Navigation – Plan du site
Mauritanie
Chronique politique

Mauritanie : une transition démocratique sans alternance

Ali Bensaâd
p. 311-324

Entrées d'index

Mots-clés :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

1L’année 2007 s’est achevée sur un imprévisible attentat contre des touristes français se soldant par la mort de cinq d’entre eux et ouvrant surtout sur un cycle de violence et l’irruption d’Al-Qaïda comme acteur essentiel du jeu politique mauritanien. La nouveauté de tels actes, et leur caractère spectaculaire dans le contexte sociopolitique mauritanien, ont fini par polariser le débat politique interne et la perception des partenaires extérieurs sur des risques sécuritaires devenus évidents. Cette focalisation a estompé, voire partiellement occulté, le caractère exceptionnel de l’année 2007 dans l’histoire politique de la Mauritanie. En effet, le pays a mené à terme un processus de transition démocratique qui a totalement bouleversé le champ institutionnel avec la promulgation d’un ensemble de lois et la mise sur pied de structures favorisant le pluralisme.

2Les élections législatives et municipales ont débouché sur l’entrée en force de l’opposition dans les mairies et dans le Parlement alors qu’au contraire les élections présidentielles ont vu, pour quelques milliers de voix, la défaite de « l’opposant historique » Ahmed Daddah au profit de son rival qui comptait parmi ses soutiens des mouvances proches du pouvoir déchu. Ces scrutins électoraux qui ont vu l’arrivée des femmes sur la scène politique institutionnelle se sont déroulés dans la transparence et leurs résultats n’ont été contestés par aucun des candidats ou acteurs politiques. Une première dans l’histoire de ce pays dont les alternances politiques ne s’étaient opérées à ce jour que par de nombreux coups d’État militaires.

3Cependant, ce processus traduisant autant les hésitations de ses promoteurs que la force d’inertie des structures sociales traditionnelles a débouché sur une alternance inaboutie avec un pouvoir composite et « pluricéphale » où les réseaux de l’ancien régime restent très prégnants. Dans le même temps, l’ombre des militaires continue de planer. Bien qu’ils aient organisé une transition démocratique et transparente, ils n’en ont pas moins tenté de peser discrètement dans le sens de l’émergence de cette alternative qui leur évitait un face à face avec l’opposition historique. Cette dernière, bien qu’ayant confirmé son ancrage national à l’occasion de différentes échéances électorales, a raté de peu l’accès au pouvoir malgré une réserve de voix importante. Même s’il a pris des mesures qui vont dans le sens du changement (retour des réfugiés négro-mauritaniens expulsés depuis près de 20 ans, vote de lois pénalisant la pratique de l’esclavage et sa non dénonciation…), le pouvoir issu de ce processus est handicapé par la fragmentation de ses centres de décisions, la prégnance des éléments issus de l’ancien régime et le poids présumé des militaires. Ces hypothèques l’inhibent alors qu’il doit faire face à la multiplication des défis : irruption de la violence islamiste armée qui nourrit un climat de défiance vis-à-vis du pays comme l’illustrent sa désertion par les touristes et l’annulation du Rallye Paris-Dakar ; dégradation des conditions socio-économiques qui a abouti à des émeutes dont la répression s’est soldée par une mort d’homme (une première en Mauritanie) ; multiplication de scandales liés à la drogue qui mettent en évidence les carences de l’État et font planer le risque d’une contamination du système juridique et politique mauritaniens par le narcotrafic. Ces défis, aggravés par une année de sécheresse et la forte baisse de la production d’hydrocarbures qui enterre définitivement « l’illusion pétrolière », surviennent alors que les militaires qui, sans enfreindre les règles formelles du jeu démocratique, ont favorisé l’élection de l’actuel président et restent actifs dans les coulisses.

4L’année 2007 a commencé justement par une forte tension induite par le bouleversement du paysage politique consécutif aux résultats des élections législatives et municipales. Les élections législatives et municipales dont l’opposition a obtenu qu’elles précèdent le scrutin présidentiel ont confirmé un fort désir de changement. Elles ont placé en tête la coalition des onze partis opposés à l’ancien système, avec comme premier mouvement politique le Rassemblement des forces démocratiques (RFD). Mais ces élections ont surtout donné lieu à l’éviction des notabilités les plus emblématiques et au renversement des symboles traditionnels de l’ancien régime.

5Cependant, la majorité obtenue, pour aussi forte qu’elle soit, reste relative. Dans le même temps, a émergé un nouveau pôle dit « indépendant » à travers lequel ont pu se recycler les moins compromis et les moins importants des anciens barons du système. Ils ont ainsi pu revenir sur la scène politique en mobilisant, le plus souvent, leur base tribale ou régionale.

6De son côté, la Coalition des forces pour le changement démocratique (CCFD) obtient ainsi une forte majorité de sièges (41 sur 95) alors que le RFD (Rassemblement des Forces Démocratiques), parti de l’opposant historique Ahmed Daddah voit élire 16 de ses membres. L’opposition a réussi à capitaliser à son profit le désir de changement en optant pour des formes souples d’alliance qui lui ont permis d’éviter les récurrentes guerres pour le leadership qui avaient dégradé les relations entre ses partis. Tout en gardant leur pleine autonomie dans les différentes consultations électorales, les divers mouvements, selon le contexte local, pouvaient présenter une liste commune ou opter pour que certains ou même tous se présentent séparément.

7Si les résultats de ces premières élections libres ont révélé l’ancrage populaire de l’ancienne opposition, elles ont confirmé son caractère essentiellement urbain. Ainsi quasiment toutes les grandes et moyennes villes (Nouakchott, Nouadhibou, Kiffa, Zouérat, Rosso, Selibaby, Aioun El Atrous, Néma….) ont voté majoritairement pour l’opposition qui les a conquises. Les quelques villes qui ont échappé à cette dynamique sont celles où les notabilités et la classe politique traditionnelle disposent d’un ancrage local et tribal et s’appuient sur des structures sociales traditionnelles particulièrement vivaces (Atar, Kaédi, Aleg ou Akjoujt).

