Navigation – Plan du site
Tunisie
Gros plans

Évoquer la mémoire politique dans un contexte autoritaire : « l’extrême gauche » tunisienne entre mémoire du passé et identité présente

Political memory in an authoritarian context: the Tunisian “extreme left” between memory of the past and present identity
Larbi Chouikha
p. 427-440

Résumés

Aujourd’hui, l’évocation de la mémoire politique des militants d’« extrême gauche » incarcérés et torturés sous Bourguiba demeure problématique. En effet, le pouvoir politique autoritaire s’obstine à s’accaparer toutes les expériences politiques du passé en contrôlant leurs effets, en canalisant les initiatives tendant à les ranimer et en imposant sa vision de la réconciliation avec ce passé. Dans le même temps, pour ces anciens détenus, les traces de cette mémoire peuvent se révéler fragmentaires pour peu que le projet qui sous-tendait leur engagement militant ne soit plus assumé collectivement et que le groupe auquel ils s’identifiaient s’est entretemps disloqué. Nonobstant les conditions difficiles qui structurent actuellement l’espace public, il arrive que la discussion sur ces années resurgisse subitement à partir d’évènements ponctuels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première ébauche de ce texte a été présentée le 30 octobre 2007 à l’Université Mohamed V (Maroc (...)
  • 2 Ibid., « Décréter “l’oubli”, ce n’est jamais décréter l’occultation, organiser le silence, interdir (...)

1La mémoire est la faculté humaine de retenir des éléments du passé ; à ce titre, tout rapport au passé repose sur la mémoire » (Todorov, 1995, p. 101-112). Mais pour que cette mémoire perdure, à une échelle collective, au sein des groupes intermédiaires comme à un niveau plus large, il faut l’entretenir en revivifiant à chaque fois ses traces et leurs effets et cela, en lui assignant des rituels qui se transmettent entre les générations et qui sont faits d’évènements, de commémorations et de mobilisations. Dans les pays qui ont amorcé une transition démocratique après une période de répression (Slyomovics, 2008, p. 125-148 ; El Maslouhi, 2007, p. 163-192), le travail de la mémoire entrepris en vue d’une « réconciliation nationale » visait en fait trois objectifs complémentaires : tout d’abord, circonscrire les faits et les responsabilités et surtout, permettre aux victimes de la répression de demander justice et réparation ; ensuite, tirer les enseignements de cette période du passé en rappelant, à chaque fois, les souvenirs douloureux en vue de les inscrire dans « une mémoire collective »1 ; et enfin, dans cette recherche mémorielle, le but ultime pour la collectivité est de mettre à nu toutes ces méthodes répressives afin de les dénoncer collectivement et surtout, de s’en prémunir dans le futur. Mais quand cette mémoire devient un « enjeu politique » pour des régimes autoritaires qui veulent éviter à tout prix que « les conflits passés ­hypothèquent le présent et l’avenir » (Lavabre, 2001, p. 10), elle tend à être reléguée dans « l’oubli »2.

  • 3 De 1956 à 1987.
  • 4 Pour une analyse des engagements contestataires en Tunisie contemporaine, cf. Ayari (2009).
  • 5 Ce qui aura des conséquences sur la reconstruction des souvenirs, car, les souvenirs « me sont rapp (...)

2Enquêter aujourd’hui sur les détenus politiques tunisiens de la période Bourguibienne3, montre que dans le contexte autoritaire tunisien, la reconstruction des évènements en vue de perpétuer les souvenirs et de tirer tous les enseignements de ce passé, est problématique4. Le régime politique autoritaire du président Ben Ali s’obstine à maîtriser toutes les expériences politiques du passé en contrôlant leurs effets, en canalisant les initiatives qui tendent à les ranimer et en imposant sa vision de la réconciliation avec ce passé. Mais dans le même temps, pour les anciens détenus, les traces de cette mémoire peuvent se révéler fragmentaires pour peu que le projet qui sous-tendait leur engagement militant ne soit plus assumé collectivement dans son ensemble et que le groupe lui-même s’est entre-temps disloqué5.

  • 6 Nous l’employons pour dénommer les organisations et les individus qui se situaient à gauche du Part (...)

3Aujourd’hui, non seulement l’évocation du passé de ces militants persécutés, torturés et incarcérés sous Bourguiba, mais aussi, la manière par laquelle l’État tunisien décide de « tourner » cette page de l’histoire du pays, révèlent les obstacles qui se dressent à l’encontre du travail de mémoire lié aux évènements de cette époque. En effet, depuis la « déposition » de Bourguiba en novembre 1987, aucun mouvement de mobilisation collective n’a pu être initié dans le pays – ni par les anciens détenus politiques eux-mêmes, ni par les composantes de la société civile – en vue de faire le procès de la répression ou de faire aboutir la revendication d’une loi d’amnistie générale. Dans cette perspective, nous nous sommes employés à interroger aujourd’hui certains anciens détenus politiques – ceux ayant appartenus à la mouvance de l’extrême gauche6. Le recours à une approche mémorielle pour comprendre la manière dont ces détenus politiques abordent aujourd’hui les questions de leur élargissement et de leur réhabilitation, paraît fécond : il fait apparaître la prééminence des stratégies individuelles déployées par des individus qui vivent dans un contexte autoritaire marqué par la volonté du pouvoir politique d’imposer « sa » mémoire officielle.

Les détenus politiques sous Bourguiba

  • 7 Il était fréquent que des militants nationalistes arabes, des marxistes, des communistes, des syndi (...)

4Dans l’esprit de Bourguiba, le centralisme étatique avait priorité sur la démocratie : toute opposition à sa personne et sa politique, qui ne formaient qu’un à ses yeux, risquait d’entraîner le démembrement de la société dans son ensemble (Camau, 1984, p. 8-38). Déjà, il déclarait en 1957 : « Ces libertés sont à proscrire, si elles doivent porter préjudice à la collectivité et provoquer l’effilochement de l’État » (Belhassen, 2004, p. 392). Par conséquent, à l’indépendance du pays, Bourguiba a bâti un système de pouvoir – personnel et autoritaire – fondé sur le couple État-parti unique forgé par ses soins. Le régime autoritaire réprimera, parfois de manière impitoyable, ses opposants. Plusieurs personnes, toutes tendances politiques confondues, ont été condamnées pour les mêmes mobiles devant les mêmes juridictions7. L’État « bourguibien » ne reconnaissait aucun statut de prisonnier politique, et les chefs d’accusation les plus récurrents se rapportaient à la constitution et l’appartenance à une association non reconnue, au complot contre la sûreté de l’État, à l’atteinte à l’ordre public, ainsi qu’à la diffamation et la diffusion de fausses nouvelles de nature à perturber l’ordre public. Sous Bourguiba, entre 1 000 et 2 000 personnes ont été condamnées et incarcérées pour des raisons politiques. Le nombre exact des détenus demeure encore inconnu car aucun recensement rigoureux n’a été effectué ni par les anciens détenus eux-mêmes, ni par des organisations non gouvernementales indépendantes telles que la Ligue Tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH).

