l’octroi, à deux grandes sociétés pétrolières russes, Gazprom et Tafnet, de licences d’exploration et de production d’hydrocarbures, au détriment des compagnies européennes, y compris le groupe français Total.

40Avec des investissements beaucoup moins importants, la Tunisie et la Mauritanie cherchent à moderniser leurs armées sans pour autant pouvoir participer à la course aux armements des Trois, une véritable course de fond. Celle-ci devrait se poursuivre encore pendant quelques années, chacun des trois pays maghrébins voulant accaparer le statut d’État-pivot et d’interlocuteur privilégié des grandes puissances.

41Au demeurant, cette fuite en avant des États maghrébins génère des coûts sociaux importants. Dans cette région, on en est encore à la conception classique de la sécurité, elle-même génératrice d’instabilité. La juxtaposition de souverainetés étatiques nationales entretenant entre elles tantôt des relations amicales, tantôt agressives, n’est pas la meilleure garantie pour la sécurité et la stabilité régionales. Chaque État qui renforce son potentiel militaire provoque un sentiment d’insécurité chez le voisin qui, à son tour, accroit son arsenal « défensif », et ainsi de suite. Un vrai cercle vicieux aussi coûteux que dangereux pour la paix. Rousseau n’avait-il pas averti que « toutes les horreurs de la guerre proviennent des soins qu’on avait pris pour les prévenir » ?

42Dans un tel climat de méfiance réciproque où les bruits de bottes se font entendre de façon continue, comment peut-on parler d’une coopération sécuritaire pour faire face, non pas à une menace imaginaire, mais à des risques réels à l’échelle du Maghreb ?

Du terrorisme « résiduel » en Algérie au terrorisme menaçant tout le Maghreb 

  • 45  Lire l’article « L’UMA du terrorisme : les zones grises du Maghreb », Le Quotidien d’Oran, 15/06/2 (...)
  • 46  Sur un niveau de chômage estimé à 20,4 % au Maghreb, les jeunes sont les plus touchés. Voir à ce p (...)

43À défaut d’une union maghrébine des peuples, on est en train d’assister à la naissance d’une « UMA du terrorisme ».45 Puisant sa vitalité dans la misère, l’exclusion et le désespoir d’une jeunesse marginalisée46 par les gérontocraties maghrébines, le phénomène terroriste, par nature transnational, se déploie dans toute la région. Prospérant au plan maghrébin dans le terreau fertile des régimes corrompus, le terrorisme se nourrit aussi, au plan international, de l’arrogance et de l’unilatéralisme des grandes puissances, ainsi que des inégalités entre le Nord et le Sud, exacerbées par une mondialisation ultra-libérale.

  • 47  Bien que ces chiffres soient controversés, ce qui est certain, c’est que le temps des massacres à (...)
  • 48  Aujourd’hui le Maroc, 23/03/2007.

44Pendant que l’Algérie était confrontée à ses islamistes radicaux dans une guerre impitoyable au cours de la « décennie noire » (1990-2000), les autres États du Maghreb se croyaient immunisés contre le fléau du terrorisme. Que ce soit au nom d’un encadrement du champ religieux (par exemple au Maroc où le Roi est amir el Mouminine, commandeur des croyants), ou au nom d’une gestion étatique musclée de l’opposition islamiste (en Tunisie), ces États croyaient avoir réussi à juguler celle-ci et à tuer dans l’œuf toute contestation plus ou moins violente au nom de l’Islam. Les attentats qui ont frappé Djerba (2002), Casablanca (16 mai 2003), et Lemgheity (juin 2005), ont mis fin à un mythe longtemps entretenu par les régimes de ces pays en mal de légitimité. L’Algérie n’est plus désormais le seul « laboratoire de l’islamisme » comme la qualifiait le roi Hassan II. L’ensemble du Maghreb est à présent menacé par un phénomène connaissant des mutations rapides et profondes. Combattu et acculé jusque dans ses derniers retranchements, le terrorisme en Algérie semble avoir été vaincu militairement et politiquement. Il a entamé sa dégénérescence à partir du moment où il s’est attaqué frontalement à la société quand celle-ci s’est démarquée du mouvement qui le sous-tendait. Selon les autorités algériennes, près de 600 islamistes armés sont encore en activité dans les maquis en 2006, sur les 28 000 que comptaient ces groupes au milieu des années 199047. Ce reflux s’expliquerait par les effets conjugués de la lutte antiterroriste, les mesures de rahma (clémence) sous le président Liamine Zeroual (1995), et la loi sur la concorde civile initiée par Bouteflika (1999). Mais en dépit de cette politique de réconciliation nationale que continue de prôner le chef de l’État algérien, un noyau dur refuse de déposer les armes, préférant défier le régime jusqu’au bout. Ce « terrorisme résiduel » conserve une capacité de nuisance, ainsi que l’ont montré les attentats qui ont visé, le 11 avril 2007 le palais du gouvernement à Alger ; ou auparavant en décembre 2006, des employés d’une entreprise américaine dans une zone d’Alger hautement sécurisée, et en mars 2007, des travailleurs russes et ukrainiens près de Ain Defla, à 160 km à l’ouest d’Alger. En outre, les attaques contre les commissariats de police et les embuscades contre les militaires ont repris dans certaines régions comme l’Algérois et les chaînes montagneuses de Kabylie ou celles reliant Tipaza à Ain Defla. Ce regain de violence a conduit le département d’État américain à avertir à nouveau ses ressortissants résidant ou désirant se rendre en Algérie que la menace terroriste continue d’y constituer un sérieux risque48. Mais ce qui est plus préoccupant, ce sont les mutations dangereuses que connaît le terrorisme à l’échelle du Maghreb, dans le sens d’un redéploiement stratégique et peut-être d’une plus grande radicalisation de ses actions.