  • 1  Les rapports d’allégeance entre les populations d’ascendance servile et leurs anciens maîtres, bie (...)
  • 2  Constitué de 75 % de nomades à l’indépendance (1960), la Mauritanie en comptait 33 % en 1977 après (...)

8Bien que les centres urbains aient souvent connu une transplantation des structures traditionnelles1, et que l’urbanisation soit très récente2, les villes sont rapidement devenues des lieux de contestation et d’affirmation du vote en faveur de l’opposition. Ainsi Nouakchott et Nouadhibou malgré la répression, le verrouillage des espaces publics et la persistance des réseaux tribaux et clientélistes instrumentés par le pouvoir, se sont toujours fortement prononcées pour l’opposition. Aux dernières élections législatives de la période Ould Taya, en 2001, l’opposition est arrivée nettement en tête en dépit des fraudes. La représentativité de ces deux villes a d’ailleurs sciemment été réduite : alors qu’elles regroupent plus du tiers voire, selon certaines estimations, près de 40 % de la population, elles ne bénéficiaient, au mieux, que de près de 15 % des sièges comme en 2001.

  • 3  Cette ville est l’emblème identitaire de l’ancien régime : elle constituait le point d’ancrage sym (...)
  • 4  Cette population est victime de discrimination et a souvent été réprimée.

9Ces premières élections libres auront permis à l’opposition de s’imposer au-delà de ces deux villes et le plus souvent d’opérer des retournements de situation dont la portée symbolique est très forte. Ainsi Tidjikdja, fief de l’ancien pouvoir s’est donnée comme députés deux représentants de l’opposition (dont une femme)3 élus sous l’étiquette de l’UFP, parti de gauche issu de l’ancien parti marxiste « Kadihine ». À Zouérat, ville minière où la tribu maure des Ouled Ghailène est dominante, le candidat du pouvoir déchu n’a pas été élu. Ancien directeur de la société minière SNIM et ancien ministre des pétroles, il disposait pourtant d’un réseau clientéliste structurant efficacement la ville. Cela ne l’a pas empêché d’être battu par un ouvrier plombier, membre de la communauté négro-mauritanienne4 qu’il avait lui-même licencié. À Magtaa El Hadjar, deux « putschistes » (appartenant au parti Hatem, fondé par les auteurs du coup d’État raté contre Ould Taya en 2003) ont mis fin au règne de la famille maraboutique Ehl Cheikh El Hadraoui. Ils ont battu un duo faisant partie de la hiérarchie tribale et technocratique : l’un était un ancien ambassadeur et l’autre un ancien ministre des Affaires étrangères. À Ayoun El Atrous, fief des Ouled Nasser, c’est un ancien président de l’Assemblée nationale, leader tribal, qui a été battu par une femme gérante d’auberge. l’émir de Attar, chef de la puissante confédération des Ehl Mahmoud à Kiffa, et celui du Trarza, ont connu le même sort. Tirant le bilan de ces élections, le directeur du journal La Tribune, Mohamed Fall Ould Oumère écrit :

  • 5  La Tribune, n° 387, Nouakchott, 22/01/2007.

« Ceux qui devaient être secoués l’ont été, ceux qui devaient tomber pour avoir été incapables d’anticiper la profonde aspiration au changement sont tombés, ceux qui avaient à rendre compte devant des populations qu’ils ont méprisées et spoliées, ont rendu l’âme, du moins politiquement5. »

10L’opposition a obtenu une nette avance dès le premier tour en emportant, à travers le vote des grands centres urbains, 25 des 34 sièges. Cependant à l’issue du second tour, bien que capitalisant 56 % des voix exprimées, elle est minoritaire en sièges (41 sur 95).

  • 6 Le Parti républicain pour la démocratie et le renouveau.
  • 7  Ces derniers sont en fait constitués de notabilités traditionnelles disposant d’un terroir d’ancra (...)

11En fait, le second tour, au cour duquel s’est exprimé l’arrière pays, a vu l’émergence d’un pôle « informel », contrebalançant celui de l’ancienne opposition. Ce pôle dit des « indépendants » compte presque autant de députés que l’opposition (39). On notera, tout de même, que l’ancien parti au pouvoir (Parti républicain démocratique et social (PRDS) rebaptisé en PRDR6) s’est effondré (7 sièges) et que ses alliés en ont remporté 67.

  • 8  Une des premières mesures prises par le CMJD a été de les autoriser en levant l’interdiction qui l (...)

12Au mois de septembre de l’année passée, une polémique s’était engagée entre l’opposition et les autorités de la transition (CMJD : Comité militaire pour la justice et la démocratie qui a pris le pouvoir par un coup d’État le 3 août 2005) qui étaient accusées d’encourager discrètement les candidatures indépendantes8.

13Les listes indépendantes ont toujours constitué une « excroissance » de la vie politique mauritanienne. Elles se posent en contestataires des choix locaux des autorités – notamment dans le cadre des rivalités entre fractions tribales sur un même terroir – sans s’opposer au pouvoir lui-même. Elles cherchent une plus grande proximité avec le pouvoir en montrant leur ancrage local. Non seulement elles ont souvent servi à abriter des ambitions personnelles non canalisées et non normalisées par le pouvoir, mais aussi les irrédentismes et multiples forces centrifuges.

14Fondant sa légitimité formelle sur un captage des allégeances tribales et leur reconversion en représentativité électorale grâce à ses ressources et à leur redistribution, le pouvoir a construit son ancrage électoral sur un maillage tribal du territoire. Afin de mieux s’assurer les allégeances rétribuées et identifier tribalement le vote pour le contrôler, le pouvoir a poussé à l’extrême cette logique de fragmentation territoriale en 2001. Il a quasiment multiplié par deux le nombre de bureau de vote pour les faire coïncider avec les plus petites fractions tribales et faciliter ainsi le contrôle social d’un vote placé sous la responsabilité des hiérarchies traditionnelles. Il a également interdit la possibilité de listes indépendantes pour contraindre les différentes communautés à se ranger explicitement derrière lui pour éviter les ambitions personnelles non cadrées et l’affirmation de toute opposition potentielle ou irrédentisme.

