Navigation – Plan du site
Algérie
L'année politique

Troisième mandat présidentiel : le mandat de trop ?

Chérif Bennadji
p. 265-284

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éditorial du Quotidien d’Oran, 24 octobre 2009.

« Dans ce pays, il n’y a plus de politique. L’État a décidé que c’est trivial, inutile même s’il faut bien accepter, pour satisfaire les étrangers, de mettre en place une scène politique ornementale… Ceux qui sont chargés et rétribués de participer à l’illusion de la vie politique sont fatigués de surjouer pour faire croire que ce qu’ils font n’a rien de trivial. […] Quand on se souvient de la sur-politisation du pays après les émeutes d’octobre 1988 et qu’on la compare à la dépolitisation ambiante actuelle, on peut créditer le pouvoir d’une réussite totale et absurde […]. La stérilisation du champ politique a été réussie […]. Qui a fait de la politique en ce pays ces derniers mois en dehors du pouvoir1 ? »

1Scène politique ornementale, illusion de la vie politique, dépolitisation ambiante, stérilisation du champ politique… Le constat fait par l’éditorialiste du Quotidien d’Oran est assurément accablant. Est-il exagéré, voire inexact ? La réponse est négative. Tous les observateurs un tant soit peu sérieux partagent ce constat à propos de la vie politique en Algérie en cette année 2009, où le fait majeur a été une élection présidentielle sans intérêt suivie d’une léthargie inouïe. Cette morosité fut cependant interrompue le 18 novembre par ce qui devint l’évènement de l’année : la victoire de l’équipe nationale de football sur l’Égypte et l’accession de l’Algérie au tournoi final de la coupe du monde.

2Depuis le 12 novembre 2008, date de l’adoption par voie parlementaire (la voie référendaire ayant été soigneusement écartée) de la révision constitutionnelle, il ne faisait plus de doute que M. Abdelaziz Bouteflika allait briguer un nouveau mandat à la faveur de l’élection présidentielle du 9 avril 2009. Il ne fallait pas se méprendre ni être naïf : au-delà de toute la rhétorique ayant entouré le projet de révision, l’objectif unique assigné à cette procédure était de supprimer la règle de limitation du nombre de mandats qui avait été introduite dans la Constitution algérienne par le président Zéroual. Cette évidence ôtait, en conséquence, tout intérêt à ladite élection. Car comme l’ont relevé aussi bien les observateurs que les acteurs, la présidentielle d’avril 2009 s’est jouée le 12 novembre 2008. Aussi on comprendra aisément que sitôt annoncée puis inscrite dans l’agenda politique national, l’élection présidentielle était recouverte des ombres conjuguées d’un double spectre : d’un côté, celui du boycott des candidatures de la part de personnalités politiques crédibles ; de l’autre, celui de l’abstention massive des populations. Devant une telle situation qui pouvait s’avérer dramatique pour le pouvoir, face aux doutes et aux légitimes suspicions de leurs adversaires politiques, le président en exercice et son entourage se sont attachés à donner quelque crédibilité à une démarche qui semblait vouée à l’échec.

À la recherche de candidats crédibles

  • 2 Rachid Grin, « le troisième mandat et la rumeur sur la non candidature de Bouteflika », El Watan, 1 (...)

3Dans cette perspective on a usé et abusé de la rumeur tendant à faire accroire que M. Bouteflika ne briguerait pas un troisième mandat. Même s’il s’agissait là d’une supercherie manifeste, on a laissé entendre que la révision de la Constitution, œuvre d’un homme d’État, n’avait rien à voir avec une manipulation politicienne visant à permettre à un homme de se maintenir au pouvoir au-delà du délai fixé initialement par la loi fondamentale. Comme l’explique le politologue Rachid Grin2 :

« Les rumeurs insistantes diffusées sur sa non-participation à la prochaine présidentielle servent surtout à pousser quelques gros lièvres à sortir de leurs antres et à se lancer dans la bagarre et crédibiliser ainsi une élection sans suspense. L’entourage du président, si ce n’est le président lui-même, cherche un nouveau “Benflis” qui donnera un peu de piquant à la joute électorale ».

  • 3 Le Quotidien d’Oran, 20 novembre 2008.

4Cette rumeur fut amplifiée par quelques initiatives prétendant vouloir barrer la route à M. Bouteflika. C’est ainsi qu’après la révision de la Constitution, un groupe d’intellectuels et d’universitaires avaient lancé une pétition contre la candidature de M. Bouteflika à un troisième mandat. Au mois d’octobre 2009 (donc six mois après l’élection) M. Saïd Saadi, le leader du parti du RCD qui avait refusé de signer la pétition, révélera que cette initiative politique tendait à ouvrir la voie de la magistrature suprême, à une autre personnalité nationale, M. Mouloud Hamrouche. Avant la diffusion de cette pétition, dès le mois de septembre 2008, une rumeur propagée à partir d’Internet laissait entendre que l’ancien président Zéroual, celui-là même qui avait introduit le principe de la limitation des mandats présidentiels, allait se porter candidat. Deux mois après, cette rumeur sera en quelque sorte prise en charge par Ali Mebroukine, universitaire ayant travaillé dans l’entourage de M. Zéroual à la présidence de la République. Saisissant le prétexte d’un débat avec le général à la retraite Rachid Benyelles qui avait publié deux tribunes hostiles à M. Bouteflika, Ali Mebroukine invite toute la classe politique algérienne à soutenir la candidature de Liamine Zéroual le seul à pouvoir provoquer le choc salutaire dont le pays à besoin. Pour cet universitaire, Liamine Zéroual devrait « se présenter, ne serait-ce que pour un seul mandat, ce qui lui donnerait l’occasion, s’il était élu, d’amender à nouveau la constitution pour y rétablir l’alternance au pouvoir ». En suggérant fortement cette candidature, Ali Mebroukine conclut qu’« au moins l’élection présidentielle de 2009 ne sera pas fermée comme le redoutent la quasi-totalité des observateurs »3. Dans sa livraison du 6 janvier 2009, le quotidien arabophone El Khabar (l’un des plus forts tirages de la presse algérienne) fait sa une sur l’acceptation de Liamine Zéroual de présenter sa candidature à la future élection présidentielle, mais sous certaines conditions. Il répondrait ainsi aux sollicitations « de la famille révolutionnaire » puisqu’il aurait été approché dans son lieu de retraite à Batna, loin de la capitale, par d’anciens moudjahidine et des enfants de chouhada (martyrs).

5Consécutivement à cette information, la vie politique en Algérie connaîtra une excitation soutenue avant que M. Zéroual en personne ne vienne interrompre ce qu’il faut bien appeler une manipulation de l’opinion publique. En effet, en date du 13 janvier 2009 le général Zéroual publie un communiqué officiel aux termes duquel il déclare :

  • 4 El Watan, 14 janvier 2009.

« En décidant en toute liberté de renoncer définitivement à ma carrière politique, j’ai estimé qu’il était temps que l’alternance se concrétise afin d’assurer un saut qualitatif à nos mœurs politiques et à la pratique de la démocratie, tant était loin de ma conception la notion d’homme providentiel à laquelle je n’ai jamais cru.4 »

6Contrairement à l’appréciation faite par certains analystes qui ont affirmé que le ton utilisé par M. Zéroual ouvrait la porte à toutes les spéculations, cette déclaration était sans ambiguïté : le retrait du général de la vie politique était définitif. Lorsque l’on connaît « les rigidités mentales » (la formule est de Ali Mebroukine) de l’homme, l’on se doit d’accorder crédit à ses propos. Qui plus est, M. Zéroual défend une nouvelle fois dans cette déclaration le principe de l’alternance au pouvoir et rejette l’idée même d’homme providentiel. En procédant de la sorte, le général à la retraite continue bien évidemment à faire de la politique puisqu’il assène ses vérités à l’endroit de M. Bouteflika dont il condamne la démarche.

