Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : La fabrique de la mémoire : variations maghrébines

L’Histoire à l’épreuve du patrimoine

Abdelhamid Larguèche
p. 191-200

Texte intégral

  • 1  Nous indiquons principalement dans ce domaine la mise en place de l’Institut supérieur des métiers (...)

1Le patrimoine est devenu depuis plus d’une décennie, l’un des mots clés de la politique culturelle en Tunisie. Le ministère de la Culture vient d’être rebaptisé, ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine. Un code du patrimoine a été promulgué en 1994 et des stratégies de sauvegarde et de valorisation sont mises en œuvre. Parallèlement à cette orientation politique qui s’affirme depuis plusieurs années, des enseignements sont donnés à l’université et des recherches sont engagées1. Une profusion de discours nourris par des pratiques fait que nous sommes installés dans l’ordre du patrimoine.

  • 2  Colloque international, L’Olivier en Méditerranée entre Histoire et Patrimoine, Sousse, février 20 (...)

2Mais jusque-là, des questions élémentaires mais fondamentales continuent à se poser, notamment sur la définition même de cet objet qui reste souvent trop abstrait en amont pour être cerné concrètement et trop concret en aval pour autoriser une conceptualisation théorique satisfaisante. De la définition la plus répandue, celle du patrimoine archéologique et muséographique, nous sommes passés à une définition plus large, plus symbolique où « devient patrimoine ce qui ne sert plus et qui, de ce fait, a failli disparaître » sans oublier le patrimoine vert qui fait son irruption dans les consciences et les pratiques : l’environnement et l’eau en tant que patrimoine, l’olivier, objet d’une exposition et d’un colloque international organisés récemment par l’université tunisienne2.

3Il y a certes une histoire du concept à faire et qui nous renvoie à une invention de la modernité occidentale en rapport avec celle de l’État-Nation ; il y a aussi d’autres histoires possibles, celles des attitudes face au patrimoine, de ses multiples usages ou des politiques patrimoniales nationales ou locales. L’accumulation des études patrimoniales durant la décennie écoulée dans ses diverses approches a permis néanmoins de baliser des champs et de promouvoir des orientations.

  • 3  La prise en compte du patrimoine comme vecteur de développement local commence à prendre forme dan (...)
  • 4  Patrimoine et co-développement durable en Méditerranée Occidentale, actes du Séminaire internation (...)
  • 5  J. P. Babelon et A. Chastel, La Notion de Patrimoine, Paris, Liliana Levi, 2006 [1re édition 2000]
  • 6  En Tunisie, les associations de sauvegarde des médinas, principalement celles de Tunis et de Kairo (...)
  • 7  Abdelhamid Larguèche, « Stratégie de valorisation du patrimoine et schéma directeur d’aménagement (...)

4Du patrimoine bâti, aux sites archéologiques, du milieu rural à celui de la ville, les études et recherches posent en des termes spécifiques le problème de l’articulation entre patrimoine culturel matériel et immatériel et enjeux identitaires d’un côté et développement de l’autre3 :
- Le statut du patrimoine comme « interface » entre passé et futur fut bien illustré par la mise en relief des enjeux qu’il porte : enjeux sociaux (continuité des modes de vie), enjeux culturels (perception de l’environnement et sens de l’esthétique), enjeux économiques (meilleure utilisation des ressources)4, etc.
- Sur le plan théorique et celui des concepts, l’extrême élargissement du champ patrimonial fait de ce mot un concept particulièrement élastique au point de devenir une abstraction englobante5.
- Des stratégies étatiques se mettent en place, impliquent les populations, les entreprises, les organismes internationaux. Bien que ces stratégies se définissent comme infra-étatiques ou sociétales, elles n’en restent pas moins dans les faits profondément étatiques en raison de l’absence de structures intermédiaires ou de relais6.
- De stratégies de sauvegarde, de valorisation, de promotion des patrimoines culturels, artisanal, environnemental… s’additionnent, se superposent, se conjuguent en attendant de s’articuler entre elles et avec les multiples acteurs désignés7.

