Navigation – Plan du site
Algérie
Chronique politique

Algérie 2007 : l’année des kamikazes et des élections manquées

Chérif Bennadji
p. 203-217

Entrées d'index

Mots-clés :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1En cette 45e année de l’indépendance de l’Algérie, c’est dans un contexte sécuritaire dégradé (le terrorisme islamiste ayant redoublé de férocité) et un climat social fragilisé par l’augmentation des prix et la dégradation du pouvoir d’achat que se sont tenues les élections législatives le 17 mai, puis les élections locales le 29 novembre. Consécutivement aux résultats électoraux les plus médiocres depuis l’indépendance, consacrant un net rejet du système politique par la société, le pouvoir en place, incriminant les partis politiques, a entrepris une démarche de recomposition du champ politique.

Une situation sécuritaire dégradée

2Après avoir annoncé le 11 septembre 2006 son ralliement à l’organisation Al-Qaïda, le GSPC déclare le 24 janvier 2007 le changement de sa dénomination. Désormais, il s’appellera « organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique ».

3Loin d’être une simple modification de la « raison sociale » d’une redoutable organisation terroriste, cette déclaration marque un changement sérieux dans la stratégie du désormais ex-GSPC. Du reste, les autorités algériennes (au-delà des propos de circonstances de M. Ould Kablia, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur) prendront très au sérieux ce changement puisqu’elles inviteront les citoyens à plus de vigilance tout en les appelant, au moyen des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), à collaborer avec les forces de sécurité.

4Moins d’un mois après cette déclaration et plus précisément le 13 février 2007 le groupe salafiste signera son « entrée opérationnelle » dans la nébuleuse Al-Qaïda. En effet, avec une synchronisation remarquable (septembre 2007) des attentats à la voiture piégée ou à la bombe, activée à distance seront réalisées dans les wilayas de Tizi Ouzou et de Boumerdes qui, faut-il le souligner, se situent, au centre de l’Algérie, à proximité de la capitale. Ainsi tout au long des mois de février et de mars 2007 de spectaculaires attaques et attentats seront perpétrés par Al-Qaïdaau Maghreb surtout dans la région du centre : Aïn Defla, Boumerdes, Tizi Ouzou. Pour le seul premier trimestre 2007, le bilan macabre enregistrait 34 morts. Mais c’est le 11 avril que l’organisation terroriste réussit son attentat le plus spectaculaire, en plein cœur d’Alger, en s’attaquant au Palais du gouvernement. Presque au même moment, un important service de la police travaillant avec Interpol, sis à Babezzouar, à l’est d’Alger, non loin de l’aéroport international, sera également attaqué. Outre les énormes dégâts matériels enregistrés, ces deux attentats feront 30 morts et plus de 200 blessés.

5Après ces deux attentats quasi simultanés, Al-Qaïda au Maghreb inaugure un nouveau modus opérandi : le 11 juillet (le jour de l’ouverture des neuvièmes jeux africains à Alger), un kamikaze à bord d’un véhicule frigorifique bourré d’explosifs pénètre dans un campement de l’armée au moment de la levée des couleurs. Le bilan sera de 10 morts et 35 blessés parmi les militaires. L’attentat kamikaze sera également utilisé le 6 septembre à Batna, à l’est de l’Algérie à l’occasion d’une visite du chef de l’État. En effet, à cette occasion et selon la thèse officielle, le président Bouteflika en personne aurait été la cible d’un kamikaze porteur d’une ceinture d’explosifs. Démasqué, avant l’arrivée du chef de l’État, à cause de son comportement suspect, le kamikaze trouvera la moyen d’actionner le dispositif de mise à feu, occasionnant la mort de 22 personnes et blessant plus de 100 autres parmi les nombreux citoyens venus accueillir le président. Deux jours après, à peine, soit le 8 septembre et alors que l’émotion créée par l’attentat avorté contre le chef de l’État était encore très vive, un terroriste âgé de 15 ans seulement réalisera un autre attentat kamikaze à Dellys (Kabylie maritime) contre une caserne militaire tuant 30 agents des forces de sécurité. Le 21 septembre, à Lakhdaria (dans la wilaya de Bouira) qui avait été le théâtre d’un attentat suicide le 11 juillet, on enregistre un autre attentat kamikaze contre le personnel d’une entreprise française qui était pourtant escorté par les forces de sécurité. S’il n’y eut ce jour là que des blessés, l’attentat provoqua une sorte de panique parmi les entreprises étrangères en Algérie. L’année 2007 sera clôturée par les attentats du 11 décembre perpétrés également par des kamikazes (dont l’un était âgé de 65 ans !) contre le siège du Conseil constitutionnel (situé Boulevard du 11 décembre 1960 où sont également implantés la Cour suprême, le Conseil d’État, le Haut-Conseil islamique) et la représentation officielle de l’ONU à Alger. Considérés comme les plus meurtriers depuis l’an 2000, ces attentats du 11 décembre ont occasionné 41 morts et plus de 170 blessés.

6Les retentissements médiatiques extraordinaires (tant en Algérie qu’au niveau mondial) de ces deux derniers attentats perpétrés dans la capitale feront passer au second plan une ultime action d’envergure réalisée le 27 décembre. Ce jour-là en effet, pas moins de 15 attaques terroristes furent enregistrées à travers les wilayas de Tizi Ouzou et de Bouira. Le bilan macabre de cette année fut arrêté par Amnesty international à, au moins, 491 morts.

7Loin d’être exhaustive cette recension des actions du terrorisme islamiste relate les opérations les plus spectaculaires et celles qui renforcèrent le sentiment d’insécurité. Ce dernier est d’autant plus grand dans les villes que les attentats sont désormais réalisés par le biais redoutable, voire imparable, des kamikazes. Si dans le discours officiel, le recours aux kamikazes est la marque du net affaiblissement du terrorisme islamiste, pour de nombreux observateurs sérieux, c’est au contraire la preuve que l’islamisme armé a fait sa mue. Certains analystes n’hésiteront pas à parler à cette occasion de terrorisme de deuxième génération.

