Navigation – Plan du site
Maroc
L'année politique

Gérer la politique des autres : les vieux problèmes et les vieilles recettes de Mohamed VI pour animer un champ politique désactivé1

Thierry Desrues et Said Kirhlani
p. 307-341

Plan

Haut de page

Texte intégral

1« En 2008, on devra trouver des solutions à nos bons vieux problèmes ». C’est ainsi que Larbi Jaïdi intitulait sa première chronique hebdomadaire de l’année dans La Vie Economique2. Le chroniqueur revenait sur l’impératif des réformes à mettre en place, dont certaines, telles que la réforme du secteur agricole, sont à l’ordre du jour depuis des années (Desrues, 2005). En citant aussi la réduction du déficit commercial et de la dépendance extérieure, la relance du plan industriel « Émergence », la clarification des modes opératoires de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) et son impact réel auprès des populations cibles, on peut y voir une réponse au discours du roi prononcé lors de l’ouverture de la première session de la huitième législature, le 12 octobre 20073. Le contexte social et économique est marqué par une année agricole qui a mal démarré, une crise financière internationale, un chômage structurel, notamment auprès des jeunes diplômés, et une perte de pouvoir d’achat des classes populaires.

2Il y a bien des plans de développement sectoriel (artisanat, tourisme, etc.) qui ont été présentés et lancés ces dernières années et des grands chantiers, tels que l’aménagement du port de containers de Tanger-Med. En avril 2008, profitant de la tenue du salon national de l’agriculture, un Plan Vert sera annoncé. Cependant, les résultats de ces projets structurants impulsés par le Palais ne sont pas immédiats. Ils s’inscrivent à moyen terme, à l’horizon 2012-2015.

3Ces grandes options nationales dont les termes sont définis par la Monarchie ne peuvent être questionnées et, si Mohamed VI semble vouloir échapper aux pesanteurs et carcans de la gestion politique, on chercherait en vain des indices d’un renoncement au monopole des énoncés et de l’initiative de la réforme. Elles font partie du consensus et sont donc dépolitisées. De même, le renouvellement des générations et des compétences a été réalisé au niveau de la technostructure qui siège au sein du gouvernement d’Abbas El Fassi et de l’administration territoriale qui encadre la classe politique locale. Le ministère de l’Intérieur, les services de sécurité et l’armée ont connu des remaniements (Desrues, 2007). Il reste donc les partis politiques que le roi a interpellés de nouveau lors de l’ouverture de la session parlementaire :

« En effet, et au-delà de leur adaptation formelle à leur cadre juridique, ces structures [les partis] doivent se mettre en phase et en synergie avec les évolutions et les mutations qui s’opèrent dans la société marocaine ».4

  • 5 On défend ici l’idée d’une convergence entre la présence d’énoncés dans les discours de Mohamed VI (...)
  • 6 Le roi a annoncé, dans le discours du Trône du 30 juillet 2008, la mise en place du Conseil économi (...)

4Le taux d’abstention record lors des élections législatives de 2007 est la preuve du manque d’emprise des partis sur la société (Desrues et López García, 2008). Pour la Monarchie, ils ont failli à leur mission d’encadrement de la société, tandis que le tissu associatif est célébré et encouragé à travers l’INDH. Dans les discours de la « nouvelle ère », la mise à niveau du champ politique passe par deux processus : le renouvellement, à travers le rajeunissement et la féminisation des élites politiques, et la rationalisation, moyennant la constitution de plusieurs grands pôles politiques à même de former des majorités parlementaires associées à un gouvernement chargé de mettre en place les grandes orientations définies par le roi. Dans cette optique, le gouvernement loin d’être un pouvoir exécutif, est conçu comme un pouvoir exécutant. Les variations idéologiques des partis et des gouvernements ne seraient en aucun cas porteuses de projets de société divergents de celui que promeut le roi, mais l’expression du pluralisme des sensibilités et des intérêts particularistes qui traversent la société marocaine. Face aux tendances centripètes de la société marocaine, Mohamed VI encourage une « corporatisation »5 du champ politique et social dont les mots d’ordre sont un gouvernement ramassé, un parlement siège d’une opposition constructive, un multipartisme limité, la multiplication des organes consultatifs dont il détient généralement le pouvoir de nomination de ses composantes6, le consensus et la dépolitisation des grandes orientations stratégiques visant l’intégrité territoriale, le développement social et économique et la « réforme institutionnelle globale ». Si la démocratisation demeure un horizon à atteindre, l’énoncé du modèle politique qui se met en place renvoie toujours à un champ politique désamorcé (Tozy, 1991), à un gouvernement exécutant, un Parlement confiné dans un rôle subordonné, ces derniers étant concurrencés, qui plus est, par des instances à caractère consultatif relevant du monarque. In fine, le roi est toujours le représentant suprême en communication directe avec la nation.

5En l’absence de rendez-vous électoral, l’année a été marquée par les initiatives politiques de Fouad Ali El Himma qui ont conduit au lancement du Mouvement pour tous les démocrates (MTD), puis à la création du Parti authenticité et modernité (PAM). Même si les membres de sa liste possédaient un ancrage dans sa circonscription, il ne fait aucun doute que son écrasante victoire électorale est avant tout le reflet de sa proximité avec le souverain. Ce faisant, c’est à partir d’une logique patrimoniale qu’il faut comprendre son adoubement par des clientèles locales qui attendent en retour les bénéfices de cette proximité. Cette réalité fait qu’El Himma se trouve aux prises avec des contradictions inhérentes à un discours qui le présente comme le grand artificier de la rénovation de la scène politique marocaine. En effet, comment arrivera-t-il à concilier cet objectif avec un recrutement qui puise, en dehors de quelques personnalités de la « société civile » et des technocrates, surtout parmi des notabilités dont la disponibilité partisane est connue et qui semblent seules à même à lui apporter les suffrages dont il a besoin ?

6La tenue des congrès de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et du Parti de la justice et du développement (PJD), les deux grands vaincus des élections législatives de 2007, a contribué aussi au regain d’activité politique. Les deux formations qui apparaissaient encore il y a peu comme les alternatives autour desquelles allaient se construire les majorités gouvernementales ont résolu leur crise interne de façon opposée. Les solutions apportées nous renseignent sur la culture politique des deux formations. Les deux partis se sont retrouvés face à une même menace : le PAM de l’ancien ministre délégué à l’Intérieur. Les reproches contre le retour des vieilles recettes utilisées par le règne précédent pour gérer les majorités parlementaires pourraient réduire la polarisation qui a caractérisé la relation entre les deux formations ces dernières années. Dans quelle mesure un rapprochement entre les deux partis sur la question de la réforme constitutionnelle est envisageable ? Au-delà de l’agitation médiatique à même de susciter une remobilisation des militants, il faudrait d’abord qu’ils se mettent d’accord sur les termes et l’étendue de celle-ci. Enfin, le démantèlement du réseau « Belliraj » a défrayé la chronique. En mêlant le grand banditisme et le terrorisme international avec des formations islamistes marocaines, qui bénéficiaient d’un a priori positif à gauche et au sein de la presse indépendante, il a réveillé les vieux démons du double jeu attribué à l’islamisme légaliste par ses adversaires.

7Finalement, cette année de transition entre les élections législatives et les élections municipales a mis en évidence que Mohamed VI devait encore et toujours créer l’impression d’une vie politique active et de mouvement vers le changement.

La mobilité royale : la capitalisation de la proximité et les interprétations des absences de Mohamed VI

8La gouvernance du roi se caractérise par la mobilité, alternant des déplacements aux quatre coins du royaume et des absences, dont la durée ou les motifs ne sont pas toujours expliqués, voire justifiables. Aux « disparitions » du monarque, succèdent des phases de prise de décision accélérée et une circulation à travers le pays qui assure sa présence auprès des populations du Maroc profond. Avec la sortie d’El Himma du ministère de l’Intérieur, l’incertitude, qui entoure la question de savoir qui a l’oreille du roi et qui prend réellement les décisions, a redoublé. S’il y a certainement plusieurs personnes, le conseiller royal Abdelaziz Meziane Belfquih est perçu comme le grand ingénieur du projet de modernisation du pays.

  • 7 Cf. P. Canales, « Inquietud y turbulencia política en Marruecos : operado en París Mohamed VI en me (...)
  • 8 L’hebdomadaire Tel Quel comptera deux mois et demi de vacances royales durant l’année 2008. S. Benc (...)
  • 9 Cf. A. Benchemsi, « Questions légitimes », Tel Quel, nº 331, 5-11 juillet 2008. Y. Aït Akdim, « Gou (...)

9Au cours des mois de janvier et février, le roi s’est absenté durant 45 jours. On le suppose séjournant en France entre Paris et la station de ski de Courchevel. La durée de l’absence laisse place à la rumeur d’une opération chirurgicale7. Cette fois, comme au cours de l’hiver 2004-2005, lorsqu’il prolongea son voyage en Amérique du Sud, c’est la durée qui pose problème dans un régime où le roi concentre les pouvoirs de jure et de facto8. Dès lors, c’est l’activité gouvernementale qui est bloquée, puisque le gouvernement n’est pas maître de l’agenda législatif. Avant d’être soumis au Parlement, les textes de loi doivent être approuvés en Conseil des ministres. Or ceux-ci se réunissent sous la présidence du roi. Il faudra attendre le 8 juillet pour que soit tenu le premier conseil des ministres de l’année. Comme le remarque l’hebdomadaire Tel Quel, pendant près de sept mois, aucun projet de loi ou de décret réglementaire n’a pu être présenté au Parlement : « Des textes suspendus à la tenue d’un Conseil des ministres, c’est devenu une habitude depuis quelques années9. »

  • 10 Cf. Y. Aït Akdim, « Gouvernment. Pas de lois sans roi », Tel Quel, nº 333, 19-25 juillet 2008.

10À ces absences de longues durées en dehors du pays, il faut ajouter des faux bonds lors de rendez-vous internationaux où la plus haute autorité du pays était censée représenter le pays. Soit le roi ne s’est pas déplacé, dépêchant un représentant appartenant à la famille royale ou au cercle de ses conseillers, soit il est apparu pour s’éclipser le premier moment venu. Une des absences les plus remarquées en 2008, s’est produite lors du défilé du 14 juillet à Paris. Mohamed VI y avait été convié avec une quarantaine de chefs d’État par Nicolas Sarkozy, suite à la tenue la veille de la réunion du projet d’Union pour la Méditerranée. Cette fois, c’est Moulay Rachid, le frère du roi qui a représenté le Maroc. Certains observateurs tels que Mohamed Tozy y ont vu un aspect positif de fermeté et d’indépendance de la part du souverain par rapport à un président de la République Française versatile, tandis que d’autres, au contraire, pensent, comme O. Bendourou, que le préjudice peut être fort, vu que la France est un des principaux alliés du Royaume. Doit-on enfin y voir l’imposition d’un style où la présence physique du monarque est moins prégnante que par le passé comme le suggère Khadija Mohsen-Finan10 ? Les éléments manquent pour trancher entre le retrait du roi par conviction et pédagogie démocratiques et la désinvolture caractéristique d’un despotisme fonctionnant selon son « bon plaisir ». Le roi s’ennuie probablement et fait l’école buissonnière pour aller se divertir avec ses proches.

  • 11 S. Bencheikh qui abordant ce qu’il considère comme l’humiliation volontaire de la classe politique (...)

11En revanche, il semble fondé que le fonctionnement du contrôle autocratique s’appuie sur deux piliers : la mobilité et la méthodologie démocratique11. Ainsi, la mobilité du roi quand il est au Maroc montre que tant la méfiance vis-à-vis des exécutants de ses projets que l’impératif de capitalisation de son image modernisatrice et de proximité demeurent :

« …Nous venons donc de rappeler les enjeux de cette législature, assumant ainsi la mission suprême qui est la Nôtre, et compte tenu de nos déplacements pour nous enquérir, sur le terrain, de la situation de notre vaillant peuple, dans toutes ses composantes, à travers les différentes régions du Royaume.
J’entends également, en vertu du pacte sacré de la bay’a (allégeance), continuer à m’enquérir, in situ, de la réalisation des grandes réformes structurantes engagées dans le pays12. » C’est aussi dans cette optique qu’il faut envisager l’entrée de Fouad Ali El Himma dans le champ partisan.

Les péripéties de Fouad Ali El-Himma : du Mouvement pour tous les démocrates au Parti authenticité et modernité

12Après son élection à la chambre des Représentants en septembre 2007 et la formation d’un groupe parlementaire, lors de la session d’octobre, les déclarations et les activités de Fouad Ali El Himma ont retenu l’attention des champs politique et médiatique tout au long de l’année 2008. La création d’une association politique dès le début de l’année et la constitution d’un parti politique plus tard ont été perçues comme la construction de la future alternative municipale, parlementaire et gouvernementale aux multiples partis marocains. Cependant, si les résultats électoraux de la liste du candidat des Rahmnas aux élections législatives du 9 septembre 2007 auguraient un avenir politique radieux à « l’ami du roi », le processus de constitution du Parti authenticité et modernité (PAM) a été marqué par bien des soubresauts, qui ont renvoyé l’ancien ministre délégué à l’Intérieur à la réalité anthropologique du champ politique marocain.

La constitution du Mouvement pour tous les démocrates (MTD) : un jeu de dupes entre la vocation associative et l’anti-chambre partisane

  • 13 Les signataires du communiqué de presse sont : Aziz Akhennouch (ministre de l’Agriculture) ; Ahmed (...)
  • 14 Parmi les premières personnalités à avoir rejoint le MTD, on peut citer des ministres en fonction ( (...)

13Le 17 janvier un communiqué intitulé « le Maroc de demain » et signé par 11 personnalités, annonçait la constitution du Mouvement pour tous les démocrates (MTD)13. En peu de temps, le MTD a incorporé des hommes d’affaires, des acteurs remarqués du tissu associatif et des journalistes, mais aussi des hommes politiques, en particulier parmi les « technocrates » du gouvernement. Il s’est doté d’une structure territoriale organisée autour de six régions avec à sa tête un coordinateur ainsi qu’une zone « étranger » pour mobiliser les résidents marocains à l’étranger14.

  • 15 Ibib. Voir aussi F. Iraki, « Objectif 2009. À table avec El Himma », Tel Quel, n° 313, 1er-07 mars (...)

14Durant les premières semaines, les dirigeants du MTD ont multiplié les déclarations sur la philosophie et les objectifs du mouvement. Le programme du mouvement s’appuie sur deux documents rendus publics en 2006 : le « Rapport du cinquantenaire de l’Indépendance » qui établit un bilan du règne d’Hassan II et un diagnostic pessimiste sur l’avenir du pays si des réformes sociales et économiques d’envergure ne sont pas entreprises ; et les recommandations de réformes de la gouvernance et des institutions de l’Instance équité et réconciliation (IER)15. En s’appuyant sur ces documents, le MTD s’inscrit dans le projet réformateur de la nouvelle ère et renvoie la responsabilité de la situation actuelle au règne précédent. Il prétend rompre avec l’héritage de ce dernier, dont sont parties prenantes les formations politiques actuelles.

  • 16 Cf. B. Tlidi, « MTD. Contribution à une critique des slogans », at-Tajdid, 13 juin 2008.
  • 17 D’après El Himma « Il est temps de décentraliser le Maroc, d’aller dans les régions, de faire du tr (...)

15Les principales lignes idéologiques du MTD peuvent être regroupées autour de trois grands thèmes qui sont autant de slogans répétés, lors des multiples rencontres publiques organisées aux quatre coins du pays. En premier lieu, on retrouve un discours critique contre les partis : il s’agit de prendre un relais que les partis politiques existants n’auraient pas pu et pas su prendre, et partant, de « représenter la majorité silencieuse », de « lutter contre la corruption et combattre ceux qui profitent de la situation », et de « chercher l’équilibre politique16 ». En deuxième lieu, il s’agit de lutter contre les adversaires supposés du projet moderniste du roi, c’est-à-dire, « les anti-démocrates » qui représentent le « danger fondamentaliste » accusé de « menacer le pays et les citoyens ». En troisième lieu, il s’agit de privilégier le travail de proximité avec la population. Ces trois lignes ne sont pas dénuées de contradictions, puisqu’elles prétendent mobiliser les capacités et réconcilier les Marocains avec la politique et la vie publique tout en critiquant les partis politiques et en dépolitisant une démarche de rénovation qui se veut non partisane17.

  • 18 Le numéro 780 de Maroc-Hebdo, en date du 22 février 2008, reprendra le titre de l’article de son ch (...)