15Dans la nouvelle configuration issue du coup d’État, les militaires ont réintroduit les « indépendants » dans le jeu électoral et politique afin de peser sur la transition, car ces derniers sont des notabilités locales qui ont tendance à s’aligner sur le pouvoir auprès duquel elles puisent leur influence.

16Se présentant comme « centristes » (par rapport à l’opposition et l’ancien régime) et prônant « l’ouverture », ces indépendants sont issus de l’ancien parti au pouvoir. Ils étaient d’ailleurs menés par l’ancien ministre de l’Intérieur d’Ould Taya, Lemrabott Ould Sidi Mahmoud. L’encouragement de ces candidatures, décrié par l’opposition, même s’il ne s’est jamais exprimé publiquement, apparaissait comme une évidence notamment dans l’arrière-pays où les candidats s’en réclamaient explicitement.

17À l’opposé de l’image qu’il a voulu renvoyer de lui-même, le CMJD a été tenté d’intervenir dans le jeu politique, ce qui n’a pas manqué de provoquer des tiraillements. Ses interventions ont été justifiées, tour à tour, par l’exigence d’ancrer la démocratie, par la nécessité d’empêcher le retour des hommes de l’ancien système et par le besoin de garantir une stabilité que pourrait compromettre l’arrivée aux affaires de l’opposition historique.

18Même si le nouveau pouvoir a d’emblée manifesté une ouverture à l’égard de l’opposition et entamé avec elle des concertations, il existe, de fait, un lourd passif entre les deux parties. Le CMJD est composé d’éléments qui étaient au cœur du système sécuritaire de l’ancien pouvoir et parmi les plus proches du dictateur déchu. C’est le cas de son président qui était le dernier officier encore en activité parmi ceux qui s’étaient emparés du pouvoir au profit d’Ould Taya. Il a survécu à toutes les recompositions et évolutions du régime en occupant le poste de « premier policier » du pays, pendant quasiment 20 ans, sans discontinuité. Période durant laquelle certains leaders de l’opposition, notamment le plus important, Ahmed Daddah, ont été plusieurs fois emprisonnés. Ce passif pouvait alimenter des craintes de retournements de situation aux dépens des militaires et la possibilité de leur demander des comptes sur leur gestion passée.

19Alors que les autorités militaires de transition niaient officiellement toute interférence dans le jeu politique, leurs partisans dans la société civile et les médias justifiaient leur intervention, « à la marge », par l’incapacité de la classe politique, et particulièrement de l’opposition, à « mettre à mort » un ancien régime qui aurait gardé une base et des réseaux importants dans l’arrière-pays. Les autorités de transition justifiaient ainsi leur stratégie consistant à vider le PRDR, l’émanation de l’ancien parti au pouvoir, de notabilités qui auraient pu, à travers leur influence locale, lui faire retrouver une place dominante (des sondages « confidentiels » et bien sûr non confirmés lui attribuant la moitié des sièges sont cités à l’appui). Selon le CMJD cette situation aurait contribué à légitimer l’ancien régime et à décrédibiliser tout le processus démocratique.

  • 9  Pour les législatives de 2001, dans deux villes importantes au moins (Nouadhibou et Rosso), le can (...)

20Même discret, l’encouragement manifesté par le CMJD aux « indépendants » a eu des effets sur le scrutin législatif où leur score leur permet de se présenter comme une alternative, une « troisième voie » souhaitée par les militaires et renvoyant dos à dos l’ancien système décrédibilisé et l’opposition jugée trop radicale. Ce soutien apporté aux « indépendants » a également contribué au laminage de l’ancien parti au pouvoir qui s’est vidé de ses « grands électeurs », plus particulièrement des membres de la hiérarchie traditionnelle des terroirs tribaux. Par ailleurs, il a stoppé les ralliements à l’opposition, réactivant le « syndrome » du rangement aux côtés de la tendance qui a la faveur du pouvoir. Ses effets se sont directement faits sentir lors des sénatoriales : les « indépendants » ont pu capter les ralliements de beaucoup de conseillers de l’opposition et obtenir ainsi la majorité. Les « reconversions » qui font partie des pratiques coutumières de la vie politique mauritanienne que les intéressés eux-mêmes se plaisent à qualifier de « nomadisme politique » ont été facilités par les dissensions apparues au sein de la coalition de l’opposition à l’approche des présidentielles, mais aussi par l’affleurement des différenciations ethniques et tribales. Ainsi nous avons pu le vérifier sur le terrain au travers du cas emblématique de la ville historiquement Haalpular de Bogué, fief du parti l’Union des forces de progrès (UFP), d’ascendance marxiste, qui milite pour une transcendance des clivages ethniques. Pour avoir présenté un candidat Hartani (d’ascendance servile), il a perdu le siège. Ce cas illustre par ailleurs la perception stigmatisante dont continuent de faire l’objet les Hartanis et qui a souvent empêché ces derniers de bénéficier d’un bon report des voix de l’opposition9.

21Mais au-delà des encouragements apportés par le CMJD, les résultats des « indépendants » aussi importants que ceux de l’opposition, à deux députés près, traduisent les réalités des rapports de force au sein d’une société où les pesanteurs des anciennes structures sociales jouent encore fortement et où les référents ethniques, statutaires et tribaux, continuent à structurer, pour une part importante, le champ politique et social.

22L’effondrement de l’ancien parti au pouvoir qui avait puisé dans la trame tribale la construction de ses réseaux clientélistes ainsi que les engagements des nouveaux maîtres du pays de soustraire le jeu politique à l’instrumentation du fait tribal, n’ont pu suffire à le désamorcer. Durant les dernières décennies, s’est scellée une alliance – fondée essentiellement sur une communauté d’intérêts – entre une frange de la bourgeoisie d’État et une partie considérable de la chefferie traditionnelle qui a montré au cours de ces élections qu’elle était en mesure de survivre aux changements des configurations politiques.

