Navigation – Plan du site
Tunisie
Gros plan

Modes et limites des résistances à la domination de genre dans les écrits de romancières tunisiennes

Abir Krefa
p. 383-397

Entrées d'index

Mots-clés :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Élaboré par Pierre Bourdieu (1998) pour décrire les jeux et enjeux de la scène littéraire français (...)
  • 2  Ainsi de Bint al-Dâhiya dans La Tunisie illustrée en 1938 ou bien de Fatât al-khadrâ dans Al- masr (...)
  • 3  Mensuel littéraire fondé en octobre 1965 par Mohammed Mzâli.
  • 4  Périodique trimestriel diffusé depuis septembre 1966 par le Club de la Nouvelle (Nâdi El Qissa).
  • 5  Aroussia Nalouti et Amel Nkhili ont chacune publié un roman à Dâr Al Janoub, dans la collection Ou (...)
  • 6  Jean Fontaine consacre un ouvrage aux seules écrivaines tunisiennes. Voir Fontaine Jean, 1990. Dan (...)
  • 7  Ce qui ne signifie pas, bien au contraire, que les femmes ne demeurent pas sous-représentées dans (...)

1Longtemps exclues du champ littéraire1 en Tunisie, les femmes ont, depuis les années 1950, fait leur entrée dans celui-ci, certaines ayant même récemment accédé aux formes locales de consécration et de légitimité. Certes, l’entre-deux-guerres avait déjà vu l’apparition de signatures féminines dans les revues, mais il ne s’agissait alors que de pseudonymes2. Au cours des années 1960 dans les revues Al-Fikr3et Qisas4, puis sous forme de recueils ou de romans à partir des années 1970, certaines écrivaines se sont mises à publier en leur nom propre. Accédant à la visibilité éditoriale, parfois dans des collections bénéficiant d’une certaine reconnaissance auprès des pairs5, des femmes écrivaines sont désormais mentionnées par les critiques et font leur apparition dans les dictionnaires et anthologies littéraires6, indice d’une plus grande légitimité7.

  • 8  Bourdieu Pierre, 2002.

2L’analyse critique des textes littéraires écrits par des femmes est très souvent guidée par une interrogation sur les spécificités éventuelles de cette production relativement à celle des hommes, la question étant souvent posée sous la forme de l’existence ou non d’une écriture féminine, que ce soit dans les thèmes abordés ou dans les formes stylistiques adoptées. Partant très souvent d’un postulat essentialiste, cette approche a pour effet d’enfermer les écrits des femmes dans une particularité naturalisée par rapport à la production masculine posée comme référent universel. La présente contribution se veut au contraire une lecture sociologique féministe de textes romanesques écrits par des femmes. L’un des reproches souvent adressés à la théorie de la domination de Pierre Bourdieu8 est de minimiser les résistances que pourraient opposer les dominées à leur enfermement dans des rôles sociaux symboliquement peu valorisés. L’efficacité de la « violence symbolique » exercée à l’encontre des femmes viendrait de ce que celles-ci sont inconsciemment conduites, en raison de la socialisation « genrée », à se conformer spontanément aux rôles attendus d’elles. La contestation et la subversion des normes de genre apparaissent, dans la construction théorique de Pierre Bourdieu, difficiles, sinon impossibles.

  • 9  « Les femmes [au Maghreb] ont beau être scolarisées et salariées, elles peuvent comme en Tunisie j (...)

3Longtemps dites et décrites par des hommes, pour des hommes, les femmes se sont, en accédant au champ littéraire, partiellement réappropriées la représentation d’elles-mêmes. L’objectif de cette contribution consiste, à partir de l’analyse d’un corpus de textes, à voir dans quelle mesure la prise de parole des femmes par l’écriture peut être utilisée pour contester les normes de genre. Les romancières transgressent-elles des tabous, ou bien tendent-elles, au contraire, à se conformer, dans leur production, aux rôles et identités sexués socialement prescrits ? Répondre à cette question requiert au préalable d’identifier les frontières de genre socialement dominantes dans la société tunisienne réelle pour voir comment les romancières les franchissent ou au contraire les reproduisent dans leurs textes. Dans un premier temps, on formulera l’hypothèse que ces normes sont transversales à tous les groupes sociaux, qu’elles sont invariantes d’une catégorie sociale à une autre, ou du moins que certaines d’entre elles le sont. Cela semble être le cas, en particulier, du contrôle asymétrique sur la sexualité9.

  • 10  Par là, nous ne voulons pas signifier, comme le véhicule le sens commun, que la société tunisienne (...)

4Parce qu’en dépit de mutations indéniables des frontières réelles et symboliques entre les sexes – l’accès à l’instruction et au travail salarié –, le contrôle sur la sexualité demeure inégalitaire10, une attention particulière sera portée dans les romans analysés sur la place du corps féminin. Les romancières mettent-elles en scène des personnages féminins qui vivent une sexualité autonome non orientée vers la reproduction et qui ne s’inscrit pas dans le cadre de la seule socialement admise, celle du mariage ? Quels types de discours les narratrices tiennent-elles à ce sujet ? Acquiescent-elles à l’interdit qui entoure la sexualité féminine extra-conjugale ou bien revendiquent-elles le droit de disposer librement de leur corps ? La place du corps féminin dans les romans sera donc tenue pour le noyau central d’une potentielle résistance à la domination masculine. La volonté de réhabiliter les voix des femmes, de rendre visible leur contribution dans la réussite d’une famille ou dans l’histoire du pays constituera un autre procédé d’une écriture féministe. Mais le roman peut aussi tout entier être consacré à la dénonciation du patriarcat.

5Les romans et nouvelles retenus ont tous été publiés dans la décennie 1990 ou au début des années 2000. Il s’agit de Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth de Souad Guellouz, Chronique frontalière et l’Étage invisible de Emna Bel Haj Yahia, l’Émir et les Croisés,ainsi que deux nouvelles, Hurlement et Le Futur déjà là de Alia Mabrouk et enfin, Wadâ’an Hamourâbi et Torchkâna de Massouda Aboubaker. On ne s’intéressera qu’aux personnages féminins principaux et présentés sous un angle positif par les auteures, les personnages de second plan ou décrits de façon péjorative servent de repoussoir aux premiers et sont souvent destinés à mieux les mettre en valeur.