5Parmi les interrogations qui se multiplient autour de cette notion même de patrimoine et des champs qu’elle sollicite, on peut repérer celle des rapports à la fois étroits et ambigus qu’entretient l’histoire avec les champs du patrimoine. En ce sens, tout procès de patrimonialisation s’inscrit dans l’histoire et naît d’elle. D’un autre côté, l’histoire « instrumentalise » le patrimoine dans la construction de son discours, en même temps que l’approche patrimoniale risque de figer l’histoire et de la fixer souvent dans la pierre, dans le souvenir et dans l’identité.

6Nous avons choisi d’évoquer la question des rapports de l’histoire comme champ disciplinaire bien balisé et du patrimoine comme celle d’un champ d’appropriation symbolique et de représentation sociale large. Ces rapports, problématiques à plus d’un titre, nous les avons testés en nous exerçant à l’histoire de la ville, et pas n’importe quelle ville, celle de Tunis.

7Or, si l’historien a comme prétention de contribuer, par le travail de reconstruction du passé, à aider à former des citoyens qui assument leur histoire, toute leur histoire, ce n’est là qu’une prétention à un rôle rendu vulnérable et fragile dans un contexte marqué par la multiplicité et la complexité des agents, facteurs et toutes autres modalités qui conditionnent et structurent l’imaginaire collectif et individuel dans ce monde de l’image et qui, pour la plupart, se situent en dehors du champ d’influence de l’historien.

8Il n’est pas besoin ici de rappeler qu’histoire et patrimoine, malgré leur étroite association ne se confondent nullement. L’histoire se sert du patrimoine au sens culturel large pour lui donner du sens et l’inscrire dans un ordre de l’entendement. Mais elle peut également le trahir en privilégiant certaines de ses composantes et en occultant d’autres.

  • 8  Voir à ce sujet : La Tunisie Mosaïque, Toulouse, Presse universitaire du Mirail, 2000.

9Dans le cas de la Tunisie, l’œuvre patrimoniale a été engagée sous et par la colonisation, ce qui a faussé dès le départ la problématique patrimoniale dans son ensemble, car celle-ci s’est livrée à une manipulation du passé, en privilégiant largement l’héritage romain au détriment des héritages punique et surtout arabe. L’objectif était clairement exprimé ; il s’agissait de montrer que la véritable « civilisation » venait de l’autre côté de la Méditerranée8.

10Par ailleurs, le patrimoine tel qu’il se livre à nous comme legs des sédimentations civilisationnelles pourrait, s’il n’est pas saisi de manière critique, déformer notre vision de l’histoire parce qu’il se présente à nous au présent de façon inégale ; ainsi, les parties les plus visibles du patrimoine sont celles, monumentales, bien cimentées, qui résistent le plus au temps, et qui font l’objet de multiples interventions de sauvegarde ou de restauration et s’inscrivent ainsi dans la durée. Le patrimoine monumental romain s’est imposé ainsi de lui-même indépendamment des stratégies coloniales de survalorisation aux dépens par exemple du substrat berbère construit dans des matériaux friables donc moins résistants.

11Ce rapport d’association conflictuelle entre histoire et patrimoine est largement nourri par le fait que les deux discours et les deux pratiques investissent chacun à sa façon l’espace émotionnel des enjeux identitaires et tentent de structurer l’imaginaire collectif.

12Or, le patrimoine culturel au sens large, celui revendiqué par l’historien, ou en d’autres termes la mémoire que l’historien tente de transmettre à la société, est porté par un discours de type plutôt normatif, dominé par le paradigme de la continuité et de la synthèse qui s’inscrivent dans la durée. Un discours constitué d’un ensemble de rationalités qui fondent sa positivité.

