Navigation – Plan du site
Tunisie
Gros plan

Les compétences tunisiennes à l’étranger : peut-on parler d’une diaspora scientifique ?

Competencies abroad : An inquiry into the Tunisian diaspora and scientific contributions to national development
Lotfi Slimane et Wafa Khlif
p. 421-436

Résumés

La dynamique migratoire est fortement imprégnée par la mondialisation des économies dont la compétitivité serait davantage mesurée par le capital compétence mobilisé. Cette compétence « à l’étranger » forme la base d’une diaspora scientifique. Toutefois, le niveau d’implication de cette dernière, dans le développement du pays d’origine, est marqué par une certaine ambivalence. Les résultats d’une enquête menée auprès de compétences tunisiennes expatriées, identifient une panoplie d’obstacles expliquant un niveau d’engagement relativement limité. Ces compétences n’ont pas toujours bénéficié de conditions favorables à l’émergence d’une diaspora. Des pesanteurs culturelles, organisationnelles et administratives, associées à l’absence de vision claire et affirmée de l’État, constituent les freins les plus saillants à leur implication.

Haut de page

Texte intégral

1Le caractère structurel des flux migratoires est un fait qui est largement cautionné par les spécialistes en la matière. Il s’explique principalement par deux phénomènes concomitants (Musette, 2006) :
- la persistance et le renouvellement dans les pays d’immigration des facteurs d’appel à des primo-migrants ;
- l’existence d’un potentiel migratoire qui évolue par cercles concentriques. Ceci explique, en grande partie, que le projet migratoire intéresse différentes personnes originaires de diverses régions, ayant des statuts sociaux différents. Il concerne davantage les femmes ainsi que des individus de niveaux d’instruction de plus en plus élevés (Docquier et Marfouk, 2005 ; Kapur et McHale, 2005).

  • 1 À l’instar du Conseil de l’Europe (CE), de l’Organisation de coopération et de développement économ (...)

2Ce deuxième constat est donc révélateur d’un changement qualitatif dans la nature et la composition des flux migratoires. Désormais, la migration ne se produit plus en particulier pour des raisons économiques. Elle apparaît de plus en plus comme un phénomène miroir, traduisant une lecture contingente des acteurs de la dynamique socioéconomique à l’œuvre (Musette, 2006). Cette dernière est fortement imprégnée par la globalisation dans la mesure où la compétitivité des économies serait davantage mesurée par le capital compétence qu’elles sont à même de mobiliser. De surcroît, sous l’effet de cette nouvelle donne économique, mais aussi de l’accélération des changements qui replacent à l’ordre du jour les impératifs de réactivité, de professionnalisme et de performance, la notion de « compétences » est devenue une question récurrente dans les débats relatifs à l’impact des migrations sur le développement des pays d’origine des migrants, comme des pays d’accueil (Wickramasekara, 2002). Cette nouvelle donne qui explique également l’intérêt grandissant porté par les chercheurs, les décideurs politiques (Docquier et Marfouk, 2006) ainsi que les instances transnationales et internationales1 habilitées en matière de migration et de réflexion sur la mobilité des personnes qualifiées et hautement qualifiées.

3Par ailleurs, il est à souligner que cet intérêt s’est accompagné d’un glissement paradigmatique. À la question délicate de la fuite des cerveaux, la communauté des chercheurs préfère celle de la mobilité des compétences et, plus récemment, celle de la diaspora scientifique (Meyer, 2004). Un tel glissement a permis non seulement de dépassionner quelque peu le débat sur la fuite des cerveaux, mais également de proposer de nouvelles perspectives d’analyse de la participation des migrants qualifiés au développement de leur pays d’origine et des pays d’accueil.

  • 2 Nous n’abordons pas la question des transferts de fonds.
  • 3 C’est le cas de la diaspora marocaine. L’association Migrations et développement (M & D) a été créé (...)
  • 4 C’est le cas de la diaspora sud-africaine. Le South African network of skills abroad (SANSA) en est (...)

4Toutefois, même s’il est largement admis que les migrants hautement qualifiés peuvent jouer un rôle important comme acteur du développement (Gaillard et Gaillard, 1999), il n’en reste pas moins que l’ampleur de leur implication dans ce registre est marqué par une certaine ambivalence. D’une part, les recherches et les rapports des instances habilitées en matière de migration font état du rôle important que ces migrants jouent dans les pays d’accueil dans des domaines aussi sensibles et stratégiques que ceux de la santé, l’éducation, la recherche, les technologies de l’information et de la communication. D’autre part, ce rôle2 dans les pays d’origine, plus particulièrement le continent africain, semble plutôt épisodique et très peu formalisé, excepté pour certaines diasporas qui s’organisent dans le cadre d’associations relativement actives3 et à travers le web4.

  • 5 Il s’agit d’un réseau de chercheurs universitaires et ingénieurs colombiens expatriés qui a pour ob (...)

5L’analyse des freins à l’implication des migrants qualifiés dans le développement de leurs pays d’origine serait difficilement justifiable si l’on s’inscrit dans la perspective de la « fuite des cerveaux ». En effet, certains auteurs comme Jacques Gaillard et Jean-Baptiste Meyer (1996) montrent que le modèle du brain drain, défini comme une perte permanente pour le pays d’origine des migrants qualifiés, s’avère de moins au moins opérant pour appréhender les phénomènes des migrations scientifiques. Ces deux auteurs proposent, à partir de l’étude du réseau Red Caldas5, une nouvelle perspective d’analyse de ces migrations et de leur impact sur le développement des pays d’origine. Il s’agit de l’option diaspora.

6Par ailleurs, il importe de souligner que les caractéristiques des diasporas de la connaissance font que la question de l’implication est au cœur de l’analyse de leur rapport au pays d’origine. Nous nous contenterons d’en souligner trois d’entre elles à même d’éclairer cette question.