  • 49  L’Expression, 07/04/2007.
  • 50  Le Monde diplomatique-Archives, novembre 2006.

45L’année 2006 et le début de 2007 ont vu le renforcement de l’alliance entre les organisations terroristes au Maghreb d’une part, et entre celles-ci et Al Qaida d’autre part. Ce n’est plus un secret pour personne que le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) a essaimé dans tous les pays du Maghreb. Il est connecté au Groupe islamique des combattants marocains (GICM) et au Groupe islamique des combattants libyens (GIC), ainsi qu’au Front islamique tunisien (FIT) et au Groupe mauritanien pour le prêche et le jihad (GMPJ) avec lesquels il coordonne les actions terroristes contre les intérêts nationaux et étrangers. L’attaque d’une caserne à Lemgheity en Mauritanie s’est avérée l’œuvre du GSPC lequel, fin 2006, a par ailleurs proféré des menaces contre le rallye Paris-Dakar, ce qui a contraint les organisateurs à annuler deux étapes de la course entre la Mauritanie et le Mali49. Plusieurs indices confortent le lien de plus en plus perceptible entre les organisations terroristes maghrébines. Les membres du GICM, auteurs des attentats de Casablanca de 2003, ont été formés, selon le général Laagrini, patron de la DST marocaine, par le GICL qui s’était distingué par une tentative d’assassinat contre Kadhafi à Benghazi en 1996. En mars 2005, dix membres du FIT ont été arrêtés en Algérie, ce qui prouve la jonction entre les terroristes tunisiens et ceux du GSPC qui disposent encore dans les maquis d’« instructeurs afghans ». Par ailleurs, les éléments du groupe terroriste accroché par les services de sécurité tunisiens les 23 décembre 2006 et 3 janvier 2007 à Hammam-Lif et Soliman ont été identifiés comme étant des terroristes ayant des liens avec le GSPC algérien et le GICM marocain. Un des points communs de ces groupes est d’avoir transité, pour la plupart de leurs membres par l’Afghanistan où ils ont passé des mois d’entraînement et d’embrigadement, ainsi que l’ont établi plusieurs rapports des services de renseignements maghrébins. Des vidéos mises en ligne par le GSPC mettent en évidence une union des djihadistes algériens, marocains, tunisiens, libyens et mauritaniens, ce qui confirme la dynamique de régionalisation, voire d’internationalisation de ce mouvement50.

46Une nouvelle topographie du terrorisme est ainsi en train de voir le jour au Maghreb. Même s’il est encore embryonnaire, ce « Maghreb du terrorisme » est une réalité et en même temps un défi aux États encore désunis de la région. La porosité des frontières et la facilité avec laquelle les terroristes peuvent se mouvoir d’un pays à l’autre témoignent d’une absence flagrante de coopération entre les services secrets et les polices maghrébines, due à une méfiance mutuelle. Les organisations terroristes, quant à elles, ont su développer leur capacité en profitant de la technologie des communications et de l’absence d’un Maghreb uni qui aurait réduit leur liberté d’action.

  • 51  L’obtention et l’utilisation des nouvelles armes non conventionnelles sont en effet une priorité d (...)
  • 52  Lire l’article « Des produits tétanogènes dans l’arsenal du GSPC-Al-Qaida. ‘‘Mutations logistiques (...)

