Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : La fabrique de la mémoire : variations maghrébines

La mémoire de Carthage en chantier : les fouilles du tophet Salammbô et la question des sacrifices d’enfants

Clémentine Gutron
p. 45-65

Texte intégral

  • 1  Fontan E., 2007, p. 10.

1En novembre 2007, s’ouvrait à l’Institut du monde arabe, une exposition sur « La Méditerranée des Phéniciens – de Tyr à Carthage », expression de l’intérêt croissant pour ce peuple de l’Antiquité relativement mal connu. Élisabeth Fontan, conservateur en chef au département des Antiquités orientales du musée du Louvre et commissaire de cette exposition, concluait une interview donnée à un magazine d’art par une formule invitant au développement des recherches : « L’énigme phénicienne est loin d’être résolue »1. Le domaine des croyances religieuses et des pratiques funéraires notamment comporte encore nombre de mystères.

2Si l’énigme reste, les connaissances sur le sujet progressent néanmoins, en partie grâce aux découvertes réalisées sur le site du tophet de Carthage. On rappellera qu’en s’établissant sur ce point de la côte africaine, les Phéniciens donnèrent naissance à la civilisation punique, fruit de leur rencontre avec les Libyques. Les pièces présentées lors de l’exposition sont le produit de plusieurs campagnes de fouilles échelonnées entre les années 1920 et la décennie 1970. L’archéologie étant un savoir éminemment politique, le passage d’une Tunisie placée sous protectorat français (depuis 1881) à une Tunisie indépendante (1956) n’a pas été sans influence dans l’histoire des recherches conduites sur le site du tophet. On analysera ici, dans un premier temps, en quoi l’héritage colonial pèse sur les choix opérés par l’archéologie nationale tunisienne et on verra que les fouilles archéologiques participent en tant que telles à un processus de construction mémorielle.

  • 2  Dridi H., 2006, p. 9.

3À ce premier niveau de mémoire, s’en greffe un second, plus ample, celui de la fabrique de la mémoire de la civilisation carthaginoise. Chaque nouvelle excavation du tophet donne en effet l’occasion de refaire surface à la lancinante question des sacrifices d’enfants. Cette pratique avait-elle cours, oui ou non, dans la Carthage punique ? Ce débat a des retombées identitaires évidemment différentes que l’on se situe dans la Tunisie des années 1920 ou dans la Tunisie d’aujourd’hui lancée dans le processus « aventureux » de la fabrication d’ancêtres nationaux et soucieuse de se construire une histoire honorable et singulière en se positionnant sur la très longue durée. Connaissances du passé et considérations contemporaines se mêlent nécessairement. La mémoire de la civilisation carthaginoise est investie différemment selon les présents en cours. On s’interrogera donc, dans un second temps, sur l’évolution de l’interprétation des données archéologiques mises au jour lors des différentes campagnes de fouilles. La représentation des Carthaginois est en jeu : « Il faut se rendre à l’évidence, l’œuvre de certains auteurs classiques, relayée par le magistral Salammbô de Gustave Flaubert, semble avoir définitivement façonné l’image de Carthage et du monde punique en général2 », a noté récemment l’historien Hédi Dridi. Quel est plus précisément l’héritage de l’œuvre de Flaubert dans la question des sacrifices d’enfants ; en quoi cet héritage fait-il partie intégrante de la mémoire tunisienne, et est-il recevable aujourd’hui dans la fabrique de cette dernière ?

  • 3  J’exprime ici mes plus sincères remerciements à Béji Ben Mami, directeur de l’Institut national du (...)
  • 4  Sur l’historique des fouilles ainsi que sur l’historiographie relative à la question des sacrifice (...)

4Les deux volets de ce travail reposent à la fois sur des sources d’archives – principalement sur les fonds de l’Institut national du patrimoine de Tunisie, de l’École française de Rome et de l’Institut français de coopération à Tunis3 – et des sources imprimées variées allant des revues de presse aux publications scientifiques4.

La bataille des fouilles : le tophet au cœur des concurrences internationales

5Carthage n’est pas un site archéologique unique, mais se déploie sur plusieurs lieux. Le visiteur qui entend découvrir ses ruines, enserrées par le produit d’une urbanisation galopante, se munit d’un billet lui donnant accès aux thermes d’Antonin, aux villas romaines, etc. ou encore au tophet de Salammbô. Après avoir longé les rives du bassin circulaire des ports puniques, il se dirigera vers l’ouest sur quelques centaines de mètres et trouvera l’entrée du tophet. Une fois les grilles franchies, il pourra en voir les restes archéologiques, un champ de stèles nichées au milieu d’une végétation généreuse. Sa tranquillité ne sera dérangée que par les éclats de rire des jardiniers en pause ou par les voix des enfants de l’école voisine. Bref, dans ce tableau paradisiaque le visiteur ne peut soupçonner à quel point ce petit éden est un enfer de l’archéologie.

6Depuis sa découverte en 1921 jusqu’à aujourd’hui, ce site cristallise les passions parce qu’il renferme les clefs de compréhension des pratiques religieuses carthaginoises. Exceptionnel donc par l’enjeu scientifique qu’il représente, le tophet va faire l’objet de différentes campagnes de fouilles dont chacune éclaire un pan particulier de l’histoire de l’archéologie en Tunisie. Les fouilles de François Icard, inspecteur de police à Tunis, et de Louis Poinssot, directeur du service des antiquités, intervenues en 1922-1923, rendent compte des conflits entre amateurs et professionnels ; celles de l’abbé Chabot, éditeur du Corpus Inscriptionum Semiticarum, et de Khun Byron de Prorok, amateur américain d’antiquités, conduites en 1924-1926, témoignent d’une première tentative de coopération bilatérale houleuse ; celles du Père Lapeyre, successeur du Père Delattre à la direction du musée de Carthage, entreprises en 1934-1936, attestent de l’emprise des Pères Blancs sur ce site ; enfin, celles de Pierre Cintas, agent de l’administration des Douanes formé sur le tas à l’archéologie et devenu chef de la Mission archéologique française de Tunisie, réalisées entre 1944 et 1947 illustrent le processus de professionnalisation de l’archéologie. De ce bref survol de l’historique des fouilles du tophet, il convient de retenir l’idée que chacune de ces campagnes participe à une construction étagée du savoir archéologique dont les éléments les plus récents, les plus hauts situés, sont directement liés à ceux qui les précèdent. Les dernières fouilles du tophet sont intervenues dans le cadre de la campagne internationale pour la sauvegarde de Carthage, organisée par l’UNESCO dans les années 1970 et renvoient donc aux recherches antérieures des années 1920-1940. Dans quelle mesure la mémoire de ces fouilles est-elle active ?Comment, dans une Tunisie devenue indépendante, le contentieux laissé par les fouilles Cintas (1944-1947) fait que l’équipe française est écartée de la zone scientifique du tophet au profit d’une équipe américaine ?

  • 5  Les résultats les plus importants sont fournis dans Euzennat M., Duval N., Hallier G. et Mougin L. (...)
  • 6  Nekarda J., Paris Y., La Francesca R., Curiel M., Steinebasch M., Chemetov P., 1969.

7Dès les années 1960, la jeune nation tunisienne opte pour le tourisme comme facteur de développement. Une politique de recherche des potentialités économiques du patrimoine archéologique est alors lancée. Sollicitée, l’UNESCO organise une série de missions dans l’ensemble du pays5. Il ressort de ces différentes investigations que la région Tunis-Carthage doit être classée comme zone prioritaire. Le volet archéologique d’un rapport consacré exclusivement à cette région stipule que, face à l’ampleur de la tâche à entreprendre, seule une coopération internationale serait susceptible de fournir des résultats positifs6. L’archéologie nationale tunisienne, qui ne dispose pas de ressources suffisantes, doit donc s’ouvrir à l’aide étrangère.

  • 7  L’esprit de la campagne est clairement énoncé dans leur discours : « Devant le développement natur (...)
  • 8  Voir Ennabli A. (dir.), 1992.

8L’appel pour la campagne internationale de fouilles archéologiques de Carthage est lancé solennellement par le secrétaire d’État tunisien aux Affaires culturelles, Chedli Klibi, et le directeur de l’UNESCO, René Maheu, le 19 mai 19727. Contrôler l’urbanisation, conduire des recherches archéologiques et mettre en valeur les vestiges relevés dans le but de faire connaître l’histoire de la cité constituent les principaux objectifs de cette campagne. Grâce à la coordination d’Abdelmajid Ennabli,conservateur du site de Carthage, douze missions de nationalités différentes, organisées en dix-huit équipes, travaillent à leur réalisation. Quelque six cents spécialistes (archéologues, historiens, experts, architectes, etc.) vont s’affairer pendant plus d’une dizaine d’années à la sauvegarde de ce site, finalement inscrit sur la liste du patrimoine mondial naturel et culturel de l’UNESCO le 26 octobre 19798.

  • 9  Le directeur général de l’UNESCO sollicite son ministre des Affaires étrangères : « Je vous serais (...)
  • 10  Les procès-verbaux de cette Commission, instituée en 1970, sont produits par le ministère français (...)
  • 11  « La délégation tunisienne présente les grandes lignes du projet Tunis-Carthage ; elle souligne l’ (...)
  • 12  « J’ai su, comme tout le monde, les projets de l’UNESCO concernant Carthage ; j’ai su aussi qu’un (...)
  • 13  Extrait d’une lettre du 05/10/1972 adressée à Georges Gaucher, ambassadeur de France en Tunisie. A (...)
  • 14  « Il convient que l’attention du directeur général [des relations culturelles] soit attirée sur ce (...)

