Navigation – Plan du site
Algérie
Gros plans

Évangélisation en Algérie : débats sur la liberté de culte

Evangelization in Algeria : discussion on freedom of worship
Karima Dirèche
p. 275-284

Résumés

La loi sur la gestion des cultes non-musulmans, promulguée en février 2006, a été appliquée au cours de l’année 2008, avec une sévérité sans précédent sur de nombreuses affaires de conversion religieuse au néo-évangélisme. La judiciarisation de ces affaires a fait l’objet d’un véritable débat public sur la liberté de conscience et de culte au sein de la société algérienne. Débat houleux qui s’inscrit dans un cadre de réforme des institutions politiques de l’État et d’une islamisation du débat politique de la part des gouvernants. Le phénomène de l’évangélisation en Algérie soulève d’autres questions fondamentales liées à celles de la démocratisation en Algérie (débat qui n’a plus eu lieu depuis l’arrêt brutal du processus électoral de 1992) et des dérives autoritaires du pouvoir présidentiel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Soir, 25 mai 2008.

1L’année 2008 a été marquée, en Algérie, par une série retentissante de procès mettant en cause des étrangers et des Algériens poursuivis, tous, pour le même chef d’inculpation : « prosélytisme religieux et pratique sans autorisation d’un culte non-musulman ». Ces procès se sont accompagnés par la fermeture de 16 églises affiliées à l’Église protestante d’Algérie (EPA, fondée en 1972) et 9 églises protestantes indépendantes qui se sont vues notifier l’ordre de cesser toute activité1.

  • 2 Le pasteur Johnson a saisi le Conseil d’État pour l’annulation de la décision d’expulsion. Recours (...)
  • 3 Il s’agit de Pierre Wallez, prêtre catholique du diocèse d’Oran, qui avait organisé une prière comm (...)
  • 4 Principalement, l’affaire Habiba K : jeune femme de 37 ans, arrêtée en possession d’une douzaine d’ (...)

2Ces procès et les fermetures de lieux de culte n’ont fait qu’entériner un processus de stigmatisation et de harcèlement des nouveaux convertis qui avait commencé, en février 2008, par l’expulsion d’Algérie du pasteur Hugh Johnson, de nationalité américaine et président depuis plus de 40 ans de l’Église protestante d’Algérie. Cette expulsion a surpris plus d’un observateur ; surprise d’autant plus grande (et pour certains scandaleuse) que le non-renouvellement de son titre de séjour était justifié par des raisons difficilement compréhensibles liées à la sécurité d’État2. Par ailleurs, l’interdiction de visas d’entrée en Algérie à des membres de congrégations religieuses catholiques puis, la condamnation à 2 ans de prison dont 12 mois avec sursis, par le tribunal correctionnel d’Oran, d’un prêtre catholique3 « pour célébration d’un culte dans un lieu non reconnu par le gouvernement » ont alarmé l’archevêché d’Alger et ont commencé à mobiliser les groupes d’opinion. Par la suite, les médias algériens et internationaux se sont emparés de deux affaires : celle de la radiation de l’Éducation Nationale de deux directeurs d’école et d’un enseignant et celle des chrétiens de Tiaret4, en mai 2006. Mais ces affaires montrent surtout que ce ne sont pas des étrangers qui sont soumis à « la chasse aux sorcières » mais des citoyens algériens qui font l’objet de poursuites judicaires sur la base de leur conversion au christianisme évangélique.

3Ces poursuites judiciaires s’exercent dans le cadre de l’application de l’Ordonnance promulguée le 28 février 2006 et fixant « les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulmans ». Cette loi est révélatrice de la volonté de l’État algérien de prendre en charge la question de la conversion et de lui fournir un cadre juridique. Elle réglemente, de façon très stricte, les cultes en leur imposant de s’organiser en associations religieuses soumises à l’agrément de l’État et en renforçant les enseignes de visibilité et de transparence des églises (identification des lieux de culte, manifestations religieuses soumises à des déclarations préalables…). Par ailleurs, des dispositions pénales (amendes et peines d’emprisonnement) sont prises à l’encontre d’attitudes prosélytes : « […] est puni d’un emprisonnement de deux ans à cinq ans et d’une amende de 500 000 dinars quiconque : incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion, ou en utilisant à cette fin des établissements d’enseignement, d’éducation, de santé, à caractère social ou culturel, ou institutions de formation, ou tout autre établissement, ou tout moyen financier » (article 11).