  • 8 « Tout tunisien qui avant le 31 juillet 1954 aura sciemment apporté une aide directe ou indirecte a (...)
  • 9 Les partisans de l’ancien rival à Bourguiba, Salah Ben Youssef, assassiné à Francfort (Allemagne) e (...)
  • 10 Juridiction d’exception créée le 28 janvier 1956 afin de juger les activistes « youssefistes » impl (...)

5Par conséquent, en l’absence de tout travail de recensement et au regard de cette population composite que constituaient les prisonniers politiques, toute tentative visant à définir ce qu’il convient d’entendre par « détenu politique » sous Bourguiba demeure sujette à controverse. La définition que nous proposons est large. Elle concerne tout individu, persécuté, condamné et incarcéré pour avoir diffusé des informations, exprimé des opinions, ou ayant entrepris des actions à caractère politique et syndical consistant à critiquer publiquement Bourguiba et sa politique. À partir de cette définition large, nous nous sommes efforcés de recenser les cas les plus connus en recourant au quotidien français Le Monde de 1956 à 1980. On peut classer les détenus en fonction de leur appartenance politique. Elle recouvre l’ensemble des courants oppositionnels tunisiens. On y trouve :
- les membres de la famille beylicale, incarcérés et dépossédés de leurs biens, souvent sans procès, au lendemain de l’abolition de la monarchie, le 25 juillet 1957 ;
- d’anciens hauts dignitaires de l’État du temps du protectorat français condamnés en vertu d’une loi d’août 1957, pour « indignité nationale »8 ;
- des militants youssefistes9 condamnés par la Haute cour de justice10 entre 1957 et 1963 à la peine capitale ou à de lourdes peines de prison pour « attentats » et « complot contre la sureté de l’État » ;
- les membres de la direction du Parti Communiste Tunisien. Ils ont été placés en détention provisoire pendant plusieurs mois après la mesure d’interdiction prise à l’encontre de leur parti (1963) accusés d’inciter « à la rébellion et à la diffusion d’informations erronées destinées à nuire à la sécurité publique ». Certains ont été condamnés en 1968 pour, entre autres, des infractions au Code de la presse ;
- une centaine d’étudiants, militants du groupe Perspectives tunisiennes de tendance maoïste, trotskyste, mais aussi, des marxistes de toutes obédiences, condamnés en 1966, pour : « rassemblement illicite sur la voie publique » et « diffusion de fausses nouvelles ». En mars 1968, 130 personnes de ce groupe ont été condamnées à des peines oscillant entre six mois et cinq ans de prison.

6En juillet 1968, une « Cour de sûreté de l’État » chargée de juger « les crimes et délits contre la sûreté intérieure et extérieure de l’État » est instituée (loi n° 17-68 du 2 juillet 1968). À partir de cette même année, les procès se succèdent :
- En septembre 1968, la Cour de sûreté de l’État prononce de lourdes peines de prison (entre 6 mois et 14 ans de prison) contre les étudiants du groupe Perspectives tunisiennes et des responsables communistes.
- Février 1969, 27 militants nationalistes arabes du Baath pro-syrien et pro-irakien sont condamnés jusqu’à 11 ans de prison, pour « atteinte à la sureté extérieure de l’État », « constitution d’association non reconnue »…
- En 1972 et en 1974, approximativement, deux cent militants du parti marxiste Al Amel Ettounssi (L’ouvrier tunisien) sont condamnés à des peines allant jusqu’à dix ans de prison.
- En 1977, des opposants du Mouvement de l’unité populaire (MUP) dirigé par Ahmed Ben Salah, ancien ministre de Bourguiba, sont condamnés par la Cour de sûreté de l’État à des peines d’emprisonnement.
- Des syndicalistes sont condamnés et incarcérés à la suite des émeutes qui ont suivi la grève générale du 26 janvier 1978 organisée par la Centrale syndicale, l’UGTT.
- En 1980, des peines de mort sont prononcées et exécutées contre les membres d’un commando qui avaient tenté de déclencher une insurrection populaire dans la ville de Gafsa, dans le sud-ouest du pays, non loin de la frontière algérienne.
- En 1984, plusieurs peines de mort, commuées plus tard en travaux forcés à perpétuité, sont prononcées contre certaines personnes impliquées dans les « émeutes du pain » (surtout des jeunes).
- En 1985, des responsables islamistes tunisiens du Mouvement de la tendance islamique (MTI) et d’autres groupuscules islamistes sont condamnés à de lourdes peines de prison pour « atteinte à la sécurité intérieure ».

  • 11 Plusieurs témoignages édifiants, écrits par d’anciens détenus de Perspectives et Al Amel Ettounssi (...)

7Aujourd’hui, des articles de presse, des ouvrages écrits par des anciens détenus, relatent leur calvaire carcéral et les sévices qu’ils ont subis11. Toutefois, ces mauvais traitements infligés aux détenus politiques n’étaient pas de même nature pour tous : de l’avis des anciens détenus, les prisonniers youssefistes ont été les plus persécutés.

  • 12 Sur l’histoire du mouvement Perspectives nous renvoyons à l’ouvrage en arabe de l’historien Abdelja (...)
  • 13 La plupart des actes et des échanges ont été publiés dans l’ouvrage de la Fondation Témimi (2008).

8Dans la Tunisie post-Bourguiba, observer la façon dont l’ensemble des victimes du « bourguibisme » ressentent le besoin d’initier un travail de mémoire serait utile et instructif aussi bien pour le présent que pour le devenir du pays. Un tel travail permettrait de tirer tous les enseignements du passé en vue d’entrevoir les bases d’une réconciliation nationale ou, dans le cas contraire, de nous interroger sur les raisons qui empêchent cette volonté de réconciliation d’éclore. Une telle entreprise est difficile à mener au regard de la complexité liée à cette démarche et, surtout, des moyens dont nous disposons. Par conséquent, notre champ d’observation portera essentiellement sur les prisonniers politiques ayant appartenu aux courants de l’extrême gauche (Perspectives et Al Amel Ettounssi)12. Et pour mener notre travail, nous nous sommes entretenus, directement ou via le courrier électronique, avec une quinzaine d’entre eux. Les témoignages écrits par eux, les articles publiés par la presse française pendant ces années de répression ont été très utiles. Il convient également de mentionner une source incontournable : les rencontres sur le groupe Perspectives qui ont été organisées par la Fondation Témimi13 en mars 2003 à Zaghouan (Tunisie).

