Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : S'opposer au Maghreb

Les « dissidences non dissidentes » du Front Polisario dans les camps de réfugiés et la diaspora sahraouis

The “non-dissident dissidents” of the Polisario Front in Sahrawi refugee camps and disparate communities
Carmen Gómez Martín et Cédric Omet
p. 205-222

Résumés

La croissance des inégalités sociales et les migrations ont bouleversé la société sahraouie de ce début du siècle. Celle-ci se remodèle aujourd’hui sous la pression de nouvelles organisations politiques constituées par des jeunes au sein de trois espaces : les territoires occupés, les camps de réfugiés et la diaspora. Vingt ans d’échecs diplomatiques ont permis l’émergence de ces organisations qui se sont structurées en s’appropriant notamment la rhétorique du retour aux armes pour contester les structures du pouvoir. Dans cet article, nous montrerons que ces organisations, se dévoilant elles-mêmes comme des « dissidences non dissidentes » au Front Polisario, reconfigurent le champ politique sahraoui. Nous verrons ainsi qu’elles ouvrent la voie à l’émergence d’oppositions internes, augurant d’une possible alternance à la tête du Front Polisario, et rendant plus incertaine encore l’issue du conflit du Sahara occidental.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’après Pierre Bourdieu et Loïc J.D. Wacquant (1992, p. 72), « un champ est le fruit de relations o (...)
  • 2 Front Populaire de Libération de Saguía el Hamra et Río de Oro.

1L’irruption dans le champ1 politique sahraoui de nouvelles organisations (associations d’immigrés, collectifs de jeunes) aux marges des structures officielles du Front Polisario est une réponse claire à une situation de vide. En effet, le Front Polisario2 n’est plus en mesure de tout contrôler, organiser, décider. Des organisations tantôt complémentaires, tantôt alternatives l’ont donc suppléé. Elles se sont constituées là où le Front Polisario et ses organisations de masses n’ont pas réussi à répondre aux aspirations citoyennes, là où une partie de la population sahraouie était en recherche de nouveaux repères, de nouvelles références pour penser l’avenir.

2L’impossibilité de participer activement à la discussion politique et aux prises de décisions, jointe à la sensation d’éloignement physique dans le cas de la diaspora, ont créé les conditions propices à la formation de nouvelles structures situées aux marges du mouvement de libération national sahraoui. Ces structures s’articulent entre elles en permanence « un pied dedans/un pied dehors » du Front Polisario tentant de combler les expectatives de la population sahraouie de trois manières différentes.

  • 3 La considération des phénomènes migratoires comme des mouvements de population caractérisés par la (...)

3D’une part, elles construisent de nouveaux espaces de réunion et de réflexion dans lesquels il devient possible de formuler les problèmes et les besoins actuels. Elles se dotent en définitive d’une unité collective, favorisant l’émergence d’une conscience d’appartenance à un groupe ayant des intérêts convergents. D’autre part, ces organisations font exister leurs revendications dans le champ politique sahraoui, jusque-là délimité par le Front Polisario, en agissant comme des intermédiaires entre une partie de la population sahraouie et le Front Polisario. Enfin, elles se dotent d’un moyen de pression majeur, puisqu’une des revendications prépondérantes tant des migrants3 que des jeunes dans les camps de réfugiés, leur reconnaissance comme des acteurs de poids au sein de la société sahraouie, ainsi que leur participation active dans les processus de décisions politiques. Nous montrerons ainsi que le champ politique sahraoui est un territoire d’expérimentation politique non délimité spatialement (Dedenis, 2006), des structures collectives semblables fleurissant tant dans les camps de réfugiés que dans la diaspora.

4Pour mieux comprendre les processus qui ont permis l’irruption et l’évolution des mouvements contestataires au sein de la société sahraouie, nous allons procéder en quatre temps. D’abord, nous démontrerons que la conjonction des contextes politiques, sociaux, économiques et diplomatiques qui marquent le conflit du Sahara Occidental en ce début de siècle a conduit à l’émergence et à la structuration d’oppositions internes contestataires au sein du Front Polisario, un phénomène nouveau pour un mouvement qui fédérait jusqu’à présent. Ensuite, il nous sera possible d’exposer la manière dont ces mouvements contestataires se sont organisés en tant que « dissidences non dissidentes » (selon leurs propres termes), à savoir « pour le Polisario mais contre son gouvernement », ce qui témoigne d’un affaiblissement des anciens leaders révolutionnaires des années 1970, l’élite en place, mais aussi des structures dépendant du Front Polisario. Nous dédierons alors une troisième épigraphe à l’analyse du discours sur le retour aux armes, élément clé qui leur a permis de se légitimer au sein de la société sahraouie. Enfin, nous nous pencherons sur les difficultés auxquelles ces structures contestataires se sont heurtées depuis leur constitution afin de mieux cerner les défis auxquelles elles font face aujourd’hui.

Le champ politique sahraoui et l’apparition de contestations au gouvernement du Front Polisario

  • 4 En 2009, on estime à environ 10 000 le nombre de migrants sahraouis. Ils représentent environ 6 % d (...)

5L’étude des contextes politiques, sociaux et économiques est fondamentale pour comprendre le surgissement, dans les camps de réfugiés et au sein de la diaspora sahraouie, de nouvelles structures politisées aux marges du Front Polisario. En effet, l’irruption de ces nouvelles organisations se trouve intimement connectée à plusieurs facteurs. D’abord, ceux qui expliquent le déclenchement de la migration et qui amènent, forcément, à relier le contexte d’origine (Sahara occidental), l’espace de l’exil (Camps de réfugiés) et l’espace diasporique (migration en Espagne4). Ensuite, il y a ceux qui relèvent des conditions difficiles, voire conflictuelles, qui ont accompagné le processus migratoire en soi et qui ont créé des antagonismes entre les migrants sahraouis et le Front Polisario, entre les Sahraouis des familles installées ailleurs et celles restées dans les camps. Enfin, si « Le territoire des camps de réfugiés sahraouis est le territoire de la RASD, expression politique de la nation sahraouie pour qui l’espace refuge est aussi le territoire national provisoire par défaut. Ce territoire n’est pas pensé, contrairement à l’espace des camps, dans un but humanitaire, mais pour atteindre des objectifs avant tout sociopolitiques […]. C’est un territoire expérimental » (Dedenis, 2006, p. 25-27). Il se situe aujourd’hui autant dans les camps de réfugiés que dans la diaspora et continue de transcender littéralement la réalité spatiale. Nous le verrons en se focalisant sur les mobilisations politiques et sociales de la jeunesse sahraouie.

6Le premier élément historique majeur dans notre analyse se situe en 1991, année de la signature du Plan de paix entre le Front Polisario et l’État marocain. Cet engagement mettait fin, en apparence, à la guerre déclenchée en 1976, ouvrant la porte à la réalisation du référendum d’autodétermination réclamé depuis des années par les Sahraouis. Pourtant, la date fixée pour la mise en place du référendum (1992) fut reportée sans cesse en raison des désaccords exprimés par le Maroc et le Front Polisario à propos des modalités du référendum et de la définition du corps électoral pouvant participer à un tel processus.

7Durant cette période d’attente, la population sahraouie a vu s’amenuiser les chances d’une possible résolution du conflit dans un court délai. Le désespoir et la sensation d’être piégé dans les camps de réfugiés sont ainsi devenus de plus en plus présents, notamment chez les jeunes qui avaient vécu à l’étranger pendant leurs études et qui étaient rentrés aux camps fermement convaincus de l’immédiateté du référendum. Pour apaiser les tensions existantes dans les camps et accéder aux revendications des jeunes, le Front Polisario s’est retrouvé contraint d’accepter, bien qu’avec méfiance, la migration d’une partie de sa population dont les individus les mieux formés.