4Au-delà de la dimension répressive du texte de loi, c’est la réflexion sur la liberté de conscience et de culte qui est posée ainsi pour la première fois, au sein de la société algérienne. Mais c’est également le positionnement politique et idéologique de l’État algérien sur cette question qui soulève de nombreuses interrogations notamment celles qui concernent les pratiques du respect constitutionnel en matière de liberté religieuse. Plus généralement, la médiatisation des procès contre ces Algériens convertis au christianisme révèle les points d’achoppement du dispositif juridique et constitutionnel qui alimente des débats houleux au sein de la société. Et les échos de ces débats sont très discordants. Entre défense de l’identité religieuse, accusation d’ingérence des puissances étrangères, prises de position maladroites et intempestives de certaines personnalités politiques et religieuses et pétitions pour la tolérance et le respect des libertés, le champ d’expression publique s’agite et réactive des interrogations fondamentales : peut-on reconnaître, en Algérie, un citoyen non musulman ? Que garantit la Constitution en matière de culte ? Que dit l’islam ? Quels textes régissent les cultes non-musulmans ? Les conversions constituent-elles un délit qui relève de la sanction pénale ? Car les poursuites judiciaires telles qu’elles ont été menées révèlent des lectures et des applications de la loi de 2006 qui ont soulevé des tollés de protestation notamment de la part de la Ligue algérienne des droits de l’Homme et de certains partis politiques comme le RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie) qui a évoqué une « chasse aux sorcières », ainsi que des « pratiques inquisitoriales et des persécutions ».

  • 5 Capitale régionale de la Grande Kabylie.
  • 6 Ces chiffres ont provoqué un émoi dans l’opinion publique et ont fait réagir le ministère des Affai (...)
  • 7 « De nouveaux croisés essaient par tous les moyens de christianiser les Algériens. La mosquée, les (...)

5Ce phénomène de conversion, quasi-invisible dans les années 1990, avait pourtant déjà occupé le débat public lors d’une campagne de presse orageuse en 2004. Ce débat intensifiait l’ampleur du phénomène et l’efficacité du prosélytisme protestant notamment en Kabylie, région berbère du nord de l’Algérie. Les chiffres avancés selon lesquels 30 % de la population de la région de Tizi-Ouzou5 aurait été évangélisée ont provoqué, au cours de l’été 20046, une polémique médiatique sans précédent et des réactions tranchées de la part des pouvoirs publics7. Ces conversions ont d’abord été évoquées par un universitaire algérien au cours d’un colloque organisé à l’Université des sciences islamiques de Constantine. Des chiffres, dont on ne connaît pas la source, ont été avancés : à savoir qu’il existait 15 églises chrétiennes à Tizi-Ouzou et que près de 31 % des habitants de la wilaya (qui en compte plus d’un million) fréquentaient les églises et participaient au culte. On rajoute également que 74 % de ceux qui fréquentent les offices ne le font que pour accéder à des aides financières.

6Ces deux campagnes de presse (2004 et 2008) qui ont alimenté des débats de société très polémiques au sujet de la liberté de culte et de conscience ont permis de prendre la mesure et la réalité de la présence de l’action missionnaire chrétienne évangélique dans le pays et surtout de donner la parole publiquement à des citoyens algériens convertis qui, pour la première fois, assument pleinement le droit à changer de religion.

  • 8 L’univers chrétien évangélique est extrêmement hétérogène dans les pratiques et dans les interpréta (...)
  • 9 « La laïcité kabyle continue d’être la cible du pouvoir. Celui-ci encourage et finance l’envoi d’im (...)
  • 10 32 communautés religieuses évangéliques sont, aujourd’hui, recensées et enregistrées en Algérie (ch (...)

7Ainsi, on découvre que l’Algérie n’a pas échappé à la grande vague néo-évangélique qui a déferlé sur le Maghreb, l’Afrique subsaharienne et l’Amérique du sud. Et le terme néo-évangélique est certainement le plus commode mais également le plus simplificateur, pour désigner ces nouvelles Églises issues des dissidences des cultes réformés particulièrement anglo-saxons8. Si la Kabylie a focalisé, dans un premier temps, les tensions et les réactions9, les regards se sont posés sur d’autres micro-chrétientés qui ont émergé ici et là sur l’ensemble du territoire algérien et se sont interrogés sur la multiplication des lieux de culte10.

  • 11 Saad Lounès, « Les acteurs de l’évangélisation de la Kabylie », El Watan, 22 juillet 2004.
  • 12 Fédération qui est la branche française d’Arab World Ministries, organisation missionnaire internat (...)
  • 13 Accueil du site web de la MENA.
  • 14 « […] Cette évangélisation vise en particulier certaines communautés musulmanes dont les origines e (...)
  • 15 Comme par exemple, la Joshua’s Project. Voir Nadège Mézié, « Les évangéliques cartographient le mon (...)
  • 16 Voir Karima Dirèche, « Dolorisme religieux et reconstructions identitaires. L’histoire au service d (...)