16Si les déclarations des dirigeants du MTD ont en commun l’insistance sur la complémentarité avec le cadre partisan et la volonté du dépassement de ce dernier, elles maintiennent l’ambiguïté sur l’éventualité d’une future transformation en parti politique. Dans un premier moment, la légitimation du mouvement passait sans doute par la mise à distance du cadre associatif vis-à-vis du cadre partisan, afin de rassurer le reste des formations politiques jalouses de leurs prérogatives et craignant la montée en puissance d’un concurrent à partir du cadre associatif18.

Les réactions des partis politiques

  • 19 On reprend ici l’approche typologique fournie par l’hebdomadaire Tel Quel, qui articule les différe (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Ainsi, Al-Bayane, l’organe du PPS a publié un éditorial qui vouait le mouvement à l’échec, tandis q (...)
  • 22 Par ailleurs, l’Istiqlal au gouvernement, et dans une moindre mesure l’USFP à travers son premier s (...)
  • 23 Cf. H. Filali-Ansary, « Mouvement pour tous les démocrates, 200 inscriptions par jour ! », La Vie É (...)
  • 24 « Entendons-nous bien : le MTD n’a pas de potion magique dans sa besace. Nous sommes dans une premi (...)

17Le MTD a été perçu dès son lancement comme l’antichambre d’un futur parti politique. La suspicion sur les intentions réelles du mouvement, ainsi que l’attrait exercé auprès de tous les « opportunistes », « démocrates makhzéniens » et autres « gauchistes déçus », ont provoqué la colère de plus d’un dirigeant de parti politique19. On peut dire que la gauche et le PJD s’accordent à considérer qu’il s’agit d’un casus belli du Makhzen qui préparerait la formation d’un nouveau parti de l’administration ayant vocation à gagner les prochaines élections et à former un futur gouvernement20. Les critiques prononcées par le MTD à l’encontre des partis politiques ont été perçues comme une provocation par ceux qui, au sein de la gauche, revendiquent leur trajectoire historique, ou qui, comme le PJD, considèrent que la gestion d’El Himma depuis le ministère de l’Intérieur est en partie responsable de leur faiblesse actuelle. Les déclarations publiques provenant de ces deux formations font alterner l’attaque frontale21 et la pondération22. L’Istiqlal, assumant sa responsabilité gouvernementale, appuie l’initiative. Quant aux partis tels que le Mouvement populaire (MP), l’Union constitutionnelle (UC) ou le Regroupement national des indépendants (RNI), qui se caractérisent généralement par leur conformisme avec les initiatives qui proviennent du Palais ou du sérail, ils ont montré d’autant plus leur respect que parmi les premiers adhérents se trouvent des membres de leurs formations. Néanmoins, ils partagent avec les autres partis la crainte que suppose le succès du recrutement opéré par le MTD entre son lancement à la fin janvier et son assemblée constitutive un mois plus tard23. Car si tous les adhérents du MTD ne partagent pas l’objectif partisan, il ne fait rapidement aucun doute que l’association est un ballon d’essai visant à jauger sa capacité d’attraction auprès des élites. Il s’agit de pouvoir évaluer dans quelle mesure une postérieure transformation en parti politique serait couronnée de succès24.

  • 25 Cf. M. Al-Fan : « El-Himma révèle son agenda politique et annonce son parti “Authenticité et Modern (...)
  • 26 Ceux qui se sont prononcés contre la formation d’un parti politique insistent sur la séparation tot (...)

18Le 22 juin, lors d’une grande rencontre du MTD à Casablanca, Fouad Ali El Himma rompt le suspens en annonçant publiquement sa décision de créer un parti politique25. Si El Himma a fait le choix de la création d’un parti politique, le Parti authenticité et modernité (PAM), il affirme que dans son esprit, l’association continuera à jouer un rôle de rénovation de la pensée politique, et c’est dans ce cadre de vivier d’idées que le parti pourrait l’utiliser. Or, s’il n’y a pas de lien organique entre les deux organisations, 9 des 33 membres du bureau national du PAM sont des adhérents du MTD. En fait, l’avenir du MTD semble compromis par l’opposition entre les tenants de l’esprit initial de réforme et de modernisation de l’association et le passif « administratif » ou opportuniste de nombreuses personnes associées à la création du parti politique d’El Himma26.

  • 27 Cf. A. Benchemsi, « Interview exclusive. Fouad Ali El Himma : “Je n’ai pas d’ambitions personnelles (...)

19L’itinéraire d’El Himma depuis sa sortie du gouvernement reflète des contradictions dans ses déclarations et son action que l’intéressé attribue à la « réalité intrinsèque de la politique », qu’il définit comme une expérience pleine de possibilités et d’opportunités27. Face au réalisme politicien et aux logiques notabilitaires, la rénovation idéologique que devait animer le MTD risque de rester lettre morte.

Le Parti de l’authenticité et la modernité (PAM) : la formule du Front de défense des institutions constitutionnelles (FDIC) revue et corrigée par le nouveau makhzen.

  • 28 Al Ahd et le PED sont des scissions du MP, tandis que le PND est une scission du RNI. Quant à Ali B (...)

20Le 7 août, soit un an jour pour jour après l’entrée d’El Himma dans la course aux élections, la demande d’agrément du Parti authenticité et modernité (PAM) est déposée auprès des autorités. Le PAM est le résultat de la fusion de cinq des sept partis dont les députés ont formé le groupe parlementaire « Authenticité et Modernité » à la chambre des Représentants. Il s’agit du Parti national démocrate (PND) (8 sièges), Al Ahd (Le Pacte) (3 avec PND), le Parti de l’environnement et du développement (5 sièges), l’Alliance des libertés (ADL) (1 siège), et l’Initiative citoyenne pour le développement (ICD) (1 siège)28. À cette nouvelle opération de cooptation de dirigeants connus pour leur opportunisme politique, qui ont fait le choix de la survie en suivant celui qui se proclame le favori du Palais, se joignent des responsables du MTD. Un bureau politique a été nommé en attendant la tenue du congrès constitutif qui devrait avoir lieu avant la fin de l’année. C’est Hassan Benaddi, un intellectuel militant qui est passé de la gauche communiste de sa jeunesse au syndicalisme de l’Union marocaine du travail, puis à l’UC dans les années 1990, qui occupe le secrétariat général du PAM. El Himma s’est contenté de faire partie des sept secrétaires généraux adjoints qui forment le bureau politique. Le fait que le dépôt du dossier ait eu lieu au lendemain de l’annonce par le ministère de l’Intérieur de la date des élections législatives partielles, renseigne sur la volonté du parti de participer à ce prochain rendez-vous électoral.

21Les motivations justifiant le franchissement du « rubicon » sont multiples :

  • 29 Cf. A. Benchemsi, op. cit.

« Ma réponse [d’El Himma] est qu’il faut voir l’avenir, plus le passé. Au PAM, notre engagement démocratique est clair. Ceux qui constituent ce parti le savent, comme ils savent qu’ils vont se lancer dans une expérience nouvelle, avec des méthodes nouvelles, des principes nouveaux, etc. Bref, une nouvelle formule. Ils devront s’aligner…
Quel genre de nouvelle formule ?
Avant même de créer le PAM, nous avons soumis une “offre politique” à tous les partis en présence. Cette offre est fondée, d’abord, sur un diagnostic clair et réaliste. Il n’y a réellement, aujourd’hui au Maroc, que deux projets de société en lice : le projet islamiste, avec sa logique, sa cohérence, ses référentiels. Et puis le projet démocratique et moderniste. Ce projet-là ne peut pas être porté par 33 partis. Il en serait éparpillé, donc affaibli. C’est l’esprit dans lequel nous avons soumis notre offre. Nous sommes pour la rationalisation du champ politique29. »

  • 30 Cf. T. Bouachrin, « El-Himma et la pastille d’aspirine », al-Massae, 9 octobre 2008.
  • 31 Le PJD et l’USFP se montrent particulièrement hostiles. Selon Najib Boulif, membre du secrétariat g (...)
  • 32 Cf. T. Bouachrin, « Feuille de route sans boussole », al-Massae, n° 554, 30 juin 2008.
  • 33 À la veille des élections législatives de 1963, le Front pour la défense des institutions constitut (...)
  • 34 À propos du Mouvement d’El-Himma, le nouveau secrétaire national du PJD, Benkirane déclara : « El-H (...)

22On retrouve dans les propos d’El Himma la logique de la « corporatisation » présente dans le projet politique du roi et son positionnement dans le cadre de la polarisation avec le projet supposé des islamistes. En créant le PAM sur les cendres de cinq petits partis, certains observateurs ont vu un premier effort en vue de la rationalisation ; d’autres un message de tranquillité envoyé à certains partis qui craignaient de se voir déstabiliser par une hémorragie de leurs troupes30 ; d’autres enfin, soutiennent qu’El Himma est un instrument pour réveiller les partis politiques qui n’ont pas répondu aux exigences de rénovation de leurs responsables et leurs programmes, laissant le terrain libre aux islamistes qui récupèrent la méfiance vis-à-vis des partis traditionnels et la désespérance face à la situation sociale et économique31. En effet, El Himma affirme contribuer à la rationalisation du champ politique afin de mener un combat contre le projet islamiste de société. Il s’agit d’abord de concrétiser le projet royal dans un parti : la « continuité de la transition démocratique » et la « révolution blanche » en marche32. Suite à cette annonce, les premières réactions des partis politiques de gauche coïncideront pour signaler que le pays est de nouveau soumis aux ingérences du Makhzen après les épisodes du Front de défenses des institutions constitutionnelles (1963), du Regroupement national des indépendants (1978) ou de l’Union constitutionnelle (1983)33. Quant au PJD, son nouveau secrétaire général élu à la fin juillet, il affirmera qu’il n’est pas prêt à tolérer que le programme d’El Himma se résume à l’attaque contre les islamistes.34

23Au-delà des diverses interprétations sur la nature du PAM, en risquant de se lancer de façon aussi précipitée dans la bataille des élections partielles, celui-ci a la volonté de donner l’image d’un parti capable de gagner les prochaines élections de 2009.

Premières défections et polémiques

  • 35 Créé en 1982 d’une scission interne du RNI en raison de conflits de personnes autour de la directio (...)
  • 36 Cf. A. Sajir, « Le colonel Kadiri descend du “tracteur” d’El-Himma », al-Massae, 13-14 septembre 20 (...)
  • 37 Cf. Kadiri dit que sa sortie du PAM fut le résultat de « l’emprise du MTD sur le nouveau parti ». C (...)
  • 38 Cf. A. Belachgar, « Polémique sur la légalité de la participation du PAM aux élections », al-Massae(...)
  • 39 Cf. Y. Meskin, « Le colonel Kadiri dénonce l’Intérieur pour avoir légalisé le parti d’El-Himma », a (...)

24Le 11 septembre, Abdalah Kadiri, dirigeant indéboulonnable du PND35, depuis sa fondation en 1982, annonce la décision de son parti de revenir sur le processus de fusion qui a été à l’origine de la constitution du PAM. Selon ses propos, les conditions qui avaient été posées par le parti n’ont pas été respectées et qu’il s’agit donc d’un coup de force36. Il s’élève en particulier contre l’emprise des militants procédant du MTD sur le nouveau parti37. Aux motifs politiques centrés sur les négociations entre les deux formations, il ajoutera les arguments juridiques en s’appuyant sur l’illégalité du processus de fusion pour dénoncer le ministère de l’Intérieur auprès du Tribunal administratif38. Il ne comprend pas comment ce ministère a pu autoriser le PAM à participer aux élections partielles, puisque celui-ci n’a pas tenu au préalable de congrès constitutif. Il agitera aussi le fait que les partis politiques, qui ont pris part à la fusion, n’auraient pas tenu d’assemblées extraordinaires pour mettre à jour leurs statuts et procéder à leur dissolution. Enfin, il affirme avoir sollicité un arbitrage auprès du cabinet royal39, car il considère que dans ces conditions, le PND a toujours une existence légale. Cependant, des ex-membres du PND continuent à appuyer la fusion et considèrent que Kadiri n’est plus autorisé à parler au nom d’un parti qui n’existe plus.

  • 40 Cf. Y. Meskin, « Le tracteur d’El Himma récolte la désillusion à Marrakech et Safi », al-Massae, 22 (...)

25Les mauvais résultats des élections partielles du 19 septembre 2008 vont supposer un sérieux revers pour Fouad Ali El-Himma. Ils démontrent qu’il ne suffit pas d’appartenir à son parti pour avoir la garantie d’être élu et confirment le poids des notabilités locales. Des 7 sièges en jeu, le PAM n’a pu obtenir que la réélection de Said Benmbarek à Tiznit. Deux ténors venus du MTD, Salah El Ouadi, ancien gauchiste et prisonnier politique, militant des droits de l’Homme, qui s’était déjà présenté par le passé sous les sigles du Parti socialiste unifié (PSU), et Lahabib Belkouch, directeur du Centre d’information de formation des droits de l’Homme, étaient respectivement battus à Safi et Marrakech40.

  • 41 Au cours d’une réunion, le samedi 25 octobre, des membres et des dirigeants du parti fusionné, Part (...)

26À partir du mois d’octobre et jusqu’à la fin de l’année, le nombre des non-conformistes avec la fusion va s’accroître. Des notables regrettent leurs anciens partis construits à leur image et pour servir leurs ambitions. Ils s’indignent de leur marginalisation au profit de militants du MTD et menacent à leur tour de sortir du PAM, tandis que deux députés seront expulsés41.

27L’affaire Kadiri et dans le même moment la tenue d’élections législatives partielles – les deux événements étant liés – illustrent les logiques politiques notabilaires et patrimoniales à l’œuvre et qui déterminent souvent les résultats des élections au niveau local. Kadiri est le fondateur d’un parti qu’il considère comme sa chasse gardée et dont la logique clientéliste réside dans l’agrégation de personnalités ayant une assise locale, conservatrices et proches de la Monarchie. Au-delà de l’engagement idéologique qui est somme toute marginal et des différentes motivations qui les animent, ce sont les solidarités de groupes et les intérêts locaux de ces personnalités qui l’emportent. Les conditions posées par Kadiri lors des négociations de la fusion sont illustratives de ces logiques. D’après des sources du PAM, il aurait exigé de : siéger au sein de la nouvelle direction ; maintenir la tutelle sur les députés du PND ; et, écarter Milouda Hazeb du bureau politique du nouveau parti. Dès lors, le parti d’El Himma se trouve prisonnier du paradoxe énoncé par Leveau (1975) à savoir, que dans un contexte électoral, dominé encore par des logiques de l’échange et où les survivances ethniques jouent encore un rôle, tout parti dont les enjeux se situent au niveau idéologique gagne en cohérence, mais risque de perdre des représentants dont les clientèles dépendent d’enjeux locaux, tandis que tout parti dont les enjeux sont avant tout locaux gagne en nombre d’appuis des notabilités locales, mais perd toute cohérence idéologique.

La réaction des partis politiques

  • 42 « Si “le nouveau venu” pouvait sensibiliser et convaincre 40 % des abstentionnistes pour participer (...)
  • 43 Cf. M. El-Fan, « El-Himma révèle son agenda politique et annonce son parti “Authenticité et Moderni (...)
  • 44 Lachgar appelle les vrais partis politiques, sans distinction de couleur politique, à créer un « Fr (...)
  • 45 Cf. « Moujahid : le grand parti de l’administration revient au Parlement », As-sabah, 06 octobre 20 (...)
  • 46 Cf. « Benatiq : on a vraiment besoin de reproduire un passé douloureux ? », As-sabah, 06 octobre 20 (...)

28Suite à l’annonce du dépôt du dossier de création du PAM, les partis politiques ont réagi de différentes façons. Certains ont justifié leur attentisme en ne voulant pas se prononcer en l’absence de programme. Parmi ceux-ci, on peut situer le MP, l’UC et le RNI, qui préfèrent laisser venir dans la perspective du moment opportun pour la formulation de futures alliances. Ils sont toutefois soumis à de fortes tensions internes et craignent surtout la transhumance de leurs élus vers la nouvelle formation42. Les ministres de l’USFP, du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et de l’Istiqlal vont préférer adopter un silence conformiste au nom de la solidarité gouvernementale. Par contre, des voix isolées issues de ces partis vont passer à l’offensive. C’est le cas de Larbi Messari, du Parti de l’Istiqlal (PI) qui parlera des « gars de l’administration » pour se référer au PAM43 ; ou de Driss Lachgar, candidat au poste de Premier secrétaire de l’USFP, qui propose la création d’un Front national pour la défense de la démocratie pour lutter contre ce qu’il considère comme une réactualisation du Front pour la défense des institutions constitutionnelles (FDIC)44. Les dirigeants du Parti socialiste unifié (PSU)45 et du Parti du travail46 voient eux aussi l’ombre d’un futur grand parti de l’administration, conservateur et appuyé par l’État et des notables. Le PJD rejoint ces considérations et dénonce le recours aux vieilles méthodes de l’administration et l’utilisation sans vergogne de la relation personnelle qui unit El Himma avec le roi pour concurrencer les vrais partis politiques – ceux qui ont une base sociale et une trajectoire historique.