23C’est dans le prolongement de l’affirmation de l’« alternative indépendante » aux législatives qu’a émergé, pour les présidentielles, la candidature de Sidi Ould Cheikh Abdellahi sous l’étiquette « indépendante ».

  • 10  Le président du CMJD a appelé publiquement à la sanctionner.

24Avant le scrutin présidentiel, le champ politique est traversé par de fortes tensions entre pouvoir et opposition au point d’inquiéter des chancelleries occidentales qui s’étaient fortement impliquées dans le processus de transition, y compris en le soutenant financièrement. Aux critiques de l’opposition accusant les militaires de s’ingérer dans les affaires politiques en encourageant de nouvelles candidatures indépendantes, répondent des attaques violentes contre l’opposition et contre la classe politique jugée « fossilisée »10. Mais plus qu’une montée de tension, c’est une possible remise en cause de tout le processus qui semble se profiler lorsque le président du CMJD appelle dans un discours officiel, en présence des cadres de l’État et du corps diplomatique, à un « vote blanc » pour sanctionner la classe politique. Or, un tel scénario conduirait à une nullité, de fait, des élections présidentielles et donc à une impasse du processus de transition qui aurait reconduit de facto le président en exercice.

  • 11  Compte rendu de Marie-Pierre Olphand, correspondante de RFI à Nouakchott

25L’intervention d’un des leaders de l’opposition (Ould Chbih, président de l’Union populaire) pour appuyer un scénario où cohabiteraient un parlement élu et un président militaire qui serait de fait reconduit dans ses fonctions, laisse penser que les militaires seraient tentés par la « formule turque » d’une armée pérennisée dans un rôle de « gardienne des institutions ». Le reste de l’opposition et les diplomates des principaux pays bailleurs de fond11 réagissent alors vivement à de tels propos qui aboutiraient à remettre en cause complètement les engagements de transition démocratique.

  • 12  Dans ce même discours, il a affirmé avoir été mal compris sur la question des « bulletins blancs » (...)

26Dans ce climat confus, le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) qui gère le fonds d’assistance électorale annonce qu’il renonce à financer l’impression et la distribution des quatre millions de bulletins de vote nécessaires pour les élections. Le chef de l’État est finalement amené à clarifier sa position lors d’un discours public où il a convoqué administration, partis politiques et presse pour rappeler ses engagements de neutralité : « Nous ne cherchons pas à assurer nos arrières comme je peux l’entendre, nous n’avons pas cherché le pouvoir et notre choix de le quitter en mars 2007 est irréversible12 ».

  • 13  Il a d’ailleurs gardé cet ascendant puisqu’il dispose désormais d’un bureau à la présidence. Par a (...)

27Le cours normal du processus électoral reprend alors. Toutefois, plus que lors des législatives et toujours discrètement, une partie du CMJD joue la carte « indépendante » et qui s’incarne cette fois-ci dans le candidat Sidi Ould Cheikh Abdellahi. Ancien ministre dans le premier gouvernement civil de Mauritanie de 1971 à 1978, il l’est également dans le gouvernement d’Ould Taya de 1985 à 1987 au poste sensible de l’hydraulique et de la pêche, alors ressource principale du pays. Depuis, il a travaillé avec le fonds koweitien comme consultant à l’étranger, essentiellement au Niger, jusqu’en 2003. Il s’était rapproché d’Ould Taya quelque temps avant la chute de ce dernier en prenant la présidence de la commission économique du « Forum pour les valeurs démocratiques et citoyennes », structure créée par le parti État pour se prévaloir d’un alibi d’ouverture. Né dans une famille maraboutique de la confrérie Tidjanie, il est discret, très pieux et peu charismatique. Sa candidature, inattendue au vu de son itinéraire, apparait comme le résultat de tractations discrètes chez les militaires pour faire émerger une candidature alternative à opposer à Ahmed Daddah. Elle se situe bien dans le prolongement des bons résultats aux législatives des « indépendants » qui d’ailleurs le soutiennent. Son âge (75 ans, à l’issue de son premier mandat) qui le désignerait comme un président de transition, son effacement, son long éloignement du pays et l’absence de « marquage » politique net ont été des arguments favorables à son adoubement par les militaires. Les considérations tribales ne seraient pas étrangères également à cet appui. Il appartient, par sa filiation maternelle, à la même tribu (Les Ouled Bousbaâ) que les deux principaux hommes forts du CMJD : le président Vall et surtout son neveu, le général Abdelaziz, qui interfère plus explicitement que d’autres dans le jeu politique et dont le poids est devenu grandissant au sein du CMJD13.

28La candidature de Sidi Ould Cheikh Abdellahi apparaît comme un rempart face à celle de Daddah qui semble le plus incarner l’alternance, et sur laquelle pèse, autant chez les militaires que chez les « grand électeurs », une présomption de revanche sur un système qui, 20 années durant, l’a particulièrement malmené. Frère du premier président de Mauritanie dont il a été ministre et surtout gouverneur de la Banque centrale, membre des Ouled Eberry, tribu maraboutique prestigieuse du Trarza qui a donné l’essentiel de l’encadrement administratif et intellectuel mauritanien – qualifiée à ce titre de « Makhzen » mauritanien –, Daddah a incarné 20 ans durant l’opposition à l’ancien régime. Il a fait les frais de fraudes massives en 1992 et en 2003 et surtout connu à plusieurs reprises la prison et l’assignation à résidence.

