Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : S'opposer au Maghreb

Pouvoir et opposition en Algérie : vers une transition prolongée ?

Power and opposition in Algeria : Toward a Protracted Transition ?
Louisa Dris-Aït Hamadouche et Yahia H. Zoubir
p. 111-127

Résumés

Dans le système politique algérien, l’opposition organisée et structurée demeure soumise aux évolutions, blocages, avancées et reculs du régime politique en place. L’ouverture amorcée entre 1989 et 1991 a permis l’émergence d’une opposition plurielle et dynamique, s’exprimant à travers une soixantaine de « formations à caractères politiques » et des dizaines de journaux privés et publics. Sur le terrain, les débats politiques souvent intenses et contradictoires sont relayés par des manifestations et des rassemblements permettant de prendre le pouls de la rue. Cependant, le radicalisme islamiste et l’explosion de la violence terroriste ont donné aux gouvernants la possibilité de revenir sur les avancées réalisées. Au nom d’une sécurité, l’opposition a vu sa marge de manœuvre réduite. Les activités concrètes des partis sont limitées et le débat politique se résume à une dichotomie réductrice de type « dialoguiste » contre « éradicateur ». En définitive, ce sont les émeutes ponctuelles et régulières qui sont révélatrices de la forme et de l’ampleur de la contestation. Enfermée dans un système hybride, l’Algérie est tombée dans la trappe de la transition permanente.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Yahia H. Zoubir, « Stalled Democratization of an Authoritarian Regime : The Case of Algeria », Demo (...)
  • 2 Ahmed Benbitour, « Pays riche/Peuple pauvre : aux sources du paradoxe algérien », El Watan, 19/11/2 (...)

1La problématique de la transition politique s’est imposée en Algérie aux lendemains des émeutes d’octobre 1988. Le régime, qui était alors soumis à de fortes tensions internes provoquées par la crise de son modèle économique et du projet de société, mis en place au lendemain de l’Indépendance, a été dépassé par l’ampleur politique de ces événements et s’est vu contraint d’introduire des réformes : libéralisation de la presse, reconnaissance des partis politiques, tenue d’élections pluralistes. Cependant, la montée en puissance d’une nouvelle force d’opposition, le Front islamique du salut (FIS), l’affaiblissement du Front de libération nationale (FLN) et l’atomisation du reste du champ partisan ont montré l’incertitude introduit dans le jeu démocratique quand ce dernier n’est pas le fruit d’un pacte entre les forces en présence (Rustow, 1970 ; Linz and Stepan, 1996), c’est-à-dire quand les gouvernants les plus « durs » du régime antérieur acceptent la possibilité de l’alternance. L’interruption de l’expérience démocratique en janvier 1992 est la conséquence, d’une part, d’une fuite en avant des gagnants (le FIS) et des perdants de la transition (le FLN), et, d’autre part, de la montée en visibilité des intérêts et du pouvoir menacés de l’état-major de l’armée1. Les cinq années qui ont suivi l’arrêt du processus électoral ont été marquées par la violence politique. Les gouvernants à partir de la fin 1995 pour sortir de l’impasse de la violence ont mis en œuvre une normalisation institutionnelle. Depuis lors, le régime oscille entre autoritarisme et formes fragiles de démocratie. La période de transition dans laquelle l’Algérie semble engagée pourrait se prolonger. En effet, le régime politique algérien ne relève ni de la démocratie, ni de l’autoritarisme classique. L’économie, quant à elle, n’est plus administrée en fonction des règles d’un système planifiée, mais elle n’obéit pas à toutes les règles de l’économie de marché. D’une certaine façon, l’Algérie est prise dans la trappe de la « transition permanente2 » ?

2Toutefois, la récurrence des considérations sur la transition démocratique semble plus propice à entretenir les amalgames et à alimenter les discours politiciens qu’à expliquer les mécanismes de fonctionnement et de perpétuation du régime politique algérien. Celui-ci évolue sans réellement changer et sa dynamique conduit à se demander comment il parvient à s’adapter aux pressions qui s’exercent sur lui et à les intérioriser dans une paradoxale dynamique de pérennisation.

De la libéralisation au blocage de la transition

3En tant que processus dont la réussite et l’efficacité se révèlent au fil du temps, la démocratisation peut s’appréhender à travers quelques signaux. Aussi faibles soient-ils, ils traduisent l’existence d’un courant d’opposition et peuvent être annonciateurs de changements significatifs.

4La révolte d’octobre 1988 reste empreinte d’une très forte charge symbolique. Pour beaucoup, cette date est un tournant dans l’histoire du système politique algérien. Au-delà de la contestation populaire et de l’adoption d’une Constitution instituant le pluralisme syndical et politique, les espoirs suscités par cette période l’ont été surtout par le gouvernement dirigé par Mouloud Hamrouche (septembre 1989-juin 1991)3. Il est, encore aujourd’hui, considéré comme celui qui a ouvert le plus d'espaces de libertés dans l'Algérie indépendante. Succédant à Kasdi Merbah, ancien chef des services de renseignements, plusieurs fois ministre puis Premier ministre, Mouloud Hamrouche s’est lancé dans une politique d'ouverture politique et économique tous azimuts : il fait adopter une loi sur la monnaie et le crédit, pièce centrale de la gestion de l'économie et tente de mettre fin aux taux de change administrés (le dinar commence à être dévalué)4. Dans le domaine agricole, les grands domaines socialistes sont progressivement privatisés et une grande partie des terres nationalisées est restituée à leurs anciens propriétaires. Il cherche également à mettre fin au centralisme administratif à l’intérieur et à promouvoir l’insertion de l’économie algérienne dans l’économie mondiale.

  • 5 Sur les changements survenus au lendemain des événements de 1988, voir, Yahia H. Zoubir, « Stalled (...)
  • 6 Voir, Jean-Jacques Lavenue, « Le FIS et la Constitution algérienne », Praxis Juridique et Religion, (...)
  • 7 Madjid Benchikh, « L’organisation du système politique », Dossier n° 13, mai 2004, http://www.alger (...)
  • 8 Selon des sources bien informées, des généraux auraient susurré à l’oreille d’Abassi Madani : « sec (...)

5Sur le plan politique, il autorise la presse privée et ouvre totalement les médias publics. Pour la première fois, la télévision accueille des débats politiques riches, libres, contradictoires et sans langue de bois. Il encourage également la formation des partis politiques5. Certains, comme le Front islamique du salut, se créent en contradiction avec les termes de la Constitution de 1989 qui interdit l’existence d’associations à caractère politique sur des bases religieuses6. Il minimise d’ailleurs la portée de la victoire du FIS lors des élections locales de juin 1990, la considérant comme un vote sanction ponctuel contre le FLN qu’il s’emploie à rénover. Il prend une mesure qui lui procure beaucoup d’ennemis au sein de l’ancien parti-État : faire élire les candidats FLN aux législatives par leur section, coupant ainsi l’herbe sous les pieds des barons du parti qui n’ont aucune base électorale. Entretemps, le FIS qui a lancé sa grève générale en mai 1991 voit son mouvement s’essouffler. À la surprise générale, l’armée a lancé une offensive contre les manifestants. La version officielle justifie cette intervention en affirmant que la grève du FIS était en train de tourner à l’insurrection, menaçant gravement l’ordre public. Une autre hypothèse très souvent évoquée : cette intervention est la conséquence de la tentative de remise en cause des rapports de forces internes au régime par Mouloud Hamrouche. En mettant en jeu « les équilibres considérés comme fondamentaux par le Commandement militaire », le chef du gouvernement a poussé les militaires à intervenir7. Par ailleurs, certains ont formulé l’hypothèse selon laquelle des hauts gradés, opposés à l’islam politique, auraient encouragé le leader du FIS Abassi Madani à se saisir du pouvoir afin de disposer d’un prétexte pour intervenir et éliminer le parti islamiste, seule organisation capable de se substituer au FLN et détruire le système mis en place depuis l’indépendance8.