9Dès le lancement de la campagne en 1972, la France est appelée à participer activement à la réalisation du projet archéologique9. Un premier échange de vues officiel sur les possibilités de recherches à Carthage a lieu lors de la réunion de la Commission mixte de coopération archéologique et historique entre la Tunisie et la France tenue en octobre de la même année10. Les délégations tunisienne et française s’accordent sur le fait que la participation de la France au projet Tunis-Carthage doit être d’importance eu égard à son passé scientifique sur les lieux11. Les propositions d’universitaires pleuvent et la concurrence est rude : tous les africanistes veulent être du voyage à Carthage. Dans cette joute institutionnelle, l’École française de Rome entend conserver sa place privilégiée. La coordination des initiatives françaises dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie en Méditerranée est ainsi revendiquée par son directeur, Georges Vallet, auprès des services compétents de l’UNESCO12. Le grand projet pour Carthage suscite, dit-il par ailleurs, « dans ce monde étrange et compliqué des archéologues, des réactions multiples »13 qu’il s’agira pour lui d’harmoniser. À la demande du ministère des Affaires étrangères, il se rend à Carthage au mois de novembre pour étudier les possibilités d’intervention française. Après avoir souligné dans son compte rendu de mission, la nécessité d’une grande implication financière de la France dans le projet international14, l’historien en vient aux propositions scientifiques. Des travaux de nature différente pourraient porter sur deux secteurs distincts : des fouilles sur la colline de Byrsa et un travail documentaire, éventuellement suivi de fouilles, sur le tophet de Salammbô. La reprise scientifique de ce secteur est motivée par deux raisons principales liées à la notoriété du site, d’une part, et à la tradition scientifique française, d’autre part. Le tophet est bien un site phare de Carthage qui, de surcroît, est doté d’une forte valeur identitaire :

  • 15  « Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet », p. 4. (...)

« On sait l’importance que les Tunisiens – je ne parle pas seulement des archéologues – attachent au fameux Tophet de Salammbô : ils y voient l’origine de l’histoire de Carthage punique, donc de la leur15. »

10Il est donc considéré comme un site incontournable :

« La zone du Tophet [...] ne peut rester en dehors du grand projet de sauvegarde et de mise en valeur de Carthage : c’est le lieu de pèlerinage des enfants des écoles et des délégations officielles des pays frères. »

11Et, dans un contexte de concurrence internationale, il s’agit de s’en assurer l’exploitation en invoquant un héritage scientifique ancien :

  • 16  « Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet », p. 4-5 (...)

« Dans cette zone aussi [tout comme sur la colline de Byrsa], les Français ont beaucoup travaillé et dans cette zone aussi [idem] il reste beaucoup à faire. [...] il faut absolument éviter qu’un autre pays ne prenne en charge ce secteur16. »

  • 17  « Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet », p. 6-7 (...)
  • 18  « J’approuve la recommandation de M. Vallet, qui m’a communiqué son rapport à titre personnel. Ain (...)
  • 19  Lettre du 14/03/1973, l’ambassadeur de France en Tunisie au ministre des Affaires étrangères. Arch (...)

12Cette action se déroulerait en deux phases : dans un premier temps, un bilan des recherches anciennes serait dressé (inventaire, catalogue des stèles...) puis, dans un second temps, des dégagements sur le terrain seraient poursuivis sous l’égide d’une équipe franco-tunisienne17. Ces propositions du directeur de l’École de Rome reçoivent l’agrément de Georges Gaucher, ambassadeur de France en Tunisie qui en réfère au ministre des Affaires étrangères au mois de mars 197318. À partir de ce moment, le diplomate invite le Département des relations culturelles à prendre position, de manière officielle, dans les plus brefs délais. La conjoncture lui semble en effet propice : l’épigraphiste et latiniste Azeddine Beschaouch, ancien membre de l’École française de Rome à titre étranger, vient d’être nommé à la tête de l’institution tunisienne chargée des questions archéologiques, l’Institut national d’archéologie et d’art19.

  • 20  La possibilité de reprendre les recherches sur le terrain n’est cependant pas mentionnée dans ce d (...)
  • 21  « Pour la réalisation du programme sus-indiqué, M. Dupont-Sommer, secrétaire perpétuel de l’Académ (...)

13Les jeux d’influence liés aux personnes étant particulièrement marqués dans le domaine de l’archéologie, les choses se précipitent et aboutissent heureusement pour la France. Les propositions faites par Vallet sont présentées et globalement approuvées lors d’une réunion rassemblant les représentants de l’UNESCO, de la partie française et de la partie tunisienne en juin 1973. Un contrat d’entente préliminaire est aussitôt signé ; en ce qui concerne le tophet, la France participera « à l’établissement d’un inventaire des vestiges archéologiques mis au jour (céramiques, stèles, etc.) » ainsi qu’à « la mise au point de la documentation scientifique (fichiers, photos, etc.) »20. Le secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, André Dupont-Sommer, se voit chargé de coordonner cette vaste tâche21.

  • 22  Klibi inaugure la cérémonie en ces termes : « Carthage et d’autres sites de l’intérieur du pays on (...)

14L’annonce officielle de la participation de la France à la campagne internationale pour la sauvegarde de Carthage est faite lors d’une cérémonie en grande pompe organisée sur le site des villas romaines. Le ministre tunisien des Affaires culturelles, Chedli Klibi, et Georges Gaucher, ambassadeur de France en Tunisie, profitent de cette occasion pour célébrer la force des liens qui unissent ces deux pays, y compris dans le domaine de l’archéologie22.

  • 23  Cette coopération a, en revanche, été fructueuse pour ce qui concerne les fouilles de Byrsa.
  • 24  L’auteur n’est guère optimiste quant au délai de sa parution : « dans un premier ouvrage, projeté (...)
  • 25  L’analogie est audacieuse : Coriolan s’est retourné contre Rome, sa patrie, en prenant la tête des (...)
  • 26  Vallet était parfaitement conscient de la difficulté de la tâche : « Le problème est d’abord scien (...)
  • 27  La publication de ces travaux est une condition sine qua non de la reprise des fouilles françaises (...)

15Mais sous le vernis de ces discours officiels se cache une réalité tout autre, où les contentieux nés de la période coloniale ne sont pas absents. Cette coopération autour du tophet se révèle être un pur fiasco23. Le sort des fouilles Cintas en constitue le principal objet de discorde. À la suite de la bataille de Bizerte, la Mission archéologique française de Tunisie disparaît, son chef avec elle. Cintas quitte donc définitivement la Tunisie en 1961 et emporte avec lui toute une documentation inédite relative aux fouilles qu’il avait conduites sur ce site durant les années 1940. Dans le premier tome de son Manuel d’archéologie punique, paru en 1970, l’archéologue précise qu’il travaille encore à la publication d’une étude exclusivement consacrée au tophet de Carthage24. Mais cette publication se fait encore attendre. C’est là tout l’enjeu du programme franco-tunisien de 1973 : faire le point sur cette documentation et mettre ainsi un terme aux récriminations des archéologues tunisiens qui se sentent dépossédés de leur patrimoine. L’affaire est délicate : elle exige la collaboration d’un homme qui, par conviction politique, a refusé de travailler pour l’État tunisien au lendemain de l’indépendance – un tel choix, eût été, à ses yeux, une infâme traîtrise : « Je ne me sens pas de dispositions pour jouer Coriolan et les Volsques25 ». Renouer, et amener Cintas à accepter de servir un programme franco-tunisien n’a donc rien d’une sinécure26. La partie française doit cependant relever le défi et obtenir la publication de ces fouilles pour envisager une poursuite des recherches sur le terrain, ambition ultime du projet27. Alors que Cintas semblait revenu à de meilleures dispositions, l’horizon du dénouement heureux et proche de cette affaire s’assombrit soudainement lorsqu’il meurt en 1974. La partie française temporise et tente de ménager les susceptibilités de la partie tunisienne en mettant en valeur la reprise du flambeau archéologique par la première génération de spécialistes nationaux, en insistant sur le caractère désormais national du tophet ; l’étruscologue Jacques Heurgon écrit ainsi :

  • 28  Heurgon J. dans Cintas P., 1976, p. IX.

« Il est déchirant de penser que depuis 1973 s’annonçait une réconciliation, souhaitée en premier lieu par ses collègues tunisiens [ceux de Cintas] ; il commençait à envisager la possibilité d’un ‘‘retour au pays natal’’ ; mais sa sensibilité à vif, sa santé déjà ébranlée l’empêchèrent de céder tout de suite à la tentation ; il passa sa dernière année à préparer fiévreusement une publication détaillée de ses fouilles du tophet de Carthage, qu’il aurait offerte en hommage aux jeunes archéologues de l’Institut national d’archéologie et d’art pour leur permettre de reprendre eux-mêmes l’exploration de leur sanctuaire national. Hélas ! Cet immense travail est resté lui aussi inachevé28. »

  • 29  En 1979, au terme des premières fouilles de Byrsa, il écrit : « Sachez que je ne faillirai pas aux (...)
  • 30  Sur ce point, il était noté en 1973 : « La délégation tunisienne exprime également le vœu [...] qu (...)
  • 31  Lancel S., 1999, p. 336.
  • 32  Cette demande avait été officiellement formulée en 1975 : « Une démarche franco-tunisienne sera ef (...)
  • 33  Auteure d’un remarquable essai de reconstitution du tophet publié par l’École de Rome, l’archéolog (...)
  • 34  Les papiers Cintas relatifs au tophet sont aujourd’hui en possession de l’École française de Rome (...)

16Serge Lancel, professeur d’histoire romaine à l’université de Grenoble et directeur des fouilles françaises à Carthage entre 1973 et 1978, hérite des archives Cintas. Il permet au deuxième tome du Manuel d’archéologie punique de voir le jour en 1976 mais la publication des fouilles du tophet, malgré un investissement certain de l’héritier, se fait toujours désirer29. L’affaire tombe, officiellement, en déshérence : il n’en n’est désormais plus question lors des réunions de la Commission mixte de coopération archéologique et historique entre la France et la Tunisie30. En 1995, lorsque Lancel publie son Carthage, les espoirs d’une publication des papiers Cintas s’amenuisent encore : l’auteur y écrit en effet que ces archives sont « malheureusement incomplètes et pratiquement inexploitables »31. Alors que la demande de la partie tunisienne de disposer, à Carthage même, de cette documentation est restée sans suite, une ombre persiste au tableau de la coopération franco-tunisienne32. Le contentieux est vivace : en 2004, des griefs sont formulés ; la connaissance du site, et au-delà, de l’archéologie punique, souffre de la non-publication des documents Cintas33. Le problème court aujourd’hui encore puisqu’en 2005, c’était au tour de l’héritier de Cintas, Serge Lancel, de disparaître34.

  • 35  Pour Serge Lancel, ce contexte de compétition internationale constituait « en soi un défi », lettr (...)
  • 36  Sur ses entreprises archéologiques dans la régence de Tunis, voir son récit : Khun de Prorok B., 2 (...)
  • 37  Sur cette campagne de fouilles, voir Kelsey F., 1926.