Une pluralité de modes de résistance à la domination masculine

6Les quatre auteures opposent, dans les œuvres analysées, bien qu’à des degrés différents, des formes de résistance à la domination masculine, que ce soit au travers de leur volonté de sortir les femmes de l’invisibilité et de l’anonymat, de la description de personnages féminins refusant le contrôle social sur leur sexualité, ou encore par la dénonciation de divers aspects de la domination patriarcale.

Sortir les femmes de l’invisibilité et de l’anonymat

  • 11  Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth, p. 70.
  • 12  Ibid., p. 70-77.
  • 13  Ibid., p. 82-83.
  • 14  « Les citadins vont et viennent sans accorder le moindre intérêt à la nouvelle acquisition pour le (...)
  • 15  Ibid., p. 38.
  • 16  Ibid., p. 38.
  • 17  Entretien sociologique semi-directif, Tunis, juin 2006.

7Le premier procédé est surtout présent chez S. Guellouz et A. Mabrouk. Issu d’une famille très modeste du sud tunisien, l’un des narrateurs dans Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth raconte, comment, « face à la misère qui harcelait »11, sa mère se débrouillait pour trouver des sources de revenus afin d’assurer l’entretien économique de la famille et permettre aux enfants d’être scolarisés12. Il met également en avant l’inventivité de ses sœurs13 dans la confection des tapis nécessaires à la survie familiale. Dans L’Émir et les Croisés, roman historique consacré à la Tunisie des Hafsides, alors que le narrateur dénonce le sort réservé à la condition féminine en terre d’islam14, l’un des objectifs de l’auteure semble être précisément de vouloir sortir les femmes de l’invisibilité et de l’anonymat. L’émira Atf est le premier personnage à être décrit en détail. Son passé est également restitué de façon précise par le narrateur. C’est elle qui, malgré son statut de captive, mène le dialogue avec le sultan et tente de participer aux décisions politiques. Occupant une place centrale dans la trame du roman, elle est doublement visibilisée, par la description directe qu’en fait le narrateur, par le récit de la conteuse qui s’insère quelques pages plus loin à l’intérieur du récit principal. Elle est décrite comme « ayant une vive intelligence »15, qui lui permit « d’apprendre la langue, [de] l’écrire et même [de] jouer avec les vers »16. Elle fait également construire une mosquée sur un terrain dont elle négocie elle-même le prix et supervise personnellement les travaux. Interrogée au cours d’un entretien à Tunis sur la méthode qu’elle utilise pour écrire ses romans historiques, A. Mabrouk m’a répondu que puisque l’Histoire écrite par les historiens a passé les femmes sous silence, c’est dans les « correspondances », les « carnets de voyage », ainsi que dans les « contes et légendes populaires »17 qu’elle puise son inspiration.

Des personnages féminins sexuellement actifs

  • 18  Mabrouk Alia, 2003, p. 217
  • 19  Ibid., p. 217.
  • 20  Ibid., p. 215.
  • 21  « Elle avait des amants, beaucoup d’amants, des pêcheurs, des marins, des étrangers, tous des homm (...)
  • 22  Ibid., p. 217.

8Un autre mode de franchissement des normes de genre, et non des moindres, est la valorisation de la liberté sexuelle chez les personnages féminins, procédé que l’on retrouve chez trois des quatre romancières : A. Mabrouk, E.B.H. Yahia et M. Aboubaker, cette dernière apparaissant ici comme la plus transgressive. Dans L’Émir et les Croisés, une conteuse, Mouïna relate la vie de la sainte tunisoise Sayyida Manoubia, présentée comme l’incarnation de la femme à la fois libre et pure. Aux « paroles osées »18 et à la « conduite libre »19, elle « fit la folle pour échapper au mariage »20. Elle entretient des relations extra-conjugales sans cesse renouvelées21, suscite l’admiration des autres femmes, et alors que les représentations patriarcales associent la pureté à la virginité, « elle est passée dans la vie comme une brise fraîche et pure, une effluve de jasmin »22.

  • 23  « Elle était souvent agacée de voir [les autres jeunes filles] pomponnées, frisottées, effarouchée (...)
  • 24  « À quatorze ans déjà, elle avait une manière de s’accoutrer dans des vêtements trop larges ou tro (...)
  • 25  Elle se mit à « penser que l’amour dépasse les tabous, qu’il est l’exploration d’un monde dans leq (...)
  • 26  Ibid., p. 78.
  • 27  Bel Haj Yahia Emna, 1996.
  • 28  « En toute conscience, elle faisait don de ce moi qui lui appartenait à quelqu’un d’autre. Uniquem (...)
  • 29  Ibid., p. 133.
  • 30  Ibid., p. 172.

9Dans Chronique frontalière, Narjess, personnage emblématique de la révolte contre la domination patriarcale, refuse d’endosser le rôle de la jeune fille cherchant à plaire23 et affiche volontiers un anti-conformisme vestimentaire24. À dix-sept ans, elle décide de transgresser le tabou de la virginité25, de vivre pendant deux mois une histoire d’amour avec un garçon avant de le quitter. Si elle décide quelques années plus tard de se marier, c’est par « goût intermittent du risque »26 et non pour accéder au statut d’épouse. Dans son roman suivant27, E.B.H. Yahia met également en scène un personnage féminin émancipé, peu conformiste au regard des normes sociales. Née dans une famille de la bourgeoisie tunisoise, Aida quitte Tunis pour Lyon à dix-neuf ans. Elle tombe amoureuse d’un homme qui ne s’intéresse guère à elle et l’oublie très vite. Elle se marie ensuite sans informer sa famille, et ne trouvant pas son épanouissement dans le mariage, elle prend la décision de mettre fin à celui-ci. Refusant de retourner vivre dans la maison parentale après son divorce, elle loue un appartement et arrondit ses fins de mois par un travail de traduction. À quarante ans, elle rencontre Slim, revenu d’un séjour en France, et entame avec lui une histoire d’amour librement décidée28. Au réveil, c’est Aida qui observe et touche le corps de Slim et non l’inverse, occasion pour la narratrice d’évoquer le « désir »29 féminin. À la fin du roman, Aida refuse la proposition de Slim de normaliser leur relation par le mariage30.

  • 31  Aboubaker Massouda, 2003.
  • 32  « Je ne suis pas Juliette se suicidant derrière Roméo ni Leyla passant sa vie à pleurer Kais » .
  • 33  « Il y avait comme un accord implicite entre [Rîm et Sâdek], qu’ils vivent l’instant qui les réuni (...)
  • 34  Ibid., p. 129.
  • 35  Ibid., p. 154.
  • 36  Ibid., p. 156-158.