8Un ingénieur de télécommunications dans la quarantaine et appartenant à la dénommée « première génération Polisario » (celle sortie dès les premières années du conflit à l’étranger pour réaliser ses études), explique bien les motifs qui ont poussé la jeunesse sahraouie à entreprendre le chemin de la migration à la fin des années 1990 :

  • 5 Entretien à Madrid avec Bahia Mahmud, 30 août 2007.

« Après mon retour de Cuba aux camps de réfugiés, j’ai commencé à travailler dans la radio nationale sahraouie en dirigeant des programmes en Castillan. Presque tout le groupe d’écrivains et de poètes qui forment actuellement en Espagne “La Génération de l’Amitié” ont travaillé avec moi dans le ministère de l’Information sahraoui et de la radio nationale installée dans les camps de réfugiés. Ensuite, l’un après l’autre, nous avons quittés les camps. Nous avons pris cette décision parce que la situation stagnait. La situation de « ni paix, ni guerre » avait engendré l’attente de milliers de jeunes diplômés de maîtrise. Ils se trouvaient déambulant dans les camps, sans rien faire, ou en faisant des petits boulots. Dans la conscience de chacun, une idée a commencé à prendre forme : travailler pour la Cause depuis l’étranger. De plus, nous pensions que les programmes de coopération internationale, du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) ou des autres organisations alimentaires, pourraient servir à d’autres Sahraouis moins avantagés que nous. Nous pensions qu’avec notre haute formation et notre capacité de travail, nous pourrions apporter plus de choses aux Sahraouis des camps, mais de l’étranger. C’est pourquoi, la plupart d’entre nous ont finalement décidé de partir5. »

9La méfiance préalable exprimée par le Front Polisario explique les raisons pour lesquelles une fois en Espagne, les migrants sahraouis ont dû faire face à une multiplicité de problèmes, se retrouvant souvent seuls et sans aide du réseau institutionnel que le Front Polisario avait pourtant développé dans les pays d’accueil depuis deux décennies. À cette sensation d’abandon, il s’est ajouté une certaine stigmatisation à l’encontre de ceux qui avaient quitté les camps. Les premières migrations (1996-1997) ont été interprétées par le Front Polisario comme une sorte de trahison de jeunes « intellectuels » à la cause de leurs parents et à la formation d’un futur État sahraoui, car ils préféraient faire primer leurs intérêts individuels en migrant et en mettant à profit leur formation ailleurs que dans les camps. Dès lors, cette idée a conditionné les relations entre le Front Polisario et les migrants sahraouis. La suspicion de la trahison à la « cause » a donc conduit ces derniers à repenser leur migration en la justifiant à partir d’une triple promesse : la promesse du retour, du maintien de l’unité du peuple sahraoui au sein de la diaspora, et enfin du travail au renforcement de la « cause » depuis les nouveaux lieux d’installation. Même si, plus tard, le Front Polisario a fini par s’accommoder du fait migratoire formellement, la conjonction des facteurs mentionnés auparavant n’a fait qu’augmenter les tensions politiques au sein de la diaspora, qui, in fine, ont généré l’apparition de nouvelles organisations contestataires.

10Il semble ainsi opportun de s’intéresser aux raisons qui expliquent le retournement du Polisario quant à sa perception du fait migratoire. Pourquoi a-t-il fini par accepter qu’une partie des réfugiés s’installe presque définitivement en Espagne ? Pourquoi a-t-il laissé la dynamique migratoire s’amplifier ? Pourquoi enfin s’est-il privé de ses éléments les mieux formés et les plus compétents, en particulier dans le domaine médical ? Là encore, il s’agit de mettre en relation le contexte social des camps de réfugiés avec différentes évolutions historiques.

  • 6 Selon les informations que nous avons récoltées au fil de nos multiples entretiens, chaque immigré (...)
  • 7 Le PAM et l’Union européenne (ECHO) ont revu à plusieurs reprises, aussi bien à la baisse qu’à la h (...)

11D’une part, l’apport très conséquent de l’argent6 de la diaspora au sein des camps a permis d’ouvrir de nouvelles perspectives, notamment une possibilité d’exister sans les « gentils donateurs occidentaux », d’exister par soi-même. Les prémisses d’une société de consommation se sont établies dans les camps améliorant substantiellement les conditions d’existence, rendant moins difficile le quotidien ne se limitant plus aux rations alimentaires aléatoires du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’Union européenne7. En acceptant l’argent des migrants, le gouvernement du Front Polisario a donné une bouffée d’oxygène extraordinaire à une population manquant de tout et très frustrée par les échecs successifs de la diplomatie sahraouie.

12Par ailleurs, en laissant partir certains de ses éléments potentiellement les plus contestataires, comme les étudiants, le gouvernement du Front Polisario faisait coup double de son point de vue. D’une part, en éloignant les possibles dissidents et en leur permettant de s’expatrier à l’étranger pour occuper un emploi, il écartait une population susceptible de comploter contre lui ou se laisser aller au désœuvrement. D’autre part, en permettant de facto à sa population en exil de supporter moins difficilement la condition de réfugié, il se donnait plus de temps pour faire aboutir les négociations et sauvegarder sa propre légitimité politique, ancrée dans une volonté indéfectible de négocier la paix plutôt que de l’obtenir au prix du sang. Il se donnait aussi du temps pour renforcer sa domination au sein d’un champ politique sahraoui en mutation.

  • 8 Entretien avec un habitant du camp du 27 février, février 2008. Âgé de 18 ans, il travaille à la co (...)

13Fort de ce premier bilan, le gouvernement du Front Polisario n’a pas perçu ou voulu percevoir les conséquences négatives qu’engendrerait un tel système. En l’espace de quelques années, l’argent dans les camps est devenu « roi » entraînant des inégalités sociales avec leurs lots de frustrations (Caratini, 2007 : 194). Dans le camp de Smara, Hamidou livre son point de vue, monnaie courante chez les jeunes : « Ici, tu es dans les camps, tout s’achète… maisons, passeport, (rires) surtout le passeport8 ». D’une certaine façon, en acceptant l’ouverture de ses frontières, le Front Polisario s’est trouvé confronter à un cercle vicieux rendant toute marche arrière impossible. Plus l’argent investit les relations sociales au sein des camps, plus il devient nécessaire et plus la pression sociale s’accroît. Pour la calmer, le Front Polisario s’est vu contraint de délivrer des passeports afin de laisser partir davantage de personnes, notamment les mieux formés comme les médecins. Une fois le mouvement lancé, les germes de la contestation sociale étaient semés au sein même des camps de réfugiés.

  • 9 Cette expression était celle d’une mère de famille qui nous a hébergés quelques jours durant notre (...)

14À la croissance continue des inégalités sociales dans les camps et entre les camps, s’est ajoutée l’impuissance du gouvernement du Polisario à résoudre le problème de fond : l’obtention d’un référendum d’autodétermination. Certains ont fait construire de grandes maisons, ont acheté des voitures et ont profité de l’électricité venue de Tindouf (Algérie) pour installer la télévision câblée ou des ordinateurs, pendant que d’autres commençaient à s’endetter pour faire bâtir une seconde pièce. Désormais, les jeunes sans travail n’ont eu d’autres choix que d’accepter de voir d’autres jeunes rouler en Mercedes ou « 4/4 derniers modèles » fournis par les ONG employant des locaux, aller se vêtir dans « l’Égypte des camps »9, i.e. le camp du 27 février, le plus riche et le mieux ravitaillé.