17De cet échec de la coopération franco-tunisienne relatif à la reprise scientifique de la zone du tophet, découle l’entrée en scène des Américains à Carthage. En effet, lors de la campagne UNESCO, la concurrence internationale est sévère ; c’est une guerre de tous les instants entre les différentes équipes35. Ainsi, dès les premiers signes de mésentente entre les parties française et tunisienne, la mission américaine, revendique, elle aussi, un héritage scientifique ancien : en 1923 en effet, le comte Khun Byron de Prorok, aventurier américain et lettré excentrique acheta un terrain sur le site du tophet et y poursuivit des investigations archéologiques36. Grâce à une politique de propagande en faveur du développement des recherches à Carthage, il parvint à mobiliser les meilleurs orientalistes américains : Francis Kelsey, professeur à l’université du Michigan, et Donald Harden, jeune assistant de l’université d’Aberdeen qui deviendra conservateur au British Museum – on lui doit l’établissement de la stratigraphie du site, déterminée par la classification des céramiques – participèrent, entre autres, aux fouilles de 1924-192637. Dans les années 1970, une équipe de l’American Schools of Oriental Research (ASOR) rappelle cette action et envisage donc une reprise en main américaine de ce secteur. La Tunisie, froissée par l’affaire Cintas et désormais souveraine dans ses choix, n’hésite pas, alors, à céder l’exploitation archéologique du site à une équipe rivale de la France. Lawrence Stager, professeur à l’Oriental Institute de l’université de Chicago, dirige ainsi les recherches sur le fameux tophet carthaginois entre 1975 et 1979. La rivalité franco-américaine des années 1920 se rejoue donc quelque cinquante ans plus tard, avec une issue inverse : dans la Tunisie indépendante, ce sont les Américains qui l’emportent. Cependant, l’histoire semble se reproduire, la Tunisie attendant toujours la publication de ces fouilles américaines.

La bataille des représentations : les Carthaginois sacrifiaient-ils leurs enfants ?

18À terme, l’enjeu des rivalités pour l’exploitation d’un site archéologique est l’analyse des données mises au jour par le travail de terrain. Leur interprétation aboutira au dessin d’une représentation construite sur des bases scientifiques et appelée à participer à la fabrique d’une mémoire collective.

19Aux fouilles du tophet est attachée la question des sacrifices d’enfants à Carthage qui sera envisagée ici sous l’angle particulier du rôle que peut y tenir l’évocation qu’en a donnée Flaubert dans son Salammbô.

« La rôtisserie des moutards » de Flaubert

  • 38  Martin J., 1977, p. 5.
  • 39  Cette filiation est d’ailleurs ouvertement revendiquée par l’auteur, cf. Martin J. et Henin V., 20 (...)

20Parce qu’elle renvoie à des valeurs morales universelles, la question des sacrifices humains ne laisse personne indifférent ; tout un chacun, spécialiste des sciences du passé ou non, manifeste une certaine sensibilité à son égard. Témoin privilégié de l’imagerie populaire, la bande dessinée est un excellent observatoire des représentations du grand public. Jacques Martin, auteur et dessinateur des célèbres aventures d’Alix, est le premier à mettre en images des scènes de sacrifices humains au temps de la Carthage punique. Dans L’île maudite (1970), son intrépide héros gaulois combat ainsi la féroce barbarie de Carthaginois terrorisés qui offrent en sacrifice des victimes humaines à un dieu sanguinaire, cruel et terrifiant. La statue mécanique du prétendu Moloch ainsi que d’autres artifices de ces holocaustes, à savoir, les flammes, les cendres ou la fumée apparaissent à nouveau dans l’album Le spectre de Carthage (1977) où Alix, à la fois épouvanté et écœuré par ce spectacle voulu sinistre, s’écrie : « Je crois que là, les hommes ont atteint le tréfonds de l’horreur !38 » Tous les éléments de cette représentation haute en couleur sont référencés : ils sont directement inspirés de Flaubert39.

21Salammbô devient en effet, dès sa parution en 1862, un texte obligé en matière de civilisation carthaginoise, et le XIIIe chapitre de ce livre, intitulé « Moloch », en devient le passage d’anthologie. La description de la cérémonie de sacrifices d’enfants qui y est faite est percutante par la monstruosité qu’elle prétend susciter :

  • 40  Flaubert G., 2001, p. 331-332.

« Les victimes à peine au bord de l’ouverture disparaissaient comme une goutte d’eau sur la plaque rougie ; et une fumée blanche montait dans la grande couleur écarlate. Cependant l’appétit du Dieu ne s’apaisait pas. Il en voulait toujours. Afin de lui en fournir davantage, on les empila sur ses mains avec une grosse chaîne par-dessus, qui les retenait. Des dévots au commencement avaient voulu les compter, pour voir si leur nombre correspondait aux jours de l’année solaire ; mais on en mit d’autres ; et il était impossible de les distinguer dans le mouvement vertigineux des horribles bras. Cela dure longtemps, indéfiniment, jusqu’au soir. Puis les parois intérieures prirent un éclat plus sombre. Alors on aperçut des chairs qui brûlaient. Quelques-uns même croyaient reconnaître des cheveux, des membres, des corps entiers. Le jour tomba ; des nuages s’amoncelèrent au-dessus du Baal. Le bûcher, sans flammes à présent, faisait une pyramide de charbons jusqu’aux genoux ; complètement rouge comme un géant tout couvert de sang, il semblait, avec sa tête qui se renversait, chanceler sous le poids de son ivresse40

  • 41  « Il y avait à Carthage une statue de Cronos en bronze, les mains étendues, la paume en haut, et p (...)
  • 42  G. Flaubert à E. Feydeau, 17 août 1861. Flaubert G., 1980,t. III, p. 169-170, p. 170.

22Dans cet extrait, lui-même essentiellement basé sur le récit de Diodore de Sicile41, Flaubert force sciemment les traits de cette représentation pour choquer les bourgeois de son temps – par provocation, il se vantait dans sa correspondance de faire « brûler les moutards42 » – et déranger les consciences. La réussite de l’écrivain est complète : plus d’un siècle après sa publication, cette évocation des mœurs carthaginoises volontairement outrancière influence encore jusqu’aux textes des sémitisants eux-mêmes. L’essai de reconstitution du sacrifice du punicologue James Février en est un exemple presque caricatural :

  • 43  Fevrier J., 1960, p. 184. Ce texte est reproduit à l’identique dans Fevrier J., 1964, p. 15-16.

« C’est la nuit. Nuit qui sans doute n’est pas trop obscure, car nous sommes à Carthage, mais qui ajoute au mystère. La scène semble être éclairée seulement par le brasier allumé dans la fosse sacrée, le tophet : on en voit les reflets plutôt que la lueur. Mais la grande statue de bronze de Ba’al Hammon, dressée tout au bord de la fosse sacrée, vers laquelle elle tend les mains, rougeoie sous la flamme. Devant la statue [...] se tiennent les joueurs de flûte et de tambourin, qui font un vacarme assourdissant. Le père et la mère sont présents. Celle-ci ne doit […] ni pleurer, ni gémir. Ils remettent le bébé à un prêtre, qui s’avance le long de la fosse, égorge l’enfant de façon ‘‘mystérieuse’’, c’est-à-dire probablement selon un rituel spécial, dont les spectateurs, derrière les officiants et les musiciens, discernent mal les détails. Puis il place la petite victime sur les mains étendues de la statue divine, d’où elle roule dans le brasier. Cependant la foule, affolée par le bruit et par l’odeur de la chair brûlée, oscille en cadence, sur un rythme dément, qui se précipite sous les coups des tambourins. L’offrande de chaque nouvelle victime accroîtra cette frénésie collective43. »

  • 44  Idem, p. 184.

23L’auteur conclut par une formule qui a tout d’un aveu : « Je ne crois pas avoir cédé à un romantisme malsain44 ».

  • 45  L’introduction commence ainsi : « Flaubert entreprit d’écrire le roman carthaginois qui reçut dans (...)
  • 46  Le nom du romancier figure donc aux côtés de ceux d’illustres historiens académiciens auteurs de s (...)
  • 47  Par extension Salammbô désigne également le quartier de Carthage situé à proximité des ports puniq (...)

24Flaubert est la référence par excellence sur Carthage au point que pas un ouvrage d’histoire ou d’archéologie traitant de l’antique cité n’y fasse au moins une allusion. Le best-seller des Picard sur La vie quotidienne à Carthage au temps d’Hannibal s’ouvre et se clôt sur des rapprochements avec le texte flaubertien : si les auteurs soulignent l’écart entre la magnificence évoquée dans le roman et la pauvreté des trouvailles archéologiques, Salammbô s’impose néanmoins comme un étalon45. Dans la préface de son guide sur Carthage, le docteur Carton va jusqu’à suggérer aux visiteurs de s’initier à ces ruines par la lecture des plus « grands maîtres » : Boissier, Gsell et Flaubert !46 Plus symptomatique encore de la marque laissée par Flaubert sur l’archéologie carthaginoise est l’appellation donnée au site défini comme le tophet de Carthage : le vocable Salammbô, nom de l’héroïne du roman éponyme, a en effet été retenu pour identifier ce site, désigné donc comme le tophet de Salammbô47.

  • 48  En témoignent les premières publications à son sujet : Icard F., 1922 ou Poinssot L. et Lantier R. (...)
  • 49  Ce mot hébreu qui désigne dans l’Ancien Testament un lieu de sacrifices humains situé à proximité (...)

25Caractérisé par la superposition de différentes couches archéologiques contenant chacune une variété spécifique de stèles votives qui surmontent des urnes réceptacles d’ossements calcinés humains et/ou animaux et éventuellement quelques bijoux et/ou amulettes, ce site est d’abord qualifié de « sancturaire » ou d’« area sacrée »48. Des connexions avec d’autres découvertes archéologiques – un site similaire a été découvert à Motyè, en Sicile, par Whitaker en 1919 – ainsi que la confrontation des textes bibliques et des sources gréco-latines à la réalité des données de terrain conditionnent la désignation du site découvert à Carthage en 1921 par le mot « tophet »49.