7Il faut dire que le silence de M. Zéroual, face à la remise en cause des principes qu’il avait introduits dans la constitution de 1996, était injustifiable aux yeux de bon nombre d’observateurs et de citoyens. La limitation des mandats présidentiels et le principe de l’alternance au pouvoir étaient à inscrire au crédit de ce général qui demeurait impassible devant la régression introduite dans le texte constitutionnel et les mœurs politiques par M. Bouteflika. Aussi en réitérant son attachement au principe de l’alternance au pouvoir pour dire qu’il ne reviendra pas au sommet de l’État, M. Zéroual signifie ni plus ni moins qu’il condamne le principe de la révision constitutionnelle imposée par M. Bouteflika. Mieux encore, en rejetant « la notion d’homme providentiel » M. Zéroual tend à torpiller tout le processus mis en œuvre depuis plusieurs mois, avec une accélération après le 12 novembre 2008, pour faire croire que le pays profond dans son entier réclame à cor et à cri le maintien au pouvoir de M. Bouteflika, homme providentiel, qui a sauvé l’Algérie du naufrage et qui doit impérativement parachever son œuvre.

8Le 15 janvier, soit deux jours après la déclaration du général Zéroual, le conseil national du parti du RCD annonçait que M. Saïd Saadi (qui avait participé à des scrutins précédents) ne serait pas candidat lors de l’élection d’avril 2009. Pis encore, le parti du RCD décida à cette occasion de geler ses activités officielles « pour dénoncer l’asservissement de l’État et sa confiscation en faveur d’une présidence à vie ». Avant cette prise de position et en exigeant de faire contrôler l’élection par des observateurs internationaux crédibles, M. Saïd Saadi donnait le sentiment de vouloir participer au scrutin présidentiel. C’est du reste l’un des reproches essentiels que lui firent les dissidents originaires de la wilaya de Béjaia qui provoquèrent une grave crise au sein du RCD à la fin de l’année 2008.

9Le 14 janvier 2009, Djamel Ferdjallah, l’un des principaux dirigeants du RCD devenu dissident adressa une lettre ouverte aux membres du conseil national la veille de sa réunion, dans laquelle on pouvait relever :

  • 5 El Watan, 14 janvier 2009.

« À l’heure des conciliabules secrets, exiger une surveillance internationale comme préalable à la participation, alors qu’il s’agit de disqualifier la consultation, est une preuve de la tentation irrépressible du président du RCD de s’impliquer dans cette élection… Il est heureux que le débat, que nous avons initié dans la difficulté sur la question, ait tempéré ces derniers jours l’ardeur du chef
[i.e. Saïd Saadi] à s’engager.5 »

  • 6 Le Soir d’Algérie, 31 janvier 2009.
  • 7 Le Quotidien d’Oran, 16 février 2009.

10Ainsi donc, avec le refus de M. Saïd Saadi de s’engager dans la joute électorale – il rejoint la position de son frère ennemi le Front des forces socialistes (FFS) – c’est tout le camp des démocrates qui refuse d’apporter sa caution à l’élection d’avril 2009. Concomitamment aux rumeurs et à cette opération de manipulation, Zéroual a tenté de susciter la candidature d’Abdallah Djaballah, un islamiste qui tout en étant radical acceptait de jouer le jeu institutionnel. Dès la fin novembre 2008, Abdallah Djaballah est approché par le représentant personnel du chef de l’État, M. Abdelaziz Belkhadem qui lui aurait proposé la transaction suivante : participer à la joute électorale en contrepartie de quoi il sera rétabli dans le leadership de la formation politique dont il a été éjecté avec la connivence de l’administration. Pendant au moins deux mois, Abdallah Djaballah laissera planer le doute sur sa candidature. Mais à la fin du mois de janvier 2009, le marché n’ayant pu être conclu, le leader islamiste annoncera officiellement son refus de participer à la prochaine élection présidentielle au motif que nous sommes « devant une véritable pièce de théâtre car tout s’est joué le 12 novembre 2008 »6. Explicitant les raisons de sa non-participation, il déplore qu’il y ait « une sorte de démission collective nationale pour tout ce qui touche à la politique, à l’activité partisane et bien évidemment, une démission vis-à-vis des élections »7 et de conclure : « à moins de deux mois du scrutin, il n’y a aucun engouement pour ces élections comme si elles n’existaient pas ».

11Pendant que se déroulaient toutes ces manœuvres et tractations, M. Bouteflika, muré dans le silence, laissa ses partisans et ses obligés préparer sa candidature. Le 30 novembre 2008, soit une quinzaine de jours après la ratification de la révision constitutionnelle, l’alliance présidentielle créée en 2004 par le FLN, le RND et le MSP, annonçait qu’elle choisissait M. Bouteflika comme candidat unique pour la prochaine élection présidentielle. À cette occasion, M. Belkhadem secrétaire général du FLN qui venait de prendre la présidence tournante de l’alliance, affirma qu’en adoptant cette posture les trois partis répondaient aux vœux des militants, ainsi qu’au souhait d’une bonne partie de la société civile et de larges couches populaires.

12Le 20 décembre 2008, le conseil national du FLN qui fait office de comité central avec ses 550 membres exprima son soutien à la candidature du président Bouteflika, « gage de la stabilité et de la sécurité de l’Algérie ». M. Bouteflika ne s’étant pas encore manifesté, le FLN saisit l’occasion de la réunion de son conseil national pour lui réitérer l’appel à présenter sa candidature. Six jours après cet appel émanant du principal parti politique, huit organisations qui se qualifient de nationales signent une déclaration invitant celui qui sera désormais leur candidat, « le moudjahid Abdelaziz Bouteflika », à présenter sa candidature pour parachever son œuvre. Il n’est pas sans intérêt de savoir que ces organisations ont été réunies pour l’occasion au siège de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM). Outre l’ONM, on retrouve l’UGTA, l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), l’Union nationale des femmes algériennes (UNFA), les Scouts musulmans algériens (SMA) qui sont les organisations de masse de l’ancien parti unique auxquelles se sont jointes les organisations des enfants de chouhada (martyrs) et des anciens moudjahidine ainsi que l’association nationale des victimes du terrorisme.

  • 8 El Watan, 24 mars 2009.

13Il reste que tous ces appels adressés à M. Bouteflika ont été jugés insuffisants. Aussi met-on en marche une autre institution censée représenter l’ensemble de la société civile : l’Académie de la société civile algérienne (ASCA). C’est à partir de Souk Ahras, à l’extrême-est du pays, que l’ASCA a lancé le 20 janvier 2009 une opération nationale de collecte d’un million de signatures en faveur de la candidature du président en exercice pour un troisième mandat. Signalons que pour cette élection, les zaouïas dont on sait qu’elles sont complètement inféodées au président Bouteflika, se sont exprimées officiellement à partir de Mostaganem vers la fin du mois de mars 2009. Relatant l’événement, le journaliste Yacine Alim8 intitulait de manière judicieuse son article : « Mostaganem : les zaouias prêtent allégeance au président Bouteflika ». Autant dire que l’Association nationale des zaouias venait ce jour-là de réitérer la moubayaa (le serment d’allégeance) au président candidat. M. Bouteflika annonça sa candidature le 12 février 2009 au cours d’un show magistralement orchestré dans la plus grande salle d’Alger. Dans le discours prononcé à cette occasion et après avoir présenté succinctement son bilan, M. Bouteflika déclara :

  • 9 El Moudjahid, 13-14 février 2009.

« Des quatre coins du pays et de diverses couches de la population, des appels me parviennent me demandant de poursuivre cette mission… Chacun comprendra qu’il m’est difficile de rester sourd à un appel aussi pressant car je serais alors en contradiction avec le serment qui m’a définitivement lié aux plus chers de mes compagnons, les glorieux chouhada de la révolution du 1er novembre 1954.9 »

14Ainsi, en présentant à nouveau sa candidature, M. Bouteflika n’aurait fait que répondre à l’appel du pays et des populations. En un mot il accédait à la demande du peuple. Ce faisant le président-candidat répondait également à un autre appel celui de la nation incarnée pour l’occasion par les « glorieux chouhada » !

Bouteflika candidat indépendant !

15Même si le premier appel, notamment, avait été relayé par les partis de l’alliance présidentielle, ainsi que par des organisations et associations, M. Bouteflika déclara avoir « décidé, à la grâce de Dieu, de [se] présenter à l’élection présidentielle… comme candidat indépendant ».

  • 10 Liberté, 14 février 2009.