6Finalement, les conservateurs du FLN et le FIS obtiennent ce qu’ils cherchent, i.e. la chute du gouvernement Hamrouche et le report des élections législatives. Mouloud Hamrouche va ensuite entrer dans l’opposition et dénoncer l'arrêt du processus électoral de janvier 1992. En compagnie d’Abdelhamid Mehri, il prône une solution politique et souhaite refonder le FLN. Mais son message reste lettre morte et la parenthèse démocratique se referme.

La transition permanente ou l’opposition sous contrôle

7La transition en Algérie est largement bloquée. Il serait pratique d’accuser les détenteurs du pouvoir de vouloir maintenir leurs acquis et de réprimer par la force les changements démocratiques portés par l’opposition. La situation est plus complexe car le statu quo est la conséquence d’une conjonction d’acteurs et d’intérêts.

Des acteurs institutionnels déficients

8Les partis politiques sont frappés de discrédit. Les résultats électoraux en sont le symptôme : en effet, la participation aux diverses élections est extrêmement faible. Malgré leurs différences apparentes, les partis politiques ne mobilisent plus les électeurs. Les appels spontanés à la révolte portent beaucoup plus haut et plus fort que les discours bien pensants tenus par les dirigeants politiques lors des campagnes électorales.

9Pour commencer les mouvements politiques donnent l’impression d’avoir une existence végétative, seulement interrompue à intervalle régulier par la perspective d’une échéance électorale :

  • 9 At-Umezyan H., « Les partis de l’opposition démocratique. Réalité, discours et espérance », El Wata (...)

« n’ayant plus de structures de base opérationnelles en dehors des élections, les partis politiques sont devenus des clubs où accourent les opportunistes de tout poil à l’occasion de chaque consultation électorale propulsant à la gestion des collectivités locales (APC) des militants sans culture politique et sans véritable engagement, produisant des gestions décevantes, voire aussi catastrophiques que celle, tant décriée, des représentants du pouvoir (FLN, RND, islamistes)9. »

  • 10 Sur ce point, voir Giacomo Luciani, « Economic Foundations of Democracy and Authoritarianism in the (...)
  • 11 Samir Allam, « Algérie : après ceux des députés, les salaires des ministres et des walis revus en f (...)

10La quête d’une parcelle de pouvoir, apparaît comme l’unique objectif des partis algériens de l’opposition, ce qui finit par les discréditer aux yeux de l’opinion publique. Elle ne vise pas à se substituer au pouvoir en place à travers un combat militant. Il s’agit plutôt de jouer le jeu des gouvernants afin d’accéder à de hautes fonctions, voire à des portefeuilles ministériels quitte à se compromettre. Les acteurs de ce jeu bénéficient de gratifications matérielles non négligeables dans la mesure où l’indemnité mensuelle d’un député est d’environ 300 000 dinars algériens (soit 3 300 euros dont 20 % sont reversés au parti). Les revenus tirés de la rente permettent de créer, sinon du lien politique, du moins des allégeances10. L’augmentation médiatique et substantielle (300 %) des indemnités des parlementaires en septembre 2008 est assimilable à une forme de clientélisme d’État11.

11Les différents courants politiques sont ainsi largement discrédités. Les partis qui se réclament de l’islamisme n’y échappent pas. Toutes formations confondues, les islamistes ont perdu 77 députés par rapport à 2002. Peut-on dire que ce résultat électoral signifie que l’islamisme s’essouffle, usé par la violence traumatisante des années 1990 et désabusé par la participation décevante au jeu politique ? La réponse est plus complexe que ne le laisserait supposer ce questionnement.

12Tout d’abord, les élections sont un révélateur des rapports de forces au sein des formations politiques. Le rendez-vous électoral aiguise les appétits, ravive les désaccords et finalement fait exploser les conflits latents. Les mésaventures successives d’Abdallah Djaballah illustrent ce phénomène. Perdant tour à tour Nahda et El Islah (Mouvement du renouveau national), il se retrouve, en 2007, coupé de la vie partisane. Les divisions au sein du Mouvement de la société pour la paix tournent au conflit ouvert, poussant lentement ce parti vers l’éclatement. L’échéance présidentielle de 2009, avec comme toile de fond l’éventuel soutien à apporter au président sortant, a considérablement aggravé les dissensions au sein des différentes formations. Une pléthore d’autres exemples allant du Rassemblement pour la culture et la démocratie au FLN, en passant par le Front des forces socialistes, le Rassemblement national démocratique et le Front national algérien confirme le rôle joué par les processus électoraux dans l’accélération et l’accentuation des divergences internes.

  • 12 Yahia H. Zoubir, « Islamist Parties in Algeria », Middle East Affairs Journal, vol. 3, n° 1-2, hive (...)

13Les scrutins se succèdent, montrant les uns après les autres que les adeptes de l’islam politique sont, dans leur pluralité, toujours présents mais peu influents. Ils ont tendance à se transformer en islamistes institutionnels. Ils cautionnent ainsi un régime qui gère son déficit de légitimité et la crise de confiance par la cooptation. Cette stratégie de gestion statu quo n’est pas sans revêtir de risques. En effet, elle donne à penser que seule l’opposition islamiste radicale est susceptible de pouvoir apporter de réels changements. L’histoire récente de l’Algérie montre que seul le FIS a pleinement joué son rôle comme canal de transmission des revendications des citoyens et d’expression de leur ras le bol12.

14Cette stratégie de gestion du statu quo menace de replonger l’Algérie dans le chaos. Dans le même temps, elle se présente comme la garantie d’un moindre mal.

  • 13 Le Mouvement démocratique et social (5 députés), le Parti national pour la solidarité et le dévelop (...)

15Les partis politiques sont incapables de mobiliser les électeurs, car ces derniers peinent à percevoir l’utilité des institutions élues. Le parlement, organe représentatif de la souveraineté du peuple, pâtit d’une image extrêmement désavantageuse. Déjà l’Assemblée populaire nationale (APN) issue des législatives de 1997 a été élue avec le plus fort taux d’abstention jamais enregistré jusque là en Algérie ; quant aux élections législatives de 2007, qui ont connu le plus faible taux de participation dans l’histoire de l’Algérie indépendante (35 % officiellement), elles ont débouché sur l’émergence de partis inconnus13. Au total, il est difficile de comprendre comment 30 % des parlementaires ont réussi à se faire élire. En tous cas, ils n’ont pas été élus en raison de leur activité sur le terrain, ni de leur participation aux débats publics.

  • 14 On trouve, toutefois quelques, députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie qui manife (...)
  • 15 Les députés ont successivement voté deux projets de lois sur les hydrocarbures contradictoires en 2 (...)