7Tout d’abord, les migrations scientifiques obéissent à une nouvelle logique de territorialité (Meyer, Gaillard et Schlemmer, 1995) les distinguant non seulement des figures de la migration économique classique, mais également des migrants scientifiques des années 1960-1980. En effet, contrairement aux migrants économiques des années 1960 souffrant d’une double absence (Sayed, 1991), les diasporas du savoir bénéficient d’une « double présence ». Dans ce registre, les technologies de l’information et de la communication (TIC) jouent un rôle fondamental dans la formation des diasporas et le maintien du lien avec les pays d’origine. En effet, les TIC leur permettent de gérer leur « coprésence » dans des espaces multiples (Nedelcu, 2002). Dans le cadre du modèle de la fuite des cerveaux, il serait d’ailleurs plus judicieux de parler d’une « présence-absence ».

8En outre, l’expression identitaire des expatriés du savoir est déterminée par le futur et non pas uniquement par le passé et les expériences partagées. En effet, comme le souligne Jean-Baptiste Meyer (2004a) : « la production et le développement de connaissances sont, en effet, des activités dans lesquelles les processus identitaires à travers la projection collective dans l’avenir sont fondamentaux. Les nouvelles diasporas de chercheurs et d’ingénieurs ont contribué à illuminer ce phénomène d’une façon inattendue. »

9Enfin, également selon Meyer (2004b), « les diasporas du savoir sont généralement organisées sur une base associative et souvent animées par un même objectif de contribuer à distance au développement des lieux d’origine. Leurs actions sont multiples et vont de l’échange d’information spécialisée avec les collègues restés au pays, au transfert de technologie, en passant par le tutorat d’étudiants avancés dans les laboratoires du Nord. »

10On voit donc que la question de l’implication sous-tend ces différentes caractéristiques. Cependant, elle ne le serait pas dans le cadre du modèle de la « fuite des cerveaux ». Comment alors expliquer l’implication relativement minimale des migrants scientifiques tunisiens dans le développement de leur pays d’origine ?

  • 6 Les résultats de ce sondage (1 000 Atugéens expatriés) montrent que, parmi la population sondée, 36 (...)
  • 7 L’Association des Tunisiens des grandes écoles créée en juin 1990 regroupe les élèves et anciens él (...)

11La question que nous proposons d’examiner dans le cadre de cette contribution s’articule autour des freins à l’implication des compétences expatriées, ainsi que des perspectives de renforcement d’un engagement dans l’effort de développement des pays d’origine. La Tunisie, au même titre que le Liban, est considérée comme un des petits pays pourvoyeurs de main-d’œuvre qualifiée (Gildas, 2002). Notre questionnement fait écho aux premiers résultats d’un sondage6 réalisé par l’ATUGE7 qui met, entre autres, en exergue le peu d’implication, dans l’effort de développement du pays, des compétences tunisiennes relativement à la diaspora marocaine.

12En revisitant la littérature en matière de migration tunisienne, on constate que cette dernière se focalise sur les facteurs aidant à l’émergence d’une élite dans l’immigration, les raisons du départ des nouveaux migrants qualifiés, leurs domaines d’expertise ainsi que sur les mécanismes institutionnels mis en place dans la gestion de la mobilité des compétences. L’analyse des deux premiers éléments constituera une première ébauche de réponse à la question qui nous intéresse. En outre, puisque cette littérature reste peu explicite sur les freins à l’implication des migrants qualifiés dans le développement du pays d’origine, cette ébauche est appuyée par une analyse des entretiens menée auprès de compétences tunisiennes résidant dans certains pays de l’OCDE.

La migration scientifique tunisienne : émergence, déterminants et freins à son implication dans le développement de la Tunisie

13Il importe de souligner que nous avons à notre disposition très peu de recherches sur les migrations tunisiennes en général, encore moins sur les migrations des compétences. En outre, les données statistiques disponibles sur les compétences tunisiennes à l’étranger manquent de précision. Nous n’avons pas non plus de données fiables sur la migration estudiantine.

14Dans cette partie, nous tenterons d’expliquer le phénomène d’émigration scientifique, sa composition, ses destinations ainsi que ses déterminants. Puis, à partir de l’analyse de ces éléments, nous essayerons d’apporter un premier éclairage sur notre question de recherche.

L’émergence d’une élite dans l’immigration tunisienne

15Les effectifs des Tunisiens à l’étranger sont estimés selon les statistiques du ministère des Affaires étrangères à la fin de décembre 2006 à 973 140. Ils étaient un peu plus de 600 000 en 1990. En 2006, 83,5 % des Tunisiens résidents à l’étranger étaient concentrés dans les pays européens dont plus de la moitié (58,5 %) en France et environ 13 % en Italie et 8 % en Allemagne. La croissance moyenne du nombre des Tunisiens résidents à l’étranger a été de l’ordre de 3,7 % par an au cours de la dernière décennie, soit le triple de la croissance démographique de la population tunisienne résidente dans le pays. Ces brèves données montrent que la colonie tunisienne à l’étranger est en augmentation. Celle-ci étant principalement due au regroupement familial, aux naissances d’enfants de parents tunisiens dans les pays d’accueil, ainsi que des nouvelles vagues de migrations économiques vers l’Italie. La seconde raison de la présence à l’étranger est scientifique : principalement des étudiants poursuivant des études doctorales dans les pays traditionnels d’immigration (France, Belgique, Allemagne), ainsi qu’aux États-Unis d’Amérique et au Canada.

