Navigation – Plan du site
Algérie
Gros plans

L’abstention en Algérie : un autre mode de contestation politique

Abstention in Algeria : another form of political protest
Louisa Dris-Aït Hamadouche
p. 263-273

Résumés

L’expérience du multipartisme et des élections plurielles en Algérie est récente. Or, l’abstention qui marque de façon de plus en plus frappante les scrutins constitue un comportement électoral révélateur d’une profonde crise de confiance. L’abstention est d’abord liée à un système qui a réformé ses procédures sans changer ses logiques de fonctionnement. Il en résulte un code électoral dissuasif, des résultats officiels suspects et une présomption de culpabilité en matière de fraude électorale. L’abstention est, ensuite, directement liée à l’offre politique. Son personnel, ses propositions et ses résultats conduisent les électeurs à se désintéresser sinon de la chose politique, tout au moins de la chose électorale. L’abstention est, enfin, la conséquence d’un électorat échaudé, démobilisé, suspicieux et exigeant. En 1990, les Algériens ont massivement voté contre les symboles du régime FLN. En 1995, ils se sont massivement rendus aux urnes pour rejeter le terrorisme. Dans les deux cas, le vote était accompagné d’un espoir de changement. Depuis, les électeurs ne votent plus « contre » des idées ou « contre » des personnes, ils s’abstiennent.

Haut de page

Texte intégral

1Les années 1990, 1991, 1995, 1997, 1999, 2002 et 2007 ont, à la fois, marqué un rendez-vous électoral important et véhiculé un message politique. Ce dernier a parfois été immédiat (ruptures issues des législatives de 1991) ou légèrement décalé (victoire du Front islamique du salut aux élections locales de 1990). Il a été émis de façon subliminale à travers la marginalisation du Front de libération nationale (FLN) lors des législatives 1997 ou de façon brutale par l’imposition du Rassemblement national pour la démocratie (RND) lors de ces mêmes élections. L’élection présidentielle de 1995 a laissé entrevoir le développement d’un processus de démocratisation, tandis que les scrutins législatifs et locaux de 2007 ont formulé le message politique inverse en raison de fraudes massives.

2Le multipartisme en Algérie a 20 ans. Certes, l’expérience de l’Algérie en la matière est courte mais suffisamment riche pour en comprendre aujourd’hui les grandes caractéristiques ainsi que les limites les plus évidentes. L’examen rapide des sept scrutins connus par l’Algérie laisse transparaître un phénomène massif : celui de l’abstention. L’analyse de ce phénomène permet de cerner les contours et la logique interne de l’expérience multipartite algérienne.

3En 1991, les Algériens ont voté massivement mais pour rien car le processus électoral a été interrompu et les élections législatives annulées. En 1997, les Algériens ont moins voté, mais se sont quand même rendus aux urnes. Toutefois, le message politique a été brouillé dans la mesure où leur vote a été trahi par une fraude massive reconnue par les pouvoirs publics. Depuis 2002, les Algériens remplissent de moins en moins leur devoir électoral. Les taux d’abstention s’accroissent scrutin après scrutin, jetant un discrédit supplémentaire sur des résultats électoraux déjà controversés.

4À partir de ces constats on peut formuler quelques questions : les Algériens se sont-ils dépolitisés ? Ou plus précisément, l’abstention en Algérie est-elle un acte politique ou le révélateur d’une dépolitisation ? Peut-on affirmer que le conflit sanglant des années 1990 a brisé et jeté l’opprobre sur l’action politique et l’engagement partisan ?

L’abstention, un comportement électoral

  • 1 http://www.universalis.fr/encyclopedie/C050049/ABSTENTIONNISME.htm

5Le droit de vote est l’une des prérogatives principales du citoyen dans un régime démocratique. Dans la mesure où le vote est défini comme la participation citoyenne à une élection libre et pluraliste, l’abstention représente-t-elle l’attitude inverse, autrement dit celle qui consiste pour le citoyen à ne pas exercer son droit de vote1 ? L’abstentionniste serait ainsi le citoyen inscrit sur les listes électorales qui ne prend pas part au scrutin. En Algérie, le calcul de l’abstention est d’ailleurs effectué selon ce critère. À l’inverse, l’abstention, dans un sens large, prend en compte l’ensemble des individus en âge de voter et qui ne le font pas. Tel est le cas aux États-Unis où chaque citoyen en âge de voter mais n’exerçant pas ce droit est comptabilisé comme abstentionniste.