Élargissement et réhabilitation des détenus politiques sous Bourguiba

  • 14 Plusieurs de nos enquêtés ne cachaient pas que leurs parents connaissaient des personnages influent (...)

9Les premiers détenus politiques d’extrême gauche étaient encore étudiants au moment de leur arrestation et la plupart poursuivaient leurs études en France. Plusieurs d’entre eux sont issus des classes sociales moyennes et supérieures et certains vivaient dans un environnement familial qui entretenait parfois une proximité avec les sphères du pouvoir politique14.

  • 15 La réplique de l’historiographe de Bourguiba et chef de l’appareil de son parti, Mohamed Sayah, est (...)
  • 16 Ainsi, en 1970, à la fin de la politique « des collectivisations des terres » et l’amorce d’une ouv (...)
  • 17 Ce fut le cas notamment en 1972, avec Gilbert Naccache, Noureddine Ben Khadher, etc.

10Arrestations et condamnations des opposants étaient ordonnées par Bourguiba15, qui disposait aussi de toute une panoplie d’instruments (juridiques et administratifs) pour décider le cas échéant d’élargir certains d’entre eux et autoriser leur réhabilitation. Il pouvait, en premier lieu, user de son droit de grâce présidentiel. La grâce est individuelle et intervient quand le condamné en fait expressément la demande au président et que celui-ci l’accepte. Mais certains détenus ont été graciés sans l’avoir sollicitée, car le président ­Bourguiba considérait que la conjoncture politique était favorable à la mise en œuvre d’une telle mesure16. Dans les textes, la grâce présidentielle a les mêmes effets que l’amnistie générale. Mais cette dernière pouvait prendre de facto la forme d’une « grâce présidentielle conditionnelle » puisque Bourguiba n’hésitait pas à revenir sur les grâces qu’il avait lui-même accordées17.

11En deuxième lieu, le pouvoir bourguibien pouvait user de la liberté conditionnelle, c’est-à-dire prendre une mesure administrative en faveur des détenus ayant « déjà purgé plus de la moitié de leur peine, ou plus des deux tiers s’ils sont récidivistes et qui ont une bonne conduite au cours de leur détention, preuve qu’ils se sont amendés » (Charfi, 1981, p. 30-31). À la différence des bénéficiaires de la grâce présidentielle, les détenus en liberté conditionnelle restent sous surveillance policière pendant tout le temps correspondant à la partie de la peine non purgée. Par ailleurs, leur libération conditionnelle ni ne les rétablit dans leurs droits civiques et politiques ni ne leur permet d’accéder à la fonction publique. En pratique, plusieurs détenus politiques ayant bénéficié de la liberté conditionnelle se sont retrouvés exilés et assignés à résidence dans une région éloignée de la capitale, pour une période fixée unilatéralement par l’Administration.

  • 18 Ibid.

12Le pouvoir bourguibien pouvait recourir à la réhabilitation ; celle-ci « ne s’applique qu’aux condamnés qui ont déjà purgé leur peine ou obtenu leur grâce depuis longtemps »18, mais elle reste à la discrétion de l’Administration.

  • 19 Ibid.

« Les longs délais, les effets au compte-gouttes, l’exigence trop présente et trop pesante de la “bonne conduite” comme de la preuve de l’“amendement” sont faits pour, à la fois, favoriser et contrôler la réinsertion sociale des délinquants. Ces différentes mesures ont été utilisées et appliquées aux anciens détenus politiques et syndicaux »19.

13Et c’est la raison pour laquelle, depuis 1981, avec la fin du parti unique et l’apparition des premiers signes d’ouverture politique (Chouikha, 2004, p. 341-355), la LTDH et l’opposition politique ne cessent d’appeler au vote d’une loi d’amnistie générale. En pratique, une amnistie votée par le Parlement entraîne « l’effacement total des anciennes condamnations, la disparition de tous leurs effets, l’impossibilité d’en faire état à l’avenir devant la justice » et, à la différence de la grâce « qui équivaut à un pardon », « l’amnistie signifie oubli » et intervient quand « la page [est] véritablement tournée » (Charfi, 1981, p. 30-31).

  • 20 À propos du refus de la plupart des détenus de solliciter la grâce présidentielle, Gilbert Naccache (...)
  • 21 Mohamed Mzali, Premier ministre de Bourguiba (1980-1986) cite des cas où il était intervenu personn (...)

14Pour ce qui est du groupe des militants de Perspectives, nos entretiens révèlent que, déjà, à partir des premières condamnations de 1966, plusieurs détenus s’étaient trouvés confrontés à un véritable dilemme : soit solliciter leur libération en introduisant une demande de grâce présidentielle, au risque de provoquer le courroux de leurs camarades codétenus, soit, attendre la fin de leur peine ou bénéficier de la liberté conditionnelle octroyée par l’Administration. Or, à partir de 1968, les demandes de grâce introduites par quelques détenus et qui ont été satisfaites, ont créé au sein du groupe Perspectives de graves dissensions dont les traces demeurent encore vivaces aujourd’hui20. Il n’était pas rare de voir des personnalités influentes du régime de Bourguiba agir, discrètement, pour susciter et activer la libération de certains prisonniers politiques21, à condition toutefois qu’ils sollicitent la grâce présidentielle. Généralement, ces demandes d’intervention se faisaient par l’entremise des parents qui leur rendaient régulièrement visite en prison et accessoirement, par leurs avocats.

15Ainsi, les mesures de grâce présidentielle les plus importantes ont-elles été prises en 1970, au moment où le pays amorçait une relative libéralisation politique après l’échec des expériences des coopératives et de collectivisation des terres agricoles.

  • 22 Selon un haut dirigeant politique, Bahi Ladgham, cité par Le Monde du 20 janvier 1970.

16En janvier 1970, 31 enseignants et étudiants condamnés entre septembre 1968 et février 1969 par la Cour de sûreté de l’État, ont été remis en liberté, cinq d’entre eux qui avaient sollicité la grâce présidentielle ont été « lavés de leurs condamnations et de leurs antécédents judiciaires »22 et les 26 autres se sont vus accorder « la grâce conditionnelle » pour le restant de leurs peines.

  • 23 Cf. note 24.

17Et les grâces présidentielles et les libérations conditionnelles intervenaient généralement à la veille des célébrations des fêtes les plus prisées par Bourguiba : son anniversaire du 3 août, les fêtes nationales officielles, les fêtes religieuses. Elles pouvaient être aussi décidées exceptionnellement par lui, selon les évènements23.

  • 24 Il convient d’insérer parmi ces anciens prisonniers, les militants condamnés par contumace et rentr (...)