16L’émergence d’une élite dans l’immigration tunisienne est le fruit de deux faits concomitants. D’une part, les profils éducationnels des migrants de la seconde génération ont beaucoup évolué. Alors que les migrants de la première génération, ceux des années 1960 partis dans le cadre des accords bilatéraux de main-d’œuvre, avaient un niveau d’instruction relativement bas, leur progéniture a connu une ascension sociale et professionnelle grâce à son accès aux filières d’enseignement longues dans les pays d’accueil. D’autre part, les travailleurs qui ont émigré à partir des années 1980 disposaient d’un niveau de scolarité plus élevé. Désormais, comme le souligne Kouidri (2005), « l’émigration n’est plus l’affaire de la seule main-d’œuvre manuelle. Elle devient, de plus en plus, l’affaire de cadres, médecins, universitaires et chercheurs ». À ces faits, il faudrait ajouter un nombre important d’étudiants partis également à la recherche de meilleures conditions d’études et de recherches et qui ne sont pas rentrés au pays. Le tableau 1 donne une indication sur ce changement dans la structure de la population tunisienne à l’étranger.

Tableau 1. Comparatif de la répartition des émigrés tunisiens selon le niveau d’instruction (en %)

Tableau 1. Comparatif de la répartition des émigrés tunisiens selon le niveau d’instruction (en %)

Source : (a) résultats de l’enquête OTE, 1987 ; (b) résultats de l’enquête OTE, 2005.

17Selon les estimations de l’OTE, sur les 14,7 % ayant un niveau supérieur, soit environ 140 000, quelques 6 711 sont répertoriés comme migrants qualifiés et hautement qualifiés. Ils sont répartis selon les spécialités et les pays de résidence de la façon suivante (tableau 2) :

Tableau 2. Compétences tunisiennes à l’étranger (2006)

Tableau 2. Compétences tunisiennes à l’étranger (2006)

Source : fichier des compétences tunisiennes à l’étranger, 2006.

18De son côté, l’Agence tunisienne de coopération technique (ATCT) estime qu’en 2006, 4 206 tunisiens hautement qualifiés résident à l’étranger et exercent dans divers domaines de compétences. Selon la même source, 31 % des tunisiens hautement qualifiés résident en France, 13 % au Canada, 11 % aux États-Unis d’Amérique et 10 % en Allemagne. Même si les estimations manquent de précision, il semble, d’après les quelques données disponibles, que la migration scientifique tunisienne présente un certain nombre de caractéristiques.

19La « diaspora du savoir » est composée, en particulier, d’enfants d’anciens migrants et d’étudiants n’ayant pas pris le chemin du retour une fois leurs études terminées. Il y aurait même des compétences, parties dans le cadre de la coopération technique internationale, qui auraient préféré rester dans les pays hôtes ou migrer vers d’autres contrées.

20La féminisation de la nouvelle migration scientifique se fait au profit des États-Unis d’Amérique et du Canada. Proportionnellement, les femmes évoluant dans les domaines de l’enseignement, de la recherche et de l’ingénierie, comme l’indique le tableau 3, sont plus présentes dans ces deux pays qu’en Europe.

Tableau 3. Répartition des compétences féminines à l’étranger

Tableau 3. Répartition des compétences féminines à l’étranger

Source : fichier des compétences tunisiennes à l’étranger, 2006.

21Quant à la destination, il y a lieu de souligner l’émergence des Amériques. Il s’agit surtout de migrants plus instruits et mieux formés ou d’étudiants à la recherche de meilleures conditions de formation ou de travail (Boubakri, 2007). En effet, un récent rapport réalisé pour le BIT (Musette, 2006) souligne que la migration des compétences maghrébines touche en particulier les spécialistes du domaine des technologies de l’information et de la communication, les universitaires enseignants-chercheurs, ainsi que les médecins. Le plus grand nombre de ces profils s’est orienté vers la France ainsi que vers les pays de l’Amérique du Nord. Ces deux destinations concernent en particulier les migrations individuelles, alors que les migrations organisées des compétences se dirigent tout particulièrement vers les pays du Golfe arabe et au profit des organismes internationaux.

22Même si les statistiques dont nous disposons sont à relativiser, les premiers résultats du sondage de l’ATUGE révèlent qu’une partie des étudiants ne revient pas au pays à la fin de leurs études doctorales. Dans le même sens, selon Benjemia (2008), seuls « 3 353 retours autonomes auraient été enregistrés entre 1999-2004, alors que la moyenne annuelle des départs se situerait autour de 28 000 personnes ».

23Enfin, les générations issues de l’immigration ont connu une ascension sociale – un de leurs principaux objectifs. De plus, elles ont été socialisées dans un environnement socioculturel moins contraignant et plus reconnaissant de la valeur ajoutée des individus. Enfin, elles ont développé des réseaux de relations sociales et professionnelles denses. Ce constat hypothèque sérieusement leur implication dans le pays d’origine de leurs parents.

Les déterminants de la nouvelle migration scientifique et les freins à son implication

  • 8 Le visa H-1B est le visa de travail pour les professionnels. Pour le posséder, il faut être titulai (...)

24Le projet migratoire est souvent enclenché sous l’effet de facteurs exogènes. Le phénomène est intensifié par une demande internationale de main-d’œuvre qualifiée (Musette, 2006). Certaines politiques migratoires attractives des pays d’accueil contribuent à amplifier les migrations scientifiques. Des actions publiques sélectives visant à privilégier l’accueil de migrants qualifiés ont été adoptées, dans les années 1980, en Australie et au Canada avant d’être également institutionnalisées selon des modalités différentes aux États-Unis d’Amérique courant 1990. La Commission européenne a lancé en 2007 l’idée de la carte bleue équivalente à la carte H1B8 accordée aux États-Unis. Elle devrait rendre la mobilité des compétences originaires des pays du Sud plus fluide.

  • 9 Comme l’indiquent Devan et Tewari (2001) très justement : « rares sont les marchés émergents qui pe (...)
  • 10 Ce dernier fonctionne davantage selon des logiques bureaucratiques et hiérarchiques où l’ancienneté (...)
  • 11 Ce taux inclut les salaires de tous les enseignants-chercheurs relevant du ministère de l’Enseignem (...)

