Navigation – Plan du site
Libye
Gros plan

Contestation islamiste et lutte antiterroriste en Libye (1990-2007)

Yahia H. Zoubir
p. 267-277

Entrées d'index

Mots-clés :

Libye
Haut de page

Texte intégral

  • 1 * Professeur en relations internationales et management et directeur de recherche en Géopolitique, (...)
  • 2  George Joffé, « Libya and Europe », Journal of North African Studies, vol. 6, n° 4, hiver 2001, p. (...)

1Le régime de Mouammar Kadhafi était jusqu’à une date très récente un facteur d’instabilité au Maghreb et en Afrique. Les ardeurs excessives du régime du colonel Kadhafi ont fait de la Libye l’une des bêtes noires des États-Unis1, de l’Europe2 et de ses voisins immédiats (notamment, l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie, et le Tchad). Le comportement de son dirigeant lui a valu également des sanctions sévères qui ont fini par affaiblir son pouvoir et le forcer à composer avec les puissances étrangères de peur d’être renversé. Au cour de son histoire, le régime du colonel Kadhafi, soutien dans les années 1970 et 1980 de divers mouvements « révolutionnaires » et groupes « terroristes », tels que celui du Palestinien Abou Nidal, a fait subir à sa population une répression sans précédent.

  • 3  Sur l’impact des sanctions, cf. Tim Niblock, Pariah States and Sanctions in the Middle East : Iraq (...)

2À la suite de l’affaire Lockerbie, pendant la décennie 1990, l’ONU et les États-Unis ont imposé de sévères sanctions économiques au pays. Ces sanctions3 et l’échec du mode de développement économique libyen n’ont fait qu’accroître le ressentiment de la population envers le pouvoir en place et ont alimenté diverses formes d’opposition clandestine – il n’existe pas d’opposition légale –, notamment islamiste radicale. Cette dernière a cherché à renverser à plusieurs reprises le régime du colonel Kadhafi.

L’émergence de la contestation islamique

  • 4  François Burgat et William Dowell, The Islamic Movement in North Africa, Austin, University of Tex (...)
  • 5  Yehudit Ronen, « Qadhafi and Militant Islamism : Unprecedented Conflict », Middle Eastern Studies, (...)

3Le « Guide de la révolution », n’a eu de cesse depuis son avènement au pouvoir d’instrumentaliser l’islam et de neutraliser l’influence des Frères Musulmans et de la Confrérie Senoussie. Mais la gestion catastrophique de l’économie a nourri, dès les années 1980, les mouvements se réclamant de l’islam politique, c’est-à-dire la seule opposition ayant un ancrage social en Libye. Le régime a réagi en accusant régulièrement tous ses opposants, islamistes ou non, d’être des « Frères Musulmans »4 ayant des velléités contre-révolutionnaires. Il n’a pas hésité à accuser les Frères Musulmans d’être derrière l’attentat contre sa résidence à Bab-al-Aziziya à Tripoli, alors qu’il avait été revendiqué par le Front libyen national de salut, parti non religieux, soutenu par la CIA5.

4La nature « révolutionnaire » et autoritaire du régime, combinée à une répression implacable, a réussi à bloquer l’émergence d’une opposition islamiste structurée, mais elle n’a pas empêché une contestation islamiste, certes très désorganisée, de se développer progressivement. La politique coercitive menée à leur égard a convaincu les islamistes radicaux libyens que la violence était le seul moyen de faire tomber le régime du colonel Kadhafi.

  • 6  François Burgat et William Dowell, op.cit, p. 163.

5À l’image de ce qui s’est passé dans les pays voisins, l’islamisme s’est affirmé comme une force de résistance au régime « tyrannique » et « impie ». Toutefois, les véritables groupes djihadistes n’ont fait leur apparition que dans les années 1990 sous l’influence des combattants libyens revenus d’Afghanistan. Le régime a répondu aux actions violentes des islamistes par une répression féroce. Des milliers de militants islamistes et sympathisants ont été arrêtés en Cyrénaïque et transférés par voie aérienne vers des camps ou dans les prisons de Tripoli. Le dirigeant libyen devait justifier la répression en faisant valoir que lorsqu’« un animal est malade, le vétérinaire doit l’abattre pour éviter la contamination des autres animaux […]. Nous ne pouvons pas laisser cette épidémie anéantir la société. Nous devons être cruels. Toute personne touchée sera considérée comme infectée par une maladie grave et incurable et devra donc disparaître »6.

  • 7  Cité par Jean-François Daguzan, Le Dernier rempart ? Forces armées et politiques de défense au Mag (...)

6Utilisant les ressources de la religion, le régime n’a eu de cesse d’accuser les islamistes d’être des athées ayant renoncé à l’islam. Aussi devaient-ils être « abattus comme des chiens »7. Cette répression sévère qui marquait, en même temps, la fin du timide processus de libéralisation de la fin des années 1980, allait conduire à l’émergence de groupes de plus en plus radicaux.

  • 8  Gary Gambill, « The Libyan Islamic Fighting Group (LIFG) », Terrorism Monitor, vol. 3, n° 6, 24 ma (...)
  • 9  Le journaliste américain Milton Viorst, fin connaisseur de la Libye a vu le « Guide » alors qu’il (...)