  • 50  Si l’archéologue ne rejette aucunement l’existence de sacrifices d’enfants à Carthage, il désappro (...)
  • 51  Pallary P., 1922, p. 206-211.
  • 52  À l’annonce des résultats de ces analyses médicales, Saumagne écrit : « L’imagination du public, q (...)

26Aussitôt rendue publique, cette découverte provoque un débat animé entre partisans et détracteurs de la thèse accréditant l’existence des sacrifices d’enfants à Carthage. L’opposition de vues entre Flaubert et Froehner, conservateur adjoint des Antiquités au musée du Louvre, qui avait défrayé la chronique au moment de la parution de Salammbô se transpose à une époque où l’archéologie a payé50. Les premiers résultats de la fouille conduite sur le tophet semblent concorder avec les récits des auteurs anciens – et donc sur celui de Flaubert – : les analyses médicales du contenu des urnes funéraires révèlent qu’il s’agit bien d’ossements humains calcinés51. Une faible minorité de sceptiques, dont l’historien, juriste et haut fonctionnaire du protectorat, Charles Saumagne, invite à la prudence et met en garde contre l’emportement général causé par « le souvenir de Flaubert »52. Mais ces appels restent vains : une majorité écrasante donne foi à l’authenticité de l’appétit macabre du dieu carthaginois.

27L’histoire officielle, qui défendait cette thèse déjà dominante avant la découverte du tophet, croit voir son discours conforté par les données archéologiques. Alors qu’Auguste Pavy écrivait autour de 1900 dans son Histoire de la Tunisie :

  • 53  Pavy A., sd., p. 21.

« C’est à ce dieu [Baal Hammon] que Carthage offrait des victimes humaines longtemps encore après que ces immolations barbares étaient réprouvées par le reste du monde civilisé. C’est à ce Moloch qu’elle sacrifiait des nouveau-nés. C’était pour lui que les enfants les plus nobles des familles carthaginoises roulaient en hurlant de douleur des mains ouvertes de la gigantesque statue du monstrueux Baal dans l’ardente fournaise qui rougissait jusqu’au ventre de bronze du colosse. Aux jours de crise et d’expiation, les bras d’airain du Moloch allaient vite. Ils ne s’arrêtaient pas. Les victimes, à peine posées sur les horribles doigts, disparaissaient dans un mouvement vertigineux, comme une goutte d’eau sur une plaque brûlante, et une fumée blanche montait seule au milieu des cris d’épouvante et des chants mystiques, sous les yeux des mères qui devaient être là impassibles et vêtues d’habits de fête53. »

28Arthur Pellegrin, qui écrit la sienne une vingtaine d’années après les premières fouilles sur le site de Salammbô, allie les arguments textuels et archéologiques :

  • 54  Pellegrin A., 1944, p. 42.

« Ces divinités [Tanit et Baal Hammon] étaient célèbres à cause de leur culte barbare, qui exigeait des sacrifices humains, en particulier des immolations d’enfants. D’après Diodore de Sicile, le Baal ou Kronos était représenté par une statue d’airain dont les mains articulées recevaient la victime et la laissaient tomber dans un gouffre plein de feu. On avait cru pendant longtemps que les anciens avaient exagéré en parlant de sacrifices d’enfants. Or les fouilles pratiquées en 1921, sur l’emplacement du sanctuaire punique dit de Tanit ont fait découvrir de nombreuses stèles portant des inscriptions dédicatoires à Tanit et à Baal Hammon et recouvrant des urnes qui contenaient des ossements calcinés d’enfants ayant quelques mois, les plus âgés douze ans. C’est la preuve irrécusable que les Carthaginois brûlaient vifs des enfants pour honorer leurs dieux54. »

  • 55  Cette thèse se veut résolument nationale, Chedli Klibi, ministre des Affaires culturelles, écrit a (...)

29Même après l’indépendance, lorsque l’histoire officielle devient nationale, la position des historiens sur les sacrifices humains à Carthage n’évolue guère : ce qui semble relever de l’évidence archéologique ne peut être éludé. La publication de la première thèse d’histoire ancienne tunisienne faite par Salah Eddine Tlatli, ancien directeur de l’Institut national d’archéologie et d’art, et qui prétend « décoloniser l’histoire »55, confirme l’existence de cette pratique. Son auteur, « un Carthaginois », selon l’expression du ministre Chedli Klibi, avance néanmoins une argumentation destinée à faire de la chose une non spécificité carthaginoise :

  • 56  Tlatli S. E., 1978, p. 198.

« Pourquoi flétrir la seule Carthage de ces rites barbares généralisés et la charger de tous les péchés d’Israël, tandis qu’on trouve naturel et presque attendrissant qu’Agamemnon immole sa fille Iphigénie pour qu’un vent favorable se lève sur sa flotte ou que David sacrifie les sept fils de son prédécesseur Saül pour faire tomber un peu de pluie sur la terre assoiffée de sa patrie ? La civilisation carthaginoise n’était pas plus barbare sur ce terrain que celle des autres peuples de l’antiquité56. »

30Hormis cette recherche de banalisation, le fond du propos reste donc inchangé. Ainsi, les premiers guides toutistiques de cru national confirment la vision qui prévalait à l’époque coloniale. Hédi Slim et Abdelmajid Ennabli présentent le tophet en des termes peu équivoques :

  • 57  Ennabli A. et Slim H., sd, p. 36. M’Hamed Hassine Fantar présente le site en des termes équivalent (...)

« Redoutable enclos sacré où les Puniques pratiquèrent le sacrifice de leurs progénitures aux divinités protectrices de la cité, Baal Hammon et Tanit. Le visiteur aura certainement beaucoup de mal à imaginer que ce paisible jardin fleuri fut autrefois et pendant près de six siècles, le théâtre d’épouvantables cérémonies »57.

  • 58  Tlatli S. E., 1985, p. 105-116.
  • 59  Picard G.-C. et C., 1958, p. 39.
  • 60  Tlatli S. E., 1978, p. 196.

31La thèse développée au temps du protectorat français perdure donc ; il en est, logiquement, de même pour la référence obligée à Flaubert. Dans un article consacré à la question des sacrifices, Tlatli construit en effet sa démonstration historique Salammbô à l’appui, tantôt pour saluer le travail de l’écrivain tantôt pour en dénoncer l’invraisemblance58. L’héritage scientifique et littéraire de la période coloniale a une vertu active sur la jeune archéologie tunisienne. La nationalisation de l’histoire n’implique pas forcément la négation ou le rejet de la tradition historiographique précédente, ce qu’illustre parfaitement le cas traité ici. La filiation scientifique met à mal l’idée d’une opposition entière et brutale entre « un avant » et « un après » indépendance. Gilbert-Charles Picard, dernier directeur français des Antiquités de Tunisie (1942-1955), cultivant pourtant un discours peu tendre à l’égard des Carthaginois – « Le désordre du tophet, la pauvreté des offrandes, la grossièreté des cippes témoignent d’autant mieux de l’indifférence esthétique des Carthaginois, de leur insensibilité aux arts, qu’ils contrastent avec l’atrocité du sacrifice lui-même »59 – n’en n’est pas moins reconnu comme son « maître » par le nationaliste virulent qu’avait pu être Tlatli60.

De la digestion de Salammbô

  • 61  Cf. Benichou-Safar H., 1981 et 1982 ; ces études sont le point de départ de l’argumentation que l’ (...)

32La révolution historiographique concernant la question des sacrifices humains à Carthage n’intervient donc pas au lendemain de l’indépendance – moment auquel on l’aurait aisément imaginée – elle n’est, de surcroît, pas le fait des néo-nationaux – instigateurs supposés de tels bouleversements historiographiques. Dans la lancée d’Otto Eissefeldt, qui a démontré en 1935 que le terme « Molk » désigne en fait un rituel d’offrande et non un prétendu dieu « Moloch » dont il balaie par là-même l’existence, ou de Claude Schaeffer, fouilleur du site d’Ougarit dans les années 1950, qui analysait déjà les tophets comme des nécropoles d’un type particulier, des chercheurs français bouleversent l’historiographie dans les années 1980. S’appuyant sur une recherche conduite dans les nécropoles carthaginoises, Hélène Bénichou-Safar avance l’idée que l’absence quasi totale de tombes enfantines (moins de 5 %, contre 95 % de tombes d’adultes ou d’adolescents), alors même que la mortalité infantile était très élevée, pouvait s’expliquer par le fait que le tophet de Carthage, abritant des restes humains, composés à 100 % d’enfants, constituerait, en réalité, le lieu d’ensevelissement des très jeunes individus morts naturellement61. Cet argument d’ordre archéologique conforté par une relecture des sources gréco-latines mettant l’accent sur le silence de la plupart des auteurs anciens sur ce point ainsi que sur les contradictions entre les rares mentions existantes, suscitent une révision du problème des sacrifices ; dans une synthèse sur L’univers phénicien, Michel Gras, Pierre Rouillard et Javier Teixidor concluent par l’interrogative leur texte sur le tophet :

  • 62  Cet ouvrage est écrit en 1986 et publié pour la première fois en 1989 chez Arthaud ; Gras M., Roui (...)

« Le tophet fut très probablement un cimetière d’enfants (morts-nés, prématurés, difformes) mais aussi un lieu sacré où des animaux étaient sacrifiés pour demander à Baal Hamon un autre enfant à la place de celui qu’on incinérait. Les prières sont toujours adressées au même dieu, et même si les formules sont obscures voire incompréhensibles, on sait que Baal Hamon, au Proche-Orient ancien, ne fut jamais connu comme aimant les sacrifices d’enfants : pourquoi serait-il devenu parmi les Phéniciens de la Méditerranée, à partir du VIIIe ou du VIIe siècle, le Cronos friand d’enfants dont parle la mythologie62 ? »

  • 63  Moscati S., 1987, p. 3-15.
  • 64  Pour une approche historiographique détaillée, voir : Gras M., Rouillard P. et Teixidor J., 1995, (...)
  • 65  Stager L., 1992.