16Relatant cet événement, le journaliste Abrous Outoudert10 fait remarquer que M. Bouteflika « a proclamé par trois fois qu’il se considère comme un candidat indépendant ». Outre qu’il s’agit là d’une figure de rhétorique habituellement utilisée par M. Bouteflika, la répétition du terme d’indépendant est assurément lourde de sens et de significations. Cette posture, au demeurant surréaliste, est loin d’être nouvelle puisque M. Bouteflika s’est proclamé comme tel lors du précédent scrutin présidentiel. Mais en cette année 2009, l’indépendance ainsi proclamée haut et fort semble se poser en des termes nouveaux. En effet, si auparavant l’indépendance revendiquée par M. Bouteflika posait nécessairement le problème de la nature exacte de ses rapports avec la haute hiérarchie militaire et avec le parti du FLN, aujourd’hui elle invite, au surplus, à examiner attentivement le type de relations que le président-candidat entretient avec le monde des affaires dont la montée en puissance est patente.

17S’agissant tout d’abord de son indépendance par rapport au parti du FLN, il y a lieu de rappeler que si, en 2004, M. Bouteflika s’était proclamé sans attache partisane, c’est tout simplement parce que M. Ali Benflis avait tenté de s’accaparer l’appareil de ce vieux parti au détriment du président-candidat. Autrement dit, en 2004, l’indépendance de M. Bouteflika par rapport au FLN était contrainte, son principal adversaire et rival ne lui ayant laissé aucun autre choix. Depuis cet épisode, M. Bouteflika a récupéré dans son giron le parti du FLN dont il est le président d’honneur, et qu’il contrôle par l’intermédiaire d’Abdelaziz Belkhadem, son représentant personnel et son homme de confiance. Devant une telle situation, la posture de M. Bouteflika emporte difficilement l’adhésion, surtout que sa candidature est portée par le parti du FLN aussi bien ut singuli qu’en tant que parti de l’alliance présidentielle.

18On soulignera que si M. Bouteflika ne se revendique pas du FLN au moment où il déclare sa candidature, il n’hésite pas, en revanche, à utiliser l’onction des « moudjahidine encore en vie » et à exciper du serment qui le lie aux « glorieux chouhada de la révolution du 1er novembre 1954 ». Les moudjahidine et les chouhada sont ainsi convoqués pour légitimer sa candidature et surtout pour garantir son indépendance par rapport aux partis politiques, y compris le plus ancien d’entre eux, le FLN. En se présentant à l’élection sans l’étiquette FLN dont il est pourtant le président d’honneur, M. Bouteflika a contribué à renforcer le trouble qui caractérise la scène politique en Algérie. Cette posture suscite de nombreuses interrogations et rumeurs sur les intentions du président une fois sa réélection acquise. Ainsi une question lancinante depuis ces dernières années est revenue au-devant de la scène : convient-il de mettre le FLN, patrimoine historique de tous les Algériens, au musée de l’histoire ?

19Cette question a été relayée par une rumeur qui occupa très sérieusement la presse et les acteurs politiques sans jamais être démentie : un nouveau parti du président serait créé et dirigé par son jeune frère, Saïd Bouteflika, conseiller à la présidence et homme-clé du sérail. Ce dernier se préparerait ainsi à assurer la succession de son aîné. Ce scénario connut un tel succès dans la presse et au sein de la population que bon nombre d’observateurs crurent qu’il s’agissait là d’une de ces rumeurs savamment construite pour préparer les esprits et l’opinion publique. Quoi qu’il en soit, l’affirmation par le président candidat d’une posture indépendante à l’égard des partis en général, et du FLN en particulier, a pu être comprise comme une défiance à l’endroit de ces organisations et le prélude à des changements, voire à un chamboulement dans la scène politique.

20S’agissant ensuite de son indépendance vis-à-vis de l’armée et, plus précisément, de la haute hiérarchie militaire, elle est plus que jamais problématique. Dix années après son retour aux affaires et son accession à la présidence de la République, M. Bouteflika veut donner de lui l’image d’un homme d’État qui s’est définitivement émancipé de la tutelle de la haute hiérarchie militaire. Cela fait bien longtemps qu’il ne menace plus de rentrer chez lui au motif qu’il n’acceptait pas d’être un « trois-quarts président ».

  • 11 Cf. « le crépuscule des généraux », Afrique Magazine, mars 2009. Ce numéro a été interdit en Algéri (...)

21En février 2009, M. Bouteflika ne dit pas, ni ne laisse entendre, qu’il est le candidat de l’armée, contrairement à ce qu’il avait déclaré haut et fort lors de la précédente élection de 2004, à Relizane à l’ouest du pays. À en croire le journaliste Farid Alilat11 :

« Pour la première fois de l’histoire de l’Algérie indépendante, l’armée ne devrait jouer aucun rôle dans l’élection du chef de l’État. C’est que, dix ans après son arrivée au pouvoir, Bouteflika est devenu maître du jeu. Il a modifié la Constitution en novembre 2008 pour faire sauter le verrou qui l’empêchait de postuler à un troisième mandat. Il a placé à la tête de l’état-major un fidèle parmi les fidèles, Gaïd Salah. Il a promu de jeunes généraux, qui ne sont pas issus de la génération qui a fait la guerre d’Algérie. Il a installé de nouveaux chefs de régions militaires. Son ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, ancien n° 2 de la sécurité militaire, est devenu l’un des hommes les plus puissants du régime. Que reste-t-il du quarteron qui a fait la pluie et le beau temps ? Tous septuagénaires, ils ont connu des fortunes diverses. […] Le seul qui reste encore en service est Tewfik. Ses rapports avec Bouteflika ? Excellents, de l’avis de nombreux témoins. S’il est exclu de penser que l’armée n’est plus en mesure de peser sur le cours des événements, il faut admettre que l’on assiste à la fin d’une époque. Au chant du cygne des généraux. »

  • 12 Rachid Benyelles, « L’armée, Bouteflika et le pouvoir », El Watan, 22 janvier 2009.

22Cette analyse fait écho à la réflexion du général à la retraite Rachid Benyelles, irréductible adversaire de M. Bouteflika12. Il soutient que les militaires ont remis à M. Bouteflika « les rênes du pouvoir, tout le pouvoir, sans aucune restriction, y compris sur l’armée ». Selon ce général, si le rôle des militaires algériens était « déterminant en 1999, leur poids politique était devenu insignifiant en 2004 [car] ils avaient été évincés du champ politique ». S’agissant de l’élection présidentielle d’avril 2009, M. Benyelles conclut qu’il ne faut pas être devin pour prédire que l’élection de M. Bouteflika se déroulera selon un scénario identique à celui de 2004. Il se passera de nouveau du soutien de l’armée dont la neutralisation s’est accentuée depuis, et se fera porter comme en 2004 par son ministre de l’Intérieur, avec l’appui de l’appareil policier dont les effectifs ont explosé entre-temps.

  • 13 Liberté, 21 mars 2009.

23Un autre militaire à la retraite, politologue de son état, Mohamed-Chafik Mesbah13, soutient que « l’observation et l’analyse des évolutions en cours au sein de la hiérarchie militaire […] permettent d’aboutir à la conclusion que l’encadrement de l’armée s’est « éloigné de toute velléité d’interférence sur la scène politique ». Selon cet auteur qui servit dans les rangs du DRS, l’ex-sécurité militaire, et au sein de la présidence de la République sous le règne de M. Zéroual, « l’âge, le niveau d’instruction, le degré de formation ainsi que les motivations idéologiques au sein de la chaîne actuelle de commandement sont de nature à éloigner, pas de rapprocher, les nouveaux chefs militaires des démons de la politique. À moins d’un péril majeur, je ne les vois pas s’encombrer de préoccupations liées à l’actualité politique. » Tenus une quinzaine de jours avant l’élection du 9 avril 2009, ces propos d’un fin connaisseur du sérail algérien, suggèrent que l’armée ne devrait avoir aucune interférence dans l’élection présidentielle.

  • 14 Mohamed-Chafik Mesbah, 2009, Problématique Algérie, Alger, Édition le Soir D’Algérie.

24Il reste que l’analyse de Mohamed-Chafik Mesbah est autrement plus subtile dans son dernier ouvrage14. Échaudé par les déboires de M. Benflis, dont il s’était rapproché lors de l’élection présidentielle de 2004, il suggère fortement que lorsque l’on parle de l’armée en Algérie, on doit bien distinguer les forces armées des services de renseignements. Ce distinguo, qui permet de dépasser le concept globalisant et désormais peu opératoire de « l’armée », autorise à conclure que si les forces armées devraient ne pas interférer dans l’élection présidentielle, il n’en sera pas de même des services de renseignements dont le rôle en matière de contrôle politique de la société est indéniable. Si le président-candidat peut laisser entendre, au mois de février 2009 qu’il est « indépendant » vis-à-vis des forces armées, il ne peut soutenir pareille assertion et défendre une telle posture vis-à-vis des services de renseignements qui, dans le vide qui caractérise le champ politique, constituent la première force organisée et efficiente, sans l’appui de laquelle aucune personnalité ne pourrait avoir de destin national et encore moins se maintenir au pouvoir.