8On découvre également que ces nouveaux chrétiens ne sont pas catholiques mais affiliés à des églises protestantes, nouvelles dans le paysage religieux, et qui n’ont pas de tradition historique en Algérie. Ces églises protestantes néo-évangéliques apparaissent à la période d’indépendance dans le cadre de la politique de coopération internationale à travers des missionnaires protestants venus en Algérie occuper des fonctions d’enseignants, de techniciens, d’ingénieurs et de médecins. Leur travail de prédication et d’évangélisation est extrêmement discret dans les années 1970 et 1980 qui riment, en Algérie, avec un nationalisme exacerbé et une surenchère dans l’institutionnalisation de l’islam, religion d’État. Les quelques convertis sont silencieux et bénéficient d’une formation théologique de qualité, en liaison avec des églises protestantes françaises. Il semblerait que ces convertis deviennent pasteurs à leur tour et sont à l’origine des micro-chrétientés locales. Le caractère flou de ces filières de formation, de la circulation des informations et de la mobilité des individus accentue l’idée du caractère strictement endogène des conversions. Tout au plus, nous pouvons établir des connections avec des organisations religieuses comme Les Assemblées de Dieu d’Algérie, L’Église Evangélique Libre, Le Forum des pasteurs relayées par des radios comme radio Al-Mahabba ou des chaînes de télévisons évangéliques qui émettent sur le nord de l’Afrique (Channel north africa)11. L’ensemble de ces organisations serait fédéré par le ministère évangélique parmi les Nations arabes (MENA)12 qui regroupe des protestants évangéliques de différents pays et de différentes églises et dont l’objectif est de « voir les églises se multiplier parmi les Arabes du monde musulman et partout où ils se trouvent13 ». Si le monde arabe et musulman est investi avec des discours et des pratiques adaptés, les communautés non arabes, considérées comme des minorités linguistiques et ethniques, font l’objet de stratégies plus ciblées de politiques linguistiques et ethniques14. Ces groupes linguistiques et culturels minorisés ou opprimés seraient-ils des candidats de choix pour certaines organisations ? Certaines n’en font pas un mystère15. En Algérie, la discrétion de ces organisations est de mise16.

9Mais avec les poursuites judiciaires lancées contre quelques dizaines d’Algériens convertis au christianisme, la médiatisation de leurs procès et les applications sévères de la loi 2006 (surtout celles concernant l’attribution des agréments pour les associations religieuses), les convertis sont projetés, pour la première fois, sous les feux des projecteurs. Cette visibilité, quelque peu brutale, sur la scène publique a donc alimenté des interrogations riches en débats, controverses et polémiques en tout genre sur la liberté religieuse ; débats qui ont occupé régulièrement les unes de la presse francophone et arabophone du pays et qui ont contraint des personnalités politiques et religieuses à des prises de position publiques.

Le positionnement de l’État algérien : entre moralisation de la société et dérives islamistes

  • 17 « J’ai demandé aux imams de rappeler aux jeunes que les prêtres ne viennent pas en Algérie parce qu (...)
  • 18 El Watan, 11 septembre 2008. Bouguerra Soltani réaffirme le célèbre tryptique du réformiste Ben Bad (...)

10Les principales autorités religieuses (Haut-Conseil islamique, ministère des Affaires religieuses et des waqfs, association des oulémas), et les leaders des partis islamistes proches du pouvoir (Mouvement de la société pour la paix (MSP) et En-Nahda) sont intervenus dans le débat et ont, tous, opté pour une dénonciation commune des néo-évangélistes désignés comme des « agents de l’étranger ». Bouabdallah Ghlamallah, ministre des affaires religieuses et des waqfs, qualifie les convertis de « hors-la-loi », assimile l’évangélisation au terrorisme islamiste et l’accuse d’ingérence dans les affaires intérieures du pays17. Le même ministre avance également le chiffre de 50 000 adeptes de l’Église évangélique dont 10 000 pratiquants regroupés en 33 communautés. Mais aucune source des milieux concernés ne vient confirmer ce chiffre. Le président du Mouvement de la société pour la paix, MSP, (parti islamiste proche des Frères Musulmans) Aboudjerra Soltani (qui a fait partie de l’alliance présidentielle en tant que ministre d’État) et qui s’était distingué pour avoir déclaré que « celui qui cherche un projet de société ou un changement hors du cadre – Algérie terre d’islam – comme le stipule la Constitution doit chercher un autre pays et une autre religion18 » s’aligne sur la même position.

  • 19 « L’évangélisation est beaucoup plus un mouvement politique que religieux. […] Je tire la sonnette (...)

11Les arguments d’aliénation de l’identité nationale, de détournement de l’identité religieuse des jeunes Algériens, d’ingérence des puissances étrangères19 sont répétés pour justifier la sévérité des sanctions pénales et pour légitimer l’application de la loi de 2006 afin de mieux défendre l’intégrité religieuse du pays. Tous dénoncent le prosélytisme sauvage qui ne doit pas être confondu, selon eux, avec la liberté de culte.