33Le renversement de perspective engagé s’affirme avec l’intervention du sémitologue Sabatino Moscati à l’Académie des Lincei en 1987 : le sacrifice d’enfants rituel et sanguinaire n’avait pas cours à Carthage ; le tophet ne serait qu’une nécropole pour les enfants morts-nés ou morts en bas âge63. Un pavé est lancé dans la mare des sémitisants64. La polémique fait rage. Face à ce courant révisionniste, se dresse une opposition farouche. Pour Lawrence Stager, directeur de la mission américaine de la campagne internationale pour la sauvegarde de Carthage (1975-1979), la pratique des sacrifices d’enfants est attestée par les résultats des analyses effectuées sur le contenu d’une centaine de dépôts votifs recueillis sur le site ; les sacrifices répondraient, pour l’archéologue, à des raisons d’ordre économique plus que religieux : la thèse de la régulation des naissances, qui serait pratiquée dans le but d’une conservation raisonnée du patrimoine foncier et financier carthaginois est en effet défendue65.

  • 66  Cf. Lancel S., 1995, p. 348 ; l’auteur renvoie à sa propre expérience de fouilleur, cf. Lancel S., (...)
  • 67  Voir notamment Benichou-Safar H., 2004 : « S’agissant du sacrifice humain et de sa relation avec l (...)

34Le débat autour du sacrifice d’enfants à Carthage, relancé et entretenu avec vigueur depuis une vingtaine d’années, est loin d’être clos. Une position médiane rassemble néanmoins, aujourd’hui, le plus grand nombre. La réalité du sacrifice ne peut être niée au vu de certaines données archéologiques et épigraphiques. L’hypothèse qui faisait du tophet un cimetière d’enfants en s’appuyant sur l’absence de sépultures enfantines dans les nécropoles traditionnelles ne résiste pas à l’argument qui explique cette rareté par la négligence d’archéologues souvent trop pressés pour qui ces sépultures modestes, mais présentes, seraient passées inaperçues66. D’autre part, la dimension rituelle du lieu, matérialisée par la présence de stèles votives, fait du tophet un sanctuaire et non une simple nécropole. Enfin, le caractère votif de certaines inscriptions où il est fait mention d’un rite MLK tenu pour un rite sacrificiel prouve l’existence de la pratique du sacrifice d’enfants. L’archéologie a – provisoirement ? – tranché la question : il y avait bien des sacrifices d’enfants à Carthage mais ils n’étaient ni massifs ni systématiques67.

  • 68  Serge Lancel met en garde contre les dérives provoquées par ce genre de parti-pris ; il écrit en 1 (...)

35Certains, pourtant, mus par des motivations d’ordre personnel ou identitaire, s’obstinent, à les nier68. À l’heure où ce que l’on pourrait appeler la mode du carthaginisme sévit en Tunisie – en témoignent les références omniprésentes à Hannibal, promu héros national, le boom de la production littéraire relative à la Carthage punique, ou même l’ouverture à Hammamet d’un parc à thème, Carthageland, où les attractions proposent aux visiteurs de revivre les très riches heures de la cité de Didon –, les conclusions archéologiques sur l’existence des sacrifices d’enfants à Carthage accusées de ternir l’image de l’illustre civilisation punique, sont jugées irrecevables. Les idéologues ont tôt fait d’intervenir dans le débat ; le journaliste, écrivain et éditeur Abdelaziz Belkhodja prend ainsi position :

  • 69  www.apollonia.com. Il est vrai que la publication des analyses américaines, comme on l’a vu plus h (...)

« En fait, Rome et les romanophiles n’ont jamais accepté la supériorité politique, économique, humaniste et culturelle de la sémitique Carthage. À un simple criminel on reconnaît le bénéfice du doute. À la « Reine des mers » qui a culturellement, économiquement et politiquement rayonné pendant six siècles sur la Méditerranée occidentale, on le refuse. Cette mentalité est un véritable sacrifice fait à l’intelligence, par le feu de l’aveuglement et de l’idée fixe69. »

  • 70  Fantar M. H., 1998, p. 77.

36L’enjeu d’une telle polémique est fondamental dans la Tunisie d’aujourd’hui : il en va de la réputation d’ancêtres, plus honorables seraient-ils, si l’archéologie prouvait qu’ils ne s’adonnaient pas à une pratique jugée intolérable par la conscience contemporaine. Si bien que l’existence des sacrifices est reléguée au domaine de la non histoire précisément par les historiens : « Il demeure possible de l’envisager [la pratique des sacrifices] pour des époques très lointaines qui plongent dans les profondeurs de la préhistoire et de la mythologie », écrit ainsi le punicologue M’Hamed Hassine Fantar, titulaire de la chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions70.

  • 71  Moscati S., 1991, p. 8 et sq.

37Carthage est érigée en victime, on en fait la mal aimée de l’histoire. Un procès est alors intenté à Flaubert. L’écrivain est accusé d’avoir édifié une représentation monstrueuse de Carthage à laquelle on a donné foi ; il est jugé coupable d’être à l’origine d’une gigantesque méprise historiographique faisant de la pratique des sacrifices d’enfants une réalité convenue. Moscati, qui est le premier à imputer une telle responsabilité à Flaubert71, fait des émules. Fantar part en guerre contre la « propagande anti-carthaginoise » et s’insurge contre le parti pris par l’écrivain :

  • 72  Fantar M. H., 1998, p. 75.

« Pour la reconstitution de la cérémonie cultuelle, on se référa aux textes des auteurs anciens auxquels Gustave Flaubert donna une large diffusion et un crédit regrettable dans Salammbô. Dès lors, on n’hésitait plus à parler de statue de bronze dont les bras accueillaient d’innocentes victimes pour les jeter au feu en présence de leurs parents. De nombreux historiens s’attachaient à souligner ces faits, non sans exprimer leur indignation devant ces actes de barbarie et de cruauté, commis par les Carthaginois acceptant d’offrir leurs enfants en sacrifice à une divinité sanguinaire72. »

  • 73  Bertrand L., 1923, p. 38.
  • 74  Fantar M. H., 2007, p. 26.

38Les généalogies évoluent donc en fonction du présent qui les fabrique. À l’époque coloniale, alors que les ancêtres de l’histoire officielle étaient les Romains – a fortiori christianisés – il était de bon ton de faire des Carthaginois des barbares aux mœurs détestables ; Louis Bertrand, porte-parole de cette idéologie dénonçait volontiers les « obscurs instincts de cruauté » des Orientaux73. Dans la Tunisie indépendante, une valorisation inversée de ce passé s’opère progressivement. Mais, à l’heure de la globalisation, les rapports ne sont plus exclusivement centrés sur les couples France-Rome et Tunisie-Carthage ; c’est par l’intervention du savant italien Moscati, inspirée notamment par les travaux d’Hélène Bénichou-Safar, que la position sur les sacrifices d’enfants se renverse – preuve également que les progrès de l’archéologie ont quelque poids dans cette affaire où les enjeux idéologico-identitaires s’expriment avec superbe –, ce qui complexifie le tableau : il y aurait, schématiquement, un Occident, incarné par les États-Unis dont les archéologues soutiennent l’existence des sacrifices, et un Orient, incarné par les Méditerranéens dont les archéologues défendent la thèse contraire. C’est du moins ce que laissent entendre ces propos de Fantar interrogé sur l’historiographie du monde punique : « Malgré quelques réfractaires [allusion aux Américains], on se dirige vers plus d’objectivité, grâce notamment aux apports de ceux qu’on pourrait considérer comme les légataires du patrimoine carthaginois. [Tunisiens, Italiens – l’influence de Carthage en Sicile et en Sardaigne est immense – et Français ?]74 », preuve qu’en archéologie, les implications d’une généalogie ne sont jamais totalement absents.

39Parce qu’elle convoque différentes temporalités, l’archéologie occupe une place toute particulière dans le processus de construction mémorielle. La distance d’un passé lointain s’efface par l’entreprise de remise au jour à l’œuvre. Mais la mémoire des pierres, c’est aussi l’histoire de leur seconde vie, celle qui débute avec leur (re)découverte. Ainsi, en même temps qu’elle hérite de la civilisation carthaginoise, la Tunisie hérite de la lecture coloniale qui en a été faite. Le défi est donc pour la mémoire nationale de faire sien un passé ancien auquel se sont greffés des sédiments plus récents. Le domaine carthaginois, moins marqué par l’archéologie coloniale que le domaine romain, est investi par l’archéologie nationale : plus on avance dans l’histoire, plus la mémoire va chercher loin d’éventuelles origines. Les Libyques seraient-ils donc promis à un brillant avenir ?

40Le message délivré par l’actuelle exposition sur les Phéniciens évoquée en introduction, met en avant l’héritage qu’ont en commun les Méditerranéens ; s’il est une mémoire commune, elle ne peut toutefois être partagée qu’à la condition de ne pas céder à la tentation confortable de lisser les rugosités de l’histoire dont le problème des sacrifices d’enfants à Carthage fait partie.

Haut de page

Bibliographie

Amadasi Guzzo Maria Giulia, 2007, Carthage, Paris, PUF, Coll. Que sais-je.

Benichou-Safar Hélène, 1981, « À propos des ossements humains du tophet de Carthage », Rivista di Studi Fenici, 9, p. 5-9.

— 1982, Les tombes puniques de Carthage. Topographie, structures, inscriptions et rites funéraires, Paris, CNRS.

— 2004, Le Tophet de Salammbô à Carthage. Essai de reconstitution, Rome, EFR.

— 2007, « Les rituels funéraires des Puniques », in La Méditerranée des Phéniciens. De Tyr à Carthage, Paris, Somogy éditions d’art/IMA, p. 247-255.

Bertrand Louis, 1923, Gustave Flaubert, Paris, Ollendorff.

Boissier Gaston, 1895, L’Afrique romaine : promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie, Paris, Hachette.

Carton Louis, 1923, La beauté des ruines de Carthage, Paris, Néreys.

Cintas Pierre, 1970, Manuel d’archéologie punique, tome I, Paris, Picard.

— 1976, Manuel d’archéologie punique, tome II, Paris, Picard (Serge Lancel éditeur scientifique).

Dupuy Aimé, 1954, En marge de Salammbô. Le voyage de Flaubert en Algérie-Tunisie (avril-juin 1858), Paris, Nizet.

Delavoye Claire-Marie, 1999, Flaubert Gustave, Carnet de voyage à Carthage, Rouen, Publications de l’université de Rouen, p. 5-19.

Dridi Hédi, 2006, Carthage et le monde punique, Paris, Les Belles Lettres (Guide des civilisations).

Ennabli Abdelmajid (dir.), 1992, Pour sauver Carthage : exploration et conservation de la cité punique, romaine et byzantine, Paris/Tunis, UNESCO/INAA.