29Bien que 19 candidats se présentent au scrutin, l’enjeu électoral réel ne semble concerner au départ qu’Ahmed Daddah et Sidi Ould Cheikh Abdellahi au point qu’un second tour n’est pas envisagé par certains. Mais les résultats du premier montrent un paysage politique plus éclaté que ne le laissait percevoir un débat polarisé autour des deux principaux protagonistes. Ainsi les deux favoris ont rassemblé sur leur nom moins de la moitié des suffrages (25 % pour Abdellahi et 20 % pour Daddah.). Trois autres candidats ont émergé. On s’attendait que le premier, Zeine Ould Zidane, fasse un score significatif. Ancien gouverneur de la Banque centrale et originaire de la région du Hodh, il est réputé pour son conservatisme. Censé mobiliser la base électorale de l’ancien régime, il est bien implanté dans l’Adrar, fief d’Ould Taya. En fait, les anciens dignitaires du régime déchu veulent en faire un instrument d’amarrage au nouveau pouvoir. C’est pourquoi sa campagne été financée par les deux principaux groupes financiers smassides (la tribu d’Ould Taya) et a reçu le soutien public de dignitaires de l’ancien pouvoir. Sa proximité avec l’ancien chef d’état major, Boukhreis, proche du Polisario donne à penser qu’il a pu également bénéficier du soutien financier de l’Algérie. En réunissant 15 % de voix sur son nom, non seulement, il est devenu le « troisième homme » du scrutin, mais il a aussi révélé la vivacité des cercles proches de l’ancien régime. Le soutien apporté au second tour, à Sidi Ould Cheikh Abdellahi et sa nomination au poste de Premier ministre montrent que sa candidature était l’indicateur d’un renouvellement de l’intérieur de l’ancien système.

30Les résultats des deux autres candidats indiquent une percée inattendue, tout au moins dans les cercles politiques, du vote « identitaire ». Celui-ci qui s’est exprimé dans la communauté négro-mauritanienne et chez les Hartanis, véhicule les revendications sociopolitiques de deux communautés marginalisées, en dépit de leur importance numérique.

31Les Hartanis constituent une population d’ascendance servile représentant un important segment de la société mauritanienne (le tiers de la population). Située au plus bas dans la hiérarchie statutaire traditionnelle, cette communauté s’est transformée en une classe sociale située au plus bas de l’échelle socio-économique mauritanienne. Elle est devenue un important enjeu politique en raison de son poids démographique et de la frustration de plus en plus forte engendrée par la misère sociale et la marginalisation politique.

  • 14  « Action Directe » du leader Hartani Maessaoud Boulkheir.

32Cette frustration est portée, du moins dans les villes, par des leaders qui tentent d’en tirer des bénéfices politiques. Même si les élections municipales et législatives de 2001 ont porté le parti qui s’en réclamait alors14 au rang de premier parti de l’opposition, les Hartanis n’ont jamais réussi à conduire une action politique transcendant les frontières communautaires. Cet échec est imputable, pour une part, au radicalisme sectaire de ses dirigeants et, surtout, à la perception stigmatisante dont elle continue de faire l’objet. Son score aux législatives, inférieur à 5 % confirme l’usure de ce type d’expression politique. Pourtant, au premier tour des présidentielles, son leader Boulkheir avait créé la surprise en obtenant 10 %.

  • 15  Parti nationaliste maure, il a été porteur d’un discours aux tonalités chauvines, notamment contre (...)
  • 16  Ruf, Urs Peter, 1999 : Ending Slavery. Hierarchy, Dependency and Gender in Central Mauritania, cit (...)

33En fait, le vote identitaire a trouvé un meilleur canal d’expression dans les présidentielles parce qu’il pouvait être incarné directement par la personne charismatique de son leader. Alors qu’aux législatives la faiblesse de la structuration politique des Hartanis et surtout le « brouillage » du message identitaire ne leur ont pas permis de capitaliser toutes les voix qu’ils étaient en droit d’attendre. Le passage de Messaoud Ould Boulkheir, leader de l’Action pour le changement (AC) à l’Alliance populaire progressiste (l’APP15) a été l’élément central de ce brouillage. Bien sûr, ce ralliement répondait au besoin de sortir du risque d’enfermement communautaire et à la nécessité de contourner l’interdiction qui frappe l’AC depuis 2001, mais, dans le même temps, il traduit fondamentalement l’ambivalence de la conscience identitaire hartanie. Celle-ci est écartelée entre la révolte contre un système statutaire qui l’assujettit et le besoin de s’identifier aux valeurs hégémoniques (référents religieux, généalogiques, tribaux) imposées par ce même système. En effet, celui-ci, continue d’imprégner les consciences des groupes dominés et par un effet hystérésis, réussit à survivre en tant que dispositif mental malgré l’érosion des conditions matérielles de sa reproduction16. Ainsi le besoin de s’identifier aux valeurs de la société Bidhan (maure blanche) et la volonté d’être reconnue par elle, n’est pas étranger au parcours personnel du leader de cette communauté. Lors de la campagne électorale, nous avons pu constater à quel point les discours de Boulkheir, à côté de la dénonciation de la condition des Hartanis, étaient focalisés de façon disproportionnée sur la revendication de la culture Bidhan. Les conflits personnels violents avec Ahmed Daddah et les attaques qu’il a eues à subir de la part des autres opposants – vécues comme autant de blessures personnelles – expliquent, pour une part essentielle, son ralliement à Sidi Ould Cheikh Abdellahi. En échange, il a d’ailleurs obtenu la présidence de l’Assemblée nationale, quatre postes de ministres et la promulgation de deux importantes lois. La première vise à éradiquer l’esclavage, ou tout au moins punir ceux qui le pratiquent. D’après la nouvelle loi, les auteurs d’actes esclavagistes encourent désormais cinq à dix ans de prison ferme ainsi qu’une amende allant de 500 000 à 1 million d’ouguiyas (1 500 à 3 000 euros). Depuis sa promulgation le 3 septembre 2007, une vingtaine de plaintes ont déjà été déposées devant la justice.

34La deuxième mesure concerne l’éventuelle organisation du retour des Négro-Mauritaniens, qui, devant la déferlante de violences racistes de la fin des années 1980, avaient dû fuir au Sénégal et au Mali. En novembre 2007, à travers la tenue de « journées de concertation », le gouvernement et société civile ont ainsi ouvert le débat du « passif humanitaire », doux euphémisme désignant les exactions commises à l’encontre des Négro-Mauritaniens.