  • 15 « Abdelaziz Bouteflika et les siens », L’Express, 2 avril 2009. Ce numéro a été interdit en Algérie

25C’est assez dire que l’indépendance vis-à-vis des services de renseignements est tout simplement une vue de l’esprit. S’agissant enfin de l’indépendance du président-candidat par rapport au monde des affaires, elle mérite une attention particulière, d’autant plus qu’elle constitue une problématique nouvelle. Les journalistes Dominique Lagarde et Anis Allik15 se sont interrogés sur les appuis dont dispose M. Bouteflika et qui lui ont permis de se maintenir aussi longtemps au pouvoir. Après un bref panorama des différents réseaux et forces en interaction, les deux auteurs concluent :

« Mais ceux qui apparaissent de plus en plus au grand jour comme les vrais sponsors de Bouteflika, ce sont les hommes d’affaires. Le forum des chefs d’entreprise (FCE), le Medef local, soutient ouvertement la candidature du président à sa propre succession. Et la villa du quartier résidentiel d’Hydra qui abrite son QG électoral appartient à Reda Kouninef, un richissime patron dont les intérêts vont des travaux publics aux multimédias. La montée en puissance de ce lobby renforce incontestablement la main du chef de l’État. »

26Déjà en 2004, lors de la joute électorale qui avait opposé essentiellement M. Bouteflika à M. Benflis, l’intervention des hommes d’affaires avait été notée. Mais elle était quelque peu cantonnée. En 2009, les manifestations et contributions des chefs d’entreprises, sans être ostentatoires, sont autrement plus visibles qu’en 2004. Il faut observer que depuis décembre 2006, à la faveur du renouvellement partiel des sièges du Conseil de la Nation (Sénat) et des élections législatives et locales de 2007, on a assisté en Algérie à l’émergence d’un phénomène nouveau : l’interférence de l’argent dans la vie politique, aussi médiocre que soit cette dernière.

27Dénoncé à maintes reprises par les partis politiques qui sont incapables de l’endiguer, ce phénomène semble pourtant répondre à une évolution qui pourrait être qualifiée de normale de la vie politique algérienne. En effet, tous ceux qui se sont enrichis rapidement ces dernières années grâce notamment aux vastes plans de soutien à la croissance et de relance de l’économie initiés par M. Bouteflika depuis avril 2001, aspirent à consolider leurs acquis et positions en investissant les centres de décision. À en croire la presse nationale, bon nombre d’entre eux n’hésitent pas à acheter une place de choix dans les listes électorales et éventuellement à rétribuer les électeurs. Ce phénomène semble tellement répandu que le génie populaire l’a désigné du vocable arabe de Chkara qui signifie sac et qui renvoie aux sacs d’argent qui sont manipulés et distribués à l’occasion des élections. C’est dire combien ce phénomène mériterait une étude particulière dépassant le cadre étroit de cette chronique.

28C’est dans ce contexte qu’il convient de replacer l’assertion du président-candidat prônant son indépendance : les rapports établis entre M. Bouteflika et le monde des affaires sont-ils de nature à aliéner l’indépendance du président ? Ou à l’inverse, et paradoxalement, sont-ils un moyen de consolidation de son indépendance vis-à-vis de ce que l’on a coutume d’appeler « les décideurs » ?

  • 16 Entretien accordé au journal Le Quotidien d’Oran, 9 avril 2009.
  • 17 Adlène Meddi, « Des garanties pour les patrons », El Watan, 10 avril 2009.

29Avant de tenter de répondre à ces interrogations, force est de constater que le monde des affaires a apporté son aide et son soutien au président-candidat. Pour preuve, le directeur de campagne de M. Bouteflika, M. Sellal, ministre en charge de l’hydraulique, a reconnu avoir demandé aux hommes d’affaires algériens une aide16. Selon lui, « le patronat, toutes organisations confondues » a apporté son aide au président-candidat. Lors d’une réunion de soutien du patronat à M. Bouteflika tenue le 13 mars 2009, M. Sellal devait déclarer : « j’ai vécu plusieurs campagnes électorales, mais c’est la première fois que je vois les patrons s’engager réellement tout en étant militants de leur cause »17.

  • 18 M. Sellal a déclaré au quotidien L’Expression du 12 avril 2009 : « Le président Abdelaziz Bouteflik (...)

30Le soutien du patronat étant loin d’être désintéressé, le directeur de campagne de M. Bouteflika a dû intervenir dans les médias pour lever toute équivoque18. Pour cette personnalité, les entrepreneurs qui ont financé la campagne de M. Bouteflika « l’ont fait avec la conviction que M. Bouteflika est le leader dont le pays a besoin ». Commentant ces déclarations l’auteur de l’article ajoute que la direction de campagne de M. Bouteflika a cassé un tabou en reconnaissant que les chefs d’entreprises ont participé au financement de la campagne au profit du président. Reste à savoir quelle est la contrepartie de cette aide.

  • 19 El Watan, 11 avril 2009.

31Après l’élection, certains hommes d’affaires ont manifesté ostensiblement leur soutien à M. Bouteflika en lui exprimant par voie de presse, sur des pages entières fortement colorées leurs félicitations. Ils récidiveront dans le courant de l’année de 2009 à la suite du décès de la mère du président : bon nombre de patrons publieront à grands frais des placards publicitaires, ainsi que des messages de condoléances et de soutien. Il reste que tous les chefs d’entreprise n’ont pas exprimé leur soutien de manière ostensible, le monde des affaires préférant le plus souvent la discrétion. Aussi, l’un des adversaires du président-candidat, M. Fawzi Rebaine, a-t-il interpellé le directeur de campagne de M. Bouteflika pour lui demander de révéler « les noms des patrons qui ont ouvert leur tirelire au président » car, soutient-il, « les cercles qui le financent sont ceux-là mêmes qui bénéficient en contrepartie des grands projets »19.

  • 20 « La corruption s’est massifiée et démocratisée », El Watan, 8 février 2010.

32Plusieurs mois après cette interpellation, M. Rebaine, ex-candidat à l’élection présidentielle d’avril 2009 et leader du parti AHD 54, a saisi le Conseil constitutionnel (qui avait pourtant homologué les comptes de campagne de M. Bouteflika) en vue d’une enquête sur les conditions exactes du financement de la campagne électorale du président-candidat. À l’appui de sa requête, M. Rebaine invoque un article de Mohamed Abassa20. Aux termes de cette contribution extrêmement critique à l’endroit de « l’Algérie de Bouteflika », l’auteur soutient que « la dernière campagne au profit du candidat-président a été estimée à 3 000 milliards de centimes et que la Sonatrach a dépensé à elle seule, la bagatelle de sept cents milliards au profit… de Bouteflika. »

33Dans sa lettre au Conseil constitutionnel, le leader de AHD 54 n’hésite pas à demander l’invalidation de l’élection dans le cas où les informations données par Mohamed Abassa s’avéreraient exactes. Bien évidemment la démarche de M. Fawzi Rebaine n’avait aucune chance de réussir. Elle a cependant eu le mérite de souligner que lors de l’élection présidentielle d’avril 2009, l’argent privé et public a littéralement pollué la campagne électorale. Mieux encore, à la lumière de cet épisode, l’observateur est en droit de se demander si les sollicitations du patronat par la direction de campagne du président-candidat n’ont pas été orchestrées pour servir de leurre et occulter ainsi la véritable source de financement, i.e. le secteur public.

34Au total, examinée attentivement, la question de l’indépendance du président-candidat soulève la problématique des rapports entre, d’une part, M. Bouteflika et, d’autre part, successivement l’armée, les partis politiques et le monde des affaires. S’il peut effectivement défendre une telle posture vis-à-vis du parti du FLN qu’il domine et des entrepreneurs qui sont, grâce aux commandes publiques, ses obligés, il ne peut emporter l’adhésion concernant son émancipation par rapport à « l’institution » qui l’a adoubé voilà déjà 10 ans, sauf à adopter le subtil distinguo proposé par Mohamed-Chafik Mesbah entre les forces armées et les services de renseignements.