15Bref, en 2008, il est clair que tous les Sahraouis n’étaient plus égaux face à la condition de réfugié. Le phénomène migratoire initialement toléré par le Polisario pour conjurer les possibilités de contestations a finalement généré des oppositions tant dans la diaspora que dans les camps, l’inégalité de traitement de tous étant au cœur de celles-ci. Toutefois, les raisons matérielles ne sont pas les seules à justifier l’émergence de contestations. En effet, les Sahraouis des camps qui se structurent pour exister dans le champ politique local rejoignent leurs homologues de la diaspora qui s’évertuent à réaffirmer sans cesse leur liberté d’expression. La territorialité expérimentale prend ici tout son sens. En effet, le champ politique sahraoui semble s’unifier dans deux lieux différents dans lesquels il nous est possible d’observer un même phénomène : une montée en puissance de jeunes désirant prendre des responsabilités par d’autres moyens. Ajoutons que ces jeunes n’ont pas tous la même position sociale. Pour comprendre cette volonté d’expression et de participation politique, il s’agit désormais de s’intéresser au système éducatif sahraoui.

16Effectivement, depuis les années 1990, les enfants sahraouis, passent trois mois de vacances dans les pays européens, l’Espagne en particulier. Pour la plupart, ils font des études, dans les pays du Maghreb (Algérie, Libye et Syrie), à Cuba, ou en Espagne pour les plus privilégiés. Nombre d’entre eux ont importé des traits culturels des pays dans lesquels ils ont étudié. Des pays du Maghreb, ils sont revenus parfois avec les idéologies révolutionnaires émancipatrices (Nasser) ou avec un fervent nationalisme (Algérie) ; l’islam politique, même s’il est redouté par les cadres du Front Polisario, ne s’est pas implanté dans les camps. En effet, en prônant l’idéologie internationaliste d’un grand Maghreb arabo-berbère dont le ciment serait l’islam, il s’est posé de façon contradictoire avec la lutte d’émancipation nationale sahraouie. Enfin, de Cuba, ils sont revenus presque systématiquement avec les utopies socialistes et égalitaristes ; des pays d’Europe, avec les idéaux de la démocratie de marché. Il semble ainsi que ces « importations culturelles » aient développé une forme d’hermétisme à l’égard de l’islam politique en instituant de manière dialectique les idéaux de la démocratie de marché et du socialisme dans le champ politique sahraoui (Omet, 2008, p. 11-12).

17De facto, la jeunesse sahraouie a baigné dans des cultures qui lui ont donné la possibilité de penser sa liberté de multiples manières différentes. Cet environnement symbolique, loin d’avoir déterminé directement l’apparition des mouvances contestataires, a en tout cas produit un terreau favorable à l’émergence de tels mouvements. Voilà pourquoi nous pensons que c’est la conjonction entre un contexte social tendu (accroissement des inégalités sociales) et un environnement symbolique favorable (nationalisme revivifié, socialisme) qui a permis l’apparition de contestations, organisées ou non, dans les camps de réfugiés. Celles-ci ont été renforcées par les oppositions apparues dans la diaspora.

18Voyons maintenant les événements historiques qui ont engendré cette situation. Depuis 2001, l’émergence de trois moments de rupture marque fondamentalement l’évolution de la migration sahraouie et la formation de ces structures contestataires, constituées comme des réseaux clandestins dans les camps ou comme des associations tolérées par le Front Polisario en Espagne.

19Le premier moment renvoie à la fausse annonce de reprise de la guerre lors du rallye Paris-Dakar 2001 et à l’échec du Plan Baker I (2001), qui clôturent une première et longue période de négociations infructueuses. Le deuxième est lié à l’échec du Plan Baker II (2003) qui clôture une seconde période de négociations qui avait suscité de réels espoirs. Enfin, le troisième se rapporte à l’Intifada sahraouie de 2005 qui entérine l’échec du gouvernement trentenaire du Front Polisario à trouver une solution pacifique par la négociation. Ce sont autour de ces trois moments de « rupture de l’espoir » que s’est échelonné le phénomène migratoire sahraoui.

20En 2001, la décision du gouvernement du Front Polisario de suspendre temporairement la reprise des activités militaires a été mal accueillie par les Sahraouis, « qui avaient commencé à reprendre espoir […] et attendaient cet instant avec impatience […] ». Les Sahraouis de la Diaspora établis à l’étranger, qui ont massivement répondu à l’appel de la mobilisation nationale, « ont exprimé, après l’annonce du gel de l’opération militaire, leur opposition par un silence lourd […] » (Es Sweyih, 2001, p. 168). Ce silence n’a pu être que renforcé par l’échec du Plan Baker I quelque mois plus tard. En 2003 et 2004 le refus du Plan Baker II faisait s’effondrer tous les espoirs pointés sur la « bonne volonté » de la communauté internationale à trouver une solution juste et durable et mettait en échec la propre politique diplomatique du gouvernement du Front Polisario. Enfin, le début de « l’Intifada » sahraouie en mai 2005 dans les « territoires occupés » par le Maroc, n’est en réalité qu’une conséquence des deux événements antérieurs. L’Intifada suppose un nouveau moment de rupture, cette fois-ci lié à la situation d’impasse créée par l’écroulement des plans de paix. La révolte prend place de façon inattendue dans les « territoires occupés » de Dakhla à Tan-Tan en passant par Laâyoune. Pourtant, elle secoue la société sahraouie dans son ensemble, renforçant par un effet de domino la volonté des Sahraouis à reprendre les armes, notamment chez les jeunes, dans les territoires occupés de toute évidence, mais aussi dans les camps de réfugiés et dans la diaspora. Cette volonté de soulèvement armé des Sahraouis s’est traduite par des affrontements violents auxquels le Maroc a été contraint de répondre par un couvre-feu et la mobilisation de son armée dans les villes sahraouies. Comme le suggère Khadija Moshen Finan (Finan, 2006), cette révolte est a priori indépendante du Front Polisario. Quels que soient les lieux dans lesquels se déroulent ces moments de rupture, il est clair là encore qu’ils façonnent les mentalités des sahraouis où qu’ils soient. En l’occurrence, nous montrerons qu’ils ont provoqué des réponses semblables chez les jeunes dans la diaspora et dans les camps.

La formation de « dissidences non dissidentes »

  • 10 Il existe actuellement en Espagne plusieurs associations d’immigrés sahraouis, indépendantes les un (...)

21L’organisation des Sahraouis en Espagne date approximativement de quatre ans et elle est encore assez faiblement structurée. À partir de l’année 2004-2005, on assiste à la mise en place d’une série d’organisations, avec une certaine autonomie d’action, cherchant à compléter le travail du Front Polisario dans le champ de la diaspora. Ces organisations ont pris deux formes différentes :
- 1 Associations des immigrés10
- 2 Collectifs de jeunes étudiants.

22Les associations sahraouies d’immigrés n’ont pas été conçues dans un but politique. Elles ont plutôt eu une fonction d’organisation et d’appui à l’installation des nouveaux arrivés dans le pays. Néanmoins, la méfiance exprimée au début par le Front Polisario s’est traduite par le fait que ces associations se sont elles-mêmes conçues comme des structures autonomes, dégagées de l’organigramme officiel.