7Le refus du régime d’appliquer les garanties légales aux islamistes ne les a pas dissuadés de mener des actions visant à renverser le pouvoir en place. Selon certaines sources, le Groupe islamique combattant libyen (GICL, voir infra) aurait tenté d’assassiner Kadhafi en février 1996. Cette attaque aurait fait de nombreuses victimes dans l’entourage du Guide8. Une autre tentative a apparemment eu lieu en 19989.

8Même si un temps la remontée des prix du pétrole a permis au régime kadhafien d’obtenir un certain répit, l’opposition islamiste a continué à faire preuve, dans les années 1990, d’une résistance farouche au régime. Malgré les mesures répressives, les mosquées sont elles aussi demeurées, particulièrement dans l’est du pays, le foyer principal d’opposition à la politique socio-économique et politique du régime. De plus, le comportement peu conforme aux valeurs islamiques des membres des comités révolutionnaires, ainsi que les privilèges considérables dont ils jouissaient, ont contribué à conférer aux militants islamistes un fort degré de légitimité auprès de larges couches de la population, les jeunes en particulier.

9Dans le contexte de la première moitié des années 1990, le mouvement islamiste a réussi à enrôler dans ses rangs des militaires mécontents, souvent originaires des régions pauvres, véritables pépinières de recrutement pour les groupes islamistes armées en gestation.

10L’usure du régime et la faillite de la politique économique ont poussé certains jeunes à rejoindre des groupes armés : le Parti de la libération islamique,leGICL (Jama’a al-islamiyya al-muqatila), le Mouvement des martyrs de Libye (Harakat al-Chouhada al-libiya), et le Groupe islamique de Libye (al-Jama’a al-islamiyya al-libiya). D’autres groupes armés ont, eux aussi, fait leur apparition en 1996, tels que le Groupe islamique libyen ou Ansar Allah (Les disciples de Dieu) ou plus tard le Mouvement des patriotes libyens, né en 1997.

  • 10  François Burgat, « Libye : Chronique intérieure », Annuaire de l’Afrique du Nord 1995, Paris, Édit (...)
  • 11  Abdelaziz Barrouhi, « Libye : la fin du djihad ? », Jeune Afrique, 4 février 2007 http://www.jeune (...)

11En fait, le mouvement islamiste s’est véritablement radicalisé à partir de l’été 1995, date à laquelle des confrontations entre les islamistes et les autorités ont eu lieu. En octobre, le GICL annonce sa naissance et constituera désormais l’un des principaux acteurs de l’opposition armée10. Le groupe, fondé par Abou Abdallah Sadok, un ancien d’Afghanistan, s’est alors établi dans le Djebel al-Akhdar à l’est de la Libye11.

  • 12  Yehudit Ronen, « Qadhafi and Militant Islam », op. cit., p. 8.

12Si l’objectif du GICL était de mettre fin à l’oppression par le djihad, il se donnait une coloration nationaliste par une référence à Omar al-Mokhtar, leader de la résistance à l’occupant italien12. Dans sa première proclamation, le GICL, devait arguer de la nécessité de mener la lutte armée :

  • 13  Cité par François Burgat, op. cit., p. 606.

« Il est temps pour le Groupe Islamique Combattant de sortir de la clandestinité du fait de la période très sensible que traverse le jihad en Libye […]. Appeler à résister aux oppresseurs tels que Kadhafi est devenu l’un des devoirs les plus pressants après la croyance en Dieu […]. Supprimer ce régime apostat et sauver le peuple musulman de Libye de cette épreuve ne peut se faire sans blessures, douleurs, sacrifices et argent13. »

  • 14  Yahia H. Zoubir, « Resilient Authoritarianism, Uncertain Democratization, and Jihadism in Algeria  (...)
  • 15  Mohammed M. Hafez, Why Muslims Rebel : Repression and Resistance in the Islamic World, Boulder, Co (...)
  • 16  Le groupe est depuis lors dirigé par l’émir Hamza Abou Shaltila.

13Ces groupes les plus violents, comme en Algérie14 et en Égypte15, étaient composés de vétérans de la guerre d’Afghanistan, (les fameux « Afghans arabes »). Ces organisations armées ont mené pendant trois ans des actions armées dans le centre et l’est de la Libye. Mais l’une après l’autre, elles ont été neutralisées par les forces de sécurité : en raison d’énormes pertes, le GICLa abandonné ses actions armées à la fin de l’année 1996. 1996 est marquée par de nombreuses attaques : le Mouvement des martyrs de Libye développe son action au printemps 199616, tandis que la Jama’a al-islamiyya lance de nombreuses attaques contre les forces de sécurité et d’autres objectifs. En dépit de lourdes pertes, lesdjihadistes continuent la lutte armée en 1997 et 1998. Ce n’est qu’en 1999 que les forces de sécurité libyennes déciment les mouvements djihadistes.

14Force est de constater que pendant cette période, le colonel Kadhafi n’a pas fait appel à l’armée pour réduire les mouvements armés. En fait, il s’est agi d’affaiblir les forces armées afin d’éviter que les militaires ne fournissent aux mouvements islamistes la force de frappe et l’organisation qui leur faisaient défaut. La désertion, dans la première moitié des années 1990, de certains militaires aux sympathies islamistes partis pour rejoindre le maquis a fait office de signal d’alarme pour le « Guide de la Révolution ».