25La migration des compétences, mais aussi leur faible implication dans le développement du pays, sont le produit d’une conjonction de plusieurs facteurs. Les logiques qui les expliquent sont à la fois endogènes et exogènes :
- la carence des mécanismes démocratiques assurant l’égalité des chances, la faiblesse de l’associatif désintéressé et l’absence d’un projet de société mobilisateur (Slimane, 1998) ;
- la quasi-absence de politiques macroéconomiques et de développement adéquates qui favorisent le développement national, contribuant par-là même à réduire les écarts qui, dans de nombreux cas, sont les raisons qui poussent les professionnels à l’exode et/ou qui les incitent à s’établir en permanence dans un pays étranger9 ;
- l’incapacité de l’économie nationale à répondre aux aspirations de ceux qui ont acquis un haut niveau de qualification. De plus, l’autonomie et la prise d’initiative, qui à l’international, constituent les qualités recherchées par les entreprises, sont encore assez peu valorisées dans le monde du travail en Tunisie10 ;
- un chômage des diplômés de l’enseignement supérieur en nette progression (tableau 4,) souvent imputable à l’inadéquation entre la politique de l’enseignement et la politique de l’emploi.
- la quasi-absence de relais entre l’université et l’économie se trouve aggravée par la défaillance d’un système entrepreneurial qui se distingue par le peu d’importance qu’il accorde à la recherche-développement et par un sous-encadrement (moins de 6 %) ;
- la faiblesse du budget consacré à la recherche : globalement, les dépenses totales affectées du PIB sont largement inférieures aux taux enregistrés dans les pays développés (2,8 % au Japon, 2,4 % aux États-Unis d’Amérique, 2 % dans les pays de l’UE). Ce taux est de près de 1 %11 pour la Tunisie. Si on ajoute à ceci le peu de structures de recherche existantes, le manque de reconnaissance professionnelle, on comprend plus facilement que plusieurs compétences sont gagnées par l’idée d’évoluer sous d’autres cieux (Corm, 1993).

Tableau 4. Évolution de la structure de la population en chômage selon le niveau d’instruction : 1994 - 2004 en ( %)

Tableau 4. Évolution de la structure de la population en chômage selon le niveau d’instruction : 1994 - 2004 en ( %)

Source : RGPH, INS 2004

26Toutefois ces contraintes ne doivent pas occulter les initiatives prises par le ministère de la Recherche scientifique, de la technologie et du développement des compétences pour mettre à contribution expatriés hautement qualifiés. En effet, dans le cadre de la politique de mobilisation des compétences nationales scientifiques et techniques au profit du développement du secteur de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, le ministère a lancé une série d’initiatives (Boubakri, 2007) pour le renforcement des liens de coopération scientifique et technique entre les structures de recherche tunisiennes et les chercheurs tunisiens qui résident à l’étranger.

27Par ailleurs, ledit ministère dispose d’un répertoire des compétences universitaires tunisiennes à l’étranger auxquelles les universités tunisiennes font appel pour dispenser des enseignements au cours de périodes bloquées (une à deux semaines) et d’être rémunérés comme des enseignants-chercheurs titulaires. Par ailleurs, ces enseignants encadrent thèses et mémoires et interviennent dans les concours de recrutement et de promotion des enseignants universitaires. Ces compétences universitaires facilitent également l’inscription des étudiants dans les universités étrangères (Musette, 2006). Néanmoins, les interventions demeurent encore timides en termes de nombres rapportés aux besoins.

Le vécu de l’implication : résultats de l’enquête de terrain

28De façon générale et en travaillant sur le concept de compétences, les chercheurs visent toutes les personnes disposant d’une formation supérieure. Cette perspective globalisante, révélatrice de l’éventail des besoins en compétences pour les pays d’accueil, ne tient pas compte des disparités qui existent à l’intérieur de cet ensemble.

29Dans le cadre de cette contribution, nous désignons par compétences les personnes de haut niveau ayant un statut de chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et médecins, ainsi que les étudiants partis de leur pays d’origine en vue de continuer leurs études universitaires. Les premiers sont considérés comme des élites par les standards internationaux dont l’apport en termes de production de la connaissance a une forte valeur ajoutée (Loitron et Cheylan, 2006). Les seconds sont des ressources humaines ayant un potentiel perçu comme essentiel pour la croissance et le développement futur. Ce sont ces deux catégories qui ont un poids important dans l’atténuation de la fracture scientifique entre pays du Nord et du Sud (Mvé-Ondo, 2005). Elles peuvent être également à l’origine d’un décollage qualitatif en matière de développement en réalisant une synthèse entre les « savoirs endogènes » et les connaissances scientifiques modernes (Hountondj, 1997). De surcroît, Portnoff (1996) souligne que l’impact des migrations scientifiques dans la répartition des savoirs entre les pays va en grandissant. La géographie des savoirs et, a fortiori, la compétitivité des économies, dépendraient, dans une large mesure, de la densité et des destinations de ces flux.

30Afin d’approcher la réalité de l’implication des compétences à l’étranger, nous avons visité trois pays en raison de la proportion élevée de migrants qualifiés qui y résident : la Belgique (Bruxelles), la France (Paris) et les États-Unis (Washington, New-York et Albany). Nous avons mené des entretiens semi-directifs en veillant à choisir des interviewés très différents en termes d’âge, de genre, de domaines d’intervention et de nombre d’années de résidence à l’étranger.

31L’analyse de terrain est caractérisée par une phase d’observation et de discussions, puis une phase d’analyse des données recueillies. L’échantillon est constitué de compétences âgées entre 25 et 60 ans et dont le séjour s’échelonne entre 6 et 40 ans. Ils ont des profils différents : médecins, universitaires, cadres supérieurs, chercheurs, ingénieurs. Nous avons interviewé au total 20 personnes dont 3 femmes. Les entretiens ont été menés individuellement, d’une durée comprise entre 1 h 30 et 4 h 30, entre février et mars 2007.