16Par ailleurs, les prérogatives déjà limitées du parlement sont amoindries par un exécutif fort et des députés faibles. Ceux-ci, qu’ils soient opposants ou non, comme le montrent les images de la télévision publique, se font remarquer par leur absentéisme parlementaire mais aussi par leur suivisme aveugle et leur manque de réactivité14. Les parlementaires acceptent qu’un gouvernement soit nommé sans présenter son programme. Ils votent les lois de finance sans que l’exécutif présente son bilan et parfois adoptent des textes de loi contradictoires15. Ainsi, la révision de la Constitution dont l’objectif principal était de renforcer l’exécutif et surtout de supprimer l’article limitant à deux le nombre de mandats du président de la République, a été approuvée à une majorité écrasante sans débat aucun, ouvrant ainsi la voie à une présidence à vie pour Abdelaziz Bouteflika, à l’instar d’autres dictateurs arabes, notamment en Tunisie, Libye, Syrie, et Égypte.

  • 16 Mokrane Ait Ouarabi, « Le 5 Octobre est un règlement de compte politique au détriment de plus de 50 (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Louisa Dris-Aït Hamadouche, « The 2007 legislative elections in Algeria : political reckonings », M (...)

17Les Algériens ne se sentent pas non plus concernés par les scrutins dits de proximité. Le taux de participation aux élections locales est aussi faible que pour les législatives. La fraude discrédite les processus électoraux. Certains opposants l’évoquent ouvertement. Peu de temps avant la tenue de l’élection présidentielle de 2004, Mouloud Hamrouche constatait que « les mécanismes de fraude [étaient] déjà apparents avant même le coup d’envoi officiel de la campagne électorale ». La hiérarchie militaire avait déjà choisi Bouteflika comme président de la République16. Pour Abdeslam Ali Rachedi, chef du parti non reconnu Assabil, la fraude électorale en tant que « mode d’emploi » fonctionne à plusieurs niveaux puisqu’une fois « les résultats connus, on change alors les chiffres pour les rendre compatibles avec les résultats recherchés par les décideurs17 ». Lors des élections législatives de 2007, plusieurs partis d’opposition (Front des forces socialistes, Mouvement démocratique et social, Islah) ont dénoncé des cas de fraude et ont d’ailleurs été confortés par le rapport préliminaire de la Commission nationale autonome de surveillance des élections. Said Bouchair, son président, avait publiquement, avant de se rétracter, fait référence à des situations de fraude avec bourrage d’urne et interdiction pour les observateurs de rentrer dans certains bureaux. Les médias ont alors estimé que 15 % des urnes avaient été manipulées et que le taux de participation réel ne dépassait pas 20 %18.

Élections et oppositions au sein du régime

18Depuis 1997, les élections locale, législative et présidentielle se déroulent à intervalle régulier avec la participation d’un grand nombre de partis politiques et de candidats dits « indépendants ». Les campagnes électorales sont étroitement encadrées par une législation qui en fixe le déroulement et la couverture médiatique. Les partis politiques en lice organisent leurs meetings et placardent leurs affiches. Les premiers résultats, le taux de participation notamment, sont annoncés tard dans la nuit. Les médias publics, surtout radiophoniques, commentent le déroulement des opérations avec les acteurs politiques. Les résultats sont officialisés le lendemain du scrutin lors d’une conférence de presse du ministre de l’Intérieur, généralement tenue au Centre international de presse. Une séance de question-réponse avec les journalistes suit l’annonce des résultats officiels.

  • 19 Andreas Schedler, « The Logic of Electoral Authoritarianism », in Andreas Schedler (dir.), Electora (...)
  • 20 Ibid., p. 3.

19Sur le plan purement procédural, le processus électoral en Algérie est donc bien rodé. Sur le plan politique, il l’est tout aussi. Ces élections, pourtant pluralistes, ne suscitent que très peu d’inconnues quant aux vainqueurs. Les partis de la coalition présidentielle arrivent sans suspense en tête. L’inconnue, en revanche, concerne les détails chiffrés qui offrent une intéressante grille de lecture pour tenter de décoder l’évolution complexe des rapports de force. En ce qui concerne le régime, le multipartisme ne lui a pas permis de se doter d’une légitimité démocratique, mais il lui a donné la possibilité d’avoir une « démocratie de façade » utile pour son image à l’étranger. Tout comme de nombreux autres pays, Russie ou Égypte par exemple, cette façade institutionnelle de démocratie, qui inclut des élections pluralistes régulières, sert en fait à « dissimuler (et à reproduire) les dures réalités de la gouvernance autoritaire19 ». Mais ces régimes violent systématiquement les principes de la liberté et d’égalité, caractéristiques fondamentales de la démocratie, transformant ainsi les élections en instruments du régime autoritaire20.

20Les élections législatives de 2007 en sont une illustration. Ce scrutin a consacré la victoire du FLN avec 136 sièges et 22,6 % des voix, suivi du Rassemblement national démocratique (RND) avec 61 députés et 10,33 % des bulletins de vote. Le dernier parti de la coalition gouvernementale, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), a, quant à lui, obtenu 52 sièges et 9,64 % des voix. Une comparaison rapide avec le scrutin de 2002 permet de comprendre que, contrairement aux apparences, le vainqueur officiel a essuyé un échec. Une perte évaluée à 63 sièges. Comme dans un système de vase communicant, le RND et le MSP regagnaient chacun 14 députés, par rapport à 2002, tandis que 33 « indépendants » inconnus faisaient leur entrée, accompagnant la percée aussi spectaculaire qu’inattendue du Front national algérien (FNA, 13 députés) et du Parti des travailleurs (PT, 26 députés). L’année 2007 est donc venue rééquilibrer les rapports de force entre le FLN et le RND, sachant que le premier s’était effondré en 1997 et le second en 2002.

  • 21 Voir « Les patriotes oubliés de tous en Algérie », L’Expression, 26 juillet 2007.
  • 22 Le Quotidien d’Oran, 22 février 2005.
  • 23 Amir Nabila, « Ouyahia conjugue le passé au présent », El Watan, 22 février 2005.
  • 24 Mourad Aït Oufella, « Le parti d’Ouyahia occupe le terrain », Liberté, 21 décembre 2004.
  • 25 Entretiens avec Chérif Dris, enseignant à la Faculté des sciences politiques et chercheur associé a (...)

21La signification politique de ce yoyo électoral se trouve dans la relation complexe et pas toujours lisible entre ces deux acteurs de la scène politique algérienne. Le sens commun veut que le RND soit le prolongement, la copie conforme ou encore le frère jumeau du FLN. Mais cette vision ne nous dit pas pourquoi le RND existe. Certes, le sens commun n’est pas complètement faux, mais il ne reflète pas la réalité dans toute sa complexité. Tout d’abord, le RND a essayé de se démarquer du FLN. Idéologiquement, le RND apparaît plutôt comme un parti éradicateur de l’islamisme radical tandis que le FLN donne une image de « dialoguiste » depuis la première heure. Éradicateur doit être compris dans le contexte algérien comme partisan de l’option sécuritaire, donc répressive des islamistes radicaux violents. Aujourd’hui, le RND apparaît d’ailleurs comme le principal défenseur des droits des Patriotes, ces groupes armés, constitués en 1994 dans le cadre de la lutte antiterroriste, et négligés par la Charte pour la paix et la Réconciliation de 200521. De plus, son secrétaire général et actuel premier ministre, Ahmed Ouyahia, avoue ne pas être complexé par les descriptions qui font de lui un « éradicateur » ou encore « un Laïc »22. Une qualification difficilement imaginable pour un FLN conservateur, et plutôt prompt à mettre en avant les valeurs identitaires. C’est d’ailleurs sur une base principalement religieuse que le FLN a défendu la réconciliation en insistant sur la notion de pardon, rahma en arabe. En 2005, de son côté, Ahmed Ouyahia affirmait haut et fort : « Nous ne pouvons pas déchirer une page importante de notre histoire marquée par 100 000 victimes du terrorisme et 20 milliards de dollars de pertes23. » Pour justifier leur soutien à la réconciliation, les responsables du RND ont du insister sur les bénéfices qu’ils en attendent, à savoir, la stabilité, le développement et les réformes24. Cette stratégie pourrait, concernant le RND, viser à « réconcilier pour mieux éradiquer25 ». Dans ce processus, le pardon accordé aux « repentis » est un stratagème permettant de les neutraliser et non de légitimer à posteriori leurs forfaits.