47Le Maghreb qui, jusqu’en 2006, était resté relativement épargné des actions spectaculaires d’Al Qaida, est désormais un nouveau champ du terrorisme international. La date du 11 septembre 2006 marque le ralliement officiel du GSPC à l’organisation d’Oussama Ben Laden. Une manière pour ces organisations terroristes de célébrer le 5e anniversaire des attentats meurtriers qui ont frappé les États-Unis d’Amérique et de lancer en même temps de nouveaux avertissements au monde entier. Désormais, « l’Organisation d’Al-Qaida aux pays du Maghreb Islamique », ainsi que Ben Laden a rebaptisé le GSPC, se chargera de toutes les opérations d’Al-Qaida dans cette région, et compte même investir les zones désertiques du Sahara et du Sahel. Dans une vidéo diffusée le jour de cet anniversaire, le numéro deux d’Al-Qaida, l’Égyptien Aymen Al-Zawahiri a nommément ciblé les États-Unis et la France en déclarant que « cette union bénie sera un os dans la gorge des croisés américains et français ». Mais cette nébuleuse ne se privera certainement pas de frapper aussi des objectifs nationaux en tirant profit des aides et subsides qu’elle parviendra à obtenir dans le cadre de cette nouvelle alliance. L’introduction du phénomène kamikaze comme mode opératoire des organisations terroristes au Maghreb témoigne d’une escalade dans l’échelle de la violence rendue possible grâce à la mise en réseau des moyens logistiques et humains dont peut disposer cette nébuleuse. On est désormais au Maghreb face à une nouvelle génération de terroristes nihilistes prêts à sacrifier leur vie pour leur cause. On peut craindre que la menace de l’arme biologique fasse partie de l’arsenal de ces « hyper-terroristes » parrainés par Al Qaida51 comme le laisse supposer la découverte par la DST marocaine d’un produit tétanogène dans les matières explosives utilisées par les terroristes52. Toujours est-il que la filiale maghrébine d’Al-Qaida illustre une volonté de changement de stratégie du terrorisme algérien. En se redéployant au niveau régional sous la bannière de la plus grande organisation terroriste, ce dernier cherche à inscrire son combat dans un anti-américanisme plus toléré par les sociétés maghrébines que les attaques contre des civils innocents. Cependant, force est de constater qu’aux yeux des sociétés maghrébines qui aspirent à la paix, les actions terroristes sont désormais de plus en plus disqualifiées, quelle qu’en soit la cible.

  • 53  La TSCTI qui a remplacé la PSI est un programme d’aide et de coopération élaboré par le Pentagone, (...)
  • 54  Al Sharq Al Awsat, 07/03/2007.

48Face aux mutations du terrorisme en cours dans la région, les États maghrébins ne semblent pas avoir pris la pleine mesure des nouvelles menaces. L’absence d’une coopération régionale digne de ce nom pour combattre un phénomène ayant des ramifications dans plusieurs pays en est la preuve éclatante. Il y a plus de coopération sur ce plan entre chacun des États maghrébins et les États-Unis qu’entre les Maghrébins eux-mêmes. Curieusement, ce sont les Américains qui sont à l’origine d’actions collectives de lutte anti-terroriste dans la région (Maghreb et Sahel), à l’image du « Plan Sahel Initiative » lancé en 2002, et rebaptisé « Trans-Sahara Counter Terrorism Initiative » en 200453. Il est vrai que Washington a, depuis les événements de New York en 2001, engagé une lutte globale contre le terrorisme et renforcé son dispositif de sécurité partout où ses intérêts sont menacés. À cet effet, la Maison Blanche qui a annoncé vouloir créer un commandement militaire unifié pour l’Afrique avant la fin 200854, recherche la contribution et l’expertise des pays du Maghreb, notamment de l’Algérie et de la Libye depuis que cet État a normalisé ses relations avec Washington.

49Les pays du Maghreb ont raté plusieurs occasions de coordonner leurs efforts dans la lutte anti-terroriste. La convention d’Alger contre le terrorisme, entrée en vigueur en septembre 2002 à l’occasion du sommet de l’Union africaine n’a pas été signée par la Mauritanie et le Maroc en raison de la présence de la RASD. Pour Rabat, les combattants du Polisario ne sont que « des terroristes, des mercenaires à la solde d’Alger ». Pourtant les kamikazes qui se font exploser à Casablanca ou à Alger partagent un même label, les mêmes motivations et les mêmes objectifs. Leurs mains sont maculées du même sang des innocents. Au moment où certaines sources avertissent d’un possible embrasement terroriste au Maghreb, les États de la région vont-ils continuer de se tourner le dos, ou engageront-ils enfin une coopération renforcée face aux nouveaux défis sécuritaires ?