10C’est toutefois chez la plus jeune des quatre auteures, M. Aboubaker, que les personnages féminins ont les comportements sexuels les plus hédonistes. Celle également chez qui l’affirmation du désir féminin est la plus récurrente. C’est le cas, en particulier de Rîm, dans Wadâ’an Hamourâbi31. Après avoir fait l’apprentissage de la souffrance quand lui parvient la nouvelle du mariage de Hâmed, rencontré sur les bancs de l’université et parti au Canada non sans lui avoir fait la promesse de revenir bientôt la retrouver, elle refuse d’être la femme modèle de la fidélité32. Elle décide de faire la découverte de la sexualité au sein d’une relation fondée très largement sur l’attirance physique, aux antipodes des amours passionnés précédés par des déclarations enflammées33. Désormais, elle et Sâdek se « rencontraient une fois par mois. Son corps avait à ce moment-là accumulé suffisamment de désir »34 pour « se renouveler à travers lui ». Alors que Sâdek songe à inscrire leur relation dans la durée, elle lui oppose l’immédiateté du désir et la jouissance temporaire35. Dans les cinq lettres qu’elle lui envoie d’Irak, c’est l’expression du désir qui domine et non la déchirure sentimentale provoquée par l’éloignement de l’être aimé36. Les conceptions de l’amour et de la sexualité que l’auteure attribue aux deux personnages prennent donc ici le contre-pied de leur distribution sociale habituelle entre les sexes.

La critique multidimensionnelle de la domination patriarcale

  • 37  Bel Haj Yahia Emna, 1991.

11Corps désirant lorsqu’il s’agit de décrire les comportements hédonistes des personnages, le corps féminin peut également être présenté comme un corps nié, dont l’individu est dépossédé, dans le cadre d’une réflexion sur ce lieu où s’exerce la domination masculine. Cette thématique est particulièrement présente chez E.B.H. Yahia. L’un des personnages de Chronique frontalière, Zeineb, découvre ainsi « une fois de plus, qu’elle est sans corps, qu’elle ne sait pas nager, qu’elle n’a pas envie d’apprendre. Elle n’a jamais eu de corps. Il a été si vite jugé comme superflu qu’il s’est éclipsé de lui-même, laissant la place à un objet fade, incolore, ignoré. Aucune signification ne le traverse, aucun désir ne l’habite, aucune fièvre il n’a jamais suscité »37. Mais davantage que nié, le corps féminin n’a pas d’existence pour l’individu femme elle-même. Il est avant tout un corps objet, transformé comme tel par le regard des hommes :

  • 38  Ibid., p. 102. C’est moi qui souligne.

« C’étaient les vacances d’été. Zeineb reprenait le même chemin chaque jour pour rentrer à la maison, après avoir passé l’après-midi chez sa tante. Elle poursuivait sa route lorsqu’elle vit le regard de deux garçons adossés à un mur se fixer lourdement sur les jambes d’un petit groupe de jeunes filles qui marchaient une vingtaine de mètres devant eux. Puis elle découvrit soudain que cela se reproduisait de la même manière et qu’elle avait vu le même regard se poser sur le même endroit, un très grand nombre de fois. Elle s’interrogea sur son secret mais ne parvint à aucun résultat. Elle s’habitua peu à peu au phénomène, mais sans en saisir les ressorts. Elle avait quatorze ans. Ce n’est que bien plus tard qu’elle lui donna un sens qui prit des proportions insoupçonnées. Ses pas furent alourdis et sa démarche fut comme happée par une violente rafale. Son corps devenait, par le détour d’un regard, la propriété des autres, l’objet qu’ils observent à partir d’un point fixe qu’ils placent ici ou là, au gré des circonstances ».38

12Le roman dévoile le rôle que joue la domination sur le corps féminin et dans la perpétuation du patriarcat. Si Zeineb éprouve de grandes difficultés à enfreindre les normes sociales, c’est parce que celles-ci ont été, au cours du processus de socialisation, incorporées et désormais inscrites dans son corps même :

  • 39  Ibid., p. 396.

« On l’avait revêtue d’un vêtement très étroit et on le lui avait collé à la peau. Il y adhérait tellement, qu’il était presque devenu sa vraie peau et que toutes les fois qu’elle faisait un mouvement pour le quitter, c’était en elle comme une déchirure. Comme un organe qu’on lui coupait39. »

13La centralité occupée par le thème du corps chez E.B.H. Yahia s’inscrit dans une dénonciation multidimensionnelle et quasi-systématique du patriarcat, particulièrement visible dans Chronique frontalière. La narratrice pointe du doigt la division sexuelle du travail qui réserve les activités les plus valorisées aux hommes et les plus méprisées aux femmes. Ainsi de la norme consistant à faire du droit d’égorger des bêtes un privilège masculin :

  • 40  Ibid., p. 29.

« Hamadi, l’apprenti-boucher [était] le gracieux égorgeur de poulets pour toutes les femmes du voisinage. Car la tradition donnait à ces dernières le droit de déplumer et de faire cuire ces petites bêtes mais non celui, plus honorable, de les égorger40. »

14Parmi les cibles de la narratrice figure également la dépossession des femmes de leur fécondité au travers de la transmission du patronyme au profit exclusif du mâle vers le mâle :

  • 41  Ibid., p. 102-103.

« Et le partage des noms, la femme n’ayant pas droit au chapitre. Le patronyme, le patrimoine… Tout venant du père, tout allant vers le fils. [Zeineb] se revit, âgée de sept ou huit ans, décrétant que sa sœur porterait le nom de la famille paternelle et qu’elle porterait, quant à elle, celui de la famille maternelle. Grande fut la colère du père et manifeste son indignation. Il prit mal ce jeu innocent de redistribution des cartes et Zeineb comprit ce jour-là qu’il était sacrilège de se réclamer de celle sans qui vous n’auriez pas vu la lumière du jour. La sentence du père rappelant qu’il était le propriétaire attitré de ses enfants41. »

Une résistance partielle : déplacement, intériorisation et naturalisation des normes de genre

15Les normes de genre semblent donc, dans les textes analysés, franchies plus d’une fois, bien qu’à des degrés variables d’une romancière à une autre. Toutefois, celles-ci sont loin d’être totalement contestées ou subverties. Les résistances opposées par les romancières à l’oppression patriarcale restent cantonnées dans certaines limites. Loin d’être abolies, les frontières de genre sont déplacées et demeurent naturalisées. Elles semblent également si bien intériorisées par les auteures que ces dernières sont conduites, parfois à leur insu, à placer dans la bouche de leurs personnages féminins des propos qui certes rejettent le caractère sexuellement différencié des normes sociales, mais qu’une analyse du déroulement du récit et des rôles effectivement attribués aux personnages viennent considérablement affaiblir, sinon vider de leur sens.