  • 17  Luis Martinez, « Libye transformation socio-économiques et mutation politique sous l’embargo », ht (...)

15La stratégie du régime a consisté à faire appel aux forces de sécurité pro-Kadhafi les plus loyales, telles que le jihaz al-amal al-dakhili,les Comités Révolutionnaires, la Garde de la Jamahiriya et la Garde populaire, al-haras al-cha’bi17, pour mener la lutte contre les groupes armés.

16Si les Libyens ne souhaitaient pas voir se développer une situation de conflit civil similaire à celle de l’Algérie à la même époque, ils considéraient que la résistance islamiste au régime était somme toute légitime. Mais contrairement aux Algériens, qui n’ont pas succombé longtemps à la propagande du pouvoir, les Libyens sont restés longtemps sensibles au discours anti-impérialiste du régime. Le GICL, i.e. le groupe djihadiste le plus structuré (largement décimé en 1996) critiquant la léthargie du peuple libyen en a d’ailleurs tiré la conclusion que ce dernier n’était pas prêt à renverser le régime. Les Libyens restaient quand même attachés au discours kadhafien, car ils avaient le sentiment que les États-Unis et l’ONU s’en prenaient directement à eux en leur imposant des sanctions injustes. Celles-ci n’ont fait que renforcer le nationalisme des Libyens qui se sont mobilisés, notamment dans la seconde moitié de la décennie 1990 autour du Guide.

  • 18  Selon le djihadiste Abou Masaâb Essouri, un « Afghan arabe » aurait révélé que les djihadistes alg (...)

17Il est vrai que le colonel Kadhafi a toujours su jouer sur la peur de menaces émanant de l’étranger. En fait, loin de favoriser le renversement de Kadhafi, les sanctions ont eu l’effet inverse. Au bout du compte, les islamistes libyens, contrairement aux Algériens entre 1993 et 1996, n’ont jamais représenté une menace sérieuse pour la survie du régime. La nature du terrain et la faiblesse des moyens militaires à la disposition des mouvements islamistes ont facilité la tâche répressive des forces de sécurité. Par ailleurs, les divisions au sein de la mouvance de l’islam politique ont facilité la tâche du colonel Kadhafi : les Frères Musulmans, composés d’éléments traditionalistes ayant une approche assez pacifique des relations politiques se sont opposés aux groupes djihadistes violentsdes années 1990. Par certains aspects, les djihadistes libyens, mal organisés, ressemblaient plus à des despérados qu’à des maquisards. C’est probablement ce qui explique non seulement leur échec, mais aussi leur volonté de fuir la Libye, dans les années 1990, pour rejoindre les groupes armés en Algérie18, puis en Irak plus récemment.

Les tactiques du régime de Kadhafi pour contrer la montée de l’islamisme

18Afin de combattre la montée et l’influence de l’islamisme, le régime a eu recours à trois tactiques principales. La première a consisté à se doter d’une légitimité religieuse en appliquant certaines lois islamiques, quoique réinterprétées afin de les adapter à la Troisième Théorie Universelle élaborée par le « Guide de la Révolution ». Son objectif, plus particulièrement durant la décennie 1970, était de saper le pouvoir des Oulémas et d’instaurer son autorité absolue. Il convient de souligner que cette volonté de donner à la Jamahiriyya une légitimé religieuse a produit l’effet contraire à celui visé : la réinterprétation de l’islam par le colonel Kadhafi a été souvent perçue par la population comme blasphématoire.

19C’est pourquoi, en 1994, devant la montée de l’islamisme armé, Kadhafi a fait évoluer sa vision de l’islam en réintroduisant certains éléments de la Shari’a et en remettant en selle les oulémas qu’il a de nouveau autorisé àpromulguer des fatwas (avis religieux). Ce faisant, le colonel Kadhafi a fait du fondamentalisme d’État afin de répondre à la critique islamiste qui mettait en doute les bases islamiques du régime.

20La seconde approche, liée à la première, a consisté à réfuter les idées islamistes en menant une campagne idéologique. Il s’est agi de démontrer que les autorités étaient plus proches de l’orthodoxie islamique que les islamistes eux-mêmes dans le vain espoir de reconquérir le soutien des religieux traditionalistes. Kadhafi émit de vigoureuses diatribes contre des idées islamistes radicales considérées comme « pires que le Sida ». Il est cependant douteux que l’éradication policière et les insultes proférées à l’encontre des islamistes radicaux par le Guide l’ont aidé à gagner les islamistes modérés à sa cause.

  • 19  Hans Peter Mattes, op. cit., p. 45.

21La troisième tactique utilisée par le régime a été de lancer une répression impitoyable contre les islamistes. Les forces de sécurité sont allés jusqu’à détruire les maisons des « dissidents », tandis que de son côté, le Congrès général du peuple a adopté en 1997 une série de mesures et de lois instaurant des punitions collectives. Ces lois habilitaient les Comités de direction à punir les familles et les tribus qui ne réprimaient pas ou ne dénonçaient pas aux autorités les islamistes accusés de trahir les principes de la révolution19.