35Quoi qu’il en soit, et nonobstant le manque d’engouement pour cette élection, le ministère de l’Intérieur avait pu annoncer qu’à la date du 31 janvier 2009, dix-huit postulants s’étaient manifestés en retirant les imprimés réglementaires auprès de l’administration. Le Conseil constitutionnel quant à lui recevra à la date limite du 23 février, treize dossiers de candidatures. Le 2 mars il arrêtera la liste officielle et définitive, composée de six candidats. La liste qui fut « arrêtée suivant l’ordre alphabétique arabe » portait en tête le nom du président-candidat suivi de M. Touati Moussa, Mme Hanoune Louiza, M. Rebaine Ali Fawzi, M. Mohand Oussaid Belaid et M. Younsi Mohamed Djahid.

36L’élection qui s’est déroulée le 9 avril a consacré le triomphe officiel de M. Bouteflika avec 90,24 % des suffrages exprimés. Ses concurrents furent littéralement humiliés. Louiza Hanoune fut créditée de 4,22 % des suffrages, suivie de Touati Moussa avec 2,31 %, Younsi Mohamed Djahid 1,37 %, Rebaine Ali Fawzi 0,93 % et Mohand Oussaid Belaid 0,92 %. À en croire le ministre de l’Intérieur le taux de participation aurait été de 74,54 %, l’honneur du pouvoir serait ainsi sauf et l’élection crédible. Mais, selon le FFS le taux réel de participation n’aurait été que de 18 %. Un tel écart entre les deux taux pose nécessairement la question de l’abstention.

Le spectre de l’abstention

  • 21 Le Soir d’Algérie, 30 novembre 2008.

37Le 12 février 2009, lors de l’allocution prononcée pour annoncer officiellement sa candidature, M. Bouteflika, se détachant de son texte a déclaré par trois fois : « le président qui n’obtient pas la majorité écrasante du peuple algérien aux prochaines élections n’est pas président ». Plus que tout autre, le président-candidat savait que la population n’était nullement intéressée par le scrutin du 9 avril et que l’abstention était son ultime concurrent21.

  • 22 Kharroubi Habib, « La hausse des prix moyen de déstabilisation politique ? », Le Quotidien d’Oran, (...)

38Loin d’être dupe, la population savait que les élections d’avril 2009 s’étaient jouées en novembre 2008. Qui plus est, les conditions de vie de la population étaient tellement pénibles à cause du renchérissement des prix des produits de première nécessité que les préoccupations politiques étaient reléguées au second plan. En effet, curieusement durant la campagne électorale ouverte le 9 mars 2009 et qui devait durer jusqu’au 6 avril, les prix des fruits et légumes ont connu des pics ahurissants qui ont suscité de nombreuses interrogations de nature politique22. L’observateur était, donc, en droit de se demander, devant cette situation surprenante, s’il n’y avait pas là une démarche conçue pour détourner la population de la chose politique ou pour la pousser à réagir de manière violente.

39La campagne électorale fut des plus indigentes et des plus ternes. Outre la vigoureuse et remarquable campagne de boycott initiée par le plus ancien parti politique d’opposition, le FFS, le seul autre fait qui mérite d’être relaté est l’opération spectaculaire organisée par le RCD, du 1er au 14 avril. Elle a consisté dans le déploiement sur le fronton de son siège d’un drapeau noir en lieu et place de l’emblème national. Durant cette période, les cadres et les militants de ce parti portèrent des brassards noirs lors de chacune de leurs apparitions politiques.

40Acte hautement symbolique, le déploiement du drapeau noir devait exprimer avec force « le deuil du peuple algérien occasionné par une opération d’humiliation nationale sans précédent ». Cette décision suscita de violentes réactions de la part des partisans du clan présidentiel et fut condamnée par le président de la commission politique nationale de surveillance de l’élection. Réagissant à son tour aux violences verbales de ses adversaires, Said Saadi, adressa une « lettre ouverte au chef de l’État » datée du 4 avril.

  • 23 Propos de Said Saadi rapportés par Sofiane Ait-Flis, Le Soir d’Algérie, 5 avril 2009.

41Le leader du RCD avait choisi soigneusement de s’adresser au chef de l’État et non au président de la République car il estimait nécessaire de bien distinguer entre ces deux institutions : si un président de la République jouit d’une légitimité électorale, un chef de l’État n’est que l’auteur de la confiscation physique de l’État23. Dans cette lettre ouverte, M. Said Saadi instruisait le procès de M. Bouteflika avant de l’inviter à rentrer chez lui.

  • 24 El Watan, 18 avril 2009
  • 25 Le Soir d’Algérie, 25 avril 2009.

42Hormis cette opération de drapeau noir, la campagne électorale fut d’une grande indigence. La population n’ayant manifesté aucun intérêt pour l’élection, il est permis de douter du taux officiel de participation. Selon Mme Louiza Hanoune, leader du Parti des travailleurs (PT), candidate classée 2e derrière M. Bouteflika avec un score de 4,22 % des suffrages exprimés, le taux officiel de participation fixé à 75 % du corps électoral est une aberration. Il aurait tout au plus atteint le taux de 50 %. Pour Louiza Hanoune qui s’est pourtant beaucoup rapprochée du pouvoir ces dernières années, les résultats de cette élection, marquée par une fraude massive sont à rejeter. Elle a déclaré avoir introduit 174 recours sur des anomalies constatées dans 38 des 48 wilayas du pays24. À Oran, lors d’une réunion tenue le 24 avril 2009 avec ses militants et sympathisants, le leader du PT a soutenu que ce « score brejnevien » était honteux pour le pays et sa crédibilité. Cette appréciation n’empêche pas Mme Louiza Hanoune de ménager M. Bouteflika en soutenant que le président-candidat « ignore l’ampleur de la fraude menée en sa faveur »25. Un autre candidat Mohamed Djahid Younsi, classé en quatrième position avec 1,37 % des suffrages exprimés, a estimé, quant à lui, que le taux de participation n’avait pas dépassé 25 % du corps électoral et qu’en tout état de cause, il y avait eu une fraude massive et flagrante. De son côté, M. Ali Fawzi Rabaine, crédité de 0,93 % des voix exprimées, considère qu’il y a eu bourrage des urnes et que le taux de participation officiel est très faible.

  • 26 El Moudjahid, 14 avril 2009.

43Le Conseil constitutionnel a reçu 57 recours. Il en a rejeté 53 pour irrecevabilité et a déclaré les 4 autres non fondés. Dans le communiqué officiel qu’il a diffusé26, le Conseil « souligne que la quasi-majorité des contestations ont été présentées par les représentants d’un seul candidat et que la plupart des candidats qui ont exprimé leur mécontentement quant au déroulement des opérations de vote n’ont pas exercé leur droit de contestation et de recours devant le Conseil constitutionnel que leur garantit la loi ». Outrepassant son obligation d’impartialité, le Conseil constitutionnel a surpris les observateurs par ses commentaires et ses appréciations ultra petita pour reprendre une formule chère aux juristes, signifiant qu’un juge est allé au-delà de ce qui lui était demandé.

44Le Conseil constitutionnel, présidé par un des proches de M. Bouteflika a exprimé « son appréciation quant à la participation large des citoyens et citoyennes au scrutin » et a relevé « un engouement pour leur exercice de leur droit constitutionnel d’élection ». Il tentait ainsi d’apporter un démenti officiel à toutes les appréciations négatives portées sur tout le processus électoral depuis son entamet.

45Proclamé élu, M. Bouteflika a prêté serment et a reconduit le 27 avril Ahmed Ouyahia au poste de Premier ministre, ainsi que l’ensemble des membres du gouvernement à l’exception de Bouguerra Soltani, leader du parti du MSP, qui quitte l’équipe à sa demande. Le troisième mandat de M. Bouteflika est ainsi placé d’emblée sous le double signe de la continuité et de la stabilité. S’il y eut indéniablement au plan politique une stabilité qualifiée par bon nombre d’observateurs d’immobilisme, l’après-élection fut frappée au plan économique par un véritable bouleversement.

Patriotisme économique

  • 27 Journal officiel, n° 44, Ordonnance n° 09-01, 22 juillet 2009.

