Navigation – Plan du site
Tunisie
L'année politique

La fin d’un tabou : enjeux autour de la succession du président et dégradation du climat social

Larbi Chouikha et Vincent Geisser
p. 375-413

Entrées d'index

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1L'année 2009 aurait pu être une année électorale comme toutes les autres, c’est-à-dire sans surprise, ni dans les modes de mobilisation étatique, ni dans les formes de répression des oppositions, ni même dans les résultats des scrutins législatif et présidentiel. D’ailleurs, à certains égards, 2009 a bien été une année politique banale, où la partition électorale était écrite à l’avance : le RCD a lancé sa « grande machine électorale », créant un semblant de consensus national, éliminant sur son passage toutes les formes de dissidence et garantissant au final un score « sur mesure » pour ses candidats à la députation et surtout pour son raïs, Zine El Abidine Ben Ali, « le bâtisseur du Changement », le « père de l’Ère nouvelle », selon la terminologie officielle. Pourtant, derrière l’apparente monotonie de la vie publique tunisienne, un certain nombre de faits sont venus perturber les usages et les routines du régime du 7 novembre. Désormais, force est de constater que la maladie du président est une rumeur assumée : tout le monde en parle, ou presque, dans les cercles élitaires de la capitale comme chez le « petit peuple » des banlieues modestes de Tunis et de l’intérieur du pays. La succession du chef de l’État, si elle est encore traitée sur un registre euphémique, n’est plus du tout une question taboue. À tel point que l’omniprésence de son épouse, Leila Ben Ali-Trabelsi, durant la campagne électorale d’automne a été parfois interprétée comme un « début d’effacement » du leader, et un passage de témoin ; non que les Tunisiens pensent réellement que « Madame » succédera à son mari – hypothèse totalement irréaliste pour des citoyens tunisiens attachés à l’idée républicaine (Moore Henry, 2004, p. 193-208) –, mais que son hyper-visibilité sur la scène électorale révèle des transactions secrètes entre les « clans », dans la perspective de préparer un éventuel dauphin pour le jour « J ». Les chancelleries étrangères, et notamment celle des États-Unis, ont d’ailleurs pris acte de cette éventualité : la présidence à vie de Ben Ali n’est qu’à la mesure d’une destinée humaine, c’est-à-dire mortelle.

  • 1 Ghislain de Montalembert, « La Tunisie, dragon de la Méditerranée », Le Figaro, 29 mai 2009.

2C’est donc dans un contexte politique marqué à la fois par l’incertitude mais aussi par un climat social de plus en plus lourd – les plaies de la « révolte du bassin minier » sont à peine cicatrisées et le désir d’émigrer est de plus en plus fort chez les nouvelles générations – que la grande majorité des Tunisiens ont abordé cette nouvelle année électorale avec une certaine résignation. Jamais la « politique officielle » n’a paru aussi loin des préoccupations et des soucis des citoyens ordinaires. Les retombées du mouvement social de Gafsa, la montée du chômage des diplômés et le nombre croissant des candidats aux « barques de la mort » – ces embarcations précaires sur lesquelles s’entassent les jeunes tunisiens – ont contribué à créer une ambiance morose. La Tunisie, « dragon de la Méditerranée »1 ? Dans le « pays du jasmin », plus personne ne paraît encore croire au mythe benalien (Hibou, 1999) : les images de performance économique, le modèle de redistribution sociale, la démocratie consensuelle…, apparaissent de plus en plus comme des arguments magiques pour séduire les investisseurs étrangers, mais sans prise réelle avec la quotidienneté des Tunisiens.

Signification et portée des scrutins présidentiel et législatif d’octobre

  • 2 Cette section empreinte pour partie à Éric Gobe et Larbi Chouikha, « Tunisie : des élections pour q (...)

3Dans l’histoire de la Tunisie indépendante, les élections n’ont jamais constitué un enjeu pour la conquête du pouvoir, ni même contribué à infléchir ses orientations, ou encore à dresser une cartographie des rapports de force politique proche du réel2. Les diverses échéances électorales se sont toutes déroulées dans un contexte de désamorçage du champ politique et dans une logique de pérennisation du régime autoritaire. Si les élections « pluralistes » n’ont jamais engagé les deux chefs d’État qui ont jusqu’alors présidé au destin de la République tunisienne (Bourguiba et Ben Ali), elles n’en revêtent pas moins diverses significations qui varient en fonction des contextes et des objectifs que leur assigne le pouvoir politique. Elles sont souvent l’occasion de sanctionner les opposants qui ont transgressé le « code de bonne conduite » fixé par le pouvoir et d’accorder des gratifications tant matérielles que symboliques à ceux qui sont restés dans le cadre défini par celui-ci(Abdelhaq et Heumann, 2000). Depuis l’arrivée de Zine El Abidine Ben Ali à la tête de l’État, les échéances électorales ont également eu pour fonction de montrer à l’étranger que le régime était sur la voie de l’approfondissement du pluralisme et de la démocratie.

4Toutefois, ces élections du 25 octobre 2009 ne sont pas tout à fait comme les autres dans la mesure où la question de la succession se pose de manière lancinante et que l’éventuelle candidature de Ben Ali en 2014 nécessiterait de faire sauter le verrou de la limite d’âge (75 ans) imposée par l’article 74 de la Constitution.

Logique plébiscitaire et cooptation des opposants

  • 3 Aux élections d’octobre 1999, le régime avait consenti à une réforme de la Constitution pour permet (...)
  • 4 Décision du Conseil constitutionnel : « Attendu que quand bien même Monsieur Mustapha Ben Jaâfar a (...)

5Les divers aménagements de la constitution tunisienne ont été pensés et mis en place par le président Ben Ali en fonction du calendrier électoral scandant la vie politique du pays. Il s’est agi d’organiser de façon systématique une formule électorale permettant au président de la République de choisir des concurrents jugés acceptables. Depuis l’institutionnalisation d’un pluralisme des candidatures à l’élection présidentielle à la fin de la décennie 19903, le régime a fait voter à trois reprises, en juin 1999, en mai 2003 et en juillet 2008, un projet de réforme « exceptionnelle » de la Constitution permettant au président de la République de coopter ses « vrais-faux » concurrents. Les trois textes proposés par le chef de l’État constituent une dérogation constitutionnelle exceptionnelle. En effet, l’alinéa 3 de l’article 40 de la Constitution exige du candidat à la présidence qu’il obtienne au préalable le parrainage de 30 élus (députés ou présidents de conseils municipaux), condition qui n’a jamais pu être remplie par aucun des partis de l’opposition dans l’histoire de la Tunisie indépendante. Aussi, le vote de lois constitutionnelles ad hoc a-t-il permis au président Ben Ali de rendre temporairement caduque cette disposition, tout en gardant la haute main sur la procédure de sélection de ses challengers, de façon à empêcher l’éventuelle émergence d’un candidat indésirable. Dans cette perspective, l’amendement constitutionnel exceptionnel abroge temporairement l’ancienne disposition et prévoit que seul pourra se porter candidat à la prochaine échéance présidentielle que le « président, secrétaire général ou premier secrétaire » d’un parti reconnu. Il devra également avoir été élu à cette fonction et, au moment du dépôt de la demande de candidature, exercer son mandat depuis au moins deux années consécutives. Les parlementaires ont introduit une nouvelle disposition (bien évidemment sur directive présidentielle et largement relayée par les médias) précisant que « le président, secrétaire général ou premier secrétaire » qui veut se porter candidat doit avoir été également élu à l’issue d’un congrès dûment tenu. Ces dispositions ont abouti à l’exclusion de la candidature à la présidence de deux des principaux leaders de l’opposition « indépendante » : Ahmed Néjib Chebbi (66 ans), ancien secrétaire général du Parti démocrate progressiste (PDP) et Mustapha Ben Jaâfar (69 ans), actuel président du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL), dont le parti n’avait pas organisé de congrès électif4.

  • 5 Cette proposition présentée par le Parti social libéral (PSL), le Mouvement des démocrates socialis (...)

6De son côté, l’opposition clientéliste – les partis proches du régime –, face à l’échéance présidentielle, voit s’affirmer en son sein deux postures. La première s’inscrit dans la tradition instituée depuis 1999 : elle consiste à se porter candidat tout en affirmant son soutien au « président-candidat » Ben Ali : c’est le positionnement de Mohamed Bouchiha du Parti de l’unité populaire (PUP) et d’Ahmed Inoubli de l’Union démocratique unioniste (UDU). La seconde tend à se cristalliser autour de l’idée de formation d’une « alliance présidentielle » dans laquelle s’inséreraient, outre le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), les formations de l’« opposition » qui se rangent pour les présidentielles sous la bannière du président Ben Ali5.

  • 6 Cette alliance d’opposition comprend le mouvement Ettajdid (ex-parti communiste) dirigé par Ahmed B (...)
  • 7 L’expression en arabe « nidd bi-nidd » a une connotation plus forte que sa traduction française d’é (...)
  • 8 97 % de la couverture dans la presse écrite a été allouée au président Ben Ali contre 1,28 % à Moha (...)

7Le seul candidat de l’opposition « indépendante » autorisé à se présenter au scrutin présidentiel est Ahmed Brahim (63 ans), soutenu par l’Initiative nationale pour la démocratie et le progrès6. Il est vrai qu’au regard du texte de l’amendement constitutionnel exceptionnel, le président Ben Ali ne pouvait pas écarter pour des raisons juridiques la candidature d’Ahmed Brahim. Ce dernier est premier secrétaire du mouvement Ettajdid (ex-Parti communiste tunisien) depuis le congrès du mouvement en juillet 2007 et exerce donc « son mandat depuis au moins deux années consécutives », comme le stipule l’amendement exceptionnel. Mais en affirmant délibérément qu’il s’engageait dans une « opposition ferme et résolue à l’autoritarisme » et qu’il comptait mener une « compétition d’égal à égal »7, A. Brahim s’est retrouvé avec son parti dans le collimateur du régime durant toute la campagne électorale : il a vu son temps d’antenne délesté de 22 minutes et son passage à la radiotélévision nationale a été reporté au dernier moment à une heure de faible écoute (18h30 au lieu de 20h30) et interrompu par l’appel à la prière. Il est d’ailleurs le candidat à l’élection présidentielle dont la couverture médiatique a été la plus faible8, sans parler de toutes sortes de tracasseries qu’il a dû subir pour l’empêcher de tenir des réunions publiques dans des conditions normales.

Élections législatives et pluralisme contrôlé

  • 9 Scrutin proportionnel selon la méthode de la répartition à la plus forte moyenne pour les 25 % des (...)

8À l’instar des précédentes échéances, les élections législatives de 2009 ont été l’occasion de récompenser l’opposition clientéliste. Le scrutin de liste à un tour assure l’hégémonie totale du parti au pouvoir, le RCD, qui remporte à chaque élection la totalité des sièges distribués au niveau des 26 circonscriptions (en l’occurrence pour ce dernier scrutin 161 sièges). C’est précisément pour cette raison qu’un quota, en constante augmentation à chaque élection, est réservé à l’opposition9. Par le biais de cette « proportionnelle modulée », censée instituer officiellement le « pluralisme » au parlement, le pouvoir pousse les partis d’opposition à s’affronter, tout en évitant qu’ils entrent en concurrence avec le parti au pouvoir, comme dans tout régime démocratique, ou qu’ils se constituent en front uni contre lui. Le processus électoral a été l’occasion de punir les partis de l’opposition « indépendante ». Les listes de ces derniers, notamment celles concourant dans les circonscriptions électorales à forte densité démographique, ont été largement invalidées par l’administration et le Conseil constitutionnel. Au final, le PDP ne comptait plus que 9 listes sur 26 présentées initialement ; le FDTL, 7 sur 22, et l’Initiative nationale pour la démocratie et le progrès, 13 sur 26. Autrement dit, la validation des listes des partis d’opposition demeure tributaire du bon vouloir de l’administration. Force est de constater que les principes régissant la campagne électorale sont à géométrie variable. C’est la raison pour laquelle, aussi bien en 2004 qu’en 2009, le PDP a décidé de se retirer des élections à la suite de l’invalidation de plusieurs de ses listes, et que le FDLT dont sa base se recrute essentiellement à Tunis a affronté le scrutin de 2009 avec un handicap de taille.

  • 10 Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisi (...)
  • 11 Sur le contenu des allocutions des candidats, il exigeait, par exemple, que des passages relatifs à (...)
  • 12 « Nous ordonnons de réviser le mode d’organisation, d’enregistrement et de diffusion à la Radio et (...)

9Par ailleurs, le 9 octobre, deux jours avant le lancement officiel de la campagne électorale, le ministère de l’Intérieur a saisi le numéro 149 de l’organe du mouvement Ettajdid, AttariqalJadid, sous prétexte que le journal diffusait le manifeste électoral du parti. De manière générale, les candidats têtes de liste de l’opposition ont eu droit à un temps d’antenne de trois minutes programmé à des horaires de faible écoute10. De plus, l’enregistrement des prestations des candidats pour la radio et la télévision a été réalisé sous le contrôle du Conseil supérieur de la communication (CSC), dont les membres sont tous nommés par le président de la République et, en l’absence de magistrats, comme cela se faisait auparavant. Or, pendant la campagne électorale de 2009, plusieurs candidats de l’opposition se sont plaints des « interventions » intempestives du président du CSC, Abdelbaki Hermassi, au cours de l’enregistrement de leurs discours à la radio et à la télévision nationale11. Cette mesure de confier cette tâche au CSC, qui a été « ordonnée » par le président de la République lui-même12, a été largement contestée par les représentants de l’opposition indépendante.

  • 13 Créé par un transfuge du PSL, Mongi Khamassi, ce parti n’est pas reconnu par les partis Verts Europ (...)
  • 14 En 2008, cette subvention est composée d’une partie fixe de 270 000 de dinars tunisiens et d’une pa (...)

10C’est donc sans surprise que le parti présidentiel, le RCD, a remporté la totalité des 161 sièges distribués à l’échelle des 26 circonscriptions électorales, c’est-à-dire 75 % de l’ensemble des sièges de la Chambre des députés. Selon une logique de distribution clientéliste, récompensant les organisations en fonction de leurs manifestations visibles d’allégeance au régime benalien, les partis de « l’opposition-faire-valoir » se sont partagés à la proportionnelle les 53 sièges restant à l’échelle nationale, soit : 16 sièges pour le MDS, 12 sièges pour le PUP, 9 sièges pour l’UDU, 8 sièges pour le PSL et 6 sièges pour le Parti des verts pour le progrès13. En revanche, comme on pouvait s’y attendre, le mouvement Ettajdid/l’Initiative s’est vu « réprimander » : les anciens communistes n’ont obtenu que 2 sièges dans la nouvelle chambre. Lors des précédentes élections, il est vrai qu’ils n’avaient décroché que trois sièges. Mais, en même temps, le pouvoir n’a pas pris le risque d’éliminer complètement de la représentation nationale la seule formation d’opposition « indépendante ». Ce faisant, grâce à sa présence à la chambre des députés, le mouvement Ettajdid peut garder la tête hors de l’eau en bénéficiant, au titre de la loi sur le financement des partis14, de la subvention accordée aux formations politiques présentes à la chambre basse.

11Si l’on excepte les formations de l’opposition « clientéliste », pour lesquelles les élections représentent une gratification financière et une promotion dans les parcours individuels de certains de ses candidats, la participation aux échéances électorales tend à perdre toute signification pour l’opposition indépendante. Elle n’a aucune prise sur les résultats du scrutin dont le dépouillement se fait en l’absence de ses représentants. De plus, les partisans du boycott, notamment le PCOT (Parti communiste ouvrier tunisien), le CPR (Congrès pour la République), les islamistes d’En Nahda (Renaissance), et à partir du 10 octobre, le PDP, ne sont même pas parvenus à faire passer leurs messages.

12Concernant le score du président sortant au scrutin présidentiel, la Tunisie s’est, d’une certaine façon « normalisée » par rapport à d’autres contextes autoritaires du monde arabe (Algérie, Égypte,…), où les régimes se livrent à des dosages plus ou moins subtils des suffrages entre les différents candidats à la magistrature suprême. En effet, jamais depuis l’époque bourguibienne, le président candidat n’était descendu sous les 90 % dans le système politique tunisien. Certes, comme prévu, le président sortant Zine El Abidine Ben Ali a été réélu pour un cinquième mandat à une très large majorité du corps électoral, mais il est descendu sous la barre symbolique des 90 % (89,45 %), atténuant ainsi le caractère plébiscitaire du scrutin et lui permettant d’être plus présentable au regard des « puissances démocratiques ».

  • 15 Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisi (...)
  • 16 Fondateur, en 2007, et financier de radio Ezzeitouna, dont la programmation est entièrement dédiée (...)

13Quant aux deux candidats de l’opposition faire-valoir, en l’occurrence Mohamed Bouchiha du PUP et Ahmed Inoubli de l’UDU, ils se sont respectivement vus attribués 5,01 % et 3,8 % des suffrages. Les autorités ont gratifié Ahmed Brahim, le candidat de l’Initiative nationale pour la démocratie et le progrès d’un humiliant 1,57 % des voix, à peine supérieur à celui accordé en 2004 à son prédécesseur Mohamed Ali Halouani (0,95 %). Outre cette relative normalisation des résultats électoraux par rapport aux autres États autoritaires de la région, deux faits ont modifié le déroulement classique du processus électoral. En premier lieu, Leila Ben Ali l’épouse du chef de l’État est apparue pour la première fois dans la campagne électorale en animant plusieurs manifestations de soutien à son mari et en disposant d’un temps de parole dans les médias bien supérieur à celui de l’opposition toute confondue brouillant ainsi le jeu institutionnel15. En second lieu, le gendre du président, l’homme d’affaires Sakher Materi, récent acquéreur d’un des principaux groupes de presse tunisien, Dar Assabah, a fait son entrée à la chambre des députés. Tout en donnant par ses manifestations ostentatoires de piété une caution religieuse au mode de gouvernance de la société tunisienne16, son ascension économique et politique ressemble fort à un parcours d’apprentissage du métier de chef d’État.