  • 17  Il s’était contenté de leur proposer un retour individuel sans dédommagement, ni reconnaissance de (...)

35L’ancien président Ould Taya, qui en son temps avait rejeté toutes les revendications des réfugiés17, avait fait voter une loi d’amnistie en faveur des responsables d’exactions (tortures, assassinats, mauvais traitements, contraintes à l’exil). Le CMJD qui a satisfait aux revendications de l’opposition en matière de transparence du processus de transition et libéré tous les prisonniers politiques, hormis certains islamistes accusés de terrorisme, n’a pas voulu aborder ce dossier. Cette mesure revendiquée par Messaoud Boulkheir dont une partie de l’électorat est constituée de Négro-Mauritaniens, a permis, par là-même, de récupérer l’électorat de l’autre candidat dont l’émergence n’était pas attendue : Ibrahima Sarr.

  • 18  Abdel Wedoud Ould Cheikh, (1994), « Des voix dans le désert. Sur les élections pluralistes en Maur (...)
  • 19  C’est le cas par exemple de la mougataâ (l’équivalent d’une préfecture) de Sebkha à Nouakchott qui (...)

36En fait, les réticences des autorités de transition à se pencher sur la question des persécutions de la communauté négro-mauritanienne ont eu pour effet de potentialiser chez elle un vote communautaire protestataire qui a beaucoup surpris. Laminée par la répression et son exclusion de l’administration ainsi que par la perte de sa propriété foncière coutumière, elle semblait avoir « normalisé » son vote en reportant ses voix principalement sur les représentants du pouvoir18. Les votes protestataires se reportaient sur l’UFP. Les courants identitaires semblaient avoir complètement disparus, même dans les grandes villes où elle fournissait une part importante des voix de l’opposition19. Aussi le score de Ibrahima Sarr a-t-il surpris (8 %), d’autant qu’il s’agit d’un leader étiqueté comme radical. Journaliste et poète réputé, il est le coauteur du « Manifeste du Négro-Mauritanien opprimé », un brûlot qui a servi, en 1986, de plate-forme à l’affirmation d’un courant nationaliste négro-mauritanien radical et qui lui a valu d’être emprisonné dans le bagne de Oualata.

37Plus que le ralliement attendu de Zeine Ould Zeidane, représentant les secteurs s’identifiant explicitement à l’ancien système, c’est celui inattendu de Messaoud Boulkheir qui, en drainant une part importante des voix de l’opposition, a permis l’élection du candidat adoubé par les militaires, Ould Cheikh Abdellahi. Il a été élu avec une mince différence de voix (quelques milliers) face à une opposition dont le réservoir d’électeurs était, potentiellement, beaucoup plus important. Ces ralliements ont dessiné la configuration pluricéphale du nouveau pouvoir. Ils expliquent, pour partie, son inefficacité et la dégradation de la situation socioéconomique qui a débouché sur des pénuries de produits alimentaires auxquelles se sont ajoutées les coupures d’électricité et d’eau. Incapable de gérer les tensions ainsi induites, le pouvoir a dû faire face à des émeutes qui ont duré plusieurs jours (du 7 au 13 novembre) et ont fait un mort. Si le pouvoir a l’habitude de réprimer brutalement les opposants politiques, c’est la première fois qu’il exerce une telle violence à l’égard de mouvements sociaux.

38Le caractère spectaculaire et l’irruption inattendue de ses émeutes ont fini par polariser le débat politique interne et à faire prendre conscience aux partenaires extérieurs des risques sécuritaires.

39Le nouveau pouvoir a également rencontré des difficultés dans le traitement de l’irruption de la violence islamiste armée. Outre son potentiel de déstabilisation politique, l’action violente des groupes djihadistes a accru les difficultés socioéconomiques du pays en contribuant à son isolement : le pays a été déserté par les touristes et le rallye Paris-Dakar, source de devises non négligeables, a été annulé (voir le point de vue de Moussa Ould Hamed dans ce volume). Les difficultés sont d’autant plus grandes que les dividendes espérées de ressources pétrolières fantasmées ne sont pas au rendez vous.

  • 20  La Mauritanie figure parmi les 24 pays les plus pauvres au monde selon les classifications du PNUD

40Le miracle pétrolier n’a pas eu lieu. Alors que les prévisions tablaient sur une production de 75 000 barils, le champ de Chinguetti, situé dans l’océan Atlantique à 80 km des côtes, au sud-ouest de Nouakchott, le seul actuellement exploité, a vu sa production fortement baisser de 37 000 barils en 2006 à 20 000 en 2007. Pour 2008, le nombre de barils devrait varier entre 10 et 20 000 barils, i.e. une chute qui met fin à toute « illusion pétrolière ». Le départ en 2007 de la compagnie australienne Woodside, pionnière du pétrole en Mauritanie, est venu confirmer cette désillusion. Cette société a vendu ses parts, à la fin de l’année 2007, à la société d’État malaisienne, Petronas. Certes, les déboires politiques liés à la question des avenants entre la compagnie et l’ancien pouvoir ont probablement pesés dans cette décision. En effet, cette affaire, politisée et instrumentalisée par le CMJD, a affecté fortement l’image de la compagnie en Mauritanie. Mais cette décision prend surtout acte de la médiocrité confirmée des réserves et de la difficulté de leur exploitation. Certes des travaux de prospection sont effectués par la trentaine de compagnies présentes sur le territoire mauritanien, particulièrement dans le bassin de Taoudéni, mais rien ne permet de préjuger d’une prochaine mise en production des possibles champs pétroliers. L’enclavement de ce territoire nécessiterait une production importante pour amortir le coût de son acheminement vers l’océan par pipe line. Confronté à son faible potentiel pétrolier, la Mauritanie20 se trouve d’autant plus fragilisée qu’elle doit faire face au développement d’un narcotrafic qui dispose de moyens financiers colossaux, eu égard a ceux de l’État.