  • 47 « Le PAM : un parti au-dessus de la loi », at-Tajdid, 2 octobre 2008. Si la Loi sur les partis décl (...)
  • 48 El-Himma déclare lors d’une conférence organisée par la Fondation A. Bouabid : « Notre parti n’est (...)
  • 49 Abdelilah Benkiran affirma : « Je comprends que quand El-Himma était au ministère de l’Intérieur, i (...)
  • 50 À ce propos, Lahcen Daouidi fit la déclaration suivante : « Ce ne sont pas des commentaires dignes (...)

29Le PJD se sent dans la ligne de mire du PAM. El-Himma l’a annoncé, son projet est le contre projet des islamistes. Ces derniers n’ont pas oublié que parmi les intellectuels, qui ont intégré le MTD, certains avaient adopté des positions éradicatrices après le 16 mai, accusant le PJD d’être le responsable intellectuel des attentats et qu’El-Himma, comme ministère de l’Intérieur, était intervenu pour restreindre leur participation aux élections municipales de 2003 et pour empêcher l’élection de Mustapha Ramid à la tête de leur groupe parlementaire. À travers le journal, at-Tajdid, il dénoncera les cinq partis fusionnés qui auraient enfreint l’article 41 de la loi de 2006 sur les partis politiques, puisqu’ils n’ont pas convoqué de congrès extraordinaire pour discuter la décision de la fusion47. Dès lors, tant que la nouvelle formation n’a pas tenu son congrès constitutif, elle ne peut légalement participé aux élections législatives partielles. Les attaques répétées d’El Himma contre le PJD font craindre à ses dirigeants que la population finisse par croire que le roi ne les aime pas, ce qui freinerait leur progression. C’est pourquoi, ils mettent en garde El Himma quand il se présente comme l’envoyé du roi contre le projet islamiste48. Pour eux, il serait inacceptable, comme le prétend El Himma, qu’il reçoive ses directives du monarque.49 Ils préviennent celui-ci qu’en agissant de la sorte, il expose le roi au droit d’inventaire50.

L’alliance parlementaire avec le RNI : appui et alternative au gouvernement actuel

  • 51 Cf. Y. Bourfisi, « Les partis de droite tombent les uns après les autres dans le giron du PAM. El-H (...)
  • 52 Le président du RNI, A. Mansouri, expliqua que l’Alliance parlementaire entre le PAM et le RNI « es (...)
  • 53 Ismail Al-Alaoui, secrétaire général du PPS, commenta qu’ils « n’avaient d’autres choix que d’appuy (...)
  • 54 Cf. H. Bakkour, « Mansouri prend “le tracteur”… », op. cit.
  • 55 Cf. I. Hammoudi, « Les alliances d’El Himma mettent en danger la continuité du gouvernement El Fass (...)

30Préoccupé par la transhumance de ses députés vers le nouveau parti, le RNI a profité de deux contretemps du PAM, – la polémique avec Kadiri et la déception électorale de septembre –, pour mettre fin à l’attentisme et jouer la carte de l’alliance parlementaire51. Cette alliance, qui se situe dans l’ordre des choses, a sauvé les deux partis d’une situation incommode. En devenant le groupe le plus nombreux au sein de la Chambre des représentants avec 78 sièges, le PAM et le RNI constituent le plus large soutien au gouvernement d’Abbas El Fassi, et sa principale menace puisque la moitié des sièges, qui forment la majorité gouvernementale, appartient à cette alliance52. Dès lors, celle-ci apparaît comme étant autant un appui au gouvernement que le noyau dur d’une majorité alternative à celui-ci53. En effet, cette alliance parlementaire est présentée comme un pôle libéral à vocation majoritaire qui pourrait à l’avenir réunir l’UC et le MP54, si un ajustement ministériel devait se produire après les élections municipales de 200955. Dans cette optique, ces futures élections apparaissent comme un véritable test. En cas de victoire ou de score honorable, le PAM vaincra les résistances des leaders du MP et de l’UC, dont les élus ne sont pas à l’aise dans une position d’opposition vis-à-vis de leurs clientèles électorales dont ils craignent la volatilité.

  • 56 « Les affrontements au sein du PAM reportent le congrès pour la troisième fois », at-Tajdid, 27 nov (...)
  • 57 Cf. « Mohamed Aujar, responsable du RNI : si El-Himma recommence à reproduire des attitudes du pass (...)

31À la fin de l’année 2008, le PAM n’avait toujours pas tenu son congrès constitutif. Le retard pris par cet événement ne fait que refléter les difficultés du processus de fusion, non seulement d’un point de vue organisationnel, mais aussi, et surtout de la redistribution des postes et de la rétribution des anciens dirigeants des divers partis56. Le PAM a perdu rapidement le peu de contenu idéologique hérité du MTD, sans avoir su montrer sa capacité à gagner les élections lors du test des élections législatives partielles. Son arrimage au projet du roi ne semble pas suffisant. La défection de Kadiri et la formation du groupe parlementaire avec le RNI montrent les limites du projet d’El Himma d’un point de vue de la rénovation et de la rationalisation. Au-delà des discours sur la nécessité d’un débat de fond idéologique à même de reconfigurer le panorama partisan, c’est l’avenir des leaders, la distribution des postes de pouvoirs et de clientèles qui sont en jeu57. Si les résultats électoraux du PAM sont décevants, El Himma risque de perdre plus d’un ami.

Le congrès national de l’USFP : du report du congrès au report du renouvellement

  • 58 Cf. A. Belachgar, « Mohamed Yazgui : si j’étais resté à mon poste de leader, le VIIIe congrès n’aur (...)

32Depuis l’expérience gouvernementale de l’alternance en 1998, l’USFP est un parti en crise. En l’absence d’un leader charismatique et de mécanismes de gestion démocratique du pluralisme interne, les divergences se sont soldées trop souvent par l’ostracisme des contestataires de la ligne officielle. Concurrencé par quatre formations issues de ses rangs (le courant Fidélité à la démocratie incorporé au Parti socialiste unifié, le Congrès national ittihadi, le Parti travailliste et le Parti socialiste), il a perdu plus de la moitié de ses électeurs en 10 ans (passant de 884 000 en 1997 à 709 000 en 2002, puis à 409 000 en 2007). Le mécontentement issu des résultats électoraux de 2007 a redoublé lors de la formation du gouvernement El Fassi. En acceptant d’entrer au gouvernement, le premier secrétaire, El Yazghi a obtenu un ministère sans portefeuille, mais cela a été perçu comme une nouvelle érosion du peu de capital populaire que le parti possède encore. Certes, comme il saura l’affirmer haut et fort, c’est le Conseil national qui a choisi la participation avec 215 voix, contre 3 voix esseulées qui préconisaient le retour à l’opposition58.

  • 59 Cf. H. Tariq, « L’USFP a besoin d’une feuille de route consensuelle », al-Massae, nº 560, 3 septemb (...)
  • 60 Cf. T. Bouachrin, « L’USFP paie le prix de l’échec de la transition démocratique (1) », al-Massae, (...)
  • 61 À propos de l’évolution de l’USFP depuis la formation du gouvernement de l’Alternance en 1998 à 200 (...)

33Victime de la stratégie du « sinistrisme » (voir la contribution d’Abderrahim El-Maslouhi, dans le présent volume), depuis les élections de 2007, l’USFP est sans boussole, puisque Mohamed El Yazgui, le premier secrétaire, a été poussé à la démission. La déroute électorale et la préparation du prochain congrès sont saisies comme autant d’opportunités par les cadres du parti pour exposer les erreurs du passé qui ont conduit à la situation actuelle59. De nombreux militants qui prônent la rénovation, ont le sentiment que le parti a géré avec succès et loyauté une double transition : d’abord, le passage de la posture d’opposant à la participation gouvernementale et ensuite, la succession sur le trône. Pour accomplir cette mission, le parti aurait accepté de sacrifier l’objectif de la transition démocratique dont il aurait été le flambeau durant des années60. Or, au lieu de la reconnaissance espérée, c’est le désaveu du néo-Makhzen qui allait se produire. Dès octobre 2002, alors que l’USFP était arrivée en tête des élections législatives un mois plus tôt, le roi Mohamed VI nommait le « technocrate » Driss Jettou à la primature. Depuis, la place, qui aurait dû revenir de droit au parti, aurait été occupée par le néo-makhzen qui se mettait en place avec les amis proches du roi et les technocrates adoubés par le Palais (Desrues, 2001 ; Desrues, 2007). En se sacrifiant sans obtenir les bénéfices escomptés, l’USFP aurait perdu, outre certains de ses jeunes cadres les plus prometteurs et sa base syndicale, sa crédibilité auprès de ses électeurs61. Ce diagnostic sous-entend que c’est désormais la monarchie qui a une dette envers l’USFP et même si celle-là ne veut pas la reconnaître, le parti ayant rempli son contrat, nombreux sont ceux qui considèrent son droit à reprendre le combat pour la démocratisation.

  • 62 Cf. K. Boukhar, « Mohamed Elyazghi : L’USFP a besoin d’un numéro 1 », Tel Quel, n° 315, 15-21 Mars (...)

34Ainsi, certains, comme Nasr Hajji, souhaitent revenir aux fondamentaux du parti et prônent un retour à l’opposition. D’anciens ministres, tels que Habib El Malki ou Fatalah Oualalou, dont les ambitions n’ont pas été satisfaites par le gouvernement El Fassi, se posent comme autant d’alternatives. Enfin, on ne peut pas sous-estimer la capacité à rebondir des « vieux » tels que Abdelouahed Radi, l’actuel ministre de la Justice, ou du premier secrétaire sortant, El Yazghi, qui maintient ses appels à la responsabilité gouvernementale avec les alliés du PI et du PPS62. Au-delà des calculs politiciens, des uns et des autres, c’est la conception de la mission de l’USFP qui semble en jeu. Une mission qui s’articule autour de deux objectifs : la direction du gouvernement et le rassemblement de la gauche. Pour ce faire, le parti doit au préalable établir un consensus interne sur les conditions de la participation au gouvernement, reconnaître et institutionnaliser les courants, redéfinir les grandes lignes idéologiques et le contenu de la revendication de la réforme constitutionnelle.

Le Congrès de juin 2008 : de la foire d’empoigne au report

  • 63 Cf. S. Bencheikh, « USFP. Le combat des chefs », Tel Quel, n° 327, 07-13 juin 2008.
  • 64 Cf. I. Hammoudi, « Radi s’est compromis à abandonner le ministère de la Justice et El-Malki à récup (...)

35La date du VIIIe Congrès a été fixée aux 13, 14 et 15 juin 2008. Le respect du timing établi par les statuts du parti sera un des rares motifs de satisfaction63. Le jour du Congrès parmi les candidats au poste de premier secrétaire, il ne restait en lice que Fathallah Oualalou, Abdelouahed Radi, Habib El-Malki, Driss Lachgar, ainsi que Jamal Agmani, un des jeunes ministres du gouvernement qui bénéficiait de l’appui d’El Yazghi. En annonçant qu’il demanderait au roi de le démettre de son poste de ministre de la Justice si jamais il était élu, Radi pouvait espérer recevoir l’adhésion de ceux qui voyaient en lui un candidat qui pourrait se consacrer entièrement au parti. De même, le renoncement d’Agmani, laissait entrevoir une alliance entre El-Yazghi et Radi64. Ce faisant, malgré son âge et sa responsabilité dans la situation du parti, puisqu’il occupait le poste de secrétaire national adjoint, Radi apparaissait comme un des favoris.

  • 65 Cf. I. Hammoudi, « La guerre des listes et des appels à sortir du gouvernement suspendent le congrè (...)
  • 66 Cf. N. Lamlili, « Y a-t-il un candidat pour sauver l’USFP », Tel Quel, n° 329, 21-27 Juin 2008. M. (...)
  • 67 Cf. I. Hammoudi, « La guerre des listes… », op. cit.

36Les modalités de l’élection des candidats n’ayant pas été résolues avant l’ouverture du Congrès, elles ont rapidement monopolisé les débats pour finalement dériver en disputes de personnes et de clans. El Malki, Oualalou et Lachgar se sont opposés au vote par liste65, soupçonnant El Yazghi d’avoir proposé ce mode de scrutin, non pas pour permettre la reconnaissance des différents courants, mais pour apparaître comme étant le seul capable de maintenir l’unité du parti66. De même, Abdelhadi Khayrat, un membre du Bureau politique a déposé un amendement contre la proposition de scrutin par liste, qui selon lui serait illégale tandis que les sympathisants de la candidature de Lachgar ont appelé au retrait du gouvernement et le retour à l’opposition. Vu les désaccords entre les congressistes, la décision a été prise de suspendre le congrès et de le convoquer à une date ultérieure au cours des six prochains mois67. Il s’agit là d’une première dans l’histoire de l’USFP.

Abdelouahed Radi, vainqueur du second round : « le renouvellement pour un Maroc nouveau » ou la revanche des notables ?

  • 68 La revendication de la « monarchie parlementaire » met dans l’embarras ses alliés, surtout le parti (...)
  • 69 « L’USFP se dirige vers l’adoption d’une monarchie parlementaire, permettant aux représentants du p (...)

37Durant l’été, le parti a cherché des formules consensuelles à même d’atténuer les querelles personnelles et de résoudre l’impasse des élections des instances dirigeantes. Lors de la rentrée politique de septembre, plusieurs décisions sont annoncées par le Bureau politique. Il s’agit d’abord des dates du congrès qui ont été fixées aux 7, 8 et 9 novembre et, ensuite, du choix de la rénovation du Bureau politique par tiers ainsi que l’élection du premier secrétaire à un tour par les délégués. En reconduisant les candidatures individuelles, la question de la reconnaissance des courants, que les scrutins par listes devaient faire ressortir, est renvoyée à une date ultérieure. Quant à la définition de la ligne politique, le secrétariat du Conseil national a adopté un projet de plate-forme qui appelle à une réforme de la constitution à travers la mention au renfort du rôle du Premier ministre et du parlement. Il s’agit là d’une concession à ce qui représente un véritable point de discorde entre les habitués du gouvernement au sein du Bureau (Yazghi, Radi, Oualalou, El-Malki) et le Conseil national. La plateforme politique, qui sera soumise au vote du Conseil avant de passer au Congrès, a introduit l’expression « monarchie parlementaire » au lieu de l’usage habituel de « monarchie constitutionnelle »68. Même si les premiers considèrent qu’il s’agit d’une revendication stratégique à long terme et qui n’est pas prioritaire à court terme, c’est la première fois que la réforme constitutionnelle est explicitement revendiquée depuis que le parti est entré au gouvernement en 199869.

  • 70 Cf. M. Al-Hayari, « Nasser Hayyi est candidat au poste de premier secrétaire de l’USFP et appelle à (...)
  • 71 Cf. S. Bencheikh, « Le parti de la rose a enfin réussi le pari de renouveler ses instances. Mais le (...)
  • 72 Cf. M. C., « Congrès de l’USFP : El Malki affûte ses armes », L’Économiste, n° 2888, 24 octobre 200 (...)
  • 73 Cf. N. Lamlili, « Y a-t-il un candidat pour sauver l’USFP », Tel Quel, n° 329, 21-27 juin 2008.

38Lors du second round du Congrès, qui s’ouvre sous le slogan « le renouvellement pour un Maroc nouveau », parmi les quatre candidatures entrées en lice, on peut distinguer ceux qui, comme Nasr Hajji, défendent que la sortie du gouvernement est prioritaire70, de ceux qui, tels que Driss Lachgar, y ont renoncé, afin de ne pas effaroucher de possibles ralliements, et d’autres qui proposent que la présence au gouvernement doit être corrigée (de l’avis de Fatalah Oualalou)71 ou, d’après Habib El-Malki, plus agressive72. Quant à Abdelouahed Radi, son silence lui permet d’éviter les critiques. Son alliance avec El Yazghi, et sa longue expérience politique jouent en sa faveur. De même, si son âge pouvait apparaître comme un handicap, puisqu’il a 73 ans il va devenir un avantage pour tous ceux qui cherchent un candidat de transition73.

  • 74 Cf. S. Bencheikh « Le parti de la rose… », op.cit.