Le corps comme lieu de l'ambivalence.

  • 42  Mabrouk Alia, Sombre histoire de cellules folles, Alyssa, Tunis, 2001, p. 58.

16L’examen du traitement réservé au corps féminin fait apparaître celui-ci comme l’un des lieux importants du déplacement des normes de genre. Si les romancières peuvent mettre en scène des femmes qui vivent une sexualité extra-conjugale, transgressant par là la norme sociale dominante, un examen attentif du récit montre que le corps féminin est souvent traité en objet du regard et du désir masculins. Cela est particulièrement visible chez A. Mabrouk. Les scènes d’amour entre les personnages ne sont pas courantes dans ses romans et nouvelles. Mais les mots pour les dire ou dire la sexualité ne sont pas pour autant totalement absents. Dans Sombre histoire de cellules folles, la narratrice-auteure affirme dans cette nouvelle auto-biographique en ces mots son attitude hédoniste : « j’aime boire, manger, faire l’amour »42. Mais dès que l’on sort du registre de la déclaration, pour s’intéresser au déroulement effectif du récit, il semble que les normes intériorisées reviennent subrepticement. Ainsi de la scène d’amour entre Néon et Césium, deux créatures de l’espace :

  • 43  Mabrouk Alia, 1996, p. 12-14.

« Elle détourne son attention vers elle-même, sent des picotements à la base de son cerveau. Traduction immédiate, carence en mâles. Elle approuve. Satisfaction des sens, loisirs bien gérés. Le menu sexualité apparaît sur son écran […]. Elle prononce le code d’appel. Quelques interférences résonnent dans l’écouteur, un sifflement et Néon apparaît clair, net sur l’écran de ses lunettes. Elle le trouve beau avec ses cheveux bouclés, ses yeux rieurs, sa peau brune […]. Césium rit doucement : J’ai très envie de toi en ce moment […] Elle voit leur couple à l’écran, rythme peu à peu son corps avec celui de son amant. Elle étreint Néon, l’embrasse, le caresse. Il se sent tellement bien dans ses bras, qu’un sourire de bien-être détend ses traits43. »

17Or, cette scène, extrêmement transgressive en apparence dans la mesure où elle a été initiée par le personnage féminin, que l’expression du désir de Césium est mise au premier plan et qu’elle va jusqu’à inverser les rôles du masculin et du féminin dans la division du travail sexuel, est tout à la fois précédée et suivie du projet de cette dernière d’avoir un enfant, et a donc pour finalité la reproduction. Tout se passe comme si A. Mabrouk s’autorise d’autant plus à franchir certaines normes de genre que celles-ci sont étroitement encadrées par d’autres.

18Par ailleurs, dans la même nouvelle, la description de la scène de séduction entre Omar et Chems dépossède totalement celle-ci de son corps, au travers du regard et du désir du personnage masculin, mais sans que cette dépossession ne soit, comme on l’a analysé plus haut chez E.B.H. Yahia, tenue pour l’un des moyens de la domination masculine :

  • 44  Ibid., p. 30-33.

« Omar, un verre, à la main, ses Ray-bans remontées à mi-front, détaille Chems qui revient. En fait, Leila n’a même pas besoin de surveiller son mari pour savoir qu’il dévore des yeux toute femme qui passe. Il n’a jamais eu de mal à attirer les regards féminins : sa tête de dieu romain, ses cheveux noirs bouclés, ses yeux brillants, son sourire éclatant, ont ratissé à lui sans effort les plus invulnérables. Chems sent son regard insistant, accentue son sourire, se laisse couler sur sa chaise longue (…) il fait une pose, appuie son regard. Tu es très belle, très attirante. Rire de Chems qui rejette sa tête en arrière, déploie sa gorge, termine son mouvement par un arrondi vers l’épaule droite, sa chevelure balayant l’air. Il sent le même picotement  ou plutôt chamoullis  monter le long de sa colonne vertébrale. Il plisse les yeux, intensifie l’éclat de ses prunelles, repousse ses lunettes vers le haut du front, regarde Chems carrément dans les yeux44. »

  • 45  « Là-bas, assise sur un parasol, Césium coule vers lui un regard éthéré. Un long regard bleu d’azu (...)

19Le récit du regard répétitif que pose Césium sur Omar est le seul de toute la nouvelle dirigé vers ce personnage masculin, mais il s’agit d’un « regard sans corps », et par conséquent non désirant. Par ailleurs, aucune description du corps d’Omar ne nous est donnée à travers lui45. C’est tout le corps de Césium qui est en revanche saisi et dépossédé un peu plus loin par le regard d’Omar :

  • 46  Ibid., p. 34.

« Ses yeux en expert ont déjà détaillé le corps souple, la poitrine petite mais ferme, les longues jambes […]. Il dévisage avec plus d’acuité son visage calme, ses prunelles au bleu indéfinissable, son regard tranquille46. »

  • 47  Je ne me suis ici intéressée qu’aux principaux personnages féminins, mais la description brève d’u (...)

20Il semble donc difficile d’affirmer que A. Mabrouk décrive ses personnages féminins comme des sujets désirants indépendants. Ils apparaissent au contraire comme des objets à posséder47. La seule scène qui apparaît à cet égard comme particulièrement transgressive ne résistant pas non plus à une analyse critique.

Le discours et les personnages ou la force de l’intériorisation

21Par ailleurs, alors que les romancières peuvent faire dire à leurs personnages des propos subversifs, la mise à l’épreuve de ces discours au plan du récit montre à quel point les auteures peinent finalement à s’affranchir des normes de genre, tant celles-ci sont intériorisées.

  • 48  Guellouz Souad, 1998.
  • 49  Ibid., p. 256.

22Cela est surtout visible chez S. Guellouz, dont les revendications d’égalité dans le domaine de la sexualité demeurent cantonnées au niveau du discours des personnages. Dans Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth48, l’auteure consacre plusieurs pages à la dénonciation de ce qui lui apparaît comme une injustice sociale : le double code de l’honneur en matière de sexualité. Myriam, le principal personnage féminin, évoque ainsi une « société phallocrate »49 qui a élaboré deux codes de l’honneur sexuellement différenciés, critique le jugement social inégalitaire en matière de morale sexuelle, jugement selon elle porté en partie par des femmes contre des femmes :

  • 50  Ibid., p. 252.

