Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Sexe et sexualités au Maghreb : essais d'ethnographies contemporaines

Les mots de la sexualité dans l’arabe de Tripoli (Libye) : désémantisation, grammaticalisation et innovations linguistiques

Words on sexuality in the Arabic language of Tripoli (Libya): desemanticization, grammaticalization and linguistic evolution
Christophe Pereira
p. 123-145

Résumés

Un corpus de conversations spontanées enregistrées en Libye auprès de jeunes célibataires de Tripoli montre un langage trivial en pleine évolution, qui sert autant à parler de sexualité qu’à évoquer des réalités qui n’ont, en soi, rien de sexuel. Des mots tabous reviennent de façon récurrente dans le sociolecte étudié. Les termes zəbb, zəbr, kāțu « bite » et dlāwəz « couilles » entrent dans la construction de locutions interjectives, adverbiales et locutions adjectivales. Le substantif gaḥba « pute » permet de créer des locutions interjectives. Les deux verbes qui en dérivent (gəḥḥəb et tgəḥḥəb) sont désémantisés et grammaticalisés. Le verbe nāk « baiser » est également grammaticalisé et change de catégorie, passant d’un simple verbe à un verbe support et sériel.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de mes recherches concernant la description linguistique de l’arabe de Tripoli, j’enregistre des conversations spontanées auprès de jeunes Libyens. Je recueille des monologues, des dialogues, ainsi que des échanges entre plusieurs locuteurs. Ces enregistrements sont ensuite transcrits dans le but d’obtenir des textes qui permettent l’examen linguistique. Les observations sur place et les enquêtes directes auprès des locuteurs confortent ces investigations.

2Dès mon premier voyage à Tripoli, en novembre 2002, j’ai rencontré des informateurs qui sont devenus des amis très proches. Ils m’ont accueilli au sein de leur groupe, m’ont fait partager leur quotidien, m’autorisant à enregistrer toutes leurs conversations, même les plus personnelles. Cela m’a permis d’obtenir un corpus d’échanges dans divers registres de langue. Les enregistrements sont, pour la plupart, effectués dans un cadre privé, à l’intérieur des maisons ou dans les voitures. C’est notamment dans la voiture, lorsqu’elle roule, que mes informateurs parlent des choses les plus taboues et les plus secrètes de façon spontanée.

3Ces derniers sont nés à la fin des années 1970. Ils sont originaires de la ville de Tripoli. Ils y ont fait leurs études, de l’école primaire à l’université, où ils ont obtenu des diplômes d’ingénieur. Ils sont tous issus de la classe moyenne supérieure et sont Musulmans, croyants, mais pratiquants occasionnels ; ce qui ne les empêche pas, par exemple, de boire de temps en temps de l’alcool et d’avoir une sexualité hors mariage. Je les considère comme hétérosexuels, bien qu’à aucun moment cela n’ait été revendiqué. Je me base ici sur mes propres observations depuis 2002. Leur comportement et leur discours ont toujours évoqué leur hétérosexualité. Il n’est, à aucun moment, mention de possibles rapports homosexuels.

4L’objectif de cette étude est d’examiner la désémantisation et la grammaticalisation de mots de la sexualité chez les jeunes hommes de Tripoli et de mettre en avant l’évolution des structures grammaticales dans leur parler.

À propos de la sexualité en Libye

  • 1 Quelques précisions s’imposent à propos du système de transcription utilisé qui comporte quelques s (...)
  • 2 bġǝl veut également dire ‘mule’.

5À Tripoli, il ne semble pas y avoir de terme spécifique pour désigner ­l’hétérosexuel. Il existe cependant de nombreux termes pour dire homosexuel, tels que1 mībūn, zāmǝl et bġǝl2. Ces termes sont utilisés par mes informateurs, soit sur le ton de la plaisanterie pour s’insulter entre eux – à l’instar de ūlād ǝl-gaḥba ou frūx ǝl-gaḥba ‘fils de pute, enfants de putain’ – soit avec une valeur dépréciative, comme termes injurieux, faisant référence à une personne dépourvue de valeur, méprisable, sans dignité (Pereira, 2008, p. 527). Par exemple, dans l’énoncé suivant, le terme mazmǝl (pluriel de zāmǝl), est employé avec autodérision.

mazmǝl

ḥne

mxallyīn

farǝġ

l

ǝl-kābāb.

homosexuels

nous

laissant

vide

pour

le-kebab

On est trop con de laisser de la place pour le kebab.

6Il a été prononcé alors que mes informateurs avaient l’intention d’aller manger un kebab et avaient refusé, en attendant, de manger autre chose, pour avoir très faim et mieux apprécier ce dernier, comme le confirme l’énoncé suivant.

tawwa

nǝmšu

nāxdu

kābāb

b-nǝmšu

maintenant

nous allons

nous prenons

kebab

futur-nous allons

nāxdu

kābāb

gūl

l-a

mā-tākǝl-ǝš

tawwa

nous prenons

kebab

dis

à-lui

ne-tu mages-pas

maintenant

ya

krīstɔf !

oh

Christophe

7Maintenant on va prendre des kebabs ; on a l’intention d’aller prendre des kebabs ; dis-lui « ne mange pas maintenant, Christophe » !

  • 3 Ce terme est formé à partir du substantif kaʕka ‘biscuit en forme de cercle’, métaphore de l’anus, (...)
  • 4 Dont le pluriel est gɛ̄zāt.

8D’autres termes permettent de désigner les homosexuels. Les termes kaʕkāǧi3, ṛāžǝl ‘homme’, ainsi que l’emprunt à l’anglais ‘gay’ gɛ̄y renvoient aux homosexuels dits actifs (mūžǝb ‘actif, positif’) ; le terme quzza désigne l’homosexuel dit passif (sālǝb ‘passif, négatif’) ; šāmla, ainsi que les emprunts à l’anglais bɔ̄y (boy ‘garçon’), būfta (poofter ‘homosexuel’), gɛ̄z (de l’anglais ‘gays’ ?)4 aux homosexuels efféminés ; enfin, l’emprunt lɛydibɔ̄y (lady boy) désigne un travesti.

9On ne sait que très peu de choses précises sur la sexualité en Libye. Ce qui est sûr, c’est que, dans la société libyenne, les célibataires ne peuvent pas vivre ouvertement leur sexualité. Elle doit être vécue dans la plus grande discrétion. Seuls les amis très proches, membres du groupe de pairs, sont avertis. La société libyenne ne tolère en effet l’exercice de la sexualité que dans le cadre du mariage, seule forme légale de lien sexuel. À ce sujet, mes informateurs disent, en arabe :

qaẓẓd-i

sɛks

gabl

əz-zawāž

kull-ah

ytəmm

bi

sərr !

histoire-mon

le-sexe

avant

le-mariage

tout-lui

il arrive

par

secret

C’est-à-dire que tout ce qui concerne le sexe avant le mariage est vécu dans le secret !

10La discrétion est donc de rigueur. Les jeunes Libyens craignent d’être pris en faute par un autre membre du groupe social. À ce sujet, ils disent que :

əl-lībi

yəḥšəm

m

əl-lībi.

le-Libyen

il a honte

de

le-Libyen

Le Libyen n’éprouve de la honte que devant un (autre) Libyen.

Le Libyen n’a de pudeur que face à un (autre) Libyen.

11Ceux qui peuvent se le permettre préfèrent quitter le pays et avoir des relations sexuelles à l’étranger, notamment en Tunisie, où ils se sentent à l’abri du regard des autres membres du groupe social. Régulièrement, des jeunes Libyens vont « s’éclater » de l’autre côté de la frontière, où ils savent qu’ils trouveront de l’alcool et des filles.

  • 5 La transcription se rapproche ici de la prononciation de l’arabe libyen. Elle s’accompagne d’une tr (...)
  • 6 Mes informateurs m’ont autorisé à enregistrer toutes leurs conversations. Les transcriptions des te (...)

12Dans un tel contexte, les jeunes Libyens célibataires ont habituellement recours à une forme tarifée de services sexuels. Le dialogue suivant illustre la situation vécue par ces jeunes hommes. Il s’agit d’une conversation entre deux informateurs lors de laquelle il est question de prostitution informelle. Ce dialogue a été enregistré dans une voiture, en février 2005, le jour de mon arrivée à Tripoli, alors que mes deux informateurs s’y trouvaient seuls5 ; ils m’avaient accompagné à un taxiphone, pour que je puisse appeler mes parents et leur donner de mes nouvelles. J’avais alors laissé l’enregistreur branché6.

A) fi gḥāb aẓẓoḅḅ ? fi ma nnīku ẓẓoḅḅ ?

A) Il y a des putes bordel ? Il y a de quoi baiser bordel ?

R) amta ? tawwa ?

R) Quand ? En ce moment ?

A) ti ēh

A) Bah ouais

R) wuḷḷāhi tawwa šən bən # fi #

R) Vraiment en ce moment qu’est-ce que je # Il y a #

A) qabḍa ʕālga

A) C’est la dèche

R) fi wāḥda swēla

R) Il y en a une mate de peau

A) bāh mlīḥa ?