8En effet, alors que l’on s’attendait à un tarissement des sources de recrutement consécutivement à la politique dite de réconciliation nationale prônée, puis appliquée par le président Bouteflika, on découvre avec stupéfaction que loin d’être résiduel, comme le prétend le discours officiel, le terrorisme islamiste se reproduit, se perpétue et se renforce. Ainsi, au moment de la promulgation de la Charte portant paix et réconciliation nationale (septembre 2005), les autorités algériennes affirmaient que 700 combattants islamistes étaient encore dans les maquis (500 pour le GSPC et 200 pour les GIA). Or à la fin de l’année 2007 des sources sécuritaires donnaient le nombre de 1 600 terroristes déployés dans les multiples maquis répartis à travers le territoire national. Outre les repentis qui ont repris les armes (selon certaines sources, ils seraient environ 250), de très nombreux jeunes et donc des primo-terroristes se sont enrôlés dans les maquis. Ces jeunes devaient, selon la propagande islamiste, aller combattre en Irak. Mais en définitive ils sont restés en Algérie. Quoi qu’il en soit, l’irruption du kamikaze dans le champ politique algérien serait la conséquence de la mutation de l’islamisme armé de l’ex-GSPC qui emprunterait à ses homologues du Moyen-Orient.

  • 1  Abderrahmane Moussaoui, De la violence en Algérie. Les lois du chaos, Barzakh éditions, Alger, 200 (...)
  • 2  H’mida Layadi, interview au quotidien El Watan, 20-21/4/2007, p. 2.
  • 3  Hassan Moali, « Enquête. Prosélytisme chiite en Algérie. Et si c’était vrai… ? », El Watan, 19/2/2 (...)

9L’honnêteté commande de préciser que le terme de kamikaze qui s’est imposé dans les médias a été d’emblée refusé par le discours officiel notamment après l’attentat du 11 avril 2007. Il faut dire qu’il s’agit là d’un mot qui est connoté et consubstantiel à l’idée de suicide. Or dans la doctrine musulmane l’idée de suicide (intihar) étant proscrite, l’auteur de l’opération dite kamikaze serait un istishhadi (martyr) qui offre sa personne en sacrifice pour sa religion et sa communauté. Il se distinguerait du shahid victime tombé injustement pour la bonne cause1. Par conséquent c’est presque par commodité que l’on utilisera le terme de kamikaze au sens d’attentat suicide. Et comme il est largement admis « que la tradition de l’attentat suicide est en premier lieu chiite »2, certains observateurs n’ont pas hésité à conclure à l’influence de plus en plus grande du chiisme en Algérie, pays musulman exclusivement sunnite3.

10Devant une telle démarche renouvelée et offensive de l’islamisme armé, les autorités algériennes réagiront de toutes leurs forces, surtout après le 5 juillet 2007. En effet, à l’occasion de la commémoration du 45e anniversaire de l’indépendance, le président de la République s’adressera à la Nation à partir du ministère de la Défense nationale. Intervenant après le terrible et retentissant attentat du 11 avril qui avait ciblé le Palais du gouvernement et dont les stigmates n’avaient pas encore été effacés, ce discours marquera un tournant dans la démarche du président Bouteflika. L’auteur et le défenseur acharné du projet de réconciliation nationale prônera une lutte implacable contre les « résidus terroristes » (sic). Et c’est en sa qualité de chef suprême des forces armées (M. Bouteflika étant également ministre de la Défense même s’il a nommé un ministre délégué auprès de lui) qu’il ordonne à l’armée de redoubler d’efforts dans la lutte contre l’islamisme armé. Pour bon nombre d’observateurs, le président Bouteflika, que certains n’hésitaient plus à qualifier d’islamiste, serait devenu, à la faveur de ce discours un véritable « éradicateur ».

11Effectivement durant tout le second semestre de l’année 2007, l’armée algérienne redoublera d’efforts et d’énergie pour aller dans les trop nombreux maquis du pays pour tenter de déloger et d’anéantir les combattants de l’ex-GSPC (les GIA ayant totalement disparus). Ratissages, bombardements, opérations offensives, encerclements, assauts, abris souterrains détruits, terroristes abattus, terroristes éliminés, tels sont les termes qui faisaient la « une » de la presse nationale durant le second semestre de l’année 2007. Autant dire qu’un véritable climat de guerre enveloppe une nouvelle fois le pays qui a cru un moment à la paix retrouvée. En plus de toutes ces nombreuses actions militaires, l’on enregistre également au cours de cette année un nombre impressionnant de démantèlements de réseaux de soutien au terrorisme islamiste. Enfin, l’observateur est frappé par l’ampleur de l’activité des juridictions répressives qui ont eu à connaître et à traiter d’innombrables affaires pénales liées au terrorisme. C’est dire que les appareils répressifs ont été, en cette année 2007, particulièrement sollicités.

12Le renforcement du combat et de la répression exercés par l’État contre le terrorisme islamiste redoublant de férocité tendent objectivement à accréditer l’idée que la politique prônée par le président Bouteflika depuis son accession au pouvoir en 1999, d’abord sous forme de « concorde civile » puis dans le cadre de « la réconciliation nationale » est un véritable échec.

13Aussi tout au long de l’année, le pouvoir s’évertuera à défendre cette politique, quitte à recourir à des procédés d’un autre âge. Ainsi, une semaine après les attentats du 11 avril, et alors même que le pays tout entier vit sous le régime de l’état d’urgence depuis février 1992 avec, notamment l’interdiction des manifestations publiques, les « masses populaires » ont été appelées dans toutes les villes à descendre dans la rue pour exprimer leur condamnation et leur rejet du terrorisme. À Alger, un meeting a été organisé dans la plus grande salle de la ville, en présence du chef du gouvernement, du secrétaire général de l’UGTA et de représentants de quelques partis politiques. Mais partout à travers le territoire national, ces manifestations qualifiées avec dérision par l’opposition de « marches spontanées » ont été dévoyées : invités initialement à condamner le terrorisme, les manifestants ont été embrigadés pour soutenir la politique de réconciliation nationale, ainsi que le président Bouteflika dont les portraits ont été largement exhibés.

14Ces manifestations qui rappellent les cérémonies de l’ère de la dictature du parti unique, ont constitué une véritable mascarade. Organisées dans un contexte où l’émotion suscitée par les terribles attentats était à son comble, elles ne pouvaient pas signifier un appui à une politique dite de réconciliation avec des hordes d’irréductibles assassins qui avaient clamé haut et fort leur rejet de la politique de main tendue prônée par M. Bouteflika.