  • 20  Yahia H. Zoubir, « The United States and Libya : From Confrontation to Normalization », Middle Eas (...)

22Le régime n’a pas lésiné sur les moyens : aviation et tanks ont fait partie de l’arsenal utilisé. La répression a surtout frappé Benghazi, particulièrement en 1998, à la suite d’une énième tentative d’assassinat de Kadhafi. Bien que sur le plan militaire le régime ait repris les choses en main, la situation politique et sociale était difficile et le régime craignait pour sa survie. C’est dans ce contexte que le pouvoir a entrepris de normaliser ses relations avec Washington20 et avec l’ONU afin d’obtenir la levée d’un embargo coûteux.

23Les évènements du 11 Septembre, ainsi que l’amélioration des relations avec les États-Unis, ont permis à la Libye de durcir la répression contre les islamistes – ou plus généralement contre toute forme d’opposition accusée par définition d’être islamiste – et de restreindre considérablement leurs activités. Si les mauvaises relations de Kadhafi avec l’Occident, ainsi que son opposition sans équivoque à Israël, ont réduit, dans les années 1980 et 1990, les munitions idéologiques que les islamistes auraient pu utiliser contre lui, aujourd’hui son rapprochement avec l’Occident pourrait bien donner aux futurs djihadistes de nouveaux arguments pour le renverser.

Islamisme et « guerre mondiale contre le terrorisme »

  • 21  Cf. Ronald Bruce St John, « ‘Libya Is Not Iraq’ : Pre-emptive Strikes, WMD and Diplomacy », Middle (...)

24Pendant qu’elles combattaient sur son territoire les groupes islamistes armés, les autorités libyennes ont réduit leur soutien à divers « groupes terroristes » et « mouvements de libération » à l’étranger. L’objectif principal de la Libye est, depuis les années 1990, de mettre fin à son isolement sur la scène internationale. Confrontés aux groupes islamistes armés, les officiels libyens ont décidé à partir de 1995-1996 de collaborer étroitement avec les États voisins, l’Algérie, la Tunisie et l’Égypte. Mais plus importante encore, a été la décision libyenne de coopérer avec les États-Unis dans la lutte contre le réseau d’Al-Qaïda, dès avant les attentats du 11 Septembre 200121. La Libye s’est ingéniée à utiliser ses relations avec certains « groupes terroristes » pour faire avancer ses propres intérêts. Durant l’été 2000, lors de la crise des otages de l’île de Jolo aux Philippines, la médiation de la Libye s’est avérée décisive et a permis de mettre fin au calvaire des otages détenus depuis des mois par l’organisation séparatiste Abou Sayyaf.

  • 22  Cité par Andrew Solomon, « Les tribulations d’un Américain en Libye (II) », The New Yorker, 27 aoû (...)
  • 23  Peter Slevin et Alan Sipress, « Tests Ahead for Cooperation on Terrorism : Several Countries on Bl (...)
  • 24  Cité par Daniel Williams, « Gaddafi Seeks to End Hostilities with U.S. and Revive Economy Hobbled (...)
  • 25  Cité par l’Agence France Presse (Tripoli), 31 août 2002.

25Pour confirmer sa bonne foi dans la lutte antiterroriste, la Libye a extradé des centaines de militants islamistes étrangers (algériens, égyptiens, et pakistanais, en particulier) vers leurs pays d’origine. Ces combattants avaient jusque-là trouvé refuge en Libye où ils recevaient un entraînement martial dans divers camps. La dénonciation des attaques du 11 septembre par la Libye sont venus confirmer l’intérêt du colonel Kadhafi pour un rapprochement avec les États-Unis, reconnaissant à ces derniers le droit de châtier les terroristes et le régime des Talibans22 en Afghanistan qualifiés par Kadhafi de « promoteurs impies » de l’islam politique23. Le « Guide de la Révolution » fit alors part de son souhait « d’éliminer les dangers communs de l’extrémisme et du terrorisme international »24. Sachant que les États-Unis s’apprêtaient à frapper les pays ayant soutenu des « groupes terroristes », même dans un passé lointain, le colonel Kadhafi s’est attelé sérieusement à dissocier son pays de toute collusion avec les mouvements définis comme terroristes par l’administration américaine afin de normaliser au plus vite ses relations avec les États-Unis. Conscient de la situation inconfortable de la Libye dans le contexte post-septembre 2001, le colonel Kadhafi, lors de son discours du 31 août 2002 célébrant le 33e anniversaire de sa prise du pouvoir, devait déclarer : « nous devons nous conformer à la légalité internationale même si celle-ci a été faussée et imposée par les États-Unis ; sinon nous serons anéantis »25.

  • 26  Voir à ce propos l’entretien accordé au quotidien France Soir du 17 décembre 2007 par le leader de (...)

26Bien que le régime ait réduit son aide aux « groupes terroristes », il n’a pas hésité à utiliser ses relations privilégiées avec ces derniers pour mettre en avant ses intérêts nationaux. Et c’est précisément son aptitude à exercer une influence sur ces divers mouvements islamistes, notamment à travers l’association missionnaire, la Da’wa al-islamiyya, qui a permis à la Libye d’être inscrite sur la liste des « pays en lutte contre le terrorisme ». Il faut noter que Kadhafi est très habile à ce jeu ; alors qu’il a apparemment contribué à la création de milices islamistes arabes au Darfour26, il est aujourd’hui sollicité par l’ONU et les États-Unis pour jouer le rôle de médiateur dans la crise.