13Pour résumer schématiquement les moments forts de ce discours je le condenserai de la façon suivante :

« Dans un pays qui peut se targuer de trois millénaires d’histoire, tout est patrimoine et il y a du patrimoine partout, et le caractère avant tout culturel de ce patrimoine est plus évident en Tunisie qu’ailleurs (sous-entendu le reste du Maghreb), puisqu’il s’agit pour l’essentiel d’un patrimoine urbain que ce soit l’urbain archéologique des villes disparues (Kerkouane, Dougga, Thuburbo-Majus, Raqqada, etc.) ou des villes poursuivies à proximité de leur site primitif (Carthage, Sbeitla) ou encore des villes vivantes, dans le cas des médinas et des villes modernes. Ainsi ce patrimoine se présente, dans cette logique, pour l’essentiel sous la forme d’une superposition ou d’une succession de générations de villes dont chacune a poursuivi, remplacé ou détruit la précédente. Cela traduit le destin d’un pays situé à un carrefour remarquable du monde et dont les habitants ont su faire, à toutes les époques, un creuset de civilisations. »

14Certes le discours est souvent plus nuancé et intègre les périodes de reflux et de repli sous les coups des invasions et des dominations ; mais il s’agit d’aller au-delà des ruptures et d’insister sur la permanence du fait étatique et sur cette faculté de rebondir et de reconstruire.

  • 9  La publication successive de deux séries d’ouvrages sur l’histoire de la Tunisie, dont l’une est u (...)

15On serait tenté de dire que cette histoire a un sens et qu’elle se fonde sur une appropriation globale et synthétique de l’ensemble du patrimoine d’un peuple. En effet Carthage punique a été détruite, mais la Carthage romaine a pris le relais ; Thysdrus a disparu mais elle nous a laissé El-Jem : sa fortune reposait sur la production et l’exportation de l’huile d’olive… qui est reprise aujourd’hui par Sfax. C’est une histoire qui associe de façon singulière, les ruptures violentes et les grandes continuités9.

16Par ce discours cohérent et « objectif », l’histoire tente de réconcilier le Tunisien avec tout son passé, en lui offrant une image rassurante et sécurisante. L’image d’un Tunisien traditionnellement familiarisé à la présence de l’«Autre », héritier d’une riche culture urbaine, produit d’un brassage de diverses cultures, mais dont la destinée du territoire allait prendre une tournure décisive avec l’arrivée des arabes et de l’islam.

17Parallèlement à ce discours que je qualifierai de normatif, un regard sur les attitudes et pratiques culturelles dominantes montre des réalités nettement différentes dans les modes d’identification sociale par rapport au patrimoine et à l’histoire confondus.

18Trois exemples permettent d’illustrer cette considération. En nous plaçant sur le terrain patrimonial, nous observons du point de vue social le déploiement conscient ou inconscient de stratégies diverses qui structurent tant la destinée du patrimoine que les attitudes mentales et affectives au regard de ce patrimoine.

19En simplifiant à l’extrême pour les besoins de la démonstration, je dirai que nous sommes en présence de trois stratégies face à trois composantes essentielles de notre patrimoine : un patrimoine « refoulé », un patrimoine « instrumentalisé » et un patrimoine « idéalisé ».

La berbérité : un patrimoine « refoulé » !

  • 10  Nous avons pu constater personnellement, lors d’enquêtes de terrain menées dans les villages berbè (...)

20Le patrimoine refoulé, et donc voué à l’oubli, est celui qui nous rattache au substrat berbère « primitif ». Cette matrice berbère à forte personnalité qui a enfanté la Kahena, symbole de résistance est complètement refoulée et souvent non reconnue. Certes la culture berbère est réduite à quelques villages de montagnes où des minorités sont pratiquement arabisées. Mais même ces minorités ne reconnaissent plus pour la plupart, du moins dans le discours, leur origine berbère10. Ce rejet de l’origine est ancien. Pour le village de Douiret, il se fonde sur un discours de l’origine, puisque le récit de fondation du village perpétué par la tradition orale remonterait au XVIe siècle. Le récit de fondation rappelle curieusement le récit légendaire de la fondation de Carthage :

« Un chef arabe du nom Ghazi ben Kenan, originaire du Maroc, vient dans la région au XVIe, y épousa une femme de chez la tribu locale et, pour se constituer un territoire, il demanda qu’on lui accorde la surface d’une peau de chameau qu’il fit découper en très fines lanières, ce qui lui permit de couvrir un large territoire, lieu du village occupé par ses descendants. »

21Les vieux interrogés, pour justifier la filiation linguistique et culturelle, admettent que la femme de l’ancêtre fondateur puisse être berbère, mais l’ancêtre éponyme qui fonde la filiation agnatique est arabe.