6Pour mieux cerner les contours du phénomène abstentionniste en Algérie, il convient de rappeler que la signification de l’abstention peut être appréhendée à travers deux perspectives radicalement différentes : l’une apolitique et l’autre politique.

7Dans l’approche apolitique, l’abstention est considérée comme un comportement reflétant une indifférence ou une absence d’intérêt à l’égard de la chose politique. L’oubli, l’apathie, un engagement ou un déplacement, le sentiment d’être incompétent, la non inscription sur les listes électorales et les aléas météorologiques sont autant de raisons apolitiques expliquant l’abstention. Pour expliquer la forte abstention lors des élections législatives et locales de 2007, les autorités algériennes ont avancé les conditions météorologiques. En raison des températures estivales de mai 2007, les électeurs seraient partis en quête de fraîcheur loin des bureaux de vote. En novembre, ce seraient les pluies diluviennes qui auraient dissuadé les Algériens d’aller voter…

8Ce type d’explication est régulièrement avancé car l’abstention de type apolitique n’est pas toujours perçue comme un problème. Elle peut, en effet, être considérée comme un phénomène naturel, puisque les Hommes ne sont ni égaux, ni semblables devant la chose politique et n’ont pas tous le même intérêt à son égard. L’abstention serait alors une forme de sélection naturelle : les citoyens impliqués dans la gestion des affaires de la cité, vouant un intérêt réel à la désignation des administrateurs joueraient les premiers rôles, tandis que les autres peu motivés et victimes de leur désintérêt se retrouveraient effectivement marginalisés.

  • 2 Lematindz.net, 21/11/2007

9Cette définition apolitique est celle choisie par le secrétaire général du FLN, l’une des trois composantes de la coalition gouvernementale au pouvoir depuis 1999. Selon Abdel Aziz Belkhadem, l’abstention ne signifie pas une volonté de sanctionner le gouvernement, car ne pas se rendre aux urnes ne signifie pas boycotter l’élection (Makedhi, 2007). Selon le ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, le changement de domicile et la double (ou multiple) inscription résultant de la non actualisation des listes électorales expliquerait que les Algériens ne se sont pas rendus aux urnes. Pour vérifier cette hypothèse, son ministère a adressé, en 2007, entre 3 et 4 millions de lettres aux abstentionnistes présumés leur demandant de déterminer les causes techniques de leur non participation au scrutin. Cette initiative a eu des résultats extrêmement mitigés puisque seules 250 000 réponses sont parvenues au ministère2. Par ailleurs, les médias privés, ainsi qu’un grand nombre de responsables politiques, ont perçu ce geste comme trahissant une volonté d’identifier et de contrôler les abstentionnistes afin d’exercer sur eux une sorte de pression morale. Le gouvernement s’en est bien défendu mais a fini par reconnaître que cette initiative avait été inefficace et mal conduite en termes de communication.

10Si l’abstention peut effectivement refléter une absence ou un manque d’intérêt pour la chose électorale, elle ne peut, en aucun cas, se résumer à cette seule explication. Car s’abstenir de voter consiste aussi à prendre position vis-à-vis des candidats, de l’élite dirigeante, de l’opposition et des valeurs que tous ces acteurs véhiculent.

11Dans une perspective politique, l’abstention obéit à une toute autre logique. Ce n’est pas l’indifférence qui dicte l’abstention mais la perception que le citoyen a du vote. Aussi choisit-il, en toute connaissance de cause, de ne pas voter. Dans le contexte algérien, les citoyens s’abstiendraient car leur vote ne serait pas reconnu en raison de la falsification probable de résultats, qui sont en fait déterminés et connus à l’avance et de la mise en doute de l’intégrité morale des élus qui ne respectent pas leurs engagements.

12L’abstention apparaît comme un acte éminemment politique, puisqu’il revient à contester le fonctionnement du champ politique. Ce qui ressemble à de la passivité est en fait le signe et l’expression d’une rupture entre l’électeur, d’une part, le candidat à l’élection et le régime politique, d’autre part. L’abstention n’est pas un acte passif, mais une action militante.