  • 26 Yahia H. Zoubir, « The Painful Transition from Authoritarianism in Algeria », Arab Studies Quarterl (...)

22Par ailleurs, le « jeune » RND s’est voulu représentatif d’une ère nouvelle, celle du multipartisme, du libéralisme et de la souplesse idéologique, face à un FLN définitivement lié à la rigidité doctrinaire et au système du parti unique. Ce dernier a traîné derrière lui l’image d’un parti usé par le pouvoir. Les cuisantes défaites électorales de 1990 et 1991 étaient la conséquence directe de son impopularité et la sanction logique de quatre décennies d’exercice désastreux du pouvoir et de monopole répressif. Les années 1990 sont pour le FLN des années d’effondrement politique, de crise identitaire et d’échecs électoraux. Lors des élections législatives de 1997, le FLN s’est littéralement effondré. Quant à la tentative de retour politique à travers l’appel au dialogue de 1994-1995, elle n’a pas brisé son isolement, mais l’a placé dans une position inédite : celle d’opposant. De plus, les indétrônables dirigeants « dinosaures » du parti ont laissé peu de place aux cadres moyens et aux jeunes militants. In fine, les nouvelles générations ont eu du mal à se reconnaître dans les valeurs révolutionnaires brandies par le vieux parti26 et n’ont pas vraiment pu émerger au sein d’une direction dont l’âge est supérieur à 60 ans. La réaffirmation des valeurs de la révolution algérienne dans la révision constitutionnelle de 2008 n’a pas contribué à rallumer la fougue nationaliste des Algériens, notamment celle des plus jeunes. Le FIS avait d’ailleurs bien compris cette attitude en affirmant que le FLN avait trahi les valeurs de novembre 1954 et que le FIS était le véritable héritier du FLN de la guerre de libération.

  • 27 Entretiens avec Mahmoud Belhimer, ancien rédacteur en chef d’El Khabar, et Abdelkrim Ghézali, direc (...)
  • 28 Le Jeune Indépendant, 11 mai 2002.

23Au-delà de ces nuances, le RND et le FLN ont un point commun majeur : ils sont tous les deux au service du pouvoir. Les élections de Abdelaziz Bouteflika à la présidence traduisent, mandat après mandat, les rééquilibrages qui ont lieu au sein des cercles décisionnels. Cette situation explique le passage en 1997 d’adhérents du FLN vers le RND. À l’époque, les élections législatives se déroulent dans un contexte marqué par une vacuité partisane et un pouvoir politique détenu par les militaires. Ce vide politique est la conséquence des prises de position du FLN contre l’arrêt du processus électoral et pour l’ouverture d’un dialogue direct avec le FIS27. Le RND a donc été créé par les gouvernants pour remplir ce vide. Aussi, ceux qui ont cru que le FLN était de l’histoire ancienne ont vu dans le RND une opportunité à ne pas rater. Mais au moment de l’élection de Bouteflika à la présidence, les pièces sur l’échiquier politique ont déjà bougé puisque le FLN était revenu sur des positions antérieures à la plate-forme de San ‘Egidio. Les élections législatives de 2002 en sont l’illustration. Dans le cadre d’un système de vases communicants, elles voient le passage de 3 154 membres du RND vers le FLN. Un grand nombre d’élus locaux à Chatt, Drean, Ben-M’hidi, Chebaïta, Besbès, Boutheldja, Cheffia et Bougous ont quitté le RND avec armes et bagages pour rejoindre le FLN28.

  • 29 Malek Sohbi, « Ahmed Ouyahia ou la vraie vie... du pouvoir », Libre Algérie, 14-27 février 2000, ht (...)
  • 30 Ibid. Il ne fait aucun doute qu’Ouyahia aurait pu être présenté comme candidat à la présidence, mai (...)

24Chacun des deux partis représenterait un « centre de pouvoir » au sein même des élites dirigeantes. Cette hypothèse s’est vue renforcée en 2006, lorsque le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, a été sèchement remercié. Sa position hostile à la révision de la Constitution permettant la réélection du président a été présentée comme une explication à son éviction et son remplacement par un fidèle du président, le chef du FLN, Abdelaziz Belkhadem. On ne peut comprendre ces évictions et ces retours en grâce indépendamment des luttes de pouvoir au sein des élites dirigeantes algériennes. Le comeback d’Ahmed Ouyahia en 2008 s’explique par le fait qu’il « est le totem phallique de la toute-puissance de l'armée planté dans le jardin d'un président verbeux méritant une leçon29 ». En effet, le secrétaire général du RND occupe une place particulière au sein de l’establishment militaire algérien. Homme lige de l’armée, Ahmed Ouyahia pourrait très bien occuper un jour les plus hautes fonctions de l’État30.

Les voix de la discorde : les médias et la rue

25Depuis 1988 le régime a du faire face à deux développements majeurs : des médias indépendants pugnaces malgré toutes les entraves auxquelles ils doivent faire face, en particulier la presse ; des émeutes cycliques à travers l’ensemble du territoire pour exprimer le mécontentement vis-à-vis des dirigeants et des absences de perspectives d’avenir pour les jeunes, notamment.

Pluralisme médiatique

26L’instauration du multipartisme a directement permis l’éclosion d’un très grand nombre de nouveaux acteurs médiatiques (radios et presse écrite). Les radios se sont progressivement développées à un niveau local, donnant ainsi à de nombreuses régions du pays une voix sur des ondes (Alger avec Radio Bahja, Radio Bechar, etc.). Il existe aujourd’hui une quarantaine de radios régionales qui ont survécu à la « normalisation » instaurée par le régime depuis l’arrêt du processus électoral de janvier 1992. À l’instar des partis politiques, le nombre des titres de la presse écrite a littéralement explosé.

  • 31 Liberté, 18 octobre 2008.
  • 32 Michel Camau, La Notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, Paris, Éditions du (...)

27Plumes aguerries par une longue expérience aussi formatrice que frustrante dans des organes déjà présents pendant le règne du parti unique, jeunes rédacteurs sortis de l’institut de journalisme, ou personnalités ambitieuses devenues patrons de presse par opportunisme se sont saisis de la libéralisation de la presse quotidienne ou hebdomadaire. Les journalistes s’adressent à un public varié et nombreux et couvrent tous les domaines de l’information. Ainsi, en 2009, les Algériens ont à leur disposition 291 titres dont 68 quotidiens qui tirent chaque jour un total de 2,5 millions d’exemplaires31. Jusqu’en 1989-1990, il existait moins d’une dizaine de titres quotidiens et hebdomadaires en arabe et en français. Placés sous le contrôle de la censure du régime, les journaux étaient conçus par des gouvernants populistes comme des instruments visant à éduquer « les masses populaires » et à servir de canaux de « dialogue entre le pouvoir et les citoyens32 ».

  • 33 L’existence de plusieurs chaînes n’offre aucun pluralisme puisque la télévision nationale demeure u (...)