15En fait cette mascarade cachait mal une grossière manipulation tendant à faire croire que le président Bouteflika n’avait pas échoué dans la conduite de sa politique. Un tel message politique était d’autant plus important que dans un contexte de marasme social, l’échec avéré de la réconciliation nationale devrait fermer la porte d’accès à un troisième mandat présidentiel pour Bouteflika. Il faut sans doute préciser et rappeler que les Algériens vivent depuis quelque temps un véritable matraquage initié par M. Belkhadem (chef du gouvernement et secrétaire général du parti du FLN) tendant à les préparer à accepter l’idée d’une révision de la Constitution pour permettre à M. Bouteflika (qui achève son deuxième mandat) d’en briguer un troisième.

16La défense de la politique de la réconciliation nationale sera également le leitmotiv du président Bouteflika après l’attentat qui l’avait visé personnellement le 6 septembre à Batna. Réagissant à chaud, M. Bouteflika déclarera :

« Je dis au peuple algérien et au monde entier que nous avons choisi la voie de la réconciliation nationale. Nous n’y renoncerons pas, quel que soit le prix à payer ». De manière assez surprenante il ajoutera : « nous rejetons aussi bien l’extrémisme des islamistes que celui des laïques… Les auteurs d’actes terroristes œuvrent pour le compte de capitales étrangères et de dirigeants étrangers ».

17Propos curieux dictés par une émotion mal contenue ? Peut-être. Mais l’amalgame fait à cette occasion entre les islamistes dont l’extrémisme est établi historiquement et les laïcs algériens ne trouve aucune justification. De même que le recours à la fameuse « main de l’étranger » qui n’avait plus été convoquée depuis le printemps noir de Kabylie en avril 2001 est difficilement acceptable. En tout cas, elle tend à accréditer l’idée que les causes de cet attentat qui ont visé le chef de l’État ne pourraient aucunement se trouver à l’intérieur du pays. Pourtant de l’avis de bon nombre d’observateurs, il y aurait un lien évident entre l’exacerbation de la violence islamiste et la relance du projet de révision de la Constitution devant permettre à Bouteflika de briguer un troisième mandat en 2006, voire de prétendre à une présidence à vie. Analysant l’attentat de Batna, Arezki Metref du Soir d’Algérie (9/9/2007) notait :

« le contexte dans lequel cet attentat est perpétré incline à offrir des lectures diverses. Quand bien même il serait l’œuvre d’islamistes… qui peut assurer qu’il ne procède pas aussi des luttes de classes nouées autour de la succession ? Qui peut assurer que ce ne sont pas encore ces luttes d’influence au sommet de l’État qui débordent dans la rue à la croisée de plusieurs facteurs ? Le premier facteur est l’état de santé du président Bouteflika… dans plusieurs cercles du pouvoir on se prépare à la succession. »

18Plus catégorique, Anne Giudicelli, spécialiste du terrorisme dans les pays du Moyen-Orient et du Maghreb, interrogée par le quotidien El Watan du 11/9/2007 déclarait : « À mon avis les objectifs des attentats [Batna le 6 septembre et Dellys le 8] sont d’abord internes à l’Algérie… ils répondent à une logique algérienne ».

19Aussi l’on comprend qu’après les attentats du 11 décembre 2007 qui avaient ciblé le Conseil constitutionnel et le siège de l’ONU à Alger, l’organisation internationale ait décidé, passant outre aux déclarations officielles des autorités algériennes, de créer une commission pour enquêter sur ces opérations. Cette décision créa une vive tension entre l’ONU et le gouvernement algérien qui en rejetait le principe. Elle a été perçue par les autorités algériennes comme une sorte de commission d’enquête internationale dont la mise sur pied ruinerait toute la démarche mise en œuvre par Bouteflika depuis 1999. Aussi et après d’âpres négociations (le secrétaire général de l’ONU s’étant déplacé à Alger sous le sceau de l’urgence) la présidence de cette commission d’enquête a été confiée à un fonctionnaire de l’ONU de nationalité algérienne, M. Lakhdar Brahimi.

20Dans l’attente des résultats de l’enquête et au-delà des subtilités de la diplomatie, force est de retenir que l’existence même de cette commission internationale marque le rejet des explications fournies par les autorités algériennes à propos des attentats du 11 décembre 2007.

Un climat social fragilisé

« Le pacte économique et social a été perdu en cours de route. Aujourd’hui, il n’y a aucun débat entre l’État, le partenaire social et le patronat. C’est un document lyrique qui n’a suscité aucun débat de fond. Et voilà le résultat ».

21Ces propos reproduits par la presse écrite du 24 décembre n’ont pas été tenus par un opposant, mais par Ahmed Ouyahia, ancien chef du gouvernement et secrétaire général du parti du RND qui fait partie de la coalition présidentielle. Mieux encore, ces propos ont été tenus à la télévision d’État. À cette occasion, l’on découvre que le pacte, en vigueur depuis 2006, n’aura vu que trois de ses objectifs mis en œuvre sur les quarante qu’il référence. Ce texte avait pour but d’instaurer la paix sociale pour au moins cinq ans.

  • 4  Ahmed Benbitour, « Aux sources du paradoxe algérien », El Watan, 18/11/2007, p. 23.
  • 5  Liberté, 3/10/2007, p. 2.
  • 6  Le Soir d’Algérie, 4/12/2007, p. 24.

22En 2007, de paix sociale il n’y en eu guère. Le climat économique s’est en effet fortement détérioré du fait de l’augmentation des prix des produits alimentaires et de la baisse drastique du pouvoir d’achat de la majorité des Algériens. Nonobstant les chiffres et les bilans affichés par le gouvernement (les réserves de change ont atteint 110 milliards de dollars à la fin décembre 2007 contre 77,78 milliards de dollars en décembre 2006, soit une augmentation de 32 milliards en une année ; le PIB par habitant est passé de 3 478 dollars en 2006 à 3 968 dollars en 2007), le quotidien des Algériens demeure très pénible. Outre les pénuries de produits de base, comme la pomme de terre et le lait, on a enregistré une forte inflation sur les prix de la plupart des autres produits alimentaires, au point où le gouvernement a été contraint de renouer avec la politique de subventions de certains d’entre eux. Un sentiment de frustration s’est dès lors très largement répandu au sein de la population qui découvre une fois encore qu’elle constitue « un peuple pauvre dans un pays riche »4. Le professeur Benachenhou, ancien ministre des Finances et proche de M. Bouteflika n’a pas hésité à parler de « pauvreté salariale » des Algériens5. Aussi, tous les Algériens s’interrogent-ils, à l’instar de l’universitaire et journaliste Ahmar Belhimer : « Où va l’argent du pétrole6 ? » Cette année particulièrement, un sentiment de révolte s’est emparé de bon nombre d’Algériens suite au procès largement médiatisé de l’affaire Khalifa du nom de ce pseudo homme d’affaires qui a siphonné des sommes considérables provenant du secteur public et de la sécurité sociale.