La gestion des migrations clandestines subsahariennes, une autre pomme de discorde intermaghrébine

50Le problème des migrations clandestines offre un autre exemple de la fuite en avant solitaire des pays maghrébins. Perçu comme une menace au nord de la Méditerranée, ce phénomène est géré d’une manière chaotique au sud.

  • 55  Ali Bensaad, « Le Maghreb pris entre deux feux », Le Monde, 29/10/2005.
  • 56  El Watan, 17/10/2005.
  • 57  Enseignant-chercheur à l’IREMAM d’Aix-en-Provence, Ali Bensaad est auteur de plusieurs études et e (...)
  • 58  Le Monde, 29/10/2005.

51Pourvoyeurs eux-mêmes d’une émigration vers l’Europe, les pays du Maghreb sont devenus un espace de transit et de destination pour des milliers de migrants originaires de l’Afrique subsaharienne. Certains observateurs affirment que plus de deux millions d’Africains vivent, de la Libye au Maroc, dans une semi clandestinité55. Mais au lieu que ce problème transnational soit appréhendé comme un facteur de la coopération inter-maghrébine, chaque État l’a au contraire instrumentalisé pour discréditer le voisin tout en apparaissant comme le meilleur gardien de la sécurité de l’Europe. C’est ainsi qu’en octobre 2005, le Premier ministre marocain Driss Jettou a accusé l’Algérie de faire des migrants subsahariens un « outil de propagande »56 contre le Maroc dans le conflit du Sahara occidental. Il a notamment déclaré qu’ « il est hors de question de laisser les ennemis de l’intégrité territoriale du royaume tirer profit de la misère et du désarroi d’êtres humains en quête d’accès à l’Europe et à des conditions de vie meilleures ». Cette déclaration du Premier ministre marocain est intervenue après la gestion malheureuse de la question de l’immigration clandestine par le Maroc, vivement critiquée par les ONG. Quelques jours auparavant, quatorze migrants africains avaient été tués par les forces marocaines alors qu’ils tentaient, ainsi que des centaines d’autres, de pénétrer dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Déportés dans les « no man’s land » du désert, ces migrants ont souvent subi les pires épreuves au Maroc, en Algérie, en Libye et en Mauritanie. En faisant ce « sale boulot », ces pays acceptent d’être des sous-traitants de la sécurité européenne. Pour Ali Bensaad57, les régimes maghrébins voient dans ce rôle de « supplétif de la répression » une carte de marchandage avec les pays européens58. La Libye qui n’a jamais abandonné ses ambitions de leadership au Maghreb a su utiliser la carte migratoire pour se réarmer partiellement, en exigeant des moyens militaires de surveillance et renouveler un arsenal érodé par les années d’embargo. Bien plus, la Jamahiriya, qui accueille près d’un million et demi de migrants subsahariens veut apparaître comme le principal interlocuteur des Européens dans la lutte contre les migrations clandestines, au-delà de certaines questions d’intérêt stratégique comme le Darfour. Les quelques tentatives pour organiser la coopération régionale autour de la question migratoire, ne sont pas dénuées d’arrière-pensées. C’est le cas des conférences Afrique-Europe sur les migrations tenues à Rabat en juillet 2006 et à Tripoli en novembre de la même année, que chacun des deux pays hôtes a voulu instrumentaliser à son profit. Le Maroc cherchait surtout à redorer son blason terni par la tragédie de 2005 dont ont été victimes les migrants interceptés sur son territoire. De son coté, la Libye cherche, nous l’avons vu, à utiliser la carte migratoire pour retrouver une place dans le concert des Nations. L’Algérie qui a brillé par son absence à la conférence de Rabat, estimait que la question de l’immigration clandestine devrait être débattue dans le cadre de l’Union africaine, dont le Maroc ne fait plus partie depuis l’admission en son sein du Front Polisario. L’Algérie fait sienne l’approche africaine et européenne selon laquelle la solution du problème des migrations ne peut être dissociée de la question du développement. C’est d’ailleurs l’Algérie qui a abrité, en avril 2006, une réunion d’experts africains de haut niveau ayant plaidé pour une « approche globale, intégrée, équilibrée, et cohérente » du phénomène des migrations. Ses voisins de l’ouest et du sud-est avancent leurs « propres initiatives » sur des thématiques en réalité très proches. En somme, les États du Maghreb sont fondamentalement d’accord sur la démarche à suivre pour traiter la question migratoire, mais chacun veut être le premier interlocuteur des Européens.