18Mais une fois libéré, l’ancien détenu devait solliciter sa réhabilitation et sa réinsertion dans la vie sociale et professionnelle. Or, celles-ci dépendaient de ses dispositions à faire « amende honorable », de ses liens de proximité avec les sphères du pouvoir bourguibien à travers ses réseaux affinitaires ainsi que de la conjoncture politique dans le pays. Dans ce sillage, les détenus des groupes Perspectives et d’El Amel Attounssi, graciés ou libérés, ont pu reprendre leurs études, quelques-uns ont réintégré la fonction publique et ont pu disposer d’un passeport. Fait exceptionnel, certains d’entre eux ont bénéficié d’une bourse à l’étranger pour poursuivre leurs études, acquérir une formation, se faire soigner24.

  • 25 Cf. son ouvrage posthume Mon combat pour les lumières, éd. Zellige, Paris, 2009. Il est décédé d’un (...)

19Le parcours de Mohamed Charfi est un exemple d’évolution d’un ancien prisonnier politique de la génération des années 1960. Ancien responsable du groupe Perspectives, il a été torturé par la police et condamné par la Cour de sûreté de l’État en mars 1968 à deux ans de prison. Il a introduit une demande de grâce présidentielle qui a été acceptée. Libéré le 1er juin 1968, après 50 jours de détention, il a réintégré, dès octobre 1969, ses fonctions d’enseignant à la faculté de droit de Tunis et a réussi son concours d’agrégation à Paris quelques années plus tard. Il a été sollicité par la suite par le Premier ministre de Bourguiba, Hédi Nouira, pour un poste ministériel, offre qu’il a déclinée au motif de son « refus du système du parti unique ». Président de la LTDH dans les années 1980, il a été nommé par le successeur de Bourguiba, en 1989 ministre de l’Éducation nationale et est devenu une personnalité influente du pouvoir de Ben Ali jusqu’en 1994, date à laquelle il a pris toutes ses distances avec ce dernier25.

De l’engagement collectif aux stratégies individuelles

20Vingt ans après la déposition de Bourguiba, un travail collectif de mémoire sur ces années de répression peut-il être mené collectivement par les anciens détenus politiques ? Pour de nombreuses raisons et enchevêtrées, dans les conditions actuelles, il est peu probable qu’un tel travail puisse être amorcé et conduit jusqu’à son terme. Certaines portent sur les identités présentes des anciens militants et d’autres découlent de la structuration actuelle de l’espace public régenté par l’actuel régime qui est pressé de tourner cette page du passé.

  • 26 Comme le souligne M. Halbwachs (1994, p. 141-142) « La raison de leur réapparition n’est pas en eux (...)
  • 27 Certains d’entre eux sont ou ont été des cadres supérieurs de l’État, d’autres, se sont lancés dans (...)
  • 28 Aujourd’hui, l’âge moyen de cette génération de militants oscille entre 55 et 65 ans.

21Dans leur manière de relater leurs expériences passées et les épreuves endurées dans les geôles tunisiennes, les témoignages des ex-détenus politiques reflètent un passé militant vu à travers le prisme des conditions qui structurent aujourd’hui leur existence26. En effet, ce qui détermine aujourd’hui leur perception de ces années de répression sous Bourguiba, c’est d’abord, leur identité présente qui reflète à la fois leur position sociale27, leur rôle de parents, voire de grands-parents28. Mais c’est aussi le contexte général du pays marqué par l’apparition de nouvelles donnes telles qu’elles sont énoncées par eux : l’avènement d’un nouveau président au style et aux manières de communiquer qui contrastent avec ceux de son prédécesseur, l’émergence de l’islamisme et des menaces que ce mouvement laisse planer sur les idées de progrès et les libertés individuelles… À tous ces éléments, s’ajoutent les désillusions engendrées par le déclin des idéologies qui nourrissaient leurs engagements d’autrefois et l’état du monde après la disparition de l’URSS et la « métamorphose » de la Chine populaire. Toutes ces évolutions agissent donc sur leur manière de juger leur passé et leur engagement militant.

  • 29 À Perspectives « revient le mérite d’avoir fait changer les rapports de force dans les prisons, d’a (...)

22Certains d’entre eux affirment que leurs actions militantes ont permis d’inoculer des pratiques et des idées novatrices dans le pays, à commencer déjà par des formes de luttes qu’ils ont introduites dans l’univers carcéral29. D’autres, moins nombreux, ressentent aujourd’hui de manière sibylline un sentiment de « gâchis ». Ils ont le sentiment d’avoir été, quelque part, « inutiles » ou « inefficaces » et citent pour preuves, les divisions politiques qui ont provoqué, entre autres, la disparition du « groupe ». Mais c’est surtout l’image qu’ils ont de Bourguiba qui est révélatrice de leur perception présente. Cette image est ambivalente et polysémique. Nombreux sont ceux qui affirment aujourd’hui éprouver à l’endroit de l’ancien président un sentiment contradictoire : « Autant il nous répugnait par ses méthodes autoritaires autant il nous fascinait par son intelligence et ses réformes avant-gardistes ». À partir de ce constat, « il était donc difficile pour nous d’entreprendre une quelconque action contre lui. ».

  • 30 Après l’annonce de la découverte d’un « complot islamiste », les ralliements des opposants de la gé (...)

23Mais le sens donné à cette image et qui se dégage des propos de certains de nos interviewés renvoie aussi à la lecture qui est faite du contexte dominant la vie publique dans le pays, aujourd’hui. En effet, l’élément le plus structurant de ces vingt dernières années, porte sur la nature du pouvoir – ainsi que sur l’homme – qui a succédé à Bourguiba. Car, entre le système répressif instauré par Bourguiba et celui institué par son successeur Ben Ali, la différence est toute relative : « dans ce domaine, il n’y a pas eu de rupture entre les deux régimes, mais (que) ce sont plutôt deux étapes dans la pratique de la répression du couple Bourguiba-Ben Ali qui diffère, non dans sa nature, mais dans ses formes et son degré » (Belhassen, 2004, p. 391-392). À la différence de Bourguiba, le président Ben Ali a récupéré le discours et le programme de l’opposition avant de coopter les hommes et de vider ainsi la société civile de ses forces vives, pour placer ensuite la répression au cœur de son système (Camau et Geisser, 2003, p. 153-189). Les opposants de la période bourguibienne – parmi lesquels des anciens détenus – se sont laissés prendre à « ce jeu » provoquant ainsi des fractures parmi leurs anciens camarades30.

  • 31 Principalement Erraï et Le Maghreb avant qu’ils ne disparaissent, respectivement en décembre 1987 e (...)
  • 32 On rapporte que des pressions de tous ordres ont été exercées contre certains auteurs de ces appels (...)
  • 33 Loi n°89-63 du 3 juillet 1989 sur l’amnistie (JORT, n°48 du 11 juillet 1989, p. 1064).