46D’importants changements ont été, en effet, introduits à la faveur de la promulgation le 26 juillet de la loi de finances complémentaire pour 200927. Adoptée deux mois à peine après que le Premier ministre Ahmed Ouyahia a présenté devant le parlement « le programme d’action pour la mise en œuvre du programme du président de la République », cette ordonnance a marqué un tournant dans la politique économique. Sans remettre en cause le principe de la transition vers l’économie de marché, cette loi de finances complémentaire 2009 (LFC) consacre le retour au patriotisme économique.

47Promulguée sous forme d’ordonnance, évitant ainsi tout débat préalable au parlement, la LFC fut cette année, très riche en « cavaliers budgétaires », c’est-à-dire, en dispositions qui, normalement, auraient dû faire l’objet de textes de loi formellement distincts et autonomes.

48Ces cavaliers budgétaires qui résultent des articles 55 à 82, se rapportent à divers aspects de la politique économique. Le premier aspect, sans doute le plus important, concerne l’investissement, notamment étranger. À cette occasion le Code des investissements (ordonnance n° 01-03 du 20 août 2001 modifiée par l’ordonnance n° 06-08 du 15 juillet 2006) fut modifié fortement dans neuf de ses dispositions. Les investissements étrangers qui avaient été présentés au début du règne de M. Bouteflika comme étant un élément important de la politique économique sont, à la faveur de cette ordonnance, soumis à plus de contrôle et de rigueur. Désormais, les investissements étrangers ne pourront être réalisés que dans le cadre d’un partenariat dont l’actionnariat national résidant représente 51 % au moins du capital social. Pour le financement de ces investissements, qu’ils soient directs ou en partenariat, la règle est désormais de recourir obligatoirement au financement local. En tout état de cause, tout projet d’investissement étranger devra avoir l’accord préalable du Conseil national de l’investissement, ce qui constitue une remise en cause du régime libéral de la déclaration, introduit en 1993. Mieux encore, les investissements étrangers doivent présenter une balance en devises excédentaire au profit de l’Algérie pendant toute la durée de vie du projet. S’ils veulent bénéficier des avantages du régime général du Code des investissements, les investisseurs sont également tenus de s’engager par écrit à accorder la préférence aux produits et services d’origine algérienne. Dans le cadre du partenariat impliquant des entreprises publiques, celles-ci se voient reconnaître un double privilège en cas d’ouverture de capital et de privatisation : un seuil minimum de 34 % du capital social et un droit de préemption.

49Le deuxième aspect concerne les activités du commerce extérieur. Désormais ces activités ne pourront être exercées par des personnes étrangères que dans le cadre d’un partenariat dont l’actionnariat national résidant est égal au moins à 30 % du capital social. S’agissant des importations, elles ne pourront être payées qu’au seul moyen du crédit documentaire. Pour les exportateurs, la LFC adopte un ton comminatoire en disposant dans son article 68 que l’Algérie pourra appliquer la réciprocité à l’égard des opérateurs étrangers dont les pays d’origine entravent l’accès aux exportateurs algériens.

50Le troisième aspect, assez surprenant, porte sur l’interdiction du crédit bancaire à la consommation. Aux termes de l’article 75 de la LFC « les banques ne sont autorisées à accorder des crédits aux particuliers que dans le cadre de crédits immobiliers ». Cette disposition devrait contribuer à réduire considérablement le volume des importations (notamment des véhicules automobiles) qui a connu une évolution exponentielle constituant un danger pour l’équilibre des finances du pays.

51Cette LFC a suscité de très nombreuses réactions de la part des agents économiques nationaux et étrangers, surpris par le caractère draconien de bon nombre de ses dispositions. Le gouvernement qui a été particulièrement soutenu par Mme Louisa Hannoune (elle souhaitait que l’Algérie aille plus loin en procédant à des nationalisations) consacra pratiquement tout le reste de l’année 2009 à expliquer ces mesures et à convaincre de l’opportunité et de la légitimité de ce dispositif dans un contexte économique international difficile consécutif à la grave crise financière qui avait débuté une année auparavant.

Vers le retour au week-end dit universel ?

  • 28 Voir l’article de Nasr-Eddine Koriche dans le présent volume.

52C’est dans ce contexte que le gouvernement prit une mesure qui fut également très commentée et diversement appréciée concernant le réaménagement du week-end28. Entrée en vigueur le 14 août, soit la veille du début du ramadan, la décision prise sous forme de décret exécutif en date du 22 juillet 2009 avait été publiée dans la même livraison du Journal officiel portant loi de finances complémentaire.

53Certains ont compris cette mesure comme étant une réponse aux desiderata des opérateurs économiques de voir l’Algérie s’ouvrir davantage sur le monde en adoptant ce que l’on appelle faute de mieux « le week-end universel », organisé autour de la journée du dimanche. Il faut sans doute rappeler que l’Algérie qui avait de 1962 à 1976 pour week-end les journées du samedi-dimanche, opta à partir de 1976 pour une sorte de week-end islamique organisé autour du vendredi. Cette dernière décision a été considérée par certains observateurs et analystes comme participant du renforcement du processus d’islamisation de la société et avantageant les forces islamistes pour contrebalancer à ce moment-là la montée en puissance des forces de gauche.

54Aussi, la décision prise en 2009 de se rapprocher du modèle de week-end universel a pu être interprétée comme participant d’un processus de réduction graduelle de cette islamisation, d’autant que le changement de week-end est une revendication portée depuis quelques années déjà par le patronat national et par le syndicat UGTA. En vérité, cette mesure a été considérée comme ambivalente dès lors que le gouvernement n’a pas clairement opté pour le dimanche comme jour de repos hebdomadaire en lieu et place du vendredi. En maintenant le vendredi comme jour de repos, prolongé par le samedi, le gouvernement (en vérité le président Bouteflika) a fait une fois encore, une énorme concession aux islamistes dont il affirme, par ailleurs, avoir détruit l’aile terroriste.

Situation sécuritaire

55« Le terrorisme [islamiste] a été détruit. Il n’est plus une menace pour l’État et non plus pour l’Algérie ». Cette déclaration faite par le Premier ministre le 29 mai devant le Sénat fait écho à une autre affirmation, celle de M. Ali Tounsi, directeur de la sûreté nationale qui soutenait le 3 avril que le terrorisme était en déclin. La presse nationale, tout en relatant les actions et faits d’armes de l’islamisme, tendait à accréditer l’idée que l’Algérie était définitivement rentrée dans une nouvelle phase de son histoire, celle de l’après terrorisme. Pourtant cette année 2009 a été, comme les précédentes, assez meurtrière. Selon certaines sources, il y a eu au cours de cette année près de 1 300 terroristes neutralisés (tués, blessés ou arrêtés). Le compte macabre établi à partir de la presse nous donne un total de 804 morts (soit 321 morts de plus qu’en 2008) se répartissant comme suit : 518 terroristes islamistes, 66 civils et 220 éléments des forces de sécurité. Si le processus électoral n’a pas été perturbé par le terrorisme islamiste et si le ramadan de cette année a été considéré comme étant le moins meurtrier depuis dix ans, les islamistes armés semblent avoir encore une capacité de nuisance. Bon nombre d’entre eux se sont redéployés vers le sud et le Sahel. Ils n’ont réalisé cette année qu’un seul attentat kamikaze (le 6 mars), mais cela ne les a pas empêchés de privilégier le procédé de l’embuscade tendue aux forces de sécurité.

56Ces dernières ont été particulièrement actives cette année encore, entraînant ensuite des ratissages pour éliminer les quelques 300 combattants islamiques qui seraient encore dans les maquis répartis sur vingt-deux wilayas (sur un total de 48 wilayas). L’action militaire pour réduire l’islamisme armé est cependant insuffisante, à en croire le puissant ministre de l’Intérieur M. Yazid Zerhouni. Participant à Venise à la 14e conférence des ministres de l’Intérieur de la Méditerranée, M. Zerhouni a déclaré en novembre 2009 qu’il fallait s’attaquer à la matrice idéologique du terrorisme islamiste, la solution dite sécuritaire étant insuffisante.

57Ces propos ressemblent étrangement à ceux que martelait le général Mohamed Lamari, le chef d’état-major de l’armée, qui s’était, on s’en souvient, opposé à M. Bouteflika, sur la question du traitement de l’islamisme armé et de l’islamisme politique, avant d’être écarté. Faudrait-il voir dans les propos de M. Zerhouni, considéré pourtant comme très proche du chef de l’État, la manifestation d’une divergence de fond avec ce dernier ? M. Bouteflika a soutenu durant la campagne électorale ouverte le 19 mars 2009, qu’il poursuivrait une politique de réconciliation nationale pouvant déboucher sur une amnistie générale.