A) D’accord elle est bien ?

R) təbbīha ?

R) Tu la veux ?

A) ʕādi

A) Ouais

R) b əlflūs lākən ṛāh

R) Mais c’est contre de l’argent

A) ēh bāh swēla ʕbēda mlīḥa walla nafəx ?

A) Oui d’accord une brune une noire elle est bien ou c’est un mauvais coup ?

R) swēla la la mlīḥa

R) Une brune non non elle est bien

A) bāh how much ?

A) D’accord combien ?

R) mlīḥa ḷ aẓẓoḅḅ

R) C’est trop un bon coup putain

A) gəddāš hādi ?

A) Elle prend combien celle-là ?

R) wuḷḷāhi ʕādi ʕašrīn xamsa u ʕašrīn xamsṭāš m əlxamsṭāš l əlxamsa u ʕašrīn anta w əlbadex mtāʕak

R) Franchement c’est [le prix] normal vingt vingt-cinq quinze entre quinze et vingt-cinq tu paies ce que tu veux

A) bāh

A) D’accord

R) ti wēn dīn ummha ?

R) Putain où est-ce qu’il est [son numéro de téléphone] ?

A) amta nəmšu ?

A) Quand est-ce qu’on se fait ça [une rencontre avec des filles] ?

R) tawwa nkallmūha wulla təbbi naʕṭēk tālīfūnha ?

R) Je vais l’appeler ou tu préfères que je te donne son numéro de téléphone ?

A) la la

A) Non non

R) ʕādi žowwha mlīḥ hīya ṛāh qaẓẓdi ma fīš muškila bukkull ʕaṛafat ? tawwa nšūfūha

R) Ok elle est cool tu sais ? Il n’y aura aucun problème tu vois ce que je veux dire ? Je vais essayer de la joindre

A) əššabaka məšġūla šənu lmadāṛ ?

A) Le réseau est occupé c’est Al-Madar ?

R) la la lībyāna taʕṛaf hādi mwālīd ssabʕa u tmānyīn šōṛha u maftuḥa lgaḥba

R) Non non Libyana tu sais elle est probablement née en 87 et elle est déjà plus vierge la pute

A) ṣangṭa ?

A) Elle est bonne ?

R) la la məš ṣangṭa mlīḥa žisəmha bāhi

R) Non non c’est pas une bombe elle est bien foutue elle est bien elle a un beau corps

[…]

[…]

A) āh

A) Ouais

[…]

[…]

R) ššʕaṛ ʕṛaft aššʕaṛ ššʕaṛ əlməlwi

R) Les cheveux tu vois les cheveux les cheveux bouclés

A) m̃m̃

A) Hmmm hmmm

R) laʕyūn mlowwnāt ʕyūnha mlowwnāt xuḍuṛ

R) Les yeux de couleur elle a les yeux verts

A) lgaḥba

A) Oh putain

R) uqsum billāh u šwāṛəb ʕəndha mlāḥ ḷ aẓẓoḅḅ swēla ṣaḥḥ ḷ aẓẓoḅḅ hādi žət mʕa swēlma ṣāḥbət mḥəmməd

R) Je te jure et elle a de ces putains de lèvres trop bonnes une putain de brune trop bonne celle-là elle est venue avec Swelma la copine de Mhammed

A) m̃

A) Hmmm

R) mən fi tāni ? fi wāḥda tānya lāken bʕida hādīka ḷ aẓẓoḅḅ u waḥəd u bardallo ḷ aẓẓoḅḅ

R) Qui y a d’autre ? Il y en a une autre mais elle est trop loin sa mère celle-là et tout le tralala et tout le bordel putain

A) wēn ? mlīḥa walla nafəx ?

A) Où ça ? Elle est bien ou c’est un coup foireux ?

R) la la u aṣḷan txāf mənha fhamət ? nawʕīytha txawwəf # almuštarik # msakkra lgaḥba msakkrātah

R) Non non ce n’est pas ça en réalité il faut s’en méfier de celle-là de comment elle est de son comportement tu vois ce que je veux dire ? Elle est louche elle me fait flipper # Votre correspondant [ne peut être joindre pour le moment ; veuillez rappeler plus tard] # Putain c’est éteint elle l’a éteint

A) ti bāhi šūf kāna ṛḅəṭ mʕāha

A) Parfait vois si tu t’arranges avec elle

R) taw nšūf lək

R) T’inquiètes je vais t’arranger quelque chose

A) kāna ṛḅaṭ mʕāha ndiru bərnāmež

A) Si tu t’arranges avec elle on s’organise un truc

R) taw nšūf lək

R) Je vais t’arranger ça

A) ṭabʕan āne ma ʕəndīš la mkān la ʕəndi sīyāṛa

A) Alors moi je n’ai ni endroit ni voiture

R) ʕāṛfək

R) Je sais

A) žāy bṣaḥḥti

A) Je viendrai sans rien

R) žāy bətnīk u xlāṣ bətxəddəm əlkaţu bəss

R) Tu ne viendras que pour baiser et c’est tout pour utiliser ta bite et c’est tout

A) bəss bāhi šūf əlna ?

A) Ok tu nous arrange ça ?

R) kāna gablət bāhi ḥāḍəṛ

R) S’il y a moyen ce serait cool

A) kāna ḥāža hekke əlyōmēn ahumma ma nwaṣṣīkəsh

A) S’il y a moyens ces jours-ci pas besoin que j’insiste auprès de toi

R) kāna fi ḥāža gablət ḥāḍəṛ bāhi

R) S’il y a quelque chose s’il y a moyen c’est cool

A) u ma nwaṣṣīkəsh ṭūl uṛṛṛənnn kullha tənfaṭ

A) Et pas besoin que j’insiste tu m’appelles direct ring ring j’annule tout le reste

R) nšənbəṛ lək

R) Je t’appellerai

A) kullha tənfaṭ stēka kɔndɔm aḥsabni ḥatta f əlkɔndɔm aḥsabni fīh

A) J’annule tout le reste une boîte de capotes même les capotes prends-en pour moi

R) ḥatta swēlma əlli ʕənd mḥəmməd ʕādi māši ḥālha

R) Même Swelma qui sort en ce moment avec Mhemmed elle est bien

A) māši ḥālha ?

A) Elle est bien ?

R) ēh tawwa ndīr mʕāha u hīya ʕaššət fi mḥamməd əlgaḥba

R) Ouais j’essaie de la voir en ce moment mais elle squatte Mhemmed la pute

A) m̃ m̃

A) Hmmm hmmm

R) fi hūma muš ma nəkdəbš aʕlēk lākən fi əlli ma tə # ma nəgdərš nžībha lək ʕṛafta kīf ?

R) Il y en a de la meuf je vais pas te mentir mais il y en a que tu ne # je ne peux pas te l’amener tu vois ce que je veux dire ?

A) ʕāṛəf ēh anta mlaxbaṭha tlaxbīṭ

A) Ouais je sais tu dois sortir avec elle la draguer

R) ẓḅaṭha ēh mlaxbəṭha tlaxbīṭ ṭālaʕ anta wīyāha ṭalʕa walla tnīn ma təgdərš tži u tgul lha fi wāḥəd u zəbbi

R) Ouais t’as tout compris tu dois la draguer tu dois sortir avec elle une ou deux fois tu peux pas arriver et lui dire vas-y viens il y a un plan cul

A) la ʕāṛəf I understand

A) Non je sais je comprends

  • 7 D’après mes informateurs, la majorité des prostituées à Tripoli seraient d’origine marocaine.

13On voit ainsi comment ces jeunes hommes ont recours à une forme tarifée de services sexuels. Ce dialogue montre comment ils accèdent à la prostitution informelle. Il permet notamment de comprendre l’organisation nécessaire à la mise en place d’une rencontre avec une gaḥba ‘pute, prostituée’. Ils ont le contact de jeunes filles, avec qui ils satisfont leurs envies. Ce sont des filles étrangères, tels que le montrent les termes qui décrivent la couleur de leur peau : swēla ‘mate de peau’ et ʕbēda ‘noire’ ; ces métonymies font référence aux filles originaires de pays d’Afrique subsaharienne7. Une autre métonymie permet de désigner les belles filles, celles qui ont un beau corps ; il s’agit du terme ẓaḅḅūṛ ‘vagin’ dont le pluriel est ẓḅāḅǝṛ. Les métaphores ṭaṛf ‘morceau’ et habṛa ‘bon morceau de viande sans gras ni os’ permettent également de les qualifier.

14Étant donné qu’il ne s’agit pas de prostitution de rue, cela leur demande d’avoir au préalable le contact téléphonique de certaines filles. En plus de la somme dépensée, les jeunes hommes doivent posséder une voiture pour les véhiculer, ainsi qu’un lieu où les recevoir. Certaines familles libyennes possèdent des maisons de campagne appelées ḥwāza, où les jeunes hommes les emmènent. Ces rencontres ont lieu le jeudi soir ; le vendredi étant le jour chômé (jour de prière et de repos). Elles s’effectuent en groupe ; on fait généralement venir autant de filles que de garçons. De plus, ces nuits sont en principe bien arrosées. Le but étant, pour ces jeunes hommes, de se soulager mentalement et de s’assouvir sexuellement. Bien que l’alcool soit légalement interdit en Libye, il ne semble pas y avoir de difficultés d’approvisionnement.