13Que l’on considère l’abstention comme un acte politique ou comme relevant de la non politisation ou de la dépolitisation, l’amplification de ce phénomène pose un problème grave. Cette gravité tient au fait qu’une minorité décide finalement pour la majorité. Or, une crise de représentativité aboutit presque fatalement à une crise de légitimité des élus et à une crise politique. Paradoxalement, l’abstention pose un véritable problème pour les gouvernants algériens qui, contrairement aux dirigeants d’autres régimes autoritaires, ont renoncé au score de 99,9 %. Ce renoncement peut être dû à la volonté au sein même des cercles décisionnels – les « réformateurs » – de poursuivre la dynamique amorcée en 1989. Il peut aussi être lié à une sorte de déterminisme historique et politique rendant tout simplement invendable des chiffres de participation de type 99,9 %. Cette seconde hypothèse est étayée par la présence d’une presse privée et de partis politiques qui ne manqueraient pas de dénoncer et de discréditer le caractère grossier de la supercherie.

Les facteurs de l’abstentionnisme en Algérie

  • 3 Lematindz.net, 21/11/2007

14Il n’existe pas en Algérie suffisamment d’instituts de sondages susceptibles de rendre compte de l’état de l’opinion publique et d’en discerner les grandes tendances. Reste alors les sondages effectués par des organes non spécialisés. Avant la tenue des dernières élections législatives de novembre 2007, le quotidien El Khabar, journal arabophone à très grands tirages, avait lancé sur son site Internet un sondage relatif aux intentions de vote. Les résultats étaient sans appel : 91,68 % des sondés ont répondu qu’ils ne voteraient pas3. Une telle tendance laisse peu de place à des explications faisant référence aux aléas climatiques et au changement d’adresse. Par conséquent, l’analyse de l’abstention en Algérie doit se focaliser sur l’abstention-sanction et non sur l’abstention-dépolitisation. Pour ce faire, on s’attachera, d’une part, à suivre le comportement des électeurs et des élus et, d’autre part, à analyser les dispositions du code électoral algérien.

Un Code électoral propice au développement de l’abstention

15Durant les trente premières années de l’Algérie indépendante, voter n’avait pas d’autre signification que faire allégeance ou de cautionner des décisions déjà prises au plus haut niveau de l’État. Le vote était totalement vidé de son sens politique et répondait à des logiques clientélistes et unanimistes. Une carte d’électeur barrée d’un tampon officiel protégeait des tracas administratifs, tandis qu’une carte au FLN, le parti unique, constituait une condition nécessaire mais insuffisante pour accéder à des postes de responsabilité et obtenir des gratifications matérielles et symboliques. En définitive, l’électeur était réduit au statut d’un simple sujet, n’exerçant pas ses droits et ses devoirs de citoyen.

  • 4 En vertu des amendements mentionnés, les listes présentées aux élections locales et législatives do (...)

16Aujourd’hui, en dépit d’un multipartisme affiché, les lois électorales mises en œuvre par les gouvernants algériens visent à assurer la pérennisation du régime autoritaire. La nouvelle loi électorale du 6 mars 1997, qui a amendé les articles 82 et 109, favorise indirectement les partis présents dans l’administration au détriment des formations de l’opposition : elle impose de longues et fastidieuses démarches bureaucratiques pour la légalisation des formulaires de soutien et exige un parrainage arithmétique qui complique et limite le libre choix de certains électeurs et candidats4. Or, ces obstacles n’existent pas pour les partis de la coalition gouvernementale. Deuxièmement, l’amendement de la loi électorale n’a pas modifié l’article 88 qui subordonne la composition des commissions électorales de wilaya au bon-vouloir du ministre de la Justice qui en désigne les trois magistrats. Cet article contribue, comme d’autres dispositions, à faire de l’appareil judiciaire un prolongement et une fonction du pouvoir exécutif.