« Un air de famille » : rumeurs, scandales et omniprésence de la Première Dame sur la scène électorale

14Dans un contexte autoritaire comme la Tunisie, où la quasi-totalité des moyens d’information et de communication est contrôlée par l’État :

  • 17 Vincent Geisser, « Les blagues populaires comme symptôme social du discrédit du régime de Ben Ali » (...)

« Les rumeurs, les petits histoires et les blagues (nokta) sur la famille présidentielle ont toujours constitué l’un des modes d’expression privilégiés des citoyens ordinaires, traduisant des attitudes de distanciation entre eux [les gens du pouvoir] et nous [le peuple], dont les variations s’apparentent plus à celles d’un thermomètre que d’un baromètre. Il est possible d’interpréter cette tendance comme une forme de “résistance”, mais pour autant, elle ne préjuge pas des mobilisations. Bien au contraire, elle peut correspondre à des phénomènes de compensation et de repli sur la sphère domestique.17 »

15Précisément, l’année 2009 aura été riche en rumeurs en tout genre sur les intrigues se tramant au sein du Palais. Toutefois, cette focalisation obsessionnelle sur « la famille » ne relève pas exclusivement d’une fiction qui serait un pur produit de l’imagination populaire. Elle doit beaucoup aussi à une évolution structurelle du « système de pouvoir », au sein duquel les luttes de clans ont pris une importance inégalée depuis l’indépendance de la Tunisie. S’il est vrai, qu’à l’époque de Bourguiba, la curiosité populaire se concentrait sur la seconde épouse du président de la République, Wassila Ben Ammar, dont l’influence auprès du leader était incontestable, les lectures politiques et partisanes des enjeux de pouvoir restaient prédominantes sur les « affaires privées » (Khiari, 2004, p. 55-70). Avec l’avènement de Ben Ali, les interprétations familialistes des enjeux de pouvoir tendent à prendre le dessus, au point d’éclipser les coalitions politiques au sein du régime, le poids des ministres et des Hauts fonctionnaires et même le rôle du parti quasi-unique, le RCD (héritier du Néo-Destour), relégué au rang d’instrument des clans familiaux et affairistes :

« La croissance administrative de la présidence qui absorbe un appareil gouvernemental placé sous le double signe de la dépolitisation et de la technicité ne saurait dissimuler le poids de la “maison” du leader et avec elle du familialisme. Les commis et gestionnaires, quelles que soient leurs compétences professionnelles et leurs attributions officielles évoluent dans un champ en dépendance de la “maison”. [Cette dernière] a réintégré les locaux du Palais, avec pour principaux occupants les familles du leader et notamment celles de sa nouvelle épouse, Leila Trabelsi […]. » (Camau et Geisser, 2003, p. 197-198)

16Depuis les années 2000, cette dérive familialiste et néo-patrimoniale des enjeux de pouvoir se trouve amplifiée par les rumeurs persistantes sur la maladie du président de la République, Zine El Abidine Ben Ali, qui ont laissé libre cours à toutes sortes de spéculations sur sa succession.

Rumeurs persistantes sur la maladie du président

  • 18 Mensuel d’opposition au régime Ben Ali, L’Audace a paru régulièrement entre 1994 et 2001 avant de f (...)
  • 19 José Garçon, « La maladie de Ben Ali obsède la Tunisie. Un probable cancer rallume la guerre des cl (...)

17Le propre du mécanisme de la rumeur – qui en fait son extraordinaire pouvoir de diffusion et de conviction –, c’est de laisser croire au caractère inédit de l’information et surtout à l’aspect infaillible de la source (Aldrin, 2005). En Tunisie, certains milieux proches du pouvoir mais aussi de l’opposition – notamment l’ancienne revue, L’Audace, dirigée depuis Paris par Slim Bagga18 – se sont fait une spécialité de diffuser des rumeurs sur la famille présidentielle et sur l’état de santé du chef de l’État. D’aucuns, observateurs avertis de la vie publique locale, émettent même l’hypothèse que ces rumeurs seraient pour partie fabriquées par le Palais et les services spéciaux du ministère de l’Intérieur, agissant comme une entreprise de diversion politique ou aussi une manière de « tester » l’opinion publique tunisienne. À cette hypothèse de la manipulation de l’information par le régime, il conviendrait d’ajouter les retombées de la « lutte des clans » qui fait que la rumeur serait sciemment utilisée comme une arme communicationnelle pour discréditer un adversaire ou un concurrent politique. Ainsi, dès 2003, le quotidien français Libération titrait dans son édition du 13 juin : « La maladie de Ben Ali obsède la Tunisie. Un probable cancer rallume la guerre des clans ». La journaliste José Garçon se faisait l’écho des rumeurs et donnait une série d’indices, laissant à penser que le président Ben Ali était gravement malade et qu’il ne se représenterait probablement pas pour l’élection présidentielle de 2004 (il est toujours au pouvoir en 2010)19.

  • 20 Pour une analyse approfondie de ce site, cf. Larbi Chouikha (2009).
  • 21 Les rédacteurs du site afin de crédibiliser l’information sur la maladie dégénérative du président (...)
  • 22 http://www.tunisnews.net, 14 octobre 2005.

18Deux ans et demi plus tard, alors que Zine El Abidine Ben Ali entame son cinquième mandat à la tête de l’État, l’on voit se dérouler un scénario communicationnel identique autour de la maladie du président. Le 15 octobre 2005, le site web Tunisnews, animé par des islamistes exilés et, plus ou moins rigoureux dans son traitement de l’information20, publie une « correspondance » qu’il dit avoir reçu d’une source tunisienne fiable21 et qui reprend la thèse de la maladie incurable22.

19Plus récemment, le 29 novembre 2009, alors que le président Ben Ali vient d’être à peine réélu pour un cinquième mandat consécutif, les sites Backcich.Info et Algérie Focus diffusent l’information selon laquelle :

« Son état s’est brutalement aggravé et le président tunisien a dû être transporté en urgence à l’étranger pour recevoir des soins. Il s’agit probablement de la France où les chefs d’États des pays du Maghreb ont l’habitude de se faire soigner, mais cette information reste à confirmer. Aux dernières nouvelles, le président Tunisien touché par la grippe A a dû annuler la visite du roi d’Espagne Juan Carlos à Tunis qui devait avoir lieu le 25 novembre.23 »

  • 24 AFP, « Tunisie : coup d’envoi de célébrations à Kairouan, sans Ben Ali souffrant », 8 mars 2009 ; A (...)
  • 25 La première partie du règne de Ben Ali étant davantage marquée par ce que la presse officielle avai (...)

20Il est vrai, que cette dernière rumeur a été alimentée par une série de faits aisément vérifiables qui se sont produits tout au long de l’année 2009. En mars, alors que Zine El Abidine Ben Ali devait donner le coup d’envoi des festivités Kairouan, capitale de la culture islamique pour 2009, les services de la présidence ont publié un communiqué quelques heures avant le début de la cérémonie annulant son déplacement en province24. Or, cette annulation n’est pas sans conséquence : dans la nouvelle stratégie d’« islamisation par le haut » voulue par le régime, la présence du chef de l’État tunisien aux côtés de personnalités éminentes du monde islamique – notamment le théologien médiatique, Youssef Al Qardhaoui, et l’imam de la mosquée Al Aqsa de Jérusalem, Tyassir Al Tamimi –, lui aurait permis de se racheter un semblant de « piété officielle » dans un contexte social où l’opinion publique tunisienne n’est pas insensible au discours islamique transnational, diffusé sur les chaînes satellitaires arabophones. Mais, plus encore, que ces « absences inopinées »25 lors des grands événements rythmant la vie publique nationale, c’est le relatif effacement du chef de l’État de la campagne pour les élections présidentielle et législative d’octobre qui a soulevé de nombreuses interrogations sur son état de santé, et ceci d’autant plus que ce retrait présidentiel de la scène électorale s’est accompagné d’une surexposition médiatique de son épouse, Leila Ben Ali-Trabelsi, relançant la « machine à rumeurs » sur la succession.

La surexposition médiatique de « Madame la Présidente »

  • 26 Cette distinction subtile entre visibilité et officialité est établie par Sadri Khiari (2004).
  • 27 AFP, « France : la justice refuse d’interdire un livre sur l’épouse de Ben Ali », 1er octobre 2009.

21Alors que jusqu’à récemment, la Première Dame du pays était, certes, visible, mais n’avait pas réellement d’existence officielle26, l’année 2009 a incontestablement marqué un tournant : Leila Ben Ali a été à la fois l’actrice passive et consentante de sa propre médiatisation. D’abord à ses dépens, puisque deux ouvrages l’ont placée, malgré elle, au centre de l’actualité nationale et internationale, bien que le régime ait tenté en vain de les faire interdire27 : un livre polémique de deux journalistes français, Nicolas Beau et Catherine Graciet, La régente de Carthage. Main basse sur la Tunisie, paru en octobre 2009 aux éditions La Découverte, et un réquisitoire littéraire rédigé à compte d’auteur par l’un des acteurs dominants du champ scolaire privé tunisien, Mohamed Bouebdelli, Le jour où j’ai réalisé que la Tunisie n’est plus un pays de liberté, qui a largement circulé sur la toile à la même période.

  • 28 Co-rédigé avec le journaliste du Monde, Jean-Pierre Tuquoi, éditions La Découverte, 1999.
  • 29 Cf. le blog de Slim Bagga hébergé par Bakchich.Info : http://www.bakchich.info/-Chakchouka-tunisien (...)
  • 30 Le journaliste charismatique Taoufik Ben Brik a rédigé une critique extrêmement sévère sur ce livre (...)

22Le premier appartient au genre « brûlot politique » rédigé par des professionnels de l’information (ancien journaliste au Canard Enchaîné, N. Beau a été, en 1999, le co-auteur de Notre ami Ben Ali28) a connu une véritable success story médiatique et commerciale : il a été vendu à plus de 20 000 exemplaires, figurant en tête des essais dans les classements établis par la presse française (L’Express, Nouvel Observateur, Le Point, etc.), et a donné lieu à de nombreux articles et commentaires sur Facebook, les blogs et les sites web animés par l’opposition tunisienne. Écrit sur le registre de la révélation, il ne révèle pourtant pas grand-chose : tout ce qui figure dans le livre sur les agissements « obscurs » de l’épouse du président de la République et surtout sur sa famille (le « clan Trabelsi ») est une pure reprise des billets d’humeur parus anciennement dans L’Audace et sa « nouvelle version » sur le site Bakchich Info dans le blog « Chakchouka tunisienne »29 et provient d’une source quasi-unique, le journaliste Slim Bagga, dont les informations ne sont pas toujours vérifiées et recoupées30. On est là en présence du processus communicationnel décrit précédemment : nombre de rumeurs seraient fabriquées par le régime à des fins de diversion et reprises sans précaution par certains milieux d’opposition.

  • 31 Aujourd’hui, Mohamed Bouebdelli se proclame ouvertement « opposant » du régime. Il a d’ailleurs cré (...)
  • 32 Mohamed Bouebdelli, Livre blanc sur la mise à mort de l’Université libre de Tunis, 2010 : http://ww (...)

23Le second livre, plus émouvant, appartient davantage au genre « témoignage » ou « autobiographique » : après avoir été un « proche » du régime du 7 novembre, position qui lui a permis de détenir le quasi-monopole de l’enseignement privé en Tunisie (créateur de l’Université libre de Tunis et de nombreux établissements scolaires non étatiques), Mohamed Bouebdelli en est devenu la victime expiatoire31. Contrariant les ambitions financières et commerciales de Leila Ben Ali dans le domaine de l’enseignement privé, le « groupe scolaire Bouedbelli » a subi des multiples intimidations policières et pressions fiscales qui l’ont quasiment conduit à la faillite32.

  • 33 Nous reprenons entre guillemets les formules types de la propagande du régime Ben Ali.
  • 34 Olfa Lamloum, Louiza Toscane, « Les femmes, alibi du pouvoir tunisien », Le Monde Diplomatique, jui (...)
  • 35 Présentation de « Basma » sur le site officiel de l’association : « Qui sommes-nous ? » : http://ww (...)

24Mais ce serait une erreur que de laisser croire que ce regain de médiatisation de la « Première Dame de la République » serait uniquement subi, car il relève aussi d’une stratégie très largement pensée par le régime. Si dans les premières années qui suivent le « coup d’État médical » du 7 novembre 1987, les apparitions de Leila Ben Trabelsi sont encore discrètes (Khiari, 2001), celle-ci va connaître, au fil du temps, une montée en visibilité qui fait d’elle un acteur majeur du jeu politique tunisien. Au départ, il est vrai, qu’à l’instar des autres épouses des dirigeants du monde arabe, le rôle de la Première Dame reste cantonné au registre protocolaire : elle apparaît simplement comme « l’accompagnatrice » des actes officiels du président : inauguration de crèches et d’écoles, visites des hôpitaux et des hospices, réceptions des chefs d’États et de gouvernements étrangers, déplacements à l’intérieur du pays à la rencontre du « petit peuple », etc. Mais assez rapidement, ce rôle va se politiser sous l’effet des nouvelles « demandes » propagandistes du régime : l’éradication brutale de l’islamisme en 1990-1991 incite le régime à renouer avec le registre du « féminisme d’État », qu’il avait eu tendance à délaisser dans les premières années du benalisme (souci de réconciliation nationale). Dès lors, Leila Trabelsi se voit confier pour mission d’incarner l’image de la « femme tunisienne moderne », symbole de « l’Ère nouvelle » et des « acquis du Changement » face au « péril intégriste »33. C’est la figure de « Leila avocate des femmes » qui apparaît la plus fréquente dans l’espace public national et surtout dans la presse internationale, où la politique de Ben Ali en faveur de la gent féminine devient l’un des arguments centraux de la légitimation du régime pour faire oublier les atteintes répétées aux droits de l’Homme et aux libertés fondamentales34. Il est vrai, cependant, que dans la société tunisienne, au sein des milieux islamisants comme chez les élites modernistes, cette image de Leila « femme moderne et émancipée » a du mal à convaincre, dans la mesure où ce sont davantage son origine sociale modeste et son ancienne profession de coiffeuse (hajama en dialecte), qui continuent à marquer les esprits. Il y a donc un décalage évident entre l’image de la « présidente » que souhaiterait promouvoir le régime et les effets produits sur l’opinion : les blagues les plus scabreuses circulent alors sur le couple présidentiel et c’est, le plus souvent, Leila Trabelsi qui est présentée comme la fautive des errements du Palais. Jusqu’aux années 2000, l’épouse du président de la République reste, en effet, un acteur politique passif, du moins en apparence. Ses interventions publiques se limitent encore aux registres caritatifs et philanthropiques. Son principal champ d’intervention se fait par le biais du réseau des associations « Basma », dont la mission est « de soutenir les efforts de l’État dans le domaine de l’intégration professionnelle des personnes handicapées et notamment, par la contribution à consolider leur employabilité et à les aider à accéder à un emploi dans le secteur public et privé ainsi qu’à créer des projets »35. Dans le même temps, cette discrétion affichée ne doit pas masquer les nombreuses interventions de la Première Dame afin de placer ses protégés au sein de l’appareil d’État, de coopter ses clients dans les différentes administrations et d’accorder des passe-droits en faveur des membres de son « clan familial » pour l’obtention de nouveaux marchés ou le contrôle d’anciennes entreprises publiques (Camau et Geisser, 2003, p. 212-214 ; Hibou 2006).

  • 36 Ses neveux Imed et Moez Trabelsi ont été directement impliqués, en 2006, dans l’affaire du vol d’un (...)

25Ce n’est finalement que très récemment que « la présidente » va faire son apparition sur la scène politique et électorale du pays. Si, en octobre 2004, Leila Ben Ali avait déjà été chargée de prononcer le discours de clôture d’un meeting du RCD, cette incursion dans la vie politique s’est avérée ponctuelle. Il faut attendre 2009, dans le contexte des rumeurs persistantes sur l’aggravation de l’état de santé du raïs, pour que Leila Ben Ali confirme sa percée dans la vie politique nationale et ceci malgré les nombreux scandales politico-financiers qui touchent directement sa famille (notamment « l’affaire du yacht »)36. Ainsi, durant la dernière campagne pour les élections présidentielle et législative, elle a fait de très nombreuses apparitions dans des rôles et en des lieux inhabituels : dans la presse, à la radio et à la télévision, mais aussi dans les meetings politiques du RCD, Leila Ben Ali a pris la parole, pour tenir un discours qui ne s’est plus cantonné exclusivement au registre caritatif et humanitaire mais qui a touché aussi directement les questions de politique intérieure, comme le relève judicieusement ce journaliste de Jeune Afrique :

  • 37 Abdelaziz Barrouhi, « Leila Ben Ali dans l’arène politique », Jeune Afrique, 21 octobre 2009.

« La Première Dame a été omniprésente dans les médias, qu’il s’agisse des chaînes télévisées locales ou la Une des journaux de la presse écrite. Après neuf jours de campagne électorale, elle a participé à cinq reprises à des activités publiques médiatisées. L’une avec son mari, et les quatre autres en étant la seule à tenir la vedette. À chaque fois, elle a paru combative, notamment à l’occasion de l’ouverture de la campagne électorale le 11 octobre dernier, mais aussi dès le lendemain, lors d’une harangue aux jeunes sur le port de la Goulette, et à l’occasion du grand meeting féminin qu’elle a présidé le 16 octobre37. »

  • 38 Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisi (...)