15En outre, ce sont des filles qu’il faut parfois courtiser avant de passer à l’acte, comme le confirme l’énoncé ẓḅaṭha ēh mlaxbəṭha tlaxbīṭ ṭālaʕ anta wīyāha ṭalʕa walla tnīn ma təgdərš tži u tgūl lha fi wāḥəd u zəbbi ‘Ouais t’as tout compris tu dois la draguer tu dois sortir avec elle une ou deux fois tu peux pas arriver et lui dire vas-y viens il y a un plan cul’ ; contrairement à la prostitution de rue, plus fast-fuck, où, ni vu ni connu, on paie, on tringle, on part.

16Il peut d’ailleurs s’établir de vraies relations entre le jeune homme et la jeune femme ; les rencontres peuvent effectivement aller au-delà d’un rendez-vous unique, comme l’atteste l’énoncé hīya ʕaššət fi mḥamməd əlgaḥba ‘elle squatte (elle colle) Mhemmed la pute’. Le verbe ʕəššəš est dérivé à partir du substantif ʕušš qui veut dire ‘nid’ et a le sens de ‘faire son nid’, mais également de ‘s’installer, s’établir, demeurer’. Le statut de la fille peut ainsi, dans certains cas, osciller entre celui de « plan cul » occasionnel et celui d’escort girl, et il peut s’installer une relation de type amant-maîtresse (rémunérée). En fait, les jeunes hommes préfèrent garder le contact de certaines filles et les revoir.

17Ils ne fréquenteraient pas n’importe quelles filles. Un des locuteurs demande à plusieurs reprises s’il s’agit d’une ṣangṭa, une jolie fille, avec un beau corps, de belles formes, mais surtout s’il s’agit d’une fille qui n’en viendrait pas à lui poser des problèmes, lorsqu’il demande mlīḥa walla nafəx ‘Elle est bien ou c’est prise de tête, un coup foireux ?’. L’hygiène et les maladies sexuellement transmissibles sont deux détails qui semblent préoccuper les deux locuteurs. L’un d’entre eux déconseille une des filles, de laquelle il faudrait se méfier, dont il appréhende le comportement. L’expression euphémique nawʕīytha txowwəf ‘ses caractéristiques font peur’ fait référence à l’aspect physique, et sous-entend que la fille en question pourrait être porteuse d’une maladie sexuellement transmissible. C’est à cela que fait également référence l’euphémisme nāfǝx ‘prise de tête, coup foireux’. Cette précision m’a été fournie par un des locuteurs.

18Le recours aux euphémismes est très fréquent dans les parlers arabes. Cela est notamment dû aux tabous, aux non-dits de la société ; cela peut aussi être en lien avec la superstition. On évite ainsi de prononcer certains termes et on aime mieux avoir recours à des euphémismes ou à l’utilisation de mots de sens contraire. On préfère, par exemple, employer le terme bṣīṛ pour désigner un aveugle, alors que bṣīṛ veut dire ‘voyant, perspicace, connaisseur’ ; on nomme le ‘charbon’ byāḍ, alors que byāḍ veut dire ‘blancheur’ ; on appelle une ‘théière’ bǝṛṛād, alors que sa racine (b-r-d) contient l’idée du ‘froid’ et que ce terme peut vouloir dire ‘réfrigérateur’. Dans l’énoncé suivant, un informateur me précise pourquoi les Libyens préfèrent utiliser le mot byāḍ ‘blancheur’ pour désigner le charbon, plutôt que le terme fḥǝm qui veut dire ‘charbon’ et qui rappelle la couleur noire :

ṭabʕan

ǝl-lībīyīn

mā-nḥǝbbū-š

baʕḍ

ǝl-kalmāt

naturellement

les-Libyens

ne-nous aimons-pas

quelques

les-mots

mā-nḥǝbbū-š…

yaʕni

kalmat

fḥəm

kalma

ne-nous aimons-pas

il signifie

mot

charbon

mot

tžib

əl-kaʔāba

hekke…

elle apporte

la-détresse

ainsi

Ouais, nous les Libyens, on n’aime pas certains mots ; on n’aime pas… C’est-à-dire, le mot fḥǝm (charbon) c’est du genre un mot qui porte la poisse…

19Préoccupés par les maladies sexuellement transmissibles, les jeunes hommes utilisent des préservatifs appelés kabbūṭ, wāti ou bien kɔndɔm (de l’anglais condom), comme le confirme l’énoncé stāka kɔndɔm aḥsabni ḥatta f əlkɔndɔm aḥsabni fīh ‘une boîte de capotes même les capotes prends-en pour moi’. En Libye, les préservatifs s’achètent facilement dans les pharmacies. J’ai pu discuter de cela avec un informateur qui me précise ceci :

la

ʕādi

nǝmši

l

ǝṣ-ṣaydalīya

u

nǝšri

wāḥǝd.

non

normal

je vais

à

la-pharmacie

et

j’achète

un

Non, de façon tout à fait normale ; je vais à la pharmacie et j’en achète.

20Il ajoute qu’il est facile et discret de s’en procurer puisque les boîtes de préservatifs sont sur un présentoir. Il se suffit de se servir et de les payer.

ʕādi

lāzǝm

maḥṭūṭ

ʕale

ṭāwila

fi

normal

nécessaire

posé

sur

table

dans

l-wāžha

xūd-ha

u

gūl

l-ah

kam

la-vitrine

prends-la

et

dis

à-lui

combien

bǝss

mā-fī-hā-š

ḥašǝm.

seulement

ne-dans-elle-pas

honte

C’est normal, c’est posé sur une table dans la vitrine ; tu en prends et tu demandes combien c’est. Il n’y a pas de honte à avoir.

21L’accès à ces services, à l’instar d’une « virée » en Tunisie, est cependant onéreux et n’est pas toujours réalisable. Il s’agit, par conséquent, de pratiques occasionnelles. La norme est de vivre des périodes d’abstinence. À ce sujet, un de mes informateurs me dit :

ǝntu

fi

fṛanṣa

tnīku

dīma

ḥne

ən-nēk

nəsbḥu

vous

dans

France

vous baisez

toujours

nous

la-baise

nous voyons

fī-h

maṛṛa

fi

sana

ḥne

l-lībīyīn

dans-lui

une fois

dans

année

nous

les-Libyens

māda

bī-na

dīma

nēk.

combien

par-nous

toujours

baise

Vous, en France, vous baisez tout le temps ! Nous, la baise, on ne la voit qu’une fois par an ! Nous, les Libyens qu’est-ce qu’on aimerait baiser tout le temps !

22Mes informateurs vivent néanmoins cette sexualité par défaut. C’est d’ailleurs contraire à leur propre morale ; eux, qui affirment qu’ils ne se marieraient jamais avec une fille qui n’est pas vierge et dont la plupart exigeront de leur épouse libyenne qu’elle cesse toute activité professionnelle pour devenir femme au foyer. Pendant leur célibat, ils n’auraient de relations sexuelles qu’avec des filles étrangères et pas avec des filles libyennes, qu’ils préfèrent admirer et dont ils ont le don, sur un ton ludique et humoristique, dans un registre très familier, de louer les qualités physiques, comme on peut l’observer dans l’extrait suivant.

N) kāna hāda yā frūx ǝlgaḥba gāʕǝd ndūṛ ġādīkāya u bǝnt mǝš ʕāṛǝf mǝni u bǝnt X u bǝnt Y u zǝkk-umm-a u bʕaṣṣ u tǝkḥīl u žow igaḥḥǝb

N) si ça avait été le cas [si j’étais resté à l’université], bande de fils de putes, je me baladerais avec la fille de je ne sais pas qui et la fille de X et la fille de Y sa mère la pute et des bombasses et des belles gosses et y aurait une putain d’ambiance

A) u ẓḅāḅǝṛ u māšy ǝž-žow

A) et des bombes sexuelles et une trop bonne ambiance

N) ḥo ḥo fi wāḥda šwǝṛṛǝb mā gultlǝkǝš ? fi wāḥda šwǝṛṛǝb tgǝḥḥǝb fi žžāmiʕa

N) he he il y en a une elle a de ces lèvres je t’en ai pas parlé ? Y en a une elle a de ces lèvres à l’université elle déchire sa mère

A) aṛfʕūh l ǝžžāmiʕa ṣayyʕuh

A) emmenez-le à l’université, dévergondez-le

N) wāḥda šwǝṛṛǝb ṭaṛǝf ẓaḅḅūṛ yuṭḅug mlīḥa gāʕda bēn ʕyūni ẓẓoḅḅ

N) une qui a de ces lèvres une bombe sexuelle elle claque sa mère trop de la balle comment elle est bien foutue elle est trop bonne elle est restée gravée dans ma mémoire

A) ẓḅaṭha hādīka bǝnt šǝn asmāha ?