  • 7  El Moudjahid, 5/9/2007, p. 10.

23Dans le monde du travail, le malaise était d’autant plus fort que le gouvernement a tardé à concrétiser le principe d’une augmentation des salaires des 1,2 million de fonctionnaires. Sans doute pour désamorcer une éventuelle explosion sociale prévue pour la rentrée, ce principe n’a été annoncé qu’au début du mois de septembre à l’issue d’une bipartite regroupant le gouvernement et l’UGTA – à l’exclusion du patronat et des syndicats dits autonomes. Suite à l’annonce de cette augmentation, le secrétaire général de l’UGTA, qui se targue d’avoir 1 560 millions de syndiqués, a tenu à remercier publiquement le président de la République au nom de tous les travailleurs7. Toute honte bue, il confirmait ainsi le rapport de vassalité qu’entretient cette organisation dite syndicale avec un président de la République envers lequel elle renouvelle régulièrement sa moubayaa (allégeance).

24Nonobstant ce verrouillage, le front social a été secoué par quelques grèves (enseignants des lycées techniques, cheminots, étudiants, avocats), ainsi que par de nombreuses autres actions à l’initiative des jeunes, mais très actifs, syndicats autonomes.

25Face à l’autisme des gouvernants, ces organisations (il y aurait officiellement 57 syndicats agréés) découvrent cette année les bienfaits de l’action unitaire puisqu’elles tendent à se regrouper dans le cadre de « l’unité d’action » autour de deux pôles : une coordination de 12 syndicats, d’une part, et une intersyndicale de 6 autres organisations.

  • 8  Sadek Hadjeres, « Osmane Redouar et l’espoir syndical vivant », Le Quotidien d’Oran, 24/12/2007, p (...)

26Profitant du marasme social, ces syndicats autonomes ont mobilisé leurs troupes autour de la nouvelle grille des salaires de la fonction publique qui a été arrêtée par le gouvernement en accord avec le syndicat officiel, l’UGTA. Aussi, les grèves visaient-elles, pour les syndicats autonomes, à obtenir une reconnaissance de la part d’un pouvoir hostile au principe même du pluralisme syndical. Ces organisations n’ont jamais cessé d’exiger d’être associées en tant que partenaires sociaux à toutes les négociations concernant le monde du travail. En fait, la combativité de ces syndicats contraste singulièrement avec la léthargie de bon nombre de partis politiques8.

27Le mouvement social a été animé cette année par les émeutes enregistrées à travers pratiquement tout le pays. À la fin du mois de janvier, le ton était donné à partir de la ville frontalière de Cheria (wilaya de Tébessa) située à 10 km de la frontière tunisienne. Suite à la fermeture d’un marché de bétails décidée dans le cadre de la lutte contre la contrebande, « une violence d’une rare intensité » a été mise en branle. Les émeutiers ont incendié le siège de la sous-préfecture ainsi que celui des douanes. Trois jours après, c’est à Draa Ben Khedda dans la wilaya de Tizi Ouzou qu’une émeute a éclaté, suite à la décision de démolition d’un marché informel composé de baraques. Lors de ces deux émeutes, les citoyens se sont associés aux commerçants pour exprimer violemment leur mécontentement. En février, c’est la distribution des logements sociaux qui a été à l’origine de l’émeute qui a embrasé la localité de Chellal dans la wilaya de M’sila. Les émeutiers ont accusé les autorités administratives d’avoir distribué des appartements à des personnes étrangères à la localité.

28Mais c’est au mois de mars que les plus graves émeutes ont éclaté à Kaïs dans la wilaya de Khenchela. Deux morts, de nombreux blessés et une trentaine d’arrestations, tel est le bilan d’une violence occasionnée par un gendarme qui avait tiré sur un jeune contrebandier. À cette occasion, on a craint qu’un remake du scénario d’avril 2001 en Kabylie ne se reproduise. Au mois de mai, c’est dans la localité de Ras El Oued à 37 kilomètres de Bordj Bou Arréridj que, durant cinq longues journées, des émeutiers ont fait de leur cité une ville morte. Durant la campagne électorale pour les élections législatives du 17 mai, suite aux exactions commises par des policiers sur des jeunes voulant assister à un match de football dans une localité voisine, une émeute a éclaté. De nombreux dégâts matériels, bon nombre de blessés ainsi que près de 70 arrestations ont frappé cette petite localité que seuls les matchs de football égayent de temps à autre. C’est du reste à cause, tout au moins officiellement, de la relégation de son club que la ville de Bousaâda a été secouée elle par une terrible émeute qui a commencé le 30 juin et duré 12 jours. Selon la presse nationale, l’émeute, qui aurait compté entre 10 000 à 20 000 manifestants (dont 500 furent interpellés) s’est apparentée à une « véritable insurrection ».

29Au cours du mois de septembre, trois localités ont connu des émeutes. Annaba d’abord, qui une fois encore, a été le théâtre d’un mouvement de jeunes chômeurs exigeant d’être recrutés au sein du fameux complexe sidérurgique d’El Hadgar géré par la multinationale Arcelor-Mittal. Comme en mars 2004 (il y a eu un mort), les émeutiers ont bloqué l’accès au complexe. Ayant levé le blocus à la suite de promesses de recrutement, les émeutiers reviendront à la charge le 25 décembre 2007.

30La seconde localité qui a été secouée par une émeute au cours de ce mois de septembre est Souk El Had dans la wilaya de Boumerdes. À l’origine de ce mouvement, le mécontentement de la population qui avait décidé d’occuper illégalement des logements sociaux dont la construction était sur le point d’être achevée. Les squatteurs ont justifié leur action par leur crainte de voir les logements neufs attribués à des étrangers à la commune. L’intervention des forces de l’ordre pour les déloger a provoqué l’émeute.