17Les commissions électorales créées au moment des élections législatives pluralistes de 1997 (les premières menées à leur terme) ont relevé de nombreux cas de fraudes électorales. Cette situation a suscité un mouvement de protestation très largement couvert par les médias. Face à l’ampleur de ces manifestations pacifiques, une commission d’enquête a été constituée mais son rapport n’a jamais été divulgué. De plus, la loi ne contraint pas le ministère de l’Intérieur en charge des élections à fournir toutes les informations demandées par la Commission nationale autonome de surveillance des élections. Le pouvoir d’influence potentiel de l’exécutif sur le déroulement du scrutin est donc source de suspicion et de méfiance avant chaque nouvelle échéance électorale.

18Après les élections législatives de 2007 qui ont connu un taux d’abstention record, la Commission nationale autonome de surveillance avait relevé dans son rapport préliminaire de nombreux cas de fraude. Son président, Said Bouchair, avait publiquement, avant de se rétracter, évoqué des situations de fraude avec bourrage d’urne et interdiction de la présence d’observateurs dans certains bureaux. Les médias privés ont affirmé que le taux de participation réel était très certainement inférieur à 20 % et qu’au moins les résultat issus de 15 % des bureaux de vote avaient été falsifiés (Dris-Ait Hamadouche, 2008a). À l’issue des l’élections législatives de 2007, le secrétaire général du RND, lors d’un débat télévisuel, a cité le cas des représentants des partis politiques jetés en plein désert à El Oued en prenant la fuite avec les urnes (Makedhi, 2007). En tant que membre de la coalition présidentielle et responsable politique de premier plan, cet aveu sonne presque comme une reconnaissance officielle de la fraude.

  • 5 Après avoir annoncé sa candidature à la présidence, Abdelaziz Bouteflika commence sa campagne élect (...)

19Le doute et la méfiance n’ont pas cessé de marquer chaque scrutin avant même qu’il n’ait lieu. Ainsi avant la tenue de l’élection présidentielle de 2004, Mouloud Hamrouche, ancien Chef du gouvernement, faisait remarquer que les mécanismes de fraude étaient patents avant « le coup d’envoi officiel de la campagne électorale […] La hiérarchie militaire a opté pour le choix de Bouteflika […] ». Pour Abdeslam Ali Rachedi, chef du parti non agréé Assabil, les techniques de fraude électorale sont variées. Désormais le bourrage des urnes n’est plus vraiment nécessaire, quand la machine électorale fonctionne bien. Il s’agit de créer en amont toutes les conditions à même de faire aboutir le scrutin au résultat escompté. La première technique revient in fine, dans une logique toute clientéliste, à acheter des voix : à chaque campagne électorale, les candidats dits du pouvoir (coalition présidentielle) multiplient les opérations médiatiques, les campagnes de proximité et, mieux encore, les promesses sonnantes et trébuchantes que seule leur proximité avec les centres de décision rend possible. En d’autres termes, l’administration supposée être neutre se transforme en relais en faveur des partis déjà au pouvoir. Dans pareille situation, une partie de l’électorat se démobilise et s’abstient tandis qu’une autre parie pour le « cheval gagnant »5. La boucle est ainsi bouclée.

20La Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme considère que l’une des clés d’une élection crédible se trouve dans l’existence d’une Commission nationale électorale indépendante capable de garantir la transparence du scrutin. Or les autorités algériennes souhaitent que cette Commission se contente de cautionner le scrutin non de mettre en exergue les diverses fraudes. C’est la raison pour laquelle Said Bouchair qui avait pointé certaines anomalies lors des élections législatives de 2007 n’a pas vu son mandat de président de la Commission renouvelé pour l’élection présidentielle de 2009.

L’offre politique comme déterminant de l’abstention

21Issus d’une classe politique en panne de projet, de dynamisme et de stratégie offensive, les candidats aux élections souffrent d’un grave déficit de légitimité. L’abstention est le moyen pour l’électeur d’exprimer son rejet d’une classe politique perçue comme une caste, plutôt fermée sur elle-même, agissant pour ses propres intérêts et travaillant à leur reproduction.

22Les partis politiques algériens apparaissent comme des proto-partis. En dehors des échéances électorales, ils sont quasiment absents de la scène politique. Seules les organisations représentées à l’Assemblée populaire nationale expriment timidement quelques points de vue. Mais leur manque de consistance et leur suivisme à l’égard des autorités contribuent plus à les discréditer qu’à les rapprocher de la société.

  • 6 La démission du président Liamine Zeroual a été précédée par une campagne médiatique extrêmement vi (...)