A) je la reconnais celle-là la fille de comment il s’appelle déjà ?

N) bǝnt X bǝnt X

N) la fille de X la fille de X

A) āywa

A) oui c’est ça

R) ti hādi nǝbbi nǝšbaḥha wuḷḷāhi ma ṛētha ẓẓoḅḅ

R) eh je veux la voir celle-là eh putain je te jure je l’ai pas vue

N) šafāyīf mǝš ẓāḅǝṭha ?

N) [celle qui a] les lèvres-là tu vois pas qui c’est ?

A) ṣangṭa tgǝḥḥǝb

A) c’est une bombe elle déchire

N) wa ṛaḅḅu laṛḅāḅ kāna tmǝdd li ššāṛǝb lūṭi nkarrǝš fīh rǝžlēya lamma iṭīṛu mǝn tāli

N) oh mon dieu si elle me tend sa lèvre inférieure pour que je m’y suspende je me retrouverais avec les pieds en l’air

A) (rires)

A) (rires)

R) (rires) tugʕud fi lahwa lgaḥba

A) tugʕud fi lahwa

R) (rires) Oh putain tu te retrouverais les pieds en l’air

N) nugʕud fi lahwa

N) je me retrouverais les pieds en l’air

[…]

[…]

R) ṣāṛ mǝtkāmla mǝn kull šēy ǝlgaḥba

R) en fait elle a tout pour elle la pute

A) mǝn kull šēy

A) tout pour elle

R) mǝn flūs mǝn ṭaṛǝf mǝn ẓaḅḅūṛ

R) elle a des tunes elle est trop bonne c’est trop une bombe

Les mots de la sexualité dans le langage

23Les propos contenus dans ces textes ont été saisis à un moment intéressant pour l’étude de la sexualité de ces jeunes hommes et de la place de celle-ci dans leur langage.

24Lors du recueil du corpus, ces jeunes hommes étaient tous célibataires et vivaient toujours chez leurs parents. Ils venaient de terminer leurs études et ne travaillaient toujours pas. Certains ont profité de cette période d’inactivité pour apprendre des langues étrangères, notamment à l’Institut Culturel Français de Tripoli, où je les ai rencontrés, en novembre 2002, lorsque j’y ai enseigné. Ceux qui travaillaient n’avaient pas encore d’emploi stable. Ce moment de leur existence correspond à une période de transition, entre la fin de leurs études supérieures et leur entrée dans le monde du travail (qui sera suivie par le mariage et la paternité). Il s’agit d’une époque charnière, pendant laquelle ils deviennent plus matures, acquièrent de l’expérience et notamment de l’expérience sexuelle. On a ainsi affaire à des jeunes hommes, à un moment qu’on peut qualifier de passage à l’âge adulte, de cheminement vers l’âge adulte, d’emerging adulthood pour reprendre l’expression du psychanalyste Jeffrey Arnett (2000). Cette phase se distingue de l’adolescence et de l’âge adulte ; c’est un moment pendant lequel sont différés les engagements et les responsabilités des adultes, alors que se poursuivent les expériences et s’intensifient les apprentissages initiés pendant l’adolescence (Arnett, 2000, p. 469-470).

  • 8 Et, dans d’autres contextes, homosexuel actif.

25Le terme arabe šbāb ‘jeunes hommes’ (pluriel de šābb) correspond bien ici à désigner ces individus, puisqu’il s’oppose à ṣġīr ‘petit, jeune enfant’ et à ṛāžəl qui signifie à la fois ‘homme’ et ‘mari’8. šbāb est le terme que mes informateurs utilisent le plus fréquemment pour s’interpeller (bien qu’il s’agisse d’une forme au pluriel), comme dans :

ā

šbāb

šən

əž-žow ?

oh

jeunes

quoi

l’-ambiance

Eh mec, comment tu vas ?

  • 9 Voir également l’ouvrage Language and Masculinity édité par Sally Johnson et Ulrike Hanna Meinhof ( (...)

26Cette phase transitoire permet d’examiner leur langage en relation avec leur identité sociale et de cerner un langage trivial, en pleine évolution. Ce langage, caractérisé par des changements linguistiques, est généralement initié pendant l’adolescence et se poursuit jusqu’à l’âge adulte (Eckert, 1997, p. 151 ; Eckert, 2003, p. 382). Il est le reflet de leur « masculinité », c’est-à-dire d’un ensemble de conduites, de pratiques sociales, qui sont, d’un point de vue sémiotique, communément associées aux personnes de sexe masculin (Kiesling, 2007, p. 659)9.

  • 10 Il n’y a pas d’infinitif en arabe. Les verbes sont indiqués à la troisième personne du masculin sin (...)

27Entre membres du même groupe de pairs, ces jeunes hommes parlent crûment et cela laisse observer le passage à un registre très familier. D’un point de vue sociolinguistique, il est frappant de constater à quel point les termes qui évoquent la sexualité sont présents dans leur discours. Si on observe leur style habituel, on remarque que des mots tabous évoquant les parties sexuelles et la prostitution reviennent de façon récurrente. Il s’agit des termes zəbb, zəbr et kāțu qui veulent dire ‘bite’, ainsi que du terme dlāwəz qui veut dire ‘couilles’, du verbe nāk (ynīk)10 qui signifie ‘baiser, niquer’, ainsi que du substantif gaḥba ‘pute, prostituée’ et des verbes gəḥḥəb (ygəḥḥəb) et tgəḥḥəb (yətgəḥḥəb) qui en sont dérivés. Dans leur sociolecte, c’est-à-dire, dans la variété de langue propre à leur groupe social, ces mots de la sexualité sont désémantisés et grammaticalisés. Ils entrent dans la construction de locutions adverbiales, de locutions adjectivales, ainsi que de locutions interjectives. Le verbe nāk (ynīk) sert notamment de verbe support et entre également dans des constructions verbales en série.

28Ces innovations propres au parler des jeunes hommes contiennent une valeur modale et permettent à l’énonciateur d’apporter une évaluation qualitative (Pereira, 2008, p. 523-534). Elles sont porteuses d’une charge sémantique forte, favorisant l’expression intense, notamment à travers les connotations sexuelles. Ces termes et énoncés sont d’ailleurs, pour la plupart, articulés avec emphase, sur un ton et un mode énonciatif qui théâtralisent la prise de parole, dans le but de créer un effet ludique et humoristique (Juilliard, 2007, p. 56) ; cette emphase y est aussi liée à des besoins d’expressivité qui touche les noms obscènes et les termes liés à la sexualité, notamment lorsqu’ils sont employés comme une insulte, créant ainsi un effet d’intensité (Caubet, 2007, p. 36). Cette emphase expressive est, en outre, accompagnée de phénomènes suprasegmentaux (l’accent et l’intonation) et paralinguistiques (les gestes et les mimiques).

  • 11 Pour un débat autour de l’évolution des structures grammaticales, voir, par exemple, Peyraube (2002 (...)

29La grammaticalisation est un processus dynamique, diachronique et unidirectionnel ; c’est-à-dire qu’on va du lexical (items lexicaux, mots pleins) au grammatical (mots vides ayant une fonction grammaticale)11.

30Le terme « grammaticalisation » a été introduit pour la première fois par Antoine Meillet pour désigner le passage d’un mot autonome au rôle d’élément grammatical (Meillet, 1912, p. 131). La définition a depuis été développée par de nombreux auteurs, notamment par Paul J. Hopper et Elizabeth C. Traugott (1993), qui ont précisé que le processus de grammaticalisation pouvait avoir lieu sur des formes déjà grammaticalisées et, surtout, sur des constructions entières et non plus sur de simples éléments lexicaux ou grammaticaux. Ces derniers parlent du processus via lequel des items lexicaux ou des constructions entières deviennent et occupent, dans certains contextes linguistiques, des fonctions grammaticales et peuvent encore, après avoir été grammaticalisés, continuer à développer de nouvelles fonctions grammaticales.

31D’après Antoine Meillet, la grammaticalisation s’explique essentiellement par un besoin d’expressivité de la part des locuteurs. Il précise que « les langues suivent une sorte de développement en spirale : elles ajoutent des mots accessoires pour obtenir une expression intense ; ces mots s’affaiblissent, se dégradent et tombent au niveau de simples outils grammaticaux ; on ajoute de nouveaux mots ou des mots différents en vue de l’expression ; l’affaiblissement recommence, et ainsi sans fin » (Meillet, 1912, p. 140). Ce changement de classe grammaticale (appelé également décatégorialisation ou recatégorialisation) peut s’accompagner de changements morpho-phonologiques et sémantiques ; au fur et à mesure que le mot lexical devient outil grammatical, sa forme se réduit ou s’atténue et son sens s’appauvrit. En effet, tel que le précise Christian Lehmann (1995), les formes qui sont en train d’être grammaticalisées subissent un changement qui leur fait perdre leur autonomie tant au niveau de leur forme qu’au niveau de leur sens. Il parle de perte de substance sémantique, c’est-à-dire de désémantisation : un élément lexical voit son sens s’atténuer, s’affaiblir, pendant que de nouvelles valeurs sémantico-grammaticales se développent (De Mulder, 2001, p. 12).