39Finalement, c’est Abdelouahed Radi qui est élu au suffrage uninominal à un tour avec 340 voix. C’est une courte victoire sans majorité, puisque le reste des 1 332 suffrages exprimés par les délégués, s’est porté sur Fatallah Oualalou qui a obtenu 315 voix, suivi par Driss Lachgar avec 286 et Habib Malki, avec 238 ; les deux autres candidats, Nasr Hajji et Mohamed Lahbabi faisant de la figuration avec 29 et 5 voix, respectivement74.

  • 75 Saïd Chbattou, ancien ministre de la Pêche, a débuté sa carrière politique à l’USFP, puis est passé (...)

40Quant à l’élection du Bureau politique, 98 militants se sont portés candidats aux 22 postes vacants. On remarquera les désistements de l’ancien ministre et candidat malheureux au poste de premier secrétaire, Nasr Hajji, et de l’ancienne militante de l’Union d’action féminine (UAF) et du Parti socialiste démocratique (PSD), Latifa Jbabdi. Si des militants historiques ont disparu du bureau politique (Mohamed Lahbabi, Abdelqader Bayna, Aicha Belarbi, Khalid Alioua ou Mohamed El-Yazgui), le renouvellement est marqué par un équilibre difficile entre la notabilisation du parti et le déplacement de son poids des grandes villes vers le monde rural que représentent les « revenants », Saïd Chbattou, président de la région de Meknès et Hassan Derhem, homme d’affaires sahraoui,75 et l’arrivée des « jeunes », Ali Bouabid et Hassan Tariq. De même, la féminisation est censée progresser avec 6 femmes contre 5 dans le bureau précédent. Il y a aussi les grands perdants du Congrès, les anciens du PSD, qui avaient fusionné en 2006 et qui n’ont plus aucun représentant au sein du Bureau politique. C’est un signe de mauvais augure pour les formations de gauche qui seraient tentées de rejoindre l’USFP avant que les courants ne soient institutionnalisés.

  • 76 Cf. D. Al-Kanbouri, « Les usfpistes reportent la décision de la démission de Radi du ministère de l (...)
  • 77 Cf. T. Bouachrin, « Finalement, Radi sort du gouvernement d’Abbas El-Fasi », al-Massae, nº 674, 19 (...)

41Dès son élection le nouveau secrétaire national est appelé à présenter, comme promis, sa démission du gouvernement. La pression du Comité national dont certains membres ont l’impression d’avoir été trompés montre la fragilité du consensus autour de son élection. Il s’agit d’un acte riche en symbolisme puisqu’au Maroc on ne démissionne pas quand on a été nommé par le roi. Radi s’est fait attendre, les déclarations laissant entendre que rien n’était décidé succédant à celles mettant en exergue que l’USFP aurait du mal à justifier l’abandon d’un ministère qui appartenait au domaine réservé du monarque, il y a encore peu de temps76. Il va finalement présenter sa démission que le roi aurait refusée77.

  • 78 Cf. M. Al-Fan, « L’USFP n’abandonnera pas le gouvernement, mais un changement de gouvernement est p (...)

42Tout porte à croire qu’avec l’élection du nouveau secrétaire national débute un mandat de transition qui devrait néanmoins affronter des défis importants : les élections municipales de juin 2009, qui poseront de nouveau la question du retrait du gouvernement ou de la renégociation des portefeuilles78 ; la vocation à rassembler la gauche, qui passe par la reconnaissance statutaire des courants, et le renouvellement de la doctrine et de la ligne politique. Ce renouvellement est difficilement envisageable sans des mécanismes institutionnels permettant le débat démocratique et l’arrivée d’une génération qui n’a été marquée ni par l’alternance ni par son suivisme vis-à-vis d’El Yazghi. Qui plus est, sans ces changements, on est en droit de penser que l’agitation de la réforme constitutionnelle apparaît comme un baroud d’honneur pour les responsables du « sinistrisme », puisqu’il est trop tôt pour affirmer qu’elle signifie la sortie de celui-ci.

Le démantèlement du réseau terroriste Belliraj et la dissolution des partis al-Badil al-Hadari et al-Oumma.

  • 79 Pour une présentation des différents courants islamistes au Maroc, on renvoie à la contribution de (...)

43Dans le sillage des attentats du 16 mai 2003, les acteurs de l’islamisme politique au Maroc avaient renouvelé les gages concernant leur adhésion aux méthodes légaliste et pacifique79. Le PJD, en pleine ascension depuis les élections législatives de 2002, se voyait freiné à la veille des élections municipales de septembre 2003, par des accusations insidieuses sur sa responsabilité morale et intellectuelle dans les attentats terroristes. Sa soumission à la Commanderie des croyants fut réitérée et ses ambitions électorales revues à la baisse. Quant à l’autre grand mouvement islamiste, Justice et Spiritualité, il continuait à refuser tout autant la participation que la violence. Parallèlement à la participation dans le système politique marocain du PJD, deux associations islamistes, Al Badil al-Hadari (l’Alternative civilisationnelle) (1995) et al-Harakat lil-Oumma (le Mouvement pour la Communauté) (1998) exprimaient auprès des autorités une volonté de se transformer en parti politique et de bénéficier d’une reconnaissance légale.

44Quant à la Monarchie, elle a annoncé plusieurs fois la reprise en main de « l’orthodoxie » religieuse assimilée au malékisme, tout en choyant le soufisme. Dès lors, une division a été instaurée entre ce qui est présenté comme étant l’islam marocain légitime et les « salafistes » dévoyés par des idéologies étrangères, qu’il s’agisse du « wahabisme » importé d’Arabie Saoudite ou du chiisme d’Iran. Or, contre tout pronostic le 18 février 2008, cette division s’est effondrée comme un château de carte après le démantèlement d’un réseau terroriste international constitué au début des années 1990, qui mêlerait des responsables islamistes marocains avec le grand banditisme et des connections jihadistes.

La dissolution de al-Badil al-Hadari : une procédure légale ou une décision précipitée ?

  • 80 Parti légalisé en 2005, il fut créé à partir de l’association du même nom constituée en 1995. Cf. h (...)
  • 81 Créé en juillet 2007, il ne recevra pas le récépissé du ministère de l’Intérieur, l’empêchant de co (...)
  • 82 Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme. Les liaisons dangereuses », Tel Quel, n° 312, (...)

45Les dirigeants de deux petits partis islamistes, connus ces dernières années pour avoir revendiqué leur légalisme et prôner la non-violence, Mustapha El-Moatassim, secrétaire général du parti islamiste Al-Badil Al-Hadari80 et Mohamed El-Amin Reggala, porte parole et numéro deux du même parti, ainsi que Mohamed El-Marouani, leader du parti, non légalisé, El-Oumma81 sont arrêtés le 18 février. Le jour suivant, le 19 février, c’est au tour de Mohamed Nayibi, un enseignant et militant du Parti socialiste unifié (PSU) et Abdelilah Maa Al-Aynain, dirigeant du PJD chargé de la « Commission du Sahara » au sein de celui-ci et candidat lors des élections législatives de 2007, ainsi que d’Abdallah Sriti, correspondant au Maroc de la chaîne de télévision du Hizbollah libanais, Al-Manar, et sympathisant du Badil al-Hadari82. Ce sont finalement 35 personnes qui ont été arrêtées. La surprise va être d’autant plus grande parmi les acteurs et les observateurs politiques, que ces arrestations s’effectuent dans le cadre du démantèlement d’un réseau terroriste.

  • 83 Y. Aït Akdim, « Affaire Belliraj. Le temps du doute », Tel Quel, n° 313, 1-7 juillet 2008.
  • 84 « Abbas devance la justice et dissout le Parti Al-Badil Al-Hadari », al-Massae, nº 443, 21 février (...)
  • 85 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme… », op. cit. Une source du ministère de l’I (...)

46Au troisième jour de l’affaire, le 20 février, le Premier ministre, Abbas El Fassi, en accord avec l’article 57 de la loi sur les partis politiques, décide la dissolution du parti al-Badil al Hadari avant que la justice ne se soit prononcée83. La note du Premier ministre affirme que la décision de la dissolution a été prise en se basant sur la « véracité de la relation entre ce réseau et le parti, en comptant sur des preuves concluantes de l’implication des principaux dirigeants du parti avec le réseau terroriste84 ». Le ministre de l’Intérieur Chakib Benmoussa, qui s’est montré, depuis sa nomination en 2005, sourcilleux du respect de la légalité, notamment lors des offensives de ses services lancées contre les activités du mouvement illégal, mais toléré, Justice et Spiritualité (Desrues, 2007), insiste sur l’urgence de la situation tout en précisant que si « l’État doit prendre ses responsabilités et interdire le parti, ses membres peuvent toujours contester la décision devant le tribunal administratif85 ».

  • 86 Ibid.
  • 87 A. Mezuar, « Chentouf révèle la collaboration de Beliraj avec les secrets belges et accuse les six (...)

47D’après le ministère de l’Intérieur, les trois dirigeants de L’Alternative civilisationnelle et du Mouvement pour la Communauté auraient participé en 1992 à des réunions à Casablanca et à Tanger, ainsi qu’à l’assemblée constitutive d’une organisation ayant des fins terroristes à la tête de laquelle Mohamed El-Marouani aurait été élu émir. Dès sa création le réseau aurait possédé une structure bicéphale dans la tradition des Frères musulmans. D’une part, la face visible du mouvement serait lisse, institutionnalisée et surtout légale, organisée autour d’associations islamistes qui donneront naissance au parti de « L’Alternative civilisationnelle » en juin 2005, le parti de Mustafa Moatassim et son clone, « El Oumma » de Mohamed Marouani, en février 2007. Et d’autre part, parallèlement à cette vitrine légaliste se serait constituée une autre structure clandestine et paramilitaire sous le nom de « Majmouat al-amal al-khass » (groupes d’action spéciale). Celle-ci se consacrerait à la subversion armée et poursuivrait la déstabilisation et la destruction du régime. Cette branche militaire aurait introduit des armes au Maroc depuis 199386 et recruterait des personnes fuyant la justice ainsi que des anciens membres de la « Chabiba islamiya » (Jeunesse islamique), du Mouvement des moujahidines au Maroc et de la « Salmiya yihadiya »87. Qui plus est, le Conseil national de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé considère que les accusés appartiennent à un réseau terroriste de dimension internationale qui maintiendrait des relations étroites avec al-Qaïda, et en particulier, al-Qaïda au Maghreb, le Groupe islamiste combattant marocain (GICM) et le Hizbullah libanais. Ce réseau planifiait l’assassinat de personnalités marocaines, dont des ministres et des militaires, ainsi que des membres de la communauté juive.

Le réseau Belliraj : grand banditisme et terrorisme

  • 88 Cf. A. Sajir et M. Al-Hayari, « Beliraj : une affaire fabriquée et Basri était au courant des armes (...)
  • 89 Cf. A. Mezuar, « Chentouf… », op. cit.
  • 90 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme…, op. cit.
  • 91 Cf. « Belliraj, Bekhti, la Belgian connection », La Vie Economique, 29 février 2008.

48Un des éléments les plus frappants de cette affaire, c’est l’amplitude du réseau terroriste, vu sa dimension internationale, son imbrication dans la scène politique officielle et sa relation avec le grand banditisme. Ce réseau baptisé « Belliraj » du nom de son chef présumé, Abdelkader Belliraj, aurait été constitué il y a 16 ans. Il a été accusé de planifier des attentats sur le sol marocain, de disposer d’un important arsenal d’armements et de munitions qui ont été découverts dans une cache aux abords de la ville de Nador. Lors de sa première comparution au tribunal, Belliraj, un résident marocain en Belgique, dénonce une affaire montée de toutes pièces. D’après ses déclarations, les armes trouvées auraient été introduites au début des années 1990, dans le cadre d’une opération menée par les services secrets marocains, et en toute connaissance de cause du ministre de l’Intérieur de l’époque, Driss Basri. Elles auraient été destinées au Front islamique du salut (FIS) algérien88. Par ailleurs, Belliraj a reconnu que les services secrets belges l’avaient contacté en 2000 et qu’ils lui avaient demandé sa collaboration dans des dossiers liés au terrorisme89. Le point commun entre le chef du prétendu réseau et les détenus politiques serait leur appartenance à un groupe islamiste appelé « Al-Ikhtiyar al-Islami » (L’option islamique), constitué en 1991. D’après des sources policières, citées par l’hebdomadaire Tel Quel, ces deux formations politiques auraient bénéficié de financements dont l’origine douteuse pourrait provenir du blanchiment de l’argent du réseau Belliraj90. En effet, Abdelkader Belliraj, est soupçonné d’avoir commis plusieurs meurtres entre 1986 et 1989, dont l’assassinat du recteur de la Grande mosquée de Bruxelles et du président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique. Il aurait fréquenté les mouvements islamistes dès les années 1970 et aurait rejoint les rangs du mouvement révolutionnaire islamique marocain au début des années 1980, avant d’approcher al-Qaïda et la salafiya jihadiya après le 11 septembre 200191. Enfin, il aurait été mêlé au braquage de la société de transport de fonds « Brink’s » au Luxembourg en 2000. Ces fonds auraient été blanchis au Maroc et auraient pu contribuer au financement des mouvements des accusés.

  • 92 Cf. « Comment une enquête a débouché sur un réseau terroriste », La Vie Economique, 29 février 2008
  • 93 Cf. « Moatassim : ils m’ont détenu après que j’ai refusé de m’incorporer au Mouvement de tous les d (...)
  • 94 Moatassim affirme avoir prévenu Ahmed Herzenni, aujourd’hui président du Conseil consultatif des dr (...)

49Des rumeurs ont circulé établissant divers degrés d’implication selon les détenus. Ce faisant, celles-ci ne faisaient qu’illustrer la stupeur des uns et le renforcement éradicateur des autres92. D’après la presse, Mustapha Moatassim, qui affirme avoir rencontré Belliraj, une seule fois il y a 16 ans en août 1993 à Tanger93, aurait coupé les relations avec celui-ci, ce qui n’aurait pas été le cas de Mohamed Marouani. Toutefois, il aurait commis l’erreur de ne pas avoir communiqué aux autorités de l’époque tout ce qu’il savait des activités des terroristes94.

La mise entre parenthèse par les autorités de la pratique de la « rectification » et des contradictions entre les filières shiite et d’Al-Qaïda

  • 95 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme… », op. cit.

50Si Moatasim est connu pour ses amitiés au sein de la gauche marocaine, il est aussi connu au sein du mouvement islamiste pour ses sympathies envers le chiisme. D’ailleurs, il ne cache pas sa sensibilité pour les thèses développées par les idéologues du Hizbullah. C’est pourquoi, certains verront dans l’arrestation du correspondant de la chaîne du parti chiite, al-Manar, l’implication de celui-ci dans le réseau Belliraj, ce que le ministère de l’Intérieur finira par démentir95.

  • 96 Ibid.
  • 97 Ibid.
  • 98 Cf. B. Tlidi, « De “l’option islamique” à “Al-Bidal al-Hadari” et “al-Oumma” : trajectoire et recti (...)

51Au cours du processus de légalisation d’al-Badil al-Hadari, « les services du ministère de l’Intérieur auraient fait de longues recherches sur la relation entre Moatassim et le chiisme96 ». Selon l’islamologue Mohamed Darif, « Mustafa Moatasim et son parti ont toujours dérangé à cause de leurs contact à l’étranger97 ». D’après le journal proche du PJD, At-Tajdid, qui reconstruit les itinéraires de Moatassim et de Marouani, depuis leur militance au sein de la « Chabiba islamiya » (Jeunesse islamique) jusqu’à ce jour98, il semblerait que les deux hommes ont été marqués par plusieurs événements qui pourraient expliquer leur évolution. Il y a d’abord, le succès de la révolution iranienne en 1979, puis les émeutes de juin 1981 à Casablanca. Dans ce contexte « révolutionnaire », ils auraient été convaincus que l’option du changement radical de régime serait appuyée par les masses et décident de fonder l’organisation « Soldats de l’Islam » en octobre 1981. Cependant, au cours de la deuxième partie des années 1980, la question des prisonniers islamistes les amène à créer une plateforme de réflexion qui les conduira à abandonner progressivement l’option révolutionnaire. En 1990, le premier congrès du « Mouvement de l’option islamique » aborde plusieurs questions qui montrent leur évolution. C’est d’abord, le changement de nom qui évite les connotations belliqueuses. Ensuite, deux impératifs sont discutés : la constitution d’un large front islamique et l’entrée dans la phase de l’action légale. Après l’échec de la formation d’un front réunissant plusieurs associations islamistes marocaines, un conflit va surgir entre Moatasim et Marouani au cours du troisième congrès du mouvement en 1992. Ce conflit aboutira à l’expulsion du premier par le second en août 1995. L’itinéraire des deux hommes et de leurs courants est marqué par ce qui est considéré dans les cercles islamistes comme des « rectifications », c’est-à-dire des changements stratégiques dans la poursuite des buts initiaux. Ces rectifications concerneraient l’abandon de la clandestinité et de l’option violente pour le pari de la légalité et du débat ouvert, pragmatique et autonome.