23La croissance des apports économiques en 2006-2007 provenant de la migration vers les camps de réfugiés, ainsi que la pression silencieuse exercée par la population migrante (formée majoritairement par des intellectuels et des Sahraouis hautement qualifiés), expliquent le changement d’attitude, certes tardif, du Front Polisario face au phénomène migratoire. La revalorisation des migrants par le Front Polisario s’est dès lors articulée autour de plusieurs changements au sein de la diaspora :
- l’acceptation par le Polisario de l’existence de ces associations autonomes ;
- l’accroissement de la coordination entre les délégués du Polisario et celles-ci, facilitant la gestion des démarches juridiques des Sahraouis et les relations avec l’administration espagnole ;
- la constitution d’une section dédiée à la migration dans la délégation du Front Polisario à Madrid ;
- l’incorporation d’une large représentation de migrants sahraouis dans le dernier Congrès du Front Polisario, en décembre 2007 et donc la reconnaissance de leur importance grandissante.

24Il est probable que le Front Polisario ait souhaité réintégrer dans le champ politique sahraoui ces associations en expansion constituées en dehors de son contrôle. De ce fait, il se donnait la possibilité d’exercer une forme d’emprise sur elles. Pourtant, même si certains gestes du Front Polisario ont été bien accueillis par les associations, celles-ci ont tout de même voulu garder une autonomie d’action en préférant continuer de travailler en dehors des structures officielles. Cela n’a fait que donner du crédit aux tensions déjà existantes.

25Ibrahim, un Sahraoui de quarante-sept ans, radiologue de formation cubaine, travaille comme médiateur culturel depuis presque vingt dans un centre de jeunes immigrés en Catalogne. Il confirme, en tant que membre de la direction de l’association d’immigrés sahraouis dans cette région espagnole, l’opposition de l’association à son absorption par la direction du Polisario :

  • 11 Extrait d’un entretien réalisé le 22 novembre 2007 à Barcelone.

« Nous avons accueilli avec joie la concession du Polisario de certaines de nos revendications. Cela ne veut pas dire pour autant qu’avec ces nouveaux gestes il va pouvoir placer les associations sous son contrôle. Notre expérience doit être prise en compte comme quelque chose de positif, y compris pour le gouvernement sahraoui. En ce sens, je voudrais souligner que le mouvement associatif nous a permis d’agir dans un cadre de transparence démocratique, tant dans les élections de nos représentants que dans la prise de décisions. Nous sommes en train d’expérimenter nous-mêmes le système de pouvoir que nous voudrions pour un futur État sahraoui […]11. »

  • 12 Le programme de « Vacances en Paix », destiné aux enfants sahraouis de cinq à douze ans, est une in (...)

26Ce panorama se complexifie depuis 2006-2007. Dès lors, plusieurs collectifs de jeunes font irruption sur la scène politique des migrants sahraouis en Espagne ; leurs discours sont beaucoup plus politisés et radicalisés que ceux des associations. Ces collectifs, constitués de 10 à 50 personnes ayant entre 15 et 30 ans, sont organisés par des jeunes sahraouis qui habitent en Espagne depuis plusieurs années, pays dans lequel ils ont suivi des études secondaires ou universitaires. Certains d‘entre eux ont en effet pu rester dans le pays à la fin du programme « Vacances en Paix »12.

  • 13 Pour des raisons de prudence, il nous est impossible de citer les collectifs rencontrés. Nous gardo (...)
  • 14 En mars 2008, ils ont organisé la première réunion informative sur le collectif à Séville (Andalous (...)

27Positionné comme un intermédiaire entre les jeunes sahraouis et les cadres du Polisario, l’un d’entre eux13 a vécu un accroissement d’ampleur14 depuis sa constitution en 2007. Il est composé d’une quarantaine de membres dispersés sur le territoire espagnol. Il a pour finalité la diffusion d’informations sur les tenants et les aboutissants du conflit sahraoui, notamment dans le milieu lycéen et universitaire espagnol. Par ailleurs, et c’est là son succès, il a été capable d’incorporer en son sein trois courants différents d’interprétation de la lutte des jeunes sahraouis.

28Le premier, minoritaire, entend le collectif comme un moyen de rassembler des jeunes sahraouis autour de la culture traditionnelle et de récupérer des jeunes déracinés. Le deuxième courant, également minoritaire mais beaucoup plus radical tant dans son discours que dans les actions qu’il envisage de mener (entière autonomisation vis-à-vis du Polisario, impératif de la reprise des armes…), comprend le collectif comme une plateforme contestataire et de critiques sans concession à l’égard du gouvernement du Front Polisario. Enfin, le troisième courant, majoritaire, se pose comme la clé de voûte des deux autres composantes mais en valorisant surtout le travail collectif face à l’oubli. C’est très clairement la réunion de ces trois courants qui confère de l’importance au collectif.

  • 15 Organisation de jeunesse du Front Polisario. Par définition, tous les jeunes font partie de cette o (...)

29Il faut signaler également l’existence de connexions entre les collectifs de jeunes sahraouis en Espagne et les organisations du même profil qui se développent parallèlement dans les camps de réfugiés et dans les territoires occupés. En revanche, pour ces dernières, la clandestinité est de rigueur. La connexion est évidente eut égard à l’apparition et la structuration synchronisées des collectifs de jeunes à la suite de « l’Intifada » Sahraouie. De ce fait, les contacts par Internet ou par téléphone sont constants depuis un an. Bien qu’il n’existe pas une coordination formelle entre les nouvelles mobilisations dans les trois espaces (diaspora, camps, territoires occupés), il est évident que leurs activités à la marge du Front Polisario ont une racine contestataire commune, en ce sens qu’elles critiquent le fonctionnement et les structures rigides du Front Polisario. Par ailleurs, notons que toutes ces nouvelles mouvances de jeunes se sont rencontrées lors du congrès de décembre 2007, moment durant lequel elles ont pu prendre conscience de leurs forces et luttes réciproques, moment d’échange et possible début de coordination entre elles aussi. Autrement dit, les organisations de jeunes ont développé des stratégies communes de divergence et d’opposition à l’« Unión de jóvenes de Saguia el Hamra y Río de Oro » (UJSARIO)15, malgré leur diversité et les faibles liens qu’elles avaient noués. Elles prennent peu à peu conscience des contestations respectives qu’elles formulent chacune de leur côté, y compris sous l’égide involontaire du Front Polisario comme lors du dernier congrès, ce qui renforce finalement leur influence collective.

30Ahmed, un jeune sahraoui de vingt ans, étudie dans une école d’infirmière d’Andalousie. Résidant en Espagne depuis l’âge de huit ans, il est arrivé avec le programme « Vacances en Paix » et il est finalement resté au sein d’une famille d’accueil. Il fait partie des jeunes qui, en allant grandir en dehors des camps, dans un environnement beaucoup plus aisé, ont adhéré, avec le temps, à une version du discours nationaliste sahraoui radicale et critique à l’égard du fonctionnement du Front Polisario et son organisation de jeunes, l’UJSARIO :

  • 16 Entretien réalisé à Jerez de la Frontera (Cadix), 10 mars 2008.

« Depuis que nous sommes en Espagne, l’UJSARIO nous a complètement délaissé, comme si le fait de rester ici était un pêché. Maintenant qu’on commence à s’organiser de notre côté, elle essaye de nous délégitimer, car nous représentons ce que le Front Polisario ne veut pas accepter […]. Pour eux, l’objectif prioritaire en ce moment est de montrer l’unité du peuple sahraoui, puisque la désunion est effectivement un symptôme de faiblesse, et il faut admettre que ce fait bénéficie énormément au Maroc. Pourtant, ils ne nous laissent pas d’autres choix. C’est pour cela que notre position reste encore ambiguë. Nous ne voulons pas déstabiliser le Front Polisario, car il définit notre champ de lutte, mais nous sommes convaincus qu’il faut faire rentrer la critique dans son sens, parce qu’on a besoin de profonds changements afin d’avancer et d’entreprendre une nouvelle étape de lutte. En ce sens, nous nous qualifions nous-mêmes comme une dissidence non dissidente16. »

  • 17 Entretien avec le responsable de l’UJSARIO du camp du 27 février.

