Navigation – Plan du site
Maroc
Chronique politique

L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne

Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia
p. 281-307

Entrées d'index

Mots-clés :

Maroc
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Abdellatif El Azzi, « Élections 6 juillet ou 7 septembre ? » Tel Quel, 17/2/2007.
  • 2  « Élections législatives : pas de report », La Gazette du Maroc, 12 février 2007.

1L’année 2007 a débuté sans que l’on sache à quelle date les élections législatives allaient se dérouler. Auraient-elles lieu au mois de juillet ou au mois de septembre ?1 En outre, la rumeur d’un report à 2008 a circulé un temps2. Le mois de juillet avait la préférence de ceux qui craignaient de voir les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) tirer profit d’une campagne électorale coïncidant avec la période du Ramadan (septembre). Cependant, les délais impartis semblaient trop courts pour que les différentes forces politiques et l’administration soient prêtes au début de l’été. Finalement, les deuxièmes élections législatives « de la nouvelle ère » ont été fixées au 7 septembre 2007, à la fin de la législature, comme les précédentes de 2002.

  • 3  Pour une analyse des élections depuis l’indépendance, on renvoie à Bernabé López García (2002).
  • 4  http://www.elections.gov.ma. On peut regretter que les résultats de la liste nationale féminine da (...)

2Il s’agit là d’une rupture par rapport au règne d’Hassan II. Celui-ci prolongeait ou réduisait la législature selon les impératifs de la conjoncture3. Par ailleurs, contrairement aux élections législatives précédentes, une semaine après le scrutin, les résultats par circonscription étaient disponibles sur le site internet du ministère de l’Intérieur4. Force est de constater que les échéances électorales ont été respectées et que la transparence du scrutin a progressé. Par conséquent, il est légitime d’évoquer un processus d’institutionnalisation des élections.

3Ironie du sort, Driss Basri, qui pendant plus de vingt ans a été le grand ordonnateur d’élections préfabriquées, disparaissait en exil à Paris à la veille du scrutin. Jusqu’à l’avènement de Mohamed VI, autant la question de la Constitution que celle des élections étaient intimement liées : les réformes constitutionnelles annoncées ou pressenties conditionnant souvent la convocation et la participation des partis politiques aux élections (López García, 2002). À la veille de l’échéance de 2007, les partis, qui traditionnellement avaient boycotté les urnes, ont rejoint le camp de la participation en arguant du fait que la conjoncture ayant évolué, un changement de stratégie s’imposait. Reste à connaître la nature des évolutions qui ont fait passer la conditionnalité constitutionnelle au second rang.

4Si les élections de la « nouvelle ère » sont en rupture avec les précédentes, il n’en demeure pas moins que les enjeux des scrutins sont limités. En effet, la question de la dévolution du pouvoir ne se pose pas et la nature du pouvoir en jeu demeure subordonnée au monarque, commandeur des croyants (Amir al-Muminin) et représentant suprême de la nation. D’ailleurs, le roi ne garde-t-il pas jalousement le monopole de l’énonciation du projet de société ainsi que l’initiative des réformes et des grands chantiers économiques et sociaux ? Lors de la fête du Trône précédant les élections, le monarque dans son discours a d’ailleurs tracé la feuille de route du prochain gouvernement. Pour autant, cela ne signifie pas que les échéances électorales soient dépourvues d’enjeux de pouvoir, comme le laissent entrevoir le nombre de candidatures, la multiplication des partis, ainsi que les conflits au sein des diverses formations à l’occasion des désignations des candidats.

5Dans le contexte marocain, la réponse à la question « pourquoi faire des élections ? » doit, pour le moins, prendre en compte trois dimensions :
- La première a trait au régime, à sa forme actuelle, à l’autorité de son titulaire et à son action. En effet, l’organisation d’élections qui revendiquent le label démocratique met en jeu l’adhésion des partis et de la population aux règles du jeu politique définies par la monarchie. Des élections dites démocratiques introduisent une règle d’incertitude, de plus ou moins grande ampleur. Reste à savoir, si dans cette optique, les appels réitérés du roi à la participation des jeunes et au rajeunissement de la classe politique ont été entendus. De même, ces premières élections postérieures à la réforme de la moudawwana (le code de la famille) sont censées être un test de la féminisation de la vie politique et donc de la place de la promotion de la femme dans la hiérarchie des priorités des partis.
- La deuxième dimension, se rapporte à la capacité de mobilisation et à la fonction de représentation des acteurs subordonnés que sont les partis politiques, sans lesquels il n’y aurait pas d’élections. Celles-ci sont un dispositif, parmi d’autres, qui permet, d’une part, l’évaluation des rapports de forces au sein du champ politique et, d’autre part, la sélection et le renouvellement des élites au sein du Parlement.
- Et, enfin, la troisième dimension renvoie à la scène internationale, i.e. à l’image que le régime souhaite projeter à l’extérieur du pays. Dans le système international actuel, les élections doivent correspondre à des normes et des standards minimums de validité. C’est à l’aune de ceux-ci que seront établies les comparaisons avec les autres pays de la région et que sera jaugée l’image libérale et démocratique du régime par des alliés tels que les États-Unis, l’Union européenne (UE), la France ou l’Espagne.

6Si les élections représentent l’événement politique de l’année, l’actualité a aussi été marquée à plusieurs reprises par la menace terroriste, l’augmentation du coût de la vie et les atteintes à la liberté de la presse.

Le contexte pré-électoral : redécoupage, inscription sur les listes et vote des immigrés

7Les élections de 2007 ont été précédées par une longue période de préparation. Celle-ci visait la mise à niveau du champ politique marocain à travers la réforme de la loi sur les partis politiques (Bendourou, 2007) et du code électoral (Desrues, 2007b). Sans doute parce que la durée légale de la campagne électorale est courte (15 jours) et que les préparatifs des élections tirent en longueur, dès les premières semaines de l’année 2007, le microcosme politique marocain est entré en période pré-électorale. En dehors des congrès que les partis ont dû tenir pour mettre leurs statuts en conformité avec la nouvelle législation, deux grandes questions ont occupé le devant de la scène : d’abord, celle de l’inscription sur les listes électorales, et partant de la future participation ; ensuite, celle du redécoupage électoral de certaines circonscriptions.

  • 5  Le 11 mars, dans un cybercafé du quartier de Sidi Moumen à Casablanca un kamikaze actionne sa char (...)

8Par ailleurs, si la menace terroriste, qui a frappé à deux reprises, a pu jeter une ombre sur le dispositif de sécurité du pays, l’amateurisme des candidats au martyr a montré que les attentats ne constituaient pas une action visant à faire capoter le processus électoral5.

L’inscription sur les listes électorales : les jeunes font « l’école démocratique » buissonnière

  • 6  L’association Daba 2007, créée par Noureddine Ayouch, publicitaire qui dirigea la revue Kalima dan (...)

9La participation électorale, et plus particulièrement, celle des jeunes et des femmes, était l’un des enjeux des élections à la Chambre des représentants. Il s’agissait, en premier lieu, de faire mieux qu’aux élections de 2002 qui avaient été marquées par un nouveau record d’abstention, puisque seulement la moitié des inscrits s’était déplacée. Ensuite, les prises de position du roi sur ces questions les ont transformées en un véritable problème public pré-électoral. C’est probablement la raison pour laquelle certains porte-parole « officiels » de la société civile, tels que l’association Daba 20076 se sont impliqués dans la sensibilisation de la population marocaine (Desrues, 2007b). Les enquêtes menées par Daba indiquaient une montée du désintérêt pour les élections et laissaient présager une hausse de l’abstention. 66 % des plus jeunes (18-24 ans) devaient déclarer qu’ils ne comptaient pas s’inscrire sur les listes électorales. Quoiqu’on pense des sondages d’opinion au Maroc, ce pourcentage sera confirmé par la réalité du scrutin.

  • 7  Nous renvoyons au site internet de l’observatoire électoral du Taller de Estudios Internacionales (...)
  • 8  Selon les données communiquées par le ministère de l’Intérieur et reproduites par la MAP du 27/5/2 (...)

10Selon les projections opérées par le Haut-commissariat au plan7 à partir du recensement général de la population, le nombre de marocains en âge de voter serait de 19 981 636 personnes. Or, le 26 juin le nombre d’inscrits sur les listes électorales définitives s’élevait, selon le ministère de l’Intérieur, à 15 510 505. Sur 4 millions et demi d’électeurs manquants, on peut penser que le nombre de jeunes s’élève à 3 millions. Seulement 9 % des inscrits sont des jeunes de 18 à 24 ans, alors que cette tranche d’âge représente 24 % de l’électorat. Or, les jeunes ayant atteint l’âge de la majorité avaient été ciblés par la campagne de distribution de la carte nationale d’identité qui devait faciliter l’inscription sur les listes en économisant les démarches (DRI, 2007b)8. En revanche, à partir de 35 ans, on observe une plus grande adéquation entre le recensement général de la population et les listes électorales.

Déséquilibres entre recensement électoral et recensement de la population

Déséquilibres entre recensement électoral et recensement de la population

Source : http://www.uam.es/​otroscentros/​TEIM/​Revista/​reim4/​BLG_analisiselecto.htm

  • 9  Elles demandent que la personne effectue de multiples démarches administratives (DRI, 2007a et b).

11L’inscription sur les listes électorales, bien qu’obligatoire, est un acte volontaire qui repose sur une démarche individuelle de l’électeur. Bien que les procédures d’inscription soient lourdes9, elle renseigne néanmoins sur l’intention de la population de se rendre aux urnes. Plusieurs semaines avant le jour du scrutin, 25 % des électeurs potentiels, autrement dit 4 875 506 personnes en âge de voter, avaient déjà renoncé à participer aux élections. Ces données démontrent le désintérêt de la population pour cet « événement ». Par ailleurs, elles mettent en évidence un double échec : celui du roi et celui de la campagne de sensibilisation menée par les médias publics, le ministère de l’Intérieur et les associations. Bien avant le lancement de la campagne électorale, on savait que les appels du roi à la participation n’avaient pas été entendus.

Le refus et la crainte du vote des émigrés

  • 10  Les émigrés peuvent s’inscrire sur les listes électorales de la commune : où ils possèdent des bie (...)
  • 11  C’est la thèse que défend le spécialiste de l’émigration marocaine, Abdelkrim Belguendouz dans un (...)

12D’autres citoyens, les Marocains résidents à l’étranger (MRE) ont pu s’inscrire auprès des ambassades et des consulats, mais ils n’ont pu voter que s’ils étaient recensés dans leur commune d’origine et présents au moment des élections10. Contrairement à ce que le roi avait annoncé dans son discours du 6 novembre 2005, la création de circonscriptions électorales à l’étranger a été écartée. Cette possibilité a été enterrée le 30 juillet 2006 et partiellement compensée par la création d’un Conseil royal consultatif de l’émigration marocaine à l’étranger. Celui-ci a servi de pis-aller sans que les partis politiques du gouvernement sortant ne s’en émeuvent, ces derniers craignant que le vote émigré ne se porte sur les islamistes du PJD11.

Le redécoupage électoral : une mesure préventive pour désamorcer « l’inévitable » succès du PJD12

  • 12  Abdelmohsin El Hassouni, « Découpage électoral : La colère du PJD »”, La Gazette, 12/2/2007.

13L’absence de perspectives d’un grand rassemblement des candidatures des forces du Bloc démocratique (Kutla ad-dimucratiya) ou de celles de l’ensemble de la gauche autour de l’USFP ainsi que la perte de confiance dans la capacité du Mouvement populaire (MP), pourtant nouvellement réunifié, à s’imposer lors du scrutin, ont fait craindre que la victoire des islamistes du PJD, annoncée par les sondages, ne se produise.