  • 59  C’est la conclusion de l’étude menée par Laurence Ammour, « À qui profite le gel du conflit du Sah (...)

52La gestion du problème migratoire est symptomatique de l’antagonisme entre les pays du Maghreb, et, plus particulièrement de celui entre l’Algérie et la Maroc, consciemment entretenu. Alors que l’on revendique, au Maghreb, le meilleur voisinage possible avec l’Europe, quand ce n’est pas une adhésion en bonne et due forme à ce groupement régional, on n’arrive toujours pas à établir de relations normales avec les voisins de « palier » qui sont les « frères maghrébins ». On ne parvient guère à dépasser des divergences conjoncturelles dans l’intérêt supérieur du Maghreb. Ce dernier est en net décalage par rapport au double processus de régionalisation-mondialisation en cours. Les régimes en place, soucieux de leur propre maintien au pouvoir, utilisent tous les moyens de légitimation sans ouvrir réellement le champ démocratique. Alors que le terrorisme, la corruption et d’autres maux rongent les sociétés maghrébines, on en est encore à agiter le spectre de l’ennemi extérieur et à instrumentaliser le conflit du Sahara occidental ou la menace des migrations clandestines. Pourtant, les pays du Maghreb ont les moyens de sortir de cette crise multiforme dans laquelle ils sont empêtrés, pour peu qu’ils soient solidaires et acceptent de mettre le cap sur une vraie démocratisation qui implique plus de justice et un accès équitable aux ressources. La manne pétrolière et gazière de la Libye et de l’Algérie (plus de 130 milliards de dollars en 2006), au lieu d’être consacrée à l’armement, pourrait servir à juguler la pauvreté et la misère, terreau du terrorisme. Surtout, il s’agit d’engager des actions profondes en faveur des jeunes maghrébins, cette frange de la population la plus susceptible de basculer dans la violence et le terrorisme. Face aux défis d’un développement intégré et d’une sécurité partagée au Maghreb, les États de la région gagneraient à mettre fin à leurs querelles et mettre en œuvre des mesures de confiance et de sécurité nécessaires à la relance de l’UMA. Le statu quo au Sahara occidental apparaît, pour certains, bien plus commode que toute sortie de crise qui remettrait en cause la stabilité même relative et les équilibres actuels de la région59. Mais à long terme, cette option est un véritable fiasco pour le Maghreb dans la mesure où le maintien d’un conflit même pacifié dans cette région constitue une véritable bombe à retardement qui empêche toute perspective d’intégration et fait vivre les pays maghrébins dans une insécurité partagée.

Haut de page

Notes

1  À la suite de l’attentat perpétré en 1994 contre l’hôtel Atlas Asni de Marrakech, lequel a été imputé aux services secrets algériens, les autorités marocaines ont décidé d’instaurer un visa d’entrée pour les algériens se rendant au Royaume. En réaction, l’Algérie a procédé, en septembre de la même année, à la fermeture de ses frontières terrestres avec son voisin de l’ouest. Le Maroc a alors demandé la mise en sommeil des institutions de l’UMA.

2  Ainsi, après les premiers sommets tenus au cours de la période faste de l’UMA (de Marrakech 1989 à Tunis 1994), le septième n’a pu tenir ses assises. Après le forcing diplomatique d’Alger afin de relancer le processus, celui-ci devait se réunir le 21 juin 2002, mais a dû être reporté après la défection, au dernier moment, du président Kadhafi et du roi Mohamed VI. Programmé pour respectivement les 21-22 décembre 2003 à Alger et les 25-26 mai 2005 à Tripoli, le Sommet connut le même sort pour fondamentalement la même raison : le différend algéro-marocain sur la question du Sahara occidental.

3  Cf. B.C Essebsi, « Le Maghreb, sa réalité et son avenir », communication au Ve Forum international de Réalités sur « Le Maghreb et l’Europe, une vue à moyen terme », Tunis du 24 au 26 avril 2002, Actes publiés par Réalités, été 2002, p. 27.

4  Cf. Thomas Lacroix, « Contrôle et instrumentalisation de la société civile maghrébine dans la coopération euro-méditerranéenne : le cas du Maroc et de la Tunisie », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Editions, 2006, p. 101-116.