  • 20 « Une campagne féroce a porté atteinte aux convictions musulmanes de l’Algérie par des campagnes d’ (...)

12Le parti En-Nahda (islamiste modéré) a même proposé au président de l’APN (Assemblée populaire algérienne) de convoquer le gouvernement pour ouvrir un débat parlementaire sur le phénomène d’évangélisation et a reproché au ministre des Affaires religieuses de minimiser le phénomène de conversion20 et de ne pas appliquer plus durement la loi.

  • 21 Concours de récitation et de psalmodie du Coran dans toutes les wilayas du pays et diffusé en prime (...)
  • 22 Lors de l’inauguration, le chef du gouvernement a proclamé que « la société algérienne s’est attach (...)
  • 23 Des repentis qui réclament que leurs casiers judiciaires redeviennent vierges et qu’ils puissent ré (...)
  • 24 Les procès liés au culte se sont multipliés. À Biskra, par exemple, ils ont révélé l’extrême sévéri (...)
  • 25 Un des points le plus important est la suppression de la limitation des mandats présidentiels. Ains (...)
  • 26 Des sites web ont, en revanche, alimenté la contestation et la mise en ligne de pétitions. Voir htt (...)
  • 27 La fonction de chef de gouvernement a disparu au profit de celle d’un Premier ministre nommé (et qu (...)
  • 28 Tunisie, Gabon, Tchad, Cameroun…

13Ces débats s’expriment sur un fond de surenchère d’islamité dans l’espace public. Des manifestations officielles comme la Caravane des chevaliers du saint Coran (fursan al qur’an al karîm)21, inaugurée en mai 2008 par le chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem22, les projets d’une chaîne religieuse qui diffusera ses programmes 24 heures sur 24, de la construction de la grande mosquée d’Alger – dont le coût estimé à un milliard d’euros a alimenté la polémique – et celle de milliers d’autres en construction sur tout le territoire, le processus de réhabilitation des repentis (terroristes islamistes)23 sont autant d’initiatives étatiques qui montrent que seul l’État est garant de l’islamité et de religiosité de ses concitoyens. Plus que jamais, aujourd’hui en Algérie, la pensée politique, les stratégies de pouvoir, les pratiques de gouvernance sont profondément imprégnées par la religion et elles vont de pair avec une nationalisation de la pratique musulmane et de la langue arabe qui est censée faire l’unanimité. La judiciarisation des pratiques religieuses connaît une intensité rarement égalée24. La position de l’État qui s’aligne sur celle des islamo-conservateurs est reprochée par certains partis politiques d’opposition. Ainsi, cette surenchère d’islamisation est bien, selon le RCD, l’expression de l’alliance de Bouteflika avec le courant islamiste radical ; alliance qualifiée « d’opération de diversion » pour mieux détourner l’opinion publique d’un troisième mandat présidentiel et des modifications constitutionnelles ratifiées le 12 novembre 200825. L’adoption de la révision de la Constitution de 1996 a modifié considérablement le régime politique algérien et, curieusement, a suscité peu de mobilisations au sein de la classe politique26, à l’exception du RCD. Le point le plus important de cette révision est celui de la suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels et la concentration des pouvoirs présidentiels27. L’Algérie fait partie du groupe d’États africains qui ont levé la limitation constitutionnelle du nombre de mandats présidentiels28, ce qui revient de facto à instituer une présidence à vie.

  • 29 Tunisie, Libye, Syrie, Égypte…
  • 30 Voir le discours inaugural en mars 2008, lors de l’ouverture de la « 9e semaine nationale du saint (...)

14L’ampleur du débat sur les conversions, le surdimensionnement du phénomène néo-évangélique, la radicalisation des autorités publiques s’expriment, ainsi, dans un paysage politique de plus en plus fermé et dans un climat tendu : religiosité d’État, concentration des pouvoirs présidentiels, intégration des anciens opposants islamistes au sein du pouvoir, absence de contre-pouvoir. Tout cela fait craindre des dérives islamo-nationalistes qui rapprocheraient l’Algérie du modèle arabe de gouvernance unique29 et mettrait en danger le pluralisme. Une islamisation du pouvoir qui n’est pas nouvelle dans la pensée et les pratique politiques algériennes et qui trouve son origine dans les premiers mouvements anticoloniaux puis indépendantistes. En effet, l’affirmation nationaliste, telle qu’elle s’est exprimée dès les années 1920, va de pair avec un flirt constant avec le religieux et l’identité musulmane. Le caractère religieux du combat nationaliste fera, par la suite, le terreau de l’islamisme algérien avec ses ramifications multiples. Il alimentera surtout les accointances étroites avec une vision et un projet fondamentalistes de la société algérienne dont Ben Bella et Boumediene ont été, à leur manière, les représentants. Il est à noter que le président actuel Abdelaziz Bouteflika multiplie, avec une ferveur religieuse rendue publique, dans ses discours politiques, les références au Coran et au prophète et se découvre une vocation de prêcheur islamiste30.