31C’est trait pour trait le langage que nous retrouvons au sein de collectifs de jeunes dans les camps de réfugiés. Si ce sont des groupes de jeunes qui affirment une certaine autonomie de pensée, ils le font à l’intérieur de l’UJSARIO, l’inverse n’étant techniquement pas possible dans les camps. En effet le Front Polisario verrait d’un très mauvais œil la constitution de groupes de jeunes, complètement en dehors de l’UJSARIO17. De plus, la population sahraouie est assez méfiante en raison d’un vécu politique qui lui a fait sentir son isolement. Au sein des camps, la vigilance est donc de mise et le moindre faux-pas pourrait être interprété très négativement et disqualifier le fautif. La remise en cause du Front Polisario, au travers de son fonctionnement et de son unité, constitue ainsi un tabou. Pour un jeune, la volonté de construire une organisation extérieure à l’UJSARIO, et donc extérieur au Polisario, serait assimilée à une dynamique de division par le reste de la population. Dans les camps de réfugiés, pour exister dans le champ politique sahraoui, il y a donc une nécessité, de facto, à faire « formellement » partie du Front Polisario, et donc de l’UJSARIO quand on a moins de quarante ans si l’on ne veut pas être disqualifié d’office.

32Fort de ce constat, un collectif que nous avons rencontré s’est constitué comme un groupe au sein de l’UJSARIO. Il participe d’ailleurs très activement à la vie démocratique de l’UJSARIO, aux élections internes et aux actions qu’elle organise afin d’être irréprochable. Parallèlement, il entreprend ses propres actions de solidarité et de soutien à la population des camps la plus en difficulté. De toute évidence, ce mouvement de solidarité sahraoui s’accompagne d’une dynamique de recrutement politique qui conteste très fermement la politique sociale du gouvernement, ainsi que ses choix sur le plan diplomatique. Mahmoud, vingt-cinq ans, titulaire d’une licence en informatique obtenue en Algérie, responsable d’un collectif, explique :

  • 18 Entretien avec Shibouni l’un des leaders de ce collectif, 29 janvier 2008, camp d’Aoussert.

« Nous ne voulons pas que les gens disent de nous que nous sommes un Parti contre le Polisario. Nous avons besoin d’une couverture car si tu es contre le Polisario, la population croit que tu es contre le peuple sahraoui. Notre participation à l’UJSARIO, c’est notre couverture, cela n’empêche pas que nous existons à côté. […] Quand notre pays sera libre, là, nous pourrons créer un vrai parti. […] Aujourd’hui, on se prépare pour l’après18. »

  • 19 Le Collectif refuse les membres potentiellement « trop contestataires ». Il nous a été clairement e (...)

33Ce collectif s’organise ainsi sur une triple dynamique, à savoir, une participation irréprochable aux actions de l’UJSARIO, l’organisation de diverses actions de solidarité mais de manière autonome et enfin, un recrutement politique souterrain afin de ne pas s’attirer des ennuis avec le Front Polisario. Ayant connu un accroissement suite à l’Intifada des territoires occupés car nombre des jeunes des camps ne voulaient pas rester sans agir, il compte aujourd’hui une quarantaine de membres. Entrer dans le Collectif exige désormais que la majorité des autres membres soient d’accords (cooptation), que les nouveaux entrants soient des personnes de confiance « ni trop radicales, ni trop modérées »19 et qu’elles aient fait leurs preuves en participant aux actions du Collectif sans parcimonie.

  • 20 Entretien réalisé le 6 février 2008 dans le camp du 27 février.

34Cela légitime donc l’existence d’une liste d’attente pour entrer dans le Collectif qui avoisine soixante personnes parmi les jeunes des différents camps. Celle-ci a d’ailleurs été clôturée temporairement car elle commençait à devenir trop longue. En effet, afin de contrôler sa croissance et de garder la maîtrise de son groupe, ce collectif ne voulait pas grossir trop vite. Constitué en brigade sur le modèle des brigades de jeunes existant à Cuba, la priorité était à l’intégration de tous les membres déjà admis et au renforcement de l’unité du groupe. Pour résumer en citant les propos d’un autre dirigeant : « Le Collectif ne doit jamais cesser de parler d’une seule voix 20 ! » 

35Pour exister à terme, ces collectifs ne s’interdisent pas de conquérir l’UJSARIO par la voie des urnes. En devenant majoritaire au sein de l’organisation de jeunesse du Polisario, ils augmenteraient ainsi leur visibilité politique sans se mettre en péril. Nous sommes bien là en présence d’une « dissidence non dissidente » qui tente de noyauter l’UJSARIO sans jamais se découvrir ouvertement. Ces collectifs ont ainsi parfaitement intégrés les règles à suivre pour se pérenniser. Puisqu’il n’est en effet pas possible d’exister en dehors du Polisario, alors autant se l’approprier et tenter de le conquérir progressivement de l’intérieur.

Le retour aux armes

36La question du retour aux armes est centrale dans la critique formulée à l’égard du Front Polisario par les groupes contestataires. Toutefois, cette revendication ne doit pas être comprise comme le fait déclencheur de l’apparition de ces collectifs. La formation de ceux-ci, on l’a vue, est sans doute issue d’une fatigue chronique, d’une situation de frustration et de la nécessité pour les jeunes, et, plus largement, pour la société sahraouie de se projeter autrement dans le futur. Elle ne doit pas être comprise, non plus, comme un indicateur fondamental d’une réelle volonté de retour à la lutte armée.

37En effet, les controverses sur cette question commencent après la signature du Plan de paix et du cessez-le-feu en 1991. L’intention du gouvernement du Front Polisario de résoudre le conflit par des moyens pacifiques et diplomatiques a permis, au début, de tempérer les composantes les plus radicales. Si l’idée de reprendre la guerre n’a pas totalement disparu pendant les années 1990, elle s’est renforcée en raison des échecs diplomatiques au début des années 2000.

38Les divers tournants historiques évoqués ont incité les groupes de jeunes contestataires à se réapproprier progressivement ce discours de la guerre. De cette façon, ils pouvaient critiquer le gouvernement du Front Polisario sans tourner le dos à la société sahraouie, la controverse de « la reprise des armes » étant discutée malgré la position pacifiste du gouvernement. Par ailleurs, ces différents groupes d’horizons et d’objectifs divers pouvaient converger sur cette thématique commune, et apparaître collectivement comme une opposition de poids face aux dirigeants du Front Polisario. Enfin, la reprise de ce discours est également intéressante compte tenu de la situation politique, économique et sociale sahraouie au début des années 2000, qui n’a rien à voir avec celle des années 1990. Elle revient dans un moment de blocage de la voie diplomatique et s’installe au sein d’une population beaucoup plus fragmentée tant d’un point de vue spatial (trois espaces fortement imbriqués) qu’en termes sociaux (écarts économiques, culturels) et politiques (Intifada, contestations).