26Certains observateurs ont même calculé que « Madame la Présidente » a occupé près de 14 % de la surface médiatique durant la campagne électorale, c’est-à-dire loin devant les candidats de l’opposition qui ont dû se contenter de « miettes médiatiques », c’est-à-dire de temps d’antennes réduits et d’une quasi invisibilité dans la presse écrite38. Du statut d’accompagnatrice du chef de l’État des premières années de règne, Leila Ben Ali-Trabelsi semble évoluer progressivement vers le statut de doublure, voire, en cas de « malheur », d’alternative. C’est l’hypothèse que certains acteurs et observateurs de la vie politique envisagent désormais, même si elle nous paraît improbable : une succession de type « héréditaire » ou « maritale » n’a jamais encore eu lieu dans la « Tunisie républicaine ». En revanche, il n’est pas exclu que cette montée en visibilité politique de la Première Dame ne soit qu’un épisode supplémentaire de la « guerre des clans » dans un contexte d’incertitude et de fluidité politiques (Dobry, 1993). La question alors n’est plus celle de la succession directe à la présidence de la République mais plutôt celle des coalitions politiques et des alliances « familialistes » susceptibles de se dessiner dans les prochains mois.

Répression et crispation avec la France : « l’affaire Ben Brik » en toile de fond électorale

27Durant toute la campagne électorale, les discours des candidats officiels, comme ceux de l’opposition, ont été quelque peu éclipsés par les interventions et les écrits des opposants les plus irréductibles au régime de Ben Ali, diffusés à travers Internet et via les médias étrangers. En effet, les adversaires les plus audacieux ont investi ces espaces qui échappent au contrôle du pouvoir politique, et du coup, celui-ci s’est senti obligé de réagir aussitôt, en déployant son dispositif répressif, sans même attendre la fin du scrutin. Cependant, les conséquences de cette répression et l’ampleur des réactions qu’elle a suscitée à l’étranger ont provoqué un début de crispation dans les relations tuniso-françaises.

Emballement sécuritaire du régime

  • 39 À l’occasion d’une précédente enquête, au début du mois d’octobre, Florence Beaugé avait notamment (...)

28Le 21 octobre, en pleine campagne électorale, la journaliste du quotidien Le Monde, Florence Beaugé, a été refoulée de Tunisie et « interdite d’accès au sol tunisien » par les autorités tunisiennes qui lui reprochent, dans un communiqué, « des partis pris systématiquement hostiles » à l’égard de la Tunisie39. Dans le même temps, par le truchement des médias français et arabes, les figures emblématiques de l’opposition indépendantes, telles Khémaïs Chammari (gauche), Hamma Hammami (PCOT), Sihem Ben Sedrine (CNLT), Moncef Marzouki (CPR), etc., ont dénoncé en chœur cette « mascarade électorale », incitant le régime à réagir. Ainsi, à la veille du scrutin, le président Ben Ali, dans une allocution télévisée, s’en prenait à cette

« minorité infime de Tunisiens qui n’éprouvent aucune gêne en ce moment précis à s’en remettre à l’étranger pour quérir le soutien de parties extérieures qu’ils incitent à faire campagne contre leur propre pays… Ils ont poussé l’audace jusqu’au recours aux allégations mensongères et à l’incitation à une campagne désespérée auprès de certains journalistes étrangers, pour mettre en doute les résultats des élections avant même le dépouillement des voix ».

  • 40 Allocution radio télévisée du président Ben Ali à l’occasion des élections présidentielles et légis (...)

Et le président tunisien de mettre en garde
« quiconque [qui] émettra des accusations ou des doutes concernant l’intégrité de l’opération électorale, sans fournir de preuves concrètes40. »

  • 41 Ancien membre du Bureau politique du mouvement Attajdid et tête de liste de son parti dans la circo (...)

29Le message présidentiel est limpide. Il a bien été reçu par tous les candidats de l’opposition, y compris ceux de l’Initiative nationale pour la démocratie et le progrès : le « sort malheureux » de l’ancien candidat d’Attajdid, Boujemaâ Remili, condamné à une peine de prison pour avoir contesté les résultats des élections de 1994, est toujours présent dans leur esprit41. Il ne restait donc au régime qu’à « neutraliser » par tous les moyens les autres opposants qui, via les médias étrangers et Internet, développent un discours qualifié de foncièrement hostile au régime de Ben Ali, et sur lequel, celui-ci n’a pas directement de prise.

  • 42 Ce sont principalement les hebdomadaires El Hadath (« L’évènement ») et Koul en Nas (« Tous les gen (...)
  • 43 Arrêté le 20 octobre 2009, Zouhaïer Makhlouf avait été condamné le 1er décembre à trois mois de pri (...)
  • 44 Jeune syndicaliste étudiant, Mohamed Soudani, a été condamné à 4 mois de prison pour « ivresse et o (...)

30Alors que la campagne battait son plein, Sihem Ben Sedrine, Slim Boukhdir et Khémaïs Chammari sont l’objet d’un harcèlement systématique : domiciles surveillés, filatures rapprochées, insultes et outrages propagés par une presse de caniveau aux ordres42. Dans le même temps, le ministère de l’Intérieur fait arrêter d’autres opposants, comme le journaliste indépendant et candidat du PDP à l’élection législative du 25 octobre 2009, Zouhaïer Makhlouf43 et l’étudiant Mohamed Soudani44. Comme à chaque fois, les chefs d’accusation ne portent jamais explicitement sur leurs activités politiques ou sur leurs opinions publiques mais sur des affaires de droit commun.

Ben Brik : un Coluche tunisien ?

  • 45 Déjà, en avril 2000, il s’était fait remarquer par la grève de la faim de 42 jours qu’il avait mené (...)

31Mais la plus médiatisée des arrestations est sans aucun doute celle du « journaliste rebelle », Taoufik Ben Brik45. À deux jours du scrutin, ce dernier annonce qu’il a été « victime d’un piège de la police tunisienne ». Dans une interview à l’hebdomadaire français Le Nouvel Observateur, il relate précisément les faits :

  • 46 Sibylle Laurent, « Ben Ali veut ce pays et ma tête », nouvelobs.com, 27 octobre 2009, consulté en m (...)

« Je suis allé chercher ma fille à l’école, jeudi dernier (22 octobre 2009), à Tunis. J’avais mis ma voiture dans un parking. Une autre voiture était garée derrière moi. Avant même que j’ai mis le contact, elle m’a embouti. La conductrice, qui, je pense, était de la police, en est sortie, me criant dessus, m’accusant d’avoir voulu lui rentrer dedans ; elle déchire mes habits, essaie de me pousser à la violence. Il a fallu l’intervention d’ouvriers travaillant dans le coin pour que la querelle s’arrête. Je pense qu’elle a essayé de m’amener à user de la violence pour m’inculper d’agression46. »

32En réalité, ce qui était visé par le régime de Ben Ali ce sont ses écrits au contenu corrosif qui circulent via Internet ou sous le manteau dans le pays. Mais pour les Tunisiens portés sur la chose publique, ce ne sont ni les idées que propage Taoufik Ben Brik ni sa personne que certains prennent pour un saltimbanque, qui suscitent de l’intérêt pour eux. Ce qui les distrait le plus, c’est le ton délibérément provocateur et sarcastique qu’il utilise pour persifler la personne même du président Ben Ali ; ce qui constitue un véritable sacrilège dans le contexte tunisien d’aujourd’hui. Bravant la monotonie des dernières élections, il se fait remarquer, d’abord, par ses écrits publiés sur le site du nouvelobs.com sous des intitulés très incisifs tels que : « Les confessions de Ben Avi : “un peuple contrefaçon qui m’aime à ma façon” »47, ou bien « Présidentielle 2009 : Ben Ali aurait pu nous épargner cette farce ! »48 qui sera repris dans le Courrier International du 15 octobre 2009, ou bien encore « Ben Avi 1er »49. À ces écrits rédigés avec sa plume acérée, s’ajoutent aussi des entretiens les plus irréalistes, comme : « Une interview (presque vraie) de Ben Ali Exclusif-Explosif Interview (trop belle pour être vraie) de son Excellence Monsieur le Président de la République Tunisienne Zine El Abidine Ben Ali »50. Et il pousse encore d’un cran la satire jusqu’à annoncer – à sa manière – sa candidature à la présidence de la République, à travers cette déclaration toute aussi cocasse, « Du Comité de soutien international à la candidature de Taoufik Ben Brik à l’élection présidentielle d’octobre 2009 », accompagnée du « Premier signataire : Le Président sortant, son Excellence, Monsieur Zine El Abidine Ben Ali »51.

33Pour le pouvoir de Ben Ali, c’en est trop. Non seulement « les lignes rouges » ont été largement transgressées, mais cette figure d’un « Coluche à la tunisienne » et la curiosité qu’elle suscite dans le pays, y compris dans certains cercles du pouvoir, l’indispose de plus en plus, d’autant plus qu’elle commence même à faire des émules chez les jeunes, via Internet. Par conséquent, il est devenu impératif pour le régime de « neutraliser » Taoufik Ben Brik avant même que ces écrits et ces coups d’éclats ne soient connus dans le pays et que leur style et contenu ne se banalisent dans l’espace public tunisien. La ferme résolution de Zine El Abidine Ben Ali à le « mâter » s’affirmera coûte que coûte, au risque même de brouiller les « bonnes relations » diplomatiques avec la France et de se brouiller avec ses amis français parmi lesquels, le maire de Paris, Bertrand Delanoë.

  • 52 AFP, 30 octobre 2009.

34Ainsi, au lendemain des élections, Taoufik Ben Brik est convoqué au commissariat de police où il est placé sous mandat de dépôt à la suite de la plainte déposée par la conductrice, pour « atteinte aux bonnes mœurs », « diffamation », « agression », « détérioration des biens d’autrui » et « blasphème ». Aussitôt, son arrestation provoque des réactions et même une crispation dans les relations tuniso-françaises. Pour Reporters sans frontières (RSF), « il s’agit d’une manipulation » du régime tunisien à l’égard duquel le journaliste s’est montré critique52. L’ONG Amnesty international demande, dans un communiqué daté du 23 novembre, « sa libération immédiate ». Sur la lancée, un Comité international pour la libération de Taoufik Ben Brik est créé à Paris, avec, comme coordinateur, l’écrivain Gilles Perrault. La veille de son procès, des réunions de solidarité auront lieu dans la capitale française, en présence de personnalités du monde politique, médiatique et artistique.

35Le 19 novembre, à l’ouverture de son procès à la chambre correctionnelle de Tunis, Taoufik Ben Brik lance aux juges : « dans cette affaire, je suis l’otage de Ben Ali », rapporte RSF. Mais à cette audience, la plupart des défenseurs des droits de l’Homme ont été empêchés d’accéder au tribunal et, contrairement aux usages, la plaignante était absente. Deux avocats observateurs venus d’Algérie et du Maroc ont par ailleurs été refoulés à l’aéroport de Tunis. Seuls, trois membres de sa famille et quelques observateurs internationaux comme la députée européenne Hélène Flautre, le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF) et deux avocats mandatés par RSF, ainsi qu’un représentant de l’ambassade des États-Unis, y ont été autorisés. L’absence de représentants des ambassades européennes à Tunis a été remarquée, et le secrétaire général de RSF soulignait dans un communiqué, que « la présence de diplomates aurait constitué un geste fort pour signifier aux autorités tunisiennes que la communauté internationale est attentive ».

36Le verdict a été prononcé le 26 novembre : Taoufik Ben Brik a été condamné à six mois de prison ferme : trois mois pour « usage de la violence », auxquels s’ajoutent deux mois pour « atteinte aux biens d’autrui » et un mois pour « atteinte aux bonnes mœurs ».

Remuer le passé colonial, flatter la fibre nationaliste du peuple

37Depuis l’accession de Ben Ali au pouvoir en novembre 1987, la prudence et la circonspection ont toujours été de mise pour les diplomates français quand il s’agit de commenter les cas de violations des droits de l’Homme en Tunisie. L’affaire Taoufik Ben Brik et les réactions qu’elle a suscitées en France montrent que cette ligne de conduite n’est pas immuable, et que les déclarations publiques des responsables du Quai d’Orsay peuvent déroger à cette règle.

38Mais le plus inhabituel et surprenant, c’est l’attitude qu’adopte le pouvoir de Ben Ali quand il se trouve désarçonné face aux critiques des gouvernements occidentaux. Il peut être amené à rechercher des soutiens chez ses partenaires traditionnels comme le colonel Kadhafi, et dans le même temps, agiter l’épouvantail du « néocolonialisme » en espérant pouvoir attiser des vieux réflexes patriotiques auprès de son opinion.

39Déjà, dès l’annonce de l’arrestation de Taoufik Ben Brik, les formations politiques françaises comme les Verts, le Parti Communiste, etc., avaient dénoncé les violations des droits de l’Homme en Tunisie et critiqué le « silence » du gouvernement français dans cette affaire. Pour sa part, le Parti socialiste a estimé « insupportable le silence du gouvernement français » face à « la violation flagrante » des droits des citoyens en Tunisie, et a demandé la « libération immédiate » du journaliste Taoufik Ben Brik. Et l’eurodéputé socialiste, Harlem Désir, a même réclamé « l’intervention de l’Union européenne » pour obtenir la « libération immédiate » du journaliste tunisien Taoufik Ben Brik53.

  • 54 AFP, 6 novembre 2009.
  • 55 AFP, 10 novembre 2009.

40Face à ces réactions, le gouvernement français s’est trouvé acculé à sortir de sa réserve habituelle pour exprimer sa « préoccupation » sur le sort des défenseurs des droits de l’Homme en Tunisie : « Nous sommes préoccupés par les difficultés rencontrées par des journalistes et défenseurs de droits de l’Homme en Tunisie », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero. « Nous suivons la situation avec attention, nous avons exprimé notre inquiétude à l’ambassadeur de Tunisie (à Paris) et nous avons saisi nos partenaires européens de cette question », a-t-il précisé54. Dans le même sens et en des termes plus directs, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui s’exprimait sur une station de radio au lendemain de l’élection de Ben Ali et de l’arrestation de Taoufik Ben Brik, a estimé qu’il était « inutile d’arrêter les journalistes » et a ajouté qu’il était « déçu mais nous avons réagi ». Et s’adressant directement au président Ben Ali, il a déclaré : « Quand on a été élu pour la cinquième fois et qu’on dirige ce pays avec habilité […], je pense que c’est inutile »55. Le chef de la diplomatie française a également annoncé qu’il a écrit à son homologue tunisien pour demander la libération immédiate de T. Ben Brik, afin qu’il puisse être hospitalisé.

41Ripostant à ces déclarations, la réponse du ministère tunisien des Affaires étrangères ne s’est pas fait attendre :

  • 56 AFP, 11 novembre 2009.

« [la Tunisie] refuse […] toute ingérence dans ses affaires intérieures, [estimant] qu’elle n’a de leçon à recevoir de personne, notamment en matière de respect des droits de l’Homme. [Tout en rappelant] son attachement aux relations amicales qui la lient fortement à la France, Tunis considère les déclarations attribuées par certains organes de presse au ministre français des Affaires étrangères comme une forme d’ingérence inacceptable quelle que soit leur teneur56. »

  • 57 AFP, 5 novembre 2009.
  • 58 AFP, communiqué de Bertrand Delanoë, 9 novembre 2009.
  • 59 Il sera révoqué de son poste de maire de Tunis, le 11 janvier 2010, et la rumeur publique attribue (...)
  • 60 « Droits de l’Homme : comment le maire de Paris a fâché Tunis », AFP, 5 novembre 2009.

42Mais ce sont surtout les propos du maire de Paris, Bertrand Delanoë, natif de Tunisie et « ami » de certains cercles du pouvoir tunisien, qui ont le plus offusqué les autorités tunisiennes, et semble-t-il, le président Ben Ali, en personne. Intervenant après l’arrestation de Taoufik Ben Brik, Bertrand Delanoë a appelé « au respect strict des droits de l’Homme en Tunisie » et s’est même inquiété d’une « dérive préoccupante »57. La réplique des autorités tunisiennes a été cinglante : « On comprend difficilement qu’il s’agisse de la Tunisie, pays que Monsieur le maire est présumé connaître et qu’il visite régulièrement », ont-elles affirmé. Les officiels tunisiens soulignent, par ailleurs, qu’il est « bien difficile de comprendre ce qui justifie les déclarations intempestives et incongrues » du maire de Paris58. En représailles aux déclarations de Bertrand Delanoë, cinq maires de villes tunisiennes ont annoncé leur retrait de l’Association internationale des maires francophones (AIMF), que dirige le maire de Paris et dont son homologue de Tunis, Abbès Mohsen, – qui deviendrait la victime « collatérale »59 –,
en était le secrétaire général. Dans un communiqué qui leur est attribué, les maires de Tunis et de quatre autres villes tunisiennes dont Bizerte (ville natale de B. Delanoë) ont qualifié d’« injustifiées » et d’« inadmissibles » les déclarations du maire de Paris, et déclaré que « désormais impossible de continuer à faire partie » de l’AIMF60.

  • 61 AFP, 9 novembre 2009.
  • 62 TAP, 12 novembre 2009.

43De son côté, en réaction à la position exprimée par le Parti socialiste sur le « cas Ben Brik », le RCD du président Ben Ali, pourtant membre de l’Internationale socialiste au même titre que le PS français, a jugé « totalement irresponsable » l’appel du PS à la libération du journaliste. Il assure qu’il « n’y a pas de prisonniers politiques ou d’opinion » en Tunisie et dénonce « une forme d’ingérence grotesque et inacceptable dans la marche de la justice tunisienne »61. Les termes d’ingérence, de souveraineté nationale, de néo-colonialisme, etc., récurrents dans les communiqués officiels reviennent aussi dans le discours du président Ben Ali, prononcé à l’occasion de sa prestation de serment. Il affirme que la Tunisie « rejette toute ingérence dans ses affaires intérieures et ne permet à personne de s’en prendre à elle ou de chercher, à travers la tromperie et l’affabulation, à nuire à son prestige »62.