31Le 16 septembre c’est à Souani (dans la wilaya de Tlemcen) dans une commune frontalière à 25 km de la ville de Maghria, qu’une émeute s’est produite après la mort d’un jeune homme abattu par un garde frontière. Au cours du mois d’octobre, pendant le Ramadhan, une émeute a été enregistrée à Aïn Zerga dans la wilaya de Tébessa suite au décès d’un patient qui n’avait pas été sérieusement pris en charge par les structures sanitaires locales. Une nouvelle fois dans la wilaya d’Annaba, à Chetaïbi, la population est descendue dans la rue durant quatre jours à la suite de coupures intempestives du courant électrique. Durant le mois de novembre, ce sont les localités de Mila, de Draa Ben Khedda, de Miliana et d’El Bayadh qui sont tour à tour secouées par des émeutes. À Ouargla, le 17 novembre pendant la campagne électorale pour les élections locales, de violentes émeutes se déroulent pendant plusieurs jours. Ces soulèvements, qualifiés d’émeutes de l’emploi, ont été provoqués par des chômeurs qui s’étaient déjà mobilisés pour revendiquer un recrutement prioritaire par rapport aux « étranges qui viennent du Nord ».

32Ces nombreuses émeutes ont des causes multiples. Tous les prétextes peuvent constituer des facteurs déclenchant car la « mal vie » est bien réelle, les conditions de vie pénibles, la gouvernance locale déplorable. Elles laissent indifférentes le pouvoir qui ne se sent pas menacé dans sa pérennité.

33Deux autres phénomènes connaissent un développement remarquable. Il s’agit du suicide, d’une part, et surtout, du phénomène dit des Harragas (émigrants clandestins), d’autre part. S’agissant tout d’abord de l’émigration clandestine, il y a lieu de souligner qu’elle a toujours existé mais le phénomène a pris de l’ampleur depuis 2002 avec un véritable tournant lors de la nuit du 31 décembre 2006.

34Qualifiés par le ministre de la Solidarité sociale de « damnés de la mer » les harragas qui ont abandonné depuis belle lurette la voie terrestre lui préférant la voie maritime en direction de la rive nord de la Méditerranée ont été plus nombreux en 2007. Les autorités militaires algériennes ont avancé le chiffre de 1 600 contre un millier en 2006 et 335 en 2005. Mais ces données ne concernent que les harragas arrêtés en 2007. Elles devraient être complétées par le nombre de morts et de disparus en pleine mer, ainsi que par celui des harragas qui ont réussi dans leur audacieuse entreprise. Il faut savoir à ce propos que pendant les neufs premiers mois de l’année 2007, 1 396 Algériens ont été arrêtés en Sardaigne. Quand on sait que l’émigration à partir de l’est de l’Algérie ne représenterait que 33 % du total des départs, on peut aisément en imaginer l’ampleur à partir des côtes de l’Oranie d’où partiraient 66 % des migrants.

35Signalons que le président Bouteflika, dans un discours consacré aux problèmes de la jeunesse a avancé le chiffre de 2 400 harragas et il n’est pas sans intérêts qu’il ait associé le phénomène des harragas à celui des kamikazes. Il reste que, s’il est vrai que la plupart de ces migrants sont des jeunes, on relève qu’il y a de plus en plus de candidats moins jeunes, issus des couches moyennes laminées par la crise.

36Officiellement, le chômage et l’exclusion sont convoqués pour expliquer le phénomène. C’est une manière subtile de dédouaner le régime du président Bouteflika. Les autorités algériennes qui se sont décidées à évoquer publiquement un phénomène qu’elles avaient tendance à cacher ont fait en sorte que des procès soient organisés pour juger des émigrants clandestins interceptés. Elles ont également actionné les mosquées : les religieux ont condamné ce type de migrations en l’assimilant à une forme de suicide.

37S’agissant du suicide, il convient de signaler que l’année 2007 a été particulièrement meurtrière puisque officiellement on dénombre autant de tentatives que de cas réussis (128). Si 43 des 48 départements sont concernés par ce fléau, ce sont les wilayas de Bejaia, Tizi Ouzou, Alger, Relizane et Mascara qui comptent le plus de suicides. Il semblerait que le chômage soit la première cause de suicide. Les sans professions occuperaient en effet la première place que ce soit pour le suicide ou pour les tentatives de suicide. La tranche d’âge 18-30 ans est celle qui est la plus touchée par ce fléau.

38Les victimes du marasme social étant essentiellement les jeunes qui représentent au demeurant la plus grande partie de la population algérienne, le gouvernement a tenté cette année de se pencher plus spécialement sur le dossier de la jeunesse. À l’occasion de la réunion gouvernement-walis, le président Bouteflika a décidé de faire des problèmes afférant à la jeunesse une urgence nationale. Dans le discours prononcé le 23 octobre devant les préfets, le chef de l’État a pratiquement reconnu l’échec des programmes précédents, même si des sommes colossales ont été consacrées au secteur de la jeunesse. Selon lui, si l’on n’y prend pas garde les 2 400 harragas recensés et les kamikazes pourront devenir bien plus nombreux. Aussi les préfets sont-ils invités à concevoir une politique audacieuse dont le leitmotiv serait l’intégration de cette jeunesse dans la société (et donc la fin de toutes les formes d’exclusion).

39Malheureusement les observateurs sérieux ont noté la médiocrité des travaux de cette conférence où a dominé très largement la langue de bois. Le manque d’imagination constaté à cette occasion confirme, une fois encore, que la crise explicitement évoquée par M. Bouteflika pour désigner la déconnexion entre les pouvoirs publics et les jeunes appelle non pas des mesurettes à caractère technique, mais des réponses de nature politique que ni les bureaucrates ni le système politique en place ne sont en mesure d’apporter.

Des élections législatives et locales boycottées

40Le 17 mai 2007 ont été organisées les élections pour le renouvellement des 389 sièges de l’Assemblée populaire nationale. 12 229 candidats se répartissaient sur 1 144 listes, parrainées par 24 partis politiques et des « indépendants ». La confection de ces listes a donné lieu à de nombreux problèmes au sein des partis politiques dont l’extrême fragilité est une nouvelle fois apparue au grand jour à cette occasion. Le parti du FLN, par exemple, a été secoué, une fois encore, par une crise révélant que le conflit entre les partisans de l’ancien chef du gouvernement Ali Benflis et les partisans du chef de l’État était encore latent. Devant la contestation parfois violente des listes arrêtées par la direction centrale du FLN, le secrétaire général du parti, M. Belkhadem (qui est également chef du gouvernement) n’avait qu’un seul argument à opposer : les listes définitives sont arrêtées par le président du parti du FLN, en l’occurrence M. Bouteflika en personne. Les observateurs découvraient à cette occasion que le chef de l’État n’était pas un simple président d’honneur du premier parti politique algérien. Pourtant, durant la campagne électorale insipide, le parti du FLN a été rappelé à l’ordre par la commission de surveillance des élections au motif que les portraits du chef de l’État ne pouvaient être utilisés par aucun parti. Il faut dire que le parti Rassemblement national démocratique (RND) de M. Ahmed Ouyahia avait élevé une protestation à ce sujet.