Un islamisme de gauche et la stupéfaction des formations de gauche

  • 99 Cf. N. Lamlili, « Le patchwork islamiste », Tel Quel, 24-30 novembre 2007.

52L’apparition des noms d’hommes politiques qui appartiennent à des formations légalisées, reconnues pour leurs positions modérées, leurs appels au dialogue pacifique entre toutes les composantes du panorama politique marocain et qui condamnent sans hésitations le terrorisme a déconcerté de nombreuses personnalités politiques. Au lendemain des élections législatives de septembre 2007, l’hebdomadaire Tel Quel99 se demandait quel était l’avenir des petits partis islamistes qui avaient grandi dans l’ombre du PJD et qui se présentaient comme une alternative à celui-ci alors que Al-Badil al-Hadari n’avait récolté que 15 000 voix et que le Hizb al-Oumma n’avait toujours pas obtenu de reconnaissance légale. Or toujours selon Tel Quel, l’existence de ces partis ne faisait que refléter le pluralisme au sein de l’islamisme marocain qui ne se reconnaît pas toujours ni dans la vision du PJD ni dans celle de Justice et Spiritualité (Al Adl Wal Ihsane),

  • 100 D’après le chercheur Abdellah Tourabi, « Parmi les références de ces deux partis, figure l’expérien (...)

53Les dirigeants d’al-Badil al-Hadari et d’Al-Oumma jouissaient d’un certain respect de la part de la classe politique marocaine qui les considérait comme un point de rencontre entre le mouvement islamiste et les partis de gauche. C’est d’ailleurs ce qui fait leur originalité et a contribué à l’intérêt montré par la presse. Ces deux formations partageraient un référentiel démocratique qui les rapprocherait davantage de la gauche non-gouvernementale que des mouvances islamistes de tendance populiste. À ce propos, Mustapha Moatassim secrétaire général d’al-Badil al–Hadari déclarait que « La démocratie n’a pas de religion. On est démocrate ou on ne l’est pas » et que son parti était prêt à s’allier « à tous les démocrates, qu’ils soient athées, laïcs ou libéraux100 ». Cette conviction serait partagée par Mohamed Marouani, du Parti d’Al Oumma qui insistait au lendemain des dernières élections législatives sur « l’urgence de l’édification d’un État de droit ». De même, tous les deux semblaient prendre leurs distances avec El Himma, auquel ils reprochaient la culture makhzénienne. Enfin, les deux partis ont organisé leurs congrès constitutifs dans les locaux du Parti socialiste unifié (PSU). D’ailleurs, ce dernier fait partie de la commission de soutien à Marouani dans sa bataille pour que son parti décroche le fameux récépissé du ministère de l’Intérieur. Et comme le PSU, ils ont en commun la revendication d’une réforme constitutionnelle, même s’ils divergent sur son étendue et son urgence.

  • 101 C’est le cas d’Ismael Alaoui, le secrétaire général du PPS, qui rappelle la trajectoire de dirigean (...)
  • 102 Abderrahman Benameur considère que la décision est inopportune et qu’il faudrait aller au tribunal (...)
  • 103 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme… », op. cit.

54La dissolution d’un parti politique, qui a participé aux dernières élections législatives sans qu’ait eu lieu un procès, va être perçue comme un dangereux précédent fondé sur de simples accusations et bafouant la présomption d’innocence101. La défense va être assurée par un Comité d’avocats, dont les membres sont connus pour leur implication dans les causes des procès politiques et des droits de l’homme102. À côté des sympathisants de gauche Khaled Séfiani, Abderrahman Benameur et Abderrahim Jamaï, on retrouve Mustapha Ramid, député du PJD et avocat habituel depuis les attentats du 16 mai 2003 dans les dossiers de terrorisme qui incriminent des islamistes103.

  • 104 On renvoie à la ligne éditoriale suivie par Maroc-Hebdo. M. Selhami, « Terrorisme. Dieu merci, on l (...)

55Enfin, l’implication supposée de personnalités de l’islamisme politique marocain dans l’affaire Belliraj a fait remonter à la surface la mémoire de la violence préconisée autrefois par la Chabiba islamiya. Ce faisant, l’hypothèse du double jeu attribué aux islamistes, pratiquant le discours démocratique et légaliste tout en maintenant de façon dissimulée la possibilité du recours aux méthodes violentes a de nouveau pris corps104. Dans quelle mesure le PJD est-il visé ? On peut seulement souligner qu’un de ses cadres a été impliqué au même titre que les autres responsables dont les formations politiques ont été dissoutes et que plusieurs de ses fondateurs, dont son nouveau secrétaire général, A. Benkirane, sont passés par la Chabiba, et sont accusés périodiquement de manier un double discours.

L’élection d’Abdelilah Benkirane à la tête du PJD : de la crise de confiance à l’option de la clarification démocratique

  • 105 Le parti est passé de 595 439 suffrages en 2002 à 503 000 en 2007.
  • 106 Entretiens de Thierry Desrues avec des responsables du PJD de la région de Meknès, Février 2007.

56La déception provoquée par les résultats des élections législatives du 7 septembre 2007 (Desrues et López García, 2008) a réactivé les critiques au sein du PJD envers la gestion menée depuis 2004 par le secrétaire national sortant, Saad Eddin El-Othmani. Malgré la victoire relative obtenue en nombre de voix et la progression de quatre sièges par rapport aux élections antérieures de 2002, le sentiment est celui d’un échec. Les 46 députés sont loin de correspondre aux 60 à 90 représentants que les observateurs et les propres dirigeants du parti prévoyaient. Ces derniers ont eu beau agiter le spectre traditionnel de la fraude électorale, les défauts du système électoral ou le découpage des circonscriptions (Desrues et López García, 2008), ce qui est sûr, c’est que la formation islamiste a perdu une partie de ses électeurs105 et qu’elle rencontre des difficultés à pénétrer le monde rural. De même, elle n’a pas été immunisée par le taux record d’abstention. Elle a sans doute aussi souffert d’un moindre report du vote protestataire sur ses candidats que par le passé, des consignes du mouvement Al-Adl wal-Ihsane appelant à l’abstention, d’une gestion municipale décevante pour son incapacité à résoudre les problèmes ou à imposer sa marque106.

  • 107 Cf. Y. Aït Akdim, « Islamistes. Le PJD en questions », Tel Quel, n° 325, 24-30 mai 2008.
  • 108 Lahcen Daudi, qui fut le numéro deux de El Otmani, affirma pendant le congrès que « les campagnes d (...)
  • 109 Cf. « Un congrès qui cherche la légitimité et affronte El Himma », al-Massae, n° 571, 19-20 juillet (...)
  • 110 Ibid.

57Par ailleurs, bien que le PJD soit arrivé en deuxième position en nombre de sièges et premier en nombre de voix, à aucun moment le parti n’a été pris en compte pour la formation du gouvernement107. Le renvoi sine die dans l’opposition a été mal vécu par la direction du parti qui n’était même pas à même d’offrir un refus ou une compensation ministérielle à une stratégie qui était désormais contestée par la base108. Cette situation a favorisé la réincorporation de Mustapha Ramid à la tête du groupe parlementaire dès la session d’octobre 2007. De même, les contestataires ont obtenu l’ouverture d’un débat interne au niveau national, dirigé par une commission présidée par Mohamed Yatim, un des membres du secrétariat national109. Ce débat a abordé plusieurs questions dont l’attitude à adopter face à la fraude électorale et la partialité du Makhzen ainsi que la relation entre le parti et le Mouvement pour l’unité et la réforme (MUR)110.

Les candidats au secrétariat national

  • 111 À propos de l’histoire du PJD, on renvoie à M. Tozy (1999) et M. Zeghal (2005).

58La stratégie d’autocritique et l’ouverture d’un débat interne impulsé et contrôlé par les instances dirigeantes du parti ont permis d’apaiser la contestation envers la gestion de Saad Eddin El-Otmani. Cependant, si c’est dans un contexte marqué par une crise de confiance que le PJD inaugure son 6e Congrès111, on est face à un cas de figure différent de celui de l’USFP. Comme le souligne Malika Zeghal (2005, p. 211) : « le PJD est né de la convergence de parcours individuels, religieux et politiques très diversifiés, d’hommes qui se sont regroupés dans une structure mosaïque ; les conflits internes sont visibles et la concurrence entre les hommes fait partie des règles du jeu. » C’est pourquoi, le caractère conciliateur de El-Otmani a permis de gérer les tensions entre les différents courants au sein du parti pendant quatre ans et que, malgré les critiques, à la veille du Congrès qui s’ouvrait, il partait favori en l’absence d’un front commun contre lui. Néanmoins, deux autres personnalités, Abdellilah Benkirane et Mustapha Ramid, capables de réunir les déçus de la défaite, apparaissaient comme des alternatives au secrétaire national en fonction.

  • 112 Des doutes persistent sur qui du Palais ou de Driss Basri, le ministre de l’Intérieur, l’aurait ret (...)

59Le premier, Abdelilah Benkirane, est connu pour avoir été l’un des principaux artifices de l’évolution de nombreux islamistes du radicalisme de la Chabiba islamiya à la voie légale, pacifique et participationniste du PJD. C’est lui qui a conduit les négociations avec le ministère de l’Intérieur afin d’obtenir la légalisation de la Jamaa islamiya en 1983 qui deviendra Al-Islah wat-Tajdid en février 1992112. À cette époque, la remise en question de l’islamité de la société et du pouvoir n’est plus à l’ordre du jour et puisqu’on ne les autorise pas à créer leur propre parti, ils iront trouver refuge au sein du Mouvement populaire démocratique et constitutionnel (MPDC) du Dr. Khatib en 1996 (Zeghal, 2005, p. 212-215). Connu pour ses bonnes relations avec le Makhzen, il est en faveur d’une participation gouvernementale. Il est aussi célèbre pour ses sorties médiatiques en matière de contrôle des mœurs et de moralité depuis la tribune du journal At-Tajdid. Finalement, sa capacité à négocier avec les autorités et son pari sur la participation au jeu institutionnel le font passer pour un modéré, tandis que ses diatribes contre la corruption de la société marocaine lui confèrent une image de dur. Pour les éradicateurs de l’islamisme, il incarnerait le double discours manié par les islamistes : pragmatiques et légalistes en minorité, autoritaires et imposant la sharia en situation majoritaire.

60Le second, Mustapha Ramid, est taxé de dur ou de radical. Or pour Mohamed Tozy (1999), qui retrace son évolution, ce licencié en droit et diplômé de Dar al-hadith, en investissant le champ politique, c’est un ouléma moderniste qui est devenu un islamiste modéré. Directeur de la revue As-Sahwa, qui a accueilli les tribunes de tout ce que compte le gotha islamiste dans les années 1990, il aurait été en communication avec l’ancien ministre de l’Intérieur, Driss Basri, et proche du Dr. Khatib, originaire comme lui de la région d’El Jadida. Défenseur de l’État de droit et de l’autonomie du parti, il se singularise pour exiger une transformation des institutions politiques marocaines et, notamment, une réforme de la Constitution comme condition préalable à la participation du PJD au gouvernement. En d’autres termes, il développe un discours critique vis-à-vis des pratiques makhzéniennes, tandis que Benkirane s’en accommoderait. Partant, en dehors de leurs parcours respectifs, c’est aussi une question de stratégies dans les rapports au pouvoir marocain qui différencie ces deux hommes.

La tenue du congrès et l’élection du nouveau secrétaire national

  • 113 Cf. H. Filali Ansary : « PJD : Elotmani pour succéder à Elotmani ? », La Vie Économique, 4 juillet (...)
  • 114 Selon Abdallah Baha, président de la Commission d’organisation du Congrès, il s’agit de transformer (...)

61Contrairement au congrès de l’USFP qui a abouti à un report des travaux jusqu’à une date indéterminée, « la grand-messe des islamistes s’annonce réglée comme du papier à musique113 ». Les dirigeants du PJD profitent de la tenue de leurs congrès du 19 au 20 juillet pour montrer leur capacité de mobilisation, d’organisation et de fonctionnement démocratique interne114. Le parti bat son précédent record avec 14 300 personnes qui ont assisté à la session inaugurale du Congrès. Fouad Ali El Himma sera parmi les rares hommes politiques qui comptent à ne pas se rendre au congrès. Quant aux deux mille personnes qui participeront aux travaux, elles se répartissent entre 300 observateurs, 1700 congressistes officiels, dont 200 femmes et 1 200 délégués en provenance des différentes zones et provinces. Le reste correspond à des représentants des organisations dépendantes du Parti, telles que l’ordre des avocats, les syndicats professionnels, la jeunesse, les conseillers municipaux, etc.

62Le règlement du PJD ne permet pas de connaître l’identité des candidats avant le jour du congrès. La candidature au secrétariat général du parti n’est pas le résultat d’une démarche volontariste de la part des aspirants, car ce sont les membres du Conseil national qui proposent une liste de candidats. Ensuite, les délégués du congrès national sont chargés d’élire les candidats à la candidature à travers un vote secret au cours d’une session, le premier jour du congrès. Ceux qui arrivent à accumuler plus de 10 % des voix se présentent comme candidats officiels.

  • 115 Cf. « Matin Forum : Abdellilah Benkiran décline ses priorités et ses convictions », Le Matin, 7 aoû (...)
  • 116 « Les dysfonctions du Parti d’El Otmani dans le miroir du VIe Congrès », al-Massae, n° 571, 19-20 j (...)
  • 117 Cf. A. Mzuar, « Le Roi appelle Benkiran et félicite le parti des islamistes », al-Massae, n° 573, 2 (...)

63Les débats qui doivent évaluer les candidatures se déroulent portes closes, car comme le reconnaissent les militants, les critiques personnelles fusent. Les responsables de la jeunesse Abdelaziz Rebbah et Basima Haqqaoui, de l’Organisation du renouveau et de la prise de conscience féminine (ORCF), ont défendu la rupture avec la ligne de la conciliation suivie depuis 2004115. En général, les principaux reproches formulés envers la gestion d’El Otmani se réfèrent à son indécision sur des questions cruciales et sur la gestion des divergences entre les courants de Benkirane et de Ramid ; la pauvreté du débat idéologique ; l’attention démesurée prêtée à la gestion locale ; et, la déception des résultats électoraux116. Qui plus est, selon le journal al-Massae, le nombre d’affiliés aurait diminué au cours des dernières années117.

  • 118 Cf. A. Benlachgar, « Benkiran bat El Otmani et crée la surprise », al-Massae, n° 572, 21 juillet 20 (...)
  • 119 Cf. Y. Aït Akdim, « Islamistes. Séisme au PJD », Tel Quel, n° 334, 26 juillet-03 août 2008.

64Les congressistes ont retenu les candidats suivants : Saad Eddine Al-Otmani (165 voix), Abdelilah Benkirane (120 voix), Mustapha Ramid (82 voix), Lahcen Daudi et Abdalah Baha avec (39 voix) et Abdelaziz Rebbah (35 voix)118. Lors du tour suivant, Ramid, Daudi et Rebbah se sont retirés de la course et ont laissé la voie libre à l’élection par les 1 200 délégués d’Abdelilah Benkiran au poste de secrétaire national. Celui-ci a obtenu 684 suffrages et a devancé Saad Eddine El-Otmani qui a atteint 495 voix, tandis qu’Abdallah Baha n’a récolté que 14 voix119.

Le nouveau secrétaire général : simple jeu de chaises musicales ou véritable clarification ?

  • 120 Ibid.
  • 121 Cf. Jaouad Mdidech, « Le nouvel homme fort du PJD », La Vie Économique, 25 Juillet 2008.

65Après son échec de 2004, Abdelilah Benkirane a profité cette fois de la demande de reprise en main de la base. Puisqu’ El Himma est entré dans l’arène politique en désignant le PJD comme étant son adversaire, les militants se sont libérés de l’hypothèque du 16 mai qui soumettait le parti aux interférences du ministère de l’Intérieur. L’image du personnage Benkirane est ambivalente au sein du parti. Longtemps accusé par les partisans de Ramid d’être prêt à toutes les concessions pour entrer au gouvernement, il est perçu comme un « dictateur, peu enclin à consulter les autres dirigeants », par les proches d’El Otmani120. Artisan de l’intégration de l’islamisme dans le jeu politique, il est connu pour son verbe acéré, sa pugnacité, son sens de la réplique et de la polémique121. Si apparemment le contraste est grand avec la mesure d’El-Otmani, on peut se demander dans quelle mesure son élection à la tête du PJD signifie réellement un changement de direction pour le parti. Ainsi, on retrouve des éléments de continuité au sein du secrétariat général. Sa composition est pratiquement identique à la précédente. De même, entre Saad Eddin El-Otmani et Abdelilah Benkirane, on assiste à un échange de fonctions, le premier accédant à la présidence du Conseil national que quitte le second pour occuper le poste de secrétaire national.