22D’ailleurs cette recherche d’une généalogie arabe est ancienne et correspond, comme l’a si bien dit Ibn Khaldoun, à une réaction naturelle du vaincu. La conquête arabe a abouti à la conversion des berbères à l’islam et détermina de façon durable, à la faveur d’un profond mouvement d’arabisation leur destin historique. Le berbère a fini par s’identifier totalement à la culture du vainqueur en renonçant même à ses origines.

  • 11  Les travaux sur les aspects de la culture berbère en Tunisie se concentrent de façon insistante su (...)

23Pourtant, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, un fond berbère est présent dans la plupart des aspects et des manifestations de la culture traditionnelle du pays. Ce fond est lisible dans les traditions alimentaires (le couscous est berbère), vestimentaires (le burnous est berbère), artisanales, domestiques et ornementales (le tapis, le mergoum11 et la poterie sont berbères).

  • 12  Cf. M. A. Benachour, Catégories de la Société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Tu (...)

24La berbérité ne renvoie dans l’imaginaire collectif, conçu comme ensemble d’images fixes et d’idées reçues, à aucune des valeurs originelles que pourrait renfermer le discours historique rationnel. Au contraire « berbérité » rime avec « primitivité », avec ruralité et avec inculture dans un environnement culturel dominé par le mythe de la citadinité, de l’urbain et de l’arabité comme vecteurs exclusifs de valeurs et de culture. De plus, cette citadinité est encore plus magnifiée lorsqu’elle est venue d’ailleurs, andalouse ou même ottomane12.

  • 13  Abdennaceur Jemai, L’enseignement de l’identité tunisienne aux élèves de la cinquième année de bas (...)

25Les chercheurs qui ont mené des enquêtes auprès des jeunes écoliers et lycéens tunisiens sur l’image qu’ils ont du personnage de la célèbre Kahéna, « princesse berbère », symbole de la « résistance et du martyr », objet d’appropriation et de réappropriation aussi bien par les élites occidentalisées musulmanes que juives, ont conclu, souvent avec étonnement, que la réponse récurrente se résumait ainsi : « C’est une guerrière berbère, juive ou chrétienne que le glorieux conquérant arabe Hassan Ibn No’omân a bien fait de brûler dans ce temple du paganisme qu’était l’amphithéâtre d’el-Jem13. »

  • 14  Cf. Revoir El Kef, Tunis, 2006.

26Cherchons du côté du Kef ou de Makhtar si les populations locales identifient de la même façon ce que l’historien considère comme un lieu de mémoire : la Table de Jughurta que la tradition écrite considère comme un haut lieu de résistance du prince numide dans sa lutte contre Rome. Les quelques vieux qui gardent une mémoire des lieux vous répondront que c’était là une montagne qui a servi de refuge pour leurs ancêtres fuyant la Mh’alla du Bey et sa lourde capitation14.

  • 15  L’Association des amis de la mémoire de la terre établie à Tataouine ou l’Association pour La sauv (...)
  • 16  La dernière session doctorale « Patrimoine berbère de Tunisie et du Maghreb » organisée à Medenine (...)

27Le Sud-Est tunisien, espace résiduel de la berbérité, continue à souffrir de l’abandon aussi bien des chercheurs que des acteurs de la patrimonialisation. Cet abandon est parfois atténué par des initiatives d’ordre associatif, émanant de quelques ardents défenseurs des particularismes locaux ou de la diversité15. Mais, dans l’ensemble, le monde de l’extrême sud tunisien attend toujours ses chercheurs16.