41L’ampleur du trafic de drogue, qui tend à s’installer en Mauritanie depuis quelques années, a été découvert un peu par hasard. L’affaire, qui concerne une quantité importante de cocaïne (630 kg !), a vu la mise en œuvre d’une logistique très sophistiquée (un avion Cessna, un hélicoptère, plusieurs 4x4, un réseau multinational et des complicités à un haut niveau local).

42L’avion transportant la drogue venait du Venezuela, via Recife, et était piloté par deux Belges. L’équipage avait désossé l’intérieur de l’appareil afin d’y entasser du carburant et d’effectuer le ravitaillement en vol pour parcourir d’une traite les 4 800 km qui séparent la ville brésilienne de Nouadhibou. Un hélicoptère avec à son bord deux ressortissants français y était stationné. Il attendait l’avion pour acheminer une partie de la livraison en Europe, le reste devant être, dans un premier temps, stocké par les membres mauritaniens du réseau, avant de prendre le même chemin.

43Les saisies opérées depuis le déclenchement de l’affaire donnent une idée de l’importance du trafic : outre une quantité de drogue évaluée à 14,9 millions d’euros les autorités ont mis la main sur 2 avions, 5 voitures de luxe, 9 conteneurs bourrés de marchandises diverses et beaucoup d’argent liquide. Dans l’un des conteneurs en provenance d’Espagne les policiers ont découvert 820 000 euros dissimulés dans un 4x4 flambant neuf. L’argent et les conteneurs saisis sur le port de Nouadhibou sont sûrement des contreparties versées dans le cadre d’opérations précédentes. Ils constituent un indice de la probable antériorité du trafic.

44Plus grave encore : les individus mis en cause dans ce trafic ne sont pas d’anonymes dealers, mais font partie des couches aisées qui exercent une influence sur les institutions de l’État. Le principal accusé, mais probablement pas le plus important, est ainsi le fils ainé d’un ancien président de la République. Jamais élucidées, de multiples affaires liées à la drogue avaient éclatées régulièrement ces dernières années, alors que la Mauritanie n’a jamais été à ce jour un pays consommateur. Selon de multiples observateurs mauritaniens, le pays est en train de se transformer en nouvelle plate-forme de transit de la drogue vers l’Europe et les pays du Golfe. Il sert de plate-forme entre les fournisseurs latino-américains et les filières hispano-marocaines d’acheminement vers l’Europe. En devenant un espace de transit du trafic de drogue, la Mauritanie risque de voir son système juridique et politique infiltré par le narcotrafic. Ce danger est d’autant plus grand que son État et ses institutions sont faibles.

45Le nouveau chef de l’État s’étant engagé personnellement à faire « toute la lumière » à son sujet a ordonné la mise en place d’une commission d’enquête spéciale, dont le rôle est de découvrir les éventuelles défaillances qui ont permis au cerveau présumé de l’affaire et à ses complices belges de s’échapper. Un an après, l’enquête n’a toujours rien révélé.

  • 21  La Tribune, Nouakchott, n° 363, 21/08/07.
  • 22  Jeune Afrique, 22/07/2007.

46Les leaders de l’opposition ont fait part au chef de l’État de leurs inquiétudes. Selon eux, cette affaire « n’est que la partie visible de l’iceberg ». La Mauritanie courait le risque de « devenir un État narcotrafiquant » doté d’une police et d’une administration « infiltrées et corrompues au plus haut point », dont la seule chance de s’en sortir serait de faire appel « à l’assistance et au soutien de la communauté internationale ». Deux mois après cette première affaire, une quantité encore plus importante de drogue est saisie dans un minibus : 850 kg de cocaïne pure stockée depuis un moment à Nouakchott et dont on ne saura rien sur l’origine et la destination21. Une telle situation pousse le représentant spécial des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest, à tirer la sonnette d’alarme : « Les trafiquants disposent de moyens plus importants que ceux des États africains. Quand ils s’implantent quelque part, il est difficile de les en déloger », a-t-il averti, lors d’une conférence de presse le 26 mai, à Dakar, la situation est d’autant plus dangereuse que les États concernés sont « fragiles ».22.

47L’incapacité des autorités à contrer le trafic de drogue ajoute au climat de défiance à l’égard du pouvoir. Fragmenté, celui-ci semble être placé de plus en plus dans l’orbite des réseaux de l’ancien régime et sous influence des militaires qui pèsent encore dans ses décisions.

  • 23  Nouakchott info, 22/05/2007.

48Ainsi la dissolution du CMJD n’a pas donné lieu aux permutations attendues. À part son président, Ely Vall, parti volontairement, tous ses éléments restent en service actif et conservent leurs fonctions. Un seul a perdu son poste, mais du fait de ses propres pairs qui l’en ont démis. Il s’agit du chef d’état-major adjoint dont il était de notoriété publique qu’il avait refusé de soutenir l’actuel chef de l’État pendant sa campagne électorale. Les trois membres les plus influents pendant la transition conservent leur fonction : le chef d’état major, le directeur général de la Sûreté nationale et surtout le général Abdelaziz, à la tête du Basep (Bataillon de sécurité présidentielle, artisan du coup d’État du 3 août 2005). Ce dernier qui ne garde pas seulement son bureau à la présidence jouerait toujours, informellement, un grand rôle dans la prise de décision politique. L’opposition dénonce cette situation à l’image d’Ahmed Daddah qui, dans une conférence de presse, a accusé les anciens membres du CMJD de continuer à jouer un rôle prépondérant dans la vie politique »23.

  • 24  Jeune Afrique, n° 2458, 17/02/2008.