  • 31 Appel pour la tolérance et pour le respect des libertés : « Les signataires vivement inquiets de ce (...)

15Si les chiffres évoqués le plus souvent, à savoir 30 000 à 50 000 individus convertis au christianisme correspondent à une réalité, en quoi la présence de cette micro-communauté remet-elle en question l’identité religieuse de la société algérienne et l’équilibre politique de l’État ? Qu’est-ce qui permet de justifier cette flambée quasi-inquisitoriale et antichrétienne qui a fait agiter, brutalement, les tribunaux correctionnels du pays ? Le sensationnalisme du traitement médiatique, les surenchères d’islamisme et d’islamité par les autorités politiques et religieuses, la répression des actions sociales et syndicales, la judiciarisation de la liberté d’expression ont poussé, en mars 2008, à la création d’un collectif appelé SOS libertés et au lancement d’une pétition destinée à protéger les libertés démocratiques31. Le harcèlement judiciaire des nouveaux chrétiens ne servirait-il, finalement qu’à faire diversion et à brouiller les lectures critiques et contestataires des mutations du régime politique algérien ?

  • 32 El Watan, 8 juin 2008.

16La Constitution algérienne consacre, dans son article 2, « l’islam comme religion d’État » et stipule dans son article 36 que « la liberté de conscience et la liberté d’opinion sont inviolables ». La loi de 2006 vient ainsi s’appliquer sur un texte constitutionnel qui prête déjà à des interprétations ambigües. Il en est de même par rapport aux engagements internationaux de l’Algérie. Alors que celle-ci est signataire du Protocole des Nations Unies sur les droits civils et politiques, de la Charte africaine des droits de l’Homme, et de la Charte arabe des droits de l’Homme, « la loi de 2006 constitue, selon Ahmed Mahiou, une violation de la Constitution et des obligations internationales de l’Algérie visant à faire respecter la liberté de culte32 ».

La conversion religieuse et la question de la démocratie en Algérie

  • 33 Mustapha Krim a remplacé, à la tête de la présidence de l’EPA en mars 2008, le pasteur Hugh Jonhson (...)

17Finalement, la conversion religieuse, telle qu’elle a été projetée dans le débat public, place la question démocratique au centre des débats. Il semble que cette question provoque des ondes de choc au sein de l’appareil d’État. D’autant plus que les convertis ne s’astreignent pas au silence et assument leur visibilité. Ainsi Mustapha Krim qui est le nouveau président de l’EPA33, prend des positions publiques et revendique, en tant que chrétien, sa citoyenneté algérienne et les droits constitutionnels à pratiquer son culte :

18« Si le but des autorités est de nous empêcher de pratiquer notre culte, c’est une erreur de leur part. Nous allons nous réunir et prier dans nos maisons. Au lieu de 32 églises agréées, il y aura 3 200 lieux de culte clandestins […] nous sommes persécutés normalement et pour le moment, il s’agit d’intimidations. Il n’y a pas eu des dépassements graves mais la situation est intenable34. »

19Mais ces déclarations (courageuses, sans aucun doute), n’apportent pas plus d’éléments de réflexion. Aujourd’hui, l’EPA ne donne aucun chiffre précis du nombre de protestants. Affirmer qu’il existe, en Algérie, 32 lieux de culte, n’explique rien et ne permet pas d’avoir une idée exacte du phénomène de conversion. La première règle, semblerait-il, est d’assumer jusqu’au bout cette visibilité politique : c’est-à-dire de rendre public le nombre de baptêmes enregistré auprès de chaque église dotée d’un agrément de l’État. Le débat gagnerait en clarté et en crédibilité. Et les convertis deviendraient, ainsi, un groupe identifié qui sortirait des polémiques creuses et de l’état de victimisation dans lequel ils sont enfermés. La visibilité du nombre est fondamentale à plusieurs niveaux pour :
- prendre la mesure du phénomène, quantitativement ;
- comprendre la complexité des appartenances aux églises néo-évangéliques ;
- rendre visibles des individus organisés et non des supposés groupes informels et dangereux ;

  • 35 À ce propos, voir Henri Sanson, La laïcité islamique en Algérie, Éditions du CNRS, 1983.
  • 36 Sur les 11 candidats à l’élection présidentielle, seul six ont été retenus et crédités de très faib (...)