  • 27  Carlos Echeverria Jésus, « Radical Islam in the Maghreb », Orbis, printemps 2004, p. 7. Voir aussi (...)

27En matière de lutte antiterroriste sur son territoire, la Jamahiriya a adopté une politique incluant plusieurs mesures tangibles, telles que les restrictions sur l’octroi de visas. Les attentats contre les Ambassades des États-Unis à Dar es-Salaam (Tanzanie) et Nairobi (Kenya) par la cellule d’Al-Qaïda dirigée par Abou Anas Al-Libi (alias Faraj Hasan), ancien chef local du GICL, ont donné une bonne occasion aux autorités d’obtenir une aide occidentale contre ce groupe27.

28Cette nouvelle posture a permis de faire passer le message selon lequel la Jamahiriya avait décidé de ne plus soutenir le terrorisme à l’étranger. Le 11 septembre a très certainement constitué pour le régime libyen une aubaine qui lui a permis de rompre avec son isolement et sortir de son statut de paria. La détermination exprimée par les autorités libyennes de combattre les organisations terroristes ainsi que les informations à leur disposition sur divers « groupes terroristes » ont fourni un solide argument de marketing politique auprès des États-Unis et de l’Europe. Ainsi, Moussa Koussa, chef du service de contre-espionnage libyen entreprit d’établir des relations régulières avec ses homologues européens et les divers services de renseignements afin de partager avec eux des informations sur divers mouvements islamistes. La fondation caritative de Saïf al-Islam Kadhafi, qui joua un rôle déterminant dans la libération des otages de Jolo, a servi elle aussi d’intermédiaire en aidant les gouvernements occidentaux à entrer en contact pour négocier avec certains groupes islamistes.

  • 28  « Libya denies claims of chemical weapons », BBC, 8 mai 2002.
  • 29  « Britain Seeks Kadhafi Help in War on Terror », AFP, 31 juillet 2002.
  • 30  « Interview : the Former Face of Evil – Scolding the Dog, Beating a Chicken », Newsweek, 16 janvie (...)
  • 31  Patterns of Global Terrorism 2002, Office of the Coordinator for Counterterrorism-Overview of Stat (...)

29Absente du discours de 2002 de Georges W. Bush en 2002 sur « l’Axe du Mal »28, la Libye va toucher au début du XXIe siècle les premiers dividendes de son implication dans la « lutte contre le terrorisme ». Dès 2002, le gouvernement britannique – tout en accordant le statut de réfugié politique aux membres du GICL ayant fuit la répression du régime de Kadhafi – a sollicité la coopération des Libyens dans le renseignement sur le « terrorisme international »29. Les autorités libyennes ont répondu favorablement et fourni des informations précieuses sur des centaines de partisans d’Al-Qaïda et autres militants islamistes. Dans une interview accordée à Newsweek en janvier 2003, le colonel Kadhafi a reconnu que les services de renseignements libyens et américains échangeaient des informations30. Le gouvernement américain, pour sa part, tout en maintenant la Libye sur la liste des États parrainant le terrorisme, a donné en 2002 un satisfecit au régime de Kadhafi qui aurait « diminué son soutien au terrorisme international »31. En 2002, la Libye est devenue partie à la Convention de 1999 pour la suppression et le financement du terrorisme. Ensuite, elle a adhéré à la Convention de 1991 sur le marquage des explosifs plastiques et en feuilles aux fins de détection. La Libye a également ratifié les douze conventions et protocoles internationaux relatifs au terrorisme.

Les dividendes de la lutte anti-terroristes : « Al-Qaïda au Maghreb islamique »

  • 32  Ron Suskind, « The Tyrant who Came from the Cold », Washington Monthly, vol. 38, n° 10, 1er octobr (...)

30Dans la foulée du 11 septembre 2001, les États-Unis ont exigé de la Libye qu’elle renonce, d’une part, aux armes de destruction massive et, d’autre part qu’elle s’engage dans une politique de coopération en matière de lutte antiterroriste. Immédiatement après que cette requête a été formulée, la Libye a remis aux États-Unis en octobre 2001 une liste de centaines de suspects islamistes32, notamment ceux appartenant au GICL. En décembre 2003, le ministre libyen des Affaires étrangères annonce que les autorités libyennes ont décidé de leur plein gré d’éliminer tous les armements interdits par la « communauté internationale ».

31Depuis le 11 septembre et la guerre américaine en Irak, Kadhafi utilise le même discours que George W. Bush sur le terrorisme. Les autorités libyennes ont décidé de collaborer pleinement avec les services de renseignements américains, notamment en fournissant des informations sur Al-Qaïda. En mai 2006, les efforts libyens ont été récompensés par les États-Unis qui ont rayé la Jamahiriya de la liste des pays parrainant le terrorisme.

  • 33  Yahia H. Zoubir, « The United States, Islamism, and Democracy in the Maghreb : The Predominance of (...)