5  Cette décision prise, selon les Libyens, pour lutter contre l’infiltration d’éléments terroristes sur le sol de la Jamahiriya, a fait réagir l’Algérie qui par la voix de son ministre de l’Intérieur a affirmé qu’ « elle gêne la construction de l’Union du Maghreb » et qu’« elle n’est pas neutre », Liberté, 06/02/2007.

6  La notion d’« État-pivot » a été developpée par Paul Kennedy, Robert Chase et Emily Hill dans leur ouvrage A New France Work for U.S Policy in the developping World, in the Pivotal States, Ed. Norton, 1998.

7  Dès son indépendance en 1956, le Maroc revendique des territoires appartenant à l’Algérie, alors sous occupation française. Il s’agit, notamment, des villes de Béchar et de Tindouf et d’une partie de l’actuel Sahara algérien. Après l’indépendance de l’Algérie en 1962, et dans sa volonté de reconstituer le « Grand Maroc », Rabat voulait engager des négociations avec le gouvernement algérien, mais celui-ci a opposé une fin de non-recevoir en mettant en avant le principe affirmé par l’OUA de l’« intangibilité des frontières » héritées de la colonisation. Cependant ces frontières existaient-elles vraiment ?

8  Selon l’expression de Benjamin Stora, Algérie-Maroc : histoires parallèles, destins croisés, Paris, Ed. Zellige, 2002.

9  Le Quotidien d’Oran (Algérie), 14/06/2005.

10  Le Front Populaire pour la Libération de Saguiet El Hamra et Rio de Oro (Polisario) s’est constitué en mai 1973 pour présider à la lutte des Sahraouis pour l’autodétermination et l’indépendance au moment où le Sahara occidental était encore sous occupation espagnole.

11  Rien que pour le mois de juin (les 5, 8, 18 et 26), on a comptabilisé pas moins de quatre refoulements de délégations. Il s’agit des délégations d’élus et de défenseurs des droits de l’Homme des Communautés autonomes de Madrid, de Catalogne et des Asturies, ainsi qu’un groupe de parlementaires et d’organisations sociales de la Communauté autonome d’Andalousie.

12  Miguel Hernando de Larramendi, « La politique étrangère de l’Espagne envers le Maghreb. De l’adhésion à l’Union européenne à la guerre contre l’Irak (1986- 2004) », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 43.

13  Le 6 novembre 1975, le roi Hassan II organise une « marche pacifique » de 350 000 personnes vers le Sahara occidental, en vue d’occuper le territoire.

14  Khadija Mohsen-Finan, Sahara occidental, les enjeux d’un conflit régional, Paris, CNRS Éditions, 1997, p. 57.

15  Interprétation reprise par Aymeric Chauprade et François Tual, Dictionnaire de géopolitique, Éditions Ellipses, Paris 2001, p. 279.

16  Selon une ancienne terminologie utilisée en 1988 par le défunt roi Hassan II.

17  Khadidja Mohsen-Finan souligne que cette pratique renvoie à l’idée selon laquelle le Maroc est composé de tribus et que le territoire se développe en fonction et au rythme des serments d’allégeance prêtés par des tribus au « Commandeur des croyants », op. cit., p. 150.

18  La Stampa, 26/03/2006.

19  Un reportage récent du quotidien algérien Horizons, publié le 29 mars 2007 et intitulé « Peines et espoir d’un peuple », fait état de la souffrance des populations des camps de Tindouf, des effets des pénuries et de la réduction de près de 50 % de l’aide alimentaire acheminée par les organisations humanitaires à ces régions.

20  La presse marocaine n’a fait état que des grandes lignes du projet, posant plus de questions sur son contenu que n’apportant de réponses à l’opinion publique.

21  Khadija Mohsen-Finan, op .cit., p. 104.

22  Il est admis que la population de Laayoune, capitale du Sahara occidental, ne compte plus qu’entre 20 et 30 % de Sahraouis, voire 11 % selon le journal local (Assakia El Hamra, n° 37, 4/05/2001).

23  Pourtant secrètement, observe Khadidja Mohsen-Finan, des officiels marocains et des représentants du Polisario s’étaient rencontrés et entretenus, comme à Alger en 1983, à Lisbonne en 1985 et Marrakech en 1989, op. cit., p. 105.

24  Le roi Mohamed VI avait déjà estimé, lors d’un discours télévisé prononcé depuis Laayoune le 25 mars 2002, à l’occasion du 27e anniversaire de la Marche verte, que « le projet de référendum tel que prévu dans le plan de règlement onusien est caduc car inapplicable ».