49Enfin, au travers de la création de son propre parti, le nouveau chef d’État confirme ses liens avec les réseaux de l’ancien système. L’ossature de son mouvement est constituée par les députés « indépendants », pour l’essentiel « grands électeurs » dans l’ancien « parti-État », les parlementaires du Rassemblement pour la démocratie et l’union (RDU), parti allié de l’ancien président, par quatre députés sur sept du parti du PRDR, son ancien Premier ministre, l’ancien président de l’Assemblée nationale et autres dignitaires de l’ancien régime. Le spectre du retour de l’ancien parti-État inquiète même certains alliés du nouveau président, comme Messaoud Boulkheir, président de l’actuelle Assemblée nationale ou l’opposant Ould Daddah24.

50Le processus enclenché par le CMJD semble déboucher sur une reproduction de l’ancien parti-État, débarrassé de ses scories autoritaires les plus discréditées.

Haut de page

Notes

1  Les rapports d’allégeance entre les populations d’ascendance servile et leurs anciens maîtres, bien que remis en cause par la rupture du lien socioéconomique qui constituait le fondement de l’économie agro-pastorale ont perduré dans les villes. L’organisation spatiale urbaine juxtapose des quartiers qui ont émergé sur la base de regroupements tribaux ou régionaux.

2  Constitué de 75 % de nomades à l’indépendance (1960), la Mauritanie en comptait 33 % en 1977 après la première vague de sécheresse et à peine 12 % en 1988 après la seconde vague. Aujourd’hui, les nomades ne sont plus qu’une « relique » : ils représentent entre 3 et 5 % de la population. La sédentarisation s’est accompagnée d’un exode massif vers les villes. À l’indépendance, pays le moins urbanisé d’Afrique de l’Ouest avec à peine 3 % de sa population vivant dans des villes la Mauritanie est désormais majoritairement urbaine et le quart de sa population vit dans la seule ville de Nouakchott. la capitale est passée de 8 000 à 700 000 habitants en 40 ans multipliant ses effectifs par presque cent !

3  Cette ville est l’emblème identitaire de l’ancien régime : elle constituait le point d’ancrage symbolique de la tribu Idawali. Celle-ci, fortement présente aux postes clés de l’administration et dans le commerce, disposait d’une force symbolique sans commune mesure avec son poids démographique et économique.

4  Cette population est victime de discrimination et a souvent été réprimée.

5  La Tribune, n° 387, Nouakchott, 22/01/2007.

6 Le Parti républicain pour la démocratie et le renouveau.

7  Ces derniers sont en fait constitués de notabilités traditionnelles disposant d’un terroir d’ancrage.

8  Une des premières mesures prises par le CMJD a été de les autoriser en levant l’interdiction qui les frappait depuis les dernières élections législatives de 2001.

9  Pour les législatives de 2001, dans deux villes importantes au moins (Nouadhibou et Rosso), le candidat « Action Directe » (le parti alors des Hartanis avant son interdiction), largement favori au premier tour, n’a pu bénéficier des reports de voix des autres partis d’opposition malgré les consignes de vote.

10  Le président du CMJD a appelé publiquement à la sanctionner.

11  Compte rendu de Marie-Pierre Olphand, correspondante de RFI à Nouakchott

12  Dans ce même discours, il a affirmé avoir été mal compris sur la question des « bulletins blancs ». Dans la foulée, un décret annulant ces bulletins dans le décompte des suffrages a été promulgué.

13  Il a d’ailleurs gardé cet ascendant puisqu’il dispose désormais d’un bureau à la présidence. Par ailleurs, il serait consulté pour toutes les décisions politiques importantes, notamment les nominations.

14  « Action Directe » du leader Hartani Maessaoud Boulkheir.

15  Parti nationaliste maure, il a été porteur d’un discours aux tonalités chauvines, notamment contre les populations négro-africaines.

16  Ruf, Urs Peter, 1999 : Ending Slavery. Hierarchy, Dependency and Gender in Central Mauritania, cité in Abdel Wedoud Ould Cheikh, 2003, « Mutations de l’espace public et nouvelles formes de la citoyenneté », in Zekeria Ould Ahmed Salem, Les trajectoires d’un État-frontière, CODESRIA, Dakar. Roger Botte, 2005, « les habits neufs de l’esclavage », Cahiers d’études africaines, n 179-180. Abdel Wedoud Ould Cheikh avait également déjà en 1985 évoqué cette dimension des liens des esclaves à leurs maîtres comme « relevant du ‘‘syndrome de l’oncle Tom’’, un attachement au statut de servitude qui servira aisément, en ville, à proroger une dépendance d’origine statutaire et rurale sous forme de rapports clientélaires », in Nomadisme, islam et pouvoir dans la société maure précoloniale, thèse de doctorat, Paris-V, 1985.

17  Il s’était contenté de leur proposer un retour individuel sans dédommagement, ni reconnaissance de leur statut de victime. La plupart des réfugiés revenus au pays ne récupéraient pas leur travail, ni leurs biens, ni parfois leurs papiers d’identité.

18  Abdel Wedoud Ould Cheikh, (1994), « Des voix dans le désert. Sur les élections pluralistes en Mauritanie », Politique africaine, n° 55, p. 33-41.

19  C’est le cas par exemple de la mougataâ (l’équivalent d’une préfecture) de Sebkha à Nouakchott qui a, tour à tour, voté pour l’opposition la plus radicale, puis la mieux placée du moment, y compris en votant, en novembre 2003 pour l’ancien président Haidallah.

20  La Mauritanie figure parmi les 24 pays les plus pauvres au monde selon les classifications du PNUD.

21  La Tribune, Nouakchott, n° 363, 21/08/07.

22  Jeune Afrique, 22/07/2007.

23  Nouakchott info, 22/05/2007.

24  Jeune Afrique, n° 2458, 17/02/2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Bensaâd, « Mauritanie : une transition démocratique sans alternance », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 311-324.

Référence électronique

Ali Bensaâd, « Mauritanie : une transition démocratique sans alternance », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/458 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.458

Haut de page

Auteur

Ali Bensaâd

Maître de conférences, UFR de Géographie, Université de Provence (Aix-Marseille I), enseignant-chercheur à l’IREMAM, Aix en Provence

Articles du même auteur

Haut de page