« Ce n’est pas de ma faute si elles [les femmes] sont si peu solidaires entre elles. Ce n’est pas de ma faute si elles manifestent tant de zèle-témoignages à l’appui, historiques, littéraires… à jeter la pierre à la femme adultère […]. Les a-t-on jamais entendu réclamer l’autre criminel, le partenaire, l’homme, le mâle, pour le lapider lui aussi par souci de justice50. »

23Elle dénonce la marginalisation sociale des femmes vivant une sexualité en dehors du mariage, marginalisation à laquelle participent en premier lieu des femmes :

  • 51  Ibid., p. 254.

« Rien n’a changé dans notre société, sauf la forme. Autrefois, on lapidait, si je puis dire, à visage découvert, aujourd’hui on poignarde dans le dos. Ainsi, quand une jeune femme a été enceinte avant le mariage ou hors du mariage, quand une jeune fille a eu une liaison, n’y a-t-il pas toujours quelqu’un, généralement une femme, sinon des femmes, pour le dire à l’employeur, au fiancé éventuel 51 ? »

  • 52  Ibid., p. 327.

24Si on pouvait relever dans ces passages le procédé courant consistant à rejeter sur ceux ou celles qui subissent une violence symbolique une grande partie de la responsabilité de leur situation, on se propose surtout de confronter ces discours offensifs et égalitaristes avec le déroulement effectif du récit. En effet, tout au long du roman, Myriam ne semble envisager de vivre sa sexualité que dans le cadre de la seule relation socialement admise, celle du mariage. Elle met ainsi un point d’honneur à arriver vierge au mariage et entend se démarquer de l’image de la « libertine »52. Une fois divorcée, elle refuse de vivre sa relation amoureuse avec Mustapha autrement que sur un mode platonique :

  • 53  Ibid., p. 25.

« Écoute, Mustapha, moi non plus, je ne suis pas de bois. J’ai été mariée, tu sais, et les joies des sens, je ne les méprise pas. Donc, si tu insistes et si tu fais le geste qu’il faut au moment où il faut, je ne résisterai pas. Mais sache bien que je t’en voudrais à mort et qu’entre nous, ce serait fini à jamais »53.

25Simultanément, et là réside la contradiction fondamentale avec ses revendications égalitaristes, tout en refusant la sexualité extra-conjugale pour elle-même, Myriam, alors qu’elle se trouve dans une situation matrimoniale équivalente à celle du personnage masculin, la considère comme légitime pour Mustapha, lui reconnaissant, de part son statut de veuf, le droit de connaître des aventures amoureuses et sexuelles :

  • 54  Ibid., p. 14.

« [Myriam] savait parfaitement que j’avais des maîtresses. Elle l’admettait comme une conséquence logique du fait que j’étais veuf, encore jeune, et que la seule femme que j’aimais ne pouvait être à moi54. »

26Ce hiatus entre le discours du personnage et sa conduite effective tout au long du roman peut s’expliquer par l’intériorisation, chez l’auteure, des normes « genrées » de conduite sexuelle. Objectivant ses pratiques dans la bouche de son personnage Myriam, avec qui elle partage les expériences socialisatrices, à savoir une stricte rigueur en matière de sexualité transmise pendant la socialisation familiale et poursuivie chez les Sœurs de Sion où elle a effectué sa scolarité jusqu’à ses dix-huit ans, S. Guellouz écrit :

  • 55  Ibid., p. 314.

« L’instinct devient le maître, mon maître, et surtout, surtout, je sais que je suis en train de me perdre. Me perdre… Comme une source qui, au lieu d’aller naturellement, selon son véritable destin, vers le fleuve ou la mer, se perdrait dans le sable et serait perdue pour tous et principalement pour elle-même. Je me suis beaucoup perdue, Mustapha, mais je me suis retrouvée justement parce que dans ma tête et dans mon cœur une démarcation entre le Bien et le Mal entraînant la perdition était claire et nette […] Myriam avait eu, tout de même, deux crises religieuses au cours desquelles une certaine confusion entre le Bien et le Mal s’était faite dans sa tête […]. Mais cela n’avait pas duré et Myriam avait, très vite, réglé sa vie, pour le quotidien, sur ce que les Sœurs lui avaient donné comme principes, et pour l’essentiel, sur ce que l’islam lui apportait comme force d’âme55. »

La naturalisation des normes de genre et des identités sexuées

  • 56  « Je suis une femme ; j’ai mes enfants, mon mari », Mabrouk Alia, 1996, p. 180. Ou encore : « Je s (...)
  • 57  Ibid., p. 189.
  • 58  Ibid., p. 202.
  • 59  Ibid., p. 211.
  • 60  Ibid., p. 227.
  • 61  Ibid., p. 207.

27Intériorisées, les normes de genre sont également souvent, dans les romans analysés, naturalisées. Deux exemples intéressants méritent ici attention, en ce qu’ils bouleversent a priori la bipolarité sexuelle mais pour mieux la rétablir : le personnage de Hurlement chez A. Mabrouk et celui de Mourad dans Torchkâna de M. Aboubaker. La trame de Hurlement est formée par les réactions d’une femme accidentée qui se réveille un matin dans le corps d’un meccano dont le cerveau a été entièrement endommagé. La greffe du cerveau de cette femme dans le corps d’un homme est techniquement réussie, mais au réveil, celle-ci rejette son nouveau corps. Pendant une dizaine de jours, l’association de ce qui est décrit comme un corps d’homme et un cerveau de femme est si douloureusement vécue sur le plan psychologique que le personnage meurt. Introduisant une rupture dans la dichotomie sexuelle, la nouvelle ne fait en réalité que conforter l’idée de frontières naturelles et sociales infranchissables entre les sexes. Dans la narration des causes ayant conduit à l’échec de la greffe se mêlent des arguments de nature différente. Une première explication avancée est davantage d’ordre social que biologique. Elle est liée à la difficulté du personnage à faire l’amnésie de son ancienne identité et rôles sociaux56. D’autres passages de la nouvelle confirment que c’est bien la mémoire de son identité sociale féminine passée qui représente un obstacle à l’acceptation de la greffe : « Pourquoi ne m’a-t-on pas rendue amnésique ? Sans ma mémoire j’aurais vécu, stupide certes, mais au moins aurais-je accepté ce sort que l’on m’a imposé »57. Ou encore : « pourquoi m’avoir laissée la mémoire ! »58. De fait, l’aumônier lui répète que tout n’est qu’une question d’habitudes et d’apprentissage : « mais il n’y a pas de différences notables entre les deux sexes […]. Vous verrez, les facultés d’adaptation de l’être humain sont immenses […]. Ne vous inquiétez pas, une fois que vous aurez acquis l’automatisme de certains gestes, vous les ferez sans y penser »59. Toutefois, ce qui perturbe également le personnage, c’est le flou dans les identités sexuelles qu’il ne peut penser que sur le mode de la stricte bipolarité : « Et que deviendrons-nous ensemble ? Un être asexué ? Un homosexuel ? Un mâle viril ? »60. Ce que confirme un autre passage : « Absurde ! Vous vous moquez de moi ! Un travesti… ! Je suis devenu un travesti ! Attendez de me voir debout, attendez de me voir marcher en repoussant une mèche de cheveux, car ma mémoire est là ! »61. Mais en même temps qu’elles sont présentées comme le résultat d’un apprentissage, les émotions sexuées sont naturalisées :