25  C’est l’expression de l’ambassadeur sahraoui en Algérie, Mohamed Yeslem Beysset. Voir El Watan, 16/04/2007.

26  En juillet 2005, la RASD a, par exemple, établi des relations diplomatiques avec la Zambie au niveau des ambassadeurs, alors qu’elle est déjà représentée dans plusieurs autres pays africains.

27  Alors que le Maroc ne se prive pas de conclure des accords de pêche ou de prospection pétrolière intégrant les « territoires occupés » du Sahara occidental et ses eaux maritimes, la RASD a signé en mars 2006 à Tifariti dans les « territoires libérés », trois accords pétroliers et gaziers avec trois firmes britanniques. Il s’agit, selon l’agence de presse sahraouie (SPS) de Maghreb Exploration Limited, Osceola Hydrocarbon Limited et Nioghthawk Energy Limited, qui mèneront des opérations d’exploration on-shore et off-shore dans la région de Boujdour.  

28  C’est en tous cas l’avis d’un grand nombre de spécialistes du Sahara occidental à l’image de Jacob Mundy à travers son article, « Western Sahara between autonomy and intifada », Middle East Report Online, 16/03/2007, site web : http://www.merip.org/mero/mero/031607.html.

29  Réagissant aux propos tenus par le ministre français des Affaires étrangères, M. Douste-Blazy, lors d’une visite au Maroc en juillet 2005, qui a estimé qu’un dialogue direct entre Rabat et Alger peut régler la question sahraouie, le ministre d’État, représentant personnel du président de la République, a sèchement répliqué que « l’Algérie, dans ses relations avec les pays frères, n’a pas besoin d’intermédiaires ». Voir Le Quotidien d’Oran, 13/07/2005.

30  El Moudjahid, 12/02/2007.

31  El Watan, 26/03/2007.

32  À l’exception de la France, de l’Espagne et du Portugal qui se sont abstenus, les autres États de l’Union européenne comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Grèce, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas et tous les pays scandinaves se sont prononcés en faveur de la résolution.

33  La résolution 1 514 (XV), qui a été votée alors que le Sahara occidental se trouvait encore sous colonisation espagnole, déclare que « la sujétion des peuples à une subjugation, à une domination et à une exploitation étrangère constitue un déni des droits fondamentaux de l’Homme, est contraire à la charte des Nations Unies et compromet le cause de la paix et de la coopération mondiales », et que « des mesures immédiates seront prises […] pour transférer tous pouvoirs aux peuples des territoires sous tutelles et territoires non autonomes, sans aucune condition […] afin de leur permettre de jouir d’une indépendance et d’une liberté complètes ». La même année, l’Assemblée générale a adopté la résolution 1 541 (XV) par laquelle elle définit les critères à partir desquels on peut juger qu’un territoire non autonome a atteint la pleine autonomie, à savoir quand il est devenu un État indépendant et souverain, quand il s’est librement associé à un État indépendant, ou quand il s’est intégré à un État indépendant.

34  À la demande de l’Assemblée générale de l’ONU, la Cour internationale de justice a rendu un avis pour le moins ambigu dans lequel, tout en reconnaissant certains liens historiques avec le Maroc et la Mauritanie, elle estime que l’autodétermination des populations sahariennes doit s’exercer prioritairement. Voir www.icj-cij-org/cij/www/cdecisions/csummaries 751016.htm.

35  L’ancien chargé de mission du ministère français de la Défense au Sahara occidental, Frank Neisse, observe que « non seulement le caractère mal défini de l’affiliation tribale avec le territoire du Sahara occidental rend le processus d’identification difficile, mais également la coexistence, à des fins tactiques, de deux conceptions de la citoyenneté, celle fondée sur le droit du sang et défendue par le Maroc, et celle basée sur le droit du sol , défendue par le Polisario ». Cf. son article « le règlement du conflit du Sahara occidental et l’ONU », www.diplomatie.gouv.fr.

36  L’accord-cadre contenu dans l’annexe I du rapport du secrétaire général du 20 juin 2001, origine de la résolution 1 359 (2001), prévoit notamment la concession d’une autorité territoriale et administrative au Front Polisario, l’exercice par le Royaume des prérogatives de souveraineté (défense, sécurité, politique extérieure, monnaie …), et l’organisation d’un référendum confirmatif après un délai de cinq ans.