14Le MP avait finalement réussi à fusionner avec le Mouvement national populaire et l’Union démocratique, c’est-à-dire les deux forces issues, comme lui, de la formation matrice créée en 1957. Même si d’aucuns considèrent cette fusion comme le résultat de la pression du ministre délégué à l’Intérieur, Fouad Ali El Himma, la somme des votes obtenus en 2002 par ces trois formations dépassait les 15 % et faisait du MP la première force parlementaire sortante. Si le système uninominal à un tour avait traditionnellement la préférence du MP, le scrutin proportionnel de liste au plus fort reste, finalement retenu, pouvait lui permettre d’atteindre son objectif électoral, vu le poids des circonscriptions rurales et le nombre réduit de sièges par circonscription. Logiquement, le MP apparaissait comme une alternative au PJD et aux partis issus du Bloc démocratique (Istiqlal et USFP) pour diriger le futur gouvernement.

15Par ailleurs, trois nouveaux venus de la gauche non-gouvernementale – le Parti socialiste unifié (PSU), le Congrès national ittihadi (CNI) et le Parti de l’avant-garde démocratique socialiste (PADS) – ont scellé une alliance en avril, tandis que le 7 juillet deux petites formations de notables ruraux, le Parti national démocratique (PND) et al-Ahd, décidaient de présenter des listes communes.

  • 13  Il faut signaler que l’USFP avait absorbé le Parti socialiste démocratique (PSD), ce qui théorique (...)

16Malgré ces accords électoraux, dans la mesure où l’Istiqlal, l’USFP13 et le Regroupement national des indépendants (RNI) font cavalier seul, on peut parler d’un constat d’échec de la mise à niveau du champ politique marocain : ni la loi sur les partis politiques, ni la refonte du code électoral n’ont poussé les principales formations à la constitution de grands pôles que le monarque appelait de ses vœux.

  • 14  Par exemple, à Ain Sebaa, circonscription de Casablanca où le PJD avait remporté 28,6 % des votes (...)
  • 15  Casablanca passe de 7 circonscriptions à 10, Meknès de 2 à 3, Tanger-Tetouan de 4 à 5. Cf. le Bull (...)
  • 16  Ismael Alaoui s’est présenté au dernier moment pour remplacer un candidat subitement décédé. Il n’ (...)

17En revanche, le redécoupage électoral a été un instrument efficace pour empêcher la concrétisation de deux craintes : la victoire du PJD et l’émergence d’un parti ayant une vocation dominante. Pour ce faire, le ministère de l’Intérieur a choisi de vider de son contenu le système proportionnel en le rapprochant du système uninominal majoritaire. D’abord, le nombre de circonscriptions a été accru, tandis que celui de sièges par circonscription a été réduit : variant désormais entre 2 et 5, un même parti peut difficilement obtenir un second siège. Ensuite, le découpage des circonscriptions assure une sur-représentativité du monde rural (obtenir un siège nécessite beaucoup moins de voix que dans les circonscriptions des grands centres urbains14). Finalement, l’ingénierie électorale a débouché sur une personnalisation des candidats, et plus particulièrement de la tête de liste. Par conséquent, les notabilités dans le monde rural sont favorisées au détriment de la pénétration du PJD qui est en cours dans les agro-villes (Azrou, Ksar el Kebir, etc.), autrement dit dans les centres relais entre le monde urbain et le monde rural. Dans les villes, l’objectif était d’empêcher le PJD d’obtenir un second siège, là-même où cela s’était produit en 2002, soit en réduisant le nombre des sièges en jeu (Casablanca-Anfa, Ain Sebaa-Hay Mohamedia, Fida-Derb Sultan), soit en incorporant une part importante de population rurale dans la composition de la circonscription (Tanger, Casablanca)15. D’après les dirigeants du PJD, ce sont 10 sièges qui auraient été concernés par ces mesures. Il faut croire que les fameux sondages, qui avaient tant défrayé la chronique au cours de l’année 2006 en annonçant la victoire du PJD (Desrues, 2007b), ont été d’autant plus pris au sérieux par le Palais que la confiance dans la capacité des partis du gouvernement sortant à vaincre les candidats du PJD a été définitivement perdue, en l’absence de grandes coalitions et de renouvellement des dirigeants. En ce sens, on notera que certains dirigeants de l’USFP (Mohamed El Yazghi) et du Parti du progrès et du socialisme (Ismail Alaoui16) ont renoncé à briguer un mandat.

18L’incapacité des partis à se renouveler et à se regrouper, ainsi que les ajustements du ministère de l’Intérieur ont contribué à reproduire le paysage politique atomisé pourtant si décrié et à interdire l’émergence d’une force politique à même de constituer une majorité. À la veille des élections, 33 partis politiques (contre 26 en 2002), deux coalitions et treize listes indépendantes briguaient les suffrages des Marocains. Seuls les partis de l’Istiqlal et l’USFP ont présenté des listes dans les 95 circonscriptions. Le PJD, et le Front des forces démocratiques (FFD) étaient présents dans 94, le PPS dans 92, le RNI, 91, le MP, 90 et la nouvelle gauche unie du PSU, PAGS et CNI, 73. Quant au mouvement islamiste de Justice et Spiritualité (al-Adl wal-Ihsan), au parti d’extrême gauche de La Voie démocratique (Annahj ad-dimucratiya) et à la direction du Parti démocratique amazigh (PDA), ils ont appelé au boycott du scrutin.

La nouveauté des programmes électoraux : des contenus chiffrés et des supports « new age »

  • 17  Entretien de Thierry Desrues avec Saad Eddine Al-Othmani le 10/3/2007. Celui-ci a affirmé que le p (...)
  • 18  Cf. les entretiens de Thierry Desrues avec des militants de divers partis et des cadres de l’admin (...)

19Au cours du mois de juillet, les partis politiques ont enfin dévoilé leurs programmes électoraux. Si les partis ont attendu la veille de la campagne électorale, c’est selon leur dire de peur d’être copiés17. La plupart des observateurs ont noté que la campagne électorale n’avait pas suscité un réel enthousiasme. Les meetings traditionnels ont été nombreux, les candidats ont parcouru les circonscriptions et des caravanes ont silloné le pays, le tout dans une ambiance festive et sans trop d’incidents. Dans les campagnes, les notables avaient commencé à mobiliser les personnes ressources de leurs réseaux locaux dès le printemps, de préférence autour d’un repas18. Certains partis ont réalisé un véritable effort de renouvellement du marketing électoral. Les tracts écrits, qui surprennent toujours dans un pays où 57 % des électeurs sont analphabètes, ont été accompagnés par l’utilisation d’internet, de You tube, par la distribution de DVD ou l’envoi par SMS de l’hymne du parti.

20Les questions de création d’emplois et la lutte contre le chômage ont dominé les programmes à grand renfort de chiffres. L’USFP a annoncé 2 millions de nouveaux emplois et une croissance économique à hauteur de 7 %. Si le même chiffre de création d’emplois a été promis par le PPS, celui-ci a, de surcroît, proposé de mettre en place une allocation pour les chômeurs. Quant à l’Istiqlal, il a promis 1 300 000 emplois et une croissance économique moyenne annuelle de 6 %. Dans le cadre de la ligne pragmatique qui le caractérise depuis plusieurs années, le PJD a adopté un programme réaliste. Après avoir apporté son soutien à Abderrahim Lahjouji, un ancien patron des patrons, pour apprivoiser le monde des affaires, il défend « une économie solidaire, fondée sur la redistribution des richesses et l’ouverture vers une entreprise citoyenne à visage humain ». Il propose également de réformer l’administration et la justice et de lutter contre la corruption. Une fois au pouvoir, il affirme pouvoir créer 300 000 emplois par an, soit 1 500 000 en cinq ans. Enfin, le Mouvement populaire a articulé son programme autour de trois axes : l’emploi, la santé et l’éducation. Le 17 juillet, les leaders du parti, le président Mahyoubi Ahardan et le secrétaire général Mohand Laenser, ont présenté 66 mesures prioritaires. Parmi ces dernières, on trouve la proposition phare de créer, au cours de la législature, un million d’emplois et de réduire le taux de chômage à 8 %.

  • 19  Nous avons constaté que dans la circonscription de Rabat-Océan, l’un des slogans les plus répétés (...)
  • 20  Cet appel a été rendu public par la presse le 30 août. Il a été signé par des ministres tels que N (...)
  • 21  Dans ce sens le slogan de campagne de l’USFP est explicite : « Choisissez votre Maroc ». On renvoi (...)

21En dehors des grands partis, fait remarquable, le PSU est l’une des rares formations qui a appelé dans son programme à la réforme de la Constitution19. Si la présentation de programmes électoraux est le signe d’une nouvelle maturité politique, leur similitude conduit à s’interroger sur ce qui distingue les partis. Qu’à cela ne tienne, l’appel « Pour un pacte des démocrates », lancé à une semaine des élections par l’écrivain, Abdellatif Laâbi20, reprend la vision d’un affrontement entre deux modèles de société. L’USFP et le PPS ont utilisé cette idée tout au long de la campagne afin de se présenter comme une alternative à l’« obscurantisme » du PJD21. Parmi les formations qui comptent, le parti de l’Istiqlal, malgré son appartenance au Bloc démocratique et sa participation à tous les gouvernements depuis l’alternance en 1998, est supposé avoir une certaine proximité idéologique avec le PJD qui le place favorablement dans toutes les configurations post-électorales possibles. Son projet de société n’est-il pas celui du roi ? En ce sens, il a fini par rejoindre le MP, le RNI ou l’UC, i.e. des formations légitimistes qui se caractérisent plus par leur capacité d’adaptation à la conjoncture que par leur dimension idéologique.

  • 22  Cf. Karim Boukhari, « Réforme constitutionnelle : les partis s’encanaillent », Tel Quel, 20/5/2006 (...)

22Les partis apparaissent incapables de dépasser leurs rivalités et les calculs tactiques et pour cause, la constitution d’alliances stratégiques et programmatiques autour de projets de société différenciés ne peut faire l’impasse sur la question des pouvoirs de la monarchie, de la redistribution des richesses, du contrôle parlementaire de l’armée et de la reconnaissance des identités au sein de la communauté nationale. Or, la majorité des partis engagés dans la compétition électorale s’accommode du système actuel. Hormis pour le PSU, la revendication d’une réforme constitutionnelle réduisant les pouvoirs du roi n’est la priorité d’aucune formation politique. Même si elle a été évoquée parfois par Mustapha Ramid, un des responsables du PJD, la direction du parti islamiste s’est désolidarisée de ses propos. Au sein de l’USFP et du PPS, quelques dirigeants ont posé à plusieurs reprises la question du plein exercice par le Premier ministre des pouvoirs de nomination de certains grands commis de l’État (directeurs d’agence ou d’offices publics, voire walis et gouverneurs) que la Constitution semble lui octroyer, mais que de facto le roi s’est attribué22. Quoi qu’il en soit, la réforme constitutionnelle ne figurait pas dans les programmes électoraux de ces deux formations.