Ennabli Abdelmajid et Slim Hédi, sd., Carthage. Le site archéologique, Tunis, Cérès.

Euzennat Maurice, Duval Noël, Hallier Gilbert et Mougin Louis, 1968 (janv.), La mise en valeur du patrimoine monumental en vue du développement économique, Paris, UNESCO.

Fantar M’Hamed Hassine, 1973, Carthage, Tunis, Maison tunisienne de l’édition.

— 1998, Carthage, cité punique, Paris/Tunis, CNRS/Alif.

— 2007, « Entretien », Historia, n° 723, p. 26-29.

Fevrier James, 1960, « Essai de reconstitution du sacrifice Molek », Journal asiatique, p. 167-187.

— 1964, « Les rites sacrificiels chez les hébreux et à Carthage », Revue des études juives, p. 7-18.

Flaubert Gustave, 1999, Carnet de voyage à Carthage, texte établi par Claire-Marie Delavoye, Rouen, Publications de l’université de Rouen.

— 1980, Correspondance, t. II (1851-1858), édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, La Pléiade.

— 1980, Correspondance, t. III (1859-1868), édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, La Pléiade.

— 2001, Salammbô, présentation de Gisèle Séginger, Paris, Garnier Flammarion.

Fontan Élisabeth, 2007, « L’énigme phénicienne », Connaissance des arts – La Méditerranée des Phéniciens, p. 4-10.

Froehner Guillaume, 1862, « Le roman archéologique en France », Revue contemporaine, t. 30, p. 853-870.

Gras Michel, Rouillard Pierre et Teixidor Javier, 1995, L’univers phénicien, Paris, Hachette (Pluriel Histoire).

Gsell Stéphane, 1913-1928, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, Hachette, 8 t.

Gutron Clémentine, « Salammbô : une leçon d’archéologie par Flaubert », à paraître.

Icard François, 1922, « Découverte de l’area du sanctuaire de Tanit à Carthage », Revue Tunisienne, p. 195-205.

Khun de Prorok Byron, 2004, Digging for Lost African Gods. Five Years Archaeological Excavation in North Africa, Santa Barbara, The Narrative Press.

Kelsey Francis, 1926, Excavations at Carthage, London, Mac Millan and Co.

lancel Serge, 1982, Byrsa II. Mission archéologique française à Carthage. Rapports préliminaires des fouilles 1977-1978, Rome, EFR.

— 1995, « Questions sur le tophet de Carthage », Dossiers d’archéologie, p. 40-46.

— 1999, Carthage, Tunis, Cérès.

Martin Jacques, 1970, L’île maudite, Tournai, Casterman.

— 1977, Le Spectre de Carthage, Casterman.

Martin Jacques et Henin Vincent, 2000, Les Voyages d’Alix. Carthage, Tournai, Casterman.

Moscati Sabatino, 1987, « Il sacrificio punico dei fanciulli : realtà o invenzione ? », Roma, Academia nazionale dei Lincei, (14 février), p. 3-15.

— 1991, Gli adoratori di Moloch, Milano, Jaca Book.

Nekarda J., Paris Y., La Francesca R., Curiel M., Steinebasch M., Chemetov P., 1969 (nov.), Mise ne valeur du patrimoine monumental de la région Tunis-Carthage en vue du développement économique, Paris, UNESCO.

Pallary Paul, 1922, « Note sur les urnes funéraires trouvées à Salammbô », Revue Tunisienne, p. 206-211.

Pavy Auguste, sd, Histoire de la Tunisie, Tunis, Bouslama.

Picard Colette et Gilbert-Charles, 1958, La vie quotidienne à Carthage au temps d’Hannibal, Paris, Hachette.

Pellegrin Arthur, 1944, Histoire de la Tunisie, Tunis, La Rapide.

Poinssot Louis et Lantier Raymond, 1923, Un sanctuaire de Tanit à Carthage, Paris, Leroux.

Saumagne Charles, 1922, « Notes sur les découvertes de Salammbô », Revue Tunisienne, p. 231-251.

Soren David, Ben Abed Ben Khader Aïcha, SLIM Hédi, 1995, Carthage. Splendeur et décadence d’une civilisation, Paris, Albin Michel.

Stager Lawrence E., 1992, « Le tophet et le port commercial », in Ennabli Abdelmajid (dir.), 1992, Pour sauver Carthage, Paris/Tunis, UNESCO/INAA, p. 73-78.

Tlatli Salah Eddine, 1978, La Carthage punique. Étude urbaine, Paris, Mainsonneuve.

— 1985, « Les sacrifices humains dans la Carthage punique », Multiple Tunisie, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, p. 105-116.

Vassel Eusèbe, 1923, Les enseignements du Sanctuaire punique de Carthage.

Vassel Eusèbe et Icard François, 1922, « Les inscriptions votives du temple de Tanit à Carthage », Revue Tunisienne, p. 212-230.

Verite Jacques, 1988, La campagne internationale pour la sauvegarde de Carthage 1972-1988,

Haut de page

Notes

1  Fontan E., 2007, p. 10.

2  Dridi H., 2006, p. 9.

3  J’exprime ici mes plus sincères remerciements à Béji Ben Mami, directeur de l’Institut national du patrimoine de Tunisie et à Pierre-Yves Bertrand, attaché pour la coopération scientifique et technique à l’Institut français de coopération de Tunis, qui m’ont autorisée à consulter ces archives. Je remercie également Michel Gras, directeur de l’École française de Rome, pour m’avoir donné accès au fonds de cet établissement et pour la relecture qu’il a bien voulu faire de ce texte. Il convient de préciser que les références données ici pour ce qui concerne les archives de l’École française de Rome sont celles d’un ancien système de cotation, aujourd’hui obsolète.

4  Sur l’historique des fouilles ainsi que sur l’historiographie relative à la question des sacrifices d’enfants les références suivantes nous ont été particulièrement utiles : Benichou-Safar H., 2004 ; Gras M., Rouillard P. et Teixidor J., 1995 ; et Lancel S., 1999.

5  Les résultats les plus importants sont fournis dans Euzennat M., Duval N., Hallier G. et Mougin L., 1968.

6  Nekarda J., Paris Y., La Francesca R., Curiel M., Steinebasch M., Chemetov P., 1969.

7  L’esprit de la campagne est clairement énoncé dans leur discours : « Devant le développement naturel de la ville [Carthage] qui pousse irrésistiblement ses avancées jusqu’au voisinage immédiat d’un site historique encore insuffisamment exploré, il ne serait pas réaliste, ni même juste de vouloir freiner à tout prix l’urbanisation. Ce qu’il faut, c’est ordonner cette urbanisation en l’harmonisant au style naturel du site et à la signification de son histoire et de sa culture. », cité in Verite J., 1988, p. 9.

8  Voir Ennabli A. (dir.), 1992.

9  Le directeur général de l’UNESCO sollicite son ministre des Affaires étrangères : « Je vous serais très obligé de bien vouloir me faire connaître, afin que je puisse en informer le gouvernement tunisien, les initiatives que des organismes publics ou privés de votre pays envisageraient de prendre pour contribuer, dans les conditions que j’ai indiquées, à la redécouverte et à la sauvegarde du site de Carthage. », Lettre du 19/05/1972. Archives de l’École française de Rome, carton 44/15, dossier « Commission mixte de Coopération archéologique et historique entre la France et la Tunisie, 24-25 octobre 1972 ».

10  Les procès-verbaux de cette Commission, instituée en 1970, sont produits par le ministère français des Affaires étrangères qui en adresse une copie à chacune des institutions représentées ; ces documents ont ainsi été consultés à l’École française de Rome qui n’en n’est qu’un dépositaire parmi d’autres.

11  « La délégation tunisienne présente les grandes lignes du projet Tunis-Carthage ; elle souligne l’importance qu’elle lui accorde et, compte tenu des travaux scientifiques effectués par la France sur ce site, souhaite de cette dernière une participation singulière à ce projet. La délégation française prend note des précisions qui ont été apportées par la délégation tunisienne et se déclare disposée à apporter son concours sur le plan scientifique à ce projet ; elle examinera avec la plus grande attention les dossiers techniques qui lui seront présentés », procès-verbal de la Commission mixte de coopération archéologique entre la Tunisie et la France, p. 9. Archives de l’École française de Rome, carton 44/15, dossier « Commission mixte de Coopération archéologique et historique entre la France et la Tunisie, 24-25 octobre 1972 ».

12  « J’ai su, comme tout le monde, les projets de l’UNESCO concernant Carthage ; j’ai su aussi qu’un certain nombre de nos amis français, à titre individuel, avaient commencé à faire de vagues offres de service ou en tout cas, à méditer d’éventuels projets. Or vous savez qu’actuellement en accord avec la Direction générale des relations culturelles et à sa demande, l’École française de Rome a, d’une certaine manière, repris des activités en Tunisie et que d’autre part, nous tentons de coordonner les initiatives françaises, dans le monde de l’archéologie et de l’histoire, en Méditerranée ». Lettre du 31/07/1972, Georges Vallet à Michel Conil-Lacoste (UNESCO, Division des études de cultures). Archives de l’École française de Rome, carton 44/16, dossier « Carthage-Byrsa, correspondance 1972-1974 ».

13  Extrait d’une lettre du 05/10/1972 adressée à Georges Gaucher, ambassadeur de France en Tunisie. Archives de l’École française de Rome, carton 44/14, dossier « Correspondance 1970-1978 ».

14  « Il convient que l’attention du directeur général [des relations culturelles] soit attirée sur ce point – il n’est pas possible, l’argent conditionnant le travail, de descendre au-dessous de certains seuils et de traiter cette intervention à Carthage sur le même niveau qu’une petite fouille franco-tunisienne effectuée sur un site parmi d’autres », p. 4. Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet. Archives de l’École française de Rome, carton 44/14, dossier « Correspondance 1970-1978 ».

15  « Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet », p. 4. Archives de l’École française de Rome, carton 44/14, dossier « Correspondance 1970-1978 ».

16  « Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet », p. 4-5. Archives de l’École française de Rome, carton 44/14, dossier « Correspondance 1970-1978 ».

17  « Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet », p. 6-7. Archives de l’École française de Rome, carton 44/14, dossier « Correspondance 1970-1978 ».