23Les formations politiques de l’opposition sont fortement marquées par ce que certains appellent le néopatriarcat (Sharabi, 1996). Le pouvoir y est monopolisé, souvent depuis leur naissance, par le chef qui considère le parti comme sa propriété personnelle. Tel est le cas du RCD, du Front des forces socialistes (FFS) et du Parti des travailleurs (PT). Quant au Mouvement de la société de la paix (MSP), c’est la disparition de son leader qui l’a amené à un changement de direction. Les partis gouvernementaux, le FLN et le RND connaissent une rotation de leur leadership et, par conséquent, semblent faire exception. Le RND, en douze ans d’existence, a vu se succéder à sa tête trois secrétaires généraux, alors que, depuis 1989, le FLN en a connu quatre. Ce turnover n’est en rien synonyme d’alternance politique et de fonctionnement interne démocratique. En effet, ces changements ne se sont pas déroulés selon la procédure prévue par le règlement interne du parti. Ils ne sont pas non plus le reflet d’un débat d’idées interne, ni la conséquence d’un choix libre des militants. À titre d’exemple, en 2003, le FLN dirigé à l’époque par Ali Benflis a connu un véritable coup d’État interne. Les partisans d’un second mandat pour le président Bouteflika ont organisé un congrès de nuit dans le but de renverser la direction officielle et légitime. Abdel Aziz Belkhadem, fervent soutien du chef de l’État, a pu ainsi succéder à Ali Benflis, lui-même candidat à la présidence de la République. Au RND, les exemples sont plus nombreux : Abdelkader Bensalah est démis par Tahar Benbaïbech en 1998, éclaboussé par la campagne anti Zeroual-Betchine6. Une année plus tard, Benbaïbech tombe au profit d’Ahmed Ouyahia. En 2004, ce dernier contesté à son tour perd la direction du parti mais la regagne une semaine après. Ces « alternances » à la tête de ces deux partis sont directement la conséquence de l’échéance présidentielle (Dris-Aït Hamadouche, 2008b). Si au moment des élections à la magistrature suprême un certain flottement apparaît, les conflits au sein de ces deux partis se sont exacerbés. En revanche aucune cabbale n’a pu être en cette veille de l’élection présidentielle de 2009. Et pour cause, la révision de la Constitution taillée sur mesure pour le président Bouteflika a annihilé tout enjeu. Par ailleurs, il est probable que l’après Bouteflika ne se fera pas sans bouleversements et rivalités au sein des partis gouvernementaux. In fine, les conflits et les changements au sein des directions du FLN et du RND sont bien plus la prolongation des luttes de clans au sein du pouvoir algérien État que le reflet de débats d’idées internes.

24La quête du pouvoir à laquelle semble s’adonner ces deux partis est largement formelle, voire factice. Les partis sont surtout là pour distribuer des prébendes de diverses natures. Les Algériens s’abstiennent car ils ont bien conscience que les politiques publiques ne sont en aucun cas liées à leur vote. Pourquoi voter aux élections législatives alors que le pouvoir des partis politiques est illusoire et que le jeu politique est désamorcé (Hachmaoui, 2003). L’Assemblée populaire nationale est une institution sans réel pouvoir décisionnel – l’exécutif légifère la plupart du temps par ordonnance –, mais dans le même temps, être député procurent des avantages matériels considérables. L’impuissance du parlement est d’autant plus problématique que les parlementaires ont vu en 2008, tout comme les ministres, walis et dirigeants des grandes administrations publiques, leur traitement s’accroître fortement (voir l’article du dossier de recherche rédigé avec Yahia Zoubir).