23Aussi, ne faut-il pas s’étonner que les électeurs n’aient pas vu dans les programmes et le scrutin de choix entre deux modèles de société. La population reproche aux hommes politiques de ne se préoccuper des citoyens que le temps de la campagne électorale, de faire des promesses qui ne seront pas tenues et de s’enrichir. De la même façon, l’opinion publique n’a pas perçu la perspective d’un changement possible. D’ailleurs le roi avait, lors du discours du trône, clairement délimité les enjeux des élections :

« …En effet, les élections n’ont nullement pour enjeu l’identité de l’État marocain ou les fondamentaux de son régime, en l’occurrence l’Islam modéré et ouvert, la monarchie constitutionnelle, l’unité nationale, l’intégrité territoriale et la démocratie sociale. Ce sont là des constantes qui font l’objet d’une unanimité nationale imprescriptible, car il ne peut y avoir d’État sans constantes et sans valeurs sacrées. Par ailleurs, les élections ne consistent pas, au fond, à s’engager dans une compétition inutile et inopportune, à propos des judicieux choix stratégiques de la nation, qui font, d’ailleurs, l’objet d’un consensus national et forment le socle du développement et du progrès dans la modernité et répondant aux contraintes de l’époque. Il s’agit, notamment, de l’État de droit et des institutions, de la citoyenneté fondée sur le respect des droits et des obligations de l’Homme, du libéralisme économique, et de la liberté d’entreprendre. Outre la solidarité, la justice sociale et l’ouverture sur le monde. C’est à Nous qu’il échoit de veiller à la pérennité de ces valeurs, quelles que soient les circonstances et leurs fluctuations. C’est cela, du reste, Notre conception de la monarchie citoyenne, et c’est ainsi que Nous l’entendons […]. Je tiens à réaffirmer que le régime voulu par Nous est celui d’une monarchie citoyenne. Une monarchie agissante qui ne saurait être cantonnée dans un concept forcément réducteur, ni dans des prérogatives exécutives, ou organe législatif, ou autorité judiciaire. Ces institutions constitutionnelles ont leurs compétences exercées sur la base du principe de la séparation des pouvoirs distincts de ceux de la Royauté. Telle est la monarchie marocaine authentique que nous nous sommes choisie. Nous l’avons étayée par la citoyenneté pour le développement, dans le respect de sa quadruple légitimité religieuse, historique, constitutionnelle et démocratique… »

Une féminisation octroyée : la liste nationale féminine

24Les premières élections postérieures à la réforme de la moudawwana n’ont pas signifié une progression de la présence des femmes sur les listes électorales ou à la Chambre des représentants.

25Comme le montre la confection des listes des circonscriptions locales, les partis n’ont pas fait de la promotion de la femme leur priorité. Seulement 3 % des têtes de liste, i.e. les candidats qui ont une possibilité d’être élus, sont des femmes. Dès lors, la représentation féminine ne pouvait que difficilement dépasser le quota de trente sièges réservés à la liste nationale féminine. Celle-ci avait été instaurée lors des élections de 2002 afin de répondre au souhait exprimé par le roi, depuis son accession au Trône en 1999, de voir les femmes davantage intégrer la vie publique et politique. Grâce à cette liste, près de 10 % des sièges de la Chambre des représentants sont réservés aux femmes.

  • 23  Brahim Mokhliss, « Liste nationale : comment choisir les femmes ? », Le Reporter, 15/7/2007.
  • 24  Voir Aujourd’hui Le Maroc, 30/7/2007. La liste définitive a été rendue publique dans le quotidien (...)
  • 25  Tête de liste en 2002, elle avait été une des deux députées du PPS élues sur la liste féminine.

26En fait, si la liste nationale a signifié un progrès pour la représentation féminine, elle est apparue lors de ces élections de 2007 soit comme un refuge – les femmes fuyant les difficultés des listes locales –, soit comme un ghetto – les hommes les y renvoyant afin de laisser la place libre aux candidatures masculines sur les listes locales. Par ailleurs, le nouveau code électoral, en conditionnant l’obtention d’un siège au recueil par un parti d’au moins 6 % des voix exprimées au niveau national fait que seules les cinq ou six principales formations peuvent aspirer à disposer de représentantes à travers la liste nationale. Ce faisant, chaque parti savait quelles candidates étaient susceptibles d’être élues. C’est pourquoi, l’élaboration des listes feminines a suscité de nombreuses difficultés et des réactions de mécontentement23. Un phénomène similaire a eu lieu lors de la désignation des têtes de liste pour les circonscriptions locales. Puisqu’à de rares exceptions, seules les têtes de listes avaient des chances d’être élues, des conflits ont parfois eu lieu entre les directions, les députées sortantes et les aspirantes à la candidature. C’est au sein de la gauche que les polémiques ont été les plus vives. Cela a été en quelque sorte le prix à payer pour des dirigeants qui ont mené des stratégies de cooptation de personnalités, souvent extérieures au parti ou récemment affiliées, censées rassembler sur leur nom des voix, soit parce qu’elles représentaient un collectif donné, soit parce qu’elles avaient une certaine notoriété locale. Ainsi, les femmes du comité politique de l’USFP ont décidé de se retirer de la liste nationale pour protester contre la place qui leur avait été réservée24. Le cas de la députée sortante du PPS, Nezha Skalli, a également défrayé la chronique : elle a refusé de faire partie de la liste nationale car elle était reléguée en troisième position25.

  • 26  C’était le cas de Fatima Belhassen élue dans la circonscription de Beni Makada à Tanger en 2002.

27Au sein du PJD, le processus de désignation des candidates s’est déroulé, semble-t-il, d’une façon plus sereine. Si Bassima Hakkaoui, tête de liste en 2002, a été reconduite, des aménagements ont été nécessaires pour intégrer à la liste nationale une députée sortante qui avait été élue au niveau local et que le nouveau découpage des circonscriptions risquait d’exclure26. La direction du PJD a su gérer les conflits potentiels grâce à la conviction que les quatre sièges remportés aux élections précédentes ne correspondaient pas au nombre de voix réellement obtenu et à la confiance que leur procurait des sondages favorables.

  • 27  Entretien de Thierry Desrues avec Samira Koraiche, au siège du parti de l’Istiqlal à Rabat, le 3/9 (...)
  • 28  La tête de liste n’était pas une inconnue puisqu’elle est membre du Bureau exécutif et du Comité c (...)

28Enfin, le parti de l’Istiqlal a recouru au vote secret des membres de son conseil national pour départager la liste des 46 candidates qui s’étaient présentées27. Le vieux parti de l’Indépendance s’est ainsi distingué des autres directions de parti qui ont procédé par désignation. C’est Samira Koraiche28 qui est arrivée en tête, devançant Naima Khaldoune présidente de la section féminine du parti et Latifa Bennani Smires, députée sortante.

  • 29  Yasmina Baddou a obtenu le plus grand nombre de voix dans la circonscription d’Anfa. Elle a surcla (...)
  • 30  Elle dirige l’Union de l’action Féminine, une organisation féministe. Le renoncement de Mohamed El (...)
  • 31  Dans cette circonscription emblématique de la capitale se présentaient les frères ennemis du secré (...)
  • 32  Unique candidate élue parmi les « Sans étiquette politique » (SEP), elle est journaliste de format (...)

29Finalement, les élections législatives de septembre 2007 ont permis à 34 femmes de se faire élire sur les 325 membres que compte la Chambre des représentants. C’est un siège de moins par rapport aux élections législatives de septembre 2002. Des 30 sièges réservés à la liste nationale, le PJD en a remporté sept, l’Istiqlal, six, le MP et le RNI, cinq, l’USFP, quatre et, enfin, le PPS, trois. Quant aux quatre sièges restants, ils ont été obtenus par le biais des circonscriptions locales où les candidates étaient en compétition avec des hommes. Les quatre femmes ayant remporté les élections dans ce cadre sont : Yasmina Badou, secrétaire d’État chargée de la Famille, de la solidarité et de l’action sociale au sein du gouvernement sortant, élue dans la circonscritpion de Casa-Anfa29 ; Fatna Khiel, députée sortante du MP, réélue à Kénitra ; Latifa Jebadi30 – qui s’est présentée à la place Mohamed El Yazghi – élue dans la circonscription de la « mort »31 de Rabat-Océan ; Fatiha El Ayadi, petite-fille du fameux caïd des Rahmnas, élue dans la circonscription de Ben Guerir, le fief de la famille32.

  • 33  Lors des élections municipales de 2003, les femmes ont constitué 5 % des candidatures. Les 127 élu (...)

30Cinq ans après l’instauration de la liste nationale des femmes et quatre ans après la réforme de la moudawwana, la proportion de sièges revenant à des femmes (10,8 %) est en recul par rapport au chiffre de 2002. Dans le classement arabe de la représentativité féminine au Parlement, le Maroc est passé de la deuxième place en 2002 à la quatrième. Quant aux données concernant leur présence à la Chambre des conseillers (1,1 %) ou aux élections municipales33, elles confirment une situation d’extrême marginalisation politique des femmes.

Le coup de théâtre de la campagne : Fouad Ali El Himma, un candidat pas comme les autres34

  • 34  Mohamed Chaoui, « Le départ d’El Himma suscite un séisme », L’Économiste, 10/8/2007.

31L’annonce le 7 août de la démission de Fouad Ali El Himma du gouvernement, l’un des hommes les plus proches du souverain, pour se présenter aux élections dans la circonscription des Rhamnas a désarçonné la classe politique. À un mois des élections, ce retournement de situation a éclipsé un moment la centralité du PJD, les démêlées de la presse avec la justice et la menace terroriste. Les spéculations sur les causes et les objectifs de cette candidature ont donné lieu à toutes sortes d’interprétations.

  • 35  C’est notamment la thèse défendue par José Garçon, « Éloigné du Palais, le numéro 2 du régime choi (...)

32Officiellement, l’ancien chef de cabinet du prince héritier a démissionné de son portefeuille ministériel pour concourir aux élections dans les mêmes conditions que le reste des candidats. Cette démarche a été applaudie par certains comme la preuve du souci de la « nouvelle ère » de répondre à l’exigence d’une gouvernance « moderne » de scrutins transparents aux résultats crédibles. En dehors de cette version du départ volontaire, plusieurs hypothèses ont circulé. La première affirme qu’il aurait été poussé à la démission en raison de l’accumulation de faux-pas ayant provoqué l’agacement du roi35 (« maladresses » dans la gestion du conflit du Sahara, « bavures » dans la lutte antiterroriste, musèlement de la presse indépendante…). La gestion du dossier sécuritaire lui a valu, d’ailleurs, d’être qualifié de « nouveau Basri » par Khalid Jamaï, le vieux « guerrillero » de la presse indépendante. De plus, d’aucuns pensent que son implication dans les intrigues du sérail, et en particulier, sa rivalité avec Mohamed Mounir Majidi, le secrétaire particulier et grand argentier du roi l’aurait poussé à démissioner. À tort ou à raison, El-Himma est soupçonné d’avoir favorisé la publication dans la presse d’un scandale impliquant ce dernier dans l’achat, à prix symbolique à Taroudant (près d’Agadir), de quatre hectares de terres des Habous au profit d’une personnalité étrangère amie du Maroc. Ce scandale aurait pris d’autant plus d’importance qu’il risquait d’éclabousser le roi. Un soupçon analogue portant sur la publication de documents militaires liés à la lutte antiterroriste lui aurait, en outre, attiré l’hostilité de l’armée. De même, la précipitation dans la proclamation d’une alerte anti-terroriste en plein mois de juillet a été perçue comme une menace pour le tourisme. En fait, rien n’empêche de penser que c’est l’addition de tout ou partie des hypothèses évoquées qui aurait provoqué la sortie honorable d’El Himma.

  • 36  On reprend ici le concept développé par Ferrié et Roussillon (2006) bien que l’usage qu’ils font d (...)
  • 37  Cf. Bernabé López García, « Marruecos y la democracia “diferida” », El País du 3/10/2002.

33Si les raisons de l’entrée dans l’arène électorale du « copain » du roi restent opaques, l’annonce de sa candidature a été rapidement suivie d’un communiqué du Palais bénissant sa décision. Les divers partis ont aussitôt cru voir en lui le futur Premier ministre. En effet, tout portait à croire que l’objectif était bel et bien la préparation de l’après 7 Septembre. En se faisant élire, il allait se doter de la « légitimité électorale » lui permettant d’occuper, si le besoin s’en faisait sentir, le poste de Premier ministre. Dans un futur Parlement atomisé, avec un gouvernement affaibli et un PJD sans doute renforcé, il faudrait un chef du gouvernement disposant d’une certaine capacité de décision et ayant accès au Palais. Vu son profil, El Himma n’aurait aucune difficulté à former une majorité politique, si telle était la volonté du roi. Si la manipulation des suffrages et les négociations ex-ante à propos de distribution de quotas de députés entre les partis et le ministère de l’Intérieur n’ont plus cours, il est hors de question pour la monarchie de laisser les partis occuper le champ parlementaire de façon autonome. L’aventure de Fouad Ali El Himma est donc un nouvel avatar d’une stratégie d’apolitisation des dispositifs libéraux (Ferrié et Roussillon, 2006)36. La démocratie est différée37,même pour composer une Chambre des représentants qui, loin d’incarner la représentation populaire, semble toujours confinée dans un simple rôle d’intercesseur (Tozy, 1999).