24Les dénonciations de la répression sous Bourguiba et les appels pour la proclamation d’une amnistie générale – qui étaient relayés, entre 1987 et 1989 par les publications indépendantes et de l’opposition31 –, étaient appréhendés par les nouveaux dirigeants de l’État avec beaucoup de crainte. En effet, il convenait pour les gouvernants, d’une part, de ne pas perdre l’initiative ni la face en laissant à des acteurs politiques situés en dehors des sphères du pouvoir la liberté d’agir pour reconstruire ces évènements du passé, et, d’autre part, d’empêcher l’ouverture de procès sur les années de répression sous Bourguiba susceptible de fragiliser un régime dont la colonne vertébrale est constituée par l’appareil sécuritaire. Par conséquent, tous les moyens ont été déployés pour dissuader les anciens détenus d’intenter des procès et d’engager des actions collectives en ce sens32. Et en juillet 1989, afin de couper court à toute revendication en faveur d’une amnistie générale des anciens prisonniers politiques, une loi fut adoptée par le Parlement en vertu de laquelle33: « sont amnistiées les personnes qui ont été condamnées ou qui font l’objet de poursuites judiciaires que ce soit au niveau de l’instruction ou au niveau des juridictions quels que soient leur degré ou leur catégorie y compris la Cour de cassation et ce, en raison d’une infraction commise avant le 7 novembre 1987 ». La même disposition énonce que les personnes concernées par cette amnistie sont celles qui ont été condamnées pour les motifs suivants : attentat conte la sûreté de l’État, haute trahison, violations des textes relatifs à la presse, aux réunions publiques, aux associations, à certaines dispositions du Code du travail, ainsi qu’à « l’évasion de la prison, le recel de détenu évadé ou le franchissement illégal des frontières lorsque l’infraction a des mobiles politiques et syndicaux » (article 1er). Cette amnistie concerne aussi les personnes condamnées « dans le cadre de conflit né à propos de l’efficience des conventions relatives à l’autonomie interne » (article 3), c’est-à-dire, tous les prisonniers yousséfistes. Cette loi d’amnistie impose cependant deux restrictions : la première précise que l’effacement de la condamnation du casier judiciaire ne donne aucune possibilité à la personne amnistiée de demander réparation (article 5), alors que la seconde stipule que « cette amnistie n’entraîne pas obligatoirement la réintégration dans la fonction, l’emploi ou la profession rémunérée quelles que soient les causes de l’interruption de l’exercice, y compris la détention préventive. En aucun cas, cette amnistie n’entraîne la reconstitution de carrière » (article 4). Autrement dit, la réintégration se fait à l’appréciation de l’Administration, et chaque personne qui le souhaite devra agir individuellement pour solliciter sa réhabilitation (i.e. recouvrer ses droits civiques et politiques, disposer d’un passeport…) et sa réinsertion dans la vie professionnelle.

25En conséquence, et à la faveur des dispositions de cette loi, des membres de la famille beylicale ont pu récupérer leurs biens confisqués du temps de Bourguiba. Par ailleurs, la dépouille de Salah Ben Youssef a été ramenée et enterrée à Tunis et sa famille a pu récupérer sa demeure. La plupart des anciens détenus politiques ont été rétablis dans leurs droits mais la réintégration dans leur fonction, essentiellement celle qui relève du secteur public, a été sélective. Mais dans le même temps, aucune action en justice contre les auteurs d’actes de torture sous Bourguiba n’a été enregistrée ni même intentée.

  • 34 Propos de Fethi Ben Hadj Yahyia. Rencontres Perspectives à la Fondation Témimi, mars 2003.

26Cette configuration a favorisé l’émergence de postures individuelles parmi les anciens détenus. Elle a abouti à la construction d’« un ensemble de destinées individuelles »34 :

  • 35 Ibid.

« Nous sommes rentrés en prison mus par un projet collectif et en sommes sortis, pratiquement, chacun pour soi ; pour les uns, en s’appuyant sur les réseaux personnels pour hâter notre élargissement, et même après, pour la réhabilitation, la réinsertion, la carrière professionnelle y compris en s’adossant aux structures du pouvoir politique…, pour d’autres, en poursuivant l’action militante. Mais chacun à sa manière : dans la section Tunisie d’Amnesty international, dans les structures syndicales, au sein de la LTDH, de l’association des femmes démocrates, dans les formations de l’opposition35. »

  • 36 À savoir cette zone qui comprend la définition du soi en termes de places, de rôles, de statuts, d’ (...)
  • 37 Comme le souligne Michaël Bechir Ayari ( 2009, p. 20) on peut appréhender l’autoritarisme tunisien (...)

27Et dans ce contexte, comme tout individu qui évolue dans ce pays, la structuration de l’espace public, son « soi statutaire »36, agissent tous deux sur leur comportement et leur mode de pensée. Or, aujourd’hui, le contexte général du pays se singularise par un foisonnement d’arrangements individuels de tous ordres – petits ou grands, licites ou illicites – mais qui nécessitent dans la plupart des cas, l’intervention du pouvoir qui dispose ainsi de toute la latitude de les négocier à sa guise37.

  • 38 C’est-à-dire, « le temps réel où ils (les évènements) étaient compris ». Cf. Maurice Halbwachs (199 (...)
  • 39 Plusieurs anciens détenus nous ont confié qu’ils rédigent ou envisagent de le faire « leurs mémoire (...)
  • 40 Nous avons pu l’observer pendant les années 2005 et 2006, après les décès d’Ahmed Othmani, puis de (...)
  • 41 La plupart des éditeurs de ces ouvrages sont, eux-mêmes, d’anciens prisonniers politiques, et les p (...)

28À partir de ce constat général, peut-on affirmer que tous ces souvenirs liés aux années de la répression sous Bourguiba s’estompent avec le temps38 ? Au demeurant, il transparait de nos entretiens et nos observations que les traces de ces souvenirs demeurent, même si elles sont confinées essentiellement dans les mémoires individuelles des anciens militants39. Pour peu que les conditions de leur reconstruction deviennent propices, elles peuvent être ranimées et faire irruption dans le débat public. Nonobstant le verrouillage de l’espace public, il arrive que la discussion sur ces années Bourguiba resurgisse subitement à partir d’évènements ponctuels, limités dans le temps et dans l’espace. Cette réémergence est venue un moment de l’extérieur du pays : les débats publics suscités, en 2004 et 2005, au Maroc par les « années de plomb » du règne de Hassan II sont parvenus aux Tunisiens par le truchement des images des télévisions satellitaires. Ces débats se sont également régénérés de l’intérieur, notamment au moment des cérémonies du « souvenir » rendues en hommage de victimes des années de la répression40, de la diffusion de spectacles, de la parution de livres41 ou encore de l’organisation de rencontres scientifiques traitant de cette thématique. Cela a été précisément le cas au début de l’année 2007 quand une pièce de théâtre relatant la répression politique du temps de Bourguiba a été autorisée à être jouée en Tunisie à la suite d’une forte mobilisation nationale et internationale. Dans ce spectacle du nom de Khamsoun, qui signifie « cinquante » en arabe – c’est-à-dire les 50 ans d’indépendance (1956-2006) – les auteurs revisitent ces années de répression et de dissensions entre les militants de l’époque, puis abordent la question de la « crispation identitaire » islamiste actuelle.