18  « J’approuve la recommandation de M. Vallet, qui m’a communiqué son rapport à titre personnel. Ainsi que l’indique le directeur de l’École française de Rome, notre intervention devrait être relativement spectaculaire, d’un haut niveau scientifique et engager des crédits qui ne soient pas dérisoires. Le choix de la colline de Carthage-Byrsa et du Tophet de Salammbô me semble satisfaire les deux premières conditions et le budget prévu pour les recherches sur ces deux sites parfaitement honorable ». Lettre du 14/03/1973, l’ambassadeur de France en Tunisie au ministre des Affaires étrangères. Archives de l’École française de Rome, carton 44/16, dossier « Carthage-Byrsa, correspondance 1972-1974 ».

19  Lettre du 14/03/1973, l’ambassadeur de France en Tunisie au ministre des Affaires étrangères. Archives de l’École française de Rome, carton 44/16, dossier « Carthage-Byrsa, correspondance 1972-1974 ».

20  La possibilité de reprendre les recherches sur le terrain n’est cependant pas mentionnée dans ce document. Cf. « Campagne internationale pour la sauvegarde de Carthage – Participation française – Entente préliminaire », contrat signé le 8 juin 1973. Archives de l’Institut français de coopération, carton 267, dossier « Carthage Byrsa ».

21  « Pour la réalisation du programme sus-indiqué, M. Dupont-Sommer, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sera prié de prendre tout contact nécessaire avec les personnes ayant travaillé dans la zone du « Tophet » et de coordonner l’organisation de l’inventaire. », « Campagne internationale pour la sauvegarde de Carthage – Participation française – Entente préliminaire », p. 3. Archives de l’Institut français de coopération, carton 267, dossier « Carthage Byrsa ». Cette nomination a vocation d’éviter toute querelle de chapelles. Sur les conseils de Vallet encore, Gaucher avait précisé au ministre des Affaires étrangères qu’il faudrait mettre en place « un comité pour coordonner les recherches françaises sur le site de Carthage et éviter que ces recherches, ou bien ne soient la chose d’un seul archéologue, ou bien ne soient entravées par les zizanies de savants concurrents. À la tête d’un tel comité, je suggérais que soit placé un archéologue de réputation indiscutée et dégagé des différentes coteries, tel par exemple, M. Dupont-Sommer », Lettre du 14/03/1973, l’ambassadeur de France en Tunisie au ministre des Affaires étrangères. Archives de l’École française de Rome, carton 44/16, dossier « Carthage-Byrsa, correspondance 1972-1974 ».

22  Klibi inaugure la cérémonie en ces termes : « Carthage et d’autres sites de l’intérieur du pays ont été, durant de longues années, les centres d’intérêt d’une pléiade de brillants chercheurs français. Aussi la France était-elle la mieux placée pour nous apporter son soutien dans la campagne qui vise à sauver Carthage et la Méditerranée de Tunisie de cette forme de pollution, aussi redoutable qu’insidieuse, que constitue, pour l’une le développement accéléré de l’urbanisme, pour l’autre une dégradation continue qui risque de dénaturer et la structure et l’âme d’une cité considérée comme l’une des plus belles du monde islamique. La France le fait aujourd’hui, j’en suis persuadé, par fidélité à sa vocation et à ses traditions d’humanisme qui lui font un devoir moral de participer à toutes les grandes entreprises ayant pour objectif le développement de l’homme et de la culture. Elle le fait aussi, je le sais, par amitié pour la Tunisie à laquelle l’unissent des liens anciens et renouvelés, fondés sur l’estime réciproque et une même foi dans les idéaux essentiels de notre civilisation. », L’Action du 9 juin 1973, tandis que Gaucher poursuit en insistant sur le volet archéologique : « Déjà longue et fort riche est l’histoire de la coopération franco-tunisienne dans le domaine de l’archéologie. Dans le contexte des relations entre nos deux pays le contraire eut il est vrai, été surprenant ! Depuis de nombreuses années les archéologues français, en liaison avec leurs collègues tunisiens, ont participé à la découverte de (ou) à la mise en valeur de nombreux sites et, ainsi, ont apporté leur contribution à la connaissance de l’histoire des différentes civilisations qui se sont succédé dans votre pays depuis trois mille ans. », La Presse du 9/6/1973.

23  Cette coopération a, en revanche, été fructueuse pour ce qui concerne les fouilles de Byrsa.

24  L’auteur n’est guère optimiste quant au délai de sa parution : « dans un premier ouvrage, projeté depuis longtemps, mais dont des circonstances regrettables ont sans cesse obligé de différer la publication jusqu’à présent. Il ne me paraît cependant pas que cette publication puisse être prête pour des jours très prochains. », Cintas P., 1970, p. 311.

25  L’analogie est audacieuse : Coriolan s’est retourné contre Rome, sa patrie, en prenant la tête des Volsques qu’il avait soumis. Cf. Dion Cassius, livre V, XXVI. Cintas aurait en effet refusé la proposition de Lamine Chebbi, ministre tunisien des Affaires culturelles, qui lui aurait offert de succéder à Picard à la direction des Antiquités. Cf. P. Cintas, directeur de la Mission archéologique française en Tunisie, à J. Chatelain, conseiller culturel de l’ambassade de France en Tunisie, lettre du 04/11/1957. Archives de l’Institut français de coopération, carton 264, dossier « Correspondance générale (1948-1985) », sous-dossier « Correspondance, classement chronologique 1947-1985), année 1957.

26  Vallet était parfaitement conscient de la difficulté de la tâche : « Le problème est d’abord scientifique ; je rappelle que la majeure partie de la documentation des fouilles anciennes est actuellement en possession de M. Cintas, dont les rapports avec les archéologues français et tunisiens n’ont pas toujours été faciles », « Compte rendu d’une mission à Tunis au sujet du projet Tunis-Carthage de Georges Vallet », p. 4. Archives de l’École française de Rome, carton 44/14, dossier « Correspondance 1970-1978 ».

27  La publication de ces travaux est une condition sine qua non de la reprise des fouilles françaises sur le tophet ; ainsi, Vallet, synthétisant les discussions de la réunion préparatoire de juin 1973, note : « obtenir de Cintas qu’il revienne, qu’il communique, qu’il publie ». Il ajoute enfin qu’une reprise des fouilles serait envisageable dans un délai de deux ou trois années, une fois fait l’inventaire de la documentation archéologique. « Notes de la réunion du 5 juin 1973 de Georges Vallet ». Archives de l’École française de Rome, carton 44/16, dossier « Carthage-Byrsa, correspondance 1972-1974 ».

28  Heurgon J. dans Cintas P., 1976, p. IX.

29  En 1979, au terme des premières fouilles de Byrsa, il écrit : « Sachez que je ne faillirai pas aux obligations dont je ne me sens en aucune manière délié, notamment vis-à-vis de ce que je dois à nos amis tunisiens, en ce qui concerne la documentation et la publication (je pense aussi bien à la publication de ces papiers Cintas de la fouille du Tophet, à laquelle j’ai déjà consacré d’importants travaux préparatoires). », lettre du 06/03/1979, Serge Lancel à Philippe Guillemin, chargé de mission au ministère des Affaires étrangères. Archives de l’École française de Rome, carton 44/16, dossier « Carthage-Byrsa, correspondance 1975-1979 ».

30  Sur ce point, il était noté en 1973 : « La délégation tunisienne exprime également le vœu [...] que le Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres intervienne auprès de tous les archéologues français qui ont travaillé sur le Tophet afin de réunir la documentation le concernant. La délégation française se déclare favorable à la signature de l’accord définitif sur Carthage, à l’accélération des travaux sur ce site et à la réunion sous l’égide de M. le professeur Dupont-Sommer de la documentation concernant le Tophet », Archives de l’École française de Rome, carton 44/15, dossier « Commission mixte de coopération archéologique et historique entre la Tunisie et la France – réunion des 3 et 4 décembre 1973 », procès-verbal, p. 2. En 1974 : « Poursuite des travaux de synthèse de Pierre Cintas. Amorce de l’inventaire des stèles et de la mise au point de la photothèque par la partie tunisienne. » Archives de l’École française de Rome, carton 44/15, dossier « Commission mixte de coopération archéologique et historique entre la Tunisie et la France – réunion des 5 et 6 décembre 1974 », procès-verbal, p. 3 ; en 1975 enfin : « Mise au point des travaux de synthèse de Pierre Cintas par M. Serge Lancel ; poursuite de l’inventaire des stèles et de la mise au point de la photothèque par M. Abdelmajid Ennabli et son équipe. » Archives de l’École française de Rome, carton 44/15, dossier « Commission mixte de coopération archéologique et historique entre la Tunisie et la France – réunion des 4 et 5/12/1975 », procès-verbal, p. 2. Plus aucune mention de la reprise scientifique de la zone du tophet n’est faite à partir de 1976.

31  Lancel S., 1999, p. 336.

32  Cette demande avait été officiellement formulée en 1975 : « Une démarche franco-tunisienne sera effectuée auprès des héritiers Cintas pour envisager le dépôt à Carthage du fonds Cintas (cartes, relevés, notes et documents) ». Archives de l’École française de Rome, carton 44/15, dossier « Commission mixte de coopération archéologique et historique entre la Tunisie et la France – réunion des 4 et 5 décembre 1975 », procès-verbal, partie « Perspectives », p. 3.

33  Auteure d’un remarquable essai de reconstitution du tophet publié par l’École de Rome, l’archéologue et historienne, Hélène Bénichou-Safar, observe : « La présente synthèse souffrira donc de cette carence que seule pourra peut-être en partie pallier un jour la publication des archives de l’archéologue disparu. », Benichou-Safar H., 2004, p. 20.

34  Les papiers Cintas relatifs au tophet sont aujourd’hui en possession de l’École française de Rome qui travaille à leur publication.

35  Pour Serge Lancel, ce contexte de compétition internationale constituait « en soi un défi », lettre du 18/05/1976, Serge Lancel à Pierre Gros. Archives de l’École française de Rome, carton 44/16, dossier « Carthage-Byrsa, correspondance 1975-1979 ». Le décalage avec les propos tenus dans les textes publiés est obligé mais néanmoins amusant : « Carthage, c’est enfin, depuis plusieurs années, une communauté archéologique internationale active, propice à de fructueux échanges, dans un climat de stimulante et toujours amicale émulation », écrit-il dans son rapport de fouille, cf. Lancel S. (dir.), 1982, p. 8.