La liberté de la presse s’invite aux élections

  • 38  Pour la première fois dans l’histoire du Maroc, une cinquantaine d’observateurs étrangers allaient (...)
  • 39  « Majesté,… que dites-vous-là ? », Nichane, 4-31/8/2007 (en dialectale marocain).
  • 40  Ahmed Benchemsi, « Le procès de la Darija », Tel Quel, 1er/9/2007.
  • 41  Abdelaziz Nouaydi, « L’édito de la discorde : entre l’affection et la franchise », Tel Quel, 1er/9 (...)

34À la veille des élections, certains observateurs internationaux ont exprimé leurs inquiétudes à propos des éventuelles conséquences sur le débat électoral des poursuites judiciaires contre la presse38. L’expression de ces craintes confirme les difficultés récurrentes de la presse indépendante au Maroc (Desrues, 2007a). Dans le contexte de la campagne, on a assisté à la tenue, mi-août, du procès de Mustapha Hormatallah et de Abderrahim Ariri, respectivement journaliste et directeur de la publication de l’hebdomadaire arabophone Al-Watan al-An, à la suite de la publication, le 14 juillet, d’un dossier intitulé « Les rapports secrets derrière l’état d’alerte terroriste au Maroc ». Ils ont écopé, respectivement, de sept mois de prison ferme et cinq mois de prison avec sursis pour publication de documents confidentiels concernant la lutte antiterroriste. Au même moment, les numéros des hebdomadaires, Tel Quel et Nichane, datés du 4 août, sont saisis. Cette atteinte à la liberté de la presse est suivie le 24 août par le procès de leur directeur Ahmed Benchemsi pour « manque de respect dû au roi »39. Publier un éditorial qui, en se basant sur une lecture du dernier discours du trône, démentait l’intérêt de la tenue d’élections dans un système politique où le roi détient tous les pouvoirs, revenait, à un mois du rendez-vous électoral, à faire ressortir les contradictions entre les discours et les faits. Cependant, c’est sans doute le manque de respect dû à Sa Majesté qui est reproché à l’auteur de l’article. Le procureur lui a fait grief de s’être adressé au roi non pas en arabe classique, mais en darija, l’arabe marocain, ou la « langue de la rue »40. Si la monarchie citoyenne est interpellée à travers le droit de débattre pour tout un chacun des discours de son titulaire, l’usage du dialectal jauge l’image de proximité du roi avec le peuple41.

  • 42  La lettre est consultable sur le site internet de Reporters Sans Frontières : http://www.rsf.org. (...)

35Ce n’est pas tout. À la veille du scrutin, le 5 septembre, alors que de nombreux pays ont les yeux rivés sur le Maroc, Robert Ménard, le secrétaire général de l’organisation Reporters sans frontières (RSF), affirme depuis Casablanca, dans une lettre ouverte adressée au roi, que Mohamed VI porte la responsabilité des restrictions en matière de liberté de la presse42. Rappelant que le jeune roi avait affirmé en 2002 qu’il ne pourrait y avoir d’essor et de développement pour l’avènement d’une presse de qualité sans l’exercice de la liberté d’expression, RSF estime que ses engagements en la matière n’ont pas été tenus.

36Qui plus est, chiffres à l’appui, RSF juge que les restrictions à l’exercice de la liberté de la presse ne sont pas un phénomène conjoncturel, mais qu’il s’agit bien d’un fait structurel caractérisant la « nouvelle ère ». Depuis juillet 1999, date de l’avènement de Mohamed VI, pas moins de 34 organes de presse auraient été censurés et 20 journalistes auraient été condamnés à des peines de prison, en vertu du code de la presse, du code pénal ou encore de la loi antiterroriste.

37Ces remontrances auront peu d’impact sur les entraves à la liberté de la presse. Le 30 novembre 2007, Ali Amar, directeur de publication du Journal Hebdomadaire, a été contraint par son imprimeur à changer plusieurs photos de l’édition en préparation. Selon le journaliste interrogé par RSF, l’imprimeur a jugé, de lui-même, que les autorités marocaines n’autoriseraient pas la distribution de cette édition. L’hebdomadaire consacrait un important dossier à l’œuvre de deux artistes marocains inspirée du tableau du peintre français Gustave Courbet, « L’Origine du monde ». L’œuvre marocaine avait été précédemment retirée d’une exposition qui se tenait au Mexique à la demande de l’ambassadeur d’Iran qui l’avait considérée comme « attentatoire à la religion musulmane ».

Les résultats des élections : la désertion des marocains et la défaite des partis

  • 43  Hicham Smiyej, « Élections. Et Daba, on fait quoi ? », Tel Quel, 27/10/2007.

38Révélateurs d’une désobéissance aux consignes royales, les résultats du scrutin du 7 septembre font ressortir la défaite des partis politiques. L’abstention en progression est un indice de l’absence d’emprise des formations politiques sur la société et de la corruption financière de l’électeur. Au cours de la campagne pour la mobilisation, les organisations politiques en sont restées à l’ordre du discours, alors que l’abstention les « discrédite » et renforce la centralité de la monarchie comme source du pouvoir ou de la souveraineté populaire43.

Évolution du vote et de l'abstention au Maroc

Quand la participation est nulle : abstention, bulletins nuls et bulletins blancs

  • 44  Amin Rboud, « Le plus faible taux de participation », L’Économiste, 10/9/2007.
  • 45  Concernant les listes nationales féminines, le pourcentage de votes nuls atteint 28,57 %, soit 500 (...)
  • 46  Ainsi, Mohamed Tozy (2008) fait remarquer que le taux de bulletins nuls ou blancs a atteint près d (...)

39Non seulement l’abstention a été la plus forte de l’histoire électorale du pays avec un taux record de 63 %, mais en plus, la participation, qui a été seulement de 37 %44, a été marquée par le poids du vote nul ou blanc (19 %)45. En dépassant de nouveau le million de votes nuls ou blancs, il s’agit là d’une constance depuis que les élections sont entrées dans une phase de vérité, à partir de 1997. L’importance des votes nuls est impressionnante quand on compare ceux-ci avec les résultats des partis. Dans certaines circonscriptions électorales, les votes nuls ou blanc sont le double de ceux obtenus par le parti arrivé en tête et le triple de ceux de la liste nationale féminine. Ces résultats sont bien sûr liés à la complexité du processus électoral et aux erreurs qui en découlent. Mais si certains insistent sur l’analphabétisme et le manque de culture électorale des Marocains, nous y voyons plutôt le fruit d’un vote conscient de protestation, notamment lorsque les électeurs écrivent sur les bulletins des slogans contre les élections ou le personnel politique46. Ce type de pratiques, comme par le passé, est également le fait d’électeurs n’ayant pas osé s’abstenir de peur d’être stigmatisés par l’administration. Ce faisant, dans l’anonymat de l’isoloir, ils laissent libre cours à leur ressentiment.

  • 47  C’est ce que nous ont fait remarquer des commerçants ambulants et leurs clients en nous disant : « (...)

40L’impact du boycott des islamistes de Justice et Spiritualité et des militants d’extrême-gauche de La Voie démocratique est difficilement mesurable. Plutôt que d’expliquer la désaffection, ils l’accompagnent en la justifiant, renforçant la conviction des abstentionnistes que leur choix est le bon, que rien ne va changer et que la classe politique est « pourrie »47. Il faut se rendre à l’évidence : les Marocains ne croient plus à l’utilité du vote depuis des années. Reste à s’interroger sur les raisons du rejet du personnel politique ? On peut l’expliquer par le poids du lourd héritage de la démobilisation partisane et sociale, résultat de la répression des oppositions et de la manipulation des élections sous le règne d’Hassan II. On peut aussi y voir l’effet des processus d’apolitisation qui accompagnent la conversion de l’opposition du Mouvement national en nouvelle majorité loyale à la monarchie (Ferrié et Roussillon, 2006). La modération des programmes et des discours, la pacification des joutes électorales et la réconciliation de la plus grande partie de la gauche et d’une partie des islamistes avec le régime y sont sûrement pour quelque chose. L’alternance gouvernementale a peut-être été perçue comme la pierre d’achoppement de l’oligarchisation du personnel politique. L’extension de l’espace de la citoyenneté serait source d’enrichissement pour les professionnels de la politique, alors que la population serait frustrée par l’absence d’amélioration du quotidien et la fin de ses aspirations à la consommation. In fine, la désertion des urnes est due au fait qu’il n’y a ni enjeux de pouvoir, ni projets de société alternatifs, et que le coût de l’abstention est moindre que par le passé.

Au-delà de la victoire de l’Istiqlal et du « containment » du PJD : la défaite des partis

41Les résultats du scrutin du 7 septembre 2007 relativisent la victoire apparente de l’Istiqlal. Si ce dernier arrive en tête en nombre de sièges (52), le PJD est le premier parti en nombre de voix (1 049 032), tant pour les listes locales (503 396) que pour la liste féminine nationale (545 636). Par ailleurs, l’Istiqlal, avec 10,7 % des voix, est, comme toutes les formations politiques, un parti minoritaire.

  • 48  Entretien de Thierry Desrues avec Saad Eddine Al-Othmani à Meknès le 10 mars 2007. Houda Filali An (...)
  • 49  Le dernier numéro du périodique du PJD, Adala wa Tanmia, publié juste avant les élections, consacr (...)

42Quant au PJD, il ne peut guère se réjouir dans la mesure où il ne gagne que quatre sièges. Sa progression, initiée il y a dix ans, est freinée, voire stoppée puisqu’il perd plus de 100 000 voix par rapport aux élections de 2002. Or, le PJD était perçu, et ainsi le croyait-il, malgré les précautions d’usage présentes dans ses déclarations48, comme le futur vainqueur des élections. De nombreux arguments allaient dans ce sens : la courbe ascendante de sa trajectoire électorale depuis 1997 ; les bons résultats obtenus en 2002, malgré l’autolimitation dont il avait dû faire preuve ; sa présence constante et visible en tant qu’opposition parlementaire ; et l’absence d’usure du pouvoir liée à sa non-participation au gouvernement. D’ailleurs, les différents sondages, quelle que soit leur fiabilité, le laissaient croire. Le redécoupage de certaines circonscriptions électorales allait sans doute réduire leur score, mais cela n’apparaissait pas aux yeux de ses dirigeants comme suffisant pour leur « voler » une victoire méritée au regard de leurs efforts de conciliation. Le roi serait, malgré tout, conduit à accepter leur entrée dans le prochain gouvernement. Le PJD s’est maintenu dans les grandes villes du littoral atlantique de Tanger à Casablanca où il a remporté 23 de ses 40 sièges et à Fez où il a obtenu 30 % des voix. Mais de manière générale, l’échec du PJD est patent. Il n’est pas dû seulement à l’ingénierie électorale du ministère de l’Intérieur. Des facteurs internes au mouvement islamiste ont joué un rôle (Tozy, 2008). La direction du PJD a tout fait, en accord avec la ligne suivie depuis 2002, pour effacer l’image de radicalité que lui affublent ses adversaires. Son programme, défendant l’identité islamique et prétendant apporter des solutions aux problèmes sociaux du pays, insistait sur la promotion du rôle central de la famille et de l’intégration des femmes dans la vie active et le développement économique. Jusqu’au dernier moment, le parti s’est présenté comme une force capable d’assumer la direction du gouvernement et pouvant garantir au milieu d’affaires que sa gestion ne ferait pas fuir les investissements étrangers. Cependant, le pragmatisme et le discours technocratique islamo-centriste des cadres du PJD sont en contradiction avec la base d’un mouvement politique plus sensible aux propos politico-religieux virulents de certains prédicateurs-idéologues qu’aux accents consensuels imposés par la mise en œuvre d’une stratégie à la turque49.