39En ce sens, la donne générationnelle peut devenir la clef d’intelligibilité dans la compréhension des divers positionnements de la population sahraouie par rapport au sujet de la guerre et s’articule avec le contexte migratoire. Nous retrouvons dans cet espace trois groupes, voire trois générations différentes qui divergent dans la façon de s’approcher à cette question. Tout d’abord, il y a les cadres politiques et la population migrante plus âgée (de cinquante à soixante ans en moyenne) qui considèrent la voie diplomatique comme le seul chemin possible pour résoudre le conflit. Ensuite, on repère un second groupe de population, plus jeune (de trente à quarante-cinq ans) et hautement qualifié, qui a vécu son enfance et sa jeunesse en dehors des camps des réfugiés, grâce aux programmes d’études à l’étranger. Cette population, beaucoup plus critique, conditionne son retour dans les camps au déclenchement de la guerre.

40Ali, trente-sept ans, avocat sahraoui formé à Cuba, réside en Espagne depuis 1990. Cela le place comme l’un des précurseurs de la migration sahraouie dans ce pays. Comme la plupart des gens de sa génération, il défend fermement la mise en place d’actions plus radicales afin de sortir de la situation d’impasse que vit actuellement le conflit. Lors d’un entretien, il nous faisait une réflexion intéressante sur les motivations qui poussent cette couche de la population sahraouie à défendre l’option du retour aux armes :

  • 21 Entretien réalisé le 11 décembre 2007 à Valence.

« […] La pression du retour à la guerre, dans le contexte migratoire, vient surtout des sahraouis qui sont dans la trentaine, ceux qui ont une formation éducative de haut niveau et qui travaillent en Espagne ou dans les camps de réfugiés. Cette revendication ne repose pas véritablement sur l’idée que la guerre va nous amener directement à l’indépendance, mais plutôt sur la croyance, fondée, que le retour aux armes secouera toute la société sahraouie, en faisant tomber les fruits pourris et en réveillant l’esprit de lutte et de sacrifice qui avait caractérisé le peuple sahraoui des années 1970 et 1980. En définitive, ces jeunes pensent que la guerre est le seul moyen de redresser la société, dans tous les sens, vers l’objectif initial, c’est-à-dire l’indépendance et le retour au Sahara Occidental21. »

41Il faut situer également à l’intérieur de ce deuxième groupe les intellectuels sahraouis installés en Espagne. La plupart d’entre eux se sont rassemblés autour d’un collectif de travail concerné par le développement de la littérature sahraouie en Castillan et en Hassanya. Les références directes à la vie politique sont presque inexistantes en son sein, cependant, nous pouvons distinguer au niveau individuel un double discours d’appui et de critique du gouvernement du Front Polisario. Ils ne mettent jamais en question sa légitimité globale, mais ils sont d’accord pour dire qu’une partie importante des décisions prises dans les dernières années n’ont pas bénéficié aux Sahraouis. Selon eux, ces décisions n’ont fait que prolonger la situation d’impasse. Elles ont contribué à lasser toujours plus une population regardant avec scepticisme ses représentants accéder aux exigences de la communauté internationale sans recevoir de contreparties. C’est la raison pour laquelle ils font valoir que l’option du retour aux armes est aussi légitime que celle du pacifisme.

42Le dernier des groupes à signaler est celui qui est composé des collectifs de jeunes (quinze à trente ans) défendant pour la plupart d’entre eux le retour aux armes. Cela leur a permis d’articuler et de légitimer sans trop de difficultés leur positionnement critique à l’égard du Front Polisario. Même s’il existe une faible connexion entre les différents collectifs qui sont en train de se développer dans les trois espaces (camps de réfugiés, territoires occupés et diaspora) aux marges de l’UJSARIO, le fait de défendre le retour aux armes est sans doute l’un des points qui les relie.

  • 22 Voir liste des blog en webliographie.

43Mohamed, jeune sahraoui âgé de dix-neuf ans vivant en Espagne depuis 1997 et faisant partie d’un collectif de jeunes sahraouis très actif constitué dernièrement22, explique le positionnement de son groupe par rapport à la question du retour aux armes :

  • 23 Extrait d’un entretien réalisé le 13 décembre à Bilbao.

« Dans la conjoncture actuelle, le Front Polisario ne peut pas prétendre que la jeunesse en Espagne retourne aux camps de réfugiés, puisque nous n’avons rien à faire là-bas. En outre, nous ne voulons pas vivre de la charité ou de l’aide humanitaire, nous voulons être utiles et faire bouger la société. Nous comprenons que face à une telle situation, les jeunes dans les camps pensent que les deux uniques alternatives soient : émigrer, comme nous l’avons fait, ou exercer une pression pour retourner à la lutte armée. Si nous défendons cette possibilité, c’est pour dire au Front Polisario qu’il doit se réveiller parce qu’il est en train de perdre l’appui de sa jeunesse […]23. »

44Dans ce cas, l’instrumentalisation du retour aux armes nous apparaît très clairement comme un signal d’alarme qui augure de fissurations d’ordre générationnel au sein de la société sahraouie.

Les difficultés dans la mise en place des structures contestataires

45Puisque les organisations sahraouies tant dans la diaspora que dans les camps de réfugiés se sont constituées très récemment, et aux marges des structures officielles du Front Polisario, leurs capacités d’action et d’influence restent encore restreintes. Ainsi, organisées par des individus en position de dominés, elles n’ont qu’une faible capacité de mobilisation sociale et ne disposent que de peu de ressources. En outre, ces organisations doivent faire preuve d’une extrême vigilance pour ne pas être accusées de traîtrise. Ces problématiques rendent ardue la mise en place de ce type d’organisations.

46Tout d’abord, insistons sur la question de la capacité d’implication. La conception du travail collectif, de l’union et du sacrifice commun pour la « cause », caractéristique des années marquées par la guerre, n’est plus la même aujourd’hui. À partir des années 1990, le retour des hommes du front dans les camps de réfugiés, et la situation frustrante de « ni paix, ni guerre », a laissé très peu de possibilités à la population sahraouie. Le manque d’activité et l’oisiveté se sont installés. En ce sens, il s’est produit un transfert généralisé des responsabilités, concernant l’organisation et la structuration des camps, aux cadres de l’administration sahraouie, ainsi qu’aux réseaux associatifs « pro-sahraouis » chargés de l’aide humanitaire et du développement dans les camps de réfugiés.

47Ce manque d’implication est aussi perceptible au sein des migrants. Les associations « pro-sahraouies » en Espagne se plaignent du fait que les Sahraouis ne prennent pas d’initiatives et ne collaborent que rarement à l’organisation des activités, même s’ils participent massivement aux manifestations. Dans les camps de réfugiés, nos entretiens nous ont mené à la même conclusion, à cette différence près que la faible implication de la plupart des jeunes a tendance à valoriser par contraste ceux qui s’impliquent, y compris auprès des responsables du Front Polisario. Reste que la plupart des jeunes sahraouis des camps semblent complètement démoralisés, prêts à tout pour fuir, monter une affaire, ou partir à la guerre s’il le faut. Bien plus que l’oisiveté, c’est la dépression qui s’installe dans les camps. Le désir de fuite, la monotonie, l’ennui, les maisons murées, les injustices croissantes, sont autant d’indicateurs symptomatiques d’un climat explosif. Si en termes de mobilisation sociale, l’action des Sahraouis est plutôt faible, au niveau politique la situation s’aggrave, puisqu’ils n’ont aucune expérience de mobilisation politique en dehors du cadre délimité par le Front Polisario. L’implantation et le développement de ces nouvelles formes de mobilisation s’en retrouvent ainsi réduits.