Des trajectoires différenciées

32Les trajectoires des interviewés révèlent trois formes d’installation à l’étranger :
- les personnes qui ont suivi leurs parents ;
- les personnes qui sont parties pour poursuivre leurs études après le baccalauréat ou à la suite de l’obtention des premiers diplômes universitaires ;
- les personnes qui ont entamé une vie professionnelle en Tunisie et qui ont obtenu un contrat à l’étranger.
Au-delà de la singularité des parcours, deux tendances peuvent être mises en exergue permettant de catégoriser les trajectoires des compétences interviewées :
- des trajectoires linéaires : il s’agit pour la plupart des personnes ayant suivi un parcours universitaire et professionnel dans le même domaine ;
- des trajectoires erratiques : ce sont plutôt des personnes qui n’ont pas eu de régularité dans leurs parcours scolaire et professionnel. Certaines d’entre elles ont changé à plusieurs reprises de cursus universitaire et/ou professionnel ou de pays de résidence. D’autres, après avoir effectué un séjour à l’étranger, sont rentrées en Tunisie pour y travailler et sont reparties jugeant la situation contraignante ou peu propice à leur épanouissement personnel.

33Les interviews ont permis de mettre en évidence deux grandes tendances : soit les compétences se regroupent dans des réseaux informels, soit elles développent une propension à l’isolement :
- le regroupement ou la vie en communauté caractérise une bonne partie des compétences rencontrées qui préfèrent entretenir des liens dans des cadres informels qu’elles auraient choisis elles-mêmes. Ils paraissent plus respectueux des différences, mais également plus propices à un épanouissement mutuel : « on se voit entre amis presque tous les dimanches pour manger un couscous tunisien. Pour nous c’est une occasion de discuter de tout sans réserves » ;
- lisolement. Certaines compétences ont préféré rompre avec la communauté d’origine suite à des déceptions vécues avant d’entreprendre la migration ou après l’installation dans le pays de résidence. Les raisons de ces déceptions sont multiples. Elles ont trait à leurs expériences subjectives ou objectives. Parmi cette catégorie, certains fréquentent des individus appartenant à d’autres communautés. D’autres ont préféré satisfaire leur besoin de socialisation dans des circuits formels ou informels des pays d’installation : « […] pays sans mémoire […] je n’ai même pas de contact avec l’ambassade […] je n’ai même plus mon passeport tunisien. »

34La question du retour, du non-retour ou, le cas échéant, celle d’effectuer des séjours de courte durée en Tunisie, a été centrale durant les interviews pour au moins deux raisons. D’une part, cette question exprime leur volonté de transmettre leur savoir ou savoir-faire. D’autre part, elle relève non seulement de registres relatifs aux conditions matérielles d’existence et aux opportunités d’épanouissement, mais également de domaines se rapportant au symbolique et à l’existentiel. Ce sont toutes les représentations associées aux images qu’ils gardent de la Tunisie, ainsi que celles qu’ils développent à propos de leur parcours individuel qui sont interpellées. Ces représentations servent également à les situer par rapport à ce qu’ils ont acquis et ont pu valoriser dans leur pays d’installation.

Principaux freins à l’implication des compétences tunisiennes

35L’analyse des entretiens permet de distinguer deux principales catégories de freins à l’implication en Tunisie des compétences tunisiennes installées à l’étranger : la première est de nature organisationnelle et culturelle tandis que la seconde se rapporte aux modes de fonctionnement des institutions tunisiennes.

Des freins de nature organisationnelle et culturelle

36Les répondants évoquent d’abord l’« organisation du travail » comme un problème de taille. Ils se plaignent des « problèmes d’organisation » rencontrés dans les structures publiques ou privées avec lesquelles ils ont été amenés à collaborer. Ces problèmes sont amplifiés par le « manque de professionnalisme » noté par nombre de ces compétences chez leurs interlocuteurs. Ce déficit organisationnel est renforcé par la prégnance d’un modèle d’organisation hiérarchique sclérosé qui ne répond pas aux exigences de projets de coopération institutionnels, économiques ou de recherche. Aussi, le clientélisme présent au sein de ces structures est-il stigmatisé par certains. Le « poids de l’informel » constitue un autre travers mentionné par certains répondants. Il mine la traçabilité et la transparence et, partant, la crédibilité du projet envisagé ou entamé.

37Sur un autre plan, l’inefficacité organisationnelle est matérialisée par une approche dysfonctionnelle de l’information. Les vis-à-vis rencontrés par les interviewés sont souvent incapables de fournir l’information nécessaire ou, à défaut, une information fiable pour l’accomplissement des tâches.

38Tous ces obstacles liés au fonctionnement des organisations sont fortement soulignés par un profil culturel « tunisien ». En fait, une multitude de traits sont « dénoncés » par les répondants. Le « manque d’initiative, d’implication et de coopération » dans les projets proposés ou menés avec des structures locales est pointé du doigt par les compétences tunisiennes expatriées comme des éléments qui les découragent dans leur éventuelle implication dans des projets de coopération dans leur pays d’origine.

39De plus, la « représentation du temps » affecte le bon déroulement et la continuité des projets de coopération. L’absence de planification et de gestion rationnelle du temps par certains responsables locaux paralyse et affecte lourdement la poursuite de ces projets.