  • 122 Cf. M. Hamrouch, « Abdelilah Benkirane prend la tête du Parti de la justice et du développement », (...)
  • 123 Cf. « La recette de “la lutte démocratique” des islamistes des institutions », al-Massae, n° 571, 1 (...)

66Toutefois, pour les partisans de Benkirane, sa victoire marque le début de la « clarification » de la ligne à suivre par le parti. C’est dans ce sens que s’exprime Abdelaziz Rebbah, secrétaire général de la jeunesse du PJD quand il déclare que « nous avons besoin d’un ton plus clair dans l’expression de nos positions et Abdelilah Benkirane est l’homme approprié pour incarner cette clarification122 ». Au niveau idéologique, la « lutte démocratique » se substitue au slogan de l’étape antérieure centré sur le combat contre la corruption. La thèse du 6e Congrès définit « la lutte démocratique » comme la revendication de la réforme du système électoral, afin de refléter une carte des partis politiques mieux définie et plus proche de la réalité ; le renforcement des garanties légales pour la transparence des processus électoraux ; le raffermissement des instances de contrôle et de législation au parlement ; la consolidation de l’autorité du gouvernement et de l’institution du Premier ministre dans la trame institutionnelle marocaine123. On retrouve l’argument de la fraude électorale et de l’usage de l’argent, cher à Lahcen Daoudi et aux partisans d’El-Othmani, après le revers de septembre 2007 et le retour de la question de la réforme constitutionnelle lancée par Mustapha Ramid à la veille du congrès de 2004.

  • 124 Cf. Y. Aït Akdim, « Islamistes. Séisme au PJD », op. cit.
  • 125 Cf. « Matin Forum… », op. cit.

67Par ailleurs sur l’agenda d’Abdelilah Benkirane figure la gestion de dossiers tels que la relation du parti avec le Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR) ; les alliances politiques et surtout électorales avec d’autres formations ; et la possibilité d’une participation au gouvernement. Une des premières décisions prise par le nouveau secrétaire a consisté à démissionner de la commission exécutive du MUR124. Celle-ci a été présentée comme un geste significatif. Elle a été justifiée par son auteur au nom de la distinction entre la religion et la politique, entre la priorité accordée au défi économique au détriment du religieux. Or, il faut rappeler au passage qu’El Otmani avait lui aussi démissionné de la direction du MUR en 2004. Quant aux futures alliances électorales en vue des élections municipales du 12 juin, elles sont envisagées avec des partis « sérieux ». Le rapprochement avec la gauche est considéré pour préserver les acquis démocratiques face à la menace que représente El Himma. En effet, il s’agit d’une alliance contre nature pour cet ingénieur, qui considère que l’islam puritain et rigoriste est au fondement de l’identité marocaine et qui a mené un véritable combat contre les élites « occidentalisées »125.

  • 126 Cf. A. Tourabi, « L’étrange M. Belkiran », Tel Quel, nº 334, 26 juillet 2008.
  • 127 Cf. N. Al-Aissi, « PJD : Benkirane quitte le MUR », L’Économiste, n° 2827, 24 juillet 2008.

68Comme le rappelle, l’hebdomadaire Tel Quel126 Benkirane et son cercle sont parmi les premiers islamistes à se remettre en question, à avoir connu les fameuses « Morajaât » (les rectifications, les révisions). Ils ont admis leurs erreurs, condamné l’usage de la violence et reconnu la nature islamique de la société et de l’État. Ils se défendent d’être l’avant-garde de la communauté musulmane et son unique représentant. Dès lors toute action politique doit se faire au sein de l’État marocain et à l’intérieur de ses institutions. Tout est affaire de compromis, de négociations et de lecture des rapports de forces avec le pouvoir. Partant, il n’y a rien de surprenant de constater que la position du nouveau secrétaire national concernant la participation du PJD au gouvernement a évolué. Celui qui était généralement prompt à affirmer que le parti était prêt à franchir le pas si l’intérêt du pays l’exigeait127 est de nouveau disposé à rester dans l’opposition le temps nécessaire.

Conclusion

69Le Roi règne et gouverne. Il laisse la gestion des affaires courantes aux ministres, ce qu’il ne faudrait pas confondre avec le gouvernement du pays. Au-delà des rivalités de personnes, les hommes de son entourage ont en commun la méfiance vis-à-vis des partis politiques. Ils sont réticents à ce que le roi renonce à ses prérogatives dans un contexte politique où le rapport de force est favorable à la monarchie. Ils ont renforcé la technocratie pour pallier les défaillances royales et partisanes et faire avancer la modernisation du pays ainsi que son arrimage à l’Europe. Ce faisant ils pressent le monarque d’occuper le vide politique. Ses fréquents voyages aux quatre coins du Maroc, quand il est présent sur le territoire national, continuent à lui donner de bons résultats. Est-il toujours prêt à maintenir ce rythme d’inaugurations ? De nouveau en 2008, ses absences longues et répétées ont donné lieu à des spéculations sur l’ennui que lui procureraient les affaires de gouvernement ou sur son état de santé. Il est certain que ses absences paralysent l’action du gouvernement durant des semaines.

70La monarchie se trouve toujours face à un dilemme de confiance : comment disposer de forces politiques qui donneraient l’impression d’une vie politique active, géreraient avec efficacité les grandes orientations royales, tout en acceptant de laisser à la monarchie les bénéfices des réalisations, tandis que les partis devraient assumer la responsabilité des échecs ? Il semblerait que la mission de Fouad Ali El Himma consiste à combler ce vide. Cependant, les difficultés rencontrées et la méthode choisie par celui-ci illustrent la prégnance des cultures politiques notabilaires et makhzéniennes. La capacité d’invention est limitée et les effets pervers du jeu politique marocain font que l’aventure du PAM s’apparente à s’y méprendre à la réactualisation des vieilles recettes utilisées tout au long du règne précédent pour gérer les majorités parlementaires. Toutefois, si à l’avenir les espoirs mis dans les cycles électoraux s’évanouissent, on ne peut écarter une réforme de la Constitution, car il faudra bien faire taire la grogne qui risque de croître au sein de l’USFP et du PJD et réactiver la scène politique officielle afin que les « citoyens » aillent voter. Au-delà de la cooptation des personnes et vu la volonté de « corporatisation » du champ politique, dans quelle mesure peut-on s’attendre à des innovations institutionnelles qui, dans le sillage de l’impulsion réformatrice de la Moudawwana, refléteraient un approfondissement de la « gouvernementalisation » et la « parlementarisation » dans la gestion du pays ? Ou au contraire, la priorité sera donnée à une réforme qui opterait pour la déconcentration de la gouvernance régionale et locale ?

71En effet, la capacité du PAM à mobiliser les électeurs, restructurer le champ partisan, rénover les élites politiques, redéfinir les positionnements idéologiques des uns et des autres et à s’autonomiser du Palais tout en conservant sa confiance relève du domaine du doute. Si le discours d’El Himma appartient au registre de la « corporatisation », en l’absence de mobilisation populaire, ce registre est vidé d’une partie de son contenu par la réalité de son recrutement. Au niveau idéologique, le discours se contente de désigner l’islamisme du PJD comme adversaire en raison de l’absence de tout corpus élaboré.

72Or, le PJD se défend de posséder une quelconque nature religieuse ou de s’éloigner du projet du roi. D’ailleurs, son nouveau secrétaire national réitère son soutien au roi. Il réserve le recours au registre musulman pour les discours sur le contrôle des mœurs et les grandes causes internationales autour de la solidarité arabe et islamique. En agitant la revendication de la réforme de la constitution, le PJD rejoint la gauche. Des alliances de circonstances entre les islamistes et la gauche peuvent se produire autour de la réforme constitutionnelle comme autrefois entre la gauche et l’Istiqlal au sein de la « Koutla ad-dimucratiya » (le Bloc démocratique). De même, la revendication d’une réforme constitutionnelle débouchant sur la parlementarisation du régime permet à l’USFP de se rapprocher de la gauche non-gouvernementale. C’est en ce sens que le PAM pourrait accélérer le regroupement des courants de gauche et forcer l’USFP à se réinventer.

  • 128 Cf. H. Filali-Ansary, « Ce qui s’est vraiment passé à Sidi Ifni, le 7 juin », La Vie Économique, 11 (...)
  • 129 L. Jaidi, « À la recherche des classes moyennes », La Vie Économique, 12 septembre 2008.
  • 130 H. Berrada, « Le parti du roi… et du peuple », Jeune Afrique, 27 janvier 2008.
  • 131 M. Sekkouri Alaoui, « Interview. Robert Ménard : “Le roi a toutes les cartes en main” », Tel Quel, (...)

73Il n’en demeure pas moins que les dirigeants de la gauche partisane sont coupés des populations. Seuls les militants de base qui combinent le politique et l’associatif au niveau local maintiennent la communication. Ce sont eux qu’on retrouve autour des micro-révoltes contre la vie chère, les passe-droits et le retrait de l’État de certains domaines que les activités de développement local difficilement peuvent palier128. Faut-il voir dans l’attention portée à la classe moyenne dans les discours du monarque une réponse au renchérissement du coût de la vie et aux micro-révoltes ? En attendant d’en définir les contours, il s’agit d’une notion à laquelle on prête bien des vertus129, dont la principale, pourrait être le conformisme. Ceci étant on est appelé à se souvenir de l’expérience tunisienne (Bras, 1996). D’ailleurs, certains observateurs feront le rapprochement entre le projet d’El Himma et le Rassemblement constitutionnel et démocratique du président Ben Ali130. Quant à la situation de la liberté d’expression, elle est toujours en régression et cette évolution renvoie de nouveau à la situation tunisienne. Le quotidien Al-Massae a été condamné à 6 millions de dirhams pour diffamation. Après l’exil du fondateur du Journal Hebdomadaire, l’emprisonnement du journaliste d’Al Watan Al An, les poursuites contre le directeur de Tel Quel pour outrage au roi, ou l’interdiction de l’ancien directeur du magazine Demain d’exercer pendant dix ans, c’est désormais la blogosphère qui est soumise à la vigilance de la justice marocaine131. Fouad Mourtada, un jeune ingénieur qui avait été condamné en février à 3 ans de prison pour s’être fait passer pour le prince Moulay Rachid sur Facebook, a été gracié au bout de quelques semaines par Mohammed VI. Un autre bloggeur marocain, Mohamed Erraji, a été arrêté le 5 septembre, à la suite de la publication d’un article intitulé « le Roi du Maroc encourage le peuple à adopter la culture de l’assistanat ». Dès le 8 septembre, il a été condamné à deux ans de prison ferme et une amende de 5 000 dirhams pour « manquement au respect dû au roi », accusation comptant parmi celles figurant dans le registre de l’atteinte aux valeurs sacrées. Le 18 septembre, après les mobilisations des associations de plaidoyer et de défense du journalisme, il est libéré et son jugement annulé pour vice de forme.

74Si des vieux problèmes demeurent, la question du caractère innovateur des réponses apportées reste posée. Après la formation du PAM qui rappelle le FDIC, seul l’avenir, nous dira si le lancement du Plan Vert en avril 2008, annonce une nouvelle alliance de la monarchie avec les nouvelles générations d’entrepreneurs agricoles qui, quoi qu’on en dise savent, eux aussi, le moment des élections venu, mobiliser leurs clientèles.

Haut de page

Bibliographie

Ayubi Nazih, 1995, Over-stating the Arab State : Politics and Society in The Middle East, Londres, I.B. Tauris.

El-Benna Abdelkader , 1992, « Les partis politiques au Maroc », in La société civile au Maroc, Rabat, SMER, Signes du présent.

Bendourou Omar, 2006, « La nouvelle loi marocaine relative aux partis politiques », L’Année du Maghreb 2005-2006, Paris, CNRS éditions, p. 293-303.

Bras Jean-Philippe, 1996, « Túnez. El presidente Ben Alí y su clase media », Revista Internacional de Sociología, 14, p. 27-59.

Desrues Thierry, 2004, Estado y agricultura en Marruecos : Trayectoria de la política agraria y articulación de intereses, Madrid, MAPYA.

—, 2005, « Governability and Agricultural Policy in Morocco : Functionality and limitations o the Reform Discourse », Mediterranean Politics, V10/1, March, p. 39-64.

, 2006, « De la monarchie exécutive ou les apories de la gestion de la rente géostratégique », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Éditions.

, 2007, « L’emprise de la monarchie marocaine entre fin du droit d’inventaire et déploiement de la “technocratie palatiale” », L’Année du Maghreb, édition 2007, Paris, CNRS Éditions, p. 231-262.

, 2007, « Entre État de droit et droit de l’État, la difficile émergence de l’espace public au Maroc », L’Année du Maghreb 2005-2006, Paris, CNRS Éditions, p. 263-292.

Desrues Thierry et Bernabé López García, 2008, « La désertion des électeurs », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions, p. 281-307.

Gobe Éric, 2006, « Corporatisme, syndicalisme et dépolitisation », in Picard Élisabeth, La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, Coll. U., p. 171-192.

Leveau Rémy, 1976, Le fellah marocain défenseur du Trône, Paris, FNSP.

, 1993, Le sabre et le turban, Paris, François Bourin.

Schmitter Philippe et Lehmbruch Gerhard, 1979, Trends toward corporatism intermediation, Londres, Sage.

Tozy Mohamed, 1999, Monarchie et Islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences po.

Zeghal Malika, 2005, Les islamistes marocains. Le défi à la Monarchie, Paris, la Découverte.

Haut de page

Notes

1 Deux ans avant son décès en septembre 2008, le Dr. Khatib avait déclaré que Mohamed VI lui aurait dit : « Je ne fais pas de politique, mais je gère la politique des autres ». Le Dr. Khatib, pieux nationaliste fidèle à la monarchie, était connu pour son aversion envers la gauche et pour avoir été le passeur qui a contribué à l’entrée dans le champ partisan des islamistes qui formeront en 1998, le Parti de la justice et du développement (PJD). Cf. O. Brousky, « Khatib et les vicissitudes du PJD », Le Journal Hebdomadaire, 24 septembre 2006.

2 Cf. Larbi Jaidi, « En 2008, on devra trouver des solutions à nos bons vieux problèmes », La Vie Économique, 4 janvier 2008.

3 Cf. « Discours de SM Le Roi Mohammed VI à l’ouverture de la première session de la cinquième année législative de la 8e législature 2007 », http://www.parlement.ma/fe/file2.php [Consulté le 24 janvier 2009].

4 Cf. « Discours de SM Le Roi Mohammed VI à l’ouverture de la première session de la cinquième année législative de la 8e législature 2007 », http://www.parlement.ma/fe/file2.php [Consulté le 24 janvier 2009].

5 On défend ici l’idée d’une convergence entre la présence d’énoncés dans les discours de Mohamed VI qui appartiennent à l’idéologie corporatiste et la mise en place de dispositifs de pouvoir et de gestion qui inscrivent le pluralisme de la représentation des intérêts et des identités qui traversent la société marocaine dans des processus qui, à défaut d’être monopolistiques, sont oligopolistiques. Pour une révision du corporatisme dans ses différentes variations, on renvoie à Ph. Schmitter et Gh. Lehmbruch (1979) et, pour une application au contexte du monde arabe on citera N. Ayubi (1995) et É. Gobe (2006).

6 Le roi a annoncé, dans le discours du Trône du 30 juillet 2008, la mise en place du Conseil économique et social dont la création est prévue par la Constitution de 1996. Un sommet Euromed des Conseils économiques et sociaux s’est tenu à Rabat les 16-17 octobre 2008.

7 Cf. P. Canales, « Inquietud y turbulencia política en Marruecos : operado en París Mohamed VI en medio del máximo secreto », El Imparcial, 22 février 2008.

8 L’hebdomadaire Tel Quel comptera deux mois et demi de vacances royales durant l’année 2008. S. Bencheikh, « Royal politik », Tel Quel, 10-16 janvier 2009.

9 Cf. A. Benchemsi, « Questions légitimes », Tel Quel, nº 331, 5-11 juillet 2008. Y. Aït Akdim, « Gouvernement. Pas de lois sans roi », Tel Quel, nº 333, 19-25 juillet 2008.