32On note ainsi, dans leur sociolecte, l’existence de formes grammaticales construites à partir de mots de la sexualité, sans qu’il n’y ait de corrélation sémantique entre ces mots et ces formes. Les prochaines pages sont consacrées à l’examen de ces formes grammaticalisées à partir de termes qui désignent l’organe génital masculin, ainsi que celles construites à partir des mots de la prostitution. La grammaticalisation du verbe nāk (ynīk) ‘baiser, niquer’ sera également étudiée. Lorsque cela est possible, il est précisé dans quel contexte les énoncés ont été produits.

33L’organe génital masculin

34Des mots qui servent à nommer l’organe génital masculin entrent dans la construction de locutions interjectives, de locutions adverbiales et de locutions adjectivales.

Locutions interjectives

35Le terme zəbb ‘bite’ entre dans la construction de la locution interjective aẓ-ẓoḅḅ. À l’origine, aẓ-ẓoḅḅ est une réalisation pharyngalisée de la forme zəbb, déterminée au moyen de l’article əl qui a pour sens ‘le, la ou les’ en fonction du nombre du nom qu’il détermine. On peut gloser cette interjection par ‘putain, bordel’. Cet énoncé apparaît dans une conversation enregistrée lors de mon deuxième séjour en Libye, en février 2005. Étant donné que lors de mon premier séjour, en novembre 2002, j’avais beaucoup maigri, je disais à mes informateurs que j’avais l’intention, cette fois-ci, de bien profiter de la cuisine libyenne pour grossir. C’est alors que l’un d’entre eux me dit que ma perte de poids est liée au fait que j’aie trop de relations sexuelles en France et un autre informateur intervient et dit ceci :

b-əl-ʕaks

aẓ-ẓoḅḅ

n-nīk

ysəmmən

aẓ-ẓoḅḅ !

par-le-contraire

la-bite

la-baise

il fait grossir

la-bite

C’est le contraire, putain, baiser ça fait grossir, bordel !

36L’énoncé suivant est extrait du premier texte fourni auparavant. Un jeune homme libyen demande à son ami s’il a le contact de jeunes filles avec qui ils pourraient passer un bon moment :

fi

gḥāb

aẓ-ẓoḅḅ ?!

fi

ma

nnīku

ẓ-ẓoḅḅ ?!

dans

putes

la-bite

dans

quoi

nous baisons

la-bite

Il y a des putes, bordel ?! Il y a de quoi baiser, putain ?!

37zəbb entre également dans la construction de la locution interjective u zəbb-i ‘et ma bite’. Il s’agit d’un syntagme introduit par la conjonction de coordination u ‘et’, suivi du substantif zəbb auquel est suffixé le pronom possessif de première personne du singulier i. Un syntagme est une combinaison de morphèmes ou de mots qui se suivent produisant un sens acceptable. On peut la gloser par ‘et tout le tralala, et tout ce qui s’ensuit, et tout le reste’. L’énoncé suivant a été obtenu un soir lorsque nous attendions un ami devant chez lui. Il s’était mis sur son trente-et-un, alors que nous n’étions passés le chercher que pour aller manger un kebab…

li

mənu

ṭāṛəḥ

u

mbəxbəx

əṣ-ṣənna

u

sālət

pour

qui

fringué

et

vaporisé

le-parfum

et

coiffé

əš-šʕērāt

u

zəbb-i ?!

les-cheveux

et

bite-ma

Pour qui t’es-tu fringué, parfumé, coiffé et tout ce tralala de mes deux ?!

38Quant au terme zəbr ‘bite’, il entre dans la construction de la locution interjective zəbr-i qui a le même sens que la locution précédente aẓ-ẓoḅḅ. À l’origine, il s’agit du terme zəbr, auquel est suffixé le pronom possessif de première personne du singulier i. On peut également la gloser par ‘oh putain’.

zəbr-i

ġaləṭ !

bite-ma

erreur

Oh putain, je me suis trompé !

39Ces deux derniers exemples sont articulés sans emphase ; l’expressivité est contenue dans la charge sémantique, mais également à travers les phénomènes paralinguistiques et suprasegmentaux caractéristiques de l’étonnement.

40Locutions adverbiales

41On retrouve la forme pharyngalisée dans la locution adverbiale de quantité ḷ-aẓ-ẓoḅḅ qui permet d’exprimer le haut degré avec une connotation obscène. À l’origine, ḷ-aẓ-ẓoḅḅ est la réalisation emphatique de la locution l-əz-zəbb composée de la préposition l ‘à, pour, vers’ et de zəbb déterminé par l’article əl. On peut la gloser par ‘putain de (quelque chose)’. L’énoncé suivant à été prononcé par un informateur qui avait très envie de quitter la Libye pendant quelques temps, pour aller passer du temps à l’étranger et perfectionner son anglais, avant de trouver un travail.

ʕand-i

nīya

ḷ-aẓ-ẓoḅḅ

nəmši !

chez-moi

envie

à-la-bite

je vais

J’ai trop une putain d’envie d’y aller !

42La locution adverbiale ḷ-aẓ-ẓoḅḅ est souvent employée dans les énoncés suivants, très courants. Elle peut s’employer après un verbe, un nom et un adjectif.

žuʕt

ḷ-aẓ-ẓoḅḅ !

j’ai été affamé

à-la-bite

J’ai une putain de faim !

sagaʕ

ḷ-aẓ-ẓoḅḅ !

froid

à-la-bite

Je me les caille grave !

bʕīd

ḷ-aẓ-ẓoḅḅ !

lointain

à-la-bite

C’est loin sa mère !

43Par analogie avec l’exemple précédent et avec le même sens, le terme dlāwəz ‘couilles’ entre dans la construction de la locution adverbiale l-əd-dlāwəz. Cependant, cette locution-ci n’est pas réalisée avec emphase. La préposition l précède le terme dlāwəz qui est déterminé au moyen de l’article əl. On peut aussi gloser cette locution par ‘putain de’. Cet énoncé fait partie de l’enregistrement duquel a été extrait le deuxième texte fourni auparavant. Il a été produit par un informateur qui se souvenait de ses années à l’université :

ʕand-ək

ʕiləm

l-īyām

āhĭy.a

ṣāyəʕ

l-əd-dlāwəz

āne !

chez-toi

savoir

les-jours

celle-ci

voyou

à-les-couilles

moi

Toi-même tu sais, à cette époque-là, j’étais un putain de mauvais garçon moi !

Locutions adjectivales

44Le terme zəbb entre également dans la construction de la locution adjectivale aẓ-ẓoḅḅ, homonyme de la locution interjective. Au niveau syntaxique, cette locution s’emploie dans un rapport d’annexion, un état construit, qui « consiste en la juxtaposition de deux ou plusieurs termes groupés de telle sorte que le premier est déterminé par le deuxième, le deuxième par le troisième, etc. » (Blachère et Gaudefroy-Demombynes, 1952, p. 322). On peut la gloser par ‘de merde’.

tālīfūn

ɑẓ-ẓɑḅḅ !

téléphone

la-bite

Téléphone de merde !

səyyāṛt

ɑẓ-ẓɑḅḅ !

voiture

la-bite

Voiture de merde !

45De plus, il existe un syntagme prépositionnel zēy əz-zəbb ‘comme la bite’, où zəbb est réalisé sans emphase. Il est introduit par la préposition zēy ‘comme’, suivie de zǝbb, déterminé par ǝl. On compare ce terme à un autre élément, avec une valeur dépréciative.

ʕlē-ma

ṣəllḥu

fī-h

gāʕəd

šəkl-a

zēy

əz-zəbb !

sur-quoi

ils réparent

dans-lui

restant

apparence-son

comme

la-bite

Ils ont beau le réparer, ça a toujours l’air d’une grosse merde !

46Ce syntagme prépositionnel se construit par analogie avec l’expression zēy əz-zəft ‘comme le goudron’ qui s’emploie dans les mêmes contextes que zēy əz-zəbb.

hāda

zēy

əz-zəft !

celui-ci

comme

le-goudron

C’est pourri ! C’est de la merde !

47Enfin, à partir du substantif kāțu qui est un emprunt à l’italien cazzo ‘bite’, l’adjectif kāțāwi (au féminin kāțāwīya) a été créé. Cet adjectif se caractérise par son suffixe arabe -āwi (-āwīya au féminin) qui entre principalement dans la formation d’adjectifs (Pereira, 2008, p. 177-178). Il permet la comparaison et apporte une valeur positive et peut se gloser par ‘trop bien, trop puissant, trop fort’.

hādi

kāțāwīya !

Celle-ci

phallique

Elle est trop forte celle-là, trop puissante, trop bien !

C’est trop de la balle !

48En italien, le terme cazzo entre également dans la formation de locutions adverbiales et est utilisé comme interjection avec le sens de ‘merde, putain’. Sandro Bianconi précise en effet que le terme cazzo est plutôt employé dans la langue parlée, sans corrélation sémantique, comme marquer linguistique d’intensité ; il a une fonction émotive, qui permet l’expression avec emphase et qui situe l’énoncé dans le registre familier (Bianconi, 1980, p. 174).