28Globalement, les lecteurs recherchent dans les journaux ce qu’ils ne trouvent pas dans les médias audiovisuels publics, et plus particulièrement la télévision33. La presse écrite est très vite apparue comme un canal d’expression relativement libre, malgré les contraintes qui lui sont imposées. Ainsi des débats politiques contradictoires et des critiques timides ou féroces des gouvernements en place ont été publiés dans une presse dominée par les organes privés. Les « luttes de clans » au sommet du pouvoir algérien sont régulièrement et ouvertement abordées. Certains journaux, comme El Watan, ont même envisagé que les attentats terroristes qui ont frappé le siège du Conseil constitutionnel et celui de l’ONU au cœur de la capitale en décembre 2007, soient liés aux clans opposés à la candidature du président Bouteflika pour un troisième mandat. Les résultats annoncés à l’issu des différents scrutins sont souvent mis en doute par des analyses politiques et des enquêtes de terrain. Par ailleurs, en l’absence de presse partisane, les activités et les prises de position des partis politiques sont essentiellement couvertes par les journaux d’information et quasiment totalement ignorées par la télévision. Force est de constater que malgré l’état d’urgence mis en place depuis mars 1992 et les entraves et menaces adressées à certains journaux (procès et emprisonnement de journalistes, interdiction de quelques titres), la presse n’a jamais cessé de publier. Si le régime algérien n’en est pas à une contradiction près, il est vrai que cette liberté de la presse soigne son image à l’extérieur.

29Le paysage médiatique algérien s’est enrichi grâce à la toile et aux médias en ligne. L’accès à Internet s’est considérablement démocratisé en raison de la baisse des coûts de la connexion et de la multiplication des fournisseurs d’accès. Tous les journaux ont d’ailleurs leur site Internet élargissant ainsi leur lectorat quitte à réduire les ventes « papier ».

  • 34 Voir le classement de pays comme le Venezuela (113e), le Cameroun (129e), le Maroc (122e), Oman (12 (...)

30Ce pluralisme médiatique ne doit pas occulter les obstacles politiques auxquels il se heurte. Le rapport 2008 de Reporters sans frontières (RSF) classe l’Algérie à une modeste 121e place dans le classement mondial de la liberté de la presse. L’Algérie se trouve ainsi placée dans le groupe des pays dont les gouvernants ont opté pour une ouverture contrôlée du paysage politique et médiatique34. Ce classement est le résultat direct du code de l’information– souvent désigné comme « le code de l’infamie » –, qui permet l’emprisonnement de journalistes, « en violation des standards démocratiques de l’ONU », pour reprendre la formulation de RSF. La censure continue donc de ponctuer la vie médiatique en Algérie à travers des affaires plus ou moins spectaculaires. L’interdiction du dernier ouvrage de Mohammed Benchicou, Journal d’un homme libre, en octobre 2008 (saisi à l’imprimerie sur décision de la ministre de la Culture), en est une illustration. La condamnation le 22 décembre 2008 du directeur et d’une journaliste d’El Watan à 3 mois de prison ferme pour avoir publié un article sur un charlatan, raki (guérisseur-exorciste) prétendant pratiquer la médecine a choqué l’opinion publique. En effet, l’application zélée des amendements répressifs du code pénal de juin 2001 représente sans aucun doute une atteinte à la liberté d’expression. Il est fort plausible que cette décision de la justice ait été commanditée par les pouvoirs publics afin d’intimider les journalistes, alors que la prochaine élection présidentielle devrait consacrer la réélection d’Abdelaziz Bouteflika. En fait, le régime refuse l’existence de tout média totalement autonome pouvant échapper à son contrôle. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi des journaux, comme El Watan, qui sont autonomes sur le plan financier, subissent les pressions de la justice.

31La télévision nationale, monopole étatique, demeure un point noir dans le paysage médiatique de l’Algérie. Malgré les incessantes critiques dénonçant la censure et l’autocensure au sein de la télévision, cet important organe d’information continue de jouer le rôle de porte-parole du gouvernement, principalement de la présidence.

La contestation par l’émeute

  • 35 Sid-Ahmed Semiane, cité dans Benfodil Mustapha, « Que reste-t-il du 5 Octobre ? » Liberté, 5 octobr (...)

« De l’esprit d’Octobre ne reste que la révolte. Une révolte nue qui est en chacun de nous, elle est chez les jeunes, dans la rue, dans les cafés, dans les stades. Une révolte qu’on ne peut acheter avec les crédits, les facilités de paiements, les machines à laver… Ce qui reste d’Octobre, c’est ça ; c’est juste cette révolte. Le reste, tout le reste, ça a été un échec absolu. Le multipartisme est un échec, la presse, tout35. »

  • 36 Étude réalisée par Omar Derras et publiée par la Fondation Friedrich Ebert. Voir Amel Blidi, « Le m (...)
  • 37 Ibid.

32Les élections pluralistes en Algérie constituent une expérience relativement courte, comparativement au long règne du parti unique. Comme nous l’avons expliqué plus haut, l’instauration du multipartisme a suscité au départ un très grand enthousiasme au sein de la société civile. En 2003, il existait 66 000 associations dont 900 à caractère national. Le manque d’efficacité ne relève donc pas d’un problème quantitatif. Bien au contraire les associations foisonnent. L’épanouissement d’une société civile se heurte à la faible liberté d’action dont bénéficient ces organisations. Elles font également face à des difficultés d’ordre matériel : le financement est un obstacle majeur pour 32 % des associations tandis que 20 % d’entre elles ont du mal à trouver un local36. Ces considérations matérielles les rendent vulnérables face aux pressions politiques. Pourvoyeurs de budget, les autorités publiques ont pouvoir de vie ou de mort sur les associations et ont réussi à créer une « société civile » factice dépendante du pouvoir. Cette dernière constitue en définitive une extension de l’État à l’instar de ce que pouvaient être des fameuses organisations de masse (unions des femmes, des jeunes, des enfants d’anciens combattants…) qui évoluaient dans l’orbite du FLN-parti unique. En fait, on peut diviser les associations algériennes en trois catégories. Une première assez minoritaire rassemble des organisations de type contestataire et revendicatif considérées par le pouvoir comme politiquement sensibles. La seconde catégorie rassemble des petites associations peu actives qui vivotent en attendant de recevoir des subventions. La dernière comprend ce que les opposants tunisiens nomment par dérision les OVG (organisations vraiment gouvernementales). Elle est de loin la plus visible car elle a été créée ou cooptée par le pouvoir37.

33Deux décennies plus tard, le tissu associatif est marginalisé. Dès lors ni la « société civile » ni les élections jouent leur rôle de transmission des demandes de la population. En revanche, les émeutes se sont multipliées dans l’Algérie profonde.

  • 38 Les émeutes ne constituent pas un phénomène nouveau en Algérie et se déroulent de façon périodique. (...)
  • 39 El Watan, 19 octobre 2008.
  • 40 Le Jeune Indépendant, 7 octobre 2008.

34Les émeutes cycliques38 sont devenues un des canaux principaux de la contestation sociale. Elles éclatent dans les grandes villes comme dans les petites localités, sans distinction. Ponctuelles mais répétitives, elles occasionnent de gros dégâts matériels et parfois font des victimes. En octobre 2008, dans la wilaya d’El Tarf, à l’ouest de l’Algérie, des écoliers et lycéens ont bloqué la route nationale 44, pour protester contre l’absence de transports39. Pendant la même période, une émeute a éclaté à Birtouta, banlieue au sud-est d’Alger, pour une question de passerelle40. Au printemps, les villes de Chlef et de Chettia, où le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale, et des quartiers de Hassi-Messaoud, Tiaret, Laghouat, Ghardaïa, Gdyel, Béchar, Tizi-Ouzou, Oran, Chlef, Arzew, Mascara, Constantine, Annaba, et Ksar El-Boukhari, ont été dévastés par les émeutiers.