  • 62  Ibid., p. 208.

« Mémoire ! Oh ma mémoire ! Si tu essayais d’oublier un peu ! Si tu essayais d’effacer de ton disque quelques gestes trop féminins, quelques rires, quelques clins d’œil, une mèche folle ou un rimmel qui coule quand j’étais prise d’un fou rire. Oh ma mémoire ! Aide-moi à les oublier ! Efface ! Efface ! […]. Ma mémoire est là ! Elle est là pour me refaire les gestes innés imprimés en elle… ! Pourquoi me l’avoir conservée ? Elle va me rendre folle62. »

  • 63  Massouda Aboubaker, 2006.
  • 64  Ibid., p. 87.
  • 65  Ibid., p. 57.
  • 66  Ibid., p. 68.
  • 67  Ibid., p. 82.
  • 68  Ibid., p. 58.
  • 69  Ibid., p. 147.

28Dans la narration des causes ayant fait échouer la greffe se mêlent ainsi le poids des habitudes acquises et des différences entre les sexes rapportées à des différences de nature. Un procédé relativement similaire de rupture de la bipolarité sexuelle et de renaturalisation des normes de genre se trouve chez M. Aboubaker, dans Torchkâna63, dont le sujet principal est l’expérience d’un transsexuel. La description du personnage se veut une défense de la marginalité et un plaidoyer pour la liberté individuelle en matière d’identité sexuelle. Objet d’une violence physique et symbolique, il est toujours valorisé pendant le roman, menant les dialogues, trouvant la bonne réplique pour faire taire ses interlocuteurs-adversaires, décrit comme déterminé à imposer son choix à son entourage et à se « débarrasser des habits de la masculinité »64. Toutefois, le traitement dont fait l’objet l’androgynie du personnage est ambigu. Il semble que les frontières de genre ne sont transgressées que pour mieux être rétablies selon une dichotomie tenue pour naturelle et dont le fondement est supposé être la dichotomie sexuelle. L’androgynie du personnage – une sensibilité présentée comme féminine dans un corps masculin65 – est tenue pour une anomalie, une « monstruosité ». Mourad est pointé du doigt comme un « monstre », parce qu’il n’est « ni mâle ni femelle »66, mais il se décrit lui-même comme un « être monstrueux »67. L’opération a donc pour finalité de corriger ce qui est considéré comme une erreur de la « nature », puisque Mourad espère après elle connaître la « normalité naturelle »68. La dichotomie qui traverse le personnage – sensibilité « féminine », corps masculin – est décrite comme une monstruosité eu égard à la bipolarité sexuelle et l’opération est destinée à rétablir cette dernière. Plutôt qu’une transgression des normes de genre, il faut peut-être y voir un maintien de celles-ci. Enfin, les tourments de Mourad après l’opération sont décrits en des termes qui naturalisent les différences de sexe69.

Contestation des normes de genre ou conformation à d’autres normes ?

29Une analyse critique montre ainsi le caractère partiel de la contestation des normes de genre, le corps apparaissant comme un des lieux importants de cette ambivalence : d’un côté, les romancières mettent en scène des personnages féminins sexuellement actifs, parfois aux comportements plus hédonistes que les personnages masculins, et dévoilent, comme on l’a vu chez E.B.H. Yahia, le rôle joué par le contrôle social sur le corps féminin dans la reproduction du patriarcat. D’un autre côté, ces normes sont loin d’être totalement subverties. Les personnages féminins peuvent rejeter l’asymétrie des normes tout en adoptant des comportements conformistes ; s’ils peuvent avoir une sexualité extra-conjugale, ils sont parfois décrits comme des objets à posséder. Enfin, les normes « genrées » demeurent légitimées par des différences tenues pour naturelles. Je voudrais pour finir esquisser quelques pistes qui prendraient en considération les autres rapports de domination interagissant avec l’oppression de genre. Poser l’hypothèse, comme il a été fait, d’une uniformité des normes « genrées » dans le champ de la sexualité et ne s’intéresser qu’à celles-ci comporte une double limite : celle de méconnaître les variations des prescriptions et injonctions dans le champ des pratiques sexuelles selon l’appartenance de classe ; celle, également, de reléguer au second plan la question des rapports de domination post-coloniaux.

  • 70  Edward Saïd, 1980.
  • 71  Entretien avec Alia Mabrouk, Tunis, 2006.
  • 72  Massouda Aboubaker, 2006.