  • 50  Voir Karim Boukhari, « Partis : L’État divise les islamistes », Tel Quel, 7/1/2006.
  • 51  Zemzmi a remporté son siège avec 13,1 % des voix, face aux 5 % de la coalition du parti des Forces (...)
  • 52  En revanche, le parti El-Oumma, qui a organisé son congrès constitutif en juin 2007 au siège du PJ (...)

43Par ailleurs, le PJD n’a pas concouru seul sous la bannière de l’islamisme aux élections. Le champ politique marocain s’est enrichi récemment de nouvelles formations islamistes qui ont reçu une audience médiatique supérieure à leur enracinement social. Ce faisant, l’image selon laquelle l’islamisme marocain n’échappe pas à la logique dominante du champ politique marocain, i.e. celle de la balkanisation et la sissiparité, a pénétré les discours50. Le Parti de la renaissance et de la vertu (Annahda wa Fadila), né d’une scission du PJD et dirigé par Mohamed Khalidi, a présenté des candidatures dans 59 circonscriptions. Ce parti s’est illustré en incorporant sur ses listes des prédicateurs controversés comme Abdelbari Zemzmi et Bouchta Bouriki. Le premier s’est présenté à Casablanca-Anfa face au candidat soutenu par le PJD, Abderrahim Lahjouji, président du Parti des forces citoyennes, alors que le second, expulsé d’Italie en 2005 – en raison de prêches radicaux prononcés à la mosquée de Turin –, s’est présenté dans sa ville natale de Khourigba51. Dans une moindre mesure, le PJD a dû faire face à la concurrence du Parti de L’Alternative citoyenne (Al-Badil al-Hadari), légalisé à la fin de l’année 2005 et dont l’originalité reposerait sur une supposée proximité avec la gauche non gouvernementale52.

Résultats des élections du 7 septembre 2007

LISTES

LOCALES

LISTE NATIONALE

Inscrits

15 462 362

15 462 362

Votants

5 721 073

37 %

5 721 073

37 %

Nuls

1 131 393

19 %

1 634 579

28,5 %

Partis politiques

Suffrages obtenus

Votes %

Sièges obtenus

Suffrages obtenus

Votes %

Sièges obtenus

Nombre total de sièges obtenus

PI

494 256

10,7

46

480 561

11,8

6

52

PJD

503 396

10,9

40

545 636

13,4

6

46

MP

426 849

9,3

36

410 197

10

5

41

RNI

447 244

9,7

34

429 053

10,5

5

39

USFP

408 945

8,9

33

389 471

9,5

5

38

UC

335 116

7,3

27

Annulée

0

27

PPS

248 103

5,4

14

253 929

6,2

3

17

FFD

207 982

4,5

9

200 846

4,9

0

9

MDS

168 960

3,7

9

163 799

4

0

9

PND-

ALAHD

139 688

3

8

217 827

5,3

0

8

PT

140 224

3

5

139 907

3,4

0

5

PED

131 524

2,9

5

133 023

3,3

0

5

PADS-CNI-PSU

98 202

2,1

5

119 688

2,9

0

5

SAP

81 364

1,8

5

0

5

PRE

83 516

1,8

4

95 456

2,3

0

4

ALAHD

57 952

1,3

3

0

3

PND

56 176

1,2

3

0

3

UMD

76 795

1,7

2

76 049

1,9

0

2

PS

67 786

1,5

2

70 607

1,7

0

2

ICD

50 278

1,1

1

51 217

1,3

0

1

PRV

36 781

0,8

1

39 134

1

0

1

ADL

34 801

0,8

1

0

1

PFC

31 207

0,7

1

33 764

0,8

0

1

CNI

25 695

0,6

1

0

1

PRD

47 141

1

0

50 285

1,2

0

0

PML

46 526

1

0

58 419

1,4

0

0

PDI

31 105

0,7

0

35 922

0,9

0

0

PA

24 384

0,5

0

30 789

0,8

0

0

PCS

22 826

0,5

0

26 240

0,6

0

0

PSU

20 353

0,4

0

0

0

PE

16 376

0,4

0

23 107

0,6

0

0

BH

15 600

0,3

0

0

0

PSD

10 973

0,2

0

0

0

PAN

10 156

0,2

0

0

0

PLJS

5 452

0,1

0

11 568

0,3

0

0

PADS

3 761

0,1

0

0

0

Total

4 607 493

100

295

4 086 494

100

30

325

  • 53  Il s’agit du Parti des travailleurs, du Congrès national ittihadi, du Parti socialiste et du Parti (...)

44Tout comme le PJD, l’Istiqlal et le RNI ont perdu plus de 100 000 voix. Quant à l’USFP, il connaît une véritable hémorragie de ses électeurs (450 000 voix) qui se sont abstenus ou sont sans doute allés voter pour les partis formés par d’anciens militants ou issus des récentes scissions53. Ce phénomène est particulièrement sensible sur le littoral atlantique : il n’est plus que le sixième parti à Tanger et à Casablanca, c’est-à-dire dans les villes où le PJD s’est imposé comme la première force politique. De son côté, le Mouvement Populaire, qui s’était présenté sous la bannière de l’Union de la mouvance populaire, a enregistré un recul de 500 000 suffrages. Pour les deux grands perdants (l’USFP et le MP), l’avenir s’annonce incertain. Au sein du premier, la crise, qui a couvé tout au long de l’automne, a débouché, le 3 décembre 2007, sur la démission, du secrétaire général du parti, Mohamed El Yazgui. Quant au MP, il doit gérer l’absence de la plus value qu’était censée engendrer la fusion. De plus, n’ayant pas intégré la majorité gouvernementale, il risque de nouvelles scissions ou désaffections de ses cadres.

45Si pour chaque parti diverses explications peuvent être avancées, l’essoufflement du système partisan marocain actuel est patent. Dans ce contexte, la monarchie consolide son hégémonie, mais, dans le même temps, elle perd des relais dans la société et s’expose encore un peu plus.

Le rôle de l’Administration et des revendeurs de voix dans le processus électoral

  • 54  En effet, le gain d’un siège (à l’exception du premier) n’exige pas l’obtention d’un nombre élevé (...)

46De nouveau, la corruption par l’argent a été au centre des élections. La neutralité passive des agents du ministère de l’Intérieur en charge des élections a laissé cours à la distribution de fonds lors des différentes étapes du processus électoral. Plusieurs facteurs expliquent l’importance que joue l’argent. D’une part, la personnalisation des candidatures, notamment dans les circonscriptions ayant peu de sièges en lice, a influencé le choix des candidats. Certains partis politiques ont eu tendance à intégrer sur leurs listes des personnalités fortunées ayant les moyens de financer leur campagne électorale. D’autre part, l’altération du scrutin de liste à la proportionnelle au plus fort reste a contribué au développement de l’achat de voix : l’existence de circonscriptions où le nombre de suffrages nécessaires pour être élu est relativement réduit encourage l’achat de suffrages ou d’abstentions (DRI, 2007b)54.

  • 55  Entretiens avec des responsables de Transparency Maroc, 10/9/2007.
  • 56  Un rapport préliminaire a été réalisé par ce collectif regroupant 617 associations, à partir des r (...)

47Ni les partis politiques, ni les observateurs étrangers venus superviser le scrutin n’ont été en mesure de contrôler les quelques 38 000 bureaux de votes pour un total de 3 659 collèges électoraux répartis dans tout le pays. Ceci n’a pas empêché Transparency Maroc de considérer que les opérations de vote s’étaient passées à peu près correctement. En revanche, cette même organisation et de nombreux observateurs ont constaté la circulation à grande échelle de fonds destinés à acheter des voix ou des abstentions que cela soit dans les rues ou au domicile des électeurs55. L’expansion de telles pratiques s’incarne dans la figure emblématique du revendeur de voix, i.e. un individu qui agit comme un courtier garantissant l’abstention ou le vote en faveur du candidat ou du parti le mieux-disant financièrement. Ce constat rejoint celui du Collectif associatif pour l’observation des élections56 qui estime que l’honnêteté du scrutin a été compromise par l’usage illégal de fonds ou de biens en nature. Celui-ci note que si l’administration territoriale n’est pas intervenue dans le déroulement de la campagne électorale et dans les opérations de vote, des fonctionnaires territoriaux ont soutenu des candidats sans être sanctionnés. De même, elle n’a pas réagi face à l’utilisation de certaines mosquées pour faire pression sur les électeurs. C’est pourquoi, la passivité de l’administration ne signifie pas pour autant sa neutralité.

  • 57  Le chef des 52 observateurs internationaux, l’ex-président bolivien Jorge Fernando Quiroga Ramirez (...)
  • 58  Meriem Allam, « Élections législatives : Un pas prometteur pour les relations avec l’UE et les USA (...)

48Ce dernier rapport a été vivement critiqué par le nouveau président du Conseil consultatif des droits de l’Homme, Ahmed Herzenni, qui s’est déclaré surpris par tant de nihilisme. Faisant valoir que les élections s’étaient déroulées correctement, il a estimé que la corruption de l’électeur par l’argent était un phénomène dont l’ampleur avait été exagérée. Il partage ainsi l’avis du responsable de la mission des observateurs internationaux57. In fine, les autorités ont donc réussi leur pari : la validité des élections a été reconnue au niveau international. Le porte-parole américain du Département d’État, Sean McCormack, a précisé que le scrutin était conforme « aux standards internationaux », tandis que la commissaire des relations extérieures de l’Union européenne devait déclarer que « les avancées réalisées par le Maroc dans la construction d’une société démocratique », plaçaient le Maroc dans une position de « pionnier » dans les relations de l’UE avec les pays de la rive sud de la Méditerranée58.

Un gouvernement fragilisé par le Palais

49Si le gouvernement joue un rôle subordonné, il n’en demeure pas moins que la désignation du Premier ministre et de son équipe, tant dans la forme que dans le contenu, renseigne sur sa capacité à élargir son autonomie de gestion. Même s’il s’agit du choix d’un Premier ministre politique, la personnalité controversée d’Abbas El Fassi et l’implication du Palais dans les nominations de nombreux ministres semblent confirmer à la fois l’usure de la génération politique qui a survécu au règne précédent et la politique de rénovation du personnel politique à l’image de la technocratie palatiale.

Un Premier ministre politique : l’usure plutôt que la rénovation ?

50La victoire en sièges de l’Istiqlal et la promesse de nommer un Premier ministre politique rendait très probable la désignation par le roi d’un « Istiqlalien » au poste de chef du gouvernement. Les rumeurs pariaient sur la promotion d’un jeune cadre du parti ayant une expérience ministérielle, ce qui correspondait à la supposée volonté royale de rajeunir le personnel politique. Les noms de Karim Ghellab, Adil Douiri ou Taoufiq Hijira, tous membres du gouvernement sortant, ont circulé. De même, l’étoile montante du parti, Nizar Baraka, petit fils d’Allal El Fassi et gendre d’Abbas, est apparu comme un possible candidat.

51Au bout du compte, le 19 septembre, Abbas el Fassi, secrétaire général du parti de l’Istiqlal est nommé Premier ministre. Cette désignation n’a guère suscité l’enthousiasme. Juriste de formation et âgé de 67 ans, c’est le gendre d’Allal El Fassi. Il a fait sa carrière politique dans l’ombre d’Ahmed Boucetta auquel il a succédé au secrétariat général du parti en 1998. Membre du gouvernement une première fois de 1977 à 1984, il a ensuite occupé les fonctions d’ambassadeur. En 2000, il a été nommé ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, du Développement social et de la Solidarité dans le second cabinet de Youssoufi. Bien que le dossier « Ennajat », une histoire de fraude à l’embauche à destination des pays du Golfe persique, l’a éclaboussé, il a été reconduit dans le gouvernement de Driss Jettou en 2002, en tant que ministre sans portefeuille.

  • 59  Voir Hamid Berrada, « Un Premier ministre sans portefeuille », Jeune Afrique, 23/9/2007.