35Les violences qui gagnent des villes traditionnellement calmes surprennent. Au printemps 2008, Ghardaïa a sombré dans une vague de violences. Cette ville traditionnellement calme et touristique a connu des affrontements d’une rare violence entre musulmans de rite malékite (majoritaire en Algérie) et Ibadites. Pour la première fois, les médias ont évoqué des affrontements tribaux, ethniques, voire confessionnels. Il s’agit bien d’une escalade dans la longue histoire des émeutes.

  • 41 Expression utilisée par la journaliste José Garçon, « Quatre morts à Sidi Aïssa : l’Algérie à l’ère (...)

36Il convient d’analyser la signification de ces émeutes cycliques ou de ces « microrévoltes »41. Peut-on affirmer, à l’instar de l’ancien recteur de l’université d’Alger, le professeur Noureddine Toualbi-Thaâlibi, qu’elles sont « l’expression la moins socialisée de groupes sociaux soumis à une détresse existentielle vécue dans le sentiment de continuité et de fatalité » ? Dans cette perspective, la révolte des émeutiers serait double. D’une part, ils s’insurgent contre une réalité objective, c’est-à-dire la détérioration de leur situation socioéconomique ; d’autre part, ils expriment par la violence le sentiment qu’aucune perspective ne s’offre à eux. C’est une réalité subjective qui n’en est pas moins réelle. Cela dit, l’émeute reste une révolte qui, par définition, traduit plus une position de refus que d’acceptation de la fatalité. En fait la résignation paraît plutôt symbolisée par ces centaines de jeunes qui décident de se jeter dans des embarcations de fortune, les haragas (ceux qui « brulent » les frontières), en sachant qu’ils ont plus de chance de trouver la mort ou la prison qu’une nouvelle vie en Europe. Dans la majorité des cas, cette détérioration des conditions socioéconomiques a un sens particulier. On ne peut la comprendre que par rapport à des situations précises. Elles se cristallisent à propos de l’extrême aisance financière actuelle de l’État, l’apparition d’une nouvelle classe ostentatoirement aisée et l’absence d’équité dans la redistribution des dividendes de la rente liée aux hydrocarbures. Ce sont donc moins les difficultés économiques qui poussent les jeunes à la révolte que le sentiment d’être bafoués dans leurs droits et d’être victimes d’un système fortement inégalitaire fondé sur les privilèges, l’impunité et les passe-droits. Un terme populaire résume tout cela, c’est la hogra que l’on peut traduire approximativement par les termes d’humiliation, d’injustice et d’abus de pouvoir.

37Les violences qui ont gagné le sud du pays ne sont pas étrangères à l’extraordinaire disparité entre le niveau de vie des populations et les richesses du sous-sol algérien. En effet, la partie nord de la wilaya de Ghardaïa n’est distante que de 50 km des puits de pétrole de Hassi R’Mel. La situation économique de Ghardaïa s’est d’ailleurs compliquée depuis qu’elle est devenue un centre d’attraction pour les chercheurs d’emploi des régions rurales de Laghouat et Djelfa. Les émeutes qui ont éclaté à Timimoune (février 2008) et Ouargla (novembre 2007) illustrent le fait que le sud nourricier peine à se nourrir.

38Les émeutes de la commune de Sidi-Aïssa, dans la wilaya de Msila illustrent une autre forme de hogra consécutive aux écarts sociaux et à l’absence de confiance dans les institutions judiciaires du pays. Cette révolte de la jeunesse déclenchée à la suite d’un fait divers a causé la mort de 4 personnes, fait plus d’une soixantaine de blessés (la plupart par balles) et provoqué des dégâts matériels importants (22 véhicules incendiés et un hôtel saccagé). L’étincelle qui a allumé le feu de la révolte est le résultat d’une altercation entre un jeune homme et le fils d’un puissant propriétaire d’hôtel qui l’a renversé avec sa voiture. Ce fait divers a pris une connotation sociale et les jeunes de la commune ont préféré se faire justice eux-mêmes plutôt que d’attendre l’enquête de police ou le jugement du tribunal. Des événements de ce type mettent en lumière la faillite des pouvoirs publics à mettre en place des institutions républicaines et à transmettre aux gouvernés la capacité d’espérer un avenir meilleur.

39Cette explication fait sens mais souffre d’une grave lacune car elle ne met en évidence qu’une partie des responsabilités. En effet, les émeutes ne deviennent un phénomène cyclique, récurrent, et régulier que lorsque tous les canaux pacifiques et institutionnels d’expression sont bouchés et ne transmettent plus les demandes des gouvernés. Les partis politiques, les syndicats, les associations, les comités de quartier sont impuissants, au mieux par incompétence, au pire par complaisance. Par conséquent, ils ne remplissent pas du tout leur fonction d’interface entre la base et le sommet.

Conclusion

  • 42 Hamou Amirouche, « Algeria’s Islamist Revolution : The People Versus Democracy ? », Middle East Pol (...)
  • 43 Ramdane Redjala, L’opposition en Algérie depuis 1962, Tome 1, le PRS-CDBR, le FFS, Paris, L’Harmatt (...)
  • 44 Voir, Ghassan Salamé (dir.), Démocraties sans démocrates. Politiques d’ouverture dans le monde arab (...)

40Le multipartisme en Algérie a été conçu par (et dans) le système algérien. Mais pointer du doigt des dirigeants qui, tout en reconnaissant leurs erreurs, refusent l’alternance, suffit-il à expliquer l’immobilisme politique en Algérie ? L’ensemble du système politique est en proie à une crise de confiance qui s’amplifie à chaque consultation. Or, celle-ci n’implique pas les seuls gouvernants, même s’ils en assument une grande responsabilité. Si les campagnes électorales sont boudées, les urnes désertées et les débats politiques sans envergure aucune, est-ce parce que « la nouvelle topographie politique n’a pas établi un système multipartite mais un parti unique pluriel, où prévaut le zaïmisme (le zaïm est le héros, le leader incontesté), et dans lequel les règles démocratiques internes cruciales, comme l’élection du leader, sont absentes »42 ? Ramdane Redjala avait déjà affirmé que « l’avènement d’une démocratie pluraliste en Algérie [dépendrait] beaucoup plus de l’évolution des contradictions internes du régime, des mouvements sociaux qui accélèreront cette évolution que de la capacité des oppositions à l’imposer43 ». Concernant l’Algérie, il est légitime de poser la question de savoir si l’on peut construire une démocratie sans démocrates44. Les partis dits démocrates sont loin de promouvoir un véritable projet de société capable de contrecarrer l’hégémonie du discours nationaliste-islamiste. Ils n’ont même pas su forger une alliance durable qui aurait pu leur donner une plus grande crédibilité aux yeux d’une société qui aspire à surmonter la paralysie engendrée par le système politique mis en place depuis l’indépendance.

  • 45 Roberto Michels faisait remarquer, au début du XXe siècle, dans La loi d’airain de l’oligarchie (19 (...)
  • 46 Yahia H. Zoubir, « Political Parties in Algeria », in Karam Karam (dir.), Political Parties in the (...)
  • 47 Déclaration de Djamel Ferdjallah : « Saadi a perdu ses illusions personnelles, le RCD doit lui surv (...)