44Mais les reproches à l’adresse de certains gouvernements européens, exprimés sur un ton inhabituel dans le langage diplomatique tunisien, seront le prélude à la prise de deux initiatives toutes aussi exceptionnelles dans l’histoire de la Tunisie contemporaine. La première, impulsée par Ben Ali en personne, tourne le dos à l’Occident pour solliciter le soutien des organisations de regroupements régionaux présidées par le colonel Kadhafi ; la seconde, émane d’un candidat aux élections présidentielles 2009 et chef d’une formation de l’opposition « clientéliste » (UDU), Ahmed Inoubli, visant à réclamer à la France « des excuses et des réparations » pour les dommages causés durant la période coloniale.

45Concernant l’initiative du président tunisien de s’adresser aux regroupements régionaux desquels la Tunisie est membre, celle-ci repose sur un argumentaire que Ben Ali développera dans son discours prononcé lors de sa prestation de serment le 12 novembre :

  • 63 TAP, 12 novembre 2009.

« Toute ingérence dans les affaires intérieures tunisiennes va au-delà de l’atteinte à la souveraineté de notre pays pour affecter également la souveraineté de l’Union du Maghreb arabe et de l’Union africaine auxquelles nous appartenons63. »

46Dans une perspective identique, il annonce qu’il vient de saisir la présidence de chacune de ces deux organisations, assurée toutes deux, par le colonel libyen Mouammar Kadhafi. Il souligne que :

  • 64 TAP, 12 novembre 2009.

« Nous avons soumis cette question aux présidents des deux organisations en vue de prendre la position qui s’impose et de protester contre ces abus, [qu’il juge] contraires au principe de respect de la souveraineté des États et de non-ingérence dans leurs affaires64. »

  • 65 TAP, 12 novembre 2009.
  • 66 AP, 13 novembre 2009.

47Selon l’agence libyenne JANA, citée par son homologue tunisienne TAP, le colonel Kadhafi a aussitôt réagi au nom du conseil de l’Union du Maghreb arabe (UMA), de l’Union africaine (UA) et de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), dont il assure aussi la présidence tournante, en rappelant que ces groupements régionaux ont fait part de leur « solidarité avec la Tunisie dans sa lutte contre la campagne médiatique menée à son encontre par des parties étrangères » et de leur « condamnation de ces ingérences dans les affaires intérieures d’un pays africain souverain ». Ils se sont dits « préoccupés face à l’ampleur attribuée par des parties étrangères à une affaire banale concernant une altercation entre deux personnes en Tunisie, comme si ces parties étaient responsables des citoyens dans les États africains et arabes ». L’agence libyenne a fait état de « concertations en cours entre l’UA, la CEN-SAD, l’UMA et la Ligue des États arabes », en notant que « l’Afrique dispose de moyens de réaction à ces interférences injustifiées »65. Et le président Ben Ali de saluer aussitôt cette « noble position » du dirigeant libyen66.

48La seconde initiative est plus inhabituelle. Des voix s’élèvent pour remuer le passé du Protectorat en exigeant des excuses et des réparations à l’ancienne puissance coloniale, espérant ainsi créer un élan populaire dans le pays. La paternité de la revendication revient à un petit parti de l’opposition, proche du pouvoir, l’Union démocratique unioniste (UDU) que préside A. Inoubli, avocat âgé de 52 ans, et l’un des trois candidats de l’opposition à l’élection présidentielle d’octobre 2009. Cette formation d’obédience nationaliste arabe a fait de cette revendication un des points de son programme électoral lors de la campagne pour les élections d’octobre dernier. Depuis, plusieurs journaux de la place, essentiellement arabophones, y ont consacré leur manchette : en plus de l’organe de l’UDU, Al Watan (« La Patrie »), Al-Chourouk et Assabah ont relayé le thème du « retour du colonialisme ». Mais selon des observateurs avertis, derrière ces voix, se profilerait une frange du pouvoir attirée par le nationalisme arabe, qui aimerait bien s’arrimer un jour à la demande de « repentance coloniale » formulée – officiellement – par les Algériens à l’adresse de la France.

49Force est de constater que l’opinion tunisienne, dans son ensemble, est plutôt passive face à ces initiatives. À l’instar des formations de l’opposition indépendante, y compris la plus radicale d’entre elles, le PDP, le sentiment qui prédomine est l’indifférence et l’incrédulité à l’égard de cette campagne anti-française aux accents populistes. Elles paraissent, « toutes téléguidées par le pouvoir dont le but est de faire diversion pour espérer créer autour de lui, une sorte d’union sacrée », selon un cadre, proche de l’opposition.

50Mais la raison de cette indifférence tire ses racines de l’année 2000, au cœur de la grève de la faim de Taoufik Ben Brik et du courant de solidarité qu’elle a suscitée en France particulièrement. Le sentiment anti-français, qui s’était emparé à l’époque de certaines sphères du pouvoir, était quasi similaire à celui observé aujourd’hui. Et en réaction aux critiques françaises, les mois d’avril et de mai de l’année 2000 ont vu éclore une campagne contre l’usage du français dans les espaces et les lieux publics. Des circulaires municipales étaient adressées aux commerçants et aux chefs d’entreprises, leur enjoignant « d’arabiser » leurs enseignes, pancartes, écriteaux. Et cette mesure qui fut ordonnée à la hâte, avait tourné parfois au comique au moment de son application, avec des traductions souvent très approximatives ou littérales altérant parfois le sens originel des expressions. Au bout de quelques semaines de flottement, la mesure est tout bonnement tombée en désuétude. Aujourd’hui, qui s’en souvient encore ?

51Ces pressions françaises ont-elles pour autant incité le président Ben Ali à se tourner davantage vers son second allié privilégié, à savoir les États-Unis ? Là aussi, les relations diplomatiques tuniso-américaines, si elles restent « globalement positives » selon l’expression consacrée, connaissent quelques ratés.

La Tunisie selon Obama : préparer discrètement l’Après-Ben Ali ?

  • 67 AFP, « Forte hausse de la popularité d’Obama au Proche-Orient par rapport à Bush », 1er juin 2009.
  • 68 Lotfi Hajji, « The Tunisian Elite and U.S. “Democratic Reform Policy” », June 2009 : http://www.car (...)

52L’investiture de Barack Obama aura-t-elle des conséquences sur les relations officielles entre Tunis et Washington ? C’est la question que l’on est en droit de se poser au regard de la « nouvelle politique étrangère » qu’entend promouvoir le président américain, même si l’on sait déjà que la question de la démocratie dans le monde arabe ne constitue pas l’une de ses priorités. Il semble, en effet, que le président américain mise davantage sur une politique globale de « réconciliation culturelle et religieuse » avec le monde musulman (discours du Caire), comme réponse à la théorie du « choc des civilisations ». C’est néanmoins avec un certain enthousiasme que la population tunisienne a accueilli l’élection du premier Noir à la Maison Blanche : une enquête réalisée par l’Institut Gallup dans plusieurs pays arabes montre clairement que c’est en Tunisie que Barack Obama enregistre la plus forte côte de popularité dans la région (37 % contre 29 % en Arabie Saoudite, 25 % en Égypte ; 22 % au Liban et à peine 15 % en Syrie)67. Dans le même temps, les élites tunisiennes, notamment celles proches de l’opposition indépendante, restent dubitatives quant à la capacité du nouveau président américain à faire changer la donne politique en Tunisie, craignant que les États-Unis privilégient une « solution interne au système » (remplacer un homme par un autre) à une véritable alternance politique68.

La Tunisie, pièce sécuritaire de la géopolitique américaine

  • 69 Sihem Bensedrine, « Ben Laden a voté pour Ben Ali », La Nouvelle Lettre de la FIDH, 59, septembre 2 (...)

53Il est vrai que la Tunisie n’a jamais constitué aux yeux des dirigeants étasuniens un pays prioritaire. Il faut attendre les événements du 11 septembre 2001 pour que les relations tuniso-américaines acquièrent une dimension stratégique, dont le régime du président Ben Ali saura tirer profit. À bout de souffle à l’aube des années 2000, le pouvoir tunisien a bénéficié d’une véritable « rente sécuritaire », qui fait dire à certains esprits sarcastiques que « Ben Laden a voté pour Ben Ali »69, la menace terroriste, réelle ou imaginaire, offrant au président tunisien un statut renforcé sur la scène internationale. Comme le souligne le politologue Yahia Zoubir (2006) :

« Avant les événements du 11 septembre, le principal intérêt américain était tout d’abord économique, l’indicateur le plus clair étant l’Alliance économique entre les États-Unis et l’Afrique du Nord, aussi appelée l’Initiative Eizenstat. […] Depuis les événements du 11 septembre, l’objectif principal des États-Unis au Maghreb est de développer une étroite coopération militaire et sécuritaire, probablement plus importante que le partenariat économique. »

  • 70 Présentation officielle de l’initiative MEPI sur le site Internet de l’ambassade des USA en Tunisie (...)
  • 71 Nadia Hachelaf, « L’administration Obama appelée à penser une politique maghrébine », Les Afriques, (...)

54L’obsession de la guerre contre le terrorisme, si chère au président américain Georges Bush, a hissé la Tunisie au rang de « modèle » de gouvernance sécuritaire ; ceci d’autant plus que le régime Ben Ali avait fait ses preuves répressives au cours des années 1990 dans la lutte contre le radicalisme religieux, éradiquant toute « menace islamiste ». Dès lors, la Tunisie est devenue logiquement l’un des partenaires sécuritaires privilégiés des États-Unis, peu regardants sur les affaires politiques internes. C’est d’ailleurs à Tunis que les États-Unis ont choisi d’implanter en 2002 le Bureau régional de la Middle East Partnership Initiative (MEPI)70, dont les objectifs philanthropiques (éducation, femmes, développement social, soutien aux ONG, etc.) comportent nécessairement des soubassements sécuritaires, à savoir : créer une zone de stabilité en Afrique du Nord et au Moyen-Orient susceptible de conforter les intérêts stratégiques de la politique américaine. Mais cette évolution s’insère également dans une tendance plus globale de la politique étrangère américaine qui consiste désormais à considérer le Maghreb comme une entité autonome, alors que jusqu’à présent, l’Afrique du Nord dominée par l’influence française était traitée comme un simple « appendice » du Middle East71.

  • 72 Sur le lobby pro-Tunisie au sein du Congrès américain, cf. Nicolas Beau et Catherine Graciet (2009, (...)

55Toutefois, cette représentation idyllique des relations tuniso-américaines doit être, largement nuancée, au risque de verser dans la caricature. Car, si les États-Unis ont très largement joué la carte du régime Ben Ali, notamment sous la pression du « lobby tunisien » à Washington, qui intervenait fréquemment pour faire taire toute critique ouverte des dérives autocratiques et des multiples atteintes aux droits de l’Homme72, ils ont aussi adopté des positions critiques. Contrairement à la « France officielle », notamment sous Chirac et Sarkozy, souvent silencieuse sur les « abus » du régime tunisien, les autorités américaines ont adressé régulièrement des avertissements discrets. Le dernier en date : la pression « douce » exercée sur le régime tunisien par la secrétaire d’État, Hillary Clinton, afin qu’il organise des élections plus transparentes et plus conformes au credo démocratique. D’où une question : les Américains sont-ils en train de chercher un successeur à Zine El Abidine Ben Ali ?

Le dilemme américain en Tunisie : Ben Ali facteur de sécurité oui, mais à quel prix ?

  • 73 « Tunis exaspère Washington », TTU Monde Arabe, Lettre hebdomadaire d’informations stratégiques, n° (...)
  • 74 Sur ce contraste entre les diplomaties française et américaine à l’égard du régime de Ben Ali, cf. (...)

56L’idylle sécuritaire entre Tunis et Washington ne doit pas masquer les nombreuses fissures apparues ces dernières années dans la « maison commune tuniso-américaine » qui ont débuté dès l’ère Bush. Ainsi, en 2003, le secrétaire d’État, Colin Powell, critiquera publiquement les nombreuses violations des droits de l’Homme, les atteintes aux libertés fondamentales et l’absence d’ouverture politique. Le président G.W. Bush lui-même s’adressera directement au chef d’État tunisien le priant instamment d’« entreprendre des réformes dans les domaines de la liberté de la presse et du système législatif, judiciaire et électoral » (Zoubir, 2006). En 2009, la nouvelle secrétaire d’État, Condoleezza Rice, ira jusqu’à suggérer au Président Ben Ali de ne pas se représenter pour un cinquième mandat, arguant du fait qu’une telle candidature pourrait être un facteur d’instabilité pour les années à venir73. Ce pragmatisme américain, qui contraste avec le neutralisme bienveillant de la diplomatie française, se traduit également par une « politique des contacts » avec l’opposition indépendante, les dissidents et les principales figures de la société civile tunisienne74. C’est notamment l’ambassadeur américain à Tunis entre 2006 et 2009, Robert F. Godec, qui poussera le plus loin ce « pragmatisme diplomatique » en envoyant systématiquement des émissaires dans les procès politiques et en recevant au grand jour, dans les locaux de son ambassade, les principaux représentants de l’opposition tunisienne, dont certains seront même invités officiellement à Washington par le Département d’État (programme d’accueil des personnalités). Mais aussi, les USA émettent parfois des signes plus « francs » à l’égard des opposants : par exemple, en septembre 2007 un chargé de mission de l’ambassade des États-Unis à Tunis s’est rendu personnellement au chevet du leader du PDP, Néjib Chebbi, qui avait entamé une grève de la faim au sein du local de son parti.

57C’est dans ce contexte en demi-teinte de l’évolution des relations tuniso-américaines que sera rédigé le rapport sur les droits de l’Homme du département d’État, Human Rights Pratices : Tunisia75, couvrant l’année 2008, même s’il ne paraîtra officiellement qu’en février 2009, soit quelques semaines après l’investiture de Barack Obama. La facture du rapport est conforme aux documents produits habituellement par le département d’État américain : l’aspect factuel domine sur le registre analytique, ses auteurs se réfugiant généralement derrière les synthèses établies par les ONG internationales (Amnesty international, FIDH, Human Rights Watch, etc.) ou les associations tunisiennes des droits de l’Homme (LDTH, CNLT, etc.). Toutefois, derrière la froideur des faits et la neutralité du style transparaît un véritable réquisitoire contre la dérive autocratique et policière du régime benalien. Ce rapport officiel produit par l’administration américaine aurait pu très bien être rédigé par une association des droits de l’Homme ou par un parti d’opposition, cherchant à mettre à nu les mécanismes ordinaires de la répression d’État. Tous les procédés coercitifs et les méthodes de verrouillage sécuritaire de l’espace public tunisien sont passés en revue par le State Department : la torture dans les commissariats et les centres pénitentiaires ; les intimidations physiques et matérielles visant les opposants et des dissidents du régime ; les atteintes répétées à la liberté d’opinion, d’expression et de la presse. Bien sûr, la censure d’Internet – dossier auquel l’administration américaine attache beaucoup d’importance à travers le monde – fait l’objet de larges développements : le rapport rappelle ainsi le contrôle systématique des correspondances électroniques, ainsi que la surveillance permanente par une « cellule sécuritaire » des sites web, notamment Facebook qui est devenu aujourd’hui l’un des principaux lieux de refuge et d’expression des citoyens ordinaires et des activistes des droits de l’Homme. Le rapport s’attarde également sur les atteintes à la liberté académique : selon ses auteurs, il régnerait dans les universités tunisiennes une véritable culture de l’autocensure (a culture of self-censorship).

  • 76 AFP, « Washington “préoccupé” : Tunis évoque un “climat de transparence” », 28 octobre 2009.

58S’il est vrai que le document du département d’État US n’apporte rien de véritablement nouveau sur la dérive sécuritaire du régime Ben Ali, le fait qu’il porte le sceau de l’officialité de l’administration américaine lui donne un certain poids qui laisse à penser que les États-Unis travaillent de plus en plus dans la perspective d’une prochaine alternance politique. Pour preuve, se démarquant clairement de l’indulgence bushienne (un pays non démocratique mais sûr) et de la complaisance française (soutien total à Ben Ali), l’administration de Barack Obama a clairement critiqué les conditions du déroulement des scrutins législatif et présidentiel d’octobre 2009, pointant du doigt le manque total de transparence : « le gouvernement tunisien n’a pas autorisé une surveillance internationale de l’élection, à notre connaissance, aucune autorisation n’a été accordée à aucun observateur international crédible », a ainsi déclaré le porte-parole du département d’État, Ian Kelly76. Les autorités américaines auraient probablement souhaité un scénario électoral plus nuancé, où le président Ben Ali aurait été réélu avec 60 % des suffrages dans des conditions relativement « transparentes ». Mais un tel scénario apparaît hautement improbable dans le contexte tunisien où le régime n’a jamais accepté de concéder la moindre parcelle de popularité à une personnalité de l’opposition (cas d’Ahmed Mestiri dans les années 1980), au risque d’enclencher une dynamique d’alternance qu’il ne pourrait plus maîtriser.

Le rêve américain : appliquer la « méthode Pelletreau » à la Tunisie ?

59Face aux risques de déstabilisation du régime marocain à l’aube du xxie siècle, certains conseillers de la Maison Blanche et du département d’État avaient alors suggéré au souverain chérifien d’introduire une certaine dose de pluralisme dans le fonctionnement du système politique mais surtout d’institutionnaliser les courants islamistes dits « modérés », afin de canaliser la montée de la contestation populaire. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui le « Plan Pelletreau » du nom de ce Haut fonctionnaire américain, Robert H. Pelletreau77, spécialiste du Machrek et du Maghreb, qui a effectué la majeure partie de sa carrière diplomatique dans le monde arabe (Bahreïn, Égypte, Liban, Jordanie, Algérie, Tunisie, etc.). Appliquée au contexte sociopolitique local, la « méthode Pelletreau » pourrait esquisser à moyen terme trois types de « solutions » pour la Tunisie des prochaines années.