  • 12 Au sujet des emprunts à l’italien, voir Rossi (1933) et Abdu (1988).

49D’un point de vue historique, on pourrait supposer que les formes que l’on retrouve en arabe libyen, développées à partir des termes qui désignent l’organe génital masculin, auraient été construites par analogie avec les emplois de cazzo en italien. Les Italiens ont occupé la Libye de 1911 à 1943. Les personnes nées et scolarisées pendant cette période, et notamment les hommes, connaissent l’italien ; il m’est moi-même arrivé, lors de mes séjours en Libye, de parler en italien avec des Libyens. L’italien étant, encore aujourd’hui, la langue à laquelle l’arabe libyen a emprunté le plus de termes12.

Les mots de la prostitution

50Des mots de la prostitution entrent également dans la construction de locutions. On note en outre la création de verbes dérivés à partir du terme gaḥba ‘prostituée, pute’.

Locution interjective

51Précédé de l’article əl, le terme gaḥba entre dans la construction de la locution interjective əl-gaḥba que l’on peut également gloser par ‘oh putain’. Cet énoncé est extrait du deuxième texte.

tugʕud

fi

la-hwa

l-gaḥba !

tu restes

dans

l’-air

la-pute

Oh putain, tu te retrouverais en l’air !

52Cet énoncé a été produit lorsqu’un informateur a proposé d’aller manger le meilleur kebab à un endroit un peu éloigné. Son ami se souvenant alors qu’il lui était déjà arrivé de proposer d’aller au meilleur café, et quand ils sont arrivés devant, ce dernier avait été fermé par la municipalité, lui dit :

b-yəṭləʕ

zēy

əl-gahwa

l-gaḥba

əlli

gult

l-i…

futur-il sortira

comme

le-café

la-pute

que

tu as dit

à-moi

Oh putain, ça va être la même chose que le café dont tu m’avais parlé…

53Puis, on trouve la locution interjective ya gaḥbət-lə-gḥāb que l’on peut traduire littéralement par ‘la pute des putes’ et gloser par ‘oh bordel de merde’. Elle s’emploie comme un jurement. Au niveau syntaxique ces termes s’emploient dans un rapport d’annexion, un état construit. Au niveau sémantique, la relation d’appartenance au moyen du singulier gaḥba et de son pluriel gḥāb permet la construction d’une forme intensive, qui est renforcée par l’aspect répétitif, intonatif, lié à la succession des deux termes. Cet énoncé fait également partie de l’enregistrement duquel a été extrait le deuxième texte fourni auparavant. Il a été produit par un informateur qui se souvenait de ses années à l’université et qui aimerait revenir en arrière dans le temps. Il s’agit d’une conversation entre trois amis (A, R et N).

A)

wallāhi

l-gaḥba

kāna

iṛǝddū-na…

par Dieu

la-pute

si

ils renvoient-nous

R)

b

ǝs-sēf

wallāhi

b

ǝs-sēf

bāh

šǝn

bǝ-tdīr ?

avec

l’-épée

par Dieu

avec

l’-épée

d’accord

quoi

futur-tu fais

A)

kāna

iṛǝddū-na

ṭaḷaḅa ?

si

ils renvoient-nous

étudiants

N)

kāna

kāna

ya

gaḥbət-lə-gḥāb

kāna…

si

si

oh

pute-les-putes

si

– Putain, je te jure, si on pouvait retourner en arrière dans le temps…

– C’est clair, je te jure, carrément ; ok, qu’est ce que tu ferais ?

– Si on redevenait des étudiants ?

– Si, si, oh bordel de merde, si…

(Si ma tante en avait, ce serait mon oncle…)

54La locution interjective gaḥbət-lə-gḥāb semble être construite par analogie avec ṛaḅḅu-l-aṛḅāḅ, qui a pour sens littéral ‘Dieu des Dieux’ et que l’on peut gloser par ‘oh mon Dieu’, qui s’emploie comme blasphème. À l’instar de l’exemple précédent, le singulier ṛaḅḅu et son pluriel aṛḅāḅ sont en rapport d’annexion, dans une construction intensive, renforcée par la succession des deux termes, qui sont ici, de plus, articulés avec emphase. Cet énoncé est également extrait du deuxième texte.

wa

ṛaḅḅu-l-aṛḅāḅ

kāna

tmədd

l-i

š-šāṛəb

et

Dieu-les-Dieux

si

elle tends

à-moi

la-lèvre

əl-ūṭi

nkərrəš

fī-h

ṛəžlē-ya

ləmma

l’-inférieure

je m’accroche

dans-lui

pieds-mes

quand

yṭīṛu

mən

tāli !

ils volent

de

derrière

Oh mon Dieu, si elle me tend sa lèvre inférieure pour que je m’y suspende, je me retrouverais avec les pieds en l’air !

55Dans le sociolecte examiné, les constructions par analogie et plus précisément les calques syntaxiques apparaissent comme un processus dominant dans la création des nouvelles formes linguistiques.

Grammaticalisation de verbes

56Deux verbes ont été dérivés et lexicalisés à partir du terme gaḥba : le verbe gəḥḥəb (ygəḥḥəb), à la deuxième forme verbale (caractérisée par le redoublement de la deuxième consonne radicale /ḥ/), ainsi que le verbe tgəḥḥəb (yətgəḥḥəb), à la cinquième forme verbale (marqué par la préfixation de /t/ et le redoublement de la deuxième consonne radicale /ḥ/). On peut respectivement les traduire par ‘faire la pute’ et ‘se prostituer, s’adonner à la prostitution’. Dans le parler des jeunes hommes libyens, ces verbes sont grammaticalisés : ils sont vidés de leur sens premier, désémantisés, et ­prennent un sens nouveau.

57Au niveau modal, le verbe gəḥḥəb (ygəḥḥəb) apporte une valeur positive et peut se gloser par ‘être super bien, super bon, super important’ ou plus grossièrement par ‘déchirer sa mère’. Au niveau syntaxique, il est employé dans une proposition relative. Il apparaît comme un attribut de l’antécédent qui n’est pas déterminé. L’énoncé suivant a été obtenu lorsqu’un informateur racontait qu’il avait l’intention d’aller à Paris rendre visite à ses amis, qu’il avait l’opportunité d’être logé et, par conséquent, de ne pas avoir à payer de chambre d’hôtel.

tḥaṣṣǝl

sakǝn

mʕa

ḥadd

m

ǝš-šābāb

mīya

mīya

tu obtiens

logement

avec

un

de

les-jeunes

cent

cent

qəṣṣt-i

ḥəllēt

mawḍūʕ

ygəḥḥəb !

histoire-mon

tu as ouvert

thème

il fait la pute

maʕnā-ha

nəkt

mawḍūʕ

ygəḥḥəb !

sens-son

tu as niqué

thème

il fait la pute

nuṣṣ

flūs-ǝk

f

žēb-ǝk

gāʕdāt !

moitié

sous-tes

dans

poche-ta

restantes

Tu te fais loger par un des gars, c’est trop de la balle ; tu viens d’aborder un sujet qui claque sa mère ! Tu vois ce que je veux dire ? Tu as mis le doigt sur un sujet qui déchire sa mère ! Tu te gardes la moitié des tunes dans ta poche !

58À l’idée d’aller à l’endroit bien précis où les kebabs sont réputés pour être les meilleurs, un informateur dit :

nnīku

kābāb

ygəḥḥəb !

nous niquons

kebab

il fait la pute

On va se taper un de ces kebabs qui déchire sa mère !

59Quant au verbe tgəḥḥəb (yətgəḥḥəb), il apporte une valeur négative. Il peut se gloser par ‘faire n’importe quoi, partir en couille’. Affamés et pressés, à l’idée d’aller manger ce fameux kebab, nous sommes ralentis par quelqu’un arrêté au milieu de la route. Un informateur dit alors :

tawwa

hāda

wāgəf

f-ət-trīg

yətgəḥḥəb

āhŭẉa !

maintenant

celui-ci

arrêté

dans-la-route

il se prostitue

celui-ci

Maintenant, (il ne manquait plus que) celui-là, arrêté en plein milieu de la route ; il part en couille !

  • 13 Au sujet des valeurs des formes verbales dérivées, voir Marçais (1952, p. 175-207), Lentin (1991) e (...)

60Il est fréquemment observé que la deuxième et la cinquième forme sont des formes dénominatives, i.e. qu’elles sont dérivées d’un nominal13. Ces formes sont également caractérisées par les valeurs suivantes : intensivité et expressivité, et elles sont souvent exploitées à des fins stylistiques ou de connotations. Ces formes intensives sont bien souvent choisies pour « mettre quelque chose en relief ou avoir un langage coloré » (Lentin, 1991, p. 911).

Le verbe nāk (ynīk) « baiser, niquer »

61À l’instar des verbes précédents, le verbe nāk (ynīk) ‘baiser, niquer’ est désémantisé et grammaticalisé. Dépouillé de son sens propre, il sert d’élément morphologique. Il change de catégorie et est utilisé comme verbe sériel, mais aussi comme verbe support. On note le passage, à l’intérieur d’une même catégorie, d’un ensemble (verbe) à deux sous-ensembles (verbe support et verbe sériel).