52Sa nomination à la primature donne l’impression que le conformisme s’est imposé, face au changement. Elle fait ressortir l’usure des partis au détriment de leur nécessaire rénovation59. L’incapacité du nouveau Premier ministre à mettre en place un gouvernement dans les délais requis par la Constitution, c’est-à-dire avant l’ouverture de la session parlementaire d’automne, et, surtout, les interférences du Palais par conseillers royaux interposés, n’ont pas contribué à rehausser le prestige de la fonction.

« Un gouvernement à l’ombre du Palais royal »60

  • 60  Jean-Pierre Tuquoi, « Un gouvernement marocain à l’ombre du Palais royal », Le Monde, 16/10/2007.

53Un mois après la désignation au poste de Premier ministre d’Abbas El-Fassi, le Palais royal a publié, le 15 octobre, la liste du gouvernement conduit par le dirigeant de l’Istiqlal. Celle-ci est marquée d’abord, par sa longueur qui contredit les souhaits du souverain de voir se constituer un gouvernement ramassé et ensuite, par un certain renouvellement, puisque la moitié des ministres ou secrétaires d’État n’appartenait pas au gouvernment précédent. Le nombre de femmes est passé de 2 à 7, mais seule Yasmina Baddou est parlementaire. D’ailleurs, des 33 titulaires de portefeuilles, seuls 6 ont été élus en septembre. Il s’agit d’un gouvernement au profil technocratique marqué, constitué de jeunes et de femmes bardés de diplômes qu’on s’empressera d’affilier à un parti si le besoin s’en fait sentir.

  • 61  Cf. l’article « Les nouveaux profils du PI et du RNI », du très officiel journal Le Matin, 16/10/2 (...)

54La constitution du gouvernement n’a pas été chose facile. Il a fallu répondre aux revendications des uns et des autres et veiller aux équilibres entre les quatre partis appelés à former la majorité – l’Istiqlal, l’USFP, le RNI et le PPS. La nécessité de satisfaire des intérêts contradictoires a débouché sur quelques surprises. L’USFP a obtenu une place plus importante que celle découlant de la seule arithmétique électorale, avec cinq portefeuilles. Seul ministre d’État, le patron de l’USFP, Mohammed El-Yazghi, est ainsi le numéro deux du gouvernement, mais sans portefeuille. En revanche, avec le départ de Fathallah Oualalou, les socialistes abandonnent le ministère des Finances qu’ils contrôlaient depuis la formation du gouvernement dit d’alternance en 1998. Ils ont de nouveau obtenu le portefeuille de la Justice, offrant ainsi une porte de sortie à l’ancien titulaire de la présidence du Parlement, Abdelouahad Radi. L’autre parti de gauche, le PPS conserve le ministère de la Communication, qui est le porte-parole du gouvernement, et hérite du ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité qui échoit à Nouza Skalli. Enfin, la stabilité parlementaire et le renouvellement de la direction du RNI sont récompensés par sept portefeuilles61, dont l’Économie qui revient à Salaheddine Mezzouar, le Tourisme et l’artisanat à Mohamed Boussaid et l’Agriculture et la pêche maritime à Aziz Akhanouch, transfuge du MP.

  • 62  Le nomadisme partisan, si vilipendé par le Palais depuis des années, demeurerait un recours légiti (...)

55En revanche, le Mouvement populaire a fini par se retrouver dans l’opposition, le Premier ministre lui ayant proposé un nombre de portefeuilles insuffisant au regard de ses résultats électoraux et, par conséquent, inférieur à celui dont disposent l’USFP ou le RNI. Ceci n’a pas empêché certains de ses membres d’entrer au gouvernement sous une autre étiquette62.

56L’Istiqlal fournit six ministres et trois secrétaires d’État, dont quatre reprennent les fonctions qu’ils occupaient précédemment. Parmi les membres les plus importants, on trouve Karim Ghellab, ministre de l’Équipement et du Transport, Ahmed Taoufiq Hejira, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’Espace, Yasmina Baddou, ministre de la Santé, Mohamed Saad Alami, ministre chargé des Relations avec le Parlement et Nizar Baraka, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Affaires économiques et générales, et enfin, Abdellatif Maazouz ministre du Commerce extérieur.

  • 63  Sont considérés comme des proches du conseiller royal Meziane Belfquih : Akhchichine, Boussaïd et (...)
  • 64  Voir Bahia Amrani, « Les 13 qui sapent le gouvernement partisan », Le Reporter, 21/10/2007.

57Le nouveau gouvernement apparaît plus technocratique que militant. L’influence des Conseillers royaux dans la formation du gouvernement, en particulier de Mezian Belfquih qui aurait remis une liste de noms au Premier ministre pour débloquer la formation du gouvernement, est corroborée par l’arrivée ou la reconduction de technocrates sans appartenance partisane63 : Ahmed Akhchichine à l’Éducation nationale ; Touriya Jabane à la Culture ; Abderrahmane Sbaï, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Administration de la Défense nationale ; Saad Haasar, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale ; Latifa Akherbach, secrétaire d’État auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. Quant à Aziz Akhenouch au ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Nawal Moutaouquil, à la Jeunesse et aux Sports, ou Amina Benkhadra, ministre de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, ils ont choisi une étiquette partisane « collée à la hâte pour les besoins de la cause »64.

  • 65  Taieb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération dans le gouverneme (...)

58De nouveau les ministères dit de souveraineté – secrétariat général du gouvernement, ministères des Habous et des Affaires islamiques, de l’Intérieur et des Affaires étrangères et de la coopération –, sont restés dans l’orbite du monarque, les nominations de leurs titulaires échappant au Premier ministre. La continuité s’impose puisque les personnalités, déjà en place dans le gouvernement précédent, sont reconduites (Abdessadek Rabiî au secrétariat général du gouvernement, Ahmed Toufiq au ministère des Habous et des Affaires islamiques, Chakib Benmoussa à l’Intérieur, Taieb Fassi Fihri aux Affaires étrangères et la coopération65).

59La formation du gouvernement laisse entrevoir une certaine lecture des élections : l’abstention justifierait la présence de technocrates, tandis que les résultats obtenus par les cinq partis gouvernementaux, la répartition des portefeuilles et les consignes du roi en matière de rajeunissement et de féminisation du personnel politique expliqueraient les autres nominations ministérielles. Les dirigeants des partis qui ont su rajeunir leurs cadres de façon ordonnée tout en présentant une image démocratique ont été récompensés. Toutefois, le gouvernement d’Abbas Al Fassi semble s’inscrire dans la précarité. Force est de constater qu’il n’est pas appuyé par une majorité clairement définie. Lors de la session d’investiture seulement 155 députés sur 325 ont voté en sa faveur, alors que 93 se sont prononcés contre et 7 se sont abstenus. L’investiture du Premier ministre n’a été possible qu’en raison de l’absence de 70 députés dans l’hémicycle.

Monarchie exécutive, monarchie de proximité, monarchie citoyenne ?

60Le roi Mohamed VI est, depuis son intronisation, omniprésent sur le terrain et dans les médias. Au début de son règne, il s’agissait de réconcilier la monarchie avec certaines régions. Depuis, il n’y a pas une semaine sans que le roi n’inaugure un projet de développement industriel, social ou artisanal. Il s’agit souvent de petits projets qui ne requièrent pas vraiment la présence du monarque. Toutes ces tâches qui sont, à bien des égards, « secondaires » contribuent à donner de Mohamed VI l’image d’un chef providentiel, d’un roi de proximité. Sa popularité en ressort renforcée auprès de populations longtemps délaissées. La présentation de la monarchie comme une institution de proximité est aussi l’une des lectures possibles du reportage sur la famille royale publié à l’occasion de la naissance le 28 février 2007 de sa fille, Lalla Khadija. Il s’agit là d’une première pour une revue marocaine. C’est Nissa’ min al-Magrib qui a obtenu le privilège, réservé jusqu’ici aux revues étrangères, de diffuser des images dans l’intimité de la famille royale.

61Le roi semble avoir un projet de pays moderne arrimé à l’Europe, nécessairement marocain dans son essence, fort de son « authenticité » arabe, amazigh et musulmane. Cependant, celui-ci n’est pas nécessairement démocratique. Il ne se discute pas. Au contraire, la monarchie monopolise l’énoncé des grandes orientations politiques et l’impulsion des grands chantiers économiques. Au lieu de « gouvernementaliser » le projet royal, on continue à créer des structures parallèles, souvent consultatives, qui renforcent la technocratie palatiale au détriment des instances élues (Desrues, 2007b).

  • 66  Que penser de la délégation, en vertu du Dahir du 30 novembre, de l’intendance et de l’administrat (...)
  • 67  Son groupe parlementaire se compose de cinq transfuges, des deux membres qui l’ont accompagné sur (...)
  • 68  L’histoire du Maroc contemporain montre que le pays possède une longue tradition de création de pa (...)

62La tendance serait-elle à la concentration des pouvoirs dans les mains du roi ? Pourtant, d’aucuns voient dans l’aventure politique d’El Himma l’indice d’une réactivation du Parlement, voire du gouvernement dans un proche avenir66. Après s’être fait élire haut la main, l’ancien ministre délégué à l’Intérieur a constitué un groupe parlementaire. Celui-ci permet de donner au gouvernement El-Fassi une majorité, et, par conséquent, d’assurer ou non sa longévité67. La prochaine étape voudrait qu’il fonde un nouveau parti politique68. Son groupe parlementaire peut lui servir de noyau dur : il pourrait finir par éroder les formations qui ont toujours été plus royalistes que le roi, en l’occurrence l’UC, le MP et le RNI. Mais, comme le remarque Tel Quel, cela ne l’empêche pas de tenter de séduire le reste de l’échiquier politique :

  • 69  Karim Boukhari et Driss Bennani, op.cit., Tel Quel, 20/10/2007.

« En ciblant par ailleurs, via une surprenante opération de charme, les milieux associatifs, notamment de gauche, El Himma semble installer en douce, sans forcément le dire (c’est sa marque de fabrique), l’idée que “le développement humain et la réforme de l’institution monarchique, c’est possible… mais avec des interlocuteurs (partis, ONG, groupes de pensée) agréés”69. »

63Si la cooptation est une pratique enracinée, on a l’impression d’assister à l’émergence d’une nouvelle formule de gestion des majorités parlementaires qui se distingue de celles employées jusqu’ici. El Himma semble toujours proche du roi, en tout cas, c’est ce qu’il tient à faire savoir par de multiples gestes et confidences médiatiques. Dès lors, s’il formait une majorité parlementaire, Mohamed VI aurait la possibilité de déléguer la mise en œuvre de son projet de pays à un homme et un parti jouissant de sa pleine confiance. D’ailleurs, le nom de son groupe parlementaire « Authenticité et modernité » n’est-il pas la meilleure synthèse du programme royal ?

Conclusion 

  • 70  C’est, entre autres, la question qu’a posée le débat organisé par la Fondation Friedrich Ebert. Le (...)

64C’est devenu une habitude, les élections n’intéressent pas les Marocains. Mais pourquoi devraient-elles les intéresser ? Est-il vraiment utile de voter sous un régime de monarchie exécutive où les élus n’ont qu’une marge de manœuvre symbolique ? À quoi sert le vote, si le roi règne et gouverne à la fois ?70

65Toutefois, malgré leurs limites, les élections ont transcendé les frontières marocaines comme l’ont montré aussi bien l’intérêt qu’elles ont suscité dans les médias étrangers que la présence, pour la première fois, d’observateurs internationaux. Certes, l’institutionnalisation des élections progresse, mais la monarchie ne semble pas tirer de la crise partisane les conclusions qui s’imposent. Ce faisant, elle s’expose de plus en plus aux critiques et à une éventuelle vindicte populaire.