40Un des répondants évoque un « complexe ambigu du colonisé » qui engendre le rejet du tunisien expatrié avec lequel il est amené à coopérer qui – à statut égal – possède des compétences supérieures. D’autres répondants notent l’absence de prise de conscience, notamment chez certains chercheurs, de l’importance des enjeux stratégiques (de surcroît technologiques) liés aux problématiques de développement sur lesquelles ils sont appelés à travailler. Cette attitude est doublée d’une négligence et d’une marginalisation du potentiel des jeunes chercheurs : « le poids du sacré, de l’irrationnel, du fatalisme, de la famille, des tabous sont un handicap pour l’expression de l’individualité ; »

41Dans les champs professionnels, la culture dominante du pays de résidence annule les traits « construits » en Tunisie. Ceux-ci ne s’expriment plus et deviennent un réel frein de communication entre les Tunisiens restés en Tunisie et ceux qui ont migré : « cette mentalité qui tue […] quand on voit quelqu’un faire des choses, on a peur, on veut le boycotter […]. C’est de l’irresponsabilité, ça c’est un grand défaut tunisien. »

Les freins liés aux modes de fonctionnement et d’organisation de l’Administration et des institutions politico-sociales locales.

42Tous les interviewés, quels que soient leur profil et leurs champs d’intervention, soulignent les difficultés administratives à mener leurs projets. Ces handicaps administratifs s’observent à travers des procédures jugées lourdes et désuètes. Ils concernent également les fonctionnaires eux-mêmes, car ils se trouvent complètement déconnectés d’une réalité qui évolue sans cesse.

43La majorité des répondants s’accorde à critiquer une « bureaucratie lente » avec laquelle il est « difficile de communiquer » et « des procédures administratives lourdes ». Le « manque de transparence » et l’« absence de flexibilité » sont également mentionnés parmi les griefs retenus contre l’organisation administrative. Le poids étouffant du « népotisme », responsable de la « dilapidation des énergies » investies par les compétences expatriées, complète ce tableau extrêmement critique à l’adresse de l’administration. Celle-ci est tenue responsable par certains répondants de la rupture totale de leur implication : « j’ai mis deux ans pour obtenir un brevet dans le domaine des TIC. Il a été refusé par l’administration tunisienne et a été mis en production en Allemagne et au Danemark en 6 mois ».

44Au-delà de l’administration, c’est le « système » dans son ensemble qui est visé par les critiques des répondants. Ils expriment une forme de ressentiment à l’égard du « désintérêt total » des responsables locaux qui « ne se sentent pas concernés par le potentiel représenté par les compétences tunisiennes à l’étranger » et « leur apport » au développement du pays. Les répondants ont le sentiment que leurs compétences « ne sont pas demandées » par les locaux. Ils imputent ce défaut de « sollicitation » et « d’incitation » de la part des responsables à l’absence de « stratégie nationale » vis-à-vis des compétences tunisiennes à l’étranger. L’inexistence politique tunisienne expliquerait « la rareté » des opportunités de collaboration ou leur « manque de visibilité » quand elles existent.

45D’autres facteurs comme l’inertie politique, la non-réciprocité des relations bilatérales internationales et la fragilité des institutions de la société civile constituent des freins à l’engagement des compétences tunisiennes à l’étranger :
- linertie politique interne : La lourdeur décisionnelle est analysée comme le résultat d’une frilosité de positionnement clair de la part des gouvernants. Par ailleurs, les autorités ont tendance à phagocyter les énergies en instrumentalisant les produits scientifiques ou culturels : « l’instrumentalisation politique des conférences et des manifestations internationales inhibent la liberté académique, celle-ci étant un principe fondateur d’une vraie coopération » ;
- la non-réciprocité des relations bilatérales internationales : certains interviewés, en particulier des chercheurs, dénoncent des relations bilatérales déséquilibrées. Les institutions du Nord, en tant que maître d’œuvre ou bailleur de fonds, imposent des orientations et des directives de coopération. Les institutions tunisiennes, quant à elles, tendent à bloquer toute action ou tentative d’expression libre : « le principe de réciprocité dans le cadre de la coopération entre les pays du Nord et du Sud est difficile à établir compte tenu du fait que la liberté académique en Tunisie fait défaut […] » ;
- la fragilité des institutions : le relai institutionnel n’est pas efficace. Les individus sont sollicités directement et se substituent à l’action institutionnelle. Le déficit institutionnel, ressenti par les interviewés, implique, selon eux, l’émergence de micro règles qui peuvent, à terme, créer des climats de méfiance et de suspicion. Ceci donne, par ailleurs, lieu à des raisonnements et actions à court terme qui défavorisent le développement du pays : « il n’y a aucun suivi de la part de l’État, on ne garde pas le contact avec les compétences, les étudiants qui prennent une bourse par exemple [...] ils sont où ? Quelle évaluation leur fait-on subir ? S’ils ne finissent pas leur thèse que faire ? Où est parti l’argent ? Pas de répertoire exhaustif dans ce sens. »

Raisons de la préservation d’une implication malgré les freins

46Le rapport au pays est une variable médiane qui renseigne sur les intentions des compétences de participer au transfert des savoirs des pays de résidence vers la Tunisie. Force est de constater que ce rapport relève foncièrement du domaine de l’affectif. Ce lien est gouverné par les réussites et/ou les échecs vécus dans les pays d’installation. Dans cette perspective, nous avons pu déceler une panoplie de mécanismes induisant une relation subjective, complexe et indécise à l’égard de l’idée d’éventuellement s’impliquer en Tunisie :
- la présence du passé : « ramenez-moi ma Tunisie des années 1970, je reviendrai » ;
- la puissance de l’affectif : « pourquoi voulez-vous que j’investisse en Tunisie […] les seules motivations sont d’ordre purement sentimental » ;
- l’importance du devoir : « je me sens redevable à mon pays […] » ;
- l’évidence du rationnel : « pourquoi je laisserais des pays sûrs, stables. Il y a un réel problème de compétitivité. Les investisseurs tunisiens, comme les autres, réfléchissent et calculent une rentabilité espérée […] » ;
- un « sentiment de responsabilité » et la « conscience » de son apport au développement du pays : « j’ai une véritable volonté d’aider les chercheurs à appréhender et à s’approprier les problématiques de recherche actuelles et inédites ».