60En premier lieu, préparer un successeur crédible au président Ben Ali qui, tout en appartenant au « système », jouirait d’une bonne réputation internationale et d’une certaine reconnaissance nationale pour son intégrité et sa capacité à être au-dessus de la guerre des clans qui agite actuellement le sérail présidentiel. D’aucuns avancent le nom de l’actuel ministre des Affaires étrangères, Kamel Morjane, natif de la même localité que le président de la République (Hammam Sousse), époux d’une des nièces de Ben Ali, et qui paraît bénéficier d’une véritable stature internationale (il a été longtemps le « numéro 2 » du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés), de la confiance totale de Washington (américanophile, il est diplômé de l’Université du Wisconsin) et d’une image relativement saine dans la population tunisienne (il ne semble pas mêlé aux affaires de corruption du clan Trabelsi)78. De plus, ancien ministre de la Défense, il est susceptible de garantir une relative « neutralité » de l’armée tunisienne en cas de coup d’État constitutionnel ou de succession précipitée. Enfin, son appartenance aux instances dirigeantes du RCD (il est membre du Comité central), lui permettrait de disposer de soutiens et de relais politiques à l’intérieur du pays79. En l’état actuel, aux yeux de nombreux responsables américains, Kamel Morjane apparaît comme l’homme idéal pour assurer une transition démocratique, sinon un passage en douceur au « pluralisme limité ».

  • 80 Vincent Geisser et Moncef Marzouki, « En Tunisie, le verrouillage policier et le culte de la person (...)

61En second lieu, le « plan Pelletreau » chercherait à favoriser le « retour » – mais a-t-elle déjà existé en Tunisie ? – à une voie pluraliste présentable, comparable au champ politique marocain, où les partis d’opposition, tout en étant reliés au Palais, pourraient exercer leurs activités militantes et électorales dans des conditions relativement « normales ». En l’état actuel, le fonctionnement du champ politique tunisien ressemble davantage à la RDA de Heinrich Honecker qu’aux nouvelles démocraties autoritaires d’Afrique ou d’Europe de l’Est80. Du coup, l’une des priorités de Washington serait de faire émerger des personnalités d’opposition « fiables » qui seraient susceptibles d’aérer démocratiquement un système totalement verrouillé par le ministère de l’Intérieur et le RCD. Ce n’est probablement pas un hasard si l’ambassade américaine de Tunis dépêche systématiquement des représentants dans les procès politiques et que le département d’État lance régulièrement des invitations aux leaders de l’opposition indépendante pour effectuer la « tournée américaine » dans le cadre du programme VIP, avec un débriefing obligé au Congrès et à la cellule Middle East du ministère des Affaires étrangères.

  • 81 Sur la fonction tribunitienne des partis d’opposition, cf. Vincent Geisser (2008, p. 181-212).
  • 82 Cf. le compte rendu plutôt élogieux de la visite de Youssef Qardhaoui sur le site officiel d’inform (...)
  • 83 « La charia et la vie » diffusée chaque semaine sur Al Jazeera et qui est l’une des émissions de té (...)

62Enfin, après les errements de la politique américaine dans la crise algérienne (dilemme du soutien américain au Front islamique de salut), il est fort probable que Washington encourage une résurgence islamiste « modérée », tout en continuant à lutter contre l’islamo-terrorisme incarné par les réseaux d’Al Qaeda Maghreb (Zoubir, 2005). De ce point de vue, le département d’État ne peut être que satisfait de la « renaissance » d’un parti islamiste légal qui, sur le modèle du PJD marocain, (Parti de la justice et du développement) remplirait une fonction tribunitienne81, en cristallisant l’opposition des couches populaires et des classes moyennes, tout en prévenant les actions terroristes contre le régime et les intérêts américains en Tunisie. Car, en effet, si la Maison Blanche est bien décidée à combattre l’« islamisme radical », elle n’est plus opposée au développement d’un « islamisme sociétal », dont les orientations politiques (combinaison du conservatisme religieux et du libéralisme économique) ne seraient pas forcément opposées à la politique étrangère américaine. En l’état actuel, le régime tunisien n’est pas encore prêt, même sous la pression américaine, à légaliser un parti islamiste – aussi « modéré » et « benaliste » soit-il – et encore moins à ré-autoriser le parti historique de Rached Ghanouchi, Ennahdha (Renaissance). Toutefois, l’on peut observer une nouvelle tolérance du régime à l’égard des expressions islamiques encadrées. Le pouvoir cherche ainsi à flatter la « fibre religieuse » de la population. Cette politique de « l’islam administré » (2002, p. 227-246), est symbolisée aujourd’hui par l’autorisation donnée à la radio religieuse Ezzeitouna et par le futur projet de banque islamique en cours d’adoption. Un signe ne trompe pas : la venue à Kairouan à l’occasion des festivités « Capitale islamique 2009 » du cheikh qataro-égyptien, Youssef Al Qardhaoui, dont on connaît pourtant les accointances avec la mouvance des Frères musulmans et la proximité idéologique avec le cheikh tunisien Rached Ghanouchi – toujours interdit en Tunisie –, avec qui il siège au Conseil européen de la fatwa82. Il n’est pas exclu que Washington ait joué un rôle de médiation entre le cheikh médiatique (il officie régulièrement sur Al Jazeera dans l’émission ach-Chariâ wa’l Hayat83) et le Palais de Carthage, dont il était impensable, il y a encore quelques années, qu’il invite un représentant de la mouvance des Frères musulmans en Tunisie.

63Dans cette perspective, l’on peut légitimement se demander, si ce n’est pas d’une « révolution orange » légèrement teintée de vert [couleur de l’islam] que les États-Unis rêvent secrètement pour la Tunisie, afin d’accélérer le passage à l’Après-Ben Ali et ceci dans un contexte d’agitation sociale.

De Gafsa à Gaza : entre récupération et répression des passions populaires

64Bien que la Tunisie soit considérée traditionnellement comme l’un des pays les plus pro-occidentaux du monde arabe (avec l’Égypte et la Jordanie), les mouvements sociaux se sont, eux, toujours caractérisés par un profond attachement à la « cause arabe », se traduisant par une dissonance permanente entre l’occidentalisme proclamé de la scène officielle et l’arabisme sociétal des scènes contestataires (Mahjoubi, 2000, p. 97-107). Dans son travail approfondi sur les mobilisations gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, Michaël Ayari (2009) a bien montré comment les événements à l’échelle régionale produisaient systématiquement des effets d’ondes sur les scènes protestataires tunisiennes, mettant parfois en péril la stabilité du régime. En somme, les drames arabes (conflit israélo-palestinien, Intifada, guerre du Golfe, invasion de l’Irak, etc.) ont souvent servi de déclencheur à des mobilisations internes, sans que l’on sache vraiment ce qui relève d’un phénomène de solidarité avec le monde arabe ou d’un désir des opposants d’instrumentaliser les enjeux internationaux à des fins locales. C’est probablement dans un processus complexe de résonance entre le local (la Tunisie), le régional (le monde arabo-musulman) et l’international (le reste du monde), qu’il convient de rechercher les ferments des mobilisations tunisiennes qui, malgré le verrouillage sécuritaire de l’espace public, atteignent des niveaux tout à fait comparables aux autres pays arabes : même surveillés, contrôlés et réprimés, les mouvements de solidarité internationale parviennent toujours à trouver une « fenêtre d’opportunité » pour s’exprimer sur les scènes publiques tunisiennes. Pour autant, il serait réducteur de présenter ces mobilisations comme un face à face entre les oppositions et le régime, car dans la plupart des cas, ces phénomènes de solidarité identitaire traversent aussi les espaces officiels (parti unique, oppositions clientélistes, syndicats, organisations nationales, ordres professionnels, etc.), à tel point que le régime destourien (sous Bourguiba comme sous Ben Ali) joue parfois d’un arabisme émotionnel pour susciter une forme d’union sacrée contre ses détracteurs (Khiari, 2003, p. 24-30). Ainsi, lors de la première guerre du Golfe, en 1990-1991, le parti présidentiel, le RCD, avait su habilement court-circuiter les initiatives autonomes de l’opposition pour les fondre dans un vaste mouvement de solidarité avec l’Irak de Saddam Hussein, puissamment encadré par les sbires du régime.

  • 84 Sur l’invitation officielle qu’a adressée le président Ben Ali au chef du gouvernement israélien, A (...)

65Dans quelle mesure, le parti quasi-unique a-t-il pu renouveler cette opération de « canalisation » du mouvement populaire lors de la guerre de Gaza en décembre 2009 ? Le RCD est-il parvenu à déminer la charge protestataire des mouvements de solidarité avec le peuple palestinien en « coiffant » les passions populaires ? Comme nous allons le voir, la configuration de la guerre de Gaza n’a strictement rien à voir avec la première guerre du Golfe : le régime benalien apparaît tellement discrédité – contrairement à l’état de grâce des premières années Ben Ali (1987-1990) –, que toute tentative d’encadrement officiel des mobilisations populaires est apparue immédiatement comme une volonté de récupération de la part du pouvoir. À ces phénomènes de contraintes internes s’ajoutent également des contraintes externes : l’arabisme des premiers temps du régime Ben Ali semble avoir laissé la place à une position davantage ambivalente à l’égard de l’État d’Israël84.

Humanitarisme présidentiel et boycott officiel des initiatives arabes

  • 85 Opération lancée officiellement par le Président Ben Ali et intitulée : « Journée de don du sang au (...)
  • 86 AFP, « Gaza : Tunis a envoyé une aide humanitaire, collecte de sang pour les blessés », 3 janvier 2 (...)

66C’est d’abord sur le registre humanitaire, domaine dans lequel le régime benalien excelle depuis de longues années, que le pouvoir a manifesté sa solidarité avec les Gazaouis. Orchestrant une mobilisation nationale de soutien au « peuple martyr » de Gaza, les autorités tunisiennes, via les administrations officielles, les médias pro-régime, les organisations satellites (jeunesse, femmes, unions professionnelles, etc.) et les cellules du RCD, ont lancé de vastes opérations de collectes de vivres, de médicaments, de fonds et surtout des campagnes de don du sang85. Un peu partout sur le territoire de la République, se sont répétées les mêmes scènes exprimant un véritable émoi populaire quant au sort dramatique des habitants de Gaza : « les centres médicaux ont été pris d’assaut dès le matin, des Tunisiens de tous les âges formant des files compactes et attendant pendant des heures pour se faire prélever du sang »86. Ainsi, trois grandes « vagues » d’aides humanitaires de plusieurs dizaines de tonnes ont été acheminées entre le 3 et le 23 janvier 2009 par avions spéciaux affrétés par les autorités tunisiennes à destination de l’aéroport d’Al-Arich, le plus proche de la bande de Gaza. Bien sûr, toutes ces initiatives humanitaires gouvernementales ont été largement médiatisées par l’agence d’information officielle (TAP), afin de conforter l’image d’un pouvoir tunisien résolument engagé aux côtés des Palestiniens victimes de l’agression israélienne, tout ceci emballé dans une rhétorique rappelant le tiers-mondisme d’État des années 1960-1970.

67Il est clair que ce surinvestissement du registre humanitaire par le régime tunisien apparaît aussi comme une manière de pallier le déficit de discours politique sur l’offensive israélienne (condamnation formelle de l’agression en évitant si possible de mentionner le Hamas) et traduit surtout une volonté du pouvoir benalien de « contenir » le mécontentement populaire qui pourrait très rapidement se retourner contre lui.

68Dès lors, la stratégie du régime a été de discréditer toutes les actions autonomes de solidarité. Par la voie des journaux pro-pouvoir, la propagande officielle a dénoncé la récupération idéologique des mobilisations en faveur de Gaza, accusant les « professionnels de la contestation » (sic) de pervertir et de détourner les aspirations du peuple tunisien. En somme, les initiatives indépendantes ont été systématiquement présentées par la presse benaliste comme des opérations politiciennes cherchant à exploiter le malheur des Palestiniens pour se livrer à des opérations de déstabilisation de la Tunisie :

  • 87 Ali Ben Nessib, « Non à la surenchère sur les causes justes et le sang des innocents ! », As Sarih, (...)

« Comme d’habitude, les professionnels de la surenchère ont tenté de détourner l’attention de la cause essentielle des Arabes en profitant de la situation dramatique à Gaza. Qu’attendent-ils de notre peuple ? Ils souhaitent voir régner le désordre et la barbarie et veulent paralyser l’économie. Nous leur posons la question : que récolteront les Palestiniens du tapage stérile, des cris, des pleurs et des slogans retentissants ? La cause palestinienne en a assez des surenchères, des manœuvres et des manipulations87. »

  • 88 Voir à ce propos Salah El Hajja, « L’ennemi dans nos maisons », As Sarih, 6 janvier 2009.

69Au premier rang des accusés, les chaînes arabophones internationales (Al Jazeera, Al Arabiya, etc.), dont l’objectif premier ne serait pas de soutenir le peuple palestinien mais de nuire au gouvernement tunisien. Les médias officiels n’ont pas hésité à dénoncer la campagne de désinformation anti-tunisienne, au risque de verser dans la caricature. Reprenant à leur compte la « théorie du complot », les journaux proches du Palais de Carthage ont accusé les chaînes arabophones de favoriser « l’ennemi sioniste », relayé sur place par les « ennemis intérieurs » (sous-entendu l’opposition indépendante et les activistes des droits de l’Homme), censés œuvrer dans l’ombre contre les intérêts patriotiques88.

  • 89 Selon l’expression de Maya Jribi, la secrétaire générale du Parti démocratique progressiste (PDP) q (...)
  • 90 « La Tunisie interdit une manifestation pour Gaza », marhba.tn, Le portail de la Tunisie, 1er janvi (...)

70Ce ton particulièrement agressif des médias pro-régime s’explique, en partie, par les difficultés du parti quasi-unique, le RCD, à contrôler les mouvements populaires de solidarité avec la Palestine. En effet, contrairement à la première guerre du Golfe (1990-1991) ou, plus récemment, aux mouvements contre l’attaque américaine en Irak (2002), le parti présidentiel a été largement dépassé par les mobilisations spontanées. S’il est vrai que les cellules et les fédérations du RCD ont bien tenté d’encadrer les mouvements de rue, elles ont dû faire face non seulement à la position indécise du régime mais aussi à la défiance de l’opposition indépendante qui a refusé clairement cette fois-ci de cautionner ce qu’elle appelle désormais « les manifestations administratives »89, à savoir les actions encadrées et récupérées par le parti présidentiel. À l’occasion d’un projet de manifestation « unitaire » du 1er janvier 2009 – en réalité impulsé par le RCD et le ministère de l’Intérieur –, la leader du principal parti de l’opposition indépendante, Maya Jribi (PDP), a déclaré : « Nous refusons de prendre part à une manifestation le 1er janvier dans une ville morte, où il n’y aura personne à Tunis »90. Même si le RCD a tout fait pour sauver les apparences d’unanimisme autour du président Ben Ali, il faut admettre que le mouvement de solidarité avec Gaza lui a largement échappé. Les manifestations autonomes et illégales ont été de loin les plus nombreuses et les plus mobilisatrices. Ce n’est sûrement pas la présence visible des dirigeants et des militants du RCD dans les rares manifestations autorisées (Sousse, Mahdia, Bizerte, etc.) qui est venue compenser le déficit de crédibilité du régime en matière de politique nationale et surtout de politique internationale, d’autant plus que la position officielle de la Tunisie sur la scène régionale arabe est apparue plus que brouillée.

  • 91 « Le gouvernement tunisien explique sa non participation au sommet arabe de Doha », Méditerr@née, L (...)
  • 92 Borhane Bessaïes, « Guerre des sommets arabes !! », As Sabah, 16 janvier 2009 ; sur le même sujet, (...)

71En effet, l’un des faits marquants des répercussions de la guerre de Gaza aura sans doute été la « posture individualiste » adoptée par la diplomatie tunisienne. Cette dernière a décidé de faire cavalier seul en boycottant délibérément la plupart des initiatives arabes communes et notamment le sommet extraordinaire arabe de Doha prévu le 19 janvier 2009. Officiellement, le gouvernement tunisien a invoqué le manque de préparation et le risque de surenchères, susceptibles de nuire aux intérêts du peuple palestinien91. La presse pro-régime a bien tenté de justifier le choix présidentiel en faisant porter la responsabilité exclusive de l’échec sur les autres pays arabes – notamment le Qatar –, accusés d’hypocrisie et de double discours92.

72Comment interpréter, avec du recul, ce boycott tunisien ? Continuité avec la diplomatie du « juste milieu » inaugurée par Bourguiba ? Anticipation des éventuelles mesures de rétorsions occidentales ? Volonté de faire bonne figure à l’égard de l’allié américain et indirectement – même si cela n’est jamais dit officiellement – des Israéliens ? D’aucuns parmi les plus « optimistes » y verront probablement une expression réactualisée de cette fameuse tunisianité qui a fait les beaux jours de la diplomatie tunisienne sous Bourguiba (Brondino, 2004, p. 463-473). D’autres, davantage critiques, l’interprèteront, au contraire, comme une preuve supplémentaire du suivisme du régime Ben Ali par rapport à la politique pro-israélienne de Washington. Les hypothèses sont multiples et contradictoires. En tout cas, quelles que soient les « véritables » raisons du retrait tunisien de la scène diplomatique arabe, celui-ci a été perçu par l’opinion publique nationale comme une forme de « trahison », sinon de « tiédeur » vis-à-vis de la cause palestinienne, susceptibles d’encourager le mécontentement populaire contre l’attentisme des régimes arabes sur la cause palestinienne.