  • 71  Youssef Saad Alami, « Sefrou : “Intifada” contre la vie chère », L’Économiste, 25/9/2007.
  • 72  Cf. O. Dahbi, « Entretien avec le Premier ministre : “Nous sommes fiers de notre bilan” », Aujourd (...)
  • 73  D’après Larabi Jaïdi, « le saupoudrage reprend le dessus, la logique de la dépense prend le pas su (...)
  • 74  Larabi Jaïdi, « Les chiffres du chômage », La Vie Économique, 11/1/2008.
  • 75  Voir Youssef Ziraoui, « Raja-Wac. Le derby des casseurs », Tel Quel, 27/10/2007.

66Les manifestations contre la vie chère qui se multiplient depuis 2006 et les débordements qui en ont découlé dans les semaines qui ont suivi le scrutin suscitent de nombreuses interrogations71. Si le gouvernement sortant de Driss Jettou peut mettre à son actif le maintien des grands équilibres macro-économiques et l’amélioration des infrastructures72, ses résultats ne sont pas perçus directement par le commun des citoyens. On ne retrouve pas la même réussite lorsqu’on aborde la question des inégalités en matière sociale, éducative ou sanitaire : les premiers résultats de l’Initiative nationale de développement humain (INDH) sont mitigés73. La vie est chère, les salaires ne suivent pas l’inflation, le nombre officiel de chômeurs ou de sous-employés est sous-évalué74, les prestations sociales sont très faibles, le système de santé est précaire, l’éducation est loin d’être universelle et l’enseignement inadapté, l’accès au logement est insuffisant, l’assainissement des villes défectueux, les services publics se dégradent et la perception de la corruption des administrations est généralisée. Les émeutes de Sefrou au lendemain des élections, le 23 septembre, sont l’un des symptômes du malaise profond qui couve dans le pays. Les manifestations de mécontentement sont de plus en plus fréquentes et sont souvent encadrées par des coordinations locales formées par des militants habitués à se mobiliser pour la défense des droits de l’Homme (AMDH), la lutte contre le néo-libéralisme (ATTAC) ou l’action syndicale (Sne-Sup). Par ailleurs, si le hooliganisme des jeunes supporters appartient à un autre espace protestataire, il s’inscrit sans doute dans la même dynamique de crise75. Dès lors, l’abstention et le vote nul et blanc sont rationnels. Non seulement le travail de sape des partis politiques mené par le Palais y est pour beaucoup, mais aussi l’« abnégation » de ces mêmes partis. Le sens commun voudrait que des inégalités trop fortes dans la détention des pouvoirs et de la richesse renferment le ferment d’une explosion sociale. Certes, cette corrélation supposée n’est pas mécanique. Mais pour autant, combien de temps encore, le régime et les partis politiques pourront-ils faire l’impasse sur une éventuelle corrélation entre la crise de représentativité politique et l’insuffisance de la redistribution des richesses ?

Haut de page

Bibliographie

Ferrié Jean-Noël et Roussillon Alain, 2006, « Réforme et politique au Maroc de l’alternance : apolitisation consensuelle du politique », in Jean-Noël Ferrié et Jean-Claude Santucci, Dispositifs de démocratisation et dispositifs autoritaires en afrique du Nord, CNRS Éditions, p. 149-196.

Bendourou Omar, 2007, « La nouvelle loi marocaine relative aux partis politiques », L’Année du Maghreb, édition 2005-2006, CNRS Éditions, p. 293-301.

Camau Michel, 1990, « Le Maghreb », in Michel Flory, Robert Mantran, Bahgat Korany, Les régimes politiques arabes, Paris, PUF, p. 369-450.

Desrues Thierry, 2006, « De la monarchie exécutive ou les apories de la gestion de la rente géostratégique », L’Année du Maghreb 2004, CNRS Éditions, p. 243-271.

— 2007a, « Entre État de droit et droit de l’État, la difficile émergence de l’espace public au Maroc », L’Année du Maghreb, édition 2005-2006, CNRS Éditions, p. 263-292.

— 2007b, « L’emprise de la monarchie marocaine entre fin du droit d’inventaire et redéploiement de la “technocratie palatiale” », L’Année du Maghreb édition 2007, CNRS Éditions, p. 231-262.

DRI, 2007a, Évaluation du cadre pour l’organisation des élections. Maroc. Democracy Reporting International et Transparency Maroc, Janvier.

— 2007b, Évaluation qualitative de l’élection à la Chambre des Représentants, 7 septembre 2007. Maroc, Democracy Reporting International et Transparency Maroc, Novembre.

Lopez Garcia Bernabé, 2000, Marruecos político. Cuarenta años de procesos electorales (1960-2000), Madrid, CIS.

Tozy Mohamed, 1999, Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po.

— 2008, « Islamists, Technocrats, and the Palace », Journal of Democracy, January 2008, Volume 19, number 1, p. 34-41.

Haut de page

Notes

1  Abdellatif El Azzi, « Élections 6 juillet ou 7 septembre ? » Tel Quel, 17/2/2007.

2  « Élections législatives : pas de report », La Gazette du Maroc, 12 février 2007.

3  Pour une analyse des élections depuis l’indépendance, on renvoie à Bernabé López García (2002).

4  http://www.elections.gov.ma. On peut regretter que les résultats de la liste nationale féminine dans chaque circonscription n’aient pas été rendus publics. De même, l’absence de distinction entre bulletins nuls et bulletins blancs empêche de faire une analyse précise du vote de protestation.

5  Le 11 mars, dans un cybercafé du quartier de Sidi Moumen à Casablanca un kamikaze actionne sa charge explosive blessant 4 personnes et provoquant sa mort. Le 10 avril, trois kamikazes se suicident tuant un policier et faisant 21 blessés dans un quartier populaire de Hay El Farah. Quelques jours plus tard, le 14, deux Kamikazes se sont fait exploser devant le consulat des États-Unis et le centre linguistique américain situés sur le boulevard Moulay Youssef, tuant un policier. Selon le Journal Hebdomadaire, on serait face à une nouvelle stratégie des djihadistes qui s’attaqueraient aux symboles sécuritaires de l’État et la présence des États-Unis sur le sol marocain afin d’éviter le massacre de civils. Cf. Ali Amar et Taieb Chadi, « Les nouveaux jihadistes », Le Journal Hebdomadaire, 26/4/2007.

6  L’association Daba 2007, créée par Noureddine Ayouch, publicitaire qui dirigea la revue Kalima dans les années 1980, a mené une campagne dans tout le pays afin de mobiliser les jeunes.

7  Nous renvoyons au site internet de l’observatoire électoral du Taller de Estudios Internacionales Mediterráneos (TEIM) : http://www.uam.es/teim

8  Selon les données communiquées par le ministère de l’Intérieur et reproduites par la MAP du 27/5/2006 : 67 % de la population urbaine et 37 % en milieu rural disposeraient de la carte d’identité nationale.

9  Elles demandent que la personne effectue de multiples démarches administratives (DRI, 2007a et b).

10  Les émigrés peuvent s’inscrire sur les listes électorales de la commune : où ils possèdent des biens ; où ils exercent une activité ; où est inscrit l’un de leurs parents ou conjoint ; où l’un de leurs parents ou conjoint possède une résidence ; où l’un de leurs ascendants, père ou grand-père, est né.

11  C’est la thèse que défend le spécialiste de l’émigration marocaine, Abdelkrim Belguendouz dans un entretien à La Nouvelle Tribune, « Les MRE doivent voter lors des élections législatives », 12/6/2007.

12  Abdelmohsin El Hassouni, « Découpage électoral : La colère du PJD »”, La Gazette, 12/2/2007.

13  Il faut signaler que l’USFP avait absorbé le Parti socialiste démocratique (PSD), ce qui théoriquement aurait dû lui apporter près de 3 % de voix en plus par rapport aux 11,87 % obtenus en 2002.

14  Par exemple, à Ain Sebaa, circonscription de Casablanca où le PJD avait remporté 28,6 % des votes en 2002, un député représente 234 601 habitants. Dans la circonscription de Tanger-Asilah où le PJD avait obtenu 31,8 % des suffrages, 189 873 habitants élisent un député contre 52 766 à Jerada, 43 128 à Figuig et 35 052 à Tan Tan. Voir par exemple, l’Observatoire électoral du Taller de Estudios Internacional de Estudios Mediterráneos (TEIM) : http://www.uam.es/otroscentros/TEIM/observatorio/Marruecos/especial_elecciones_legislativas_Marruecos2007.htm

15  Casablanca passe de 7 circonscriptions à 10, Meknès de 2 à 3, Tanger-Tetouan de 4 à 5. Cf. le Bulletin officiel du 5/4/2007.

16  Ismael Alaoui s’est présenté au dernier moment pour remplacer un candidat subitement décédé. Il n’a pas été élu alors que son parti a réalisé un bon score.

17  Entretien de Thierry Desrues avec Saad Eddine Al-Othmani le 10/3/2007. Celui-ci a affirmé que le programme du PJD était prêt, mais que le parti attendrait le dernier moment pour le présenter, afin d’éviter le piratage. Les mêmes arguments ont été utilisés par des responsables du Mouvement populaire, du PPS et de l’USFP lors de la table ronde sur « Les programmes des partis politiques marocains », organisée le 11 juillet par la Fundación Alternativas à Madrid. À ce propos, on se souviendra que la loi sur les partis politiques, qui a été approuvée par le Parlement en février 2006, oblige les formations à élaborer des programmes (Bendourou, 2007).

18  Cf. les entretiens de Thierry Desrues avec des militants de divers partis et des cadres de l’administration provinciale en mars et en juin 2007, dans la région de Meknès et de Khénifra, lors d’une recherche sur les jeunes femmes rurales.

19  Nous avons constaté que dans la circonscription de Rabat-Océan, l’un des slogans les plus répétés par les militants du PSU était « La réforme de la Constitution est la base du développement humain et du développement économique et social ».

20  Cet appel a été rendu public par la presse le 30 août. Il a été signé par des ministres tels que Nabil Benabdallah (PPS), Mohamed El Gahs (USFP) ou Abderrahim Harouchi, des dirigeants de parti comme Ismail Alaoui (PPS), des intellectuels comme le peintre Fouad Bellamin, des professeurs tels que Mohamed Sghir Janjar, etc.

21  Dans ce sens le slogan de campagne de l’USFP est explicite : « Choisissez votre Maroc ». On renvoie aussi aux propos tenus par Mohamed El Yazghi dans un entretien accordé à Nadia Lamlili, « Nous ne gouvernerons jamais avec le PJD », Tel Quel, 7/7/2007.

22  Cf. Karim Boukhari, « Réforme constitutionnelle : les partis s’encanaillent », Tel Quel, 20/5/2006, et Mohamed El Hamraoui, « Koutla démocratique : une nouvelle charte en perspective », Le Reporter, 28/5/2006.

23  Brahim Mokhliss, « Liste nationale : comment choisir les femmes ? », Le Reporter, 15/7/2007.

24  Voir Aujourd’hui Le Maroc, 30/7/2007. La liste définitive a été rendue publique dans le quotidien du parti, Libération, 30/7/2007.

25  Tête de liste en 2002, elle avait été une des deux députées du PPS élues sur la liste féminine.

26  C’était le cas de Fatima Belhassen élue dans la circonscription de Beni Makada à Tanger en 2002.

27  Entretien de Thierry Desrues avec Samira Koraiche, au siège du parti de l’Istiqlal à Rabat, le 3/9/2007.

28  La tête de liste n’était pas une inconnue puisqu’elle est membre du Bureau exécutif et du Comité central du parti et est l’épouse du fils d’Allal El Fassi, Hani El Fassi. Elle est la responsable de la section femme de l’Agdal-Hay Riad à Rabat.

29  Yasmina Baddou a obtenu le plus grand nombre de voix dans la circonscription d’Anfa. Elle a surclassé le candidat du RNI, l’architecte Ouadie Benabdellah, l’usfpéiste Mustapha Ibrahimi et en quatrième position le fameux prêcheur Abdelbari Zemzemi, qui avait rejoint les rangs de Ennahda wal-Fadila. D’autres candidats de taille n’ont pas pu obtenir de sièges dans cette circonscription. Tel est le cas d’Abderrahim Lahjouji, secrétaire général du parti Forces citoyennes, ancien patron des patrons qui avait reçu le soutien du PJD. Voir Le Reporter, « De nouvelles députées au Parlement marocain », 15/9/2007.