  • 29 Arab Chikh, « Ksentini plaide pour l’amnistie générale », Liberté, 25 avril 2009.
  • 30 Nabila Amir, « L’éventualité d’une amnistie générale écartée », El Watan, 6 juin 2009.

58Cette dernière question ne faisant pas l’unanimité au sein des décideurs mais également au sein de la population fut en quelque sorte sous-traitée à M. Farouk Ksentini, le président de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme, qui plaida cette année pour une amnistie générale afin de clore le processus de réconciliation29. Par ce discours, M. Ksentini, agissant manifestement au nom et pour le compte de M. Bouteflika, avait pour objectif de faire progresser cette idée au sein de la population et réaliser ainsi un consensus devant servir de point d’appui pour convaincre, au sein du sérail, les décideurs hostiles à cette option. Mais, nonobstant son déclassement institutionnel de chef de gouvernement en simple Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, a soutenu le 5 juin 2009, en sa qualité de chef du parti RND, qu’il n’y aurait pas d’amnistie générale30 ! Le statut réel de ce locuteur autorise donc à conclure que l’amnistie générale n’est pas inscrite dans l’agenda officiel même si les autorités publiques et une partie de la presse nationale soutiennent que l’Algérie est entrée cette année dans l’après-terrorisme.

L’événement de l’année : un match de football

  • 31 Mohamed Issami, « Situation sécuritaire : l’après terrorisme a commencé », Le Soir d’Algérie, 22 no (...)

59Pour Mohamed Issami31, fin observateur de la mouvance islamiste, on peut dater le début de l’ère de l’après-terrorisme du 18 novembre 2009, c’est-à-dire du jour de la qualification de l’équipe nationale de football pour la phase finale de la coupe du monde prévue, en juin 2010, en Afrique du Sud.

  • 32 Il y a eu tout de même 18 morts et 213 blessés dus aux accidents.
  • 33 Mustapha Benfodil, « L’événement de l’année 2009. La jeunesse, le foot et le chapeau. Le match qui (...)

60Suite à cette qualification et à l’occasion des matchs décisifs disputés par l’Algérie contre l’Égypte, tout le pays est sorti de sa léthargie et surtout, de sa morosité. L’immense fête32 organisée dans tout le pays et au sein de la communauté algérienne à l’étranger fut comparée à celle que les Algériens ont vécu il y a près de cinquante ans, lors de l’accession du pays à l’indépendance, le 3 juillet 1962. Dès lors, ce fut là, pour bon nombre d’observateurs, l’événement de l’année 2009 en Algérie33.

61Les festivités populaires et spontanées furent marquées par une explosion artistique mais également par une extraordinaire surenchère nationaliste qui fut bien évidemment favorisée et encouragée par le pouvoir qui, par divers canaux, inonda le pays de drapeaux, d’emblèmes et autres fanions. Lors des nombreuses manifestations (y compris au sein de la capitale où elles sont, en principe, interdites) organisées dans un pays vivant depuis 1992 sous le régime de l’état d’urgence, le terrorisme islamiste fut tout simplement inexistant.

  • 34 Abachi L., « Victoire de l’équipe nationale et liesse populaire. Les salafistes hors jeu », Le Soir (...)
  • 35 Liberté, 21 novembre 2009.
  • 36 Le Quotidien d’Oran, 31 décembre 2009.

62Tirant argument de ce constat et soulignant que durant ces manifestations la gent féminine fort nombreuse occupa également et bruyamment l’espace public, les observateurs nationaux conclurent, à l’instar de Mohamed Issami, que « si les forces de sécurité ont vaillamment combattu le terrorisme, c’est la jeunesse qui a sifflé la fin du terrorisme »34. Pour l’historien Benjamin Stora35, on serait désormais en Algérie devant « l’affirmation d’un néo-nationalisme ». De son côté, le politologue Addi Lahouari36 conclut lui aussi que « la famille révolutionnaire », qui, en Algérie, entretient la guerre mémorielle, n’a plus désormais le monopole du nationalisme depuis un certain match Algérie-Égypte.

  • 37 El Watan, 11 janvier 2010.

63Quant au sociologue Ali El Kenz37, tirant quelques enseignements de ces journées exceptionnelles, il note que les Algériens « ont vécu […] leur existence en tant que “peuple”, soit une force souveraine au sens le plus noble du sens politique de ce terme… qui est l’exact inverse de la populace et du “ghachi” dont on l’affuble quand on ne le comprend pas ». Et de conclure que « si cette population a été un peuple, alors elle peut le devenir de nouveau ».

  • 38 Nawal Imes, « Il s’est personnellement impliqué dans le match. Bouteflika joue et gagne », Le Soir (...)

64C’est assez dire que la qualification algérienne à la phase finale de la coupe du monde de football a eu et aura d’énormes incidences politiques. Au plan interne, outre le recul réel ou supposé de l’islamisme armé, cet événement sportif a profité en dernière instance au président Bouteflika qui a su manœuvrer en facilitant le transport et l’hébergement en un temps record, de plus de 10 000 supporters algériens au Soudan où devait se dérouler le match d’appui, décisif, opposant l’équipe nationale à son homologue égyptien. Mobilisant le pavillon national ainsi que l’aviation militaire, facilitant l’octroi des passeports dans des délais jamais égalés, le pouvoir algérien a répondu aux desiderata d’une jeunesse extrêmement fébrile et surtout incontrôlable. La popularité de M. Bouteflika qui avait considérablement réduit son activité depuis l’élection présidentielle du 9 avril n’a jamais été aussi forte qu’après ces décisions38.

65Au surplus, à travers les médias et lors des manifestations populaires, les autorités ont tenté de faire apparaître M. Bouteflika comme étant le principal sinon l’unique artisan du succès de l’Algérie occultant la prouesse réalisée par l’équipe de football. Alors qu’il venait d’entamer (depuis avril 2009) son troisième et controversé mandat, les propagandistes du pouvoir diffusèrent un slogan appelant M. Bouteflika pour un quatrième mandat. La surenchère a été des plus outrancières. Ainsi, dans un placard publicitaire félicitant l’équipe nationale de football, « le Comité national des sympathisants avec le frère Abdelaziz Bouteflika » rendit « grâce à Dieu le tout-puissant, qui nous a fait un don avec la venue et l’élection en 1999 de son excellence le président de la République M. Abdelaziz Bouteflika qui n’a cessé d’œuvrer pour le bien-être de son pays ». Dans le même message, M. Bouteflika est salué comme le principal artisan de « l’exploit de Khartoum ». Cet exemple de comportement délirant était loin d’être isolé. Du délire et de l’excès il y en eut à profusion à l’occasion de cet événement sportif qui fut à l’origine d’une dangereuse dégradation des relations entre l’Algérie et l’Égypte.

66Sous prétexte que le bus de l’équipe algérienne avait fait l’objet d’un caillassage en terre égyptienne et que des expatriés algériens avaient été inquiétés et blessés (une rumeur persistante fit état de nombreux morts mais officiellement, il n’y a eu que 20 blessés) la foule, en Algérie s’attaqua aux entreprises égyptiennes. Pris de panique, des travailleurs égyptiens quittèrent l’Algérie pendant que cette dernière rapatria d’Égypte ses étudiants.

67L’intelligentsia et la presse algérienne polémiquèrent de manière véhémente avec leurs homologues égyptiens, excités pour l’occasion par l’entourage du président égyptien. Les arguments échangés furent empruntés le plus souvent aux registres de la bêtise, de la xénophobie voire du racisme. À l’occasion de cet échange fort nourri entre une partie des élites algériennes et égyptiennes, bon nombre d’Algériens découvrirent que non seulement ils étaient, aux yeux des Égyptiens, des « barbares », mais qu’au surplus ils n’étaient plus reconnus par le « cœur palpitant du monde arabe », comme arabes !