« La rue ne ment pas » : rage populaire contre Israël et défiance à l’égard du régime

  • 93 Florence Beaugé, « Forte mobilisation dans tout le Maghreb pour soutenir les Palestiniens et condam (...)
  • 94 « Importantes marches à Kasserine, Fériana et Sidi Bouzid », Al Maouqif, organe du PDP, 9 janvier 2 (...)

73À l’instar des autres pays du Maghreb93, la Tunisie a connu un puissant mouvement populaire de soutien aux « martyrs » de Gaza et de dénonciation de l’opération « plomb durci » conduite par l’État d’Israël. Entre le 27 décembre 2008 (début de l’offensive israélienne) et la mi-janvier 2009, ce sont plusieurs centaines de milliers de Tunisiens qui sont descendus dans la rue et ceci malgré une volonté des autorités de limiter au strict minimum les mobilisations autonomes. Mais, contrairement aux précédentes mobilisations circonscrites à la capitale (Tunis) ou aux grandes agglomérations régionales (Bizerte, Sousse, Sfax, etc.), le mouvement de solidarité populaire a touché la quasi-totalité des localités de l’intérieur, y compris les villes moyennes, pourtant moins habituées aux grandes manifestations publiques : Fériana, Mahdia, Kasserine, Sidi Bouzid, Majel Belabbas, Gabès, El Hamma, Béja, etc.94. Les villes du bassin minier de Gafsa (Métlaoui, Moularès et Redeyef), à peine rétablies des événements dramatiques de l’année précédente (répression sanglante de la révolte populaire), ont elles aussi organisé plusieurs marches de solidarité avec la population de Gaza, bravant les interdictions du ministère de l’Intérieur.

  • 95 « Des organisations tunisiennes de la société civile condamnent la poursuite de l’agression sionist (...)
  • 96 « Les représentants de la coordination des associations indépendantes protestent contre la position (...)
  • 97 « Tunisia Watch », le blog du juge Mokhtar Yahyaoui, 19 janvier 2009 : http://www.tunisiawatch.com/
  • 98 Cf. le compte rendu des activités des unions régionales de l’UGTT durant le « mouvement de Gaza » d (...)

74Au-delà de ces mouvements « spontanés » de la population, les partis de l’opposition indépendante (PDP, FDTL, Ettajdid, etc.), les associations des droits de l’Homme (Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme – LTDH, Conseil national des libertés en Tunisie – CNLT, Association tunisienne des femmes démocrates – ATFD, etc.), les ordres professionnels (avocats, magistrats, médecins, etc.)95 et les syndicats de salariés, ont également constitué de puissants vecteurs de mobilisation. Ces derniers ont d’ailleurs créé une Coordination des associations indépendantes96 et lancé un Appel commun (appel du 19 janvier)97, afin d’encadrer démocratiquement la solidarité avec le peuple de Gaza et surtout d’échapper aux tentatives de récupération du parti présidentiel, le RCD. Retenant les leçons des mobilisations passées sur la guerre du Golfe, la Palestine et l’Irak, les acteurs indépendants du régime ont compris la nécessité de se structurer de manière autonome afin d’éviter que le thème de la « solidarité arabe » ne devienne un faire-valoir gouvernemental et un argument présidentiel pour briser toute forme d’opposition et de résistance. À ce titre, il convient de souligner le rôle majeur joué par les unions régionales du syndicat des travailleurs, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) qui, encore une fois, ont été à l’initiative de très nombreuses mobilisations locales, remplissant un rôle de passeurs avec les autres acteurs protestataires mais aussi, parfois, avec les autorités. Davantage ancrées sur le terrain et présentes humainement dans la « Tunisie de l’intérieur », les unions locales du syndicat ont contribué à structurer efficacement un mouvement populaire qui laisse présager du rôle sociopolitique qu’elles pourraient remplir dans un proche avenir sur des questions davantage « nationales »98.

75Mais plus fondamentalement, ces mouvements populaires de solidarité avec Gaza ont révélé une double fracture.

  • 99 AP, « Tunisie : manifestations contre l’offensive israélienne à Gaza », 18 janvier 2009.

76D’une part, avec les régimes arabes qui ont été la principale cible des manifestants. Nombre de slogans entendus au cours des manifestations s’en prenaient directement aux « autocrates arabes », perçus comme les « complices objectifs » de l’agression israélienne. À ce niveau, l’arabisme sociétal, qui s’est exprimé dans les mobilisations, n’a pas profité au pouvoir en place. Au contraire, il a renforcé les attitudes de défiance à l’égard de l’incurie politique et diplomatique des dirigeants arabes, sur le thème de la trahison. Les slogans relevés dans les manifestations parlent d’eux-mêmes : « Ligue des traîtres arabes », « Moubarak courtier, tu as vendu Gaza pour des dollars », « Honte à vous dirigeants arabes, vous avez vendu Gaza pour des dollars », ou encore « Les régimes arabes valets de l’impérialisme »99, etc.

  • 100 À titre d’illustration des comparaisons douteuses entre la guerre de Gaza et le génocide commis à l (...)

77D’autre part, les mouvements de solidarité avec la « cause palestinienne » ont emprunté le registre d’un anti-occidentalisme radical, versant parfois dans les représentations caricaturales du « complot occidental » contre le monde musulman. C’est la théorie du choc des civilisations version « arabe » et « sens commun » qui s’est imposée dans la plupart des esprits et ceci malgré une forte mobilisation des opinions occidentales contre la politique israélienne à Gaza et dans les territoires occupés. Toutefois, c’est moins dans la rue que sur Internet que ce radicalisme aux accents culturalistes (essentialisation de l’Occident) a trouvé un défouloir : nombre d’internautes tunisiens, à travers des textes circulant sur Facebook ou sur des sites tels que Tunisnews, ont ainsi comparé la « guerre de Gaza » à un « nouvel holocauste » ou à un « génocide »100, images sans doute excessives, mais qui n’en traduisent pas moins le véritable fossé culturel qui est en train de se creuser entre les deux rives de la Méditerranée.

78De ce point de vue, il faut reconnaître que la « cause palestinienne » est encore capable d’engendrer en Tunisie des mobilisations interrégionales (touchant tous les gouvernorats), intergénérationnelles (du lycéen au retraité) et interclassistes (du chômeur au cadre supérieur, du fellah au citadin) dans un pays qui connaît pourtant de forts clivages sociaux et territoriaux et tout ceci sur fond d’intimidations policières. Dès lors, il est probable que le régime redoute par-dessus tout les « effets de chaîne » de l’évolution du contexte international qu’il ne maîtrise absolument pas mais qui, de plus, provoque en Tunisie des passions parfois supérieures aux enjeux nationaux. En somme, si le régime autoritaire n’est pas tombé pour Gafsa (révoltes de 1980, 1984 et 2008-2009), il pourrait un jour ne pas résister à « l’appel de Gaza », la cause palestinienne servant aujourd’hui d’élément de cristallisation de toutes les rancœurs populaires. Le pire pour le régime est donc la conjonction des retombées locales d’une crise internationale et la montée du mécontentement social qui gagne les nouvelles générations.

Entre l’envie d’émigrer et la harga : une année meurtrière

  • 101 Harga, l’étymologie du mot dans l’arabe dialectal veut dire « brûlure ». Ce terme est utilisé pour (...)

79Pour des milliers de Tunisiens désœuvrés et frustrés, émigrer en Occident est motivé à la fois par des raisons sociales et économiques, mais aussi par le désir de vouloir s’épanouir en toute liberté. Ces candidats à l’émigration sont généralement des jeunes partagés entre un chômage endémique, qui les frappe de plein fouet (et de plus en plus des diplômés de l’enseignement supérieur), un contexte marqué par la restriction des libertés politiques et syndicales et l’attractivité suscitée par le mode de vie occidental. Dans le même temps, le contingentement de l’émigration légale en Europe et les difficultés d’obtenir un visa d’entrée conduisent plusieurs d’entre eux à recourir à une autre forme d’émigration, sujette souvent à des drames mortels, appelée : la Harga101 ou le fait d’émigrer clandestinement.

Le désir d’Occident

  • 102 Selon les sources, on estime entre deux à trois mille personnes qui se sont noyées en 2006, et selo (...)
  • 103 AFP, 19 janvier 2009.

80Une étude de 2005 (Fourati, 2008) révèle que le désir des jeunes tunisiens à l’émigration ne cesse de croître pour atteindre les 75,9 % des individus interrogés, alors qu’en 1996, ce taux n’était que de 22 %. Et parmi cette population aspirant à émigrer, principalement vers l’Occident, les chômeurs arrivent en tête avec presque 85 %, suivi des « personnes en activité » (77,2 %), mais aussi des élèves du secondaire (76,2 %), des étudiants (75,1 %) et, fait plus surprenant, de plus en plus de « filles au foyer » (60 %). L’âge moyen de ces candidats potentiels à l’émigration se situe entre 15 et 24 ans, leur niveau d’instruction oscille entre le primaire et le secondaire, mais on constate une très nette progression de ceux du niveau supérieur. En 1996, ils représentaient 24,3 %, et en 2005 ce pourcentage triplait pour atteindre les 73 %. La provenance géographique de cette population se répartit presque équitablement entre les zones urbaines et les zones rurales de Tunisie. Par ailleurs, le nombre de filles candidates possibles à l’émigration a été multiplié par cinq en l’espace de presque dix ans (13,6 % en 1996 contre 66,0 % en 2005). Dans le même temps, cette étude montre qu’entre mai 2006 et mai 2007, le nombre de migrants tunisiens à l’étranger a chuté de 54,1 %, soit 12 500 jeunes célibataires, sur un total de 23 100 migrants, selon les données des enquêtes annuelles « semi panel » effectuées par l’organisme officiel tunisien, l’Institut national des statistiques (INS). Toutefois, il convient de souligner que ces chiffres portent uniquement sur l’émigration légale régie par des conventions intergouvernementales, alors qu’il existe aussi l’autre forme d’émigration, difficilement recensable, totalement occultée par les statistiques officielles. En effet, en nous basant sur les informations fournies par des médias et diverses sources, on constate que le nombre des harraga n’a cessé d’augmenter en 2009, entraînant au passage de nombreuses victimes par noyade et des incidents dans les centres de rétention aménagés en vue de les rapatrier au pays d’origine. En 2006, ils étaient 3 720 à vouloir tenter d’émigrer clandestinement, essentiellement vers l’Italie par la voie maritime, alors qu’en 1997, leur nombre avoisinait les 2 475 (Mabrouk, 2010, p. 111). Mais beaucoup d’entre eux disparaissent en mer avant même d’atteindre les côtes italiennes102. En janvier 2009, plus d’une vingtaine de personnes ont péri en mer et neuf autres ont été secourues in extremis après le naufrage de leur barque, prés des côtes de la banlieue nord de Tunis103. En avril 2009, 15 jeunes immigrants tunisiens (âgés entre 20 et 32 ans et originaires de la ville de Metlaoui près de Gafsa) ont trouvé la mort après le retournement de leur bateau au large des côtes libyennes. Mais une liste exhaustive des disparus en mer est difficile à établir, car de nombreux cas surviennent sans que les médias et les ONG ne soient mis en courant.

Une collaboration sécuritaire entre la Tunisie et l’Europe mal perçue par la population

  • 104 Abdelaziz Barrouhi, « Les damnés de la mer », Jeune Afrique, 17 février 2009.
  • 105 AFP, 19 février 2009.

81Les risques que prennent ces jeunes sont énormes104. En plus des périls qu’ils affrontent pour traverser la Méditerranée, le plus souvent sur des embarcations de fortune, à leur arrivée sur les côtes européennes, ils tombent aussitôt sous la menace d’un rapatriement et ce, en vertu des accords signés entre les gouvernements européens et ceux des pays d’émigration comme la Tunisie. Cette nouvelle situation inaugurée en janvier 2009 engendre des heurts, parfois violents, entre les clandestins et la police du pays « d’accueil ». Ainsi, le 19 févier, à La Valette (Malte), quelques 70 immigrés clandestins tunisiens qui étaient parqués depuis leur arrivée le 1er février dans l’attente de leur rapatriement en Tunisie, ont mis le feu au centre de rétention. Ils entendaient protester contre la durée de leur séjour qu’ils jugeaient trop long dans ce centre, et accusaient le gouvernement tunisien d’être responsable de cette situation, car celui-ci avait tardé à leur faire parvenir les documents nécessaires en vue de leur rapatriement105.

  • 106 AFP, 27 janvier 2009.
  • 107 AFP, 28 janvier 2009.
  • 108 http://www.unher.fr/communiques HCR, 23 janvier 2009.

82Par sa proximité géographique des côtes tunisiennes, c’est l’île italienne de Lampedusa qui est devenue le principal point d’entrée en Europe des migrants clandestins tunisiens. Pour la seule année 2008, 31 200 immigrés avaient débarqué clandestinement d’Afrique, ce qui représente une augmentation de 75 % par rapport à 2007, d’après le ministre italien de l’Intérieur106. Selon certaines estimations, parmi eux, le nombre des Tunisiens avoisinerait les 1 200. Or, à partir du 14 janvier 2009, le ministre italien de l’Intérieur a pris la décision de ne plus transférer les « clandestins » présents sur le continent, mais de les expulser directement depuis l’île, où des centres de rétention d’un « nouveau genre » appelés Centre d’identification et d’expulsion (CIE), ont été créés à cette fin. Et pour donner un cadre juridique à cette mesure, les deux ministres italien et tunisien de l’Intérieur ont conclu à Tunis, le 28 janvier 2009, un accord au terme duquel tous les clandestins tunisiens qui se trouvent dans un centre de rétention à Lampedusa et qui seraient au nombre de 500 (ils sont à peu près 700 disséminés sur l’île), seront rapatriés d’ici deux mois au maximum107. Jusqu’à cette date, les clandestins ne passaient que quelques jours sur l’île avant d’être transférés dans des centres de rétention sur le territoire italien, et pour l’année 2008, 50 % de ceux qui avaient fait la demande d’y demeurer, se sont vu accorder le statut de réfugiés ou une protection pour des raisons humanitaires108.

  • 109 http://www.unher.fr/communiques HCR, ibid.
  • 110 AFP, 23 janvier 2009 et RFI, 24 février 2009.

83Dans un premier temps, les médias tunisiens avaient ignoré totalement l’information relative à la signature de l’accord italo-tunisien. Le quotidien Assabah, propriété du gendre du président Ben Ali, Sakher Materi, n’en a fait état que dans son édition du 18 février, alors que les officiels italiens avaient, le jour même, confirmé la conclusion d’un accord d’expulsion des immigrés clandestins tunisiens vers leur pays d’origine. Mais l’ouverture du centre de Lampedusa a aussitôt suscité une forte opposition aussi bien des habitants de cette île – à vocation touristique – que des clandestins eux-mêmes. En effet, plus de 1 300 d’entre eux résident dans ce centre, dont la capacité d’accueil était initialement prévue pour 850 personnes. Et de ce fait, des centaines dorment en plein air, sous des bâches en plastique, dans l’insalubrité et la promiscuité, ce qui complique encore l’action des organisations humanitaires : « la surpopulation du centre de réception temporaire sur la petite île engendre une situation humanitaire préoccupante qui complique aussi le travail du HCR »109. Dans ces conditions difficiles, la réaction des clandestins a été immédiate. Un début d’émeute a éclaté le 18 février au centre, où un millier d’immigrés, majoritairement tunisiens, ont manifesté pour protester contre leurs conditions de détention et contre l’accélération des procédures d’expulsion. Quelques semaines auparavant, un millier de clandestins, parmi lesquels de nombreux Tunisiens, s’étaient échappés du centre et avaient organisé une marche vers la mairie pour protester contre leurs conditions de détention. Des affrontements entre des émigrés tunisiens et la police ont fait une soixantaine de blessés et un incendie s’est déclenché dans le centre. Selon le maire de Lampedusa, Dino de Rubeis, la police a dû recourir au gaz lacrymogène pour mettre fin à l’émeute. Ces échauffourées entre clandestins et forces de l’ordre ont exacerbé des sentiments de xénophobie et de racisme parmi la population de l’île110.

  • 111 Le président de la commission des droits humains au Sénat italien avait qualifié les conditions de (...)
  • 112 « Émigration clandestine : chronique d’un échec collectif », Le Temps, 21 Janvier 2009 ; cf. aussi (...)

84Devant l’ampleur des évènements et l’indignation qu’ils ont suscitée en Italie même111, des organisations tunisiennes de la société civile (indépendantes et proches du pouvoir) ont réagi, mais de manière différente. Pour les unes, il s’est agi de dénoncer l’accord de rapatriement conclu entre les deux gouvernements et de rappeler que parmi les migrants figurent des jeunes originaires du bassin minier de Gafsa (« la région martyre » déjà victime de la répression du régime), alors que pour les autres, l’objectif a été de manifester publiquement leur indignation à l’égard du traitement réservé aux migrants tunisiens. Dans cet élan, les médias tunisiens, toutes obédiences politiques confondues, se sont emparés de l’évènement en organisant des débats télévisés et en diffusant des reportages qui décrivent les conditions de vie difficiles des Tunisiens qui avaient débarqué clandestinement sur l’île112.

  • 113 AFP, 15 mai 2009.
  • 114 FTCR, communiqué du 27 novembre 2009 : http://www.ftcr.eu/.