L’héritage romano-africain, un patrimoine instrumentalisé

28Le patrimoine instrumentalisé est constitué par le monumental antique et principalement romain. Ce vaste et riche ensemble romano-africain fait l’objet depuis des décennies d’un effort de protection et de valorisation. Cela est compréhensible dans un pays où l’activité touristique occupe une place importante dans l’économie. Mais cette valorisation et cette exploitation à des fins économiques, bien qu’elle comporte un volet culturel induit, et malgré la place respectable qu’elle occupe dans les programmes scolaires et universitaires, porte toujours la marque de l’extériorité dans l’univers mental du Tunisien.

29C’est là où le discours historique de la continuité montre ses limites. C’est la rupture qui devient argument explicatif. L’intégration brutale dans l’aire de la civilisation arabo-islamique est génératrice de ruptures : rupture avec le passé, d’un côté, et avec la rive nord de la Méditerranée, de l’autre. Dans ces conditions, la société perd les capacités à garder une mémoire cumulative de son territoire. Les ruptures violentes, les crises urbaines et l’impact des influences extérieures successives se sont traduits sur le plan des mentalités collectives, par une suite d’oublis, nécessaires aussi à l’adaptation et à l’appropriation des apports nouveaux.

30Là aussi, l’histoire devrait réfléchir sur l’oubli volontaire ou inconscient et pour cela elle est appelée à focaliser également sur les moments de transition et de rupture.

La médina de Tunis, un patrimoine idéalisé

31J’en arrive maintenant à ce patrimoine que je qualifie d’idéalisé. Il correspond en gros à ce que l’on appelle l’héritage arabo-islamique qui nourrit et structure l’imaginaire collectif. C’est là que commence la vraie histoire pour la majorité des citoyens. De plus, ce patrimoine imprime dans les esprits l’image de sa spécificité absolue. On est en présence d’une image fixe, résistante, celle d’un patrimoine pris comme une essence lumineuse en dehors de l’histoire, et non celle de l’historien qui la saisit comme le produit de l’histoire, comme un corps vivant et changeant. Dans la conscience collective, ce patrimoine se traduit par un système organisé de symboles qui se confondent avec la subjectivité profonde, et le patrimoine prend un sens imaginaire qui produit à son tour un sujet fait de symboles.

  • 17  Histoire communautaire, Histoire plurielle : la communauté juive de Tunisie, actes du colloque de (...)

32Certes, l’historien avance ses hypothèses sur cet ordre de l’oubli et de l’exclusif. La culture fonctionne aussi comme un espace refuge dans les conditions historiques d’affront et de défi. Le judaïsme ou le christianisme ne peuvent être saisis – nous croyons pouvoir le démontrer rationnellement – comme des substrats antiques au monothéisme qui se sont épanouis avec l’islam. Ils ne sont que le visage de l’autre agresseur et menaçant17. Voici les contours et le thésaurus d’images de la mémoire et de l’imaginaire collectif qui montrent l’idéalisme du discours historique buttant devant ce mur épais et résistant de la culture profonde du patrimoine. Toutefois, il faudrait à notre avis, se défaire aussi de l’illusion que cette culture profonde et populaire du patrimoine est la seule qui idéalise et mythifie. Toutes les approches même les plus ouvertes, même portées par les esprits les plus « modernes », ont leur part dans cette mythification du patrimoine et c’est là que j’arrive au dernier exemple, celui de la médina « idéalisée ».

33Étant historien de la ville de Tunis, celle qui a fait la Tunisie moderne et contemporaine, je ne peux – en tant qu’historien qui revendique un droit à la subjectivité – rester insensible au débat patrimonial sur la ville et précisément sur la médina de Tunis.

34Les grandes mutations économiques et sociales des dernières décennies ont entraîné une accélération du développement urbain qui a transformé rapidement l’image de la ville et les caractéristiques de la vie urbaine posant notamment avec une acuité particulière le problème spécifique des noyaux anciens dans l’évolution générale des cités. Ce problème des noyaux anciens se pose en effet en des termes de survie et de développement interne des noyaux historiques en eux-mêmes, d’une part, et de rapports entre ces derniers et le reste de l’agglomération, d’autre part.