25Par ailleurs, le positionnement du leadership de certains partis à l’égard des élections présidentielles contribue à nourrir l’abstention. La non participation des dirigeants de certaines formations aux élections présidentielles provoque une réelle frustration chez les électeurs militants et partisans de partis comme le RND, le MSP ou le FFS. Ce dernier parti demeure le symbole de l’opposition historique dans les régions kabyles et pour une certaine frange de la société. Or, cette population n’a pu s’exprimer qu’en de très rares occasions, le FFS appelant sans cesse au boycott des élections. En 1999, le RND, officiellement première force politique du pays, a pris la décision de ne pas présenter de candidat suscitant en son sein de véritables tensions internes. Force politique incontournable (Zoubir, 1997) depuis 1995, le MSP n’a plus présenté de candidat à l’élection présidentielle depuis la controverse de 1999, date à laquelle tous les prétendants à la présidentielle ont décidé de se retirer de la course électorale, convaincus que les jeux étaient joués d’avance en faveur « du candidat de l’armée ». De plus, le parti a été secoué d’une grave crise interne en 2008. Quant au FLN, il a subit en 2009 un sérieux revers politique, puisque le président a décidé de se représenter en tant que candidat indépendant. Le retrait des principaux partis du pays de la course présidentielle laisse les électeurs penser que les partis ont peu d’ambition, qu’ils n’ont pas le courage de leurs opinions ou qu’ils sont cooptés se contentant de recevoir quelques gratifications symboliques et financières en échange du soutien au candidat désigné par d’autres.

Les électeurs comme acteurs de l’abstention

26L’acteur par excellence de l’abstention est l’électeur abstentionniste. Depuis l’avènement du multipartisme, les taux de participation les plus élevés ont été enregistrées à deux reprises : en 1990 et 1995. Avec 25 % d’abstention, l’élection présidentielle de 1995 est l’échéance électorale qui a connu la plus forte mobilisation des électeurs. Deux raisons principales peuvent expliquer cette mobilisation sans précédent et jamais égalée :
- une offre politique large et variée avec la présence de candidats de tous les courants idéologiques ;
- une violence terroriste génératrice de mobilisation et de quête de refuge.

27Quant au taux élevé de participation aux élections locales de 1990 (62 %), il s’explique par l’effet de la nouveauté, l’enthousiasme suscité par l’instauration du multipartisme. Cette élection a été marquée par la très large victoire du FIS. Celle-ci s’est reproduite 18 mois plus tard, mais avec un taux de participation en baisse de 3 %.

  • 7 Lors des élections locales du 29 novembre 2007, les grandes villes ont connu un taux d’abstention i (...)

28À l’autre bout du spectre, le taux d’abstention le plus élevé a été enregistré en 20077. Avec un taux de participation de 35,5 % lors des élections législatives, tous les acteurs de la vie politique (gouvernement, partis politiques, médias) ont tiré la sonnette d’alarme. Les partis d’opposition sont allés plus loin en affirmant de surcroît que les taux officiels avaient été sciemment gonflés. En tout état de cause, le taux officiel de participation n’a plus jamais atteint les 50 % depuis 1999, car le taux officiel de 57,7 % aux élections présidentielles de 2004 est sujet à controverse. Les zones les plus abstentionnistes sont sans conteste les grandes villes (Alger, Tizi Ouzou, Bouira, Oran, etc.) où les niveaux de participation sont souvent inférieurs à 30 %. Dans ces régions, l’abstention n’est ni ponctuelle, ni différentielle, mais apparaît comme une constante. En revanche, dans les localités plus isolées et les petites villes de l’intérieur du pays, la participation est bien plus importante et contribue à remonter la moyenne nationale. Elle peut atteindre jusqu’à 75 %, selon les chiffres officiels. Il est vrai que les habitants des grandes agglomérations sont globalement plus instruits, davantage en contacts avec le monde extérieur à travers les moyens modernes de communication (télévisions satellitaires, internet, etc.). Par conséquent, ils ont également un niveau d’exigences beaucoup plus élevé que leurs concitoyens des zones rurales et sont beaucoup plus critiques à l’égard de l’offre politique proposée et de ses réalisations. Dans cette perspective, l’abstention est un mode de contestation par défaut résultant directement de la faillite de la classe politique, pourtant supposée représenter les citoyens et défendre leurs intérêts au plus haut niveau de l’État. Pour les raisons évoquées plus haut, les partis politiques ne parviennent pas à convaincre les citoyens durant les campagnes électorales et encore moins à les mobiliser le jour du scrutin.