10 Cf. Y. Aït Akdim, « Gouvernment. Pas de lois sans roi », Tel Quel, nº 333, 19-25 juillet 2008.

11 S. Bencheikh qui abordant ce qu’il considère comme l’humiliation volontaire de la classe politique par la monarchie, arrive à la conclusion que la méthodologie démocratique ne sert finalement que le contrôle autocratique, « Royal politik », Tel Quel, 10-16 janvier 2009. On renvoie aussi du même auteur et dans le même numéro à l’article, « Monarchie totale », Tel Quel, 10-16 janvier 2009.

12 Cf. « Discours de SM Le Roi Mohammed VI à l’ouverture de la première session de la cinquième année législative de la 8e législature 2007 », http://www.parlement.ma/fe/file2.php [Consulté le 24 janvier 2009].

13 Les signataires du communiqué de presse sont : Aziz Akhennouch (ministre de l’Agriculture) ; Ahmed Khchichin (ministre de l’Éducation) ; Salah El Ouadie El Assafi (militant associatif et poète) ; Khadija Rouissi (militante associative) ; Fouad Ali El Himma (député et ancien ministre délégué à l’Intérieur) ; Mustapha Bakkoury ; Rachid Talbi Alami ; Mohamed Cheikh Biadillah (ancien ministre de la Santé) ; Hakim Benchamach ; Habib Belkouch ; Hassan Benaddi (ancien journaliste syndical). Voir http://www.mouv.ma/indexfr.htm

14 Parmi les premières personnalités à avoir rejoint le MTD, on peut citer des ministres en fonction (Salaheddine Mezouar, ministre des Finances), des hommes d’affaires (Abderrahim Lahjouji, ancien dirigeant du patronat, Mustapha Amhal, l’un des premiers opérateurs du secteur pétrolier du pays, Mustaphaa Bakkouri, de la Caisse de dépôts et de gestion), des acteurs associatifs (Driss El-Yazami), des journalistes (Bachir Znagui, qui a été nommé porte-parole). A. Benchemsi, « El Himma. Le mouvement est parti », Tel Quel, n° 308, 26 Janvier-1er Février 2008.

15 Ibib. Voir aussi F. Iraki, « Objectif 2009. À table avec El Himma », Tel Quel, n° 313, 1er-07 mars 2008. Le rapport du cinquantenaire, « 50 ans de développement humain. Perspectives 2025 », est disponible à l’adresse suivante http://www.rdh50.ma/fr/general.asp. Les conclusions de l’IER peuvent être consultées sur http:// :www.rdh50.ma/fr/general.asp.

16 Cf. B. Tlidi, « MTD. Contribution à une critique des slogans », at-Tajdid, 13 juin 2008.

17 D’après El Himma « Il est temps de décentraliser le Maroc, d’aller dans les régions, de faire du travail de terrain, de solliciter les potentialités locales, etc. Aide-toi, le Maroc t’aidera ». K. Boukari et F. Iraki, « El Himma. Le ONE man show et ce qu’il cache », Tel Quel, n° 327, 07-13 juin 2008.

18 Le numéro 780 de Maroc-Hebdo, en date du 22 février 2008, reprendra le titre de l’article de son chroniqueur, M. Séhimi, pour afficher en couverture « El Himma lance le parti du roi ». Selon les propos d’El Himma, il s’agit de « contribuer à la réanimation de la vie politique en réunissant des personnalités de divers horizons et affinités politiques qui puissent encadrer les masses déçues par les carences des partis politique ». A. Benchemsi, op. cit.

19 On reprend ici l’approche typologique fournie par l’hebdomadaire Tel Quel, qui articule les différents profils qui composent le MTD : les opportunistes, les démocrates makhzéniens et les gauchistes déçus. Ahmed Benchemsi, op. cit.

20 Ibid.

21 Ainsi, Al-Bayane, l’organe du PPS a publié un éditorial qui vouait le mouvement à l’échec, tandis que Driss Lachgar, un des poids lourds de l’USFP, n’hésita pas à déclarer qu’El-Himma était « une menace pour la démocratie ». De même, le PJD, à travers Lahcen Daoudi, a appelé à être vigilant à l’égard des autorités. M. Sliki : « El-Alaoui refuse de parler d’El-Himma et des dirigeants du parti l’attaquent », al-Massae, n° 578, 28 juillet 2008. « El-Himma dans le point de mire des partis politiques », a-Massae, n° 577, 26-27 juillet 2008.

22 Par ailleurs, l’Istiqlal au gouvernement, et dans une moindre mesure l’USFP à travers son premier secrétaire El Yazghi, ministre sans portefeuille, ont décidé de ne pas répondre à l’initiative d’El Himma : « Yazgui : l’USFP et le PI décident de boycotter le Mouvement d’El Himma », al-Massae, n° 571, 19-20 juillet 2008.

23 Cf. H. Filali-Ansary, « Mouvement pour tous les démocrates, 200 inscriptions par jour ! », La Vie Économique, 15 février 2008.

24 « Entendons-nous bien : le MTD n’a pas de potion magique dans sa besace. Nous sommes dans une première phase, nous écoutons, nous approfondissons nos réseaux locaux, nous recrutons, pour être prêts demain, au cas où ». K. Boukhari et F. Iraki, « El Himma. Le ONE man show et ce qu’il cache », Tel Quel, n° 327, 07-13 juin 2008.

25 Cf. M. Al-Fan : « El-Himma révèle son agenda politique et annonce son parti “Authenticité et Modernité” », al-Massae, 09-10 août 2008.

26 Ceux qui se sont prononcés contre la formation d’un parti politique insistent sur la séparation totale entre les deux formations. Ainsi, Ilias Al-Omari, un des fondateurs du MTD, affirme dans un entretien au journal al-Massae : « la décision de quelques membres du Mouvement de former un parti politique les situe pratiquement en dehors de l’idée initiale du mouvement et de son esprit, c’est-à-dire, travailler avec tous les acteurs pour appliquer les recommandations de l’Instance Équité et Réconciliation et le Rapport du cinquantenaire. » Et d’ajouter : « les fondateurs et non les « satellites » du mouvement ont toujours défendu l’idée de maintenir le Mouvement loin des partis politiques. Est-ce que quelqu’un pourrait penser que je travaillerai avec Kadiri dans le même parti ? C’est impossible ». « Le tracteur d’El Himma arrive à la gare du parti politique », al-Massae, n° 577, 26-27 juillet 2008.

27 Cf. A. Benchemsi, « Interview exclusive. Fouad Ali El Himma : “Je n’ai pas d’ambitions personnelles” », Tel Quel, n° 337, 06-12 septembre 2008.

28 Al Ahd et le PED sont des scissions du MP, tandis que le PND est une scission du RNI. Quant à Ali Belhaj il s’est présenté aux élections législatives sous les étiquettes de l’UC en 1993, du PPS en 1997, avant de fonder l’Alliance des libertés en 2002.

29 Cf. A. Benchemsi, op. cit.

30 Cf. T. Bouachrin, « El-Himma et la pastille d’aspirine », al-Massae, 9 octobre 2008.

31 Le PJD et l’USFP se montrent particulièrement hostiles. Selon Najib Boulif, membre du secrétariat général du PJD, le MTD viserait à sonder la société et les futurs cadres qui pourraient rejoindre le parti, et à laisser du temps aux membres des partis afin qu’ils préparent la sortie de leurs formations respectives et leur futur incorporation au nouveau parti. A. Mezouar, « El-Himma cherche une idéologie pour son nouveau parti », al-Massae, n° 549, 24 juin 2008.

32 Cf. T. Bouachrin, « Feuille de route sans boussole », al-Massae, n° 554, 30 juin 2008.

33 À la veille des élections législatives de 1963, le Front pour la défense des institutions constitutionnelles (FDIC) s’est constitué en réunissant les Libéraux indépendants, le Mouvement populaire et le Parti constitutionnel et démocratique, ainsi que des fidèles du Palais et des transfuges des autres partis. Il s’agissait alors de vaincre l’Istiqlal et l’UNFP et de donner au gouvernement une assise parlementaire. Le programme du FDIC se résume dans la formule suivante : « soutenir l’action de SM le Roi dans tous les domaines » (El Benna, 1992). Ce front est une première formule de gestion des majorités parlementaires qui sera reproduite plus tard avec quelques variantes lors de la création post-électorale du RNI en 1978 et pré-électorale de l’UC en 1983. Cette dernière, créée par le Premier ministre à la veille des élections de 1983 sera sans doute le point culminant de l’intervention de l’administration dans l’encadrement politique des marocains. Les réactions de la gauche à l’annonce le 22 juin de la création d’un futur parti PAM se sont manifestées notamment lors de la tenue du 3e Forum travailliste, le 5 juillet 2008. Six partis de gauche annonceront à cette occasion qu’ils étaient préparés pour affronter toute intervention de l’administration dans le jeu politique. Parmi les participants à cette réunion, Thami El-Khiary, secrétaire général du Front des forces démocratiques (FFD) déclara qu’« en tant que forces de gauche, ils ne craignent pas que la vie politique revienne aux années soixante », faisant ainsi allusion au FDIC. Abdelkarim Benatik, secrétaire général du Parti travailliste, insistait quant à lui sur le fait que « le non respect des élections transparentes et la neutralité des autorités renverra le pays à l’ère de la falsification et la corruption électorale ». Najib Benabdalah, membre du bureau politique du PPS insista sur l’éventualité d’une plateforme de la gauche pour les prochaines élections. Cf. M. Sliki : « Les forces de gauche ont peur que « le parti d’El Himma ne respecte pas les règles de l’action politique », al-Massae, n° 560, 07 juillet 2008.

34 À propos du Mouvement d’El-Himma, le nouveau secrétaire national du PJD, Benkirane déclara : « El-Himma n’a pas de programme politique à soumettre au débat. La première chose qu’il a faite c’est se rendre sur les plateaux de télévision de 2M pour nous attaquer. Ce qui est politiquement inacceptable ». Cf. « Benkirane attaque El-Himma lors de sa première comparution devant les moyens de communication et l’invite à changer d’attitude », al-Massae, n° 575, 24 juillet 2008.

35 Créé en 1982 d’une scission interne du RNI en raison de conflits de personnes autour de la direction du parti et de susceptibilités régionales (El Benna, 1992).

36 Cf. A. Sajir, « Le colonel Kadiri descend du “tracteur” d’El-Himma », al-Massae, 13-14 septembre 2008. S. Achehbar, « Touche pas à mon parti », Tel Quel, n° 341, 04-10 octobre 2008.

37 Cf. Kadiri dit que sa sortie du PAM fut le résultat de « l’emprise du MTD sur le nouveau parti ». Cf. « Abdalah Kadiri sort du parti d’El-Himma », At-Tajdid, 15 septembre 2008.

38 Cf. A. Belachgar, « Polémique sur la légalité de la participation du PAM aux élections », al-Massae, 13-14 septembre 2008.

39 Cf. Y. Meskin, « Le colonel Kadiri dénonce l’Intérieur pour avoir légalisé le parti d’El-Himma », al-Massae, 10 octobre 2008.

40 Cf. Y. Meskin, « Le tracteur d’El Himma récolte la désillusion à Marrakech et Safi », al-Massae, 22 Septembre 2008.

41 Au cours d’une réunion, le samedi 25 octobre, des membres et des dirigeants du parti fusionné, Parti de l’environnement et du développement (PED) exprimèrent leur malaise à El-Himma. Hassan Quachal, un des députés du parti lui dit : « Nous étions fondamentaux dans notre parti et maintenant nous sommes marginaux et on nous impose toutes les décisions […] vous devez nous expliquer cette situation […] et ou bien nous continuerons à aller de l’avant, ou nous nous arrêterons ou nous ferons marche arrière ». Cf. H. Bakkour, « El-Himma affronte l’épreuve de donner des explications aux cadres des partis fusionnés », al-Massae, 27 octobre 2008. Voir également H. Bakkour, « Probables fissures au sein du PAM et des appels à abandonner le bloc d’El-Himma », al-Massae, 25-26 octobre 2008.

42 « Si “le nouveau venu” pouvait sensibiliser et convaincre 40 % des abstentionnistes pour participer au processus électoral, ce serait une valeur ajoutée pour le panorama politique. Et s’il pouvait recruter de nouvelles élites scientifiques, sociales, politiques, artistiques et économiques on devrait le féliciter. Mais si ce qu’il cherche c’est la reproduction des attitudes du passé avec lesquelles le pays avait mis fin, on devrait tous lui faire front ». Et Mohamed Aujar, dirigeant du RNI, d’ajouter : « Si El-Himma reproduit les mêmes attitudes que par le passé, on devra lui faire front », at-Tajdid, 2 octobre 2008.

43 Cf. M. El-Fan, « El-Himma révèle son agenda politique et annonce son parti “Authenticité et Modernité” », al-Massae, 09-10 août 2008.

44 Lachgar appelle les vrais partis politiques, sans distinction de couleur politique, à créer un « Front national pour la défense de la démocratie », dont l’objectif est de lutter contre les ennemis de la démocratie, (le pôle d’El Himma), qualifié de parti du régime, et de revendiquer des réformes politiques et constitutionnelles. « On a reçu de façon positive l’appui du PJD à notre proposition (de plateforme ou de front). Cela signifie qu’on coïncide dans la volonté de combattre les déviations dans le processus de corruption électorale dans notre pays et c’est le premier parti qui a répondu à notre proposition et nous souhaitons que le suivent tous les démocrates. […]. Ces coïncidences, que tous les démocrates doivent apprécier, ne peuvent en aucun cas être interprétées comme une alliance, parce que l’USFP est au gouvernement et le PJD dans l’opposition ». Cf. « Driss Lachgar, membre du bureau politique de l’USFP : le nouveau venu ne peut pas sentir la majorité gouvernementale et la méthodologie démocratique », at-Tajdid, 06 octobre 2008.

45 Cf. « Moujahid : le grand parti de l’administration revient au Parlement », As-sabah, 06 octobre 2008.

46 Cf. « Benatiq : on a vraiment besoin de reproduire un passé douloureux ? », As-sabah, 06 octobre 2008.

47 « Le PAM : un parti au-dessus de la loi », at-Tajdid, 2 octobre 2008. Si la Loi sur les partis déclare que « les partis politiques constitués légalement peuvent fusionner en toute liberté dans le cadre d’un parti existant ou d’un nouveau parti », Mustapha Ramid, avocat et président du groupe Justice et Développement au parlement, considère, en se fondant sur la non-appartenance partisane de certains fondateurs du PAM, tels que El-Himma ou Benhaddi, que le règlement sur la fusion de partis ne peut être appliqué dans ce cas précis. En défendant, qu’il s’agit bel et bien d’une nouvelle création, il revendique l’application de la législation relative à la constitution de nouveaux partis. De même, d’après des chercheurs réunis par la Fondation Bouabid, les situations juridiques tant du MPD que du PAM sont incorrectes, parce qu’elles ne respectent pas la loi, ni celle de 2002 sur les associations, ni celle de 2006 sur les partis politiques. Voir I. Hammudi, « Universitaires : Le PAM est un parti illégal », at-Tajdid, 16 octobre 2008.

48 El-Himma déclare lors d’une conférence organisée par la Fondation A. Bouabid : « Notre parti n’est pas le parti du roi et personne n’est derrière nous […]. Nous n’avons jamais dit que c’est le parti du roi, ou que le roi l’avait créé, et nous ne parlons pas du roi dans nos discours, ce que nous disons c’est que le projet du roi est le bon et nous nous l’appuyons ». Cf. A. Benlachgar, « El-Himma : Nous ne sommes pas le parti du roi et personne est derrière nous », al-Massae, 15 octobre 2008.

49 Abdelilah Benkiran affirma : « Je comprends que quand El-Himma était au ministère de l’Intérieur, il recevait des instructions du roi, mais maintenant en politique, c’est un simple citoyen qui a un projet à défendre. Et, je n’accepterai pas que le Roi ait un pacte avec El Himma. Le roi a dit qu’il était le roi de tous les marocains ». Cf. A. Belchgar, « Benkirane : Je n’accepterai pas que le roi ait un pacte avec Ali El Himma », al Massae, 12 septembre 2008.

50 À ce propos, Lahcen Daouidi fit la déclaration suivante : « Ce ne sont pas des commentaires dignes d’un politique. Il est hors de couverture et veut avec ses déclarations (El-Himma) présenter l’image d’un affrontement entre le roi et une autre partie. Jouer avec cette question est très dangereux ». Cf. F. Madani, « El-Himma prépare un bras politique pour lutter contre les islamistes », al-Massae, 6 septembre 2008.

51 Cf. Y. Bourfisi, « Les partis de droite tombent les uns après les autres dans le giron du PAM. El-Himma avance avec fermeté vers la constitution d’un grand pôle politique de centre-libéral avec 4 partis comme piliers », as-Sabah, 04 octobre 2008.