20Qui aurait à gagner à une telle transparence ? Les autorités politiques et religieuses qui préfèrent brandir la menace de l’ingérence étrangère et l’atteinte à l’intégrité nationale ? Et ceci, afin de mieux éviter le débat frontal de la démocratisation en Algérie (qui n’a plus eu lieu depuis 1991-92) et des dérives autoritaires du pouvoir présidentiel ? Sachant que la République algérienne, bien qu’officiellement « laïque »35, considère l’islam comme une donnée constitutive de son identité collective ; et qu’à l’échelle individuelle, l’islam est une composante de la citoyenneté, la présence des convertis change la donne juridique mais également politique. Car revendiquer le droit de changer de religion, c’est réclamer sa part et sa marge de manœuvre dans une pluralité politique, seule garante des libertés. Dans le contexte actuel, où le président Bouteflika s’est représenté, pour la troisième fois à sa propre succession, lors des élections du 9 avril36, rien ne laisse penser à une éventuelle alternative politique. Et la « diabolisation » des convertis résonne comme un des gages politiques donné aux partis islamistes dans le cadre d’un renforcement de l’alliance avec le pouvoir présidentiel.

Conclusion

  • 37 On estime, aujourd’hui, compter 500 millions d’évangéliques (pentecôtistes, méthodistes, adventiste (...)
  • 38 Un tiers des Coréens sont chrétiens et appartiennent, pour la grande majorité d’entre eux, aux nouv (...)

21Et les convertis ? Préfèrent-ils souligner le harcèlement et l’acharnement judiciaire (qui sont une donnée objective) dont ils font l’objet plutôt que rendre visibles les réseaux de prédication et de formation des pasteurs locaux ? La présence des néo-évangéliques en Algérie ne se limite pas seulement à une histoire de foi et de liberté de conscience. On ne peut faire l’économie de l’analyse des pratiques des missions néo-évangéliques dans le monde musulman. La doctrine évangélique est le courant religieux qui progresse le plus dans le monde37. En moins de 25 ans de mission évangélique, l’Amérique latine s’est détournée de l’Église catholique ; au Brésil, on compte aujourd’hui plus de conversions au protestantisme qu’au catholicisme. En Afrique subsaharienne (Mali, Niger, Nigeria, Tchad…), les pentecôtistes concurrencent les prédicateurs islamistes. Pour ces Églises, le monde musulman est considéré comme l’ultime espace de mission d’autant plus que l’islam est appréhendé comme une religion concurrente du christianisme évangélique. Celui-ci progresse à une vitesse surprenante notamment dans des sociétés non chrétiennes38. Au Maghreb, les modes opératoires sont d’autant plus difficiles à cerner que les responsables d’églises sont très discrets sur la question. En Algérie, dans leur volonté de montrer qu’il s’agit d’un phénomène spontané et d’une réalité spirituelle endogène à la société, ils préfèrent souligner le caractère individuel des conversions dont l’effet « boule de neige » serait le meilleur argument de la qualité de ces cheminements spirituels.

22Si la plupart des convertis algériens ignorent qu’ils appartiennent à cette gigantesque nébuleuse de l’évangélisme mondialise, il n’en demeure pas moins que l’opacité de leur réseaux de prédication contribue considérablement à radicaliser les mouvements d’opinion qui leur sont défavorables et à brouiller les lectures.

23Guerre de religions en Algérie ? Dans tous les cas, jamais le religieux n’a été aussi présent dans la vie politique du pays et rarement la société algérienne n’a été autant prise en tenailles par les activismes dogmatiques inspirés par le divin. Et la judiciarisation des conversions ne fait que révéler le décalage dramatique entre un appareil d’État figé dans une définition statique de la citoyenneté et les mutations profondes de la société qui appellent à d’autres pratiques de gouvernance.

Haut de page

Notes

1 Le Soir, 25 mai 2008.

2 Le pasteur Johnson a saisi le Conseil d’État pour l’annulation de la décision d’expulsion. Recours qui a été rejeté à la fin du mois de mars 2008.

3 Il s’agit de Pierre Wallez, prêtre catholique du diocèse d’Oran, qui avait organisé une prière commune avec des migrants africains chrétiens (Camerounais, Nigérians et Ghanéens), le soir de noël 2007. Le prêtre était accompagné d’un médecin musulman algérien, lui-même accusé d’avoir détourné des médicaments (au profit des migrants) et condamné à la même peine. Le procès en appel a réduit finalement la condamnation à 2 mois de prison avec sursis pour P. Wallez, mais celle du médecin a été maintenue.

4 Principalement, l’affaire Habiba K : jeune femme de 37 ans, arrêtée en possession d’une douzaine d’exemplaires de la Bible, et accusée « d’activités visant à ébranler la foi des musulmans ».

5 Capitale régionale de la Grande Kabylie.

6 Ces chiffres ont provoqué un émoi dans l’opinion publique et ont fait réagir le ministère des Affaires religieuses par un communiqué du ministre qui a accusé la presse de divulguer avec outrance ces informations.