32Par ailleurs, les États-Unis ont impliqué discrètement la Libye dans le système sécuritaire qu’ils ont établi dans la région du Maghreb-Sahel33 en exploitant la « peur salafiste » du régime de Kadhafi.

33Ces évolutions internationales ont donné une marge de manœuvre supplémentaire au régime à l’intérieur du pays puisque la répression de son opposition s’inscrit désormais dans la perspective de la « lutte mondiale contre le terrorisme ». Le régime de Kadhafi est devenu fréquentable : l’embargo sur les armes a été levé et la Libye s’est vue confier par l’Europe la tâche de la protéger contre les migrations venues d’Afrique.

  • 34  « Ce régime apostat s’est d’abord fait le champion du nationalisme arabe avant de se renier ; ensu (...)
  • 35  Cf. Khody Akhavi, « Iraq : Al-Qaeda Records Shed Light on Foreign Recruits », IPS, 25 janvier 2008 (...)
  • 36  Ali Titouche, « Le énième appel au crime d’Al-Zawahiri », L’Expression (Alger), 4 novembre 2007.

34Inspiré probablement par la politique de « réconciliation nationale » en Algérie, le « Guide de la Révolution » a fait libérer en 2005 et en 2006 des membres du GICL détenus dans les geôles libyennes. L’objectif est de coopter les islamistes afin de désamorcer leur potentiel oppositionnel. Mais cette volonté d’intégrer les tenants de l’islamisme radical tout en donnant des gages aux Occidentaux n’est pas sans contradictions dans la mesure où l’objectif des djihadistes (et de toute l’opposition libyenne en général) n’est rien de moins que le renversement du pouvoir34. Cependant, le GICL se distingue des autres formations djihadistes dans le monde arabe par la notoriété acquise au sein de l’organisation transnationale Al-Qaïda par certains de ses dirigeants. En effet, le GICL comprend d’anciens de l’Afghanistan qui ont gardé de solides contacts dans le réseau d’Al-Qaïda. Les membres du GICL qui ont réussi à fuir le pays après la répression impitoyable qui s’était abattue sur eux à la fin des années 1990 se sont joints à des cellules d’Al-Qaïda à l’étranger, notamment en Grande-Bretagne, au Pakistan, en Afghanistan, et en Irak où ils représentent, semble-t-il, le 2e plus grand contingent d’étrangers35, après les Saoudiens, qui combattent les forces d’occupation. Selon les services de sécurité algériens, quelques uns ont même rejoint les rangs du GSPC36. Même si le GICL a toujours entretenu des relations assez lâches avec Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri et Abou-Laith al-Libi (tué par un raid américain au Waziristan en 2008) ont tout de même annoncé, en novembre 2007, la fusion entre le GICL et Al-Qaïda.

  • 37  Michael Moss et Souad Mekhennet, « Rising Leader for Next Phase of Al Qaeda’s War », New York Time (...)

35Aujourd’hui, le fait que le GICL se soit affilié à l’organisation centrale d’Al-Qaïda plutôt qu’à sa branche « Mouvement d’Al- Qaïda dans les pays du Maghreb islamique » démontre la relation directe dont jouit le GICL auprès du leadership d’Al-Qaïda qui comprend des Libyens de grande stature tels qu’Abou Yahia al-Libi (alias Hassan Mohamed) qui apparemment jouit de la confiance d’Oussama Ben Laden et tient tête al-Zawahiri. Abou Yahya est surtout connu pour ses exégèses sur le web : il y prône une forme de djihad takfiri. Il a également marqué ses esprits en s’évadant de la prison de Bagram en Afghanistan en 2005. Certains auteurs ont suggéré qu’Abou Yahya al-Libi était l’héritier probable de Ben Laden à la tête d’Al-Qaïda 37. L’autre étoile montante dans l’organisation d’Al-Qaïda semble être Abou Hudaifa al-Libi.

  • 38  Gary Gambill, « The Libyan Islamic Fighting Group (LIFG) », Terrorism Monitor, vol. 3, n° 6, 24 ma (...)

36L’élimination du GICL sur le territoire libyen a propulsé ses dirigeants sur le devant de la scène internationale au travers des cellules d’Al-Qaïda. Peut-on pour autant parler de la fin de l’islamisme radical en Libye ? Rien n’est moins sûr car d’anciens membres du GICL, certes peu nombreux, vivent dans la clandestinité en Libye (plus particulièrement dans l’est du pays, berceau de la confrérie sénoussie). Par ailleurs, l’élimination du groupe a contraint certains de ses membres à réviser leur stratégie et à rechercher une voie non-violente. Mais les nouvelles générations de djihadistes ne sont pas prêtes à accepter un tel revirement, convaincus qu’ils sont que seul l’usage de la violence est de nature à renverser le régime. Cette présence clandestine dans l’est du pays n’inquiète pas vraiment le régime fort du soutien américain dans le domaine financier comme dans celui du renseignement38. Il faut noter cependant que, contrairement à l’Algérie des années 1990, la population libyenne, malgré son mécontentement et son ressentiment envers le régime de Kadhafi, n’est pas prête à soutenir de tels groupes, dans la mesure où ses capacités coercitives semblent illimitées : désormais le « Guide de la Révolution » bénéficie à la fois d’un prix élevé du baril du pétrole et de la bienveillance de pays occidentaux friands « d’or noir ». En revanche, on ne peut que constater, comme dans d’autres pays, l’affichage ostensible par la population de signes de religiosité (vêtements « islamiques », pratique religieuse, etc.). De plus, des militants islamistes, notamment liés aux Frères Musulmans, sont toujours présents dans le pays. Certes, grâce à la redistribution de revenus pétroliers en hausse, le colonel Kadhafi peut se maintenir, sans trop de difficultés, au pouvoir, mais son opposition à toute ouverture démocratique et la répression menée au nom de la « lutte antiterroriste », avec l’appui de l’Occident, risquent d’attiser davantage le mécontentement populaire et de pousser des jeunes désespérés à rejoindre la nébuleuse islamiste internationale djihadiste.