41Malgré l’avènement du multipartisme depuis 1989, les partis d’opposition non seulement fonctionnent selon un mode autoritaire, ce qui n’est pas un obstacle en soi45, mais ils n’ont pas pour objectif de conquérir le pouvoir. Ainsi, au lieu de se présenter comme une force d’alternance ayant un projet de société, des modes d’actions politiques renouvelés et un système de valeurs, les partis de l’opposition, se sont adapté aux règles du jeu. À défaut, ils ont disparu de la scène politique46. Les partis dits démocratiques, tels que le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ou le Front des forces socialistes (FFS), n’ont pas instauré un semblant de démocratie interne. Tout comme les premiers partis d’opposition (Parti pour la révolution socialiste, FFS, Mouvement pour la démocratie en Algérie…), les partis post-1988 ont plus ou moins reproduit le schéma du parti unique. Il n’est donc pas exagéré de décrire le système actuel de « multipartisme fait de plusieurs partis uniques ». L’explication des divisions au sein de ces partis par une manipulation orchestrée par les services secrets n’est guère pertinente. Par exemple, les divisions actuelles au sein du RCD sont dues au refus de certains membres du parti de soutenir la décision de Saïd Saadi de participer à l’élection présidentielle d’avril 200947. Le culte de la personnalité, le blocage de toute relève, et l’exclusion sont les facteurs principaux de ces divisions. Cette situation explique aussi le discrédit dont souffrent ces partis aux yeux de l’électorat et de leurs militants de base. Le régime, quant à lui, a su récupérer ces partis : Le MSP s’est laissé complètement coopter. Le PT flirte – comme le RCD avant lui – avec les sirènes du pouvoir. Nahda puis El Islah se sont brisés de l’intérieur et le FFS prêche presque dans le désert. Aucun parti politique, aucune personnalité publique ne parvient à émerger de façon suffisamment forte pour apparaître comme un challenger sérieux face au dirigeant actuel. En fin de compte, les partis politiques servent d’alibi démocratique au pouvoir. Les gouvernants n’hésitent pas à frauder systématiquement, ce qui somme toute ne dérange pas les partis politiques puisqu’ils se voient attribuer des sièges au sein de l’Assemblée populaire nationale. Quant à leurs dirigeants, ils travaillent principalement à l’avancement de leur carrière politique.

42Plus important encore, les contradictions et les oppositions s’expriment, à travers la rivalité FLN-RND, au sein des cercles décisionnels. Résultat, l’idée selon laquelle Ahmed Ouyahia véhicule l’image d’une alternative à moyen-terme commence progressivement à s’imposer.

43L'émergence du multipartisme en Algérie n'a pas produit le type de régime démocratique que l’on avait espéré à la fin des années 1980. S’il est vrai que le FIS, un parti totalitaire, a, sans le vouloir, permis à l’establishment militaro-civil d’annuler l'élection en 1992, le régime a par la suite réussi à mettre en place un « système sur mesure » qui lui permet de se maintenir au pouvoir. Les partis sont également à blâmer parce qu’ils n'ont pas réussi à former une véritable alliance démocratique qui pourrait leur fournir un levier politique ainsi que les capacités de mobilisation d’une opposition conséquente. Comme la plupart des formations politiques dans le monde arabe, les partis algériens souffrent d’un degré trop élevé de zaïmisme. Même les dirigeants des organisations dites démocratiques exercent à la tête de leurs partis une sorte de présidence à vie. Ils ont empêché l’arrivée d'une nouvelle génération. Le renouvellement de la classe politique en général et des élites en particulier est une condition sine qua non à la résolution de la crise de confiance. Le changement passe également par un retour aux valeurs de respect mutuel et de suprématie du droit pour parvenir à l’indispensable alternance au pouvoir. Sans une véritable représentation politique, les émeutes cycliques, l’absence de patriotisme, l’immigration illégale, et le développement de groupes extrémistes continueront de caractériser le système politique algérien.

44Il s’agit de réfléchir sur les conditions objectives du parachèvement de la transition. En effet, malgré tous les revers et les déceptions, un certain nombre d’éléments porteurs d’une dynamique de changement sont à prendre en considération. L’émergence d’une véritable opposition n’est pas à exclure ; la contestation est manifeste bien que non organisée ; la génération au pouvoir depuis l’indépendance est appelée à disparaitre ; les dissensions au sein même des partis politiques pourraient déboucher sur une démocratisation de leur appareil ; l’ouverture économique peut contribuer à créer une nouvelle bourgeoisie qui ne se contentera pas du pouvoir économique. Et enfin, il est plus qu’improbable que l’opinion publique accepte un retour en arrière politique. Mis bout à bout, tous ces facteurs plaident en faveur d’un scénario de changement qui reste bien sûr à écrire.

Haut de page

Notes

1 Yahia H. Zoubir, « Stalled Democratization of an Authoritarian Regime : The Case of Algeria », Democratization, vol. 2, n° 2, été 1995, p. 109-139.

2 Ahmed Benbitour, « Pays riche/Peuple pauvre : aux sources du paradoxe algérien », El Watan, 19/11/2007.

3 Un courant réformiste au sein du FLN avait commencé à se développer dans les années 1980 avec pour objectif de donner l'autonomie aux entreprises publiques, de promouvoir l'investissement privé, de réformer l'agriculture et de privatiser une partie du secteur public. Ce courant, un moment bloqué par les conservateurs du régime, revient en force dans le sillage des émeutes de 1988.

4  http://64.233.183.104/search ?q =cache :Gmf360FxhHUJ :archives.univ-lyon2.fr/281/2/contexte_eco.pdf+gouvernement+Hamrouche+r %C3 %A9formes&hl =fr&ct =clnk&cd =14&gl =fr

5 Sur les changements survenus au lendemain des événements de 1988, voir, Yahia H. Zoubir, « Stalled Democratization of an Authoritarian Regime : The Case of Algeria », op. cit., p. 109-139.

6 Voir, Jean-Jacques Lavenue, « Le FIS et la Constitution algérienne », Praxis Juridique et Religion, vol. 10, 1993, p. 130-131.

7 Madjid Benchikh, « L’organisation du système politique », Dossier n° 13, mai 2004, http://www.algerie-tpp. org/tpp/pdf/dossier_13_systeme_politique.pdf.

8 Selon des sources bien informées, des généraux auraient susurré à l’oreille d’Abassi Madani : « secoue l’arbre, le fruit est mûr et tombera de lui-même ».

9 At-Umezyan H., « Les partis de l’opposition démocratique. Réalité, discours et espérance », El Watan, 30 décembre 2008, http://www.elwatan.com/Realite-discours-et-esperance-1re

10 Sur ce point, voir Giacomo Luciani, « Economic Foundations of Democracy and Authoritarianism in the Arab World in Comparative Perspective », Arab Studies Quarterly, vol. 10, n° 4, 1988, p. 457-475. L’auteur soutient que la manne pétrolière contribue à la pérennisation des dirigeants au pouvoir.

11 Samir Allam, « Algérie : après ceux des députés, les salaires des ministres et des walis revus en forte hausse », TSA, toutsurlalgerie.com, 06/10/2008.

12 Yahia H. Zoubir, « Islamist Parties in Algeria », Middle East Affairs Journal, vol. 3, n° 1-2, hiver/printemps 1997, p. 95-122.