36  Sur ses entreprises archéologiques dans la régence de Tunis, voir son récit : Khun de Prorok B., 2004, ainsi que les commentaires de David Soren dans Soren D., Ben Abed Ben Khader A., Slim H., 1995, p. 147 et sq.

37  Sur cette campagne de fouilles, voir Kelsey F., 1926.

38  Martin J., 1977, p. 5.

39  Cette filiation est d’ailleurs ouvertement revendiquée par l’auteur, cf. Martin J. et Henin V., 2000, p. 3-4.

40  Flaubert G., 2001, p. 331-332.

41  « Il y avait à Carthage une statue de Cronos en bronze, les mains étendues, la paume en haut, et penchées vers le sol en sorte que l’enfant qui y était placé roulait et tombait dans une fosse en feu. », Diodore de Sicile, Livre XX, ch. IV.

42  G. Flaubert à E. Feydeau, 17 août 1861. Flaubert G., 1980,t. III, p. 169-170, p. 170.

43  Fevrier J., 1960, p. 184. Ce texte est reproduit à l’identique dans Fevrier J., 1964, p. 15-16.

44  Idem, p. 184.

45  L’introduction commence ainsi : « Flaubert entreprit d’écrire le roman carthaginois qui reçut dans son dernier état le nom de Salammbô dans un mouvement d’enthousiasme suscité par la lecture de la guerre des Mercenaires contée par Michelet. » (p. 7). Et la conclusion : « Le lecteur, refermant ce livre, songera peut-être avec quelque mélancolie à Salammbô. Flaubert lui avait fait entrevoir, dans l’imprécision du rêve, une civilisation barbare et magnifique. Nous lui présentons à la place les restes parfaitement tangibles mais assez sordides d’une cité de marchands prosaïques. » (p. 251). En ce qui concerne la question plus précise des sacrifices, la référence est claire : « En tous cas, vers 700 au plus tard, on commença à enterrer, sur toute l’aire du tophet, des vases contenant les cendres d’enfants qui avaient été « passés par le feu » : brûlés dans les bras de la statue d’airain, décrite par Diodore, dont Flaubert a démarqué le récit, ou peut-être égorgés préalablement pour libérer le sang qui contenait l’énergie sacrée. » (p. 37). Picard G.-C. et C., 1958.

46  Le nom du romancier figure donc aux côtés de ceux d’illustres historiens académiciens auteurs de sommes érudites sur Carthage, cf. Boissier G., 1901, et Gsell S., 1920-1938 ; Carton L., 1923, sp. Les commentaires relatifs au tophet renvoient, a fortiori, à Salammbô : « Et voici donc qu’à notre imagination surgit le rapprochement des holocaustes à Moloch, dont Flaubert nous a donné la terrifiante évocation », ibid., sp.

47  Par extension Salammbô désigne également le quartier de Carthage situé à proximité des ports puniques ; une station du TGM, petit train reliant Tunis à La Marsa, porte, de même, le nom de « Carthage-Salammbô ».

48  En témoignent les premières publications à son sujet : Icard F., 1922 ou Poinssot L. et Lantier R., 1923.

49  Ce mot hébreu qui désigne dans l’Ancien Testament un lieu de sacrifices humains situé à proximité de Jérusalem, dans la vallée de Ben-Hinnom, est employé, par extension, par les historiens et les archéologues pour désigner « un lieu sacré, à ciel ouvert, qui est séparé de l’habitat phénicien et dans lequel on déposait des urnes contenant les ossements calcinés d’enfants et d’animaux, ensemble ou séparément. » Cette définition est donnée dans Gras M., Rouillard P. et Teixidor J., 1995, p. 216. Sur les mentions du mot tophet dans les textes bibliques , voir, dans le même ouvrage, les pages 219 et sq.

50  Si l’archéologue ne rejette aucunement l’existence de sacrifices d’enfants à Carthage, il désapprouve catégoriquement, en revanche, la description de Flaubert : « La religion des Phéniciens et leurs rites sacrés sont pour nous environnés de ténèbres. Nous savons toutefois que l’une était comme un faisceau d’idées sinistres, les autres singulièrement mystiques et sanguinaires. Les sacrifices humains n’y ont jamais été abolis, et il n’est pas impossible qu’au siècle d’Hamilcar on ait brûlé vifs des enfants. Il ne faudrait pas s’imaginer cependant que la statue de Moloch, qui recevait cette terrible offrande, ressemblât à la machine infernale décrite dans Salammbô. Cette figure, composée de sept cases étagées l’une sur l’autre pour y enfermer les victimes, appartient à la religion gauloise ; M. Flaubert n’a aucun prétexte d’analogie à invoquer pour justifier son audacieuse transposition. D’ailleurs l’image de Moloch telle qu’on la voyait à Carthage, nous est conservée dans la description de Diodore de Sicile. » Froehner G., 1862, p. 859. Ce à quoi l’écrivain rétorque : « Non ! Je n’ai aucun prétexte, c’est vrai ! Mais j’ai un texte, à savoir le texte, la description même de Diodore, que vous rappelez et qui n’est autre que la mienne, comme vous pourrez vous en convaincre en daignant relire ou lire le livre XX de Diodore, chapitre IV », G. Flaubert à G. Froehner, 21 janvier 1863. Flaubert G., 1980,t. III, p. 293-301, p. 296. Sur Flaubert, Carthage et l’archéologie, cf. notre article à paraître.

51  Pallary P., 1922, p. 206-211.

52  À l’annonce des résultats de ces analyses médicales, Saumagne écrit : « L’imagination du public, que hante encore le souvenir de Flaubert, a promptement dramatisé la découverte : ces enfants, a-t-on dit et écrit aussitôt, ce sont les victimes des cruels holocaustes que Carthage offrait à Moloch. Voilà un pas qu’il est imprudent et grave de franchir à la légère. Imprudent, parce qu’il importe, avant d’avancer la chose même à titre d’hypothèse, de connaître parfaitement la fouille dans ses détails ; grave, parce que l’on compromet la réhabilitation dont la réputation religieuse de Carthage a bénéficié auprès de bon nombre de nos meilleurs historiens. », Saumagne C., 1922, p. 231.

53  Pavy A., sd., p. 21.

54  Pellegrin A., 1944, p. 42.

55  Cette thèse se veut résolument nationale, Chedli Klibi, ministre des Affaires culturelles, écrit ainsi dans la préface : « Carthage et son destin sont ici évoqués par un carthaginois qui, s’identifiant par dessus les siècles à la cause de sa patrie, a cherché à décoloniser ce ‘‘domaine de l’histoire’’, et ‘‘cette histoire d’un domaine’’ qui sont au demeurant tunisiens, non seulement par la situation géographique, mais aussi par l’établissement de ce dense réseau de liens avec l’Orient qui compte parmi les éléments constitutifs de notre personnalité nationale », Tlatli S. E., 1978, p. 8.

56  Tlatli S. E., 1978, p. 198.

57  Ennabli A. et Slim H., sd, p. 36. M’Hamed Hassine Fantar présente le site en des termes équivalents : « Au tophet de Salammbô, des enfants en bas âge étaient donc égorgés et jetés au brasier divin », Fantar M. H., 1973, p. 24.

58  Tlatli S. E., 1985, p. 105-116.

59  Picard G.-C. et C., 1958, p. 39.

60  Tlatli S. E., 1978, p. 196.

61  Cf. Benichou-Safar H., 1981 et 1982 ; ces études sont le point de départ de l’argumentation que l’auteure développera par la suite, cf. Benichou-Safar H., 2007, p. 255.

62  Cet ouvrage est écrit en 1986 et publié pour la première fois en 1989 chez Arthaud ; Gras M., Rouillard P. et Teixidor J., 1995, p. 246.

63  Moscati S., 1987, p. 3-15.

64  Pour une approche historiographique détaillée, voir : Gras M., Rouillard P. et Teixidor J., 1995, p. 216-246 ; Lancel S., 1999, p. 342-353 ; Benichou-Safar H., 2004, p. 150-166 ; Amadasi Guzzo M. G., 2007, p. 70-78.

65  Stager L., 1992.

66  Cf. Lancel S., 1995, p. 348 ; l’auteur renvoie à sa propre expérience de fouilleur, cf. Lancel S., 1982.

67  Voir notamment Benichou-Safar H., 2004 : « S’agissant du sacrifice humain et de sa relation avec le tophet, nous considérons que s’il a sans doute été occasionnellement pratiqué par les Carthaginois, le sacrifice des enfants doit être décorrélé du tophet, sanctuaire-nécropole qui a pu en abriter les rares vestiges mais qui est par essence le lieu d’ensevelissement des très jeunes enfants décédés naturellement. », p. 170.

68  Serge Lancel met en garde contre les dérives provoquées par ce genre de parti-pris ; il écrit en 1995 dans un article de vulgarisation : « Il est des choses que nous admettons difficilement de nos contemporains ou que nous condamnons sans hésiter tant l’horreur qu’elles suscitent heurte notre être tout entier jusqu’au plus profond de nos sentiments. Cela peut arriver aussi lorsqu’il s’agit de nos ancêtres, à tel point que, sans vouloir ‘‘révisionner’’ l’histoire, on cherche, presque désespérément une « autre » explication. Le tophet fait partie de ces questions que les chercheurs doivent éclaircir sans a priori, et cela est d’autant plus difficile que cette question met en cause la mort de milliers d’enfants. », Lancel S., 1995, p. 40.

69  www.apollonia.com. Il est vrai que la publication des analyses américaines, comme on l’a vu plus haut, n’est toujours pas intervenue.

70  Fantar M. H., 1998, p. 77.

71  Moscati S., 1991, p. 8 et sq.

72  Fantar M. H., 1998, p. 75.

73  Bertrand L., 1923, p. 38.

74  Fantar M. H., 2007, p. 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémentine Gutron, « La mémoire de Carthage en chantier : les fouilles du tophet Salammbô et la question des sacrifices d’enfants », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 45-65.

Référence électronique

Clémentine Gutron, « La mémoire de Carthage en chantier : les fouilles du tophet Salammbô et la question des sacrifices d’enfants », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/427 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.427

Haut de page

Auteur

Clémentine Gutron

Doctorante à l’EHESS, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page