Haut de page

Notes

1 * Professeur en relations internationales et management et directeur de recherche en Géopolitique, Euromed Marseille, École de Management, yahia.zoubir@euromed-marseille.com

 Yahia H. Zoubir « The United States and Libya : From Confrontation to Normalization », Middle East Policy, vol. 13, n° 2, été, 2006, p. 48-70.

2  George Joffé, « Libya and Europe », Journal of North African Studies, vol. 6, n° 4, hiver 2001, p. 75-92.

3  Sur l’impact des sanctions, cf. Tim Niblock, Pariah States and Sanctions in the Middle East : Iraq, Libya, Sudan, Boulder, CO : Lynne Rienner, 2001, p. 60-92.

4  François Burgat et William Dowell, The Islamic Movement in North Africa, Austin, University of Texas Press, 1993, p. 158.

5  Yehudit Ronen, « Qadhafi and Militant Islamism : Unprecedented Conflict », Middle Eastern Studies, vol. 38, n° 4, octobre 2002, p. 1.

6  François Burgat et William Dowell, op.cit, p. 163.

7  Cité par Jean-François Daguzan, Le Dernier rempart ? Forces armées et politiques de défense au Maghreb, Paris, Publisud, 1998, p. 89.

8  Gary Gambill, « The Libyan Islamic Fighting Group (LIFG) », Terrorism Monitor, vol. 3, n° 6, 24 mars 2005. Disponible sur http://jamestown.org/terrorism/news/article.php ?articleid =2369477 ; voir aussi, Dafna Hochman, « Rehabilitating a Rogue : Libya’s WMD Reversal and Lessons for US Policy », Parameters, printemps 2006, p. 67. Luis Martinez rapporte également que des tentatives d’assassinat ont eu lieu à partir de 1995-1996. http://www.ceri-sciencespo.com/archive/fe2000/artlm.pdf

9  Le journaliste américain Milton Viorst, fin connaisseur de la Libye a vu le « Guide » alors qu’il était blessé. Selon la version officielle, le « Guide » se serait blessé en glissant dans son domicile. De son côté, Milton Viorst affirme que le colonel Kadhafi a été victime d’un attentat à Tobrouk. Cf. Milton Viorst, « The Colonel in his Labyrinth, » Foreign Affairs, vol. 78, n° 2, mars-avril 1999, p. 80. Selon d’autres spécialistes, Al-Qaeda serait à l’origine de cette tentative. Cf. Yehudit Ronen, « Qadhafi and Militant Islamism : Unprecedented Conflict », Middle Eastern Studies, vol. 38, n° 4, octobre 2002.

10  François Burgat, « Libye : Chronique intérieure », Annuaire de l’Afrique du Nord 1995, Paris, Éditions du CNRS, 1997, p. 606.

11  Abdelaziz Barrouhi, « Libye : la fin du djihad ? », Jeune Afrique, 4 février 2007 http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp ?art_cle =LIN04027lafindahijd0

12  Yehudit Ronen, « Qadhafi and Militant Islam », op. cit., p. 8.

13  Cité par François Burgat, op. cit., p. 606.

14  Yahia H. Zoubir, « Resilient Authoritarianism, Uncertain Democratization, and Jihadism in Algeria », in William J. Crotty (dir.), Democratic Development and Political Terrorism, Boston, Massachusetts : Northeastern University Press, 2005, p. 280-300.

15  Mohammed M. Hafez, Why Muslims Rebel : Repression and Resistance in the Islamic World, Boulder, Colorado : Lynne Rienner, 2003, p. 129-137.

16  Le groupe est depuis lors dirigé par l’émir Hamza Abou Shaltila.

17  Luis Martinez, « Libye transformation socio-économiques et mutation politique sous l’embargo », http://www.ceri-sciencepo.com/archive/jaugust/artmli.htm ; Hans Peter Mattes, Libya, manuscrit inédit, Hambourg, juillet 2002, p. 44.

18  Selon le djihadiste Abou Masaâb Essouri, un « Afghan arabe » aurait révélé que les djihadistes algériens et marocains recrutaient de nombreux jeunes islamistes en Libye et en Tunisie. Cf. El Khabar, 13 avril 2008, http://www.elkhabar.com/quotidien/lire.php ?idc =30&ida =105291&key =1&cahed =1

19  Hans Peter Mattes, op. cit., p. 45.

20  Yahia H. Zoubir, « The United States and Libya : From Confrontation to Normalization », Middle East Policy, vol. 13, n° 2, été 2006, p. 48-70.