48En outre, les associations d’immigrés et les collectifs de jeunes se heurtent constamment à la crainte d’être signalés par leurs propres concitoyens (existence d’une pression intra-groupale) comme appartenant à des organisations qui mettent en cause certaines décisions du gouvernement du Front Polisario. Ils doivent donc redoubler de vigilance pour exister sereinement et surtout, durablement.

49Dans les dernières années, nous avons assisté à l’irruption, tant dans les territoires occupés qu’en Espagne, de plusieurs mouvements, organisations et même partis politiques comme Le Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS) ou Le Groupe sahraoui indépendant (Iles Canaries), constitués par des marocains ou des Sahraouis acquis au pouvoir marocain. Leur constitution fait partie d’une politique claire de la monarchie alaouite visant à déstabiliser le Front Polisario, en essayant d’introduire le doute sur la légitimité de celui-ci comme seul représentant et unique interlocuteur du peuple sahraoui. Une psychose s’est ainsi développée au sein du Front Polisario et des organisations espagnoles de solidarité. Elle se fonde sur la possibilité d’un ralliement au Maroc des organisations les plus à la marge du Front Polisario.

  • 24 « Supposée » parce qu’il n’existe pas véritablement une communauté d’immigrés sahraouis, déclarée e (...)

50Dans ce contexte, les nouveaux collectifs contestataires, notamment dans la diaspora, ont subi des préjudices sérieux, car dans la lutte contre l’ennemi extérieur (le Maroc), le Front Polisario a étendu la suspicion à l’intérieur de la société sahraouie, érodant la capacité critique de ces groupes, a fortiori chez les jeunes. Cela explique pourquoi à chaque fois que ces organisations essayent de développer une activité au nom d’une supposée24 communauté sahraouie en Espagne, elles doivent répéter sans cesse que leur objectif n’est pas de faire de la concurrence au Front Polisario ou de mettre en cause sa légitimité comme seul interlocuteur du peuple sahraoui.

51Selon leurs propres termes, leur objectif est d’incorporer des nouvelles voix et des nouveaux acteurs au sein du Polisario, sauter des marges vers le centre, voire faire du Front Polisario une organisation plus démocratique et adaptée au dynamisme de sa propre société. C’est encore une logique que l’on retrouve dans les camps de réfugiés, la démocratisation du Polisario étant presque systématiquement mise en avant pour légitimer l’existence et la spécificité du discours de ces organisations comme un indicateur de la vitalité démocratique de la société sahraouie. C’est enfin un discours qui commence à être appuyé par certains intellectuels en Espagne. Comme l’indique l’anthropologue Juan Carlos Gimeno (2005, p. 47) : « l’État sahraoui doit être conscient de la nécessité de prendre une résolution politique afin de renoncer aux prérogatives de décision en faveur du développement de nouvelles formes de participation. » L’idée de l’appartenance au Front Polisario reste donc intacte, imprégnant depuis le début du conflit l’esprit de chaque Sahraoui. Même les plus critiques du gouvernement arborent toujours avec orgueil la phrase « on est tous du Polisario ». Cela leur permet de contrecarrer les effets du soupçon, en même temps qu’ils revendiquent la transformation et l’adaptation du Polisario à la réalité actuelle, sans remettre en cause sa validité comme instrument de libération.

52Comme nous l’avons vu, ces nouvelles organisations peuvent être envisagées aujourd’hui comme des contestations de l’ordre politique incarné par le gouvernement du Front Polisario. Tant dans les camps de réfugiés qu’au sein de la diaspora, elles prennent de l’ampleur et, d’une certaine manière, se posent comme de possibles oppositions à venir. Fait particulièrement marquant, ces organisations regroupent des jeunes appelés à devenir à terme les cadres de la société sahraouie. D’ailleurs, leur positionnement contestataire ne peut pas être dégagé d’une croyance qui prend ses racines au sein même du Front Polisario : la liberté d’expression et d’action à l’intérieur d’une société démocratique. Leur engagement, leur désir de se faire entendre et d’agir se trouvent en effet au cœur même de l’éducation qu’ils ont reçue et qu’ils arborent avec fierté.

53Cet élément renforce l’idée de l’existence d’un territoire expérimental qui serait davantage attaché à un vécu commun et un projet de société partagé qu’à un territoire spatial en particulier. Il contribue à expliquer la convergence d’apparition de mouvements de jeunes contestataires dans des lieux différents, les camps de réfugiés et la diaspora, sans pour autant que ces mouvements aient conscience de leurs existences réciproques. Ces mouvements en marge prennent ainsi place au sein d’un territoire expérimental sahraoui dans lequel les jeunes commencent déjà à bâtir, chacun de leur côté, la société sahraouie de demain.

  • 25 État sahraoui en exil. L’administration de la RASD fonctionne au sein des camps des réfugiés, et pl (...)

54À l’heure où les négociations sont au point mort entre les représentants de la République arabe sahraouie démocratique (RASD)25 et le gouvernement marocain, où le facteur temps ne joue pas en la faveur de la lutte d’émancipation nationale sahraouie, compte tenu du soutien diplomatique dont bénéficie le Maroc de la part des Nations-Unies, et économique de la part de l’Union européenne, compte tenu aussi de l’exode des camps et de l’immigration qui s’autonomise des sphères de représentations officielles, ces collectifs sont appelés à jouer un rôle majeur. Lors du dernier congrès du Polisario en décembre 2007, la plupart des contestations étaient suscitées par la jeunesse sahraouie, et notamment celle de la diaspora. Plusieurs interventions se sont succédé à la tribune pour contester les choix faits par le gouvernement sahraoui, tant sur l’ouverture de négociations avec le Maroc sans condition (Cycle de Manhasset), que sur l’accroissement sans précédent des inégalités sociales au sein des camps de réfugiés.

55Reste à savoir la nature exacte du rôle que ces organisations seront amenées à jouer pour la lutte d’émancipation nationale sahraouie. En effet, il conviendra de voir si cette lutte réussira à leur survivre, et réciproquement. Il s’agit désormais aussi de s’interroger sur l’avenir des mobilisations de la jeunesse dans les territoires occupés, menant une lutte plus cachée, voire même invisible, mais largement en dehors du contrôle du Front Polisario. En effet, c’est aussi sur eux que se penchent aujourd’hui tous les regards, leur lutte étant la source d’inspiration des collectifs de jeunes dans la diaspora et dans les camps de réfugiés. Le défi d’un terrain beaucoup plus problématique ouvre donc la porte à de nouvelles perspectives de recherches. Celles-ci permettraient d’opérer une analyse poussée de l’articulation de la mobilisation politique des jeunes aux trois espaces qui constituent aujourd’hui le champ politique sahraoui.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre et Wacquant Loïc. J.D, 1992, Réponses, Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

Caratini Sophie, 2007, « La Prison du temps, les mutations sociales à l’œuvre dans les camps de réfugiés sahraouis », Afrique contemporaine, n° 222, février, p. 181-197.

Dedenis Julien, 2006, « La territorialité de l’espace des camps de réfugiés en Algérie », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 83, n° 1, p. 22-34. 

Gimeno Juan Carlos, 2005, « Resistencia y revolución en el Bidan ». Studia Africana, octobre, p. 34-50.

Moshen-Finan Khadija, 2006, « Inextricable, le conflit du Sahara Occidental rebondit », Le Monde diplomatique, janvier.

Ould Ismail Ould Es Sweyih Mohamed-Fadel, 2001, La République Sahraouie, Paris, L’Harmattan.

Omet Cédric, 2008, « La politisation des jeunes dans les camps de réfugiés sahraouis », Note de l’Ifri, juillet.