30Un préjugé quasi-récurrent traverse les romans et les nouvelles analyses : celui du monopole qu’auraient les sociétés dites « arabo-musulmanes » – auxquelles la société tunisienne est rattachée – de la domination masculine, ce qui les opposerait aux sociétés dites « occidentales », lesquelles seraient caractérisées par des relations égalitaires entre les sexes. Reprenant inconsciemment les représentations et discours orientalistes, qui ont permis à « l’Occident »70 d’inférioriser un « Orient » altérisé en raison du traitement indigne qui serait réservé à ses femmes, les romancières font de la domination de genre en général et plus particulièrement de l’asymétrie des normes dans le champ de la sexualité un trait spécifique des sociétés « arabo-musulmanes ». Le sexisme est surtout « arabisé » et « islamisé » chez A. Mabrouk et E.B.H. Yahia. La première impute ainsi à l’héritage « arabo-musulman » de la Tunisie l’occultation du rôle que les femmes peuvent avoir joué dans l’histoire nationale. La réhabilitation de celui-ci est dès lors présentée par la romancière comme la correction d’une injustice « faite par l’arabo-islamisme », les femmes étant, dans les « sociétés arabo-musulmanes », « anonymes »71. On retrouve un procédé similaire chez E.B.H. Yahia. Dans Chronique frontalière, dont on a vu qu’il était consacré à une dénonciation de l’oppression patriarcale, la romancière ne met l’accent que sur les caractéristiques sexistes des sociétés arabo-musulmanes tenues pour spécifiques à celles-ci – qu’il s’agisse de l’injonction aux femmes à la virginité préconjugale ou de l’intervention de la confession du conjoint dans l’autorisation ou l’interdiction d’un mariage. Elle le fait au détriment des traits transversaux à l’ensemble des pays du pourtour méditerranéen. Significativement, Narjess, qui fuit pour la capitale française une société tunisienne vécue comme particulièrement opprimante à l’égard de ses femmes, ne fait pas à Paris l’expérience du sexisme. Enfin, ce n’est pas uniquement la domination masculine qui est « arabisée » et « islamisée », mais l’ensemble des dominations liées au genre. Alors que le personnage androgyne de Torchkâna72 est l’objet à Tunis d’une violence multiforme – verbale, physique et symbolique – la partie du roman qui narre son devenir postérieur à l’opération de transsexualité le fait évoluer en Normandie dans un monde social où la transphobie ordinaire n’est guère évoquée, sans doute parce qu’elle est pour M. Aboubaker de l’ordre de l’impensable.

  • 73  Alia Mabrouk, 1996.

31Mais de tels procédés n’ont pas seulement pour effet de reprendre et d’alimenter les préjugés orientalistes. Ils ont souvent pour conséquence de se conformer à la définition sexiste dominante dans les « sociétés occidentales » de ce qu’est une « femme libérée ». Ce faisant, les romancières collent parfois à la représentation infériorisée de l’Orient sans pour autant mettre en scène des personnages féminins qui résistent à la domination de genre. Dans Le Futur Déjà là73, le personnage de Chems, tout en se révoltant contre le silence et la résignation de ses aïeules – dont le sort est imputé aux coutumes « arabo-musulmanes » –, tient pour libératrices les normes vestimentaires et corporelles qui, depuis quelques décennies en Occident et quelques années chez les couches de la bourgeoisie urbaine tunisienne, sont assignées aux femmes : l’injonction à être « sexy », mince et bronzée.

Haut de page

Bibliographie

Références sociologiques

Bessis Sophie et Belhassen Souhayr, 1992, Femmes du Maghreb : l’enjeu, Éditions J-C. Lattès.

Bourdieu Pierre, 2002, La Domination masculine, Paris, Seuil, coll. « Points Essais » [1re édition : 1998].

Bozon Michel, 2002, Sociologie de la sexualité, Éditions Nathan Université.

Bourdieu Pierre, 1998, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Seuil, Coll. « Points/Essais », [1re édition 1992, Seuil].

Delphy Christine, 2001, L’ennemi principal. Tome 2. Penser le genre. Syllepse.

Nouvelles Questions Féministes, 2006, vol. 25, n° 1, fév.

Said Edward, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident. Seuil, 1980

Corpus des œuvres des auteures

Aboubaker Massouda, 2006, Torchkana, Sahar, Tunis, 2ème éd. [1re édition 1999, Sahar].

— 2003, Wada’an Hamourabi, Cérès, Tunis.

Bel Haj Yahia Emna, 1991, Chronique frontalière, Paris, Noël Blandin.

— 1996, L’Étage invisible, Tunis, Cérès.

Guellouz Souad, 1998, Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth, Sahar, Tunis.

Mabrouk Alia, 1996, Le Futur déjà là & Hurlement, Paris, L’entreligne.

— 2003, L’Émir et les croisés, chronique d’Ifriqiya, Tunis, Clairfontaine, 2003.

Anthologies et études critiques

Baccar Taoufik, Garmadi Salah, 1981, Écrivains de Tunisie. Anthologie de textes et poèmes traduits de l’arabe, Paris, Sindbad, La Bibliothèque arabe, Coll. Littératures.

Ben Taleb Othman, 2003, (trad.), Florilège. Anthologie de poésie tunisienne. T. 1, Tunis, Union des écrivains tunisiens.

Fontaine Jean, 1990, Écrivaines tunisiennes, Tunis, Gai savoir.

Haut de page

Notes

1  Élaboré par Pierre Bourdieu (1998) pour décrire les jeux et enjeux de la scène littéraire française à partir du milieu du XIXe siècle, avec l’autonomisation des critères de légitimation littéraire – et plus largement, artistique – le concept de « champ littéraire » doit être manié avec un certain nombre de précautions dès que l’on sort du cadre socio-historique qui a fourni le terrain empirique de sa construction. Ce n’est qu’à titre provisoire qu’il est ici utilisé, cette question constituant une partie du travail de thèse en cours.

2  Ainsi de Bint al-Dâhiya dans La Tunisie illustrée en 1938 ou bien de Fatât al-khadrâ dans Al- masrah wa l-sinimâ en 1948.

3  Mensuel littéraire fondé en octobre 1965 par Mohammed Mzâli.

4  Périodique trimestriel diffusé depuis septembre 1966 par le Club de la Nouvelle (Nâdi El Qissa).

5  Aroussia Nalouti et Amel Nkhili ont chacune publié un roman à Dâr Al Janoub, dans la collection Ouyoun al mou’âssira, qui bénéficie du capital symbolique de son directeur de collection, Taoufik Baccâr.

6  Jean Fontaine consacre un ouvrage aux seules écrivaines tunisiennes. Voir Fontaine Jean, 1990. Dans l’anthologie consacrée par l’Union des écrivains à la poésie, une vingtaine de poétesses sont mentionnées et leurs poèmes traduits de l’arabe vers le français ou cités dans leur texte français originel. Voir Ben Taleb Othman, 2003. Taoufik Baccar et Salah Garmadi consacrent dans leur anthologie quelques pages à Leila Ben Maami et Aroussia Nâlouti, in Baccar Taoufik et Garmadi Salah, 1981.

7  Ce qui ne signifie pas, bien au contraire, que les femmes ne demeurent pas sous-représentées dans l’ensemble du champ littéraire et, plus particulièrement, dans les positions les plus dominantes et les plus légitimes.