  • 42 Dans un premier temps, la commission de « contrôle » du ministère de la Culture avait exigé d’élimi (...)
  • 43 Artistes, intellectuels, citoyens de tous bords avaient tenu à exprimer publiquement leur oppositio (...)
  • 44 Le metteur en scène affirme n’avoir concédé à la censure qu’un seul mot du texte, alors que la comm (...)

29À travers la narration du récit de vie très suggestive d’une femme, fille de militants marxistes persécutés et torturés sous Bourguiba, qui deviendra par la suite une activiste islamiste, c’est la chronique de la Tunisie contemporaine qui est faite. L’audace des auteurs de la pièce est d’avoir effleuré le tabou sur la répression politique en faisant allusion – pour la première fois, publiquement – aux noms des principaux tortionnaires et aux sévices qu’ils faisaient subir à leurs victimes. La présence de ces souvenirs qui ne demandent qu’à sortir de leur état latent a été révélée par deux évènements intimement liés à la représentation de la pièce. Il y a eu, tout d’abord, la forte mobilisation suscitée par la décision des autorités politiques de censurer la pièce42. Celle-ci a témoigné de l’émergence d’un nouvel état d’esprit protestataire inédit depuis vingt ans43. Face à l’ampleur de ce mouvement, les autorités officielles ont dû se rétracter en autorisant finalement la représentation de la pièce44. Ensuite, pendant tout le mois qui a suivi la première de la pièce, des cafés publics de Tunis, quelques espaces culturels, et surtout certains lieux privés se sont mués en espaces de réflexion et de discussions focalisés sur les années de répression. Les débats se sont concentrés autour de divers thèmes : des jeunes qui n’étaient pas au courant des évènements passés souhaitaient s’en informer, certains, plus âgés, tenaient à les replacer dans le contexte historique de l’époque, et d’autres, plus nombreux s’interrogeaient sur le « silence » de la collectivité et la tentation des autorités officielles d’occulter et refouler ces souvenirs. Mais tous ces débats autour des années de répression sont restés limités dans le temps et circonscrits à quelques cercles de discussion.

  • 45 Selon la formulation de Béatrice Hibou (2006, p. 163-249) qui souligne par ailleurs, que ces « tech (...)
  • 46 On cite à cet effet, les droits accordés aux femmes dès 1956, la généralisation de l’enseignement, (...)

30Dans la configuration autoritaire de l’espace public tunisien, toute activité publique devient « enjeu de pouvoir », y compris, bien évidemment, le débat sur la mémoire nationale et les expériences passées. Mais dans le même temps, pour faire face aux vicissitudes de la vie quotidienne liées au verrouillage de l’espace public, les individus déploient des stratégies individuelles qui peuvent aller, parfois, jusqu’« aux accommodements », « aux petites ruses calculées », y compris aussi, « les compromissions au jour le jour », voire même « les instrumentalisations réciproques garantissant la légitimation quotidienne du régime »45. Résignation ou prétexte, aujourd’hui, tend à transparaître des propos des différents acteurs de cette génération, la propension à vouloir intégrer ces années de répression au passif du règne de l’ex-président, et par conséquent, à relativiser leurs effets en les mettant sur la même balance que les « acquis progressistes et avant-gardistes »46 du régime bourguibien. Or, cette tentation alimente les rancœurs encore ressenties par certaines victimes, à l’instar de celle-ci, exprimée par un leader de la génération des années 1960 :

« Le drame de la répression en Tunisie, c’est que tout le monde devient amnésique. Aujourd’hui, tous disent : “on ne savait pas !”. C’est le comble du cynisme ! Je suis persuadé que, tôt ou tard, ce dossier s’ouvrira. Ce qu’il révèlera sera terrible pour ceux qui croient aujourd’hui avoir échappé à la justice humaine. » (Ben Khader, 2004, p. 547)

31Par conséquent, tout travail portant sur la mémoire politique nécessite d’abord l’existence des conditions politiques indispensables pour qu’il soit mené jusqu’à son terme. En effet, ouvrir des débats publics, sans tabou, sur ces années de répression suppose : la restructuration radicale de l’espace public, la libération de la parole, la recomposition de l’élite dirigeante de telle sorte qu’elle n’englobe pas dans la perspective d’une réconciliation nationale des personnes impliquées dans la répression.

Haut de page

Bibliographie

Ayari Michaël Bechir, 2009, S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, Thèse de doctorat en science politique, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, Université Paul Cézanne.

Ben Hadj Yahyia Fethi, 2009, La gamelle et le couffin (en arabe), Tunis, Éd. Mots Passants.

Ben Khader Noureddine, 2004, « Entretien », in Camau Michel et Geisser Vincent (dir.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, p. 533-548.

Bouguerra Abdeljalil, 1993, Perspectives, de l’histoire de la gauche tunisienne de 1963-1975, (en arabe), Tunis, Cérès Éditions.

Camau Michel et Geisser Vincent (dir.), 2004, Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala.

Camau Michel et Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

Camau Michel, 1984, « L’État tunisien : de la tutelle au désengagement », Maghreb-Machrek, n°103, janvier-mars, p. 8-38.

Charfi Mohamed, 2009, Mon combat pour les lumières, Paris, Éd. Zellige.

—, 1981, « Jusqu’au bout de la démocratie », Jeune Afrique, n°1053, 11 mars, p. 30-31.

El Maslouhi Abderrahim, 2007, « L’IER : Espace public et apprentissage de la justice procédurale au Maroc. Une lecture habermassienne », L’Année du Maghreb 2007, Paris, CNRS Editions, p. 163-192.

Foucault Michel, 1994, Dits et écrits, Vol 3, Paris, Éd. Gallimard.

Fondation Témimi, 2008, Le rôle politique et culturel de Perspectives et des Perspectivistes dans la Tunisie indépendante, Tunis.

Halbwachs Maurice, 1994, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Hammami Hamma, 2002, Le chemin de la dignité, Paris, Éd. Association Hourriya/Liberté.