85L’émotion suscitée par les « événements de Lampedusa » en Tunisie risquait d’éclabousser les relations entre les deux pays, qui sont toujours qualifiées par les officiels, « d’excellentes ». Mais deux décisions sont intervenues, contribuant à faire baisser la tension provoquée par ces incidents. D’une part, le ministre italien des Affaires étrangères a annoncé l’octroi à la Tunisie d’une aide de 50 millions d’euros et un doublement du quota de ses migrants légaux en échange de la collaboration sécuritaire de la Tunisie pour la réadmission des immigrés clandestins113. D’autre part, l’affaire des sept pêcheurs tunisiens arrêtés à Agrigente en août 2007, et qui avait été largement médiatisée en Tunisie, a finalement connu un épilogue relativement heureux. Le Tribunal d’Agrigente (Sicile) a prononcé le mercredi 18 novembre 2009 la relaxe des hommes d’équipage des navires tunisiens « Mortadha » et « Mohammed-el-Hedi » et le rejet de l’accusation « d’aide à l’immigration clandestine ». Les sept pêcheurs tunisiens étaient poursuivis pour avoir secourus 44 migrants dont l’embarcation chavirait, en pleine mer, dans le Canal de Sicile, et de les avoir débarqués au port le plus proche, sur l’île de Lampedusa. Le tribunal a reconnu que le secours en mer d’une embarcation en détresse avec des personnes à bord relevait de l’acte humanitaire. Il a donc décidé de rendre les deux navires à leurs propriétaires et de les indemniser, ainsi que les pêcheurs, pour les dégâts causés par la saisie qui a duré deux ans. En revanche, le tribunal a prononcé une peine de deux ans et demi de prison à l’encontre des capitaines des navires, pour « non obtempération aux ordres des garde-côtes italiens ; résistance à officiers de la sécurité publique et menaces de violences à l’encontre d’un bâtiment militaire ». Cette condamnation a toutefois provoqué quelques réactions émanant des ONG comme la FTCR et ses partenaires, la LTDH, le REMDH, le réseau « Migreurop », l’ASGI et Rete antirazzista Siciliana entre autres114.

  • 115 Dans cette perspective, Mehdi Mabrouk (2010, p. 130-145) analyse très finement « un large éventail (...)

86Force est de constater à partir des informations distillées au fil du temps par des publications locales et des échanges que nous pouvons avoir avec certains jeunes chômeurs diplômés que l’émigration « clandestine » vers l’Italie n’est pas sur le point de disparaître. Ni la signature de l’accord entre les gouvernements italien et tunisien, ni l’intensification des contrôles sécuritaires des deux côtés de la Méditerranée, ne semble les dissuader. Tout au contraire, les sombres perspectives économiques et politiques qui se profilent en Tunisie et l’attirance de plus en plus affirmée des nouvelles générations pour le « rêve occidental », sont autant d’incitation à prospecter d’autres moyens, d’autres manières, d’autres procédés, pour atteindre les côtes européennes les plus proches115.

Conclusion : l’incertitude pour seul horizon d’attente ?

87Quadriller le pays, surveiller les citoyens, traquer les opposants, prévoir tous risques de débordement,… tels sont, entre autres, les missions dévolues aux deux piliers du régime : le RCD et la police. Et quand des évènements surviennent à l’instar de ceux du bassin minier, de l’affaire Taoufik Ben Brik, des manifestations en solidarité avec la Palestine, ou encore des incidents à l’issue d’un match de football, ils sont souvent imprévisibles et peuvent aisément dégénérer en émeutes populaires (Geisser, Karam, Vairel, 2006). Le président Ben Ali est probablement conscient des dangers. En fin spécialiste du renseignement, et à partir des enseignements des crises passées, il scrute les moindres mouvements et agit aussitôt, et parfois de la manière la plus brutale, pour étouffer toute velléité de contestation. Une situation d’autant plus susceptible de dégénérer que les relais et les médiations traditionnels qui s’activaient en temps de crise, à l’époque de Bourguiba, comme la centrale syndicale UGTT ou la LTDH, ont été neutralisés. Même l’opposition légale, clientéliste ou indépendante, reste confinée dans un espace très étriqué : elle ne dispose plus que d’un faible ancrage national et a finalement peu prise sur les évènements.

  • 116 Les négociations en vue de permettre à la Tunisie d’accéder au « statut avancé » de l’Union europée (...)

88Toutefois, la politique répressive du régime a ses limites. D’une part, elle demeure tributaire du choix ou du refus de « l’accommodement négocié » (Hibou, 2006) qui introduit une distinction fondamentale entre ceux qui s’y soumettent et les autres. D’autre part, elle varie au gré de la conjoncture internationale et des pressions que certains gouvernements occidentaux sont susceptibles d’exercer sur les autorités tunisiennes. Aujourd’hui, par exemple, l’Union européenne pose des conditionnalités en matière des droits de l’Homme pour que la Tunisie accède au « statut avancé »116.

89Tout semble laisser croire, qu’après les élections 2009, le pouvoir est plus que jamais fort et inébranlable. Mais le risque qui le guette en prélude aux échéances 2014 est grand et toutes les conjectures restent ouvertes : le régime va-t-il amender une fois de plus la disposition constitutionnelle qui fixe l’âge limite de la candidature à la présidentielle à 75 ans, afin de permettre à Ben Ali de se représenter pour un sixième mandat ? S’achemine-t-il vers la création d’un poste de vice-président « à l’américaine », intronisant ainsi un dauphin ? Qui serait alors l’« heureux bénéficiaire » ? Une personnalité consensuelle appréciée des Occidentaux ? Un membre lié à la famille de son épouse Leila Trabelsi ? Un professionnel de la sécurité qui garantirait un changement dans la stabilité ? Autant de questions qui font planer des incertitudes sur le devenir du pays et qui peuvent se muer en luttes feutrées entre les « clans rivaux » gravitant autour du Palais. À moins qu’un « imprévu » ne se produise et ne change complètement la donne.

Haut de page

Bibliographie

Abdelhaq Mohamed, Heumann Jean-Bernard, 2000, « Opposition et élections en Tunisie », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 168, avril-juin, p. 29-40.

Aldrin Philippe, 2005, Sociologie politique des rumeurs, Paris, PUF, coll. « Sociologies d’aujourd’hui ».

Beau Nicolas, Tuquoi Jean-Pierre, 1999, Notre ami Ben Ali, Paris, La Découverte.

Beau Nicolas, Graciet Catherine, 2009, La Régente de Carthage. Main basse sur la Tunisie, Paris, La Découverte.

Beau Nicolas, Graciet Catherine, 2009, « Les États-Unis haussent le ton », in Beau Nicolas, Graciet Catherine, La Régente de Carthage. Main basse sur la Tunisie, Paris, La Découverte, p. 161-165.

Béchir Ayari Michaël, 2009, S’engager en régime autoritaire : gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, Thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Michel Camau, Institut d’Études Politiques, Aix-en-Provence.

Bras Jean-Philippe, 2002, « L’islam administré : illustrations tunisiennes », in Mohamed Kerrou (dir.), Public et privé en islam, Paris, Maisonneuve & Larose, coll. « Connaissance du Maghreb », p. 227-246.

Brondino Michèle, 2004, « Bourguiba Policy Maker. Entre mondialisation et tunisianité : une approche systémique et interculturelle », in Michel Camau, Vincent Geisser (dir.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, p. 463-473.

Camau Michel et Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

Camau Michel et Geisser Vincent, 2003, « Les milieux d’affaires et le Palais », in Camau Michel et Geisser Vincent, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, p. 212-214.

Chouikha Larbi, 2009, « Un cyberspace autonome dans un espace autoritaire : l’expérience de Tunisnews », in Khadija Mohsen-Finan (dir.), Les médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles/Aix-en-Provence, Actes Sud/MMSH.

Chouikha Larbi, Gobe Éric, 2009, « La Tunisie entre la révolte du bassin minier de Gafsa et l’échéance électorale de 2009 », L’Année du Maghreb 2009, Paris, CNRS Éditions, p. 387-420.

Dobry Michel, 1993, « Logiques de la fluidité politique », in François Chazel (dir.), Action collective et mouvements sociaux, Paris, Presses Universitaires de France.

Fourati Habib, 2008, Consultation de la jeunesse et désir d’émigration chez les jeunes en Tunisie 1996-2005, CARIM 2008/47, Centre Robert Schuman for Advanced Studies, San Domenico di Fiesole (FI), Institut universitaire européen.

Geisser Vincent, 2000, « Tunisie : des élections pour quoi faire ? Enjeux et “sens” du fait électoral de Bourguiba à Ben Ali », Monde arabe-Maghreb-Machrek, n° 168, avril-juin, p. 14-28.

Geisser Vincent, Karam Karam, Vairel Frédéric, 2006, « Espaces du politique. Mobilisations et protestations », in Élizabeth Picard (dir.), La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, p. 193-214.

Geisser Vincent, Gobe Éric, 2007, « Le régime Ben Ali face aux mobilisations protestataires », L’Année du Maghreb 2005-2006, CNRS Éditions, p. 353-414.

Geisser Vincent, 2008, « L’autoritarisme des “dominés” : un mode paradoxal de l’autoritarisme politique ? », in Geisser Vincent, Dabène Olivier, Massardier Gilles (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle. Convergences Nord-Sud, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », p. 181-212.

Geisser Vincent et Gobe Éric, 2008, « Un si long règne… Le régime de Ben Ali vingt après », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions, p. 347-381.

Hibou Béatrice, 1999, « Le coût d’un miracle », Critique internationale, n° 4, été, p. 48-56.

, 2006, La force de l’obéissance. L’économie de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte.

Khiari Sadri, 2003, « Les Tunisiens et la deuxième guerre du Golfe », Critique internationale 2, n° 19, p. 24-30.

, 2004, « De Wassila à Leïla, Premières dames et pouvoir en Tunisie », Politique africaine, vol. 95, p. 55-70.

Lamloum Olfa, Ravenel Bernard, 1999-2000, « Tunisie : la fiction pluraliste », Confluences Méditerranée, n° 32, hiver.

Mahjoubi Ali, 2000, « Habib Bourguiba et le choix occidental », in Abdeljelil Temimi (dir.), Habib Bourguiba et l’établissement de l’État national : approches scientifiques du bourguibisme, Zaghouan, FTERSI, p. 97-107.

Marzouki Moncef, 2009, Dictateurs en sursis. Une voie démocratique pour le monde arabe, livre d’entretien avec Vincent Geisser, Paris, Les Éditions de L’Atelier.

Mabrouk Mehdi, 2003, « El-Harikoun. Pour une approche sociologique du milieu social des immigrés clandestins et de leur imaginaire », Revue tunisienne des sciences sociales, n° 125.

—, 2010, Voiles et sel. Culture, foyers et organisations de la migration clandestine en Tunisie, Tunis, Éditions Sahar.

Moore Henry Clement, 2004, « De Bourguiba à Ben Ali : modernisation et dictature éducative », in Michel Camau et Vincent Geisser (dir.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, p. 193-208.

Temimi Abdeljelil, 2000, « La question palestinienne et les relations de Bourguiba avec le Congrès Juif mondial », in Abdeljelil Temimi (dir.), Habib Bourguiba et l’établissement de l’État national : approches scientifiques du bourguibisme, p. 109-128.

Zoubir Yahia, 2005, « Politique des États-Unis au Maghreb : changement et continuité », Afkar/Ideas, n° 5, hiver. http://www.lesdebats.com/archives05/rubriques06-12-04-5/debat.htm.

—, 2006, « La politique étrangère américaine au Maghreb : constances et adaptations », MERIA, journal d’étude des relations internationales au Moyen-Orient, vol. 1, n° 1, juillet : http://meria.idc.ac.il/journal_fr/2006/jv1no1a8.html.

Haut de page

Notes

1 Ghislain de Montalembert, « La Tunisie, dragon de la Méditerranée », Le Figaro, 29 mai 2009.

2 Cette section empreinte pour partie à Éric Gobe et Larbi Chouikha, « Tunisie : des élections pour quoi faire ? Signification et portée des scrutins présidentiel et législatif de 2009 », Le Kiosque-Ceri, consulté en mai 2010 : http://www.ceri-sciences-po.org/ ; sur les enjeux électoraux dans la Tunisie indépendante, voir Vincent Geisser (2000, p. 14-28).

3 Aux élections d’octobre 1999, le régime avait consenti à une réforme de la Constitution pour permettre une pluralité de candidatures aux présidentielles par le truchement du parrainage : l’article 40, alinéa 3 de la Constitution prévoit : « le candidat est présenté par un nombre de membres de la Chambre des députés et de présidents de municipalités conformément aux modalités et conditions fixées par la loi électorale ». L’article 66 du Code électoral dispose : « aucune demande de candidature ne peut être retenue si elle n’est présentée à titre individuel ou collectif, par au moins trente citoyens parmi les membres de la chambre des députés ou les présidents des conseils municipaux ».

4 Décision du Conseil constitutionnel : « Attendu que quand bien même Monsieur Mustapha Ben Jaâfar a la qualité de SG du parti FDTL, et ce, depuis sa constitution en 2002, et a exercé cette responsabilité soit en sa qualité de membre fondateur soit après son élection […] en 2009, il n’en demeure pas moins vrai qu’au vu de la loi constitutionnelle n°52-2008, la période de l’exercice de la responsabilité qui est prise en compte […] est celle qui doit suivre son élection […] et qui doit correspondre à deux années consécutives… », La Presse de Tunisie, 30 septembre 2009, p. 8.

5 Cette proposition présentée par le Parti social libéral (PSL), le Mouvement des démocrates socialistes (MDS) et le Parti des verts pour le progrès (PVG) n’a guère suscité l’enthousiasme des dirigeants du RCD qui n’ont pas l’intention de partager la moindre parcelle de pouvoir avec les partis de l’opposition clientéliste. Cf. Larbi Chouikha et Éric Gobe (2010, p. 387-420).

6 Cette alliance d’opposition comprend le mouvement Ettajdid (ex-parti communiste) dirigé par Ahmed Brahim, des groupuscules de la gauche radicale, ainsi que des personnalités indépendantes, laïques pour la plupart.

7 L’expression en arabe « nidd bi-nidd » a une connotation plus forte que sa traduction française d’égal à égal dans la mesure où elle exprime une idée de défi.

8 97 % de la couverture dans la presse écrite a été allouée au président Ben Ali contre 1,28 % à Mohamed Bouchiha, 1,27 % à Ahmed Inoubli et seulement 0,23 % à Ahmed Brahim. Cf. LTDH, ATFD, CNLT, OLPEC, SNJT, Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisie, Tunis, 23 octobre 2009, consulté mai 2010 : http://www.ifex.org/tunisia/2009/10/28/rapport_media_monitoring_2009_fr.pdf, site consulté le 1er février 2010.

9 Scrutin proportionnel selon la méthode de la répartition à la plus forte moyenne pour les 25 % des sièges en faveur des partis d’opposition. Le siège est remporté par le candidat inscrit en tête de la liste concernée.

10 Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisie, op. cit.

11 Sur le contenu des allocutions des candidats, il exigeait, par exemple, que des passages relatifs à « l’amnistie générale » ou « le bassin minier de Gafsa » ou encore « le syndicat des journalistes » soient élagués. Cf. Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisie, op. cit., p. 7.

12 « Nous ordonnons de réviser le mode d’organisation, d’enregistrement et de diffusion à la Radio et à la Télévision tunisiennes, des interventions des candidats aux élections présidentielle et législatives, en confiant au président du Conseil supérieur de la communication ou à son représentant mandaté, le soin d’évaluer les enregistrements et de s’assurer de l’absence de toute transgression des textes de lois en vigueur. En cas d’opposition du candidat à la suppression de passages contraires à l’esprit de la loi, le président du Conseil supérieur de la Communication a la latitude de prendre la décision immédiate, provisoire et motivée de s’opposer à la diffusion de l’enregistrement ». Discours du président Ben Ali du 7 novembre 2008, à l’occasion du 21e anniversaire de son accession au pouvoir.

13 Créé par un transfuge du PSL, Mongi Khamassi, ce parti n’est pas reconnu par les partis Verts Européens, et ces derniers ne cachent pas leur préférence pour une formation non reconnue « Tunisie verte » que dirige Abdelkader Zitouni.

14 En 2008, cette subvention est composée d’une partie fixe de 270 000 de dinars tunisiens et d’une partie variable de 5 000 dinars tunisiens par député. Loi n° 97-48 du 21 juillet 1997 relative au financement public des partis politiques, amendée en 2008-1.

15 Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisie, op. cit.

16 Fondateur, en 2007, et financier de radio Ezzeitouna, dont la programmation est entièrement dédiée à des émissions religieuses, il a également, à la veille des élections, annoncé la constitution de la première banque islamique en Tunisie. Cf. Vincent Geisser et Éric Gobe (2009, p. 347-381).

17 Vincent Geisser, « Les blagues populaires comme symptôme social du discrédit du régime de Ben Ali », http://www.rezoweb.com/forum/politique/nokta/2.shtml, octobre 2001.

18 Mensuel d’opposition au régime Ben Ali, L’Audace a paru régulièrement entre 1994 et 2001 avant de faire faillite. Outre des interviews avec les principales personnalités de l’opposition tunisienne, L’Audace, interdit en Tunisie, diffusait régulièrement des brèves sur les turpitudes de la famille présidentielle et, en particulier, sur celle de Leila Trabelsi, la seconde épouse du chef de l’État. Nombre de rumeurs propagées par L’Audace se sont avérées fausses.

19 José Garçon, « La maladie de Ben Ali obsède la Tunisie. Un probable cancer rallume la guerre des clans », Libération, 13 juin 2003.

20 Pour une analyse approfondie de ce site, cf. Larbi Chouikha (2009).

21 Les rédacteurs du site afin de crédibiliser l’information sur la maladie dégénérative du président se sont sentis obligés de publier en note de bas de page la mention suivante : « l’équipe de Tunisnews a reçu des précisions suffisantes quant à l’identité des auteurs », http://www.tunisnews.com, 14 octobre 2005.

22 http://www.tunisnews.net, 14 octobre 2005.

23 Algérie Focus, 29 novembre 2009 : http://www.algerie-focus.com/2009/11/29/tunisie-ben-ali-transporte-durgence-a-letranger/, consulté mai 2010.

24 AFP, « Tunisie : coup d’envoi de célébrations à Kairouan, sans Ben Ali souffrant », 8 mars 2009 ; Associated Press, « Tunisie : le président Ben Ali souffrant », 8 mars 2009.