Construction verbale en série

  • 14 Au sujet des constructions verbales en série, voir Sebba (1987), ainsi qu’Aikhenvald et Dixon (2006 (...)

62Le verbe nāk (ynīk) est employé dans des constructions verbales en série. Une construction verbale en série se compose d’une séquence d’au moins deux verbes qui se suivent. On parle de série verbale lorsqu’il n’existe pas de marqueur de dépendance syntaxique entre les différents verbes, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de conjonction de subordination ou de coordination entre eux. De plus, ces verbes doivent partager le même sujet et être à la même conjugaison, partageant les mêmes valeurs aspecto-temporelles14.

ḥussēn

ynīk

ytməzzəg !

Hussen

il nique

il éclate de rire

Hussen se fend la gueule !

u

nāk

ttəṣṣəl.

et

il a niqué

il a téléphoné

Et il lui a passé un putain de coup de fil.

  • 15 J’ai moi-même construit ces énoncés à partir des exemples précédents.

63On pourrait rencontrer ces énoncés sans le verbe nāk (ynīk), dans un registre courant15.

*

ḥussēn

ytmǝzzǝg !

Hussen

il éclate de rire

Hussen éclate de rire !

*

u

ttǝṣṣǝl.

et

il a téléphoné

Et il a téléphoné.

Verbe support

  • 16 Au sujet des verbes supports, voir G. Gross et de Pontonx (2005). Voir aussi M. Gross (1996) (fonct (...)

64Le verbe nāk (ynīk) est également employé comme verbe support de nominalisation16, c’est-à-dire qu’il est vidé de son sens premier et est utilisé comme le support syntaxique d’un nom sémantique, qui dénote une action. Le sens du verbe support est ainsi précisé par le nom qui remplit la fonction de prédicat (nom prédicatif). D’après Georges Mounin, le prédicat est l’élément central de la phrase, celui par rapport auquel tous les éléments de la phrase marquent leur fonction (Mounin, 2000, p. 267).

nnīku

səbsi ?

nous niquons

cigarette

On se tape une clope ?

On se grille une clope ?

65Les deux énoncés suivants ont été produits par le même informateur, qui précisait qu’il allait rentrer tôt pour dîner avec ses parents, puis qu’il irait se coucher.

nnīku

fi

ʕše

mʕa

lǝ-ʕwēla.

nous niquons

dans

dîner

avec

la-famille

On se tape le dîner en famille.

tnīk

ən-nōm.

tu niques

le-sommeil

Tu te tapes un somme.

66Il existe une relation d’équivalence entre ces trois énoncés et les trois phrases suivantes, avec des verbes non supports, appelés verbes distributionnels (M. Gross, 1998, p. 42) ; la différence réside dans le registre de langue.

nsǝbsu.

nous fumons

Nous fumons.

nǝtʕǝššu

mʕa

lǝ-ʕwēla.

nous dînons

avec

la-famille

Nous dînons en famille

tnūm.

tu dors

Tu dors.

67Dans les deux énoncés suivants, le verbe support pourrait être remplacé par son correspondant dār (ydīr), qui a pour sens premier ‘faire, mettre’.

zēy

əlli

ynīk

fi

ṣubʕ-a

f

tīnt-a

w

yšəmm

fī-h.

comme

qui

il nique

dans

doigt-son

dans

cul-son

et

il sent

dans-lui

Comme celui qui se fout le doigt dans le cul et le sent.

xēṛ-ək

nāyək

dawša

ənta ?

bien-ton

niquant

bruit

toi

Qu’est-ce que tu as toi à foutre le boucan ?

68Employé comme verbe sériel, le verbe nāk (ynīk) joue un rôle stylistique et apporte une valeur modale. Combiné à d’autres verbes, il permet une restructuration syntaxique de la phrase et, sans en changer le sens, indique qu’on est dans le registre très familier.

Conclusion

69Ainsi, dans le sociolecte des jeunes hommes de Tripoli, des mots de la sexualité entrent dans la construction de parties du discours. Les mots qui désignent l’organe génital masculin entrent ainsi dans la construction de locutions interjectives (aẓ-ẓoḅḅ, u zəbb-i et zəbr-i), de locutions adverbiales (l-aẓ-ẓoḅḅ et l-əd-dlāwəz) et de locutions adjectivales (aẓ-ẓoḅḅ, kāțāwi et zēy əz-zəbb). Le mot gaḥba ‘pute’ permet, quant à lui, de créer deux locutions interjectives (əl-gaḥba et ya gəḥbət-lə-gḥāb) et les deux verbes qui en dérivent sont désémantisés et grammaticalisés (gəḥḥəb, ygḥḥəb et tgəḥḥəb, yətgəḥḥəb). On observe en effet qu’il n’y a pas de corrélation sémantique entre les mots de la sexualité et les formes grammaticales qui ont acquis des sens nouveaux. Le verbe nāk (ynīk), dont le sens premier renvoie à l’acte sexuel est également désémantisé, grammaticalisé et a changé de catégorie, passant d’un simple verbe à un verbe support et à un verbe sériel. Au niveau linguistique, l’analogie apparaît comme un processus dominant dans la création de ces nouvelles formes linguistiques.

70D’un point de vue modal, toutes ces formes contiennent l’expression d’une appréciation, qu’elle soit positive ou négative, indiquant le haut degré avec une connotation sexuelle et obscène ; on est, en effet, dans le registre très familier. L’intonation marque également cette modalité appréciative et il faut tenir compte des phénomènes suprasegmentaux, qui jouent un rôle modal appréciatif, notamment à travers l’emphase expressive forte.

  • 17 Pour une bibliographie des études qui concerne l’arabe libyen, voir Pereira (2008).

71Le manque important de descriptions linguistiques des parlers arabes de Libye ne nous permet pas de dater l’apparition de ces formes dans le langage. Les auteurs précédents ne fournissent aucun élément du registre familier dans leurs travaux17. Il est néanmoins certain qu’il s’agit de formes qui ne sont employées que par les jeunes hommes. Elles ne seraient, d’après mes informateurs et mes propres observations sur le terrain, pas employées par les jeunes femmes. De plus, mes informateurs m’ont précisé qu’il leur était impossible de les utiliser en présence d’adultes ou en famille. Seule une étude des registres de langues auprès de jeunes filles et de groupes d’adultes confirmerait ou non cette donnée.

  • 18 Au sujet de la parentalité (parenthood), voir Arnett (2000, p. 473).

72En réalité, ce style familier et trivial ne dure pas ; il cesse avec le mariage, ascension sociale qui favorise le changement linguistique (Eckert, 2003, p. 389). Le conservatisme linguistique semble en effet se fixer avec le passage à l’âge adulte (Eckert, 1997, p. 164) et il s’accompagne d’un changement de comportement sexuel. L’obtention d’un emploi leur permet de devenir économiquement indépendants et, par la suite, de se marier. L’âge adulte est symbolisé par le mariage et par la responsabilité liée au mariage puis à la paternité, à la parentalité18. Ce changement de statut est lui aussi accompagné d’une évolution au niveau du comportement et du langage. Certains de mes informateurs se sont entre-temps mariés et j’ai observé qu’après leur mariage, ils ont arrêté de fumer, sortent moins et ont moins recours à un registre de langue familier, voire plus du tout. En général, lorsqu’un de mes informateurs libyens se marie, il devient moins disponible et cesse d’être un informateur.

Haut de page

Bibliographie

Abdu Hussein Ramadan, 1988, Italian Loanwords in Colloquial Libyan Arabic as Spoken in the Tripoli Region, Ph.D., Arizona University.

Aikhenvald Alexandra Y. et Dixon Robert M. W. (dir.), 2006, Serial Verb Construction – A Cross Linguistic Typology, New-York, Oxford University Press.

Arnett Jeffrey, 2000, « Emerging Adulthood. A Theory of Development. From the Late Teens Through the Twenties », American Psychologists, vol. 55, nº 5, p. 469-480.

Bianconi Sandro, 1974, Lingua matrigna: italiano e dialetto nella Svizzera italiana, Bologna, Il mulino.

Blachere Régis et al., 1952, Grammaire de l’arabe classique (morphologie et syntaxe), Paris, Maisonneuve & Larose.

Bulot Thierry (dir.), 2004, Les parlers jeunes. Pratiques urbaines et sociales, Cahiers de sociolinguistique, nº 9, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Cameron Deborah et al., 2003, Language and Sexuality, Cambridge, Cambridge University Press.

Caubet Dominique, Billiez Jacqueline, Bulot Thierry, Leglise Isabelle et Miller Catherine. (dir.), 2004, Parlers jeunes, ici et là-bas. Pratiques et représentations, Paris, L’Harmattan.

Caubet Dominique, 2007. « L’arabe maghrébin-darja, “Langue de France”, dans les parlers jeunes et les productions culturelles : un usage banalisé », in Ledegen Gudrun (dir.), Pratiques linguistiques des jeunes en terrains plurilingues, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 25-46.