Hibou Béatrice, 2006, La force de l’obéissance, économie politique de la répression en Tunisie, Paris, Éd. La Découverte.

Khiari Sadri, 2003, Tunisie. Le délitement de la Cité, Paris, Éd. Karthala.

Lavabre Marie-Claire, 2001, « La mémoire fragmentée : Peut-on agir sur la mémoire ? », Dossier « La mémoire, entre histoire et politique » in Léonard Yves (dir.), Cahiers français, n° 303, juillet-août, La documentation Française.

Mzali Mohamed, 2004, Un Premier ministre de Bourguiba témoigne, Paris, Éd Jean Picollec.

Naccache Gilbert, 1982, Cristal, Tunis, Éd. Salambo, 329 p.

—, 2009, Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? Itinéraire d’un opposant au régime de Bourguiba (1954-1979), Paris, Éd. du Cerf, coll. « L’histoire à vif ».

Othmani, Ahmed, 1979, « Répression en Tunisie », Les Temps Modernes, avril.

— et Bessis Sophie, 2005, Sortir de la prison. Un combat pour réformer les systèmes carcéraux dans le monde, Paris, Éditions La Découverte.

Salah Fliss Mohamed, 2010, Aam Hamda El Aattel, (en arabe) : Aam Hamda le docker, Tunis, Éd. Arabesques.

Singly F. de, 1996, « La fabrique familiale de soi », Sciences Humaines, n° 15, p. 18-21.

Slyomovics Susan, 2008, « Témoignages écrits et silence : de l’Instance Équité et Réconciliation (IER) marocaine et la réparation », L’Année du Maghreb 2008, Paris, CNRS Éditions, p. 125-148.

Souhayr Belhassen, 2004, « Les legs bourguibiens de la répression » in Camau Michel et Geisser Vincent (dir.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, p. 391-404.

Todorov Tzvetan, 1995, « La mémoire devant l’histoire », Terrain, n° 25.

Haut de page

Notes

1 Une première ébauche de ce texte a été présentée le 30 octobre 2007 à l’Université Mohamed V (Maroc) dans le cadre du Séminaire virtuel « Mémoires historiques d’ici et d’ailleurs : regards croisés », sous la direction du professeur Bogumil Koss, Université Laval (Quebec) avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), de la chaire d’histoire comparée de la mémoire (Université Laval-Quebec), de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris et de Sciences po (Paris).
Comme l’écrit Maurice Halbwachs (1994, p. IV) : « C’est en ce sens qu’il existerait une mémoire collective et des cadres sociaux de la mémoire, et c’est dans la mesure où notre pensée individuelle se replace dans ces cadres et participe à cette mémoire qu’elle serait capable de se souvenir ».

2 Ibid., « Décréter “l’oubli”, ce n’est jamais décréter l’occultation, organiser le silence, interdire l’évocation du crime par ceux-là mêmes qui s’en considèrent victimes », p. 11.

3 De 1956 à 1987.

4 Pour une analyse des engagements contestataires en Tunisie contemporaine, cf. Ayari (2009).

5 Ce qui aura des conséquences sur la reconstruction des souvenirs, car, les souvenirs « me sont rappelés du dehors, et que les groupes dont je fais partie m’offrent à chaque instant les moyens de les reconstruire ». Cf. Maurice Halbwachs (1994, p. VI).

6 Nous l’employons pour dénommer les organisations et les individus qui se situaient à gauche du Parti Communiste Tunisien, et pour une étude sémantique de ce terme et ses dérivés appliqués au contexte tunisien, cf. Michaël Bechir Ayari (2009, p. 13-14).

7 Il était fréquent que des militants nationalistes arabes, des marxistes, des communistes, des syndicalistes, ou des citoyens ordinaires arrêtés pendant des manifestations de rues, se retrouvent tous dans le même box des accusés.

8 « Tout tunisien qui avant le 31 juillet 1954 aura sciemment apporté une aide directe ou indirecte aux autorités du protectorat ». Loi n°57-13 du 17 août 1957.

9 Les partisans de l’ancien rival à Bourguiba, Salah Ben Youssef, assassiné à Francfort (Allemagne) en août 1961.

10 Juridiction d’exception créée le 28 janvier 1956 afin de juger les activistes « youssefistes » impliqués dans des actes de sabotage et de crimes.

11 Plusieurs témoignages édifiants, écrits par d’anciens détenus de Perspectives et Al Amel Ettounssi révèlent la terrible réalité des geôles sous Bourguiba : Ahmed Othmani (1979) ; Othmani et Bessis (2002) ; Hammami (2002) ; Naccache (1982 et 2009) ; Ben Hadj Yahyia (2009) ; Salah Fliss (2010).

12 Sur l’histoire du mouvement Perspectives nous renvoyons à l’ouvrage en arabe de l’historien Abdeljalil Bouguerra (1993).

13 La plupart des actes et des échanges ont été publiés dans l’ouvrage de la Fondation Témimi (2008).

14 Plusieurs de nos enquêtés ne cachaient pas que leurs parents connaissaient des personnages influents du pouvoir de Bourguiba.

15 La réplique de l’historiographe de Bourguiba et chef de l’appareil de son parti, Mohamed Sayah, est très significative à cet égard : « Je suis responsable, mais je ne suis pas coupable », dit-il, en invoquant la « raison d’État », à l’adresse des anciens détenus politiques réunis à la Fondation Témimi en mars 2003.

16 Ainsi, en 1970, à la fin de la politique « des collectivisations des terres » et l’amorce d’une ouverture politique, ou encore en 1980, après l’attaque de la ville de Gafsa (sud-ouest de la Tunisie) par un commando armé et l’annonce dans les mois qui ont suivi de l’instauration du pluralisme politique.

17 Ce fut le cas notamment en 1972, avec Gilbert Naccache, Noureddine Ben Khadher, etc.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 À propos du refus de la plupart des détenus de solliciter la grâce présidentielle, Gilbert Naccache, un leader de Perspectives condamné à plusieurs reprises, affirmait aux rencontres de la Fondation Témimi en mars 2003, qu’« il était assez dans le tempérament d’alors des Tunisiens qui faisaient de la politique de demander la grâce à Bourguiba pour ensuite recommencer à faire de l’opposition ; nous ne l’entendions pas ainsi, nous ne voulions jouer aucun jeu douteux avec Bourguiba, nous étions une opposition … Pour le refus de la demande de grâce, que je pourrais encore argumenter, nous avions créé une tradition qui se maintiendra longtemps ».

21 Mohamed Mzali, Premier ministre de Bourguiba (1980-1986) cite des cas où il était intervenu personnellement en faveur des détenus politiques. Mzali (2004, p. 412).