Sayad Abdelmalek, 1999, La double absence. Des illutions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil.

Webliographie

www.jporunacausa.blogspot.com

www.cojuvsa.blogspot.com

www.generacionamistasaharaui.com

www.brigadasumud.overblog.com

Haut de page

Notes

1 D’après Pierre Bourdieu et Loïc J.D. Wacquant (1992, p. 72), « un champ est le fruit de relations objectives qui existent indépendamment des consciences et des volontés individuelles ». Nous considérons de facto que le champ politique sahraoui est plus vaste que le Front Polisario, contrairement à ce que pensent ou prétendent les responsables du Front Polisario que nous avons interviewés.

2 Front Populaire de Libération de Saguía el Hamra et Río de Oro.

3 La considération des phénomènes migratoires comme des mouvements de population caractérisés par la circularité et non par la linéarité ou la bilatéralité, nous amène à privilégier le concept de migrant face à celui d’émigrant ou d’immigrant. Par définition, le terme de migrant relève d’une conception non statique des espaces migratoires. Comme le suggère Abdelmalek Sayad (1999) le sujet qui migre peut être à la fois émigré et immigré dans un même espace. Il peut également considérer cet espace comme un lieu de passage. Par ailleurs, le terme permet de dépasser les connotations stéréotypées qui traversent le discours dominant sur la migration concernant les espaces migratoires, la conception d’un « ici » dominant et d’un « ailleurs » dominé. Nous avons seulement employé les concepts d’immigrant ou d’immigré (notamment celui d’« associations d’immigrés ») lorsque la population interviewée les a utilisés pour se définir ou pour définir les organisations auxquelles elle appartient.

4 En 2009, on estime à environ 10 000 le nombre de migrants sahraouis. Ils représentent environ 6 % de la population totale des camps, recensée à 165 729 personnes selon l’UNHCR (Rapport « Réfugiés-tendances mondiales » 2004). Plusieurs centaines de Sahraouis partent chaque année vers l’extérieur. S’il est vrai que l’Italie, la France, la Belgique, les Pays-Bas ou l’Angleterre accueillent, entre autres, des migrants sahraouis, 90 % d’entre eux se dirigent pour l’essentiel vers l’Espagne.

5 Entretien à Madrid avec Bahia Mahmud, 30 août 2007.

6 Selon les informations que nous avons récoltées au fil de nos multiples entretiens, chaque immigré enverrait entre 1 000 et 3 000 euros chaque année à sa famille. À titre d’exemple, une baguette de pain coûte 10 dinars (10 centimes d’euros) dans les camps, un kilo de pâtes coûte 40 dinars, un kilo de pommes de terre coûte 60 dinars, 100 grammes de viande 200 à 500 dinars selon la qualité de la viande. On notera que la viande est consommée de manière exceptionnelle et de façon très limitée.

7 Le PAM et l’Union européenne (ECHO) ont revu à plusieurs reprises, aussi bien à la baisse qu’à la hausse, durant la dernière décennie la quantité de leurs aides alimentaires.

8 Entretien avec un habitant du camp du 27 février, février 2008. Âgé de 18 ans, il travaille à la construction de maisons en briques de sable.

9 Cette expression était celle d’une mère de famille qui nous a hébergés quelques jours durant notre terrain.

10 Il existe actuellement en Espagne plusieurs associations d’immigrés sahraouis, indépendantes les unes des autres. Il faut signaler que malgré leur multiplication dans les quatre dernières années, la plupart d’entre elles n’ont pas beaucoup de membres et leurs activités sont plutôt faibles. Actuellement, les trois plus puissantes associations sont les Associations d’immigrés sahraouis de la Catalogne, de la Communauté Valencienne et des Iles Canaries (entre 100 et 300 membres chacune). Elles sont les plus actives : participations aux manifestations, activités culturelles, réunions diverses, appui, information et accueil des nouveaux arrivants, cours de Hassanya pour les enfants, rapatriement des cadavres.

11 Extrait d’un entretien réalisé le 22 novembre 2007 à Barcelone.

12 Le programme de « Vacances en Paix », destiné aux enfants sahraouis de cinq à douze ans, est une initiative des associations pro-sahraouies en Espagne en coordination avec le Front Polisario et des institutions publiques espagnoles (mairies, subdélégations provinciales du gouvernement etc.). Le programme a commencé à fonctionner dans les années 1980, mais il ne s’est développé vraiment qu’à partir de la décennie de 1990. Ainsi, le nombre des enfants accueillis par des familles espagnoles pendant les trois mois d’été n’a fait qu’augmenter dans les dernières années (9 300 selon les derniers chiffres pour l’été 2008). Même si le programme n’est pas destiné aux enfants âgés de plus de douze ans, beaucoup d’entre eux sont restés après dans le pays, où ils ont pu retourner dans le cadre d’autres programmes spécifiques d’éducation ou pour des raisons médicales.

13 Pour des raisons de prudence, il nous est impossible de citer les collectifs rencontrés. Nous gardons nos informations à la disposition des chercheurs.

14 En mars 2008, ils ont organisé la première réunion informative sur le collectif à Séville (Andalousie). Elle rassemblait plus de 300 jeunes sahraouis provenant de toutes les régions de l’Espagne. Cela démontre la puissance de leur discours et leur capacité d’attraction face à une population généralement difficile à mobiliser.

15 Organisation de jeunesse du Front Polisario. Par définition, tous les jeunes font partie de cette organisation. En pratique, seules quelques centaines s’investissent effectivement.

16 Entretien réalisé à Jerez de la Frontera (Cadix), 10 mars 2008.

17 Entretien avec le responsable de l’UJSARIO du camp du 27 février.

18 Entretien avec Shibouni l’un des leaders de ce collectif, 29 janvier 2008, camp d’Aoussert.

19 Le Collectif refuse les membres potentiellement « trop contestataires ». Il nous a été clairement expliqué que cela pourrait mettre en péril l’ensemble du mouvement qui tient à construire des bases solides afin d’exister en tant que parti « après l’indépendance », voire avant, si cela est nécessaire.

20 Entretien réalisé le 6 février 2008 dans le camp du 27 février.

21 Entretien réalisé le 11 décembre 2007 à Valence.

22 Voir liste des blog en webliographie.

23 Extrait d’un entretien réalisé le 13 décembre à Bilbao.

24 « Supposée » parce qu’il n’existe pas véritablement une communauté d’immigrés sahraouis, déclarée en tant que telle, en Espagne. En ce sens, on peut trouver dans la section d’opinion de la page www. arso.org, un débat autour de cette question. D’après certains sahraouis, la formation d’une fédération d’associations d’immigrés, avec des représentants connus et respectés pourrait mettre au clair leurs intentions et éloigner les soupçons. Pourtant, jusqu’à présent cette idée n’a pas eu trop de succès.

25 État sahraoui en exil. L’administration de la RASD fonctionne au sein des camps des réfugiés, et plus particulièrement dans le centre administratif de Rabuni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmen Gómez Martín et Cédric Omet, « Les « dissidences non dissidentes » du Front Polisario dans les camps de réfugiés et la diaspora sahraouis », L’Année du Maghreb, V | 2009, 205-222.

Référence électronique

Carmen Gómez Martín et Cédric Omet, « Les « dissidences non dissidentes » du Front Polisario dans les camps de réfugiés et la diaspora sahraouis », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/575 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.575

Haut de page

Auteurs

Carmen Gómez Martín

Doctorante à l’EHESS, Paris

Cédric Omet

Diplômé d’un Master de Science Politique de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Haut de page