35La médina est porteuse d’une forte connotation culturelle qui est le résultat d’un long processus historique. Elle est d’abord lieu identitaire, symbole des pouvoirs successifs qui s’y sont succédé (la place de la Casbah redevenue la place du Gouvernement), mais aussi par ses souks, ses lieux du sacré et de la culture. Mais elle est aussi lieu de mixité fonctionnelle, résidentielle, commerçante et artisanale. La médina a montré ces dernières années qu’elle pouvait contribuer par elle-même à susciter un processus de réconciliation de Tunis avec cette partie de son espace central.

  • 18  Abdelbassit Chemmam, Le Festival de la médina comme vecteur de patrimonialisation, mémoire de mast (...)

36Toutefois, il ne faudrait pas perdre de vue l’importance décisive de facteurs sociaux, notamment celle qu’a eu la population de la médina dans la survie de cet espace historique ainsi que le rôle de la société tunisoise dans sa valorisation « spontanée » comme espace de convivialité en rapport avec des moments forts de l’année, comme le mois de Ramadhan. D’ailleurs, les pouvoirs politiques ont su prendre le relais du mouvement social et culturel en choisissant la médina comme lieu d’élection du festival culturel du mois de Ramadhan, facteur qui a énormément contribué à la revitalisation de cet espace tant dans le quotidien que dans l’imaginaire social18.

  • 19  La dernière session doctorale internationale organisée en 2006 par le laboratoire « Régions et res (...)

37La socialité que cela induit, enracinée dans le passé, se fait à partir d’un imaginaire collectif et individuel fondé sur la mémoire longue. La ville peut être considérée comme le lieu par excellence où se vit un tel « enracinement dynamique ». Toutefois, le débat contemporain reste marqué par une opposition ou antinomie souvent irréductible de deux perceptions du même objet patrimonial. D’un côté, une conception élaborée et savante : celle des élites intellectuelles et culturelles, marquée par la crise identitaire et par une certaine nostalgie du passé, assez largement relayées par les décideurs et autorités en charge de l’urbain (Municipalités, Associations de sauvegarde de la médina, etc.) ; et de l’autre, celle de ses habitants, en majorité de condition modeste, marqués par les difficultés liées à l’évolution du vécu quotidien à l’intérieur de la médina19.

  • 20  Françoise Navez-Bouchanine, « La médina au Maroc : élites et habitants », Les Annales de La Recher (...)

38Les élites n’habitent plus en médina, même si elles en sont en partie originaires ; elles se sont installées dans les quartiers neufs des villes. À Tunis, ce phénomène est relativement précoce et date des années 1960. Ce phénomène est observable dans la plupart des villes historiques du Maghreb, comme à Fès où la similitude avec Tunis est frappante tant au niveau des processus patrimoniaux en cours que de leur signification20.

39L’engouement pour la médina est et reste surtout symbolique ; il s’exprime plus aux yeux des élites intellectuelles par la mise en évidence de la qualité de certains monuments ou palais et des paysages urbains spécifiques que par celle d’un mode de vie ou d’une organisation urbaine valorisés. Le rappel de la splendeur passée est souvent incantatoire et correspond rarement à une quête d’un autre mode de vie renouant avec le passé.

40Quant à l’analyse des causes sociologiques de l’évolution du tissu urbain de la médina, elle oriente le regard presque essentiellement sur les facteurs de dégradation. De plus, les modalités concrètes d’appropriation de l’espace par les habitants actuels sont souvent perçues comme source de dégradation. L’opinion dominante des élites urbaines juge de façon souvent abusive l’immigration rurale comme cause unique et fondamentale de la dégradation. Cette incrimination des ruraux, bien que fondée par certains aspects, camoufle tant bien que mal les responsabilités portées, dans la dégradation, par ceux qui ont quitté la médina, abandonnant souvent leurs anciennes demeures à leur sort.

41La médina, espace identitaire, investi d’une valeur esthétique « absolue », même dans ses coins obscurs, source d’inspiration de la peinture contemporaine et espace privilégié du cinéma tunisien, est de plus en plus saisie tant dans sa matérialité physique que dans sa réalité abstraite comme le dernier rempart de l’humain et du beau authentique.