13 Le Mouvement démocratique et social (5 députés), le Parti national pour la solidarité et le développement (2 députés), le Mouvement national pour la nature et le développement (7), le Front national pour l’indépendance (3), le Rassemblement algérien (7), le Mouvement national de l’espoir (2), le Rassemblement patriotique républicain (2), le Front national démocratique (1) et le Mouvement démocratique et social (1).

14 On trouve, toutefois quelques, députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie qui manifestent clairement leur opposition aux projets du gouvernement.

15 Les députés ont successivement voté deux projets de lois sur les hydrocarbures contradictoires en 2005 et 2006.

16 Mokrane Ait Ouarabi, « Le 5 Octobre est un règlement de compte politique au détriment de plus de 500 morts », El Watan, 5 octobre 2008.

17 Ibid.

18 Louisa Dris-Aït Hamadouche, « The 2007 legislative elections in Algeria : political reckonings », Mediterranean politics, vol. 13, n° 1, mars 2008, p. 88-89.

19 Andreas Schedler, « The Logic of Electoral Authoritarianism », in Andreas Schedler (dir.), Electoral Authoritarianism. The Dynamics of Unfree Competition, Boulder, Colorado, Lynne Reinner Publisher, 2006, p. 1.

20 Ibid., p. 3.

21 Voir « Les patriotes oubliés de tous en Algérie », L’Expression, 26 juillet 2007.

22 Le Quotidien d’Oran, 22 février 2005.

23 Amir Nabila, « Ouyahia conjugue le passé au présent », El Watan, 22 février 2005.

24 Mourad Aït Oufella, « Le parti d’Ouyahia occupe le terrain », Liberté, 21 décembre 2004.

25 Entretiens avec Chérif Dris, enseignant à la Faculté des sciences politiques et chercheur associé au CREAD. D’autres entretiens avec un ancien membre des services de sécurité confirment cette thèse et font leur la formule de l’un des plus illustres journalistes algériens, Kheirdine Ameyar : « éradiquer pour mieux réconcilier et réconcilier pour mieux éradiquer ».

26 Yahia H. Zoubir, « The Painful Transition from Authoritarianism in Algeria », Arab Studies Quarterly, vol. 15, n° 3, été 1993, p. 88.

27 Entretiens avec Mahmoud Belhimer, ancien rédacteur en chef d’El Khabar, et Abdelkrim Ghézali, directeur de la rédaction de La Tribune.

28 Le Jeune Indépendant, 11 mai 2002.

29 Malek Sohbi, « Ahmed Ouyahia ou la vraie vie... du pouvoir », Libre Algérie, 14-27 février 2000, http://www.algeria-watch.org/farticle/concorde/ouyahia.htm

30 Ibid. Il ne fait aucun doute qu’Ouyahia aurait pu être présenté comme candidat à la présidence, mais les services de renseignements hésitaient à l’imposer car il ne jouissait d’aucune popularité au sein d’une population qui ne lui a jamais pardonné l’austérité salariale des années de crise et l’application du programme d’ajustement structurel par le FMI.

31 Liberté, 18 octobre 2008.

32 Michel Camau, La Notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, Paris, Éditions du CNRS, 1971, p. 394.

33 L’existence de plusieurs chaînes n’offre aucun pluralisme puisque la télévision nationale demeure un monopole public.

34 Voir le classement de pays comme le Venezuela (113e), le Cameroun (129e), le Maroc (122e), Oman (123e), le Cambodge (126e) ou la Jordanie (128e). http://www.rsf.org/article.php3 ?id_article =28879

35 Sid-Ahmed Semiane, cité dans Benfodil Mustapha, « Que reste-t-il du 5 Octobre ? » Liberté, 5 octobre 2005.

36 Étude réalisée par Omar Derras et publiée par la Fondation Friedrich Ebert. Voir Amel Blidi, « Le mouvement associatif national, la défaite par l’usure », El Watan, 21 décembre 2008.

37 Ibid.

38 Les émeutes ne constituent pas un phénomène nouveau en Algérie et se déroulent de façon périodique. En 1980, l’interdiction d’une conférence de l’écrivain Mouloud Mammeri avait débouché en Kabylie sur les violences de ce qui deviendra le « printemps berbère ». Elles préfigureront les émeutes de Constantine (1986) puis celles d’octobre 1988 qui ont mis fin au règne du parti unique. En 2001, le meurtre d’un adolescent dans les locaux d’une brigade de gendarmerie déclenche de longues émeutes en Kabylie. Elles déboucheront sur la reconnaissance du tamazight comme langue nationale. Pour une analyse approfondie des mouvements émeutiers, voir René Gallissot, « Émeutes : ordre étatique et désordre social », in Didier Le Saout et Marguerite Rollinde, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb-Perspective comparée, Paris, Karthala, 2000, p. 19-46.

39 El Watan, 19 octobre 2008.

40 Le Jeune Indépendant, 7 octobre 2008.

41 Expression utilisée par la journaliste José Garçon, « Quatre morts à Sidi Aïssa : l’Algérie à l’ère des microrévoltes », Le Monde, 11 aout 2008. Pour une analyse structurelle des émeutes, cf. Didier Le Saout, « Les émeutes, entre exclusion et sentiment d’injustice. Une approche comparée Maghreb-Europe », in Didier Le Saout et Marguerite Rollinde, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb, op. cit., p. 47-66.

42 Hamou Amirouche, « Algeria’s Islamist Revolution : The People Versus Democracy ? », Middle East Policy, n° 4, January 1998.

43 Ramdane Redjala, L’opposition en Algérie depuis 1962, Tome 1, le PRS-CDBR, le FFS, Paris, L’Harmattan, 1988.

44 Voir, Ghassan Salamé (dir.), Démocraties sans démocrates. Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayard, 1994.

45 Roberto Michels faisait remarquer, au début du XXe siècle, dans La loi d’airain de l’oligarchie (1913), que les partis politiques dans les démocraties tendaient à fonctionner de façon oligarchique et non-démocratique.

46 Yahia H. Zoubir, « Political Parties in Algeria », in Karam Karam (dir.), Political Parties in the Arab World, Beyrouth, Liban, Lebanese Center for Policy Studies, à paraître en 2009.

47 Déclaration de Djamel Ferdjallah : « Saadi a perdu ses illusions personnelles, le RCD doit lui survivre », Le Matin, 29 décembre 2008, http://www.lematindz.net/news/2294-declaration-de-djamel-ferdjallah-sadi-a-perdu-ses-illusions-personnellesle-.html ; Lettre aux dissidents du RCD : « Ouvrez les yeux, arrêtez de rêver ! », Le Matin 29 décembre 2008, http://www.lematindz.net/news/2290-lettre-aux-dissidents-du-rcd-ouvrez-les-yeux-arretez-de-rever-.html. Saïd Saadi a finalement décidé de se retirer de la course.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris-Aït Hamadouche et Yahia H. Zoubir, « Pouvoir et opposition en Algérie : vers une transition prolongée ? », L’Année du Maghreb, V | 2009, 111-127.

Référence électronique

Louisa Dris-Aït Hamadouche et Yahia H. Zoubir, « Pouvoir et opposition en Algérie : vers une transition prolongée ? », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/535 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.535

Haut de page

Auteurs

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Chargée de cours à la Faculté des sciences politiques et de l’information de l’Université d’Alger et chercheure associée au CREAD

Articles du même auteur

Yahia H. Zoubir

Professeur en relations internationales et management international, EUROMED MANAGEMENT, École de Management Marseille. Yahia.zoubir@euromed-management.com

Articles du même auteur

Haut de page