37  El Watan, 16/04/2007.

38  Le Monde, 22/03/2006.

39  Ce qui suscite la préoccupation de l’Europe du sud, outre cette éventuelle course aux armements au Maghreb, c’est l’activisme russe en Méditerranée, qui a pris ces dernières années une dimension économique et plus précisément énergétique. Depuis la conclusion d’un accord, en août 2006, entre la compagnie algérienne d’hydrocarbures Sonatrach et son homologue russe Gazprom, l’idée de création d’une OPEP du Gaz fait grincer les dents aux Européens, soucieux de la sécurité de leur approvisionnement.

40  Avec cette facture, l’Algérie a acquis 6 avions de transport de type C295, le plus récent appareil des usines EADS Casa (European Aeronautic Defence and Space Company).

41  Liberté (Algérie), 06/06/2006.

42  Le conflit du Sahara occidental absorbe 15 % du budget marocain.

43  Pour avoir été passée sous silence par le gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero, cette transaction a fait l’objet d’une vive polémique au sein de la classe politique espagnole. Voir www.algérie.dz.com.

44  Sur ce point, les Rafale qui sont à la fois défensifs et offensifs, volent dans toutes les conditions climatiques, en basse et haute altitudes, possèdent une grande autonomie en kérosène et sont difficilement repérables sur les radars.

45  Lire l’article « L’UMA du terrorisme : les zones grises du Maghreb », Le Quotidien d’Oran, 15/06/2005.

46  Sur un niveau de chômage estimé à 20,4 % au Maghreb, les jeunes sont les plus touchés. Voir à ce propos l’étude coordonnée par Luis Martinez, L’Algérie, l’Union du Maghreb Arabe et l’intégration régionale, EuroMeSCo59, octobre 2006, p. 5-6.

47  Bien que ces chiffres soient controversés, ce qui est certain, c’est que le temps des massacres à grande échelle est révolu et qu’un calme relatif règne aujourd’hui en Algérie malgré les attentats kamikazes du printemps 2007. Cf. Algérie : information sur le bilan de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale et sur l’évolution du terrorisme dans le pays, site de l’Agence des Nations Unies aux Réfugiés (UNHCR), www.unhcr.org/home/RSDCOI/45f1472819.htm.

48  Aujourd’hui le Maroc, 23/03/2007.

49  L’Expression, 07/04/2007.

50  Le Monde diplomatique-Archives, novembre 2006.

51  L’obtention et l’utilisation des nouvelles armes non conventionnelles sont en effet une priorité de cette organisation. Cf. Charles-Philippe David & Jean-Jacques Roche, Théories de la sécurité. Définitions, approches et concepts de la sécurité internationale, Ed. Montchrestien, Paris, 2002, p. 134.

52  Lire l’article « Des produits tétanogènes dans l’arsenal du GSPC-Al-Qaida. ‘‘Mutations logistiques’’ du terrorisme au Maghreb », L’Expression, 26/03/2007.

53  La TSCTI qui a remplacé la PSI est un programme d’aide et de coopération élaboré par le Pentagone, la CIA et le Département d’État pour assister les pays maghrébins (Algérie, Maroc, Mauritanie, Tunisie) et sahéliens ( Sénégal, Mali, Niger, Tchad) à combattre le terrorisme international dans cette région assimilée à un « nouvel Afghanisatn d’Al-Qaida ». Dans ce cadre, les forces spéciales de ces pays ont participé, en juin 2005, à l’opération « Flintlock 2005 » sous le commandement du général américain Charles F. Wald.

54  Al Sharq Al Awsat, 07/03/2007.

55  Ali Bensaad, « Le Maghreb pris entre deux feux », Le Monde, 29/10/2005.

56  El Watan, 17/10/2005.

57  Enseignant-chercheur à l’IREMAM d’Aix-en-Provence, Ali Bensaad est auteur de plusieurs études et enquêtes sur les migrations. Voir par exemple A. Bensaad (dir.), « Marges de la mondialisation. Les migrations transahariennes », Maghreb-Machek, n° 185, automne 2005.

58  Le Monde, 29/10/2005.

59  C’est la conclusion de l’étude menée par Laurence Ammour, « À qui profite le gel du conflit du Sahara Occidental ? », Research Paper, Collège de Défense de l’OTAN, Rome, n° 30, novembre 2006, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aomar Baghzouz, « Le Maghreb, le Sahara occidental et les nouveaux défis de sécurité  », L’Année du Maghreb, III | 2007, 523-546.

Référence électronique

Aomar Baghzouz, « Le Maghreb, le Sahara occidental et les nouveaux défis de sécurité  », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/397 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.397

Haut de page

Auteur

Aomar Baghzouz

Chargé de cours en science politique, Université de Batna (Algérie), détaché à l’IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page