29Dans les zones rurales, la situation est différente. Le lien social et communautaire est autrement plus fort. Il est encore marqué de l’empreinte de « loyautés primaires », qui vont des liens familiaux élargis à l’appartenance à une même zaouia (confrérie), en passant par le village et la région. Ainsi la notabilité du candidat a-t-elle beaucoup plus d’importance que le parti car il jouit d’un statut particulier dans le village ou la dachra, i.e. le patelin (Hachmaoui, 2003). Le localisme et le régionalisme sont encouragés au plus haut niveau de l’État. Ainsi le fameux triangle BTS (Batna-Tebessa-Souk Ahras) à l’est du pays a été remplacé par le triangle de l’ouest appelé familièrement TNT (Tlemcen-Nedrouma-Tiaret). Cette région est désormais fortement représentée au sein du gouvernement, notamment à travers son cercle économique : Chakib Khalil, ministre de l’Énergie et Hamid Temmar, ministre de l’Industrie, sont originaires de l’ouest du pays.

30Force est de constater que dans les régions conservatrices de l’intérieur du pays, l’abstention est moins forte et des partis tels le FLN jouent sur les liens ethniques ou tribaux pour mobiliser l’électorat. En effet, le FLN demeure une réalité sociale, peut-être plus que politique, dans de nombreuses localités attachées à la dimension historique du parti. Pour la catégorie de la population qui a vécu la décolonisation, la charge symbolique et émotive du Front (el djebha en arabe) qui a conduit à l’indépendance de l’Algérie reste intacte. Elle continue de résister aux échecs politiques et à la crise économique qui l’a détruit en d’autres lieux.

Tableau. La participation électorale depuis l’avènement du multipartisme

Participation

1990

1991

1995

1997

1999

2002

2004

2007

Élections présidentielles

-

-

75%

-

60,2%

-

57,7%

-

Élections législatives

-

59 %

-

65,6%

-

46,1%

-

35,5%

Élections à l’Assemblée populaire de wilaya

62,7 %

-

-

62,6%

-

43,2%

-

43%

Élections à l’Assemblée populaire communale

62,7 %

-

-

62,6%

-

43,9%

-

44%

Conclusion

31La préparation de l’élection présidentielle de 2009 a clairement mis à jour l’inquiétude des pouvoirs publics face à l’abstention. Inquiétude, il est vrai, décuplée par la perspective d’un scrutin sans enjeu. C’est pourquoi le gouvernement s’est lancé dans une campagne tous azimuts pour convaincre les Algériens de voter. Campagnes télévisées et radiophoniques, textos sur les téléphones portables, recensement, leçon de civisme dans les écoles, bus itinérants dans les rues, etc. La peur de l’abstention est tellement grande que le gouvernement a décidé d’impliquer les mosquées, en contradiction de la loi 91/81 qui interdit formellement l’utilisation des lieux de culte à des fins politiques. Le ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Goulamallah, a demandé aux imams de participer à la campagne en faveur du vote massif, considérant que l’abstention allait à contresens des valeurs prônées par l’islam (Bouaricha, 2009).

32Révélant une prise de conscience des gouvernants, cette campagne butte sur les limites inhérentes aux solutions de demi-mesure, car elle néglige le problème de fond à savoir la crise de confiance. Il est intéressant de relever que les chiffres de la participation ont, de façon crédible, reflété la réalité à deux reprises. La première se rapporte à une période porteuse d’espoirs de changements politiques, car le régime semblait accepter une évolution démocratique (1989-1991) ; tandis que la seconde relève d’une période de grande instabilité où le régime se présentait comme le garant de la sécurité contre le terrorisme (1995). Ainsi, l’abstention a baissé chaque fois que le citoyen s’est retrouvé dans une situation exceptionnelle (passage du parti unique au multipartisme et sentiment d’effondrement sécuritaire). Sachant que la première situation exceptionnelle ne peut se reproduire, la seconde risque de devenir la règle. Le régime assimilé à l’État devient une valeur refuge, car prestataire d’un service vital, la sureté. La question de la mobilisation électorale est ainsi devenue centrale pour un régime à la légitimité réduite au seul pilier sécuritaire.

Haut de page

Bibliographie

Ait Ouarabi Mokrane, 2007, « Des élections libres sont-elles possibles en Algérie ? », El Watan, 13 janvier.

Allam Samir, 2008, « Algérie : après ceux des députés, les salaires des ministres et des walis revus en forte hausse », TSA, toutsurlalgerie.com, 6 octobre.

Amirouche Hamou, 1998, « Algeria’s Islamist Revolution : The People Versus Democracy ? », Middle East Policy, n° 4, janvier.