  • 9  Le Soir d’Algérie, 3/6/2007, p. 3.

41De l’avis de tous les observateurs, la campagne électorale a été terne et sans relief, les Algériens ayant manifestement d’autres préoccupations. Aussi les résultats ont-ils été à la mesure de ce désintérêt : la plus forte abstention depuis l’indépendance du pays en 1962. Arrêté officiellement à 35,67 % (soit en recul de 10 points par rapport à celui des élections législatives de 2002) le taux d’abstention était en vérité nettement plus bas. Du côté de l’opposition, ou de ce qu’il en reste, ce taux officiel a été dénoncé comme factice. Pour Karim Tabbou, le premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS) qui avait appelé au boycott, « la majorité des Algériens n’a pas voté… les députés doivent se déclarer illégitimes puisque 88 % de la population s’est abstenue »9.

  • 10  Le Soir d’Algérie, 11/12/2007, p. 3.
  • 11  Si l’on en croit les confidences que nous avons recueillies auprès d’une personne proche du cabine (...)

42Selon Moussa Touati du Front national algérien (FNA, 15 sièges à l’Assemblée), le taux réel était de 19 %10. Pour cet homme politique, qui est plutôt proche des sphères de décisions, on aurait ainsi ajouté pas moins de 16 points pour faire grimper le taux officiel à 35 %, le surplus était ensuite réparti sous forme de quotas au profit de certains partis comme le Parti des travailleurs (PT) de Louisa Hanoune. Pour notre part, nous pouvons témoigner qu’à Alger le taux réel avoisine probablement les 12 %11. Ce dernier taux qui ne concerne que la capitale serait donc le même que celui avancé par le parti du FFS pour l’ensemble du pays.

43Quoi qu’il en soit, même en retenant les chiffres officiels (Journal officiel n° 45 du 11/7/2007), on découvre que sur les 18 761 084 électeurs inscrits il n’y a eu que 6 692 891 votants. Avec 965 064 bulletins nuls, les suffrages exprimés n’ont été que de 5 727 827. Le parti du FLN qui a perdu 63 sièges par rapport à la précédente législature est néanmoins sorti vainqueur de cette compétition avec 136 députés (sur les 389 que compte la Chambre basse), suivi du parti RND avec 62 sièges (i.e. un gain de 14 députés) et du parti islamiste Hamas avec 51 représentants (également en progression de 14 sièges). La coalition présidentielle a obtenu aussi la majorité absolue avec 249 sièges. Juste derrière cette coalition se placent les indépendants (avec 33 sièges) qui constituent une catégorie disparate qui a inquiété bon nombre de partis. En cinquième position, un parti aux contours insaisissables, le PT. Parti troskiste à l’origine, il se définit désormais comme nationaliste. Pratiquant la surenchère en matière de patriotisme, il dénonce les ministres nommés et choisis par Bouteflika tout en lui apportant son soutien.

44Avec ses 26 sièges, le parti des Travailleurs pouvait se constituer en groupe parlementaire. Tel n’est pas le cas du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) de Saïd Saadi avec ses 19 députés. Le RCD qui renouait avec les élections législatives se dit frappé par la malédiction des « décideurs » qui sont prêts à l’accepter dans l’hémicycle comme faire-valoir démocratique, mais sans lui octroyer les moyens d’agir efficacement. Un autre parti mérite d’être cité, il s’agit du Front national algérien qui a obtenu 15 sièges (en progression de 7 fauteuils par rapport à la précédente législature). Les 15 autres mouvements politiques qui ont fait leur entrée au parlement se partagèrent les 40 sièges restants. Parmi ces derniers, on accordera une mention spéciale au parti islamiste, le Mouvement islah, qui a tout simplement été laminé, n’obtenant que 3 sièges, alors qu’il en avait 43 dans la précédente assemblée. Avec un taux d’abstention de 65 % et plus de 960 000 bulletins nuls les Algériens ont exprimé leur rejet du régime politique. Pourtant, dès le lendemain des élections, le ministre de l’Intérieur s’est empressé d’incriminer les partis politiques leur reprochant de ne pas avoir été à la hauteur des exigences de l’épreuve électorale. Selon lui, « la classe politique ne s’est pas adaptée à la nouvelle demande et à la nouvelle exigence ainsi qu’à l’évolution de notre société ». Aussi le ministre s’est-il prononcé en faveur de la révision de la loi sur les partis politiques… afin d’adapter ce texte juridique aux mutations politiques.

  • 12  Liberté, « , Malgré une forte abstention aux législatives, sa popularité est intacte. Le paradoxe (...)

45Si le ministre de l’Intérieur, très fidèle collaborateur de M. Bouteflika, s’est empressé d’imputer aux partis politiques le résultat catastrophique des élections législatives, le président de la République, pour sa part, s’est attaché à prouver que le taux d’abstention record ne signifiait aucunement le rejet de son pouvoir, alors qu’il avait été réélu avec un taux faramineux de 85 % des voix en avril 2004. C’est pourquoi, dès la fin du mois de mai, soit moins de 15 jours après les élections législatives, il a repris ses fameuses « visites d’inspection et de travail » dans les wilayas en commençant par Blida et Chleff, avant de se rendre à Sétif, Oran, Jijel… De toutes ces visites c’est assurément l’étape de Sétif (26 et 27 juin) qui a retenu le plus d’attention. Au cours de son séjour, M. Bouteflika a été invité par un athlète censé représenter la société civile locale, à briguer un « troisième mandat ». Cette visite constitue ainsi le point de départ d’une campagne nationale en faveur de la réélection du président Bouteflika. Or celle-ci passe nécessairement par la révision de la Constitution. Dès lors, le message politique est très clair : l’échec des élections législatives ne doit pas être compris comme un camouflet pour M. Bouteflika et son régime. Plus que jamais, la popularité du chef de l’État est intacte12. Mieux encore, malgré les rumeurs sur son état de santé et les luttes autour de sa succession (rumeurs largement relayées par la presse internationale), M. Bouteflika est invité par le peuple et l’Algérie profonde à proroger sa mission. Il n’est pas sans intérêt de souligner que le point de départ de cette campagne pour un troisième mandat est donné à partir d’une ville de l’Est du pays. C’est là un autre message politique fort. Contrairement à ses détracteurs qui lui reprochent d’avoir instauré un pouvoir d’essence régionaliste, privilégiant principalement les hommes de l’ouest et de sa région d’origine, M. Bouteflika n’est pas perçu comme tel par l’Algérie profonde puisque l’appel lui a été lancé à partir de l’Est.