52 Le président du RNI, A. Mansouri, expliqua que l’Alliance parlementaire entre le PAM et le RNI « est la première pierre vers la création de pôles politique forts et homogènes ». Voir H. Bakkour, « Mansouri prend le tracteur d’El Himma et Laenser reste sur le bas-côté », al-Massae, n° 634, 03 octobre 2008.

53 Ismail Al-Alaoui, secrétaire général du PPS, commenta qu’ils « n’avaient d’autres choix que d’appuyer cette alliance puisqu’ils se trouvent ensemble au sein de la majorité gouvernementale ». Cf. « El-Alaoui : il n’y a rien d’étrange », as-Sabah, 06 octobre 2008. Quant à Driss Lachgar, il s’est montré méfiant face à une alliance qu’il a qualifiée de précipitée, réalisée sans qu’il y ait eu de consultation avec le reste des partis qui forment la majorité gouvernementale. Cf. « Lachgar : nous avons beaucoup de points d’interrogations quant aux intentions qui se trouvent derrière les intentions de l’alliance entre El-Himma et Mansouri », as-Sabah, 06 octobre 2008.

54 Cf. H. Bakkour, « Mansouri prend “le tracteur”… », op. cit.

55 Cf. I. Hammoudi, « Les alliances d’El Himma mettent en danger la continuité du gouvernement El Fassi », at-Tajdid, 10 octobre 2008.

56 « Les affrontements au sein du PAM reportent le congrès pour la troisième fois », at-Tajdid, 27 novembre 2008.

57 Cf. « Mohamed Aujar, responsable du RNI : si El-Himma recommence à reproduire des attitudes du passé, on devra lui faire front », at-Tajdid, 2 octobre 2008.

58 Cf. A. Belachgar, « Mohamed Yazgui : si j’étais resté à mon poste de leader, le VIIIe congrès n’aurait pas échoué », al-Massae, nº 573, 22 juillet 2008.

59 Cf. H. Tariq, « L’USFP a besoin d’une feuille de route consensuelle », al-Massae, nº 560, 3 septembre 2008.

60 Cf. T. Bouachrin, « L’USFP paie le prix de l’échec de la transition démocratique (1) », al-Massae, nº 615, 09 septembre 2008.

61 À propos de l’évolution de l’USFP depuis la formation du gouvernement de l’Alternance en 1998 à 2008, on renvoie à la contribution d’A. Maslouhi, « La gauche marocaine, défenseure du trône. Sur les métamorphoses d’une opposition institutionnelle », dans le présent volume.

62 Cf. K. Boukhar, « Mohamed Elyazghi : L’USFP a besoin d’un numéro 1 », Tel Quel, n° 315, 15-21 Mars 2008.

63 Cf. S. Bencheikh, « USFP. Le combat des chefs », Tel Quel, n° 327, 07-13 juin 2008.

64 Cf. I. Hammoudi, « Radi s’est compromis à abandonner le ministère de la Justice et El-Malki à récupérer la “souveraineté du parti” », at-Tajdid, 11 juin 2008.

65 Cf. I. Hammoudi, « La guerre des listes et des appels à sortir du gouvernement suspendent le congrès de l’USFP », at-Tajdid, 17 juin 2008.

66 Cf. N. Lamlili, « Y a-t-il un candidat pour sauver l’USFP », Tel Quel, n° 329, 21-27 Juin 2008. M. Ennaji, « L’USFP, orpheline de Hassan II », Tel Quel, n° 331, 05-11 juillet 2008.

67 Cf. I. Hammoudi, « La guerre des listes… », op. cit.

68 La revendication de la « monarchie parlementaire » met dans l’embarras ses alliés, surtout le parti de l’Istiqlal, qui n’envisage pas une réforme constitutionnelle dont l’objectif serait une réduction des prérogatives du roi. Pour les istiqlaliens, cette revendication est une réaction de certains socialistes qui expriment leur mécontentement envers la direction du parti à cause des résultats des élections et des négociations postérieures à la formation du gouvernement. Cf. M. El-Fan, « Les usfpéistes mettent dans l’embarras le PI avec leur revendication de la “monarchie parlementaire” », al-Massae, nº 669, 13 novembre 2008.

69 « L’USFP se dirige vers l’adoption d’une monarchie parlementaire, permettant aux représentants du peuple, à travers des élections transparentes, l’exercice de façon complète de leur travail de législation et de contrôle et qui laisse le pouvoir exécutif entre les mains d’un gouvernement sorti des urnes, présidé par un Premier ministre possédant toutes les facultés pour la gestion de la chose publique ». Cf. A. Belachgar, « L’USFP regrette l’opposition “du bon vieux temps” », al-Massae, nº 660, 03 novembre 2008.

70 Cf. M. Al-Hayari, « Nasser Hayyi est candidat au poste de premier secrétaire de l’USFP et appelle à sortir du gouvernement” », al-Massae, nº 658, 31 octobre 2008.

71 Cf. S. Bencheikh, « Le parti de la rose a enfin réussi le pari de renouveler ses instances. Mais le week-end a été long, long… », Tel Quel, n° 347, 15-21 novembre 2008.

72 Cf. M. C., « Congrès de l’USFP : El Malki affûte ses armes », L’Économiste, n° 2888, 24 octobre 2008.

73 Cf. N. Lamlili, « Y a-t-il un candidat pour sauver l’USFP », Tel Quel, n° 329, 21-27 juin 2008.

74 Cf. S. Bencheikh « Le parti de la rose… », op.cit.

75 Saïd Chbattou, ancien ministre de la Pêche, a débuté sa carrière politique à l’USFP, puis est passé au Mouvement populaire. Hassan Derhan, riche homme d’affaires ayant des intérêts dans la distribution du pétrole, est membre du Comité royal consultatif pour les affaires du Sahara (CORCAS). Il a été élu député précédemment sous les couleurs du RNI et du MP. On parlera à son sujet de « revenant » dans la mesure où son père fut un des fondateurs de l’Union nationale des forces populaires (UNFP) et que son frère a été lui aussi élu député USFP.

76 Cf. D. Al-Kanbouri, « Les usfpistes reportent la décision de la démission de Radi du ministère de la Justice », al-Massae, nº 669, 13 novembre 2008.

77 Cf. T. Bouachrin, « Finalement, Radi sort du gouvernement d’Abbas El-Fasi », al-Massae, nº 674, 19 novembre 2008.

78 Cf. M. Al-Fan, « L’USFP n’abandonnera pas le gouvernement, mais un changement de gouvernement est possible pour satisfaire les mécontents », al-Massae, nº 667, 11 novembre 2008.

79 Pour une présentation des différents courants islamistes au Maroc, on renvoie à la contribution de Youssef Belal, dans ce présent volume.

80 Parti légalisé en 2005, il fut créé à partir de l’association du même nom constituée en 1995. Cf. http://www.albadilalhadari.com/.

81 Créé en juillet 2007, il ne recevra pas le récépissé du ministère de l’Intérieur, l’empêchant de concourir aux élections législatives de 2007. Le 17 avril 2008, le Tribunal Administratif prit un arrêt confirmant son caractère illégal. Cf. http://www.aloummah.org/

82 Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme. Les liaisons dangereuses », Tel Quel, n° 312, 23-29 février 2008.

83 Y. Aït Akdim, « Affaire Belliraj. Le temps du doute », Tel Quel, n° 313, 1-7 juillet 2008.

84 « Abbas devance la justice et dissout le Parti Al-Badil Al-Hadari », al-Massae, nº 443, 21 février 2008. Concernant, la loi sur les partis, on renvoie à l’analyse réalisée par Omar Bendourou (2006).

85 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme… », op. cit. Une source du ministère de l’Intérieur, avancera plus tard l’explication suivante pour justifier ce qui pour nombre d’acteurs et d’observateurs ressemble à une décision précipitée : « la fermeture provisoire requérait une décision de justice. Cela demandait du temps alors qu’il fallait réagir rapidement pour éviter la dissimulation ou la destruction de preuves. » Cf. Y. Aït Akdim, « Affaire Belliraj… », op. cit.

86 Ibid.

87 A. Mezuar, « Chentouf révèle la collaboration de Beliraj avec les secrets belges et accuse les six politiques sans les écouter », al-Massae, nº581, 31 juillet 2008.

88 Cf. A. Sajir et M. Al-Hayari, « Beliraj : une affaire fabriquée et Basri était au courant des armes ». al-Massae, nº 577, 3 juillet 2008.

89 Cf. A. Mezuar, « Chentouf… », op. cit.

90 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme…, op. cit.

91 Cf. « Belliraj, Bekhti, la Belgian connection », La Vie Economique, 29 février 2008.

92 Cf. « Comment une enquête a débouché sur un réseau terroriste », La Vie Economique, 29 février 2008.

93 Cf. « Moatassim : ils m’ont détenu après que j’ai refusé de m’incorporer au Mouvement de tous les démocrates », al-Massae, nº 700, 22 décembre 2008.

94 Moatassim affirme avoir prévenu Ahmed Herzenni, aujourd’hui président du Conseil consultatif des droits de l’Homme en juillet 2003, à propos d’un appel téléphonique qu’il aurait reçu d’Italie d’une personne qui se présentait comme une ex-militante de la Jeunesse islamique et qui l’alertait de possibles attentats dans des lieux stratégiques du Maroc. « Je l’ai confié à Herzenni, parce que je savais qu’il allait en référer aux responsables de la sécurité ». Cette déclaration a été confirmée par l’intéressé lors de son passage au programme de télévision, Hiwar, de la première chaîne marocaine. Quand Moatassim a été arrêté il pensait que c’était dû à son dernier ouvrage intitulé « À qui de droit » dans lequel, selon ses dires, il développe une analyse critique de la situation politique marocaine. Plus tard, lors de sa comparution devant le tribunal, il déclarera que sa détention s’est produite le lendemain de la réunion du Conseil national de son parti, qui venait de décider de refuser l’offre du MTD l’incorporation de ses dirigeants au sein du mouvement d’El Himma. Cf. « Moatassim : ils m’ont détenu…”, Ibid.

95 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme… », op. cit.

96 Ibid.

97 Ibid.

98 Cf. B. Tlidi, « De “l’option islamique” à “Al-Bidal al-Hadari” et “al-Oumma” : trajectoire et rectifications », At-Tajdid, 18 octobre 2008.

99 Cf. N. Lamlili, « Le patchwork islamiste », Tel Quel, 24-30 novembre 2007.

100 D’après le chercheur Abdellah Tourabi, « Parmi les références de ces deux partis, figure l’expérience historique de la théologie de la libération en Amérique latine, où des membres du clergé se sont alliés aux mouvements de gauche pour faire face à la dictature militaire ». Cf. N. Lamlili, « Le patchwork islamiste », Tel Quel, 24-30 novembre 2007.

101 C’est le cas d’Ismael Alaoui, le secrétaire général du PPS, qui rappelle la trajectoire de dirigeants connus pour leur travail dans la légalité. Cf. Al-ittihad al-ichtiraki, 20 février 2008.

102 Abderrahman Benameur considère que la décision est inopportune et qu’il faudrait aller au tribunal administratif pour déposer un recours contre la sentence, puisque le parti dissout ne possède ni milices armées, ni n’appelle à la lutte armée. À son avis, la décision est le fruit de pressions extérieures imposées au Maroc dans le contexte de la lutte anti-terroriste internationale.

103 Cf. Y. Aït Akdim et F. Iraqi, « Politique et Terrorisme… », op. cit.

104 On renvoie à la ligne éditoriale suivie par Maroc-Hebdo. M. Selhami, « Terrorisme. Dieu merci, on l’a échappé belle » ; A. Chamitou, « Le Maroc face à une vraie guérilla terroriste », Maroc-Hebdo.com, nº 780, 22-28 février 2008.

105 Le parti est passé de 595 439 suffrages en 2002 à 503 000 en 2007.

106 Entretiens de Thierry Desrues avec des responsables du PJD de la région de Meknès, Février 2007.

107 Cf. Y. Aït Akdim, « Islamistes. Le PJD en questions », Tel Quel, n° 325, 24-30 mai 2008.

108 Lahcen Daudi, qui fut le numéro deux de El Otmani, affirma pendant le congrès que « les campagnes de vexation contre les responsables du parti ont fini par provoquer la base », qui ont élu un « dur » comme Benkirane. Qui plus est, Daudi alerta avec un ton alarmiste que « si cette politique d’intimidation contre le PJD persiste, ce sera Ramid en 2012 ». Cf. Y. Aït Akdim, « Islamistes. Séisme au PJD », Tel Quel, n° 334, 26 juillet-3 août 2008.

109 Cf. « Un congrès qui cherche la légitimité et affronte El Himma », al-Massae, n° 571, 19-20 juillet 2008.

110 Ibid.

111 À propos de l’histoire du PJD, on renvoie à M. Tozy (1999) et M. Zeghal (2005).

112 Des doutes persistent sur qui du Palais ou de Driss Basri, le ministre de l’Intérieur, l’aurait retourné au début des années 1980. R. Erramdani, « Enquête. L’histoire secrète du PJD », Tel Quel, 301, 15-21 décembre 2007.

113 Cf. H. Filali Ansary : « PJD : Elotmani pour succéder à Elotmani ? », La Vie Économique, 4 juillet 2008.

114 Selon Abdallah Baha, président de la Commission d’organisation du Congrès, il s’agit de transformer le congrès en « exemple de démocratie pour tous les marocains ». M. Hamrouch, « Les modérés et les radicaux se livrent à une bataille acharnée pour le secrétariat général du Parti de la justice et du développement », Aujourd’hui le Maroc, n° 1716, 17 juillet 2008.

115 Cf. « Matin Forum : Abdellilah Benkiran décline ses priorités et ses convictions », Le Matin, 7 août 2008.

116 « Les dysfonctions du Parti d’El Otmani dans le miroir du VIe Congrès », al-Massae, n° 571, 19-20 juillet 2008.

117 Cf. A. Mzuar, « Le Roi appelle Benkiran et félicite le parti des islamistes », al-Massae, n° 573, 22 juillet 2008.

118 Cf. A. Benlachgar, « Benkiran bat El Otmani et crée la surprise », al-Massae, n° 572, 21 juillet 2008.

119 Cf. Y. Aït Akdim, « Islamistes. Séisme au PJD », Tel Quel, n° 334, 26 juillet-03 août 2008.

120 Ibid.

121 Cf. Jaouad Mdidech, « Le nouvel homme fort du PJD », La Vie Économique, 25 Juillet 2008.

122 Cf. M. Hamrouch, « Abdelilah Benkirane prend la tête du Parti de la justice et du développement », Aujourd’hui le Maroc, n° 1719, 22 juillet 2008.

123 Cf. « La recette de “la lutte démocratique” des islamistes des institutions », al-Massae, n° 571, 19-20 juillet 2008.

124 Cf. Y. Aït Akdim, « Islamistes. Séisme au PJD », op. cit.

125 Cf. « Matin Forum… », op. cit.

126 Cf. A. Tourabi, « L’étrange M. Belkiran », Tel Quel, nº 334, 26 juillet 2008.

127 Cf. N. Al-Aissi, « PJD : Benkirane quitte le MUR », L’Économiste, n° 2827, 24 juillet 2008.

128 Cf. H. Filali-Ansary, « Ce qui s’est vraiment passé à Sidi Ifni, le 7 juin », La Vie Économique, 11 juillet 2008.

129 L. Jaidi, « À la recherche des classes moyennes », La Vie Économique, 12 septembre 2008.

130 H. Berrada, « Le parti du roi… et du peuple », Jeune Afrique, 27 janvier 2008.

131 M. Sekkouri Alaoui, « Interview. Robert Ménard : “Le roi a toutes les cartes en main” », Tel Quel, nº 318, 5-11 avril 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Desrues et Said Kirhlani, « Gérer la politique des autres : les vieux problèmes et les vieilles recettes de Mohamed VI pour animer un champ politique désactivé », L’Année du Maghreb, V | 2009, 307-341.

Référence électronique

Thierry Desrues et Said Kirhlani, « Gérer la politique des autres : les vieux problèmes et les vieilles recettes de Mohamed VI pour animer un champ politique désactivé », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/608 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.608

Haut de page

Auteurs

Thierry Desrues

Chercheurs à l’Instituto de Estudios Sociales Avanzados del Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Cordoue (Espagne). tdesrues@iesa.csic.es

Articles du même auteur

Said Kirhlani

Chercheurs à l’Instituto de Estudios Sociales Avanzados del Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Cordoue (Espagne). skirhlani@iesa.csic.es

Articles du même auteur

Haut de page