22 Selon un haut dirigeant politique, Bahi Ladgham, cité par Le Monde du 20 janvier 1970.

23 Cf. note 24.

24 Il convient d’insérer parmi ces anciens prisonniers, les militants condamnés par contumace et rentrés d’exil dans les années 1980.

25 Cf. son ouvrage posthume Mon combat pour les lumières, éd. Zellige, Paris, 2009. Il est décédé d’un cancer le 6 juin 2008 à l’âge de 72 ans.

26 Comme le souligne M. Halbwachs (1994, p. 141-142) « La raison de leur réapparition n’est pas en eux, mais dans leur rapport à nos idées et perceptions d’aujourd’hui : ce n’est donc pas d’eux que nous partons, mais de ces rapports. Par conséquent, nos souvenirs sont forcément des reconstructions à partir de notre identité présente ».

27 Certains d’entre eux sont ou ont été des cadres supérieurs de l’État, d’autres, se sont lancés dans le monde des affaires, mais l’essentiel se retrouve dans l’enseignement, le bâtonnat, l’édition, ainsi que le monde des arts et du spectacle. Plusieurs d’entre eux militent toujours, au syndicat, dans les organisations de défense des droits de l’Homme et dans les partis de l’opposition…

28 Aujourd’hui, l’âge moyen de cette génération de militants oscille entre 55 et 65 ans.

29 À Perspectives « revient le mérite d’avoir fait changer les rapports de force dans les prisons, d’avoir montré à l’administration pénitentiaire et aux détenus de droit-commun que l’on pouvait subir dignement la répression, se respecter et imposer le respect dans toutes les circonstances : l’arme de la grève de la faim a fini par se généraliser, parmi des générations de prisonniers politiques… (Nous avons) institutionnalisé la mixité hommes-femmes dans la lutte. Et le souvenir de ces femmes qui ont milité reste un grand moment dans la mémoire, et dans les pratiques, de celles qui auront été, près de dix ans plus tard, les artisanes des débuts (du mouvement féministe) », propos de Gilbert Naccache, Fondation Témimi, mars 2003.

30 Après l’annonce de la découverte d’un « complot islamiste », les ralliements des opposants de la génération des années 1960 se fondaient sur l’idée d’un « compromis civique » avec le pouvoir de Ben Ali, car, dans l’esprit de l’époque, le clivage opposition-pouvoir recoupait celui des islamistes versus défenseurs de l’État moderne ». Cf. à ce propos Sadri Khiari (2003, p. 25-26). Mais il convient aussi de ne pas occulter des postures individuelles créées par l’avènement du « 7 novembre, et les nouvelles perspectives de carrière appréhendées sur le mode du « pourquoi pas moi ? » (Camau et Geisser, 2003, p. 193-194).

31 Principalement Erraï et Le Maghreb avant qu’ils ne disparaissent, respectivement en décembre 1987 et en janvier 1991, mais aussi, El Mawqef, Attariq al jadid.

32 On rapporte que des pressions de tous ordres ont été exercées contre certains auteurs de ces appels et ceux qui les ont publiés.

33 Loi n°89-63 du 3 juillet 1989 sur l’amnistie (JORT, n°48 du 11 juillet 1989, p. 1064).

34 Propos de Fethi Ben Hadj Yahyia. Rencontres Perspectives à la Fondation Témimi, mars 2003.

35 Ibid.

36 À savoir cette zone qui comprend la définition du soi en termes de places, de rôles, de statuts, d’inscription dans un réseau de relations. Singly (1996, p. 18-21).

37 Comme le souligne Michaël Bechir Ayari ( 2009, p. 20) on peut appréhender l’autoritarisme tunisien comme un mode de gouvernabilité tel que l’emploie Michel Foucault (1994, p. 655), pour signifier : « l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, bien que complexe, de pouvoir, qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir, l’économie du politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité ». Voir aussi Béatrice Hibou (2006).

38 C’est-à-dire, « le temps réel où ils (les évènements) étaient compris ». Cf. Maurice Halbwachs (1997, p. 165).

39 Plusieurs anciens détenus nous ont confié qu’ils rédigent ou envisagent de le faire « leurs mémoires » sur ces années de répression, et nous avons constaté que l’avis de décès d’un illustre tortionnaire paru dans la presse, réveille en eux, « des souvenirs très douloureux ».

40 Nous avons pu l’observer pendant les années 2005 et 2006, après les décès d’Ahmed Othmani, puis de Noureddine Ben Khader, (leaders des années 1960 et célèbres victimes de ces années de répression), et également en 2008 à la suite de la mort de Mohamed Charfi. Trois cérémonies émouvantes se sont déroulées en leur hommage dans un espace culturel privé à Tunis en présence de plus de deux cent personnes.

41 La plupart des éditeurs de ces ouvrages sont, eux-mêmes, d’anciens prisonniers politiques, et les présentations et dédicaces se font, essentiellement, dans une librairie de la banlieue nord de Tunis, Arts Libris, gérée et animée par un militant de l’ex-Parti communiste tunisien.

42 Dans un premier temps, la commission de « contrôle » du ministère de la Culture avait exigé d’éliminer toutes les dates, les noms de personnages et ceux des lieux, et d’effacer toute référence à l’histoire du pays. Les Tunisiens seront au début privés de ce spectacle. Il a été cependant présenté en juin 2006 au Théâtre de l’Odéon à Paris et il a connu un grand succès.

43 Artistes, intellectuels, citoyens de tous bords avaient tenu à exprimer publiquement leur opposition contre cette censure par des pétitions, des rassemblements, des articles de presse ainsi qu’à travers le web. Cette protestation nationale au départ a été par la suite relayée et amplifiée par des campagnes internationales.

44 Le metteur en scène affirme n’avoir concédé à la censure qu’un seul mot du texte, alors que la commission exigeait la suppression de 286 termes. Cf. « Pièce explosive à Tunis », Jeune Afrique, 15 avril 2007.

45 Selon la formulation de Béatrice Hibou (2006, p. 163-249) qui souligne par ailleurs, que ces « techniques » sont plus efficaces que la répression et le contrôle policier.

46 On cite à cet effet, les droits accordés aux femmes dès 1956, la généralisation de l’enseignement, l’ancrage à la modernité occidentale et la formation d’une importante classe moyenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha, « Évoquer la mémoire politique dans un contexte autoritaire : « l’extrême gauche » tunisienne entre mémoire du passé et identité présente », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 427-440.

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Évoquer la mémoire politique dans un contexte autoritaire : « l’extrême gauche » tunisienne entre mémoire du passé et identité présente », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/931 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.931

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Professeur en communication de l’Université de la Manouba

Articles du même auteur

Haut de page