7 « De nouveaux croisés essaient par tous les moyens de christianiser les Algériens. La mosquée, les médias et les institutions de l’État doivent s’y opposer », propos de Cheikh Abderahmane Chibane, président de l’Association des oulémas algériens.

8 L’univers chrétien évangélique est extrêmement hétérogène dans les pratiques et dans les interprétations dogmatiques. La polysémie du terme évangélique désigne des mouvements aussi divers que les Quakers, les pentecôtistes, les méthodistes, les adventistes, les anabaptistes ou des groupes plus radicaux comme les Mormons (« Saints des derniers jours ») ou les Témoins de Jéhovah. Voir Sébastien Fath, Le protestantisme évangélique, un christianisme de conversion. Entre rupture et filiation, Éditions Brépols, 2004.

9 « La laïcité kabyle continue d’être la cible du pouvoir. Celui-ci encourage et finance l’envoi d’imams intégristes chez nous tout en jetant la suspicion et l’opprobre sur notre région au prétexte qu’elle serait le fief des évangélistes. Or, la Kabylie n’est pas plus évangéliste que n’importe quelle autre région d’Algérie, mais, pour les besoins de la propagande du régime, pointer du doigt cet abcès de fixation est plus commode », porte-parole du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), Liberté, 6 février 2008.

10 32 communautés religieuses évangéliques sont, aujourd’hui, recensées et enregistrées en Algérie (chiffre délivré par l’Église protestante d’Algérie, en mars 2008).

11 Saad Lounès, « Les acteurs de l’évangélisation de la Kabylie », El Watan, 22 juillet 2004.

12 Fédération qui est la branche française d’Arab World Ministries, organisation missionnaire internationale qui agit sur le monde arabe et musulman, Maghreb et Moyen-Orient et sur les populations immigrées musulmanes en Europe.

13 Accueil du site web de la MENA.

14 « […] Cette évangélisation vise en particulier certaines communautés musulmanes dont les origines ethniques pourraient être utilisées pour des projets sécessionnistes et anti-arabes : c’est le cas avec les minorités kurdes d’Irak et de Syrie, mais aussi avec les Kabyles et les Berbères au Maghreb », Charles Saint-Prot (directeur de l’Observatoire d’études politiques), « L’évangélisation s’appuie sur des réseaux », El Watan, 21 février 2008.

15 Comme par exemple, la Joshua’s Project. Voir Nadège Mézié, « Les évangéliques cartographient le monde. Le spiritual mapping », Archives des sciences sociales des religions, n° 142, avril-juin 2008.

16 Voir Karima Dirèche, « Dolorisme religieux et reconstructions identitaires. L’histoire au service des conversions néo-évangéliques dans l’Algérie du troisième millénaire », à paraître dans Les Annales. Histoire et Sciences sociales, mars-avril 2009.

17 « J’ai demandé aux imams de rappeler aux jeunes que les prêtres ne viennent pas en Algérie parce qu’ils l’aiment ou aiment le christianisme, mais pour créer une minorité qui donnerait un prétexte pour les puissances étrangères en vue de s’ingérer dans nos affaires au nom de la protection des minorités », L’expression, mars 2008

18 El Watan, 11 septembre 2008. Bouguerra Soltani réaffirme le célèbre tryptique du réformiste Ben Badis : « l’islam est notre religion, l’arabe est notre langue et l’Algérie est notre patrie ».

19 « L’évangélisation est beaucoup plus un mouvement politique que religieux. […] Je tire la sonnette d’alarme contre ceux qui visent avec cette histoire d’évangélisation à créer des minorités en Algérie qui demanderont par la suite leur autonomie. Pour se prémunir contre l’invasion, par certains pays, de l’Algérie par le biais de ces minorités, il faut organiser le culte et lutter contre toute tentative d’exploitation du christianisme à des fins politiques », Bouguerra Soltani, leader du MSP, Le soir d’Algérie, 14 juin 2008.

20 « Une campagne féroce a porté atteinte aux convictions musulmanes de l’Algérie par des campagnes d’évangélisation qui ont touché les différentes couches sociales en l’absence de mécanismes, de surveillance et de contrôle », El Khabar, 24 janvier 2008.

21 Concours de récitation et de psalmodie du Coran dans toutes les wilayas du pays et diffusé en prime time à la télévision nationale.