De Mulder Walter, 2001, « La linguistique diachronique, les études sur la grammaticalisation et la sémantique du prototype : présentation », Langue française, 130, Paris, Larousse, p. 8-32.

Eckert Penelope, 1997, « Age as a Sociolinguistic Variable », in Coulmas Florian (dir.), The Handbook of Sociolinguistics, Oxford, Blackwell Publishing, p. 151-167.

Eckert Penelope, 2003. « Language and gender in adolescence », in Holmes Janet et Meyerhoff Miriam (dir.), Handbook of Language and Gender, Oxford, Blackwell Publishing, 2003, p. 381-400.

Gross Gaston et Pontonx Sophie de (dir.), 2005, Verbes supports : Nouvel état des lieux, Special Issue of Lingvisticæ Investigationes, 27:2, Amsterdam, John Benjamins.

Gross Maurice, 1996, « Les verbes supports d’adjectifs et le passif », Langages, 121, Paris, Larousse, p. 8-18.

Gross Maurice, 1998, « La fonction sémantique des verbes supports », Travaux de Linguistique, 37, Louvain-La-Neuve, Duculot, p. 25-46.

Hopper Paul J. et Traugott Elizabeth C. (dir.), 1993, Grammaticalization, Cambridge, Cambridge University Press.

Johnson Sally et Meinhof Ulrike H. (dir.), 1997, Language and Masculinity, Oxford, Blackwell Publishers.

Juillard Caroline, 2007, « Options variables du répertoire dans le champ du français parlé en interaction entre des jeunes d’origine variée et des adultes, réunis dans des centres de formation de la protection judiciaire à la jeunesse (région parisienne) », in Ledegen Gudrun (dir.), Pratiques linguistiques des jeunes en terrains plurilingues, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 47-63.

Kiesling Scott F., 2002, « Playing the Straight Man: Displaying and Maintaining Male Heterosexuality in Discourse », in Campbell-Kibler Kathryn, Podesva Robert J., Roberts Sarah, J. et Wong Andrew (dir.), Language and Sexuality: Contesting Meaning in Theory and Practice, Stanford, CSLI Publications, p. 249-266.

Kiesling Scott F., 2005, « Identity in Sociocultural Anthropology and Language », in Brown Keith (dir.), Encyclopedia of Language and Linguistics (Second Edition): Linguistic Anthropology, Amsterdam, Elsevier, 2005, p. 495-502.

Kiesling Scott F., 2007, « Men, Masculinities, and Language », in Language and Linguistics Compass, 1/6, Oxford, Blackwell Publishing, p. 653-673.

Ledegen Gudrun (dir.), 2007, Pratiques linguistiques des jeunes en terrains plurilingues, Paris, L’Harmattan.

Lehmann Christian, 1995, Thoughts on Grammaticalization, Munich, Lincom Europa.

Lentin Jérôme, 1991, « À propos de la valeur “intensive” de la IIe forme verbale en arabe syrien: Modalité et expressivité. Vers un renouvellement du système verbal ? », in Kaye Alan S. (dir.), Semitic Studies In Honour of Wolf Leslau, Vol. 2, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, p. 891-916.

Marçais Philippe, 1952, Le parler arabe de Djidjelli (Nord Constantinois, Algérie), Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient.

Meillet Antoine, 1912, « L’évolution des formes grammaticales », in Meillet Antoine, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1912, p. 131-148.

Mounin Georges, 2000, Dictionnaire de la linguistique, Paris, Quadrige / PUF.

Pereira Christophe, 2010, Le parler arabe de Tripoli (Libye), Zaragoza, Instituto de Estudios Islámicos y del oriente Próximo.

Pereira Christophe, 2008, Le parler arabe de Tripoli (Libye) : phonologie, morphosyntaxe et catégories grammaticales, Thèse de doctorat, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris.

Peyraube Alain, 2002, « L’évolution des structures grammaticales », Langages, nº 146, Paris, Armand Colin, p. 46-58.

Prevost Sophie, 2003, « La grammaticalisation : unidirectionnalité et statut », Le français moderne, tome LXXI, nº 2, p. 144-166.

Rossi Ettore, 1933, « Vocaboli stranieri nel dialetto arabo della città di Tripoli », Atti del IV Congresso Internazionale dei Linguisti, Rome, p. 186-193.

Sebba Mark, 1987, The Syntax of Serial Verbs, Amsterdam, John Benjamins.

Tauzin Aline (dir.), 2008, Insultes, injures et vannes en France et au Maghreb, Paris, Karthala.

Thurlow Crispin, 2005, « Deconstructing Adolescent Communication », in Williams Angie et Thurlow Crispin (dir.), Talking Adolescence. Perspective on Communication in the Teenage Years, New York, Peter Lang, p. 1-20.

Haut de page

Notes

1 Quelques précisions s’imposent à propos du système de transcription utilisé qui comporte quelques symboles spéciaux. Il ne s’agit pas d’une transcription phonologique ; elle se rapproche ici de la prononciation de l’arabe libyen. Le macron sur les voyelles indique qu’il s’agit de voyelles longues (ā, ī, ū, ō, ē) ; ɛ / ɛ̄ est une voyelle mi-ouverte antérieure non arrondie (comme dans le mot mais [mɛ] en français) ; ɔ / ɔ̄ est une voyelle mi-ouverte postérieure arrondie (comme dans le mot bol [bɔl] en français). ǝ est une voyelle moyenne centrale (comme dans le mot je [ʒǝ] en français). Le point souscrit indique qu’il s’agit d’une consonne emphatique ṣ (ﺹ). ṭ (ﻁ), ḍ (ﺽ), ṛ, ẓ, ḅ. ṃ. ḷ ; ţ est une dentale affriquée sourde à appendice sifflant articulé [t͡s] ; š est une prépalatale fricative sourde (ﺵ) ; ž est une prépalatale fricative sonore (ﺝ) ; q est une uvulaire sourde occlusive (ﻕ); ġ est une vélaire fricative sonore (ﻍ) ; x est une vélaire fricative sourde (ﺥ) ; ḥ est une pharyngale fricative sourde (ﺡ) ; ʕ est une pharyngale fricative sonore (ﻉ) ; ʔ est une laryngale occlusive sourde (ء) ; h est la laryngale fricative sonore (ە).

2 bġǝl veut également dire ‘mule’.

3 Ce terme est formé à partir du substantif kaʕka ‘biscuit en forme de cercle’, métaphore de l’anus, suivi du suffixe -ǧi (emprunt au turc -ci) qui désignent la personne qui exerce un métier, ou bien qui a une occupation ou une caractéristique.

4 Dont le pluriel est gɛ̄zāt.

5 La transcription se rapproche ici de la prononciation de l’arabe libyen. Elle s’accompagne d’une traduction libre qui s’efforce de restituer le registre de langue. Il n’y a aucune ponctuation à l’exception des points d’interrogation. […] indique qu’une partie de l’énoncé a été supprimé et # indique les fragments.

6 Mes informateurs m’ont autorisé à enregistrer toutes leurs conversations. Les transcriptions des textes présentés ici ont été faites avec l’un des locuteurs.

7 D’après mes informateurs, la majorité des prostituées à Tripoli seraient d’origine marocaine.

8 Et, dans d’autres contextes, homosexuel actif.

9 Voir également l’ouvrage Language and Masculinity édité par Sally Johnson et Ulrike Hanna Meinhof (1997).

10 Il n’y a pas d’infinitif en arabe. Les verbes sont indiqués à la troisième personne du masculin singulier de la conjugaison suffixale (accompli) et de la conjugaison préfixale (inaccompli).

11 Pour un débat autour de l’évolution des structures grammaticales, voir, par exemple, Peyraube (2002) et Prévost (2003).

12 Au sujet des emprunts à l’italien, voir Rossi (1933) et Abdu (1988).

13 Au sujet des valeurs des formes verbales dérivées, voir Marçais (1952, p. 175-207), Lentin (1991) et Pereira (2008, p. 97-128).

14 Au sujet des constructions verbales en série, voir Sebba (1987), ainsi qu’Aikhenvald et Dixon (2006).

15 J’ai moi-même construit ces énoncés à partir des exemples précédents.

16 Au sujet des verbes supports, voir G. Gross et de Pontonx (2005). Voir aussi M. Gross (1996) (fonction sémantique des verbes supports) et (1998).

17 Pour une bibliographie des études qui concerne l’arabe libyen, voir Pereira (2008).

18 Au sujet de la parentalité (parenthood), voir Arnett (2000, p. 473).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pereira, « Les mots de la sexualité dans l’arabe de Tripoli (Libye) : désémantisation, grammaticalisation et innovations linguistiques », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 123-145.

Référence électronique

Christophe Pereira, « Les mots de la sexualité dans l’arabe de Tripoli (Libye) : désémantisation, grammaticalisation et innovations linguistiques », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/836 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.836

Haut de page

Auteur

Christophe Pereira

CSIC – Estudios Islámicos y del Oriente Próximo (IEIOP), Zaragoza

Haut de page