30  Elle dirige l’Union de l’action Féminine, une organisation féministe. Le renoncement de Mohamed El Yazghi à se présenter dans ce qui était jusqu’ici un fief de l’USFP a découragé toutes velléités de réactions à ce parachutage. Entretiens menés par Thierry Desrues avec des responsables et des militants de la circonscription le 4/9/2007.

31  Dans cette circonscription emblématique de la capitale se présentaient les frères ennemis du secrétaire général de l’USFP : en l’occurrence Mohamed Sassi, ex-dirigeant de la jeunesse de l’USFP et leader d’un courant critique qui a fini par se séparer et rejoindre la nouvelle formation du PSU, et Ahmed Benjelloun, dirigeant du PADS sorti de l’USFP en 1983. Qui plus est, bien que ces deux partis aient formé une alliance au niveau national, aucun des deux dirigeants n’a renoncé à se mesurer à El Yazghi, avant que ce dernier ne cède sa place à Latefa Jbadi. Le PJD, qui avait failli arriver en tête en 2002, présentait le candidat islamiste Réda Benkhaldoun, responsable des relations extérieures du parti, alors que le candidat du RNI était l’ancien ministre des droits de l’Homme, Mohamed Aujjar. Quant à l’Istiqlal, il était représenté par Abdelhamid Aouad.

32  Unique candidate élue parmi les « Sans étiquette politique » (SEP), elle est journaliste de formation et actuellement directrice de l’information au ministère de la Communication.

33  Lors des élections municipales de 2003, les femmes ont constitué 5 % des candidatures. Les 127 élues ne représentaient même pas 1 % des élus.

34  Mohamed Chaoui, « Le départ d’El Himma suscite un séisme », L’Économiste, 10/8/2007.

35  C’est notamment la thèse défendue par José Garçon, « Éloigné du Palais, le numéro 2 du régime choisit les urnes », Libération, 6/9/2007. De même, Ali Lmrabet, « La caída del ‘‘virrey’’ de Marruecos », El Mundo, 11/8/2007.

36  On reprend ici le concept développé par Ferrié et Roussillon (2006) bien que l’usage qu’ils font du terme apolitisation puisse poser problème. En fait, le concept proposé par Ferrié et Roussillon recouvre celui de dépolitisation, dans son sens premier, entendue en tant « qu’action ou résultat d’ôter tout caractère politique », Petit Robert, Dictionnaire de la langue française, édition de 1993.

37  Cf. Bernabé López García, « Marruecos y la democracia “diferida” », El País du 3/10/2002.

38  Pour la première fois dans l’histoire du Maroc, une cinquantaine d’observateurs étrangers allaient superviser les élections législatives. Une mission a été organisée au Maroc par le National Democratic Institute for International affairs (NDI), une ONG proche du parti démocrate basée à Washington et présidée par l’ancienne secrétaire d’État démocrate Madeleine Albright. L’objectif du NDI est de renforcer la démocratie à travers le monde. Frances Fitzgerald, la présidente de la mission internationale préliminaire d’évaluation des élections législatives du 7 septembre devait déclarer : « Avant ces élections, il y a eu d’importants défis à la liberté de la presse ». Cf. « Les observateurs des élections inquiets pour la liberté de la presse », AFP, 16/8/2007.

39  « Majesté,… que dites-vous-là ? », Nichane, 4-31/8/2007 (en dialectale marocain).

40  Ahmed Benchemsi, « Le procès de la Darija », Tel Quel, 1er/9/2007.

41  Abdelaziz Nouaydi, « L’édito de la discorde : entre l’affection et la franchise », Tel Quel, 1er/9/2007.

42  La lettre est consultable sur le site internet de Reporters Sans Frontières : http://www.rsf.org. AFP, « RSF tire la sonnette d’alarme dans une lettre à Mohamed VI », 6/9/2007.

43  Hicham Smiyej, « Élections. Et Daba, on fait quoi ? », Tel Quel, 27/10/2007.

44  Amin Rboud, « Le plus faible taux de participation », L’Économiste, 10/9/2007.

45  Concernant les listes nationales féminines, le pourcentage de votes nuls atteint 28,57 %, soit 500 000 bulletins de plus que pour les listes locales. Ce chiffre n’a pas été rendu public par le ministère de l’Intérieur. Les taux officiels d’abstention (37 %) et de votes nuls (19 %) ont été arrondis. Il en a été de même pour les résultats dans chaque circonscription.

46  Ainsi, Mohamed Tozy (2008) fait remarquer que le taux de bulletins nuls ou blancs a atteint près de 30 % dans des zones urbaines telles que Casablanca, là où l’explication par l’analphabétisme et la complexité du déroulement du vote est inopérante.

47  C’est ce que nous ont fait remarquer des commerçants ambulants et leurs clients en nous disant : « c’est eux qui ont raison », suivi de la campagne électorale dans le quartier de Yacoub al Mansour de Rabat, 1er/9/2007.

48  Entretien de Thierry Desrues avec Saad Eddine Al-Othmani à Meknès le 10 mars 2007. Houda Filali Ansari, « Said El Othmani : nous tablons sur 60 à 70 sièges aux prochaines élections », La Vie Économique, 13/4/2007.

49  Le dernier numéro du périodique du PJD, Adala wa Tanmia, publié juste avant les élections, consacrait deux pages centrales à l’expérience turque.

50  Voir Karim Boukhari, « Partis : L’État divise les islamistes », Tel Quel, 7/1/2006.

51  Zemzmi a remporté son siège avec 13,1 % des voix, face aux 5 % de la coalition du parti des Forces citoyennes et du PJD qui n’a pas obtenu de représentants.

52  En revanche, le parti El-Oumma, qui a organisé son congrès constitutif en juin 2007 au siège du PJD, n’a pas été légalisé, sous prétexte que la loi des partis politiques interdit les formations qui se fondent sur des critères religieux, linguistiques, ethniques ou régionaux.

53  Il s’agit du Parti des travailleurs, du Congrès national ittihadi, du Parti socialiste et du Parti socialiste unifié.

54  En effet, le gain d’un siège (à l’exception du premier) n’exige pas l’obtention d’un nombre élevé de voix.

55  Entretiens avec des responsables de Transparency Maroc, 10/9/2007.

56  Un rapport préliminaire a été réalisé par ce collectif regroupant 617 associations, à partir des remarques faites par 1 956 observateurs dispersés à travers le Maroc. Ce regroupement, qui avait reçu un appui de l’UE, estime que l’honnêteté des élections a été compromise par les pressions exercées sur de larges secteurs de l’électorat, notamment par l’usage illicite de l’argent.

57  Le chef des 52 observateurs internationaux, l’ex-président bolivien Jorge Fernando Quiroga Ramirez, a assuré samedi que la mission internationale n’avait pas été témoin de telles pratiques, « mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de corruption dans des endroits où nous nous ne trouvions pas », a-t-il ajouté. En ce qui concerne le débat sur l’étendue et les formes de la fraude, cf. Zakaria Choukrallah, « Fraudes électorales : désaccord sur l’étendue du phénomène », La Vie Économique, le 21/9/2007.

58  Meriem Allam, « Élections législatives : Un pas prometteur pour les relations avec l’UE et les USA », Aujourd’hui le Maroc, 12/9/2007.

59  Voir Hamid Berrada, « Un Premier ministre sans portefeuille », Jeune Afrique, 23/9/2007.

60  Jean-Pierre Tuquoi, « Un gouvernement marocain à l’ombre du Palais royal », Le Monde, 16/10/2007.

61  Cf. l’article « Les nouveaux profils du PI et du RNI », du très officiel journal Le Matin, 16/10/2007.

62  Le nomadisme partisan, si vilipendé par le Palais depuis des années, demeurerait un recours légitime quand la conjoncture l’exige. Mis à part les cas de Akhanouch ou du parachutage de Moutawakil, on peut signaler qu’Amina Benkhadra, qui avait rejoint le MP, est redevenue indépendante en l’espace de 24 heures.

63  Sont considérés comme des proches du conseiller royal Meziane Belfquih : Akhchichine, Boussaïd et Douiri. Quant au titulaire de l’Agriculture, sa proximité avec le Palais ne ferait pas de doute. Voir « Le Casting El Fassi », L’Économiste, 17/10/2007.

64  Voir Bahia Amrani, « Les 13 qui sapent le gouvernement partisan », Le Reporter, 21/10/2007.

65  Taieb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération dans le gouvernement sortant, est promu au poste de titulaire des Affaires étrangères.

66  Que penser de la délégation, en vertu du Dahir du 30 novembre, de l’intendance et de l’administration de l’armée au Premier ministre ?

67  Son groupe parlementaire se compose de cinq transfuges, des deux membres qui l’ont accompagné sur sa liste locale, ainsi que trente trois représentants provenant de sept partis : Al Ahd, Parti de l’environnement et du développement (PED), Parti de l’équité et de la rénovation (PER), l’Alliance démocratique des libertés (ADL), le Parti des forces citoyennes (PFC), Initiative pour la citoyenneté et le développement (ICD), l’Union pour la démocratie. El Himma a atteint rapidement deux objectifs : constituer un groupe parlementaire et occuper la présidence de la commission des Affaires étrangères de la Chambre. Cf. Karim Boukhari et Driss Bennani, « Enquête. À quoi joue El Himma ? Et qui est-il vraiment ? », Tel Quel, 20/10/2007.

68  L’histoire du Maroc contemporain montre que le pays possède une longue tradition de création de partis, impulsée par le Palais et le ministère de l’Intérieur pour contrer l’opposition et articuler des majorités gouvernementales ad hoc.

69  Karim Boukhari et Driss Bennani, op.cit., Tel Quel, 20/10/2007.

70  C’est, entre autres, la question qu’a posée le débat organisé par la Fondation Friedrich Ebert. Les invités étaient appelés à se prononcer sur l’utilité des élections, le pouvoir des partis, leur identité, les alliances, etc. En face d’eux, des représentants de la société civile étaient appelés à mettre les politiciens devant leurs contradictions et à ramener les plus démagogues d’entre-eux vers un discours plus terre-à-terre. Cf. Nadia Lamlili, « Des élections, pour quoi faire ? », Tel Quel, 18/7/2007.

71  Youssef Saad Alami, « Sefrou : “Intifada” contre la vie chère », L’Économiste, 25/9/2007.

72  Cf. O. Dahbi, « Entretien avec le Premier ministre : “Nous sommes fiers de notre bilan” », Aujourd’hui le Maroc, 12/7/2007, http://www.aujourd’hui.ma/bilan-driss-jettou-details1546.html. [Consulté le 17/07/07].

73  D’après Larabi Jaïdi, « le saupoudrage reprend le dessus, la logique de la dépense prend le pas sur la logique des résultats ». Voir Larabi Jaïdi, « Les grains de sable de l’INDH », La Vie Économique, 25/5/2007.

74  Larabi Jaïdi, « Les chiffres du chômage », La Vie Économique, 11/1/2008.

75  Voir Youssef Ziraoui, « Raja-Wac. Le derby des casseurs », Tel Quel, 27/10/2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Déséquilibres entre recensement électoral et recensement de la population
Légende Source : http://www.uam.es/​otroscentros/​TEIM/​Revista/​reim4/​BLG_analisiselecto.htm
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/455/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia, « L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 281-307.

Référence électronique

Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia, « L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/455 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.455

Haut de page

Auteurs

Thierry Desrues

Chercheur à l’Institut d’études sociales avancées de Cordoue. tdesrues@iesa.csic.es

Articles du même auteur

Bernabé Lopez Garcia

Professeur à l’Université autonome de Madrid ; bernabe.lopezg@uam.es

Haut de page