68Piqués au vif certains intellectuels algériens exprimèrent, en guise de réponse, leur fierté d’être berbères et amazighs et rappelèrent aux Égyptiens oublieux des faits historiques « décisifs » comme la fondation de la ville du Caire par la tribu berbère algérienne, les Kotama, ou la fondation de la première dynastie berbère d’Égypte à la suite de la défaite infligée par un chef berbère aux Égyptiens en l’an 945 avant Jésus-Christ. C’est du reste, est-il « judicieusement » rappelé, à partir de cet événement qu’a été élaboré le calendrier berbère dont les amazighs d’Algérie fêtent la 2959e année. Dans ce contexte de surenchère nationaliste, le gouvernement algérien fit preuve d’une retenue qui ne fut pas toujours comprise par une population algérienne surexcitée. Dans le même temps, dès le 16 novembre, un groupe d’intellectuels algériens d’opinions et de convictions diverses lançait un « appel à la conscience » et dénonça le chauvinisme.

69Si l’échange d’invectives entre Égyptiens et Algériens finit par s’estomper, la polémique s’installa au sein même de l’intelligentsia algérienne autour de la délicate question de l’identité algérienne, faisant du reste écho au débat organisé à la même période, en France, par les autorités publiques autour de l’identité française. Si d’anciens clivages, refoulés à la faveur du développement du terrorisme islamiste, refirent surface, il y eut, au bout du compte, une unanimité autour d’un constat et d’une exigence : le constat était que le panarabisme avait bel et bien vécu ; l’exigence portait sur le projet de société que l’Algérie encore convalescente se devait de formuler autour de la démocratie et de la réconciliation nationale. C’est dire que l’événement sportif du 18 novembre 2009 a eu une portée politique considérable.

70Au-delà des débats et des polémiques qu’il a durablement suscités, cet événement aura contribué à reléguer au second plan les très nombreuses émeutes enregistrées à travers le pays ainsi que les mouvements de contestation portés cette année encore par les syndicats autonomes. La qualification de l’équipe algérienne de football à la phase finale de la coupe du monde semble ainsi avoir assuré la paix sociale dans le pays.

En guise de conclusion : la lutte contre la corruption, une énième campagne ou un véritable chantier politique ?

71En date du 13 décembre 2009, le président Bouteflika a signé une directive adressée à son Premier ministre pour intensifier la lutte contre la corruption. Cette instruction intervient trois jours après la journée internationale contre la corruption (qui coïncide avec le 9 décembre) qui a été instaurée il y a six ans et qui est l’occasion de rappeler la place peu glorieuse de l’Algérie dans le classement mondial établi à partir de l’indice de perception de la corruption (IPC). Pour l’année 2009, l’Algérie était à la 111e place sur 180 pays classés, reculant de 20 places par rapport à l’année précédente.

72Cette directive prolonge également les effets de l’allocution prononcée par le chef de l’État, le 28 octobre, à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire 2009-2010. Dans ce discours M. Bouteflika affirmait sa détermination à lutter contre la corruption sous toutes ses formes et ses manifestations, de même qu’il annonçait l’installation prochaine d’une Commission nationale ad hoc destinée à combattre le fléau.

73L’annonce de la création de cette commission, nullement prévue par un texte juridique, a laissé perplexes les observateurs qui ont rappelé, non sans malice, que l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption, institué par le titre III (article 17 à 24) de la loi n° 06-01 du 20 janvier 2006 n’avait toujours pas été installé.

74En 2006, M. Bouteflika avait sommé publiquement (sans le nommer) M. Bouguerra Soltani, le leader islamiste du parti MSP (ex-Hamas) qui était également ministre d’État sans portefeuille, de se taire et d’arrêter la campagne qu’il avait lancée quelques jours auparavant autour du thème de la lutte contre la corruption. Prétendant à ce moment-là détenir des dossiers explosifs et menaçant de rendre publique une liste de noms de personnalités politiques corrompues, le leader islamiste dut arrêter sa démarche. En stoppant net Bouguerra Soltani, M. Bouteflika signifiait qu’il entendait rester maître de l’initiative et de l’agenda politiques.

75Force est de constater qu’en 2009, la presse nationale arabophone a accusé les ministres du parti MSP d’être en charge de départements où la corruption est très répandue. Depuis le mois de septembre, les révélations se sont succédé régulièrement dans la presse. La directive présidentielle s’inscrit donc dans un contexte particulier, même si sa portée politique n’apparaît pas encore avec netteté. S’agit-il d’une initiative s’inscrivant dans une lutte politique sourde dont les tenants et les aboutissants ne sont pas, pour le moment, clairement identifiés ? Auquel cas ce serait une fois de plus une campagne sans lendemain qui s’arrêterait sans toucher aux racines du fléau. Ou, sommes-nous en présence d’un vrai chantier politique rendu possible par l’amélioration de la situation sécuritaire, celle-ci ayant été mise à profit par bon nombre d’individus pour s’enrichir frauduleusement et s’accaparer une partie de la rente des hydrocarbures, qui n’a jamais été aussi importante depuis 1962 ?

Haut de page

Notes

1 Éditorial du Quotidien d’Oran, 24 octobre 2009.

2 Rachid Grin, « le troisième mandat et la rumeur sur la non candidature de Bouteflika », El Watan, 17 décembre 2008.

3 Le Quotidien d’Oran, 20 novembre 2008.

4 El Watan, 14 janvier 2009.

5 El Watan, 14 janvier 2009.

6 Le Soir d’Algérie, 31 janvier 2009.

7 Le Quotidien d’Oran, 16 février 2009.

8 El Watan, 24 mars 2009.

9 El Moudjahid, 13-14 février 2009.

10 Liberté, 14 février 2009.

11 Cf. « le crépuscule des généraux », Afrique Magazine, mars 2009. Ce numéro a été interdit en Algérie.

12 Rachid Benyelles, « L’armée, Bouteflika et le pouvoir », El Watan, 22 janvier 2009.

13 Liberté, 21 mars 2009.

14 Mohamed-Chafik Mesbah, 2009, Problématique Algérie, Alger, Édition le Soir D’Algérie.

15 « Abdelaziz Bouteflika et les siens », L’Express, 2 avril 2009. Ce numéro a été interdit en Algérie.

16 Entretien accordé au journal Le Quotidien d’Oran, 9 avril 2009.

17 Adlène Meddi, « Des garanties pour les patrons », El Watan, 10 avril 2009.

18 M. Sellal a déclaré au quotidien L’Expression du 12 avril 2009 : « Le président Abdelaziz Bouteflika n’est pas et ne sera jamais l’otage du milieu des affaires […] Aucune concession ne sera faite [aux chefs d’entreprises] et aucun accord préalable n’a été signé [avec eux] ».

19 El Watan, 11 avril 2009.

20 « La corruption s’est massifiée et démocratisée », El Watan, 8 février 2010.

21 Le Soir d’Algérie, 30 novembre 2008.

22 Kharroubi Habib, « La hausse des prix moyen de déstabilisation politique ? », Le Quotidien d’Oran, 7 avril 2009.

23 Propos de Said Saadi rapportés par Sofiane Ait-Flis, Le Soir d’Algérie, 5 avril 2009.

24 El Watan, 18 avril 2009

25 Le Soir d’Algérie, 25 avril 2009.

26 El Moudjahid, 14 avril 2009.

27 Journal officiel, n° 44, Ordonnance n° 09-01, 22 juillet 2009.

28 Voir l’article de Nasr-Eddine Koriche dans le présent volume.

29 Arab Chikh, « Ksentini plaide pour l’amnistie générale », Liberté, 25 avril 2009.

30 Nabila Amir, « L’éventualité d’une amnistie générale écartée », El Watan, 6 juin 2009.

31 Mohamed Issami, « Situation sécuritaire : l’après terrorisme a commencé », Le Soir d’Algérie, 22 novembre 2009.

32 Il y a eu tout de même 18 morts et 213 blessés dus aux accidents.

33 Mustapha Benfodil, « L’événement de l’année 2009. La jeunesse, le foot et le chapeau. Le match qui a ébranlé l’Algérie », El Watan, 31 décembre 2009.

34 Abachi L., « Victoire de l’équipe nationale et liesse populaire. Les salafistes hors jeu », Le Soir d’Algérie, 25 novembre 2009.

35 Liberté, 21 novembre 2009.

36 Le Quotidien d’Oran, 31 décembre 2009.

37 El Watan, 11 janvier 2010.

38 Nawal Imes, « Il s’est personnellement impliqué dans le match. Bouteflika joue et gagne », Le Soir d’Algérie, 21 novembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Bennadji, « Troisième mandat présidentiel : le mandat de trop ? », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 265-284.

Référence électronique

Chérif Bennadji, « Troisième mandat présidentiel : le mandat de trop ? », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/897 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.897

Haut de page