42Nous ne pouvons qu’adhérer de façon relative et subjective à cette approche esthétique valorisante, rassurante et sécurisante. En effet, l’errance dans les dédales de la ville arabe constitue pour nous un moment privilégié dans la quête quotidienne de lieux et de pierres porteuses de sens familier et intime. Mais ce que nous révèle l’histoire n’est pas toujours fait de ces images idylliques, qui nous rendent adorateurs et fascinés.

43 Certes, il y a une histoire ou des histoires de Tunis qui ont fini par orienter et structurer notre imaginaire, qui nous fournissent images et métaphores que les tensions et conflits du présent autour du devenir de la ville raniment et transforment en images emblématiques. L’histoire de la ville avec l’ensemble de ses signifiants nous révèle non pas une ville idéale, égalitaire, sereine et muséifiée, mais plutôt une ville problème, enclavée, traversée par des conflits, enjeu social avec des représentations diverses.

  • 21  Voir à ce sujet : Les Communautés méditerranéennes de Tunisie, actes du colloque de la Manouba, CP (...)

44Et Tunis, ville ouverte sur la mer et ses apports humains ainsi que sur l’intérieur a constitué un espace unique de brassage des populations diverses, un modèle particulier de ville ouverte et de reproduction d’une citadinité intégrative qui a fait d’elle une vraie capitale21. Cet héritage n’est reflété que partiellement dans la vision idéologico-symbolique des défenseurs de la médina ou celle des élites qui s’y identifient. C’est qu’il y a là aussi un imaginaire sélectif, surdéterminé par l’image de l’espace usurpé.

  • 22  Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l’Imaginaire, Bordas, Paris, 1968.

45Il faudrait aussi avouer que le rapport de l’historien à l’imaginaire reste toujours ambigu. Les pesanteurs qui influent sur l’écriture historique académique sont lourdes de conséquences. L’histoire cesse là où commencent l’imaginaire et la représentation. Bien que toute écriture se nourrit de l’imaginaire, l’historien continue souvent à professer son devoir de réserve à l’égard des visions « trompeuses » de cette « folle du logis » au nom de l’objectivité. Le patrimoine relève fatalement de cette sensibilité et de l’imaginaire comme « fantastique transcendantale » selon la formule consacrée par Gilbert Durand22. L’histoire est nécessairement appelée à l’investir en mobilisant l’ensemble de l’outillage conceptuel qu’offre l’anthropologie de l’imaginaire, sinon ce dernier continuera à échapper dans toutes ses subtilités au territoire de l’historien. Si, dans le passé récent, l’historien du Maghreb ne pouvait faire l’économie des approches et outils de l’anthropologie, l’historien d’aujourd’hui ne peut plus ignorer les enjeux complexes du patrimoine et de la patrimonialisation au risque de faire une histoire éloignée des gens et de leurs attentes.

Haut de page

Notes

1  Nous indiquons principalement dans ce domaine la mise en place de l’Institut supérieur des métiers du patrimoine ainsi que les mastères en Patrimoine et Muséographie créés à La Faculté des lettres, des arts et des humanités de la Manouba et à celle des sciences Humaines et sociales de Tunis.

2  Colloque international, L’Olivier en Méditerranée entre Histoire et Patrimoine, Sousse, février 2007, organisé par le Laboratoire « Régions et Ressources Patrimoniales de Tunisie », Université de la Manouba. (Travaux en cours de publication).

3  La prise en compte du patrimoine comme vecteur de développement local commence à prendre forme dans les politiques et programmes d’action des pouvoirs publics, bien que le tourisme reste le principal cadre de cette valorisation patrimoniale.

4  Patrimoine et co-développement durable en Méditerranée Occidentale, actes du Séminaire international Tunis-Hammamet, Octobre 2001.