21  Cf. Ronald Bruce St John, « ‘Libya Is Not Iraq’ : Pre-emptive Strikes, WMD and Diplomacy », Middle East Journal, vol. 58, 3, été 2004, p. 391-92.

22  Cité par Andrew Solomon, « Les tribulations d’un Américain en Libye (II) », The New Yorker, 27 août 2006.

23  Peter Slevin et Alan Sipress, « Tests Ahead for Cooperation on Terrorism : Several Countries on Blacklist Have Helped US, but Only Marginally So Far », The Washington Post, 31 décembre 2001. Voir également, Yahia H.Zoubir, « The Maghreb States and the United States after 9/11 : A Problematic Relationship » in Sigrid Faath (dir.), Neue geopolitische Konstellation im Nahen Osten nach dem 11 september 2001, Hamburg, Deutsches Orient-Institut, 2003, p. 177.

24  Cité par Daniel Williams, « Gaddafi Seeks to End Hostilities with U.S. and Revive Economy Hobbled by Years of Sanctions and Isolation », The Washington Post, 27 décembre 2003.

25  Cité par l’Agence France Presse (Tripoli), 31 août 2002.

26  Voir à ce propos l’entretien accordé au quotidien France Soir du 17 décembre 2007 par le leader des rebelles du Darfour, Abdul Wahid al-Nour, http://www.francesoir.fr/etranger/2007/12/17/la-chronique-d-alexandre-del-valle-kadhafi-vu-du-darfour.html#Séquence_1. Voir également, Jean-Louis Peninou, « Le Soudan déchiré par les guerres civiles-Désolation au Darfour », Le Monde diplomatique, mai 2004. http://www.monde-diplomatique.fr/2004/05/PENINOU/11163 qui fait référence aux interventions de la Légion islamique libyenne dans le conflit.

27  Carlos Echeverria Jésus, « Radical Islam in the Maghreb », Orbis, printemps 2004, p. 7. Voir aussi Moncef Djaziri, « La Libye : les élites politiques, la stratégie de ‘‘sortie’’ de crise et la réinsertion dans le système international », Annuaire de l’Afrique du Nord 1999, vol. 38, Paris, CNRS Éditions, 2002.

28  « Libya denies claims of chemical weapons », BBC, 8 mai 2002.

29  « Britain Seeks Kadhafi Help in War on Terror », AFP, 31 juillet 2002.

30  « Interview : the Former Face of Evil – Scolding the Dog, Beating a Chicken », Newsweek, 16 janvier 2003.

31  Patterns of Global Terrorism 2002, Office of the Coordinator for Counterterrorism-Overview of State-Sponsored Terrorism, 30 April 2003. http://www.state.gov/s/ct/rls/pgtrpt/2002/html/19988.htm

32  Ron Suskind, « The Tyrant who Came from the Cold », Washington Monthly, vol. 38, n° 10, 1er octobre 2006.

33  Yahia H. Zoubir, « The United States, Islamism, and Democracy in the Maghreb : The Predominance of Security, in Yahia H. Zoubir et Haizam Amirah-Fernandèz, (dir.) North Africa : Politics, Region, and the Limits of Transformation, Londres, Routledge, 2008, p. 277-279.

34  « Ce régime apostat s’est d’abord fait le champion du nationalisme arabe avant de se renier ; ensuite il a appelé à l’union des Africains avant de se traîner devant les pays croisés de l’Occident en quémandant leur satisfécit », Communiqué du GICL à l’occasion du 5e anniversaire du 11 septembre 2001, cité par Mathieu Guidère, Al-Qaïda à la conquête du Maghreb : Le terrorisme aux portes de l'Europe, Paris, Éditions du Rocher, 2007, p. 229.

35  Cf. Khody Akhavi, « Iraq : Al-Qaeda Records Shed Light on Foreign Recruits », IPS, 25 janvier 2008, disponible sur http://www.ipsnews.net/news.asp ?idnews =40931. La plupart des jeunes libyens qui se rendent en Irak sont originaires de Derna, fief du GICL.

36  Ali Titouche, « Le énième appel au crime d’Al-Zawahiri », L’Expression (Alger), 4 novembre 2007.

37  Michael Moss et Souad Mekhennet, « Rising Leader for Next Phase of Al Qaeda’s War », New York Times, 4 avril 2008.

38  Gary Gambill, « The Libyan Islamic Fighting Group (LIFG) », Terrorism Monitor, vol. 3, n° 6, 24 mars 2005. Disponible sur http://jamestown.org/terrorism/news/article.php ?articleid =2369477

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yahia H. Zoubir, « Contestation islamiste et lutte antiterroriste en Libye (1990-2007) », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 267-277.

Référence électronique

Yahia H. Zoubir, « Contestation islamiste et lutte antiterroriste en Libye (1990-2007) », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/452 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.452

Haut de page

Auteur

Yahia H. Zoubir

Professeur en relations internationales et management et directeur de recherche en Géopolitique, Euromed Marseille, École de Management, yahia.zoubir@euromed-marseille.com

Articles du même auteur

Haut de page