Implication par l’implication d’autres compétences tunisiennes (création de réseaux)

47De manière générale, les répondants pensent qu’impliquer d’autres compétences tunisiennes résidant à l’étranger dans des projets constituent un apport en « nouvelles connaissances et compétences » qui représentent une « valeur ajoutée » pour la Tunisie. Ils affirment que cette « relation d’échange » est demandée par les compétences locales qui cherchent à travers elle à instaurer une dynamique d’« innovation » technologique et d’« investissement » économique qui participe à la création d’une « atmosphère d’ouverture et de flexibilité ».

48La démarche des répondants est motivée tantôt par l’« intérêt général » ou par « l’amour du pays », tantôt par la volonté de « promouvoir » leur pays et ses « compétences », notamment académiques. Le sentiment « patriotique » apparaît comme une constante dans le discours des répondants. Il est là pour appuyer leur volonté d’implication. C’est un sentiment parfois empreint de la volonté de « donner une bonne image » du pays. Certains interviewés affirment avoir intégré le recours à des compétences tunisiennes expatriées comme « une démarche systématique dans leur propre activité professionnelle ». Alors que d’autres, opérant dans le domaine de la recherche académique, y voient plus un « support » pour la recherche locale.

Implication comme voie de valorisation personnelle 

49Les compétences expatriées motivent leur intérêt pour une collaboration future d’abord par la volonté de contribuer au développement du pays couplée au besoin ressenti de maintenir des liens avec leur pays d’origine, surtout dans la perspective d’un retour à plus ou moins long terme. Ainsi, l’implication leur facilitera une réintégration au pays, à ses valeurs et, surtout, à ses contraintes.

50La seconde raison invoquée est la volonté de partager un « savoir » et une « expérience » acquis à l’étranger en vue d’un transfert de compétences plus durable. Cet intérêt est conditionné par l’existence d’une « volonté sincère » de la part des responsables locaux d’accepter cette « participation active » au développement du pays. Par cette implication, les répondants aspirent à être reconnus en tant qu’expert en la matière.

Conclusion

51Le principal objectif de cette étude était de mettre en exergue les freins à l’implication des compétences tunisiennes au développement du pays. L’état des travaux portant sur les migrations et les mobilités des individus hautement qualifiés, ainsi que les données recueillies auprès des compétences expatriées, a permis d’identifier une panoplie d’obstacles relevant de registres différents (économique, politique, institutionnel, administratif, organisationnel, culturel)

52Toutefois cette présente contribution a révélé deux faits marquants. D’une part, les compétences tunisiennes expatriées n’ont pas bénéficié de conditions favorables à l’émergence d’une véritable diaspora scientifique. Les interviews nous ont permis, par exemple, de mettre l’accent sur la faiblesse de l’associatif « désintéressé ». Celle-ci contribue fortement à la fragilité de l’installation d’une réelle diaspora et explique, pour beaucoup, le niveau d’engagement relativement limité de la majorité de la population interviewée.

53Par ailleurs, l’absence de vision claire et affirmée par l’État est fortement ressentie par les interviewés. Il apparaît, pour la majorité, qu’une volonté solide et déclarée des pouvoirs publics fait défaut.

54De façon concomitante, il serait illusoire de tenter de renforcer l’implication des compétences dans le développement du pays par le recours aux seuls moyens incitatifs et aux mesures ponctuelles. Dans la mesure où la question de la mobilité des personnes qualifiées s’affirme comme un enjeu stratégique international majeur, il est nécessaire de développer une vision globale, intégrée et concertée dont les objectifs et les mesures à prendre devront s’inscrire dans la durée.

Haut de page

Bibliographie

Benjemia M., 2008, « La migration de retour en Tunisie : aspects juridiques », MIREM-AR, n° 1.

Bouiyour J., 2001, « Réseaux scientifiques et techniques et transfert technologique. Quelques éléments d’analyse à travers l’expérience marocaine », Actes du colloque AMERM, La migration Sud - Nord : la problématique de l’exode des compétences, Rabat, 27-28 avril.

Braive F., 2002, « Migrations, Migrants et développement, affaire compatible », Défis Sud, n° 51, mars-avril.

Boubakri H., 2007, Les migrations dans le contexte économique et social en Tunisie et au Maghreb, document non publié.

Corm G., 1993, Le nouveau désordre économique mondial. Aux racines des échecs du développement, Paris, Éditions La Découverte.

Devan, J. et Tewari P. S., 2001, « Brains Abroad », The McKinsey Quarterly, n° 4.

Devesh, K. et McHale, J., Give Us Your Best and Brightest, Center for global development, 2005.

—, 2005, « The Global Migration of Talent : What Does it Mean for Developing Countries ? », CGD Brief, octobre, http://www.cgdev.org/files/4473_file_Global_Hunt_for_Talent_Brief.pdf

Docquier, F. et Marfouk A., 2006, « International Migration by Education Attainment, 1990-2000 », International Migration, Remittances and the Brain Drain, Banque mondiale, p. 151-200.

—, 2006, « La fuite des cerveaux entrave-t-elle la croissance européenne ? », Regards Economiques, septembre, n° 43.

Domingues Dos Santos M., 2006, « Attraction des élites et exode des cerveaux : les enjeux économiques d’une concertation entre pays d’origine et pays d’accueil », Horizons stratégiques, n° 1, juillet.

Gaillard J. et Gaillard A. M., 1998, « Fuite des cerveaux, retours et diasporas », Futuribles, n° 228, février, p. 25-49.

—, 1999, Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, Éditions L’Harmattan.

Gaillard J. et Meyer J. B., 1996, « Le brain drain revisité : de l’exode au réseau », Les sciences hors d’occident au XXe siècle, dossier « Coopérations scientifiques internationales », vol. 7, Paris, Orstom Éditions.

Gildas S., 2002, « Penser globalement les migrations », Projet, n° 272, décembre.