46Ce message sera relayé tout au long de l’année 2007 au gré des visites de travail et d’inspection organisées dans les autres régions du pays. Toutes ces visites avaient manifestement un seul objectif fondamental : démontrer aux yeux de l’opinion que le taux record d’abstention aux législatives du 17 mai n’entame en rien la popularité de M. Bouteflika ni la légitimité de son pouvoir. L’échec de ces élections ne peut être imputé qu’aux partis politiques. Aussi, avant de se concentrer sur l’organisation d’élections locales prévues initialement pour le mois de septembre (puis reportées au 29 novembre), le ministre de l’Intérieur a-t-il annoncé, le jour même de la proclamation des résultats des élections législatives, vouloir réviser la loi sur les partis politiques. Quelque temps après il s’est ravisé, préférant ne pas toucher à ce texte et optant pour la modification de la loi électorale. Ce faisant, il ne faisait que changer son fusil d’épaule sans perdre de vue, sa cible : réaménager le champ politique.

47La mesure étant grave et fort décriée, on l’a d’abord fait prendre en charge par les partis politiques eux-mêmes, tout au moins par les « grands partis » de la coalition présidentielle, le FLN, le RND, et le Hamas dans une moindre mesure, auxquels s’est joint le PT de Louisa Hanoune. Moins d’un mois après les élections législatives, le Conseil du gouvernement, puis le Conseil des ministres ont adopté l’avant-projet de loi portant modification de la loi électorale. Le 29 juillet, celle-ci était publiée au Journal officiel, 24 heures après son adoption par le parlement. C’est dire la célérité avec laquelle cette loi a été promulguée malgré toutes les contestations qu’elle a soulevées de la part de nombreux partis politiques.

48Avant d’en saisir la portée, il importe d’en rappeler l’économie générale. Sur les 221 articles qui composent la loi électorale (ordonnance n° 97-07 du 6/3/1997 publiée au Journal officiel n° 12 du 6/3/1997 modifiée par la loi organique n° 04-01 du 7/2/2004 publiée au Journal officiel n° 09 du 11/2/2004) seules 2 dispositions ont été modifiées. Il s’agit de l’article 82 qui a trait aux listes en matière d’élections locales et de l’article 109 qui concerne le parrainage des listes lors des élections législatives. Avant leur modification, ces deux dispositions énonçaient des conditions se rapportant aux listes dites indépendantes (celles qui ne bénéficient pas du parrainage d’un ou de plusieurs partis politiques). S’agissant des listes présentées sous l’égide des partis, le parrainage était suffisant. Dans le cadre de loi du 28 juillet 2007, un système quelque peu compliqué est introduit pour éliminer les « petits » partis, ceux n’ayant pas un ancrage national et ceux qui ont recouru aux boycotts de manière quasi systématique.

49Pour les élections locales, seuls les partis politiques ayant obtenu lors de l’une des 3 dernières élections législatives, plus de 4 % des suffrages exprimés, répartis sur 51 % du nombre de départements sans que ce chiffre ne soit inférieur à 2 000 suffrages exprimés par départements peuvent désormais parrainer des listes.

50À défaut de remplir cette condition, il est exigé du parti politique qu’il dispose d’au moins 600 élus (locaux et nationaux) répartis sur 51 % du nombre de départements, sans que ce chiffre ne soit inférieur à 20 élus par département. Lorsque la liste présentée sous l’égide d’un parti ne remplit pas les conditions précédentes ou lorsque le parti est nouveau, ladite liste devra être appuyée par au moins 3 % de signatures des électeurs inscrits dans la circonscription électorale concernée. Ce taux de 3 % est également exigé des listes dites indépendantes. Quant aux élections législatives, elles font l’objet d’un dispositif équivalent énoncé à la faveur de la nouvelle mouture de l’article 109 de la loi électorale.

  • 13  El-Moudjahid, 3/9/2007, p. 7.

51En application de cette loi du 28 juillet 2007, le ministre de l’Intérieur a publié en date du 2 septembre13 un communiqué aux termes duquel étaient tirées les conséquences pratiques du nouveau dispositif. Pour aller à l’essentiel, on constate que sur les 25 partis politiques algériens, seuls 9 répondent aux nouvelles conditions légales. Il s’agit du FLN, du RND, du MSP, d’El-Islah, du FFS, du Mouvement Nahdha, du RCD, du PT et du FNA. Quant aux partis politiques qui ne remplissent pas les conditions posées par l’article 82 du code électoral, ils sont au nombre de 16. Par conséquent, ils doivent donc recueillir au moins 3 % des signatures des électeurs inscrits dans chaque circonscription électorale convoitée. C’est dans ce nouveau cadre législatif – avec 3 mois de retard par rapport à l’échéance légale – que sont organisées les élections locales le 29 novembre 2007. Pour justifier le report des élections, les autorités ont fait valoir qu’il fallait éviter leur concomitance avec la rentrée scolaire et universitaire, le ramadhan et l’aïd esseghir. Qui plus est, respecter l’échéance légale aurait exigé que l’on organise la campagne électorale durant la période estivale, période peu propice au jeu politique.