Bouaricha Nadjia, 2009, « L’État franchit le pas », El Watan, 17 février.

Dris-Aït Hamadouche Louisa, 2008, « The 2007 legislative elections in Algeria : political reckonings », Mediterranean politics, vol. 13, n° 1, mars, p. 87-94.

, 2008, « Le Rassemblement national démocratique : un parti au pouvoir ou du pouvoir ? », Étude réalisée pour The Lebanese center for policy studies, Juin.

Hachmaoui Mohammed, 2003, « La représentation politique en Algérie entre médiation clientélaire et prédation (1997-2002) », Revue française de science politique, 1, vol. 53, p. 35-72.

Makedhi Madjid, 2007, « Algérie : Le RND et le FLN divergent autour de l’abstention et la fraude. Abdelaziz Belkhadem acculé », El Watan, 25 mai.

Sidhoum Salah-Eddine et Algeria-Watch, 2003, « Algérie : Guerre, émeutes, État de non-droit et déstructuration sociale. Situation des droits humains en Algérie 2002 », Algeria-Watch, mars. Source http://www.algeria-watch.org/fr/mrv/2002/rapport_2002/rapport_2002_02.htm#protestation

Tamani Djaffar, 2007, « Élections locales 2007 : l’autre face de l’Algérie, Le pouvoir perdu des élus », 17 novembre.

Zoubir Yahia H., 1997, « Islamist Parties in Algeria », Middle East Affairs Journal, vol. 3, n° 1-2 hiver/printemps, p. 95-122.

Haut de page

Notes

1 http://www.universalis.fr/encyclopedie/C050049/ABSTENTIONNISME.htm

2 Lematindz.net, 21/11/2007

3 Lematindz.net, 21/11/2007

4 En vertu des amendements mentionnés, les listes présentées aux élections locales et législatives doivent être soutenues par un parti politique ayant obtenu au moins 4 % des voix au cours d'une des trois dernières élections. Ce parti doit, par ailleurs, être présent dans au moins 25 wilayas (départements) et avoir obtenu au moins 2 000 voix par wilaya. La seconde possibilité consiste à avoir au moins 600 membres élus dans les assemblées locales ou de wilaya d’au moins 25 wilayas, avec au moins 20 membres par wilaya. S’agissant de l’élection présidentielle, la loi exige un minimum de 75 000 signatures d’électeurs votant dans 25 wilayas, ou 600 signatures d’élus. 10 partis politiques sur les 19 en lice en 2002 ont été exclus.

5 Après avoir annoncé sa candidature à la présidence, Abdelaziz Bouteflika commence sa campagne électorale par une tournée dans le pays et annonce que toutes les dettes des agriculteurs et des éleveurs seront effacées. Un cadeau de 500 millions de dollars. Auparavant, il avait annoncé la création d'un fonds public d'investissements de 150 milliards de dinars pour financer des projets locaux. Fin décembre 2008, il débloquait 40 milliards de dinars pour un programme d'urgence. En deux mois donc, le président-candidat a promis près de 3 milliards de dollars.

6 La démission du président Liamine Zeroual a été précédée par une campagne médiatique extrêmement virulente contre son ministre conseiller Mohammed Betchine. Soupçonné de vouloir succéder au président, le général a été poussé à la démission à la suite des attaques ciblant son empire économique et médiatique ainsi que sa gestion de la lutte antiterroriste.

7 Lors des élections locales du 29 novembre 2007, les grandes villes ont connu un taux d’abstention inégalé : Blida 29 % ; Boumerdès 37 % ; Alger 23 % Constantine 29 %, Oran 37 %. Le taux de participation à Ouargla, wilaya du Sud censée connaître des taux d’abstention faible, ne s’est élevé qu’à 46 % bulletins nuls compris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « L’abstention en Algérie : un autre mode de contestation politique  », L’Année du Maghreb, V | 2009, 263-273.

Référence électronique

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « L’abstention en Algérie : un autre mode de contestation politique  », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/588 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.588

Haut de page

Auteur

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Chargée de cours à la Faculté des sciences politiques et de l’information de l’Université d’Alger et chercheure associée au CREAD

Articles du même auteur

Haut de page