25 La première partie du règne de Ben Ali étant davantage marquée par ce que la presse officielle avait l’habitude de qualifier « les visites inopinées du président », cf. Michel Camau et Vincent Geisser (2003).

26 Cette distinction subtile entre visibilité et officialité est établie par Sadri Khiari (2004).

27 AFP, « France : la justice refuse d’interdire un livre sur l’épouse de Ben Ali », 1er octobre 2009.

28 Co-rédigé avec le journaliste du Monde, Jean-Pierre Tuquoi, éditions La Découverte, 1999.

29 Cf. le blog de Slim Bagga hébergé par Bakchich.Info : http://www.bakchich.info/-Chakchouka-tunisienne,00126-.html.

30 Le journaliste charismatique Taoufik Ben Brik a rédigé une critique extrêmement sévère sur ce livre qu’il accuse purement et simplement de pillage : « Pire que le plagiat le pillage. Ce livret n’est pas le vôtre. Il appartient à Sadri Khiari et Slim Bagga qui ont fourni toute la matière première le fer l’argile et le fioul », Nouvelobs.com, 17 octobre 2009 : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/opinions/20091020.OBS5170/la_regente_de_carthage.html.

31 Aujourd’hui, Mohamed Bouebdelli se proclame ouvertement « opposant » du régime. Il a d’ailleurs créé un site où son ouvrage est téléchargeable, « Pour la construction d’une nouvelle Tunisie juste et démocratique » : http://www.bouebdelli.org/.

32 Mohamed Bouebdelli, Livre blanc sur la mise à mort de l’Université libre de Tunis, 2010 : http://www.bouebdelli.org/mon_livre2.php.

33 Nous reprenons entre guillemets les formules types de la propagande du régime Ben Ali.

34 Olfa Lamloum, Louiza Toscane, « Les femmes, alibi du pouvoir tunisien », Le Monde Diplomatique, juin 1998.

35 Présentation de « Basma » sur le site officiel de l’association : « Qui sommes-nous ? » : http://www.basma.org.tn/publish/content/article.asp?ID=181, consulté en mai 2010.

36 Ses neveux Imed et Moez Trabelsi ont été directement impliqués, en 2006, dans l’affaire du vol d’un yacht appartenant à Bruno Roger, PDG de la banque Lazare et ami personnel de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy. Ils ont été mis en examen en 2009 dans le cadre d’une commission rogatoire diligentée par la justice française et, en principe, relayée par la justice tunisienne en vertu des accords de coopération judiciaire. En réalité, à ce jour, les lampistes de l’affaire ont été jugés et condamnés par la justice française, alors que les membres de la famille Trabelsi, pourtant reconnus comme les commanditaires d’un réseau de vols de bateaux de luxe, sont toujours en liberté. Cf. Michel Deléan, « L’affaire des yachts volés refait surface », Le Journal du Dimanche, 8 août 2009.

37 Abdelaziz Barrouhi, « Leila Ben Ali dans l’arène politique », Jeune Afrique, 21 octobre 2009.

38 Observation de la couverture des élections législatives et présidentielles d’octobre 2009 en Tunisie, op. cit.

39 À l’occasion d’une précédente enquête, au début du mois d’octobre, Florence Beaugé avait notamment réalisé un entretien avec le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Béchir Tekkari, et raconté le quotidien d’un couple opposant, le leader du POCT, Hamma Hammami, et sa femme, l’avocate, Radhia Nasraoui : « À Tunis, le quotidien d’un couple d’opposants », Le Monde, 9 octobre 2009.

40 Allocution radio télévisée du président Ben Ali à l’occasion des élections présidentielles et législatives, http://www.infotunisie.com/ du 24 octobre 2009.

41 Ancien membre du Bureau politique du mouvement Attajdid et tête de liste de son parti dans la circonscription de Ben Arous aux élections du 20 mars 1994. Il avait osé critiquer le déroulement des élections dans une déclaration faite au correspondant de l’agence Reuters. Condamné à huit mois de prison avec sursis et à une amende de 1 000 dinars tunisiens, il ne peut plus désormais prétendre à la députation.

42 Ce sont principalement les hebdomadaires El Hadath (« L’évènement ») et Koul en Nas (« Tous les gens »), dirigés par le même propriétaire, Abdellaziz Jeridi, proche du Palais de Carthage.

43 Arrêté le 20 octobre 2009, Zouhaïer Makhlouf avait été condamné le 1er décembre à trois mois de prison pour son reportage sur les conditions environnementales dans la zone industrielle de Nabeul. Libérable le 18 janvier 2010, il a été maintenu en détention. Le 10 février 2010, la cour d’appel de Tunis avait confirmé la condamnation de Zouhaïer Makhlouf pour « nuisance à travers le réseau de télécommunications », aggravant sa peine d’un mois. La cour avait également ajouté le versement d’une amende d’un montant de 6 000 dinars (environ 3 165 euros) pour dommages et intérêts. Source : RSF/IFEX, 16 février 2010.

44 Jeune syndicaliste étudiant, Mohamed Soudani, a été condamné à 4 mois de prison pour « ivresse et outrage aux bonnes mœurs ». Une accusation montée de toutes pièces, selon son avocat. Ce militant de l’UGET, un syndicat étudiant, avait disparu le 22 octobre après avoir eu un entretien avec les journalistes de RFI et de Monte Carlo Doualiya dans le hall d’un hôtel de Tunis, pendant les élections d’octobre. Source, site de RFI du 13 novembre 2009, consulté en mai 2010 : http://www.rfi.fr/contenu/20091113-etudiant-tunisien-condamne-apres-avoir-eu-entretien-journalistes.

45 Déjà, en avril 2000, il s’était fait remarquer par la grève de la faim de 42 jours qu’il avait menée pour protester contre les violations des droits de l’Homme et pour revendiquer son droit à un passeport, cette grève fut largement relayée par les médias français. Il obtint finalement son passeport et a même pu se rendre en France pour se soigner.

46 Sibylle Laurent, « Ben Ali veut ce pays et ma tête », nouvelobs.com, 27 octobre 2009, consulté en mai 2010 : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20091027.OBS5941/ben-ali-veut-ce-pays-et-ma-tete-par-taoufik-ben-brik.html.

47 nouvelobs.com, 17 septembre 2009, consulté en mai 2010 : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20090917.OBS1511/les-confessions-de-ben-avi-par-taoufik-ben-brik.html.

48 Kalima, 22 septembre 2009, consulté en mai 2010 : http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid-Presidentielle-2009-BEN-ALI-aurait-pu-nous-epargner-cette-farce--101.html.

49 nouvelobs.com, 28 septembre 2009, consulté en mai 2010 : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20090928.OBS2767/ben-avi-1er.html.

50 nouvelobs.com, 21 octobre 2009, consulté en mai 2010 : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20091021.OBS5297/une-interview-presque-vraie-de-ben-ali.html.

51 nouvelobs.com, 19 octobre 2009, consulté en mai 2010 : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20091019.OBS5062/ben-brik-president-ben-ali-sortant.html.

52 AFP, 30 octobre 2009.

53 Source : http://www.europe1.fr.

54 AFP, 6 novembre 2009.

55 AFP, 10 novembre 2009.

56 AFP, 11 novembre 2009.

57 AFP, 5 novembre 2009.

58 AFP, communiqué de Bertrand Delanoë, 9 novembre 2009.

59 Il sera révoqué de son poste de maire de Tunis, le 11 janvier 2010, et la rumeur publique attribue les raisons de son limogeage, à la diffusion le 7 janvier 2010 de l’émission télévisée de Tunisie 7, El Hak m’âk au cours de laquelle, le comportement de certains responsables de la mairie de Tunis, en premier lieu le président du Conseil municipal (le maire), était mis en cause. Mais selon des observateurs avertis, les faits qui sont reprochés au maire de Tunis par la chaîne nationale, à quatre mois des prochaines élections municipales (mai 2010) feignent de dissimuler les véritables raisons de son éviction. En effet, Abbès Mohsen est connu pour être un proche ami de Bertrand Delanoë.

60 « Droits de l’Homme : comment le maire de Paris a fâché Tunis », AFP, 5 novembre 2009.

61 AFP, 9 novembre 2009.

62 TAP, 12 novembre 2009.

63 TAP, 12 novembre 2009.

64 TAP, 12 novembre 2009.

65 TAP, 12 novembre 2009.

66 AP, 13 novembre 2009.

67 AFP, « Forte hausse de la popularité d’Obama au Proche-Orient par rapport à Bush », 1er juin 2009.

68 Lotfi Hajji, « The Tunisian Elite and U.S. “Democratic Reform Policy” », June 2009 : http://www.carnegieendowment.org/publications/index.cfm?fa.

69 Sihem Bensedrine, « Ben Laden a voté pour Ben Ali », La Nouvelle Lettre de la FIDH, 59, septembre 2002.

70 Présentation officielle de l’initiative MEPI sur le site Internet de l’ambassade des USA en Tunisie : http://french.tunisia.usembassy.gov/root/a-propos/services-de-lambassade/bureau-rgional-du-mepi.html. Cf. aussi la présentation plus complète en anglais sur le site du State Department : http://mepi.state.gov/.

71 Nadia Hachelaf, « L’administration Obama appelée à penser une politique maghrébine », Les Afriques, 28 avril 2009.

72 Sur le lobby pro-Tunisie au sein du Congrès américain, cf. Nicolas Beau et Catherine Graciet (2009, p. 162).

73 « Tunis exaspère Washington », TTU Monde Arabe, Lettre hebdomadaire d’informations stratégiques, n° 606 du 4 juin 2009.

74 Sur ce contraste entre les diplomaties française et américaine à l’égard du régime de Ben Ali, cf. aussi Nicolas Beau et Catherine Graciet (2009, p. 161-165).

75 US Department of State, Human Rights Pratices : Tunisia 2008, February 25, 2009 : http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2008/nea/119128.htm.

76 AFP, « Washington “préoccupé” : Tunis évoque un “climat de transparence” », 28 octobre 2009.

77 Fiche biographique de Robert H. Pelletreau : http://dosfan.lib.uic.edu/ERC/biographies/pelletreau.html.

78 « Mr Kamel Morjane : l’homme providentiel », Blog « Espace Tunisie », 30 octobre 2006 : http://espace.tunisie.over-blog.com/article-4355721.html.

79 Biographie de Kamel Morjane : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kamel_Morjane.

80 Vincent Geisser et Moncef Marzouki, « En Tunisie, le verrouillage policier et le culte de la personnalité rappelle la RDA de Honecker », entretien avec Eros Sana, Bastamag, 5 novembre 2009 : http://www.bastamag.net/article731.html.

81 Sur la fonction tribunitienne des partis d’opposition, cf. Vincent Geisser (2008, p. 181-212).

82 Cf. le compte rendu plutôt élogieux de la visite de Youssef Qardhaoui sur le site officiel d’information tunisien : « Dr Yusuf Al-Qaradawi salue la portée du discours du Président Ben Ali à l’occasion du démarrage de la manifestation « Kairouan, capitale de la culture islamique », Info Tunisie, mars 2009 : http://www.infotunisie.com/?p=9587.

83 « La charia et la vie » diffusée chaque semaine sur Al Jazeera et qui est l’une des émissions de télévision les plus regardées dans le monde arabe.

84 Sur l’invitation officielle qu’a adressée le président Ben Ali au chef du gouvernement israélien, Ariel Sharon, en 2005, à l’occasion du Sommet mondial de l’information (SMSI), cf. Vincent Geisser et Eric Gobe (2007).

85 Opération lancée officiellement par le Président Ben Ali et intitulée : « Journée de don du sang aux victimes de l’agression israélienne ».

86 AFP, « Gaza : Tunis a envoyé une aide humanitaire, collecte de sang pour les blessés », 3 janvier 2009.

87 Ali Ben Nessib, « Non à la surenchère sur les causes justes et le sang des innocents ! », As Sarih, 4 janvier 2009.

88 Voir à ce propos Salah El Hajja, « L’ennemi dans nos maisons », As Sarih, 6 janvier 2009.

89 Selon l’expression de Maya Jribi, la secrétaire générale du Parti démocratique progressiste (PDP) qui a refusé de marcher aux côtés des membres du parti présidentiel (RCD) à la manifestation de Tunis du 1er janvier 2009 : Mohamed Ettaieb, « Gaza : les manifestations très autorisées de Carthage », Blog Chakchouka tunisienne hébergé sur Bakchich Info, 1er janvier 2009 :
http://www.bakchich.info/Gaza-Les-manifestations-tres,06346.html

90 « La Tunisie interdit une manifestation pour Gaza », marhba.tn, Le portail de la Tunisie, 1er janvier 2009 : http://www.marhba.com/forums/actualites-3/tunisie-interdit-une-manifestation-pour-gaza-37292-p3.html.

91 « Le gouvernement tunisien explique sa non participation au sommet arabe de Doha », Méditerr@née, Le premier journal de La Méditerranée, 15 janvier 2009 : http://www.mediaterranee.com/Tunisie/Politique/Le-gouvernement-Tunisien-explique-sa-non-participation-au-sommet-arabe-de-Doha.html.

92 Borhane Bessaïes, « Guerre des sommets arabes !! », As Sabah, 16 janvier 2009 ; sur le même sujet, cf. aussi Kamel Ben Younes, « La Tunisie et le sommet arabe », As Sabah, 16 janvier 2009.

93 Florence Beaugé, « Forte mobilisation dans tout le Maghreb pour soutenir les Palestiniens et condamner Israël », Le Monde, 11 janvier 2009.

94 « Importantes marches à Kasserine, Fériana et Sidi Bouzid », Al Maouqif, organe du PDP, 9 janvier 2009.

95 « Des organisations tunisiennes de la société civile condamnent la poursuite de l’agression sioniste contre le peuple palestinien à Gaza », Ach Chourouk, 8 janvier 2009.

96 « Les représentants de la coordination des associations indépendantes protestent contre la position de l’UE complice d’Israël », Al Mouatinoun, organe du FDTL, 28 janvier 2009.

97 « Tunisia Watch », le blog du juge Mokhtar Yahyaoui, 19 janvier 2009 : http://www.tunisiawatch.com/

98 Cf. le compte rendu des activités des unions régionales de l’UGTT durant le « mouvement de Gaza » dans le journal At Tariq Al Jadid, organe du parti Ettajdid décembre 2008 et janvier 2009.

99 AP, « Tunisie : manifestations contre l’offensive israélienne à Gaza », 18 janvier 2009.

100 À titre d’illustration des comparaisons douteuses entre la guerre de Gaza et le génocide commis à l’égard des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, cf. les contributions d’un certain Moncef Zid sur le site web Tunisnews, notamment « Israël terroriste : un nouvel holocauste », Tunisnews, 14 janvier 2009 : http://www.tunisnews.net/14Janvier09f.htm.

101 Harga, l’étymologie du mot dans l’arabe dialectal veut dire « brûlure ». Ce terme est utilisé pour qualifier l’émigration clandestine et tend à signifier « brûler » les frontières, c’est-à-dire, les traverser clandestinement. L’origine du mot proviendrait des usages forgés par des émigrés clandestins africains et marocains. Dès leur arrivée sur le sol européen et pour qu’ils ne soient pas expulsés vers leur pays d’origine, ils brûlaient leurs pièces d’identité. Nous empruntons cette explication à Mehdi Mabrouk (2003 et 2010).

102 Selon les sources, on estime entre deux à trois mille personnes qui se sont noyées en 2006, et selon l’ONG « Fortress Europe », pendant les huit premiers mois de l’année 2007, plus de cinq cents migrants sont portés disparus en mer, et rien que dans le détroit de Sicile, cité par Jeune Afrique, du 24 septembre 2007.

103 AFP, 19 janvier 2009.

104 Abdelaziz Barrouhi, « Les damnés de la mer », Jeune Afrique, 17 février 2009.

105 AFP, 19 février 2009.

106 AFP, 27 janvier 2009.

107 AFP, 28 janvier 2009.

108 http://www.unher.fr/communiques HCR, 23 janvier 2009.

109 http://www.unher.fr/communiques HCR, ibid.

110 AFP, 23 janvier 2009 et RFI, 24 février 2009.

111 Le président de la commission des droits humains au Sénat italien avait qualifié les conditions de rétention des immigrés clandestins dans ce centre, d’« indignes même pour des animaux », cité dans le communiqué de la LTDH, Tunis, le 19 février 2009.

112 « Émigration clandestine : chronique d’un échec collectif », Le Temps, 21 Janvier 2009 ; cf. aussi Attariqaljadid, février 2009, etc.

113 AFP, 15 mai 2009.

114 FTCR, communiqué du 27 novembre 2009 : http://www.ftcr.eu/.

115 Dans cette perspective, Mehdi Mabrouk (2010, p. 130-145) analyse très finement « un large éventail de méthodes souvent ajustées aux spécificités des foyers migratoires auquel recourent les migrants clandestins potentiel ».

116 Les négociations en vue de permettre à la Tunisie d’accéder au « statut avancé » de l’Union européenne butent sur le volet des droits de l’Homme et précisément, sur la levée de tous les obstacles qui empêchent la LTDH de se déployer librement. Cf. « La Tunisie, tout près du statut avancé avec l’UE », Les Afriques, 31 mars 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha et Vincent Geisser, « La fin d’un tabou : enjeux autour de la succession du président et dégradation du climat social », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 375-413.

Référence électronique

Larbi Chouikha et Vincent Geisser, « La fin d’un tabou : enjeux autour de la succession du président et dégradation du climat social », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/922 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.922

Haut de page

Auteurs

Larbi Chouikha

Professeur en communication de l’Université de la Manouba

Articles du même auteur

Vincent Geisser

Chargé de recherche (CR1) à l’Institut de recherches et d’études sur le monde et musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page