52En réalité derrière ces arguties se cache le spectre de l’abstention record aux élections législatives du 17 mai. Organiser des élections locales quatre mois après un tel fiasco, c’était se condamner à réitérer un scénario déplorable. Il fallait donc gagner un maximum de temps pour faire oublier ce mauvais souvenir puis reprendre en main l’électorat. Le ministre de l’Intérieur voulant sans doute réveiller les abstentionnistes, leur a adressé un questionnaire aux fins de connaître les raisons de leur abstention lors du scrutin du 17 mai. L’initiative ministérielle a soulevé un tollé au sein de l’opposition, malgré toutes les explications présentées par le ministre. En tout état de cause, elle a connu un véritable échec puisque, de l’aveu des autorités politiques, seuls 10 % des citoyens concernés par cette opération ont répondu au questionnaire. Quoi qu’il en soit, les élections locales du 29 novembre ont connu un meilleur taux de participation (officiellement 44,09 %) que celles du 17 mai. Même s’il est en recul de 4 points par rapport aux élections locales de 2002, ce taux a été qualifié d’excellent. Comparé aux 36,6 % des élections du 17 mai, ce taux pouvait apparaître comme remarquable…

53Aussi le ministre de l’Intérieur a-t-il tenu à féliciter les partis politiques qui ont, selon lui, fourni un grand effort pour mobiliser et sensibiliser les citoyens. Ces partis auraient également à cette occasion renouvelé leurs listes et élevé le niveau de leurs candidats. Les résultats globaux ont confirmé la prééminence du parti du FLN (4 201 sièges dans les communes), grâce aux 2 094 964 voix, soit un taux de 30,05 %. Il est suivi par le RNF (1 602 044 voix, 24,50 % des sièges et 3 426 représentants dans les communes). À la surprise générale, le FNA de Moussa Touati s’est imposé comme la 3e force (836 305 voix, 11,29 % des sièges, 1 578 représentants). Créé en 1998 et agréé en 1999, ce parti, classé en 7e position après le scrutin du 17 mai, n’était présent depuis 2002 que dans 36 communes. À la faveur des élections du 29 novembre, il a gagné 4 places sur l’échiquier national détrônant le parti islamiste Hamas qui n’a obtenu que 10,69 % des voix et 1 495 sièges communaux. Derrière ce dernier, on trouve le PT (qui participait pour la première fois aux élections communales) avec 6,85 %, le RCD avec 4,33 %, le FFS (en net recul) avec 4,05 %. Pour ces élections communales, les indépendants dont l’existence même était décriée par les partis au motif qu’ils pourraient constituer un danger pour la démocratie (sic), sont arrivés en 8e position, soit un recul de 4 places par rapport aux élections du 17 mai (564 169 voix). Ils n’ont obtenu que 278 289 voix et 542 sièges, soit un net recul par rapport aux élections communales de 2002 (456 628 voix et 869 sièges). Les indépendants ne disposent plus que de 3,88 % des sièges au niveau communal. Les 17 partis classés derrière les indépendants ont obtenu des résultats dérisoires.

54Dans le cadre du département, si le FLN est en tête, suivi par le RND, le Hamas reprend sa 3e place, le FNA de Moussa Touati occupant la 4e position. Dans ce tableau, les indépendants ne figurent nulle part. Le FNA est suivi par le PT.

55Au total, le taux d’abstention enregistré ce jour-là est extrêmement important puisqu’il avoisine officiellement les 56 %. Ce taux confirme la tendance inaugurée le 17 mai lors des élections législatives. Si elle venait à se maintenir, cette tendance lourde, qui marque un net rejet par les Algériens du système politique, risquerait de compromettre sérieusement les prochaines élections présidentielles prévues pour avril 2009.

56Le régime du président Bouteflika pourrait à l’avenir prendre de sérieuses initiatives politiques pour donner davantage de crédibilité à sa gouvernance. Pour l’heure, il s’est empressé d’initier une démarche visant à recomposer le champ politique, sans toutefois toucher à la loi sur les partis. En instrumentalisant la loi électorale, le régime algérien veut réduire considérablement le nombre d’associations à caractère politique. À ses yeux, les 26 partis politiques reconnus sont encore trop nombreux même si l’on est très loin des 60 partis qui avaient émergé avec l’ouverture démocratique en 1989. Si une décantation de la situation est nécessaire et souhaitable, elle ne peut se décréter. Elle ne pourra survenir que si le régime de l’état d’urgence instauré en 1992 est levé et que le climat sécuritaire, très dégradé en cette année 2007, est définit

Haut de page

Notes

1  Abderrahmane Moussaoui, De la violence en Algérie. Les lois du chaos, Barzakh éditions, Alger, 2006, p. 301-302.

2  H’mida Layadi, interview au quotidien El Watan, 20-21/4/2007, p. 2.

3  Hassan Moali, « Enquête. Prosélytisme chiite en Algérie. Et si c’était vrai… ? », El Watan, 19/2/2007, p. 1 et 8 ; Madani Radia, « Les services de sécurité en état de veille. Achoura et agitation chiite à Constantine », Liberté, 29/1/2007, p. 9 ; Ali Moussa Jamel, « Meeting RND à Tlemcen. Les mouvances chiites et salafistes sont un véritable danger », Liberté, 8/5/2007, p. 6 ; « Arrêté après avoir incendié une mosquée. Un chiite profane le Coran à Khenchela », Liberté, 14/2/2007, p. 8 ; Ahmed Halli, « Un chiite peut en cacher un autre », Le Soir d’Algérie, 26/2/2007, p. 24 ; Hassan Moali, « Affaires religieuses. L’État riposte aux kamikazes potentiels », El Watan, 6/11/2007, p. 1 et 7.

4  Ahmed Benbitour, « Aux sources du paradoxe algérien », El Watan, 18/11/2007, p. 23.

5  Liberté, 3/10/2007, p. 2.

6  Le Soir d’Algérie, 4/12/2007, p. 24.

7  El Moudjahid, 5/9/2007, p. 10.

8  Sadek Hadjeres, « Osmane Redouar et l’espoir syndical vivant », Le Quotidien d’Oran, 24/12/2007, p. 7.

9  Le Soir d’Algérie, 3/6/2007, p. 3.

10  Le Soir d’Algérie, 11/12/2007, p. 3.

11  Si l’on en croit les confidences que nous avons recueillies auprès d’une personne proche du cabinet du wali.

12  Liberté, « , Malgré une forte abstention aux législatives, sa popularité est intacte. Le paradoxe Bouteflika », 31/5/2007, p. 3.

13  El-Moudjahid, 3/9/2007, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Bennadji, « Algérie 2007 : l’année des kamikazes et des élections manquées », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 203-217.

Référence électronique

Chérif Bennadji, « Algérie 2007 : l’année des kamikazes et des élections manquées », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/442 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.442

Haut de page

Auteur

Chérif Bennadji

Professeur à l’Université d’Alger - Benyoucef Benkhedda

Articles du même auteur

Haut de page