5  J. P. Babelon et A. Chastel, La Notion de Patrimoine, Paris, Liliana Levi, 2006 [1re édition 2000].

6  En Tunisie, les associations de sauvegarde des médinas, principalement celles de Tunis et de Kairouan, assurent ce rôle de structures intermédiaires, mais elles sont largement soutenues par les institutions étatiques.

7  Abdelhamid Larguèche, « Stratégie de valorisation du patrimoine et schéma directeur d’aménagement du territoire, une adéquation à construire », in Patrimoine et co-développement durable…, op. cit., p. 93-107.

8  Voir à ce sujet : La Tunisie Mosaïque, Toulouse, Presse universitaire du Mirail, 2000.

9  La publication successive de deux séries d’ouvrages sur l’histoire de la Tunisie, dont l’une est une reprise d’une édition qui date des années 1960, montre bien la permanence du discours historique en Tunisie.

10  Nous avons pu constater personnellement, lors d’enquêtes de terrain menées dans les villages berbères du sud tunisien avec les étudiants d’anthropologie, qu’aucun parmi les vieux du village de « Douiret » n’admet son appartenance ou même son ascendance berbère, même s’il continue en famille à communiquer dans son parler originel.

11  Les travaux sur les aspects de la culture berbère en Tunisie se concentrent de façon insistante sur les savoir-faire artisanaux comme la poterie décorée ou le tissage. Il n’existe aucune étude sur les parlers, ni sur les genres de vie des populations résiduelles dans les villages de montagne du Sud-est tunisien, à l’exception des monographies du Père André Louis qui datent des années 1970 ou des travaux plus récents de François Pouillon et Gianni Albergoni.

12  Cf. M. A. Benachour, Catégories de la Société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art, 1989.

13  Abdennaceur Jemai, L’enseignement de l’identité tunisienne aux élèves de la cinquième année de base à travers deux personnages berbères : Takfarinas et al- kahina. Memoire de DEA, Tunis, 1998.

14  Cf. Revoir El Kef, Tunis, 2006.

15  L’Association des amis de la mémoire de la terre établie à Tataouine ou l’Association pour La sauvegarde du patrimoine de Douiret annonce les nouvelles tendances à l’œuvre dans une prise de conscience active pour la connaissance et la prise en charge d’un patrimoine original en voie d’extinction.

16  La dernière session doctorale « Patrimoine berbère de Tunisie et du Maghreb » organisée à Medenine en avril 2008 à l’initiative du Laboratoire « Régions et ressources patrimoniales de Tunisie » et de l’EHESS-Centre de recherche historique, a permis d’ouvrir le débat sur l’avenir des études berbères en Tunisie.

17  Histoire communautaire, Histoire plurielle : la communauté juive de Tunisie, actes du colloque de Manouba, CPU, Tunis, 1999.

18  Abdelbassit Chemmam, Le Festival de la médina comme vecteur de patrimonialisation, mémoire de master en Patrimoine, Faculté des lettres, des arts et des humanités, Tunis, 2008 (en arabe).

19  La dernière session doctorale internationale organisée en 2006 par le laboratoire « Régions et ressources patrimoniales de Tunisie » sur le thème « Médina Villeneuve, regards croisés sur un patrimoine », a clairement montré, à travers l’immersion des jeunes chercheurs dans les quartiers populaires de la médina, l’ampleur des difficultés des populations en médina et la distance qui sépare leur vécu de l’image construite sur cet espace par le discours patrimoniale et culturel.

20  Françoise Navez-Bouchanine, « La médina au Maroc : élites et habitants », Les Annales de La Recherche Urbaine, n° 72, 1996, p. 14-23.

21  Voir à ce sujet : Les Communautés méditerranéennes de Tunisie, actes du colloque de la Manouba, CPU/Laboratoire du Patrimoine, Tunis, 2006.

22  Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l’Imaginaire, Bordas, Paris, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelhamid Larguèche, « L’Histoire à l’épreuve du patrimoine », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 191-200.

Référence électronique

Abdelhamid Larguèche, « L’Histoire à l’épreuve du patrimoine », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/439 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.439

Haut de page

Auteur

Abdelhamid Larguèche

Université de la Manouba-Tunis

Haut de page