Hountondji P. J., 1997, Combats pour le sens, Cotonou, Éditions du Flamboyant.

Kouidri M., 2005, « L’apport des compétences au développement des pays d’origine, Contexte Maghreb-Europe : du brain-drain à la circulation des compétences », Atelier technique des 5+5, Alger, 28 juin.

Loitron M. et Cheylan, M., « L’immigration qualifiée et ses conséquences : quelle politique migratoire au service du développement de l’Afrique et de la France », Capafrique, document de travail, mai, 2006.

Meyer J. B., 2004a, « Savoirs, diasporas et identités projectives », Hermès, n° 40, Paris, CNRS Éditions, p. 350-354.

—, 2004b, « Les diasporas de la connaissance : atout inédit de la compétitivité du Sud », La revue internationale et stratégique, p. 69-76.

Musette M. S., 2006, « Rapport sur les migrations et le développement au Maghreb central », Cahiers des migrations internationales, Genève, BIT.

Mutume G., 2003, « Inverser la “fuite des cerveaux” africains », Afrique relance, vol. 17, n° 2, juillet.

M-Ondo B., 2005, « Afrique : la fracture scientifique », Futuribles, juin.

Nedelcu M., 2002, « E-stratégies migratoires et communautaires : le cas des Roumains à Toronto », Hommes & Migrations, n° 1240, p. 42-52.

Portnoff A. Y., 1996, « Les diasporas scientifiques modèlent l’avenir », Futuribles, n° 210, juin.

Sayed A., 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Belgique, Éditions De Boeck Université.

Slimane L., 1998, « Les transformations sociales et structurelles dans la poursuite des flux migratoires », Problèmes migratoires en région méditerranéenne, Tunis, Éditions Reiner Biegel.

Wickramasekara P., 2002, La mobilité internationale des compétences. Fuite ou circulation des cerveaux ?, Neuchâtel, 7-8 novembre.

—, 2003, « Options politiques de réponse à la migration des compétences : rétention, retour et circulation », Perspectives des migrations du travail, Genève, BIT.

Haut de page

Notes

1 À l’instar du Conseil de l’Europe (CE), de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et du Bureau international du travail (BIT).

2 Nous n’abordons pas la question des transferts de fonds.

3 C’est le cas de la diaspora marocaine. L’association Migrations et développement (M & D) a été créée en 1986 en France par des migrants marocains. Elle représente l’une des associations les plus engagées dans le développement des pays d’origine. Les actions menées par cette association au profit des villageois touchent aussi le pays voisin, l’Algérie.

4 C’est le cas de la diaspora sud-africaine. Le South African network of skills abroad (SANSA) en est une illustration. Par le biais de son site web (Internet), il invite les professionnels sud-africains à s’inscrire dans le réseau. D’après le SANSA, au moins 22 000 diplômés de cinq grandes universités sud-africaines installés à l’étranger restent en contact avec leur université (Mutume, 2003).

5 Il s’agit d’un réseau de chercheurs universitaires et ingénieurs colombiens expatriés qui a pour objectif de contribuer, depuis l’étranger, au développement scientifique, technique, socio-économique et culturel de la Colombie.

6 Les résultats de ce sondage (1 000 Atugéens expatriés) montrent que, parmi la population sondée, 36 % envisagent un retour après 2 à 10 ans et 19 % quand les conditions seront réunies. Autrement dit, un expatrié sur deux n’envisage pas un retour au pays.

7 L’Association des Tunisiens des grandes écoles créée en juin 1990 regroupe les élèves et anciens élèves des classes préparatoires et des grandes écoles françaises d’ingénieurs et de commerce. Elle dispose d’une base de données d’environ 3 500 diplômés.

8 Le visa H-1B est le visa de travail pour les professionnels. Pour le posséder, il faut être titulaire d’un diplôme et/ou d’une expérience professionnelle équivalant à un « Bachelor’s Degree » américain. Le « Bachelor’s Degree » américain est un diplôme obtenu en fin de « College », soit 4 ans d’études supérieures.

9 Comme l’indiquent Devan et Tewari (2001) très justement : « rares sont les marchés émergents qui peuvent espérer dans un futur proche créer des opportunités économiques d’une nature et d’un volume qui suffisent à inverser la fuite des cerveaux, voire simplement à la ralentir. »

10 Ce dernier fonctionne davantage selon des logiques bureaucratiques et hiérarchiques où l’ancienneté intervient dans les promotions autant que le mérite (selon le sondage réalisé par l’ATUGE).

11 Ce taux inclut les salaires de tous les enseignants-chercheurs relevant du ministère de l’Enseignement supérieur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Comparatif de la répartition des émigrés tunisiens selon le niveau d’instruction (en %)
Légende Source : (a) résultats de l’enquête OTE, 1987 ; (b) résultats de l’enquête OTE, 2005.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 2. Compétences tunisiennes à l’étranger (2006)
Légende Source : fichier des compétences tunisiennes à l’étranger, 2006.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 3. Répartition des compétences féminines à l’étranger
Légende Source : fichier des compétences tunisiennes à l’étranger, 2006.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 4. Évolution de la structure de la population en chômage selon le niveau d’instruction : 1994 - 2004 en ( %)
Légende Source : RGPH, INS 2004
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lotfi Slimane et Wafa Khlif, « Les compétences tunisiennes à l’étranger : peut-on parler d’une diaspora scientifique ? », L’Année du Maghreb, V | 2009, 421-436.

Référence électronique

Lotfi Slimane et Wafa Khlif, « Les compétences tunisiennes à l’étranger : peut-on parler d’une diaspora scientifique ? », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/625 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.625

Haut de page

Auteurs

Lotfi Slimane

Université de la Manouba, ISCAE

Wafa Khlif

Université de la Manouba, ISCAE-LIGUE

Articles du même auteur

Haut de page