8  Bourdieu Pierre, 2002.

9  « Les femmes [au Maghreb] ont beau être scolarisées et salariées, elles peuvent comme en Tunisie jouir de droits jadis inespérés, leur corps ne leur appartient pas, il est la propriété des familles […], que les mères ont pour devoir de garder intact jusqu’à la conclusion du contrat de mariage, un objet servant à la reproduction et dont il faut s’assurer la maîtrise absolue pour n’avoir aucun doute sur la paternité dans des sociétés où seule la filiation par les mâles est reconnue », Bessis Sophie et Belhassen Souhayr, 1992, p. 123-124.

10  Par là, nous ne voulons pas signifier, comme le véhicule le sens commun, que la société tunisienne ou les sociétés dites « arabo-musulmanes » auraient le monopole du contrôle de la sexualité des femmes et des filles, ou que ce contrôle aurait disparu dans les sociétés dites « occidentales ». Sur la permanence du caractère sexuellement différencié des prescriptions, normes et pratiques dans le domaine de la sexualité en France, on renverra aux travaux de Bozon Michel (2002).

11  Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth, p. 70.

12  Ibid., p. 70-77.

13  Ibid., p. 82-83.

14  « Les citadins vont et viennent sans accorder le moindre intérêt à la nouvelle acquisition pour le harem de leur sultan. La vie des femmes ne s’inscrit pas dans l’Histoire des peuples musulmans. On les veut belles, anonymes et muettes », Mabrouk Alia, 2003, p. 31-32. Sur le risque de « l’islamisation du sexisme », très présent chez les romancières étudiées, voir plus loin, p. 11-12.

15  Ibid., p. 38.

16  Ibid., p. 38.

17  Entretien sociologique semi-directif, Tunis, juin 2006.

18  Mabrouk Alia, 2003, p. 217

19  Ibid., p. 217.

20  Ibid., p. 215.

21  « Elle avait des amants, beaucoup d’amants, des pêcheurs, des marins, des étrangers, tous des hommes qu’elle savait ne plus voir le lendemain, aucune attache, aucune contrainte, telle était sa volonté », Ibid.., p. 216.

22  Ibid., p. 217.

23  « Elle était souvent agacée de voir [les autres jeunes filles] pomponnées, frisottées, effarouchées. Leurs minauderies la faisaient mourir de rire », Bel Haj Yahia, Emna, 1991, p. 29.

24  « À quatorze ans déjà, elle avait une manière de s’accoutrer dans des vêtements trop larges ou trop étroits qui choquaient tout le monde. Elle portait souvent des talons très hauts ou des sandales très légères. Des jupes très longues ou très courtes. On la montrait souvent du doigt ». Ibid., p. 76.

25  Elle se mit à « penser que l’amour dépasse les tabous, qu’il est l’exploration d’un monde dans lequel les filles ont les mêmes droits que les garçons de pénétrer », Ibid., p. 66.

26  Ibid., p. 78.

27  Bel Haj Yahia Emna, 1996.

28  « En toute conscience, elle faisait don de ce moi qui lui appartenait à quelqu’un d’autre. Uniquement parce qu’elle l’avait désiré et qu’elle l’avait décidé. Personne ne lui prenait quoi que ce soit à son insu. Personne ne la dépossédait ni ne lui arrachait le moindre morceau d’elle-même. », Ibid., p. 132.

29  Ibid., p. 133.

30  Ibid., p. 172.

31  Aboubaker Massouda, 2003.

32  « Je ne suis pas Juliette se suicidant derrière Roméo ni Leyla passant sa vie à pleurer Kais » .

33  « Il y avait comme un accord implicite entre [Rîm et Sâdek], qu’ils vivent l’instant qui les réunissait avec la plus grande sincérité », Ibid., p. 110.

34  Ibid., p. 129.

35  Ibid., p. 154.

36  Ibid., p. 156-158.

37  Bel Haj Yahia Emna, 1991.

38  Ibid., p. 102. C’est moi qui souligne.

39  Ibid., p. 396.

40  Ibid., p. 29.

41  Ibid., p. 102-103.

42  Mabrouk Alia, Sombre histoire de cellules folles, Alyssa, Tunis, 2001, p. 58.

43  Mabrouk Alia, 1996, p. 12-14.

44  Ibid., p. 30-33.

45  « Là-bas, assise sur un parasol, Césium coule vers lui un regard éthéré. Un long regard bleu d’azur, indéfinissable, sans corps, vide ». Ibid., p. 33.

46  Ibid., p. 34.

47  Je ne me suis ici intéressée qu’aux principaux personnages féminins, mais la description brève d’une scène entre le couple formé par Sara et Mokhtar confirme cette constante. Ibid., p. 115-116.

48  Guellouz Souad, 1998.

49  Ibid., p. 256.

50  Ibid., p. 252.

51  Ibid., p. 254.

52  Ibid., p. 327.

53  Ibid., p. 25.

54  Ibid., p. 14.

55  Ibid., p. 314.

56  « Je suis une femme ; j’ai mes enfants, mon mari », Mabrouk Alia, 1996, p. 180. Ou encore : « Je suis une femme dans ma tête et aucun artifice ni membre masculin ne changeront ce fait. Quarante six ans de vie au féminin ne pourront sur un coup de scalpel virer au masculin », Ibid., p. 227.

57  Ibid., p. 189.

58  Ibid., p. 202.

59  Ibid., p. 211.

60  Ibid., p. 227.

61  Ibid., p. 207.

62  Ibid., p. 208.

63  Massouda Aboubaker, 2006.

64  Ibid., p. 87.

65  Ibid., p. 57.

66  Ibid., p. 68.

67  Ibid., p. 82.

68  Ibid., p. 58.

69  Ibid., p. 147.

70  Edward Saïd, 1980.

71  Entretien avec Alia Mabrouk, Tunis, 2006.

72  Massouda Aboubaker, 2006.

73  Alia Mabrouk, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abir Krefa, « Modes et limites des résistances à la domination de genre dans les écrits de romancières tunisiennes », L’Année du Maghreb, IV | 2008, 383-397.

Référence électronique

Abir Krefa, « Modes et limites des résistances à la domination de genre dans les écrits de romancières tunisiennes », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/466 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.466

Haut de page

Auteur

Abir Krefa

Doctorante en Sociologie, Université Aix-Marseille I. Le présent article est en partie issu d’un travail effectué dans le cadre d’un Master 2 Recherche de sociologie, sous la direction de Christine Détrez, intitulé Romancières tunisiennes : trajectoires et rapports de genre dans leurs textes romanesques. Il a été soutenu en septembre 2006, à l’Université Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page