22 Lors de l’inauguration, le chef du gouvernement a proclamé que « la société algérienne s’est attachée au saint coran depuis qu’elle a embrassé l’islam et Mohamed, que le salut soit sur lui, comme prophète » ajoutant que « le coran représente sa Constitution (à la société algérienne) qu’elle n’acceptera point d’échanger », www.algerie-dz.com/forums/islam-et-humanite

23 Des repentis qui réclament que leurs casiers judiciaires redeviennent vierges et qu’ils puissent réintégrer leurs anciens postes. Pars ailleurs, dans ce processus de réhabilitation, et dans le cadre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, des indemnisations sont prévues pour des familles éprouvées par l’implication d’un de leurs proches dans le terrorisme, Le Quotidien d’Oran, 21 avril 2008. Ce que la faconde populaire a immédiatement qualifié de RMI (Repentis Mais Indemnisés).

24 Les procès liés au culte se sont multipliés. À Biskra, par exemple, ils ont révélé l’extrême sévérité d’un juge pour des affaires comme la non observance du jeûne du ramadhan ou la « dégradation du Livre sacré », (article 160 du code pénal dans sa section 4 intitulée « profanation et dégradation » et introduit en 1982 : « Est puni d’emprisonnement de 5 à 10 ans quiconque, volontairement et publiquement, détruit, mutile, dégrade ou profane le Livre sacré ».

25 Un des points le plus important est la suppression de la limitation des mandats présidentiels. Ainsi le président Bouteflika s’apprête à briguer un troisième mandat pour les élections du 9 avril 2009. Du coup, un des amendements à la Constitution qui concernait la promotion des droits politiques de la femme, notamment une plus forte représentation au parlement, est passée totalement inaperçue.

26 Des sites web ont, en revanche, alimenté la contestation et la mise en ligne de pétitions. Voir http://nonautroisememandat.centerblog.net/3832798-Ne-plus-subir

27 La fonction de chef de gouvernement a disparu au profit de celle d’un Premier ministre nommé (et qui n’est pas forcément issu de la majorité présidentielle), chargé d’appliquer le programme du président.

28 Tunisie, Gabon, Tchad, Cameroun…

29 Tunisie, Libye, Syrie, Égypte…

30 Voir le discours inaugural en mars 2008, lors de l’ouverture de la « 9e semaine nationale du saint Coran » où le chef du gouvernement s’aligne sur la mouvance islamiste radicale.

31 Appel pour la tolérance et pour le respect des libertés : « Les signataires vivement inquiets de cette escalade contre les libertés démocratiques expriment leur solidarité avec les journalistes libres, les syndicats autonomes et la communauté chrétienne d’Algérie, cibles de mesures aussi brutales qu’injustifiées et réaffirment leur attachement à la liberté d’expression, au pluralisme syndical et à la liberté de conscience, synonyme du droit de chacun à pratiquer la religion de son choix ou ne pas la pratiquer », El Watan, 18 mars 2008.

32 El Watan, 8 juin 2008.

33 Mustapha Krim a remplacé, à la tête de la présidence de l’EPA en mars 2008, le pasteur Hugh Jonhson, de nationalité américaine. La nomination d’un Algérien a contribué certainement à la libéralisation de la parole des nouveaux chrétiens et a renforcé la légitimité de leur existence en Algérie. Parallèlement à la nomination du nouveau président de l’EPA, celle du nouvel archevêque d’Alger, en mai 2008 concerne un catholique jordanien Mgr Ghalib Moussa Abdallah Bader, désigné par Benoît XVI. Dès sa nomination, l’archevêque a pris ses distances avec les évangélistes : « ces campagnes sont souvent menées en dehors de l’Église. Je veux préciser qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre l’activité de l’Église reconnue par les autorités algériennes et les agissements de catégories de chrétiens qui ne sont pas reconnues. Nous avons souffert en tant qu’Église des pratiques de ces groupes tout comme en ont souffert les musulmans », El Khabar, 26 mai 2008.

34 http://www.agora.dz.over-blog.com, 14 mars 2008.

35 À ce propos, voir Henri Sanson, La laïcité islamique en Algérie, Éditions du CNRS, 1983.

36 Sur les 11 candidats à l’élection présidentielle, seul six ont été retenus et crédités de très faibles scores.

37 On estime, aujourd’hui, compter 500 millions d’évangéliques (pentecôtistes, méthodistes, adventistes, baptistes…) sur 2 milliards de chrétiens. Voir le dossier spécial « Les évangéliques à l’assaut du monde », Hérodote, 2005.

38 Un tiers des Coréens sont chrétiens et appartiennent, pour la grande majorité d’entre eux, aux nouvelles Églises évangéliques. La mission coréenne est la deuxième mission du monde après la mission américaine. Voir Hérodote, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karima Dirèche, « Évangélisation en Algérie : débats sur la liberté de culte », L’Année du Maghreb, V | 2009, 275-284.

Référence électronique

Karima Dirèche, « Évangélisation en Algérie : débats sur la liberté de culte », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/596 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.596

Haut de page

Auteur

Karima Dirèche

CNRS/Centre Jacques Berque

Haut de page